La Mort en bielles et engrenages.

Quand une espionne industrielle de qualité plus que médiocre pénètre nuitament dans la chambre du contrebandier Édoras Konix Terrik, celui-ci soupconne immédiatement un coup juteux. Après un passage par Kashyyyk pour y récupérer sa fille, le contrebandier nous enmène dans un voyage haut en couleurs à travers la Galaxie afin de récupérer les plans d'une mystérieuse usine de fabrication de droïdes Géonosienne. Mais quand on doit à la fois protéger sa fille, son argent et sa propre vie, comment parvenir à semer tous les tueurs, mercenaires, pirates et autres trafiquants sans scrupules allechés par le profit? Le contrebandier va avoir chaud, très chaud... mais quel danger le ferait reculer quand il y a quelques crédits en jeux?

Naviguez dans les chapitres :

CHAPITRE 2: La Fillette.

La « Dame Fortune » est déjà bondée en cette heure matinale. Une clientèle cosmopolite a déjà prit d’assaut les tables de jeux, la piste de danse et le bar. Appuyé contre l’une des caisses, là où les clients peuvent déposer les objets qu’ils souhaitent soustraire aux tentations, j’observe, sans en avoir l’air, la clientèle, et surveille Sara, tandis que celle-ci récupère ses biens hors du casier et récupère la consigne. Après cette activité simplissime, nous quittons (à mon grand regret, au vu de la piste de ‘danse’), sans avoir l’air de nous connaître plus que deux simples joueurs décidant de sortir au même moment. A l’instant où je me rabats derrière elle, je reçois un splendide coup sur l’épaule, qui manque de me faire basculer tellement il me surprend. Je me retourne et constate un groupe de cinq adolescents en train de rigoler comme des bossus. N’ayant pas envie de les assassiner, je décide d’ignorer leur farce et de passer mon chemin… Je continue d’avancer à travers la marée vivante grouillant autour de moi. Sara est là, qui m’attend sur le siège passager. Je la rejoins et tente de m’asseoir à la place du conducteur, lorsque mon épaule décide de ne pas vouloir toucher le dossier du siège, et se met à saigner faiblement. Je me retourne pour tâter la dite épaule et constate que la Sevari me regarde, blanche comme un morceau de viande froide.

-Vous êtes sur d’avoir des amis, dans cet établissement ? qu’elle écarquille des yeux.
Je passe mon bras derrière mon dos et retire un couteau d’une vingtaine de pouces hors de mon armure. Dis, ils jouent des jeux dangereux, les gosses d’ici, tu trouves pas ? Tu parles d’une farce…

-Comment avez-vous… ?!, demanda ma coéquipière, subjuguée par ma résistance.

-Je ne me sépare jamais du plastron de mon armure, sauf parfois pour dormir, expliquai-je.

-Une chance pour nous.
Oh ! Comme il réchauffe le cœur, ce « nous » échappé malencontreusement. Il est porteur de pleins de choses agréables, tu crois pas ? Signifie qu’elle me pardonne mes coups d’hier soir, qu’elle me tend sa sympathie.

-Pour nous, en effet : ce n’est pas moi qu’on visait.

-Pardon ?!

-Un quart de seconde plus tôt, et vous auriez reçu ce joli bijou en guise de diadème… j’ai cru qu’il s’agissait d’une blague de quelques collégiens en vacances, mais visiblement, je parierais plutôt pour un tueur à gages, Twi’Lek ou très proche-Humain.

-Comment ça ?

-Simple : les Rodiens et les Barabels ne travaillent pas au couteau, pas au lancer en tout cas. De plus, si j’avais été visé, on ne m’aurait pas manqué, on aurait visé la tête, pas l’épaule ! Or, il se trouve que votre charmant front arrive juste au niveau de ma clavicule…

-Je commence à ne pas aimer cette planète.

-Elle vous le rend bien, pour votre apologie. Une fois au vaisseau, nous serons à l’abri.
-N’empêche, cela prouve bien ce que ces documents valent, pour prendre le risque de vouloir me supprimer en public, raisonna t’elle.




-Accueil tout confort, climatisation, air pur et minibar garni, bienvenu à bord ! récita Sunny, l’Intelligence Semi-Artificielle du Soleil Bleu.

-C’est le vaisseau qui a parlé ?!! s’écria Sara, une main sur le cœur et l’autre sur son holster (elle ignore que j’ai déchargé son arme).

-Si on veut : c’est sa conscience ! Je te présente l’assistance au pilotage, Sunny.

-Je me disais aussi qu’un seul homme ne pouvait diriger seul cet immense engin. Il mesure combien, d’ailleurs, 100 mètres ?

-Plus. Mais ça n’empêche pas que, lorsque Sunny doit recharger, je suis seul maître à bord après le Hasard. Bon, on est pas là pour parler de ma merveille, mais pour engranger des crédits !

-Direction ? demanda Sunny.

-Kashyyyk, ordonnai-je.

Et le grand oiseau bleu de se lever, nonobstant la pesanteur, pour quitter l’atmosphère et rejoindre l’espace. Puis, d’une formidable poussée, nous quittâmes le monde de la matière pour devenir lumière, puis énergie. (Mais de toute façon, comme l’a si bien simplifié l’oncle Albert, la matière et l’énergie, c’est kif la même chose, juste la vitesse qui change.)


Depuis les feuillages, un cri résonna, traversant la canopée et se faisant même entendre jusqu’aux ombres du sol. Un cri de joie, émanant d’une gorge enfantine aux accents de miel et de nuages. Un cri si puissant qu’il effraya tous les animaux à deux kilomètres à la ronde :

-PIIIIIINOUUUUUUU !!!

Je me retournai de justesse pour accueillir dans mes bras une enfant aux cheveux auburn où s’accrochaient quelques rayons de soleil. Sous la puissance de l’impact, je chutai au sol sous une cascade de rires entremêlés.

-T’es resté longtemps partis, me reprocha la fillette entre deux embrassades.

-Maggy… Ca fait seulement trois jours… plaidai-je.

-Trois jours et quatre nuits ! rectifia la cruelle enfant.

-Mais maintenant, je suis rentré. Je peux me relever ?

-Non, ou alors, tu payes ! exigea la digne fille de son père.

-Correct, toute chose à un prix...

-Tu me peigneras les cheveux d’à moi ! Ca marche ?

-Ca marche, grenadine. (bah oui… petite grenade, quoi !)

Portant ma fille sur une épaule, je pénétrai dans la hutte de Wroobany mon grand ami poilu. Je m’assis sur le tabouret de bois qu’on me désigna, lâchai Maggy et acceptai le verre d’accueil qu’une femelle Wookiee me tendait. Puis, le vieux poilu entra, faillit m’étouffer dans ses bras, et nous commençâmes à palabrer. Je lui demandai comment s’était comportée Maggy, comment allait son dernier petit Wookiee et, enfin, lui présentai Sara, qui était demeuré soigneusement en retrait, à l’écart des monstres de fourrures. Tandis que j’abordais le sujet des plans, ma tendre descendance vint s’asseoir sur mes genoux, me tendant une brosse et une fleur. Y a pas à dire : les gosses, ça n’oublie jamais rien qui leur soit profitable, alors quand en plus ils portent mes gènes…

Après un long repas au gibier et aux fruits rouges, il fut conclut que ce cher receleur à qui j’avais confié ma fille pouvait espérer vendre les plans pour un joli quart de million, minimum syndical à négocier. Je passai la nuit sous les arbres puis rembarquai après le petit-déjeuner, emportant dans mon sillage Sara et Maggy.


-Système déchèterie ?

-Occupé à 20% de ses capacités, répondit Sunny.

-Recharge missiles ?

-86% de disponibilité.

-Encrassage moteur principal et auxiliaires ?

-En dessous de la marge d’entretient.

-Bon, tout est opérationnel, alors ? Prête pour une année supplémentaire du septennat ?

-Tout va bien, capitaine Terrik.

-Bon, préviens moi quand on sera en vue de Corellia.

-Eniki, lorda.

Je sortis de la cabine de pilotage, une chanson au bord des lèvres (ce qui est préférable à un goût désagréable, mais moins qu’une autre paire de lèvres, tu en conviendras). Dans le ‘salon’, Maggy s’amusait aux dépens de la Sevari.

-Tu chantes une chanson ? demanda ma tendre fille.

-Je ne sais pas en chanter, répondit l’espionne.

-Tu fais quoi comme travail, toi ?

-Je récolte des informations et je les échange à des gens qui en ont besoin.

-Pourquoi ?

-Pour pouvoir manger, tiens !

-Tu as des enfants ?

-Non, du moins pas encore.

-Alors, pourquoi tu dois travailler, si t’as pas d’enfants ?

Touchante preuve de l’innocence incarnée… j’interviens, pour couper court au malheur de Sara (elle aurait du s’appeler Sophie) :

-Tu viens m’aider à préparer du bacta, chérie ?

-Non, je préfère cuisiner ! On va faire des biscuits ?

-Euh… dans l’espace, il n’y a pas de fleurs ou de fruits, Maggy, et je n’ai pas les ingrédients à bord, pour faire la pâte…

-Mais on est pas dans l’espace, Pinou, on est dans l’hyperespace ! Allez, venez, on va cuisiner.

Bardaf, la réplique de bon sens. Que répondre à ça ? C’est dur, d’être père...

-Tu sais, Maggy, le bacta, c’est comme les pâtisseries : ça a besoin d’être cuisiné avec amour… tentai-je de la convaincre de l’importance d’un bien national.

-Alors, Sara doit en faire avec nous !

-Pourquoi ça ? s’étonna l’intéressée.

-Ben, pour avoir des enfants, il faut de l’amour. Si tu cuisines du bacta avec nous, tu apprendras de l’amour, comme ça tu auras des enfants !

Quand je disais qu’elle a des arguments de choc, la gamine ! C’est ainsi qu’avec nous nous retrouvâmes en train de préparer des doses de bacta. Quand nous sortîmes enfin de l’hyperespace, Sara commençait un mal de crâne impossible. Au moment de sortir du vaisseau, pour pénétrer dans Coronet, Maggy me prit à part.

-Tu sais, Papinou, Sara, c’est pas une gentille : c’est une espionne, elle n’arrête pas de te cacher des choses !

-Merci ma chérie, je ferai attention c’est promis. Mais tu sais, il y a plein d’espions qui n sont pas méchant… certains oeuvrent pour une bonne cause, pour protéger les gens. C’est un assez beau métier.

-Comme moi quand je vais dire à Obi que maman a découvert qu’il buvait des bières dans les cafés, pour qu’il me donne des sucettes ?

Je souris. Décidément, les trafics, c’est de famille ! Dommage que je n’aie pas connu mes parents, ça devait être des cas…

Je pris Maggy par la main et descendis la passerelle vers l’astroport de Coronet, plutôt calme sous la fraîcheur nocturne.

PSW Vidéo

Star Wars VIII

Les Derniers Jedi dans...

...

A Star Wars Story

Han Solo dans...

...

Publicité

Chargement…

Evénements

FACTS
FACTS

Gand (Belgique)
01 avril 2017 - 02 avril 2017

ASFA
ASFA

Amélie-les-Bains
15 avril 2017 - 16 avril 2017

Toulouse Game Show Springbreak
Toulouse Game Show Springbreak

Diagora Labege Toulouse
22 avril 2017 - 23 avril 2017

Générations Star Wars & Science-Fiction
Générations Star Wars & Science-Fiction

Cusset
29 avril 2017 - 30 avril 2017

Soirée Star Wars à Disneyland
Soirée Star Wars à Disneyland

Parc Walt Disney Studio
05 mai 2017 - 06 mai 2017

AnimaGeek 3.0
AnimaGeek 3.0

Forges-les-Eaux (76)
06 mai 2017 - 07 mai 2017

Geek Days
Geek Days

Lille Grand Palais
20 mai 2017 - 21 mai 2017

Anniversaires

nés un 29 mars...

Chargement…

en partenariat avec
Pulps
Hong Kong Style
Gastronogeek
MintInBox
La Grande Récré Star Wars
Rebel Legion France
Star Wars Collection
Sport Saber League
La 59ème Légion
501st French Garrison
Dagoma
Science Fiction Archives
Star Wars Holonet STAR WARS RPG Radio Disney Club Le Réveil des Fans ASFA


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer