R2D2 vous signale une erreur. Vous devez être identifié pour voir la page que vous avez demandé. Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou vous inscrire au fanclub.

Inscrivez vous !
  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Aynor

    Aynor

    9445 Crédits

    **Casino Royal**

    Deux jours après l'arrivée d'Otto Pontus et d'Aynor Alask sur Oseon 6845,
    Dans l'un des casinos bordant la grande Esplanade.


    ~ Ambiance ~

    Aynor – Vous semblez songeur Otto.
    Otto – J'étais en train d'imaginer celui ou celle qui souhaitera raconter notre aventure. Il s'attendra sans doute, avec une Jedi de la partie, à être plongé dans un entrelacs d'intrigues palpitantes et de combats féroces. Voilà deux jours que nous sommes ici, sans compter ceux passés à Boonta, et qu'avons nous appris ? Rien. Ce n'est pas faute d'avoir écumé les casinos, les marchés et les cantinas. Loin de moi l'idée de douter de vous, je sais que les Jedi voient des choses que nous ne voyons pas mais …
    Aynor – Mais vous devriez faire plus attention au jeu, vous êtes en train de perdre.

    Les grands yeux noirs du nautolan fixèrent de toute leur intensité ceux de la twi'lek et ses lèvres émaciées restèrent closes. Aussi grande que pouvait être la confiance du sénateur pour son amie, la tangibilité de la Force lui échappait comme à tout les non-sensitifs et il était fort circonspect. Comment pouvait-elle prendre tout cela à la légère ?

    Otto Pontus était désemparé. Il faut dire que le sénateur, un peu trop confiant, avait déposé jusqu'à son dernier crédit pour suivre la mise et qu'il n'avait plus grand chose d'autre que ses vêtements à mettre en jeu, aussi ne pouvait-il même pas espérer sortir de la partie au prochain tour car il devrait alors verser des crédits dans le pot. Sa situation ne s'améliorerait pas davantage s'il venait à perdre. Sa seule solution était de remporter la manche.

    Otto demanda à tirer une carte dans la pioche, ce qu'il fit en extrayant du paquet une carte nommée le Malin, ramenant sa main à 15 là où elle était de 30. Il décida de bloquer cette main en mettant ses cartes dans le champ d'interférence, et en priant pour que les dieux du jeu soient avec lui. Ce ne fut malheureusement pas le cas.

    Droïde – Messieurs, le pot du Sabacc est toujours à gagner pour une prochaine manche.

    Deux cartes furent de nouveau distribuées à chacun des participants, au nombre de six, et le droïde désigna celui qui devait lancer les paris. Un gros bonhomme - probablement humain mais rien ne permettait de le confirmer tout à fait - plaça sur la table devant lui quelques plaques de crédits.

    Droïde – Les paris commencent à 15.000 crédits.

    Tous se jaugèrent du regard, le plus souvent sans rien laisser transparaître tel que ce Kubaz derrière ses lunettes rondes lui donnant des airs de pilotes de fonceur. Il fut d'ailleurs le premier à suivre la mise en déposant à son tour des plaques de crédits, toutefois le droïde intervint.

    Droïde – Désolé Monsieur, ces crédits ne sont pas valides. Je suis navré mais je suis dans l'obligation de les refuser.

    Tous se tournèrent vers le Kubaz.

    Kubaz, agacé Bien sûr qu'ils sont valables !
    Autre joueur – Ne faites pas d'esclandre, si vous n'avez plus de quoi poursuivre retirez-vous, et ne nous faites pas perdre notre temps.
    Kubaz – Mêlez-vous de ce qui vous regarde. Droïde, appelle le gérant de la salle.
    Droïde – Bien monsieur.

    Le gérant de la salle fit son apparition et après quelques pour-parlés qui restèrent secrets l'affaire fut réglée et le Kubaz put poursuivre. Les autres joueurs misèrent également à l'exception de l'un d'entre eux qui se retira, non sans avoir préalablement versé 2000 crédits au pot du Sabacc. Ce fut au tour d'Otto Pontus de faire son choix. Inutile de dire que sa gorge se noua.

    Joueur – Allons mon vieux, décidez-vous !
    Gros bonhomme – Vous pouvez toujours miser une de vos tentacules, ahahah.

    Aynor, voyant bien la situation délicate de son ami nautolan, et pour dire vrai leur situation délicate à tous les deux car ils ne les laisseraient pas partir sans payer leur dû, se résolu à faire quelque chose qui en coûterait à tout Jedi. Elle glissa subrepticement dans la main du sénateur le manche de son sabre laser. Il la regarda très étonné ne comprenant pas bien son geste, aussi lui montra t-elle la table de jeu. Finalement il comprit où elle voulait en venir.




    Otto – Voici. Je pense que tout le monde s'accordera pour dire que sa valeur couvre largement la mise.

    Tous écarquillèrent les yeux ne pouvant réprimer leur stupéfaction. Il n'était pas rare qu'un joueur à court d'argent mette en jeu un objet personnel. Certains au cours de l'histoire avaient même dû miser très gros, jusqu'à leur vaisseau. Il y avait des histoires célèbres à ce propos. Cette partie qui se jouait devant leurs yeux ne resterait pas forcément dans l'histoire du Sabacc, néanmoins la présence d'un objet aussi rare et légendaire qu'un sabre laser attisa la curiosité et même un regain d'intérêt pour la partie.

    Joueur – Avez-vous tué pour celui-ci ? Plaisanta un riche Arkanien.
    Otto – Père et mère.

    Tout le monde ri de bon coeur, exception faite du Kubaz vraisemblablement peu enclin à l'humour. La partie reprit de plus belle, tout le monde regardant ses cartes, évaluant ses adversaires, et préparant sa stratégie. Otto souleva, anxieux, ses deux cartes. 2 de Pièce et 3 de Portée. Une bien piètre main. Quand son tour vint il n'hésita pas et tira dans la pioche pour tomber sur une Etoile. Son score était à présent à -12. Il regarda Aynor l'air dépité. Il s'apprêtait donc à mettre ses cartes dans le champ d'interférence pour les bloquer mais Aynor posa une main sur son bras. L'enjeu pour la Maître Jedi était d'importance et elle n'entendait pas laisser son sabre laser tomber entre d'autres mains qu'elle. Pour la première fois de la soirée toute son attention était orientée sur le jeu et les autres joueurs. De très bons joueurs, impassibles, mais les plus petits détails peuvent être vus avec de bons yeux, ou ressentis ...

    Otto – Je suis désolé Aynor, mais nous avons perdu, lui murmura t-il.
    Aynor – Attendez.

    (Ndlr : Eloignez les Padawans, ce qui va suivre est absolument réprouvé par tous les enseignements Jedi, mais enfin nécessité fait loi).

    D'aucun d'entre eux n'émanait un sentiment, même infime soit-il, de joie qui aurait pu signifier une confiance dans la victoire. Sauf un. Le Kubaz. Ses pensées n'étaient pas claires, et de toute façon indéchiffrables, mais il émanait de lui à travers la Force une onde de confiance pleine et entière. Il ne tarderait pas à se déclarer. Aux côtés du droïde croupier se trouvait l'ordinateur embarquant le système de gestion du jeu, allant du blocage des champs d'interférence à la génération aléatoire des évènements. La Force permettait de perturber l'état de fonctionnement d'un système informatique, elle y avait déjà eu recourt dans le passé. Pour un maître en le domaine comme Jad'den Korr s'eut été un jeu d'enfant, pour elle ce fut un peu plus compliqué mais elle s'efforca de se rappeler ce qu'il lui avait apprit. Les imperceptibles variations de courant électrique pouvaient être analysées. Elle avança à tatôn, accélérant sa réflexion en augmentant ses connexions synaptiques. Bientôt il lui sembla découvrir un point sensible du circuit ...

    Kubaz – Sabacc !

    Au même instant un léger chuintement se fit entendre.

    Droïde – Attention messieurs, certains changements viennent d'opérer.

    En effet, l'ordinateur de jeu venait de déclencher un changement aléatoire des cartes, affectant la valeur de certaines d'entre elles. Otto ouvrit encore plus grand ses yeux de surprise et annonça, n'y croyant pas encore, son jeu.

    Gros bonhomme – Si ça c'est pas de la veine !
    Droïde – Un Idiot suivit d'un 2 de Pièce et d'un 3 de Portée. Etalage de l'Idiot, il prévaut sur le Sabacc pur. Mr Pontus est déclaré vainqueur.

    De rage le Kubaz tapa du poing sur la table mais se résolu à la défaite, et à ne pas sortir son blaster en observant à chaque coins de la salle des agents de sécurité bien armés. La partie prit fin et le droïde croupier remit au vainqueur ses gains. Une coquette somme. Les joueurs se saluèrent, ou pas, et se quittèrent pour aller à d'autres tables ou rentrer à leur hôtel car l'heure était déjà bien avancée.
    Otto Pontus et Aynor Alask sortirent bras dessus bras dessous du casino et regagnèrent eux aussi leur hôtel.

    C'est alors qu'ils marchaient le long de la grande esplanade que le comlink de la Maître Jedi sonna, puis un hologramme tenant dans la paume de sa main apparut …

    Message prioritaire de Maître Kaarde Naberry à tous les Jedi disséminés dans la galaxie : code rouge, je répète, code rouge. Ordre à chaque Jedi de rallier sur le champ le Temple Jedi de Coruscant. Cet ordre prévaut sur toute autre mission. Le Seigneur des Sith Baaaaaaal nous attaque !... Aux Jedi présents au Temple, ordre d'appliquer les protocoles de défenses : regroupement des Jedi combattants, scellage du Temple, mise à l'abri des archives, évacuation de la population sur un rayon de dix kilomètres autours du bâtiment. En l'attente de tout membre du Conseil le commandement de la défense du Temple revient à Mirax Terrik. Que la Force soit avec vous !


    La rue était bondée et ils s'étaient donc mis à l'écart pour écouter le message. Le visage d'Aynor encore enjoué il y a quelques secondes se fit plus grave. Les yeux d'Aynor plongèrent dans ceux d'Otto.

    Otto – Vous allez partir n'est-ce pas ?

    Elle plongea sa main dans le sac que tenait le nautolan en bandoulière et se saisit de son sabre laser , qu'elle regarda fixement. Son regard revint vers le sénateur.

    Aynor – Je le dois.
    Otto – Alors je viens avec vous.
    Aynor – Vous serez plus en sécurité ici, et plus utile. Je compte sur vous pour glaner le maximum d'informations jusqu'à mon retour.
    Otto – Si vous revenez …
    Aynor – I'll be back.

    Le Luxury Princess décolla de la surface d'Oseon avant de plonger, monteurs vrombissants, en hyperespace direction Coruscant.

    Salut à tous les fans de pavés :x (dédicace pré-posthume à notre Sith préféré)
    -------------------------------------
    Maître Jedi et twi'lek mordante.


    Ce message a été modifié par: Aynor le 30-12-2012 22:15

    dimanche 30 décembre 2012 - 21:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    A bord de la Main Ecarlate, Ceno se retrouve dans une cage de force, blessé tant physiquement que moralement. Les visions infligées par Baaaaaaal n’ont pas eu raison de sa volonté, ces deux dernières années de méditations sur Endor ont porté leurs fruits, cependant sa défaite rapide et sans appel lui a ôté ses certitudes quand à sa capacité de résister ne serait-ce qu’une minute au Seigneur Noir. C’est comme si une fois face à l’ennemi il s’était retrouvé totalement paralysé. Kaarde avait raison, les pouvoirs de Baaaaaaal défient l’imagination, c’est un dur retour à la réalité et voilà Cenovii désormais à la merci du Mal.

    Les clones surveillent le prisonnier de très près avec pour ordre de le torturer au moindre mouvement suspect. Ca fait maintenant quelques dizaines de minutes que le chevalier s’est redressé sur ses genoux, mains posées dessus dont une réduite à l'état de tas de ferraille, paupières fermées, dans la position typique d’une méditation réparatrice. Avec patience, Ceno use de la Force pour colmater ses os brisés et panser ses plaies, ne laissant apparaître aucune émotion, il est totalement plongé dans sa concentration.

    Après plusieurs heures de détention, une sorte de convulsion dans la Force le sort de sa méditation. Pas de doute possible... IL arrive !

    Le sas coulisse et laisse entrer le Seigneur Noir, l’air insatisfait. Cenovii ne bouge pas d’un poil et reste dans sa position initiale en gardant les yeux fermés. Baaaaaaal remarque que le jedi s’est soigné, il gronde ses clones qui ont oublié de lui mettre un collier de disruption neuronale. Il les congédie et les deux forceux se retrouvent seuls dans un nouveau face à face. Le sith se tient devant la cage de force, au milieu de la salle de rétention, mains jointes dans le dos, reprenant un semblant de calme afin de vraisemblablement interroger son prisonnier. Ceno garde son air impassible.

    Un silence demeure pendant un court moment... Jusqu'à ce que le jedi prenne la parole, devançant de peu son interlocuteur, tout en évitant soigneusement de lui porter trop d'attention.

    Ceno - Pourquoi...? Pourquoi ne pas m'avoir tué?
    Baaaaaaal - Tsss, c'est pourtant évident... Tu ne crains pas la mort, ton châtiment doit donc être plus sévère. Je vais te faire vivre l'enfer! Une fois que tu auras souffert milles tourments, je te donnerai la permission de mourir... Maintenant dis-moi où se trouve ton partenaire.
    Ceno - Je n'sais pas de quoi vous parlez...

    Le mandalo essaye de focaliser son esprit sur des choses futiles pour que Baaaaaaal ne perce pas ses secrets, mais contre toute attente, celui-ci laisse assez vite tomber et passe à un autre sujet. Ceno ne s’attendait pas à ce que le sith tente de lui soutirer des informations au sujet du temple jedi de Coruscant. Hélas pour lui et ses plans pervers, c'est une chose que le jedi ne pourrait offrir, même s'il le voulait.

    Baaaaaaal - Parle ! Je veux tout connaitre des défenses du nouveau temple !
    Ceno - Je n’y ai mis les pieds que deux fois, je ne sais rien…
    Baaaaaaal - Un chevalier jedi de ton prestige sait forcément quelque chose !
    Ceno - Je suis un homme de terrain, il n’est pas dans mes habitudes de traînasser au temple. Vous n’obtiendrez rien de moi à ce sujet…

    Le tortionnaire grogne car il pressent que son invité dit la vérité. Il profite alors de cette entrevue pour à nouveau briser les convictions du jedi dont l'attitude paisible est des plus agaçante. Il opère un vas-et-viens continu devant la cage de force tout en attaquant Ceno sur ses choix et son avenir obscur, taclant là où ça fait mal pour le faire réagir selon sa volonté.

    Baaaaaaal - Tu aurais pu être Mandal’or et devenir un ennemi non négligeable, mais tu as choisis d’être l’esclave du Conseil jedi et rester ce pathétique chevalier qui se trouve aujourd’hui à ma merci… A-t-on déjà vu pareille disgrâce?
    Ceno - Vos tactiques pour affaiblir mon esprit ne marcheront pas. Je suis un membre à part entière du Conseil aujourd’hui, j’en éprouve autant de fierté que si j’étais resté Mandal’or…
    Baaaaaaal - Foutaises, toi un membre du Conseil ? Par défaut je suppose… Tu ne comprends donc rien! Les jedi te manipulent et te détournent de ce que tu devrais être, mais tu ne pourras pas tourner le dos à ton destin éternellement. Un jour tu les trahiras et je me délecterai de ce moment.
    Ceno - Vous croyez pouvoir lire l’avenir ? Votre orgueil vous perdra, comme il a déjà perdu votre apprenti !
    Baaaaaaal - Attention à ce que tu dis.

    Le sith active le champ énergétique de la cage de force, un flux d’électricité envahit toute la cellule et fait se tordre de douleur le mandalorien qui quitte finalement sa position insolente d’ignorance.

    Ceno - Haaaaaargh !!!!

    Le seigneur noir stop la torture après avoir bien profité du spectacle. Ceno se retrouve sur le sol dans une position bien moins classe, recroquevillé comme un shynrack grillé, de la fumée parcours tout son corps. Baaaaaaal ricane, il se dirige à présent vers un casier et en extrait le beskargam tout récemment acquis par son souffre-douleur, en le faisant léviter par télékinésie devant la cage. Cenovii reprend ses esprits et observe avec inquiétude.

    Baaaaaaal - Très jolie armure, elle est neuve pas vrai ? Je crois qu’il faudra t’en trouver une autre.

    Là, l’infâme sith referme son poing, avec la Force il froisse le beskargam en le réduisant à l’état de boule de métal difforme, aussi aisément que s'il avait s'agit d'une armure en papier. Celle-ci tombe sur le sol lourdement. Le mando-jedi ne peut retenir son ressentiment devant cette insulte, il venait à peine d'acquérir cette nouvelle peau de fer, un présent de Mandal'or lui-même.

    Ceno - Vous… Vous le paierez… Un jour, vous paierez pour tous vos affronts…
    Baaaaaaal - Bien, bien. Intéressons-nous maintenant à ton sabre.
    Ceno - Qu… ?!

    L’homme à la cape noire s’en retourne vers le casier et en extirpe le sabre laser de Ceno. Il l’allume et le test quelques secondes, constatant la puissance de la lame avec un air faussement surpris. Il finit par l’éteindre, puis, de la même manière qu’avec le beskargam, il le brandit devant la cage de force de son prisonnier, paume ouverte, prêt à refermer son poing et à briser le cœur du cristal. Il sait que cela aura un fort impact sur son possesseur. Ceno est alarmé, son sabre laser lui est bien trop cher pour qu’il se taise. Il recouvre ses forces instantanément sous l’adrénaline, lui qui n'a jamais peur de rien, il semble que perdre son sabre l’effraie au plus haut point.

    Ceno - N… NON !!! Ne faites pas ça !!
    Baaaaaaal - C’est bien ce que je pensais... Tu es trop matérialiste, tu ne seras jamais un véritable jedi, cesse de te voiler la face. La destruction de ce sabre laser sera un premier pas vers la destinée que tu dois embrasser !

    Il referme son poing tout doucement devant un Cenovii paniqué. La coque se plie de plus en plus, enfin Baaaaaaal serre le poing d’un seul coup, le sabre est broyé, son cristal implose, libérant une grande puissance à laquelle même le seigneur noir ne devait pas s’attendre. Les débris du sabre tombent par terre devant celui qui jadis les avait assemblés. Cenovii ressent la disparition de son sabre comme un immense trouble dans la Force, il était comme connecté à son cristal Upari. Quand celui-ci s’est brisé, c’est le cœur du mandalorien qui s’est brisé en même temps.

    Baaaaaaal - Et voilà qui te servira de leçon.
    Ceno - Non... Je... C'est impardonnable...

    « Arrivée dans le système Coruscant dans 10 minutes. »

    Tandis que le mandi se replie sur lui-même comme asséné d’une violente décharge de douleur plus mortelle encore que toute la foudre sith de Baaaaaaal, ce-dernier se retire dans un revirement de cape magistralement démoniaque.

    Baaaaaaal - Profite bien de ces quelques instants de répit. Je n’en ai pas terminé avec toi.

    Le sas se referme sur le pauvre chevalier jedi, blessé comme jamais il n’aurait pensé l’être, tant est si bien que sur le moment, plus rien n’a d’importance à ses yeux.

    -------------------------------------
    Cenovii, Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure, Maitre de Keller

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 03-01-2013 20:36

    lundi 31 décembre 2012 - 13:21 Modification Admin Permalien

  • Avatar KiAdiMundi

    KiAdiMundi

    5879 Crédits

    Passerelle de commandement du Taris II

    Par la Force ! Toute la galaxie semble avoir répondu à l'appel du chancelier Mahan. Les défenses terrestres ont déjà impressionné le gris lors de son transfert du temple au Taris II, ne comptant pas moins de quatre boucliers protégeant à l'aide de nombreuses tourelles turbolasers les deux canons à ions et à hypervélocité installés dans la zone. Infanterie, artillerie, UDMs, LTPMs, chars d'assauts en tous genres...A croire que c'est bientôt la fin du monde...

    Mais la flotte stationnée en barrage est, en comparaison, incommensurable. Si l'on compte le Taris II, quatre super-destroyers couvrent la zone: Le plus proche est originaire de l'Empire, puis vient un monstre de Mon Calamari nommé (d'après le général Hentonar) le Défenseur Stellaire Viscount et enfin les Vongs ont participé en envoyant un grand croiseur Kor'Chokk. La liste des vaisseaux capitaux qui les accompagne est longue. Mon Cal arrive largement en tête avec un croiseur Médiator, deux MC90 et trois MC80b. Corellia fait honneur avec trois croiseurs de combat, Kuat a fournit deux destroyers Nebula, Bothawui est présente par ses deux croiseurs d'assaut, Sullust a été très remarqué par l'apparition tardive d'un croiseur Bulwark MK2 et d'un croiseur Dauntless, Hapès et Fondor brillent respectivement par leurs Dragons et leurs croiseurs lourds Majestic. Deux destroyers stellaires de la république se tiennent en première ligne. Le général Hentonar affirme qu'ils sont postés sur Coruscant depuis toujours.
    De son côté, l'Empire a joint deux destroyers stellaires MK2 et deux destroyers Victoire Mk2. Les Vongs ne sont pas restés inactifs en ajoutant deux croiseurs Miid Ro'Ik. Enfin, un croiseur Keldabe porte la bannière des Mandaloriens. A ce rassemblement que le chevalier contemple depuis déjà plusieurs minutes s'ajoute un nombre incalculable de frégates et de corvettes de tous horizons.

    Un "Bip Bip Bip" provenant de la ceinture du chevalier le sort de sa contemplation. Il empoigne aussitôt le comlink et active la transmission. C'est Kaarde qui apparaît:

    Message prioritaire de Maître Kaarde Naberry à tous les Jedi disséminés dans la galaxie : code rouge, je répète, code rouge. Ordre à chaque Jedi de rallier sur le champ le Temple Jedi de Coruscant. Cet ordre prévaut sur toute autre mission. Le Seigneur des Sith Baaaaaaal nous attaque !... Aux Jedi présents au Temple, ordre d'appliquer les protocoles de défenses : regroupement des Jedi combattants, scellage du Temple, mise à l'abri des archives, évacuation de la population sur un rayon de dix kilomètres autours du bâtiment. En l'attente de tout membre du Conseil le commandement de la défense du Temple revient à Mirax Terrik. Que la Force soit avec vous !


    Kiad: Le chancelier à eu raison, Ba7l est donc vraiment en chemin pour venir calmer ses nerf ici...
    Général Hentonar: Nous sommes prêt à le recevoir. Aucune armée de la galaxie ne pourrait forcer notre défense.
    Kiad: Un peu de respect général, Ba7l a des ressources que nous n’imaginons pas. Je pense qu'il est temps de parler de notre stratégie.

    Un bip derrière le jedi attire son attention. Le son caractéristique d'une transmission hologramme retentit depuis la plateforme de communication. Ils s'approchent en compagnie de plusieurs officiers avant que le général Mon Cal ne l'active. C'est Mirax.

    Mirax: Ah, Kiad. Bien. On m'a informé de ton retour. Tu as dû recevoir toi aussi le message de Kaarde.
    Kiad: Effectivement.
    Mirax: Il faut en profiter pour capturer Ba7l, cette fois ! S'il échoue cette attaque, la prochaine sera encore plus meurtrière.
    Général Hentonar: Et qu'est-ce que vous proposez de faire, maître jedi ?
    Mirax: Cachez la flotte derrière la planète et laissez le passer. Nous sommes suffisamment bien équipés au sol pour résister à son armada. Pour ma part, je vais aller à sa rencontre et l'occuper le temps que le piège se referme.
    Kiad: Bien, on s'en occupe. Que la Force soit avec vous.
    Mirax: Qu'elle soit avec vous aussi, bonne chance !

    La com se coupe. Les officiers présents tournent le regard vers les deux généraux, attendant certainement les ordres.

    Général Hentonar: Vous n'avez pas l'air réjoui, général jedi.
    Kiad: Je n'aime pas ce plan, mais...qui suis-je pour m'opposer à des ordres directs ? Remplissons notre part du travail au mieux, ce sera déjà bien.
    Général Hentonar: Vous avez toujours l'intention d'infiltrer la Main Ecarlate ?
    Kiad: Plus que jamais. A ce propos, les préparatifs spéciaux pour mon chasseur sont-ils terminés ?
    Général Hentonar: Ils le seront à temps. Notre ennemi a encore du chemin à parcourir avant d'arriver ici. Par contre, c'est autre chose qui me préoccupe l'esprit...
    Kiad: Et quoi donc ?
    Général Hentonar: Sans vouloir critiquer un membre de votre ordre, il me semble que la stratégie de votre consœur est obsolète. Elle pouvait être efficace au temps de la bataille d'Endor où la technologie ne permettait pas de repérer des vaisseaux d'aussi loin. Mais si nous l'appliquons aujourd'hui, le simple fait d'allumer les réacteurs des vaisseaux alertera les senseurs des croiseurs ennemis et Ba7l aura le temps d’échafauder un nouveau plan. Peut-être même fuir. Il faut emmener la flotte plus loin, de sorte à ce qu'elle soit indétectable et qu'elle fonde sur lui sans lui laisser l'espoir d'une chance !
    Kiad: Plus loin ? Genre...hum...Metellos ?
    Général Hentonar: Oui ! Bonne idée. Nous pourrions intervenir en quelques minutes d'hyper-espace.
    Kiad: Non, c'est trop facile...Ba7l va se douter de quelque chose. Je crois que le mieux est de mélanger les deux plans.
    Général Hentor: Comment l'entendez vous ?
    Kiad: La flotte impériale ira se cacher derrière Coruscant tandis que tout le reste se rendra sur Metellos. Quand Ba7l arrivera, les impériaux lanceront la contre-offensive. Cela nous permettra d'avoir un compte-rendu sur les forces en présence dont nous ignorons toujours l'ampleur. Et plus que tout, ils nous transmettrons les coordonnées pour la sortie en hyper-espace de nos vaisseaux, sans quoi tout notre plan pourrait se transformer en suicide collectif.
    Général Hentor: Je suis d'accord. Officiers ! Vous avez entendu vos ordres ! Envoyez l'information à tous les vaisseaux de la flotte et programmez la trajectoire pour Metellos. A vos postes !
    Kiad: Et ordonnez à nos bases terrestres d'ouvrir le feu à vue avec nos armes sol-espace ! Ca pourra toujours aider les impériaux en attendant notre intervention.

    Et la flotte se dispersa...
    -------------------------------------
    La puissance est la fille de la connaissance, le pouvoir le fils du savoir.

    Ce message a été modifié par: KiAdiMundi le 31-12-2012 17:43

    lundi 31 décembre 2012 - 17:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14272 Crédits

    Soudain il eu un tintement comme si on dévissait une vis avec un tournevis sonique.
    La trappe de la cellule s'ouvrit et Warren sortit du sol, devant les yeux éberlués du Jedi enfermé dans sa cage énergétique, le corelien se redressa et se tourna vers le clavier de contrôle. Il appuya sur trois touches, tira un levier, coupant ainsi le lien de la cage. Le Jedi s'écroula au sol dans les bras de Warren. Ce dernier lui donna quelques claques.

    Warren : Hey Scarlett O'Hara, tu va pas t'endormir ?
    J'ai saboté le vaisseau pour qu'il se vide de son oxygéne une fois l'hyperespace
    passé, alors vaut mieux pas rester sur ce cerceuil volant.

    Cenovii : Gné.. Aah.. Mon sabre.. Baal.. détruit.
    Je sait pas.. si je pourrait marcher.. je suis..

    Warren : Attend, Baal à briser ton sabre ?
    Mais je vais lui botter le cul à ce seigneur de sith ! Il aura tellement
    de bleu qu'on le prendra pour un explorateur chiss !

    Ce message a été modifié par: waren le 02-01-2013 19:36

    mercredi 02 janvier 2013 - 19:35 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7040 Crédits

    Nous étions prêts autant que nous puissions l'être... J'avais suivi à la lettre les instructions de Kaarde. Le Temple avait été vidé de toute âme et scellé hermétiquement, la population civile évacué sur un rayon de 10 km et toutes la flotte Jedi était prête à combattre.

    Suite à mon entretien avec Kiad, j'avais vu la flotte se mettre en mouvement. Et sauter dans l'hyperespace direction Metellos. C'était bien vu, même si je ressentais une pointe d'agacement: si Kiad n'était pas d'accord avec mon plan, nous aurions pu en discuter plutôt que de remanier mes ordres dans son coin.... La Communication: c'est toujours ce qui pêche et qui pourrait malheureusement causer notre perte à tous... Mais il n'était plus temps de faire des histoires à ce sujet.

    J'étais dans un bunker souterrain non loin du Temple avec une poignée de Jedi. Nous avions tous les yeux fixés sur les écrans. J'étais prête à affronter le Sith, mais ce temps là n'était pas encore venu. Je préférais rester le plus longtemps possible au PC pour tout coordonner au mieux. Le Terrik's Fantasy se trouvait non loin de là prêt à décoller.

    Il ne restait plus rien à faire que d'attendre. La nervosité était perceptible dans la pièce. Tout les Jedi présents étaient jeunes et inexpérimentés, il n'avaient jamais connus la guerre... Il fallait de manière urgente que d'autre Jedi expérimentés reviennent de missions pour galvaniser les troupes...
    -------------------------------------
    Jabinette.
    "A Chaque fois que tu actives ton sabrelaser, considère non pas qui tu vas tuer... Mais qui tu vas laisser en vie!"
    Que la Force des FF soit avec toi.


    Ce message a été modifié par: Mirax_Terrik le 04-01-2013 17:13

    jeudi 03 janvier 2013 - 11:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16757 Crédits Modo

    ;) Le soir tombait sur le Temple Jedi de Coruscant et le recouvrait d'ombres, comme pour annoncer son déclin imminent. Le combat aurait lieu en pleine nuit.
    Le temps jouait contre nous. La chasse Jedi que je dirigeais venait à peine de rentrer sur Coruscant. Nous avions pour nous préparer au combat tout juste le temps que Baaaaaaal avait dû mettre à rassembler sa flotte, c'est-à-dire pas grand chose. J'avançais d'un pas vif au milieu des couloirs déserts du Temple tout en fixant maladroitement des équipements de protection légers au dessus de ma tunique. Mirax avait rouvert les lieux à ma demande et s'apprêtait à me rejoindre. Elle et Kiad avaient fait merveille pour préparer l'Ordre à la bataille.
    A mes côtés se pressaient Jorus, Obitom, et depuis peu Aynor, tout juste arrivée en même temps que nous. Portés par holos antigrav, les bustes de Mahan, Mimi, et Thore nous faisaient face dans ce qui était une assemblée extraordinaire et improvisée du Conseil Jedi.

    Mahan. - Dois-je comprendre que nos craintes étaient fondées ? Ce forcené de Baaaaaaal compte à nouveau envahir Coruscant ?!

    Moi. - Non, Chancelier. Le Temple Jedi uniquement.

    Mahan. - Ce n'est guère rassurant ! Et qu'en est-il de votre stratégie ? J'ai d'abord reçu la visite du Chevalier Kiad qui a préconisé l'évacuation du Temple, mais le Général Hentonar m'a fait part de contrordres émanant de Maître Terrik et dispersant la flotte aux quatre coins du système !

    Moi. - Ces ordres viennent de moi, Chancelier. Pour la première fois de son existence Baaaaaaal a perdu son calme et se trouve en train de commettre une erreur stratégique. Il fonce droit sur un objectif que nous connaissons d'avance ! L'occasion est trop belle pour être manquée, nous tenons une chance de le piéger et le vaincre enfin ! C'est pourquoi j'ai préconisé de le laisser se poser avec ses troupes pour ensuite le retenir sur Coruscant.

    Mimi. - Vous semblez bien confiant en vos chance de vaincre ce Sith, Naberry. Pourtant n'avez-vous pas jusqu'à présent toujours vanté sa puissance et le danger qu'il représente ?

    Moi. - Je n'ai jamais dit que ce serait facile, mais laisser Baaaaaaal raser le Temple impunément ou la flotte de la CG le combattre à notre place reviendrait à fuir devant lui, lui concéder la supériorité du Côté Obscur, et alimenter la peur au sein de nos rangs. Dans tous les cas il n'en ressortirait que renforcé.

    Mahan. - Est-ce que Maître Padmée Naberry approuve ce plan ? Se battra-t-elle à vos côtés ?

    La question me prit au dépourvu. J'étais sûr que ma soeur aurait refusé elle aussi de voir l'Ordre se courber devant l'ombre menaçante de Baaaaaaal, mais je voulais tellement la voir à nos côtés. Elle seule pouvait nous guider et nous fédérer dans une telle crise.
    Le rapide coup d'oeil que j'échangeais alors avec Obitom et Jorus m'apprit qu'ils étaient assez peu optimistes quant à un éventuel retour de Pad et m'empêcha de répondre au Chancelier. Heureusement Aynor vint à ma rescousse.

    Aynor. - Avec tout le respect que je dois à Maître Pad, Chancelier, je vous rappelle qu'elle a récemment quitté le Conseil Jedi. Quant à nos chances de vaincre Baaaaaaal, elles sont nettement supérieures à autrefois. Non seulement nous connaissons aujourd'hui notre ennemi, mais celui-ci n'attaque pas par surprise et le nouveau Temple a été spécialement bâti pour être bien plus défendable que le précédent, même s'il semble vulnérable de l'extérieur.

    Thore. - Aynor dit vrai, Excellence. J'ai moi-même supervisé la conception du bâtiment de façon à ce que n'importe quel ennemi combattant entre ses murs puisse facilement être pris en embuscade.

    Moi. - Permettez-moi à présent de suspendre temporairement cette discussion. Nous devons discuter entre Jedi.

    Les bustes holographiques se dissipèrent alors que nous atteignons le grand hall Pollux Horn Terrik, le centre du Temple où se rejoignaient les halls nord, sud, est, et ouest. Mirax nous y attendait avec les centaines de Jedi de l'Ordre qui étaient encore sur Coruscant. Derrière nous Bloli Meyst et les nombreux Jedi à avoir combattu au dessus de Korriban s'avançaient. De partout arrivaient encore à la dernière minute des Jedi de tous rangs qui avaient reçu mon appel et délaissé leur mission pour défendre notre Temple. Kiad aussi était là sous forme d'holo. Seuls manquaient les padawans, heureusement bien à l'abri dans l'Académie de Yavin 4.
    Tous ceux présents étaient plein d'appréhension et de peur, même près de moi. Aynor et Jorus n'étaient que padawans lorsque Baaaaaaal avait envahi et détruit l'ancien Temple. La famille de Mirax elle-même avait été dramatiquement touchée, à partir de ce jour-là. Eux-trois étaient particulièrement nerveux. Moi-même je l'étais, ayant mesuré à plus d'une occasion la puissance incomparable de notre ennemi. Malgré mes discours optimistes, et sachant qui nous allions tenter de vaincre, j'étais gagné par la crainte d'envoyer les Jedi à une mort certaine.
    Tout le monde avait besoin d'être rassuré, encouragé.

    Moi. - J'aimerais vraiment que Pad soit avec nous.

    Mirax. - Moi aussi, mais telle que je la connais elle ferait tout pour nous convaincre que nous devons nous passer d'elle.

    Moi. - Jorus... Obitom... que s'est-il passé avec Pad ? Où est-elle ?

    Jorus. - J'aurais préféré attendre, mais je ne rentrerai pas dans les détails... Pad a réussi à retrouver et libérer Obitom toute seule. Elle m'a convoqué discrètement sur Phoenix pour me le confier, mais...

    Obitom. - Mais mes ravisseurs nous avaient rattrapés et tentaient de nous éliminer lorsque Jorus est arrivé. Kaarde, je... je suis désolé, mais Pad a disparu dans une explosion juste quand j'embarquais dans le croiseur de Jorus. Elle avait tout juste eu le temps de me confier un holodisque à l'intention de sa padawan avant que... voilà.

    Jorus fut assez malin pour ne pas me laisser le temps d'assimiler la nouvelle de la disparition de ma soeur.

    Jorus. - Kaarde, tu devrais t'adresser aux Jedi, ils n'attendent que ça.

    Moi. - Moi ? Mais c'est au Grand Maître de l'Ordre de faire ça !

    Aynor. - Pad a laissé le poste vacant. Que tu le veuilles ou non c'est à toi d'assumer cette fonction, maintenant !

    Mirax. - Tu n'as pas arrêté de nous bassiner sur la peur de Baaaaaaal que nous devons absolument éteindre. Montre l'exemple, Patron ! :cli:

    Moi. - Merci... Que la Force soit avec nous.

    J'allai me placer au sommet du piédestal au centre du hall. Les yeux de nombreuses centaines de Jedi se braquèrent sur moi tandis que le silence tombait.

    Moi, à l'Ordre Jedi. - Ahem... Merci à toutes et à tous d'avoir répondu présent. Aujourd'hui le sacrifice du Chevalier Ben Cenovii nous a permit de remporter une grande victoire sur le Côté Obscur et de préserver la Force d'un bouleversement sans égal. En représailles le Seigneur des Sith Baaaaaaal s'apprête en ce moment-même à fondre sur nous... Peu d'entre vous se souviennent du jour où, naguère, Baaaaaaal exploita les faiblesses de l'Ordre Jedi pour envahir l'ancien Temple et renvoyer à la Force ses plus valeureux défenseurs... Quant aux autres, ils se sont fait raconter maintes fois cette tragédie et ont été formé dans la crainte de devoir un jour affronter ce terrible ennemi... Trop longtemps, Baaaaaaal a exploité cette peur et en a tiré toute sa puissance. Aujourd'hui cela doit, cela va cesser ! Nous avons tiré des leçons du passé, et aujourd'hui nous ne sommes plus aussi faibles que ce maudit Sith veut le croire ! C'est ce que nous a enseigné Ben Cenovii par son sacrifice !...

    Je jetai un vif regard près de moi, vers mes loyaux alliés qui avaient traversé tant d'épreuves à mes côtés pour arriver à cet instant-clé : Mirax, Aynor, Kiad, Jorus, Obitom. Ils étaient prêts à honorer la mémoire des nombreux amis que nous avions déjà perdu, de Pollux à Pad et Ceno, et à ne pas laisser cette liste s'allonger.
    Moi aussi j'étais déterminé !

    Moi. - ... Vous me connaissez tous, cela fait déjà longtemps que je sers indéfectiblement l'Ordre Jedi. C'est quelque chose que Baaaaaaal n'a jamais pu changer et qui ne changera pas aujourd'hui ni demain ! Et vous, comptez-vous continuer à servir la Force demain ?

    Un murmure d'approbation parcourut l'assemblée. Je me saisi alors de mon sabre laser et le brandit bien haut au dessus de moi, lame bleue vers le ciel, comme un défi vers le Seigneur Baaaaaaal.

    Moi. - Finie la peur !

    Tous. - FINIE... LA... PEUR !

    Des centaines et des centaines de lames lumineuses se déployèrent pour me répondre, formant une véritable marée lumineuse ! Le slogan "Finie la peur" fut scandé de nombreuses fois avant que l'alarme générale ne retentisse. Kiad me fit signe que l'arrivée de la flotte Sith était imminente.

    Moi. - Que la Force soit avec vous !

    Sans crainte, tous les Jedi qui connaissaient leur rôle se dispersèrent. Les pilotes gagnèrent leurs chasseurs, la plupart des autres évacuèrent les cinq grands halls pour s'embusquer dans de plus petites sections. Je sautai de mon piédestal à la rencontre de mes amis.

    Moi. - Mirax, s'il-te-plaît... pendant que nous attendons Baaaaaaal ici, je veux que tu retourne dans le bunker avec les Jedi non-combattants et le plus de guérisseurs possible. Tu en feras notre infirmerie principale. N'oublie pas de resceller le Temple une fois sortie, il ne faut pas que Baaaaaaal se méfie par une progression trop aisée.

    Mirax. - Mais... mais non, je suis prête à affronter Baaa... !

    Moi. - Je t'en prie, Mirax ! Nous savons tous les deux ce qui s'est passé entre toi et le Sith autrefois, ainsi que le mal qu'il t'a fait, et la situation est trop délicate pour je prenne le risque de te voir hésiter à la dernière seconde ! En outre il est quasi certain qu'il essaiera de te pousser du Côté Obscur.

    Résignée, mon amie prit la direction du bunker sans un mot. Je rétablissai alors les communications avec le Conseil Jedi.
    Entretemps Obitom m'avait confié l'holodisque de Pad destiné à sa padawan. Elle avait écrit dessus, à la main : "Pour Jaina".



    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !


    Ce message a été modifié par: Kaarde le 04-01-2013 20:15

    vendredi 04 janvier 2013 - 20:05 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Thème musical…

    Nous sommes sur Talorande, planète gaseuse jumelle de Bespin éloignée des mondes du Noyau. Un homme, comme des millions d’autres, y habite. Mais contrairement à ses concitoyens, il n’ignore rien de l’attaque Sith. Il suit même l’actualité de près par divers contacts radio. Un cigare se tient entre ses doigts et tire une bouffée, les feuilles de tabac et d’épices de Carubaa crépitant à l’arrivée du feu.

    L’homme : Et la République ?

    Son contact (comlink) : Elle a mobilisé une force considérable, mais je crains, comme la plupart des Jedi, que ça ne suffise pas.

    L’homme : C'est ce qu'ils craignent tous…. Merci pour ces infos, terminé.

    En coupant son comlink, il écrase son cigare et se lève de son siège. Il se dirige d’un pas lent vers son vestiaire et se regarde dans la glace.
    C’est un homme qui a vécu, mais qui n’est pas encore vieux. Quelques rides se dessinent sur son visage, mais il a encore une force en lui. Un bandeau noir couvre son œil gauche, un souvenir de la guerre, de la jungle. Il avait servi la République autrefois, et il avait envie de recommencer, même s’il était retraité. C’était son travail : traquer les Sith, épauler les Jedi… s’en faire des amis. Va-t-il retrouver des visages familiers ? Il est certain d’un, au moins, un visage qui sera ravi de le voir parmi eux. Le cinquantenaire ouvre un placard qui contient ses uniformes d’autrefois. Il en prend un dans les tons de gris, il l’enfile. L’uniforme n’a pas rétréci et lui va encore, même après presque vingt ans sans avoir été porté officiellement. Vient ensuite le ceinturon avec le holster et un blaster, arme qui lui servira sûrement à la capitale. Enfiler de nouveau cet uniforme, ces armes et ces accessoires lui donnaient comme une seconde jeunesse, il se rappelait du bon vieux temps. Son épouse vint le voir et le regarda dans le reflet.


    Sa femme : Tu n’es pas obligé d’y aller, tu leur as déjà beaucoup donné et tu n’as plus vingt ou trente ans.

    L’homme : Je sais que tu n’aimes pas me voir partir au combat, surtout après toutes ces années de paix pour nous. Mais je dois y aller, si ça se trouve elle est là-bas. Et puis… la mort ne veut pas de moi, pour l’instant. Elle ne sera pas au rendez-vous.

    Après quelques silences et discussions, il convainct son épouse et se dirigea vers un hangar. Durant son trajet, il avait fait venir des conseillers.

    L’homme : Rosh, je vous charge de maintenir les rapports avec Bespin. S’ils proposent du Tybanna liquide, achetez. Eleska, il nous reste des actions en bourse ? Vendez. Quant à vous Zjo, allez à Mos Espa, la Boonta devrait avoir lieu, et essayez de remporter un maximum d’esclaves pour les ramener ici. Si je ne suis pas rentré d’ici là, demandez à Xerron de les affranchir et de leur fournir des papiers. Je devrais être de retour dans la semaine.

    Il monta dans son vaisseau, un ancien chasseur Jedi Delta-7 Aethersprite, décolla et sauta en hyperespace en direction de la capitale.

    Comme au bon vieux temps…


    Ce message a été modifié par: Huge le 05-01-2013 12:46

    samedi 05 janvier 2013 - 00:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    Alors que le reste de la Galaxie était en grand émoi, Mimi recevait cinq camarades guildeurs dans un salon du Fifigs – superdestroyer de son état -. On aurait pu croire l’ambiance détendue et cordiale mais dans ce cas là, la conversation aurait dû se tenir dans la Cantina. Un observateur averti aurait pu déceler dans la mâchoire de la Leaderesse une tension inhabituelle, ou alors noter qu’un des hommes présents serrait son verre plus que nécessaire, jusqu’au blanchissement de ses phalanges.

    Mimi : Nous avons une longue histoire avec les jedis, et malgré les conflits qui ont pu nous opposer à eux nous avons toujours été leurs alliés. De plus, ma place au Conseil…
    Davrek : Si c’est pas la meilleure celle-là, notre Leader membre actif du Conseil Jedi. Lucky doit se retourner dans le cockpit de son vaisseau…
    Til’an : Tu vas la tenir ta langue Davrek ?
    Davrek : Je pense qu’elle énonce ce qu’on pense tous depuis un petit moment. J’en ai marre de bosser pour les jedis, d’accord ? Moi, je ne suis pas marié avec l’un d’entre eux, je leur dois rien.
    Brestor : Je vais te casser toutes les dents si tu ne te rassois pas immédiatement. Tu oublies ta place.

    La voix de stentor du trandoshan eut un effet instantané sur Davrek, qui se rassit doucement, tout en lui jetant un regard noir. Mimi tâchait de paraître déterminée et inflexible. Elle avait réuni ses cinq meilleurs officiers pour leur annoncer qu’une partie de la flotte de la Guilde allait aider les jedis à défendre le Temple, et ainsi leur adjoindre le commandement de certains vaisseaux mais la réunion ne se déroulait pas comme prévue…

    Mimi : Nous avons conclu des accords avec les jedis, et même si rien ne nous oblige à nous joindre à eux pour repousser B7al, comment pourrais-je leur tourner le dos ? Je m’y suis engagée en acceptant de siéger au Conseil, c’est un accord tacite. Peut-être avons-nous été plus impliqué pour la cause jedi depuis quelques années mais sois sûr que notre aide ne sera pas oubliée et qu’un jour nous serons heureux qu’ils nous rendent la pareille. Puis Davrek, c’est la première fois que je te vois cracher sur l’éventualité d’une bonne baston, qui plus est sur la flotte de B7al.
    Davrek : Je n’aime pas risquer ma vie pour des types en pyjama.
    Timsith : Bon ben barre toi, mais moi je veux être aux commandes du Warenichou ! Oh allez Mimi dis oui, dis oui !

    Depuis quelques temps, des voix s’étaient élevées contre la prétendue emprise des jedis sur la Guilde. La paix entre les jedis et les guildeurs créait la discorde entre ces derniers. Enfin, discorde était un bien grand mot… Mais Mimi pouvait-elle leur en vouloir de ne pas vouloir risquer leurs vies pour une cause qui ne les concernait pas directement ? « Davrek est un crétin » pensa Mimi. La réunion s’était terminée il y a plus d’une heure mais la lueur qu’elle avait aperçue dans les yeux du guildeur lui faisait froid dans le dos. C’était comme si…

    « Miss Terrik-Solo ? L’assemblée extraordinaire du Conseil Jedi va commencer. »

    Mimi remercia son informateur d’un hochement de tête, quelques secondes après lui apparu par hologramme le reste des membres du Conseil Jedi. Mimi suivit les échanges entre Kaarde et le reste du Conseil jusqu’à ce que celui-ci s’excuse et interrompt la communication. Une musique d’ambiance s’enclencha, et la voix d’une Twi’lekk sexy déclama « Le Temple Jedi est actuellement en communication, nous vous prions de patienter, un opérateur va vous répondre… Si votre sabre laser est défaillant, tapez un, si vous cherchez un bon pressing pour votre bure, tapez deux… ». Après ce qui parut une éternité à Mimi, l’holoprojecteur se ralluma. Kaarde paraissait plus blanc qu’un wampa et ce malgré la mauvaise définition de l’image.

    Mimi : Je peux joindre quelques vaisseaux à la défense du Temple. Mais nous n’arriverons pas tous en même temps, j’ai des guildeurs exilés à l’autre bout de la galaxie.
    Kaarde :Le mieux serait que vous contactiez Kiad rapidement, il s'occupe de la défense du Temple et...
    Mimi : Message reçu.

    La Leader arrêta ensuite la communication. Elle hésita ensuite un instant, parce que maintenant qu'elle y réfléchissait Kaarde n'avait même pas eu le temps de terminer sa phrase, elle avait peut-être coupé un peu trop tôt... "Bah! Ils pensent tous déjà que je suis dérangée alors..." Mimi entra ensuite les coordonnées de son chevalier préféré.

    Mimi : Cher mari, es-tu là?

    La guildeuse aperçu d'abord le dos de son bien aimé, avant que celui-ci ne se retourne pour lui adresser un grand sourire.

    Kiad: Mimi, comment tu vas depuis le temps ?
    Mimi : Tu sais qu'il n'y a rien dont je ne raffole plus que les promesses d'une bataille à venir... la guildeuse offrit un sourire espiègle au jedi, je viens d'assister à une assemblée du conseil jedi, et la Guilde va se joindre à vous pour la défense du Temple.
    Kiad : C'est fort généreux, répond-il avec un ton plus solennel, et après on se fera des vacances-retrouvailles, qu'est-ce que tu en dis ?
    Mimi : Oh oui! approuva-t-elle en frappant ses mains l'une contre l'autre, enfin, si on arrive à survivre tous les deux à l'attaque de B7al le Grand Méchant Sith. Tu es chargé de l'organisation de la défense du Temple d'après ce que m'a dit Kaarde?
    Kiad : Uniquement de la flotte. Et encore, pas pour toute la bataille. J'ai des ordres plus a plus long terme.
    Mimi : J'ai pu mobiliser la plupart de nos superdestroyers. L'Eopie devrait également être de la partie, et rajoute à cela une vingtaine de chasseurs. B7al n'a aucune idée de ce qui l'attend!
    Kiad : Hum, attends de voir nos effectifs! En tout cas, ne détruisez pas la Main Ecarlate, si tant est que vous y arriviez. Amochez la mais pas plus, je dois m’infiltrer dedans.
    Mimi : Message reçu, répondit la guildeuse en hochant la tête, mon arrivée sur Coruscant est imminente, je devrais être rapidement rejoint par Le Warenichou et la Belle de Naga.
    Kiad : Par la Force ! Fait ta sortie loin de coruscant ! Il faut laisser Ba7l descendre sur la planète avec ses troupes, et après nous frapperons.
    Mimi : Ne t'inquiète pas, j'en suis pas à ma première bataille spatiale ah! Mimi relèva un sourcil d'un air moqueur et ajouta, Aussi, évite de te faire tuer par B7al, parce que tu m'as promis des vacances tout frais payés et je ne compte pas les laisser me passer sous le nez.
    Kiad : Comme si tu n'étais pas au courant que j'avais une assurance vie qui te verserait une jolie petite somme si je venais à mourir...
    Mimi : C'est bien pour ça que tu as intérêt à te tenir à carreaux en tant que mari! Sans oublier que mes vacances n'auraient aucunes saveurs sans ta présence, jeedai. Fais attention à toi, Kiad.
    Kiad : Toi aussi.
    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 06-01-2013 01:56

    dimanche 06 janvier 2013 - 01:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8014 Crédits

    Ô rage, ô désespoir, ô finesse ennemie...
    N'ai-je donc tant vécu pour cette frénésie ?*

    La dernière fois que je me suis senti vivant et craint ? Lorsque, sous les feux de l'Holonet, j'ai massacré les dirigeants du SEZ dans le bureau du Chancelier et fait sauter le Sénat à mains nues. (voir ici ) Toute la galaxie avait alors contemplé ma puissance redouté mon pouvoir.
    Le moment est venu de faire une piqure de rappel.

    Pour la première fois tout ne se passe pas comme je l'avais prévu. Pour la première fois mon plan, mon merveilleux plan, a été contrecarré. Les Jedi et les Guildeurs ont déchaîné ma colère et vont en subir les effets. Aujourd'hui le plan est simple : tuer... tout... le monde !
    Et à propos de plans foireux... où est passé ce traître de Dark Strategor ? Cette petite fouine d'Edoras ! Il m'avait juré allégeance et s'était engagé à détourner l'attention des Jedi puis à détruire la Guilde. A présent il m'abandonne.
    Grrrr ! Le prochain qui vient s'agenouiller devant moi et qui me supplie d'en faire mon apprenti, je le zigouille !

    Face à moi le tunnel de l'hyperespace laisse apparaître la scintillante Coruscant. Et je sens la peur en émaner. Et je m'en délecte.



    La flotte Sith venait d'émerger de l'hyperespace. Bouillant d'impatience Baaaaaaal scrutait l'orgueilleuse métropole depuis le pont de la Main Écarlate. Il nota que plusieurs de ses officiers clones étaient penchés sur le même écran.

    Baaaaaaal. - Qu'êtes-vous en train de regarder avec tant d'attention sur l'Holonet ? Puis-je voir ?

    Clone, cachant l'écran. -Euh.. euh, non ! Non, Maître, ce n'est pas digne de votre intérêt !

    Baaaaaaal. - Faites-moi plutôt un rapport de la situation.

    Clone. - Hem... le Temple se trouve en face de nous, sur la face diurne de la planète. Une faible flotte de la République nous barre la route, bien inférieure à ce que nous étions en droit d'attendre.

    Baaaaaaal. - Ils vont essayer de nous prendre à revers. Mais qu'importe, le Temple est notre seul et unique objectif.

    Le Maître Sith projeta ses sens vers le Temple. Les Jedi y étaient réunis... nombreux. Il y sentait les présences de Kaarde, de Jorus, de... de cette chère Mirax. Mais pas celle de Padmée Naberry.

    Baaaaaaal. - Biiien. Ca s'annonce encore mieux que prévu. Officiers, transmettez le message codé suivant à l'Aube Noire : ordre de débarquer les troupes sur Yavin 4, d'investir l'Académie Jedi, et d'y massacrer tous les padawans jusqu'au dernier.

    Clone. - Un seul croiseur sera-t-il suffisant pour cette mission ?

    Baaaaaaal. - Évidemment, puisque je suis le seul sujet de préoccupation des Jedi ! Toute ma flotte est mobilisée contre leur Temple, ils y ont donc concentré toutes leurs forces. Je tiendrai parole, la destruction du Temple reste mon objectif prioritaire, mais je m'offrirai les têtes de leurs précieux étudiants en bonus, muhahaha ! Les fous, toutes ces années je ne leur ai jamais laissé penser que je connaissais l'existence de l'Académie, et ils n'ont jamais soupçonné que ce puisse être le cas !

    Clone. - Maître, vous recommencez à parler tout seul.

    Baaaaaaal. - Contente-toi de transmettre mes ordres et revient t'empaler sur mon sabre laser.

    Et le Seigneur Noir des Sith maintint son sabre allumé à l'horizontal le temps que l'officier clone aille transmettre les ordres à l'Aube Noire puis revienne s'auto-transpercer.

    Baaaaaaal. - Aux officiers encore vivants... déchaînez la flotte. Tuez tout ce que vous pourrez. Les transports de troupes et la chasse, derrière moi ! ADRIEEENNE !!!

    Et Baaaaaaal vida d'un trait une bouteille entière de Brandy corellien, se rendit aux hangars, bondit dans son Aile X.
    Pendant ce temps, à l'autre bout de la galaxie, un croiseur rempli de soldats partait à l'insu de tous vers Yavin 4.

    Baaaaaaal. - Que la bataille commence. Que meurent les Jedi. J'arrive !



    Salut à tous les fans (peu nombreux) de la maintenance AW ! :x

    *(le Su-Cid Acte I scène 4, Pierre Corbeille)

    -------------------------------------
    Seigneurs Noir des Sith
    Grand Intendant, membre des FF
    salut a tous les FF au passage
    Fou allié
    ADRIEEEEENNE!!
    PIOU!! PIOU!!

    Ce message a été modifié par: baaaaaaal le 06-01-2013 02:04

    dimanche 06 janvier 2013 - 01:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jesand

    Jesand

    7509 Crédits

    Pendant que Baaaaaaal tuait ses clones avant les hostilités, quelque part sur Sembla, dans la bordure extérieure...

    - Nous sommes vraiment rendus là?

    - Semble-t-il. Les Guildeurs doivent venir en aide aux Jedi. Le Conseil a parlé.

    - Et si le conseil me demandait d’aller me jeter dans la fausse d’un Sarlacc, devrais-je y aller? pensa à voix haute Jésand, fixant l’hologramme sans nécessairement voir son interlocuteur, un large S’kytri, les bras croisés sur le torse, les ailes repliées.

    La situation ne lui plaisait pas. Vraiment pas. L’étrange alliance entre les Guildeurs et les Jedi lui paraissait inconcevable et il se doutait que la relation liant les deux parties ne devait pas être basée que sur l’argent. Et il ne connaissait pas vraiment les membres du conseil — avec les années de captivité à parcourir les arènes du monde pour de riches Hutt, il y avait de quoi ne pas comprendre un traitre mot aux politiques galactiques.

    Ce qui le dérangeait, c’était qu’il se sentait interpelé par la présente querelle, et ce pour de mauvaises raisons. Certes, les Jedi et les Sith se tapaient mutuellement depuis toujours. Il serait même tentant de les laisser s’entretuer sur Coruscant et de simplement traquer et tuer les survivants — que leur boulot de chasseurs de prime serve à quelque chose. En fait, Jésand voyait la situation autrement. Cela lui offrait, sur un plateau d’argent, les conditions idéales pour revenir d’entre les morts tout en favorisant le maintient de son orgueil et de sa réputation. Revenir vers la Guilde depuis sa défection pour les Réprouvés le dégoûtait, mais il savait que pour survivre il se devait de reprendre contact avec eux. Ainsi, leur venir en aide — bien que les lambeaux des Réprouvés ne serviraient à rien — serait vu comme un acte d’altruisme. Ça relancerait ses relations avec la Guilde.

    Il reporta son attention sur le S’kytri, toujours silencieux devant l’holoprojecteur.


    - Vous souhaitez leur donner un coup de main?


    - Nous sommes tous d’accord pour les épauler. Zol et Quert semblaient sceptiques à l’idée de Kary’astal. Toujours est-il que l’on cherchait à savoir si tu voulais te joindre à nous.

    -Le Saber est-il toujours prêt au combat? s’inquiéta le Vurk.

    - Armif y veille avec un soin maladif.

    Jésand observa son frère d’armes quelques instants. Il passa une main sur sa crête, signe de réflexion. Quelque part en lui, il sentait qu’il allait regretter sa décision.

    - En combien de temps pouvez-vous venir me chercher sur Sembla?

    - Et bien… Nous y sommes déjà.

    Jésand soupira. Ils avaient décidé qu’il viendrait avant même qu’ils ne le lui demandent.

    - Je vous rejoins au hangar habituel dans une dizaine de minutes.

    - Nous t’y attendrons.

    - Au fait, Zéphir. Prépare mentalement Armif : j’ai bien l’intention de piloter mon vaisseau. Envoie aussi un message aux Réprouvés. Informe-les que j’aimerai personnellement prendre contact avec eux.

    - Parfait. Zéphyr terminé.

    -------------------------------------
    Jésand
    - Vurk en rédemption
    <br /><br /><div class="ForumModif">Ce message a été modifié par: Jesand le 07-01-2013 00:05</div>

    Ce message a été modifié par: Jesand le 19-01-2013 21:37

    dimanche 06 janvier 2013 - 21:08 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Exposition Lego Star Wars - Chanorier

24 juin 2018 - 07 nov. 2018

Expo LEGO 100% Star Wars - Mini World Lyon

13 oct. 2018 - 13 nov. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide