Voilà plus d'un an qu'Obi-Wan Kenobi est parti à la recherche de Qui-Gon Jinn et d'Anakin Skywalker. Sa route le conduit sur une lune isolée d'apparence bien calme, mais en réalité tiraillée entre deux communautés: celle du monde citadin, et celle du culte de Calaghin. Convoité par une force obscure, et à une heure où la neutralité devient impossible, le destin de ce monde est plus qu'incertain. Au milieu de ces troubles, Obi-Wan risque même de trouver bien plus qu'il n'aurait imaginé...

Naviguez dans les chapitres :

CHAPITRE 6: Vérités cachées.

Un jour nouveau, un ciel bien bleu et un soleil rayonnant avaient réussi à balayer - avec l'aide d'un bon souffle de vent nocturne - les idées noires et le pessimisme de la veille. Ce présage d'un bel avenir, ou tout du moins d'une journée meilleure, n'était que trompeur évidemment, mais la gaieté qui venait de renaître dans l'air était la bienvenue pour la plupart des résidents de Cynele III. La tempête qui s'était déchaînée jusque tard dans la nuit semblait avoir lavé la lune d'une couche d'impuretés, certes maigre, mais qui donnait l'illusion de l'aube d'un grand changement, si ce n'était dans les mentalités, alors au moins dans le domaine de la météo. Les affaires marchaient bon train depuis le lever du jour dans les différents commerces de Biha dont les étalages envahissaient les trottoirs, exposant leurs produits de couleurs vives. Les visages étaient même bien aimables pour la plupart.
Garen Muln inspira dans la douce tiédeur du petit matin, sentant avec plaisir les rayons du soleil réchauffer son visage. Eternel optimiste, il était une parfaite représentation vivante de la bonne humeur. Il lança un coup d'œil à sa gauche, et constata qu'il n'était pas le seul à trouver l'atmosphère particulièrement délassante. Obi-Wan examinait avec intérêt les devantures de certaines boutiques, son pas moins saccadé que plus tôt, ses traits détendus, ses yeux à peine plus clairs. Une certaine peine lancinante qu'il ne comprenait pas semblait toujours ternir son regard, mais lorsqu'il étendit un léger tendon de Force vers lui, Garen perçut avec soulagement une faible réponse de la part de son ami d'enfance. Sa signature psychique était encore lointaine et hésitante, mais cette affection fraternelle qui lui parvenait enfin était clairement reconnaissable.
Obi-Wan tourna la tête vers Garen, dont le visage s'était illuminé face à la reconstruction progressive de leur lien, et lui adressa un sourire entendu. Il était lui-même conscient de reprendre peu à peu confiance et de recommencer à s'ouvrir. S'il était loin d'être complètement lui-même, il était sur la bonne voie.
-Ca fait vraiment du bien, Obi, dit enfin Muln en lui tapant brièvement dans le dos.
-Oui. Ca m'avait manqué. Seulement… Il va falloir y aller doucement, d'accord ?
-Bien sûr.
Ils continuèrent de marcher en silence pendant quelques instants, tous deux soulagés.
-Elle a fait des merveilles sur toi, finit par remarquer Garen avec un petit sourire en coin.
-Quoi ? Qui ? fit Obi-Wan, embarrassé.
Muln éclata de rire.
-Ca se lit en gros sur ta tête, mon vieux. Tu oublies peut-être nos longues discussions d'adolescents lancés à la découverte de la vie, et surtout de la gente féminine… Je te connais comme si je t'avais fait !
-Ce sera sans conséquences, Gar', voulut clarifier Obi-Wan.
-Oh mais je te fais confiance. Tu es un grand garçon.
Mais le chevalier éprouva le besoin de se justifier davantage. Il était clair que Garen et Onice étaient de vieux amis, et il était important à ses yeux que leur relation n'aille pas provoquer de malentendu entre eux.
-Je ne lui ferai aucun mal, tu le sais. Elle connaît mes responsabilités.
-Ne t'en fais pas, sourit Garen. De tous les types que je connais elle ne pouvait pas tomber sur mieux. Et ne la prends pas pour une demoiselle en détresse. Elle aussi, elle doit savoir ce qu'elle fait.
-Oui c'est bien ce que j'ai cru comprendre, remarqua Obi-Wan.
-Franchement si tu veux mon opinion, vous êtes tous les deux majeurs et responsables, et tant que ça n'empiète pas sur ta vie de Jedi, eh bien profitez-en.
-Je me demande même pourquoi j'attendais un conseil raisonnable de ta part, rit Kenobi.
Les deux compagnons allèrent traverser l'avenue quand quatre speeders militaires leur passèrent sous le nez à vive allure, escortant un cinquième véhicule arborant les couleurs de la République, ses vitres teintées et ses ailes renforcées.
-Ce doit être ce fameux inspecteur républicain, déduisit Garen en regardant le petit cortège s'éloigner.
-Oui, et on dirait qu'il est lui aussi en route pour FrameCorp.
-Apparemment. Enfin c'est son travail, d'inspecter les usines Cynelères.
-Tu as toujours envie d'y aller ? commença à douter Obi-Wan.
-Il va bien falloir.
Garen haussa les épaules.
-De toute façon comme je connais les responsables de la sécurité, ils seront tellement pressés de bien se faire voir qu'ils ne feront pas particulièrement attention à nous.
-Là tu es un peu trop optimiste, je trouve.
-Aie confiance ! sourit Muln.
Légèrement moins décidé que quelques minutes plus tôt, Obi-Wan suivit cependant Garen jusqu'à l'usine pour la deuxième fois. Ils ne passèrent pas par la grande entrée principale, mais contournèrent le premier bâtiment pour emprunter une issue de secours par laquelle les employés sortaient régulièrement pendant les pauses, et qui restait souvent ouverte, laissant l'air frais aérer les ateliers où la chaleur était parfois suffocante. Malgré la visite du spécialiste républicain les ouvriers travaillaient sans relâche, productivité oblige, et les deux Jedi se faufilèrent facilement entre les petits véhicules de service aux va-et-vient incessants et la foule de travailleurs concentrés sur leurs tâches respectives.
Après maints détours afin d'éviter les sections les plus fréquentées, ils arrivèrent à un bureau prolongeant la maison d'équipe de l'atelier de Treb, et trouvèrent le jeune Zabrak plongé dans l'étude de données concernant la production. Il leva le nez de son travail et ouvrit de grands yeux en remarquant enfin la présence des deux hommes.
-Muln ! Mais qu'est-ce que vous faites là ? s'exclama-t-il.
Garen s'assit tranquillement sur la table devant lui, balançant les jambes dans le vide.
-Tu m'avais bien parlé d'un passe, non ?
Treb Mirteki bondit sur ses pieds et se hâta de fermer la porte.
-J'ai dit que je pouvais m'en procurer un, pas que je le ferais !
Obi-Wan se retint de lever les yeux au ciel ; il aurait dû s'en douter. Il savait pourtant que Garen avait une fâcheuse tendance à ne comprendre que ce qu'il voulait.
-Tu ne vas quand même pas me faire faux bond ? dit Muln en adoptant une mine profondément déçue.
-Mais pourquoi tu n'essaies pas par voie officielle avant de t'infiltrer illégalement dans les systèmes de FrameCorp ?
-Parce qu'hélas nous n'avons pas l'accord du conseil Jedi pour agir, alors il nous faudra opérer en toute discrétion. Il vaudrait mieux éviter un incident diplomatique…
-Et tu n'as rien trouvé de mieux ? rétorqua Treb.
-Il faut bien commencer quelque part. Tu m'as dit toi-même qu'on ne pourrait pas remonter jusqu'à toi.
-Non, c'est vrai. Mais c'est risqué pour vous aussi.
Il s'avança vers une petite fontaine à eau pour se servir à boire, mais s'arrêta dans son geste.
-Quoique…
Obi-Wan leva la tête, interrogateur.
-A la fin de la semaine, ce sera le congé mensuel de toutes les équipes de nuit, se souvint Treb.
-Mais pas de la sécurité, fit le jeune chevalier.
-Il y aura moitié moins d'effectif, ils seront faciles à éviter.
-Alors tu pourrais nous aider ? demanda Garen.
Treb s'assit, pensif.
-Ca a des chances de marcher. Et si ça sert à Calaghin…
-C'est ce que nous espérons, lui dit Obi-Wan.
-Comment vont mes petites sœurs ?
-On ne peut mieux. Elles sont revenues d'Hunserh hier.
Treb hocha la tête. Obi-Wan n'eut pas besoin de réfléchir longtemps pour se rendre compte que le jeune Zabrak était venu travailler en ville contre son gré, sans doute à la recherche d'un salaire plus ou moins satisfaisant, et que le culte était resté pour lui son véritable foyer.
-Bon, je vais te chercher ce passe, monsieur l'agent secret, se décida-t-il, mais sans réelle conviction.
Ils se dirigèrent tous vers la porte, mais stoppèrent net en jetant un œil par la fenêtre qui donnait sur l'atelier. Un groupe de responsables d'unité encadrait avec enthousiasme l'inspecteur républicain qui venait se rendre compte par lui-même de l'état des installations. Il était suivi par deux assistants - dont l'un était un amphibien - qui de toute évidence n'étaient guère passionnés par ce qui les entourait. Garen plissa les yeux en les observant.
-Vas-y, Treb. Je t'attends ici, souffla-t-il sans les quitter du regard. Obi-Wan…
Son aîné se tourna vers lui tandis qu'il sortait une carte de la poche intérieure de sa veste en cuir.
-Tu veux bien ramener ça à Lou ? Rendez-vous au Hyspace Club.
Kenobi tenta un instant de comprendre ce brusque changement de comportement chez son ami, mais finit par prendre le petit objet en acquiesçant du chef.
-Je n'en ai pas pour longtemps, lui promit Treb. Vous pourrez vous retrouver rapidement.
-Oui…, commença Garen d'un air concentré. J'aurai juste un problème à régler avant.
Obi-Wan fronça les sourcils. Il n'était pas dans l'habitude de Garen de lui cacher des choses, lui qui était si extraverti. Et quoi que ce fût qui le troublait, il espérait qu'il ne continuerait pas à le garder pour lui indéfiniment.


~*~


-Entrez, c'est ouvert !
Obi-Wan appuya sur la commande de la porte et pénétra dans l'appartement de Lou. La grande fenêtre du salon était ouverte, laissant entrer par courants d'air occasionnels le parfum discret des lilas qui avaient été plantés dans la cour intérieure et dont les fleurs venaient d'éclore. Le soleil peignait sur les murs des formes dorées, ajoutant un peu de vie à la décoration déjà fantaisiste choisie par la propriétaire.
-Pardonnez-moi de vous déranger, commença le Jedi au moment où la jeune femme, encore vêtue de son uniforme de serveuse, sortit de la cuisine.
Elle retira avec un soupir les chaussures à talons aiguille qu'elle avait portées toute la nuit et s'assit.
-Un bonjour au lieu d'excuses aurait été tout aussi agréable, sourit-elle en lui adressant un clin d'œil malicieux.
Il lui rendit son sourire et sortit la datacarte que lui avait confiée Garen.
-Je suis venu vous rendre ceci.
-Oh, dit-elle. Alors ça a marché ?
Obi-Wan secoua la tête.
-J'ignore ce qu'il en a fait, je ne pourrais vous le dire.
-Ah…, fit simplement Lou, craignant d'avoir commis un impair.
Elle se leva et se dirigea vers la commode à côté de laquelle se tenait le chevalier, ouvrit un tiroir afin d'y ranger la carte, puis essaya de le refermer.
-Ca y est, voilà que ça recommence, grommela-t-elle tandis que le tiroir se bloquait, refusant de s'emboîter dans le meuble.
Elle tira d'un coup sec, le désengageant, puis le poussa violemment. Il se referma en effet, mais non sans faire trembler toute la commode, remuant un instant les objets qui s'y trouvaient. Un cadre tangua, sembla se redresser, mais finit par glisser par-dessus bord. Lou retint une exclamation, prête à entendre le verre se briser, juste avant qu'Obi-Wan ne l'attrape au vol d'un geste fluide et rapide.
-Wow merci, soupira-t-elle de soulagement. Je ne me le serais pas pardonné. Je tiens beaucoup à ce portrait.
-Je vous en prie, c'est une question de réflexe, sourit-il en examinant la photo à l'ancienne.
Et ce fut à son tour de réprimer un hoquet de surprise. L'image représentait une femme en tenue de pilote, ses yeux et ses cheveux rebelles d'un orange lumineux. Elle arborait un sourire radieux et prenait la pose devant un fighter flambant neuf. A sa ceinture, un sabre laser, et à son poignet gauche, un bracelet en cuir.
Obi-Wan, bouche bée, se tourna vers Lou.
-Vous connaissez Clee Rhara ?
-Garen ne vous l'avait pas dit ? s'étonna la serveuse. Je suis sa sœur.
Sans son self-control Jedi qui eut la bonne idée de prendre le dessus à ce moment-là, Obi-Wan serait probablement tombé par terre, son visage exprimant autant de surprise que s'il avait croisé Mace Windu en costume de danseuse Twi'lek. Il fut heureux de s'apercevoir que seul un léger frémissement de son sourcil droit vint trahir sa stupéfaction.
-Vraiment ? fit-il.
-Vous pensiez qu'on s'était connus au club ? rit Lou. Non, Clee vient régulièrement sur Cynele, et elle a toujours amené Garen avec elle quand il était son apprenti.
-Ca fait plus de dix ans, donc.
-Eh oui, dix ans que je connais cette calamité !
Ils retournèrent tous deux s'asseoir, et Obi-Wan, intrigué, se rendit compte que la savoir liée à Clee Rhara rendit Lou encore plus sympathique à ses yeux.
-C'est surprenant, dit-il. Il y a pourtant une telle ressemblance que je me demande pourquoi je ne l'ai pas deviné plus tôt.
-Eh bien déjà nous avons vingt et un ans de différence. Ma mère l'a eue très jeune, et moi relativement tard. Et puis autant ma sœur est, paraît-il, un excellent Jedi, autant je n'ai sans doute pas une once de ces fameux midi-chloriens en moi.
-Pourquoi Garen ne me l'a-t-il pas dit ? ne comprenait pas le jeune homme.
Lou haussa les épaules.
-Je suppose qu'il essaie de ne pas penser à elle en ce moment, fit-elle. Il fait face à ce qui lui est arrivé à sa façon…
-Comment ça ? l'interrompit Obi-Wan en fronçant les sourcils, inquiet. Que s'est-il passé ?
Lou le regarda d'un air incrédule, tout à coup plus sérieuse.
-Ne me dites pas que vous ne savez pas ça non plus…
-Savoir quoi ? J'ai été absent du temple depuis un an. Je ne suis pas au courant des dernières nouvelles.
La jeune femme tira lentement sur l'épingle qui retenait son chignon et se massa doucement le cuir chevelu, une expression peinée sur son visage.
-Clee a eu un accident il y a quelques mois. Enfin… accident n'est pas le mot juste. Elle était en mission, à bord de son chasseur. Elle a été attaquée et s'est crashée.
-Force…, murmura Obi-Wan, accablé.
Il avait lui-même un peu connu Clee Rhara, mais il avait surtout entendu parler d'elle par l'intermédiaire de Qui-Gon, qui avait été un de ses proches amis, et bien sûr de Garen.
-Oh non… Elle… ? commença-t-il.
-Elle n'a pas été tuée, lui apprit Lou. Mais elle est dans le coma, là-bas dans votre temple. D'après Garen ils pensent qu'elle n'en sortira jamais. Plus le temps passe et plus ses chances s'amoindrissent.
-Je suis vraiment désolé, déplora Obi-Wan.
Les minutes qui suivirent s'écoulèrent en silence. Lou s'enfonça dans son siège et regarda par la fenêtre en entortillant une mèche de cheveux entre ses doigts d'un air pensif. Obi-Wan, lui, ne parvenait pas à réaliser. Il revoyait Garen, la nuit précédente dans le jardin, seul avec sa peine. Une peine qu'il refusait de laisser paraître, comme tout Jedi qui se respecte, et que lui n'avait pas vue. Il n'osait pas imaginer ce qu'il devait éprouver. Des dizaines de questions l'assaillirent. Pourquoi ne lui avait-il pas dit ? N'était-ce pas le rôle d'Obi-Wan en tant qu'aîné et ami de l'écouter ? Pourquoi n'était-il pas au chevet de Clee ? Qu'avait été cette mission ? Cette tragédie expliquait quelque peu l'attitude récente de Garen, mais il y avait forcément autre chose.
-Et… cette carte, reprit Obi-Wan, rompant le silence. A-t-elle un rapport avec tout cela ?
Lou eut un très léger sursaut, tirée de ses pensées.
-Eh bien, hésita-t-elle, ne sachant si elle pouvait lui révéler ce que Garen Muln n'avait pas cru bon de dire.
En regardant le jeune Jedi dans les yeux, si doux et sincères, tout doute s'envola.
-Je ne sais pas grand chose, avoua-t-elle. Seulement que Clee travaillait sur des fichiers cryptés et que cette carte est sensée contenir ses dernières découvertes.
Obi-Wan continua de la fixer, perplexe. Garen avait-il décidé de reprendre l'enquête de son maître ? Ou était-ce plutôt… Il frissonna. Garen Muln aurait-il entrepris de… se venger ?


~*~


La visite guidée de FrameCorp n'avait pas été inintéressante ; il aurait beaucoup à apprendre à son employeur, qui serait sans doute satisfait. Les installations, même si récentes, étaient efficaces, bien organisées, et le rythme de production semblait soutenu, voire même un peu trop rapide pour certains ouvriers. Ce soir il aurait des chiffres précis entre les mains, qu'il pourrait alors retransmettre. Tout pour l'instant se déroulait comme prévu, et si les choses continuaient à évoluer dans cette direction, dans à peine quelques jours il pourrait pleinement se concentrer sur la deuxième partie de sa mission. Mais avant toute chose, il se devait d'assister à une courte réunion en petit comité pour clore ses activités du matin.
Il se retourna et remercia rapidement les quelques responsables qui lui avaient fait faire le tour de l'usine et lança un regard en direction de ses deux assistants, dont l'ennui se lisait en gros sur le visage. Son grognement d'irritation s'étouffa dans sa gorge lorsqu'il remarqua un gros objet brillant qui pendait en évidence au cou de l'un d'eux. Il s'assura qu'ils étaient hors du champ de vision de la majorité des personnes présentes et il s'approcha vivement de lui.
-Vous pourriez peut-être vous montrer plus discret ! siffla-t-il en rabattant les pans de la veste de son assistant par-dessus le lourd pendentif.
Un peu pris par surprise, l'autre recula et finit de fourrer l'objet sous plusieurs couches de vêtements en ravalant une protestation.
-Un problème, monsieur l'inspecteur ? s'enquit un homme derrière lui.
Le représentant républicain envoya un dernier regard à son subordonné, se redressa de toute sa hauteur et reprit son air autoritaire et quelque peu arrogant.
-Bien sûr que non, cher ami. Tout va bien, sourit-il avec une fausse sincérité du plus bel effet.
-Parfait. Monsieur Daat vous attend, reprit le responsable des relations interplanétaires en lui ouvrant la porte.
L'inspecteur hocha la tête et entra après avoir congédié ses deux assistants, qui parurent heureux d'obtenir un peu de temps libre. La porte se referma derrière lui et il put détailler la pièce à sa guise. Le bureau de Sum Daat, directeur général de FrameCorp Cynele, se situait au dixième étage de l'usine, à l'écart du bruit et des dérangements, et était étrangement peu meublé. De hautes plantes en pot occupaient chaque coin, et semblaient être la seule fantaisie que le directeur aux goûts apparemment très sobres s'était autorisée. Il fallait dire que la table de réunion aux dimensions impressionnantes occupait bien les trois quarts de l'espace, noire, brillante, vaste et pourvue de systèmes électroniques permettant d'activer différents holoprojecteurs individuels, des maquettes en trois dimensions, et bien évidemment de petites stations com à chaque place. On ne se refusait rien chez FrameCorp. Tout au bout de la table, devant la fenêtre qui éclairait la pièce - aidée de quelques spots au plafond - se tenait Sum Daat, un cinquantenaire à la forme pourtant athlétique, qui se retourna au bout d'un instant. S'il n'y avait pas eu ce sourire presque ingénu sur son visage, on eût peut-être été en droit de supposer que cette solennité pompeuse avait été soigneusement mise en scène.
-Ah, monsieur l'inspecteur Colmun, dit-il en s'avançant un peu. J'espère que la visite a été satisfaisante. Je vous en prie asseyez-vous.
Ils prirent donc place, et Exe Colmun, inspecteur républicain de renom, passa immédiatement en mode homme d'affaire impitoyable. Il posa sa mallette sur la table, l'ouvrit et en sortit quelques dossiers.
-Relativement, oui, finit-il par répondre sans lever les yeux des statistiques qu'il faisait défiler sur l'écran de son petit databloc.
Il avait évidemment déjà lu les informations, mais il aimait se donner un air sérieux et placide lorsqu'il s'apprêtait à parler travail.
-La production démarre bien, et vous êtes sur la bonne voie pour venir un jour concurrencer les meilleures usines républicaines.
Daat hocha fièrement la tête.
-…Mais il va falloir faire doubler vos chiffres pour la fin de l'année. Votre premier ministre vous l'aura sûrement déjà dit. C'est à cette condition que Cynele III sera admise au Sénat.
Le sourire satisfait du directeur vacilla un peu.
-Doubler ?
L'inspecteur Colmun rangea son databloc, ferma sa mallette.
-Vous êtes conscient que le Chancelier Suprême croule déjà sous les demandes. Seuls les meilleurs candidats seront acceptés, et je crois que votre gouvernement est de notre avis.
-Bien entendu. Mais vous devez réaliser que les résultats seront peut-être un peu plus longs à obtenir. Nous devons nous agrandir, et nous sommes en train de… négocier du terrain.
Exe Colmun sourit. Il savait très bien de quel genre de négociation il s'agissait.
-Hélas le temps s'écoule irrémédiablement, et le progrès ne s'arrête pas pour les retardataires.
Il se releva, prêt à conclure la discussion. Le message était passé.
-Mais je vous fais confiance. Vous êtes une maison jeune et dynamique, pleine de promesses. Je pense que mon rapport sera positif.
Sum Daat le suivit jusqu'à la porte, un peu soulagé mais comprenant que la bataille n'était pas encore gagnée. Le grand patron s'était montré clair : il voulait des acheteurs, et jusqu'à présent la République Galactique était le parti le plus offrant. FrameCorp avait besoin de cette adhérence.
-Merci encore de votre patience, déclara l'inspecteur en se tournant une dernière fois vers lui.
-Tout le plaisir a été pour moi, mentit Daat avec un talent que seuls possédaient les chefs de grandes entreprises. Je suppose que vous avez encore beaucoup de travail devant vous avant de quitter notre lune.
Exe Colmun regarda brièvement par la fenêtre avant de répondre d'un ton à la fois las et mystérieux.
-Oh oui, vous n'avez pas idée…


~*~


Obi-Wan avait quitté l'appartement de Lou Rhara il y avait une bonne heure, et était passé aux hangars de l'astroport afin de vérifier l'état de son chasseur et du petit astromech qui l'avait patiemment attendu, comme à son habitude. En effet, R4-P17 était un droïde très professionnel, qui exécutait les ordres dans la seconde sans jamais poser de question, mais cela s'arrêtait là. Jamais il n'aurait eu l'idée de prendre quelque initiative que ce fût, et était bien content qu'on le laisse tout simplement tranquille dans son coin.
Il avait donc effectué les mises à jour demandées par son propriétaire du moment, puis était retourné en état de veille, heureux qu'on ne lui en demande pas plus ; et Obi-Wan était donc reparti en direction du Hyspace Club où Garen Muln lui avait donné rendez-vous.
Il fronça les sourcils au moment où ses pensées se tournèrent un nouvelle fois vers son ami d'enfance. Et pour ne pas changer, il n'avait aucune idée de ce qu'il devait faire. La situation se compliquait de jour en jour, et il se demandait s'il parviendrait à jouer sur tous les tableaux à la fois sans y perdre la raison pour autant. Il inspira à fond dans l'air frais de cette fin de matinée et laissa le soleil réconfortant lui caresser le visage, éclairant son teint encore mat et embrasant les mèches cuivrées de ses cheveux. Utilisant sa méthode habituelle, il s'abandonna à ses angoisses et ses doutes, en fut submergé, puis les accepta dans leur totalité et expira avec une lenteur infinie, s'en libérant progressivement. Au bout de plusieurs longues secondes, il avait retrouvé toute sa force et sa confiance. Il appréhenderait les événements comme ils viendraient et résoudrait chaque problème méthodiquement, un à un.
Il reprit sa marche avec plus d'aisance, son allure sensiblement plus élégante et décontractée. L'aura qu'il diffusait autour de lui était plus calme, impressionnante. Le quartier qu'il traversait étant uniquement composé d'entrepôts, les larges rues étaient vides, mais il ne faisait aucun doute que le premier réflexe d'éventuels passants aurait été de s'écarter de la route de ce chevalier Jedi au regard rayonnant de puissance.
Il continuait d'avancer en direction du club lorsqu'il s'arrêta subitement, comme obéissant à un ordre silencieux de la Force. Il écouta. Rien. Le vent qui poussait les quelques nuages cotonneux soufflait trop haut pour être audible, des bruits distants de machines lui parvenaient vaguement depuis le fond de plusieurs entrepôts. Rien de surprenant ni d'anormal. Pourtant quelque chose lui disait d'attendre, de rester sur ses gardes. Le regard concentré, les sens en éveil, il ne remarqua rien de particulier.
Puis loin derrière lui, sans doute à l'extrémité de la longue rue déserte, il y eut comme un raclement, très léger, à peine audible. Il se retourna, plissa les yeux, mais ne vit rien ; jusqu'à ce qu'un objet d'une certaine taille ne lui renvoie le reflet d'un rayon de soleil. Un nouveau raclement - du métal se tordant et frottant sur du béton - et progressivement Obi-Wan put discerner le bourdonnement aigu d'un moteur de speeder qui se rapprochait à vive allure. Il fut tenté de bouger, mais la Force semblait lui demander de rester où il se trouvait, et d'observer.
Petit à petit le minuscule point au loin prit forme, et deux silhouettes se démarquèrent à bord du véhicule. Obi-Wan fronça les sourcils. Elles avaient l'air de lutter. Le speeder fit une embardée vers la droite, heurta violemment le mur d'un bâtiment, secouant les passagers, et poursuivit sa course en une pluie d'étincelles, le métal crissant alors que l'aile droite s'enflamma. Obi-Wan s'était figé en voyant le transport s'agrandir au fur et à mesure qu'il avançait vers lui. L'un des deux individus à son bord eut l'air d'agripper les contrôles et redressa leur trajectoire tandis que l'autre pointait un blaster sur lui.
Obi-Wan reconnut avec horreur le premier des deux passagers : Garen Muln. Le tir partit, mais n'atteignit jamais sa cible. D'un adroit moulinet du bras, Garen fit apparaître une lame d'énergie brillante, interceptant le laser qui alla terminer sa route quelque part dans les circuits du speeder. Celui-ci perdit soudain ses répulseurs et s'affala sur le sol sans jamais ralentir, arrivant presque à la hauteur d'Obi-Wan qui put apercevoir plus clairement le deuxième visage, reconnaissant l'un des assistants de l'inspecteur républicain. Garen Muln tentait de l'immobiliser tandis que le speeder, dont tous les répulseurs n'avaient apparemment pas été atteints, se releva péniblement, pour retomber brutalement une seconde plus tard au moment même où il passait devant Obi-Wan. Garen, projeté sur le capot, se retint de justesse en attrapant un bout de tôle retourné. Le deuxième passager fut, lui, éjecté du véhicule et tomba la tête la première aux pieds de Kenobi. Celui-ci, libéré de sa stupeur, s'agenouilla précipitamment, uniquement pour constater qu'il était déjà trop tard : la nuque avait été brisée. Il se releva alors pour voir le speeder dépourvu de chauffeur poursuivre sa course folle, laissant une traînée de flammes derrière lui. Spectateur impuissant, il ne pouvait qu'espérer que Garen s'en sortirait vivant. Cet espoir s'envola lorsqu'il réalisa que le speeder se dirigeait tout droit vers un énorme réservoir à carburant situé à l'angle du prochain carrefour.
Garen Muln, de son côté, gardait son sang-froid. Au prix d'un incroyable effort, il se hissa jusqu'à l'intérieur du speeder et reprit les commandes. Il ne pensa à rien, ou en tout cas sûrement pas à l'explosion que le choc pourrait provoquer. Mettant en application tous ses talents de pilote, il attrapa d'une main le câble contrôlant la direction, qui avait été mis à nu, et tint son sabre laser dans l'autre, misant sa dernière carte.
Obi-Wan, pris d'une fascination presque morbide, observait la scène, refusant ce qui semblait pourtant inévitable. Le speeder n'avait pas ralenti, et à cette distance il ne pourrait plus s'arrêter. C'est alors que Garen se leva, brandit son épée et trancha l'aile droite - la partie la plus endommagée - tout en tirant de toutes ses forces sur un gros câble. Le speeder tangua et prit un virage à cent quatre-vingt degrés pendant que la partie qu'il avait découpée alla s'encastrer dans le réservoir. Celui-ci prit feu, et le souffle de l'explosion qui suivit repoussa ce qui restait du speeder le long de la route.
A la seconde où le tas de tôle fumant s'arrêta enfin, Obi-Wan accourut pour se rendre compte de la situation. Garen se releva lentement entre les volutes de fumée, s'efforçant de prendre une prestance tintée d'arrogance de vainqueur. Cette image qui se voulait héroïque était légèrement sabotée par le fait que son visage était recouvert d'huile, que ses cheveux mi-longs collaient à sa tête à cause de la sueur, et que ses vêtements étaient aussi sales que déchirés.
Remarquant le regard exaspéré d'Obi-Wan, il baissa les yeux pour observer l'étendue des dégâts avant de hausser les épaules d'un air serein.
-Chouette balade ! sourit-il en descendant du speeder d'un bond. Je referais bien un tour.
Rassuré qu'il n'était pas blessé, Obi-Wan ne put s'empêcher d'intervenir sur un ton de reproche.
-Je t'en prie ne te gêne pas pour moi !
-Je t'invite si tu veux, répliqua Garen avec un clin d'œil provocateur en passant devant lui.
-Sans façon, je tiens à la vie.
Muln arriva à hauteur de l'assistant républicain et s'agenouilla.
-Il est mort, lui dit Obi-Wan.
Garen ne répondit rien, son visage souillé indéchiffrable. Il observa le corps pendant un instant, puis approcha sa main de lui. Obi-Wan crut qu'il allait rabattre définitivement les paupières par-dessus les yeux encore écarquillés, mais il fut stupéfié de le voir ouvrir les pans de la veste du cadavre afin de tâter les vêtements.
-Mais qu'est-ce que tu fais ?
Garen, imperturbable, continua de chercher. Il finit par trouver un gros objet attaché au cou du mort, en défit la lanière et le fourra dans la poche intérieure de sa propre veste. Sans un autre regard sur la victime, il se leva et s'éloigna, laissant Obi-Wan derrière lui, atterré.
-Garen ! appela-t-il fermement. A quoi est-ce que tu joues ?
Muln s'arrêta, dos tourné, et baissa la tête.
-Pas ici, répondit-il d'une voix si vulnérable que son compagnon en fut troublé. Pas maintenant… Allons-nous-en.
Devant l'absence de réaction de sa part il se retourna.
-S'il te plaît.
Obi-Wan eut l'air incertain pendant un moment, mais il finit par décider de lui faire confiance, et accepta de le suivre. Cependant dans son regard sévère, il prit soin de montrer que cette fois, des explications étaient devenues inévitables.


~*~




Star Wars VIII

PSW Vidéo

Evénements

Auxerre Galactic Days
Auxerre Galactic Days

Complexe sportif des Hauts d'Auxerre
21 oct. 2017 - 22 oct. 2017

Comic Con Paris avec PSW - BB-8, VR & Instant Gagnant
Comic Con Paris avec PSW - BB-8, VR & Instant Gagnant

Grande Halle de la Villette, Paris
27 oct. 2017 - 29 oct. 2017

Toys Normandy
Toys Normandy

salle des fêtes de Cherbourg
28 oct. 2017 - 29 oct. 2017

La Nuit des Gardiens
La Nuit des Gardiens

Théâtre de l'Etang, Saint-Estève [66]
28 oct. 2017

Sortie PSW au Comic Con Paris
Sortie PSW au Comic Con Paris

Grande Halle de la Villette, Paris
28 oct. 2017

Le Salon Fantastique 6
Le Salon Fantastique 6

Espace Champerret Paris
03 nov. 2017 - 05 nov. 2017

Hero Festival saison 4
Hero Festival saison 4

Marseille
11 nov. 2017 - 12 nov. 2017

StarWars Story

Anniversaires

nés un 22 octobre...
en partenariat avec
Hachette Heroes
Science Fiction Archives
501st French Garrison
Hasbro
Star Wars Collection
Sport Saber League
La 59ème Légion
TesHeros.com
ASFA Captain Collectoys Radio Disney Club Star Wars Holonet STAR WARS RPG


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer