Formation au sabre laser (page 3)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9776 Crédits Modo

    Galen Arek - JAR'KAI - Exercice 3 : LE DUEL

    Le troisième et dernier exercice de la dixième forme de combat est de loin celui où j’ai eu des difficultés à vraiment affronter un véritable adversaire au corps-à-corps… en binôme. Je faisais cet exercice avec Ilan pour voir comment il se débrouillait avec son entraînement aux deux sabres mais c’était sans compter sur l’holodroïde PROXY qui nous en a fait baver. Et pour la jeune maître d’armes…
    Kinsa nous a révélé que nous nous débrouillions pas mal dans notre combat mais il manquait de la coordination au niveau des attaques ; nous étions désynchronisés et en situation réelle l'adversaire nous aurait eus facilement en étant séparés. À condition que l’ennemi soit apte à cela.
    Pendant qu’Ilan se repose un peu dans le hall, après ce duel qui fut épuisant et divertissant, je continue de discuter avec la jeune twi’lek mando qui me propose une alternative pour réussir le dernier exercice.

    Kinsa : - Vous devriez combattre l'un contre l'autre, ça pourrait donner quelque chose d'intéressant.
    Moi : - Ça ne me dérange pas de le faire mais Ilan n’est pas tant d’avis à se battre contre moi.
    Kinsa : - Il est gêné par le fait que tu sois son mentor, ça se comprend. Incite-le quand même et tu verras.
    Moi : - Je vais tenter de le convaincre.

    Kinsa, après m’avoir souhaité bonne chance, retourne vaguer à ses occupations. Je m’aperçois qu’Ilan quitte la salle pour retourner à ses appartements. Je décide de ne pas le rattraper et quitte la salle à mon tour pour aller à l’extérieur du bâtiment, sur l’aire terreuse et sableuse devant pour faire une séance de méditation en arbre droit. Une fois dans cette position, je ferme les yeux et me laisse aller dans la Force. Je passe une certaine durée de temps comme ça, à me ressourcer en énergie et en endurance, puis je quitte doucement ma méditation pour voir que quatre heures ont passées. Je dois aller nettoyer la Salle pendant un bon moment. Et comme j’ai passé beaucoup de temps à le faire, il est tard et je vais me coucher pour être en forme.
    C’est donc le lendemain matin que je retourne à la classe de formation au sabre-laser, dans l’espoir que mon pada korunnai s’y trouve. Il n’est dans aucune salle de la classe et je devine qu’il a décidé de faire une grasse matinée ou de se divertir avec ses deux compères. Je décide d’employer la Force pour lui parler. Je lui envoie un message convaincant (genre je lui fais penser qu’il est poursuivi par quelque chose et qu’il doit se réfugier dans la classe de sabre-laser pour y échapper) et je le vois arriver en courant, essoufflé.

    Ilan : - Galen ! Il y a… Il y a une présence malsaine qui me poursuit.
    Moi (sourire narquois) : - Une présence malsaine… Comme quoi ?
    Ilan : - Comme… comme un utilisateur du côté obscur. Oui, Galen, il y a sûrement un Jedi noir qui veut me… !

    Je ne lui laisse pas le temps de continuer que je lui applique un Étourdissement de Force pour l’endormir. Le jeune korunnai perd connaissance, son corps droit comme un « i » alors que sa tête est penchée en arrière. Je passe à la suite du programme, en utilisant la Persuasion. « Ilan, écoute-moi attentivement. Lorsque tu vas te réveiller, tu ne me verras plus comme Galen Arek ou ton mentor mais comme le Jedi noir que tu as pressenti. Lorsque je prononcerais le mot « tomare », tu redeviendras toi-même et tu te souviendras de tout. » Avant de le réveiller, je l’emporte dans la salle 10, je remplace ses sabres par des factices et les miens aussi. Puis je le réveille. Ilan émerge en doucement, me regarde et… sursaute de terreur en me voyant.

    Ilan : - AAAAH !
    Moi : - Tu es plutôt rapide pour un padawan. Mais j’ai réussi à te retrouver, et maintenant je vais m’amuser un peu. Cela fait longtemps que j’ai martyrisé un padawan.
    Ilan : - Vous… vous me vous en sor-sor-sortirez pas comme ça. Galen va vous… Galen ? Galen !
    Moi : - Tu parles du misérable Jedi humain qui te sert de maître ? Dommage qu’il n’est plus là.
    Ilan : - Non…
    Moi : - Maintenant (j’allume mes sabres factices) À ton tour.

    Je m’élance sur lui pour lui asséner un coup de sabre. Ilan saisit un sabre et pare de justesse ma lame droite, un bon réflexe de sa part. Je l’attaque avec mon autre sabre mais me repousse avec sa lame de sabre et je me laisse faire pour lui donner l’opportunité de récupérer son deuxième sabre et l’allumer. Nous nous retrouvons à présent deux lames bleues pour Ilan et deux rouges pour moi. Je fais vers lui et fait avec mon sabre gauche un Shiim vers ses jambes mais Ilan bondit à ce moment puis m’attaque à son tour. Il décide lui aussi de me porter une série de Shiim de manière aléatoire, en utilisant autant son sabre gauche que son sabre droit. Je pare chacune de ses attaques et en profite entre certaines pour reprendre le dessus et continuer à tenter de l’handicaper. Un premier échange de coups qui dure un bon quart d’heure puis je vois Ilan reculer d’un pas pour ensuite me porter un Cho Sun mais je place mes deux sabres en parallèle pour me défendre. Je pousse sur mes bras pour l’obliger à garder le croisement et à reprendre le dessus. Ilan pousse à son tour sur ses muscles de bras et le croisement de sabre dure.
    Je libère le croisement et attaque à nouveau à coups de Shiim sur mon pada, ce qui l’oblige à parer et à contre-attaquer. Un nouvel échange de coups qui vient.

    Ilan a choisi de procéder à une méthode d’attaque en série pour me déstabiliser pour mieux me vaincre. Il manie ses deux sabres avec autant de coordination que moi, sauf que je suis avantagé par ma formation au Djem So et je lui mène le combat difficile pour l’obliger à agir avec une bonne stratégie.
    Nous continuons chacun à attaquer l’autre, sans que nous réussissions à avoir le dessus, et je trouve qu’Ilan se débrouille bien. Au bout de quelques attaques répétitives, Ilan fait un saut périlleux avant et passe au-dessus de moi pour m’attaquer dans le dos. Je me reçois un coup horizontal de sabre sous les épaules, lâchant un petit cri de douleur à cause de l’électrocution et je suis soulagé que ses lames de sabre factice ne tranchent pas comme celles des vrais sabres. Je retourne à temps pour contrer une nouvelle attaque d’Ilan contre moi.

    Je décide de passer à la vitesse supérieure et j’attaque avec des coups rapides. Le jeune korunnai commence à perdre le rythme du combat et fait de son mieux pour contrer le plus d’attaques possible. Il n’empêche qu’il se prend des coups pour certaine parade ratée. Je cesse de le harceler de coups rapides puis revient à la façon puissante. Je frappe là où Ilan est à découvert mais il voit mes intentions et pare chaque tentative. Il enchaîne les Shiim, puis les Shiak et même les Mou Kei.
    Je pare naturellement les attaques avec un sabre chacun, en protégeant mon côté droit avec mon sabre droit et mon côté gauche avec mon sabre gauche. Je bloque une dernière attaque et la retourne vers Ilan puis le touche au flanc gauche. Il laisse un gémissement de douleur et recule. Je ne lui laisse que trois secondes de repos car je repars directement à l’attaque ; Ilan se protège de son sabre droit. Il reprend la lutte comme elle était, avec ses deux sabres en main et prêts à combattre.
    Nous poursuivons notre échange d’attaques et de défenses en prenant réellement un rythme de vrai combat. Ilan est vraiment concentré dans sa coordination des sabres et il cherche avec ce qu’il a apprit à retourner la situation à son avantage. Je me sers de mes aptitudes au Djem So et des techniques employées lors de mon premier entraînement au Jar’Kai pour rendre ce combat tout aussi réel. Sans parler des nombreux tours de salle que nous faisons pour combler la notion d’espace à notre guise. J’aurais pu lui faire passer ce duel entre maître et apprenti dans une salle plus imposante avec des artifices mais ce serait trahir la mise-en-scène que je viens de créer pour obliger Ilan à m’attaquer. Quoique…

    Je change de tactique et j’incite Ilan à changer de salle en le poussant avec la Force vers la porte de sortie, qui s’ouvre automatiquement lorsque Ilan passe à travers. Je le rejoins en vitesse et je l’attaque davantage pour lui faire continuer la lutte. J’enchaîne une série de coups puissants sur lui et il pare tout en reculant. Nos pas nous amènent directement dans la Salle aux Mille Aspects, qui s’active lorsque nous entrons et nous projette dans un décor d’environnement semblable à la grande salle d’observation de la frégate droïde la Main Invisible. Un décor aléatoire^^. Ilan et moi ne nous arrêtons pas de combattre à coups de Shiim et de parades et aucun de nous n’arrive à prendre le dessus.
    C’est pourtant lorsque nous croisons tous les deux nos sabres pour un bras-de-fer que j’affiche un sourire sadique, que mon padawan ne comprend pas. Je canalise la Force et l’utilise pour propulser mon jeune adversaire au moment où je pousse sur mes bras. Ilan vole en l’air et tombe à cinq mètres de moi sur le sol glissant. J’attends qu’il se relève sur ses jambes et qu’il se redresse sur ses jambes, mon regard plongé dans le mien. Je me disais qu’Ilan aurait commencé à relâcher ses émotions avec ce que je lui ai dit et ce que je lui ai fait à l’instant. Mais au lieu de ça, Ilan paraît calme et déterminé. C’est parfait.
    Je fais un pas de marche, un second, un troisième puis je me lance dans un Jung su ma instantané vers mon propre apprenti. Je me transforme en véritable toupie droite avec mes bras armés tendus et je fonce vers Ilan en moins de cinq secondes. J’arrive enfin à son niveau, il est immobile mais à ma grande surprise il se baisse en un moins de temps, glisse entre mes jambes au moment où je m’arrête. Et…
    Il se redresse aussitôt pour me flanquer un double Shiak dans le dos. La douleur des deux lames m’arrache un cri rauque empli de souffrance. J’éteins mes sabres et me laisse tomber sur le ventre au sol. Je fais le mort pendant un très court moment avant de me tourner. Ilan me regarde, dissimulant de peu sa colère.

    Moi : - Je me doutais… que la Force était avec toi. Mais… pas à ce point.
    Ilan : - C’est pour avoir tué mon maître.
    Moi : - Crois-tu que ton maître est ravi d’entendre ça ? Un Jedi ne recherche pas la vengeance.
    Ilan : - Galen sera en paix, une fois que tu seras détruit.

    Il s’apprête à m’empaler de nouveau lorsque soudain…

    Moi : - Tomare !

    Ilan est secoué en entendant le mot de réveil et me regarde à terre, surpris. Je lui affiche un sourire pour lui dire que tu vas bien mais il est paniqué en voyant le sabre qu’il a en main et prêt à m’abattre. Il baisse son bras, éteint son sabre et m’interroge.

    Ilan : - Galen… Ne… ne me dis pas que j’ai…
    Moi : - Ilan, tout va bien. Tu as bien combattu et tu as montré que tu pouvais te débrouiller en Jar’kai. Et rassure-toi, tu ne m’as pas réellement blessé. Ce sont des sabres factices. Bravo Ilan, c’était un beau duel !

    dimanche 30 avril 2017 - 14:43 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7374 Crédits

    Zadyssa, Soresu - Exercice supplémentaire n°2

    Kinsa avait validé mon premier entraînement supplémentaire mais m'avait vivement conseillé (si ce n'était pas obligé) de me reposer avant d'en débuter un second. Ainsi donc, ce fut trois jours plus tard et en pleine forme que je la retrouvai aux alentours de onze heures, suite à sa demande afin que je fasse une grasse matinée. Je ne savais pas quel type d'entraînement elle m'avait prévu, mais il durerait un certain temps, à ne pas en douter étant donné qu'elle m'avait également demandé d'apporter barres énergisantes et rations d'eau. Toutefois, je n'aurais pas besoin de mon sabre...

    Moi : Hello Kinsa !
    Kinsa : Salut Zadyssa, bien dormi ? (je hochai vivement la tête :) Parfait. On va travailler sur la gestion de la fatigue, comme je te l'avais dit. Suis-moi.

    J'obtempérai sans hésiter et la suivis jusqu'à une salle dans laquelle je n'avais encore jamais mis les pieds.

    Kinsa : Je te présente la Salle Mandalorienne !
    Moi, avec un petit sourire : C'est ta préférée d'entre toutes ?
    Kinsa : Je te laisserai le soin de deviner lorsque tu l'auras testée.

    J'acquiesçai, à l'écoute de la suite. De ce que j'en savais, la salle était une vaste pièce remplie de pièges de toutes sortes. Il était évident qu'il y avait matière à faire. J'essayais de commencer à la sonder pour déterminer leurs emplacements mais fut vite ramenée à la réalité par mon maître.

    Kinsa : Ton but est simple : il faut que tu "survives" vingt-quatre heures à l'intérieur. Bien sûr, ta vie n'est pas réellement en danger, mais l'exercice n'en est pas moins difficile.
    Moi : Et... concernant le sommeil ?
    Kinsa : À toi de gérer, c'est l'un des buts de cet exercice.

    Sur ce, elle me souhaita bonne chance avant de me laisser vaquer à mes occupations. Rester une journée entière dans la même pièce sans pouvoir dormir... je m'imaginai déjà m'effondrer de fatigue et tomber endormie en plein entraînement !

    Moi, mentalement : Allez, motivation !

    Au moment même où Kinsa quitta la salle, les pièges s'activèrent. Deux droïdes de combat sortirent du mur, à droite et gauche. Immédiatement, je me concentrai dans la Force et sur les capacités que j'avais acquise durant l'Art du mouvement. Je devais à tout prix éviter de me fatiguer dès le début, donc il fallait que je limite mes mouvements au strict minimum. Je songeai d'ailleurs que c'était probablement ce que je devais faire dans tous combats...

    Les deux droïdes se dirigeaient toujours vers moi et armèrent leurs bras en même temps avant de lâcher une succession de tirs que je devinais réglé à la puissance minimal. Je les sentais arriver, très vite, mais je les sentais. Je fis deux pas sur la droite puis à nouveau un vers la gauche pour les esquiver. Ils tirèrent à nouveau et j'esquivai encore. Ce petit manège dura cinq minutes avant qu'ils ne commencent à le faire à cadence rapide et sans interruption. C'était clair et net : ils cherchaient à me fatiguer. Si je me mettais à courir dans tous les sens pour esquiver leurs salves, l'exercice n'aurait aucun sens et je ne tiendrais pas trois heures... Je n'avais pas d'armes, je ne pouvais donc pas les mettre hors d'état de nuire. Bien sûr, je pouvais les désactiver via la Force, mais je préférais garder des réserves ; je m'étais améliorée dans la maîtrise de ce pouvoir, mais il n'en restait pas moins fatiguant et du niveau d'une padawan. Alors... il fallait que je trouve une autre solution.

    À un rythme de course assez rapide, je m'avançai vers le droïde de droite et, comme je le présumais, les deux continuèrent à me tirer dessus jusqu'à ce que je ne passe derrière ma cible. Naturellement, elle me tirait toujours dessus mais j'étais suffisamment proche pour éviter de me faire toucher. Et comme je le pensais, le second droïde tira sur son congénère qui s'écroula, désactivé.

    Moi : Réglé sur laser ionique...

    N'attendant pas, j'usai de la Vitesse de Force pour me précipiter vers le second. Je me connectai à son système, entièrement plongée dans la Force, dans une manœuvre que j'avais préparée quelques secondes plus tôt et le dernier droïde subit le même sort que l'autre. Passé cela, je soufflai un bon coup et fis en sorte de calmer ma respiration en effectuant une semi méditation pour reprendre des forces. Son fluide omniprésent et apaisant me revivifia et je me sentis prête à accueillir la suite. Cela faisait à peine dix minutes que l'exercice avait débuté. Je n'aurais peut-être pas dû employer la Vitesse de Force, tout à l'heure... Enfin bref, ce qui était fait, était fait.

    Quelques secondes plus tard, cinq droïdes du même type plus sept drones sortirent des murs tandis que je restai bouche-bée en me demandant comment en venir à bout, ou du moins, éviter les coups. Et alors que je pensais avoir atteint le summum de la difficulté, le sol se mit à vibrer sous mes pieds, m'empêchant de conserver l'équilibre. Je manquais par ailleurs de tomber alors que leur assaut venait de commencer.

    Les minutes passèrent. J'étais en harmonie avec la Force, essayant d'être le plus en phase possible avec elle. Ma concentration était poussée à son paroxysme et je me doutai que dans quelques heures, je peinerai à esquiver. Alors pour l'heure, je m'employai à ne pas me faire atteindre par le moindre tir. Pour l'instant, cela marchait bien. Une heure et plus que deux droïdes et... toujours les six drones. L'avantage, c'était que le sol vibrant leur était autant désavantageux que pour moi. À la différence que je pouvais m'habituer. En effet, j'étais actuellement en train de sauter de drones en drones en espérant qu'ils ne se désactivent mutuellement. Ce ne fut qu'après une dizaine de minutes d'essais vains que le premier subit le sort que devait être le sien. Puis un second et un troisième.

    Le problème, c'était que j'étais déjà tout en sueur après seulement une heure trente. Une demie-heure plus tard, les six drones n'étaient plus et seuls résidaient les deux droïdes. Vingt minutes après, eux aussi étaient hors d'état de nuire. Le souffle court, je me forçai à inspirer et expirer.

    Je m'accordai un instant pour souffler et ne compris rien lorsque je fus soudainement plaquée au sol avant d'avoir la sensation de tomber de très haut puis de retrouver la dureté de ce dernier une seconde plus tard. Je me relevai en vitesse en ne prêtant pas attention à la douleur et constatai que cette fois, ni drones ni droïdes, mais des parties du sol susceptible de s'enfoncer ou de s'en extraire à grès. À nouveau, ma plaque s'éleva, suivit des autres et se mit à stationner en l'air. L'instant d'après, toutes se déplacer de n'importe qu'elle direction : haut, bas, gauche, droite. Je constatai qu'un filet avait été installé plus bas pour pallier tout risque de chute et je compris immédiatement le but.

    Faisant le plus confiance possible à ma prescience et mon instinct, je choisissais les bonnes plaques, celles qui ne se déroberaient pas sous mes pieds. Plus d'une fois, je manquais de chuter mais parvenais de justesse à m'en sortir. Cette partie de l'entraînement dura plus longtemps : trois longues heures durant lesquels je ne pus m'accorder que de très brèves pauses.J'étais exténuée, je n'en pouvais déjà plus. Je ne voyais vraiment pas comment je pourrai tenir les dix-neuf heures restantes. Il devait être... seize heures. La partie la plus compliquée surviendrait la nuit, c'était assuré. Il fallait que je trouve un moyen de me reposer avant. Je ne tiendrais pas sans dormir ne serait-ce que quelques minutes.

    Tout se stoppa et je crus à tort que ce supplice était terminé. Au lieu de quoi, elles repartirent de plus belles. Leur vitesse accélérée tandis que la mienne diminuait. Dans un bref moment de sursis, je fis une plongée profonde dans la Force et en revint moins épuisée, plus... en forme. Mais était-ce réel ou simplement la Force diminuait-elle la sensation de fatigue que j'avais ? Toujours était-il que je faisais de mon mieux pour limiter mes mouvements au seul nécessaire, mais j'avais l'impression que, dans tous les cas, cela ne servait à rien. Puis, je ne sautai pas assez vite et tombai en arrière, persuadée que j'allais atterrir dans le filet. Au lieu de quoi, je heurtai lourdement une autre plaque sur laquelle je roulai involontairement avant de retomber dans le vide. Par prescience, je sentis la venue d'une autre plaque et atterris in extremis sur celle-ci. Je redoublai d'effort pour m'en sortir, comprenant qu'il s'agissait là de la partie la plus compliqué en terme de dépense physique.

    Enfin, après trois heures supplémentaires et l'aide de la Force, je vins à bout de ces plaques qui se désactivèrent mais me laissèrent épuisée et titubant. J'eus à peine le temps de souffler trois minutes que trois nouveaux droïdes firent leur apparition. Je sus immédiatement ce que j'allais entreprendre. J'en  obligeai un à tirer sur un autre, puis fis la même chose avec le suivant avant de me placer rapidement derrière le dernier et de lui sauter sur le dos. Il ne pouvait que tendre ses bras mécaniques, pas les plier. Accrochée à son cou, je ne me souciai pas plus de la position et fermai les yeux en sombrant dans un sommeil méditatif. Mes paupières étaient tellement lourdes, et mes muscles...

    Je ne sus réellement combien de temps je dormis, mais je me réveillai à la suite d'être propulsée à terre. J'ouvris difficilement les yeux et constatai qu'une deuxième droïdes avaient été appelés. J'entrepris de les désactiver tous les deux, soudain moins épuisée et traçai immédiatement la présence de Ilan, Lysandre ou Ellyne qui, eux, respectaient les horaires normales pour se coucher ou autres, et ne s'entraînaient pas jusqu'à pas d'heures. À ce que j'en jugeai, ils étaient à la salle commune et allaient manger dans quelques temps. J'avais donc probablement dormi une à une heure trente. Il devait donc être en vingt heures et vingt heures trente.

    Puis, des nuées de drones envahirent la salle. Ils étaient... nombreux. Les plaques se remirent en mouvement, limitant donc ceux des drones. Je pris une profonde inspiration avant de me lancer. Gestion de fatigue. Gestion de fatigue. Gestion de fatigue. Faire le moins de mouvement épuisant. Uniquement le minimum syndical. Cependant, je me pris tout de même un tir dans le dos. Je sautai de plaque en plaque, me fiant à la Force. Je commençai à prendre le coup de main. Il ne fallait pas que je me centre sur la fatigue, je ne devais pas y penser. Actuellement, ce n'était qu'une question de volonté. La véritable difficulté surviendrait lorsque ni le moral, ni la Force ne pourront m'aider.

    En contrepartie, cela faisait une heure et demie que j'étais de nouveau sur les plaques, et seuls quatre drones avaient été abattus par leurs congénères. Il m'en restait tellement. Et j'avais le souffle si court... Ne m'en préoccupant pas plus, je continuai le manège. Il le fallait. Autant que possible. Les minutes s'écoulèrent, puis les heures. 

    Deux heures supplémentaires et je n'arrivais toujours pas à faire diminuer la situation. Hors de question d'utiliser la Désactivation de droïdes maintenant ou je ne tiendrais vraiment pas. Alors... que faire ? Je pouvais toujours dissiper l'énergie des tirs, mais c'était tout aussi épuisant. D'un autre côté, rester à sautiller sur place n'avait rien de reposant... 

    Il devait être vingt-deux heures... ce faisant, il me restait donc treize heures. Bon, pas le temps de réfléchir davantage à une autre solution, ce qu'il faudrait ensuite, c'est que je sois entièrement plongée dans la Force, de sorte à limiter les grandes fatigues.

    Je sautai sur le premier drone venu et un congénère lui tira dessus. Je bondis donc sur l'auteur de cet acte avant de le désactiver et de revenir sur une plate-forme. L'instant d'après, je dissipai une décharge ionique que je conservai un temps avant de la lâcher sur un autre drone. Je continuai ce manège jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un seul drone, concentrée et ne gaspillant pas mon énergie pour rien, en phase avec la Force.

    Enfin, j'atterris sur une plate-forme se remettant en place, la respiration haletante. Je fis de mon mieux pour reprendre mon souffle, en attente de la suite. Je la saisis très bien lorsque ma plate-forme me lança une décharge électrique. Surprise, je criai tout en bondissant de côté. Manque de chance, je subis le même sort. Cette fois, je sautai sur une autre en m'informant au préalable de sa sécurité. Évidemment, je devinai qu'il s'agissait de rotation aléatoire et que ce n'était jamais les mêmes qui étaient viables ou non. J'aiguisai au mieux mes sens et me prêtai à l'exercice. L'adrénaline qui affluait en moi agissait également comme dissipateur de fatigue, au même titre que la Force.

    Après une heure de cet exercice, des difficultés vinrent s'ajouter : quelques plate-formes quittaient leurs socles pour léviter de deux mètres et m'occasionner une belle chute.

    Moi, mentalement : Allez petite prescience, tiens le coup.

    Après une quinzaine de minutes, je mis au point une technique : me servir de la montée des plate-formes pour utiliser moins d'énergie dans les sauts. Cela sembla fonctionner car après une heure supplémentaire, je me sentais toujours aussi en forme (ce qui se traduit par : toujours autant qu'avant cette technique, bien entendu.). Puis, je pressentis la venue d'un laser et l'esquivai en me demandant d'où il venait. J'eus ma réponse : du mur. Il s'agissait d'une roquette. Bientôt, deux autres apparurent aux côtés de la première.

    Moi : Bon... ça n'attente pas à ma vie, mais... rester en état de marcher jusqu'à mes quartiers pour m'écrouler ensuite dans mon lit... c'est englobé avec, non ?

    Bien sûr, le silence me répondit.

    Moi : Je vais prendre ça comme un non...

    Et les roquettes se mirent en mouvement d'elle-même. Je voulais bien essayer de ne gérer ma fatigue, mais elles m'en empêchèrent, elles et le reste de la salle. Je me mis donc à sauter sur toutes plate-formes voulant bien de moi, évitant de mon mieux tirs et électricité. Évidemment, au bout d'un certain temps, je commençai à faiblir. Mes mouvements se firent moins rapides, moins précis, et ma concentration était sérieusement en train de me lâcher. Pourtant, rien ne se stoppa. L'exercice continua, encore et encore, des heures durant tandis que je me prenais une multitude de décharge électrique et de tirs à puissance réduite dédicacée roquettes. Je les sentais, mais je n'étais plus assez rapide pour les esquiver. Et pourtant, il le fallait. Mes paupières papillonnaient à tout bout de champ et j'avais l'impression que si elles se fermaient, je ne pourrai jamais plus les rouvrir. Mes muscles  bouillonnaient et me faisaient tellement mal... Un simple geste était une véritable torture. Et il me restait encore neuf heures ! Il était donc deux heures du matin. Qu'est-ce que j'enviai tous ceux qui profitaient actuellement d'une bonne nuit...

    Enfin, le programme s'arrêta une demie-heure plus tard. Vingt minutes durant, il ne se passa rien. Je profitai de ce répit pour dormir un peu et sombrai dans un profond sommeil à peine après avoir fermé les yeux. Par chance, il fut réparateur. Très. Ainsi, lorsque je me réveillai en sursaut après avoir entendu du bruit, j'eus l'impression de m'être assoupie deux heures, au moins. Ma concentration revivifiée, je renforçai mon lien avec la Force et elle le fut plus encore.

    Moi, mentalement : Allez, on tient, on tient.

    Une rangée de roquettes apparut et je restai sur mes gardes. Pendant deux longues heures, je ne dus qu'éviter leurs tirs et j'étais très fière de ne m'être fait touchée qu'une fois. Une autre rangée apparut quelques secondes plus tard et le même manège dura pendant un temps équivalent. Cette fois, je me fis tout de même avoir quatre fois. Allez, il ne me restait que quatre heures. Juste quatre. Je bouillonnai d'impatience. À ce moment précis, toute ma fatigue se rappela d'un coup à moi. À tel point que je m'effondrai, surprise. Je voyais flou, probablement parce que mes paupières papillonnaient à un rythme effréné. J'avais la tête et les autres membres lourds et mes pensées étaient si disparates que je ne parvenais à les rassembler pour comprendre ce qu'il s'était passé.

    Puis d'un coup, par dessus ce brouhaha, je pressentis je-ne-savais-comment la venue d'un tir dans ma direction. Seulement, il venait lentement, très lentement. Après un effort de volonté surhumain, je parvins à rouler de côté pour l'esquiver. Et tout retomba. Ma concentration était toujours aussi brouillée mais plus de prescience aussi aiguisée. Pendant deux heures supplémentaires, je me traînai et évitai le plus de tirs possibles. Avec tout de même quinze ratés. Il fallait que je retrouve une Force qui me permettait de ne plus sentir la fatigue, mais ma concentration me semblait tellement inexistante que cela semblait impossible. Alors... je devais faire en sorte que ce soit instinctif, comme lorsque je marche : je n'ai pas besoin d'y réfléchir.

    L'heure suivante, je la passai à tenter cette option. Cependant, rien n'arrivait au résultat voulut. Ce fut à ce moment là que le programme changea et que je retrouvai les plate-formes électrifiées en lévitation ou non. Je l'avouai, ma technique ne semblait pas fonctionner. Et pourtant... je trouvai que chacun de mes déplacements paraissait plus précis que les précédents. Et au fur et à mesure, tout ceci s'accentua et je les pressentis. Les tirs, je n'avais plus réellement besoin d'y réfléchir. Après, cela devait probablement être dans ce cas, je doutai de pouvoir réussir cela à nouveau. Mais j'étais ravie que cela marche.

    Enfin, la salle se désactiva pour de bon et je me laissai tomber par terre et bus de l'eau à grande gorgée, ainsi qu'engloutis deux barres énergisantes - ce que je n'avais pas fait durant cet exercice.

    Il était hors de question de m'endormir avant d'avoir entendu le verdict de Kinsa, j'étais prête à tenir une ou deux minutes supplémentaires, je devais tenir. J'avais la tête dodelinante et il m'était impossible de me concentrer sur quoi que ce soit d'autre que cette fameuse validation ou non. Je la vis arriver et lui lançai immédiatement :

    Moi : Re-bonjour ! C'était comment ?

    Ce message a été modifié par Zadyssa le mardi 02 mai 2017 - 18:20

    lundi 01 mai 2017 - 19:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11273 Crédits Modo

    Après avoir discrètement assisté au duel entre Galen et Ilan, le deuxième persuadé que Galen n'était pas Galen, mais un Jedi Noir, je m'avançai vers les deux humains et applaudis.

    Moi : Beau duel en effet. Votre technique est maîtrisée, vos mouvements sont précis ; naturellement Ilan tu as un peu plus de mal que Galen, mais tu t'es très bien débrouillé quand même. Par contre...

    Je m'interrompis un instant, le temps de réfléchir à la formulation de ce que j'allais dire.

    Moi : Ilan, tu dois te souvenir qu'un Jedi ne recherche jamais la vengeance. Jamais. Peu importe ce que l'autre a fait, à toi ou à quelqu'un qui t'es cher, la vengeance n'est pas une solution.
    Ilan : Mais...
    Moi : Cette fois, il n'est rien arrivé à Galen. Mais si un jour, Galen est tué au combat, irais-tu jusqu'à enlever la vie à celui qui a enlevé celle de ton maître, et ainsi te rabaisser à son niveau ? Réfléchis-y. C'est un bon sujet de méditation.

    Le padawan acquiesça, pensif. Ce genre de sujet était sensible, surtout pour un garçon qui avait déjà perdu son père. Personnellement, étant orpheline de mère, je n'étais pas enthousiaste de réitérer l'expérience, d'autant plus que le massacre de Rhommamool avait laissé quelques cicatrices dans mon esprit. Sentir dans la Force tant de camarades tomber sous le feu de ceux qui étaient jadis nos alliés m'avait profondément marqué.

    Moi : Comme je le disais, la technique est très bonne, vous avez bien travaillé. En tout cas, c'était assez beau à voir. Bravo !

    Maître et padawan inclinèrent la tête en guise de remerciement et je consultai l'heure sur mon datapad : onze heures du matin. Les vingt-quatre heures d'exercice que j'avais données à Zadyssa étaient écoulées. En arrivant sur place, je désactivai le programme de la salle et entrai à l'intérieur, aussitôt abordée par ma padawan qui s'exclama aussitôt :

    Zadyssa : Re-bonjour ! C'était comment ?

    Mais avant que je puisse prononcer un mot, elle s'écroula à mes pieds, morte de fatigue. Je réprimai un sourire avant de la transporter jusqu'à dans ses quartiers. Elle ne se réveilla que le lendemain, vers sept heures. Aussitôt réveillée, elle toqua à mes quartiers et sitôt la porte ouverte, fit :

    Zadyssa : Alors, cette validation ?
    Moi : La validation, oui bien sûr...

    Heureusement que je m'étais levée aux aurores ! Machinalement, je m'étirai, baîllai pour la forme, et invitai Zadyssa à entrer. Nous nous assîmes toutes les deux sur ma couchette ; un instant, mon oeil s'attarda sur la veille photo accrochée au mur. Je n'avais aucune idée de pourquoi je la gardais encore. Sans doute étais-je un peu sentimentale...

    Zadyssa : Je tiens à te dire que, maintenant, je comprends pourquoi tu aimes tant la Salle Mandalorienne...
    Moi, souriant : Je suis sûre que tu vas finir par l'apprécier aussi.
    Zadyssa : Aucune chance !
    Moi : On verra bien... Alors, qu'as-tu pensé de cet entraînement ?
    Zadyssa : Difficile, mais je crois que j'ai réussi à gérer ma fatigue, à répartir l'effort... C'est plus compliqué qu'il n'y paraît de rester éveillée dans ces conditions !
    Moi : Certes... Mais là au moins, tu avais l'avantage de savoir combien de temps la situation durerait. En conditions réelles, tu aurais dû composer avec le fait d'ignorer la durée de cette situation, ce qui est nettement plus difficile. Même ce que tu as fait était un bon entraînement, bien sûr. Bien ! Combien de temps as-tu dormi, en tout ?

    Elle prit un temps pour réfléchir et pour calculer, puis répondit :

    Zadyssa : Moins de deux heures.
    Moi : Je comprends pourquoi tu as dormi presque une journée, alors...
    Zadyssa : Tout ça ?
    Moi : Ce n'est pas grave, tu en avais bien besoin.

    Puis, elle prit le temps de me décrire sa journée dans la salle Mandalorienne étape par étape, en précisant quelles tactiques elle avait utilisées contre quels adversaires. J'écoutai avec attention, hochant la tête par intermittence. Zadyssa était douée, très douée, elle serait une grande Chevalière Jedi. Elle était intelligente et stratégique, et était plus résistance qu'il y paraissait.

    Moi : Excellent ! Ta maîtrise de la fatigue était exemplaire, digne d'une Mandalorienne même.

    Zadyssa sourit. Elle savait que je ne faisais pas ce genre de compliments à la légère. Si je le disais, c'était que je le pensais vraiment. Je posai ma main sur son épaule :

    Moi : Ton exercice est validé. Si tu veux, un autre jour, on pourra le faire ensemble, ce sera plus facile...
    Zadyssa : J'aimerais bien !
    Moi : Alors, tant mieux. J'y réfléchirai. Et dans ce cas, ce sera deux jours !
    Zadyssa : Euh...
    Moi : Tu verras, ce sera bien. Bref ! Je pense que je vais donner des cours de combat au corps-à-corps aux autres padawans. Pour l'instant, c'est juste toi et Ellyne qui en profitez.
    Zadyssa : Compte sur moi pour participer quand même !
    Moi : Ha, c'est bien ma pada ça !

    Galen : Le duel est très bien en soi, mais dommage que tu aies réglé ça en un seul post en ne laissant pas l'occasion à Ilan de poster ! Je vous encourage donc de refaire un duel en plusieurs posts à l'Arène Massassi.
    Zadyssa : Exercice impeccable ! Bien évidemment, je valide.

    Comme dit plus haut, je vais organiser des cours de combat au corps-à-corps. C'est toujours utile pour un Jedi de savoir se battre sans son sabre^^. À partir de quatre inscriptions, je lance le cours. N'hésitez pas à venir, peu importe votre rang !

    vendredi 23 juin 2017 - 20:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7374 Crédits

    Kinsa avait validé mon second exercice, ce qui m'avait donc ravie. D'autant plus qu'elle s'était laissée aller à quelques compliments qui faisait extrêmement plaisir. Par la suite, elle m'avait proposé de le refaire avec elle, un de ces jours, ce que j'avais bien évidemment accepté. À la différence que cette fois, il ne s'agirait plus d'une journée, mais de deux... Comment les tenir ? je n'en avais aucune idée, mais je verrai bien au moment de le faire. Et puis, cette fois, je ne serai pas seule, et comme Kinsa l'avait dit, ce sera plus simple.

    Quelques jours après cette validation, je me dirigeai d'un pas tranquille vers le lieu de rendez-vous. En effet, Kinsa avait décidé de donner des cours au corps-à-corps aux autres Jedi et je comptai bien évidemment y participer ! Jusqu'alors, seules Ellyne et moi y bénéficions, l'étendre aux autres était tout ce qu'il y avait de plus intéressant : ça permettrait un cours encore plus vivant et intéressant.

    Ainsi donc, je m'étais réveillée suffisamment tôt pour méditer et déjeuner avant, remise de ma nuit blanche. Je me demandais bien les coups et parades qu'elle nous enseignerait aujourd'hui... Pressant le pas, j'arrivai devant la salle en question ; j'étais la première.

    Moi : Bon... eh bien, plus qu'à patienter.

    Qui se présenterait au cours ? tel était désormais la question que je me posais. J'en profitai pour m'attacher les cheveux et m'échauffer les articulations, comme ça, se serait fait.

    Le combat au corps-à-corps pouvait s'avérer plus utile qu'il n'y paraissait, notamment si l'on ne pouvait utiliser le sabre laser, ou alors, ne serait-ce que pour les réflexes qu'il aiguisait de manière différente que l'art du sabre. De plus, il était toujours intéressant d'avoir plus d'une casquette en sa possession. C'était les raisons pour lesquels je m'y présentai, en plus du fait que j'avais envie d'approfondir ce que j'avais déjà appris et que beaucoup de choses m'intéressaient.

    samedi 24 juin 2017 - 11:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9776 Crédits Modo

    C’est un beau jour qui s’annonce sur la quatrième lune de Yavin et je compte bien en profiter.
    À vrai dire, j’ai surtout envie de me défouler un peu sur quelque chose, comme si l’entraînement physique de la Forme V me manque presque. Enfin, un entraînement qui m’a procuré de la force musculaire malgré que je suis toujours aussi fin qu’une asperge. C’est pourquoi j’ai envie de me rendre à la classe de combat au sabre-laser. Je fais un rapide tour à la Salle Commune pour donner le petit-déjeuner aux padawans présents puis je file vers la salle en question.
    C’est là que je vois que je ne suis pas le premier arrivé. Zadyssa, la jeune humaine de Metellos, est déjà là.

    Moi : - Eh ! Salut Zad.
    Zadyssa : - Ah, salut Galen. Qu’est-ce qui t’amène ?
    Moi : - La même chose que toi je suppose.
    Zadyssa : - Kinsa organise un cours de combat au corps-à-corps. Je lui ai dit que je participerais.
    Moi : - Un combat de corps-à-corps ? Pourquoi pas.

    L’idée de combattre de manière sportive, tel au pugilat, me donne vraiment l’envie d’incruster. Je me demande comment cela va se terminer si Kinsa et moi nous nous battons à mains nues. Ce sera drôle.

    lundi 26 juin 2017 - 19:11 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar R2D2

    R2D2

    1065 Crédits

    Aujourd'hui, ma demie-sœur Zadyssa m'a proposé de participer à un coup sur les combats aux corps à corps organisé par Kinsa. J'hésite encore à y participer car ça veut quand même dire qu'on va se faire martyriser par Kinsa et Zadyssa qui sont plus dangereuses qu'on peut le croire. Encore Galen, ça passait mais elles non. J'ai quand même une chance sur cent de les battre mais pourquoi pas essayer.

    Je me rendis dans la salle où allait commencer le cour et  remarqua que le cours avait déjà commencer depuis dix bonnes minutes. Pour l'instant personne ne m'avait remarqué alors je me mis à marcher doucement vers le coté de la salle espérant être discret et de ne pas me faire chopper par Kinsa.


    Ce message a été modifié par IlanVinord le lundi 07 août 2017 - 18:53

    lundi 07 août 2017 - 18:51 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11273 Crédits Modo

    Introduction : Cours de combat au corps-à-corps

    Le jour et l'heure convenue, je me rendis dans le lieu de rendez-vous, la Salle Blanche. Trois personnes y étaient déjà présentes : Zadyssa, ma padawan, Galen, et une padawan Pantorane de seize ans nommée Ari. Trois participants, un nombre impair... Ce n'avait pas ce que j'avais espéré, je préférais un nombre pair pour les exercices en duo. Enfin, je pouvais toujours servir de partenaire d'entraînement, mais le bénéfice d'un apprentissage mutuel était bien meilleur. Cela allait être un cours assez particulier, car un peu éloigné des techniques de combats Jedi classiques ; toutefois maîtriser le combat rapproché m'avait beaucoup servi en mission, surtout quand mon identité de Jedi ne devait pas être découverte. Dans ces conditions, dégainer un sabre laser pour défendre sa vie était la certitude de griller sa couverture.

    J'accueillis mes élèves du jour avec un sourire et les invitai à se débarrasser de leurs sabres laser ou toute autre arme qu'ils auraient sur eux. Puis, je leur demandai de se disposer en ligne, l'un à côté de l'autre. Zadyssa se mit à droite, Ari au milieu et Galen à gauche. L'entraînement commença par une période d'échauffements classiques, comme avant tout effort physique. Le combat au corps à corps demandait à la fois une grande rigueur et de l'endurance, alliées à l'instinct. Pour ces derniers points, il était possible de s'aider de la Force, mais le sérieux de l'esprit devait venir du combattant et uniquement de lui.

    Alors que l'échauffement avait débuté depuis dix minutes, je vis Ilan pénétrer dans la Salle Blanche, ne tenant visiblement pas à être vu. D'un air malicieux, je l'interpellai :

    Moi : Bonjour Ilan, tu veux te joindre à nous ?
    Ilan : Euh..oui, je veux bien !
    Moi : Alors viens te mettre, disons...à côté de Galen.

    Le padawan s'exécuta et quelques minutes plus tard, j'estimai que l'échauffement était suffisant et que le véritable entraînement pouvait désormais commencer. Contrairement à mon habitude, je ne portais pas mon beskar'gam, mais une simple tunique Jedi, plus propice à ce genre d'activité. Par mesure de précaution, j'avais également demandé aux participants dotés de cheveux longs de les attacher : même si tirer les cheveux lors d'un combat pouvait se révéler très efficace, ce n'était pas le genre de chose que j'allais leur apprendre.

    Pendant un instant, je me surpris à ressentir une certaine forme de nostalgie. Il y avait quelques années, c'était moi qui était à la place de ces padawans, c'était à moi qu'on enseignait comment être une Jedi, comment utiliser la Force, comment se battre. Et cette époque me paraissait si lointaine... Mais ainsi était la vie, les élèves finissaient par enseigner à leur tour à d'autres élèves, qui plus tard seraient aussi des professeurs... J'esquissai un sourire.

    Moi : Bien ! Vous allez former des duos, et le but de ce premier exercice de sera de faire tomber votre partenaire. Allez-y à l'instinct, mais ne vous faites pas mal, je ne veux pas de blessés dans ce cours. Compris ?

    lundi 14 août 2017 - 11:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7374 Crédits

    L'échauffement avait débuté depuis dix minutes lorsque Ilan fit sa grande entrée en piste. Peu de temps après, le véritable entraînement put commencer : le but était de faire tomber son adversaire. Je souris. Faire tomber son adversaire, c'était la première chose que Kinsa m'avait demandé de faire la première fois qu'elle m'avait entraînée au corps au corps lors de ma première mission (ça fait beaucoup de première). Autrement dit, j'estimai que je connaissais quelques petits trucs à ce propos, et c'était assez amusant qu'elle nous demande de commencer par cela. Je me souvenais parfaitement des nombreuses fois où j'avais mordu la poussière avant d'enfin parvenir à la faire chuter.

    Lorsque je revins de ma petite séance nostalgie, je me rendis compte qu'Ilan s'était plus ou moins jeté sur Galen pour le prendre comme partenaire. Visiblement, il redoutait quelque chose... et j'avais bien ma petite idée sur le sujet.

    Moi, malicieuse : Alors Ilan, comme ça, on ne veut pas se mettre avec sa demi-soeur ?
    Ilan : Non, pas assez forte pour moi.
    Moi : On verra !

    Je me retrouvais donc avec la Pantorane qui se prénommait Ari et avait seize ans, comme moi. D'un commun accord, nous débutâmes le duel. Elle tenta d'entrer immédiatement en prise avec moi, mais j'esquivai en accélérant grâce à la Vitesse de Force avant de lui sauter par-dessus au moment où elle se retournait pour la prendre par surprise en lui assénant un coup de pied circulaire qu'elle évita en se baissant momentanément comme mû par son instinct. 

    J'esquissai un sourire, ça risquait d'être intéressant. À son tour, elle passa à l'attaque en essayant de  me faucher les jambes, ce que j'esquivai d'un petit bond. Derechef, je me baissai rapidement pour esquiver son jeté circulaire de jambe et accélérer ainsi la descente. N'attendant pas une fois à terre, je pivotai sur mon pied en lui faisant un croche-patte de l'autre. Elle recula soudainement en arrière et je prédis sa prochaine offensive qui se révéla être un coup de poing dans l'épaule au moment où je me relevai. Je le déviai de sa trajectoire et en profitai pour l'agripper et la faire basculer en avant tout en m'en servant pour me relever. Elle tomba à terre (et j'évitai de sauter de joie).

    Ari, se relevant : On fait une deuxième manche ?
    Moi : Bien sûr !

    Nous reprîmes, et cette fois, elle fut plus subtile et feinta un accrochage à gauche alors qu'elle le faisait à droite. Grâce au sens du danger, je reculai d'un pas en arrière et assez fluidement, je me propulsai en avait en tournant sur moi-même au moment où j'arrivais sur elle pour la contourner tout en lui agrippant les épaules en espérant l'amener à chuter ensuite.

    Ari fit tourner son bassin et roula à terre en échappant à mon emprise. La suite des choses s'accéléra, mais je conservai le rythme, en harmonie avec la Force. Mon souffle était encore calme, j'avais tellement l'habitude de m'entraîner que j'avais désormais une bonne condition physique - surtout après cette journée passée dans la Salle Mandalorienne ! si je m'épuisais maintenant, ça me vexerait un peu. Je tentai de faire le moins de mouvement inutile possible, et je devais bien avouer que pour le moment, ça marchait bien.

    Attaque, esquive, attaque, esquive, c'était le quotidien de notre duel. Visiblement, j'avais le dessus : Ari était beaucoup plus épuisée que moi - évidemment, quand on a un maître qui nous entraîne à cela depuis le début... ;) -, mais elle tenait le rythme. À un moment, je la poussai en arrière alors qu'elle était en l'air, et je fus surprise de me faire attraper le bras et tirer en avant. Mais hors de question de perdre ! Volontairement, je roulai à terre en retirant d'un coup mon bras. Je tentai de lui faire un croche-patte, mais elle fit exprès de replier ses jambes alors qu'elle allait atterrir pour esquiver. Le duel continua encore jusqu'à ce que je me retrouve à mon tour en l'air. Elle me gratifia d'un coup de genou dans l'abdomen que je parai à l'aide de mes mains en voulant le retenir pour composer ensuite, mais c'était sans compter une volontaire chute au dernier moment pour me faucher les jambes à mon arrivée.

    Mon cerveau carburant à cent à l'heure, l'idée me vint presque instantanément : je me fis léviter comme lors de mon combat contre Kinsa, ce qui ralentit suffisamment ma chute pour l'éviter. Ari roula en arrière, étonnée, mais je ne lui laissai pas le temps d'être surprise. Rapidement, je vins sur elle et plaquai mon bras droit sous son cou et juste sous ses épaules et l'amenai à tomber en plaçant ma jambe droite derrière ses pieds. Elle bascula et je retins sa chute pour éviter qu'elle ne se blesse d'une quelconque manière.

    Ari : Je crois que c'est bon là. Tu as déjà été entraînée au combat au corps à corps, n'est-ce pas ?
    Moi : Exact.

    Je me tournai vers Kinsa qui nous observait et la dévisageai d'un regard qui signifiait "qu'est-ce que tu en as pensé ?".

    mercredi 16 août 2017 - 19:47 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Shii-Cho: Sphères d'entrainement


    Suite à la validation du premier exercice, Kinsa s'en va chercher un drone pour le second entrainement. Zokuron profite de ce temps pour se reposer, car il ne s'est pas ménagé contre PROXY. Lorsque la Twi'lek revient, Zokuron reconnait la sphère technologique qui l'accompagne, pour y avoir déjà fait face avec Zadyssa lors d'un entrainement à la Force.

    Kinsa: Tiens, prend ce sabre.

    Zokuron attrape le tube cylindrique que lui envoie la chevalier et repose son sabre en bois. Il observe le tube métallique avec un mélange de curiosité et d'admiration dans le regard, puis, instinctivement, il finit par appuyer sur le bouton d'allumage. Une lame très pâle, variant entre le jaune et le blanc, apparaît d'un coup. Zokuron a un bref mouvement de recul à ce moment, mais il s'estompe bien vite, ses yeux analysant la lame de lumière.

    Ces armes sont d'une beauté qu'il n'aurait jamais pu imaginer dans son existence sur Shili. Cette brillance, cette énergie, ce chant sourd et vibrant....C'est comme si une âme habitait cette arme, qui par sa simple existence anoblit son porteur, lui conférant prestance et force.

    Kinsa, de son côté, observe Zokuron durant son premier contact avec un sabre laser. Elle sait qu'il s'agit là d'une version amoindrie d'un véritable sabre, incapable d'infliger plus que des brûlures superficielles, mais elle sait aussi que le premier contact n'est jamais anodin. 

    Kinsa: Zokuron, maintenant tu vas devoir utiliser le sabre pour te protéger des tirs de ce drone.

    A ce moment, la chevalier twi'lek active le drone en question.

    Kinsa: C'est ton second exercice. Bon courage !

    Tandis que le padawan lève l'arme pour se préparer, la chevalier s'éloigne de la future zone d'affrontement.

    Kinsa: Et au fait, cet exercice ne requiert pas le "Sens du danger", d'accord ?

    Zokuron répond à l'affirmative d'un signe de tête, quand une décharge fuse juste au dessus de son épaule. Déstabilisé, il fait quelques pas sur le côté, comme pour s'éloigner instinctivement du danger.

    Il se replace ensuite et tente de se souvenir de la vision qu'il avait reçue sur Mirial. Son intuition le prévient d'une attaque imminente, si bien qu'il réagit en bondissant sur le côté pour esquiver. Cela lui laisse le temps de réfléchir, de se souvenir comment le jedi de sa vision faisait pour se protéger. Les mouvements, les déplacements, la synchronisation exacte entre sabre et blaster.

    Une nouvelle décharge le cible, mais il esquive une nouvelle fois par un saut assisté par la Force. Mais cette fois, l'appareil technologique suit le déplacement et tire une autre décharge dès que le padawan se réceptionne au sol, le prenant de court. Dans un mouvement de réflexe, Zokuron tend sa main libre devant lui, sur la trajectoire de la décharge, et utilise la dissipation d'énergie.

    Miracle ! Il bloque l'agression par la Force dans un flash de lumière. Il doit néanmoins secouer sa main ensuite, sa paume le chauffant fortement. Mais avant tout, il se rend compte qu'il a été capable de sentir la trajectoire de l'attaque. S'il est capable de se protéger d'une main, alors il doit être capable de faire de même avec son sabre.

    De son côté, Kinsa s'impatiente un peu:

    Kinsa: Dis donc, Zokuron, ici on n'est pas à la PDF ! Sers-toi de ton sabre, allez.

    Retrouvant sa concentration, le togruta place la lame pâlotte devant lui, pointe vers le drone. Il inspire profondément, plongeant son regard sur le minuscule canon qui s’apprête à faire feu. Ptiou-vooom-aïe ! Ptiou-vooom-aïe ! Ptiou-vooom-pti ! Eurêka.

    Les gestes du padawan sont saccadés et manquent cruellement d'élégance, mais certains atteignent leur objectif. Kinsa laisse Zokuron à son entrainement, quittant la pièce à son insu. Elle revient une heure plus tard, un casque à la main, qu'elle dépose sur le sol. Zokuron semble plus à l'aise, faisant face au drone avec assurance. La chevalier remarque qu'il place son arme avec un temps d'avance satisfaisant par rapport aux décharges. Pourtant, malgré cela, il se voit encore parfois touché. Constatant cela, Kinsa ressort de la pièce sans un mot.

    Une heure supplémentaire passe avant que la twi'lek ne repasse devant la salle d'entrainement. Elle observe Zokuron par les vitres afin de juger de sa progression. Il s'améliore, c'est certain. Ses mouvements sont plus fluides, son anticipation correcte, et les décharges qui atteignent leur cible plus que rares.

    C'est pourquoi elle entre dans la pièce et intime une pause au padawan. Ce n'est pas sans un certain soulagement que Zokuron éteint son sabre, heureux de pouvoir souffler un petit moment.

    Kinsa: Tiens, attrape !

    La chevalier lui envoie le casque qu'elle avait apportée plus tôt. Zokuron observe l'objet quelques instants, avant de le placer sur sa tête. Le padawan est étonné, car l'intérieur du casque est confortable, et l'objet entier conçu de sorte à ne pas provoquer de gène avec les montrals. L'autre surprise est la visière opaque qui descend devant ses yeux.

    Zokuron: Mais...je ne vois plus rien !

    Kinsa: C'est l'idée. Pour un jedi, la vision est superflue et peut s'avérer trompeuse. Avec ce casque, tu vas devoir te fier uniquement qu'à la Force.

    Zokuron a un temps d'immobilité, la lèvre inférieure pendante. Mais il se résout dans un sourire retrouvé, allumant son sabre avec conviction avant de se replacer en direction du drone. Il inspire profondément, ouvrant son lien autant que possible, laissant la Force couler en lui. Quand Kinsa ressort de la salle, plusieurs décharges assaillent le padawan qui s'aperçoit de la difficulté de ce nouvel exercice. Il faudra plusieurs nouvelles rondes à la chevalier avant de juger des nouveaux progrès de Zokuron. De plus, l'heure commence à se faire tardive, si bien qu'elle décide de mettre fin à l'entrainement....

    Ce message a été modifié par Zokuron le lundi 04 septembre 2017 - 14:24

    lundi 04 septembre 2017 - 14:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7374 Crédits

    Zadyssa - Intro

    Un peu plus d'une semaine s'était passée depuis mon adoubement et ma mission, et j'avais suffisamment récupéré pour m'atteler à ma formation au sabre. En tenue d'entraînement, je fis mon entrée dans une pièce vide de monde, et j'y attendis Kinsa que j'avais prévenue, en profitant pour réfléchir à la forme que j'allais prendre.

    En réalité, je ne savais pas laquelle je choisirai. J'avais déjà appris le Shii-Cho et le Soresu, il fallait donc que j'en prenne une plus offensive, mais je n'arrivais pas à me décider. Il y avait le Makashii et l'Ataru, et avec deux sabres, le Jar'Kai et le Zez'Kai, qui pourraient être intéressants, mais j'ignorai laquelle me convenait le mieux. Bien sûr, il y en avait d'autres, mais le Djem So n'était certainement pas pour moi, et encore moins le Vaapaad. Et le Niman ne m'intéressait pas spécialement.

    Et j'étais assez soulagée : je n'avais pas eu de visions depuis mes deux dernières. Si elles pouvaient être utiles, elles n'en demeuraient pas moins éprouvantes, et ça ne m'arrangerait pas d'en avoir souvent. Quelques fois suffisaient amplement.

    Allumant mon sabre, je fis quelques mouvements de base, admirant la vrombissement de ma lame violette et sa rapidité à fendre l'air. J'avais noté que mon lien avec mon cristal s'était renforcé depuis ma mission, et je n'en étais que plus ravie.

    Je sentis soudain que Kinsa approchait. Rangeant mon sabre, je l'accueillis d'un grand sourire qu'elle me rendit.

    Kinsa : Salut Zad' ! Tu veux commencer à apprendre une nouvelle forme, je présume ?
    Moi : Bien sûr !
    Kinsa : Laquelle as-tu choisie ?

    Je marquai un temps d'arrêt, réfléchissant toujours. Le Soresu s'était imposé simplement : c'était la seule qui enseignait une défense plus avancée que les autres. Mais il y avait tellement de formes offensives de style différents que je ne savais laquelle prendre, et je n'avais pas envie de faire une erreur de choix.

    Moi : Eh bien... c'est là le problème, justement. Je ne sais pas encore... En fait, je ne sais pas laquelle me convient le mieux... Tu aurais quelque chose à me conseiller ?

    dimanche 17 septembre 2017 - 13:32 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

43 fans connecté(s)

Evénements

Des photos Star Wars en plein Paris

20 sept. 2019 - 20 janv. 2020

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Evénement Planète Star Wars Episode IX

18 déc. 2019 - 22 déc. 2019

Necronomi Con Saison 3

01 févr. 2020 - 02 févr. 2020

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide