Le Temple Jedi 6 (page 17)

  R2D2 vous signale une erreur. Vous devez être identifié pour voir la page que vous avez demandé. Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou vous inscrire au fanclub.

Inscrivez vous !
  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar waren

    waren

    14548 Crédits

    Lieu : Salle d'interrogatoire de l'ISS Vaillant - pavillon Impérial
    Orbite de la planéte Aervey Systéme Grillad

    L'officer impérial observait le contrebandier à travers une vitre sans teint, entouré par deux stormtroopers, alors que ce dernier fixait l'enseigne chargé de son interogatoire. Armé d'une tablette et d'un stilet, ainsi que son mug dédicacé par Roan Fell, le Zeltron ne lachait pas le trafiquant corelien. Cela ne pouvait être lui. Waren Horn était censé être mort, le non humain tenta de découvrir la vérité en utilisant ses phéromones.

    Enseigne - "Les êtres humains sont censés vivre leurs vie comme des supernova, aprés leurs destinée, il ne dois plus rien rester que des poussiéres d'étoiles. Vous ne pouvez être Waren Horn."

    Waren - "Clone ? Faux cadavre ? Ah je sait.. Le Grand Moff Moutarde dans le palais impérial avec le chancelier suprême. Non, c'est pas cela ? Zut, je séche, non sérieusement si vous pouviez laisser voir votre commandant.."

    Enseigne - "Vous lutter contre les efluves Zeltrones..
    Vous transpirez, dans quelques temps vous direz votre identité et
    comment vous vous êtes attribuer les codes du TIE."

    Waren - "Non c'est juste le kebab cosmique qui passe pas, j'aurais jammais m'arrêter sur Nar Shadda, il faut toujours écouter les docteurs. Mais bon, lui sortait d'une boite bleu, ça me semblait louche."

    Le haut parleur résonna dans la cellule, la voix du commandant grésilla..

    Commandant - ''Je.. Viens d'avoir le grand Moff Musselier, c'est bien Waren Horn, il travaille directement pour le compte de l'empreur Fel. C'est sa Main.''

    Enseigne - "Quoi, ce type, cette crapule fait partie du SRI ?"

    Waren - "Non je ne collecte pas d'informations mon mignon, disons que je me contente de gérer les conflicts galactiques et politique, de façon à ce que ces derniers servent les interets de certains. On me paye assez bien pour cela, la Guilde m'as beaucoup aidé un temps, mais je me suis lassé. Par contre, maintenant tu en sait beaucoup trop mon petit."

    Waren ouvrit la bouche et une boule de feu emplit la salle, comme lors du combat entre Spencer et le Jedi Cenovii, le corelien utilisait la même technique. Celui qu'on nonmait le dragon fit voler au eclat la vitre qui séparait le corps calciné du Zeltron tenant sa tasse du commandant.

    Waren - "Ma seconde poche abdominale contient encore assez d'alcool de Selonia pour cramer votre équipage, alors on parle ou je me fait une grillade sauce gribiche ?"

    Hj - Dédicace à super matou et à Vinz...
    Tout les trois c'est la super classe qu'on vise.

    lundi 13 juillet 2015 - 14:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10877 Crédits

    Trouille monstre. J'ai une trouille monstre. Nous voilà coincés dans un vaisseau à trois heures de notre destination et je crains que nous n'arrivions trop tard. Cette perspective me terrifie.  Sitôt Ceno parti méditer en nous ordonnant de faire de même,  je me laisse tomber sur un siège. Mon esprit est tellement embrouillé que, même si je le voulais, je ne pourrais pas méditer. J'enfouis ma tête entre mes mains et tente désespérément de penser à autre chose que l'enclave de Jakku.

    Aynor: Ça va ?
    Moi : Non, ça va pas du tout.
    Aynor : Tu me sembles tourmentée. Qu'est ce qui te travaille ?
    Moi : Ben... J'adore Ceno, sincèrement, mais il est vraiment lourd des fois. C'est pas avec lui qu'on va beaucoup discuter, on va dire. Les autres sont plus bavards. Et vu qu'on est souvent en première ligne, puisqu'il est Sabre des Jedi, on a la pression tout le temps et c'est un peu dur...
    Aynor : Je comprends. Ceno a toujours été un peu spécial dans son caractère.  Le mieux, c'est d'essayer de parler à d'autres personnes.
    Mpi : Je sais mais il ne donne des conseils qu'au beau milieu des combats, alors qu'on est concentrés sur autre chose et après, il nous envoie méditer. C'est un super maître, mais...voilà

    Du coin de l'oeil, je vois Eckmül acquiescer en silence. Je lui souris.

    Aynor: Ce n'est pas facile, je l'accorde. Maintenant, tout le monde se sent nerveux à cause de Spencer. Ceno aussi. Ce qu'il faut faire, c'est se respirer à fond, faire confiance à la Force et le moment venu, se serrer les coudes.

    Nous entendons soudain des bruits de pas. Si c'est Ceno, il a médité très très vite ! Il fait irruption dans la pièce.

    Ceno :Je croyais vous avoir demander de méditer.
    Eckmül : On allait le faire, y a pas l'feu.
    Ceno :J'aimerais que vous m'obéissiez immédiatement quand je vous donne un ordre, cela vaut pour les situations de terrain comme pour en dehors.
    Moi (bas à Aynor ) :Vous voyez ce que j'veux dire?
    Aynor[/b] (bas me répondant):Tout à fait...
    Ceno: Que signifient ces messes basses?
    Moi :Rien du tout Maître... Des trucs de filles.
    Ceno :. . . Au lieu de papoter, vous feriez mieux de vous préparer.

    Il repart dans sa cellule après avoir un peu secoué Keller pour qu'il donne l'exemple. Est-ce qu'il a entendu notre conversation? Il pourrait mal le prendre. Je décide finalement d'aller méditer, si le maître est tendu c'est qu'il y a une bonne raison, Jakku est peut-être attaquée en ce moment même.



    Ce message a été modifié par: Kinsa-Talik le 18-07-2015 21:07

    samedi 18 juillet 2015 - 09:14 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Se retenir d'écraser la face de ce miraluka est une des choses les plus difficiles que j'ai eu à faire depuis longtemps. Mais à voir la réaction des autres dans la pièce je ne semble pas être le seul. Il ne faut absolument pas que je me mette ce forban de Roujonma Kaarrr à dos, ça me fait mal de le dire mais j'ai besoin de lui.

    Kaarrr: Et ne t'en fais pas Haru'n, il y aura droit, entre autre chose. Ce n'est pas tout les jours qu'on revoit un ami au bout de cent ans. Allez, vieille chose, tu me parlera de tes besoins quand tu sera présentable.

    Le Seigneur Sith sembla soulagé, pour autant qu'il pouvait le laisser paraitre.
    Après un vrai bon bain chaud, un passage chez le coiffeur et un bouteille de brandy le Sith avait enfin un visage acceptable, et Kaarrr le retrouva dans une chambre qui lui avait été alloué.

    Kaarrr: Aaaah, vieille fripouille, ça fait du bien de te revoir comme au bon vieux temps, ta vrai bonne face lisse comme personne ne l'aime.

    Le Sith qui s'était rasé de près et coupé les cheveux cours acquiesça.

    Baaaaaaal: Au moins je ne suis pas aussi fripé que ta salle tête. Tu m'avais presque manqué depuis toutes ces années. J'ai même entendu que tu étais mort.

    Kaarrr: Et j'ai entendu que tu étais mort aussi, on est quitte.

    Le Whiphid explosa de rire et flanqua une bonne tape dans le dos de son ami.

    Baaaaaaal: Désolé de gacher l'ambiance, mais j'ai besoin de toi. Il faut que je parcours la galaxie, et je dois faire profil bas, profil très très bas. Il faut que tu me prête le javelot.

    Kaarrr: Rien que ça ? Ne t'en fait pas, il n'y a qu'une condition, je t'accompagne, hors de question que je te laisse seul dans mon bijou.


    Salut à tout les fans des trainards :x

    lundi 20 juillet 2015 - 18:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    [Jingle musical]
    Voix Off: Holonews Flash d'information Live!

    Présentateur: Nous sommes en direct des usines de pâtisseries Roger Rabbit avec un événements exceptionnel ! Je passe la main immédiatement a notre journaliste sur place, Charlie Jones. Charlie ?

    [L'image du présentateur disparaît pour une image de l'usine, avec le présentateur en premier plan et des lasers – sabres et blasters – un peu partout]

    Charlie : Oui, Patrick, cette information va faire l'effet d'une bombe ! En effet, l'ancien Chancelier, Gaius Mahan, est là ! Nous l'avons retrouvé ! Mais voila, les ravisseurs n’était autre qu'une faction menée par le « Maitre Jedi » Kaarde Nabery et ses alliés !!

    [Le présentateur se pousse et montre le duel entre Kaarde et Gaius, à grand coup de blasters que Kaarde renvoi partout la ou il n'y a personne]

    Charlie : C'est Gaius Mahan lui même qui le hurle depuis le moment. Il a du réussir a s’échapper mais Kaarde tente de le capturer. C'est grâce a notre travail d'investigation de haut vol qu nous sommes la et que nous pouvons vous montrer cette scène en direct !!

    [L'image bouge vers un autre coin de la salle]

    Charlie : Les deux padawans qui accompagnent Kaarde sur l’enquête, sûrement ses complices, eux affrontent celle que nous estimons avoir tenté de libérer Gaius Mahan. Nul autre que Mirax Terrik ! Elle affronte en ce moment les deux morveux de Weedge Terrik, son propre fils adoptif et le padawan de Aynora'Lask, l'ambassadrice Jedi au Senat, et Galak, le padawan de Kaarde.

    [L'image montre le duel aux sabres entre les deux padawan et la fausse Mirax]

    Charlie : Nul doute que l'ambassadrice Aynora'Lask est aussi impliquée, ou elle aurait ressentie la dualité de son padawan depuis longtemps. Ceci nous permet de conclure que le sénat est depuis longtemps corrompu ! Oui, mes amis Coruscanti, le gouvernement central de notre galaxie est manipule depuis longtemps !

    [L'image revient sur Kaarde et Mahan]

    Charlie : Cet homme, Kaarde Nabery, sûrement à l'image de Sheev Palpatine, voulait sûrement prendre le pouvoir de façon subtile en utilisant la démocratie contre elle, mais grâce à ces événements et aux journalistes, son plan de conquête de la galaxie est maintenant réduit a néant !

    [L'image revient sur le journaliste]

    Charlie : Mes amis, c'est un retournement énorme ! Certains Jedi sont des traites a la République ! En qui pouvons nous avoir confiance, Patrick ? Je vous rend l'antenne.

    [Retour sur le présentateur]

    Patrick : Mais quelle nouvelles ! Nous reprendrons l'antenne si un nouveau développement se présente ! A vous les studios !

    mardi 21 juillet 2015 - 01:57 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    680 Crédits

    Dark Vicious continue de jauger ses adversaires en attaquant assez violemment.

    Avec le piratage de l'Holonet et toutes les images d'archive qu'il a pu réunir il avait bien étudié l'attitude en combat de Mirax et avait passé beaucoup de temps à s'entrainer à maitriser la forme trois dans le but d'une rencontre de ce type, tout comme il avait analysé les deux lépis...

    Les jeunes se battent bien, il doit le reconnaître mais quelque chose cloche, il le sent dans la force, leurs styles n'ont pas l'air de tout à faire correspondre à leur personnalité.

    "Ils veulent jouer, jouons !", pensa t'il.

    Tout à coup, il pare les deux attaques des garnements dans le plus pur style de Mirax, une technique de combat tout en défense et pris exactement la même pause de garde que la véritable jedi corellienne. Son entrainement intensif n'y était pas étranger.

    "Voyons calmez vous ! Vous n'avez toujours pas compris ce que Kaarde mijote ?"

    Elle rengaine son sabre en gage de bonne foi.

    Les deux gosses, Pollux et Weedge d'après les informations qu'il a pu recueillir, sont les deux fils et clone de fils adoptifs de Mirax, parurent décontenancés par cette posture si proche de celle de l'originale et par cette petite pique placée exactement au moment opportun.

    Il va profiter de ce court laps de temps pour passer à la véritable partie de son plan.

    Mirax se tourne vers Kaarde.

    "Comment as tu pu ?, après toutes les aventures que nous avons vécues, toutes les souffrances (Mirax passe la main devant son visage en surjouant légèrement) que nous avons endurées ! Tous ces efforts (elle appuie bien sur ce mot en faisant encore de grands gestes avec ses mains) pour combattre la haine (toujours ces gestes à destination de Kaarde) pour continuer à œuvrer pour le bien de la galaxie ! Et maintenant tu veux TUER (encore ces mouvements de bras) Mahan ? Est tu vraiment la menace Sith ( Un dernier pour la route se dit "Mirax"), ce nouveau Seigneur émergeant qui veut nous anéantir ? Nous, les Jedi, ta famille ?"

    "Il est juste à point", se dit Dark Vicious.

    Les journalistes ne perdent pas une miette du discours de Mirax plein de boulversitude ! Les deux mioches ? apathiques après un tel coup de massue.

    Kaarde ne dis rien, garde le visage baissé, les caméras braquées sur lui mais quelque chose vient de se produire au plus profond de lui-même... La COLERE !

    mardi 21 juillet 2015 - 22:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Thème musical

    Ceno : Je croyais vous avoir demandé de méditer.
    Eckmül : On allait le faire, y a pas l'feu.
    Ceno : J'aimerais que vous m'obéissiez immédiatement quand je vous donne un ordre, cela vaut pour les situations de terrain comme pour en dehors.
    Kinsa (bas à Aynor) : Vous voyez ce que j'veux dire?
    Aynor (bas à Kinsa):Tout à fait...
    Ceno: Que signifient ces messes basses?
    Kinsa : Rien du tout Maître... Des trucs de filles.
    Ceno :. . . Au lieu de papoter, vous feriez mieux de vous préparer.

    Il repart dans sa cellule après avoir demandé à Keller de donner l'exemple. Est-ce qu'il a entendu la précédente conversation? Il pourrait mal le prendre... Nous décidons finalement d'aller méditer, si le maître est tendu c'est qu'il y a une bonne raison, Jakku est peut-être attaquée en ce moment même.
    Quand nous quittons l’hyperespace, nous passons aussitôt dans l’atmosphère. Nous tentons de communiquer avec l'enclave secrète sans succès. La planète Jakku est désertique, elle est remplie de cadavres de vaisseaux, un vrai cimetière, elle a dû être le lieu de grandes batailles. Des épaves de Star Destroyers, de TB-TT gisent dans les dunes, à moitié recouvertes par le sable, on survolle même un camp de ferrailleurs sortant d’une tête de TR-TT avec un stand installé devant.
    L'Arrow arrivant sur Jakku
    La situation est très tendue, je ressens la nervosité chez Cenovii et tous les autres. L'Arrow s'engouffre dans un canyon. L'enclave est isolée, on y accède par une plate-forme collée à une falaise. De la fumée s'échappe de l'intérieur. Nous nous attendons au pire, surtout qu'on ne ressent aucune présence de Jedi.
    Nous atterrissons sur la plate-forme et nous dirigeons au pas de course dans l'enclave. C'est une caverne avec des galeries amménagées. Nous arrivons dans une grande salle, sûrement le hall principal, là nous découvrons une scène insoutenable. Nous voyons plusieurs jedis morts à terre, quelques adultes, mais surtout des enfants, des novices, le spectacle est désolant. Du sang ruisselle partout en descendant chaque marche une à une et se dirige vers un corps éviscéré et désorbité, il y a des morceaux de corps éparpillés un peu partout.

    Kinsa : C’est horrible... (En constatant tous les morts)

    Notre groupe tente de garder son calme, les maîtres conservent leur sang froid. Pour Keller, Kinsa et moi le choc est très dur, nous avons du mal à contenir nos émotions. Sur le sol, un des jedi est encore vivant, il respire à peine, il tremble, Aynor et Ceno se dirigent vers lui. C'est Yota qui agonise.

    Ceno : Maître!
    Aynor : Mon ami, que s’est-il passé ?
    Yota : Spencer… Il a...
    Aynor : Ne parle pas, on va s'occuper de toi.
    Yota : Non... Vous devez... partir... vite...

    Le Jedi finit par succomber de ses blessures, il s'éteint dans les bras de son ancien apprenti. Je sens que Ceno bouillonne de rage. Nous sommes tous pris au dépourvu, que signifie le dernier avertissement de Yota? Ka-Tu-Un se concentre pour utiliser ses pouvoirs de perception et déclare inquiet:

    Ka-Tu-Un : Le côté obscur imprègne encore ces murs. Ils ne sont pas loin.
    Keller : Ils vont le payer très cher!

    Nous continuons dans les couloirs, nous descendons jusqu'au rez-de-chaussée, Ka-Tu-Un nous guide, il sait où aller, jusqu'à ce qu'on sorte par un des tunnels qui mènent dans l'enclave. Là, Spencer accompagné de Bones, Ptraël et plusieurs autres sith je suppose, se trouvent sur une petite bute face à nous, avec une position arrogante comme s’ils nous attendaient. Je sens la colère que j'avais refoulé monter en moi, Keller fait un gros effort pour rester calmer alors Kinsa et moi faisons comme lui. Cenovii, Aynor et Ka-Tu-Un sont responsables et savent ce qu’il faut faire. Pourtant, ils n'ont pas l'air rassurés, la moitié de nos adversaires nous sont inconnus, ces nouveaux alliés de Spencer ont l'air forts.

    Spencer : Vous Arrivez trop tard!!

    Dark Spencer face aux Jedi

    -------------------------------------
    padawan jedi Bith de Cenovii venant de felucia sur le jdr

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 22-07-2015 23:50

    mercredi 22 juillet 2015 - 21:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16897 Crédits Modo

    La situation était critique. Très critique, même. Avec un Mahan et une Mirax hostiles quasi impossibles à maîtriser sous le regard des holocams et de la foule. Tout cela, en plus de sentir la bouse de bantha, ne pouvait avoir été qu'orchestré, mais par qui ? Et pourquoi ?

    Mahan. - Maudit traître ! Comment as-tu pu ? Après tout ce que nous avons traversé ?

    Moi. - Mahan, je vous en prie ! Reprenez-vous, je ne veux pas vous blesser ! Vous avez été enlevé par les Jedi Dropi et Dropa, mais ils n'agissaient sous aucune directive de l'Ordre !

    Mahan. - Menteur ! Tu m'as révélé toute ta duplicité tout-à-l'heure, et je compte bien la dévoiler à la galaxie entière !

    Moi. - Hein ?!

    Dévier ses tirs de blasters sans toucher quelqu'un dans la foule ou le blesser lui était déjà bien difficile. Mais pour ne rien arranger il prit conscience que nous étions filmés et hurla de plus belle.

    Mahan. - À vous tous, citoyens de la République... le Grand Maître de l'Ordre Jedi n'est autre qu'un infâme Seigneur Sith ! Kaarde Naberry est Dark Malicious ! Il œuvre contre la République depuis des années et a orchestré toutes les dernières crises galactiques ! Une nouvelle menace nous guette ! LA TÊTE DE L'ORDRE JEDI EST INFECTÉE !!!

    Et évidemment les holoreporters n'en perdaient pas une miette. J'étais coincé, pris entre ma posture défensive pour éviter de blesser qui que ce soit et la furieuse envie de lui faire taire sa g... malgré tout le respect que j'avais pour lui.
    Dans une situation pareille Tyria n'aurait pas hésité à frapper l'honorable sullustéen à mains nues pour qu'il se taise, ou à lui faire faire trois tours en l'air avec la Force. Venant d'elle la chose serait plutôt bien acceptée, en plus. Et voilà que je regrettais presque de ne pas être allé à Servacos à sa place.
    Et que venait faire Mirax là-dedans ? Il est vrai qu'elle n'avait plus donné de nouvelles depuis son départ pour Dathomir, tout comme Dropi et Dropa. Fallait-il s'attendre à voir surgir les deux Lepis ainsi que Doc à tout moment ?
    Un rapide coup d’œil vers l'autre combat me montra que Mirax, justement, dominait le combat avec ses techniques habituelles. Il fallait abréger cet affrontement et faire éclater la vérité au grand jour !
    D'un geste maîtrisé je projetais un bon upercut de Force dans le visage de l'ex-chancelier Mahan. Je devais absolument le mettre KO instantanément pour éviter qu'il tire accidentellement dans la foule. La manœuvre opéra et le sullustéen fit un bond de deux mètres en arrière avant de s'effondrer sonné sur le permabéton. Au même moment des gouttes de pluie se mirent à tomber. Mais personne aux alentours ne semblait décidé à aller s'abriter.
    C'est ce moment que choisit Mirax pour rompre le combat avec ses fils et s'interposer, comme si elle voulait m'empêcher d'aller achever ma victime.

    Mirax. - Comment as-tu pu ? Après toutes les aventures que nous avons vécues, toutes les souffrances que nous avons endurées ! Tous ces efforts pour combattre la haine, pour continuer à œuvrer pour le bien de la galaxie !

    Elle semblait vraiment bouleversée. À tel point que je fus tenté d'éteindre mon sabre et de m'expliquer avec elle d'amis à amis.

    Mirax. - Et maintenant tu veux TUER Mahan ? Es-tu vraiment la menace Sith, ce nouveau Seigneur émergeant qui veut nous anéantir ? Nous, les Jedi, ta famille ?

    Tuer... Mahan... anéantir... Et ces gestes trop discrets pour les holocams derrière moi... Essayait-elle d'utiliser une technique basique d'influence Jedi sur moi ? Mais que cherchait-elle donc à accomplir ? De toute façon je n'avais aucun instant à perdre, je devais tuer Mahan. Anéantir ce Seigneur Sith émergeant.
    De toute la puissance de mes jambes augmentée avec la Force je me jetai contre Mirax.

    Moi. - DÉGAGE !

    Elle arrêta mon sabre avec le sien mais fut tout de même écartée de mon chemin comme un vulgaire fétu de paille. Personne ne devait m'empêcher de débarrasser la galaxie de ce traître de sullustéen.
    Mirax revint à la charge. Je me retournai et l'envoyait facilement valser dans le groupe de journalistes d'une bonne impulsion de Force. Étonnant, que Weedge et Polux n'aient pu la maîtriser ensemble. Seuls quelques pas me séparaient encore de Mahan. Il était hors de question qu'il s'en sorte. Pas comme Baaaaaaal, qui nous avait échappé trop souvent, pas cette fois.

    Mirax. - KAARDE, NON ! Ne fais pas ça !

    Polux. - Euuuuh, je suis plutôt d'accord avec elle, là... faut pas faire ça !

    Weedge. - Non !

    Un zabrak s'interposa devant moi. Weedge. Pourquoi se retournait-il contre l'Ordre et la République, lui aussi ? La mort dans l'âme, je me fendais dans sa direction. Ne s'attendant probablement pas à ce que je m'en prenne à lui, il faillit se faire embrocher et écarta maladroitement ma lame au dernier moment. J'en profitai pour exécuter un tour sur moi-même et, au terme de celui-ci, enfoncer la pointe de ma lame dans son épaule.
    Weedge cria de douleur. Je m'écartai déjà de lui. Je ne devais pas laisser le temps à Mahan de se ressaisir et de déchaîner ses pouvoirs. Déjà le sullustéen remuait et revenait à lui, ranimé par la pluie qui devenait forte.
    Quelque chose s'agrippa à ma jambe. Polux. Peu importe, je continuai lentement ma marche en traînant le zabrak sur le permabéton.

    Mirax (aux journalistes). - Voyez, ils se disputent leur proie ! Faites quelque chose, Dark Malicious m'a mise hors de combat, je ne peux... !

    Enfin je me tenais au-dessus de Gaius Mahan. À ma vue il se redressa sur son séant et leva son blaster. Blaster et main furent aussitôt frappés d'un revers de sabre laser.

    Mahan. - Aaaarh !

    Moi. - Tu ne nous prendras pas la galaxie !

    Mahan (à la foule). - Ne... ne les laissez pas faire ! NE LES LAISSEZ PAS GAGNER ! NE...

    Mahan se tut instantanément et définitivement lorsque mon sabre s'abattit sur lui et lui déchira le torse. Il s'effondra sur le dos sans émettre le moindre son. Un silence pesant tomba sur la place. Je n'entendais plus que le bruit des gouttes de pluie s'évaporant au contact de ma lame baissée.
    J'avais débarrassé la galaxie d'un fléau, d'un Seigneur Sith caché, d'un ancien chef d'état respecté qui avait œuvré pour le bien de la galaxie, d'un amis fidèle qui avait toujours pris fait et cause pour... Mille vornskrs !

    Moi. - Que... qu'ai-je fait ?

    Horrifié par la vue du cadavre de Mahan, j’éteignais mon sabre et fit volte-face. Polux était toujours accroché à ma jambe. Weedge, à genoux, me regardait avec des yeux horrifiés. Derrière lui toutes les holocaméras étaient braquée dans ma direction et n'avaient pas perdu une miette du spectacle. Quant à Mirax, elle avait complètement disparu, tant de la foule que de la Force.

    Moi. - Je ne voulais pas... je...

    M'avait-elle vraiment poussé au meurtre par une simple influence de Force ? Il est vrai que j'avais mentalement baissé ma garde en la voyant bouleversée, mais il devait y avoir d'autres facteurs. Le stress dû à la situation, la fatigue et, comme je le soupçonnais, le Côté Lumineux de la Force affaibli ? À ce point-là ?
    Et je venais de tuer un ami, Gaius Mahan, sous les yeux de la galaxie entière.

    Moi. - C'est un piè...

    Complètement vidé mentalement, je perdais connaissance et basculait dans les ténèbres.

    Polux. - Aïeuh !


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 24-07-2015 16:37

    jeudi 23 juillet 2015 - 19:09 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Jakku


    Spencer et sa bande se tiennent devant le groupe de Jedi tout juste sortis de l'enclave après avoir découvert le massacre orchestré par le sith poilu. Les morts des novices et de Yota ont secoué les membres de l'Ordre, chacun d'entre eux a les nerfs à fleur de peau, leur longue formation permet aux plus anciens de contenir leurs mauvaises pulsions, les jeunes sont bouleversés et prêts à en découdre sur le champs. Tandis qu'ils se retiennent d'attaquer, le Cathar et ses acolytes ricanent.

    Spencer - Vous arrivez trop tard!!
    Ceno - Monstre... Comment as-tu osé... Je ne te le pardonnerai jamais.
    Ka-Tu-Un (à Ceno) - Attendez.

    Le Jedi Céréen est à côté de Ceno et lui susurre quelques paroles au sujet des compagnons de Spencer. Il paraît inquiet de ne pas savoir à qui ils ont affaire. Dark Bones est présent, Ceno et ses padawans reconnaissent également le prince Ptraël de Grilamen... mais pour ce qui est des cinq autres, ils sont totalement inconnus au bataillon.

    Ka-Tu-Un - Méfions-nous. Ceux-là ont quelque chose de différent.
    Ceno - Peu importe, nous devons les arrêter ici et maintenant, c'est notre dernière chance.

    Tandis que les Maîtres Jedi jaugent la situation, l'ancien apprenti de Baaaaaaal les toise un instant avant de lancer avec un sourire sadique:

    Spencer - Tiens tiens, vous êtes huit...? Autant que nous... Gnrrrr hinhin, c'est intéressant. Pourquoi ne pas disputer des matchs?

    Cette proposition complètement inattendue fait sortir Cenovii de ses gonds. Après avoir assisté à la boucherie de l'enclave, une telle possibilité est inacceptable pour le Mando-Jedi, qui brandit son poing en gueulant comme un rancor énervé.

    Ceno - Des matchs?! Tu te fous de nous?! Ramenez-vous directement qu'on vous règle votre compte une bonne fois pour toutes!

    Cette fois c'est Aynor qui intervient auprès du Sabre des Jedi, elle le retient par l'épaule pour lui demander de bien réfléchir à la proposition du Sith. Elle lui parle dans le creux du casque pour le convaincre d'accepter.

    Aynor - Non non, c'est plutôt une bonne idée, ça nous donne l'avantage, cela nous fera gagner du temps jusqu'à l'arrivée des forces de la Coalition...
    Ceno - Je n'aime pas ça du tout.
    Ka-Tu-Un - Je comprends ce que vous ressentez... mais Aynor a raison.
    Keller - Bon! Puisque nous sommes d'accord, je passe le premier!

    Le premier padawan de Cenovii s'avance avec détermination, il passe entre les Jedi et se positionne face aux Sith, il est en pleine confiance. Son pouvoir latent dans la Force semble décuplé par les fortes émotions qui se bousculent en lui après avoir vu les corps des novices mutilés. De tous les Jedi c'est celui qui a le plus de ressentiment envers Spencer, c'est l'occasion pour lui de se faire justice, Ceno, connaissant ses capacités, le laisse donc prendre les devants sans l'arrêter. Dark Spencer est satisfait de constater que son offre a été acceptée.

    Spencer - C'est donc ton avorton de padawan qui commence, dans ce cas, faisons un combat apprenti contre apprenti.

    Le sourire carnassier de la bête laisse place à un air menaçant dirigé envers Dark Bones.

    Spencer - Mets le paquet.
    Bones - Oui Maître.

    Le guerrier Kaleesh saute de la petite bute et se retrouve face à Keller, ce-dernier jette sa bure en arrière et dégaine son sabre laser à lame bleue, il se met immédiatement en posture de combat. Le premier face à face va avoir lieu sous les regards des deux camps. Sith contre Jedi, obscurité contre lumière, un combat ancestral qui devrait décider du côté vers lequel la balance va pencher.


    -------------------------------------
    Cyber-Mando-Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 25-07-2015 04:57

    jeudi 23 juillet 2015 - 20:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar mevraw

    mevraw

    2425 Crédits

    Jakku

    Il aurait été mensonge de dire que je restais indifférent face au spectacle macabre que Spencer et sa bande avaient fait de ce lieu. Même si j'avais réussi à purger mon côté obscur et par la même occasion, d'apprendre à gérer ma colère. De part nature, il m'était très difficile de garder mon calme et de gérer les situations qui demandait à faire preuve de patience ou encore de sérénité. Néanmoins, grâce à maître Cenovii et mes diverses entraînements, j'avais pris en maturité et il m'était donc beaucoup plus facile de prendre sur moi et de ne pas me laisser plonger dans le côté obscur de la force, qui était un lieu bien que trop séduisant, en vue du pouvoir qu'il pouvait offrir. J'essayais de garder mon calme, ne voulant pas exciter mes cadets padawans et encore moins attiser la colère de mes aînés, j'écoutais ma respiration, évitant de ressentir l'odeur de sang et d'obscurité qui avait fait place en ce lieu. Cela restait très difficile, surtout en réalisant à quel point j'avais encore de la haine pour Dark Spencer, suite à l'humiliation qu'il m'avait été donné durant notre combat, mon corps ne se souvenait encore que trop bien de ce qu'il avait subi lorsque le sith s'était acharné sur moi comme si j'avais été un simple sac de sable. J'avais espéré l'affronter afin de prendre ma revanche, c'était donc pour cela que je m'étais avancé en premier en pensant que le sith souhaiterait terminer ce qu'il avait commencé, j'aurai donc puis lui montrer les résultats de mes nombreux entraînements depuis ma défaite, mais les choses en avaient été décidé autrement.

    En effet, c'est son apprenti, Bones, qui s'avançait pour me faire face. Je n'aimais pas la race des Kaleesh, j'avais déjà eu l'occasion d'en voir auparavant et il m'était très difficile de déchiffrer leurs expressions, dû au masque qu'ils portaient généralement. C'était donc avec méfiance que je laissais l'apprenti sith s'approcher non loin de moi. Je pouvais ressentir la colère en moi, elle boostait ma puissance, mais je devais faire attention et l'utiliser avec intelligence, et ne pas foncer tête baisser et laisser la noirceur nourrir mes faits et gestes, je n'étais plus l'instrument de mes émotions, et ce faiblard en allais en avoir la preuve. Prenant soin de retirer ma bure afin d'avoir une plus grande liberté de mouvement, je faisais un petit signe de la main afin d'avertir mon compagnon d'armes, Eckmul, jamais bien le charrier pendant nos missions, je n'allais pas faire de différence pour celle-ci.


    Keller: Hey, Eckmul, Je parie que je peux mettre ce tas d'os en moins de dix minutes, tu penses pouvoir faire mieux avec ton adversaire?

    Le jeune Bith s'avançait d'un peu plus près afin d'avoir une plus belle vue de la scène, il n'avait pas froid aux yeux ce petit.

    Eckmul: Vas-y Keller, agis avant d'ouvrir ta bouche, tu as des spectateurs ce soir!

    Lâchant un petit rire en coin de lèvre, je repris pleinement conscience de ce qu'il se passait autour de moi et surtout, en face de moi.

    Bones: Tu es prêt à mourir petit?
    Keller: Tsss, commences déjà par me toucher et puis nous verrons pour la suite.

    Le sith venait à peine d'allumer son bâton laser, que je m'avançais à toute vitesse sur lui. Il avait beau être plus grand que moi, je réussis à l'attraper par la peau du dos et à le renverser grâce à une technique de base de prise, comme quoi mêmes les plus faibles techniques pouvaient être efficaces. Se retrouvant le cul dans le sable, le Kaleesh se dépêchait de reprendre une posture de défense afin d'éviter un coup de ma part, je pouvais ressentir de la colère sortir par tous les pores de sa peau, et dire que j'étais aussi pathétique que lui a une époque. Le sith tenta d'abord de me trancher les jambes avec son bâton en le faisant glisser sur le sol, je réussis à éviter le coup de justesse, j'étais bien plus rapide que lui, mais un coup comme celui-ci et ça aurait pu être la fin pour moi. Tout comme son maître, il usait tout de sa force physique, ce qui laissait que très peu pour le reste, hors ... dans un combat toutes les tactiques étaient importantes.

    Je reprenais la charge, si je voulais gagner, je devais tout faire pour qu'il soit dépassé par ma vitesse, et pas de chance pour lui, je maîtrisais très bien cette amélioration que pouvait me donner la force. Mes mouvements devenaient plus rapides et plus précis. Le jeune sith avait du mal à contrer mes coups, qui n'étaient pas très puissants en soi, mais très rapides. Il dut se servir d'une vague de force et d'un coup de poing bien placé dans la gencive pour me faire écarter. Je crachais une petite quantité de sang sur le sol, encore un peu et il me décrochait la mâchoire le salaud.


    Cenovii: Keller! Restes concentré! Ce type veut vraiment te tuer!
    Keller: Hey je ne suis plus un gamin maître!

    Je frappais de nouveau mon ennemie avec une charge de coups rapides de sabres, je réussis à le feinter et lui lançant un coup de genou dans le ventre avant de l'envoyer valser contre le mur avec une vague de force. C'était le moment! Le sith n'avait pas eu le temps de se relever que je fendais son masque avec un coup horizontal de ma lame bleue, laissant ainsi la moitié du masque tombé et se briser sur le sol.

    Keller: Et bien, tu es tout de suite moins crédible avec une moitié de masque.
    Bones: JE VAIS TE TUER ESPECE DE FUMIER!!!!!

    Le sith essayait à nouveau de me couper en morceaux en lançant des coups de sabre n'importe où, ce qui m'était assez facile d'éviter, le gars se laissant clairement allez dans le délire de la confusion colérique, il me restait plus qu'à trouver le bon coup pour le faire retourner dans les jupes de sa mère. Concentrant la force dans mes poings, je lui envoyais des coups dans la partie, maintenant découvert, de son visage, ce qui réussit à le sonner un peu, pour ensuite lui couper totalement le poignet qui tenait sa seule arme. Un cri effroyable se fit entendre dans tout le lieu, le sith maintenant à genoux sur le sol, je tranchais en deux, son bâton, afin qu'il n'ait pas l'idée de le reprendre.

    Me tournant vers les autres sith perchés en hauteur, je faisais un signe en particulier à Spencer, qui semblait totalement en colère.

    Keller: Hey Spenc! Je pense qu'il aura besoin d'une nouvelle main ton apprenti.

    Je repris la direction de vers mon groupe, avant de me retourner à nouveau vers eux.

    Keller: Vous ne faites pas le poids contre nous, si j'étais vous je retournerais m'entraîner.
    -------------------------------------
    Padawan de Ben Cenovii.

    Ce message a été modifié par: mevraw le 24-07-2015 19:22

    vendredi 24 juillet 2015 - 02:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    22834 Crédits

    La barge filait dans un silence pesant vers les quartiers qui avaient été alloués jusqu’alors aux deux femmes durant leur séjour sur Servacos. Les yeux de Solo s’attachaient à se perdre toujours un peu plus dans cet horizon désertique qui ne changeait guère au gré de leur avancée. Sarkin, quant à elle, demeurait silencieuse et portait alternativement son attention sur la Corellienne et le Sevari dont la curiosité s’était tue dès lors où elle lui avait offert un semblant d’explication sur leur situation, explication - est-il pourtant nécessaire de le signaler ? – aussi fantaisiste que farfelue mais qui se suffisait étonnamment à elle-même.

    Alors à une vingtaine de kilomètres de leur destination, le comlink de Marlon s’affola. L’homme lâcha un long soupir de lassitude et décida d’accepter l’appel.

    Marlon, neutre : Un problème, Joan ?
    Joan, du tac-o-tac : Un peu qu’on a un problème ou je n’aurais pas pris la peine de t’appeler personnellement.
    Marlon, lançant un regard accusateur à ses deux passagères : Développe.
    Joan, vindicative : Sors ton datapad. Je t’envoie les enregistrements des holocams. (Elle poursuivit après que son interlocuteur ait confirmé la réception.) Comme tu le vois, on a tout un tas de mineurs qui se sont faits la malle à bord d’un tunnelier… (Marlon pesta en se retournant de nouveau vers les deux femmes.) Le tout mené par la jedi envoyée par la Coalition, Tyria Sarkin. Aucune trace d’elle, ni du type qui l’accompagnait. Ta copine de la Guilde…
    Malon, protestant : Enlève ce ton condescendant, Joan, ça te va très mal.
    Joan : On s’en fout. Comme tu le vois, elle s’est interposée et… a donné suffisamment de sa personne pour être a priori écartée de tout soupçon. Mais on aimerait bien lui poser deux trois questions. On ne sait pas où elle est. Le spatioport est en alerte : elle ne quittera pas la planète tant qu’on n’en aura pas le cœur net.
    Marlon : Elle est avec moi. Seule. Elle m’a contacté aussitôt que leur petit entretien musclé s’est terminé. Je la ramène. Réunis les Dix.
    Joan : J’savais que je ne t’appelais pas pour rien.
    Marlon : Arrête.
    Joan, ignorant la remarque : Les gardes ont vu les esclaves embarquer, ces imbéciles ont prévu trop tard et le vaisseau des deux émissaires s’est envolé avec nos miniers. Les deux abrutis que la Coalition a envoyés ont officiellement foutu en l’air les négociations en violant un nombre incalculable de lois et traités. (Elle marqua une pause.) Les enregistrements ne nous disent pas ce qui s’est passé une fois le tunnelier à la surface…
    Marlon, lui coupant la parole : Sarkin s’est aussi envolée si c’est ce que tu cherches à savoir. Elle a éjecté Solo du vaisseau en ayant recours à la Force. Contre la télékinésie, on ne peut pas faire grand-chose.
    Joan, ricanant : C’est bon. J’ai compris. T’en fais pas, je n’ai rien à lui reprocher, ni à elle, ni à la Guilde. On vous attend. Joan, terminée.

    Le Sevari mit un terme à la conversation et fixa avec attention les quatre pupilles qui l’observaient attentivement. Ses deux iris n’avaient plus rien d’enjouées : elles n’étaient plus les deux sympathiques relais de cet homme qui jusqu’alors n’était apparu que sous les traits d’un prévenant gentleman.

    Marlon, d’un ton autoritaire : Je ne veux aucun détail, aucune allusion. Je ne veux absolument rien savoir, ni le pourquoi, ni le comment de tout ce qui s’est passé dans et au-dessus de cette mine. Vous m’avez placé et vous avez foutu un bordel sans nom. (Il lança un regard noir à Sarkin.) Toi, tu as intérêt de faire la morte et de rester dans cette barge sans broncher tant que je m’occupe de sauver ta peau en abrégeant au plus vite l’entrevue des Douze avec Solo. Avec un peu de chance, elle va récupérer, dans les prochaines heures, ses autorisations pour décoller. En attendant, tu te contenteras de moisir dans le double fond de mon engin. Quant à toi (Il pointa un doigt accusateur en direction de la Corellienne.), tu as intérêt de trouver en un tant record une explication convaincante pour justifier le boxon et l’envolée de l’autre inconsciente. Dis-moi ce que tu veux que je te ramène, tes affaires, tout.

    Solo ouvrit la bouche pour protester mais les deux éclairs que lancèrent les prunelles de Marlon la ravisèrent. Ce n’était plus l’ami mais le puissant Seigneur des épices qui leur faisait face.

    Marlon, menaçant : Ange, je te déconseille de jouer à ça, m’y oblige pas.
    Ange, capitulant : La boîte, dans ma chambre.
    Marlon : Autre chose ?
    Ange, maussade : L’ouvre pas.
    Marlon, se sentant insulté : Tu me prends pour qui ? J’te jure, Solo, si ça n’avait pas été toi, je vous expédiais fissa dans le trou du c** de cette planète en moins de temps qu’il ne me l’a fallu pour le dire.
    Ange : Merci, Marlon. Je te revaudrai ça.
    Marlon : J’y compte bien. En attendant, tout le monde joue son rôle et avec un peu de chance, ça devrait passer comme une catin dans un bordel…


    ***

    Marlon, souriant : Debout, belle endormie, tu peux sortir.
    Tyria, attrapant la main que lui tendait le Sevari : Jolie carrosserie.
    Marlon, lui adressant un clin d’œil : Et tu n’as pas tout vu…

    La barge se dirigeait à vitesse modérée vers le spacioport. Après un entretien de quelques heures, les Douze avaient consenti à laisser la Corellienne repartir vers Myrkr, jugeant – sûrement par prudence et calcul financier – que jeter trop de soupçons quant à la participation aux événements récents de l’ancien Leader s’avérait un très mauvais calcul. La Guilde avait, par son intermédiaire, avait consenti à appuyer Servacos dans la reconstruction des infrastructures détruites.

    Marlon, tendant un paquet à la Kuati : J’ai fait ce que j’ai pu. Tes fringues neuves et une perruque. Utilise tes trucs de jedi et tu devrais pouvoir quitter la planète avec Solo sans trop de difficultés.
    Tyria, essayant avec insistance de renouer le contact avec la Corellienne : Je persiste et signe : le rôle du travesti te va bien mieux qu’à moi. Tu vas pas essayer pour voir. (Ange ne broncha pas.) Grosse ambiance.
    Marlon, à Solo : Ca va aller pour piloter ?
    Ange, lui montrant son moignon : J’ai connu pire.
    Tyria : Tu sais, si tu veux un coup de main…
    Ange, lui jetant un regard noir : Approche-toi à moins de trente centimètres des consoles et je te fais bouffer mon sabre.
    Tyria, ravie : Ooooooooooh ! Une menace ! Ca me fait tellement plaisir de te retrouver.

    Mais la réplique tomba de nouveau à l’eau.
    Marlon informa les deux femmes que ses responsabilités (et surtout la réussite de sa mission de sauvetage improvisée) l’empêchaient de les accompagner jusqu’à l’Angel. Il supplia Tyria de ne ô grand jamais revenir dans le système de Servacos et pria Solo de revenir dès qu’elle serait en mesure d’avoir retrouvé la pleine jouissance de ses deux mains puis, il s’en alla.

    Aussi discrètement que rapidement, la Corellienne et la Kuati grimpèrent dans le YT. Solo se jeta dans le poste de pilotage, bien décidée à mettre les voiles au plus vite. Le spatioport l’autorisa à décoller et c’est donc avec le plus grand plaisir des deux passagères que l’Angel quitta l’atmosphère de Servacos II.

    Sarkin se tenait à une distance raisonnable de la Corellienne, évitant de s’asseoir dans la position stratégique du co-pilote mais restant tout de même présente dans le cockpit. Cette derrière, avant de sauter dans l’hyperespace, prit le soin d’informer Myrkr de son retour et contacta Wes sur sa fréquence personnelle.

    Ange : Ici, Solo. Wes, je prends le large. Je rentre au plus vite à la maison. Les ennuis continuent, je t’expliquerai.
    Wes, râlant : J’avertis le QG.La galaxie a décidé de ne plus tourner rond si tu veux mon avis…
    Ange : Parfait. Solo, term…
    Wes, l’interrompant : Attends, avant de faire le bond… Faut que tu vois ça. Je t’attends. Hamera, terminé.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 09-08-2015 23:40

    dimanche 26 juillet 2015 - 12:35 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

52 fans connecté(s)

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide