Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
George Lucas, Biographie et Rapide Filmographie.

Biographie



Pour commencer, il me semble qu’il est impossible de parler du cinéma mondial sans évoquer le nom de George Lucas, qui est devenu une idole, presque un mythe…

George Lucas est né aux Etats-Unis le 14 mai 1944 à Modesto, en Californie, dans une période de troubles effroyables que fut la Seconde Guerre Mondiale. Elevé par ses parents dans leur ranch, situé à Modesto, il passa son enfance dans l’idée de faire carrière dans l’automobile, en tant que pilote. Mais le destin a contrarié ses plans…
A l’âge de 17 ans, un grave accident de voiture le fit changer totalement d’avis. Il passa du moteur de voiture à « Moteur….ça tourne ! ».
Il entre à l’université de Sud-Californie où il se passionne pour le cinéma, ainsi que pour la théologie et la mythologie. Malgré son jeune âge, son premier court-métrage, intitulé Electronic Labyrinth, qu’il adaptera en long-métrage en 1970, séduit et impressionne à la fois par la réalisation minutieuse dont Lucas avait fait preuve.
Il sort diplômé de cette université, avec les félicitations des enseignants auxquels il avait eu affaire.

En 1968, George Lucas produit son premier vrai long-métrage : La Vallée du Bonheur, film de science-fiction produit par Lucas lui-même, et ce dernier fit une bienheureuse rencontre lors du making-of de ce film : il rencontre le producteur très célèbre, Francis Ford Coppola, avec qui il noue de très fortes relations, qui était d’ailleurs le réalisateur de ce film.
Le long métrage adapté de la séquence Electronic Labyrinth, bien que produit Francis Ford Coppola et réalisé par Lucas, et malgré leurs efforts conjoints, ne connaîtra qu’un très faible succès, négligeable si l’on ose le comparer à Star Wars.

Quelques années plus tard, George Lucas prend une grande décision : il abandonne la science-fiction pour se consacrer plus amplement à d’autres types de cinéma. Il signe le fameux American Graffiti , film d’action et d’automobiles, sans oublier que ce film reste tout de même une comédie tragique et nostalgique, que George Lucas prit plaisir à réaliser, ce film concernant son rêve d’antan et d’enfant : l’automobile.
Ce film met en scène quelques acteurs que l’on retrouvera par la suit dans d’autres films de George Lucas, comme Harrison Ford. Le film, gagnant un succès peu attendu, encourage Lucas à continuer sur cette lancée.

Mais il faut quelques malheurs et imperfections dans la vie d’un cinéaste, et l’un des plus marquants fut son inobtention des droits qu’il réclamait, de droit, pour Flash Gordon.

De ce fait, il met en chantier la plus grande histoire jamais contée, mêlant mythes et réalités, combats terrestres et spatiaux d’une intensité démesurée. Cette saga, composée originellement de neuf épisodes, est le fameux, l’innommable Star Wars. Ces films racontent le destin d’Anakin et de Luke Skywalker, respectivement père et fils, dans une galaxie rongée, gangrenée par les guerres. Le deuxième problème majeur de George Lucas fut d’arriver à convaincre les studios de productions du bien fondé de son film…
Néanmoins, la 20th Century Fox lui faisant confiance, grâce en grande partie à American Graffiti, cette dernière accepte de « fournir » un budget de la somme colossale de 8 millions de dollars au cinéaste, metteur en scène et réalisateur dont le nom n’est plus à préciser.

Entre Tunis et Londres, George Lucas doit encaisser les critiques de ses équipes, très peu convaincues, ainsi que celles des journalistes critiques, qui condamnent l’entreprise de Lucas sous le nom de « film pour enfants ».
La Twientieth Century Fox s’inquiète malgré tout de plus en plus, et les doutes se multiplient à propos du film, causés par les dépassements de budget et les délais retardés par George Lucas, qui, il l’a avoué lui-même lors d’une interview en 1976 , je cite : « My dreams,at that moment, are begun to be nightmares . Yes, I’ve doubted of myself & Im afraid of the follow of this realisation.”
(Je traduis tout de même, ne remettant en aucun cas en cause vos capacités en anglais…
« Mes rêves, en ce moment, commencent à devenir cauchemars. Oui, j’ai douté de moi et j’appréhende la suite de cette entreprise. »)

De plus en plus de monde doutant de lui, Lucas ne perd tout de même pas courage, et encore moins espoir. Sa société d’effets visuels, ILM, et ses techniciens, travaillent jour et nuit pour terminer ce film.
Enfin…le 25 mai 1977, Star Wars : La Guerre des Etoiles sort dans quelques cinémas restreints des Etats Unis. Cette merveille de film, au prix d’efforts et de doutes, de désespoirs et de joies, connaît un succès qu’aucun film n’avait connu précédemment, donnant une nouvelle image du cinéma et changeant ce dernier profondément. Cette révolution technologique donna lieu à un public, touché de 7 à 77ans, se comptant par millions.

Lucas, ayant racheté les droits de SW à la Fox, ainsi que ceux des produits dérivés, se constitue un véritable empire sous le nom de Lucasfilm ltd.

Il ne dirigera pas les deux autres épisodes de la première trilogie, trop épuisé et lassé physiquement, éprouvé…
Il confiera les rennes de l’Episode V : L’Empire Contre-attaque, réalisé en 1980, à Irvin Kershner, une de ses connaissances, et l’Episode VI : Le Retour du Jedi (qui est censé clore la saga) à un autres de ses fidèles, en 1983, Richard Marquand . Malgré cela, il reste décideur unique des scènes de Star Wars V et VI.

Etant devenu le troisième réalisateur et producteur d’Hollywood, et possédant des parts énormes dans la majorité des sociétés cinématographiques, il décide de produire Indiana Jones, avec son complice Steven Spielberg . La trilogie des Indiana Jones connaît elle aussi un succès faramineux, racontant l’histoire d’un aventurier sans peur.
Les innovations telles que THX, le son THX, sont dues aux moyens qu’a donnés Lucas à ces techniciens, pour qu’ils puissent le mettre en place.

Lucas, en 1999, c’est à dire vingt-deux ans après Star Wars Episode IV, qui fut son premier réel long métrage à succès, se replonge sur l’univers Star Wars, qui avait déclenché d’invraisemblables raz-de-marée , et réalise Star Wars Episode I La Menace Fantôme, qui connaît lui aussi un véritable succès. Convaincu par cette réalisation, il signe les deux suivants, à 3 ans d’intervalle chacun : Star Wars Episode II L’Attaque Des Clones en 2002 ainsi que le petit dernier, sorti très récemment et toujours à l’affiche : Star Wars Episode III La Revanche des Sith.

Le plus grand chantier de l’Histoire du cinéma est une réussite avec des spectateurs se comptant par millions, ainsi que des effets spéciaux à en couper le souffle. A présent, George Lucas imagine le futur de Star Wars avec une série animée (Clone Wars) mais dément formellement l’éventuelle réalisation de trois nouveaux épisodes…
Ce dernier compte bien réaliser des films tels qu’ils les faisaient à ses débuts, mais il n’aura cette fois-ci, pas à se préoccuper des moyens…

Les oscars qu’il a reçus se comptent en dizaines et sa renommée mondiale est montée en flèche depuis American Graffiti, et de ce fait, et comme je le disais au début, il est impossible d’évoquer le mot « cinéma » sans y allier celui de George Lucas

Discord

Discutons :)

258 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide