Chu'Unthor Legends

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13492 Crédits Modo

    Bienvenue à bord du Chu’Unthor, aussi appelé Vaisseau Académie !



    Je suis le Chevalier Jedi Tyria Sarkin, commandante et responsable à bord. Aidée de ma fidèle assistante Mirax Terrik, ce navire propose aux Jedi d’effectuer des missions pour l'Ordre.

    Principe :
    1/ Les missions s’intègrent dans le même univers que le Temple Jedi. (En cas de doute sur un personnage, une bataille… Je vous invite à consulter l’Holopédia)
    2/ Les missions peuvent être effectuée dans le passé. Il suffit de préciser la date au début de la mission
    En d’autres termes, un Chevalier peut ainsi faire une mission à l'époque où il n'était encore qu'un padawan. De même, un ex-Jedi peut aussi revenir pour faire une mission du temps où il était encore membre de l’Ordre.

    Règles :
    Merci d'appliquer les règles de savoir-vivre du JDR. Vous les trouverez ici.

    Organisation :
    Pour les missions courtes, merci d'utiliser ce topic.
    Pour les missions longues ou avec beaucoup de participants, vous pourrez (une fois ma validation donnée) ouvrir un topic spécifique.

    Le premier message d’une mission devra contenir la date à laquelle se déroulent les événements, un synopsis détaillant la mission, les participants ainsi que le lieu de départ.

    Si vous n’avez pas d’idée de mission, je pourrais vous en proposer une.
    Si vous avez une idée de mission que vous aimeriez mettre en place, n’hésitez pas à m’en parler.

    Dans tous les cas, si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à me contacter. ;)

    Annonce
    Eckmül cherche actuellement des joueurs pour réaliser une mission intercaste au sein du Chu'Unthor.

    Pour consulter les missions du VA en cours ou terminées, veuillez-vous diriger vers le Livre de bord du Chu’Unthor .


    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 08-10-2015 21:58
    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 10 octobre 2015 - 20:13

    jeudi 01 octobre 2015 - 18:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    15978 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark
    Date : an 146
    Lieu : Tatooine
    Mission : retrouver un holocron qui serait entre les mains d'une tribu de jawas



    Je n'étais vraiment pas à l'aise.
    Bien que ce ne fut pas ma première mission, et malgré le fait que j'étais presque trop jeune pour être un maître Jedi, j'étais mal à l'aise. La mission "officielle" n'avait pourtant rien de bien compliqué. Des voyageurs ayant fait escale sur Tatooine avaient répandu la rumeur qu'une tribu nomade de Jawas détenait un holocron Jedi. Les témoignages étant nombreux, la chose avait été prise au sérieux par le Conseil Jedi. Il faut dire aussi que, depuis neuf ans que la guerre contre le Sith Unique était terminée, l'Ordre essayait encore de rassembler plusieurs holocrons et artefacts perdus.
    Non, mon malaise venait plutôt de la jeune fille de douze ans assise à côté de moi dans le poste de pilotage de la navette : Tyria Sarkin.

    Il y a quelques mois à peine j'avais rencontré Tyria sur Corellia pendant ma toute première mission solo. Elle m'était littéralement rentrée dans l'estomac en fuyant un Jedi Noir que j'avais ensuite combattu et éliminé. Ledit Jedi Noir avait tué sa famille d'adoption, aussi avais-je emmené la jeune fille avec moi au Temple le temps qu'une enquête s'assure qu'elle n'était plus en danger.
    Tyria s'était avérée sensible à la Force, et orpheline, aussi avait-elle aussitôt été intégrée à l'Académie de Yavin 4 malgré son âge avancé. J'étais fréquemment passé sur place pour voir comment elle s'en sortait. Si la nouvelle padawan semblait s'épanouir et faire preuve de volonté, il en était autrement des maîtres qui l'accusaient d'être impertinente et presque de répandre le chaos dans les classes ainsi qu'un mauvais esprit au sein des autres élèves.
    Aussi, voyant que j'arrivais à me faire écouter d'elle, s'étaient-ils empressés de s'en débarrasser et de me la refiler pour une mission facile. « T'arriveras peut-être à faire quelque chose de ce truc ! » avais dit Jedibothan avec son tact naturel. Mais, à sa décharge, la rumeur courrait qu'il devait à Tyria la perte d'une partie de son pelage.
    Ma mission officieuse, donc, était de m'occuper de Tyria, voir si elle avait appris quelque chose de l'Académie et avait sa place dans l'Ordre, déterminer si elle avait choisi la voie des Jedi par vocation ou par dépit, n'ayant plus d'autre alternative.
    D'une part ça ne me plaisait guère de cacher à Tyria qu'elle était en train d'être évaluée (elle était quand même gentille, cette petite), et d'autre part je ne me voyais pas jouer au maître et au padawan si tôt, à seulement dix-sept ans.

    La navette confiée par le Temple Jedi descendait dans l'atmosphère de Tatooine. À mon grand désappointement Tyria, depuis qu'elle m'avait rejoint dans le cockpit, avait gardé le regard fixé sur la verrière à sa gauche pour contempler la surface de Tatooine, comme si elle boudait.
    Je ne savais même pas si elle m'écoutait.

    Moi. - Nous allons nous poser dans l'astroport de Mos Eisley... Tu vas voir, ça va être simple. Comme il ne s'agit pas d'une enquête ou d'une mission d'infiltration, et que nous n'allons pas interférer dans les affaires locales, nous n'aurons pas à cacher que nous sommes Jedi. Ça va simplifier des choses.

    Pas de réponse.

    Moi. - Hum... Juste trouver des jawas, leur acheter l'holocron, et éventuellement déterminer comment il est arrivé en leur possession...

    Toujours pas de réponse.

    Moi. - Euh,... et sinon, j'espère que tu es bien préparée... il fait chaud, euh, quand même... sur Tatooine.

    Nada.

    Moi. - Eeet... il fait froid, la nuit !... Et il y a parfois du danger... j'espère que tu sais déjà un peu de te servir de la Force.

    Tyria. - Mmh-mmh, moui.

    Moi. - Ah, tant mieux ! J'ai hâte de te voir en action !

    Et là-dessus la jeune fille tourna sa tête blonde vers moi, affichant un large sourire ravi qui lui montait jusqu'aux oreilles.

    Tyria. - Et moi j'ai hâte qu'on se pose ! Je suis contente de partir en mission.

    Moi. - Moi aussi, Tyria, moi aussi. Ça ne nous fera pas des souvenirs palpitants à ressasser lorsque nous serons devenus deux vieux maîtres radoteurs, mais... ça devrait être sympa.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez le Wikia de notre JDR !


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:34

    jeudi 01 octobre 2015 - 22:10 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13492 Crédits Modo

    Holocron et Gundark

    Kaarde – Tyria, ne t’éloigne pas.

    Le Maître Jedi ne s’était détourné qu’une seconde afin de s’assurer que c’était effectivement le cas.

    Les derniers jours avaient assez mouvementés. De l’avis de certains à l’Académie, j’avais outrepassé les limites (pour une banale histoire selon moi). En moins de temps qu’il ne me faut pour le dire, je m’étais retrouvée sur Coruscant. Je m’étais imaginée dans un premier temps qu’on allait sévèrement me punir. Voir même me renvoyer. Mais pour une raison qui me dépassait, on m’avait collé dans les basques de Kaarde et nous avions été expédiés sur Tatooine. Vu comment ce dernier était mal à l’aise et faisait un effort surhumain pour briser la glace, j’en étais arrivée à la conclusion qu’il avait été puni. Et qu’en toute logique, j’étais une punition. Cette idée ne me transportait pas particulièrement de joie. Si je devais être une punition, je comptais bien y mettre toute la mauvaise volonté du monde.

    J’étais donc là, assise sur une caisse et battant des pieds pendant que Kaarde discutait de je ne sais quoi avec un gars du coin. Quand il eut finit, il me fit signe de le rejoindre. Je sautais de ma caisse et allais à sa rencontre.


    Kaarde – Notre navette pourra stationner ici pour les prochains jours. Comme ça nous aurons tout notre temps pour trouver l’holocron.

    Il affichait encore son sourire « Il n’y a absolument aucun problème ». Tu parles d’un malaise. Je m’abstins de répondre et l’expression du Maître Jedi fut encore moins crédible. Cela m’arracha presque un sourire.

    Kaarde – Par où devrait-on commencer à ton avis ?
    Moi – Hum… On cherche un holocron… Qui est gardé par des Jawas. Du coup… Il faudrait qu’on sache où vivent ces Jawas ?

    Le Jedi m’ébouriffa les cheveux et me gratifia d’un sourire. D’un vrai cette fois ci.

    Kaarde – Exactement ! On va commencer par se renseigner à Mos Eisley. Dès que nous en saurons un peu plus, nous louerons un speeder et nous partirons pour notre petite aventure.

    A l’extérieur de l’enceinte, les soleils jumeaux faisaient régner une température infernale. Kaarde avait beau m’avoir avertie qu’il allait faire chaud, je ne m’étais pas attendue à ça.

    Moi – Ah oui quand même.
    Kaarde – Tout va bien ?
    Moi – Quand tu disais chaud, tu plaisantais pas.
    Kaarde – On fera bien attention pour que tu restes hydratée. N’hésite pas à rester à l’ombre.

    Le jeune homme nous emmena jusqu’au marché. Devant mon regard surpris, j’eus le droit à un début de cours sur la vie dans le coin.

    Kaarde – Tatooine a beau faire partie de la République, on ne peut pas dire qu’elle est vraiment de l’autorité ici. Si on veut obtenir des informations, le meilleur endroit pour en obtenir c’est ici ou à la cantina.
    Moi – Mais pourquoi commencer ici plutôt qu’à la cantina ?
    Kaarde – Les Jawas sont des ferrailleurs. Ils sillonnent le désert à la recherche de pièces, réparent ce qu’ils peuvent et le revendent ensuite aux fermiers.
    Moi – Des fermiers ? Mais pour cultiver quoi ?
    Kaarde – Pour récupérer de l’eau.

    Le Jedi semblait être un puits de connaissance infini. Mieux encore, il ne paraissait pas déranger par mes questions. Ça, c’était carrément mieux qu’à l’Académie ! Kaarde se mit à ma hauteur pour me parler.

    Kaarde – Il y a beaucoup de monde au marché. Promets-moi de ne pas t’éloigner.
    Moi – Tu dis ça comme si tu t’attendais à ce que je cause une catastrophe.

    Il afficha à nouveau le sourire du malaise avec un soupçon de quelque chose d’autre.

    Kaarde – Tatooine est une planète dangereuse. Je ne voudrais pas qu’il t’arrive quelque chose.
    Moi – Je vois pas ce qu’il pourrait y avoir de pire qu'à Corellia.


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 10 octobre 2015 - 16:03
    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:34

    vendredi 02 octobre 2015 - 23:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    15978 Crédits Modo

     Holocron et Gundark

    Je recommençais à prendre confiance, un peu.
    Tyria s'intéressait à ce qui se passait, et surtout elle semblait m'écouter. Peut-être allais-je être à la hauteur pour elle, et prouver aux maîtres de l'Académie qu'ils l'avaient mésestimée. En plus prouver à Jedibothan qu'il avait tort, ça valait quand même son pesant d'or.

    Tyria. - Je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de pire qu'à Corellia.

    Moi. - Corellia est un monde civilisé. Tatooine, non. Ici, outre le risque de se faire détrousser, kidnapper, tuer, vio... lenter, il y a aussi des Hommes des Sables, des sarlaacs, des dragons Krayt et des tempêtes de sable qui essaieront tous de te faire la peau.

    Tyria. - Au moins il n'y a pas de psychopathes qui essaient de te tuer avec un sabre laser rouge... Si ?

    Moi. - Qui sait ?

    Tyria. - Mais alors... qu'est-ce qu'il y a de bien sur cette planète ?

    Moi. - Eh bien... de magnifiques couchers de soleils... des cantinas sympas... des dragons Krayt...

    Tyria. - Mais tu as dit...

    Moi. - Les dragons, c'est cool... des courses de modules... et un holocron. Ah tiens, à propos de courses de modules...

    Au milieu du marché trônait un magnifique module de course, dont le pilote glymphid vantait les mérites en exhibant ses trophées. Il devait avoir une certaine notoriété, car les badauds étaient nombreux à se presser autour de l'appareil en évitant soigneusement les arcs électriques roses du connecteurs à induction.
    Ayant passé la majeure partie de sa vie avec un père adoptif mécanicien, Tyria fut automatiquement captivée et joua des coudes ainsi que de sa petite taille pour aller observer l'appareil de plus près. J'eus toute les peines du monde à la garder dans mon champ de vision.
    Un détail dans le discours du pilote attira vite mon attention.

    Le glymphid. - … module le plus rapide de sa catégorie ! Une année entière de restaurations effectuées par mes soins a été nécessaire pour retaper ce vieux J930 Dash-8, après qu'il ait traîné huit ans dans un vieux char jawa et sans doute des décennies auparavant dans la mer de dunes !

    Moi. - Tu entends ça, Tyria ? Le meilleur endroit pour obtenir des infos, comme je disais.

    Mais l'adolescente blonde ne m'écoutait déjà plus et se hissait sur la pointe des pieds pour observer de plus près les commandes du module de course. Dommage, pile quand j'avais l'impression de briser enfin la glace. Au moins ne semblait-elle plus se soucier de la chaleur ambiante.

    Moi (au pilote). - Dites, vous faites souvent affaire, avec des jawas ?

    Le glymphid. - Oui, c'est en m'intéressant de près au contenu d'un de leur chars que j'ai trouvé cette perle rare ! Mais pour les pièces supplémentaires j'ai dû m'adresser à plusieurs tribus différentes.

    Moi. - Comment faites-vous pour distinguez deux tribus de jawas ? Et trouver celle qui détient ce que vous cherchez ?

    Le glymphid. - Normalement ce n'est pas possible de les différencier, à moins d'être ami avec des jawas. Il suffit de connaître les itinéraires de migration d'un de leur char et de dire à ceux d'entre eux qui comprennent le basic ce que je recherche. Ils se font alors une joie de partager l'info avec le reste de leur espèce une fois que j'ai le dos tourné. Et comme ils savent où me trouver, et que je suis un bon client, je ne tarde pas à recevoir la visite d'un char des sables qui se détourne exprès de son itinéraire pour faire des affaires.

    Moi. - Où peut-on rencontrer des jawas ?

    Le glymphid. - Si vous êtes pressé il y a un char, celui dans lequel j'ai trouvé mon module, qui stationne ce soir à Bestine. Il ne s'approchera pas davantage de Mos Eisley.

    Moi. - Merci bien.

    Le glymphid. - Hé, n'oubliez pas de parier sur moi, demain !

    Tyria n'avait bien sûr rien écouté, occupé qu'elle était sur le cockpit du module de course. Comme elle avait l'air de bien s'amuser je décidai de lui accorder encore cinq minutes et de m'intéresser aux échoppes proches.
    A l'étal d'une marchande ithorienne, je dépensai quelques crédit dans un capuchon en soie blanche avec des lunettes de protection, pour protéger Tyria de la chaleur et du sable.

    Moi. - Héhé, frais de mission... Tyria, est-ce que tu... ?

    VRRRRROOOAAARRR !

    La chaude et puissante poussée de deux réacteurs me jeta au sol et fit s'envoler plusieurs étals autour de moi. Lorsque je me retournai, je distinguai à plus de cent mètres le module de course se frayant un passage au milieu du marché, et son pilote resté sur place qui vociférait.

    Le glymphid. - Au voleur ! Cette petite peste blonde m'a pris mon module !

    Moi (atterré). - Mille vornskrs, Tyria !


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:34

    dimanche 04 octobre 2015 - 12:58 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13492 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    Un module de course ! Le monde entier se réduisit à cette merveilleuse antiquité rutilante sous les rayons de soleils. J’avais déjà vu des courses pod mais seulement sur holo.
    Je dû jouer des coudes pour approcher de l’appareil. En me hissant sur la pointe des pieds, je parvins à voir l’intérieur du cockpit. Les commandes semblaient avoir sacrément vécues. Il y avait du sable jusque sur le plancher.
    En observant un peu plus finement, je remarquai une bourse à moitié cachée par le siège. Intriguée au possible, j’essayai de me hisser un peu plus sur mes pieds afin de l’attraper. Mais elle restait impossible à atteindre. Pire encore, j’allais manquer de basculer la tête la première dans la nacelle. Kaarde serait alors embarrassé par mon comportement… Exactement comme le prévoyait les maîtres de l’Ordre.

    « Et ça, il en est hors de question ! »

    Abandonner cette idée était donc quelque chose de raisonnable qu’une personne mature et fiable ferait.
    A la place, je tendis la main et focalisai ma concentration sur le petit sac. Il eut quelques soubresauts avant de décoller à pleine vitesse dans ma direction relevant au passage quelques interrupteurs.Avant d’avoir eu le temps de comprendre, je me pris le pochon en pleine poire.
    Les moteurs du module s’allumèrent. Les répulseurs du pod se mirent en marche et sa remontée soudaine me déséquilibra. Je m’accrochai à la première chose à portée de main pour ne pas chuter : la commande des gaz.

    VRRRRRRRROOOAAARRR !

    Le module de courses partit à pleine vitesse droit devant lui. Ejectée par la force de la poussée, je me retrouvai à faire 3 tours sur moi-même avant de retomber au sol dans un nuage de sable et de poussière.

    Moi – Aïe.

    A moitié sonnée par l’impact et surtout complètement hébétée par ce qu’il venait de se produire, j’entendis tout juste le glymphid glapir contre ce qu’il venait de se produire.


    Le glymphid – Au voleur ! Cette petite peste blonde m’a pris mon module !
    Kaarde – Mille vornskrs, Tyria !

    Je me redressai, laissant glisser le sable qui s’était accumulé sur moi, et toussotai quelque peu. Kaarde, parti à la poursuite du module, était déjà loin.

    Moi – Ca, c’est fait.

    Soupirant à l’idée de la saucée que j’allais me prendre – les Jedi étant tout sauf des modèles de compréhension – je me mis en tête de rejoindre Kaarde. Je retrouvai la besace au passage et la ramassai. Il me fallut de longues minutes pour retrouve le Jedi, le glymphid et le module.

    Le module avait traversé des stands jusqu’à ce qu’un débris ne décroche un des câbles reliant le pod aux turbines. Un système de sécurité avait dû être déclenché et les moteurs s’étaient coupés. Le pod était retombé sur le sol laissant l’inertie faire son travail jusqu’à ce qu’il finisse sa course au milieu d’un carrefour.
    Quand j’arrivai, Kaarde en train de me chercher et de m’appeler. Je sentis à peu près au même instant une présence effleurer mon esprit. Le jeune maître se tourna aussitôt dans ma direction. Il avait l’air quand même un peu inquiet.

    Moi – Hum… Je suis là.

    Le maitre Jedi vint directement me retrouver pour me serrer dans ses bras.

    Kaarde – Mille vornskrs ! Tu vas bien ? Tu ne t’es pas fait mal ?
    Moi – Non, je ne crois pas.
    Kaarde – Qu’est-ce qu’il s’est passé?

    « Je rêve où il ne m’engueule pas. »

    Je lui tendis la bourse. Pas forcément fière de la situation, je me mis à regarder mes pieds.

    Moi – C’était par terre dans le module et j’ai voulu l’attraper... Mais je n’y arrivai pas alors j’ai utilisé la Force mais ça a démarré les moteurs. J’ai failli tomber, j’ai attrapé les gaz et… Hum. Oups ?

    Kaarde dut prendre la mesure du genre de désastre qu’on lui avait confié car il accusa méchamment le coup.


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:35

    lundi 05 octobre 2015 - 20:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    15978 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    Je n'avais quand même pas sauvé Tyria des griffes d'un Jedi noir pour la laisser se tuer dans un accident de module !

    À peine relevé, je courrai à perdre haleine après le module fou en augmentant ma vitesse avec la Force. Par miracle il ne fit aucune victime sur son passage et la perte d'un de ses câbles activa l'arrêt automatique des moteurs.

    Moi. - Tyria ? Tyria !

    Mais la jeune fille ne se trouvait pas aux commandes. Avait-elle été éjectée ? Ou pire, avait-elle été kidnappée et le module utilisé comme diversion ? Mort d'inquiétude, je l'appelai aussi fort que mes poumons essoufflés le permettait tout en projetant la Force partout où je pouvais.

    Moi. - Tyria ! Tyriaaaaa !

    Un instant je crus reconnaître sa présence dans le Force, ce qui était hautement improbable vu que nous nous connaissions à peine. Heureusement elle ne tarda pas à se manifester physiquement.

    Tyria. - Hum... je suis là.

    Je fis volte-face pour découvrir une jeune fille blonde dont la profonde gêne irradiait dans la Force.
    Intensément soulagé, je me mettais aussitôt à genoux dans le sable pour la serrer dans mes bras et m'assurer qu'elle n'était pas blessée.

    Moi. - Mille vornskrs ! Tu vas bien ? Tu ne t'es pas fait mal ?

    Tyria. - Non, je ne crois pas.

    Moi. - Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

    Elle me tendit une petite bourse en tissu qu'elle serrait jusqu'ici contre elle.

    Tyria. - C'était par terre dans le module et j'ai voulu l'attraper... Mais je n'y arrivai pas alors j'ai utilisé la Force mais ça démarré les moteurs. J'ai failli tomber, j'ai attrapé les gaz et... Hum. Oups ?

    J'en étais abasourdi et en laissai tomber ma mâchoire. Un tel danger provoqué par un peu de curiosité et de maladresse infantile. Mais ce qui me surprenais le plus était le portrait que m'offrait Tyria à cette heure, celui d'une jeune fille toute penaude, pleine de regrets et de culpabilité. Bien loin de la gamine impertinente que les maîtres m'avait décrite.

    Le glymphid. - Ahaaaa ! Te voilà, petite peste !

    Le propriétaire du module de course m'avait enfin rattrapé. Tyria me fut brutalement arrachée des bras et redressée de force sur ses pieds.

    Le glymphid. - Tu as une idée de ce que m'a coûté cette merveille de technologie en temps et en argent ? Personne ne me vole impunément ! Je suis sponsorisé par les Hutts, moi ! Me voler moi, c'est comme les voler eux ! Tu vas voir ce qu'ils vont te...

    Moi. - Ça suffit ! Tout ça est un accident. Elle n'essayait pas de voler votre module, elle n'était même pas aux commandes.

    Le glymphid. - Et ma bourse, alors ? Je suis sûre que c'est ça qu'elle voulait me prendre. J'ai vérifié, elle n'est même plus dans...

    Moi (brandissant la bourse). - La voici votre fichue bourse ! Personne ne comptait vous la prendre, et vous devriez plutôt vous soucier des victimes que votre bombe à réaction peut faire dans un lieu public ! Maintenant lâchez-la !

    Le glymphid. - Hors de question ! Elle mérite une correction dont elle se souviendra longtemps, cette sale petite...

    Moi (avec geste appuyé). - Vous ne voulez pas régler ceci dans la violence. Vous avez récupéré votre module et votre bourse, c'est tout ce qui compte.

    Le glymphid. - Au fond, inutile de régler ceci dans la violence. J'ai récupéré mon module et ma bourse, c'est tout ce qui compte.

    Alors il lâcha enfin le bras de Tyria et retourna s'occuper de son module de course.

    Tyria. - Je... je suis désolée. Je pense que tu as le droit de m'en vouloir.

    Moi. - C'est si tu n'avais pas une once de remords que je t'en voudrais, Tyria. Et puis ce pilote est aussi en tort, pour laisser un module activé et sans surveillance au milieu du marché. Mais tu dois me promettre une chose à partir de maintenant... ne t'éloigne plus de moi, et ne fais plus rien sans me le dire avant, compris ?

    Tyria. - Pour ne pas gâcher la mission, j'ai compris.

    Moi. - Non ! Parce que je ne veux pas qu'il t'arrive du mal... Tiens, je t'ai acheté ça, pour te protéger des soleils et du sable.

    Je la coiffai alors de la casquette-foulard et des lunettes de protection acquises tantôt.

    Tyria. - Euh... merci.

    Moi. - Ça te va bien. Maintenant allons louer un speeder avant de causer une nouvelle catastrophe. Nous devons être à Bestine avant le coucher des soleils... Au fait, lorsque je te cherchais, juste avant, est-ce que tu n'aurais pas senti comme une présence dans la Force effleurer ton esprit ?

    Tyria. - Si. C'était quoi ?

    Moi. - Rien d'inquiétant, je te rassure.




    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:35

    mercredi 07 octobre 2015 - 17:29 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13492 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    En à peine une heure de temps, Kaarde trouva et loua un speeder qui pourrait nous emmener non loin de Bestine auprès de nos amis les Jawas. Pour cela il suffirait de traverser la mer de Dunes et une partie des Jundlands.

    En théorie, la traversé de la zone montagneuse des Jundlands n’aurait pas dû prendre plus d’une heure. Mais je commençais à arriver lentement à la conclusion que la théorie n’était pas vraiment du ressort de cette mission. Le maître Jedi qui m’accompagnait n’était pas enchanté non plus par cette perspective et ses conséquences. 

    Kaarde referma le capot du speeder et soupira. 

    Kaarde – Mille vornskrs. Le speeder est fichu. Sans pièces de rechange, nous n’irons pas plus loin. Enfin pas avec lui. 

    Moi – On va devoir marcher ?

    Le Jedi leva les yeux vers l’horizon et sembla soucieux. 

    Kaarde – Les soleils vont commencer à décliner et il fera bientôt nuit. Nous devons trouver un endroit où établir un campement pour la nuit. Et demain, nous chercherons de l’aide ou le moyen de rallier Bestine. 

    Kaarde commença à rassembler nos affaires. J’attrapai un sac afin qu’il ne porte pas tout. Quelques minutes plus tard, nous étions en route vers… Bah ! Peu importe. Cette mission allait de mal en pis et j’avais le sentiment que c’était dû à ma seule présence. Je soupirai et tapai dans un caillou. 

    Kaarde – Quelque chose ne va pas, Tyria ?
    Moi – Il fait que se passer des trucs aléatoires depuis qu’on est arrivé.
    Kaarde – Les choses arrivent dans un but bien précis.
    Tyria – Oui mais qu’est-ce qui fait qu’elles arrivent dans un but précis ?
    Kaarde – La Force.
    Moi, sceptique – La Force ? 
    Kaarde – La Force est partout. Elle agit sur tout. Elle possède sa propre volonté. (Il regarda autour de lui comme si elle était palpable) Tu la retrouveras à chacun de tes pas. Elle t’accompagnera tout au long de ta vie. Et même dans les moments où tu auras tout perdu, il te restera toujours la Force. 
    Moi – Donc… Le module de course au marché, c’était la Force ?

    Kaarde acquiesça. 

    Moi – Le speeder en panne, c’est encore la Force ? 

    Nouveau signe d’approbation de la part du maître. 

    Moi, arrêtant la marche – La Force a un humour qui me dépasse complètement. 

    Kaarde se retourna et sourit. 

    Kaarde – Voilà des paroles sages pour une padawan. 
    Moi, rejoignant le Jedi – Pourquoi ?
    Kaarde – Vouloir comprendre la Force revient à vouloir comprendre pourquoi le vent souffle d’un sens à un instant précis, pourquoi un ronto sentira la venue d’un dragon krayt, pourquoi des étoiles naissent et des trous noirs se forment, pourquoi certains survivent et d’autres meurent. Vouloir comprendre la Force, c’est vouloir appréhender la vie dans sa globalité. 
    Moi – Ca sonne pas comme étant faisable.
    Kaarde – Les fous et les désespérés sont les seuls à s’imaginer pouvoir y parvenir. Et si à ton âge tu as déjà compris que les desseins de la Force seront pratiquement toujours un mystère pour toi, alors tu deviendras une grande Jedi. 
    Moi – Mouais. En attendant, la Force fait du caca sous nos yeux et nous on doit se contenter de regarder... (Sous le regard pantois de Kaarde, je me dépêchais d'ajouter) Sans vouloir manquer de respect à la Force.
    Kaarde – Tu sais, Tyria, la Force s’est déjà manifesté à moi pour me prévenir qu’un événement allait se produire. Trois jours durant, j’ai essayé de comprendre son message.
    Moi – Et il s’est passé quoi ?
    Kaarde – Je t’ai rencontré.

    Il me fit un clin d’œil et s’arrêta.  

    Kaarde – Je pense que nous serons bien ici. Nous pouvons voir le speeder en contrebas. La vue est dégagée. Nous pourrons nous abriter si le vent se lève. 

    L’air tranquille, il commença à déballer quelques affaires. Il fallait bien admettre que ce grand gaillard avait quelque chose de mystérieux. On était perdu et isolé sur une planète désertique. Même moi, j’étais capable de comprendre que c’était pas bon pour nous. Et Kaarde semblait garder une assurance absolue dans la situation. Est-ce qu’il était vraiment confiant ? Ou cherchait-il simplement à me rassurer ? 

    Quand le campement fut prêt, les soleils jumeaux se couchaient au loin. Le jeune homme avait même préparé de quoi faire un peu afin de prévenir la chute brutale de la température. Et surtout il s’était remis à bavasser de tout et de rien. 

    Kaarde – Tyria ? 
    Moi - … 
    Kaarde – Tu ne m’écoutes plus.
    Moi – Kaarde ? L’enquête sur le Jedi Noir, elle a donné quelque chose ?
    Kaarde, soucieux – Pas que je sache.
    Moi – Alors on saura jamais pourquoi il les a tué. Et en plus, c'est la volonté de la Force.


    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 10 octobre 2015 - 22:49
    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:36

    samedi 10 octobre 2015 - 22:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    15978 Crédits Modo


    Mission : Holocron et Gundark

    Au temps pour la bonne ambiance... juste quand je pensais (à nouveau) avoir instauré un climat de confiance.
    Je ne pouvais pas non plus espérer que Tyria oublie en quelques mois que sa famille d'adoption avait entièrement été décimée par un Jedi Noir, et qu'elle n'en avait réchappé que de peu. Et moi qui venait avec mes grands sabot lui apprendre que tout arrivait par la volonté de la Force... arf, décidément je n'étais pas fait pour être pédagogue !


    Moi
    (après un silence gênant). - Peut-être... que la volonté de la Force est tout autre que ce que tu imagines... peut-être... que sa volonté n'était pas que cet assassin te prenne ta famille... mais que tu lui échappes. Parfois la Force nous réserve un rôle que nous ne soupçonnons pas, et les malheurs qu'elle nous inflige sont autant d'épreuves à surmonter qui nous permettent de nous renforcer.
    Tyria. - Je me serais quand même bien passée de cette épreuve, si tu veux savoir.

    Moi. - Je m'en doute. Mais la Force ne se soucie pas de ce que l'on veut, et ceux qui croient pouvoir la plier à leur volonté sont aveuglés par leur ego. Elle est là, source de toute vie, et sera toujours là après nous.
    Tyria. - Et si elle n'était plus là ?
    Moi
    . - Comment ?
    Tyria. - Si je n'ai pas envie de la Force et de son foutu sens de l'humour, je peux me passer d'elle ?
    Moi
    . - Non, bien sûr que non. On ne peut pas... enlever... ou détruire... la Force. Comme je te disais, elle t'accompagnera tout au long de ta vie, sera derrière chacun de tes pas, mais tu ne dois pas commettre l'erreur de lui imputer tous tes malheurs... Je te propose de réfléchir à un souvenir heureux.
    Tyria
    . - Un souvenir heureux ?
    Moi
    . - Oui, installe-toi confortablement et raconte-moi.
    Tyria
    . - Ben... quand je vivais sur la station orbitale... j'adorais explorer les conduits de ventilation et écouter les conversations sans être vue. Ça ne plaisait pas trop à ma famille parce que c'était dangereux, mais j'ai échappé plusieurs fois à une mort aussi accidentelle qu'embarrassante, y compris la visite du Jedi Noir.
    Moi
    . - C'est la Force... Un souvenir plus précis ?
    Tyria
    . - Après l'école, au lieu d'aller faire mes devoirs je rejoignais mon père adoptif dans son atelier et je bricolais avec lui. Un jour j'ai réussi à couper une bonne partie de l'éclairage de toute la station sans faire exprès. C'était embarrassant mais j'étais drôlement fière.
    Moi
    . - C'est la Force.
    Tyria
    . - Mais c'est facile de dire que c'est la Force... alors que c'est moi qui ai causé la coupure !
    Moi
    . - Tout comme la disparition de ta famille est arrivée par la volonté d'un Jedi Noir, ou de plusieurs personnes qui le commandaient.

    Tyria entra brièvement dans une profonde réflexion et fixa intensément les flammes dansantes de notre feu de camp.


    Tyria
    . - Dooonc... en quelque sorte la volonté de la Force serait la somme des volontés contradictoires de tous les êtres vivants ?


    J'étais littéralement subjugué. Tyria faisait preuve d'une jugeote, d'une humilité, et d'une maturité exceptionnelles pour une jeune fille de son âge n'ayant pas reçu de formation Jedi. Les maîtres de l'Académie auraient vraiment dû essayer de la connaître avant de vouloir l'éduquer comme n'importe quel padawan !


    Moi
    . - Je n'attendais pas une telle réponse, mais... c'est une théorie extrêmement intéressante ! Je t'avais bien dit que tu deviendrais une grande Jedi.
    Tyria
    . - Sauf que nous ne saurons jamais pourquoi il les a tués.


    En effet le défunt Jedi Noir, en plus de m'obliger à le tuer, avait fort bien couvert ses traces. L'examen de son corps et de ses scènes de crimes n'avait laissé aucun indice probant. Tout au plus savions-nous qu'il n'était ni un Jedi dissident ni un ancien membre connu du Sith Unique.


    Moi
    . - Qu'en sais-tu ? La vérité peut se faire jour de bien des façons. Un jour ou l'autre, que nous le voulons ou non, elle peut finir par apparaître. Il ne faut jamais dire jamais, Tyria... Dis-moi, sais-tu qui sont tes vrais parents ?
    Tyria
    . - Mmmh, non. Mon père et ma mère adoptifs ne m'en ont jamais parlé. Je ne suis même pas sûre qu'ils le savaient.
    Moi
    . - Ça aussi c'est un mystère qui pourrait s'éclaircir. Je pourrais t'aider à le découvrir, si tu veux.
    Tyria
    . - Comment ?
    Moi
    . - Eh bien, ton fort taux de midichloriens suggère qu'au moins un de tes parents était sensible à la Force, ce qui réduit déjà grandement le nombre de possibilités. Pour le reste il suffit d'enquêter, comme tout bon Jedi.
    Tyria
    . - … J'y réfléchirai.


    Un nouveau silence s'installa. Aucun de nous deux ne semblait prêt à s'endormir. Plutôt que de laisser Tyria ressasser les possibles raisons de la mort de sa famille, je décidai d'essayer de l'occuper.

    Moi
    . - Hey ! Et si tu me montrais comment tu as soulevé cette bourse avec la Force, dans le module de course ? J'ai loupé ce moment-là, moi.


    De bon gré, elle accepta de s'exercer sur quelques pierres. Je n'eus pas à lui prodiguer beaucoup de conseils, son usage de la Force étant presque instinctif. Elle se figea tout-à-coup et laissa retomber les trois pierres qu'elle faisait voler en formation.


    Tyria
    . - Euh... je... Kaarde... nous ne sommes pas seuls !

    En effet. Plusieurs présences intelligentes étaient perceptibles dans la Force, en contrebas de notre campement de fortune. Tyria les avais sentis approcher bien avant moi.
    Un bruit de tôle qu'on fracasse monta soudain.


    Tyria
    (inquiète). - Qu'est-ce que c'est ?
    Moi
    . - Mmmh, ils sont en train de mettre en pièces notre speeder. Ce sont donc soit des jawas, soit des hommes des sables.
    Tyria
    . - Comment savoir ?
    Moi. - Oh, en fait c'est très simple... les jawas ne sortent jamais la nuit.

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:36

    mardi 13 octobre 2015 - 18:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13492 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    Et sans se faire attendre, Kaarde déversa du sable sur le feu du camp afin de l'éteindre. Notre seule source de lumière fut la faible lueur émise par le ciel étoilé et sa lune. Il aurait été aisé de se laisser aller à la contemplation s'il n'y avait eu le fracas métallique provenant du speeder. Le Jedi posa une main sur mon épaule et mit un genou à terre pour chuchoter.

    Kaarde - Nous allons descendre discrètement pour voir ce qu'il se passe. Reste bien près de moi. Et si les choses deviennent dangereuses, je veux que tu cours te mettre rapidement à l'abri.
    Moi - C'est promis.

    Kaarde ouvrit la marche et nous amena jusqu'à un rocher dominant le speeder. Depuis ce point, il fut possible de découvrir ce qu'il se passait plus bas : un homme des sables (aux dires du Jedi, cela ne pouvait pas être des Jawas) regardait son compère taper comme un sourd sur le speeder. Le Jedi eut une mine très pensive.

    Kaarde - I have a bad feeling about diiiiiiiiiiiiiii...

    Le jeune homme n'eut même pas le temps de finir sa phrase et se retrouva tirer par un pied. Un homme des sables voulu frapper Kaarde à la tête. Ce dernier réagit avec une célérité folle et roula sur lui-même. Le baton ne frappa heureusement que le sol. Kaarde enchaîna sur une roulade pour se défaire de la main toujours agrippée à son pied. Tout en se redressant, il s'arma de son sabre et cria sans se retourner :

    Kaarde - Cours, Tyria, cours !

    Le rappel à l'ordre du Jedi me fit l'effet d'une décharge. Je m'élançai et rebondis au passage sur un de nos opposants. Il ne m'en fallu pas plus pour être déséquilibrée et me retrouver à descendre sur les fesses la pente qui nous séparait du niveau où se trouvait le speeder. En arrivant, je fus - je pense car il ne m'était pas possible de voir leur visage - aussi surprise que les deux hommes des sables qui venaient de délaisser le speeder.

    Sans attendre qu'on me demande des comptes, je détallais aussi sec... Avec les deux hommes des sables à mes trousses. En arrivant à proximité d'un des banthas des hommes des sables, je me lançais dessous pour semer mes poursuivants. Une sorte d'intuition me vint alors. Sans prendre de pincettes, je sautais en criant sur l'animal et je m'agrippais autant que faire se peut à sa fourrure. L'animal cavala immédiatement. J'entendis tout juste un vrombissement et le bruit particulier d'une lame de sabre laser qu'on éteint qu'une main me saisissait par les vêtements. Kaarde me remonta jusque sur la selle. Et il dirigeait la bête qui continuait de progresser au pas de courses à travers le paysage escarpé des Jundlands.

    D'où tirait-il une telle aisance ?

    La voix de Kaarde s’éleva. Il dut crier un peu pour couvrir le bruit des pas lourds du Bantha.

    Kaarde - Brillante idée que tu as eu là, Tyria !
    Moi - J'ai improvisé !

    Le Jedi finit par faire diminuer l'allure du mammifère. Notre progression resta cependant suffisamment rapide pour que les hommes de sables ne puisse nous rattraper. Au cours du reste de la nuit, je m'endormais plusieurs fois bercée par le cahotement régulier du bantha. Le jour était levé depuis une bonne heure quand nous atteignîmes Bestine. 

    Kaarde - Bien. Nous allons confier le bantha à quelqu'un qui pourra s'en occuper. Ensuite nous irons manger un morceau.
    Moi - A l'ombre ?
    Kaarde - On trouvera bien un coin ombragé. Je suis sûr qu'il y a une cantina par ici.

    Le Jeune homme trouva sans trop de difficultés un acheteur pour le bantha. Avant de quitter notre fier destrier, je fis un calin à une de ses pattes.

    Moi - Aurevoir, Chad. Merci de nous avoir sauver la vie.
    Kaarde - Chad ?
    Moi, gênée - J'aime bien donné des noms. Ca les rends plus accessible et plus gentils. Même s'ils ont déjà un nom.
    Kaarde - Tu trouvé un nom pour Jedibothan ?
    Moi - Oui. (Avec un sourire malicieux) La Carpette !

    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:36

    samedi 24 octobre 2015 - 23:13 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    15978 Crédits Modo

    Mission : Holocron et Gundark

    Ça ne me rassurait guère d'emmener la jeune Tyria dans une cantina de Tatooine, quelle qu'elle soit. Heureusement Bestine n'était pas un pôle d'attraction tel que Mos Eisley et n'attirait que des locaux, ce qui était un avantage pour notre mission. Inconvénient : aucun groupe de musiciens biths pour mettre de l'ambiance.

    Moi. - Tu as faim ?
    Tyria. - Non non, ça va.
    GRROOOUUUU !
    Moi. - Ton estomac jure le contraire. Rassure-toi, nous allons prendre un bon repas avant de poursuivre. Reste près de moi et surveilles tes poches.

    Un instant plus tard nous étions attablés dans un recoin.
    Une heure plus tard nous attendions encore que notre commande soit prise.

    Tyria. - Mais qu'est-ce qu'ils attendent ?
    Moi. - Ils n'aiment pas beaucoup les étrangers et tiennent à nous le faire savoir.
    Tyria. - Diiis ? Je peux te demander un truc ?
    Moi. - Oui ?
    Tyria. - Comment tu faisais, tout-à-l'heure, contre les hommes des sables ? On dirait pas, comme ça, mais tu as une aisance incroyable.
    Moi. - C'est la Force.
    Tyria. - Nan, mais c'est ta réponse à tout, ça !
    Moi. - Héhé, mais je ne plaisante pas, jeune fille... À l'Académie, les maîtres ne t'ont donc pas appris les capacités que pouvaient te procurer la Force ? C'est pourtant le genre de la Carpett... de Jedibothan, de faire l'étalage de ses pouvoirs.
    Tyria. - Ben, ils ont bien parlé de prescience, de réflexes accrus, de sauts de Force, et de tout plein de trucs qui en mettent plein la vue... mais pas de démo. C'est comme ça que tu t'es battu dans le noir contre les hommes des sables et que tu as sauté sur le dos de Chad ?
    Moi. - En effet, mais j'ai de l'entraînement. Et tu sais, ces capacités sont tout-à-fait à ta portée. Il suffit que tu t'entraînes. On essaiera après manger. Comme le sable peut amortir ta chute je t'apprendrai à sauter haut.
    Tyria. - Tu en as tué combien, des hommes des sables ?
    Moi. - Aucun. Il suffisait de trancher leurs bâtons en deux pour les apeurer. Je ne tue jamais.
    Tyria. - Ben... et le Jedi Noir ?
    Moi. - À ce jour, c'est la seule personne personne à qui j'ai ôté la vie. Mais c'était pour te sauver.

    Tyria baissa les yeux sur la table vide et s'emmura dans un silence gêné. Chose étrange : sans que j'eus besoin de l'invoquer, la Force m'informa que la jeune fille était perplexe. À nouveau j'avais manqué une occasion de me taire.
    C'est la vieille serveuse humaine de la cantina qui brisa le silence en plaçant sans délicatesse deux bols de potée sous notre nez et deux verres de lait bleu.

    Moi. - Euh, mais nous n'avons pas encore commandé.
    Serveuse. - Y'a qu'ça ! Et vot'copine fait pas la difficile, elle !

    En effet Tyria, affamée, avalait déjà sa potée à grande bouchées. Elle s'arrêta un instant pour lever vers moi les yeux du chaton innocent qui porte encore les traces de son larcin sur le museau, puis continua allègrement.

    Moi (à la serveuse). - Hum, dites-moi... le char de jawas qui est passé ici hier soir, vers où doit-il aller aujourd'hui ?
    Serveuse. - Z'étaient pas là, hier, les gnomes ! V'pouvez les attendre, voir s'y viennent aujourd'hui. Ça leur r'semble pas, d'ailleurs, d'êt' si en r'tard.

    Une heure plus tard, après un bon repas et à l'heure la plus chaude de la journée. Nous étions postés en périphérie de Bestine pour guetter l'arrivée des jawas, à l'ombre d'une habitation. Lorsqu'elle était en état de supporter la chaleur Tyria s'entraînait à faire des bonds de plus en plus grands sur le sable.

    Tyria. - J'ai sauté à combien, là ?
    Moi. - À presque trois mètres. Avec un peu plus d'entraînement tu pourras en atteindre six. Mais n'oublies pas que ton organisme n'est pas fait pour te réceptionner de si haut. Si tu ne retombe pas sur un terrain mou il faudra que tu te serves de la Force pour t'amortir. Tu tiens le coup ?
    Tyria. - Je crève de chaud, oui ! Au moins lorsque je chute ça fait de l'air. Je suis sûre que la Carpette ne tiendrait pas cinq minutes sur cette pla... oh oh !

    Alors qu'elle était en l'air, Tyria suspendit sa concentration et retomba face en avant. Je l'attrapait avant qu'elle pique une tête dans le sable brûlant.

    Moi. - Qu'est-ce qui s'est passé ?
    Tyria. - J'ai vu de la fumée, là-bas.

    Elle me désigna le lointain, d'où venait un petit nuage de fumée noire. Deux heures plus tard la source de la fumée s'était rapprochée de Bestine, à portée de mes macrojumelles.

    Tyria. - Tu vois ce que c'est ?
    Moi. - Euh, oui... c'est... un char jawa... en piteux état.
    Tyria. - I have a bad feeling about thiiis !
    Moi. - Ah, toi aussi ?


    Ce message a été modifié par Kaarde le mercredi 04 novembre 2015 - 22:14
    Ce message a été modifié par Tyria_ le samedi 30 janvier 2016 - 14:36

    mercredi 04 novembre 2015 - 22:13 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Star Wars VIII

Les Derniers Jedi dans...

En salle !

PSW Vidéo

Evénements

Kiwanis Force Event
Kiwanis Force Event

Tourcoing-Neuville
27 mai 2017 - 28 mai 2017

Le Sanctuaire de la Culture Geek
Le Sanctuaire de la Culture Geek

Pierre-Bénite (69)
10 juin 2017 - 11 juin 2017

International French Open Sabre Laser
International French Open Sabre Laser

la Belleviloise, Paris
10 juin 2017

Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise
Championnat départemental d'escrime du Val d'Oise

Magny-en-Vexin
10 juin 2017 - 11 juin 2017

Fantastikon
Fantastikon

Salle Gérard Philipe - La Garde (83)
22 sept. 2017 - 23 sept. 2017

Comic Con Paris
Comic Con Paris

Grande Halle de la Villette, Paris
27 oct. 2017 - 29 oct. 2017

Space Con - Festival Space opera
Space Con - Festival Space opera

Cité de la Mode et du Design - Paris
25 nov. 2017

StarWars Story

Han Solo dans...

En salle !

Anniversaires

aucun anniversaire de fans le 27 mai...
en partenariat avec
501st French Garrison
Pulps
La 59ème Légion
Star Wars Collection
Dagoma
MintInBox
La Grande Récré Star Wars
Hong Kong Style
Gastronogeek
Science Fiction Archives
Rebel Legion France
Sport Saber League
Le Réveil des Fans Captain Collectoys Star Wars Holonet ASFA Radio Disney Club STAR WARS RPG


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer