"Kanan : Le Dernier Padawan" et "Premier Sang" (Panini)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Anakin.S

    Anakin.S

    12221 Crédits

    Comme son titre l'indique, ce sujet concerne la série en deux tomes "Kanan" publiée par Panini.  Cette série a été initialement publiée en douze chapitres par Marvel aux USA. La composition des deux tomes est la suivante :

    Scénario : Greg WEISMAN
    Dessins : Pepe LARRAZ (#1-5, #7-11), Jacopo CAMAGNI (#6), Andrea BROCCARDO (#12)
    Couleurs : David CURIEL
    Couvertures : Mark BROOKS


    Et vous, qu'en avez-vous pensé ?

    Je vais tout de suis mettre les pieds dans le plat : tout support confondu, et avec "Etoiles Perdues" (chez PKJ) du côté des romans, c'est pour l'instant ce que le nouvel Univers Étendu a produit de meilleurs en terme de qualité.

    A première vue, lorsqu'on feuillète ces deux tomes, on peut penser que ces BD sont destinées à un public plutôt enfantin, pré-ado : le style graphique n'est pas sans m'évoquer les travaux de Ramon F. Bachs et de Raul Fernandez sur les œuvres Légendes "Le Côté Obscur, T 9 : Dark Bane" ("Jedi vs Sith") et "Le Côté Obscur, T 10 : La Balade de Jango Fett" ("Jango Fett: Open Seasons") ; ou encore ceux de Davide Fabbri et Christian Dalla Vecchia sur "Le Côté Obscur, T 8 : Aurra Sing" et "L'Ordre Jedi, T 2 : Acte de Guerre". Ce n'est pas trop infantilisant, mais ce n'est pas non plus très réaliste. En fait il y a ce petit côté cartoon qui rebute au premier abord mais qui, lorsqu'on y regarde de plus près, est minutieusement travaillé.

    Le trait de Pepe Larraz est net, pas trop grossier, ses vignettes sont riches en détails, les planches sont riches en cadrages, ce qui rend l'ensemble proche d'un storyboard de film d'animation qui prendrait son public (très) au sérieux (si seulement Disney osait ^^).
    A côté de Pepe Larraz, nous avons Jacopo Camagni (sur le chapitre 6) et Andrea Broccardo (sur le 12) qui, s'ils n'ont pas la même justesse, la même finesse, ni la même précision, ni la même fibre cinématographique, proposent toutefois quelque chose de similaire et qui ne dénote pas trop avec l'ensemble. Le comble étant que leur Kanan adulte est plus ressemblant à celui de la série que celui dessiné par Larraz ^^
    L'encrage contrasté des dessinateurs et le choix des couleurs de David Curiel achèvent de nous confirmer que ces deux albums ne sont pas que pour les enfants mais, au contraire visent un public plus large... plus exigeant ?

    Côté scénario nous avons Greg Weisman, qui a écrit deux des quatre court-métrages d'introduction de la première saison de la série "Rebels" ainsi que trois épisodes de la première saison. Un auteur tout indiqué, donc, pour écrire cette mini-série qui revient sur la jeunesse de Kanan Jarrus, autrefois Caleb Dum, Padawan de la Jedi Depa Billaba.
    Mais plutôt que de nous narrer simplement le passé de Kanan, Weisman préfère confronter le présent de son personnage avec son passé et ainsi faire voyager ses lecteurs entre les époques. Son récit commence donc dans le présent de Kanan, quelque part avant "
    Au secours des Anciens Maîtres"/"Rise of the Old Masters" ("Rebels" saison 1, épisode 3), alors que lui et l'équipage du "Ghost" mènent une mission sur Kaller. Et, le hasard du scénario faisant bien les choses, il se trouve que cette planète est aussi celle où lui et Depa étaient en mission lorsque Palpatine a mit en œuvre l'Ordre 66 et que leur bataillon de clones s'est retourné contre eux...
    Et c'est là que les flashbacks commencent.
    Weisman réussi alors un tour de force en parvenant à renouveler son concept d'un tome à l'autre : pour le Livre I le flash-back commence au chapitre 1 et le lecteur ne revient dans le présent de Kanan qu'à la fin du chapitre 5. Mais pour le Livre II le choix de Weisman est différent : les chapitres 7 à 11 ballotent le lecteur entre passé et présent ce qui a pour effet de dynamiser le récit et de maintenir le lecteur en halène.
    Quant aux chapitres 6 et 12 ils servent chacun d'épilogues aux arcs auxquels ils sont rattachés et se déroulent alors exclusivement dans le présent.
    Mais l'auteur ne s'arrête pas là : il réussi son second tour de force en osant jouer avec la temporalité, plaçant les flash-back du tome 2 avant celui du tome 1.
    La structure narrative devient alors plus haché, moins linéaire, dans une séquelle en forme de préquel qui permet à Depa Billaba d'apparaitre dans le Livre II alors qu'elle a été abattue dans le Livre I.

    Une fois ces bases posées, Weisman nous raconte, dans un premier tome très dur et sombre, comment ce jeune Padawan en fuite parvient à survivre dans ce monde qui ne veut plus de lui. Ou comment le Jedi Caleb Dume laisse petit à petit la place au contrebandier Kanan Jarrus. Ce qui ne se fait pas sans mal : Caleb doit oublier tout ce qu'il a appris, tout ce qui fait de lui un Jedi, et apprendre tout ce qu'on ne lui a pas enseigné : "vivre parmi la lie de la Galaxie, mentir, tricher, voler." Des notions qu'il apprend au contact d'un contrebandier Kallerien nommé Jarrus Kasmir, vaurien haut en couleur, peu fréquentable de prime abord, mais qui se révèle digne de confiance ; cet apprentissage devant lui servir, avant tout, à affronter ses  ancien camarades : les clones de son ancien bataillon, le Commandant Grey et le Capitaine Styles, qui le traquent sans relâche. Ces deux personnages sont d'ailleurs digne de leur prédécesseurs de la série "The Clone Wars" et des premières BD "Clone Wars".

    Dans le second tome, puisque les flashbacks sont antérieurs à celui du tome 1, nous découvrons comment, en pleine Guerre des Clones, Caleb devient le Padawan de Depa Bellaba. Le niveau d'intérêt pour ces albums s'élève alors encore un peu plus lorsqu'on découvre le passé de Depa : celle-ci a vécu un énorme traumatisme lors de sa précédente mission, ses troupes ont été décimées par un mystérieux adversaire sur Haruun Kal et est tombé dans un coma prolongé de plus de six mois...
    Quelle agréable attention de la part de Greg Weisman que d'offrir une conclusion au destin de Depa Billaba dans l'Univers Légendes. En effet, dans le roman "Point de Rupture" de Matthew Stover, le Maître Jedi vivait une situation très similaire, sur la même planète, avec le même résultat. Et dans la BD "Clone Wars, T 6 : Démonstration de Force" on découvrait Mace Windu, plusieurs mois plus tard,  la veillant dans un jardin du Temple Jedi et faisant part
    de ses doutes à Maître T'ra Saa quant à son réveil. Puis... plus aucune nouvelle. Nous la supposions donc assassinée par Anakin ou quelques clones lors de l'attaque du Temple dans "la Revanche des Sith", mais sans grande certitude.
    Weisman profite ainsi de cette incertitude pour reprendre à son compte les grandes lignes de cette mésaventure et lui donner une conclusion digne de ce nom. Weisman ajoute néanmoins un petit détail à la tragédie D'Haruun Kal. Un détail, en forme de personnage, que ne pouvait pas intégrer Stover à l'époque puisque le dit personnage n'avait pas encore été créé par Lucas et ses équipes : le Général Grievous. Libre aux lecteurs, ensuite, de l'intégrer, ou non, au roman.
    Des références de ce type, le tome 2 en est truffé : des personnages issus de "The Clone Wars" (dont je ne me souvenais même plus) par-ci, des personnages issus de la saison 2 de "Rebels" par-là, ainsi que des références au roman "A New Dawn"... Weisman trouve même le temps et le moyen de s'amuser avec
    LA révélation de l'épisode 16 de la saison 2 de "Rebels" : "Au Cœur des Ténèbres"/"Shroud of Darkness".

    Un petit mot aussi au sujet des couvertures réalisées par Mark Brooks et qui sont justes splendides. Elles peuvent toutes finir sous cadre tellement elles sont beaucoup plus que de simples illustrations du contenu de la série. Paradoxe géniale car elle ont beaux être à mille lieux du style de Larraz, elle collent pourtant parfaitement à l'ambiance de la série.

    Bref, pour une fois Marvel ne nous pond pas un récit qui a goût de trop peu. Nous avons là un récit adulte, très bien écrit par un auteur qui sait jouer avec le matériel, canon ou pas, mis a sa disposition ; le tout servit par des dessins faussement enfantins, tout aussi bien réalisés. Deux tomes qui méritent, finalement, de n'en faire qu'un seul : Marvel a déjà programmé un omnibus outre-atlantique, alors peut-être que Panini suivra ?

    Ce message a été modifié par Anakin.S le dimanche 12 mars 2017 - 13:58

    vendredi 23 septembre 2016 - 02:26 Modification Admin Réaction Permalien


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

51 fans connecté(s)

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide