• Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Bonjour à tous ! J'entame aujourd'hui un sujet qui permettra d'en savoir plus sur le passé de Cole.. et son devenir... Merci à Kinsa qui m'a incité à l'initier et à Ange de m'avoir autorisé à le publier ici.


    175 ABY, Coruscant

    Cole se réveilla en sursaut, la main sous l'oreiller empoignant la vibrolame qui se trouvait dessous.
    Mais il n'y avait rien dans la pièce austère. Rien ni personne. Un cauchemar. Cela avait juste été un cauchemar dont les images, les échos, s'estompaient déjà.


    Il faisait encore nuit. L'appartement sommaire était éclairé, mais seulement par les néons du dehors.
    Coruscant. Lui qui était un chasseur, plus à l'aise dans la nature que dans les grandes villes truffées de technologie mettant à mal ses sens de Gotal, se trouvait échoué sur Coruscant.


    Cela faisait des mois déjà qu'il croupissait dans ce taudis, sans savoir quoi faire, avec à peine assez de crédits pour survivre. Le Stargazer rouillait sur une aire d'atterrissage non loin d'une décharge, plusieurs de ses pièces motrices volées par des voyous.


    Comment en était-il arrivé là ? Sa décision de quitter la Guilde peu après qu'Ange Solo ait abandonné son poste de Leader en était probablement à l'origine. Mais à l'heure présente, il aurait tout aussi bien pu se trouver en mission avec ses anciens collègues Rangers. Ou en train d'accompagner un Jedi sur le terrain.
    Il devait donc imputer ses déboires actuels à sa folle croisade visant à mettre hors d'état de nuire les pires psychopathes de la galaxie. A son départ d'Antar, par conséquent.
    Mais non, s'il voulait être sincère avec lui même, cela remontait à bien plus loin...

    lundi 19 décembre 2016 - 17:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Dxun, 141 ABY


    Le vieux Gotal s'affairait tranquillement dans la grotte profonde qu'il s'était aménagé et où il vivait depuis plusieurs décennies. Il jetait de fréquents regards à l'entrée de plastacier, attendant quelque chose, ou quelqu'un.


    Des millénaires plus tôt, les Mandaloriens avaient pensé faire de l'endroit l'une de leurs nombreuses caches d'armes éparpillées sur la lune d'Onderon, mais ils n'avaient jamais eu le temps d'achever la rénovation des lieux.


    Ce qui convenait tout à fait à Dam'raa. Il bénéficiait ainsi de la protection conférée par les matériaux « modernes », un atout inestimable sur une planète à la faune aussi inhospitalière. Pour autant, l'intérieur de sa demeure restait vierge des technologies auquel il était hypersensible.


    Le sol irrégulier promettait de belles chutes aux visiteurs inattentifs, mais le Ranger Antarien en retraite vivait là depuis si longtemps qu'il évoluait le pied sûr, même si les raideurs de l'âge rendait sa démarche saccadée.


    Septuagénaire en apparence, un éclat dans son regard laissait pourtant penser qu'il était bien plus vieux. 

    Fredonnant une vieille rengaine sullustéenne qui n'était plus en vogue depuis au moins une trentaine d'années, le Gotal à la fourrure argentée et à la peau brun clair faisait l'inventaire des pots placés sur les étagères qu'il avait lui même confectionnées.


    L'un des contenants manquait.Dam'raa espérait qu'il y serait bientôt remédié.


    La porte s'ouvrit brusquement,révélant une silhouette trapue, armée d'un long couteau et couverte de sang. Derrière elle, la tempête grondait à l'extérieur et un éclair soudain souligna les contours du nouveau venu. 


    N'importe qui d'autre aurait sursauté face à cette entrée dramatique. Mais il en fallait plus pour impressionner l'ancien Ranger. Et il connaissait parfaitement l'identité de son visiteur.


    _ Tu en as mis du temps pour revenir ! Lança-t-il.

    _ Au cas où tu ne l'aurais pas remarqué, papy, il pleut dehors. A seaux. Et traquer un cannok en pleine jungle avec un simple couteau n'est pas chose aisée. Je serais encore plus en retard si un boma ne m'avait pas coursé sur le chemin du retour !

    _ Braves bêtes ! Elles au moins savent épargner la sensibilité d'un vieil homme !


    Le jeune Cole, d'à peine seize ans, émit un grognement signalant qu'il ne partageait guère la plaisanterie. 

    Il fit glisser de son dos jusque sur la table de bois le cadavre d'un animal, transporté grâce à un harnais artisanal. La bête, ressemblait vaguement à un chien trapu avec des yeux pédonculés, une crête osseuse et une gueule énorme presque aussi haute et large que son corps.


    « C'est le bon, au moins ? » interrogea le grand-père.

    _ En tout cas, il a quelque chose dans le ventre.

    _ Cole ! C'est un cannok ! Ils ont tous quelque chose dans le ventre.

    _ On va vérifier tout de suite.


    Avec un soupir il éventra le prédateur. Dépourvus d'odorat, les gotals furent insensibles à la puanteur qui envahit la pièce. Mais la vision des restes contenus dans la panse du prédateur n'était pas des plus ragoutantes.

    De la pointe de son couteau, Cole isola un flacon gluant semblable à ceux posés sur les étagères de Dam'raa, si l'on exceptait les sucs gastriques et autres reliefs de nourriture qui le recouvraient partiellement.


    Le chasseur à la peau plus sombre que celle de son aîné s'empara d'une des outres d'eau accrochées au mur et aspergea copieusement le récipient pour le nettoyer. Il le tendit ensuite à son grand père.


    _ Je vais enfin pouvoir refaire de mon cocktail de jouvence ! Et les organes de ce cannok me serviront aussi.

    _ C'est vraiment indispensable que tu absorbes cette mixture infâme ?

    _ Indispensable ? Non ! Mais nécessaire oui. C'est grâce à ce mélange improbable que j'ai pu atteindre les cent quatorze ans ! Et avoue que je ne les fais pas !

    _ Mais oui, papy. Toutes les femmes de Dxun sont à tes pieds -surtout qu'il n'y en a aucune, termina Cole à mi-voix.

    Dam'raa avait très bien entendu, mais il ne releva pas.


    _ Quoi qu'il en soit, tu es digne de ton appartenance aux Rangers Antariens. Comme moi il y a presque cent ans ! Cette traque prouve que tu as les qualités requises.

    _ Grâce à toi ; c'est toi qui m'a tout appris. Mais à ce sujet... J'ai l'impression que papa n'est pas très ravi que j'ai passé l'examen d'entrée. Déjà qu'il contestait mon choix de carrière... On est plus en froid que jamais...

    _ Laisse-lui juste le temps, gamin. J'ai été Ranger. Et tu y es parvenu également. Mais pas lui. C'est un peu dur à encaisser. Crois-moi, il n'en est pas moins fier de toi. Il lui faudra juste du temps pour exprimer ses émotions. Il lui a fallu presque vingt ans pour se déclarer à ta mère, je te rappelle !

    _ Justement... Tu n'as jamais... été déçu qu'il devienne un simple épicier sur Lothal ?

    _ Que non ! Et Roksh'aam le sait très bien. Il a réussi à monter son affaire. Il a rencontré ta mère et il a eu un fils, même s'il y aura mis le temps. Pour moi, il a réussi sa vie aussi bien que moi. Mieux peut-être. Parfois, je me demande si je n'aurais pas préféré une existence paisible comme la sienne...

    _ Comment cela ? 

    _ A voyager avec les Jedi... A partager leurs vies et leurs combats... On se rend compte que rien n'est aussi simple qu'il ne le semble. Les notions de bien et de mal deviennent paradoxalement plus floues alors même que tu t'astreins à rester du bon côté et à combattre ce que tu estimes être le mauvais. On s'aperçoit que l'acte le plus généreux peut avoir des suites désastreuses.

    «  On en vient parfois à ne plus pouvoir agir par peur de conséquences indiscernables. On ne sait plus comment réagir, alors même que l'action semble un impératif. Se fier à des principes, à des concepts, c'est bien... Mais il vaut parfois peut-être mieux suivre son instinct sans trop s'interroger... ».


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le lundi 19 décembre 2016 - 17:53
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le lundi 19 décembre 2016 - 17:58

    lundi 19 décembre 2016 - 17:33 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Coruscant, 175 ABY

    Les souvenirs s'estompèrent et pour la millième fois, Cole se demanda s'il avait mésinterprété les paroles de son grand-père, aujourd'hui disparu.

    Pr'Col se leva de son lit au matelas dur et s'approcha de l'évier qui se trouvait dans la pièce.
    Il se passa la main sur le visage avant de se regarder dans le miroir craquelé suplombant la bassine.
    Bien sûr, Dam'raa lui avait communiqué la recette de son cocktail de jouvence, à base d'essences et d'humeurs provenant d'animaux et végétaux originaires des quatre coins de la galaxie. Un poison pour toute autre espèce que les Gotals. Mais le chasseur de primes en prenait depuis ses vingt ans sans effet secondaire néfaste.
    Le miroir lui renvoya l'image d'un chasseur ayant vécu trente-cinq années. Il avait pourtant passé les cinquante printemps.

    Avec un soupir il ouvrit le robinet, se passa de l'eau sur le visage et, par réflexe, voulut en absorber quelques gorgées... Qu'il recracha aussitôt avec dégoût. Le liquide, recyclé des milliers de fois, avait un goût abominable.

    Cole renonça à l'idée de se recoucher. Le sommeil se refuserait à lui, il le savait. Il se sentait trop fébrile et tourmenté pour pouvoir se rendormir.
    Tout à coup, la chambre d'hôtel miteuse lui parut exigüe, oppressante. Il avait besoin de sortir, de se trouver à l'air libre.
    Il enfila un pantalon et son blouson - pas celui de Ranger, cela faisait quinze ans qu'il ne l'avait pas porté.
    Pr'Col s'arrêta sur le seuil, le regard tourné vers l'oreiller, se demandant s'il devait prendre la vibrolame. Il renonça. Ange Solo l'aurait agônit d'injures, mais elle n'était plus sa patronne. Et considérant son état d'esprit, il valait mieux qu'il ne fut PAS armé.

    Il se glissa dans le couloir étroit du grand ensemble. Des graffitis pyrogravés au chalumeau laser ornaient les murs de plastacier. Les vieux droîdes de maintenance automatisés répareraient les dégâts dès l'aurore, mais d'autres idéogrammes les remplaceraient sitôt la nuit prochaine venue.

    Arrivé au Rez de Chaussée, il inséra dans la machine servant d'hôtelier -même pas un droïde correct-, le crédit unique qui lui assurerait l'hébergement pour un jour de plus.

    Il sortit. Le soulagement ressenti en se retrouvant à l'air libre fut aussitôt tempéré par la gêne résultant d'une atmosphère saturée d'électricité statique et d'ozone. Le Gotal s'était pourtant établi loin des zones les plus actives technologiquement mais... Il se trouvait sur Coruscant.

    Le chasseur de primes grimaça en voyant se profiler devant lui une silhouette tristement reconnaissable. Celle d'un Gamorréen une fois et demie plus grand que la moyenne de son espèce et deux fois plus large.
    "Razorback", comme l'avait surnommé Cole -son véritable nom était imprononçable- était une brute et un escroc. Typiquement le genre d'individu qui vous maltraitait et vous volait quand vous étiez gosse, mais qui n'abandonnait pas ses mauvaises habitudes une fois arrivé à l'âge adulte. Une épave qui ne faisait que rendre plus misérable la vie de tous ceux qu'il croisait.

     L'énorme intima à Pr'Col quelque chose en gamorréen que le Gotal ne comprit pas mais dont le sens était évident. Il répliqua par des insultes vociférées en Hutteese, langage qu'il s'était astreint à maîtriser peu avant d'intégrer la Guilde, mais s'écarta néanmoins du passage du mastodonte.
    Razorback fit cependant exprès de bousculer le chasseur de primes manquant de peu le projeter à terre.
    Cole serra les dents et prit ses distances n'ajoutant rien. La brute ricana avant de pénétrer dans le bâtiment.  

    Pourtant, en dépit de son comportement et de son mode de vie, Razorback n'était pas un Irrécupérable. Ses délits ne dépassaient pas une certaine limite inconsciente, et aussi infime que fut cette chance, il était possible qu'il réalisât un jour le mal qu'il faisait et s'amende.

    Il ne figurait donc pas sur la liste noire de Cole. Le Gotal aurait bien aimé lui donner une leçon, mais il n'avait rien d'un bagarreur de cantina, surtout face à un tel colosse.
    Dans certains moments, il était toutefois horriblement tentant de transformer le Gamorréen en jambons et déchets de boucherie.
    Celà, si Pr'Col l'avait voulu, aurait tout à fait été à sa portée...


    lundi 26 décembre 2016 - 09:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Wayland, 149 ABY

    Pour la troisième fois en moins de vingt minutes, Cole fit connaissance avec le sol.

    Son adversaire ne fit étalage d'aucune satisfaction se contentant de se tenir debout, bras croisés.
    Mesurant à peine plus d'un mètre cinquante, mais tout en nerfs et en muscles, d'aspect reptilien aux écailles gris-bleu et revêtu d'amples vêtements noirs, le Noghri restait impassible.

    Cole était en mission d'escorte. Il accompagnait un Jedi Kel Dor, un dénommé Scy'ar Tal, envoyé sur Wayland pour évaluer la situation... et estimer si la mise en place d'un second projet Ossus était envisageable.

    Wayland, ancienne planète cachée, refuge des armes secrètes du premier Empereur, puis terre d'accueil des Noghris, avait connu une double dévastation.
    D'abord aux mains des Yuuzhan Vong qui avaient terraformé la planète selon leurs désirs, puis suite à l'échec du projet Ossus. Celui-ci avait eu pour but de défaire l'oeuvre des Vong. Mais suite à un sabotage des Sith, le remède s'était révélé pire que le mal.
    La planète avait été ensuite mise en quarantaine.
    Mais cela faisait dix ans, et les Jedis avaient pensé que le moment était venu de refaire une tentative.

    Cole avait été désigné pour sa connaissance des milieux hostiles. Peu de jungles pouvaient se comparer à celles de Dxun. Mais les forêts mutées de Wayland en faisaient partie.
    Pourtant, depuis trois jours qu'ils se trouvaient sur la planète, le Ranger n'avait guère eu l'occasion de faire montre de ses compétences.
    Scy'ar Tal prenait son temps, consultant d'abord l'ensemble des rapports rassemblés dans la bibliothèque de New Nystao avant de se risquer dans les étendues sauvages.
    Pr'Col lui même n'avait rien contre les tâches d'investigations et ses connaissances en biologie n'étaient pas que symboliques. Néanmoins le degré de technicité exigé par un projet de cette ampleur le dépassait totalement.

    Désoeuvré, se sachant incapable d'aider le Jedi, Cole s'était mêlé à la population. Psadans, Humains, Mynershis et Noghris vivaient ensemble en harmonie dans cette cité, même si les relations entres ces différents peuples étaient plus nuancées ailleurs sur la planète.
    Il était finalement tombé sur une place où les Noghris s'entrainaient à la lutte. Cole avait voulu participer.
    Et il s'était fait méchamment botter le train.

    Bakkirah commenta finalement en un basique hésitant :
    _ Vous devriez arrêter là. Votre technique est déplorable.
    Il n'y avait nul jugement, encore moins de moquerie dans la voie du guerrier gris. Il s'agissait de la simple énonciation d'un fait indiscutable.
    Bien qu'aiguillonné par ce rappel de sa médiocrité en matière de combat à mains nues, le Gotal ne pouvait nier la pauvreté de sa prestation. Et les Noghri étaient connus pour leurs prouesses martiales.
    Il se releva et avisant d'autres combattants sur la place, proposa :
    _ Et si nous essayions avec des bâtons d'entraînement ?

    Son partenaire afficha une moue sceptique mais hocha finalement la tête. Le Gotal se rapprocha d'un râtelier d'armes et se saisit de quatre batonnets courts, d'une trentaine de centimètres et à l'extrémité légèrement enflée. Il en jeta deux à Bakkirah avant de se mettre en garde. Son vis à vis fit de même et attendit l'assaut.

    Le Ranger ne le fit pas attendre. Il enchaina une suite de coups de taille et d'estocs rapides et précis. Le Noghri les para sans réelle difficulté, mais il cilla, comme s'il était intrigué. Lorsque l'assaut fut terminé, sans qu'il ait une seule fois tenté de passer à l'offensive, il conseilla :
    _ L'arme dans ta main droite. Tiens-là de manière à ce qu'elle soit parallèle à ton avant bras.
    Cole, surpris par cette recommandation, essaya néanmoins.
    "Moins de gestes, plus de précision. Un pas après l'autre, pas plus".
    Un peu irrité par l'impassibilité de son adversaire, Cole s'efforça de mettre les conseils en pratique.

    La passe d'armes fut plus longue, plus furieuse. Bakkirah gardait un contrôle absolu parant ou déviant toutes les attaques de Cole. Mais il reculait en permanence et ses yeux bougeaient à vive allure pour suivre les mouvements du Gotal. Finalement, alors que ceux-ci ralentissaient, il s'engouffra dans une ouverture et asséna une suite de coups d'estocs en rapide succession dans l'abdomen du Gotal qui en eut le souffle coupé. Le Noghri, dans un mouvement synchronisé, projeta l'extrémité de ses deux bâtons au creux des poignets de son adversaire qui dut lâcher ses propres armes.

    A bout de souffle, désarmé et endolori, le Ranger réclama d'un geste une trève. Bakkirah s'inclina.
    _ Tu suis la voie de l'oiseau-griffe.
    _ Pardon ?
    _ C'est un oiseau rapace de cette planète. Os frêles. N'aime pas les mêlées. Mais serres et bec mortels. Rapide. Précis. Toute sa force est dans ses armes. Tu te bats comme lui. Tu suis sa voie.
    _ Content de constater que je ne suis pas un cas si désespéré.
    La réplique suivante du Noghri eut l'effet d'une douche glacée.
    _ Je ne comprends pas que tu sois chargé de la protection du Jedi. Tu es faible. Pas assez rapide. Pas assez précis...

    Cole faillit protester. Il avait pourtant été parmi les meilleurs de sa promotion... au centre de formation des Rangers. Mais il devait bien reconnaître que pas une fois il n'était parvenu à inquiéter son partenaire dans la joute qui venait d'avoir lieu. Encore une fois, il n'y avait pas d'émotion dans la voix de son adversaires. Les faits, bruts, cruels, mais juste les faits. La confiance en soi du Gotal connut une alarmante dégringolade.

    "... Mais tu peux devenir meilleur. Rapidement."
    N'en croyant pas ses oreilles, Cole demanda avidement :
    _ Comment ?
    _ Je peux t'apprendre à devenir plus précis, plus rapide et les exercices pour t'améliorer encore, une fois loin d'ici. Je peux aussi te mener à des guerriers Psadans et Mynershis qui t'enseigneront des gestes propres à la voie de l'oiseau-griffe.
    _ Ce serait formidable, si j'en avais le temps. Mais je dois accompagner le Chevalier Scy'ar Tal quand il se rendra dans les zones dévastées.
    _ Tel que tu es, tu lui serais inutile. Les miens peuvent se charger de sa protection - et seront contents de le faire.
    _ Mais c'est mon devoir.
    _ Ton devoir est de le protéger efficacement. Pour le moment, tu ne le peux. Mais d'autres et moi pouvons t'apprendre.
    _ J'en serais honoré. Mais pourquoi vous donner tant de peine pour moi ? Vous ne me connaissez pas...
    _ Les Noghri ont une dette immense envers les Jedis. Nous voulons qu'ils soient bien protégés. Et nous aimons voir un potentiel se développer.
    _ C'est très généreux. J'accepte votre proposition et vous obéirai. Est-ce que vous pourrez m'apprendre aussi à mieux me défendre, sans armes ?
    Mais Bakkirah secoua la tête.
    _ Non. Tu n'es ici que pour quelques semaines. Il faudrait des années pour t'apprendre les bases pour un résultat passable. Temps mieux employé à accroître tes forces. Tu as la voie de l'oiseau-griffe en toi. Bien guidé, tu peux vite progresser et peut-être, un jour, espérer la maîtriser...

    Cole s'inclina


    lundi 26 décembre 2016 - 09:35 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    (Hello à tous ! Bonne année ! Toutes mes excuses pour avoir tardé à poster la suite, mais je voulais m'assurer qu'il n'y aurait pas d'incohérence avec l'histoire passée et en cours. Pour me faire pardonner un gros morceau aujourd'hui et l'avant dernière partie avant dimanche soir. Bonne lecture !)

    Coruscant, 175 ABY

     
       Cole marchait dans les rues, ressassant ses souvenirs. C'était grâce aux habitants d'Honogr et Wayland qu'il avait pu devenir un combattant d'exception.
       Mais même son entraînement constant n'avait pu empêcher ce qui avait suivi.

       Cole marchait, sondant par réflexe les champs électro-magnétiques de tous les pauvres hères qu'il croisait, à la recherche des signaux et perturbations typiques de ceux qu'il appelait les Irrécupérables.
       Cela faisait plus de quinze ans qu'il les traquait, les uns après les autres, même s'il  avait vite changé ses méthodes.
       Le Gotal leva les yeux vers les lumières de la gigapole. Combien d'individus étaient affligés de cette folie faisant d'eux des monstres apparemment impossibles à soigner ? Un sur dix millions ? Un sur un milliard ? A l'échelle de la galaxie, cela représentait des centaines de proies à découvrir et à arrêter, des milliers peut-être...

       Allait-il devoir passer le reste de son existence à poursuivre ce but ? Ne pouvait-il cesser, transmettre le flambeau ?
       Mais cela devait être fait. Tant de souffrances étaient évitées quand il agissait. Les toiles de chagrin ne se formaient pas, la tristesse et la douleur ne se communiquaient pas, ne se reproduisaient pas. Il fallait agir.
       Et il n'avait rencontré personne en mesure de le remplacer, de repérer les Irrécupérables, comme lui en était capable et d'agir en conséquence.

       Dix-sept ans qu'il avait découvert une vocation qui déjà lui pesait.

    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le mardi 10 janvier 2017 - 10:35

    mardi 10 janvier 2017 - 10:33 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Kashyyyk, 158 ABY

       Cole et Scy'ar Tal firent irruption dans la pyramide de bois, le Gotal son fusil blaster règlementaire Greff-Timms AR-1 en main, et le Kel Dor son sabre laser à lame verte dégainé.

       Les bruits du combat leur parvenaient du dehors. Quelques grenades à impulsion électro-magnétique avaient suffi à neutraliser l'armement des pirates et à débloquer les cages.
       Les wookies qui n'avaient pas été brisés psychologiquement, qui avaient conservé leur rage et leur fierté de combattants n'étaient plus qu'une poignée. Mais c'était bien assez face aux humains, désormais désarmés, qui les avaient réduits en esclavage, .

       L'édifice ressemblant à une pyramide tronquée avait été taillé à même le tronc de l'un des gigantesques arbres poussant sur Kashyyyk. Quelques ouvertures étroites, placées en hauteur, laissaient pénétrer un peu de jour, mais pas assez pour percer l'obscurité ambiante. Un petit nombre de braseros et chandeliers luttaient faiblement contre les ténèbres. Les ombres projetées par leurs flammes rendaient l'endroit plus sinistre encore.

       Les deux hommes cherchaient des yeux le responsable de l'asservissement de ce village isolé grâce à la surprise, une technologie avancée et la force du nombre.
       Il s'était auto-proclamé "Moff Singularis", mais jusqu'à présent, rien n'avait pu le distinguer d'un autre chef pirate ou souligner un quelconque lien avec l'Empire -ancien, comme nouveau.

       Cole et Scy'ar Tal descendirent les degrés, se couvrant l'un l'autre dans une attitude témoignant d'une longue habitude. La simple coopération courtoise des premiers temps avait laissé la place à une amitié sincère qui s'était renforcée au fil des années.

       Leur malaise grandissait au fur et à mesure qu'ils approchaient de l'endroit où Singularis tenait sa "cour"... et où il procédait à ses châtiments sadiques.
       A peine arrivé au coeur de la pièce, les yeux de Cole s'arrêtèrent sur un spectacle qui le statufia d'effroi. La respiration du Jedi à ses côtés s'accéléra.

       La dépouille écorchée d'un wookie était crucifiée sur un "X" de bois.

       Le Kel Dor et le Ranger se reprirent et continuèrent leur progression vers un dais sur lequel avait été installé un trône aux formes tourmentées.

      Leur horreur s'accrut encore en constatant que les "chandeliers" de part et d'autres du siège de commandement étaient en fait des avant-bras de wookies dressés vers le plafond. Des bougies de graisse noire avaient été plantées sur les griffes.

      Les sens avancés des deux "sauveurs" leur permirent enfin de repérer l'objet de leur recherche. Celui-ci, avec un rire de dément, surgit de derrière le trône et fit feu sur eux avec un blaster lourd.
      Esquivant les premiers tirs d'une roulade latérale, Cole riposta un genou à terre. Il ne toucha pas le forcené mais l'obligea à retrouver son abri derrière le lourd siège ouvragé.
      D'un bond prodigieux alimenté par la Force, Scy'ar Tal rejoignit le dais et d'un revers de sabre, trancha le sommet du trône. La lourde pièce de bois dense renforcée de métal tomba sur le "Moff", qui fut assommé sur le coup.   

       Cole rejoignit son ami qui avait rengainé son arme et passait déjà des menottes au chef des bandits.
       Le Gotal n'avait jamais perçu un champ électro-magnétique pareil. Chez la plupart des individus, ce champ prenait la forme d'une aura clairement délimitée, parcourue de vibrations de faible amplitude au gré de ce qu'ils ressentaient et de leur nature plus ou moins "agitée".
       Chez Singularis, ces perturbations culminaient en des pics d'une étonnante intensité, désordonnés, se manifestant irrégulièrement et de façon tout à fait inopinée.
       Pr'Col avait visité un asile spatial, une fois. Une expérience qu'il n'était pas pressé de renouveler. Les malades présentaient des perturbations similaires mais bien moins fortes. De longues thérapies permettaient parfois d'aplanir ces irrégularités.
       Mais le Ranger doutait qu'un millénaire de traitement ait un effet apaisant sur le chaos absolu que ses sens lui révélaient.

       Nerveux, en dépit de l'inconscience de leur captif, il ne se résolvait pas à baisser son fusil et le maintenait braqué sur le chef des pirates.

       _ Tu es tourmenté, mon ami, constata le Kel Dor.
       _ Comment ne le serais-je pas, après ce que nous venons de découvrir ?
       _ Mais c'est terminé. Nous allons le remettre aux autorités. Ainsi que ceux de ses sbires qui ont survécu.
       _ Est-ce vraiment terminé ? Tu as vu le mal dont ce... monstre est capable ?
       Scy'ar Tal frissonna malgré lui.
       _ Oui, j'ai vu. La Force est très perturbée ici et chez cet homme. Presqu'autant que chez un Sith. Mais nous avons agi. Nous avons rempli notre rôle.
       _ Il reste une menace.. S'il s'échappe ? S'il recommence ?
       _ Que proposes-tu de faire ? Tu laisses la peur parler, Cole...
       Le Ranger réalisa que son ami avait raison, il laissait la peur l'influencer. Peur, colère, haine, côté obscur ; son ami l'avait maintes fois mis en garde contre ces sentiments.

       Cole se maîtrisa, chassant la peur, essayant de n'éprouver que de la pitié pour Singularis. Mais une révulsion instinctive demeurait.
       Plus important, il avait constaté l'effet des agissements de cet... "homme" sur ses victimes.
       Le village wookie n'était pas sauvé. Ses habitants porteraient toute leur vie les stigmates des horreurs qu'ils avaient vécus. Certains étaient brisés à vie, un fait semblant inconcevable pour ceux qui connaissaient le caractère indomptable des wookies.

       Alors même qu'ils ramenaient à l'extérieur le chef pirate, qui avait repris ses sens mais demeurait silencieux, un rictus incompréhensible sur les lèvres, Cole ne pouvait s'empêcher de se demander, de façon obsessionnelle :
       _ Et s'il s'échappait ?
     
     ---------------------------------

    Antar IV, 158 ABY

       _ COLE ! Un message transidéral pour toi au centre de communication. Dépêche !
    Le Gotal se pressa dans les couloirs du bâtiment servant de caserne aux Rangers Antariens.

       Il se demanda qui pouvait bien le contacter. Il avait parlé à ses parents la veille, son grand père ne disposait d'aucun moyen de communication et il n'avait pas de mission prévue avant plusieurs semaines.
       Pourtant il s'agissait bien de Scy'ar Tal.

       En dépit d'une voix déformée et par le respirateur du Kel Dor et par la mauvaise qualité de la transmission, Pr'Col sut immédiatement que quelque chose n'allait pas.

       _ Cole. Tu avais raison. Je viens juste de l'apprendre. Singularis s'est échappé. Il avait pourtant été enfermé dans un vaisseau-prison reconditionné de type Concealer, mais il est parvenu à s'évader. En tuant cinq gardes au passage.
       "Je... Je viens te chercher avec le Stargazer. On a retrouvé sa trace. Encore des victimes... Prépare-toi..."
       Et la transmission fut coupée.

       Le Gotal fut bouleversé par cette nouvelle. Il ressentait un mélange de colère, de frustration... et de frayeur.

       Pas pour lui, mais pour tous ceux qui avaient croisé la route de Singularis et la croiseraient encore.
       Oui, il devait se tenir prêt...

    -------------------------------------

    Naboo, 158 ABY

       Cole pensait être prêt, mais rien n'aurait pu le préparer à ça.

       Les agents des autorités locales étaient présents, apparemment impassibles, mais par la lecture de leurs champs, le Ranger savait qu'eux aussi étaient secoués.
       Les proches des victimes aussi se tenaient non loin d'eux, en larmes. Pr'Col aurait préféré qu'ils ne fussent pas sur place. Il était bombardé d'émotions négatives et il sentait poindre des accès de déprime. Il absorbait des stimulants pour tenir.

       Scy'ar Tal lui même ne l'aidait pas. La sérénité habituelle du Jedi avait volé en éclats. Même sa peau habituellement d'une jolie teinte cuivrée ressemblait à présent à celle d'un Mon Calamari malade.

       Cela n'avait rien d'étonnant. C'était le cinquième théâtre du même genre sur lequel ils tombaient dans leur traque du "Moff" Singularis. 
       A chaque fois le scénario se répétait. Un individu ou un couple isolé offrait l'hospitalité au fugitif qui parvenait à se faire passer pour une victime. Il assassinait ensuite ses hôtes, mettant en scène ses crimes avant de disparaître à nouveau.

       _ Cole, je ne peux plus le supporter, avoua Scy'ar Tal. Rien de ce que nous apprenons sur Yavin ne nous prépare à ce non-sens ! Ou peut-être ne suis-je pas capable de l'appliquer. Mais je ne peux pas continuer...
       "Prends le Stargazer, un transport me ramènera au Temple. Arrête-le. S'il te plaît."

       La réaction sensée aurait été de rassurer le Kel Dor, de l'inciter à l'accompagner jusqu'au bout. Mais les cornes du Gotal l'informèrent que cela n'aurait aucun effet. Si le Ranger était déprimé, une véritable dépression menaçait le Jedi. Mieux valait le laissait retourner à ses méditations.
       Il se contenta de hocher la tête, même si c'était un coup de plus infligé à son moral.

       Il reporta les yeux sur les dernières victimes.
       Un couple humain se tenait côte à côte sur un canapé, devant un écran de holo, se tenant main dans la main.
       Ils avaient été décalottés, le haut de leur crâne tranché net, le cerveau retiré, et un bâton éclairant installé à la place, donnant aux têtes des cadavres un halo spectral sinistre.

       Singularis devait être arrêté.
       Définitivement.

    ------------------------------

    Nar Shadaa, 159 ABY

       La traque avait duré près d'un an.

       Cole avait finalement acculé le chef pirate dans un musée dédié à d'anciens chasseurs de primes de renom.
       Le Ranger avait été surpris de découvrir un tel édifice sur cette planète du crime. Mais cela n'avait guère d'importance à ces yeux.

       Ils se trouvaient au troisième et dernier étage de l'immeuble et échangeaient des tirs de blasters.
       Pr'Col était parvenu à blesser Singularis à la cuisse gauche mais, caché derrière des présentoirs, le "Moff" autoproclamé s'obstinait à tirer sur le Gotal, le narguant pour le pousser à la faute.

       Epuisé physiquement, nerveusement et émotionnellement après des mois de traque, Cole n'avait pourtant aucune intention de tomber dans le piège.
     
       _ On sait tous les deux comment ça va finir, hein Pr'Col ? Ton crâne bestial sera saisissant avec les nouveaux modèles de pierres-lumineuses prismatique. J'ai presque envie de le garder comme trophée ! Mais personne ne saurait que tu es mort alors !
       _ Dans tes rêves, monstre. Oui ça se finit aujourd'hui. Mais pour toi !
       _ Tu n'auras pas le cran de me griller la cervelle. On m'enfermera encore. Et je m'échapperai encore !
       Le Gotal grinça des dents pour toute réponse.

       L'échange de tirs se poursuivit trois longues minutes qui se conclurent par un rayon de plasma atteignant l'arme de Singularis. Le blaster explosa, arrachant presque la main du pirate et projetant des éclats de métal à la ronde.

       Les tirs ayant cessé, Pr'Col s'avança prudemment, prêt à sauter à tout instant hors de la trajectoire d'une autre arme dissimulée jusqu'à présent.
       Mais aucune menace ne se fit jour. Singularis était recroquevillé sur lui-même, berçant sa main ensanglantée.
       _ Ca y est, tu y es finalement parvenu, le fauve. Un séjour en prison me fera du bien finalement...
       _ N'y compte pas trop.

       Le moment était venu. Il devait achever le monstre. Il hésita pourtant. Tuer de sang froid allait contre tous les principes qu'on lui avait enseignés, contre tout ce en quoi il croyait lui même.
       Il repensa aux victimes, à la façon dont elles étaient mortes, et ajusta son AR-1.
       _ Je savais que tu n'avais pas les tripes de finir le boulot !

       Cole réalisa quelle arme se trouvait dans ses mains. Il ne pouvait pas commettre un meurtre avec ce symbole des Rangers. Il recula.
       " Allez quoi, un peu de courage !" se moqua encore Singularis.
       Pourtant dans son intonation, il y avait comme une... supplication ?

       Le Gotal remit son fusil en bandoulière et se débarrassa de son blouson, qu'il replia et roula religieusement avant de le déposer à l'écart.
       Il balaya la pièce du regard et ses yeux s'arrêtèrent enfin sur ce qu'il cherchait.  
       L'une des vitrines de transparacier n'avait pas résisté aux coups répétés. A l'intérieur se trouvait la réplique d'un fusil Czerka qui avait longtemps auparavant appartenu à une chasseresse ayant officié pendant la Guerre des Clones.

       Meurtre, vandalisme... Qu'était un vol de plus à côté de ces crimes ?
       Il se saisit de l'arme. Elle était chargée.
       Singularis avait commencé à rire, d'un rire fou, hystérique et inextinguible.

       L'ancien Ranger ajusta de nouveau le visage du pirate avec sa nouvelle acquisition. Il repensa aux proches des victimes de l'homme pour affermir sa résolution.
       Mais fréquenter les Jedis avait tout de même déteint sur le Gotal et il s'efforça de repousser les émotions négatives. Un acte difficile devait être accompli, mais il n'avait pas à être alimenté par la peur, la colère, la haine.

       Il tenta ensuite de rassembler les informations collectées sur Singularis. Pourtant l'homme n'avait pas eu d'enfance difficile, n'avait pas subi de traumatisme qui aurait fragilisé sa psyché.
       Il aurait pu se trouver à la place de Cole et vice versa sans un hasard de la nature qui avait fait de lui un monstre.
       Pr'Cole ressentit une véritable pitié pour l'âme perdue, blessée et pourtant hilare se tenant devant lui.

       Il tira.
       Le rire se tût.


    mardi 10 janvier 2017 - 11:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    7350 Crédits

    Salut ! Fière d'être la première à poster un commentaire et pourtant j'aurais dû le faire bien plus tôt. Au niveau de la qualité d'écriture, c'est impeccable et c'est la même chose au niveau de l'histoire. Les derniers posts, plutôt "trash" (Spencer, sors de ce corps !), parviennent à retranscrire l'horreur de la situation sans tomber dans l'exagération. Je suppose que tu t'es inspiré des histoires de tueurs en série dérangés ?

    mardi 10 janvier 2017 - 17:58 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits


    (Merci beaucoup Kinsa ! Ca fait plaisir :)  Je répondrai exhaustivement à tes questions à la fin du récit, bientôt ; )  )

      Coruscant 175 ABY

       Il était rentré sur Antar sans être inquiété par les "autorités" de Nar Shadaa. Arrivé sur la planète des Rangers, personne ne lui avait posé de question et il avait obtenu son "congé à durée indéterminée sans solde" avec une déconcertante facilité.
       Cela aurait dû le soulager. Au  lieu de cela, il en avait ressenti un certain malaise.
       Il avait eu le sentiment qu'ils savaient. Qu'ils avaient tous su.  Mais Singularis avait gêné trop de monde, même parmi les criminels, pour que quiconque regrettât sa disparition.

       Le Gotal avait finalement rendu son AR-1, et remisé son blouson dans une valise renforcée, dissimulée dans un compartiment caché du Stargazer, que Scy'ar Tal lui avait définitivement laissé.
       Quelques semaines plus tard, il prenait la décision de rejoindre la Guilde pour traquer plus facilement ses proies.

       Quinze ans déjà...

       Cole en avait assez de marcher dans le froid. Il était toujours aussi tourmenté, frustré, incertain, mais la fatigue refaisait surface.
       Alors qu'il s'apprêtait à retourner à l'hôtel, un cri retentit dans la nuit.
       Un cri féminin.

       Maudissant sa malchance, le Gotal courut dans la direction du hurlement. Il s'arrêta quelques secondes devant un tas d'ordure pour en retirer une barre de plastacier.

       Comme il l'avait craint, la scène se révélât banale mais pas moins tragique. Un trio de voyous tentait de s'imposer auprès d'une twi'lek qui monnayait habituellement ses charmes dans le quartier.

       Un mélange de rage et de contentement s'empara de Pr'Col. Il tenait enfin l'occasion de se défouler. Et il haïssait les charognards sans scrupules qui agissaient de cette manière.
       Les assaillants n'eurent pas le temps de comprendre ce qui leur arrivait qu'un des leurs était déjà à terre, inconscient. Le second, pantalon sur les chevilles, ne tarda pas à le rejoindre.
       Le  troisième, penché sur sa victime, l'avait frappée à plusieurs reprises, comme en témoignaient les ecchymoses sur les joues de la prostituée et ses lèvres éclatées.

       Le sang de Cole ne fit qu'un tour. D'un coup latéral sur les côtes, le chasseur de primes projeta le violeur à trois mètres de la twi'lek. Mais le Gotal n'en avait pas fini avec lui. Il se jeta sur l'homme et le roua le coups de barre.
       _ J'en. Ai. Assez. De. Vous. Autres. Brutes. Qui. Vous. Croyez. Tout. Permis !
       Chacun de ses mots était ponctué d'un coup. De plus, ses cornes lui révélèrent qu'il était en présence d'un Irrécupérable.
       Mais quand son dernier assaut fit retentir un bruit d'os brisés et qu'il réalisa qu'il venait de fracturer la mâchoire de l'homme, il s'interrompit, choqué, et recula.
       La Force fut louée, le voyou vivait encore.

       Car sauf circonstances exceptionnelles, s'il n'avait plus d'autre choix... Il ne tuait plus de sang froid.

       C'était une promesse implicite qu'il avait faite à Ange.

       C'était une promesse explicite qu'il Lui avait faite.

       Et il ne voulait pas les  décevoir.


    samedi 14 janvier 2017 - 10:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits


    Iktotch, 162 ABY.


       Cole s'approchait de l'aire d'atterrissage qu'on lui avait désignée pour stationner le Stargazer.

       Il était fatigué. Sa dernière proie, Seth'Ith, lui avait donné plus de mal qu'aucune autre auparavant, Singularis excepté.
       Il l'avait finalement abattu alors qu'il s'apprêtait à incendier un orphelinat de Corellia.

       Le Ranger se demandait s'il aurait pu éviter cette fin funeste.
       Depuis sa mission en binôme avec Solo deux ans plus tôt, il ne cessait de remettre en cause les moyens qu'il utilisait. Cela rendait infernale la tâche qu'il s'était fixée.

       Le fait demeurait que l'Iktotchi était mort. A présent, comme il le faisait à chaque fois, il devait prévenir sa famille de son décès, quitte à essuyer ses foudres.

       Quelques personnes l'attendaient déjà devant l'astroport. Il n'en fut pas vraiment surpris. Lorsqu'il avait traqué Seth, il s'était renseigné sur son peuple et savait que, même s'ils étaient parvenus à le faire oublier de la majeure partie de la galaxie, les Iktotchis étaient de puissants télépathes. Cela avait été l'une des raisons pour laquelle sa proie avait été aussi difficile à … neutraliser.

       Il descendit du Stargazer. Cinq dignitaires se tenant debout en arc de cercle devant lui. Ils semblèrent le sonder, le jauger. Cole ne chercha pas à dissimuler ses pensées. Plusieurs minutes s'écoulèrent puis, un par un, ils s'en allèrent, sans prononcer un mot. Le fait qu'aucun garde ne vienne l'appréhender rassura quelque peu le chasseur de primes.

       Une seule silhouette, celle qui était restée debout au centre du demi-cercle, en face de la passerelle du vaisseau de Cole, demeurait.

       La première pensée, bien peu noble du Gotal fut :
       _ Quelle paire de... !
       Mais, honteux il s'autocensura. Restait que pour un Gotal, les cornes parfaitement proportionnées de la femme Iktotchi étaient particulièrement... séduisantes. Le reste de sa personne, avec une peau d'un rose intense, presque fluorescent, des cheveux noisettes lustrés et des yeux ambre ensorcelants n'était pas moins attirant.

       Mais elle était aussi à peine plus âgée qu'une enfant.

       Pourtant, lorsque le chasseur de primes s'avança, elle s'adressa à lui avec une surprenante maturité.

       _ Bienvenue, Cole Pr'Col. Votre venue était prévue depuis longtemps.
       _ Pardon ?
       _ Je suis Kallistya.  Télépathe,  soeur de Seth'Ith... et occasionnellement prophétesse.
       _ Prophétesse ?
       _ La prescience fait aussi partie de nos dons. Et je vous demanderai de conserver cette information pour vous.
       Le Gotal était trop épuisé pour manifester le moindre étonnement. Il se contenta d'acquiescer.
       _ Vous savez donc pourquoi je suis ici. Je suis désolé.
       _ Je sais. Je sais qui vous êtes, ce que vous avez fait et pourquoi vous êtes ici.

       De toute autre, Cole aurait mal supporté cette intrusion dans ses pensées. Mais il lui semblait que Kallystia en avait pleinement le droit.
       Ses cornes lui révélèrent également autre chose.
       _ Vous maîtrisez aussi la Force, non ? Vous êtes une Jedi ?
       Elle eut un rire cristallin qui sonna aux oreilles du chasseur de primes comme la plus délicieuse des musiques.
       _ Personne ne peut prétendre maîtriser la Force. Mais j'y suis sensible et sais la canaliser... dans une certaine mesure. Peut-être est-ce elle qui est à l'origine de nos autres singularités ou peut-être ces facultés ont-elles toutes une origine différente, je ne sais.
       « Pour autant je ne suis pas une Jedi. Du fait de nos autres dons,  nous ne choisissons pas toujours de suivre leurs enseignements. »
       _ Concernant votre frère...
       _ Je sais, ai-je dit. Et je l'aimais quand j'étais plus jeune encore et que j'ignorais ce dont il était capable.
       "Je sais toutefois que vous avez agi en toute bonne foi. Et qu'en la circonstance, vous n'avez pas vraiment eu le choix. Je ne vous en veux pas. Je suis triste. Mais j'ai eu des années pour m'y préparer... »
       _ Alors, je peux repart...
       _ ... Mais vous auriez pu éviter cette situation si vous aviez été mieux préparé.
       _ Excusez-moi ?
       _ Mieux équipé, vous auriez pu le neutraliser et le ramener ici. Peut-être aurions-nous pu le soigner.
       _ Ce n'est pas poss...
       _ Je sais bien que vous pensez que les Irrécupérables sont impossibles à soigner. Et que vos cornes ne se trompent jamais quand il s'agit de les repérer....
       "Mais j'ai vu un futur possible dans lequel, avec notre télépathie, alliée à l'usage de  la Force, nous parvenions à guérir Seth Ith. Il y a une chance infime pour que les Irrécupérables puissent être sauvés d'eux-même".

       Cole fut tellement sous le choc qu'il faillit avoir un malaise. Tout son monde, tout ce qu'il tenait pour certain venait d'un coup de s'effondrer. Ces vies qu'il avait prises, pensant qu'il n'y avait pas d'alternative possible... En définitive, n'était-il qu'un meurtrier ?

       _ Cole ! Ma vision ne concernait que Seth ! J'ignore si ce serait possible pour un non Iktotchi.
       _ Même si ce n'est pas le cas, ça fait toujours une vie qui aurait pu être sauvée et que j'ai préféré détruire...
       _ Tu ne savais pas. Et il n'y avait aucun autre moyen de te le faire savoir avant cet instant.
       _ Je crois que je vais repartir. J'ai fait ce que j'étais venu faire. Et vous m'avez donné beaucoup à penser.
       _ Non. Tu vas rester quelques jours ici. Te reposer et réfléchir. Une chambre est déjà prête pour toi. Je t'aurai bien proposé de partager ma couche ce soir. Tu en aurais besoin. Mais tu me vois comme une enfant et cela t'apporterait d'autres tourments. La prochaine fois que tu reviendras, dans bien longtemps, il en sera autrement...
       Sans conviction, assommé par la révélation qui venait de lui être faite, Cole se laissa entraîner vers la ville et l'appartement qui lui avait été dédié.


    samedi 14 janvier 2017 - 10:58 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    998 Crédits

    Coruscant 175 ABY

       Il était reparti le lendemain, promettant à l'Iktotchi de ne plus tuer s'il existait une alternative et, à la première occasion, de lui amener une de ses proies pour tenter la guérison tant espérée.
       Cole n'était finalement revenu qu'une fois sur Iktotch. Kallistya avait disparu et il avait été impossible de la retrouver.
        Aucun de ses pairs ne s'était senti assez compétent et confiant pour tenter de soigner l'Irrécupérable qu'il leur avait amené. Cole avait connu la plus grande déception de sa vie.

       Néanmoins, cette rencontre avait radicalement modifié sa façon d'opérer. Il avait sollicité Ange Solo et le Leader de la Guilde lui avait prêté, ou aidé à acquérir, le matériel qui lui avait par la suite servi à capturer ses proies.

       La tâche avait été ardue. Neutraliser ces monstres sans les abattre s'était à chaque fois révélé un véritable défi. Mais, à partir du jour où il avait pris la décision de les capturer au lieu de les exécuter, il avait pu recommencer à s'endormir la conscience tranquille, libéré des doutes qui l'avaient assailli dès son changement de carrière et sans répit après sa première mission avec Ange.

       Il n'avait cependant toujours pas eu assez confiance dans les installations "civilisées" pour s'occuper des Irrécupérables qu'il parvenait à arrêter.
       Pr'Col avait décidé de laisser la nature et la Force décider de leur sort. Il avait abandonné ses proies sur des mondes déserts et isolés de la Bordure Extérieure, à l'écart des routes commerciales et de toute civilisation. Il avait pris garde toutefois de leur laisser de quoi survivre par eux-mêmes indéfiniment.
       Certains étaient peut-être morts par la suite sous les crocs de prédateurs locaux ou lors de l'exploration malchanceuse de leur prison.
       Mais Cole Pr'Col n'avait plus revêtu la cagoule du bourreau.

       Tout cela avait volé en éclat deux ans plus tôt lorsque Solo avait quitté son poste de Leader.
    Mimi avait exigé la restitution des équipements prêtés par Ange, fustigeant ce "gaspillage des ressources de la Guilde".
       Cole ne s'était jamais entendu avec le nouveau Leader, à l'éthique radicalement différente. Il était finalement parti, ne supportant plus la politique suivie par l'organisation.

       Ce qui le ramenait au moment présent.
       A ce corps ensanglanté d'un Irrécupérable, que malgré ses résolutions, il avait failli tuer.
       Ses deux comparses étaient toujours inconscients. La prostituée sanglotait dans un coin.
    Cole se demanda un court instant ce qu'il devait faire. Mais la question ne se posait pas vraiment. Il saisit son comlink et appela les secours.
       Le Gotal aurait pu s'en tenir là, s'éclipser, et retourner à son hôtel.
       Mais il était las de cette fuite en avant.
       Il s'assit à un mètre de la twi'lek, sans la toucher, et l'abreuva de paroles apaisantes.

       Un landspeeder médical, accompagné d'un autre véhicule appartenant aux autorités, ne tarda pas à arriver. Les blessés furent pris en charge et évacués. Les autres enfermés dans un fourgon sécurisé.
       Cole rapporta au policier sullustéen ce qu'il venait d'arriver, sans dissimuler son implication dans l'état présent des agresseurs.
       Le représentant de l'ordre, compréhensif et un peu gêné, déclara cependant avec une conviction toute professionnelle que considérant l'état de l'Irrécupérable, il devait aussi appréhender le chasseur de primes.

       Cole aurait pu s'enfuir. Il aurait pu se servir de ses cornes pour sonder le policier et dire ce qu'il fallait pour le convaincre de le laisser filer.
       Et une part de lui se traitait d'idiot et affirmait que la prison ne servait à rien pour personne.
       Mais une autre partie se sentait encore coupable des crimes commis des années plus tôt. Et du déchaînement de violence qu'il venait de déployer.
       Il souhaitait être en paix avec lui-même.
       Et cette paix lui donnerait peut-être les réponses quant à la direction qu'il devait faire prendre à sa vie, réponses qui lui échappaient depuis des mois.

       Il se laissa emmener.

    ______________________________

    Trois mois plus tard


       Cole Pr'Col supportait bien la détention. Dès son arrivée à la prison, il s'était arrangé pour savoir qui éviter et de qui cultiver les bonnes grâces pour assurer sa tranquillité et sa sécurité.
       Il passait ses journées en exercice physique et méditation ou à la bibliothèque du centre carcéral, à laquelle il avait eu très vite accès du fait de sa bonne conduite.
       Les souvenirs de Wayland et de son impuissance pour la renaissance du projet Ossus le motivaient à accroître ses connaissances en bio-systèmes et terraformation.
       Aucune des personnes qui avaient été proche de lui, à un moment ou un autre, n'était au courant de sa situation.

       Il eut toutefois une surprise en reconnaissant un visage familier, un jour au réfectoire de la prison.
       Un homme brun, la quarantaine bien entamée, ne cessait de lui jeter des coups d'oeil qui se voulaient vainement furtifs.
       L'apparence de l'humain éveilla l'intérêt de Pr'Col, mais il avait beau remuer ses souvenirs, il ne parvenait pas à mettre un nom sur l'individu.
       Ce fut finalement l’étranger qui aborda le Gotal.
       _ Tu s'rais pas Cole ? Cole Pr'Col ?
       La voix de l'homme réveilla la mémoire de l'ex Ranger.
       _ Et toi tu es... Sann-ji, je crois ? Tu faisais partie de l'équipe de mécanos de Lucio, non ? Que fais-tu ici ?
       _ C'est toujours le cas. Permission sur Coruscant, bagarre de cantina, la routine, quoi. Je s'rai sorti dans trois jours.
       "Mais où t'étais passé ? Ca fait deux ans qu'on t'a pas vu sur Myrkr !"

       _ J'ai quitté la Guilde peu après que Solo soit partie. Je ne supportais pas la Toydarienne à face humaine qui l'a remplacée. Difficile de croire qu'il s'agit de sa fille.
       _ J'te comprends. T'es pas le seul à pas avoir apprécié le changement de direction.
       "Mais y'a eu encore du changement récemment. Ptêt' que c'est temporaire. Ptêt pas. Mimi a déserté. Et Solo est revenue aux manettes comme Leader par interim."
       _ C'est sérieux ?
       _ Ouaip. Ange Solo avait l'intention de ramener sa fille par la peau des fesses, mais...

       Sann-ji s'interrompit et son visage s'assombrit.
       _ Mais ? l'exhorta Cole.
       _ Miss Lupin a soulevé un wombat avec des canines de nexu... Il paraît que Tony est mort. Et plusieurs autres membres de la Guilde aussi.
       _ Tony, mort ? s'alarma Pr'Col en imaginant très bien les conséquences sur son ex-patronne. Comment est-ce arrivé ?
       _ J'en sais fichtrement rien. C'est rien qu'des rumeurs. J'connais pas les détails...
    L'humain lorgna le Gotal avec un intérêt mêlé de crainte.
       _ Tu comptes rempiler ?

       Cole resta un long moment songeur.
       _ Pas tout de suite. Mais... Je peux te demander un service ? Deux en fait...
       _ J'te promets rien, mais d'mande toujours...
       _ Tout d'abord, et c'est très important, ne dis à personne que tu m'as vu.
       Le mécano sembla déçu mais il acquiesça néanmoins.
       _... Et quand tu seras de retour sur Myrkr, j'aimerais que tu établisses une fréquence cryptée entre mon comlink et celui d'Hamera.
       Le visage de l'humain s'éclaira.
       _ Tu peux compter sur moi !
       _ Merci à toi...

    ______________________________

    Deux semaines plus tard.


       Cole Pr'Col était sorti de prison. Les autorités de Coruscant, plus sensées que celles de beaucoup d'autres planètes, avaient estimé que tabasser un violeur ne valait pas plus de quelques semaines de détention.

       Animé d'un nouveau but, Cole n'avait pas perdu son temps. Il s'était arrangé pour se reconstituer un pécule en traquant et appréhendant toutes les petites frappes et plus gros poissons, non membres de la Guilde, dont la tête avait été mise à prix par les autorités.
       Il s'en était servi pour reconstituer son arsenal et faire réparer le Stargazer.

       Il était prêt.

       Sur Myrkr, une stridulation dérangea Wes Hamera, déjà passablement stressé par la crise que connaissait la Guilde. Il ne reconnut pas la fréquence, ce qui ne lassa pas de l'inquiéter.
       _ Qui ?
       _ C'est moi.
       _ Pr'.... !
       _ Pas de nom, s'il te plait.
       _ Où étais-tu passé ?
       _ Longue histoire. La prochaine fois que nous nous verrons, je te raconterai tout. Mais ce ne sera pas tout de suite.
       "J'ai besoin que tu me donnes tous les détails de "l'incident" de Borleïas."
       _ Tu comptes tenter de remonter la piste ? C'est peine perdue, nous n'avons rien trouvé !
       _ J’ai mes propres méthodes, tu le sais.
       _ C'est dangereux. Raj et Tony y sont restés. Hoza a failli y passer aussi.
       _ Je ferai attention.
       _ Très bien, si tu tiens tant à te suicider... Tu as décidément trop fréquenté An… Solo !. Je te transfère le dossier.
       _ Merci. Au fait, je ne sais quand... ou même si.... je pourrai vous recontacter. Alors ne lui dit rien, okay ?
       _ Compris. Elle a assez de tracas comme ça. Bonne chance.
       _ Je préfère compter sur la Force... et mes capacités. Veille-bien sur elle.
       _ Compte sur moi.

       Cole éteignit son comlink. Il avait un temps pensé poursuivre ses études en terraformation.
       Mais il avait une dette envers celle qui serait toujours à ses yeux Son Leader.

       Et il comptait bien l'honorer.  
     
                                                                     Fin ! Ou à suivre :p...


    dimanche 15 janvier 2017 - 15:32 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Star Wars VIII

PSW Vidéo

Evénements

Open de Paris Sabre Laser
Open de Paris Sabre Laser

Cité de la Mode et du Design - 34 Quai d'Austerlitz 75013 Paris
24 nov. 2017 - 25 nov. 2017

SF Connexion
SF Connexion

Espace Rive-Droite de Turkheim [68]
25 nov. 2017 - 26 nov. 2017

Expo Ch'tar Wars 2017
Expo Ch'tar Wars 2017

Gare Maritime de Boulogne-sur-Mer
02 déc. 2017 - 03 déc. 2017

Le Procès de Dark Vador : l'Appel Contre-Attaque
Le Procès de Dark Vador : l'Appel Contre-Attaque

Le Grand Rex, Paris
06 déc. 2017

Star Wars Episode VIII
Star Wars Episode VIII

France
13 déc. 2017

Star Wars Episode VIII au Gaumont Disney Village avec BB-8 et la VR Experience
Star Wars Episode VIII au Gaumont Disney Village avec BB-8 et la VR Experience

Esplanade François Truffaut, 77705 Marne la vallée
13 déc. 2017

StarWars Story

Anniversaires

nés un 23 novembre...
en partenariat avec
La 59ème Légion
Science Fiction Archives
Hong Kong Style
Hachette Heroes
Sport Saber League
Pulps
MintInBox
Hasbro
STAR WARS RPG Captain Collectoys Radio Disney Club ASFA Star Wars Holonet


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer