Mission avec le parrain : Cole Pr'Col - Ange Solo. Une étincelle dans les étoiles. (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits Modo

    Ce qui ne devait être qu’une simple mission de formatrice en binôme venait soudain de prendre une tournure qui attisait de plus en plus la susceptibilité de Solo. La Corellienne ne s’embarrassait que rarement de la très noble mais également très pesante tâche de former des novices, agacée très rapidement qu’elle était par des comportements qu’elle estimait être aussi stupides que suicidaires et qui, de surcroît, avaient tendance à servir davantage des intérêts personnels que ceux de la Guilde. Toutefois, elle savait également mettre de côté ses propres convictions personnelles afin d’assurer une relève en conformité avec les propres exigences du groupe auquel elle appartenait.

    A peine Solo avait-elle volontairement déviée le carreau de son novice que l’endroit, auparavant si sombre, s’anima soudainement. Le Trandoshan se mit à aboyer des ordres et il ne fallut, pour ainsi dire, que quelques secondes pour que ses hommes de main ne se hâtassent dans leur direction. Ange laissa fuser une série de jurons et, de mauvaise humeur, se tourna dans la direction de Cole non seulement pour le féliciter mais également pour le sommer de décamper fissa.

    Quand elle constata, stupéfaite, que ce dernier gesticulait faiblement sur le sol, le visage défiguré par une douleur envahissante, ses traits se figèrent en une expression de lassitude blasée. Si elle ignorait précisément la manière dont un Gotal percevait une surcharge électromagnétique par l’intermédiaire de ses cornes, elle savait parfaitement ce que sa particulière empathie excessive pouvait provoquer pour l’avoir vécu au quotidien du temps où elle n’était pas coupée de la Force. Le contemplant, elle soupira bruyamment, se baissa, le qualifia une nouvelle fois de crétin à voix haute et mesura son pouls. Elle ne pouvait bien évidemment pas déguerpir en le laissant seul dans cet état et opta, ainsi, pour la désagréable option qui consistait à se laisser capturer par cette bande de Wombats et espérer que ces crétins éteignissent rapidement les générateurs de l’usine qui, le cas échéant, ne tarderaient pas éveiller l’attention dans le quartier ou les fissent évacuer dans un endroit plus au calme où son novice deviendrait autre chose qu’un poids mort étendu sur le sol.

    Trois Corelliens à peine sortis de l’adolescence les encerclaient à présent. Elle maugréa une fois de plus et leva les mains en l’air.

    Type n°1, blaster en main : Bouge pas, ma jolie. Ça me ferait de la peine de te faire du mal.
    Ange, du tac-o-tac : Et moi de te renvoyer fissa dans l’utérus de ta mère si tu t’approches d’un peu trop près.

    Le plus grand, et vraisemblablement le moins professionnel des trois, éclata d’un rire sonore.

    Type n°1, au Type n°2 : Ferme-la, Kyle et va lui prendre ses armes.
    Kyle : J’en sais rien, Myn… Elle a des sabres-lasers, si c’est une Jedi…
    Myn : Si c’était une Jedi, elle nous aurait déjà tous fait sauter la cervelle.

    Le dénommé Kyle, peu hardi, fit un pas dans la direction de Solo tandis que l’autre brandissait toujours son arme dans sa direction.

    Ange, regardant l’homme qui lui ôtait à l’instant l’un de ses sabres-laser : Si tu fais un seul mouvement déplacé, j’endommage ta masculinité.

    Le troisième, quant à lui, un blondin d’un mètre quatre-vingts n’avait rien dit. Il la fixait d’un air nonchalant, arme en main pendant que Kyle, qui en avait presque fini avec elle, ôtait la vibrolame qui dépassait de sa botte et la balança dans le tas formé par ses deux blasters, ses deux sabres et le matériel de cambriolage qui pendait jadis à sa ceinture. D’un mouvement de la tête du blondinet muet, il se pencha alors vers le Gotal et le débarrassa également de toute arme potentielle.

    Des pas se firent alors entendre tandis que la clameur assourdissante de l’usine se mourrait dans un cri d’agonie au grand soulagement de la Corellienne. La silhouette du Trandoshan arriva alors dans son champ de vision tandis que celle plus sinistre encore du Quarren traînait quelques peu en arrière. Le premier les gratifia de leur réactivité et le second, toujours en retrait, souligna leur négligence en leur rappelant que manquer de discrétion ruinerait toutes leurs chances de mener à bien leur plan.

    Yuussk, réendossant son rôle de Leader : Attassshez-les !

    Alors que deux des Wombats les ligotaient à l’aide de câbles entreposés non loin de là, le Quarren n’avait fait que soutenir le regard perçant que lui lançait Solo, lui assurant ainsi qu’il savait pertinemment qui elle était contrairement aux autres qui ne semblaient la considérer que comme une simple intrus. Cet échange sans le moindre son ne la rassurait guère et venait, par ailleurs, de lui certifier de quel individu il fallait essentiellement se méfier.

    Dans la mesure où elle ne porta pas la moindre attention à ce qu’elle n’estimait ne pas être d’une importance capitale, elle sentit qu’on venait de lui faucher les jambes. Les lois de la gravité régissant Corellia, elle se trouva instantanément attirée vers le sol et se réceptionna au dernier instant sur ses avant-bras. Un rapide coup d’œil à son novice et elle comprit que ce dernier reprenait un peu de contenance.

    Myn, en posant sa botte contre son menton : On t’a dit à genoux.

    Ange se redressa, les fesses posées sur ses talons, l’expression revêche, n’ajouta rien.

    Yuussk : Qui êtes-vousss et qu’essssst-ce que vous faites issssssi ?
    Ange, le toisant la tête haute : Je ne parle pas aux subalternes, Face de lézard.

    Et comme pour appuyer ses propos, elle cracha allègrement sur le sol, ce qui lui permit de récolter une gifle magistrale de la part de son interlocuteur et ce qu’elle estima être un rictus sur le visage tentaculaire du désormais surnommé Face de Poulpe. D’une digne rotation du cou, elle replaça ses mèches de cheveux, tendit sa joue meurtrie et s’assura discrètement de l’activité naissance de Cole.

    Ce bougre n’y avait pas été de griffe molle.

    S’emparant du sabre-laser qu’elle identifia comme le sien, ce dernier l’agita juste sous son nez, espérant sans doute la motiver à lui fournir des expressions.

    Yuussk : C’esssssst à toi, ça ?
    Ange, le regard dédaigneux : Hideux et sourd par-dessus le marché. Je t’ai déjà dit : je ne parle pas aux subalternes.

    La Corellienne vit de nouveau l’humanoïde lever son bras et l’abattre au même endroit que la minute précédente. La douleur se rependit dans toute sa mâchoire. Elle serra les dents tandis que le Gotal se relevait maladroitement. Offrant de nouveau le côté droit de son faciès meurtri en guise de provocation, elle ne prêta alors plus aucune attention à ses geôliers, se contentant d’observer son novice et, par la même occasion, de laisser libre-courte quant à ce qu’elle pensait de son comportement.


    dimanche 27 novembre 2016 - 21:18 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    1785 Crédits

    (post écrit en collaboration avec Ange. Encore une double dose :p  !)

    Cole commençait à reprendre ses esprits. Les parasites devant ses yeux se faisaient plus rares, la bouillie résonnante dans ses oreilles se transformait en bruits reconnaissables et il éprouva à nouveau avec reconnaissance la sensation solide du sol métallique sous lui.

    Sans vraie surprise, les premières paroles distinctes qui lui parvinrent furent les reproches -en partie justifiés- de Solo.
    _ Alors ça y est ? Ta cervelle recommence enfin à fonctionner correctement ? Enfin aussi correctement qu’elle en est capable et ça n’est pas beaucoup demander…

    Cole se redressa tout doucement sur son séant, encore désorienté et apparemment inconscient des armes braquées sur lui.

    «  En tout cas voilà pourquoi je déteste participer moi-même à la formation des novices ! Qu’est-ce qui t’a pris de foncer comme ça et d’agir sans réfléchir ? »
    _ Vous ne pouvez pas lire son aura, rétorqua Cole d’une voix lasse en désignant le Quarren du menton. C’est une cacophonie de souffrances qui en émane. Il a commis des horreurs que vous n’imaginez pas.

    Face de poulpe se dandina sur lui-même, mal à l’aise. Ce fut pourtant Yuussk qui s’adressa à Myn.
    _ Sssluygh et moi allons partir tout de sssuite pour les chantiers. Eliminez sses deux-là en les attachant aux bombes avant de partir. N’esssayez pas de jouer avec la femelle. Elle est très dangereuzze. Et ne tardez pas à nous rejoindre. Nous devons avansssez la réalizzation de nos plans.
    Conservant une attitude passive, Pr’Col ne put cependant s’empêcher de remarquer, maintenant qu’il était proche des deux chefs, qu’un lien semblait exister entre eux. C’était comme si certaines ondes du champ du Quarren se surimposaient à celles du Trandoshan.

    Yuussk et Sluygh ne perdirent cependant pas leur temps à rester sur place et quittèrent rapidement la pièce, alors qu’Ange recommençait à décharger sa colère.
    _ Heureusement que tu n’es pas télépathe alors ! Si tu voyais le merdier qui est dans ma tête, je serai sans doute la prochaine sur la liste.

    Sujet à une migraine lancinante et contrarié de voir sa « proie » s’envoler, le chasseur de primes, déclara lapidaire :
    _ Vous n’auriez pas dû m’empêcher de l’’abattre. Vous ne savez pas de quoi il est capable.
    Et il ajouta, avec une parfaite mauvaise foi.
    « Si vous m’aviez laissé faire, nous serions déjà loin ! »

    Ange eut un bref éclat de rire sans joie qui surprit Kyle et lui fit esquisser un pas en arrière :
    _ Crétin ! Tu penses vraiment qu’avec tous ces imbéciles autour de nous, nous aurions pu nous enfuir si facilement ?
    _ Hé ho ! Protesta faiblement Kyle, blessé dans son orgueil. Ange l’ignora superbement.
     «  Et en quoi tuer Face de Poulpe fait partie de la mission, tu peux me le dire ? »
    Cole se redressa brusquement et, cette fois, ce fut le blondinet derrière lui qui eut un geste de recul.
    _ La mission n’a rien à voir. Ce Quarren doit être abattu. Pas par vengeance, pas par justice, mais pour éviter qu'il n’inflige d’autres souffrances !

    La corellienne se releva à son tour et l’air pas-contente-du-tout marcha sur Cole jusqu’à ce que leur visage ne soient plus qu’à dix centimètres l’un de l’autre.
    Les Jelly Wombats qui les encerclaient échangeaient des regards mi amusés, mi mal à l’aise, ne sachant comment réagir.
    Le leader de la Guilde pointa un index accusateur sur la poitrine de Cole.

    _ Tu te prends pour qui à la fin ? De quel droit décides-tu de qui doit vivre ou mourir ? T’es pas la Force que je sache !
    _ Je vous retourne la question ! De quel droit me jugez-vous ? Personne ne sait ce que la Force veut ou ne veut pas ! Même les Jedis n'apportent pas de réponse claire à cette question ! Je les ai assez fréquentés pour le savoir...
    « Alors il faut agir selon ses convictions. C'est pour ça que j'ai décidé d'être celui qui coupe le mal à la racine et d'endosser ce rôle de bourreau, même si je n'y prends aucun plaisir ».
    _ Va pas foutre les pieds dans un domaine que tu ne connais pas, un bon conseil ! Laisse les Jedi et leurs fadaises sur la Force de côté, tu veux ?Tu ne sais rien de ce qu'est un « rôle de bourreau », alors arrête avec tes discours grandiloquents !

    Ils parlaient avec leurs tripes, avec leur âme. Leur colère n'était pas feinte. Pourtant l'un comme l'autre, sans en avoir l'air, guettaient les réactions des Wombats du coin de l'oeil. Et les voyous commençaient visiblement à s'impatienter.
    Cole lui aussi sembla perdre son self-contrôle.

    _ On ne peut jamais discuter avec vous ! Il faut que vous ayez toujours raison !
    Et il fit mine de la frapper. Le coup était franc, mais porté avec la maladresse proverbiale du Gotal dès que l'on évoquait le sujet du combat à mains nues.
    Ange, bien que surprise de cette réaction inattendue, n'eut aucun mal à prévoir et s'écarter de la trajectoire du poing tendu vers elle, et elle eut une folle envie de cueillir son novice dans l'abdomen avec son genou. Mais au même moment Cole lui fit un clin d'oeil et chuchota :
    « Projetez-moi !»

    En une fraction de seconde, elle réalisa que le tas constitué par leurs armes se trouvait derrière Kyle qui lui même se tenait... juste dans son dos.

    _ Avec grand plaisir !
    Elle prit Pr'Col par les pans de sa veste, se laissa tomber sur le dos, tout en décochant une ruade qui catapulta le chasseur de primes par dessus puis derrière elle.

    Kyle commit l'erreur de se décaler pour éviter d'être percuté par le projectile vivant et laissa le passage à Cole. Moins atteint qu'il ne le semblait, Cole amortit sa chute en atterrissant sur ses quatre membres... A portée de main de leurs possessions confisquées.

    Son premier geste fut de saisir l'un des sabres lasers et de le lancer vers Solo. La corellienne, qui n'attendait que ça, le réceptionna, l'activa aussitôt et dans un ample mouvement latéral, trancha de sa lame argentée l'extrémité de plusieurs fusils blasters braqués sur elle.
    Le chasseur de primes se saisit ensuite d'un des DL-44 et, avec une rapidité faisant passer l'arme pour un blaster à répétition, enchaîna les tirs sur les Wombats les plus éloignés, les plus dangereux. Tous ses tirs ne firent pas mouche, mais entre l'effet de surprise, la proximité relative de leurs assaillants et la rapidité d'exécution, quatre corps s'effondrèrent. Ange remarqua toutefois que le Gotal avait visé les armes, les jambes ou les épaules de ses cibles.

    De son côté , et maniant son sabre avec la prudence que requérait une telle arme, elle chargeait les autres voyous effarés et les mettait hors de combat par des coups de pommeau et de pieds.

    Deux Wombats qu'ils n'avaient pas vu sautèrent des passerelles en hauteur sur le dos de Cole, armés de vibrolames. Alerté au dernier moment par ses cornes, Pr'Col put éviter un coup mortel, mais son bras droit fut éraflé par l'une des armes qui ouvrit une plaie béante sur son membre.
    Le chasseur de primes cria de douleur et de surprise, mais dans le même mouvement, il lança son bras gauche dans le tas d'armes et en retira le second sabre de Solo.

    _ Espèce d'inconscient ! commenta Ange, alarmée.
       Sans entraînement ni maîtrise de la Force, le Gotal risquait autant de se blesser lui même que ses adversaires.
    Elle mit à terre le dernier sbire de Yuussk se trouvant de son côté, s'empara de son fusil et tira sur l'assaillant de Cole le plus en retrait. Touché à l'omoplate, le voyou s'effondra en geignant.
       Mais son angle de tir ne permettait pas à la corellienne d'atteindre l'autre épéiste. Il y avait trop de chances qu'elle touchât son novice.
       Ses craintes s’avérèrent cependant infondées. Cole, avec des mouvements semblant lents et maladroits, mais en réalité très précis, intercepta l'épée qui fonçait sur lui en un angle tel qu'un bref instant les deux lames se confondirent. L’arme dénuée de cortose fondit aussitôt ne laissant au Jelly Wombat qu’une poignée entre les mains. Le voyou tenta malgré tout de repartir à l’attaque, trop bête pour se rendre compte qu’il avait déjà perdu.
      Le Gotal résista à la tentation d’exécuter un ample geste pour accueillir l’assaut, mais se contenta d’une torsion modérée du poignet et d’un simple pas en avant pour placer un estoc sur l’épaule de son adversaire. Le Wombat cria à son tour et s’effondra.

      Plus personne ne se dressait autour des deux membres de la Guilde. Ils se tenaient à environ cinq mètres l’un de l’autre, sabres allumés. La tension, loin de retomber, connut un nouveau pic lorsque Cole, en dépit de son bras droit en sang, reprit la parole comme si rien ne s’était passé.

      « Je sais parfaitement ce qu’être un bourreau signifie. J’ai endossé ce rôle deux fois. La première, je voyageais avec un Jedi, Sy’ar Tal. J’étais comme lui. Je croyais en la préservation de la vie à tout prix. Nous sommes tombés sur un village, sur Kashyyyk dont les habitants avaient été réduits en esclavage par un dément et ses hommes. Nous y avons mis bon ordre et capturé le fou. Mais il s’est échappé et a recommencé ailleurs, semant derrière lui de nouvelles victimes. Je l’ai traqué pendant presque un an avant de le retrouver et de finalement prendre la décision de l’abattre. »
      «  La seconde fois, c’était juste avant de partir pour Myrkr. Un violeur en série, un sadique. Toutes les tentatives de thérapies avaient échouées. Il recommençait. Et il aurait encore recommencé si je ne l’avais arrêté. »
      « Je suis parfaitement conscient de ce que mon choix implique »..
      Il était clair qu’il aurait voulu en dire beaucoup plus, mais il s’interrompit. Il y avait dans son regard un mélange de rage, de tristesse et de ressentiment comme s’il en voulait personnellement à Ange de ne pas comprendre sa détermination et de sous-estimer son propre entendement de la situation.

      La corellienne eut un imperceptible geste de défiance, sa main raffermissant sa prise sur la poignée de son sabre. S’attendait-elle à ce qu’il l’attaque avec sa propre arme ? Réalisant cela, les émotions violentes du chasseur de primes s’évanouirent, laissant la place à une intense lassitude.
      « Non, jamais ... »
      Il éteignit son arme, marcha vers elle et la lui tendit, poignée en avant.

    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le vendredi 02 décembre 2016 - 16:55

    vendredi 02 décembre 2016 - 16:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits Modo

    Ange tendit la main vers le pommeau que son novice lui tendait. Sans rien ajouter de plus, elle l’attrapa, le visage crispé par une sévérité réprimée. Voir cette arme dans une autre main que la sienne lui procurait une désagréable sensation mais ce bref aperçu d’un balbutiement de maniement lui rappelait davantage encore à quel point cette lame pouvait être mortelle quand on ne savait pas la manier, ce qu’elle n’avait jamais cessé de rabâcher dans sa classe du temps où elle était Maître d’armes.

    Sans quitter des yeux son novice, elle refixa le sabre à sa ceinture et resta interdite quelques instants sans rien dire. Si les sensations qu’elle éprouvait demeuraient suffisamment nettes pour qu’elle soit en mesure de les identifier distinctement, il n’en demeurait pas moins qu’elle était dans l’incapacité de les formuler à voix haute.

    Elle se mordit l’intérieur de la joue gauche.

    Ange, la voix et le regard glacials : Jamais, plus jamais. Ou tu finiras comme moi.

    Et elle tourna le dos au Gotal sans rien ajouter, son attention s’était déjà focalisée sur le corps assommé qui gisait inanimé sur le sol. Elle s'accroupit, déboutonna la veste du jeune homme et passa sa main au seul endroit qui l’intéressait. Quelques instants plus tard, elle sortit, victorieuse, un minuscule sachet transparent qu’elle passa à la lumière artificielle. Elle replongea ses doigts dans la poche de la veste et, tout en se relevant, ouvrit sa précédente prise. Prudente, elle hasarda le bout de sa langue contre la substance et fit une moue défaite.

    Piètre qualité mais ça fera l’affaire.

    Consciencieusement, elle se roula une cigarette chargée d’épices à fumer et l’alluma du briquet qu’elle s’était approprié en guise de dédommagement partiel suite aux sévices infligés. Elle inhala la première bouffée, ferma les yeux et lissa théâtralement ses vêtements, ce qu’elle faisait toujours pour se redonner un tant soit peu de contenance tout en se débarrassant symboliquement d’un sujet qu’elle ne voulait pas aborder. Elle se tourna alors vers Cole, s’approcha de lui un demi-sourire sur les lèvres et lui mit la main sur l’épaule tout en le dépassant.

    Ange : Allez, on décolle.

    L’incident était clôt.
    Elle s’assit alors sur une des balustrades et aspira consciencieusement la drogue bouffée par bouffée en l’observant. Cole resta interdit quelques instants. Il fixa Solo, donna un coup de tête à droite, puis à gauche et revint à a position d’origine.

    Cole : Vous…
    Ange, lui coupant la parole : Je t’attends. C’est toi le chasseur de primes, que je sache.

    Et elle se mit à bailler, fit quelques cercles avec sa mâchoire meurtrie et continua sa besogne. Tandis qu’elle voyait son novice s’agiter de-ci, de-là, Solo prenait ses aises à l’aide de la substance, la rendant consommable dès que la précédente dose avait cessé d’exister. Son esprit s’embuait et elle reprenait paradoxalement ainsi un peu plus d’aplomb sans cesser toutefois d’avoir un œil sur son novice mais aussi sur les trois petites frappes qui ne bougeaient pas d’un pouce.

    S’éloignant, le Gotal signala à la Corellienne qu’il allait vérifier quelque chose. Elle agita la main en guise d’approbation et s’adonna de nouveau à sa rêverie qui fluctuait d’une image floue et indiscrète à une autre qui l’était plus encore. Enfin, il revint, la mine pour le moins déconfite.

    Cole, visiblement déçu : Aucune trace, pas un papier, rien. J’ai aussi allumé les terminaux que j’ai pu trouver dans un bureau désaffecté.
    Ange, haussant un sourcil : C’est pas franchement surprenant.
    Cole : Je me disais… Vu le quartier, il me paraît pas improbable qu’il y a un système de vidéosurveillance… Si on pouvait s’y brancher et récupérer les bandes...

    La Corellienne lui répondit par un sourire malicieux.

    Cole, continuant : Vous devez sûrement avoir un contact qui pourrait illicitement…
    Ange : Illicitement ? (Elle éclata de rire.) Pas la peine : on peut directement contacter la CorSec.
    Cole : Tout est contact.
    Ange, lui montrant les dents : Tout est contact.

    Elle sortit son comlink, pianota dessus quelques instants et attendit plusieurs tonalités.

    Une voix masculine : De retour au Bercail, Panthère des Sables ?
    Ange : La maison me manquait.
    La voix : Je te manquais ?
    Ange, le raillant : Tu lis dans mes pensées.
    La voix, après une pause : Besoin d’un service ?
    Ange : On dirait bien… Tarification habituelle ?
    La voix : Ça me va… Juste de passage ou t’as le temps de passer ?
    Ange, jetant une œillade à son filleul : Pressée. J’suis sûre un truc franchement moche.
    La voix, redevenue sérieuse : Je t’écoute.

    La Corellienne lui décrivit alors la situation, le lieu dans lequel ils se trouvaient et une description précise des deux individus qu’elle recherchait. Elle attendit de longues minutes et son interlocuteur reprit soudain vie.

    La voix : T’as de la chance que je sois en service.
    Ange, ricanant : Je sais être généreuse.
    La voix, riant : J’en prends note. (Il marqua une pause.) Je viens de t’envoyer quelques clichés sur ton datapad. Speeder. Plaque. Tout. Ils sont presque arrivés au Spacioport. Je vais les prévenir d’envoyer une patrouille fouiller un peu, histoire que tu aies le temps de les rattraper.
    Ange : Merci, Vict.
    Vict : Le plaisir est pour moi.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le jeudi 12 janvier 2017 - 22:46

    jeudi 12 janvier 2017 - 21:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    1785 Crédits

    Bouche bée, Cole n'en crut pas ses cornes. Ni ses yeux. Ni ses oreilles. Il se tenait devant Solo, le bras droit dégouttant de sang. Ils venaient de vaincre une dizaine de voyous tout en s'eng*lant copieusement. Leurs proies venaient de s'échapper.

    Et le chef de la Guilde se roulait et fumait un pétard comme si elle se trouvait dans un salon de plaisirs de Servacos....


    Il se reprit et analysa les informations transmises par ses sens. Le problème c'était qu'il ne parvenait pas à les interpréter.

    Quand elle avait repris le sabre... Une mini tempête s'était déclenchée dans le champ magnétique de la Corellienne. Cet objet avait une histoire. Une lourde histoire chargée d'émotions.

    Il fut tenté de poser la question. Il se ravisa.


    Et puis que voulait-elle dire en signifiant « Jamais, plus jamais. Ou tu finiras comme moi » ? Hypocrite ! Il était connu qu'elle ne tuait jamais ! Il avait largement dépassé ce stade, pensa-t-il avec de la colère mêlée de regret. Qui n'entama toutefois pas sa détermination.


    Elle le déconcerta à nouveau en s'approchant de lui et en lui tapotant l'épaule.

    _ Allez on décolle.

    Il s'était attendu à ce qu'elle le sacque. A de nouvelles remontrances, un ressentiment inaltérable...

    Au lieu de quoi, la drogue aidant, le champ magnétique d'Ange avait repris son harmonie habituelle. 


    _ Vous…

    _ Je t’attends. C’est toi le chasseur de primes que je sache.


    Mais il y avait des tâches à accomplir avant de partir. A commencer par soigner sa blessure. Heureusement, il avait pris soin d’acquérir aussi un médipack au Treasure Ship Row. Mais il n’avait pas pensé en avoir besoin si tôt. En utilisant ses dents et son bras gauche, il parvint tant bien que mal à bander son bras. Solo ne lui proposa pas son aide. Il ne la demanda pas. Après tout, il devait lui prouver qu’il savait se débrouiller seul. Il avait eu une vie avant d’entrer dans la Guilde, bon sang !


    Il ligota les Jelly Wombat et informa la Corellienne qu’il allait rapidement inspecter les lieux. Ses investigations ne donnèrent rien. Yuussk et Sluygh avaient pris soin de ne laisser qu’un minimum de traces. Rien qui eut pu le renseigner sur leurs plans et intentions futurs. Il revint dans la pièce principale en ayant la désagréable impression d’avoir négligé quelque chose.


    Il informa son Leader de l’absence de résultat de ses recherches.

    _Aucune trace, pas un papier, rien. J’ai aussi allumé les terminaux que j’ai pu trouver dans un bureau désaffecté.
         _ C’est pas franchement surprenant.
       _ Je me disais… Vu le quartier, il me paraît pas improbable qu’il y ait un système de vidéosurveillance… Si on pouvait s’y brancher et récupérer les bandes...

    « Vous devez sûrement avoir un contact qui pourrait illicitement… »
       _ Illicitement ? Pas la peine : on peut directement contacter la CorSec.
       _ Tout est contact...
      _ Tout est contact. 


    Mais pendant qu'Ange discutait avec l'employé, le Gotal ruminait.

    La Corellienne semblait satisfaite de son cheminement de pensée. Cole beaucoup moins. Même s'il faisait de son mieux pour s'entendre avec tout le monde, il n'avait pas ce sens des relations permettant de développer un réseau étendu de contacts. Il restait trop sur sa réserve. Les bibliothèques et holonet étaient ses amis. Les gens, un peu moins.


    Solo finit par éteindre son comlink.

    _ J'ai les infos. Mais il va falloir se dépêcher, ils sont déjà presque au spatioport.


    Ils s'empressèrent en dehors de l'usine, par l'entrée principale, cette fois.

    _On appelle un tax... ?

    Mais le chasseur de primes n'avait pas fini sa phrase qu'un landspeeder de location, piloté automatiquement et envoyé par le dénommé Vict s'arrêta devant eux.

    _Inutile, répliqua narquoisement Solo. 


    A peine étaient-ils en route vers le spatioport que le comlink du Leader bipa à nouveau.

    _ Ange ? C'est Okins. J'ai enquêté sur le nom de Voross que tu m'as transmis tout à l'heure.

    « Tu ne devineras jamais... Il n'y a aucun rapport avec Bossk. Par contre, ce cher Yuussk avait un frère cadet. Qui s'appelle justement Voross... J'ai aussi.... »

    Mais sa voix fut noyée par une explosion qui ébranla les bâtiments derrière eux.


    Cole laissa fuser une exclamation de rage :

    _ Abruti de moi ! Je savais que j'avais oublié quelque chose ! J'aurais dû deviner, vérifier...

    Il était furieux.

    _ Qu'est-ce que tu veux dir... ?

    Mais un autre bip retentit, l'informant qu'elle avait un double appel.

    « Vict ? »

    _ Ange ! La Force soit louée, tu es sortie de là à temps. J'ai capté un signal radio à distance en direction de l'usine et un instant après tout sautait. J'ai eu peur que tu ne sois encore à l'intérieur.

    _ Les bombes, expliqua Cole, contrit à l'extrême.

    « Yuussk...Ou Voross... les avait mentionnées, et je n'y ai plus repensé. C'est Sluygh qui les a déclenchées ».


    _ Des survivants ? Interrogea la corellienne.

    _ Aucun, répondit l'employé de la Corsec. Le bâtiment n'est plus qu'un tas de ruines fumantes. Les charges étaient si puissantes que plusieurs des habitations autour ont été endommagées.

    « Ce sont les deux types que tu poursuis qui sont responsables de ça ? Si oui , je peux demander à ce que la patrouille que j'ai envoyée les arrête... Voire « commette une bavure... » "


    Le Leader de la Guilde jeta un regard au chasseur de primes à ses côtés, plus renfrogné que jamais, et demanda à Vict :

    _ C'est presque certainement le Quarren. Mais est-ce que tu as pu remonter le signal ? Est-ce que vous êtes en mesure de prouver que c'est lui ?

    _ Nan, le signal a été trop bref pour que je puisse l'enregistrer. J'ai rien qui pourrait justifier qu'on les embarque.

    L'ami de Solo semblait sincèrement désolé.

    _ Alors ne faites rien à part les retenir autant que vous pourrez. Et attention, ils sont dangereux.

    _ J'ai pu le constater.


    Elle regarda à nouveau Cole. Il affichait une expression à la fois admirative (mais pourquoi donc?) et chagrinée, mais derrière cette accalmie apparente, Ange devinait que le feu couvait toujours. Il ne dit rien pourtant.


    Ange repassa sur son autre interlocuteur, toujours en attente.

    _ Pardon, Okins. Un événement inattendu. Que disais-tu ?

    _Tu m'as fait peur pendant un instant. Comme d'habitude... Bref... Voross est le frère de Yuussk. J'ai aussi fouillé un peu dans les registres de Trandosha et j'y ai découvert un certificat de décès au nom de Yuussk. C'est à peu près tout...

    _ Et aurais-tu quelque chose sur un Quarren nommé Sluygh ? Peut-être lié à la Guilde ?

    Le comlink resta silencieux quelques secondes.

    _ Ah là, c’est sorti beaucoup plus vite ! Oui, il a fait partie de la Guilde. Des trucs pas très jolis. Vraiment pas jolis. Le genre de trafics auxquels tu as mis fin à ton arrivée. Il était déjà dans le colimateur d’Edoras, mais notre ancien Leader n’a pas eu le temps de s’occuper de son cas. Par contre, Sluygh a déserté dans la journée ou il a été annoncé que tu reprenais les commandes. Depuis, il a disparu des radars. C’est tout ce que j’ai.

        _ Ca nous aide quand même à y voir un peu plus clair. Je te recontacte. 


    Solo résuma à son novice ce qu’elle venait d’apprendre.

    « Ce que je ne comprends pas, c’est le pourquoi cette mascarade ? Cette double imposture ? Ce Voross se fait à la fois passer pour son frère et un clone de Bossk ? Pourquoi ? »

    _ Sluygh se couvre doublement, déclara finalement Pr’Col en sortant de son mutisme. 

    « En faisant croire que les attentats sont l’oeuvre d’un clone de Bossk, il brouille les cartes. Et cela lui est plus facile d’impressionner de jeunes voyous comme les Wombats et de les engager comme… main d’oeuvre sacrifiable. »

    « Celui qui découvre que cette histoire de clone est une supercherie ne cherchera pas plus loin que le nom de Yuussk. Un quasi-terroriste désavoué par la Guilde et qui a des raisons de vouloir se venger d’elle. Le coupable idéal. Sluygh peut rester dans les ombres sans que son implication ne soit découverte. »

    _ Ca correspondrait à son profil. Mais Voross alors ?

    _ Histoire classique d’un jeune cherchant à venger son frère. Le Quarren doit le manipuler. Même si j’ai l’impression qu’il manque encore une pièce du puzzle...


    Ils restèrent un moment silencieux, digérant ces révélations.

    Après quelques minutes à regarder défiler le paysage, le Gotal reprit la parole.

    _ J'ai eu tort de foncer comme je l’ai fait. C’était stupide, je nous ai mis en danger et j’ai mis la mission en péril. Pour ce que ça vaut, je m’en excuse. Pourtant, vous êtes restée et vous ne m’avez pas abandonné. Merci.


    Le Leader resta de marbre. Cole fit de son mieux pour s’abstenir de la « lire ».

    _Tu es mon novice, lâcha-t-elle finalement comme si cela expliquait tout.


    Le silence se réinstalla une pleine minute et fut à nouveau brisé par le chasseur de primes.

    _ Je ne renoncerai pas. Sluygh devra être abattu. Mais l’accomplissement de la mission aura la priorité. Pour vous. Pour la Guilde.

    « Vous feignez d’être le méprisable Leader dépravé des hors-la-loi de la galaxie. Mais en fait, vous vous souciez de tous. Vous êtes restée pour moi. Vous avez pris garde que Vict et ses collègues ne s’attirent pas d’ennuis. C’est pour ça que presque tous vous sont loyaux. »

    « Les Jedis… Les gens comme vous -oui, je viens de vous comparer aux Jedis-, vous êtes des symboles, des exemples pour les autres. Vous êtes des étoiles… ! »

    rn

    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le vendredi 27 janvier 2017 - 12:15

    vendredi 27 janvier 2017 - 11:35 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits Modo

    Ange ne releva pas la remarque : les compliments – parce qu’il lui semblait que cela en était un – n’avaient jamais cessé de la mettre considérablement mal à l’aise et celui que venait de proférer son novice ne manqua pas à la règle. Elle s’abstint ainsi de tout commentaire et focalisa son attention en son for intérieur.

    Elle ferma les yeux quelques instants, le temps qu’il lui fallait pour analyser cette situation de plus en plus malsaine. Si l’éviction d’un quelconque clone de Boosk lui avait allégé un certain poids dans la poitrine compte-tenu des événements liés à son histoire personnelle, le lien encore trop obscur qui semblait exister entre le Quarren et Trandoshan générait dans sa nuque de désagréables picotements. Il lui semblait que tant que sa nature lui serait inconnue, elle était à même d’étendre son champ des possibles dans directions aussi vastes que dérangeantes.

    Elle fronça les sourcils, soupira et se détendit, peu soucieuse pour sa propre sécurité mais en alerte concernant tout ce qui touchait de près ou de loin les faits et gestes du Gotal. Si elle demeurait absolument persuadée que l’altercation qui avait eu lieu quelques minutes auparavant ne serait pas la dernière, elle désirait toutefois veiller à ce que leur différend ne prenne une tournure beaucoup plus physique que verbale. Tant qu’il était son novice, il devait se plier à ses règles, celles qui consistaient à obéir à son supérieur, car ses règles, c’étaient aussi les règles de la Guilde. Quand il ne sera plus à sa charge, le problème serait tout autre. Elle espérait juste que cette phase ne serait pas trop longue car ses nerfs lâcheraient bien avant qu’elle ne soit terminée.

    Ange, le ton un peu sec : Je te préviens. Il va falloir agir vite. Je ne sais pas trop comment vont se dérouler les choses au spacioport mais s’il y a des coups de feu, la CorSec rappliquera fissa pour nous aussi. Pas de morts. Ils ne parlent pas.
    Cole : Avec le respect que je vous dois, si…
    Ange : Y a pas de si. Tu te débrouilles. Tu paralyses, tu assommes, tu blesses mais je ne veux que personne ne claque ! Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?

    Le Gotal n’ajouta rien et vérifia que l’ensemble de son attirail était bien en place tandis que le Leader faisait de même. Puis, ils arrivèrent. Solo paya généreusement la course, adressa son plus beau sourire et sortit une nouvelle fois son comlink.

    Ange : Vict, tu sais où est-ce qu’ils sont ?
    Vict : Zone 42 dans l’aile Est du spacioport. L'équipe est dessus.
    Ange : T’as un retour ?
    Vict, taquin : Dis-donc, Solo, tu me prends pour un service d’holonet en direct ? Tu sais dans quelle partie du bureau je me trouve pour passer mes appels en tout discrétion ?
    Ange, ricanant : La partie que tu préfères sûrement.
    Vict : Va te f…
    Ange, redevenant sérieuse : J’ai pas le temps.
    Vict : Je peux pas poser plus de questions sans éveiller les soupçons.
    Ange : Je te recontacte plus tard dès que tout ça sera fini.
    Vict : Bon courage. Vict, terminé.

    La Corellienne se retourna alors vers son novice qu’elle inspecta de haut en bas.

    Ange : Tu es prêt ?
    Cole, avec l’équivalent d’un sourire : Toujours.

    Les deux acolytes se dirigèrent alors vers la zone que leur avait indiquée le contact de Solo en tâchant d’avoir l’air le plus naturel possible mais d’un pas aussi résigné et rapide qu’ils le pouvaient. En une dizaine de minutes, ils parvinrent ainsi à rejoindre le secteur concerné qui, par chance, ne se trouvait pas être le plus excentré de leur position initiale. En absence d’un quelconque marquage, il n’aurait pas été difficile pour Solo de constater qu’ils étaient arrivés à destination : Cole s’était stoppé net.

    Cole, sur le qui-vive : On est tout prêt. Je peux sentir la présence si caractéristique du Trandoshan.
    Ange, hocha la tête : Très bien. Pas de folie. On reste à distance, on observe et on avise.

    Ils longèrent alors les couloirs, le filleul devant, le parrain derrière, guidés par les cornes de ce premier. Leurs cibles n’étaient en effet qu’à quelques mètres de là, entourée de trois employés, lourdement armés, qui procédaient à un prétendu contrôle de routine. De nouveau, les deux Guildeurs mirent fin à leur avancée, postés à un angle qui leur laissait non seulement le loisir de ne pas se faire voir mais avec un angle suffisamment dégagé pour pouvoir observer la scène sans mettre leur avant-poste en péril.

    Ange, à voix basse vers son novice : Et maintenant, que comptes-tu faire, l’artiste ?


    jeudi 09 mars 2017 - 10:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    1785 Crédits

       Cole hésitait…
       Voir le Quarren si proche… Tous ses instincts lui hurlaient de charger son arbalète et de tuer l’Irrécupérable.
      Mais il avait promis de faire passer la mission avant tout. Et des questions devaient encore trouver leurs réponses.
       Et comme l’avait si bien dit Ange, les morts ne parlaient pas.
       Enfin, elle avait encore raison en affirmant qu’un acte aussi irréfléchi ne ferait que leur attirer de gros ennuis. Une nouvelle fois.
       Pr’Col n’était pas du genre à répéter deux fois la même erreur.
       Il repoussa sans regret son impulsion première.

       Mais durant tout le temps de son débat intérieur, la situation s’était envenimée entre les deux terroristes et les trois gardes de la CorSec. Sluygh et Voross se révélant incapables de présenter une quelconque autorisation demandée par les contrôleurs, le ton montait vite. Le Quarren, en dépit d’une impatience clairement perceptible, laissait son comparse assurer les négociations.

       Il promena son regard alentours. Le Gotal se rejeta brutalement en arrière mais ce faisant percuta Solo. Ils s’affalèrent tous deux à terre et l’Irrécupérable les vit. Il réagit aussitôt.

       Grâce à ses cornes, Cole sut ce qui allait se passer. Il tenta de crier un avertissement aux corelliens, mais trop tard.
       Sluygh dégaina un blaster KYD-21 jusqu’alors dissimulé dans ses amples manches et fit feu deux fois sur les gêneurs. Deux des gardes s’écroulèrent, touchés presque à bout portant.
       Le troisième ajusta le Quarren avec son fusil. A cet instant, le Gotal, dans un flash mental, perçut à nouveau la coïncidence des champs électromagnétiques de l’Irrécupérable et du Trandoshan.
       Voross, le visage déformé par une grimace comme s’il agissait à contre-coeur s’interposa et reçut la rafale à la place de Sluygh. Il émit un son entre hurlement réprimé et grondement de bête blessée. Il aurait dû tomber à terre, mais au lieu de ça, poussé par une force extérieure, il désarma le garde d’un revers puis, avec une force qu’on se serait plutôt attendu à voir chez un wookie, il assomma l’employé de la Corsec. Ce fut seulement après cet exploit qu’il s’effondra à son tour.
       Le Quarren s’enfuit.

       Le chasseur de primes fut le premier sur pieds. Tout en se débarrassant de son medpack, il s’élança aux trousses de l’Irrécupérable, jetant par-dessus son épaule :
       _ Occupez-vous des blessés !
       Juste avant de reporter son regard vers sa proie, il vit son mentor ramasser son medpack et s’empresser auprès de Voross.


       Après quelques minutes de poursuite, le Gotal s’exclama :
       _ Par le heaume brisé de Vador ! Je ne pensais pas que les Faces de Poulpe couraient aussi vite !
       En dépit de tous ses efforts, Cole ne parvenait pas à gagner du terrain sur le Quarren. Et il devait régulièrement se mettre à couvert pour éviter les tirs du fuyard. Il avait bien tenté de riposter, en visant les jambes, mais son carreau s’était perdu et il n’avait pas le temps de recharger. Un désavantage que Sluygh n’avait pas.
       A un moment, Cole perdit de vue l’Irrécupérable, mais grâce à ses cornes, le chasseur de primes retrouva vite la trace de son champ électro-magnétique unique. Le fugitif s’était glissé dans un puits le menant dans des coursives courant sous le niveau principal du spatioport.

       La traque se poursuivit dans des couloirs étroits à peine éclairés par des diodes rouge ou jaune sale, aux murs parcourus par d’énormes câbles et tuyaux.
       Le Gotal devait progresser avec prudence, car l’exiguïté des lieux ne lui aurait pas permis d’esquiver un tir bien ajusté.
       Ces précautions, bien qu’indispensables, lui coûtèrent la réussite. Entendant un bruit sourd au détour d’un tunnel, il se précipita, mais une fois encore, trop tard. Il se heurta à une porte blindée massive et verrouillée électroniquement.

       Proférant une bordée de jurons qui aurait rendu fière son mentor, il rebroussa chemin vers l’échelle la plus proche et remonta au niveau principal.
       Si Sluygh escomptait lui échapper de cette manière, il se fourrait le tentacule dans l’oeil jusque là où aucun soleil ne brillait jamais.
       Certes le spatioport était bourré de systèmes électroniques perturbant ses sens, mais son entraînement de ranger et les gaines protectrices qui protégeaient ses excroissances sensorielles compensaient dans une certaine mesure. Dans l’usine le redémarrage des systèmes avait occasionné une surcharge sensorielle brutale, inattendue et chaotique. Ici, les causes de désagrément étaient constantes et se trouvaient à des endroits précis et prévisibles. Il pouvait les éviter comme on évite de regarder directement le soleil.
       Et même séparé par des tonnes de métal, il pouvait toujours percevoir le champ du Quarren.

       Restant cette fois à la surface, le chasseur de primes poursuivit sa traque, profitant de n’avoir plus à esquiver de tir pour recharger son arbalète.

       Les quais se rapprochaient à vive allure et Cole regretta de n’avoir pas demandé à Okins quel vaisseau le Quarren et Voross comptaient utiliser.
       Sluygh réapparut dans son champs visuel. Sa silhouette était distante, mais se rapprochait. Face de Poulpe fatiguait, visiblement !
       La proie du chasseur de primes s’engagea sur un appontement auquel un Quadjumper était amarré. Des gardes de la Corsec s’étaient joints à la poursuite, mais progressaient avec trop de prudence pour espérer rattraper Sluygh.

       Le Quarren se prépara à embarquer et Cole se trouvait encore trop loin pour l’atteindre. Il tenta de viser Face de Poulpe mais tirer à l’arbalète tout en courant n’avait rien de simple et il préféra attendre d’être plus proche encore.

       Soudain, Ange Solo déboula d’une galerie marchande, sprintant en direction de Sluygh. Le Quarren, sur la passerelle d’embarquement se retourna. Son blaster, initialement pointé en direction du Gotal, se déporta vers la jeune femme.
       Cole sut que Face de Poulpe ne la manquerait pas. Ses intentions de meurtre étaient clairement perceptibles dans son champ.
       Le chasseur n’était pas à distance suffisante et n’avait pas le bon angle pour tirer sur Sluygh.
       En revanche, il pouvait atteindre Solo, mais cela signifiait s’arrêter sur place et renoncer à toute chance de rattraper le terroriste.
       Son choix fut vite fait.
     
       Pr’Col interrompit sa course, tomba sur un genou, visa avec toute la concentration qu’il put rassembler en quelques fractions de seconde et tira. Le carreau se planta juste devant le Leader de la Guilde. Elle trébucha dessus et tomba en avant. Le tir de blaster zébra l’air où se trouvait sa tête une demi-seconde plus tôt.
       Solo se réceptionna par une roulade et voulut reprendre sa couse.
       Mais Sluygh avait disparu, la passerelle se relevait déjà et les moteurs du quadjumper s’amorçaient.

       Cole rejoignit son Leader et ils s’exclamèrent simultanément :
       _ Au Stargazer, vite !



    lundi 13 mars 2017 - 19:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits Modo

    Si Solo n’avait pas spécialement apprécié le fait de se voir donner des ordres par son novice, elle l’état d’autant plus par celui de s’évertuer à maintenir en vie, coûte que coûte, un individu qui ne suscitait chez elle aucune sympathie. Ce n’était pas qu’elle intervenait à contrecœur qui générait chez elle une telle pensée mais l’idée qu’elle pourrait dépenser son énergie autrement et en bien meilleure compagnie. En l’occurrence, la seule pensée d’avoir à procéder à une réanimation cardiaque et appliquer ses mains sur le corps de Face de lézard l’exaspérait véritablement. Mais il lui fallait des réponses et elle en était parfaitement consciente.

    Accroupie, elle sortit son comlink et signala à Vict qu’une équipe médicale pour quatre personnes et que le Quarren avait filé comme la crème. Puis, elle récupéra le medpack du Gotal et s’activa nonchalamment près du Trandoshan. Il vivait encore mais la blessure qui portait à l’abdomen lui présageait que son état pouvait se détériorer à tout moment.

    Sa curiosité, quant à elle, fut piquée par la masse organique qui pulsait sur le haut de sa poitrine, juste sous sa gorge et dont les excroissances rayonnaient, tout particulièrement sur les extrémités. Elle remarqua également un second bulbe qui somnolait dans sa nuque. Elle n’avait jamais été très familière avec la technologie Yuuzhan Vong mais elle détermina – ou plutôt elle déduisit – qu’il s’agissait d’une forme d’implant-esclave, fait qui éclaira considérablement la situation dans laquelle Voross se trouvait. En songeant à la longue et pénible conversation qui l’attendait avec ce dernier, elle lâcha un profond soupir. Puis, elle se mut jusqu’aux trois corps internes qui se situaient à quelques mètres de là. Sans retirer ses gants, elle prit leur pouls de sa main gauche. Ils étaient vivants mais il ne lui fallut qu’un rapide coup d’œil pour jurer qu’ils ne s’en sortiraient peut-être pas tous avant l’arrivée des secours.

    Elle se figea alors quelques instants, sur le qui-vive.
    Le Corellien avait été efficace : des sirènes résonnaient d’ores et déjà au loin, lui assurant que le Trandoshan mais aussi les trois hommes qui gisaient sur le sol seraient bientôt entre des mains expertes.

    Elle se mit alors à courir : son novice, elle ne l’avait pas oublié.
    Et elle savait pertinemment où les trouver.
    A toutes jambes, elle se dirigeait vers le vaisseau du Quarren, traversant une galerie marchande. Enfin, il rentra dans son champ de vision. Elle délogea aussitôt le blaster qui siégeait sur sa cuisse droite. Elle le vit lever sa main et…
    Elle trébucha, touchée par quelque chose dans sa course. Leste, elle eut le réflexe de rentrer son bras droit sous elle et de balancer son épaule en avant, se réceptionnant ainsi dessus, le poids de son corps suivant. Sa roulade terminée, elle se réceptionna sur ses deux jambes et poursuivit sa route.

    Sluygh disparut dans son vaisseau.
    Les moteurs s’allumèrent.
    Cole et sa personne, tombés nez à nez, se hurlèrent simultanément qu’il était également temps pour eux de regagner le Stargazer.

    Ils ne perdirent ainsi pas de temps, se ruant vers le vaisseau, Ange maudissant le fait de ne pas avoir pris le sien. Devoir piloter, dans de pareilles circonstances, un engin qui n’était pas à soi aurait pour conséquence de voir s’envoler de précieuses secondes par des actions qu’elle n’aurait pas à effectuer machinalement. Elle jura intérieurement et sauta dans le cockpit en se harnachant solidement, tout en constant qu’elle avait fait fi de sa combinaison de pilote quelques heures auparavant. Si elle était bien plus à l’aise qu’à l’aller dans cet espace étroit, il n’en demeurait pas moins qu’elle n’était pas rassurée à l’idée d’un éventuel problème qu’ils pouvaient rencontrer. S’ils s’éjectaient, c’était tout bonnement la fin.

    Ange, sur les nerfs : On décolle.

    Cole ne répondit pas et elle lui en fut reconnaissante.
    Elle expédia rapidement les contrôles aériens et quitta le plancher des banthas avec cette grâce qui lui était propre. Malgré l’urgence de la situation, le Leader de la Guilde se refusait de s’adonner à des manœuvres d’une brusquerie qui se heurtait à ses principes d’esthète.

    Cole, concentré sur sa tâche : Je pense avoir identifié son vaisseau. Un bon kilomètre au-dessus de notre position.
    Ange, serrant les dents : Accroche-toi.

    Sans autre forme de procès, elle actionna les moteurs subluminiques à leur maximum. La soudaine poussée les plaqua contre leurs fauteuils. L’ascension fut rapide mais leur cible également. Solo avait beau mettre les pleins gaz, Face de Poulpe parvenait à maintenant une distance honorable que le Stargazer peinait à rattraper.

    Ange, à voix basse, plus pour elle-même : Allez, ma belle, montre-moi ce que tu as dans le ventre…

    Sluygh ne se laissait pas démonter, filant de plus belle, Solo se plaçant dans son sillage pour améliorer la pénétration de leur vaisseau dans l’atmosphère de la planète autant qu’elle le pouvait.
    Maintenant la stratosphère.
    Plus que six cents mètres.

    Elle se mordit l’intérieur de la joue.
    Ils n’allaient pas assez vite pour rattraper leur retard.
    Puis, contre toute attente, le Quarren changea radicalement de cap.

    Afin de conserver leur vitesse autant que possible tout en le talonnant, la Corellienne décéléra suffisamment pour effectuer sa manœuvre sans trop de danger. Elle engagea alors leur vaisseau dans un demi-looping, vérifia furtivement la présence d’aucun autre appareil à proximité et enchaîna avec un demi-tonneau dans sa remontée. Enfin, elle fit cracher aux moteurs toute leur puissance et fila à la suite du fuyard.

    Ange, à l’intention de Cole : Envoie une salve d’avertissement juste au-dessus de lui.

    Le Gotal exécuta.
    Le Quarren, par réflexe, perdit brusquement de l’altitude. Or, Ange avait déjà anticipé sa manœuvre. Il tenta alors de mettre d’avantage de distance entre eux en effectuant une remontée en chandelle. Solo singea sa manœuvre sans aucune difficulté et ouvrit un canal de communication.

    Ange : Rends-toi, Sluygh, tu ne peux pas t’échapper !

    Il ne prit pas la peine de répondre et piqua vers le sol.
    La Corellienne jura et vrilla à son tour.

    Cole, jusqu’ici silencieux : Je pense savoir où il se dirigea.
    Ange, sans quitter sa cible des yeux : Je t’écoute, Sherlock.
    Cole : Si je ne me trompe pas, la Guilde a des réservoirs de carburant juste au-dessus de…

    Une flopée d’injures en vieux corellien mangea la fin de la réplique de son novice.
    Effectivement, malgré ses tentatives d’esquive, Face de Poulpe n’avait pas perdu son objectif de vue. Ange n’aimait pas ça, vraiment pas. Il n’était à présent qu’à quelques klics de ce qui semblait être le but désespéré du Quarren et il devait suffisamment connaître le Leader de la Guilde pour savoir qu’elle ne lui offrirait aucune possibilité de retraite. Si une torpille se perdait sur le chantier naval, les pertes…

    Elle ravala sa salive.

    Ange, hurlant dans l’intercom : Sluygh, ne sois pas plus stupide qu’un Hutt et laisse tomber ! J’ai qu’un coup de com’ à passer...
    Sluygh : Si tu ne me laisses pas partir, Solo... Je fais tout sauter !
    Ange : Pour recommencer dans la foulée ? Jamais ! J'ai vu ce que tu as fais Voross !
    Sluygh, gardant son cap : C'est censé me faire changer d'avis ?
    Ange : Ecoute-moi bien, espèce d'enfoiré... Si tu... ! (Grésillements.) L'intercom ! Ce fils de l'Empereur m'a raccroché au nez ! Je vais le...


    Un voyant s’était allumé sur son écran.
    Un missile sortit du vaisseau, de leur vaisseau.
    Et il eut une explosion.
    Des débris se mirent à pleuvoir sur leur bouclier.
    Et le néant.
    Elle venait de comprendre.
    Elle ouvrit la bouche mais aucun son n’en sortit.
    Puis, ce fut à son tour d’exploser.

    Ange, criant à pleins poumons : Mais pourquoi t’as fait ça ! T’es complètement malade !
    Cole, la voix peu assurée : Je devais faire ça !
    Ange, abasourdie : Tu le DEVAIS ?! Mais, enfin, t’as buté ce type de sang-froid !

    Elle se laissa tomber contre le dossier de son siège.

    Ange, désespérée : Mais pourquoi as-tu fait ça ! Il… (Elle se mordit la lèvre.) C’est quoi, ton délire d’irrécupérable ? On n’aura pas de raison, Cole ! On n’en aura pas ! Que ce que l’autre crétin voudra bien nous dire quand on aura récupérer sa carcasse d’inconscient à l’hôpital de Coronet si la sécurité ne nous n’empêche pas d’approcher !
    Cole, balbutiant : Je…
    Ange : Non, y a pas de je qui tienne ! T’as pris une foutue décision sans même m’en parler ! C’est pas comme ça que fonctionne une équipe ! Tu NE peux PAS buter un type comme ça !

    Elle poussa un bruyant soupir, se massant douloureusement les tempes et mit le cap vers le spacioport de sa planète natale.

    Ange, très calme soudainement : Bon, on reparlera de tout ça plus tard.

    A peine eut-elle terminée sa phrase que son comlink se mit à s’agiter furtivement dans la poche de sa veste. Appuyant sur le pilote automatique quelques instants, elle l’en sortit.
    Edoras.
    Elle décrocha.

    Ange, s’évertuant à être la plus aimable possible : Ici, Solo.
    Edo : Salut Solo (Il marqua un temps.) Tu m’as l’air un peu tendu. Le Dragon Krayt est de sorti ?
    Ange, soupirant : J’ai eu une journée difficile.
    Edo : Tu m’en diras tant… J’vais pas t’embêter plus longtemps… (Visiblement peiné.) J’arrive pas à contacter la P’tite.
    Ange, se pinçant l’arrête du nez : Je vais lui parler en rentrant au QG. Edo, je suis désolée…
    Edo : Nan, Beauté, c’est pas à toi de t’excuser. On sait tous deux qui est le fautif dans cette histoire. J’ai pas à te blâmer, tu fais du mieux que tu peux. C’est moi qui n’assure pas.

    Elle n’ajouta rien pendant de longues secondes.
    Cole était avec elle et elle n’aimait pas exposer sa vie privée.

    Ange : Elle t’appellera. J’y veillerai.
    Edo : Merci, Solo.

    Et la communication prit fin.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le samedi 22 avril 2017 - 18:04

    samedi 22 avril 2017 - 16:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    1785 Crédits

    Orbite de Corellia  -160 ABY

       Cole ne pouvait que se montrer admiratif devant les prouesses de pilote d'Ange, surtout avec un appareil qu'elle ne connaissait que peu.
       A leur départ de Myrkr, il avait prétendu qu'elle était le meilleur pilote de la galaxie. Il se demandait à présent si ce n'était pas la vérité pleine et entière.

       Le Quadjumper de Sluygh avait dû être modifié. Il n’aurait pas pu échapper à Solo et au Stargazer autrement. Le StarWing de Pr’Col avait peut-être encore besoin de réparations, et surtout de réapprovisionnement, mais la propulsion subluminique fonctionnait impeccablement.
       Mais si le vaisseau de son ennemi avait subi des améliorations, ces changements incluaient ils l’addition d’armes ?

       Ange, hurlant dans l’intercom : Sluygh, ne sois pas plus stupide qu’un Hutt et laisse tomber ! J’ai qu’un coup de com’ à passer...
       Sluygh : Si tu ne me laisses pas partir, Solo... Je fais tout sauter !
       Ange : Pour recommencer dans la foulée ? Jamais ! J'ai vu ce que tu as fais à Voross !
       Sluygh, gardant son cap : C'est censé me faire changer d'avis ?
      
       Sluygh était un Irrécupérable. Il préférerait mourir que de céder. Si Solo le laissait partir, il risquait même de  détruire tout de même le dépôt, et tous ceux qui y travaillaient, pour le seul plaisir de voir Ange se désespérer. Et si ils continuaient à poursuivre le Quarren, il tirerait de toute façon.
       Si son vaisseau avait des armes. Et le chasseur avait promis à Solo de faire passer la mission d’abord.
    Au prix de vies innocentes ?

       Ange : Ecoute-moi bien, espèce d'enfoiré... Si tu... ! (Grésillements.) L'intercom ! Ce fils de l'Empereur m'a raccroché au nez ! Je vais le...

       L’anxiété de Cole atteignit son apogée. Sluygh n’avait aucune intention de se rendre, et il était à présent à portée de tir du complexe de la Guilde avec un canon laser classique.
       Il suffisait au Quarren d’appuyer sur un bouton…
       -s’il était armé-
       … Mais il en était de même pour Pr’Col, qui l’avait dans son viseur depuis un moment.
       Le doigt du Gotal tremblait au dessus du bouton de tir. Il avait promis…
       - Pouvait-il risquer des vies ? Rien ne pourrait arrêter le rayon si Sluygh agissait. C’était un Irrécupérable !Pouvait-il risquer des vies ?-
       Ange n’agirait pas.
       -Mais le vaisseau de Sluygh était-il armé ?-
       Cole aurait donné n’importe quoi pour que l’armement ionique du Stargazer fut opérationnel...

       Il ne se rendit compte qu’il avait appuyé que quand le Quadjumper explosa. Telle une fugitive étincelle parmi les étoiles.

       Le chasseur de primes resta abasourdi pendant tout le savon que lui passa Solo, ne balbutiant que des réponses incertaines.
       Ils rentrèrent au spatioport de Corellia, murés dans un lourd silence, lui trop confus pour dire quoi que ce soit, elle trop furieuse.


                                                                                                     *******


    Hopital de Coronet, Corellia - une heure et demie plus tard.


       Voross était sorti du bloc une demi-heure plus tôt. Les droïdes chirurgiens avaient soigné le Trandoshan et en avaient profité pour lui retirer l’implant-esclave. Il n’y avait à présent plus la moindre concordance entre son champ électro-magnétique et celui du défunt Sluygh.

       Lorsqu’Ange et Cole pénétrèrent dans sa chambre, la Corellienne asséna directement :
       Ange- Comme dit précédemment, mais tu n’étais pas en état de m’entendre, toi et moi, nous allons avoir une petite discussion.
       Elle marqua un temps d’arrêt, trop court pour qu’il puisse enchainer.
       Ange - Sluygh est mort. Et tu n’as plus ton implant. Tu es libre grâce à nous. J’estime être en droit d’avoir des réponses.
       « Pourquoi vouliez-vous vous attaquer à nos dépôts de carburant ? Quels étaient vos plans ? »

       Une succession d’émotions se succédèrent dans le champ du Lézard -sa physionomie, elle, resta parfaitement impassible. Pr’Col y lut animosité et honte mais aussi soulagement et une pointe de reconnaissance.
       Voross – Je ne sssais toujours pas qui vous êtes. De la Guilde, sssans doute. Mais je sssuppose que je vous dois bien cses informassions… 

       « Tout a commensssé il y a trois ans  par un appel à l’aide de mon frère Yussk depuis la planète Jakku. Malheureuzzement, je sssuis arrivé trop tard et quand je l’ai retrouvé, il était déjà mort de maladie. »
       « J’ai appris que sssela faisait plusieurs années qu’il ssse trouvait sur cette planète oubliée de la Gardienne des Points. Il avait été banni de la Guilde  et avant de partir, il avait tenté de ss’en prendre au Leader et il avait échoué. Il avait perdu tous ssses points, il était dézzhonoré… »
       « Je ne connaisssais pas alors alors la raizzon de son évicsssion. Mon frère était mort dans le dézzhonneur et la Guilde en était ressponsable. Je voulais le venger, mais je ne sssavais pas comment. »
       « J’ai tout d’abord voulu engager des mersssenaires pour m’aider à abattre le Leader, cet Edorasss qui avait  fait de mon frère un paria. Il était ma seule sssible. Mais je ne trouvai persssonne. Il venait déjà de mettre fin à un conflit interne et il était trop craint, ressspecté ou protégé pour que d’autres veuillent sssi tôt ss’attaquer à lui. »

       « Sss’est alors que j’ai rencontré, Sssluygh. Il avait appris mes projets et il était venu à ma rencontre. Lui ausssi avait été banni de la Guilde. Lui ausssi voulait se venger. Il prétendit qu’ensssemble, nous pourrions réusssir. »
       « Edorasss avait quitté le posste de Leader. Mais le Quarren me convainquit que ss’était l’organizzation qui était coupable. Que ss’était elle qui devait être châtiée. L’idée de sss’attaquer aux dépôts de carburant vint de là. Je n’avais rien contre du sssabotage. »
       « Sse fut également Ssluygh qui suggéra que dans l’imposssibilité de recruter des professsionnels fiables, nous devions nous rabattre sssur des délinquants qui n’attireraient pas l’attention. Et pour mieux les sssubjuguer, il fallait leur offrir une figure charismatique à sssuivre. Sse fut à partir de cet insstant que je me fis passser pour un clone de Bossk. »

       « Mais après notre attentat contre la raffinerie de Besspin, je commenssa à entrevoir le vrai vizzage de mon « allié ». Des employés étaient morts. Des proies indignes de sse sort… Mais sssurtout, les rejetons que nous avions recrutés… A peine l’âge de chassser… Ssertains d’entre eux ausssi avaient péri lors de l’explozzion, déclenchée prématurément. D’autres avaient été abattus pour ne rien révéler. »
       « Je n’étais pas d’accord. Sssluygh prétendit que ssa avait été un accident. Qu’il avait mal préparé l’affaire. Qu’il avait paniqué. Mais que ssela ne se reproduirait pas. Je fus asssez sstupide pour le croire ».
       « Mais la nuit suivante, alors que je dormais, abruti par des drogues glisssées dans ma nourriture, il me soumit à l’implant-esssclave. Il pouvait à prézzent à tout moment prendre le contrôle de mon corps, me faire dire sse qu’il voulait, même. »
       « Ssette technologie Vong, il l’avait sssouvent utilizzée contre sses victimes. Il ss’en est vanté devant moi, alors que je ne pouvais plus réagir. Ss’est pour ssela qu’il avait été banni de la Guilde. »
       « Sse ne fut pas tout. Il se délecta à me raconter tout sse dont mon frère ss’était rendu coupable. En tuant autant de proies sans défensse, il ss’était rendu indigne de la Gardienne des Points bien avant ssa tentative ratée d’asssasssinat d’Edoras. Je n’avais plus aucune raizzon de vouloir venger mon frère. Mais il était trop tard, et moi ausssi j’ai perdu tous mes points en laisssant Ssluygh me réduire à sssa merssi. »
      
       « Ensssuite nous avons recommenssé. Je devais apparaître comme le chef, et le Quarren passsait pour mon mon conssseiller. J’étais en fait ssa marionnette. Planète après planète, nous recrutions d’autres délinquants, commettions l’attentat sur les rézzerves de carburant de la Guilde et abattions notre main d’oeuvre pour ne laissser aucune pissste. »
       « Mais arrivé sur Myrkr, laz dernière ssible, les choses auraient été différentes. J’aurai poursssuivi la masscarade de desstruction d’un dépôt, mais lui, lui aurait agi différemment. Il comptait profiter de la panique de l’attaque, et utiliser sses anssiennes accréditations pour pirater la Guilde de l’intérieur. Et, sss’il pouvait, inoculer aussi au Leader un implant essclave. Pour en faire sa chozze, l’humilier, la dominer, sse venger d’elle pour l’avoir forssé à partir de l’organizzation, de l’avoir obligé à renoncer à sses plaizzirs. Pour diriger la Guilde, enfin."

       Ange - C’est moi le Leader de la Guilde, laissa tomber Solo.
       Voross – Il a donc totalement échoué. Ss’est bien.
       Ange – Et tu comptes faire quoi maintenant ? Continuer cette petite vendetta ?
       Le Trandoshan réfléchit un moment.
       Voross – Ssi je le voulais, je sserais sstupide de vous l’avouer… Mais non, j’ai déjà perdu tous mes points, mais par ma propre faute. Yusssk ausssi sss’était fourvoyé et je n’ai plus de motifs de vouloir le venger. Enfin, vous m’avez redonné ma liberté. Vous n’avez plus rien à craindre de moi.
       Ange – Très bien. Je vais te laisser te reposer. Pour l’instant.
       Cole – Juste un moment ! J’ai une dernière question !
       Voross – Parle, petit chasseur.
       Cole – Votre vaisseau… Le Quadjumper… Etait-il armé ?
       Voross – Etrange interrogassion… Mais oui, chaque fois que nous arrivions sur une nouvelle planète, nous louions, achetions d’occazzion ou récupérions un vaissseau et nos « hommes » le modifiaient.Un misssile inssendiaire était ssysstématiquement insstallé. Au cas où les bombes n’auraient pas foncssionné.
       Cole – Merci.

       Le Gotal jeta un œil à Ange mais n’ajouta rien.
       Lorsqu’ils furent de retour dans le couloir. Ange se retourna brusquement vers le Gotal, lui pointant un index sur la poitrine.
       Ange – Okay. Il fallait l’abattre. Mais ça ne change rien. Ton attitude reste inacceptable, et tes raisons mauvaises, surtout ! Est-ce que tu peux me jurer que c’est bien pour protéger nos agents que tu as abattu Sluygh ?
       Cole ne répondit pas un moment. Il se repassa tout ce qui lui avait traversé l’esprit durant ces instants critiques, et déclara finalement :
       Cole- Très franchement, je ne sais pas moi-même.
       Ange avait déjà la bouche ouverte, prête pour une nouvelle envolée. Mais la réponse de son novice parut la surprendre et elle la referma.
       Le silence s’éternisa un moment après quoi Cole demanda :
       Cole – Qu’est-ce que vous comptez faire de lui ?
       Et il désigna du pouce la porte de la chambre de Voross :
       Ange – Je ne sais pas encore. C’est un paria à présent. Je vais peut-être lui proposer un poste à la Guilde. Je te rassure, pas par bonté d’âme ! Il est stupide, pathétique et m’a tout l’air d’un c*nnard fini quoi qu’il en dise, et il devra faire ses preuves. Au moins, je garderai un œil sur lui comme ça.
       Cole - « Restez proche de vos amis, et encore plus de vos ennemis ».
       Ange – Exactement. Allez, on retourne sur Myrkr.


                                                                                             ********


    Myrkr – quelques heures plus tard.

       Le voyage de retour s’était déroulé sans incident. Dans le calme et le silence, les deux Guildeurs restant tout du long plongés dans leurs pensées respectives.
       La nervosité de Solo s’accrut cependant quand, à l’approche de la planète, la voix d’Hamera emplit l’habitacle.
      
       Wes - Bienvenue Stargazer, ça fait plaisir de vous savoir de retour. Tout s’est bien passé ?
       Ange – L’affaire est classée en tout cas. Je me prépare à atterrir. Terminé.
       Cole remarqua qu’elle avait tout fait pour écourter la conversation.

       A leur arrivée, ils furent accueillis par la petite Mimi, accompagnée de Lucio et de Grehäta, le garde du corps wookie. La fille de Solo se projeta littéralement sur sa mère qui n’était que trop contente de la réceptionner dans ses bras.
       Cole se laissa attendrir par la scène.

       Mimi – Mam’s !
       Lucio – T’es pas restée absente très longtemps, Princesse. C’est bien. La petite a été sage. Elle s’est trouvée un nouveau passe-temps…
       Grehäta- * grognements*
       Le chaperon de l’enfant arborait à présent de toutes nouvelles dreadlocks perlées tressées sur tout le corps…
       Ange faussement exaspérée, admonesta gentiment sa fille.
       Mimi – Tu es partie et tu es rentrée ! Tu es rien qu’à moi maintenant !
       Ange – J’ai promis ! Mais laisse-moi juste le temps de régler quelques détails, tu veux bien ?
       « Et après, jeune fille, nous aurons une très longue conversation, toi et moi et tu sais très bien pourquoi ? »
       Mimi soupirant – Edo…
       Ange – Papa. Inutile de faire cette moue dédaigneuse. Il reste ton père. Et tu peux t’estimer heureuse d’en avoir un.
       Puis à Cole :
       Ange- Passe me voir un peu plus tard dans mon bureau.


    ********


       Quelques heures plus tard, après de constantes interrogations sur son devenir, que ce fut dans ou en dehors de la Guilde, Pr’Col toqua à la porte du Leader.
       Ange – Entre !
       Le Gotal pénétra dans le bureau de Solo qu’il commençait à bien connaître. Il eut un pincement au coeur en se disant que c’était peut-être déjà la dernière fois.
       Ange – Je vais prendre quelques jours de vacances. Mais je voulais te parler avant. J’ai pris ma décision. Tu restes.
       Un profond soulagement s’empara de l’ancien Ranger.
       Ange – Nous n’avons pas beaucoup de chasseurs de primes avec ton profil. Tu sais te servir de ta caboche -parfois- et si l’on excepte ton exaspérante obsession des Irrécupérables, tu as des principes. C’est plus que ne peut en dire la plupart de tes collègues…
       Cole ne s’était pas attendu à ça. Toutefois, Solo n’avait pas terminé.
       Ange – Mais je choisirais tes contrats. Interdiction de les sélectionner toi même. Et interdiction de te livrer à ta fameuse chasse aux Irrécupérables tant que tu seras sur une mission, c’est compris ? La mission et la Guilde d’abord ! Ensuite s’il te reste du temps, libre à toi de l’employer comme il te plaira tant que ça ne rejaillit pas sur la Guilde… et que je n’en entends pas parler. Mais fais-moi confiance pour te tenir occupé !
       Le Gotal allait se perdre en remerciements, mais la Corellienne le coupa.
       Ange – Je dois aller m’occuper de ma fille. Je ne te retiens pas.

       Cole comprit tout de suite et ne s’attarda pas.
       Il aurait dû se sentir frustré. Les conditions de Solo allaient rendre sa traque des Irrécupérable plus compliquée au lieu de la faciliter, ce qui avait été sa motivation première d’intégrer la Guilde.
       Il continuait à penser que les « toiles de souffrances » générées par les actes des Sans Retours devaient être  empêchées.
       Mais sa propre incapacité à justifier précisément ce qui avait motivé son exécution de Sluygh ne lassait pas de l’inquiéter. La traque des Irrécupérables devait être poursuivie, mais son impératif devait rester la protection, non l’élimination.
       Dans ces conditions, savoir qu’un « Ange »-gardien veillait à ce qu’il ne franchisse pas une ligne que lui même peinait à distinguer avait quelque chose de rassurant…
      
       Ange, les Jedis… Tous partageaient cette répugnance à faire ce que lui Cole Pr’Col, estimait devoir être fait.
       Pourquoi, pourquoi ? La question ne cessait de tourner en boucle dans sa tête.
       Il les avait pourtant lui même comparé à des modèles, des étoiles.

       Et où est ce que lui même se situait dans tout ça ?
       Pareil à l’esquif de Sluygh se désintégrant dans la nuit, il était comme une étincelle vacillante dans l’obscurité, mais aussi parmi les astres étincelants. Seul l’avenir dirait si sa flamme s’éteindrait pour être irrémédiablement oubliée, comme celle du Quarren, ou si elle brillerait de plus en plus vivement jusqu’à ce qu’il puisse prendre place au milieu des étoiles, comme l’une des leurs.

       Une étincelle dans les étoiles.

                                                                                               FIN


    mercredi 26 avril 2017 - 11:13 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

108 fans connecté(s)

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide