Le Gardien : Souvenirs d'enfance

Premier Tome de la trilogie du gardien dans lequel Obi-Wan Kenobi apprend la vérité sur ses origines. Suspence, action, émotion, cette Fan-Fiction riche en rebondissements vous laissera scotché devant votre écran !

Naviguez dans les chapitres :

CHAPITRE 7: A la découverte du passé

- Ca ne peut plus continuer. Il faut intervenir ! La police refuse de s'y mêler, ils disent qu'ils n'auraient pas assez de mobilité, ou encore qu'ils n'y croient pas ou bien même que si la menace est réelle ils ne veulent pas risquer des hommes. C'est à nous de régler ce problème une bonne fois pour toutes !
- Theran, le conseil refusera de cautionner encore une fois une telle initiative. Il y a une limite à ce que nous pouvons faire ! C'est bien trop dangereux.
- C'est justement parce qu'il est dangereux qu'il faut y mettre un terme, Qui-Gon, rétorqua le jeune homme avec un grand geste de la main. Je refuse d'élever mon fils dans la crainte qu'il tombe un jour entre ses mains. Cette victime sera sa dernière.
Jinn fronça les sourcils, soudain suspicieux.
- Tu me caches quelque chose. Pourquoi me parles-tu de ton fils ? Il partira sans doute pour Coruscant en tant qu'initié alors pourquoi redouter une rencontre avec lui ?
Kenobi se figea alors et serra les dents, les yeux rivés sur le sol.
- Theran ? poussa encore le maître. Tu as vu quelque chose ?
- Arrête, Qui-Gon, le prévint-il d'une voix dure.
- Tu as eu une vision d'Obi-Wan, n'est-ce pas ?
- Ecoute, le coupa-t-il. Tu es avec moi ou non. C'est aussi simple que ça.
- Theran, c'est du suicide ! essaya encore de le raisonner Jinn.
Il prit le temps d'observer son compagnon, et il ne put que constater sa détermination, apparemment motivée par une terrible appréhension. Quoi qu'il eût pu voir concernant son enfant, il était prêt à tout pour le protéger, même si cela signifiait affronter un danger plus grand qu'il n'était capable d'assumer, et Qui-Gon ne pouvait le laisser faire.
- Je vais en parler au conseil, offrit-il en soupirant. Peut-être qu'ils finiront par te soutenir.
- Comme tu voudras, lâcha Theran, qui ne sembla pas satisfait.

Tu as vu quelque chose ? - C'est du suicide ! - Tu es avec moi ou non ! - Tu as eu une vision d'Obi-Wan… - dans la crainte qu'il tombe un jour entre ses mains - tu as vu quelque chose…

Qui-Gon soupira et posa la tête en arrière sur le dossier du canapé de l'appartement qu'il partageait maintenant avec Anakin. Il ne parvenait plus à réprimer les souvenirs qu'il avait enfouis au fond de lui des années plus tôt, et ils revenaient progressivement, réveillant des craintes et des peines jusqu'alors oubliées.
Il ne supportait pas cette passivité qui le rongeait de l'intérieur, laissant ses nerfs à vif. Tandis qu'Anakin passait ses journées à suivre des cours avec des initiés plus jeunes afin de rattraper son retard, Qui-Gon tentait de se calmer avec des méditations qui étaient inlassablement interrompues par des flashs d'événements passés, dont la scène récurrente où il avait vu son ami pour la dernière fois chez lui. Theran avait véritablement eu une vision d'Obi-Wan aux prises avec cette créature maléfique, il n'en avait plus le moindre doute. L'acuité de la connexion des Kenobi à la Force unificatrice qui leur permettait de voir si bien dans l'avenir se transmettait de génération en génération et n'avait jamais été mise en doute. Obi-Wan avait lui-aussi hérité ce don de son père. Si à l'époque il avait pensé qu'Obi-Wan n'était pas en réel danger, il commençait à craindre de plus en plus qu'effectivement il allait tout droit vers de très gros problèmes, et il ne pouvait rien faire pour le soutenir.
Qui-Gon Jinn se prit la tête entre les mains. Son meilleur ami serait alors mort pour rien et lui n'aurait pas été capable d'assurer la protection de son fils…
La sonnette d'entrée finit heureusement par interrompre ces réflexions bien sinistres. Le maître Jedi soupira et se leva pour ouvrir. Un peu de distraction était la bienvenue.
-Mace ! s'exclama-t-il en découvrant le Jedi à la peau sombre sur le pas de sa porte.
-Je peux entrer ?
-Bien sûr. Ma porte est toujours ouverte pour toi, mon vieil ami.
Windu, que le ton faussement désinvolte ne trompa pas, alla prendre place dans un fauteuil en face de lui.
-Je peux t'offrir quelque chose à boire ?
-Non merci. Comment vas-tu, Qui-Gon, demanda-t-il gravement.
-Pas très bien, pour être honnête, fit le Jedi avec la même franchise. Comment te sentirais-tu à ma place ?
-Tu as eu des nouvelles d'Obi-Wan ?
-Non. Et toi ?
-Il a appelé Yoda il y a quelques heures.
Qui-Gon leva des yeux interrogateurs.
-Il était chez Eanel.
-Il l'a retrouvée ? manqua de s'étrangler Jinn.
-Non. Elle n'est pas là.
-Comment Yoda l'a-t-il trouvé ?
Windu haussa les épaules.
-Semblable à lui-même. Calme, détendu. Il paraît qu'il avait l'air plutôt réjoui.
Qui-Gon baissa la tête d'une façon qui voulait très clairement dire ¨pas pour longtemps¨.
-Ne te laisse pas abattre, Qui. Obi-Wan est un très bon Jedi, il est adroit et intelligent. Il ne se ruera pas tête baissée dans les ennuis.
-Et il est aussi impulsif, anxieux par nature et manque de concentration sur la Force vitale, contredit Jinn avec véhémence.
Windu fronça les sourcils.
-Bon. J'avais prévu de te dire tout ça autrement, mais je vais être direct, fit-il. Tu as un autre apprenti qui a besoin de toute ton attention. Tu sais que le conseil fait preuve d'une patience toute particulière à ton égard. Nous t'avons autorisé à le prendre sous ta tutelle, mais à condition que tu l'aies à l'œil, chose que tu es incapable de faire si tes pensées sont axées sur Obi-Wan, qui n'est plus ton apprenti, et dont l'avenir de te regarde plus.
Il se leva et regarda Qui-Gon droit dans les yeux.
-Je suis venu te voir en ami, pour prendre de tes nouvelles et t'avertir que tes faits et gestes sont surveillés de très près. Nous sommes tous inquiets pour Obi-Wan, mais comprends bien que tu ne peux pas l'autoriser à redevenir ta priorité. Si tu ne peux pas assurer l'apprentissage d'Anakin, il te sera retiré.
Jinn se leva à son tour, l'air choqué.
-C'est une menace ?
-Non, Qui-Gon, répondit doucement Windu. Ce sont des faits. Et je voulais les porter à ta connaissance pour t'éviter de commettre des erreurs qui pourraient te coûter cher.
-Mais Obi-Wan…
-…n'est plus ta responsabilité, coupa sèchement Windu.
Jinn serra les poings et ravala la rage qui commençait à s'emparer de lui.
-Comment pouvez-vous me faire ça ? siffla-t-il entre ses dents.
-Tu te le fais tout seul, rétorqua froidement Mace en rajustant son long manteau sombre. Tu as tout intérêt à surveiller tes gestes, comme tes paroles. Et ceux de ton padawan également. Je te laisse réfléchir à tout cela.
Il se dirigea vers l'entrée, appuya sur le système d'ouverture et sortit.
-Obi-Wan a entrepris ce voyage seul, et seul il doit le finir, le conseil en a décidé ainsi.
Il se retourna tandis que la porte se refermait sur lui, et essaya de ne pas tenir compte de l'expression rageuse et meurtrie de son ami d'enfance. Il soupira en passant une main hésitante sur son crâne chauve. Il n'avait pas pensé pouvoir se montrer aussi dur, mais il avait été obligé d'agir comme le conseil l'avait estimé nécessaire. Force que la situation était difficile !
Il secoua la tête avec affliction et retourna à ses quartiers, sachant qu'il ne laissait que du trouble, de la colère et du ressentiment derrière lui.


~*~
Obi-Wan s'était levé un peu avant le soleil, et après un court petit déjeuner, il était replongé dans la lecture du journal de son père, assimilant ses pensées et impressions avec avidité, et comprenant de mieux en mieux quel genre d'homme il avait été.
"Aujourd'hui Qui-Gon, Mace et maître Yoda sont arrivés et ont été présentés à Obi-Wan. Au premier regard qu'il a posé sur lui, Mace a dit " Aucun doute là-dessus, il deviendra un grand Jedi. " J'en suis persuadé. Rien qu'hier, il a fait léviter sa peluche jusqu'à lui. Bien sûr, quand il s'est aperçu que ça venait de lui, il a paniqué et elle est retombée mais avec le temps, il aura une maîtrise indiscutable de la Force. Eanel n'aime pas nous entendre parler de son futur en tant que Jedi, elle sait comme cette vie peut être dure. Mais je l'ai surprise l'autre soir en train de raconter l'histoire du premier Jedi à Obi-Wan pour l'endormir, et je sais qu'elle est fière de ce qu'il est destiné à devenir.
Quand je repense à sa rencontre avec Yoda… Ce vieux troll - pourvu qu'il ne tombe jamais sur ce recueil - ne l'avait pourtant pas cherché, mais alors qu'il a approché sa main de la tête d'Obi-Wan pour essayer de ressentir sa force intérieure, Obi-Wan a dû confondre ses doigts verts avec ces espèces de biscuits infâmes que lui donne Eanel, parce qu'il a tout à coup ouvert sa bouche en grand et… il y a planté ses gencives dures dépourvues de dents ! Yoda a retiré sa main et m'a décoché un regard qui en disait long. Puis il a lancé : " Un caractère mordant, il aura " d'un air tellement stupéfait que Mace est allé fuir dans la pièce d'à côté pour essayer de retrouver son self-control habituel. J'ai dû penser un peu fort que Yoda avait un humour qualifiable de lourd, parce que ça n'a fait ni une ni deux, il m'a asséné un grand coup de sa canne sur la tête - qui en avait déjà pris un certain nombre - et c'en fut trop pour Qui-Gon, qui a éclaté de rire au visage vexé de Yoda. Obi-Wan, que la situation a eu l'air d'amuser aussi, s'est mis à glousser joyeusement de sa petite voix aiguë et adorable. Je crois que je n'ai jamais autant ri de ma vie, surtout quand Yoda lui-même s'y est mis…"
Obi-Wan reposa le bloc un instant le temps d'essuyer les larmes de rire qui avaient coulé sur ses joues. Cela faisait trop longtemps qu'il n'avait pas réellement ri de bon cœur, et il admit que ça faisait un bien fou. Rien que d'imaginer les visages ahuris de ses maîtres d'habitude si stoïques et inébranlables suffit pour le relancer. Il n'arrivait pas à croire qu'il avait effectivement mordu un jour Yoda-Le-Vénérable. En tout cas il ne le verrait plus jamais du même œil…
Il y eut plusieurs autres anecdotes après celle-ci, les unes attendrissantes, d'autres plutôt cocasses - son tout nouveau rôle de père avait apparemment beaucoup excité Theran - et parfois les récits étaient tout simplement émouvants. Obi-Wan passa toute la matinée à les découvrir, ainsi qu'une bonne partie de l'après-midi, et soudain les sujets qui avaient auparavant toujours tourné autour de lui changèrent de direction. Le ton de Theran se fit plus sobre et sérieux, voire préoccupé. L'humeur enjouée d'Obi-Wan changea au fur et à mesure qu'il progressait dans la lecture, les souvenirs heureux s'évanouissaient petit à petit pour être remplacés par des faits inquiétants. Il regretta un instant la disparition des histoires sur les relations qu'il avait entretenues avec son entourage dans son enfance, sentant que Theran n'y reviendrait plus par la suite, vu la progression du récit, et que ce qu'il avait déjà lu serait tout ce qu'il apprendrait. Mais d'un autre côté, il sut qu'il se rapprochait inévitablement des réponses aux questions qu'il s'était toujours posées, et bien que les redoutant, il était impatient de les trouver.
"…et je savais que mon devoir de Jedi ne pouvait attendre plus longtemps. Le conseil m'avait autorisé à passer bien plus de temps que je n'aurais dû avec ma famille, et je leur en suis reconnaissant, mais ne plus pouvoir être auprès d'Eanel et d'Obi-Wan me coûte plus qu'il ne devrait. Heureusement que ma première mission depuis l'arrivée d'Obi-Wan a lieu sur Panescan ; je peux rentrer à la maison relativement souvent, et la coupure entre nous passera plus facilement que si j'avais été contraint de partir à l'autre bout de la galaxie. J'ai préparé mes affaires et je m'apprête à partir. Je ne peux m'empêcher d'éprouver une certaine crainte. Quand Eanel est tombée enceinte, tout m'avait paru si clair, c'était l'accomplissement final de ma vie, la dernière touche qui la rendrait définitivement parfaite. Et à présent… Je crois que je commence à comprendre, peut-être à contre-cœur et certainement non pas sans une certaine amertume, pourquoi un Jedi ne devrait pas aimer.
Obi-Wan est né, et pas une fois dans mon exultation je n'avais pensé au lendemain. Je me contentais de le voir évoluer sous mes yeux et de profiter de leur présence à tous deux. Aujourd'hui je m'en vais, et je réalise que j'ai perdu l'indépendance dont un Jedi a désespérément besoin pour accomplir sa mission avec succès. Si jamais il m'arrivait quelque chose, je laisserais une veuve et un orphelin derrière moi, et comment partir l'esprit tranquille en sachant que de ma vie en dépendent deux autres ?
Etre Jedi est ma vie, c'est ce que j'ai toujours rêvé d'être et ce que je suis devenu. Jedi n'est pas un métier, pas une vocation, c'est une façon d'être. C'est indissociable de moi, je suis un Jedi. Jamais cela ne changera, et je ne le souhaite pas. Mon devoir passe avant tout, mais je regrette d'être obligé d'imposer cette situation difficile à ma famille.
Après tout, qu'ai-je fait à Eanel ? Elle s'est dévouée à moi à tout jamais, elle m'a offert le plus beau cadeau du monde en donnant naissance à notre enfant, et moi, que fais-je ? Je suis contraint de les abandonner tous deux. J'ai toujours su que je prenais un risque en l'épousant parce qu'en dépit de tout mon amour pour elle, et Force sait que je l'aime du plus profond de mon âme, je ne peux lui promettre de lui apporter ce que tout mari convenable devrait. Elle m'a accepté malgré tout et en connaissance de cause, elle a fait toutes les concessions possibles et je ne peux que lui offrir ma reconnaissance pour tant de compréhension. Mais à présent la situation est encore différente. Eanel a fait un choix personnel, elle a décidé de me suivre et de lier son destin au mien, mais Obi-Wan n'a pas ce choix.
Peut-être suis-je trop pessimiste ou encore pas assez clairvoyant en ce moment, mais lorsque je pense à tout ça, je me demande si je n'ai pas été égoïste…
Quoi qu'il en soit, aussi compliqué que ça puisse paraître, je ne regretterai jamais d'avoir mon fils dans ma vie. Il est celui à me pousser en avant, à me faire avancer avec confiance sur le chemin semé d'embûches qui m'attend inévitablement, il me redonne espoir quand je doute et sa présence à elle-seule suffit à me convaincre de surmonter les obstacles qui se présenteront et à revenir auprès de ceux que j'aime.
La séparation sera dure, mais pas insurmontable. La Force puisse nous aider…"
Obi-Wan, le bloc toujours en mains, s'allongea dans l'herbe verte et fraîche du jardin de la maison, où il avait passé l'après-midi sous un arbre à jugh et entre deux massifs de fleurs colorées. Il poursuivit sa lecture.
"Cette première mission après les quelques semaines d'inactivité s'avère bien plus compliquée et délicate que je ne l'avais pensé.
Il se trouve que d'après des témoignages, elle se recoupe avec d'autres enquêtes menées par les autorités locales et qui ne semblaient avoir aucun rapport.
Par contre je n'ai pas eu de mal à identifier la source des troubles, qui m'avait parue dès le début relativement évidente. Cependant, mon problème a été l'appréhension des coupables. J'estime être en plutôt bonne forme et je suis d'habitude efficace, mais cette fois-ci je me suis montré plus que maladroit. Ma connexion à la Force, qui est normalement excellente, s'est détériorée en l'espace d'une minute. C'était comme si je la sentais tout près de moi, à portée de main, mais que je n'arrivais pas à en saisir le flux. Il m'échappait. Moi qui, comme tout Jedi, me repose énormément sur la Force, je me suis senti pris au dépourvu et étrangement nu, sans défense. Il faudra que j'en parle à Yoda."
Obi-Wan fronça les sourcils, finit de survoler rapidement le passage, puis passa à l'entrée suivante, qui l'intrigua tout autant.
"Je me suis penché sur des rapports récents de disparitions dans la campagne à l'est de Vestenda, et je crois que je ne vais pas tarder à les signaler au conseil Jedi. Un fermier a retrouvé son troupeau de zeparins dans le champ de son voisin. Toutes les bêtes étaient mortes, mais les experts ont été incapables d'en déterminer la cause. Quelques jours plus tard, c'est un autre troupeau de cinquante têtes qui a disparu. Et tout cela sans compter la diminution sensible de la population volatile. Je ne me sentirais pas si concerné s'il n'y avait eu d'autres disparitions, et de personnes, cette-fois. Un petit groupe de Criterens est allé s'aventurer dans les bois de Seliph, près de la frontière nord, et n'est jamais revenu. Le conseil devrait être informé du fait que toutes les victimes sans exception étaient par nature particulièrement sensibles à la Force. Je me demande s'il ne s'agirait pas d'un ou plusieurs Omyns…"
Omyn ? Ce nom n'était pas étranger à Obi-Wan, mais il n'arrivait pas à se souvenir où il l'avait déjà lu. Il allait reporter son attention au bloc quand il entendit la sonnette d'entrée. Le chevalier se releva donc, rentra dans la maison par la baie vitrée du salon puis se rendit dans le hall après avoir déposé le journal de son père sur la table basse. Il actionna le système d'ouverture et se redressa face à son visiteur.
-Bonjour ! sourit Roen Istesna. Je me suis dit que vous n'avez sûrement jamais eu l'occasion de déguster de pihtel, gâteau traditionnel de la région, alors je vous en ai apporté.
Obi-Wan la débarrassa de son paquet en lui rendant son sourire et s'écarta pour la laisser entrer. Elle arrivait au bon moment.


~*~


Anakin accrocha son tout nouveau sabre d'entraînement à sa ceinture et sortit dans le couloir clair aux grandes vitres qui offraient une vue sur Coruscant, grouillante d'activité. Le jeune garçon se fraya un chemin entre les nombreuses personnes qui allaient et venaient en tous sens. Le temple, Anakin s'en était vite aperçu, était bourré de monde à presque toute heure de la journée, et plus encore à celles où les cours des initiés prenaient fin. L'un des jeunes enfants se ruait d'ailleurs dans sa direction en riant, essayant d'échapper à ses compagnons qui le poursuivaient. Anakin fit un bond de côté pour l'éviter, mais ce fut hélas pour foncer droit dans un de ses professeurs.
-Maître Henyu ! bafouilla-t-il, honteux. Pardonnez-moi.
Le Jedi sourit et décroisa les bras.
-Il n'y a pas de mal. Ces initiés peuvent parfois être de vrais petits monstres. Allons, bonne journée, padawan Skywalker.
-Merci, bonne journée à vous aussi, maître Henyu.
Anakin se remit en route pour ses appartements. ¨Padawan Skywalker¨. Il releva la tête et redressa les épaules, son visage rougissant légèrement de fierté. Il avait autrefois été esclave, mais aujourd'hui tout cela était révolu. Il était un apprenti Jedi, et à en croire le conseil et son maître, peut-être même l'Elu ! L'Elu de quoi, il n'en savait rien, personne ne lui avait expliqué, mais les regards intrigués et parfois même respectueux des élèves plus jeunes que lui lui suffisaient. Si seulement sa mère pouvait le voir… Son sourire fondit lentement. Elle lui manquait tellement. Heureusement il avait Qui-Gon, qui s'occupait bien de lui. Mais rien ne pourrait remplacer l'amour et la tendresse de Shmi.
Anakin s'arrêta et secoua la tête en serrant les dents. Il ne pouvait pas laisser la tristesse prendre le dessus. Maître Qui-Gon lui avait appris qu'il pouvait penser à Shmi de temps en temps, mais qu'il ne devait pas laisser les pensées l'accaparer. Paix intérieure. Il inspira profondément, bloqua son souffle en fermant les yeux, et expira progressivement, laissant ses émotions s'enfuir avec l'air comme on le lui avait enseigné. Légèrement soulagé, il recommença à avancer et finit de parcourir la distance qui le séparait de chez lui. Arrivé devant la porte, il appuya sur la commande d'ouverture, puis entra.
Il trouva son maître au même endroit que quand il était parti quelques heures plus tôt, assis sur le canapé et la tête en arrière sur le dossier, les yeux fermés. Il dormait. Le jeune garçon sourit et avança à pas de loup en direction de sa chambre, ne voulant pas le réveiller. Il allait s'y engouffrer quand le Jedi porta les deux mains à son visage et se le frotta avec lassitude.
-Tu ne me dis pas bonjour, Anakin ? fit-il en se redressant.
-Désolé, je croyais que vous…
-Non, je réfléchissais.
Qui-Gon tourna des yeux doux mais fatigués vers son élève.
-Comment s'est passée ta journée ?
-Oh c'était super ! s'emballa-t-il. On a commencé à apprendre la lévitation ! J'ai réussi à faire bouger le cube alors que c'était ma première leçon ! Maître Jilines a dit que j'avais beaucoup de talent…
Comme Qui-Gon se contentait de hocher la tête, Anakin fronça les sourcils.
-Quelque chose ne va pas ?
Il alla s'asseoir à côté de son aîné.
-A quoi est-ce que vous pensiez ?
-Je viens de demander une mission au conseil.
-Une quoi ?! s'exclama Anakin. Vous voulez dire qu'on va partir en mission ? Une vraie ?
Son sourire extatique fut toutefois de courte durée.
-Mais pourquoi ? demanda-t-il, intrigué. Je croyais que je n'étais pas prêt…
-Cette mission ne sera pas très difficile à accomplir. Nous superviserons simplement la signature d'un traité. Une première équipe a déjà réglé les négociations.
Anakin se releva et recula d'un pas.
-Que se passe-t-il, maître ? Il y a un problème ? C'est à cause de moi ? J'ai fait quelque chose qu'il ne fallait pas ?
-Non ! Non ce n'est pas toi, Ani, tu n'as rien fait de mal, s'empressa de le rassurer Qui-Gon.
-Mais alors…, ne comprenait toujours pas l'enfant. Pourquoi ?
-Tu n'as pas envie d'y aller ? fit Qui-Gon, changeant de tactique.
-Oh si, maître ! C'est juste que…
-Eh bien alors va te préparer, nous allons partir d'ici quelques heures.
Le grand Jedi se leva avec un sourire forcé et entraîna son apprenti jusqu'à sa chambre.
-Allons, et n'emmène que le strict nécessaire. Pas de pièces de droïdes, c'est compris ?
-Oui, je vais faire vite, obéit Anakin en entrant dans la pièce qui avait été celle d'Obi-Wan.
Alors que la porte se refermait sur lui en un chuintement, Qui-Gon s'appuya sur le mur avec un soupir. Il éprouva alors un profond sentiment de dégoût envers lui-même. Il était tout bonnement en train de fuir. Fuir ses responsabilités, les ordres du conseil, le temple qui pour la première fois dans sa vie avait perdu son aspect apaisant, mais il voulait surtout fuir Obi-Wan. Il savait que si son ancien padawan l'appelait, il serait incapable de lui refuser son aide, et on lui retirerait Anakin, chose qu'il ne pouvait pas permettre. Il avait promis à Shmi de veiller sur lui, et il le ferait quoi qu'il en coûte, mais la véritable raison de son obstination était peut-être toute autre… Au fond de lui il en était même parfaitement conscient.
Pendant des années il s'était vu comme le maître Jedi dont l'apprenti, Xanatos, s'était retourné contre l'Ordre et était tombé dans le côté obscur, et il s'aperçut que même si Obi-Wan, qu'il avait entraîné par la suite et dont l'apprentissage avait été un véritable accomplissement, l'avait aidé à surmonter son échec, une partie de lui-même cherchait encore à faire ses preuves, montrer qu'il était un bon maître. Et quoi de mieux pour le faire reconnaître que d'entraîner l'Elu en personne ?
Mais sa fuite ne tendait-elle pas à démontrer le contraire ?
Il secoua la tête et alla préparer ses affaires.


~*~

Star Wars VIII

Les Derniers Jedi dans...

En salle !

PSW Vidéo

Evénements

Le Sanctuaire de la Culture Geek
Le Sanctuaire de la Culture Geek

Pierre-Bénite (69)
10 juin 2017 - 11 juin 2017

HERO Open de France
HERO Open de France

la Belleviloise, Paris
10 juin 2017

Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise
Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise

Magny-en-Vexin
10 juin 2017 - 11 juin 2017

Fantastikon
Fantastikon

Salle Gérard Philipe - La Garde (83)
22 sept. 2017 - 23 sept. 2017

Comic Con Paris
Comic Con Paris

Grande Halle de la Villette, Paris
27 oct. 2017 - 29 oct. 2017

Space Con - Festival Space opera
Space Con - Festival Space opera

Cité de la Mode et du Design - Paris
25 nov. 2017

Expo Ch'tar Wars 2017
Expo Ch'tar Wars 2017

Gare Maritime de Boulogne-sur-Mer
02 déc. 2017 - 03 déc. 2017

StarWars Story

Han Solo dans...

En salle !

Anniversaires

nés un 30 mai...
en partenariat avec
Gastronogeek
501st French Garrison
Science Fiction Archives
Star Wars Collection
MintInBox
La Grande Récré Star Wars
Sport Saber League
Pulps
La 59ème Légion
Dagoma
Hong Kong Style
Rebel Legion France
Radio Disney Club Star Wars Holonet ASFA Le Réveil des Fans Captain Collectoys STAR WARS RPG


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer