Mission avec le parrain : Cole Pr'Col - Ange Solo. Une étincelle dans les étoiles.

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits

    Contexte :

    Nous sommes en l’an +160, Edoras a démissionné depuis deux ans du poste de Leader de la Guilde.

    Cela fait également 5 ans que la Guilde a connu la Grand Schisme et que les Réprouvés ont foutu le camp.

    La fille d’Ange, Mimi, a une douzaine d’années.

    Cela fait 1 an que Wes a intégré la Guilde en tant qu’hacker, basé au QG. Tony n’est pas encore apparu



    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le jeudi 21 juillet 2016 - 10:32

    jeudi 21 juillet 2016 - 10:18 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits

    Partie 1 (post écrit en collaboration avec Ange Solo).


       Cole Pr’Cole se réveilla en sursaut, oiseaux, chauves souris et autres créatures ailées de Myrkr quittant les branchages et s’égaillant dans les airs au-dessus de lui, paniqués par le soudain vacarme. La voix d’Ange Solo, déformée par des hauts-parleurs anciens et mal entretenus tonitrua à nouveau à travers la forêt, provoquant une nouvelle fuite de la gent ailée.

    _ COLE PR’COLE ! JE REPETE ! SI TU N’ES PAS MORT STUPIDEMENT EN CAMPANT DANS LA FORET, JE T’ATTENDS DANS MON BUREAU DANS UN QUART D’HEURE. ET NE SOIS PAS EN RETARD ! PLUS QUE QUATORZE MINUTES TRENTE.

           Le Gotal, les yeux encore embrumés par le sommeil, s’empressa de rassembler ses affaires et d’ouvrir le cocon de branchages dans lequel il s’abritait pour dormir le jour. La nuit, la faune prédatrice, et en particulier les vornskrs, chassait activement et se montrait bien trop féroce pour permettre le moindre moment d’inattention. Le jour, et en s’abritant derrière la végétation dont les fibres métalliques troublaient sens animaux et senseurs électroniques, il était possible de trouver quelque répit.

           Avec une agilité témoin d’une longue habitude, Cole rejoignit le sol des bois et s’empressa à grandes foulées vers le quartier général de la Guilde. Il restait cependant aux aguets, mobilisant surtout son ouïe, ses cornes lui étant presque inutiles dans ce milieu. Sans odorat et avec une vision médiocre, la survie du chasseur de primes dans ce milieu hostile semblait relever du miracle. Cela faisait pourtant presque un mois que Pr’Cole évoluait dans la forêt sans difficulté majeure, à défaut de prospérer.
           Quatorze minutes plus tard, le souffle court, il toqua à la porte du bureau du Leader.

           _ Entre !

           Le Gotal pénétra dans l’office réduit et encombré de paperasserie qu’il connaissait déjà. Ange s’y trouvait, presque parfaite, comme toujours. Un corps sculpté par des heures d’exercices, souple mais prêt à se détendre tel un ressort de quadranium, des cheveux de jais lustrés et méchés de rouge, des yeux bleus alertes et pétillants d’intelligence… et une éternelle moue revêche sur le son visage.

    _ Tu aurais pu te laver avant de te présenter à moi, commença-t-elle...
    _ Pas eu le temps… haleta l’ancien Ranger Antarien.
    _ Je me demande sincèrement s’il ne te manque pas une case… Habiter dans la forêt… dans cette forêt…
    _ Je n’avais plus un crédit. J’étais bien obligé de chasser. Je sais que vous êtes très occupée en ce moment, et je n’ai pas voulu vous déranger mais je n’ai pas été payé suite à ma dernière mission.
    Ange arqua un sourcil.
    _ Tu as été payé. Dès le moment où tu as livré Edubla et que nous avons vérifié qu’il était bien vivant, Wes Hamera a viré les crédits sur ton compte…
    _ Viré ? Compte ? Mais je n’ai pas de compte !
    _ « Tout chasseur employé et mandaté par la guilde se voit automatiquement, dès son intégration, attribuer un compte sur lequel seront versées les primes et autres rémunérations liées à ses missions » cita la Corellienne. Si en plus tu ne sais pas lire…
    Le Gotal étouffa une bordée de jurons très loin d‘impressionner le Leader. Il avait oublié cette clause.
    _ Je pensais que ça se faisait de main à main, expliqua-t-il, penaud.
    _ Nous ne sommes pas chez les Hutts, ici ! s’indigna la cambrioleuse.
     _ Et ça se montait à combien ?
    Ange ignora la question.

    _ Sinon, il se pourrait que tu reprennes du service : Cela fait à présent trois dépôts de carburant de la guilde qui s’envolent en fumée en six semaines. Et il y a des morts dans nos rangs. Ca ne peut plus continuer.
    « Le coupable serait un Trandoshan nommé Yuussk. Un ancien membre de la Guilde mais qui a été banni avant que je reprenne les commandes. Il était un peu trop enthousiaste dans l’exécution de ses missions de sabotage et d’assassinat. Il aurait fait sauter une station spatiale entière pour exécuter un seul dignitaire qui menaçait nos opérations."
    "Et je tiens en horreur les pyromanes."
    _ Et vous voulez que je le retrouve et que j’empêche de nouveaux sinistres. Très bien. Une idée de l’endroit où il pourrait opérer la prochaine fois ?
    _ Plusieurs en fait… Dont notre récente acquisition sur Malastare… Mais il me faudra plus de renseignements pour être sûre.
    _ Très bien. Vous m’enverrez les données sur le Stargazer. Je vais profiter de ma paye pour faire le plein de carburant et de vivres. Et puis vous avez raison, j’aurai bien besoin d’un bon bain de bacta. Il se prépara à partir, mais Solo l’arrêta.
    _ Une seconde, Cole. Cette fois, tu ne pars pas seul. Je viens avec toi.
    _ Vous me pensez incapable de venir à bout d’un seul saboteur ? s’offusqua l’ancien Ranger.
    _  Ce que je crois n’a pas d’importance. Il y a des rumeurs qui courent et je tiens à les vérifier.

           Pr’Col attendit la suite. Ange se mordit les lèvres avant de se décider à poursuivre.

    _ Selon ces bruits de comptoir, ce Yuussk pourrait être un foutu résidu de tube à essai mal lavé… et de Bossk qui plus est.
    _ Un quoi ?
    _ Un duplicata sans antivirus, un copier/coller bug intégré, une photocopie mal dégrossie, un clone dégénéré, quoi…

          Un long moment de silence suivit la déclaration. Enfin, le Gotal demanda :

    _ Un clone de qui ?
         
         D’abord incrédule, Solo soupira avant de déclarer, lapidaire :

    _Si tu t’intéressais un peu plus à ton travail, tu saurais que Bossk était l’un des meilleurs chasseurs de primes des périodes pré-impériale et postérieures. Il contribua à former Boba Fett et fut engagé par Vador pour capturer mon… un célèbre général de la Rébellion.
          Cole ouvrit la bouche… Les yeux du Leader se réduisirent à deux fentes.
    « … Et ne me demande pas qui était Boba Fett ! »
           Cole referma la bouche.
    « Quoi qu’il en soit, cette mission pourrait s’avérer particulièrement dangereuse, mais je n’ai que toi sous la main... »
    _Merci du compliment, ironisa Pr’Col.
    _… Donc je t’accompagne pour mettre fin à cette histoire ! Et nom d’un vornskr, vas te laver, tu empestes encore plus que d’habitude… !

           Le Gotal ne connaissait son Leader que depuis peu de temps, mais suffisamment pour reconnaître le moment où l’irritation d’Ange atteignait un tel niveau qu’il valait mieux rester loin d’elle. Il s’empressa donc sans se faire prier de quitter le bureau de la Corellienne.


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le jeudi 21 juillet 2016 - 10:32
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le jeudi 21 juillet 2016 - 10:52
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le mardi 02 août 2016 - 10:26

    jeudi 21 juillet 2016 - 10:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    19925 Crédits Modo

    D’un pas mesuré, quelques affaires soigneusement rangées dans un sac en bandoulière pendant sur son épaule et un autre, bourré d’équipement, à la main, Solo se dirigeait vers le hangar principal du Quartier Général et, plus précisément, vers l’emplacement provisoire qui avait été alloué à son si précieux vaisseau. En quelques minutes à peine, elle s’en trouva à quelques mètres seulement. Elle fronça les sourcils, déposa ses deux bagages à terre et dévisagea le décor trop agité qui entourait son plus fidèle compagnon. Voir autant de câbles, machines et outils éparpillés ne lui disait rien qui vaille.

    Un homme à la peau brûlée par le soleil, le visage aussi ridé que maculé de cambouis, petit et voûté se dégagea de la passerelle amovible qui permettait d’accéder à l’Angel’s. Boitillant sur sa jambe mécanique, il s’avançait vers elle, lustrant son marcel d’un blanc douteux. Arrivé à quelques centimètres d’elle, il essuya la crasse qui maculait son front d’un revers du bras droit et la regarda fixement de ses deux yeux noirs où pétillaient la malice et l’intelligence d’un homme qui avait sûrement trop vu.

    Le vieux, souriant : Tiens, voilà la Princesse.
    Ange, faisant la moue : Je t’ai déjà dit d’arrêtée de m’appeler comme ça, Lucio. Je suis Leader, pas Princesse. Ca ne fait pas professionnel.
    Lucio, haussant les épaules : J’m’en fous. T’es une princesse. Ceux qui ne le voient pas ne savent pas voir, c’est tout.

    La Corellienne se mit à sourire. Elle aimait bien Lucio.

    Ange, désignant d’un vaste geste de la main le bazar qui dormait ou s’activait autour de son vaisseau : C’est quoi tout ce bordel ? Je dois décoller avec le Fury dans une heure.
    Lucio, se grattant sa jambe bionique : Il n’est pas prêt, Princesse. Comme je t’ai dit : demain, pas avant.
    Ange, râlant : Arrête de m’appeler comme ça. J’en ai besoin, maintenant, Lucio, pas demain.
    Lucio : Je t’ai dit demain, c’est demain. Les vérifications ne sont pas terminées. On a changé l’hyperdrive, tu te souviens, on a fait les vérifications que tu demandais. Maintenant, je teste tout, pour qu’il t’arrive rien.
    Ange, s’impatientant : Je sais qu’il arrivera rien.
    Lucio : Bien sûr qu’il ne t’arrivera rien : t’es une étoile. On tue pas une étoile. Pas comme ça. Mais je dois le faire, par principe parce que s’il arrive quelque chose, tu sais ce qu’il arrivera.
    Ange : Il arrivera rien. On était deux pour montrer à bosser là-dessus. Toi et moi. On a tout vérifié.

    Le natif de Socorro la regarda et se passa une main dans ses cheveux gris.

    Lucio : Cherche pas des em*erdes, Princesse. Demain, c’est demain.

    Solo lâcha un juron et replaça ses deux sacs dans leur position de transport, prête à se lancer dans une excursion qui ne lui plaisait guère. Avec Lucio, on ne discutait pas. Ne pas se trouver dans l’espace dans sa bulle protectrice lui nouait l’estomac.

    Lucio reniflant bruyamment : Le Nouveau, il s’est entiché.
    Ange, faisant volte-face : Quel nouveau ?
    Lucio : Celui qui pianote sur les claviers. Les Yeux Jaunes.
    Ange : Hamera ?
    Lucio : Voilà.

    La Corellienne lui adressa un rictus entendu.

    Lucio, secouant la tête : Je ne te parle pas ça. Ca, tout le monde le sait.
    Ange : J’m’en cache pas.
    Lucio : C’est bien. Mais il s’est entiché, je te dis. Heureusement que je n’ai plus vingt ans.

    Solo se mit à rire bruyamment.

    Ange : Qui te dit que j’aurais été d’accord.
    Lucio, dévoilant si une parfait dentition qu’elle contrastait vraiment avec son apparence : Je te le dis, c’est que c’est vrai.

    La Corellienne rit de plus belle. Lucio l’avait toujours fait rire. Vieux, antique, comme elle.

    Lucio : Tu vois. J’ai raison. (Il marqua une pause.) File. Je ferai attention à la petite princesse.
    Ange : T’as intérêt.
    Lucio : Oublie pas : il s’en entiché.

    Solo s’éloigna résignée. Partir à l’autre bout de la galaxie dans l’épave de son filleul ne lui plaisait pas, comme se retrouver à la tête de la Guilde. Bien sûr, elle avait été flattée par le choix d’Edoras mais le poids de cette responsabilité lui pesait. Quitter l’Ordre, le Conseil. Après tout cela, elle avait espéré mener une vie à l’abri, plus sereine, avec sa fille et c’est tout mais ce choix l’avait ramené vers le devant de la scène. Elle maugréa intérieurement, repensant à ce que lui avait dit Lucio. On tue pas une étoile. Pas comme ça. Autant dire qu’elle n’avait pas fini de briller et que l’anonymat n’était pas pour tout de suite. Au moins, l’exercice de ses foncions ne l’empêchait pas de poursuivre ce qui lui tenait à cœur : s’occuper de Mimi et aller vers d’autres étoiles.

    Elle soupira et aperçut au loin Cole qui s’affairait à descendre de ladite épave le matériel nécessaire à la mission. Elle n’avait pas eu besoin de lui dire quel serait leur transport, cela allait sans dire. Maintenant, il fallait de nouveau communiquer et lui annoncer que le plan changeait. Cela l’irritait. Et il fallait se dépêcher. Savoir qu’un potentiel duplicata dopé aux virus se trimballait en liberté la mettait mal à l’aise, lui rappelant une période de sa vie qu’elle n’aurait jamais avoir vécu ou parfaitement oublié.

    Une voix fluette : Mam’s ?

    La Corellienne se retourna. Une frêle silhouette aux longs cheveux épars se jeta contre elle, suivie de près par une montagne de poils. Ange se baissa à la hauteur de sa fille et lui prit les mains.

    Ange, d’une voix douce : Je vais essayer de faire vite, ma chérie.
    Mimi, faisant la moue : Je sais. Tu fais toujours au plus vite mais j’aime pas quand tu pars.
    Ange : Je sais. J’aime pas partir non plus. Tu connais le deal ?
    Mimi, souriant : Autant de jours partie, autant de jours rien que pour moi.
    Ange, lui adressant un clin d’œil : Honnête ?
    Mimi, espiègle : Honnête, même pour une Guildeuse.
    Ange, ricanant : Tu martyrises pas ce pauvre Grehäta, hein ? Pas d’expérience, pas de rasage de poils.
    Grehäta * grognements*
    Ange, le dévisageant : Non. T’as pas ton mot à dire là-dessus, Boule de Poils.
    Grehäta * grognements*
    Ange : Je préfère. (A sa fille : ) Pas de bêtises. Si tu traînes ici, tu restes avec Lucio, compris ?
    Mimi : Oui, Mam’s, promis.

    La Guildeuse embrassa sa fille, se fit soulever pour une étreinte avec le Wookie, lissa ses vêtements et se dirigea, le cœur serré et irrité vers le Gotal pour lui annoncer ce petit changement de programme.


    jeudi 21 juillet 2016 - 13:17 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits

    Partie 3

    Cole venait de finir de décharger les deux caisses de plastacier contenant ses effets personnels et du matériel utile pour leur prochaine mission, en vue de leur transfert dans l’Angel’s Fury. Il avisa alors la Corellienne, la mine encore plus sombre que d’habitude qui s’avançait dans sa direction, chargée de deux sacs abondamment remplis. Il redouta la nouvelle qu’elle allait lui annoncer, mais n’en laissa rien paraître.


    Ses craintes furent confirmées lorsqu’elle fut à portée de voix.


    _ Mon vaisseau est inutilisable pour le moment. On prend le tien. Pas de commentaire.


    Le Gotal soupira mais ne dit rien. Il allait devoir tout recharger dans le Stargazer. Heureusement qu’il voyageait léger !


    «  On décolle dans moins d’une heure. Sois prêt. »

    _ Une heure ! Mais je n’ai pas eu le temps de m’équiper, ou de faire réparer mon vaisseau ! Même si l’officier de pont m’a affirmé qu’un certain Lucio avait jeté un œil à l’hyperdrive ce matin…


    Ange ne put s’empêcher de sourire en pensant à la prévenance, qui confinait à la prescience, du mécanicien en chef.

    _ Le plus tôt nous partirons, le plus tôt je pourrais revenir m’occuper… de choses sérieuses.

    Son regard glissa vers la petite fille qui jouait non loin sous la surveillance du wookie.

    « Et si Lucio a examiné ton appareil, c’est la garantie qu’il tiendra le coup, même s’il n’est pas entièrement opérationnel ».

    « Ah, et je te préviens. Je pilote. »

    _ Mais c’est mon vaisseau !

    La cambrioleuse lui pointa un index menaçant sous le nez qui le fit loucher.

    _ Je.Pilote.

    Cole savait reconnaître une cause perdue et il n’insista pas. Il s’attela à charger à nouveau les caisses dans les soutes étroites du Star Wing.


    Il eut cependant la satisfaction d’entendre son Leader vitupérer un moment plus tard :

    _ Par le heaume brisé de Vador ! Où est passé l’activateur de cet immonde tas de ferrailles ??!!!

    Pr’Cole n’était pas surpris. Ange avait beau traîner avec elle une réputation de pilote d'exception, elle ne pouvait prévoir les modifications de sécurité inusitées opérées par Scy’ar Tal sur son appareil.

    Goguenard, il pénétra dans l’habitacle et expliqua, quelque peu sentencieux :

    _ C’est un appareil sensible. Il lui faut du tact et de la délicatesse…

    Il asséna un grand coup sur un panneau latéral, juste au-dessus de lui.

    « Démarre ou tu finis à la casse de Raxus Prime ! »

    Comme par miracle, les consoles s’allumèrent, les antigravs s’activèrent et le bourdonnement familier de l’électronique envahit le cockpit.

    La morgue du Gotal retomba en chute libre quand il croisa le regard rien moins que meurtrier de la cambrioleuse.

    Il se dit qu’il devrait limiter à l’avenir ce genre de facéties s’il voulait conserver une existence un tant soit peu supportable.

    Et surtout, surtout, ne jamais avouer qu’il y avait un interrupteur dissimulé juste là où il avait frappé.

    L’ancien Ranger feignit de tousser.

    _ Hum bon, tout est paré.

    A l’improviste, Solo poussa les manettes d’accélération, déséquilibrant Cole qui tomba sur son séant. L’avertissement de la Corellienne vint volontairement trop tard.

    _ Accroche-toi…

    Après avoir demandé toutes les autorisations d’usage, Ange, un sourire vindicatif au coin des lèvres, fit sortir le Stargazer de la base. Elle multiplia les manœuvres rendant des plus ardues au Gotal, catapulté d’un bord à l’autre, la simple tâche de s’asseoir sur le siège arrière du Star Wing.

    En dépit de l’inconfort, Pr’Col ne pouvait qu’être admiratif devant un tel contrôle du pilotage.

    Enfin l’ancien bombardier impérial retrouva sa place parmi les étoiles. Le calme de l’espace eut un effet apaisant sur les deux occupants de l’appareil.

    _ Avez-vous pu obtenir d’autres informations sur les agissements du clone ?

    _ Non, rien de nouveau. Et je ne pense pas que tes cornes puissent repérer d’aussi loin quelqu’un que tu n’as jamais vu ?

    _ Non en effet. J’ai besoin d’une signature électro-magnétique pour identifier ma proie. Ce qui signifie me retrouver face à elle au moins une fois. Ensuite je pourrai la traquer à l’autre bout d’une planète. Mais pas dans l’espace.

    _ Prévisible, mais dommage quand même…

    « J’ai réfléchi de mon côté, et je pense que nous pouvons écarter Malastare de la liste des cibles potentielles. Cela fait trop peu de temps que nous avons affermi notre emprise sur cette planète, et peu de membres sont au courant de nos opérations récentes. »

    «  Mais du coup, nous n’avons que l’embarras du choix pour commencer nos recherches. »


    _ Auriez-vous les rapports des précédentes attaques, s’il vous plaît ?

    Ange fourragea dans l’un des sacs qu’elle avait apportés et en tira un datapad qu’elle lança au chasseur de primes. Et elle assista à une véritable transformation. Le non-humain commença à compulser les données et  abandonna l’attitude un brin mal dégrossie qu’il affichait d’habitude. Il consultait les documents avec attention, revenant souvent en arrière, pianotait sur l’ordinateur de bord pour rechercher des informations complémentaires sur l’holonet... Il effectuait recoupements et déductions muettes avec une concentration qui rappela à Solo qu’en dépit de son affabilité et de ses excentricités, Pr’Col restait un professionnel. 


    Au bout d’un moment, il déclara :

    _ Je n’en suis pas certain, mais je pense savoir où se déroulera le prochain attentat.

    «  Les quatre premières attaques ont eu lieu d’abord à Bespin, puis sur votre… notre base des Astéroïdes de Vergesso, sur Atzerri et sur l’avant-poste Ironie de Coruscant. Pour les deux dernières, Yusskk s’est attaqué à Falleen et enfin à la base principale de Tatooine. »

    _ Et qu’en déduis tu ?

    _ Il procède par vagues. Il cible d’abord les bases les moins importantes à tous niveaux pour la Guilde. Il choisit ses objectifs en commençant par les sites les moins développés et renommés et finit chaque vague par la base se trouvant sur une planète importante à l’échelle galactique. Si l’on suit cette logique et si l’on considère ses deux dernières interventions… La prochaine pourrait bien avoir lieu sur votre planète natale, Corellia. Et Myrkr serait la dernière de ses cibles du fait de son statut de quartier général de toute la Guilde. 


    _ Ton hypothèse se défend, fit Solo en se tapotant les lèvres de l’index. Faute de meilleure piste, nous pouvons aller vérifier. Même si je ne m’attendais pas à retourner si tôt à Corellia…

    _ Par ailleurs, j’aimerai bien en savoir davantage sur ce clone Auriez-vous un doss…


    Le Gotal fut soudain interrompu par une série de bips insistants. Ange balaya les consoles du regard pour en trouver l’origine et affirma :

    _ Les senseurs du Stargazer viennent de repérer une vingtaine de signaux à un demi-parsec d’ici.

    Cole se leva pour examiner à son tour les renseignements rapportés par les ordinateurs.

    _ Des vaisseaux de petite taille. Des chasseurs, je dirais. Et ils se dirigent dans notre direction. Est-ce que cela pourrait être des pirates ?


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le dimanche 24 juillet 2016 - 10:08
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le dimanche 24 juillet 2016 - 10:10
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le dimanche 24 juillet 2016 - 10:15
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le dimanche 24 juillet 2016 - 23:15

    dimanche 24 juillet 2016 - 09:41 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    19925 Crédits Modo

    A la vue des petits points lumineux qui foisonnaient dans leur direction, Solo cracha une dizaine de jurons et se passa machinalement une main dans l’encolure de sa combinaison de pilote qui la démangeait.

    Il était de notoriété publique – du moins, pour ceux qui la fréquentaient – que moins on voyait de parcelles de peau de la Corellienne, moins celle-ci se sentait à l’aise dans les vêtements qu’elle arborait. En l’occurrence, avoir la quasi-totalité de son corps masqué par du tissus la mettait dans un état d’irritation tel qu’elle n’avait de cesse de s’agiter en tous sens afin d’installer une hypothétique distance entre elle et cette prison non-organique. Si son humeur en prenait nécessairement un coup, l’entrave de mouvements liée au cockpit exigu qui contenait par miracle un deuxième fauteuil ne fit rien pour améliorer les choses. Quant à l’arrivée de cette vingtaine de vaisseaux, elle l’empirait tout simplement.

    Ange, soupirant de lassitude : Génial, tout simplement génial.

    Cole, avisé, n’ajouta pas un mot se contenant d’affirmer que la myriade volante fonçait belle et bien dans leur direction, cette dernière ayant légèrement rectifié sa trajectoire afin de leur tomber parfaitement dessus. Cette nouvelle information donna ainsi naissance à un fleuron d’insultes en vieux corellien. Solo laissa alors glisser sa main vers le panneau droit de la console. Durant ses quelques années passées dans la Marine, Ange s’était déjà retrouvée aux commandes d’un tel appareil lors d’un vol d’essai. Si ce bref séjour dans ce cockpit ne lui avait pas paru convainquant, au moins se souvenait-elle que le bouton permettant d’enclencher les communications avec l’extérieur se situait dans cette zone.

    Ca, au moins, songea-t-elle, c’est toujours à la bonne place.

    Ange : Appareils en approche, veuillez signaler vos intentions. Vous venez actuellement de vous placer dans notre trajectoire de vol. (Puis à Cole : ) Si ça se corse, prêt à faire feu ?
    Cole : Tout à fait. Vous croyez qu’on a une chance si…
    Ange, grinçant des dents : De les toucher ? J’en sais fichtrement rien. De les éviter ? Ca dépend ce que ta poubelle a dans le ventre.

    De nouveau, la Corellienne pianota, se calant sur la fréquence cryptée du Quartier Général avec ses identifiants.

    Ange : Leader au Bercail. Contact d’urgence. On a une épine dans le pied là-haut.
    Wes : Ici, Hamera, Leader. Je vous écoute.

    Elle ne reconnut pas tout de suite sa voix, peu accoutumée à cette dernière. En tout et pour tout, elle n’avait véritablement accordé de l’attention au jeune homme qu’une seule fois. Deux fois, se corrigea-t-elle aussitôt en pensant au second entretien qu’elle lui avait fait passer la semaine dernière après six mois passés au QG. Et pour être franc, ils n’avaient pas vraiment parlé.


    Entiché.
    M*rde, Lucio. Tu m’emm*rdes. C’est pas le moment.


    Ange : On a une vingtaine de vaisseaux en approche qui se dirigent vers nous. On a des petits qui rentrent au Nid ?
    Wes : Je vérifie. Négatif. On attend les Ailes de l’Enfer d’ici une semaine, pas avant.
    Ange : Tu peux entrer en contact avec eux et me confirmer ? Garrick est un fou allié, ça m’étonnerait pas qu’il soit de retour et qu’il n’ait informé personne. Si c’est lui, je te peux te garantir qu’il s’en souviendra.
    Wes : Très bien, Leader, je vous recontacte dès que j’en sais plus.
    Ange : Parfait. Leader, terminé.

    Elle sourit intérieurement. Il la vouvoyait toujours. C’était amusant.

    Entiché.
    Bordel.


    L’intercom se mit à clignoter, leur indiquant que l’essaim prenait contact avec eux.

    Ange, en râlant à l’intention de Cole : Au moins ça sera formateur. Je te laisse engager les négociations afin de gagner du temps.
    Cole : Il en faut beaucoup ?
    Ange : Autant que tu peux. Je ne sais pas combien de temps le QG nous mettra à confirmer leur identité.

    Elle entendit alors la main du Gotal actionner le bouton de communication qui se trouvait également à sa portée.

    Voix inconnue : Alors, comme ça, on s’est perdu, Vieux coucou ? On a les stabilisateurs qui tremblent ?
    Cole, sérieusement: Appareils en approche, veuillez signaler vos intentions. Dans le cas échéant, nous considérerons votre présence comme hostile et nous prendrons les devants.
    Ange, bas, à Cole, en le raillant : Et bien, au moins, ils sont prévenus !


    Ce message a été modifié par AngeSolo le lundi 01 août 2016 - 18:01

    lundi 01 août 2016 - 18:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits


    Une voix mâle, sarcastique et avec même un accent quelque peu dédaigneux répondit :


    _ C'est ça ! Nous sommes une vingtaine et nous devrions avoir peur d'un appareil monoplace isolé ?"


    Cole ne se laissa pas démonter et affirma avec un aplomb désarmant :
    _ Ce Star Wing modifié est équipé de deux canons lasers, deux canons à ions et vingt missiles à concussion améliorés. Et le meilleur pilote de la galaxie est aux commandes.  C'est plus qu'assez pour éparpiller quelques vaisseaux comme les vôtres.
    "De plus à supposer que vous accomplissiez par miracle l'exploit de nous abattre, vous vous retrouveriez avec l'ensemble de la flotte de la Guilde déterminée à vous exterminer jusqu'au dernier. Vous n'auriez aucune chance d'en réchapper."
    "'Et pour éviter ce funeste scénario qu'aucun de nous ne veut se voir se réaliser, je vous demande simplement de vous identifier et de décliner vos intentions. C'est très raisonnable, je pense ?"


    Ange laissa échapper un sifflement appréciateur. Elle ne s'était pas attendu à des mensonges aussi éhontés de la part du Gotal. Le Stargazer ne possédait plus que cinq missiles, tout à fait normaux, et les systèmes d'armements étaient occasionnellement sujets à des défaillances. De plus, elle était un excellent pilote, mais de là à affirmer avec une telle assurance qu'elle était en mesure de descendre seule vingts appareils, c'était exagérer -un peu- ses talents.
    _ Hé beh ! Quand tu prends sur toi de négocier, tu ne fais pas les choses à moitié.
    Le chasseur de primes eut un petit sourire en coin :
    _ D'habitude, je n'éprouve aucune aversion à admettre mes limites à des alliés et des proches. Mais face à l'adversité, il ne faut montrer aucune faiblesse.  Et puis... J'adore regarder de haut quelqu'un de plus grand que moi.


    Après quelques secondes, le communicateur grésilla à nouveau. Le mépris avait totalement disparu de la voix de leur interlocuteur.
    _ On se calme, gars. On est en accord avec la Guilde et on venait simplement délivrer notre rapport.  On a voulu s'amuser un peu à vos dépens...


    A ce moment, Wes les recontacta via un autre canal :
    _ Leader, ici Hamera. Votre supposition était correcte. Il s'agit bien des Ailes de l'Enfer.


    Ange et Cole poussèrent à l'unisson un soupir de soulagement. La corellienne répondit à son subordonné:
    _ Très bon travail, Wes.
    _ Bien compris Leader. Bon voyage.


     Le porte-paroles des chasseurs osa une question avec encore une pointe d'impertinence dans la voix :
    _ Mais puis-je savoir ce qui justifierai que toute la Guilde se mette à ma poursuite si je détruisais votre appareil ? Ou n'était-ce que du bluff ?
    L'irritation de la corelliene fut à son comble. Elle écrasa le bouton de communication et rugit :
    "Garrick ! Espèce de sombre crétin ! La prochaine fois que tu fais un coup pareil dans l'espace de Myrkr ou ailleurs, je romps le contrat qui lie la Guilde à ton employeur. Imagine sa réaction quand il apprendra qu'il a perdu l'un de ses meilleurs partenaires commerciaux simplement parce que tu as voulu jouer les gros bras !"
    _ So... Solo ? Je veux dire Leader Solo ?
    _ Ecoute moi bien Garrick ! Je vais m'absenter pour quelques jours. Mais quand je rentrerai on reparlera de cet "incident" et de ta conception de "l'amusement" . Solo, terminé.


    Cole aurait payé cher pour surprendre l'expression du chef des corsaires au moment où il avait réalisé qu'il venait de menacer le Leader de la Guilde.


    "Bon et maintenant en route pour Corellia, on a perdu assez de temps !"
    _ Nous sommes prêts à passer en luminique, déclara le chasseur de primes.
    _ Déjà ?
    _ Dès que Hamera a confirmé l'identité des chasseurs, j'ai initié la procédure.
    "D'ailleurs, vous semblez assez troublée dès qu'il est question du responsable des communications..."
    Ange lui jeta un regard mauvais, mais il n'y avait nulle moquerie ou méchanceté dans la voix du Gotal. Juste de la pure curiosité.
    _ Mêle-toi de tes affaires si tu ne veux pas te recevoir un "missile à contusions" -et elle agita son poing- dans ta face...
    Pr'Col haussa les épaules avant d'acquiescer.
    "... Autre chose : si on doit passer plusieurs  jours à se couvrir mutuellement, appelle-moi simplement "Ange", ce sera plus simple"
    _ Très bien, chef !
    Cette fois, le sarcasme était clairement perceptible.
    _ Ne pousse pas le bouchon !  


    Le temps nécessaire pour rejoindre Corellia se déroula sans incident, même si la promiscuité au sein du Stargazer mettait les nerfs de ses occupants à rude épreuve.
    Cole profita toutefois de cet intervalle pour soumettre à Solo le projet d'un nouveau vaisseau d'interception commando tout droit sorti de son imagination. Considérant les faibles aptitudes technologiques du Gotal, Ange accueillit d'abord ses idées avec un certain scepticisme. Mais en y prêtant un peu attention, elle se rendit compte que le projet n'était pas si fantasque que ça. Cela représenterait le genre de défi que Lucio prendrait un malin plaisir à relever et à mener à terme. Cela méritait réflexion.
    Corellia fut enfin en vue.
    _ Nous allons d'abord nous arrêter dans l'un des établissements qui m'appartient... C'est le moyen le plus rapide dee réunir des informations. Si Yuussk a mis les pieds ici, mes contacts doivent être au courant.
     


    mercredi 03 août 2016 - 12:11 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    19925 Crédits Modo

    Et ils atterrirent sur Corellia sans la moindre embûche, sous un faux nom et dans la partie du spacioport où les regards étaient les moins curieux. Au gré d’un regard qui en disait long sur ses intentions, la Corellienne alla même jusqu’à s’assurer qu’un regard non-bionique garantisse une surveillance accrue de leur appareil. On n’était jamais trop prudent.

    Ce retour sur sa planète natale réveilla souvenirs bons et mauvais dans l’esprit de Solo qui regretta toutefois de ne pas être venue seule. Ici, elle se sentait chez elle, à l’abri dans cet immense cocon planétaire où rien ne semblait pouvoir l’atteindre à l’exception d’images sorties tout droit du passé. Elle sourit et porta machinalement la main au collier caché sous sa combinaison de pilote. Et jura.

    Foutue combinaison.

    Si l’envie de faire un écart dans ses pénates traversa ses pensées, elle la repoussa aussi. Non. Elle n’était pas seule et il était hors de question qu’un étranger se glissât dans la seule partie de son existence qu’elle avait réussi à tenir secrète jusqu’à présent. Tant pis.

    Ange, jouant nerveusement avec le col de sa combinaison : Direction Coronet. Chez Okins.

    Le Gotal opina du chef et suivit sa patronne, à pieds. La cantina ne se trouvait qu’à quelques pâtés d’immeubles du spacioport, dans un quartier très fréquenté mais familial. Elle poussa la porte de l’établissement qu’elle avait ouvert sous un nom d’emprunt et lui rapportait annuellement une rente tout à fait coquette.

    Quelques têtes se tournèrent comme à l’entrée de chaque nouvel arrivant et retournèrent à leurs occupations. Le patron, quant à lui, un homme âgé d’une cinquantaine d’années, délaissa le torchon qu’il tenait à la main pour venir à la rencontre des deux nouveaux venus. Il ouvrit les bras et serra la Corellienne tout contre lui sans qu’elle ne proteste.

    Le patron, ravi et d’un ton paternel : Une visite à l’improviste ! Ange, on ne t’attendait pas !
    Ange, espiègle : Peut-être parce que tu me manquais.

    Il se mit à rire et l’embrassa sur le front avant de tendre une main au Gotal.

    Le patron : Okins. Le gérant.
    Cole, lui répondant : Cole.

    Elle le gratifia d’un sourire. Il apprenait vite.

    Ange, lui chuchotant à l’oreille : On a à discuter.

    Il hocha la tête, fit signe à un serveur de le remplacer et adressa un regard entendu à la femme qui se trouvait derrière le comptoir. Tournant les talons, il emprunta une porte sur laquelle se trouvait l’inscription Strictement réservé au personnel et s’y engouffra, Solo et Cole à la suite. Dans une petite salle de repos, il s’empara sans un mot d’un datapad négligemment posé sur une table basse, tapa une série de chiffres et une porte dérobée, jusqu’alors invisible, s’ouvrit sur un pan du mur. Ils descendirent alors un escalier faiblement éclairé et arrivèrent dans un salon beaucoup plus cosy que le précédent mais avec suffisamment de matériel informatique pour ne laisser aucun doute sur la réelle activité qui se pratiquait ici.

    Okins, ouvrant les bras : Faites comme chez vous.

    C’était plus qu’il ne fallait en dire pour la Corellienne qui ouvrit son sac et en sortit des vêtements beaucoup plus confortables. Sans la moindre gêne, elle entreprit d’ôter sa combinaison de vol en plein milieu de la pièce.

    Okins, détournant le regard : Si tu étais ma fille…
    Ange, le rappelant à l’ordre : J’suis pas ta fille mais ta patronne.
    Okins : Le fait est…
    Ange, en boutonnant à peine son chemisier : Le fait est que j’en m’en tape royalement… On n’est pas là pour ça.
    Okins : Qu’est-ce qui t’… qu’est-ce qui vous amène ?
    Ange, enfilant ses bottes sur un des canapés : Cole, mon filleul, chasseur de primes en herbe et moi-même sommes sur la piste d’un…

    Elle s’interrompit et adressa un regard au Gotal qui, jusqu’ici, était resté silencieux.

    Ange : Expose la situation. C’est ta mission.

    Et elle se leva à la quête d’une bouteille de Brandy.


    dimanche 09 octobre 2016 - 17:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits

    Une seconde interloqué par la réaction de son Leader, Cole récupéra aussitôt ses moyens et commença à expliquer la situation à Okins, en évitant de trop en dire.

    _ Nous sommes à la recherche d’un ancien membre de la Guilde. Un Trandoshan. Un dénommé Yussk. Nous avons des raisons de penser qu’il pourrait se trouver sur Corellia. Est-ce que vous auriez des informations sur ce renégat et sur l’endroit où il pourrait se trouver ?

    Le tenancier de la cantina se caressa son menton râpeux, songeur.

    _ Yussk… Ce nom me dit vaguement quelque chose… Une sale affaire pour la Guilde, je crois… Mais ça faisait belle lurette que je n‘avais plus entendu ce nom. J’ai bien peur de ne t’être d’aucune utilité si tu ne peux m’en dire davantage.

    Cole glissa un regard interrogateur en direction d’Ange. L’ex cambrioleuse, pas encore complètement rhabillée, avait déniché une bouteille de rhum corellien à moitié pleine qu’elle s’appliquait à vider.

    Surprenant, entre deux longues rasades qui auraient suffi à faire rouler le Gotal sous la table, le regard interrogateur de Pr’Col, elle se contenta d’un sec hochement de tête signifiant qu’il pouvait en révéler davantage.

    Le chasseur de primes la fixa encore quelques secondes de plus. L’impudeur de sa patronne ne le dérangeait pas. Si la plastique de la jeune femme avait de quoi faire tourner les têtes de presque tous les mâles humanoïdes, le Gotal n’éprouvait pas d’attirance physique pour elle. Les corps humains n’étaient décidément pas assez… cornus.

    Ce qui éveillait l’intérêt de Cole, c’étaient les informations inhabituelles dispensées par ses propres appendices frontaux. Habillée très légèrement et avec de l’alcool dans les veines, le champ électromagnétique de l’humaine révélait une santé et un moral bien meilleurs qu’ils ne l’avaient été ces derniers jours. Dans une situation identique d’autres individus de la même espèce auraient été troublés par le froid, la gêne et l’effet des spiritueux.

    Se méprenant sur ce qui éveillait l’attention de son interlocuteur, Okins feignit de tousser et afficha une expression un brin réprobatrice. Sans s’émouvoir, Cole poursuivit son exposé de la situation.

    _ Yussk mène des activités terroristes contre la Guilde depuis plusieurs semaines déjà. Sa prochaine cible se trouve probablement sur Corellia. Il semble viser en priorité les dépôts de carburants, mais nous aimerions le trouver avant sa prochaine attaque.

    « Une rumeur court sur le fait qu’il serait un clone de… Comment déjà ? Ah oui ! Bossk. Et je peux me tromper, mais je ne serais pas surpris d’apprendre qu’il n’opère pas seul. »

    Ange interrompit une gorgée en entendant cette dernière réplique. Cole ne lui avait pas parlé de cette éventualité au cours de leur voyage. Elle l’avait vue réfléchir en permanence à sa mission, mais il ne lui aurait pas caché délibérément cette information. Elle supposa qu’elle était le résultat de ses réflexions et venait juste de s’imposer à l’esprit du Gotal. Il lui faudrait l’interroger sur le sujet.

    Okins cependant, ne semblait guère plus avancé.

    _ Résumons : nous aurions un groupe dirigé par un Trandoshan susceptible de s’attaquer aux infrastructures de la Guilde… Ca reste mince, mais on va voir ce qu’on peut trouver.

    Et il s’installa devant l’une des consoles du salon et pianota quelques instants. Sur l’écran défilèrent un nombre considérable de rapports sur des individus ou des groupes hors-la-loi. Il devait y avoir des milliers de missives, adressées heure par heure à Okins sous un indicatif d’emprunt Toute l’activité criminelle de la planète devait être surveillée et transitait par ce terminal.

    Cole adressa un sifflement admiratif à sa patronne, car il était certain qu’elle en était à l’origine. Le demi-sourire qu’elle lui renvoya le lui confirma.

    Le tenancier de la cantina grommela :

    _ Beaucoup trop de correspondances, il me faut filtrer davantage. Tu ne peux rien me dire de plus ? Par exemple, où a eu lieu la dernière attaque ?

    _ Tatooine, et avant cela Falleen répondit aussitôt le Gotal.

    Après de longues minutes pendant lesquelles Okins continua à consulter ses fiches, Pr’Col penché par-dessus son épaule, il s’exclama enfin.

    _ Intriguant, inhabituel et peut être intéressant !

    _ Quoi donc ?

    _ J’ai effectivement la mention ici de l’arrivée à Coronet, il y a moins de deux semaines, d’un Trandoshan accompagné d’un Quarren sur un cargo provenant de Tatooine. Les noms ne me disent rien mais ils ont pu facilement les changer.

    « Ce qui est plus surprenant c’est que dès leur arrivée ici, ils ont pris contact avec les Jelly Wombats. C’est une petite bande de délinquants devenus adultes mais qui n’a jamais réussi à s’imposer dans le milieu. Ils n’ont jamais intégré la Guilde et vivotent en multipliant les petits larcins, les escroqueries minables, le racket à la protection, ce genre d’affaires. Ils braconnent même, parfois. Mais depuis que nos deux étrangers les ont contactés, ils ont pratiquement cessé toute activité. En revanche, ils ont fait l’acquisition d’explosifs en grande quantité au marché noir. ».

    Ange, qui semblait s'être assoupie sur l’un des sofas, se détendit aussitôt comme un ressort.

    _ Insuffisant pour être certain que ce soit ceux que nous cherchons !

    Cole n’était pas d’accord.

    _ Ce faisceau d’indices semble pourtant concordant avec ce que nous savons. Je suis d’avis d’enquêter quand même. Je suis prêt à y aller seul si…

    Mais le sourire vindicatif de son Leader lui apprit qu’elle s’était jouée de lui. En détendant son corps à l’extrême avant de lui impulser une brusque montée d’adrénaline, elle avait troublé son champ électromagnétique juste assez longtemps pour que les cornes de Cole lui transmettent des informations erronées. Elle avait pu lui mentir.

    Jouissive, elle tapota l’épaule de son filleul déconfit.

    _ Bien sûr que nous allons vérifier. Ensemble. Okins, où peut-on trouver ces rats ?

    _ Mais à quoi jouez-vous, tous les deux ? s’interrogea le corellien qui n’avait rien compris à l’échange. Oh, et puis je ne veux pas savoir !

    « Sans surprise les Jelly se terrent dans le Secteur Bleu de Coronet. Ils ont investi une vieille usine de droïdes désaffectée. Je vous indique l’emplacement. »

     Quelques minutes plus tard, les deux membres de la Guilde s’approchaient du quartier délabré et vétuste, siège de la plupart des activités criminelles de Coronet. Leur chemin les amena à passer devant le Treasure Ship Row, le magasin le plus réputé de la capitale – en partie parce qu’on y trouvait aussi des marchandises peu légales. Pr’Col jeta un coup d’oeil à la vitrine et s’arrêta aussitôt.

    _ Vous pouvez m’attendre quelques minutes ? Il faut que j’aille m’acheter une arme.

    _ Pourquoi faire ? Attends… Ne me dis pas que tu n’es pas armé !

    La mauvaise humeur de la corellienne revenait au galop.

    _ J’ai laissé mon fusil au Stargazer. La police me l’aurait vite confisqué sinon. Et je n’ai qu’un couteau sur moi. Je suis très bon au couteau. Mais je préfèrerais pouvoir me défendre de loin…

    Ange fulminait.

    _ Crétin inconscient ! Se lancer dans une mission pareille sans arme ! Mais qu’est-ce que je faire de toi ! Vas-y  ! Et fais vite !

    Si le Gotal s’empressa de pénétrer dans le magasin, il sembla oublier la seconde partie de l’injonction car il ne ressortit qu’une demie-heure plus tard, un paquet dans les bras.

    Solo était prête à l’étrangler.


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le vendredi 14 octobre 2016 - 14:13

    vendredi 14 octobre 2016 - 13:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    19925 Crédits Modo

    Solo n’appréciait pas spécialement s’aventurer dans le Secteur Bleu de Corellia, préférant de loin les quartiers plus calmes et prestigieux de la capitale planétaire. Il serait toutefois erroné de justifier cette absence d’attrait par un quelconque sentiment d’inquiétude ou appréhension. Non, Ange n’avait pas peur d’arpenter ces ruelles en apparence tranquilles mais toutes aussi lugubres les unes que les autres pour un œil aguerri. Elle trouvait juste épuisant et rébarbatif de rester sur ses gardes tant qu’elle devait demeurer dans cette partie de la ville. Néanmoins, son aversion ne s’apparentait en rien au dégoût qu’elle ne rechignait pas à extérioriser chaque fois que son odorat foulait l’atmosphère de Nar Shaddaa. Cette pensée fort peu reluisante la détendit subrepticement. Au moins, ici, elle était chez elle, impression qui lui octroyait une once de bien-être dans ce lieu qui chatouillait négligemment ses penchants d’esthète.

    A quelques pas d’eux, un gamine eut la prétention de s’avancer dans leur direction. Il ne fallut pas plus de quelques secondes à la Corellienne pour remarquer les deux autres chenapans se glisser dans leur dos. Sans ciller le moins du monde, elle lui adressa ce que sa fille s’évertuait à nommer LE Regard – mélange non-verbal des menaces les plus extravagantes et dangereuses que pouvait proférer sa mère dans une situation qu’elle ne tolérait pas – à celui qui semblait être le chef. Le môme la fixa à son tour et baissa furtivement les yeux, indiquant au passage à ses camarades qu’il était sûrement plus sage de laisser tomber.

    Ange, à Cole : Sois sur tes gardes, le quartier grouille de pickpockets. Je déteste les pickpockets.
    Cole, ne quittant pas la faune locale des yeux : Venant de la Reine des cambrioleuses…
    Ange, maugréant : Mais qu’est-ce que vous avez tous avec ces foutus titres de royautés ! Vous commencez sérieusement à me taper sur le système. (Le voyant ouvrir la bouche.) Ne proteste même pas. La discussion est close. Tu n’en parles pas. Je n’en parle pas. Nous n’en parlons pas.

    Le Gotal ne dit mot, se contenant se lancer une œillade dans la direction du Leader qui n’ajouta rien non plus. La formule de son novice avait réactivé dans son esprit la dernière conversation qu’elle avait eu avec Lucio et que la dernière bouteille de Brandy avait un tant soit peu noyé désormais en vain. Elle jura intérieurement et jura une nouvelle fois en constatant que ce fichu échange ne la laissait pas indifférente.
    M*rde, Lucio.
    M*rde.


    Après une marche silencieuse d’une trentaine de minutes, Cole releva les cornes dès qu’ils se trouvèrent non loin de l’usine désaffectée et réaffectée par les Rats. Ange, sans rien dire, l’observa faire un rapide inventaire de la situation et des différentes possibilités qui s’offraient à eux quant à une hypothétique et discrète entrée dans ce lugubre lieu.

    Ange, brisant le silence : T’en dis quoi ?
    Cole, après une pause : J’en dis qu’il serait avisé de ne pas s’introduire par la grande porte.
    Ange, lui adressant un demi-sourire : On dirait pas comme ça mais c’est pas aussi vide que ça en à l’air.
    Cole, faisant fi de ne pas relever la remarque : Je vous aurais bien proposé un peu d’escalade mais la nuit n’est pas tombée et nous ne savons rien des hypothétiques systèmes de sécurité présents sur les façades extérieures. (Puis il indiqua un passage aussi étroit que crasseux.) On peut aussi faire le tour et voir ce qui se présente à nous de plus discret.
    Ange, sortant son comlink : Ou on peut gagner du temps et utiliser des contacts. Contacts non exploités, contacts sans intérêts. (Elle attendit qu’une voix décrochât et déclara :) Okins, c’est Solo. Dis-moi, tu peux nous faire un rapide topo des lieux qui entourent l’usine de nos petits copains ? Lieux de replis potentiels ? Points d’accès pour éviter d’entrer en fanfare. Envoie tout sur mon datapad, tu seras un amour.

    Elle échangea encore quelques bribes avec le prétendu barman et raccrocha.

    Ange, se tourna vers son filleul : Chacun fait comme il veut. Je n’ai pas trop laissé le hasard opérer à ma place. Tout ça, il aurait mieux valu le faire plus tôt, comme venir armer… Tu vois, ce genre de choses… Après, chacun est libre d’avancer sa date d’entrée au cimetière, cela s’entend.

    Cole se contenta d’un hochement de tête et ils patientèrent jusqu’au moment où le datapad de la Corellienne s’agita. Fronçant les sourcils, elle fit rapidement défiler le contenu des informations et délivra ensuite l’appareil à son novice. Comprenant que c’était à lui de trier les informations, il attrapa l’objet et parcourut les fichiers qui venaient d’être envoyés tandis qu’il incombait à Solo de jouer les vigies.

    Cole, après quelques instants : Là, à quelques mètres de notre position, si on emprunte une partie du réseau des égouts de la ville, on peut récupérer un ancien tunnel apparemment abandonné par les Séloniens.
    Ange : Ça me va.

    Ils s’engouffrèrent dans la ruelle citée peu de temps auparavant par Cole et, après une centaine de mètres effectuée, le Gotal et l’Humaine se retrouvèrent face à une gigantesque ouverture grillagée à travers laquelle s’écoulait un liquide dont les relents nauséabonds ne laissaient que peu de spéculations quant à ce qu’il contenait. Solo laissa un génial de circonstance s’échapper et pivota vers son novice.

    Ange, baillant : Je te laisse le soin d’ouvrir cette charmante source vitale.
    Cole, sortant la vibrolame qu’il venait s’acheter : Merci pour l’honneur.
    Ange, faisant la révérence : Mais je t’en prie.


    jeudi 27 octobre 2016 - 22:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    682 Crédits

    (post plus long avec l’autorisation d’Ange Solo)

    _ Attends ! s’exclama la corellienne, furieuse à la vue de l’arme de vingt centimètres de long. J’espère que tu plaisantes ! Tu ne m’as pas fait patienter une demi-heure simplement pour t’acheter une vibro-lame, j’espère !

    Cole ne répondit pas tout de suite. Avec sa concentration habituelle, il sondait les barreaux de la grille pour déterminer les meilleurs endroits où trancher. Pendant quelques instants, seul le bourdonnement de la lame activée troubla le silence.

    Pr’Col n’était pas dérangé par la puanteur -car dépourvu d’odorat- mais il faisait néanmoins de son mieux pour éviter les éclaboussures saumâtres. Enfin, alors que la voie commençait à être dégagée, il consentit à répondre à son Leader.


    _ Non, non, j’ai également pris de quoi me défendre à distance, comme prévu. Plus quelques autres surprises. Quant à cette lame, elle fait partie d’un lot conçu spécifiquement pour échapper aux détecteurs de la police de Corellia… et de la plupart des spatioports. C’est marchander qui m’a surtout pris du temps.


    Ange émit un grognement approbateur avant de s’engager dans le tunnel à la suite du Gotal.


    Les galeries avaient été creusées par les Séloniens, des autochtones anthropomorphes d’une planète sœur de Corellia, sortes de loutres humanoïdes qui, en dépit de leur apparence primitive, avaient maîtrisé le voyage spatial. Le complexe arpenté par les deux membres de la Guilde avait dû être établi par des migrants, ensuite délogés par les criminels du Secteur Bleu.


    Le chasseur de primes se fiait au datapad confié par Solo pour les diriger à travers le dédale de souterrains. Il ne semblait pas gêné par l’obscurité, se fiant sans doute à ses cornes pour le guider.

    L’ex-cambrioleuse n’appréciait guère d’avancer à l’aveuglette mais elle estimait plus important le fait de rester discrets et faisait confiance à son filleul pour les amener à destination.

    Aussi fut-elle désagréablement surprise lorsqu’elle l’entendit, de la tension palpable dans la voix.

    Stop ! Ne bougez plus !

    Elle se figea aussitôt et murmura :

    _ Que se passe-t-il ?

    _ Attendez juste un moment. Pas de mouvement brusque, surtout.

    Elle entendit le Gotal s’activer, comme s’il bougeait un bâton contre le sol pour pousser quelque chose.

    _ Surtout ne te presse pas pour me dire quand je peux à nouveau bouger, grinça le Leader, acerbe. Elle avait envie d’éternuer.

    _ C’est bon, il est parti.

    Ange laissa libre cours à son envie, jura et demanda finalement.

    _ Qui est parti ?

    _ Un simple serpent des plaines. La Force sait comment il est parvenu ici. Ces tunnels doivent s’étendre plus loin que nous ne le pensions. La chaleur et l’abondance des proies ont dû le convaincre d’établir son repaire ici. Ou bien il s’est perdu.

    _ Tout ça pour un serpent ?

    _ Leur morsure est douloureuse… Et il suffisait juste de le laisser passer.

    Ange jeta un regard indéchiffrable dans sa direction.

    _ Continuons, lâcha-t-elle simplement.


     Mais quelques minutes plus tard, ce fut au tour de la jeune femme de saisir brusquement le Gotal  par l’épaule pour l’arrêter dans sa marche, alors qu’il gardait les yeux rivés sur le datapad.

    _ Qu’est-ce qui se passe ? Oh ! Bien vu. J’aurais dû le remarquer avant.

    A quelques pas des deux compagnons, au niveau des chevilles et dissimulée dans la paroi, se trouvait une cellule rouge caractéristique, émettrice d’un rayon invisible dont la rupture déclenchait l’alarme. A quelques mètres devant eux se dressait enfin la porte métallique donnant sur l’usine.


     _ Tu comptes trop sur tes cornes. Elles sont parfaites pour sentir les êtres vivants et les mécanismes actifs mais moins performantes pour les pièges passifs. Sers-toi aussi de tes yeux.

    _ Noté. Je ferais davantage attention.

    L’humilité de la réponse informa Solo que le chasseur de primes s’en voulait de ne pas avoir repéré le système qui aurait pu trahir leur présence.

    Mais juste au moment où elle se disait qu’elle allait peut-être enfin pouvoir faire quelque chose de son filleul, celui-ci gâcha tout en déclarant :

    _ Vous n’avez vraiment pas volé votre titre.

    _ Je t’ai déjà demandé de ne plus aborder ce sujet !


     Cole haussa les épaules, désigna la porte métallique et, en une parodie de la révérence qu’elle même avait exécutée un peu plus tôt, lui signifia qu’il la laissait agir. Elle hocha la tête et s'approcha du panneau mais le prévint :

    _ Encore une réflexion de ce genre et je te plante là !

    Cependant le Gotal avait raison concernant la porte. En soi, elle n’était guère difficile à crocheter, mais à condition de disposer d’outils spécifiques et d’un certain savoir-faire que Cole ne possédait pas. Elle sortit de pochettes à sa ceinture les ustensiles nécessaires, qui encore à présent, ne la quittaient jamais, et s’activa. Quinze secondes plus tard, le panneau coulissa dans la paroi. 


     Cole la dépassa, ne disant rien mais avec un sourire qu’elle eut envie de lui faire rentrer dans la gorge d’un direct bien placé.


     L’usine était en fonctionnement minimal. Seules des veilleuses nimbaient les lieux d’une sinistre lueur rouge.


    A présent dans l’antre des Jelly Wombats, les deux membres de la Guilde faisaient preuve d’une intense prudence, serpentant entre machines et tuyaux, aussi silencieux que des ombres.

    Cole repéra à deux reprises des dispositifs d’alarme similaires au précédent, preuve qu’il avait retenu la leçon.


     Ils s’arrêtèrent abruptement en surprenant au-dessus et devant eux l’ombre d’une silhouette en faction.

    _ Nous pouvons facilement passer sans éveiller son attention proposa Ange.

    Pr’Col secoua la tête.

    _ Je n’en doute pas. Mais je n’aime pas laisser des adversaires derrière moi. Si les choses se gâtent plus loin, je ne voudrais pas le voir arriver dans notre dos pour nous barrer la retraite.

    Et avec une attitude de prédateur en chasse, il se prépara à avancer en cachette sur la sentinelle.


    Ange le retint par le bras et ordonna plus qu’elle ne demanda :

    _ Tu ne vas pas le tuer ?

    Il lui renvoya un regard un peu effrayant avant de le reporter sur la sentinelle et de sonder son champs électro-magnétique, affichant une expression que la corelienne ne lui avait encore jamais vue. Finalement, il déclara, avec un sourire satisfait :

    _ Ce ne sera pas nécessaire.

    Et il se libéra doucement de la poigne du Leader.


     Il se faufila jusqu’à une trentaine de mètres de sa cible, prenant garde à ce qu’il n’y ait pas d’autre système d’alarme ou de sentinelle dont il n’aurait pas perçu la présence. Puis il leva vers sa proie un objet qu’Ange ne reconnut pas tout de suite. Elle n’entendit qu’un très discret « Twong ! », ne vit qu’une mince ombre filer vers le garde, avant qu’il ne s’écroule, parcouru de soubresauts.

    Elle rejoignit le Gotal qui tenait une arbalète primitive. Il la rechargeait avec un projectile un peu plus avancé technologiquement.

    _ Carreau électrique, répondit-il à sa question muette.


     Ils poursuivirent leur progression. En dépit des plans transmis par Okins, il était impossible de savoir où se trouvait Yuussk et le reste des Jelly Wombats. Aussi gagnèrent-ils les passerelles les plus élevées pour avoir une meilleure vue des environs et surplomber les chaînes de montage.

    Ils repérèrent au loin une zone de l’usine dans laquelle l’éclairage avait été rétabli et s’orientèrent dans cette direction.


     Sur le chemin, ils croisèrent trois autres sentinelles qui furent neutralisées aussi aisément que la première. A chaque fois, Cole les ligotait et baillonnait grâce à une autre de ses récentes acquisitions, un tube de gel adhésif qui se solidifiait au contact de l’air. Il dissimulait ensuite les corps dans des endroits où ils avaient peu de chances d’être découverts. Et à chaque fois, il récupérait les carreaux utilisés -il ne disposait que de cinq projectiles- et les rangeait dans un carquois attaché à sa cuisse et faisant aussi office de station de rechargement.


     Ange le regardait se démener avec efficacité, mais le Gotal sentait qu’elle était plus distante. Elle n’avait pas apprécié que Pr’Col hésitât avant de décider s’il allait ou non abattre la sentinelle. Et à chaque fois qu’ils croisaient un nouveau garde, la tension de la jeune femme grimpait en flèche et elle scrutait ses gestes avec une nervosité dérangeante.

    Pourtant, Cole ne lui avait en rien caché la raison pour laquelle il avait quitté les Rangers Antariens pour intégrer la Guilde. Peut-être n’avait-elle pas appréhendé avec assez de justesse la détermination du Gotal à accomplir ce qu’il estimait être son Devoir ?



    Il n’en restait pas moins que cette mission en binôme avec une personne connue pour « ne  pas tuer », son supérieur qui plus était, pouvait à terme amener à des conflits.

    Pour le moment, la Force fut louée, tous les Wombats rencontrés par le duo n’étaient que de jeunes adultes égarés, parfois brutaux ou malfaisants, mais sans que ces caractéristiques ne revêtent un aspect irrémédiable et absolu.

    Pr’Cole priait pour que cela continuât. Dans le cas contraire, s’il devait y avoir une contradiction entre son engagement dans la Guilde et l’obéissance qu’il devait à Solo d’une part, et ses propres convictions d’autre part, le chasseur de primes ignorait ce qu’il se passerait.


     Ils arrivèrent enfin en surplomb de l’endroit duquel émanait la lumière. Contrairement à ce qu’ils avaient pensé, l’éclairage d’origine n’avait pas été rétabli. La lumière provenait en fait de deux puissants projecteurs diffusant une clarté blanche sur les lieux.

    Près de quinze mètres au-dessous des membres de la guilde, une dizaine de personnages, humains pour la plupart, se tenaient rassemblés devant une estrade fabriquée de bric et de broc. Un Trandoshan s’adressait à l’assemblée. Un peu en retrait derrière lui, sur le côté, un Quarren attendait.


     _ Vous zavez bien travaillé, clama le mercenaire reptilien revêtu d’une armure de combat légère. Bientôt, nous montrerons à tousss que l’hégémonie de la Guilde est terminée et que l’avenir appartient aux indépendants audasssieux comme les Jelly Wombats. Nôtre organizzation est encore petite, mais elle croîtra et les chacals de Myrkr apprendront à redouter votre nom !

    « Vôtre gloire commence ce sssoir ! Nous paralyzzeront les capassités de transsport de la Guilde dans le secteur corellien en les privant de leur présssieux carburant et nous emparerons de ce sssecteur capital ! Grâssse à cet exploit, beaucoup nous rejoindront… C’est ainsi que naisssent les empires ! »

    « Mersssi à vous, courageux frères… SSelui du moule duquel j’ai été tiré aurait été fier de voir de voir que nous poursssuivons son œuvre… A présent, retournez à votre labeur ou à votre répit ! Les préparatifs doivent être achevés et vous devez être prêts et en bonne condition pour l’opérasssion de sse ssoir ! ».

    _ Bravo Yuussk ! On réussira Yuussk ! Bossk serait fier ! clama l’assistance avant de se disperser, motivée par le discours.


     _ Une foutue imposture si je sais en reconnaître une, lâcha Ange à voix basse, dédaigneuse. Ces amateurs sont des crétins s’ils pensent que faire exploser nos dépôts suffirait à stopper notre activité dans le secteur. Quant à Bossk, jamais il n’aurait tenté de s’attaquer à la Guilde. Il n’avait même pas de grief particulier contre elle !


    Cole ne lui répondit pas, son attention fixée au-dessous de lui. Un rapide sondage avec ses cornes lui avait confirmé que les Wombats restaient des voyous sans envergure. Les deux autres  personnages, en revanche… Le clone lui semblait singulièrement raide par moment, et d’étranges signaux se surimposaient parfois au champ électro-magnétique du mercenaire. Quant à celui du Quarren...

    _ Rapprochons-nous…


     Et il se lança dans des manœuvres acrobatiques pour se positionner juste sur les échafaudages portant les gros projecteurs. Solo n’eut aucun mal à le suivre. Elle désapprouvait cette prise de risque. Mais ce n’était ni l’endroit ni le moment de tancer son filleul dont l’expression ne lui disait rien qui vaille.

    De là où ils se trouvaient ils pouvaient néanmoins entendre ce que se disaient le Trandoshan et le Quarren.

    Ce dernier, revêtu d’une longue robe sans ornement, les mains jointes mais cachées sous les amples manches, félicita Yuussk d’une voix tremblotante, liquide.

    _ Très bien, Voross. Ils vous mangent dans la main comme prévu. Comme les autres avant eux.

    _ Sse ne ssont  pas des combattants… A peine plus que des rejetons…

    _ Mais ils servent admirablement nos… vos desseins, protesta le conseiller à face de pieuvre.

    _ Je ne veux pas les voir mourir comme les zautres…

    _ Nous avons déjà évoqué le sujet. On n’obtient pas d’oeufs de Rikknit sans moissonner les nids. Vous voulez vous venger de la Guilde, non ?

    _ Pas comme sssa…

    _ Mais vous avez cherché mes conseils et je vous ai donné la marche à suivre. Partez donc si cela vous déplaît tant !

    _ Comme ssi vous me laisssiez le choix… termina Yuussk avec un fatalisme qui n’échappa pas aux oreilles de Cole.


     _ Voross ??! souffla Ange, stupéfaite. Et actionnant son comlink :

    « Okins cherche-moi toutes les occurrences sur un trandoshan appelé Voross, en recoupant les informations avec les noms de Bossk et Yuussk ! Rappelle-moi dès que…

    Le Leader s’interrompit en constatant à quel point Cole affichait une expression fermé et déterminée.


    Le Gotal se saisit d’un carreau que la cambrioleuse reconnut instantanément comme différent des précédents. Pr’Col chargea son arbalète et amena son arme au niveau des yeux pour mieux viser. Son intention était évidente.

    Alors même qu’il pressait la détente, Ange lança par réflexe son bras pour détourner le tir et le carreau partit dans les hauteurs avant d’exploser dans une déflagration suffisante pour ébranler les échafaudages.

    _ Crétin ! Abruti dégénéré ! T’as perdu le peu qu’il te restait de cervelle ?


     Tous les regards se tournèrent vers eux. Le Quarren, les yeux écarquillés se contenta de crier :

    _ Yuussk !

    Comme à  contre-coeur, le trandoshan réagit, avec un temps de retard cependant.

    _ Des intrus ! Frères, arrêtez-les !

    Puis, après un instant d’hésitation, comme s’il écoutait des paroles que lui seul pouvait entendre, il ajouta :

    « Relancez l’usine ! Activez les droïdes ! »

    L’un des Jelly Wombats se précipita vers un pilier duquel saillait un énorme bouton jaune qu’il pressa de toutes ses forces.


     Aussitôt, toutes les lampes s’allumèrent, aveuglant l’assistance. Un vrombissement, confirma la remise en route des générateurs. Des cliquètements annoncèrent le déclenchement des mécanismes. Bientôt, un brouhaha de tapis roulants en fonctionnement, de sifflements de machines, de chocs retentissants alors que les pièces étaient assemblées les unes aux autres acheva de désintégrer le presque silence qui régnait dans les lieux moins de cinq minutes plus tôt.


     Les cornes saturées par un déluge d’informations parasites, le paysage sensoriel de Cole Pr’Col se résuma à une tempête de neige statique, le privant de tout repère.

           Il s’effondra sur lui-même, au bord de l’inconscience.


    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le lundi 31 octobre 2016 - 14:59
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le lundi 31 octobre 2016 - 15:02
    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le mardi 08 novembre 2016 - 10:23

    lundi 31 octobre 2016 - 14:16 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

PSW Vidéo

Star Wars VIII

Les Derniers Jedi dans...

En salle !

StarWars Story

Han Solo dans...

En salle !

Publicité

Chargement…

Evénements

Générations Star Wars & Science-Fiction
Générations Star Wars & Science-Fiction

Cusset
29 avril 2017 - 30 avril 2017

May the 4th
May the 4th

l'Odyssey (Paris)
04 mai 2017

Soirée Star Wars à Disneyland
Soirée Star Wars à Disneyland

Parc Walt Disney Studio
05 mai 2017 - 06 mai 2017

AnimaGeek 3.0
AnimaGeek 3.0

Forges-les-Eaux (76)
06 mai 2017 - 07 mai 2017

Paul Kasey en dédicaces chez Pulp's
Paul Kasey en dédicaces chez Pulp's

Pulp's Toys Paris
14 mai 2017

Geek Days
Geek Days

Lille Grand Palais
20 mai 2017 - 21 mai 2017

Kiwanis Force Event
Kiwanis Force Event

Tourcoing-Neuville
27 mai 2017 - 28 mai 2017

Anniversaires

nés un 30 avril...

Chargement…

en partenariat avec
Sport Saber League
Gastronogeek
MintInBox
Hong Kong Style
Rebel Legion France
Star Wars Collection
La 59ème Légion
Pulps
La Grande Récré Star Wars
501st French Garrison
Dagoma
Science Fiction Archives
Star Wars Holonet Radio Disney Club Le Réveil des Fans Captain Collectoys ASFA STAR WARS RPG


Planète Star Wars

Votre navigateur n'est pas compatible avec le site.
Merci de le mettre à jour grâce aux liens ci-dessous :
Chrome - Firefox - Internet Explorer