Quest :le choix (Tome1 )

Cette histoire se déroule entre les Episodes I et II. Calista Ozora est une jeune fille réceptive à la Force trouvée sur Sélonia à l'âge de 4 ans. Alors qu'elle découvre une nouvelle vie au Temple Jedi, elle se rend vite compte des difficultés qu'elle va rencontrer à renoncer à ses sentiments personnels. Pas d'émotion, pas d'ignorance, pas de passion, et pas de mort...Tels sont les lois que doit respecter celui qui s'engage dans les voies de la Force. L'amitié, la confiance ne sont pas toujours nos meilleurs alliés quand on emprunte ces chemins.

Naviguez dans les chapitres :

CHAPITRE 6: Seconde Renaissance


- Calista, laisse Chipo tranquille veux-tu ? Tu vas le rendre fou à force de lui tourner autour comme ça...
Cette voix, elle était si belle. Douce. Chantante. Je pouvais la reconnaître entre mille...C'était celle de ma mère...
Le pauvre droïde qui me servait de compagnon de jeu m'avait été offert pour mes 4 ans. Je ne m'en séparais jamais. Chipo n'était pas plus haut que moi et son enveloppe externe était d'une couleur bleu azur. Son véritable nom était SH-6O. Ce matricule étant très difficile à prononcer pour une enfant de mon âge, le droïde s'accommoda très vite de son nouveau nom.
Au même instant, une petite tête blonde faisait son apparition. Mon frère, Timy, n'avait que deux ans de plus que moi. Lui aussi ne perdait pas une seule occasion quand il y avait une bêtise à faire. Nous étions de vrais complices, deux cordes unies l'une à l'autre pour le meilleur mais aussi et surtout pour le pire.
- Allez les enfants, nous arrivons, allez vous asseoir et attacher vos ceintures. Timy, vérifie que ta soeur s'attache bien, disais ma mère d'un ton confiant.

C'était une femme d'une très grande beauté. Sa longue chevelure rousse bouclée, toujours parfaitement disciplinée, lui donnait des allures de princesse. Sa garde-robe était elle aussi judicieusement choisie pour lui donner un maximum de prestance. Ses yeux d'un vert profond nous regardaient toujours d'un air emplit de fierté.
Mon père quant à lui, était très grand. Il portait les cheveux coupés court et avait cette allure générale qu'avaient la plupart des militaires ; un océan de douceur et de gentillesse, masqué par une implacable sévérité.
- Maman ? C'est jolie là en bas ?
- Oui ma chérie. Tu t'amuseras beaucoup sur Sélonia, tu verras.
Mon frère et moi étions tous deux occupés à imaginer de nouvelles grimaces quand soudain, la voix de mon père perça depuis la cabine de pilotage :
- Esseryna ! Tu veux venir ?
Ma mère ne prit pas le temps de poser la moindre question et fonça tout droit à la rencontre de mon père.

Quelques minutes plus tard elle revint auprès de nous. Elle avait le teint extrêmement pâle et ses mains tremblaient quand elle détacha nos ceintures à Timy et à moi.
Je pouvais sentir la peur l'envahir et cela m'effrayait.
- L' atterrissage va secouer un peu les enfants...Calista, sois gentille, va te cacher dans ce compartiment et restes-y.
- C'était une sorte de placard très solide qui nous servait de lieu de stockage pour divers objets fragiles. La cachette était très étroite et j'étais la seule à pouvoir m'y faufiler.
- Timy, va te cacher sous le lit et ne bouge pas de là, quoi qu'il arrive...ne bouge pas !
- Compris Maman !
Mon grand frère avait très bien senti que quelque chose n'allait pas, et avait reprit tout son sérieux. Mais ses yeux commençaient peu à peu à s'emplir de larmes et je ne tardais pas à l'imiter.
- Maman ! Criais-je en étouffant un sanglot.
- N'ai pas peur ma chérie, maman est là, elle reste avec vous. Restez bien cachez.
- J'ai très peur.
- Il ne faut pas. Soyez courageux tous les deux, tout va bien se passer.
Notre vaisseau commençait à être violemment secoué alors qu'il pénétrait dans l'atmosphère de Sélonia à une vitesse anormalement élevée. Ma mère s'étais assise sur le fauteuil où je me trouvais quelques minutes plus tôt. Elle s'était solidement attachée. Mon père devait toujours se trouver dans l'autre cabine. Dans l'encadrement du compartiment où j'étais blottie, je pouvais voir Chipo être ballotté en tous sens à l'intérieur de la pièce, peinant à garder l'équilibre sur son unique roue.
Soudain, des chocs encore plus violents se firent ressentir accompagnés de bruits assourdissants venus directement des enfers. Tout était presque fini. J'entendis alors pour la dernière fois cette voix qui fut si belle, si douce, si chantante crier à travers cette cacophonie :
- Je vous aime les enfants !
- NOOOONNNN !!!
Hurlais-je dans le vide. Personne ne pouvait m'entendre.
Tout cela n'avait pas lieu dans un monde conscient, mais dans le monde profondément intime de ma personne, abritant mes plus beaux rêves comme mes pires cauchemars.
Ma vie entière défilait à la vitesse de la lumière. Tous mes souvenirs partaient en fumées les uns après les autres. J'essayais en vain de toutes mes forces de lutter contre le néant qui prenait toujours plus de place dans mon esprit. Cette vision, ce cauchemar que fut le crash de notre vaisseau et qui coûta la vie de tous les membres de ma famille fut le dernier souvenir que m'arrachait cette main invisible.
Puis, plus rien.
Le néant absolu...

Je me laissais glisser tout doucement dans le noir. Une lumière violente, éblouissante se trouvait au bout de ce long tunnel. Mes paupières battirent plusieurs fois de suite pour s'adapter à cet éclairage violent. Mon regard fixait le plafond, blanc, désespérément blanc...
- Ca y est, elle se réveille, dit une voix inconnue sur le côté.
Je ne prit même pas la peine de tourner la tête pour voir à qui elle appartenait. Alors le visage étrange d'une créature se pencha sur moi.
- En effet Maître Kenobi...C'est une nouvelle vie qui commence pour elle.

Je ne savais plus ce que j'étais, ni ce que j'avais pu être autrefois. On m'avait pourtant bien expliqué que j'avais subi un grave traumatisme durant une mission...mais rien. Je ne retrouvais plus rien.
Il me fallu tout reprendre de zéro, y compris mon apprentissage de Jedi. Depa Billaba ne pouvait supporter ce qu'il venait de m'arriver et refusa de me reprendre sous son aile. On m'assigna donc un nouveau maître : Werewolf, à côté de qui durant deux longues années, je renouais peu à peu des liens profonds avec la Force. Toutes ces épreuves avaient également donné naissance à une grande amitié, une amitié qui fut certainement encore plus grande que par le passé...Celle que j'entretenais avec Obi-Wan Kenobi. Ce chevalier qui lui, connaissait tout de moi et qui pouvait détecter le moindre de mes sentiments. Ce chevalier qui était toujours là quand les choses allaient mal, quand je souhaitais trouver du réconfort, il était toujours là pour moi, juste pour moi.

Ma chambre au Temple de Coruscant, qui elle n'avait pas changé, était simple à l'instar de celles des autres padawan. Une commode, une table de chevet, un lit douillet...Cela suffisait amplement. Ce soir là, la trouvaille que je fit souleva de nombreuses questions, de trop nombreuses questions...
Il s'agissait d'une chaîne munit d'un pendentif des plus étranges. Une améthyste comme protégée entre les griffes d'une sorte de dragon. Je venais de le trouver caché tout au fond d'un tiroir de ma commode. Cette pierre, ce dragon me semblaient vraiment familiers et paradoxalement totalement inconnus.
Pouvaient-ils répondre à certaines questions ? Pouvaient-ils lever le voile sur mon passé ? Qui me l'avait offert ? Je n'en pouvais plus de ne rien savoir. Des larmes commençaient à s'échapper de mes yeux. A cet instant quelqu'un frappa à ma porte.
- Calista ? C'est moi.
J'essuyais alors ces larmes d'un revers de la main en disant :
- Tu peux entrer Obi-Wan.
Il n'était pas rare que le Chevalier vienne me rendre visite le soir dans ma chambre. Nous discutions de choses et d'autres, des problèmes qui nous préoccupaient ou bien des joies que nous avions éprouvé durant la journée.
Mais ce soir là, je n'avais aucune envie de rire et Obi-Wan s'en aperçu dès qu'il pénétra dans la pièce. Il vint s'asseoir à mes côtés et posa sa main sur mon épaule.
- Que se passe t’il Cali ?
Je lui tendait alors le collier en m'expliquant :
- Je l'ai trouvé tout à l'heure. Il m'a appartenu n'est ce pas ? Mais il ne me rappelle rien...
Obi-Wan baissa les yeux sur l'objet en question puis déclara :
- En effet il t'appartient. Un jour tu m'as raconté que ta mère te l'avais offert, mais comme tu avais peur de le perdre durant une mission ou un entraînement, tu préférais ne plus le porter.
- J'aimerai bien savoir ce qu'il représente ou symbolise...
- Je ne peux pas être en mesure de te le dire Cali...tu ne m'en a jamais parlé. A l'époque nous ne nous voyons pas aussi souvent qu'aujourd'hui...
- Tu veux dire que nous n'étions pas amis ? lui demandais-je.
- Et bien, je n'étais pas souvent au Temple et toi non plus d'ailleurs, et puis...
Obi-Wan eut l'espace d'un instant une certaine gêne sur laquelle il reprit presque immédiatement le dessus et fut en mesure de finir sa phrase :
- Je ne te voyais pas comme je te vois aujourd'hui...
Un silence des plus gênant s'installa. Mais le Jedi reprit de plus belle :
- Enfin je veux dire que depuis tu as beaucoup changé. Avant je te voyais toujours comme l'enfant que nous avions trouvé sur Sélonia, Qui-Gon et moi.
- C'est le fait d'avoir perdu la mémoire qui m'a fait changé ainsi ?
Obi-Wan ne répondit point. L'expression de son visage s'était assombrie.
- Pardonne-moi Obi-Wan...L' ancienne Calista doit sûrement te manquer...
- Toi et elle vous ne faîtes qu'un. Vous avez toutes les deux la même volonté, la même force, le même courage...
Je ne m'étais aperçu de rien dans le flot de la conversation, mais le chevalier avait rapproché son visage du mien.
- ...la même douceur...
Le baiser qu'il déposa sur mes lèvres eut l'effet d'une immense vague de chaleur, aussi douce que pouvaient l'être les nuages de Bespin.
Alors qu'il se reculait pour m'observer droit dans les yeux, il murmura :
- Je ne savais pas, que je pouvais éprouver ça...C'est comme, comme si je voyais le ciel pour la toute première fois.
Il s'approcha de nouveau et nous nous laissâmes aller dans une étreinte pleine de tendresse. Cet instant fut plus fort que la Force elle-même. Nous étions un soleil éclatant où tournait tout autour l'univers dans une grâce parfaite.
Quoiqu'il arrive, à partir de ce jour, nous nous aimerions toujours, jusqu'à ce que la mort advienne. C'était là l'idée que je m'étais faîte de cet amour. Je ne pensais pas qu'un jour la Force elle-même puisse me faire le moindre mal. Je me trompais. Elle allait tout détruire.

Star Wars VIII

Les Derniers Jedi dans...

En salle !

PSW Vidéo

Evénements

Kiwanis Force Event
Kiwanis Force Event

Tourcoing-Neuville
27 mai 2017 - 28 mai 2017

Le Sanctuaire de la Culture Geek
Le Sanctuaire de la Culture Geek

Pierre-Bénite (69)
10 juin 2017 - 11 juin 2017

International French Open Sabre Laser
International French Open Sabre Laser

la Belleviloise, Paris
10 juin 2017

Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise
Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise

Magny-en-Vexin
10 juin 2017 - 11 juin 2017

Fantastikon
Fantastikon

Salle Gérard Philipe - La Garde (83)
22 sept. 2017 - 23 sept. 2017

Comic Con Paris
Comic Con Paris

Grande Halle de la Villette, Paris
27 oct. 2017 - 29 oct. 2017

Space Con - Festival Space opera
Space Con - Festival Space opera

Cité de la Mode et du Design - Paris
25 nov. 2017

StarWars Story

Han Solo dans...

En salle !

Anniversaires

nés un 23 mai...
en partenariat avec
Gastronogeek
Star Wars Collection
Hong Kong Style
Dagoma
Sport Saber League
Pulps
Rebel Legion France
Science Fiction Archives
MintInBox
La Grande Récré Star Wars
La 59ème Légion
501st French Garrison
ASFA Captain Collectoys Star Wars Holonet Radio Disney Club Le Réveil des Fans STAR WARS RPG


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer