L'Académie Jedi (page 16)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    6869 Crédits

    Plus la distance s'agrandissait, plus je sentais que mon lien avec mon cristal diminuait. Il était fort probable qu'il s'agissait là uniquement de mon imagination, mais mon ressenti n'en restait pas moins présent, et surtout horrible. Le contrôle de la situation glissait entre mes doigts sans que je ne puisse le retenir, de la même manière que lorsque j'avais huit ans. De chaudes larmes me montèrent aux yeux et je les laissai couler le long de mes joues.

    J'avais du mal à suivre ce qu'il se passait. Mon esprit embrouillé sautait des informations et s'enfonçait toujours plus profondément dans un brouillard. Law me portait, c'était sûr, et cela m'horripilait de le savoir. Autre chose, j'avais les pieds et mains liés, et le cordage serré plus que nécessaire meurtrissait ma peau. Encore une chose, je tremblai de froid alors que je ne devrais pas ; probablement le choc de les revoir en ces circonstances.

    ***

    Les sens aux aguets, Luka suivait Law en silence, se concentrant par moment sur le halo de Force qui entourait Mira. Elle était perturbée, éprouvant presque de la compassion à l'égard de Zadyssa. Ce qu'il avait compté faire, lui briser son cristal... Lui non plus ne l'avait pas supporté. C'était bien pour cela qu'il avait eu la présence d'esprit de stopper un minimum sa course avant qu'il ne heurte l'arbre. Pas assez, visiblement. Si lui et Mira adhéraient aux idéologies du contrebandier, ils n'en restaient pas moins à cheval sur les façons de faire souffrir quelqu'un. Se servir de la sensibilité à la Force d'une personne pour la torturer n'était tout bonnement pas acceptable. Et ils ne reviendraient pas sur cette décision, pas après avoir vu le génocide qu'avait subi son peuple dont tous les membres y étaient sensibles.

    Luka soupira. Il aurait une discussion avec Law, pas de doute. Outre cela, il était assez satisfait de la façon dont se déroulait le plan. Zadyssa était avec eux, et clairement pas en position de se défendre, l'Académie s'éloignait à mesure que le temps avançait, et Milo et son équipe avaient probablement semé une bonne pagaille au sein du bâtiment.

    Ce fut à ce moment là que la Force lui souffla qu'une personne arrivait dans leur direction, et pas par hasard, à en juger par sa vitesse de déplacement. Il le fit immédiatement savoir aux autres.

    Law : Je parie que c'est la Mandalorienne. Les autres Jedi, réunis dans cette fameuse Salle Aux Milles Aspects, n'auraient pas eu le temps de nous rejoindre aussi rapidement.
    Luka : Cool. J'ai encore jamais affronté de Mando.
    Law : Tu seras servi, alors. Quoi qu'il en soit, tu n'as pas le niveau pour la battre seul. On va d'abord essayer de la diminuer un peu, de la mettre en situation délicate puis on agira. Ensemble. Surtout toi et Mira, en fait.
    Mira : Et Zadyssa ?

    Law observa la jeune fille inerte qu'il tenait dans ses bras. Le visage pâle et une marque jaunâtre fleurissant sur une de ses joues - souvenirs de sa gifle -, elle était prise de tremblements presque imperceptibles. Finalement, il entreprit de l'attacher à un arbre en lui liant les mains autour du tronc puis se retourna vers les Miralukas.

    Law : Elle nous servira de moyen de diminuer la nouvelle arrivante. Mira, tu nous cherches des infos sur elle ?

    ***

    Ne se le faisant pas répéter deux fois, la Miraluka s'approcha de Zadyssa et mit sa main sur son front avant de se plonger dans les méandres de son esprit. L'accès à la conscience de la jeune fille lui était presque ouvert, et le chemin était préalablement tracé à force d'y venir. Mira avait fait le suivi psychologique de Zadyssa durant son enfance, et c'était probablement la personne avec laquelle il lui était le plus simple de pénétrer, si on omettait son frère. La jeune humaine ne s'en était sans doute pas aperçue, mais elle s'était souvent entraînée sur elle pour perfectionner ses aptitudes. De plus, sa mémoire photographique rendait le processus autant plus simple que compliqué, suivant les instants.

    Dans ce cas, c'était simple. Il lui suffisait de souffler dans son esprit le nom de la Mandalorienne, à savoir Kinsa Talik d'après Law, puis les images affluaient d'elles-mêmes. Elle esquiva les souvenirs les plus récents et s'enfouit plus profondément encore. Suivant cette branche de sa mémoire, elle évita d'en emprunter une autre par mégarde et sentit qu'elle approchait des informations importantes.

    Cette fameuse Kinsa était visiblement une personne pour qui Zadyssa éprouvait une vive affection. Au fur et à mesure des souvenirs, Mira comprit qu'il s'agissait sûrement de sa figure maternelle, presque comme une mère de substitution. Non. Elle la voyait plus comme une sœur, une grande sœur.

    Brusquement, la branche se bloqua et Mira fut expulsée vers la surface. La jeune humaine avait dû se rendre compte de sa présence. Serrant les dents, elle résista à sa poussée mentale et attendit patiemment qu'elle s'épuise. Zadyssa n'avait plus de force, et elle était acculée, elle ne ferait pas le poids. Elle sentait désormais qu'il y avait comme une porte au milieu du chemin, une porte ou un mur qu'elle devait briser. Et ce mur, une succession très rapide d'images, paraissait infranchissable. Sa vitesse empêchait toute avancée mais elle sentait que Zadyssa faiblissait : des flashs mémoriels imprévus s'immisçait dans la branche de souvenirs, et le tout finirait bientôt par exploser. Mira en déduisit que la jeune humaine était en proie à ses remontées de souvenirs. Il lui suffit de forcer le barrage pour qu'il s'émiette et la laisse passer.

    Elle récupéra rapidement des infos intéressantes comme le fait que la Mando était la responsable de l'Académie, Maître d'Arme et ex-maître de Zadyssa, mais la plus utile restait celle sur l'ex-maître de la dénommée Kinsa, comme quoi il avait sombré du Côté Obscur.

    ***

    Law observait le déroulement de la fouille de l'esprit de Zadyssa tout en écoutant les précisions de la Luka sur la distance qui les séparait de la Mandalorienne. Elle baissait à vue d’œil. Tant mieux. Il avait hâte, l'envie d'en découdre une fois pour toute le poussa soupeser plusieurs fois un de ses couteaux, s'imaginant le manier. Quelques secondes plus tard, il sentit un changement d'atmosphère du côté des deux filles et se tourna vers elles. Le visage de Zadyssa était agressé de larmes, et Mira paraissait mentalement épuisée comme en témoignait la grimace qu'elle affichait.

    Une autre paire de secondes plus tard, la Miraluka se redressait, le souffle court et de la sueur maculant son visage. La jeune humaine ne s'était apparemment pas laissée faire. Elle semblait par ailleurs plus pâle encore qu'avant, et sa respiration saccadée lui donnait l'impression d'avoir couru un marathon. Zadyssa paraissait consciente, mais à court de force pour le montrer.

    Law s'approcha d'elle tandis que Luka lui indiquait qu'il ne restait plus que 80m avant l'affrontement. Mira avait été particulièrement efficace, il ne lui avait fallu qu'un peu plus d'une minute pour extraire les infos dont ils avaient besoin. Il ébouriffa les cheveux de la jeune humaine puis lui adressa la parole :

    Law : Courage, plus que quelques minutes avant de voir la fin du cauchemar. On arrête la Mandalorienne, grâce à toi et aux anecdotes que tu nous as passées, on sème un peu plus de pagaille à l'Académie et tu leur fais comprendre que cela ne sert plus à rien de chercher à te récupérer puisque tu cesses de jouer double-jeu, et on rentre à la maison. Ça te va ? Tu nous auras bien aidé. Un joli coup celui-là, tu ne trouves pas ?

    Elle ne répondit rien mais il sentit son effarement et en sourit. Une seconde plus tard, Luka manifestait que le temps avant la bataille était écoulé. Il ne restait plus qu'à se servir de Zadyssa pour empêcher Kinsa Talik de se battre. 

    ***

    Milo fuyait dans la jungle. Son but : rattraper Law. Il aurait sans doute besoin de lui. Et lui-même avait des comptes à régler avec Zadyssa, des choses à lui dire et à lui apprendre. Par exemple, qu'elle ne valait pas mieux que lui, qui l'avait trahie, elle et ses compagnons d'infortune. Son pied cybernétique le lui le rappelait tous les jours.

    Sa main alla attraper son blaster, par pur réflexe. Accentuant un peu plus son rythme de course, il maudit sa lenteur due à son pied en moins. Ce handicape était lié à son manque d'agilité : sa vitesse de déplacement n'équivalait pas celles des personnes qui n'étaient pas infirmes.

    Il entendit soudain du bruit et se retourna d'un coup, prêt à passer à l'action. Soudain, une ombre lui tomba dessus et il s'écarta d'un bond, dégainant son lance électrique. L'art dans lequel il excellait était celui du maniement du bâton, d'où la lance qu'il avait, et non une vibro-lame comme Law.

    La personne qui l'avait stoppée se révéla être un Jedi. Un Togruta à la peau violette, par ailleurs. Il devait avoir des aptitudes de chasseur pour l'avoir suivi sans bruit. Ses mains se crispèrent sur son arme tandis qu'il se demandait quelle était son niveau. 

    ***

    Jeté dans une prison, les membres de l'équipe de Milo s'efforçaient de faire semblant de broyer du noir. En effet, tout cela faisait parti du plan, de leur plan. Leur capitaine sortit un minuscule outil de sa poche et le déplia, puis envoya une onde électromagnétique qui coupa les systèmes des grilles. Elles se soulevèrent en même temps et tous sortir silencieusement. Aucun d'eux n'étaient armés, mais ils retrouvèrent rapidement leurs biens après une courte visite des lieux. Les Jedi avaient toutefois eu la présence d'esprit de placer les explosifs à part : ils n'en trouvèrent aucun.

    Bandit 2 : Ils doivent avoir levé l'alerte maintenant, non ?
    Bandit 1 : Je suppose. Bon, vous vous souvenez du plan ? Reiss et Sixte, vous vous occupez des bâtiments extérieurs. Le reste vient avec moi et on se charge du bâtiment principal. On va aller chasser du Jedi. Évitez le Jedi aux deux sabres, par contre, il est doué. Occupez-vous plutôt des apprentis.

    Cette équipe qu'avait réunie Law adhérait non seulement à ses idéologies, mais avait en plus une revanche à prendre face aux Jedi, et ils avaient tous été appelés pour ce point.

    samedi 02 décembre 2017 - 19:04 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10492 Crédits Modo

    Dès que j'aperçus Law, deux de ses comparses et Zadyssa, je pressai le pas. On ne pénétrait pas ainsi dans l'enceinte de l'Académie pour kidnapper des Jedi, poser des bombes, et s'en sortir impunément ! En tout cas, pas tant que j'en serais responsable et capable de me battre ! Ils pouvaient toujours rêver, d'autant que pour une Mandalorienne, le clan était plus important que tout. Et je considérais Zadyssa comme faisant partie de mon clan. Le main posée sur mon sabre laser, avec mon expression "pour votre sécurité, ne m'énervez pas", je lançai :

    - Je suppose que ça ne sert à rien de vous dire de vous rendre.
    - Bien sûr que non, rétorqua Luka, on va gagner.
    - L'espoir fait vivre, soupirai-je. Sincèrement ? Vous auriez pu tomber sur n'importe quel gentil Jedi Consulaire, un diplomate, un archiviste... Mais non ! Vous avez provoqué Kinsa Talik, Jedi Gardienne et Mandalorienne, chef du clan Talik !

    J'allumai mon sabre et fit un moulinet avec lui, avant de me mettre en garde, attendant qu'un des deux m'attaque en premier. D'une certaine manière, ils me rappellaient Ryff et Jayla : deux jumeaux sûrs d'eux, voire arrogants. Mais les jumeaux Ordo avaient au moins le sens de l'honneur...et ma sympathie. Ce fut la fille, Mira, qui porta le premier coup, suivie de son frère. En quelques échanges, je mesurai leur technique. Ils étaient considérablement désorganisés, ne suivant aucune Forme en particulier mais plutôt frappant au gré de leur instinct. Quel manque de discipline...

    Je n'avais toutefois jamais affronté des Miraluka, et leur capacité de voir à travers la Force restait assez impressionnante. De plus, ils semblaient complètement en osmose, comme si l'un pouvait lire dans les pensées de l'autre et se concerter sans avoir besoin de mots. C'était un peu comme ce que l'on pouvait observer dans les liens maître-padawan. En parlant de padawan....je gardais un oeil sur Zadyssa. Law était capable de profiter du combat pour disparaître avec elle, et ça il en était hors de question.

    À deux, Mira et Luka avaient à peu près le même niveau de combat que Law, et il fallait bien admettre que leur maîtrise de la Force compliquait les choses. J'étais plus habituée à combattre des non-Forceux que des Forceux ; même si je me débrouillais bien contre ces derniers, je les laissais généralement à Galen. Tout était une question de goût... Mais une chose était sûre : j'étais Mandalorienne, et en tant que telle, j'avais le combat dans le sang. Alors que je venais de repousser Luka d'un coup de pied dans le plexus, Law fit :

    - L'ancienne padawan de Cera Ordo, hum ? Je suppose qu'il vous a reniée quand il est passé du côté obscur.
    - Ne parlez pas de choses dont vous ignorez tout, Law, répliquai-je. Spécialement quand vous avez tort. Ce genre de choses ne m'atteignent pas, plus.

    Il parut déstabilisé, et la seconde plus tard, j'en profitai pour faire une clé à Mira qui arrivait sur moi. Elle finit à terre, un bon coup de coude sur les cervicales en bonus, un peu sonnée. Je l'avait préalablement désarmée, elle et son frère, et envoyé leurs armes loin dans la jungle, ce qui m'avait valu un bon essai d'étranglement de Force de la part de Luka. Ce n'étaient pas des incapables, loin de là, mais Ceno m'avait appris à me sortir d'un étranglement de Force : cette technique se résumait généralement à étourdir légèrement son adversaire, ou alors, plus bourrin, d'une simple poussée de Force qui le déconcentrait. Cette fois, j'avais choisi l'option "tir de blaster à l'épaule" qui ne lui avait pas fait particulièrement du bien.

    - Mais beaucoup de choses se devinent, répondit Law. Je devine aussi que vous lui ressemblez plus que vous ne voulez l'admettre, et qu'un rien suffirait pour vous faire basculer. Un rien, vraiment...

    Il colla le canon de son blaster sur la tempe de Zadyssa. Mon sang ne fit qu'un tour... Je ne pouvais pas perdre Zadyssa, non... Pas comme j'avais perdu tant de personnes dans ma vie... Ma padawan...ma petite soeur... Je ne réfléchis même pas. Law fut expulsé loin de la jeune fille et alla s'écraser contre le tronc d'un arbre non loin de là, tandis que je me précipitai vers elle. Toujours vigilante, je m'accroupit et lui demandai avec douceur, la voix un peu étranglée :

    - Zad, ça va ? Il ne t'ont pas fait du mal ?
    - Je... Kinsa...balbutia Zadyssa.
    - N'aie plus peur, je suis là. Je serai toujours là, tentai-je de la rassurer.

    Je la serrai fort dans mes bras pour lui communiquer de la force et elle posa sa tête sur mon épaule. Nous avions beau être toutes deux des Chevalières, notre lien maître-padawan était toujours là, plus fort que jamais. Presque directement, je reçevais toutes ses émotions de plein fouet : une immense culpabilité, de l'horreur et surtout, de la douleur. Par cette même voie, je tentai de l'apaiser, mais à ce moment précis je ressentais tout sauf de la sérénité. Il fallait déjà que je me calme moi-même... J'inspirai un grand coup et me forçai à penser à des choses positives, en oubliant ma peur et ma colère envers Law, qui se relevait lentement, le visage encore plus déformé par la haine. Apaisée, je tournai mon regard vers lui et déclarai :

    - Si je suis comme le héros que Cera Ordo était, alors je suis heureuse. Maintenant, partez Law, avant de vous couvrir encore plus de ridicule, et ne revenez plus jamais. Vous faites partie du passé de Zadyssa, à présent, et je refuse que vous polluiez son futur.

    jeudi 07 décembre 2017 - 18:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    8864 Crédits Modo

    Je traverse le couloir est de l’Académie pour rejoindre le grand hall, histoire de voir ce qui vient de se passer après ma défense un peu théâtrale de la Salle des Mille Aspects. PROXY et moi avons mis une grande dérouillée aux bandits qui cherchaient à poser des bombes, là où Kinsa avait demandée de rassembler les padawans résidents. Une fois les vingt mécréants vaincus, nous les avons conduits dans les geôles de l’Académie pour les garder au frais pour le retour des maîtres.
    C’est ensuite que j’ai prévenu les padawans que le danger est passé que ces derniers ont pu se déplacer normalement et en silence vers la Salle Commune. C’est dans cette salle que j’ai décidé de les mettre à l’abri et au chaud si jamais il revenait à l’idée de ce Milo, qui s’est enfoui, de vouloir retenter le coup. Bien sûr, en me doutant que Law doit avoir plus d’un tour dans son sac, Kinsa doit sûrement lui avoir donné une très grosse déculottée. Et moi je n’ai pas envoyé de message sur le comlink de Kinsa ou de Zad afin de préserver le nouvel emplacement de fortune des padas. Après leur avoir servi à tous une boisson chaude, je laisse à R1-P7 le soin de surveiller la Salle Commune de fond en comble.

    Me voilà reparti pour faire un peu de chasse à l’intrus, en espérant peut-être tomber sur Law pour lui montrer mon poing plus violemment. Je déteste ce genre de personne et ça me rend si nerveux que j’ai une envie irrépressible de le cogner. Mais pour l’instant, je m’attache à faire une ronde d’inspection. Et je ne suis bienheureusement pas seul. Car un Besalisk au bras cybernétique passe par là.

    Moi : - Dexter ? Ça alors pour une surprise !
    Dexter : - Ah, Galen ! Enfin un visage amical. Il y a un problème, je viens de croiser des contrebandiers qui étaient en train de poser des bombes dans le hangar. J'en ai même emmené un à l'infirmerie. Qu’est-ce qui se passe ?
    Moi : - L’Académie Jedi est attaquée par Law, qui est revenu pour Zadyssa.
    Dexter : - Qui est donc ce Law ?
    Moi : - Un Irrécupérable, si j’ose employer les termes de Cole. C’est un sale type qui se croit être la seule famille de Zadyssa et le seul à décider de son sort. Il est déjà venu une fois, avec Ilan en otage, mais on lui a mis des coups. Cette fois, il est revenu prendre sa revanche.
    Dexter : - En faisant exploser l’Académie. Oui, c’est bien le comportement d’un Irrécupérable ça^^
    Moi : - Je viens de faire enfermer des bandits dans les geôles. Je regarde tout le bâtiment pour voir si…

    Mon sens du danger bourdonne dans mon échine, pour me signaler que quelque chose arrive. Je me plonge aussitôt dans la Force pour comprendre ce qui se passe. Je redoute des renforts, avec en tête ce Milo, mais il s’avère que ce sont ces bandits que j’ai enfermés qui viennent de se libérer de leurs cellules. Ils ont dû employé des outils difficiles à dénicher sur eux. Le Besalisk trentenaire m’observe, surpris.

    Dexter : - Un problème ?
    Moi : - Oui, on dirait bien. Nos bandits en cellules ont réussi à en sortir. Maintenant ils vont tenter de recommencer à disposer des bombes dans tout le secteur. Et même s’en prendre aux padawans.
    Dexter : - Ils sont en sécurité ?
    Moi : - Oh oui ! Ils sont en sûreté, là où ils ne pourront pas entrer aussi facilement.

    Après tout, personne ne sait que j’ai demandé secrètement au Conseil de pouvoir renforcer les murs de la SCdP pour empêcher toute intrusion et servir de local de sécurité en cas d’attaque.

    Dexter : - Il nous faut les arrêter !
    Moi : - Je suis bien d’accord. Mais dis-moi Dexter, tu es paré pour ce genre de situation ?
    Dexter : - Hé hé. Entre nous… je suis toujours armé pour ce genre de situation.
    Moi : - Dans ce cas, dépêchons-nous de les stopper.

    Ni une ni deux, le Besalisk et moi nous lançons dans le couloir ouest de l’Académie, pour atteindre l’entrée de l’escalier qui mène aux geôles. Nous marchons rapidement mais de manière à ne pas alerter les vingt idiots qui se sont sortis de leurs cages. Pour Dexter, c’est un peu difficile mais il tente quand même de le faire. Nous arrivons à dix mètres de l’entrée et je sens que des présences vont bientôt en sortir. D’un geste, je préviens Dexter de s’arrêter et d’observer. Nous nous accroupissons dans un coin d’ombre, aidés par la coupure volontaire de l’éclairage de cette aile, et nous attendons que nos adversaires viennent.
    Deux premiers sortent et ils commencent à se diriger vers nous. Ils ont les bras chargés de bombes et je me demande s’ils ont été envoyés ailleurs que pour le bâtiment principal.
    Toujours est-il que, sans prévenir ni alerter, Dexter qui est derrière moi dégaine un Bowcaster moyennement lourd et le braque sur les deux passants ; il appuie sur la gâchette sans un bruit et… un rayon en cercle s’abat à grande vitesse sur les deux cibles ; les deux bandits tombent à terre en lâchant leur charge. Ils ne bougent plus. Je suis surpris par l’effet du rayon paralysant mais Dexter m’explique qu’il l’a légèrement modifié pour le rend plus étourdissant. Voilà une bonne chose.

    Les bandits suivants sortent à leur tour, les deux premiers avec leurs armes et les autres avec leur matériel de bombes. Ils marchent dans le couloir en faisant des pas désynchronisés et arrivent à notre niveau. C’est à ce moment qu’ils remarquent les corps étendus sur le sol.

    Bandit 2 : - Bah ?! Bah ?! Reiss et Sixte !
    Bandit 3 : - Qu’est-ce qui leur est arrivé à ces deux-là ? Ils ne bougent plus.
    Bandit 1 : - Ils ont été paralysés. Vivants mais paralysés. Nous avons de la résistance qui nous attend quelque part dans ce couloir…
    Moi : - Bien deviné !

    Je bondis de l’ombre qui me cachait et atterris devant eux, en dégainant mes deux sabres et les allumant.

    Moi : - Comme on se retrouve !
    Bandit 2 : - Le Jedi aux deux sabres !
    Bandit 1 : - Cette fois tu ne nous auras pas aussi facilement. Tu es à découvert et seul.

    C’est au tour du padawan Besalisk de quitter le coin d’ombre pour se poster près de moi, son arme de tir entre ses quatre mains, un sourire moqueur aux lèvres.

    Dexter : - Il n’est pas seul.
    Bandit 2 : - Un Besalisk armé !
    Bandit 1 : - D’où il sort celui-là ?!
    Moi : - Eh oui, vous ne saviez pas qu’on avait un expert des armes et des contrebandiers dans nos rangs. Encore une fois, vous nous avez sous-estimés. Et quand je dis ça, je le dis en…
    Bouche-toi les oreilles Dexter, dis-je par télépathie. Dexter se plaque fortement ses deux mains supérieures sur ses deux oreilles et ferme même les yeux.
    Moi : -… CRIIIAAAAAAAAAAAAANT !

    Je hurle en utilisant le Beuglement de Force sur les bandits, qui lâchent leurs armes et leurs bombes pour se boucher les oreilles. Pas de chance pour eux, l’intensité de mon cri est déjà passée dans leurs esgourdes et leur inflige une douleur aux tympans. Ils sont complètement déstabilisés. Je cesse de crier et saute sur eux pour les frapper de mes sabres. Les cinq premiers bandits devant moi ne me voient pas venir et ils succombent à mes attaques sans aucune riposte. Les cinq suivants ont eu le temps de récupérer leurs armes pour m’attaquer, mais Dexter les désarme rapidement en tirant sur eux avec son blaster-arbalète. Désarmés et touchés car le Besalisk a tiré plusieurs fois avec son arme.

    Les cinq bandits d’après sont à leur tour en possession de leur arme et me tirent dessus. Je me sers habilement de mes compétences en Shien pour renvoyer les tirs à l’expéditeur. Je suis épaulé par Dexter qui tire en rafale sur mes assaillants. Quelques tirs renvoyés et reçus ont eu à présent raison d’eux. Les trois derniers, stupéfaits, ne savent plus comment réagir. Sauf un.

    Bandit 1 : - Les gars, on change le plan. (Il ramasse une bombe et l’active.) On fait sauter maintenant ce bâtiment, avec eux et nous.
    Bandit 2 : - Quoi ?! T’as perdu la boule !
    Bandit 1 : - Si ça doit être la seule manière de terminer le travail, alors je suis prêt.
    Bandit 3 : - T’es devenu aussi timbré que Law ma parole !
    Bandit 1 : - Rappelez-vous les gars. Law veut faire payer à ces Jedi ce qu’ils lui ont fait. Il a pu récupérer cette Zadyssa à qui il tient tant, alors on peut commencer le feu d’artifice.
    Bandit 2 : - Je suis peut-être une ordure mais je ne suis pas suicidaire !
    Bandit 3 : - Moi non plus !

    Et les deux bandits peureux courent à toute jambe vers la sortie, abandonnant les autres. Nous les laissons partir et nous nous occupons du dernier.

    Moi : - Ce n’est pas très malin votre solution.
    Bandit 1 : - C’est largement suffisant pour voir vos sales tronches de Jedi disparaître ensevelis.
    Dexter : - J’ai une bien meilleure idée vous savez.
    Bandit 1 : - Ah bon ? Et laquelle ?
    Dexter : - Celle-là !

    Dexter tend son bras cybernétique et il emploie la Force. La bombe est arrachée aux mains du bandit et se retrouve dans celle du Besalisk… qui me l’envoie ensuite. Je la vois planer, remarque qu’une lucarne du toit au-dessus de nous est ouverte, et j’utilise la Poussée pour la projeter par la lucarne. Loin dans le ciel. À peine vingt mètres au-dessus du toit, la bombe explose en relâchant une grande détonation. Les dégâts sur l’Académie ont été évités. Au grand dam du bandit qui crie « Non ! »
    Dexter arme ses blasters en une seconde et le canarde de salves qui le blessent ; le bandit tombe inconscient, comme tous les autres autour de lui avant. Je peux enfin rengainer mes sabres.

    Moi : - Bon. On va les remettre au frais. Et veillez à ce qu’il le reste pour l’arrivée des maîtres.
    Dexter : - Avec mon rayon paralysant, ils seront aussi immobiles que des statues.

    Il nous a fallu cinq minutes pour tous les remettre en cellules et les paralyser pour un bon bout de temps. Dexter propose ensuite de se rendre à la Salle Commune, après mes explications, pour soutenir à la défense des padawans. Je le remercie pour son aide et l’accepte avec joie.
    Quant à moi, je fonce en dehors de l’Académie pour retrouver Kinsa et Zad.

    Musclor  à la rescousse^^

    Ce message a été modifié par galen-starkyler le samedi 09 décembre 2017 - 10:25

    jeudi 07 décembre 2017 - 21:04 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    6869 Crédits

    Dans les bras de Kinsa, ma tête posée sur son épaule, j'essayai de faire abstraction des éléments extérieur ; faire abstraction de Law qui se relevait avec une mine encore plus haineuse, faire abstraction du fait que je n'avais toujours pas récupéré mon cristal, faire abstraction des jumeaux Miralukas, blessés et sonnés mais qui s'en remettaient doucement, et surtout... faire abstraction de toutes les choses horribles que m'avaient dites Law. Juste me concentrer sur le réconfort que me procurait l'étreinte de celle que je considérais comme ma grande sœur et qui était venue me secourir. J'éprouvai par ailleurs un soupçon d'humiliation à ne pas avoir su me défendre par moi-même, mais c'était loin d'être le cadet de mes soucis, en ce moment. 

    Law : Je fais parti de son passé, oui. Et en tant que tel,je suis son présent et son futur également. Il n'y a que moi qui sait qui elle est vraiment ! Zadyssa n'a pas l'âme Jedi !

    Je fermai les yeux en tentant d'ignorer ses dires. Même s'ils sortaient de la bouche d'un fou, il n'en restait pas moins douloureux, très douloureux. Je ne compris pas exactement ce qu'il se passa ensuite. Un court échange entre Kinsa et Law, peut-être. Sauf que le combat avait repris et que j'étais manifestement toujours dans les bras de mon ex-maître. Ce qui me rassura un peu :j'avais besoin de ce réconfort.

    Elle coupa les liens qui me retenaient au tronc et je lui sautai au cou dans un regain d'énergie. Quelques secondes plus tard, le surplus d'émotion que j'avais accumulé depuis le début de la matinée  se manifesta sous la forme d’irrépressibles sanglots. 

    Kinsa : Moi je te connais, Zadyssa, et tu es plus Jedi que moi, je peux te l'assurer.

    Ces paroles réconfortantes ne parvinrent toutefois pas à me calmer. Mes sanglots se firent plus intenses lorsque je fis un bilan de ce qui venait de m'arriver.  Kinsa se mit alors à me caresser les cheveux, comme pouvait me le faire ma mère autrefois.

    Moi : J-je... je suis désolée...
    Kinsa : Pourquoi être désolée ? Tu es toi, Zadyssa Yunixy, Chevalière Jedi, et tu as tout pour en être fière.
    Moi : Justement... Je... je suis Chevalière... et... j'ai mis en danger l'Académie !
    Kinsa : La seule en danger est toi. Ne te torture pas plus avec des regrets, parce qu'à ce jeu-là je te bats, et je sais ce que ça fait d'être rongée par des regrets.

    Sa tirade eut pour effet de me calmer, et je cessai aussitôt de me morfondre. Si un t orrent de larmes persistaient, j'étais déjà un peu plus sereine. Moi ? La seule en danger ? Elle voulait sûrement dire que l'Académie était protégée, contrairement à moi... Ce qui était vrai.

    Moi : Kinsa ?
    Kinsa : En faire la liste serait trop long... J'aurais pu empêcher Ceno de sombrer... j'aurais pu éviter tellement de victimes de mon père... J'aurais pu me battre pendant ces vingt ans que j'ai passés dans la flotte... Mais ce que l'histoire m'a bien appris, c'est qu'il faut dépasser tout ça et faire avec ses regrets. Même si ça prend des années.
    Moi : Tu es toujours rongée par tes regrets ?
    Kinsa : J'essaie de les oublier, mais parfois on me les rappelle... La vie est un combat, Zadyssa, et souvent les adversaires ne sont pas les autres, mais nous-même. Notre peur, nos regrets, notre côté obscur...

    La vie est un combat. Effectivement, dès mes trois ans, j'avais découvert la dureté de celle-ci à travers le kidnapping de plusieurs enfants de mon secteur. J'avais par ailleurs faillit être moi-même enlevée, si ma mère ne m'avait pas sauvé la mise à ce moment-là. C'était de cet événement qu'était né un sentiment que j'avais toujours voulu évité mais qui me poursuivait toujours : l'impuissance. À l'issue de cela, j'avais été privée pour deux de voir mon père, déjà qu'il ne venait pas souvent nous voir... et deux ans plus tard, il était mort. Ce qu'il s'était passé ce jour-là avait probablement guidé beaucoup de mes actions. Mais je n'avais jamais réellement su dépasser mes peurs et mes regrets. Quant à mon côté obscur... je n'étais pas certaine de l'avoir bien identifié.

    Quoi qu'il en soit, il y avait une chose que je devais avouer à Kinsa :

    Moi : C'est ma faute si on t'en a rappelé un ce matin.
    Kinsa : Ne t'en fais pas, c'est la vie. C'est ma vie. Et puis... Ce vieux démon-là, je l'ai accepté.

    J'esquissai un mince sourire et laissai reposer ma tête contre son épaule, plus sereinement. Les tremblements dus à mon état de choc s'étaient calmés, tout comme mes sanglots se tarissaient. Il n'en restait plus que des larmes, des joues humides et des yeux rougis.

    Moi : C'est parce que Mira m'a fouillé l'esprit... et que je n'arrive jamais à la sentir ! Je la remarque toujours au dernier moment, quand je ne peux plus rien faire pour l'arrêter ! Ou alors, je... je ne m'en aperçois même pas...
    Kinsa : Je t'apprendrai à construire des barrières mentales. Moi ou quelqu'un d'autre, pour que ça ne se reproduise plus.
    Moi : D'accord. (je fis pause quelques secondes, hésitant à lui faire part de ces anecdotes :) Tout à l'heure... Law m'a dit que... (le reste de ma phrase mourut dans ma gorge). Est-ce que tu penses que mes parents seraient fiers de moi ? Et... est-ce que si mon passé me rattrape je ferai... souffrir des personnes ?
    Kinsa : Je suis fière de toi, alors tes parents l'auraient probablement été. Quant à ta deuxième question... Il ne tiens qu'à toi d'y répondre.

    Ça me faisait toujours chaud au coeur de l'entendre me dire qu'elle était fière de moi. Mais sa seconde réponse me laissa un arrière-goût dans la bouche.

    Moi : Comment ça ?

    Kinsa : Seule toi peut décider de tes actions quand ton passé te rattrape
    Moi : C'est rassurant...
    Kinsa : La vie n'est pas faite pour nous aduler, et je crois que tu le sais. Allez, lève-toi. Tu peux les affronter, ça aussi tu es la seule qui peut le faire. Je ne peux pas combattre tes démons pour toi.
    Moi : Ah bon ? Ça m'arrangerait, pourtant...

    Kinsa esquissa un sourire.

    Kinsa : Tu es une Jedi, Zadyssa. Cela veut dire tellement plus que de maîtriser la Force et tenir un sabre....
    Moi : Je suppose que ça inclut affronter ses démons toute seule...
    Kinsa : Pas seule. Je suis avec toi.

    Mes yeux brillèrent d'une lueur de gratitude. J'aurais pu essayer de me battre seule, mais dans ce cas de figure, avoir le soutien de Kinsa était vraiment nécessaire.

    Moi : Merci du soutien. J'y vais sans sabre ?
    Kinsa, en lui confiant le sien : Non. Prend le mien pour cette fois.

    Elle me le mit dans les mains tandis que je restai hagarde un certain temps. Je ne lui avais pas encore dit que Law avait tenté de briser mon cristal ; je n'étais donc pas spécialement une personne digne de confiance pour utiliser son sabre.

    Moi : Euh ? Vraiment ?
    Kinsa : Vraiment.

    Elle posa sur moi des yeux sûrs et confiants, et je finis par hocher lentement la tête en le soupesant. Il était léger, elle avait probablement utilisé du phrik. Du reste, à part pour son cristal qui était un Opila comme moi, je ne savais pas grand-chose de sa composition. En tout cas, le manche était à ma taille, c'était déjà ça.

    Nous nous relevâmes, et je constatai que je n'avais pas encore retrouvé toutes mes forces ; pire encore : rester debout m'étourdissait comme si mon cerveau avait besoin de se reposer. Ce qui était probablement le cas. Une vague apaisante déferla en moi et je la laissai chasser le début de panique qui m'avait envahie. Remerciant Kinsa du regard, je suivis son conseil de me plonger dans la Force et me servis de mes touts récents exercices à l'Ataru pour recouvrer mes forces et éviter les effets de la fatigue.

    Serrant le manche du sabre de Kinsa, je respirai un bon coup avant de lui faire signe que c'était bon. Celle-ci, un petit sourire encourageant m'invita à m'interposer dans le combat entre Galen, Law et les deux Miralukas diminués. À l'instinct, je sautai entre les deux hommes pour parer un coup de vibro-lame de Law. Ce dernier, surpris, recula d'un pas tandis que je m'efforçai de paraître assurée alors que mon rythme cardiaque s'emballait et que je commençai petit à petit à trembler, comme si j'envisageai déjà la sentence qu'il pourrait m'infliger ; ce qu'il aurait fait si j'avais agi de cette manière autrefois. Mais ce n'était pas le cas, je n'étais plus la gamine de huit ans venant de perdre sa mère. J'étais Chevalière, par la Force ! Et j'avais des amis qui me soutenaient.

    Alors que Luka allait m'assener un coup, Kinsa s'interposa à son tour et le repoussa d'un coup de pied dans l'abdomen. Le souffle coupé, le jeune miraluka s'écarta un temps du combat mais Galen se précipita vers lui pour le mettre hors d'état de nuire. Cependant, le Jedi fut coupé dans son mouvement par Milo, armé d'un bâton électrique. Je restai quelques secondes sans bouger. Cela faisait tellement longtemps que je ne l'avais pas vu... Il avait énormément changé. :son pied cybernétique, toujours présent, était plus moderne et élaboré, ses cheveux bruns lui tombaient sur la nuque et il avait - de même que les Miralukas - sa frange teinte en cyan. Par ailleurs, sa musculature s'était considérablement développée, et il paraissait avoir amélioré ses réflexes tout en sachant composer avec le handicap qu'était son pied. Je fus un temps hypnotisée par le combat deux sabres contre bâton électrique, mais Kinsa me ramena à la réalité en me plaquant au sol pour me faire éviter un tir de Law.

    Kinsa : Ne te déconcentre pas ! Continue comme au début, tu te débrouilles bien.

    Hochant la tête, je réactivai son sabre laser qui grésilla sous mes yeux. Inspirant un grand coup, j'entrepris de parer l'offensive de Law puis de le repousser en effectuant une attaque circulaire. Instantanément, mes yeux se fixèrent sur le blaster et le sabre qui pendouillait à sa ceinture, et j'attirai le tout à moi. Sans même lui laisser le temps de comprendre ce qu'il se passait, je tirai une salve de tirs placés en mode paralysant, puis j'accrochai mon sabre à ma ceinture. Sans cristal, il était inutilisable...

    Petit à petit, mon rythme de coups et parades s'accélérait et je commençai à retrouver un peu de mon niveau. Pareillement, au fur et à mesure de l'avancée du combat, ma connexion avec la Force s'accentuait, et par ce biais, je sentais une étincelle dans son fluide. Une étincelle qui m'appelait, qui était toujours plus forte. Je me concentrais dessus à tel point que la suite du combat s'effectua harmonieusement : n'agissant plus comme une débutante, nous pûmes faire quelques combinaisons pour répondre à celles des jumeaux. Je devinai que Kinsa me laissait mener la danse pour me pousser à affronter mes démons, et en même temps, elle en profitait pour m'instruire sur l'art du combat à deux. Même si pour le coup, c'était plus elle qui s'adaptait à ce que je faisais.

    La sentant arriver par derrière, je me baissai pour lui permettre d'attaquer en hauteur tandis que je tentai une balayette par le bas. Une seconde plus tard, l'étincelle que je sentais depuis le début devint flamme, puis feu, et une image surgit dans mon esprit. Un seul mot me vint à la bouche :

    Moi : Cristal !

    Ces cinq secondes d'absence furent fatales : Law en profita pour m'attraper par derrière et me coller un blaster sur la tempe. Une seconde plus tard, un mélange intense d'émotions me frappa, c'étaient celles de Kinsa. Cette fois, il était hors de question que je reste sans rien faire. Puisant dans mes ressources et ignorant la peur qui me paralysait, je lui donnai un bon coup de pied dans l'entre-deux jambes et enchaînai directement par un coup de coude dans la mâchoire. Il recula d'un pas, mais je ne le laissai pas se reprendre : j'employai la Vitesse de Force pour le surprendre et fis un appuie du pied gauche pour virer à droite. Il eut le réflexe de suivre le mouvement, mais ce n'était qu'une feinte : aussitôt, je sautai au-dessus de lui pour le prendre par derrière, et même s'il m'avait vu du coin de l’œil il n'était pas en capacité de faire quoi que ce soit. 

    Atterrissant derrière lui, je n'avais plus qu'à le mettre hors d'état de nuire à l'aide d'un tir paralysant bien placé. La seconde durant laquelle j'appuyai sur la détente sembla s'étirer à l'infini. Je voyais tout au ralentis. Galen qui en avait fini avec Milo et qui observait notre combat, Kinsa qui se défendait vaguement contre les Miralukas, observant surtout la façon dont je me débrouillai, et Law qui se retournait mais trop tard. Je sentais sa surprise, sa haine et sa peur. Ainsi que sa honte. Il me suffisait d'un geste pour vaincre le démon qui me faisait le plus peur. Juste un. Et il était déjà amorcé. Comment me sentirais-je, après ? Mieux ? Indifférente ? Moins bien ? Je le saurais dans peu de temps. En tout cas, j'étais sereine, étrangement sereine. Le temps semblait s'être étiré au rythme de ma respiration. Lente et régulière, je profitai un peu de ce moment de calme.

    Puis tout s'accéléra.

    Law s'effondra dans un petit cri tout sauf crédible, probablement un croisement entre un piaillement et un jappement, Kinsa me couva d'un regard affectueux et fier, et Galen hocha la tête d'un air satisfait.

    Je restai une seconde dans un état quasi végétatif. Je n'en revenais pas... avais-je vraiment mis Law hors d'état de nuire ? Visiblement oui. Me tournant vers Kinsa, je lui adressai un sourire euphorique, avant de m'apercevoir que les jumeaux n'avaient pas abandonné. Au contraire, ils semblaient encore plus motivés. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils avaient un mental d'acier.

    À nouveau, l'image de mon cristal s'imposa à moi, et je sus ce qu'il fallait faire. Usant de la télékinésie, laquelle était amplifiée par mon lien grandissant avec mon cristal, je le fis venir à moi. En soit, il n'était pas bien loin, rien d'inatteignable lorsque l'on travaillait régulièrement sa télékinésie avec assiduité.

    Moi : Kinsa !

    Je lui lançai son sabre qu'elle attrapa à la volée en me lançant un regard surpris. N'attendant pas de réponse immédiate, elle para aisément les coups des Miralukas et repoussa Luka d'une poussée de Force. Pendant ce temps, je sautai au-dessus de Mira et fis une action non pas impossible mais qui ne se produit qu'une fois. Une fois parce qu'elle ne vient naturellement que cette fois-là, lorsque les choses coulent de source et que cette action va de soi, que le cerveau ne se demande pas s'il l'a déjà effectué, ni la conscience. Ils agissent, c'est tout. Et c'est ce que je fis. J'agis. Ouvrant le clapet du manche de mon sabre laser, j'attirai mon cristal et au prix d'une grande concentration et d'un soudain épuisement, je parvins à le placer à toute vitesse dans son socle. Au même moment, j’atterrissais et me redressais juste à temps pour activer mon sabre à lame violette et parer son offensive. L'instant suivant, Mira devait se démener avec Kinsa.

    Quant à moi, sabre en main, je fis un moulinet du poignet et me préparai à contrer le coup de Luka pour passer ensuite en mode Ataru. En contrepartie, juste avant de parer sa lame blanche, la mienne se mit à clignoter, comme s'il y avait un faux contact. J'eus toutefois la décence de rouler à terre pour l'esquiver, surprise. Reculant de quelques pas, je tentai de le rallumer, rien n'y faisait. Tant et si bien que Luka n'eut qu'à me placer sa lame à quelques centimètres de ma nuque pour me désarmer. 

    Luka : Arrêtez tout ou elle perd un membre !

    Me tenant en respect, il obligea Kinsa à cesser de se battre. Toutefois, je la sentais plus sereine que lorsque Law m'avait menacée, comme si elle savait que je pouvais m'en sortir. Et d'un autre côté, je sentais qu'elle bouillonnait d'envie de coller une correction à Luka, et cela me fit chaud au cœur.

    Mira s'approcha de moi, prête à me briser à l'aide de ses pouvoirs. Du coin de l’œil, je vis Kinsa me faire signe de respirer calmement et... de faire le vide dans mon esprit ? Ah, non. Bref, j'avais pas compris son deuxième point. En tout cas, je me concentrai sur la possible présence de Mira et la sentis quelques secondes plus tard. Cependant, je ne trouvai rien à faire pour la contrer. Mon rythme cardiaque s'accéléra tandis qu'un sentiment de panique m'envahissait. Panique qui fut rapidement tarit par un sentiment d'apaisement dédicacé Kinsa.

    Et c'est là que je le sentis. Un chemin tout droit tracé. Presque inconsciemment, je le suivis et compris plus tard qu'il m'avait emmené dans l'esprit de Mira. Je ne comptais pas du tout agir de sa façon, mais j'étais curieuse de visionner ses très récents souvenirs : j'avais besoin de savoir dans quelle mesure les jumeaux avaient participé à la sauvegarde de mon lien avec mon cristal. Je n'eus pas besoin de faire quoi que ce soit : sa conscience ou son inconscience paraissait bloquée sur un moment, celui que je cherchai. De ce que j'en compris, elle avait été... choquée par son geste. Pourquoi ? De plus, c'était bien grâce à eux si le pire n'était pas arrivé. Et cela me fit comprendre à quel point je leur étais redevable. Brusquement, tout le décorum s'effondra. Comme si quelque chose en elle avait été brisé. Non, pas exactement. Elle était en proie à ses souvenirs, et je devais bien avouer que si ça restait violent, ça l'était moins que ce que je pouvais avoir avec ma mémoire photographique.

    Je vis des scènes de tuerie qui me bouleversèrent. Apparemment, son peuple, les miralukas, avait été victime d'un génocide orchestré par la République. Mira était très jeune, à cette époque, elle ne devait pas avoir plus de cinq ans. De ce fait, les images étaient assez flous, et cela me fit bizarre, moi qui me souvenait de tout dans les moindres détails.

    Soudain, je fus expulsée. Ou du moins, Mira s'expulsa de mon esprit, troublée. Lorsque je rouvris les yeux, je me rendis compte que j'avais les joues humides, et qu'elle aussi. Contrairement à moi, son état était proche d'une crise de panique. Ce que je fis alors me vint naturellement, mais me surpris au plus au point. Je détestais les jumeaux miralukas, je les avais toujours détesté, et pourtant en voyant Mira dans cet état, je ne restai pas indifférente, j'éprouvais de la compassion à son égard. À tel point que je m'approchai d'elle, m'accroupis et la serrai quelques secondes dans mes bras, imitant un peu la manière dont Kinsa s'y prenait avec moi.

    Moi : Je suis désolée.

    Luka, qui avait relâché sa garde en voyant l'état de Mira, resta interdit. Me relevant, je me dirigeai directement vers Kinsa, m'éloignant des jumeaux. Cette dernière me dévisageait avec une expression indescriptible qui mêlait principalement étonnement et fierté. Le jeune miraluka soutint sa sœur et l'aida à se redresser, attendant un agissement de notre part. Ces mots furent difficiles à prononcer, naturels, mais extrêmement difficiles à m'avouer. Une pression sur l'épaule de la part de Kinsa me donna le courage et l'assurance nécessaires : 

    Moi : On vous laisse partir pour cette fois.

    Il hocha la tête et tourna les talons sans demander son reste tandis que Galen nous rejoignait, content de la façon dont s'étaient déroulées les choses. Soudainement, je me tournai vers Kinsa et rejoignis directement ses bras. Un peu surprise, elle répondit toutefois à mon étreinte. C'était pour moi une manière de la remercier et d'évacuer les résidus de stress dus au combat. Et puis, on pouvait me comprendre, je venais de faire un duel presque intenable sur le plan psychologique après qu'on ait tenté de me briser.

    Au bilan, deux prisonniers: Milo et Law. J'eus tout juste le temps de m'en satisfaire avant que mes forces disparaissent brusquement et que ma tête se mette à tourner. Je sombrai dans un très profond sommeil avant même d'avoir eu le temps de demander des informations sur l'état de mon cristal à Galen et d'avoir écouté le verdict de Kinsa.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le samedi 09 décembre 2017 - 18:59

    samedi 09 décembre 2017 - 18:57 Modification Admin Permalien

  • Avatar Ewok_hurlant

    Ewok_hurlant

    117 Crédits

    Bonjour,

    Je suis, Yvad H Warrick, un apprenti chaman ewok de 15 ans. 

    J'aspire à devenir un grand guérisseur Jedi.

    Sur ma planète natale, Endor, j'ai suivi le cursus de tous les jeunes ewoks : apprentissage des techniques de chasse, fabrication de pièges, étude des sciences naturelles, entraînement à la Lutte Ewok, manipulation des armes traditionnelles et de quelques armes à énergie. 

    Ce lien avec les Esprits que vous nommez Force étant assez élevé chez moi, j'ai pu participer à quelques vols spatiaux dans le siège navigateur afin de comprendre le principe du pilotage...mais peu concluant selon les dires des pilotes.

    J'ai reçu l'enseignement de Maître Kunka, notre chaman local mais devant mon potentiel il m'a dit que je serai mieux parmis les élèves de l'école du Jumeau libérateur. 

    Le Grand Luke a libéré notre planète aux côtés de 8 de mes ancêtres dont les illustres Wicket, Chirpa et Logray. 

    Une école qui délivre l'enseignement d'un homme aussi bon que feu Luke, ne peut être que solide et efficace dans la formation d'un guérisseur Jedi. 

    J'ai hâte de découvrir mes camarades et Maîtres. 

    Ah oui j'allais oublier...je suis plutôt grand pour un ewok avec mes 1m35 et ma fourrure est gris-bleue avec des bandes rouges orangées. 

    Mon caractère est affirmé et j'ai une fâcheuse tendance à dire oui pour ensuite faire attendre et  non si je fais tout de suite. Un véritable esprit contradictoire mais toujours là pour aider les autres.

    Autre défaut, je n'offre mon aide qu'une fois...je ne parle pas le  langage du "non mais oui pourquoi pas peut-être". On accepte mon aide ou pas mais il n'y a pas d'hésitation. 

    Je parle Ewok, le basic et le dulok.


    Ce message a été modifié par Ewok_hurlant le lundi 11 décembre 2017 - 17:37

    dimanche 10 décembre 2017 - 19:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10492 Crédits Modo

    Ce matin-là, il y avait une averse telle que je n'en avais pas souvent vues dans ma vie, et même si elle s'était arrêtée, le sol restait détrempé, tâchant de boue les chaussures de toute personne qui osait s'aventurer dehors. Car il y en avait ! Zokuron était dehors quasiment en permanence, rôdant parfois aux abords de la jungle où il savait pertinemment qu'il était interdit de s'aventurer. Je lui avais d'ailleurs spécifiquement rappelé cette règle hier. Mon padawan était doué, mais très indépendant, ce qui selon les situations pouvait être bon ou mauvais.

    Personnellement, je restais bien au sec dans les salles d'entraînement au sabre laser, voyant si des padawans motivés décidaient d'aller un peu s'exercer. Je reçus notamment la visite d'une Mirialane qui s'était résolue à apprendre le Makashi. Juste après son passage, mon datapad sonna. Il était directement relié aux détecteurs de l'Académie, et ces derniers indiquaient qu'une navette avait pénétré dans l'atmosphère. Nous ne pouvions jamais savoir quelles étaient les intentions des arrivants avant qu'ils atterrissent ou se répondent à la communication. Heureusement, cette navette fut prompte à répondre.

    Moi : Navette non-identifiée, déclinez le motif de votre visite et identifiez-vous.
    Navette : Ici navette DAA8E-V772A, en arrivée d'Endor. Nous vous amenons un aspirant Jedi.
    Moi : Bien reçu. Autorisation de vous poser dans les environs de l'Académie.
    Navette : Je vous transmets les coordonnées.

    Aussitôt, j'empruntai un speeder et me rendis aux coordonnées indiquées. La prudence voulait qu'aucun vaisseau, qu'il soit ami ou ennemi, n'atterrisse directement à l'Académie. Depuis qu'on avait tenté à plusieurs reprises de nous exterminer, nous avions tendance à être légèrement...méfiants vis-à-vis de qui nous admettions dans notre enceinte.

    Cette fois, cette précaution ne fut pas nécessaire : la navette transportait un jeune Ewok qui avait l'air plutôt inoffensif. Malgré sa petite taille, il avait une assurance qui transparaissait dans ses gestes ; et je n'étais pas experte en physiologie Ewok, mais celui-ci avait l'air d'un adolescent. Quel âge exact, je n'en savais rien, par contre.

    Moi : Bonjour. Je suis Kinsa Talik, la responsable de l'Académie. Et toi ?
    Ewok : Je suis Yvad H. Warrick, apprenti chaman.
    Moi : Apprenti chaman...?
    Yvad : Guérisseur, si vous préférez. Les chamans sont ceux qui communiquent avec les Esprits, ce que vous appelez la Force. Le chaman de ma tribu a dit que je serais mieux parmi vous.
    Moi : Il ne faut jamais laissé un potentiel inexploité pour faire le bien. Bien ! Je vais t'emmener à l'infirmerie, nous ferons un test de midichloriens pour vérifier tes dires. Ce sera l'occasion pour toi de rencontrer nos Guérisseurs.

    Il hocha la tête et je l'invitai à monter derrière moi sur le speeder. Direction l'infirmerie ! Nous y arrivâmes vite : je présentai le nouvel arrivant à Weedge et Sol'As, avant qu'ils fassent le fameux test de midichloriens. Ce dernier se révéla positif, révélant un taux dans la moyenne Jedi. Tout était parfaitement normal. Puis, je me tournai vers Yvad :

    Moi : As-tu déjà médité ?
    Yvad : Je ne crois pas, non...
    Moi : Alors ce sera une première fois. Il s'agit de s'immerger profondément dans la Force pour...eh bien, être plus serein, ressentir les choses autrement. Le principe est simple, mais ce n'est pas toujours facile. Tu as compris ?
    Yvad : Oui.
    Moi : Très bien. Ce sera ton épreuve.

    Ewok_hurlant : Bonne présentation, je vois que tu as préféré prendre le modèle de présentation linéaire plutôt que la fiche^^. J'aurais préféré un peu plus de background, tout de même. En tout cas, tu as vu que je t'ai donné la traditionnelle épreuve : une méditation. Si tu as des questions, n'hésite pas à m'en parler par MP.

    mardi 12 décembre 2017 - 19:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Nom : Icare Eris

    Espèce : Mirialan

    Age : 16 ans

    Description : 1m75, peau verte pale, les yeux marron, cheveux noirs, tatouages Mirialans en bandes sous les yeux. Lunettes de pilote de la République sur son front. Un grand manteau gris à capuche.

    Qualités et défauts : Patient, réfléchi, parfois roublard, manque de confiance en soi, se pose beaucoup de questions.

    Background :

    On m’appelle Icare Eris, j’ai eu la chance de vivre auprès de ma marraine, Vaak Ti une Togruta, pilote pour la République Galactique. Elle m’a toujours considéré comme son fils et je l’ai aimé comme ma mère. C’était avec une certaine fierté dans la voix qu’elle avait l’habitude de dire à qui voulait l’entendre que je ferais de grandes choses. Entre nous, j’ai toujours détesté que l’on parle de moi. Rien, ni personne n’est prédestiné et pour l’instant je suis à mille lieux du chemin qu’elle me voyait emprunter !

    J’avais 9 ans et on sonnait à la porte de la maison, je n’avais pas encore ouvert que je ressenti comme un violent coup de poignard au niveau de mon cœur, me coupant le souffle comme si je savais déjà ce qui allait arriver. Dans un effort qui me paru incommensurable, j’ouvris la porte.

     Le capitaine de l’unité de ma mère se tenait devant moi avec ses lunettes de pilote, celles qu’elle me laissait porter chaque soir quand elle me racontait ses courses-poursuites, ses batailles et tant d’autres histoires de notre galaxie !

    L’homme se mit à genou et enleva son casque, c’était un nautolan, plutôt âgé. De sa main gauche il me tendit les lunettes. Ma mère, mon héroïne n’était plus ! Il m’apprit qu’elle avait été abattue par des esclavagistes alors qu’elle était sur le point de les arrêter.

    On lui rendit hommage quelques jours plus tard, j’étais perdu, tiraillé dans un tourbillon d’émotions entre tristesse et désir de justice ! Une pluie fine mais rafraichissante commença à tomber sur Naboo. Vaak Ti était tombé amoureuse de cette planète verdoyante, avec une population des plus agréable. Les gouttes sur mon visage me rappelèrent que j’étais vivant. Perdu dans mes pensées, je regardais la statue d’une ancienne sénatrice décédée pendant la Guerre des Clones. Que devais-je faire maintenant ? Ou irais-je vivre ?

    A la fin de la cérémonie, l’officier nautolan et un oncle de ma mère approchèrent. Ce dernier me dit qu’il s’occuperait de moi dorénavant. Je voyais encore ma mère me dire, avec un sourire un peu embarrassé qu’il était un commerçant peu … conventionnel.  Il m’avait juré que nous retrouverions ceux qui s’en était pris à sa nièce ! Encore secoué, je l’ai suivi !

     Vous comprendrez, c’est pratique d’avoir un enfant dans son équipage, il peut se faufiler partout pour effectuer certaines réparations du vaisseau, pour faire les poches d’une clientèle plutôt aisée ou encore faire passer en douce certaines marchandises au nez et à la barbe des autorités. J’étais reconnu pour mon talent au sein de l’équipage et je pensais avoir trouvé ma place dans cette vaste galaxie.

    C’est à son contact que j’ai développé des capacités à son image, c’est-à-dire peu … conventionnelles qui nous ont souvent sauvés la vie sur nos différents raids. J’arrivais à influer sur l’esprit des gens, grâce à cela, j’héritais du surnom de« Mind Twister » auprès de mes camarades. Cependant, l’utilisation de ces compétences à répétition nécessitaient une concentration importante et finissait souvent par m’épuiser. D’après l’oncle Ti, j’étais doté de « l’Esprit de la Galaxie » ou « Ashla », seul certains êtres seraient dotés de cet étrange pouvoir. Les mois, les années ont passés, en apparence, nous n’avions aucune piste concernant la mort de ma mère adoptive.

    Nous étions sur Coruscant, pour un échange important avec un Gran de Malastar.  Nous attendions depuis plusieurs heures maintenant aux abords d’un entrepôt du spatio-port. Comme à notre habitude, nous étions déjà venus deux jours plus tôt afin de repérer les lieux, mais l’oncle Ti agissait anormalement, cette rencontre le stressait.

    Le Gran apparu richement vêtu d’une cape rouge, il était accompagné d’une équipe tout aussi disparate que la nôtre, on pouvait voir ici et là un Zabrak, un droïde assassin ou encore une Clawdite. Notre groupe pris place, la tension était palpable… Mon oncle descendit de notre vaisseau avec plusieurs caisses d’électro bombe à proton. Je lui indiquais d’un geste de la main, que deux tireurs étaient embusqués. Il s’approcha de moi et me dit gravement : « Je suis désolé de ne pas t’avoir tenu au courant de mes derniers agissements, mais aujourd’hui, je vais tenir ma parole ! Te souviens-tu de ce que disais Vaak, tout chasseur doit faire preuve de patience pour pouvoir attraper ça cible ! Tu vois ce Gran, il est le fils du sénateur de Malastar, personne ne s’oppose à lui, pourtant c’est lui qui as tué Vaak. Il est temps que les choses changent ! »

    A ces mots, un frisson me parcourus, tous les ressentiments que je gardais pour moi venais de resurgir ! Mon oncle en me tenant fermement continua : « Occupe-toi des deux tireurs, je me charge de lui !» Je profitais de l’ombre créait par les entrepôts et les caisses entassées pour disparaître.

    Je m’approchais discrètement du premier tireur, j’entendais les négociations en contre bas. il était temps pour moi d’agir. J’allais dégainer mon sabre prétorien quand me vient une idée. Ces tireurs allaient nous servir, après une profonde inspiration, j’intimais à ces deux bras cassés de faire le sale boulot, ils laissèrent leurs armes sur place et disparurent. Je m’adossais alors à un des containers en attendant la suite des évènements.

    Le Gran proposait en échange de nos bombes des esclaves, quelques twi’leks et des humains. Mon oncle et moi-même savions qu’un affrontement frontal causerait des pertes parmi les esclaves et nous voulions absolument éviter cela. Les négociations allaient toucher à leur fin quand la cavalerie tant attendue fit son apparition, la police et la presse de Coruscant accompagné par mes deux bras cassés. Pris la main dans le sac, le Gran restait calme, il n’imaginait pas les répercussions de cette affaire. Les agents fouillaient notre vaisseau et nos caisses sans rien trouvé. Les bombes avaient déjà été revendues lors de notre arrivée dans la capitale.

    Voilà deux semaines que nous étions bloqués sur Coruscant, en attendant le rendu de notre vaisseau par la police. Un soir, alors que nous avions trainé dans les bas quartiers de la capitale, l’oncle Ti me pris à part du groupe.

    « J’ai quelque chose à te montrer gamin », il me traina jusque à un énorme bâtiment dans des quartiers assez chics, non loin du Sénat Galactique. « Ce que tu as fais peu de personnes l’aurait fait, Vaak serait fier de toi ! Les personnes qui habitent ce Temple, ce sont des Jedi, ils sont comme toi, ils pourront répondre à toutes tes questions concernant ce que tu es capable de faire mais aussi ta place dans ce monde ! Fini l’arnaque gamin, deviens respectable... mais pas trop non plus. »

    On m’envoya alors sur Yavin IV, pour découvrir mon aptitude à devenir un Jedi. J’étais impatient de découvrir ce monde, toutes ces nouvelles personnes qui sont comme moi mais également l’étendue de ce don.


    Ce message a été modifié par Phaleina le mercredi 27 décembre 2017 - 11:58
    Ce message a été modifié par Phaleina le mercredi 27 décembre 2017 - 12:07
    Ce message a été modifié par Phaleina le mercredi 27 décembre 2017 - 12:21

    mercredi 27 décembre 2017 - 11:53 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10492 Crédits Modo

    Vêtue de mes plus beaux habits Jedi – comprendre par là qu'ils étaient propres et que j'avais laissé mon beskar'gam dans mes quartiers – je rejoignis Galen pour aller accueillir une délégation des Jedi de Coruscant. Il était assez rare que nous reçevions de la visite de la part de Coruscant, sauf quand ils avaient un groupe d'aspirants à nous envoyer. Aujourd'hui, c'était le cas. Mon sabre laser soigneusement accroché à la ceinture, je me dirigeai vers la navette dont la passerelle venait de s'abaisser, révélant le Maître Gardien Siskun Koran, un Pantoran avec qui j'avais combattu à la bataille du Chu'Unthor. Il était accompagné d'une fournée de gamins qui ne devaient pas dépasser onze ans, excepté un Mirialan plus âgé, d'environ seize ans.

    Après avoir confié les enfants à Galen, qui s'occupa de leur faire la visite de l'Académie, il posa une main sur l'épaule du Mirialan.

    Maître Koran : Je vous présente Icare Eris, son...oncle nous l'a confié, ils ont aidé à révéler un trafic d'esclaves sur Coruscant. Il a des dons dans la Force.
    Moi : Bonjour Icare. Merci maître Koran, je m'occupe de lui.

    Je saluai respectueusement le Pantoran et m'éloignai avec le dénommé Icare. Il avait un visage amical et avait l'air volontaire, mais lorsque je le sondai discrètement grâce à la Force, je constatai qu'il était rempli de doute. Un sourire se dessina sur mon visage et je le rassurai :

    Moi : Il y a une place pour tous parmi les Jedi, peu importe nos origines ou notre passé. Seuls importent tes actes futurs et ta volonté de faire le bien.

    Je m'étais exprimée d'une voix douce, mais ferme, pour bien lui signifier que, s'il voulait rejoindre les Jedi, j'attendais de lui un engagement total. Tout en marchant, je l'invitai à me raconter son histoire, d'où il venait et ce qui l'amenait chez nous. J'y prêtai une oreille attentive, car je savais que souvent les aspirants qui se présentaient chez les Jedi après un certain âge avaient souvent une histoire mouvementée, et hélas celui-ci n'y faisait pas exception. La mort de sa marraine paraissait l'avoir profondément marqué et je ne pus m'empêcher de lui communiquer un peu de réconfort par la Force. Je savais que la perte d'un être cher était une épreuve difficile à surmonter, en ayant moi-même fait la douloureuse expérience...

    Icare : Il y a un sorte de test pour devenir Jedi, ou...?
    Moi : Oui, ils vont te faire un test de midichloriens à l'infirmerie, tout d'abord. Ne t'en fais pas, c'est complètement indolore.

    Il acquiesça en signe de compréhension. Comme je l'avais escompté, le test se déroula sans anicroche et nous pûmes continuer de cheminer dans l'Académie. Du coin de l'oeil, je constatai que Galen et les novices nous avaient précédés dans les jardins, où je m'arrêtai, sur la bordure d'une fontaine.

    Moi : Un Jedi se doit d'être en harmonie avec la Force, et la méditation est la meilleure manière d'y parvenir. C'est quelque chose que tu feras très souvent, alors autant commencer maintenant.
    Icare : Comment je fais ?
    Moi : Ferme les yeux et respire. Fais abstraction de ton environnement immédiat, et concentre-toi sur la Force. Tu m'as dit que tu as déjà utilisé la Force, alors ça devrait être facile.

    Phaleina : Très bonne présentation, avec un background détaillé, j'aime beaucoup ! Le personnage a l'air d'avoir du potentiel, hâte de le voir en RP ! Pour ta méditation, n'hésite pas à me demander conseil si tu as des doutes ou quoi que ce soit.

    jeudi 28 décembre 2017 - 21:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar Phaleina

    Phaleina

    515 Crédits

    Me voilà enfin sur Yavin, je suivais une jeune twi’lek, à la peau bleue, à travers l’Académie. Son visage doux et sa présence avait quelque chose d’apaisant dans ce lieu immense. Mais à sa façon de me parler, je compris vite qu’il ne fallait pas lui sortir des plans foireux, l’engagement demandé ici devait être total. Ça tombait plutôt bien, je n’avais pas l’intention de partir. De plus, ou qu’ils soient, je voulais que ma marraine et mon oncle puissent être fier de moi.

    Nous étions à présent dans les jardins de l’Académie, la beauté du lieu me rappelait les jardins Royaux de Naboo, avec ses fontaines sculptées et sa végétation luxuriante. Mon hôte s’installât sur la bordure d’une fontaine. Je m’approchais alors examinant les moindres recoins du lieu et les personnes présentes.

    Debout face à la fontaine, je laissais mes doigts effleurer la surface de l’eau, quand la Jedi s’adressa à moi.

    Kinsa : Un Jedi se doit d'être en harmonie avec la Force, et la méditation est la meilleure manière d'y parvenir. C'est quelque chose que tu feras très souvent, alors autant commencer maintenant.
    Moi : Comment je fais ?
    Kinsa : Ferme les yeux et respire. Fais abstraction de ton environnement immédiat, et concentre-toi sur la Force. Tu m'as dit que tu as déjà utilisé la Force, alors ça devrait être facile.

    Je jetais un rapide coup d’œil vers les autres aspirants Jedi non loin de nous.  Ils étaient tous à genoux avec les yeux fermés, ça semblait si simple. A moins que ce ne soit l’heure de la sieste pour eux.

    Je m’assis en tailleur dos à la fontaine, j’arrivais à sentir le regard de la twi’lek posée sur moi. J’en profitais pour tourner ma tête vers elle avec un regard emprunt d’hésitation. Je me remis en position, mes mains formaient un triangle.

    Cette position me rappela un vieux mécano de Mos Espa avec qui nous avions l’habitude de faire affaire, il joignait souvent ces mains ainsi quand il avait trop bu et nous disait de la manière la plus sérieuse et la plus sobre possible qu’il allait « méditer ». Il finissait toujours dans le hamac de son arrière-boutique. A ce souvenir, un large sourire apparu sur mon visage.

    Il fallait que je me reconcentre pour réussir cet exercice. Et je me décidais à écouter les conseils de la Jedi, je fermais alors mes yeux et pris une profonde inspiration.

    Oui, j’avais déjà fait appel à la Force sans vraiment savoir ce qu’était cette chose. Dire que nous devions cohabiter dans ce même corps et que je m’étais servis d’elle sans apprendre à l’apprivoiser ou à la connaître. Je cherchais alors cette Force en moi, elle devait bien se cacher qu’elle que part. Mais rien à faire comme si elle ne voulait pas se montrer ou m’aider. Pas de précipitation, pas de panique, il doit bien y avoir un moyen de la retrouver, de me connecter à la Force. Je me remémorais alors chaque instant où j’avais fait appel à elle, de Naboo à Coruscant en passant par Tatooine, Mygeeto et bien d’autres mondes encore.

    En un instant, mes repères extérieurs disparurent, je ne sentais plus la légère brise de Yavin contre ma peau, le clapotis de l’eau provenant de la fontaine s’était également envolé. Une voix d’homme se rapprochait de moi. Je ne l’avais jamais entendu auparavant. Néanmoins, je décelais une autre présence, plus familière, celle -ci posa sa main sur mon épaule droite et m’enlaça avant de me donner un baiser sur la joue gauche. C’était impossible, cela ne pouvait être ma marraine. Après un moment de doute, j’ouvris les yeux. Rien, le vide absolu à part un vieil homme encapuchonné, face à moi, assis sur un tronc d’arbre. Cette apparition était légèrement floue, on ne pouvait discerner que la barbe grisonnante de cet homme et son air aimable.

    L’apparition : « Savoir d’où l’on vient est important, mais ne reste pas tourné vers ton passé. Concentre-toi sur le moment présent ! »

    A ces mots, il me joignit une tape amicale sur le front. Je fus comme brutalement aspiré sur Yavin IV. J’étais pris de nausée. Mais cet état fut passager, mon corps et mon esprit était pris dans une disposition nouvelle, de plénitude et de tranquillité, que je n’avais jamais connu. J’avais maintenant conscience de chacune de mes cellules qui vibraient avec la Force. Cet Esprit vivait en moi depuis tout ce temps, il m’envahissait à présent et je ne lui fermer aucune porte. Mais l’Esprit de la Galaxie ne prends pas naissance dans nos corps, il nous traverse, telle une énergie pour toucher les autres êtres vivants présent dans le jardin. J’avais conscience d’eux et eux avaient conscience de moi ! La Force désirait m’amener plus loin que ce jardin, elle me poussait à dépasser mes limites.

    Tous mes sens étaient en alerte, j’étais un funambule omniscient, toujours à la limite, avec la lumière et la chaleur du soleil d’un côté et la fraicheur de l’ombre des arbres de l’autre, entre les rires et les pleurs, entre la vie et la mort. Cette situation avait quelque chose d’excitant. Un nuage assombrit le jardin, comme la peur assombrit la lumière d’un apprenti, lorsque celui-ci pris conscience de tous ce qui l’entourait.

    Était-ce cela la Force ? Un subtil équilibre ? Une énergie au-dessus des lois physiques ?

    En tout cas, c’était bien un nouveau monde qui s’ouvrait à moi et qui remettait en question tout ce que j’avais pu apprendre jusque-là !

    J’ouvrais tout doucement les yeux comme si je ne voulais plus quittait cet état et toutes les perspectives qui allait avec. Mais si j’avais bien découvert quelque chose aujourd’hui, c’était que la Force se trouvait partout autour de moi et que jamais elle ne me quitterait.

    L’air grave, je regardai en direction de l’apprenti, mais l’ombre était passée. Toujours sous le coup de l’excitation, je me retournais alors vers Kinsa Talik, plus sûr de moi, un sourire en coin.

    Moi : Alors, quand est-ce qu’on recommence ?


    Ce message a été modifié par Phaleina le samedi 30 décembre 2017 - 15:36

    samedi 30 décembre 2017 - 15:31 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10492 Crédits Modo

    Pendant toute l'épreuve du jeune Mirialan, je l'avais observé et avais progressivement vu sa présence dans la Force devenir plus intense. Au bout d'un certain temps, je fermai moi-même les yeux avant de m'ouvrir totalement à la Force moi aussi : j'en profitai pour sonder plus profondément Icare. Ainsi, je le sentis plus serein, mais aussi étonné de ce qu'il découvrait. Je souris. Mon premier vrai contact avec la Force s'était également fait ici, dans cette Académie, mais en des temps bien différents...

    Je repris conscience du monde qui m'entourait quelques secondes avant Icare, qui me regardait avec enthousiasme :

    Icare : Alors, quand est-ce qu'on recommence ?
    Moi : Patience, jeune padawan. Tu t'entraîneras bien assez tôt, crois-moi.

    Je lui tendis la main pour l'aider à se relever ; après une hésitation, il saisit mon poignet et se mis sur ses pieds. Sans tarder, je sortis mon datapad de ma sacoche et y consignai les différents éléments du dossier du nouveau padawan Icare Eris. Pour certaines choses, je lui demandai des détails, pour d'autres je les avais encore en mémoire. La dernière formalité était de prendre un holo de lui, formalité à laquelle il se plia de bonne grâce. Enfin, satisfaite, je rangeai mon datapad.

    Moi : Parfait ! Viens, suis-moi, je vais te présenter les différentes parties de l'Académie. Ici, nous sommes dans les jardins, là où les Jedi se détendent en extérieur, méditent... Pour la méditation, tu as également des salles qui y sont consacrées, et assurées d'être calmes ! Ensuite, dans l'aile gauche, tu as toutes les salles d'entraîment, autant aux pouvoirs de la Force que les salles dédiées à la maîtrise du sabre laser. Je suis responsable de ces dernières, c'est là où tu as le plus de chances de me trouver en journée. C'est également là où se situe l'atelier, géré par l'autre Chevalier qui était avec moi lorsque tu es arrivé, Galen Arek.

    Il hocha la tête, alors que je faisais quelques pas pour désigner un autre bâtiment, assez grand lui aussi.

    Moi : Là, c'est la partie résidentielle, là où les quartiers des padawans, des Chevaliers et des Maîtres se trouvent. Je t'y attribuerai une chambre. Il y a aussi la salle commune, où les padawans se retrouvent pour se détendre et manger. C'est un endroit privilégié pour rencontrer des camarades, je te conseille de t'y rendre quand tu auras du temps libre. (je me tournai légèrement). Adjacents aux salles d'entraînement, il y a les archives et la Salle du Conseil Jedi. On n'y entre que lorsqu'on n'est invité ou si on fait partie du Conseil, bien évidemment. Et au-delà, il y l'arène massassi, au centre de l'Académie, qui sert pour les duels d'entraînement.

    Je lui laissai quelques secondes pour enregistrer toutes ces informations – de toute manière il apprendrait bien vite à se repérer – puis l'invitai à se rendre avec moi dans la partie résidentielle, pour qu'il puisse déposer ses affaires quelque part. Les quartiers des padawans se remplissaient lentement mais sûrement. Après s'être rudimentairement installé dans une chambre spartiate, comme celles de tous les membres de l'Académie, il se tourna vers moi :

    Icare : Que me conseillez-vous de faire en premier ?
    Moi : Familiarise-toi avec les lieux, observe tes nouveaux camarades, parle-leur, étudie aux archives, imprègne-toi des enseignements Jedi. Médite aussi, beaucoup. Puis, je te dirais de commencer ton apprentissage aux pouvoirs de la Force en premier lieu, puis de suivre avec l'art du sabre laser, en alternant les deux.
    Icare : Génial ! Je m'en souviendrai.
    Moi : Alors, à plus tard sans doute, padawan Eris.

    Phaleina : Une méditation de qualité, je te félicite ! Tu es désormais recensé en tant que padawan. Je t'invite donc à commencer ton apprentissage, soit par les pouvoirs de la Force, soit par le sabre laser. 

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le samedi 30 décembre 2017 - 18:54

    samedi 30 décembre 2017 - 18:48 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Kiwanis Force Event 2

14 juin 2019 - 15 juin 2019

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide