Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    Un speeder argenté glissait entre les buildings de Coruscant, tellement vite qu'à chaque virage il ne laissait qu'un éclat argenté s'imprimer sur la pupille des passants. Mimi était aux commandes de celui-ci, les mains virevoltants sur le tableau de bord et les yeux fixés sur le lointain. Elle essayait de remettre en ordre mentalement tout ce qui s'était passé durant les poignées d'heures écoulées. Les souvenirs flottaient à la lisière de son esprit, restant dénué de tout sens et refusant de s'imbriquer dans la trame imaginaire qu'elle essayait de construire.

    Elle était partie au Temple pour piéger B7al. Son plan avait, d'un point de vu théorique, fonctionné mais au prix de la vie de Cenovii et sans achever le Seigneur Noir. Ensuite, elle avait appris que son propre père pourrait avoir succombé au côté obscur. Sur ce, Sarkin était revenue d'entre les morts, Kaarde a annihilé B7al et maintenant elle se retrouvait impliqué dans une histoire très étrange impliquant des holocrons de forceux.

    La Leader avait définitivement besoin de boire un verre.

    La corellienne porta son dévolu sur un troquet plutôt chic, où les gens étaient plus occupés à se regarder le nombrils plutôt que les nouveaux arrivants. Elle s'installa dans un coin de l'établissement, des draperies dorées entourant sa table lui masquait une partie de celui-ci, mais à l'instant c'était bien ce qu'elle cherchait, de l'intimité. Savourant son vin de Gorimm, Mimi était plongée dans ses pensées. Bien qu'elle essayait de rester détaché des faits afin de pouvoir y réfléchir objectivement, son ventre ne pouvait s'empêcher de se nouer en pensant à Edoras grimé en Sith, les yeux injectés de sang et suintant la haine ainsi que la cruauté, braquant son regard sur elle.

    Elle avala son verre cul sec et demanda à ce qu'on lui apporte directement la bouteille.

    La soirée était maintenant bien avancée, la table de Mimi s'était remplie de manière proportionnelle à la vitesse à laquelle la guildeuse descendait les bouteilles. Des rires bruyants et de grands cris se faisaient entendre de leur table, dans l'air flottait des vapeurs d'alcool auxquelles se mêlaient les volutes de fumée des épices. Mimi tirait de grande bouffée sur sa pipe d'Andris en la recrachant en cercles concentriques parfait presque mécaniquement. Elle n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé depuis la défaite de B7al. Des heures, ou alors justes quelques secondes. Lorsqu'elle sentit son cerveau assez embrumé par l'alcool et autres stupéfiants, elle prit congé de ses camarades de beuveries et partit en direction du Temple.

    Plus elle s'approchait de la zone, plus elle se rendait compte de l'ampleur de la bataille qui venait de se dérouler. Des droïdes tabloïds survolait frénétiquement la zone rediffusant sans doute les images en direct sur l'Holonet et quelques journalistes à la mèche gominée devait essayer de meubler sur les images de destruction. Mimi parvint à s'aventurer plutôt loin dans la zone jusqu'à ce qu'elle fut intercepté par un soldat qui lui demanda de s'arrêter.


    "Mademoiselle..."
    Mimi: Madame, coupa Mimi en agitant son annulaire orné d'une splendide bague offerte par son cher jedi d'époux. je suis mariée!
    "Madame..." reprit l'officier.
    Mimi: M'enfin, mademoiselle ça me va aussi, je ne suis pas non plus une vieille peau...
    "C'est une zone interdite aux badauds" continua l'humanoïde, "Veuillez circuler s'il vous plait et laisser faire les professionnels."

    Il y eut un instant de silence où chacune des parties se regarda, attendant de l'autre qu'il dise quelque chose. Mimi finit par s’exclamer d'une voix que l'alcool rendait encore plus sonore:

    Mimi: C'est un malentendu! J'ai une carte d'accréditation... Attendez voir... la guildeuse se mit à fouiller le véhicule, et plus elle avançait dans sa fouille, plus elle tendait au soldat les cadavres de bouteilles de la veille pour libérer de l'espace.

    L'homme avait du mal à garder toutes les bouteilles entre ses bras et lorsqu'il ouvrit la bouche certainement pour protester, Mimi tendit son bras comme un élastique, lui attrapa la base du crâne qu'elle cogna contre la portière de son speeder. Alors que l'homme s'écroulait sur le sol, elle aperçut un petit morceau de plastique dépasser de sa boîte à gant. Elle l'arracha, et déposa sa carte d'accréditation sur la tête du pauvre homme, pour qu'il puisse voir qu'elle n'était pas de mauvaise foi. Puis elle remit le contact de son engin et continua sa route en chantonnant jusqu'au Temple.

    Mimi n'était pas non plus dénuée de tous scrupules, et lorsqu'elle mit pied à terre, le premier endroit où elle se rendit fut l'infirmerie. Lorsqu'elle vit Kaarde et Mirax côte à côte chacun dans un lit, elle cru que les épices lui jouaient un tour. Elle les avait vu de ses yeux brûler vif, c'était absurde qu'ils aient pu survivre! Absurde et si incroyable. Elle resta figée un instant, les yeux braqués sur les deux Maîtres jedi quand un mouvement à sa droite la fit sursauter. Deux lekkus venaient d'apparaître dans son champ de vision puis ce fut le visage d'Aynor qui se dessina devant elle.


    Aynor: Par la capuche de Palpatine, Mimi Terrik Solo nous fait l'honneur de sa présence.
    Mimi: J'ai toujours été très magnanime.
    Aynor: Nous avons essayé de te joindre après la bataille, sans grand succès...
    Mimi: J'ai dû respecter une vieille tradition guildeuse, lorsqu'on participe à anéantissement d'un Grand Maître Sith, il est de rigueur d'aller vider les caves de l'établissement aux moeurs légers le plus proche. Il y a également un bonus épicé lorsque ton paternel flirte avec le côté obscur, autant dire que je n'ai pas vraiment chômé...
    Aynor: Alors je suppose que ton retour n'est pas non plus anodin?
    Mimi: C'est juste la fin de mon petit rituel, on essaye de démêler la situation en s'appuyant sur l'aide généreuse que les jeedai voudront bien nous fournir...

    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 26-03-2013 02:21

    mardi 26 mars 2013 - 02:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Quelque part dans le système Pyria...

    Un cargo armé rejoint l'Imperator, bâtiment principal de la flotte nomade Néo-Mandalorienne. A son bord, Rusaan Fett, chargée de ramener le chevalier Cenovii à Mandal'ore, pilote le cargo et le pose dans l'unique super destroyer de la flotte. Très vite un groupe de mandies prend en charge la cuve à bacta mobile dans laquelle flotte le jedi et l'achemine dans un bloc opératoire spécialement préparé par le docteur Dua Juun et son équipe. Le diagnostique des guérisseurs du Temple Jedi est confirmé, l'opération doit débuter dans les plus brefs délais! Ainsi Ceno est extirpé de sa cuve avec une grande délicatesse et posé sur une table d'opération autour de laquelle se pressent plusieurs bras mécaniques dirigés par Juun, assistés par deux chirurgiens humains. Dua Juun commence son office, ayant conscience qu'il s'apprête à sauver son ennemi de jadis, le voleur de beskar'gam...

    Ironie du sort.

    Doc1 - Système de régénération à bacta par intraveineuse, prêt.
    Doc2 - Casque d'assistance respiratoire, prêt.
    Dua Juun - Implantez le système intraveineux. J'appose le support du casque... Support posé.
    Doc1 - Système intraveineux implanté.
    Dua Juun - Activez.
    Doc1 - Système activé.

    Des aiguilles sont plantées et enfoncées à plusieurs endroits du corps de Ceno dont la moelle épinière, elles sont reliées à des tubes minuscules qui eux-mêmes conduisent à d'étranges pièces d'armure, grises métallisées avec des stries bleues par endroit, posées dans les recoins de la salle en attendant de jouer leur rôle. Ce système révolutionnaire d'injection de bacta en continu permet des soins quasi instantanés, très vite les blessures les plus graves de Cenovii se résorbent à vue d'œil.

    Doc1 - Régénération en cours. Signes vitaux en nette progression.
    Dua Juun - Préparez la pose du casque. On va déjà s'occuper de sa jambe. Que la prothèse soit placée à mon signal.
    Doc2 - Incision du tendon du quadriceps fémoral gauche. Faites attention.

    Un bras mécanique descend vers la jambe en charpie de Ceno, il se place perpendiculairement à son genou branlant, un laser s'enclenche puis le bras descend tout doucement, découpant entièrement la jambe du jedi endormi.

    Doc2 - Amputation terminée.
    Dua Juun - Allé on place la prothèse.
    Doc2 - Prothèse en place dans... 3... 2... 1... Liaison nerveuse effectuée, prothèse fixée.
    Dua Juun - Les bras maintenant.
    Doc1 - Incision des bracchio radiaux droit et gauches...

    Le bras mécanique passe par dessus le corps inanimé du jedi et commence à découper son bras droit au dessus du niveau où il fut tranché par Kaarde quelques années auparavant, puis le bras gauche y passe également. Aussitôt de nouvelles prothèses sont posées à la place de ces membres devenus inopérants.

    Doc1 - Transplantation effectuée avec succès.
    Doc2 - Signes vitaux stables.
    Dua Juun - Bien, envoyez le rayon à pigmentation.

    Une forme circulaire s'active aux pieds de Ceno, le CT scan émet un rayon et le disque mécanique passe très lentement sur le corps entièrement nu du blessé, excitant les cellules de son épiderme qui se régénère sous cet effet. La peau semble naitre et se propager sur les prothèses bioniques et renaitre aux endroits où elle était brûlée ou complètement arrachée.

    Doc2 - Pigmentation terminée.
    Dua Juun - Il est temps, enfilez-lui la combinaison et installez le prototype de beskar'gam predator.

    Une combinaison spéciale de couleur bleu marine est enfilée avec soin par deux droïdes médicaux, puis les pièces d'armure par lesquelles est relié le Chevalier sont transportées par les bras mécaniques et apposées sur sa carcasse désormais cybernétisée. Elles semblent se coller à lui et fusionner entre elles, recouvrant la totalité du corps de Ceno. Seule sa tête est toujours nue.

    Dua Juun - Ouuf... C'est presque fini. Préparez le retrait de l'intubation...
    Doc2 - Hum, le scan cérébral révèle une activité accrue depuis quelques secondes.
    Dua Juun - Déjà? C'est impossible!
    Doc1 - Activité nerveuse et musculaire en éveil.
    Dua Juun - Injectez un sédatif!
    Doc2 - C'est déjà fait! Ca ne marche pas!
    Dua Juun - Il est tenace, agissons sans plus tarder.

    Un bras bouge. Soudain le corps de Ceno semble remuer. Les docs agissent avec le plus grand professionnalisme, ils gardent leur calme et accélèrent la procédure.

    Dua Juun - Retirez le laryngoscope. Posez le casque.

    Le tuyau enfoncé dans la gorge de Ceno est retiré, avec l'aide du jedi qui le régurgite tout en reprenant conscience de manière assez violente. Il commence par sentir l'air qui lui échappe puis une grande douleur au niveau des poumons. Il ressent aussi qu’il est attaché, bloqué. Lorsqu'il ouvre les yeux, il est d’abord aveuglé par la forte lumière au dessus de lui, mais l’instant d’après un casque mandalorien descend doucement sur son visage, éclipsant la lumière. Un air étonné transparait dans le regard du mandalorien avant que le casque ne vienne se poser sur le support qui entoure son cou.

    Il glisse et se fixe, un léger sifflement se fait entendre

    Dua Juun - Pressurisation terminée...

    L’un des droïdes confirme le succès de l’opération.

    Puis il se dirige vers un interrupteur et appuie dessus.

    Très doucement, la table d'opé se redresse…

    Juun s’approche à pas lents de son patient.

    Ce-dernier reste calme et silencieux, seule une forte respiration s'échappe de son casque.

    Dua Juun - Chevalier... Vous m'entendez?
    Ceno - ... Oui…

    …Libérez-moi.

    Dua Juun - Nous devons d'abord effectuer un certains nombres de vérifi...

    Insatisfait de ce début de réponse, Cenovii ne laissera pas à Juun le temps de la finir. Il s’énerve soudainement. Dans un effort brutal il parvient à se libérer de ses entraves par sa seule force brute. Juun et ses assistants s’effraient, les bras mécaniques et les droïdes médicaux commencent à s'exciter autour du jedi, plusieurs tentent de le maîtriser, ils sont détruits sans ménagement, broyés par une impulsion lancée dans la Force. Après ça, personne n’ose plus s'opposer à Ceno, il termine de se libérer après quelques mouvements. Il tourne la tête vers Dua qui s'était plus ou moins réfugié derrière ses assistants.

    Ceno - Menez-moi à Mandal'ore.
    Dua Juun - Quoi? Mais comment savez-vous que...?
    Ceno - Je l'ai vu! ... Dans mes rêves…

    -------------------------------------
    [Merci à Huge pour la bande son ^^]
    -------------------------------------
    Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure
    Maitre de Keller et d'Eckmül

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 26-03-2013 16:26

    mardi 26 mars 2013 - 16:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16764 Crédits Modo

    Cinq jours après un grand jour connu désormais comme celui de "la défaite de Baaaaaaal"...

    Yavin 4, Académie Jedi

    Un soleil resplendissant rayonnait sur l'Académie Jedi et inondait les vastes cours d'entraînement, au pied des temples Massassis, où était réunie une foule très, très nombreuse. Une immense foule constituée de la majorité de nos effectifs Jedi, notamment nos si précieux padawans ayant survécu à la fourbe tentative de massacre des Sith.
    Dominant cette vaste assemblée, debout sur un piédestal en pierre , je me tenais avec le reste du Conseil Jedi : Aynor, Mimi Terrik, le Chancelier Mahan, Thore, et Ceno, engoncé dans ce qui semblait être une bien lourde armure mandalorienne. Son retour si rapide avait fait forte impression, mais il ne s'était pas trop étendu en effusions, trop impatient d'avoir des détails sur la mort de notre ennemi et arrivé sur Yavin 4 depuis seulement une heure. Seuls ceux d'entre nous qui avaient vu de près dans quel état déplorable il était sorti de la bataille se doutaient que sa nouvelle armure et son casque avaient une fonction plus vitale que esthétique. Un médecin mandalorien, Dua Junn, n'était jamais loin de lui et surveillait son état.
    En bas face à nous, dans les premiers rangs Jedi, se tenaient fièrement Bloli Meyst et sa padawan Shina Ten'shi, qui avaient toutes deux abattu un travail formidable à l'infirmerie pendant et après la bataille, le guérisseur céréen Sol'As Mordi, qui avait été le seul maître présent sur Yavin 4 lors de l'attaque Sith, Jorus Beku'n, qui avait combattu à nos côtés le Seigneur Noir et était déjà rétabli de sa jambe brisée, Kiad, à qui l'on devait une bonne part du plan de défense de Coruscant et surtout la capture de la Main Écarlate, et enfin Mirax Terrik, dont le sens du sacrifice nous avait valu la victoire. Au côté de cette dernière se tenait le clone de Clickman, vêtu d'une tunique empruntée à un padawan aussi jeune que lui. Depuis son arrivée à l'Académie il ne cessait de s'émerveiller à reconnaître des lieux et, parfois, des personnes. A ce tableau manquait Obitom, non encore rétabli de sa blessure et toujours inconscient sur Coruscant où il était en bonne voie de guérison, mais aussi et surtout Pad, portée disparue, peut-être morte.
    Derrière nous, à même hauteur que notre piédestal, en place d'honneur, étaient réunie la majorité des héros non-Jedi qui avaient conjugué leurs efforts aux nôtres. Les militaires, bien sûrs, tels que le Général calamarien Hentonar, le Lieutenant Taishakuten et son Escouade du Chaos, le soldat retraité Frank "Big Boss" Morrens. Plusieurs officiels avaient aussi fait le déplacement et rejoint le Chancelier Mahan : l'Empereur Jaïus Fell, le Grand Moff Musselier, la Reine Wahalla d’Ondéron, le commandeur Yuuzhan Vong Sakanga, Mandal'or lui-même, et une tripotée de sénateurs dont Otto Pontus de Glee Anselm.
    Les Guildeurs étaient aussi présents en grand nombre, je cru même distinguer dans leurs rangs un besalisk familier en la personne de Lou Cho. Mimi elle-même s'était personnellement beaucoup impliquée dans la bataille et avait joué un rôle crucial. Le groupe des Réprouvés, mené par le vurk Jésand était là et avait été particulièrement honoré pour son initiative de défense de l'Académie Jedi. Près d'eux, mais se tenant volontairement à l'écart, un autre défenseur de l'Académie : un humain que l'on m'avait désigné sous le nom de Huge. Waren était malheureusement le grand absent de la cérémonie, resté au chevet de Jalana sur le Belle de Naga. La jeune chiss méritait elle aussi d'être honorée pour son courage et son audace. Tous deux étaient représentés par leur compère, le zabrak Zoran.
    Enfin, au centre de l'attention générale, à genoux devant le Conseil Jedi, se tenait courbé un jeune nautoléen : mon padawan, Zatila Seprada. Quel soulagement cela avait été pour moi de le savoir sain et sauf. Et quelle fierté d'apprendre qu'il avait joué un rôle crucial dans la bataille de l'Académie en préservant les vies de nombreux padawans !
    Tous ces héros, tous ces alliés, tous ces amis, toutes ces personnes que je contemplais fièrement avaient réussi l'impossible : elles avaient survécu à Baaaaaaal !

    Le Chancelier Mahan avait tenu un beau discours honorant les courageux membres de la CG, l'implication de la Guilde et le sacrifice des Jedi qui, tous ensemble, avaient permis à la Galaxie unifiée de remporter une victoire historique sur les Sith. Il avait à présent laissé la place aux trois membres Jedi du Conseil. A mon appel Zatila était alors venu poser son sabre laser et un genoux devant Aynor, Ceno et moi.

    Moi. - Padawan Seprada. Tu te retrouve aujourd'hui aujourd'hui devant nous après avoir fait la démonstration de ton courage, de ta valeur, et de ta maîtrise de la Force dans une situation particulièrement critique qui aurait pu coûter cher à l'Ordre millénaire des jedi.

    Aynor. - Tous les padawans, les générations futures de Jedi qui te regardent en ce moment, doivent leur salut à l'altruisme des Réprouvés mais aussi à ton implication.

    Ceno (voix grave). - Tu as su agir en véritable Chevalier Jedi. Relève-toi, Padawan et reprends ton sabre.

    Zat s'exécuta. Je décrochai alors de ma ceinture un sabre laser, celui que m'avait sciemment confié Tyria, le mien étant encore hors d'usage. J'espérais qu'elle regarderait ces images sur l'Holonet. Zatila, quant à lui ne manifesta qu'une légère surprise à la vue de l'inhabituelle lame violette qui vint se positionner au dessus de son épaule gauche.

    Moi. - Au nom de la Force de Vie et de la Force Unificatrice, nous te faisons, Zatila Seprada... CHEVALIER de l'Ordre Jedi ! Puisse-tu continuer à servir la Force comme tu l'as déjà fait.

    La pointe de ma lame alla trancher la tresse synthétique accrochée symboliquement à la tunique du jeune nautoléen (je n'allais quand même pas lui trancher un tentacule). Il put alors se tourner et s'incliner humblement devant la foule de Jedi qui l'acclamait.
    Je rangeai mon sabre et m'approchai de Zat.

    Moi . - (bas) Je suis très fier de toi, Zatila ! J'ai hâte de te voir former de nouveaux padawans. (puis, à la foule) Aujourd'hui est un grand jour ! Aujourd'hui l'emprise de notre plus terrible ennemi est brisée pour toujours ! Aujourd'hui Baaaaaaal n'est plus ! Nous avons vaincu la peur ! (vivats) Une ère de paix nous attend, libérée du joug des Sith, mais auparavant prenons le temps d'honorer nos héros, particulièrement ceux qui, pourtant non bénis par la Force ou peu concernés par la rivalité des Sith et des Jedi, ont fait preuve de courage et d'abnégation pour nous aider à remporter la victoire ! Prenons aussi le temps d'honorer ceux qui ont perdu la vie dans ce conflit et dont les noms méritent d'être loués pour leur sacrifice...

    Je désignai d'un geste ample plusieurs bûchers funéraires qui étaient dressés au milieu des rangs Jedi. Ils portaient les corps de nombreux morts, la majorité rapatriés de Coruscant.

    Moi, bas. - Zat, voici ta toute première mission de Chevalier. Je te charge d'allumer le bûcher de ton amie Sabah et d'honorer son passage dans la Force. Je sais que tu es le mieux placé ici pour lui rendre hommage... ah, et encore une chose... connais-tu une padawan du nom de Jaina ? C'est l'apprentie de Padmée.

    Zat. - Jaina Fanger ? Oui, c'est l'humaine qui tient Cora par la main, là-bas. Elles se sont toutes les deux beaucoup impliquées dans la bataille, je leur dois une fière chandelle !

    Il me désigna une adolescente humaine blonde qui tenait une très jeune cathare par la patte au premier rang des padawans de l'Académie. Elles attendaient Zatila près du bûcher de la défunte Sabah Stone. En retrait, près d'elles, légèrement renfermé, se trouvait Keller. Je sentais celui-ci partagé entre la joie de voir son ami sacré Chevalier et une forme de déception. Je ne pouvais pas lui en vouloir de ne pas bondir de joie, après tout Dark Spencer venait de tuer son grand-père.
    Pour ma part, suivi d'Aynor et Ceno, je descendais du piédestal en boitant, n'étant pas encore totalement remis de mes blessures, et dirigeais mes pas vers un autre bûcher. Celui-ci portait le corps d'une femme que beaucoup auraient pu prendre pour ma sœur Padmée Naberry. Il s'agissait de celui de sa clone Paad, création de Baaaaaaal dont je préférais me souvenir à l'avenir comme étant Sola O'Keefe.
    Autour des divers bûchers les hommages commencèrent.

    Moi. - Sola O'Keefe, je ne t'ai rencontrée qu'une seule fois avant ton sacrifice qui m'a sauvé la vie, ainsi que celle de mon frère. Lors de cette première rencontre j'avais tout de suite remarqué en toi cette étonnante soif de liberté et ce désir d'identité dont ton créateur t'avait privée. Malgré ta courte existence, malgré tes souffrances, tu as tourné le dos à une paix que tu méritais pour faire face à ton créateur et le combattre. Cela sans désir de vengeance, mais avec l'intention noble de l'empêcher de causer à d'autres les souffrances qu'il t'avait déjà infligées. Sois remerciée pour ça, et rejoins la Force avec l'assurance que ton sacrifice n'a pas été vain. Baaaaaaal a été particulièrement cruel avec toi lorsqu'il t'a ôté la vie, j'ose espérer que ses paroles empoisonnées ne t'ont jamais atteinte, même à la fin. Tu ne t'es jamais considérée comme Jedi, aussi j'ignore si tu aurais approuvé ces funérailles. Mais je n'imagine pas de meilleur moyen de te rendre l'hommage que tu mérite. Vois-y un témoignage de mon immense gratitude et de ma compassion à ton égard... Adieu, Sola O'Keefe, je ne doute pas que tu ais enfin trouvé la paix.

    J'allais abaisser une torche contre le bûcher lorsque Ceno retint mon bras. Sans un mot il me prit la torche et enflamma le bûcher lui-même. Je ne protestai pas et le laissais faire, me souvenant qu'il avait lui aussi côtoyé Sola par le passé et tout fait pour l'aider. Je réalisais seulement maintenant à quel point mon ami mandalorien était rongé par le remord. Il avait cru en Paad et recruté lui-même la jeune Sabah Stone, toutes deux tombées au combat. Les flammes et la fumée emportèrent bientôt définitivement Sola. Sa tragique existence était enfin conclue.
    De longues minutes après l'allumage des bûchers j'allai à la rencontre de la padawan que m'avait désigné Zatila.

    Moi. - Padawan Fanger ? Comme tu le sais certainement je suis le frère de ton maître...

    Jaina. - Savez-vous ce qu'est devenue Maître Padmée ?

    Moi. - Hélas, non. Mais elle m'a transmis ceci à ton attention.

    Je lui tendais alors l'holodisque que m'avait confié Obitom peu avant la bataille de Coruscant. Un holodisque venant de Pad et portant une mention inscrite à la main "Pour Jaina".
    J'avais à peine confié l'objet à Jaina qu'une voix retentit derrière moi, brisant la paix de la cérémonie funéraire.

    ???. - Laissez-moi passer ! Je dois le rencontrer !

    Un humain s'était frayé un passage à coups de coudes depuis la délégation des Sénateurs et essayait à présent de passer au milieu des Jedi jusqu'à moi. Je mis quelques secondes à le reconnaître. C'était Vivacy Brûle, le Sénateur de la planète Phoenix. Il était en proie à une grande panique. D'un geste amical j'intimai aux Jedi qui le retenaient de le laisser arriver jusqu'à moi.

    Moi. - Sénateur Brûle ? Que vous arrive-t-il ?

    Brûle, essouflé. - Maître Naberry ! Ha...Ça fait des jours une j'essaie de vous contacter ! J'ai dû me battre pour faire partie de la délégation sénatoriale qui viendrait sur Yavin 4 et vous rencontrer ! Vous devez venir immédiatement avec moi sur Phoenix !

    Moi. - Que se passe-t-il là-bas ?

    Brûle. - C'est votre sœur Padmée ! Elle va mourir !!!

    Moi. - Comment ?!



    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 27-03-2013 10:29

    mercredi 27 mars 2013 - 01:29 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6019 Crédits

    Yavin 4. :eplos: Je m’émerveillais de ces paysages qui faisait remonter dans ma mémoire de nombreux images. Le grand temple n'avais pas changé, si ce n'est les dégâts engendrés par les récents événements survenu sur la Lune.

    Yavin, la géante gazeuse, rasait paisiblement l'horizon, alors que le soleil du système était au plus haut. De nombreuses personnes étaient réunies pour cet événements, représentant toute la galaxie. Je cherchait a reconnaître certaines personnes mais sans grand succès. Mirax me donnait un petit coup de pouce et aussi me « mettait à jour », m'indiquant les personnes importantes de cette époque, entre le nouveau chancelier et les délégations de l'Empire, des Yuuzhan Vong, des Mandaloriens. Toute les galaxie était représentée sur cette lune.

    De nombreux Jedi étaient la, évidemment, et je peinais à reconnaître certains des professeurs de l'académie, qui pourtant n'avaient que peu changé. Mais eux me reconnaissait bien, sans masquer leur étonnement de me revoir ainsi si... jeune. Mais la présence de Mirax semblait calmer toute envie de questionnement.

    J’étais dans les premiers rangs, restant derrière Mirax pendant la cérémonie honorant le passage au rang de chevalier de Zatila (qui n’étaient encore qu'un très jeune enfant venant tout juste d'arriver au temple quand j'en suis parti, me rappela Mirax). Ensuite vint la cérémonie a laquelle fut honorée la mémoire de ceux qui sont tombes dans ce combat, dont cette dénommée Sola qui me rappelait beaucoup quelqu'un... Le nom de « Nema » me revint a l'esprit. Mirax senti mon interrogation et m'expliqua que je n’étais pas le premier clone de Baaaaaaal et que Sola était le clone de Pad.

    Un événement se produisit qui créa une certaine cohue. Je fut alors séparée de Mirax un moment. De ma (encore) petite taille je ne pouvais voir ce qui se passait réellement, alors j'escaladais les créneaux du temple proche pour « prendre de la hauteur », ce qui me permis de voir la foule de personne et l’évènement centré autour de Maitre Kaarde.

    Je ne fis pas vraiment attention a ce qui se passait et laissa la Force me parler et me guider. Je continuais alors à grimper sur les créneaux du temple. Je montais suffisamment haut pour voir le majestueux paysage de la lune. Je compris ce que je devais faire. Après ces 5 derniers jours à me questionner et a tenter de vaincre mes peurs, je venais de comprendre ce que je devais faire.

    J'apercu alors Mirax en bas qui me faisait signe de redescendre – avec un certain courroux dans le regard. Non seulement je me devais pas être la, mais en plus elle me cherchait partout depuis tout à l'heure. Mais elle ne dit rien et son regard changea alors que j'arrivais à sa hauteur, percevant surement en moi ce changement.

    Moi : Maman, j'ai pris ma décision. J'aurais besoin que tu fasses passer ma demande à Maitre Kaarde et au conseil.
    Mirax : Et quelle est cette décision ?
    Moi : Changer de nom et reprendre un nouveau départ. Ici. Me plus être le clone de Clickman et simplement être un nouveau « moi », redevenir Padawan et me choisir une nouvelle voie. Ou peut être la même. Je laisse ce choix à la Force.
    Mirax : Cela me semble être une sage décision.
    Moi : Et j'ai l'intention de demander à Maitre Aynor de me prendre comme Padawan. J'ai l'impression d'avoir eu un lien particulier avec elle, au delà de l’amitié qui nous as unis lorsque nous étions padawans ensemble ici même. Un lien de maitre à Padawan. Aurais-je déjà été son padawan ?
    Mirax, avec un petit rire : Ça, je lui laisserai le soin de te l'expliquer, si elle accepte. Le conseil voudra te poser certainement des questions avant d'accepter ta demande, mais elle me semble bonne et je l'appuierai. Quand à Aynor, je ne peux rien te promettre.
    Moi : Merci maman.
    Mirax : Et comment devrais-je appeler mon fils maintenant ?

    Je sautais alors du dernier créneau et me retrouvais au niveau du sol, tendant la main comme pour ne présenter a une personne que je venais de rencontrer.

    Moi : Simplement Weedge. Weedge Terrik.

    mercredi 27 mars 2013 - 03:42 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Presque une semaine déjà que c’était fini… J’étais encore bouleversée du fait d’avoir tué quelqu’un, mais aussi de la mort de Sabah. Comme j’étais en bonne santé physique, je dus aider les autres Jedi valides à ranger un peu, évacuer des gravats, et tout. Nous avions presque terminé lorsque des vrombissements se firent entendre en-dehors du Temple. Tout le monde sortit alors ou se mit aux fenêtres : des vaisseaux aux signes de l’Ordre Jedi et de la République venaient vers nous, et les équipages, une fois posés, sortirent.
    Je reconnus dans le groupe Maître Aynor, le Chevalier Kiad… et le Chancelier Mahan lui-même ! Le voir en vrai, de mes yeux, me fit bizarre.
    Puis dans ce regroupement de vaisseaux, je vis un petit chasseur, triangulaire et en grande partie bleu. Ce vaisseau, je le connaissais très bien mais… Non, ce n’était pas possible ! C’est en voyant le pilote sortir, ses cheveux et sa barbe blonds, et son bandeau sur l’œil gauche que je réalisai que c’était bien lui, bien vrai, qu’il était là !

    Moi, courant vers lui : ONCLE FRANK !!!

    À peine eût-il posé le pied au sol que je me jetai dans ses bras. Il me serra à son tour en me faisant tourner.

    Oncle Frank : Jaina ! Ma Jaina, ma filleule ! Ouah, que tu es belle en tunique Jedi ! Elle te va à merveille !
    Moi : Merci ! Oh, oncle Frank, je suis trop heureuse de te voir !! J’ai tellement plein de trucs à te dire.
    Oncle Frank : J’ai hâte de les entendre !

    Nous nous dirigeâmes vers l’entrée de l’Académie. Je devais, j’avais besoin de lui parler du fait que j’ai tué un homme ; comme il a été soldat, il comprendra et pourra, j’espère, m’aider à surmonter ça. Mais il fallait aussi que je lui présente quelqu’un qui aurait sans doute besoin de reconnaissance…

    ______________________________

    Cinq jours qu’il traînait là. Il n’aida qu’un peu les Jedi à ranger l’Académie et à dégager les ruines qu’il n’avait pas faites. En fait, quand Huge aidait, c’était pour voir et être un peu proche de Jaina, qui semblait encore marquée par les combats. De temps à autres, pour lui montrer son soutien (et aussi pouvoir un peu la toucher), il lui posait la main sur l’épaule en pressant un peu. Ça le troublait beaucoup de faire ce geste pourtant simple, se demandant s’il n’en faisait pas trop et qu’elle finisse par le repousser. Chaque contact, voire même chaque présence dans un même lieu qu’elle lui amenait un flot de questions qui étaient plus angoissantes que constructives.
    Il l’aimait, l’adorait, l’idolâtrait, tout en ayant peur d’elle ; cette fille était à la fois son plus grand amour et sa plus grande frayeur.
    Mais ce cinquième jour, Huge décida de buller. Il était seul dans son vaisseau, posé dans un hangar qu’on lui prêta le temps de la cérémonie. Il entendit du bruit dehors et des paroles, des attroupements. Allant voir ce que c’était, l’ancien Guildeur remarqua que la République était dans la place, avec les Maîtres. Ceux qui étaient à Coruscant, indéniablement. Soudain, dans cette masse, il distingua un visage, une personne qu’il ne connaissait que trop bien et qu’il n’espérait plus revoir.


    Huge (pensant) : MImi… !

    Immédiatement, il se braqua, buste en avant et bras en arrière. Elle, cette femme ! Celle pour laquelle son ressentiment était exactement l’opposé de celui pour Jaina. Mais qu’est-ce qu’elle fou**** là ?! Cette femme, dont le seul nom faisait germer la graine noire qui sommeillait en Huge, cette femme qui l’a fait souffrir, qui l’a humilié, qui lui a amené des tortionnaires et qu’il a abandonnée sans le moindre remords, avec joie même, était là, sur Yavin IV ! Cette fille de vingt-cinq ans OSAIT venir souiller les lieux où vivait sa bien-aimée, pure et vierge de tout mal.
    Son ancienne marraine ne semblait pas l’avoir vu, et quand elle fut de dos, Huge ne put laisser passer telle occasion ; il allait à la fois purifier les lieux et avoir sa vengeance qui attendait LE jour propice. Saisissant avec délice la crosse de son DL-18, il se mit en position d’équilibre, le viseur parfaitement aligné à son œil. Ça y est, la mire était tout à fait pointée sur la tête de Mimi. Il n’avait plus que la détente à presser, et tous ses problèmes allaient être réglés, en une fraction de seconde. Le tir semblait durer tellement longtemps, mais Huge ne voulait tellement pas rater, ç’allait être le plus beau coup de son existence.

    Click


    Huge : ???

    Click ! Click ! Click ! Click !

    Vide. Huge avait nettoyé ses armes et oublié de remettre un chargeur dans son pistolet.


    Huge (pensant) : FFFFUUUUUUU….

    Soudain il entendit une voix de jeune fille. Une voix douce, délicate, sucrée et ronde. Pas de doute, c’était Jaina ! Huge, une fois qu’il rageât, rangea son blaster et se tourna en direction de la voix. En effet, la Jedi qu’il aime vint vers lui, accompagnée d’un homme assez vieux… enfin non, pas vieux, mais plus tout jeune non plus… enfin…

    Jaina : Tiens, le voilà. Oncle Frank, je te présente Huge : c’est lui qui m’a sauvée une fois, durant la bataille, et que j’ai sauvé à mon tour plus tard. Huge, je te présente Frank Morrens, c’est mon parrain. Je t’avais parlé de lui.

    En toute honnêteté, le garçon ne s’en souvenait pas du tout. Il était trop plongé dans la profondeur des yeux de la jeune fille et de la beauté de son visage pour l’avoir écoutée attentivement. Le parrain, quant à lui, semblait étonné de voir Huge, même avec un seul œil.

    Frank Morrens : Ainsi, vous avez aidé ma filleule. C’est rassurant de voir qu’elle puisse être protégée, vraiment. Mais dis-moi Jaina, ce jeune homme et toi, vous êtes… ?

    En disant cela, il fit un mouvement avec ses mains qui semblait comme « lier » la Jedi et le garçon. Jaina répondit alors avec légèreté.

    Jaina (souriant) : Non, non. On n’est pas ensemble, Huge est juste quelqu’un qui a dû se poser sur Yavin, puis les Sith sont arrivés. On a fait un peu connaissance entretemps. Mais viens, je t’ai pas présenté tout le monde encore !

    La demoiselle partit alors, suivie de son parrain. Qu’elle était belle, de dos… Ses cheveux blonds et parfaitement lisses. Il était tellement obnubilé par cet ange de la Force que Huge en oublia Mimi.

    Quelques temps plus tard, la cérémonie d’honneur allait commencer, et Huge se mit à l’écart de Jésand, avec qui il n’avait rien à voir. Pendant le discours du Maître Jedi, il ne pouvait s’empêcher de regarder Jaina, plus ou moins discrètement, admirer son visage, sa beauté physique illustrant sans doute une beauté intérieure tout aussi sainte. Quand, parfois, la Jedi jetait un œil à son tour vers Huge, ce-dernier feinta de regarder et d’écouter le discours, alors qu’il essayait surtout de calmer les ardeurs de son cœur battant.

    Après que le Maître Jedi eût allumé les bûchers funéraires, Huge ne le quitta pas des yeux en le voyant s’approcher de la padawan aimée et lui donner un objet.


    Huge (pensant) : Mais qu’est-ce que tu fais, là, toi ? Tu fais pas de la bringue à une pada, à MA pada ? Je te préviens, t’as pas intérêt à te rapprocher trop…

    Quelque chose arracha Huge de ses pensées, et troubla toute l’assemblée, même. Un homme demandait à voir le Maître Jedi.

    Le Maître Jedi : Sénateur Brûle ? Que vous arrive-t-il ?

    Huge (pensant) : Ha ha ha, quel nom pourri ! Brûle… Pourquoi pas sénateur Mouille ou Gel pendant qu’on y est ?

    Sénateur Brûle : C’est votre sœur Padmée ! Elle va mourir !

    À ces mots, outre l’étonnement du Maître Jedi, Jaina sortit de la foule. On voyait bien qu’elle était inquiète.

    Jaina : Quoi ??? Vous l’avez vue ? Pourquoi elle va mourir ?!

    Frank Morrens (venu près d’elle) : Calme-toi Jaina, laisse le Sénateur Brûle s’expliquer.

    Ce message a été modifié par: Huge le 27-03-2013 20:14

    mercredi 27 mars 2013 - 17:32 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7040 Crédits

    Quelle belle cérémonie! Et quel bonheur d'être de retour sur Yavin IV... Je comptais nombres d'heureux souvenirs sur cette Lune, autant en qualité d'apprenti qu'ensuite de formateur. J'avais cependant été claire avec le Conseil Jedi: je ne souhaitais pas reprendre de Padawan pour le moment, j'étais en proie au doute sur beaucoup trop de chose pour pouvoir former un apprenti correctement.

    J'étais perdue dans mes pensée en observant les bucher funéraires se consumer, je ne connaissais personnellement aucun des Jedi assassinés par mon ancien amant, mais cela ne m’empêchais pas de ressentir de la peine quant à leur retour prématuré à la Force. Je ne pouvais m'empêcher de me demander si Baaaaaaal avait trouvé la paix lui aussi?

    L'intervention du Sénateur Brûle me sorti brutalement de ma torpeur. Son annonce me laissa interdite. Pad ?? Mourrir ?? Je ne pouvais pas le croire! Elle avait toujours été Maître Pad111! Même lorsque je n'étais encore que Padawan, elle était le roc de l'Ordre Jedi. Je ne pouvais me résoudre à accepter sa disparition... La déclaration de Brûle déclencha un mouvement de panique parmi l'assistance, si bien que j'entrainais Kaarde et le Sénateur un peu à l'écart pour qu'ils puissent discuter tranquillement. Je demandais à Franck Morrens de faire en sorte qu'ils restent tranquille. C'est alors que je me rendit compte que Click avait disparu...

    Aprés plusieurs minutes de recherches infructueuses je fini par le repérer au sommet d'un des antiques Temple Massassi. Un instant je fût tentée par l'idée de le rejoindre, mais encore mal remise de mon dernier combat je préférais renoncer et lui faire signe de redescendre. Ce qu'il m'annonça ne m'étonna pas vraiment, même si je fus soulagée qu'il ne me demande pas de devenir mon Padawan car je n'aurai pas fait un bon Maître en ce moment.

    Weedge : Simplement Weedge. Weedge Terrik.
    Mirax: Très bien Weedge, je suis contente de ce nouveau départ.


    Je passais le reste de la journée avec le jeune garçon. Kaarde avait demandé une réunion extraordinaire du Conseil et était injoignable depuis. Nous discutâmes avec les uns et les autres, Jedi et non Jedi pour tuer le temps en attendant de connaître les décisions prisent par le Conseil.

    Une fois la nuit tombée, je m'assurais que le jeune Weedge dormais, et vêtu de ma bure de montais au sommet du Temple. La vu sur la géante gazeuse de Yavin était splendide, elle me rendait nostalgique du temps passé... Trop de questions se bousculaient dans mon esprit. Mon Maître aurait dit... Peu importe ce qu'aurait dit mon Maître... Je m'installais en position de méditation. Bon un problème après l'autre:

    Au cours de ma vie, j'avais été mariée 3 fois. La première fois avec Edoras, une période de ma vie insouciante et heureuse, je l'avais quitté pour mon Maître en lui brisant le cœur... quelle idiote... Une fois ce débile tué par sa Maîtresse (ou son amant ça dépends des versions), j'étais tombé dans les bras de Baaaaaaal. Mais cette nuit là mes pensées dérivaient vers Edo. Le Sith avait-il dit vrai à son sujet ou était-ce une de ses ultimes malveillance? Edo avait été beaucoup de chose dans sa vie, mais il n'avait jamais été mauvais...

    Mon 2e sujet de préoccupation: Clickman... non je devais m'obliger à le nommer Weedge. Si les révélations de Polux étaient exactes, le jeune garçon était une vraie bombe à retardement. Dans ces conditions, le Conseil Jedi allait-il accepter sa requête, même si c'était moi qui la présentait? L'avenir du jeune garçon était incertain, chargé de nuages, la Force me le faisait clairement sentir...

    Il y avait Pad à l'article de la mort sur la lointaine Phoenix, Tyria disparue une fois de plus dans la nature... Je me sentais tellement impuissante face à tout cela. Une présence non loin de moi me fit sortir de mon état méditatif.

    Kaarde: Mirax...?

    mercredi 27 mars 2013 - 22:27 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    23884 Crédits

    PHOENIX

    Les ruisseaux semblent s’empressés de remplir les rivières qui s’engouffre dans les océans.
    Le vent souffle si violement que les arbres plient sur son passage.
    Le Soleil brille de tout son feu et étant ses rayons à travers les quelques petits nuages blancs.
    A travers ses éléments, une immense masse semble se frayer un passage écrasant l’herbe, pliant des arbustes et effrayant le reste de la faune.

    Ce quadrupède de près de 2m au garrot, aux poils fauve et à la mâchoire carnivore, déplace tous sur son passage, bouleversant la vie paisible de la plaine des 7 Volcans. Bientôt, il atteint la ville Phoenicia sans ralentir son allure, mais en hurlant son arriver. Les villageois furent effrayés sur le moment, mais rassurer de reconnaître le Thernbee. Il était connu des habitants pour être la monture de Padmée Naberry. L’animal et sa cavalière avait parfois la folie de traverser Phoenisia en trompe. Mais cette fois-ci c’était différent. Pas seulement parce que l’animal n’était pas monté par Padmée, mais parce que son hurlement était un cri de détresse, jamais entendu sur cette planète.

    L’hôpital est calme malgré le vent...
    … Jusqu’à ce que le Thernbee arrive et stoppa sa cours lorsqu’il atteignit la fenêtre de l’hôpital. Le hurlement surprit tout le monde !

    Une semaine plus tard.
    L’infermière Asrtid Onsax connaissait madame Padmée et avait eu l’occasion de s’occupé du grand carnivore lors des longues absences de la maître Jedi. Elle connaissait leur complicité. Comme de toute façon, il était impossible de déloger cette créature de sous la fenêtre de Pad, il fallait s’en occupé et Astrid prenait de son temps libre pour apporter les reste de nourriture et de l’eau propre tous les jours à l’animal.

    Le docteur arrive près de l’infermière qui vient de terminer les soins à la patiente. Il prend le datablock et consulte les derniers relevés de l’état de santé de la femme inconsciente dans le lit.

    Dr – Mmm,… c’est pas aussi mauvais que ce à quoi je ne m’attendais. Plus d’accélération du rythme cardiaque depuis l’arrivée du Thernbee ?
    L’infermière – Non, docteur.
    Dr – Plus de pic d’activité cérébral depuis la dernière fois que monsieur Brûle est resté auprès d’elle ?
    L’infermière – Non, docteur. Il n’y a pas de grand changement. Elle ne réagit à aucuns stimuli.
    Dr regardant la patiente – Madame Naberry est vivant et ce depuis plus d’une semaine. Je ne m’y attendais pas, et c’est tant mieux. Si elle a réagi ! Elle a réagi au désespoir de monsieur Brûle et à l’arrivé bruyant du carnivore. C’est d’ailleurs l’unique raison pour laquelle je le tolère dans la cour ! Je me suis laissé dire que ma patiente est empathique. Et je commence à fermement croire que les seuls stimuli auxquels elle répondra, seront d’ordre émotionnel.
    L’infermière – C’est pourquoi vous avez convaincu Monsieur Brûle d’aller chercher son frère.
    Dr – Parfaitement. Lorsque j’ai appris qu’il avait survécu à cet affrontement, j’y ai vu un espoir de faire réagir ma patiente. La Force semble complètement absente. Néanmoins, il lui reste un taux de midicloriens de 1,8%. Les machine et les soignes la maintienne en vie. C’est ça l’important !
    L’infermière – Je sais docteur. Vous avez promis à Monsieur Brûle qu’elle serait encore en vie à son retour.
    Dr – Je l’espère Astrid, je l’espère.

    A travers le coma…

    taux de midicloriens de 0,4%

    Une pluie chaude tombe sur le bras. Une pluie chaude sur la joue.
    - Vyvacy… est-ce toi ?
    Une sensation de désespoir enrobé d’un amour jamais ressenti.
    - Non, n’abandonne pas !
    Un souffle, un murmure… « Je t’aime »
    - Moi aussi, Vyvacy. Et ce depuis longtemps. Vyvacy répond moi. Non, ne part pas, ne part pas…

    taux de midicloriens de 0,8%

    Un hurlement retenti. Une vision : un paysage défiant à toute allure, le frisson de la liberté et un cri de plaisir. Une accélération du rythme cardiaque.

    taux de midicloriens de 1,8%

    - L’eau est vitale. L’air est indispensable. La terre est protection. Le Feu est défense.
    - Je ne comprends pas. Qui êtes-vous ? Que me voulez-vous ?
    - J’ai trouvé ce que tu recherches depuis si longtemps. Merci de m’avoir tout donné.
    - Laissez-moi ! Laissez-moi partir, je suis si fatiguée.
    - NON ! Pas question ! Pas après tout ce que tu m’as appris. Tous ce que tu m’as donnés.
    - De quoi parlez-vous ? Laissez-moi dormir, je ne veux plus me battre, j’en ai assez, assez ! laissez-moi partir !
    - Non ! Je refuse que tu me rejoignes. Ne laisse pas les Jedi seule.


    taux de midicloriens de 1,9%

    - Ils n’ont plus besoin de moi.
    - C’est FAUX ! Il y a eu assez de mort ! Assez de souffrance ! Tu n’es pas seule PAD. Tu ne seras jamais plus seule.


    taux de midicloriens de 2%

    - Il est parti, je veux mourir.
    - Il revient. Ils reviennent, PADMEE NABERRY !


    taux de midicloriens de 2,1%

    - Qui ? Non, oubliez-moi, je suis lasse, tellement lasse.
    - N’oublies pas qui tu es! N'oublies pas qui nous sommes !


    taux de midicloriens de 2,2%

    - SOLA ? SOLA

    taux de midicloriens de 2,5%

    Une présence familière fait une entré aussi fracassante que la pluie chaude ou le hurlement dans l’empathie de la patiente.

    taux de midicloriens de 2,8%

    Des présences se font sentir dans la pièce.

    taux de midicloriens de 2,9%

    Pad arrive au moins à en distinguer 3.

    taux de midicloriens de 3%

    Jaina,

    taux de midicloriens de 5%

    Kaarde et …

    taux de midicloriens de 7 %

    Vyvacy ?

    taux de midicloriens de 8%

    -------------------------------------------------------------------------------------------
    Comme j'ai le temps, j'ai fais le poste. J'ai bien noté que :"Pad ressent AU MOINS 3 personnes distinguent". Celui qui veut venir en plus sur Phoenix est le bienvenue. Flash Back entre Yavin IV et Phoenix me semble indispensable, lol. :cli:
    ------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 27-03-2013 23:02

    mercredi 27 mars 2013 - 22:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Quel soulagement que tout soit enfin terminé. Et quelle victoire mémorable qui plus est. Enfin nous sommes débarrassés des sith et pour de bon ! Du moins après cette grande bataille, c'est ce qu'il nous est en droit d'espérer. La semaine avait été longue et l'attaque du temple restera gravée à jamais dans ma mémoire tant la journée durant laquelle elle avait eu lieu fut éprouvante tant sur le plan physique que le plan moral. Cela étant, toujours un peu secoué par l'évènement, je ne m'attendais pas à être si tôt consacré chevalier jedi. Mais en entendant les maîtres m'annoncer mon adoubement, cela fut pour moi un grand honneur. La cérémonie de ce soir est vraiment très belle et me retrouver entourer de tous mes amis proches apporte bonheur et réconfort à mon coeur. Malgré tout, certaines personnes manquent à l'appel et Kaarde, mon maître, me confie la responsabilité de rendre hommage à Sabah.

    Kaarde : Zat, voici ta toute première mission de Chevalier. Je te charge d'allumer le bûcher de ton amie Sabah et d'honorer son passage dans la Force. Je sais que tu es le mieux placé ici pour lui rendre hommage...

    Après ces mots, je me rapproche de Jaina qui était une très bonne amie à elle et aussi de Keller qui me soutient par la pensée. Autour des divers bûchers les oraisons commencent. Pour ma part, d'un ton solennel et sincère, je déclare :

    Zatila : Mes chers amis, par ce brasier, joignez-vous à moi pour rendre un dernier hommage à cette courageuse et unique jedi qu'était Sabah. Sa force et sa loyauté n'avaient d'égal que sa générosité. Toujours elle se mettait au service de son prochain. Toujours elle protégerai autrui même au péril de sa vie.

    A cet instant, je sens la peine et la tristesse gagner Jaina. Elle a en effet été celle à qui Sabah a sauvé la vie au détriment de la sienne et je suppose qu'elle doit se sentir responsable d'une certaine manière bien que ça ne soit pas du tout de sa faute.

    Zatila (tout en allumant le bûcher) : Par ce feu, honorons sa mémoire. Puises-tu, Sabah, rejoindre la Force et trouver la paix éternelle. Nous ne t'oublierons pas... car ta lumière continuera de briller en chacun de nous... à jamais.

    Autour de moi, de nombreux jedi et autres personnes se recueillent et en silence prient leur amie décédée. Plusieurs minutes passent et un mystérieux individu vient malgré lui briser la paix de la cérémonie funéraire. Voyant mon maître aller à sa rencontre et me trouvant beaucoup trop loin à ce moment-là, je ne cherche pas à entendre ce qui se dit. Je rejoins plutôt Keller et d'une voix basse et marquée par une certaine colère, je l'entends murmurer :

    Keller : Adieu Sabah...

    mercredi 27 mars 2013 - 22:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13542 Crédits

    11 ans auparavant…

    Tyria était indéniablement dans le coltar et elle se rendait compte que cela commençait à faire un bout de temps que cela durait. De temps en temps, une voix avait brisé la monotonie mais la jeune femme n’avait pas été en mesure de comprendre ce qui était dit.

    Heureusement, elle sentait qu’elle commençait à émerger. Elle ouvrit péniblement un œil et ne reconnut pas la pièce dans laquelle elle se trouvait. Au prix d’un effort surhumain, elle réussit à se relever. Une lepie était présente et se mit à ricaner en voyant Tyria bouger.

    Lepie – On se réveille enfin ?

    Tyria voulut dire quelque chose mais sa langue était pâteuse. Tout ce qu’elle put articuler fut un « beuah ». La lepie se leva et lui tendit un verre d’eau.

    Lepie – Boit d’abord. Tu pourras commencer à parler ensuite.

    Tyria but son verre d’une traite et parvint à articuler un merci.

    Lepie – Ne me remercie pas. Je fais ça uniquement parce que le superviseur m’a dit de m’occuper de toi.

    Tyria – Superviseur ?

    Lepie, avec un sourire malsain – Le superviseur de la mine des Seigneurs de l’Epice de Servacos.

    Tyria –Fait chier…

    -----------------------------------------------------------------------------

    Je changeai de canal sur l’holonet machinalement. Mimi était partie depuis quelques jours maintenant et je commençais à trouver le temps assez long. Je tombai sur la retransmission d’une cérémonie sur Yavin IV.

    Kaarde – Padawan Seprada…

    Si j’avais envie de voir ça, j’y serai allée !

    Je changeai de canal pour retomber sur une autre retransmission de la cérémonie. Une autre point de vue mais toujours le même bla bla…

    Kaarde - … aujourd’hui devant nous…

    Je zappais une nouvelle fois.

    Kaarde - … démonstration de ton courage… #zapping# valeur #zapping# maitrise de #zapping# dans une #zapping# particulièrement critique qui aurait pu coûter cher à l'Ordre millénaire des jedi.

    Excédée, j’envoyais la télécommande rebondir vers l’image. Des fois, je me demandais si la Force n’avait pas un humour beaucoup trop subtil pour moi.

    Tyria – Et y’a jamais des émissions d’holo-réalité quand il en faut !

    Je me relevai pour ramasser la télécommande. Sur l’image, je vis Kaarde s’armer de son sabre laser et l’allumer. Rectification, il s’arma de mon sabre et l’alluma pour trancher la tresse du padawan. Je m’arrêtai… Etait-ce voulu de sa part ? Est-ce que Kaarde tenait à me faire passer un message ? Au moins, il avait eu mon sabre.

    Je coupais la transmission et décidai d’aller faire un tour.

    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 27-03-2013 23:07

    mercredi 27 mars 2013 - 23:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    La nouvelle du sénateur Brûle me bouleversa au plus haut point et mon inquiétude était palpable. J’étais tellement choquée du fait que Maître Padmée, ma propre Maître, puisse être mourante que je restai stoïque. J’entendis de vagues choses proches de moi, oncle Frank contenait du mieux qu’il put les autres Jedi.

    Oncle Frank : Général Hentonar, vous pouvez me remplacer ?
    Général Hentonar : Oui, Morrens.

    Mon parrain vint alors près de moi, me pris par les épaules et s’abaissa à mon oreille.

    Oncle Frank : Jaina, ça va pas ?
    Moi : Maître Pad… elle va mourir…
    Oncle Frank : Attends, elle n’est pas encore morte, donc elle peut s’en sortir.
    Moi : Mais pourquoi elle devrait être en train de mourir ? Elle n’était pas malade !
    Oncle Frank : Je n’en sais pas plus que toi. Apparemment le sénateur Brûle serait celui qui en sait le plus…

    À ce moment, je sentis une autre présence s’approcher.

    Huge : Jaina ? Tu vas bien ?
    Jaina : Je… Non, elle… Pourquoi ?
    Oncle Frank, désignant l’holodisque : Je pense que les réponses à ces questions pourraient se trouver là-dedans.
    Moi : Attends, si c’est ça il faut que j’en parle à son frère !
    Huge : Moi je veux pas dire, mais il y a marqué « Pour Jaina » sur ton disque, et pas « Pour qui le lit en premier ». Enfin bon, hein…
    Oncle Frank : Il n’a pas tort. Elle a voulu donner ce disque à toi, pas à son frère. Peut-être y a-t-il dedans des choses qu’elle veut TE transmettre.
    Moi, aux deux : Vous croyez ?
    Huge : Ah moi j’en sais rien de ses agissements hein !
    Oncle Frank : Le contenu de ce disque, absolument personne ne le connaît sauf ta Maître. On n’émet que des hypothèses, la meilleure façon de le savoir est de lire son contenu.
    Moi : Tu as raison, allons-y.

    Nous nous dirigeâmes tous trois vers la bibliothèque de l’Académie, et je trouvai un ordinateur en état. Avant de mettre l’holodisque dedans pour le lire, je m’adressai à Huge.

    Moi : Huge, est-ce que tu peux sortir s’il te plaît ?
    Huge : Quoi ? Il désigna Oncle Frank. Et pourquoi pas lui ?
    Moi : HUGE ! Comme tu l’as dit toi-même, le contenu de ce disque m’est réservé. Oncle Frank je le connais depuis plus longtemps que toi, depuis ma naissance, il sait tout de ma vie et je ne lui cache jamais rien ! Je te remercie beaucoup que tu veuilles m’aider, mais là j’aimerais que tu sortes.

    Il sortit assez vexé. L’inquiétude m’a rendue assez sèche, et je m’en désolai intérieurement. En mettant le disque, j’avouai à mon parrain :

    Moi : Il m’aime, ça se voit.
    Oncle Frank : Et toi ?
    Moi : Non...
    Oncle Frank : Alors pourquoi tu ne le lui dis pas ?
    Moi : En fait, je ne peux pas dire qu’il ne se passerait jamais rien ; je l’aime bien, je me sens plutôt bien avec lui. Je ne le vois pas être mon copain pour l’instant, on verra plus tard ; je lui laisse sa chance, tout ne dépendra que de lui. S’il te plaît oncle Frank, ne lui dis pas que…
    Oncle Frank : As-tu oublié qui je suis ? Tu m’as confié tous tes plus grands secrets : tes amours, tes peurs, tes surprises, tes joies et tes bêtises^^ Je ne lui dirai pas que tu n’es pas prête pour le moment.
    Moi : Merci, mon parrain adoré.
    Oncle Frank, en me serrant un peu dans ses bras : C’est normal, ma filoute ! C’est le rôle d’un parrain d’aider sa protégée à être heureuse.

    L’holodisque s’enclencha, et nous vîmes des lignes apparaître avec la voix de Maître Pad qui les dicte :

    Message : « Bonjour ma padawan Jaina,
    Si tu lies cette lettre, c’est qu’il m’est impossible de revenir au Temple. Néanmoins, j’espère avoir réussi ma mission entretemps et que mon frère Obitom est de nouveau au sein de l’Ordre Jedi.

    Avant tout, sache que je ne désire pas t’abandonner. Je prends le temps de t’écrire avant d’aller au-devant de danger plus grand que prévu dans les régions inconnues. Ma méditation dans la Force m’a permis de pressentir des événements bien sombres pour l’avenir de l’Ordre Jedi mais aussi sur mon avenir. J’ai également perçu que dans ses moments sombres, tu auras une aura bienveillante qui veillera sur toi. J’ignore de qui il s’agit. Cette aura m’est légèrement familière, mais elle ne fait pas partie de l’Ordre Jedi. J’ai confiance et je sais que tu t’en sortiras quoi qu’il arrive.

    Je suis confiante pour ton avenir et certaine qu’un maître Jedi pourra trouver en toi les qualités que j’avais déjà décelées. Kaarde est le maître que j’aimerais qui te forme, mais ce n’est plus à moi de décider. Prends confiance en toi et poursuis ton entrainement. Pas seulement au sabre laser, mais dans tous les pouvoirs de la Force. Il n’est jamais simple de savoir quand il faut tuer un adversaire, et j’espère que tu n’auras jamais à le faire.

    Aujourd’hui, ma perception de la Force et ses possibilités sont plus présente que jamais en moi. Il m’arrive de ne plus être en accord avec les règles de l’Ordre Jedi, mais je reste toujours à l’écoute de la Force. Je t’encourage à écouter et observer la nature, les 4 éléments fondamentaux qui régissent l’univers : La terre, le feu, l’eau et l’air ! Ils ont un accord harmonieux avec la Force tout autant que la Faune ou la Flore. Ces mots te semblent probablement étrange ou contradictoire pourtant c’est le dernier enseignement que je te donne. Tu pourras trouver mes recherches sur les pouvoirs de la Force, sur le Code Jedi et d’autres réflexions dans mon casier au bureau de la salle des pouvoirs à l’académie sur Yavin IV.

    Maintenant, je dois te laisser. La piste que je suis depuis des mois me conduit au nord-est de Csilla, en dehors de l’espace Chiss. J’ignore si Es’PiCa est une planète, un vaisseau ou le nom d’un consortium, mais c’est là qu’est Obitom. Que la Force soit avec toi Jaina, à jamais.


    Ton maître Padmée Naberry !
    »

    Je restai muette. Mon parrain aussi, mais prit tout de même la parole.

    Oncle Frank : Ce message est bourré d’informations, et même si ta maître est à l’hosto sur Phoenix, l’Ordre Jedi, notamment son frère, pourrait avoir des explications dans ces endroits qu’elle a cités. En plus, il y a un passage qui le concerne. Viens, il faut aller trouver Kaarde !

    ______________________________

    Huge entendit Morrens et Jaina s’approcher de la porte de la bibliothèque, il décida de se faire discret et de se planquer. Quand ils furent suffisamment loin, l’ancien Guildeur se glissa subrepticement dans la pièce, s’avança vers l’ordinateur allumé et lut le message.

    Huge : Oui, bon. Ça casse pas trois pattes à un connard, je comprends pas pourquoi Jaina tenait absolument à me le cacher. Bref, j’ai lu un truc inintéressant.

    Et il sortit aussi vite qu’il n’était entré, un peu déçu de ne pas avoir appris (ni compris) grand-chose, excepté que Jaina allait avoir un nouveau Maître.

    jeudi 28 mars 2013 - 18:35 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Exposition Lego Star Wars - Chanorier

24 juin 2018 - 07 nov. 2018

Expo LEGO 100% Star Wars - Mini World Lyon

13 oct. 2018 - 13 nov. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide