Chu'Unthor Legends (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Mission : Kidnapping sur Bespin
    Date : An 175
    Lieu : Bespin
    Mission : Retrouver la fille du gouverneur de la Cité des Nuages.
    Participants : Kinsa Talik (mission en solo)


    Première mission en solo ! Une histoire de kidnapping sur Bespin. Dans le chasseur que j'ai emprunté au Temple, en route pour la Cité des Nuages, je réfléchis à ce que je vais faire pour retrouver cette pauvre fille. C'est la première fois que je me retrouve sur une mission de ce genre.  Premièrement, identifier les ravisseurs. Deuxièmement, les retrouver. Troisièmement, découvrir où ils ont emprisonné la fille. Quatrièmement, la libérer avec le moins de dégâts collatéraux possibles. Ça a l'air plutôt simple, sur le papier, mais je sais par expérience que dés qu'on est sur le terrain, tout se complique. La Force a un sens de l'humour un peu spécial qui peut faire foirer même les plans les plus peaufinés...

    J'arrive en vue de Bespin. Aussitôt entrée dans l'atmosphère, des chasseurs locaux viennent m'encadrer et une voix résonne dans le communicateur :

    Voix : Ici poste de contrôle de la Cité des Nuages. Veuillez immédiatement décliner votre identité et la raison de votre visite. Les allées et venues sont verrouillées.

    Moi : Je suis Kinsa Talik, padawan Jedi. J'ai été mandatée pour retrouver la fille de l'administrateur Lucaan.

    Poste de contrôle : Dans ce cas, vous pouvez vous poser sur la plateforme 3-2-7.

    Moi : Merci. Heu... Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer comment je vais trouver cette plateforme ?

    Poste de contrôle : C'est la plateforme la plus proche de l'entrée principale de la Cité. De toute manière, la patrouille va vous y escorter.

    Moi : Ah, parfait.

    Je suis la trajectoire de la patrouille aérienne et me pose en douceur sur la plateforme. Pendant que je m'extirpe du cockpit, je vois du coin de l'oeil la porte du fond s'ouvrir sur un homme encadré de plusieurs autres en uniforme, que je suppose être ses gardes. Je lisse ma bure de padawan d'un geste machinal et rejette mes lekkus en arrière, avant de m'avancer. Je salue l'administrateur d'une brève inclinaison de la tête. Un sourire éclaire son visage fatigué. 

    Lucaan : Vous êtes la Jedi ?

    Moi : Kinsa Talik, padawan, oui.

    Lucaan : Venez, nous devons discuter.

    Il m'invite à le suivre avant de faire volte-face. Je lui emboîte le pas. Il nous entraîne jusqu'à un somptueux bureau. Je n'ai pas souvenir d'avoir déjà pénétré dans un endroit aussi luxueux. Visiblement, l'exploitation de gaz tibanna, ça rapporte... Lucaan s'assied dans un fauteuil, mais je reste debout. Cela ne semble pas le gêner. Il commence d'une voix douce :

    Lucaan : De quoi avez-vous besoin pour mener votre enquête, mademoiselle Talik ?

    Moi (décidant de procéder de façon classique) : J'aimerais tout d'abord savoir quand on a vu votre fille pour la dernière fois.

    Lucaan : C'était il y a une semaine, le mardi midi, au déjeuner. Après, elle est allée s'isoler dans sa chambre. On a commencé à s'inquiéter deux heures plus tard, car elle devait se rendre à son cours de musique.

    Moi : Quel âge a t-elle ? À quoi ressemble t-elle ?

    Lucaan : Elle a douze ans, la pauvre choute... Quant à son apparence...(il me tendit un holo). Voilà une image récente d'elle. 

    L'holo montre une fille à l'air rêveur, cheveux nattés et aux yeux en amande. Elle a un sourire doux, bien qu'un peu triste. Sans jamais l'avoir vue, je me prends pourtant d'une immense compassion pour elle. 

    Lucaan : Ella est mon seul enfant. Je parie que c'est mes principaux rivaux, la famille Trask, qui l'a kidnappée.

    Moi : Soyez sans crainte. Si c'est un enlèvement pour réclamer une rançon, ils ne feront pas de mal à votre fille. On m'a dit qu'il était probable qu'Ella soit encore dans la Cité ?

    Lucaan : Oui, le trafic aérien est très surveillé et aucun vaisseau n'a quitté Bespin depuis deux semaines.

    Moi : Je pense pouvoir la retrouver, dans ce cas. J'aurais juste besoin du plan détaillé de la Cité.

    Lucaan (en consultant sa montre) : Je laisse le soin à mon adjoint, Keir, de vous le donner. Une réunion urgente m'attend.

    Il fait signe à un homme assis dans un coin de la pièce que je n'avais pas remarqué. Je maudis mon manque d'attention. Cette fois, ce n'est pas grave, mais en "territoire ennemi", ça pourrait me coûter cher. Toutefois, je devine que cet homme est le dénommé Keir. Ses traits sont sévères, accentués par sa mâchoire carrée. Il est habillé sobrement et porte un mini-blaster à la ceinture. Il me fait plus penser à un garde du corps qu'à un adjoint. Une fois Lucaan sorti de la pièce, il me fait face. Il me dépasse de vingt bons centimètres et ne mâche pas ses mots. Tant mieux. Je préfère ça. On n'est pas au Sénat.

    Keir : Nous avons déjà fait des perquisitions dans la Cité entière. Tous les bâtiments ont été soigneusement fouillés.

    Moi : Vous avez commencé par les perquisitions ?

    Keir : Oui. Il y a un problème ?

    Moi : Aucun. Je suppose que ça n'a rien donné ?

    Keir : Vous le sauriez (il marque une pause et scrute mon armure mandalorienne). Je vois que le légendaire discernement des Jedi ne se manifeste pas quand ils choisissent leurs membres.

    Moi : Qu'insinuez-vous ?

    Keir : Les Jedi sont la justice, l'harmonie et la paix. Les Mandaloriens sont la brutalité et la guerre. Ce sont deux appartenances non-cumulables. Et je ne travaille pas avec une Mandalorienne.

    Moi : Et moi je ne travaille pas avec des gens fermés d'esprit, figurez-vous.

    Keir : Alors nous sommes fixés. Voilà le plan de la Cité (il me tend une datacarte). Au revoir.

    Tandis qu'il tourne les talons, je croise les bras. Ce n'est peut-être pas la meilleure idée de se faire un ennemi dés les premières minutes dans la Cité...Oh et puis c'était lui qui l'avait cherché !

    En tout cas cette mission ne commençait pas sous les meilleurs auspices...


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:38

    dimanche 10 janvier 2016 - 13:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Mission : Kidnapping sur Bespin

    Vous savez, il y a ces moments où on se rends compte qu'on est vraiment seule, que personne là où vous vous trouvez n'est fiable à cent pour cent. Eh bien c'est ce que je ressens actuellement. C'est peut-être une pensée un peu paranoïaque, mais j'ai été habituée aux missions en équipe, et c'est une toute autre ambiance. Voilà des heures que je fouille la Cité (je ne fais pas confiance à la réponse de Keir) après en avoir longuement étudié le plan. Les moindres caves sont passées sous mon examen minutieux. Enfin, je m'apprête à descendre l'escalier qui plonge sous un entrepôt. Soudain, j'entends des bruits de pas et une voix qui me dit :

    ?? : Bonjour, mademoiselle.

    Je fais volte-face et me retrouve face à une femme d'une quarantaine d'années. Tout en elle suggère une personne foncièrement bonne : un visage rond, des yeux bleus pétillants, une mise élégante mais simple, un chignon à moitié défait, des pommettes rouges d'avoir couru. Et pourtant...une indicible méfiance me dissuade de lui faire confiance. C'est aussi simple que ça. Une impression fugace qui me fait discerner une sorte de triomphe malveillant émanant d'elle.

    Moi : Bonjour. Vous êtes ?
    Femme : Je suis Deliah, la préceptrice de mademoiselle Ella.
    Moi : Oui... Oui, Keir m'a parlé de vous en bons termes.

    Pur mensonge. Mais je ne tiens pas à me mettre à dos toute la Cité.

    Moi : Eh bien ?
    Deliah : Vous devez rentrer. Il s'est passé quelque chose.
    Moi : Quoi ?
    Deliah : Une piste. De taille. Suivez-moi.

    Elle tourna les talons et je lui emboîte le pas. Elle marche vite. Deux minutes plus tard, nous sommes dans le bâtiment principal de la Cité. Un groupe de personnes est assemblé dans une pièce, les yeux fixés sur un écran qui diffuse des images répétées : c'est la fille, Ella, qui est recrocquevillée, puis elle se lève et crie : "Trask !".

    Keir : Voilà qui confirme notre hypothèse. C'est la caméra de surveillance de la cave des Taller.
    Moi : Qui sont ?
    Deliah : Qui sont des amis des Trask. Tout concorde !
    Moi : La zone a été fouillée ? Et puis, qui aurait l'idée de mettre une caméra dans sa cave ? Comment cela se fait-il que l'on aie trouvé les images que maintenant ?
    Deliah : La zone a été fouillée. Le gouverneur a placé une caméra, pour les surveiller. Et la vidéo avait été trafiquée. Par qui, je l'ignore. Mais j'ai réussi à récupérer les bonnes images, en partie (en voyant mon air supris). J'ai quelques compétences en mécanique.
    Moi : Oui, je vois.

    J'ai un ami comme ça, Freyler. Il travaille mieux qu'un droïde, parfois.
    J'apprends que les Taller ont immédiatement été mis en détention. Il n'en faut pas plus pour que je demande à les voir personnellement. Mais mon trajet est quelque peu dévié par Deliah qui me rattrape en courant. Je me retourne.

    Moi : Oui ?
    Deliah : Il se fait tard. Le jour est déjà tombé depuis une heure. Pourquoi ne pas aller voir les Taller demain ?
    Moi : Plus le temps passe, plus le sort d'Ella est incertain.
    Deliah : Vous l'avez dit vous-même, mademoiselle : Ella ne risque rien. Et l'administrateur tient à ce que vous soyiez reposée.

    Je réprime un baîllement et réalise qu'elle a raison. Je suis absolument crevée de ma journée qui n'a rien donné. Oui, il est peut-être temps d'aller dormir.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:38

    samedi 16 janvier 2016 - 17:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Mission : Kidnapping sur Bespin

    Une fois dans ma chambre, je tombe comme une pierre sur mon lit et m'endors presque instantanément. Mais mon sommeil n'est pas régulier, loin de là. Et c'est ainsi qu'au beau milieu de la nuit, je me réveille. Je m'étire et lâche un baîllement. Super... Mon datapad, que j'ai oublié d'éteindre hier soir, diffuse une lumière blanche, signe d'un message. Je me lève paresseusement et regarde : c'est un message de Galen qui m'informe des "dernières nouvelles" (à l'Académie). Je décide d'aller me dégourdir un peu les jambes. Plus par habitude que par nécéssité, j'attrape mon sabre laser, mon manteau, ma lampe de poche et mon blaster, fidèle à ma philosophie : "mieux vaut prévenir que guérir".

    Je sors de la chambre. Mon ombre se reflète sur les couloirs blancs. Je fais quelques pas. À force d'avoir étudié le plan, je dois connaître la Cité par coeur. Je me dis que prendre l'air ne serait pas une mauvaise idée. Mais aussitôt sortie, je distingue des silhouettes dans la pénombre. Mon instinct me souffle que ce n'est pas une simple promenade au clair de lune qui réunit ces gens. Je me cache derrière une colonne et tends l'oreille, les sens aux aguets, tendue.

    Silhouette 1 : Tu as fait du bon travail avec la Jedi, Deliah. La fausse piste...parfaite. Elle ne se doute de rien...héhé.
    Deliah : Peuh ! Ce n'est même pas une vraie Jedi, c'est une padawan. Une débutante.

    Mon sang ne fait qu'un tour. Ainsi, Deliah est étroitement mêlée à l'affaire – car c'est sûrement de ça dont il s'agit. Mon instinct ne m'avait pas trompé. Puis, quand je l'entend me traiter de débutante, je serre les poings. C'est ça...ils vont voir de quel bois elle se chauffe, la débutante, si je leur tombe dessus ! Puis je me reprends. Les attaquer comme ça ne servirait pas à grand chose.

    Silhouette 2
    : Je n'aime pas parler de ça ici. Je me sens exposé.
    Silhouette 1 : Tu as raison. Rentrons.

    À peine se sont-ils éloignés que je les suis discrètement dans le dédale des rues. Très vite, je remarque qu'ils se dirigent vers l'entrepôt que je fouillais avant que Deliah...mais oui ! Elle voulait m'empêcher d'approcher de la cave ! Là, je dois admettre que je me suis sacrément laissée rouler dans la farine. Mais une question me turlupine : si les Taller étaient une fausse piste...alors pour qui travaillaient ces personnes ? C'est intriguant...

    C'est seulement dans l'entrepôt que je décide de dévoiler ma présence :

    Moi : Je ne me doute de rien, hum ? Il va falloir apprendre à ne pas sous-estimer ses adversaires...
    Deliah (serre les dents) : On espionne les grands, hein ? Tes parents ne t'ont jamais appris que c'était mal ?
    Moi : C'est mes parents qui m'ont appris à espionner. Ce genre de pique ne marche pas avec moi. Où est Ella ?
    Deliah : C'est mignon l'altruisme des Jedi...

    Je mets la main à mon sabre laser et avance d'un pas. Deliah claque des doigts et aussitôt, des guerriers surgissent de toute part. Je suis cernée de toutes parts. Deux d'entre eux tiennent des enfants en respect.

    Deliah : Un geste et les enfants sont morts.

    Voilà qui complique considérablement l'affaire... Personne ne doit être en danger à cause de moi. Mais si je me rends...la mission tombe à l'eau. Après quelques secondes de réflexion, je tends mon sabre laser à Deliah avec une mine qui se veut déconfite.

    Moi
    : Tenez. Et libérez les enfants. Vous avez gagné cette partie.
    Deliah : Ils seronts sains et saufs. Je le promets.

    Docile, je me laisse menotter et emmener dans la cave, suivie des enfants, auxquels j'adresse un clin d'oeil complice.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:38

    dimanche 17 janvier 2016 - 16:32 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Mission : Kidnapping sur Bespin

    Un clin d'oeil complice car, contrairement à ce que je laisse accroire, je ne suis pas totalement désarmée. En effet, ils ne se doutent pas qu'une Jedi en vadrouille se balade avec un blaster. Une fois seule avec les enfants, ces derniers bredouillent :

    Ella : Qui...qui êtes-vous ?
    Moi : Je suis une padawan Jedi, Kinsa Talik. J'étais censée te retrouver. J'ai réussi, mais pas exactement comme je l'imaginais.
    Jeune Kiffar : Tu savais à quoi t'attendre ?
    Moi : Je pensais que les kidnappeurs étaient des exploitateurs de gaz... Sais-tu qui sont ces gens ? Et pourquoi ils vous ont enlevés ?
    Jeune Kiffar : Moi et Ella, nous savons faire des choses que les autres ne savent pas. Faire voler des trucs, tout ça... Je crois qu'ils veulent utiliser nos dons.

    Futé, ce Kiffar... Il a l'air plutôt jeune, une douzaine d'années, des cheveux mi-longs, une ligne jaune sur le visage. Quant à Ella, elle a des cernes sous les yeux par rapport à l'image que j'ai vu d'elle.

    Moi : Bon. Ella et...
    Kiffar : Roan. Roan Vos.
    Moi : Donc, Ella et Roan, préparez-vous à ce que ça...bouge, défaut d'un terme plus approprié. Ces lascars ont "oublié" de me confisquer mon blaster. Erreur fatale. Et là, soit ça passe, soit ça casse. Et les chances que ça casse sont considérables. Vous voilà prévenus.
    Ella : Qu'est-ce qu'on fait ?
    Moi : J'ai une idée... Cachez-vous dans ces caisses vides. Vous serez en sécurité.
    Roan : Mais on veut se battre !
    Moi : Vous savez vous battre ?
    Roan : Euh...non. Mais c'est pas grave !
    Moi : Si c'est grave, vous risquez de vous faire tuer. Donc je vais essayer de les attirer un par un ici. Je les assomme, je les attache, et on se barre d'ici.

    Je dois avouer que mon scénario, c'est ce qui se passera dans le meilleur des mondes et si les kidnappeurs sont des véritables crétins. Si ça dégénère, j'improviserai. Mais il vaut mieux que Roan et Ella croient que je suis plus assurée en réalité. Je ne tiens pas à ce qu'ils paniquent.

    Moi : Allez, cachez-vous ! (quelques secondes plus tard) Amenez-vous, bande de lâches !
    Deliah : Allez vérifier ce qui se passe en bas.

    Je n'ai pas besoin d'attendre longtemps avant de voir trois de ces énergumènes descendre en courant dans la cave. Avant d'avoir eu le temps de dire "mince", j'esquive un tir et, mon blaster réglé sur mode paralysant, j'atteins un des trois, qui était celui qui gardait mon sabre laser. Je le récupère et me débarasse du deuxième grâce à une poussée de Force. Le troisième me donne un coup de pied dans le dos, je vais volte-face et le mets à terre d'un croche-pied. Il ne me reste plus qu'à le paralyser et le tour est joué. Plus que quinze !

    Mon regard se porte soudain sur le plafond et une idée risquée, mais moins que le combat progressif qui risque de ne pas marcher. Je vais signe à Ella et Roan de sortir de leur caisses et je leur indique le plafond :

    Moi : Je vais découper un bout de plafond pour vous évacuer de là.
    Ella : Et toi ?
    Moi : Je vais vous accompagner. Ça va faire un bruit infernal, ils vont très vite se rendre compte que quelque chose ne va pas. Bouchez-vous les oreilles...

    En effet, le plafond découpé par mon sabre laser fraîchement récupéré tombe comme une pierre sur le sol et fait un bang bruyant. Je fais la courte échelle aux deux préadolescents qui se hissent tant bien que mal sur le toit, puis je les rejoint d'un saut de Force. Nous sommes obligés de descendre car courir sur des toits arrondis est tout bonnement impossible. Malheureusement, ça nous expose beaucoup plus aux tirs des énergumènes. Un trébuche et s'étale par terre sans que je n'aie rien fait, mais j'aide un peu la chance pour faire tomber le deuxième, qui se prend une toile dans laquelle il s'empêtre. Notre course se termine au bâtiment principal, où nous pénétrons en trombe. Je crie :

    Moi : Alerte ! Urgence ! Il y a des psychopathes dans les parages !
    Ella : Pourquoi tu fais ça ?
    Moi : Autant rameuter des témoins, non ?

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:38

    samedi 23 janvier 2016 - 15:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Mission : Kidnapping sur Bespin

    Au final, tout s'est bien passé. Les kidnappeurs avaient été arrêtés, pour la plupart, même si je soupçonne que certains sont passés à travers les mailles du filet. Il était apparu que Deliah avait trafiqué la caméra de surveillance, et elle moisit maintenant en prison. Les Taller, eux, ont été liérés avec moults excuses. Les retrouvailles du père et de la fille avaient été émouvantes. Mais j'avais surtout parlé avec Roan. Je me suis très (trop ?) vite attachée à ce jeune Kiffar et je discernais en lui un fort lien avec la Force. Il semble avoir le potentiel de devenir padawan. Lui aussi a l'air de m'apprécier. Il est curieux et pose beaucoup de questions. J'envisage sérieusement de l'emmener à l'Académie, même si je n'en lui ai jamais parlé.

    Lucaan et sa fille ont insisté pour que je reste un peu, mais j'ai poliment décliné l'offre. Même si je n'ai pas passé plus de deux jours ici, c'est déjà trop. Je dois rentrer à l'Académie. Tandis que j'arrange machinalement mes bagages, on toque à ma porte. C'est Roan.

    Roan : Bonjour Kinsa. Je ne te dérange pas ?
    Moi : Pas le moins du monde. Tu veux me parler de quelque chose en particulier ?
    Roan : Oui...Je voudrais devenir Jedi. Pour aider les gens. Comme tu l'as fait.
    Moi : C'est une très bonne motivation. Si tel est ton choix, je t'emmènerai à l'Académie.
    Roan : Ouais ! Super !

    Je ris de cet enthousiasme que je sens non feint. Je finis de ranger, vérifie que je n'ai rien oublié sur place et fais mes adiaux aux Lucaan.

    Lucaan
    : Vous serez toujours la bienvenue sur Bespin.
    Ella : J'espère qu'on se reverra !
    Moi : Les voies de la Force sont impénétrables. Il se peut que nous nous croisions à nouveau.

    Ça me fait tout bizarre de dire ça. Très sérieux, très adulte, très...Jedi, en fait. Je les salue une dernière fois et me dirige vers mon chasseur. Mais je suis retenue par Keir.

    Keir : Je voulais vous dire...voilà, je suis désolé. J'aurais dû dépasser mes préjugés.
    Moi : Ce n'est pas grave (gros mensonge, pour la bonne cause). On a jamais fini d'apprendre. Roan, tu viens ?
    Roan : Yep !

    Quelques minutes plus tard, je file vers Yavin IV, le seul endroit que je peux considérer comme ma maison, ma mission fièrement accomplie.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:38

    dimanche 24 janvier 2016 - 18:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13547 Crédits

    Mission : Holocron et Gundark

    Sitôt qu'il fut identifié que la source de la fumée noire était le char des sables, le maître Jedi se montra beaucoup moins serein. Toutefois, il attendit que l'immense véhicule arrive jusqu'à la ville et dès que les jawa commencèrent à sortir de là, Kaarde chercha à découvrir ce qu'il s'était passé... Et a priori, il avait un mal fou à comprendre un jawa hystérique braillant à tout va. Ne parlant pas Jawa, j'attendais que le Jedi termine en observant les alentours. Ici, un ronto chargé d'équipement. Là-bas, une jeune femme brune aux mèches rouges sortant de la cantina avec une démarche titubante et balançant des insanités sur le propriétaire des lieux. Tatooine était une planète vraiment très exotique.
    Je délaissai ce spectacle assez divertissant pour faire le tour du char des sables. Il avait été méchamment abîmé : tout une partie de son flanc portait de nombreuses marques de frottements et sa coque avait même été éventré à plusieurs endroits. Que c'était-il passé ? Kaarde me rejoignit.

    Kaarde - Il semblerait que les Jawas aient croisé la route d'un dragon Krayt qu'ils ont essayé d'éviter en se faufilant à travers un canyon très étroit.
    Moi - Ça ? (en désignant le char) Ça peut se faufiler ?
    Kaarde - Quand on se retrouve dans les ennuis, chacun peut se découvrir des ressources insoupçonné.

    Tiens, le retour du Jedi et de ses leçons. Plus j'entendais parler de dragon krayt moins j'avais envie d'en voir. Cet enchaînement d'événements commençaient à être... Je ne sais quoi. Mais ils commençaient vraiment à l'être. Et j'avais cette bizarre certitude que c'était ainsi que cela devait se produire et qu'il faudrait aller au fond de la chose. Même si en l’occurrence, les événements à venir ne se montraient pas encourageants.

    Moi - Et pour l'holocron ?
    Kaarde - Il a été perdu lorsqu'ils se sont faufilés.
    Moi - Ah.
    Kaarde - Oui.

    Après un silence de circonstance.

    Moi - On va devoir y aller ?
    Kaarde - On ne peut rien te cacher, jeune apprentie.
    Moi - L'un de nous a du vraiment faire d'horribles bêtises pour que la Force nous en veuille à ce point.
    Kaarde - Ca ne mar...
    Moi - Et moi je suis trop jeune pour ça. (Je lui adressai un regard faussement suspicieux) T'as fait quoi ?

    Kaarde rigola et posa une main sur mon épaule.

    Kaarde - Viens. Nous allons trouver un speeder pour nous rendre là bas.
    Moi - Et un qui tombe pas en panne.

    samedi 30 janvier 2016 - 15:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17037 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    Cette mission devenait de plus en plus compliquée.
    D'un côté, comment pouvez-vous juger de la difficulté d'une mission quand le Conseil vous dit simplement « Allez sur Tatooine et trouvez un Holocron. Point. » ? Bon. Je ne devais surtout pas me permettre de me décourager, surtout maintenant que j'étais responsable de quelqu'un d'autre pour la première fois de mon existence. Tyria commençait à montrer des signes de découragement.

    Tyria. - C'est grand comment, un Dragon Krayt ?
    Moi. - Énorme.
    Tyria. - C'est méchant ?
    Moi. - Très.
    Tyria. - C'est dangereux ?
    Moi. - Extrêmement.
    Tyria. - Plus qu'un Jedi Noir ?
    Moi. - Hum...

    Trouver un speeder à bon prix s'avéra difficile. Les Jawas étant très bavards, tout Bestine savait que nous allions nous rendre au lieu de rencontre du char des sables avec le dragon. Aussi pas question de louer. Il fallait acheter.

    Tyria. - … ou alors un module de course ?
    Moi. - L'aventure d'hier ne t'a pas suffi ?
    Tyria. - Si, mais si nous voulons échapper à une attaque de dragon, ce serait bien d'aller vite. C'est rapide comment, un Dragon Krayt ?
    Moi. - Assez pour laisser s'échapper un char jawa endommagé, donc le premier speeder fera l'affaire.
    Tyria. - S'il ne tombe pas en panne.
    Moi. - J'aimerais bien un peu d'optimisme, ici.

    Un mécanicien accepta finalement de nous céder un vieux landspeeder V-35 couvert dont un fermier hydroponique s'était récemment débarrassé.
    Lorsque Tyria prit place à mes côtés elle était moins rassurée que jamais. Mais elle faisait toujours bonne contenance, comme un brave soldat.

    Moi (la pinçant à l'épaule). - Écoute, Tyria... je sais que cette mission ressemble à une suite de catastrophes, et peut-être que je te donne l'impression de ne pas me soucier du danger, mais... je te jure que je mesure les risques en permanence. Notre mission est de trouver ce fichu holocron, mais ma priorité est de te ramener saine et sauve. Si les choses tournent encore au vinaigre, je te protégerai, quoi qu'il arrive.
    Tyria. - Il n'y aurait pas quelques objectifs secrets derrière cette mission ?
    Moi (interloqué). - Quoi comme ?
    Tyria. - La Carpette espère peut-être que je disparaîtrai malgré tout en mission, je ne sais pas.

    Malgré l'humour de Tyria je ne pouvais m'empêcher de penser qu'elle s'était sérieusement posé la question. Jedibothan avait décidément une déplorable manière de s'y prendre avec les padawans, selon moi, et pourtant je n'étais pas pédagogue.

    Moi. - Si c'est ça, je te jure que cette fois c'est moi qui le rase des pieds à la truffe !
    Tyria. - Oooh, alors je tiens à survivre à cette mission pour voir ça !... Combien de temps pour atteindre le canyon ?
    Moi. - Pas mal d'heures. Le char et le dragon se sont croisés il y a des jours. Donc, avec un peu de chance, le vilain reptile ne sera plus là.

    Et comme nous étions déjà en fin de journée le trajet dura toute la nuit. L'appréhension n'empêcha toutefois pas Tyria de dormir du sommeil du juste.
    Le lendemain, de bonne heure, nous nous engagions à vitesse prudente dans le fameux canyon étroit, entre les traces de chenilles que le vent n'avait pas encore tout-à-fait effacées. Cette fois Tyria avait tous ses sens en alerte. Le site de l'attaque fut aisé à identifier, en raison des divers débris perdus par les Jawas. Toutefois la majorité de la précieuse ferraille avait été déplacée vers des cavernes dans les flancs .

    Tyria. - Et maintenant, que fait-on ?
    Moi. - On jette un œil à l'intérieur des cavernes, voyons.
    Tyria. - Mais c'est peut-être la tanière du Dragon Krayt.
    Moi. - Oh non. Tu vois ces entrées de cavernes de cinq mètres de diamètre environ ?
    Tyria. - Oui ?
    Moi. - Eh bien les Dragons Krayt sont beaucoup plus gros. Donc les créatures à l'intérieur, s'il y en a, seront plus petites. Aucun risque.
    Tyria (poker face). - Nous n'avons pas la même conception du risque.




    lundi 01 février 2016 - 01:05 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11177 Crédits Modo

    Mission : La quête du Codex de Tython
    Date : An 175
    Lieu : Tython
    Objectif : Retrouver l'holocron perdu dans l'ancien Temple Jedi
    Participant(s) : Galen Arek (mission en solo)


    Le ciel étoilé du vide sidéral est quelque fois magnifique lorsqu'aucune guerre ou bataille ne vient perturber le calme absolu de l'espace. Je vole à travers cet espace noir et constélé de points blancs lumineux alors que jusqu'à présent je m'étais contenté de voyager en tant que simple passager, pas en tant que pilote.

    Lors de mon départ de l'Académie de Yavin, j'avais demandé si je pouvais piloter moi-même un vaisseau spatial et avais préciser le type que je voulais. Ce fut sans trop de problèmes que l'Académie put acquérir un chasseur Aile-V de type Alpha Nimbus, venant d'un ancien chantier naval de l'Empire. Après avoir fait quelques réparations et réglages, j'avais déjà fait mes affaires et je monta dans le chasseur pour décoller et quitter l'atmosphère de Yavin IV pour aller dans l'espace. Pilotant mon Aile-V noir et argent avec R1 pour droïde co-pilote, j'avais entré les coordonnées de ma destination et lança mon saut dans l'hyperespace. Un couloir de lignes se forma et je m'enfonça dans le vide hyperspatial.

    La traversée de l'hyperespace dura seulement une heure standard et nous étions entrés dans la région des Mondes du Noyau, l'arrivée étant au niveau de la délimitation de la région galactique. Le reste du voyage se fait par le manoeuvrage du chasseur vers la planète. Autant confier que je ne connaissais que les bases de pilotage et d'astronavigation classiques. Nous arrivons finalement en orbite de Tython.

    R1-P7 : - Twwiih bwiih wiih ?

    Moi : - Oui, R1. Nous sommes bel et bien arrivés sur Tython. Cette planète est reputée pour ses ruines antiques bien qu'elle soit ignorée de tous. Et c'est ici que je suis né.

    R1-P7 : - Bwwiiwwin ?

    Moi : - R1, être natif de Tython ne veut pas dire que je suis un Jedi à part entière. D'ailleurs, c'était un monde vierge avant que les premiers Jedi ne viennent. Il n'y a que des descendants d'immigrés ici.

    Après être entré dans l'atmosphère de la planète, je dirige encore un peu le chasseur pour qu'il se pose sur le sol herbeux d'un plaine, non loin de l'entrée d'un petite ville. Cette ville en question était en construction il y a longtemps et aujourd'hui elle paraîssait entière et habitée ; elle est devenue la place forte d'un jeune gouvernement en place sur la planète, dont le réprésentant est un gouverneur élu par les citoyens. Je descends tranquillement du cockpit de mon chasseur, rajuste mon haut gris à manches et épaules noires puis enfile une veste sans-manches de cuir bleu que je ferme par deux petites boucles, une au torse et l'autre de ma ceinture. Mon sabre suspendu à ma ceinture, je vérifie une dernière fois mon équipement puis referme le cockpit du chasseur. Je porte mon regard vers l'entrée de la ville et voit arriver un groupe de sept personnes vers moi. Si la majorité porte une armure de plastacier ressemblant à celle des commandos du Sénat, deux autres hommes portent de riches habits et le dernier, celui en tête, est vêtu d'un uniforme argenté d'officier militaire républicain avec une belle cape de velours rouge et cuivre ainsi qu'une médaille politique. L'homme qui devait être le gouverneur s'arrêta à un mètre de moi et me salua.

    ... : - Je vous souhaite la bienvenue sur Tython, jeune homme. Puis-je savoir à qui ai-je l'honneur de rencontrer avant de me présenter ?

    Le gouverneur me parut amical. Sa carrure paraît celle d'un homme qui a vécu longtemps dans l'armée et la diplomatie, pour dire fine et musclée ; sa tête ovale ne semble pas atteint par le poids de l'âge tandis que ses cheveux et sa barbe courte sont gris-brun et bien entretenus. Je ne fait aucun jugement direct et réponds à mon interlocuteur.

    Moi : - Je suis un apprenti de l'Ordre Jedi venu en mission sur Tython, et je me nomme Galen Arek.

    ... : - Tiens donc, vous vous nommez aussi Arek. Eh bien, je suis enchanté de vous connaître. Je suis le major Artheus Tarkin, le gouverneur de Tythania, la ville que vous voyez, et peut-être celui de tout Tython si les autres cités en place le veulent bien. Mais appelez-moi Artheus.

    Moi : - Vous ne seriez pas un proche parent du Grand Moff Tarkin ? C'est une simple question.

    Artheus : - Le Grand Moff était mon arrière-grand oncle et je n'apprécie pas la dévotion qu'il portait à l'Empire. Même si je suis un Tarkin, je n'ai rien à voir avec lui, je ne souhaite que le bien des gens et je suis attaché à la démocratie. Je vous propose de continuer cette conversation une fois au consulat de la ville.

    Le gouverneur Artheus fit demi-tour et je le suis, R1 près de moi, ayant les drôles de conseillers et les gardes derrière moi. Bien qu'elle n'était comme la plupart des cités de mondes civilisés, Tythania était une ville moyenne construite dans le style architectural des temples locaux et organisée en rond avec un coeur administratif. Après avoir traversé l'une des voies principales, nous arrivions devant un grand bâtiment plus haut que les autres et plus décoré, le consulat sûrement.


    Ce message a été modifié par galen-starkyler le dimanche 07 février 2016 - 17:02

    samedi 06 février 2016 - 23:29 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11177 Crédits Modo

    Mission : La quête du Codex de Tython

    Nous entrons dans le long hall du consulat, longeons le couloir puis j'arriva dans ce qui me semblait être un bureau, celui du gouverneur. La porte se referma derrière nous, nous n'étions plus qu'Artheus, R1 et moi dans cette salle. Le gouverneur s'installa confortablement dans son fauteuil et prit une posture méditative en se plaçant face à moi.

    Artheus : - Je tiens à vous informer, jeune Arek, que nous sommes en audiance privée. J'ai demandé à mes conseillers de me laisser seul avec vous, pour que nous puissions bien nous entretenir.

    Moi : - Très bien. Gouverneur, vous avez lors de nos présentations remarqué que je me nommais aussi Arek. Je me demandais alors si le nom de Perseus Arek vous disait quelque chose.

    Artheus : - En effet. Il est l'un des habitants extérieurs de Tythania et un membre actif de notre assemblée. C'est un ancien agent de la République qui a décidé de vivre sur Tython avec sa femme. Je suppose que vous devez être son fils puisqu'il l'a laissé rejoindre l'Académie Jedi de Yavin IV. Maintenant, si vous le permettez Galen, pouvez-vous me dire la raison de votre mission ici ?

    Moi : - Je suis venu pour retrouver et récupérer une relique perdue de notre Ordre. Et tout porte à croire qu'elle se cache dans les tréfonds de l'ancien Temple Jedi.

    Le gouverneur resta silencieux un long moment, les mains croisées contre son menton, le regard fixe.

    Artheus : - Le Codex de Tython, n'est-ce pas ? (Je fus stupéfait devant sa phrase et allait demander comment le savais-t-il lorsqu'il reprit) Je le sais parce que quelqu'un est arrivé avant vous sur la planète. Il affirma qu'il était un archiviste mandaté par la Coalition et il avait des soldats Impériaux à sa garde. Il me tint la même raison que vous mais sa voix sonnait celle de quelqu'un de hors-la-loi. En ce moment même,il se dirige vers le Temple et il a demendé qu'un des habitants le guide.

    Moi : - À quand remonte exactement leur arrivée sur la planète ?

    Artheus : - Leur vaisseau a atterri il y a environ une demi-heure et je les ai reçus ici dans mon bureau  avant que je ne vienne à votre rencontre. Si vous êtes assez doué pour vous repérer, vous pourrez les rattrapper au Temple Jedi.

    Moi : - Gouverneur, je vous prie donc de m'excuser, je dois impérativement aller au Temple pour trouver le Codex. Cet holocron doit être remis entre les mains de l'Ordre Jedi pour éviter de nouvelles guerres.

    Le gouverneur répondit que je pouvais disposer et je quitta le consulat après l'avoir salué. R1 et moi nous dirigions vers le nord de la ville, passant à côté des murs et piquant tout droit vers la forêt du nord. Bien que je n'étais pas revenu sur ma planète depuis longtemps, je connaissais par coeur le chemin à travers la forêt et nous arrivions enfin devant les ruines du Temple Jedi de Tython. Le grand temple millénaire de la planète était toujours debout, véritable joyau culturel. Je fais signe à R1 d'avancer lentement et discrètement, traversant à pas lents le pont de pierre blanche menant à l'entrée principale. Caché derrière le bloc carré d'un piédestal de statue, je découvre attentivement le groupe qui est devant l'entrée : six Stormtroopers armés de blasters, une officière impériale en uniforme noir et un étrange vieil homme habillé d'une robe de bure grise et cuirasse de duracier, accompagné d'une autre personne vêtue d'une cape noire capuchonnée. Le vieil homme à la robe grise est sûrement le prétendu archiviste.

    Vieil homme : - Faites votre travail, capitaine. Je veux que ce temple soit sécurisé et que personne personne d'autre que nous n'entre à l'intérieur.

    Officière : - Ce sera fait. Vous deux, restez ici et gardez l'entrée. Ne laissez passer personne et abattez toute forme de résistance. Vous autres, suivez-nous.

    Les deux Stormtroopers désignés se mirent devant l'entrée comme demandé et le reste du groupe suivit le vieil homme et la personne en noir. Constatant la situation comme chanceuse, je me recule pour discuter d'un plan avec R1.

    Moi : - R1, je crois que la chance nous sourit ! On a deux adversaires pour nous et il ne savent même pas qu'on est là.

    R1 : - Bwiwih ! Twouuh wwouuh !

    Moi : - J'ai vu. Ils sont tous deux des soldats armés de blasters et nous il n'y que moi qui est une arme. Mais qui a dit qu'on allait se battre ?

    Je re-regarde les deux Stormtroopers de garde puis me recule pour appeler la Force en moi. Je vais devoir employer le pouvoir de convaincre les esprits faibles pour entrer sans alerter les autres. Ma concentration est telle que je sors de ma cachette et me fait voir par les deux soldats.

    Stormtrooper : - Halte ! On ne bouge plus !

    Ils levèrent leurs blasters dans ma direction. Je m'arrêta devant eux et établit une connexion à leurs cerveaux. Sentant la connexion établie, je passe ma main devant eux et les convaint.

    Moi : - Vous ne devez pas rester ici.

    Stormtrooper : - Qu'est-ce que tu dis ?

    Ma première tentative ne marche pas. Je renforce ma concentration et je refais une tentative, celle-ci marche avec succès.

    Moi : - Vous ne devez pas rester là pour garder cette entrée.

    Stormtroopers : - Nous ne devons pas rester là pour garder cette entrée.

    Moi : - Vous avez reçu l'ordre de sécuriser l'entrée Est de ce temple.

    Stormtroopers : - Nous avons reçu l'ordre de sécuriser l'entrée Est de ce temple.

    Moi : - Allez-y !

    Stormtrooper : - Allons-y !

    Les deux Stormtroopers partirent en courant vers la façade est du bâtiment, abandonnant leur poste initial et laissant l'entrée libre. Satisfait de ma tentativre de convaincre leurs esprits, je me retourne pour dire à R1 que la voie est libre. Le droïde astromech me rejoint et nous entrons tous les deux dans le Temple. Je prends mon sabre en main et m'enfonce lentement mais progressivement, dans les ruines du Temple de Tython.

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le dimanche 07 février 2016 - 16:59
    Ce message a été modifié par galen-starkyler le mardi 09 février 2016 - 19:51

    dimanche 07 février 2016 - 11:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11177 Crédits Modo

    Mission : La quête du Codex de Tython

    Le Temple de l'Ordre Jedi de Tython est un majestueux lieu de culte et d'asile que les maîtres et chevaliers d'antan ont bâti et construit pour remplacer celui de Coruscant, détruit par les impérialistes Sith lors de la Grande Guerre Galactique. Il fallu trois années pour réaliser un tel monument, les artisans locaux avaient su honorer la philosophie de l'Ordre, la mystification des anciens temples et les lignes fortement inspirées des châteaux d'Alderande ;  toute la constitution du temple est en solide pierre blanche marbrée, ce noble bâtiment étant composé d'une tour principale et de trois ailes rectangulaires, chacune ayant un but. La tour principale abrite à son rez-de-chaussée le hall principal, à son premier étage les appartements des membres accomplis (chevaliers et maîtres) et à son second étage la salle du Conseil des Jedi. La bibliothèque se trouvait dans l'aile nord, les salles de classe dans les ailes ouest et est. Aujourd'hui, ce vénérable sanctuaire n'abrite plus les membres de l'Ordre et n'est plus que ruines.

    Arrivés dans le grand hall, R1-P7 et moi nous arrêtions un moment pour que je me repère. Malgré l'obscurité des lieux, quelques plantes phosphorescentes et des cristaux incandescents, incrustés dans les murs, éclairaient légèrement le hall. Hormis les murs usés par le temps et la flore, rien n'était tombé et toute la structure du bâtiment était intact. Je décida de sonder la Force pour retrouver les visiteurs et/ou le Codex.

    Moi (yeux fermés et voix basse): - Le groupe d'Impériaux est passé par là obligatoirement. Ils sont tout près... je les sens... (puis en réouvrant les yeux) Ils ont monté les escaliers. Ils sont dans l'aile nord.

    Nous continuons notre route en prenant l'un des deux escaliers courbés du hall, montant pour atteindre l'entrée de l'aile nord, là où se trouve la bibliothèque. Je ralentis ma marche quand j'arrive à côté de l'encadrement de la porte, disparue, et jette un coup d'oeil en avant. La salle était entièrement ravagée, les étagères d'archives cassées et penchées les unes sur les autres tandis qu'un tas de terre et de roche se trouvait au fond de la salle. Un grand trou récent y était creusé, révèlant le haut d'un escalier qui menait aux sous-sols du Temple. Devant le trou, les quatre autres Stormtroopers et leur officière se tenait là, attendant sûrement le retour de l'archiviste, parti explorer les sous-sols. Des lampes de campement les entourait.

    Stormtrooper 1 : - Cet endroit me file la chair de poule. J'ai hâte que ça soit terminé.

    Stormtrooper 2 : - Je me demande vraiment pourquoi on a accepté d'aider un vieux fou à retrouver je-ne-sais quelle babiole Jedi dans ce trou à rats.

    Capitaine : - Silence, vous deux. Cette mission constitue une opportunité pour l'Empire d'acquérir le savoir infini des Jedi et sa grandeur perdue. Si les propos de Naman sont vrais, alors nous aurons entre nos mains le moyen de rendre à notre gouvernement sa puissance d'antan.

    Naman. Le vieil homme serait donc l'ancien apprenti Sith reconverti en nécromancien, celui qui se nommait Cha Naman. Les promesses faites à l'Empire doivent être sa raison d'avoir les Impériaux qui l'accompagnent, il a dû leur raconter des bobards. Je décide de m'avancer, d'un pas léger, discrètement vers eux pour les surprendre. Pas de chance, j'écrase une racine. Les Stormtroopers se retournent et pointent les blasters vers moi, leur capitaine avec un pistolaser impérial.

    Capitaine : - Ne bougez plus ! Les mains en l'air ! (Je garde mes mains vers le bas, refusant de me laisser impressionné) Comment êtes-vous entré ?

    Moi (moqueur): - Les gardes m'ont gentiment laissé passer.

    Capitaine : - Je vous conseille de quitter immédiatement ces lieux ou nous vous abatterons ! Vous risquez d'entraver une mission de l'Empire ! (Je continue de rester immobile, le regard brave et déterminé) Disparaissez ! (Je ne bouge pas) Vous allez partir ou non ?

    Moi : - C'est vous qui allez partir.

    Sur ces mots, je dégaine mon sabre par ma télékinésie et l'allume devant eux, la lame bleue étincelant.

    Capitaine : - UN JEDI ! ABATTEZ-LE ! (Elle tira avec son pistolaser)

    Les Stormtroopers tirèrent avec leurs blasters sur moi. Ma concentration élevée, je me sers de mes techniques acquises de parade pour me protéger des tirs ; je continue de parer tout en avançant vers eux, les tirs laser se mêlant à ma lame qui les recupère. Soudain, leurs batteries sont vides. C'est le moment, j'avance ma main gauche vers eux et utilise la pousée de Force. Comme j'ai concentré mon pouvoir sur les soldats, ceux-ci sont propulsés violemment vers l'arrière et ils se cognent contre le mur, les assomant. La capitaine se reprit et tente de tirer une nouvelle fois mais je saute à temps. Atterisant devant elle, je décrit une courbe avec mon sabre et tranche le canon de son arme. Je place aussitôt ma lame en horizontal, près de sa gorge (5cm environ).

    Moi : - Vous ne pouvez plus me donner d'ordre maintenant.

    Capitaine : - Sale Jedi ! Tu risques de t'attirer les foudres de l'Empire si tu tues un de ses officiers gradués. Tu ne t'en tireras pas ainsi.

    Moi : - Vous tuer ? Non.

    Je place rapidement ma main, doigts liés en arrière. Un des blasters est attiré par mon pouvoir télékinésique et vient brutalement frapper la tête du capitaine. Bam ! L'officière  tombe à terre, assomée.

    Moi : - Vous mettre hors d'état de nuire, si !

    J'éteins mon sabre et le replace à ma ceinture. Il me fallut moins de trois minutes pour amener l'officier et les soldats contre le mur de gauche puis pour cacher leurs blasters loin de leur portée. R1 sort finalement de sa cachette et vient me voir.

    Moi : - Tiens, R1, tu tombes à pic.

    Je finis de changer le mode du dernier blaster entre mes mains puis le tends au droïde, qui le prends avec ses deux bras articulés. L'arme ne lui semble pas très lourde mais il me demande la raison de lui avoir confier.

    Moi : - Et bien voilà R1. Tu vois ses cinq là ? (en désignant les cinq Impériaux) Je voudrais que tu restes ici pour monter la garde pendant que je descends aux sous-sols. Il te faut juste les surveiller ; et si jamais ils bougent, utilise le rayon paralysant du blaster sur eux. Tu peux me contacter par radio si tu as un problème. (Je me dirige vers le trou. Avant de descendre, je me retourne une nouvelle fois.) Je peux compter sur toi R1 ?

    R1 (faisant oui de la tête) : - Bwiih bwiih !

    Je souris devant sa réponse et m'engage dans le passage creusé. Je descends les marches de l'escalier une à une et lentement, un pisto-blaster en main (je l'ai piqué à un des soldats) et mon sixième sens en vigilance. La première série de marche déscendue, je tourne sur la droite et descends la seconde série. J'arrive alors devant ce qui semble une large entrée, qui donne sur un large couloir sombre. Ce couloir, je ne le connais pas. Et pour une fois, j'ai un mauvais pressentiment.

    _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

    Je marche lentement dans ce large et sombre couloir dans lequel je me suis engagé. Comme l'obscurité est plus opaque que les endroits précédents, je me sers d'un stylet-torche pour m'éclairer. Je traverse lentement le couloir, essayant de contenir ma peur et garder mon courage, me défendant avec le pisto-blaster dans ma main droite. Seulement, je ressentais la présence d'ombres qui me suivaient ainsi que des murmures en laungue inconnue qui s'enchaînaient sans fin. Pour moi, cela signifiait que le Côté Obscur était présent dans ce couloir et/ou que je me rapprochais de mon but. Au bout de quinze mètres à parcourir ce couloir, j'aperçois une lueur au loin ; j'accèlère un peu et une entrée m'apparaît sur le côté droit du couloir. Il y a de la lumière et je commence à entendre des rires et des gémissements : le vieil homme est là. Placé dos au mur, près de l'encadrement, je me penche pour voir et écouter la scène.

    Vieil homme : - Hahaha. Je le sens. Je le sens. Il est là. Oui, il est là. Je dois le trouver.

    Ce vieil homme, qu'il soit Cha Naman ou non, est vraiment un demeuré. Il se met à jeter des débris, creuser la terre avec ses mains, juste pour trouver l'holocron. La salle semble être une partie cachée du Temple, elle est circulaire et mesure 8m de diamètre, des étagères et des tas d'objets sont là sur le sol. Pendant que le vieux demeuré creuse, l'autre personne attend sans bouger. En regardant de plus près, je constate que c'est une personne de sexe féminin par la finesse de son corps ; je me demande qui elle est et quelle place elle a dans cette affaire.

    Vieil homme : - Je le sens ! Je le sens ! Il est là. Il est sûrement là !

    Jeune fille : - Vous répétez toujours la même chose mais vous ne trouvez rien. Et arrêtez de creuser ! Vous avez l'air d'un rongeur.

    Vieil homme : - Sachez, jeune apprentie, que je n'aime pas que l'on juge ma manière de dénicher les reliques. Je sais que cet holocron que l'on nomme le Codex se cache dans ses tas de vieux objets. Et une fois que je l'aurais trouvé, je pourrais enfin me faire reconnaître par mes pairs et mon savoir atteindra des sommets, que je permetterais aux Seigneurs des Sith de régner à nouveau sur la galaxie...

    Pas de doute, il est au service des Seigneurs Sith mais sa place dans l'ordre reste encore indéterminée. Je décide de me montrer au moment où il reprend.

    Vieil homme : - ... et personne, je dis bien personne, ne pourra empêcher la suprématie de l'Empire Sith de perpétuer. Pas même les Jedi !

    Moi : - Dans ce cas, permettez-moi d'agir contre vos plans avant que ça se produise. (Le vieil homme sursauta à ma vue tandis que sa complice tourna sa tête dans ma direction.) Au nom de la République, je vous arrête dans votre folie, Cha Naman !

    Il y eu un long moment de silence puis le vieil homme se mit à rire. Il ria pendant une minute puis se reprit, me regarda avec un sourire dément et s'expliqua.

    Vieil homme : - Hahaha. Tu te trompes à mon sujet, padawan. Je ne suis pas Cha Naman... Je me nomme Naman Naga et je suis un érudit de l'Ordre Sith.


    Ce message a été modifié par galen-starkyler le dimanche 07 février 2016 - 21:15

    dimanche 07 février 2016 - 20:18 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

94 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide