Fanfiction [JDR] - Résister (page 18)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12147 Crédits

    Chapitre 32 

    Deux jours plus tôt…

    Lorsque Kinsan rentra à la maison, il se sentait sali. Prétextant la fatigue d’une longue journée de travail pour s’isoler, il capta toutefois le regard de sa fille qui l’observait d’un air inquiet. Kinsa… C’était pour elle qu’il faisait ça. Mais elle ne pouvait pas le savoir, pas tout de suite en tout cas, pas avant que les années passent et que les Résistants aient renversé les Death Watch depuis un certain temps. Alors, il lui dirait, et elle ferait ce qu’elle voudrait de cette information : peut-être qu’elle le détesterait, peut-être qu’elle comprendrait ses raisons. Mais maintenant, il se contenta de lui sourire difficilement et d’aller se « reposer ». Il espérait que la Résistance ne préparait pas de grande opération, ce qui aurait été risqué après la manœuvre d’Ejar… Ejar. Heureusement que les Death Watch ne lui avaient pas demandé s’il connaissait l’assassin de Kad Vizsla. Il était une des rares personnes à connaître la véritable identité du père des jumeaux, et savait pertinemment que s’il le dénonçait, Ejar mourrait. Il n’avait qu’à garder ce secret pour aussi longtemps que ce marché durerait.

    Présent

    Kinsa était pensive. Les activités de la Résistance à Sundari étant mises en pause jusqu’à ce que tout se calme suite à la mort de Kad Vizsla, elle n’avait plus le droit de s’entraîner dans les souterrains avec ses amis ; et de manière générale, ils évitaient les rassemblements qui auraient pu paraître suspects. Alors, elle s’ennuyait. Parfois, elle sortait dans la rue, et c’était lors de l’une de ces brèves promenades qu’elle avait croisé un Jaxx abattu. Même en considérant toute la colère qu’elle avait amassé contre lui, elle n’avait pas pu s’empêcher d’éprouver de la compassion pour lui en le voyant…brisé. Personne ne méritait de perdre ses parents : elle-même ne savait pas ce qu’elle ferait si cela lui arrivait. 

    Pour s’occuper, la jeune Twi’lek lançait en l’air un caillou qu’elle avait ramassé un jour dans la rue et qui traînait dans sa chambre depuis. Jeter, rattraper. C’était une régularité presque rassurante, le fait que peu importe la force qu’elle imprimait à la pierre, elle finissait toujours par retomber dans sa main. 

    Soudain, quelqu’un frappa à la porte. Un peu exaspérée d’être dérangée, elle lâcha un laconique « Entrez ». Mais lorsqu’elle se rendit compte qu’il s’agissait de Freyler et de Lidije, elle se redressa immédiatement et se força à mettre un sourire sur son visage. Toutefois, ils ne furent pas dupes.

    - Tu t’ennuies ou tu es en colère ? demanda Lidije, s’asseyant à côté d’elle. Parce que là, je viens d’avoir droit à l’intégrale de Jaia, Miru et de ma mère qui ont fait une petite réunion de famille, et ils étaient remontés. 
    - Sans blague…soupira Freyler, qui s’allongea sur le sol. Chez nous aussi, c’est tendu.

    Kinsa soupira.

    - Mon père agit bizarrement aussi… En fait, je crois que tout le monde est frustré. Les nouvelles règles augmentent le risque qu’on se fasse prendre, et qu’on…

    …meure, compléta t-elle mentalement, sans pouvoir prononcer le mot à voix haute. Oh, bien sûr, en tant que Mandalorienne, elle avait appris que la peur de la mort était futile. Mais ça ne voulait pas dire qu’elle avait envie de partir… Un instant, les trois amis se regardèrent, silencieux. Aucun mot ne pourrait décrire cette espèce d’attente découragée, où on patientait sans but, pour les choses se calment. Mais se calmeraient-elles jamais ? Finalement, Kinsa reprit la parole :

    - Honnêtement… Je sais pas si je veux pleurer ou frapper quelqu'un. 
    - Dans le doute, fais les deux, conseilla Freyler.
    - Aucun des deux ne servira à grand-chose… Mais fais-toi plaisir, termina Lidije, toujours la plus raisonnable des trois.

    Encore un silence. 

    - Je crois qu’on est tous d’accord pour dire que la situation craint, résuma le Nautolan. Pas de réunion… Pas d’opération… Tout le monde qui suspecte tout le monde… 
    - Vous pensez qu’on sera libres, quand on sera adultes ? demanda soudain Lidije. 

    Les deux autres la regardèrent, étonnés par la question. Ce n’était pas le genre d’interrogation à laquelle on pouvait apporter une réponse claire et définitive… Pour eux, la liberté, c’était…un concept assez lointain, dont ils n’avaient qu’une idée partielle. Quelque chose qu’ils n’avaient jamais eu, mais qu’ils espéraient avoir. Peut-être ce serait un sentiment de détente quand ils marchaient dans la rue. Ne plus avoir à toujours surveiller l’espace autour de soi. Pouvoir dire ce qu’ils voulaient sans craindre d’être arrêtés, voir la galaxie.

    - Oui… J’espère…lâcha Kinsa au bout d’un moment. Qui sait, peut-être qu’on explorera la galaxie ensemble ! 

    Lidije acquiesça, un sourire aux lèvres.

    - Découvrir de nouvelles espèces…
    - Représenter les Mandaloriens, enchaîna Freyler.
    - Libérer des planètes…finit la Twi’lek.

    Elle ne se rendit compte que trop tard de ce qu’elle avait dit : sa dernière phrase brisa le bref moment de magie qui s’était installé. Ils pouvaient toujours rêver… Pour le moment, ils étaient bel et bien coincés sur Mandalore. 

    Au même moment, dans la maisonnée Tepal…

    - C’est mauvais…maugréait Miru en faisant les cent pas.

    Assise non loin de lui, sa sœur Jaia leva les yeux au plafond. Cela faisait presque une heure que le chef de la Résistance faisait partager son humeur morose à son clan, à l’abri des oreilles Death Watch, et elle en avait assez de le voir énumérer toutes les choses qui n’allaient pas. 

    - Je crois qu’on a compris, Miru, pour la dixième fois, fit-elle. Mais c’est inutile de s’apitoyer sur notre sort.
    - Donne-moi un seul bon côté de la situation !

    Elle haussa les épaules.

    - On est en vie. 
    - Génial, ironisa t-il. Génial. C’est vrai que quand on y pense, tous nos problèmes sont résolus.

    Jaia soupira. Miru venait d’entrer dans ce fameux état qu’elle connaissait bien : la troisième étape de la défaite. D’abord, il était déprimé, ensuite il se mettait en colère, ensuite il commençait à en vouloir à la vie, à la Force, et à désespérer. Quand il entrait dans cette phase-là, il n’y avait qu’un seul remède qui marchait : la gifle, ou une douche d’eau froide pour lui faire reprendre ses esprits. N’ayant pas de seau de glace à sa disposition, elle opta pour la première option. Aussitôt, son frère porta la main à sa joue, où une marque rouge était restée, et la regarda avec de grands yeux.

    - Aïe ! Jaia ! Ça va pas ou quoi ?
    - Non, ça va pas ! Maintenant, tu vas me faire le plaisir de te ressaisir ou je t’en mets une autre ! 

    Encore un peu sonné, Miru hocha la tête. Il savait que ce n’était pas une bonne idée d’énerver sa sœur, même si elle était sa cadette : elle était aussi dangereuse que lui. Sous son regard sévère, il s’assit à côté d’elle, et inspira un grand coup. Il devait se convaincre qu’il saurait gérer cette situation, malgré toutes les contraintes en jeu. D’une certaine manière, Jaia avait raison : tant qu’ils étaient en vie, ils pouvaient s’en sortir.

    dimanche 09 juin 2019 - 21:51 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11005 Crédits

    Rien de bien long à dire, ce chapitre est intéressant et bien fait. On en apprend un peu plus sur Kinsa, son père, ses amis et ses rêves d'enfance. On se rend compte que la vie sur Mandalore n'a rien de bien gaie comparée à d'autres mondes plus au centre galactique (ce qui ne veut pas dire que tout est beau là-bas). Mais comme dit précedemment, on sent que la prochaine étincelle mettra un feu bien plus dévastateur aux poudres et qui sait, va-t-on voir débarquer en force un chevalier cyborg natif et revenu de loi...

    Petite question : à quand une nouvelle manifestation des pouvoirs de Kinsa ?

    I LIKE (trains) ! et le petit pouce bleu du plaisir

    lundi 10 juin 2019 - 11:22 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2024 Crédits

    Je n'avais pas réagi au post précédent, ne trouvant rien à dire.

    Mais ajouté à celui-ci... Je trouve que tu caractérises et en même temps (vade retro macronus) nuance mieux tes personnages.

    J'aime bien aussi la manière dont tu exposes que la privation de liberté, ce n'est pas que la prison, mais une pression de tous les instants. Certes  tu le  dis tout au long de "Résister" (jusqu'à son titre) mais là tu parviens à le faire ressentir.

    Enfin, à nouveau, on perçoit mieux comment Jaïa a pu devenir Mandalore.

    Bravo.

    mardi 11 juin 2019 - 15:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12147 Crédits

    Regarde la date du dernier chapitre. Voit que c'était six mois auparavant. Désespère en silence et s'applique à travailler à nouveau sur cette histoire, motivée par The Mandalorian.

    Chapitre 33

    171 ap B.Y.

    Cela faisait six mois. Six mois qu’il informait les Death Watch des rares actions que la Résistance avait le pouvoir de mener. Oh, bien sûr, tout était calculé, juste assez pour que Lyov Beviin ne suspecte pas qu’il occultait volontairement certaines choses, qu’il mettait sur le compte du cloisonnement d’informations, et le moins qu’il puisse pour sauver la vie de plus de Résistants possibles. Une telle attitude était épuisante : il fallait sans cesse peser pour le pour et pour le contre, sans cesse lutter contre la culpabilité…et la peur d’être pris. Car il savait que si quelqu’un découvrait ce qu’il faisait… Non. Il ne pouvait pas penser à ça. Pas quand les Faucons l’avaient convoqué pour une raison inconnue, et qu’il avait dû couvrir son absence par une excuse dont il n’était pas entièrement certain qu’elle avait fonctionné. 
    Le lieu de rendez-vous était, comme à l’ordinaire, une ancienne usine à quelques kilomètres de Sundari. A chaque fois qu’il sortait de la ville, il avait l’occasion de contempler la destruction qui s’était à plusieurs reprises abattue sur la planète et qui n’avait rien épargné. Il était difficile de savoir qu’est-ce qui était de la faute de qui, ou quand le ravage s’était produit. Ces terres calcinées, arides, Kinsan savait qu’elles avaient été un jour vertes et luxuriantes, même si cela remontait à des siècles. A croire que son peuple était bien plus résistant que leur planète… Mais beaucoup avaient péri, et beaucoup continuaient à périr. 
    La situation aurait pu être si différente, songea-t-il, si seulement l’obsession du pouvoir n’était pas la seule chose qui animait les Death Watch. A vouloir tout contrôler, pire, à effacer toute l’Histoire qui ne convenait pas à leur vision étriquée, à oublier certaines valeurs fondamentales, ils avaient fini par affaiblir l’âme de Mandalore. Sans compter leurs exactions contre plusieurs clans importants, dont beaucoup avaient été décimés. Pourquoi avaient-ils fait cela ? Il était inutile de se combattre entre frères. 
    Dans l’usine, Beviin n’était pas le seul à l’attendre : cette fois, deux autres membres de son clan l’accompagnaient. Le sang de Kinsan ne fit qu’un tour, et il vérifia mentalement qu’il était bien armé. Auparavant, leurs rencontres ne s’étaient faites que de manière équilibrée, un Mandalorien de chaque côté. Ce jour-là, si les choses dégénéraient, il n’aurait aucune chance. 
    - Mes camarades sont là en paix, précisa Lyov. 
    - Alors, pourquoi sont-ils là ? 
    - Je leur ai parlé de toi, bien sûr ! Je te présente Oyda et Kaj. 
    Les deux autres Beviin le saluèrent sèchement. Même sous leurs casques, il pouvait sentir qu’ils n’étaient pas particulièrement chaleureux à son encontre. Après tout, ils étaient ennemis. Pourtant, ils n’apparaissaient pas menaçants non plus. 
    - Je n’ai pas besoin d’informations aujourd’hui. Si nous sommes ici, c’est pour parler.
    - Alors, parlez, s’agaça Kinsan, fatigué de ces vains jeux d’esprit.
    Il crut deviner un mince sourire sur le visage du Death Watch. 
    - Comme tout bon Mando’ade, ta loyauté est à ta famille. C’est également mon cas. En un sens, nous ne sommes pas si différents. Et nous pouvons avoir un objectif commun. 
    - Je ne partage aucun objectif avec des Death Watch, encore moins des Death Watch qui utilisent le chantage pour arriver à leur fin. 
    - Et si je disais que les Faucons Rouges sont en désaccord avec beaucoup de points de la politique du Seigneur ? Contrairement à ce que la Résistance semble penser, nous ne sommes pas des copies conformes les uns des autres. Nous sommes capables de réfléchir à ce qu’il nous est demandé de faire.
    Des Death Watch qui remettaient en question des ordres ? Première nouvelle. Mais les Faucons Rouges étaient différents de leurs pairs. Ils avaient beau apparaître aux côtés des grandes instances lors des évènements officiels, personne ne connaissait leurs fonctions. Sans doute étaient-ils des sortes d’espions. 
    - Tout particulièrement, la position du Seigneur sur l’autarcie de Mandalore nous dérange. Nous voyons plus loin – littéralement et métaphoriquement. Les Mandaloriens sont un peuple de conquérants, mais certains voudraient nous restreindre. Même l’espace que nous occupions auparavant ne nous est plus accessible. La situation actuelle est une véritable honte. Disons que si…je devenais Mand’alore, elle changerait. 
    Kinsan croisa les bras. Il n’avait aucune sympathie pour Lyov Beviin, et il doutait qu’il ferait un bon Mand’alore, avec ses méthodes…inconventionnelles, et basées sur la manipulation. En ce sens, Miru serait un bien meilleur choix. 
    - La seule chose qui pourrait légitimer un Mand’alore au-dessus du Seigneur serait le darksaber, fit-il remarquer. Et je doute que vous l’ayiez en votre possession.
    - Tout le monde sait qu’il a été perdu depuis des décennies, rétorqua Lyov.
    Il était assez ironique de penser qu’un sabre laser avait fini par devenir un symbole Mandalorien, et pourtant, celui qui dégainait le darksaber pouvait prétendre à la prestigieuse position de leader de leur peuple. Cependant, sa trace avait disparu bien avant l’arrivée des Death Watch au pouvoir, et la seule hypothèse que Kinsan pouvait hasarder sur sa localisation était qu’il n’était pas sur la planète – sinon, le Seigneur se serait empressé de s’en emparer. 
    - Que comptez-vous faire ? Et surtout, pourquoi est-ce que vous me dites tout ça ? 
    Il avait du mal à discerner les intentions de l’imperturbable chef des Faucons Rouges. Comptaient-ils faire sécession ? S’allier à la Résistance ? Lorsqu’il leur posa la question, Lyov secoua la tête.
    - Je tenais à te signifier que nous ne sommes pas autant tes ennemis que tu le penses, Kinsan Talik. Crois-moi, la Résistance fait tout autant honte à Mandalore à mes yeux, et je ne veux pas vous voir gagner cette guerre. Mais je sais reconnaître du potentiel. Tu es intelligent, et tu n’hésites pas à faire ce qui doit être fait. Mon avis est que tu mérites mieux que la Résistance. 
    Kinsan fronça les sourcils. Quoi, essayaient-ils discrètement de le recruter ?
    - Je n’attends pas de réponse tout de suite. Réfléchis à mes paroles d’ici la prochaine fois.
    Malgré lui, il acquiesça et les quatre Mandaloriens se séparèrent. Même s’il ne voulait pas se l’admettre, ces quelques paroles changeaient tant de choses… Le fait qu’il y ait des dissensions silencieuses au sein des Death Watch était une grande nouvelle, mais il ne pouvait la communiquer à ses camarades sans qu’ils lui demandent comment il avait obtenu cette information. Un instant, il songea à tout leur dire, mais se ravisa immédiatement. Ejar ne lui pardonnerait jamais s’il apprenait qu’il avait accepté de collaborer. 
    Mais alors qu’il prenait le chemin du retour, une seule pensée tournait dans son esprit.
    Méritait-il vraiment mieux que la Résistance ?



    Concentrée, Kinsa termina de reproduire le dernier enchaînement de coups que Jaia lui avait enseigné la veille. Il était assez complexe et nécessitait un certain temps pour être assimilé, mais elle avait une bonne mémoire et une facilité pour ce genre de chose qui dépassait celle de ses camarades. Petit à petit, ses mouvements se faisaient plus précis, moins juvéniles, et elle n’hésitait plus au moment de frapper. Kinsa avait l’impression que ses réflexes s’étaient améliorés de manière spectaculaire, et rivalisaient à présent avec ceux de combattants tels que Miru. Elle était encore loin de pouvoir se comparer à eux au niveau de la technique et de la force, mais elle faisait des progrès. 
    Elle s’étira. S’entraîner seule avait sa préférence. Sans des yeux qui scrutaient ses moindre mouvements, elle se sentait plus à l’aise qu’avec des gens qui l’observaient. Pour elle, s’entraîner avait quelque chose de privé. Bien sûr, elle aimait partager ce genre de moment avec ses amis, mais elle préférait être seule dans ce genre de situation. 
    Ces enchaînements avaient quelque chose de beau. Chez les Mandaloriens, le combat était élevé au rang d’art, et Miru disait sans cesse qu’on en apprenait beaucoup chez quelqu’un en observant la manière dont il se battait. Parfois, elle se demandait ce qu’on voyait en elle lorsqu’elle affrontait ses camarades. Percevaient-ils la distance qu’elle ressentait parfois entre elle et la plupart des Mandaloriens ? Car elle sentait bien qu’elle était différente.
    Alors qu’elle se déplaçait pour aller boire une gorgée d’eau, elle heurta une étagère sur laquelle était posée un blaster. Alors que l’arme tombait, elle tendit la main par pur réflexe, et à sa grande surprise, le blaster s’immobilisa en pleine descente. Lentement, il remonta jusqu’à la main qu’elle avait tendue. Kinsa, tétanisée, ne put que fixer ses mains. Ce genre d’incident se faisaient de plus en plus fréquents ces derniers temps…mais jamais aussi forts. D’ordinaire, il s’agissait seulement d’un objet qui ralentissait anormalement sa course ou d’un coup qui se retrouvait bien trop puissant par rapport à sa force. Elle se souvenait aussi de ce qui était arrivé lors du combat entre elle et Jaxx…où le jeune garçon s’était retrouvé expulsé d’elle sans aucun contact physique. Ce genre de manifestations la fascinaient autant qu’elles l’effrayaient, d’autant plus qu’elles étaient incontrôlables. Elle n’en avait jamais parlé à personne. Qui pourrait l’écouter raconter des choses aussi étranges ? D’autant plus qu’elle ne savait pas comment aborder le sujet, même si elle décidait de se confier à quelqu’un. 
    Elle ignorait tout, et pourtant, elle était sûre d’avoir déjà entendu parler d’une capacité similaire. Entendu parler, ou…lu. Comme montée sur ressorts, elle se redressa et alla chercher un des holo-livres de l’histoire de Mandalore qu’elle possédait. Elle trouva le passage qui l’intéressait après quelques minutes de recherche. Les grandes guerres Jedi-Mandaloriennes… Quand elle était plus jeune, ses amis et elle avaient entendu sa mère en parler comme des grands guerriers et des défenseurs de la liberté, ce qui n’avait pas manqué de la faire rêver. Mais dans ce livre, ils étaient décrits très différemment…

    Les Jedi et leurs frères ennemis, les Sith, sont deux faces d’une même pièce. Les deux cherchent à asseoir la domination de leur Ordre sur la galaxie, à lui imposer leur philosophie et manient la même énergie qui leur permet d’acquérir une puissance perverse et lâche. Ils ne prennent pas la peine de toucher les objets pour les faire se mouvoir et refusent tout combat honorable. Ils possèdent également la capacité de manipuler l’esprit d’autrui et de le transformer en pantin à leur service. De plus, les Jedi, millénaires ennemis des Mando’ade, ont pour tradition d’enlever les nourrissons à leur famille pour leur laver le cerveau – ainsi, lorsqu’ils grandissent, leurs apprentis n’ont guère le choix. Quant aux Sith, ils sont retors, manquent cruellement d’honneur et détruisent tout sans discernement sur leur passage. 

    Le sang de Kinsa se glaça, et elle l’éteignit rapidement, le souffle court. Elle ne voulait pas devenir comme eux… Mais et si ce pouvoir la prédestinait à cet avenir ? Si elle n’avait d’autre choix que d’être une Jedi ou une Sith ? Sa famille risquait de la renier, et… Et si elle faisait du mal à un de ses proches ? S’il le découvraient et qu’elle devenait une dar’manda ? 
    Paniquée, elle commença à faire les cent pas. Elle ne voulait pas, elle ne voulait pas, elle ne voulait pas… Après avoir jeté un coup d’œil méfiant à ses mains, elle les cacha. Les autres ne devaient jamais découvrir son pouvoir, peu importe l’avantage que cela pouvait représenter en combat. A l’avenir, elle devrait redoubler de prudence pour ne pas faire de gaffe comme celle du blaster, sinon ils devineraient. Même si les signes ne trompaient pas, elle était Mandalorienne, elle n’avait rien à voir avec tout ça, elle ne voulait pas être une ennemie de sa famille… 

    mercredi 01 janvier 2020 - 21:18 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11005 Crédits

    Décidément, que de soucis et que de dilemmes. D'abord le père qui commence à se faire embobiner avec "mieux que la Résistance" au point de douter sur son combat, ensuite la fille qui prend peur de ses premières manifestations et croit à ce que raconte l'holo-livre sur les conflits Jedi-Mandaloriens. La différence d'opinion et les idées reçues entre deux organes est souvent un cas compliqué. Mais on peut comprendre ce que ressent Kinsa quand elle lit de telles choses et tient à ne pas se faire chasser par sa propre famille.
    Dans l'ensemble, ça va il n'y a rien à redire. C'est toujours aussi lisible et intéressant à découvrir.

    I LIKE (trains) ! et le petit pouce bleu qui fait plaisir^^

    jeudi 02 janvier 2020 - 11:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2024 Crédits

    Je lis toujours ^^

    Même avis que Galen, pas de commentaire particulier, mais c'est bien.

    Si...C'est moi,où tu recules le moment où tu devras te plonger dans les instants critiques ?

    mardi 28 janvier 2020 - 15:18 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

250 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide