Le Temple Jedi 5 (page 22)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Dans la salle de contrôle, je procède une dernière fois à toutes les vérifications nécessaires. Système de détection holographique : ok. Alarme d'urgence : ok. Barrières laser protectrices : installées. Système de ciblage par reconnaissance ennemie : opérationnel. Salle de repli stratégique : déserte. Tout semble en place pour assurer la sécurité du temple. Il ne reste plus qu'à regrouper et mettre tous les padawans en lieu sûr.

    Zatila : Appel à tous les padawans. En raison d'une possible attaque contre le temple, je vous invite tous sans exception à vous rendre à la bibliothèque. Cette dernière est sécurisée et vous y serez à l'abri du danger. Zatila Seprada terminé.

    Après cette transmission brève mais indispensable, je quitte la salle de contrôle et intuitivement, je cherche maître Sol'As Mordi. Lorsque je le trouve enfin, je lui demande de bien vouloir rejoindre les padawans afin de les protéger si le plan ne fonctionnait pas et surtout afin de les rassurer. Le jedi guérisseur acquiesse d'un regard et se rend à son poste. Je me concentre quelques secondes afin d'envoyer télépathiquement un message d'espoir à tous les padas à présent réunis dans la bibliothèque : "Tout se passera bien, vous verrez !". Je peux ressentir un apaisement des esprits dans la salle. Les jeunes novices ont retrouvé confiance.

    Je me dirige alors vers le vaisseau de Huge. En effet, bien qu'il aurait du repartir rapidement, mon instinct m'avait poussé à lui faire confiance et à le laisser réparer son appareil en attendant qu'il soit prêt à repartir. Je frappe à la porte. L'ancien guildeur m'invite à entrer. En pénétrant dans son ancien mais rénové transport de troupes DX-9, je le vois debout, devant son lit sur lequel se trouve tout un attirail de gadjets très utiles. Astiquant son pistolaser, Huge laisse s'écouler quelques secondes et m'observant, déclare inquiet :

    Huge : Tu es venu me demander de partir de Yavin ?

    Surpris par sa réponse, je rétorque aussitôt :

    Zatila : Absolument pas. En réalité c'est tout le contraire ! Je suis venu te demander ton aide pour défendre le temple. A nos côtés, tu seras sans aucun doute un allié de poids. Et je sais que je peux te faire confiance...

    Huge : Vraiment ? Ca m'étonne ! Comment peux-tu en être aussi sûr ? Nous n'avons pas toujours été en bon terme et bien que j'ai fait le choix de ne plus être un guildeur, je garde néanmoins mes distances avec les jedi. Peut-être même pourrais-je retourner ma veste et choisir de me ranger du côté des sith qui assurément me promettraient une belle prime si je les aidais à détruire le temple.

    Zatila : Pourtant tu as changé et je sais que désormais tu es lié à quelque chose de plus fort que tout ce que tu as connu jusque là. Et cette chose là, jamais tu ne voudras la trahir.

    Huge ne répond rien. Il demeure pensif quelques instants, le regard perdu dans le vague, comprenant tout à fait ce dont parle le nautolan. Jaina.... Son amour pour Jaina.... En effet, jamais il ne pourrait faire de tord aux jedi à présent qu'il était tombé amoureux de l'une d'entre elles. Plus encore, il avait envie d'être là pour elle. Alors après avoir retrouvé une grande confiance, l'ancien guildeur déclare :

    Huge : C'est d'accord ! Je suis des vôtres. Que dois-je faire ?

    Zatila : Protéger le temple tout simplement. Je te laisse carte blanche pour ça. De mon côté, je vais m'occuper de protéger les apprentis padawans.

    Sans réfléchir, le jeune humain s'enquit :

    Huge : Et Jaina ? Elle... sera.... Que fera-t-elle ?

    Zatila : Elle est un peu plus expérimentée que les autres novices. Aussi, je vais la charger de m'aider à vérifier si nous n'avons oublié personne dans le temple. En effet, il est possible que certains padas n'aient pas entendu l'appel général. La Force nous aidera dans cette mission. Gardons espoir Huge. Ensemble, nous y arriverons. Ensemble, le temple sera sous bonne garde.

    Après sa tirade, l'amphibien salue Huge et quitte sa chambre. Sur le chemin du retour, le nautolan demeure en pleine réflexion intérieure. Il est conscient que l'attachement est prohibé chez les jedi et permettre la relation de l'ancien guildeur avec la jeune padawan en temps normal ne serait pas une décision très judicieuse. Cependant, en ce temps de guerre, un peu d'amour permettra l'équilibre des forces.

    Quelques instants plus tard, je retrouve Jaina et lui confie la mission en question. Heureuse de voir que je lui fais confiance, la jeune jedi accepte sans hésiter et part de son côté. Que faire à présent ? Il me semble que tout est fin prêt. Au fond de moi, j'espère que l'attaque du temple que je pressens de plus en plus intensément ne soit qu'une fausse alerte... Mais la Force ne m'a jamais trompé et je commence de plus en plus à appréhender le moment fatidique. Pas de panique ! Je suis un padawan expérimenté et la Force est avec moi. Je dois accepter la situation et me tenir prêt. Beaucoup de jedi comptent sur moi. Je ne peux pas les décevoir. Si je veux être opérationnel, je dois commencer par me tranquilliser. C'est alors que je décide de me retirer dans la salle de méditation qui se trouve à côté de la bibliothèque. Ainsi, je serai proche des padawans tout en étant suffisamment au calme pour me préparer psychologiquement à l'imminent assaut. En position du lotus, je fais le vide en moi. Je prends de grandes inspirations et expire lentement. Comme j'aimerais que Keller soit à mes côtés pour défendre le temple. Et Cenovi aussi... Et Kaarde, mon maître... Mais leur place est ailleurs et je dois l'accepter. Malgré tout, ils sont là avec moi au travers de la Force. Ils m'ont formé et leur enseignement me sera salutaire. Je m'entraîne depuis si longtemps pour un jour comme celui-ci. Que les sith se tiennent sur leurs gardes. Je suis prêt !

    mardi 08 janvier 2013 - 03:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Alors que je me rendais vers la bibliothèque comme l’avait demandé Zatila, je le vis justement arriver de la jungle. Il avait l’air soucieux.

    Zatila : Jaina, j’ai besoin de ton aide.
    Moi : Bien sûr, qu’est-ce qu’il y a ?
    Zatila : J’aimerais que tu vérifies que personne n’erre dans les couloirs de l’Académie, Je me suis chargé des ailes Nord et Est.
    Moi : D’accord, pas de souci.

    Nous nous séparâmes et je partis en quête des jeunes nouveaux. Cherchant çà et là pendant plusieurs minutes, j’entendis alors un bruit très sourd, comme un BOUM, puis un autre… et encore un… Je trouvai trois jeunes novices d’une dizaine d’années, peut-être moins, complètement affolés.

    Un enfant : Jaina ! Qu’est-ce qu’il se passe ?
    Moi : Ne vous inquiétez pas les enfants, on va aller à la bibli… !

    Malheureusement, des explosions intérieures se firent entendre et l’armée Sith était déjà dans les lieux. Je ne me sentais pas prête à me battre, mais je le devais pour sauver ces apprentis. Je m’agenouillai près d’eux.

    Moi : Écoutez, allez dans la salle d’entraînement au sabre et verrouillez la porte, je vais essayer de retrouver Zatila. Surtout ne sortez pas !
    Un enfant : Fais attention Jaina, on veut pas qu’il t’arrive quelque chose.
    Moi : Je serai prudente, je vous le promets.

    Ils m’écoutèrent et allèrent se cacher là où j’étais un peu avant. Je dois avouer que j’ai été un peu touchée par ce qu’ils m’ont dit. Les jeunes enfants m’aiment bien, je suis souvent là pour eux et ils venaient de me le faire savoir.
    Je ne le cache pas : j’avais peur. Peur du combat, et surtout, peur de tuer. J’en serais incapable, même un ennemi. En avançant, le mur en face de moi explosa et des soldats surgirent. Par un réflexe, j’allumai mon sabre et le mis face à moi de manière à protéger mon corps du mieux possible.

    Un soldat : En voilà une ! Tuez-la !

    C’était des soldats Sith, mais heureusement ils n’avaient pas de sabre laser. Ils étaient quatre, et je parai tant bien que mal leurs lasers, en en faisant tomber un de temps en temps avec le peu de Poussée que j’avais. Je tenais le coup, quand j’entendis et vis d’autres soldats arriver derrière moi. J’étais cernée. Je réussis à prendre mon comlink et contacter Zatila.

    Moi : Zatila, c’est Jaina, où es-tu ? J’ai des soldats devant et derrière moi, à l’entrée de la salle d’entraînement, j’ai besoin de ton aide !
    Zatila, dans le comlink : Je suis bloqué à la bibliothèque, ils nous ont bloqué le passage ! je suis désolé Jaina, je ne peux pas t’aider pour l’instant mais je fais du mieux que je peux.

    Un laser fit sauter le comlink de ma main, je repris ma défense mais peinais beaucoup. Je ne suis pas encore prête au combat ! Heureusement que je me suis entraînée un peu juste avant, la voilà mon intuition ! Alors que je luttais désespérément, je ne me dis plus qu’une chose.

    Moi, en pensant : Bon sang, Huge. Si tu es encore dans le coin viens nous aider, je t’en prie !

    Ce message a été modifié par: Huge le 08-01-2013 03:29

    mardi 08 janvier 2013 - 03:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Toujours en méditation, je laisse mon esprit vagabondé. A présent plongé dans une totale zénitude, j'ai oublié toutes mes angoisses, toutes mes peurs. Léger et impalpable, mon être se laisse transporté dans un vaste espace cosmique dans lequel règne une réelle sérénité et une paix profonde. Pour le moment, je ne ressens aucune perturbation dans la Force. Aucun danger. Nous sommes en sécurité, nous ne risquons rien.

    Puis, progressivement, de sombres nuages prennent forme. Ils commencent à obscurcir mes visions. Ils m'oppressent. Et je sens alors que le côté obscur se rapproche du temple. Tranquillement, j'ouvre les yeux et pose délicatement ma main sur mon sabre laser. Je me remets debout et sors de la salle de méditation. Je reste à l'affut du moindre bruit. Rien encore. Pas un seul son. C'est le silence complet. Je peux juste éventuellement percevoir les pas et discussions des padawans qui se trouvent dans la bibliothèque, pièce se trouvant à côté, si j'y projette ma conscience. En dehors de là, rien. Puis, soudainement, alors qu'aucun son n'était perceptible auparavant, j'entends là comme une marche militaire. Mais je ne la perçois pas par l'ouïe. Cette perception est imaginaire. Une simple illusion ? Non, un avertissement de la Force ! Le danger se fait de plus en plus sentir. Je ne comprends pas. Les systèmes de sécurité auraient du se déclencher. Au lieu de ça, il ne se passe rien.

    Quand soudain, d'un seul coup, tir de blaster. D'instinct, j'allume mon sabre laser et pare le coup qui aurait été mortel si je n'avais pas réagi à temps. En effet, ce dernier visait mon coeur. Devant moi, trois soldats sith. Armé seulement de pistolaser, je pare leur tir rapidement et leur renvoie en quelques gestes. Les trois soldats sith tombent à terre. Toujours sur mes gardes, je sais désormais que quelque chose cloche. L'alarme ne s'est pas activée. C'est alors que je pense : Jaina ! Où se trouve-t-elle ? Vite, je commence à courir pour partir à sa recherche. Alors que je m'apprête à utiliser le pouvoir de vitesse, je suis aussitôt stoppé par un bataillon complet. Face à moi, une dizaine de soldats sith. Ces derniers sont armés de sortes de vibroépées. Tournoyant sur moi-même, je pare plusieurs coups mais mon sabre laser ne semble pas venir à bout de ces armes. Abusant de ruses, je parviens à esquiver les nombreuses attaques et à porter de puissants coups à mes assaillants. Deux s'effondrent au contact de ma lame. Puis, trois autres attaquent ensemble. J'effectue alors un saut périlleux avant et passe dans leur dos. En me retournant, je les décapite tous les trois. Au même moment, une vibroépée passe au dessus de ma tête mais j'ai le réflexe de me baisser pour éviter le coup fatal. Impulsion de force, je repousse deux soldats sith et m'occupe du cas de l'un d'entre eux qui se trouve à proximité. Plus que quatre il me semble.

    Par télékinésie, je projette un soldat sur l'autre et bloque deux attaques. Puis, à l'aide de la Force, j'attrape un des blasters utilisé plus tôt et tire sur deux tireurs qui viennent de débarquer. Je dois m'en débarrasser au plus vite sans quoi je risque d'être surmené. Moulinet à gauche, moulinet à droite, en deux mouvements, deux soldats qui pensaient me surprendre tombent d'un coup. Il n'en reste plus que deux mais je sens que d'autres se ramènent. Un soldat sith attaque avec sa vibroépée en ma direction. Je pare ses coups mais plus difficilement que les autres. Il a l'air doué dans le maniement de son arme, ce n'est pas facile d'en venir à bout. Au même moment, le second soldat va récupérer un blaster et tire en ma direction. Il me touche à la main. Je perds mon sabre qui s'en va rouler plus loin. Esquive rapide pour éviter une attaque mortelle de la vibroépée. Puis, j'effectue un salto arrière et à l'aide de la force renvoie les tirs du blaster. Je ne me croyais pas capable de faire ça mais dans le feu de l'action, ne réfléchissant même plus et me laissant complètement guider par la Force, je parviens à faire des prouesses. Pas de temps à perdre, je récupère mon sabre par télékinésie et parviens à asséner un coup décisif à mon adversaire. Le soldat sith est vaincu. Ne reste que celui qui possède le blaster. Il tire quelques salves mais n'a aucune chance. Après trois parades, un laser lui est renvoyé et il s'évanouit.

    J'entends alors toute une armada se rapprocher. Puis, au loin, j'aperçois une vingtaine, voire plus, de soldats sith armés jusqu'aux dents. La sagesse de la Force me souffle que je ne pourrai pas tous les battre. Aussi je choisis de me replier dans la bibliothèque. Je cours en sa direction et ferme la porte derrière moi. Les padawans qui ont du entendre les coups de feu sont cachés derrière les tables et étagères. L'un d'eux, courageux, sort de sa cachette et demande :

    Jeune novice : Ce sont les sith n'est-ce pas ? Comment allons-nous les battre maître Seprada ?

    Après mon rude combat, je souffle un peu et réponds :

    Zatila : Ce sont des soldats sith pour être précis. Je ne pense pas qu'il y ait de guerrier sith à proprement parler. Ne t'inquiète pas padawan, nous allons en venir à bout.

    Un autre padawan, une fille cette fois-ci, s'approche et déclare d'une voix assurée :

    Cora : Je m'appelle Cora maître et je suis plutôt douée pour mon âge. Je pense que nous pouvons les battre. Laissez-nous vous aider ! Je vous en prie !

    Zatila : Ton courage t'honore jeune pada, mais vous n'êtes pas encore prêts pour ça. Maître Mordi, vous êtes là ?

    Le jedi guérisseur se montre.

    Sol'As Mordi : Seprada ! Puis-je vous aider ? Que suggérez-vous de faire ?

    Zatila : Je ne pourrais pas y arriver seul, je vais avoir besoin de votre aide pour vaincre cette armée. Etes-vous prêt à vous battre à mes côtés ?

    Sol'As Mordi : Bien entendu. Mais il faut aussi protéger les enfants.

    Comprenant qu'il a raison, je m'apprête à confier la garde des enfants à l'aîné. Je demande alors qui est le pada le plus âgé. On me répond qu'il s'agit de Cora, la jeune fille qui avait proposé son aide quelques instants plus tôt. Je cherche la pada du regard et l'appelle même mais celle-ci ne répond pas. Où a-t-elle bien pu passer ? Tandis que je réfléchis, une succession de tirs de blaster se fait entendre à l'extérieur de la pièce. On tente d'entrer. Vite, je confie la garde des padas au second aîné. Mon instinct me dit que les apprentis seront bien guidés par lui. Maître Mordi et moi nous retournons alors pendant que les padas s'éclipsent un peu plus loin. En effet, ayant prévu que la bibliothèque serait cernée, j'avais demandé à créer un passage secret pour fuir en dernier recours. Les padas s'y réfugient donc. Quand tout à coup, la porte s'ouvre en grand libérant des dizaines de soldats sith. Je me mets en garde, le jedi guérisseur aussi. Nous nous lançons un rapide regard et approuvons de la tête comme pour se souhaiter bonne chance ou plutôt que la force soit avec nous. Les tirs sifflent à nos oreilles. Il y en a dans tous les sens. Mais nous restons prudents et parvenons à les parer sans problème. Néanmoins, la situation dégénère vite car le nombre de soldats augmentant, nous sommes vite dépassés.

    A un moment donné, maître Mordi se retrouve encerclé par quatre soldats sith. Tant bien que mal, il essaie de bloquer leurs coups mais soudain une vibroépée s'abat sur lui. Le jedi guérisseur ferme les yeux, comprenant que son heure est arrivée. Quand d'un coup, le soldat sith va voler à l'autre bout de la pièce. Comment cela a-t-il pu arriver ? Les gardes sith regardent en hauteur, je suis leur regard. Perché sur un lustre se trouve une padawan : c'est Cora. Un soldat sith tire une salve dans sa direction. La pada pare le tire et effectue un salto avant. Elle n'espère tout de même pas prendre ce soldat toute seule. Elle n'a aucune chance. Elle va se faire tuer. Vite, je dois l'empêcher. Je me débarrasse de mon adversaire et utilise le pouvoir de vitesse pour choper la pada au vol ce qui lui évite de se faire toucher par un tir de blaster qu'elle n'avait pas vu.

    Cora : Laissez-moi maître, je peux vous aider à les battre !

    La padawan n'attend pas mon accord et se lance à l'assaut des soldats sith qui tiennent maître Mordi. Elle réactive son sabre laser et leur bondit dessus. Quelle dextérité ! Je suis bluffé par le niveau de la jeune novice. Apparemment, rien ne pourra la faire changer d'avis. Plutôt que d'essayer de la convaincre de fuir, ce qui aurait été peine perdu, je l'aide à se débarrasser des soldats sith. Maître Mordi se remet debout et m'aide dans cette tâche. Puis, mon comlink sonne à ce moment là.

    Jaina : Zatila, c’est Jaina, où es-tu ? J’ai des soldats devant et derrière moi, à l’entrée de la salle d’entraînement, j’ai besoin de ton aide !

    Zatila : Je suis bloqué à la bibliothèque, ils nous ont bloqué le passage ! Je suis désolé Jaina, je ne peux pas t’aider pour l’instant mais je fais du mieux que je peux.

    C'est pas vrai. Nous sommes dépassés là. Au moins, je suis rassuré d'apprendre que la jeune jedi va bien. Mais pour combien de temps ? Je dois à tout prix en finir avec ces soldats sith. Malgré tout, un peu d'aide ne serait pas de refus...

    mardi 08 janvier 2013 - 06:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jesand

    Jesand

    7509 Crédits

    - Il y a des padawans là-bas...

    Quelques membres des Réprouvés s’étaient rapidement rassemblés, chacun devant leur holoprojecteur personnel à plusieurs parsecs de distance, pour établir un bilan de la situation. Surtout, Jésand désirait tâter le pouls des Réprouvés. La rancoeur les animait toujours et provoquait une animosité palpable lorsqu’il était question de la Guilde, mais ils s’entendaient tous qu’un coup de main soudain à la Guilde leur était favorable. Encore plus depuis que les Réprouvés avaient confirmé qu’un vaisseau Sith avait Yavin comme destination.

    Jésand hésitait toujours quand à savoir s’ils devaient prendre l’initiative d’aider Yavin. Il préférait toujours choisir selon l’argent en jeu. Certes, cela montrait qu’il était « aisément » contrôlable, mais cela lui assurait une indépendance vis-à-vis des différentes factions politiques. Il réfléchissait à la question, assis droit dans son fauteuil, les bas croisés.


    - Nous devrions aider les Jedi. Protéger les padawans nous offrirait un certain capita-, entame une holoprojection.

    - Je trouve que nous faisons suffisamment d’efforts en nous dirigeant droit sur Coruscant, s’exclama un autre Réprouvé.

    Ils étaient une dizaine à ainsi discuter. Au moins, la question de Coruscant avait été rapidement réglée. Les Réprouvés ne possédaient pas de vaisseaux lourds — chacun ayant été détruit, volé, récupéré selon le bon vouloir de la Guilde —, mais quelques-uns avaient des croiseurs légers, voire des corvettes. Ils étaient avant tous des guerriers, pas des pilotes. Dans un vaisseau, les Réprouvés étaient relativement vulnérables. Une fois au sol, toutefois...

    - On aura le droit à quoi si nous les aidons? Une parade, un gros remerciement, une lettre officielle? questionna un Réprouvé d’une voix acerbe.

    Personne ne répondit à cette question, bien que plusieurs hochèrent la tête. Chacun jugeait la méthode des Sith — celle de s’attaquer aux plus faibles. Cela ne démontrait aucune honneur. Mais fallait-il véritablement de l’honneur pour remporter un combat à l’échelle de la Galaxie? Eux-mêmes, les Guildeurs comme les Réprouvés, pouvaient utiliser de méthodes peu orthodoxes pour arriver à leurs fins.

    Mais Jésand, lui, tenait en horreur cet agissement. L’agissement des Siths le dégoûtait. Il ne mêlerait aucun autre Réprouvé à cette mission de sauvetage. Sauf peut-être ceux se trouvant dans l’espace proche du système de Yavin. Il aurait préféré, et de loin, chasser un Sith. Mais cela risquerait d’arriver assez tôt. Un Sith ou un Jedi, cela ne le dérangerait pas, selon la personne qui sortirait vainqueur du conflit.


    - J’irai moi-même sur Yavin. Nous n’irons pas là faire exploser du Sith, on va seulement s’assurer que les petits sont en sécurité. Les autres, dirigez-vous comme convenu vers Coruscant. Félys, surveille nos hommes. Il ne faut pas que ça finisse en fratricide. Des questions? Jésand terminé.

    Amir coupa la communication et entreprit aussitôt de suivre les directives du Vurk.

    
- Envoie un message à l’équipe de Karim. Que lui et ses trois hommes se posent sur Yavin et qu’ils entrent en contact avec les Jedi. Qu’il voit avec eux leur situation et où ils voudraient que nous les aidions. Après, R7 pourra préparer le saut. On devrait y être en quoi? Une vingtaine de minutes?

    - R7 est déjà sur le cas, répondit Amir, les mains se promenant sur les consoles.

    Jésand se contenta de se lever, de poser sa main sur l’épaule d’Amir en remerciement. Il fit signe à Quert et Zol de le suivre dans un autre coin du Saber. Il leur fallait étudier le terrain pour voir où ils pourraient se poser et profiter du couvert de la jungle pour prendre l’avantage avec un nombre réduit de mercenaires.

    -------------------------------------
    Jésand
    - Vurk en rédemption
    <br /><br /><div class="ForumModif">Ce message a été modifié par: Jesand le 11-01-2013 01:12</div>

    Ce message a été modifié par: Jesand le 11-01-2013 01:13

    vendredi 11 janvier 2013 - 01:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Si Coruscant n'était pas dénuée de faune et de flore naturelle, ni nimbée de la lâcheté et la cupidité de ses milliards d'habitants, la présence du Temple Jedi sur son sol en ferait sans doute une planète aussi puissante dans le Côté Lumineux de la Force que l'est Korriban pour le Côté Obscur, ou que l'a naguère été Tython.
    Aujourd'hui Coruscant ne brille pas dans la Force, et je vais m'assurer qu'elle ne le puisse plus jamais. Ses innombrables citadins sont habités par la peur. Même si la République et les Jedi ont sans doute dissimulé mon attaque les gens ne sont pas dupes. Ils n'ont pas oublié ce que j'ai déjà fait par le passé. Ils savent que, depuis Dark Vador, un seul être dans l'univers est capable de susciter un tel vent de panique. Coruscant entière suinte la peur et alimente mon pouvoir, me renforce.
    Je vole de plus en plus près du Temple, à présent, me délectant à l'avance du sang que je vais faire couler. Sentir la peur des Jedi va me combler.

    Étrange, les Jedi sont réunis dans le Temple mais ne sont pas apeurés. Non, à la place je sens émaner du Temple de la détermination et... quelque chose qu'ils doivent certainement interpréter comme du courage mais que je reconnais comme de l'arrogance. Une répugnante arrogance de Jedi !
    La leçon que je m'apprête à leur infliger sera donc salutaire.



    Baaaaaaal. - ADRIEEEENNE !

    Aux commandes de son antique Aile X T-65, Baaaaaaal se frayait un passage à travers les faibles forces aériennes de Coruscant et la chasse Jedi.

    Baaaaaaal. - C'est dont tout ce que vous avez à m'opposer ? Pitoyable !

    Pour l'instant seuls des croiseurs de l'Empire avaient lancé une contre-offensive, et Baaaaaaal s'attendait à ce que d'autres forces se joignent au combat. Ils ne représentaient qu'une faible menace mais barraient la route aux transports de soldats clones.
    Le Maître Sith désintégra avec désinvolture un Jedi, rompit la formation avec la chasse Sith et se dirigea droit vers un des croiseurs impériaux. Ce début de bataille était le moment idéal pour saper le moral des troupes adverses. Il fondit sur l'immense vaisseau triangulaire en zigzaguant agilement entre les salves de turbolaser et s'approcha suffisamment de la passerelle de commandement pour en faire exploser la baie vitrée tout en empêchant la fermeture des cloisons de sécurité avec la Force. Le commandant de bord et ses officiers furent aussitôt précipités dans le vide spatial. Plus personne ne pilotait l'imposant engin que Baaaaaaal, dans une démonstration de Force impressionnante, dévia droit sur un autre croiseur impérial. Premiers morts de la bataille, et nombreux.

    Baaaaaaal. - Bien. Voilà qui devrait inculquer l'humilité à ces guignols d'impériaux... et les punir de m'avoir laissé voler des plans pour un superlaser pourri.

    La voie était dégagée pour les transports de troupes Sith. Quelques uns furent abattus par la chasse Jedi, mais leur nombre était plus que conséquent quand ils commencèrent à se poser autour du Temple Jedi. Baaaaaaal volait en cercle autour de la bâtisse toute neuve, piaffant d'impatience et détruisant sans pitié les chasseurs Jedi qui avaient l'outrecuidance de se mesurer à lui. Il sondait les présences Jedi et marqua une hésitation.

    Baaaaaaal. - Tiens... Mirax, ma chère Mirax... tu n'es donc pas au Temple ? Aurais-tu peur de moi ? T'aurais-t-on écartée du combat en croyant vainement te protéger de mon pouvoir ?

    Il la localisa enfin hors du Temple, terrée avec d'autres Jedi dans ce qui devait être une quelconque cachette. Ses pensées nostalgiques dérivèrent de son ancienne victoire sur Coruscant à l'idylle qui l'avait uni à la Maître Jedi quelques années auparavant. Lors de cette histoire imprévue (voir TJ2), qu'il considérait aujourd'hui comme un incident de parcours, Baaaaaaal avait pour la première fois goûté au bonheur et aimé quelqu'un plus que lui-même au point de vouloir la protéger.

    Clone (com). - Maître, les troupes sont en train de débarquer mais rencontrent des difficultés pour investir les lieux. Il semblerait que les entrées du nouveau Temple Jedi soient scellées par de lourdes portes blindées qui ne figuraient pas dans l'architecture de l'ancien Temple. Par ailleurs la Main Ecarlate nous signale qu'une très importante flotte républicaine en provenance de Metellos vient de s'ajouter à la bataille et menace de nous prendre en tenaille. Quelles sont vos instructions.

    Le Maître Sith était toujours en train de voler droit vers la cachette de Mirax Terrik.

    Baaaaaaal, aux clones. - Ne vous laissez pas impressionner par la débauche de moyens matériels sur laquelle s'appuie la Coalition Galactique et lancez le signal à la deuxième vague Sith. Dites aux troupes au sol que je viens ouvrir la porte.

    Il se força à étouffer les sentiments que le souvenir de son ancienne compagne avait réveillés et fit faire demi-tour à son Aile X.

    Baaaaaaal. - J'aurais voulu détruire ces sentiments pathétiques tout de suite, mais tant pis... je te garde pour la fin, Mirax. Entretemps tu souffriras de la mort de tes compagnons Jedi et tu m'imploreras d'arrêter...

    Bientôt, dans la nuit noire, l'Aile X du Sith se posa gracieusement près du Temple dont toutes les lumières étaient éteintes et sur lequel étaient braqués les projecteurs des vaisseaux Sith. Baaaaaaal foula prestement le sol de Coruscant et gravit doucement les marches qui menaient à une des entrées principales. Tous les clones s'écartaient respectueusement sur son chemin et reformaient les rangs derrière lui. Il arriva enfin à un mètre de la porte blindée et la toisa lentement de haut en bas, comme si elle le provoquait.

    Baaaaaaal. - Écartez-vous.

    ... ce que firent les clones immédiatement. Le Seigneur Noir des Sith se tourna alors et tandis une main gantée vers un des imposants transports de troupes posés là. Saisi par la poigne implacable de la Force, ledit vaisseau se souleva malgré lui et Baaaaaaal commença à l'utiliser comme bélier.

    Baaaaaaal. - Toc, toc !


    Salut à tous les fans d'invasions ! :x

    samedi 12 janvier 2013 - 23:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits

    Le Seigneur Noir des Sith se tourna alors et tandis une main gantée vers un des imposants transports de troupes posés là. Saisi par la poigne implacable de la Force, ledit vaisseau se souleva malgré lui et Baaaaaaal commença à l'utiliser comme bélier.

    Baaaaaaal - Toc toc !

    Le vaisseau commença à prendre de l'élan puis frappa une première fois la porte, des traces visible de cet impact apparurent aussitôt, le sith allait recommencer une seconde fois quand un tir de roquette explosa l'engin. Les clones fixèrent le responsable, c'était un trandoshan qui tenait un lance missile, il était en train de recharger. A ses cotés, une chiss équipée d'une épée surdimensionné.

    Jalana - Salut Baal, tu te rappelle de moi ?

    Elle leva son épée et frappa le sol, provoquant une onde de choc qui fit voler les soldats de Baal en l'air, puis ils retombèrent un par uns. Tel une pluie de clones. L'un d'eux s’empala sur une statue et un autre tomba dans une benne à ordure. Baal, en tant que sith, savait parer une tel attaque.. Il s'épousseta les épaules.

    Baaaaaal - Kof.. Kof.. Vaguement.
    Attendez, vous étiez avec Kaarde lors de ma première attaque ?

    Jalana - Exact. Je me trouvait sur le toit.

    Baaaal - Écoutez, je viens juste pour faire un carnage donc je..

    La seconde suivante Baal traversait quinze immeubles et un
    entrepôt de bière, il se releva, avec difficulté au milieu des packs.
    Des Poli Massans sous exploités qui fabriquaient des bouteilles
    le fixait avec un air ahuris, tels des ewoks de la foret d'Endor.

    Baaal - Arg.. Bah quoi ?
    Mon bras me fait mal et je suis amoureux.

    dimanche 13 janvier 2013 - 18:36 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    En train de se faire discret aux alentours de l’Académie Jedi, Huge entendit un vrombissement dans le ciel. Levant la tête, il vit très clairement des vaisseaux de débarquement. Au premier abord il pensait que c’était normal, mais lorsque des chasseurs piquaient vers les bâtiments en tirant, ça l’était beaucoup moins. Oui, on attaquait l’Académie Jedi… … … ON ATTAQUE L’ACADÉMIE ??

    Huge : Ah non les gens, on va pas être d’accord, là !

    Ni une ni deux, il courut le plus vite possible vers son vaisseau, et au lieu de décoller pour un affrontement inutile à cause de la suppression de ses canons lasers, il ouvrit des tas de tiroirs et de cachettes où se trouvaient ses armes. Ça faisait longtemps qu’il ne les avait pas utilisées, mais tirer c’est comme marcher : une fois que c’est appris, ça ne s’oublie pas. E-11 rechargé, ceinture de grenades, couteau de combat, DL-18, casque… ah non, plus de casque non plus. Avec ses quelques armes, munitions et l’absence de protection, il fonça vers l’Académie. Non pas que la vie des Jedi l’inquiétait, mais bien parce que celle d’une seule valait plus cher que la sienne. Il devait défendre et protéger Jaina, il s’était attribué ce devoir, qu’importaient les ennemis.

    Arrivé à la bâtisse, il entendait déjà des coups de feu, des ordres et des sabres laser. Il y avait deux sentinelles. Comme elles étaient orientées vers l’intérieur, Huge en déduisit qu’elles étaient là pour empêcher quiconque de sortir. Il ne posa pas de question et tira deux lasers. Au pire, s’ils étaient de la République, Huge n’était pas à ça près et on pouvait le mettre sur le dos des assaillants.
    L’ancien guildeur, blaster toujours au poing, essaya de trouver un chemin l’amenant auprès de Jaina. Mais comme il était entré par une petite porte de derrière et qu’il ne connaissait pas les lieux, il se retrouva très vite sans point de repère et déambulait au gré des bruits de bataille. Soudain, il entendit une voix de fille :


    Voix : Si quelqu’un pouvait m’aider, ce sera pas de trop !

    Ce n’était pas la voix de Jaina, mais la personne était proche, probablement dans la salle à côté. Deux mètres après une porte, un trou dans le mur menait à la salle d’où venait la voix. Se faisant discret, Huge vit bel et bien une jeune fille en train de se défendre contre des soldats bien plus nombreux qu’elle. L’ancien guildeur hésitait ; il détestait les Jedi et les souvenirs étaient très clairs. En voyant que la fille commençait à faiblir, Huge prit sa décision.

    Huge : Oh et puis mer.de ! Fais-le pour Elle !

    Il se mit en joue et descendit la plupart des soldats. Puis voyant que la Jedi reprenait l’avantage, il s’éclipsa ; il avait une autre padawan à aider ! Marchant un peu, il passa une porte et vit Jaina dans un couloir, un peu dans la même situation que la forceuse précédente. Le garçon s’approcha d’elle et couvrit ses arrières.

    Huge : Coup de main ?

    Jaina : Ce serait sympa, oui !

    Le garçon vit un groupe d’ennemis un peu derrière elle, et les élimina. Cependant il n’avait pas vu le lance-roquette qui, en se faisant tuer, pressa la détente. Une ogive se dirigeait droit sur la fille.

    Huge : Jaina, COUCHE-TOI !!!

    Dans un élan de protection sentimentale, instinctive et de camaraderie, il fonça sur Jaina et la plaqua assez brutalement au sol, ce qui leur évita tout de même une mort quelque peu violente, et ce furent les ennemis en face de Jaina qui se prirent la tête explosive. En se jetant au sol, Huge et Jaina se retrouvèrent dans une position pour le moins…

    … équivoque.
    Quelques secondes ainsi le temps de se rendre compte de ce qu’ils ont évité et de l’ambiguïté de leur position, et Huge se releva presque d’un bond tandis que Jaina était encore sous le choc.


    Jaina : M… Merci…

    Huge : Pas de quoi, c’est normal.

    Jaina (se relevant) : Tu m’aides à retrouver Zatila et Sabah ?

    Huge (après un temps) : Attends, si Sabah c’est une fille qui te ressemble vite fait, je crois savoir où elle est…

    _________________________

    Quand j’ai vu la fumée passer au-dessus de nos têtes lorsque Huge m’a projetée au sol, j’ai eu une frayeur ; il m’avait sauvé d’une mort certaine, c’était indéniable. De ce fait je lui étais redevable et me souviendrai toujours de cet acte jusqu’à ce que ma dette soit payée. Puis quand j’ai repensé à ce moment où il était allongé sur moi, je n’ai pu m’empêcher de rire et de rougir ; rire parce que la situation était anecdotique, et rougir car c’est malgré tout très intime et la connotation est claire et sans variante. En tous cas, ce dont j’étais sûre, c’est que son regard décomposé et stupéfié était la preuve que cette position n’était absolument pas volontaire^^ Nous courions dans des couloirs quand Huge se dirigea vers une salle d’entraînement ; dedans se trouvait bel et bien Sabah.

    Sabah : Jaina ! Tu vas bien !
    Moi : Oui, et toi aussi apparemment, la Force soit louée !
    Sabah, me montrant les corps : Si je suis vivante, c’est grâce à quelqu’un qui en a éliminé une grande partie, mais je sais pas qui, j’ai pas eu le temps de voir.

    Après un instant, nous regardâmes Huge en train de veiller à ce que personne n’arrive du couloir, et plus particulièrement son blaster.

    Moi : Huge, c’est toi qui a sauvé Sabah des soldats Sith ?

    Il tourna brièvement la tête à plusieurs reprises en parlant.

    Huge : Ah c’est des Sith ? Euh… Ouais, c’est possible que ça soit moi, ouais… Bon, on campe ici ou on retrouve vos potes ?
    Moi : On va rejoindre Zatila, je pense que c’est mieux de nous regrouper.
    Huge : Plus efficace pour se défendre. Il mit son arme en avant Bon, vous me guidez, j’ouvre la voie. Si y’a que des blasters ça devrait le faire.

    Il était complètement différent que dans la vie calme ; je le voyais très sûr de lui, de ce qu’il disait et ce qu’il faisait. L’opposé du garçon tout timide et bafouillant que j’ai connu jusqu’ici quoi^^ À mon avis, il a plus l’habitude de faire la guerre que l’amour ! :D

    Ce message a été modifié par: Huge le 15-03-2014 23:19

    dimanche 13 janvier 2013 - 23:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Lieu - orbite de Coruscant

    Dans les conduits d'aération de la Main Ecarlate, le guildeur Waren Horn Terrik et le chevalier jedi Cenovii rampent comme de la vermine afin de s'échapper du vaisseau mère de Baaaaaaal. Ils débouchent sur le hangar où ils avaient atterrit tantôt, l'intercepteur sith de Dark Spencer est toujours là. La pléthore de clones qui s'organisent pour décoller à bord de leurs chasseurs sith ne remet pas en cause l'occasion qui s'offre à eux de fuir le navire de guerre. Caché par des caisses d'armes, Waren sort le premier du conduit et propose son aide à Ceno pour l'en extirper. Mais celui-ci, malgré son état de faiblesse, refuse poliment l'assistance du guildeur. Bien qu'il l'ait sauvé d'un destin funeste et joué un rôle décisif lors de la bataille de Korriban, devoir se reposer sur cette crapule est un comble pour le mandalorien. Même péniblement, Ceno sort enfin et se pose aux côtés de Horn Terrik, observant les troupes qui les séparent de leur bon de sortie. Waren détourne son regard un instant sur le chevalier qui halète comme s'il venait de fournir un gros effort.

    Waren - T'as pas bonne mine.
    Ceno - Ca va aller... Concentre-toi plutôt sur un moyen d'atteindre le vaisseau.
    Waren - Il y a trop de clones, tu peux pas faire le ménage avec un de tes tours de passe-passe?
    Ceno - Je n'arriverai pas à tous les repousser sans mon sabre... Sa destruction m'a considérablement affaibli dans la Force.
    Waren - Tsss, faut tout faire par soi-même.

    Alors le guildeur sort deux détonateurs thermiques et fait un signe de tête voulant dire qu'il y allait y avoir du grabuge dans pas longtemps. Ceno acquiesce et se tient prêt.

    Waren - Une fois le ménage fait, il faudra aller très vite.
    Ceno - Ca ne devrait pas poser de problème.

    Waren balance les détonateurs dans la zone appropriée, l'explosion vaporise toute une colonne de clone et ceux qui l'avoisinaient se font projetés méchamment. L'auteur du massacre fonce aussitôt vers l'intercepteur sith, rattrapé illico par le jedi qui court à une allure invraisemblable malgré sa supposée faiblesse du moment. Une triplette de clones se tient encore devant le vaisseau, Ceno passe derrière le premier et le sèche d'une frappe dans la nuque, il se tourne vers le deuxième qui allait le blaster sans sommation et l'expulse d'une poussée de Force qui finit d'entamer sa forme. Quand il se tourne vers le troisième, Waren l'a déjà exécuté froidement. Le tandem pénètre dans la carlingue, arrosé abondamment par le reste des troupes qui gueulent comme des bantha échaudés. Une fois aux manettes, leur synchronisation illustre les bonnes compétences de pilotes de chacun. Waren met plein gaz juste après que Ceno, avec sa seule main valide, ait détruit via les canons lasers du vaisseau tout obstacle les empêchant de sortir.

    Waren - On se casse!

    L'intercepteur est plongé dans la bataille, poursuivit par une multitude de chasseurs sith. Tout en pilotant avec l'assistance bienvenue du chevalier jedi, Waren tente d'établir une communication.

    Waren - Ici Waren Horn Terrik! Demande assistance!

    Quelques instants plus tard, une voix bien connue lui répond.

    Mimi - Alors les loosers, vous êtes dans la panade?

    -------------------------------------------------------------------------------

    Au même moment...

    Lieu - Hall du Temple Jedi

    La tension est palpable dehors... J'ai froid... Et La Force est chamboulée... Les discours de maitre Kaarde n'y font rien, je tremble, je suis effrayée... Ma main appelle mon sabre avec insistance... Je ne comprend pas comment les soldats du commando qui nous accompagne Aynor et moi font pour ne pas être inquiets... Les barricades qui nous protègent ne pèseront pas lourd... C'est Baaaaaaal qui est dehors!

    Aynor - Du calme Shina. Il n'entrera pas comme ça. Et nous avons l'escouade du chaos avec nous, ce ne sont pas des tendres tu sais, pas vrai lieutenant?
    Lt. Taishakuten - Pour sûr madame, mes hommes et moi avons hâte d'en découdre!
    Shina - Je n'devrais pas être là, je... Je n'suis pas assez forte...
    Aynor - Tu es la meilleure padawan de ce temple, tu es presque chevalier jedi, aies confiance!
    Shina - Notre stratégie a t-elle seulement une chance de fonctionner contre ce monstre?
    Lt. Taishakuten - Petite, tu vois ces soldats?

    J'observe les soldats désignés par le lieutenant cyborg, ils ont tous un air dur et très déterminé. Même s'ils ne sont que peu de choses comparé à la Force, leur grosses armures et leurs gros fusils blasters à répétition sont rassurants.

    Lt. Taishakuten - Ils mourront tous avant que l'ennemi n'ait franchi cette ligne.
    Aynor - Si ça tourne mal fais comme on a dit.
    Shina - D'accord...

    Depuis un instant, Baaaaaaal a stoppé ses attaques sur la porte blindée qui nous fait face. Les forces terrestres de la Guilde qui forment le premier rempart ont dû entrer en action. Pourtant je ne sens pas cette terrifiante aura obscure faiblir, sa puissance ne diminue pas, on dirait même qu'elle se renforce! Notre ligne de défense est forte elle aussi mais je doute qu'elle tienne. Je ne peux m'empêcher de repenser aux horribles histoires qu'ont m'a raconté sur le seigneur noir. Je suis aussi inquiète pour mes camarades de Yavin IV, dont on nous a appris qu'ils subissaient eux aussi une attaque d'envergure.

    Lt. Taishakuten - Mes éclaireurs m'informent que Baaaaaaal est aux prises avec deux Guildeurs. Ils...

    BBLLLLAAAAAAAAMMMMMMMMMMM

    Lt. Taishakuten - ATTENTION!!!

    Nous sautons à terre tandis qu'une gigantesque explosion fait sauter les portes du temple et soulève nos bures dans un souffle violent, des débris volent dans toute la pièce, le plus gros écrase une partie des soldats se trouvant sur ma droite. Un corps traverse l'épaisse fumée et vole jusque derrière nous, c'est une chiss, l'un des Guildeurs qui protégeaient l'entrée! Nous nous relevons au milieu des plus petits débris qui tombent encore mollement.

    Shina - Il... C'est lui! Il arrive!
    Aynor - Maitrise tes émotions! Nous n'avons pas peur!

    Le côté obscur s'intensifie en face de nous, La fumée se fait dissiper comme par magie devant mes yeux ébahis, et le seigneur noir apparaît! Il tient un grand trandoshan en respect avec la Force, soulevé dans les airs par la gorge, étouffant, agonisant... Aynor et moi ne pouvons rien pour lui... Quelle horreur... Le lieutenant s'est relevé aussi et positionne ses hommes, attendant le signal de la maitre jedi twi'lek. Baaaaaaal arrive à une quinzaine de mètres de nos barricades, le trandoshan qu'il étranglait est mort maintenant, il le jette comme si ce n'était qu'un déchet puis s'approche encore.

    Baaaaaaal - Hahaha!!! Vous êtes à moi! A l'attaque!!

    Des hordes de soldats sith pénètrent le temple à la suite de leur maitre, c'est le moment choisit par Aynor pour donner le signal. Le lieutenant Taishakuten et ses hommes ouvrent le feu et le hall devient vite un véritable champ de bataille. Baaaaaaal, Aynor et moi nous retrouvons séparés du commun des soldats. Je suis fébrile... Je n'arrive pas à croire qu'il est en face de moi...

    Aynor - Vous ne passerez pas!
    Baaaaaaal - Grrrr!

    Je sens sa volonté à se débarrasser au plus vite de moi, ce qui me fait perdre mes moyens. Il lève un bras vers moi et mon corps ne répond plus! Je ne peux rien faire! Je ne peux pas résister! Mon sabre vole de mes mains puis je me sens propulsée vers un pilier! Le choc est trop rude, la douleur est intense, je sombre... Dans l'inconscience... Avant de n'y plus voir, j'entends un dernier cri me réconfortant dans cette folie ambiante...

    Aynor - VOUS... NE PASSEREZ... PAAAAS!!!

    -------------------------------------
    Cenovii, Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure, Maitre de Keller

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 15-01-2013 10:37

    lundi 14 janvier 2013 - 23:15 Modification Admin Permalien

  • Avatar KiAdiMundi

    KiAdiMundi

    5879 Crédits

    Moyen flashback

    Même depuis sa position de Metellos, le chevalier gris ressent la Force agitée des remous que Ba7l provoque. Toujours immobile devant la grande baie vitrée, il s'efforce de répéter les ordres qu'il va bientôt donner pour empêcher son esprit de l'envahir de visions abscondes. Quand tout-à-coup:

    Général Hentonar: Général jedi, on nous informe que la flotte sith vient d'arriver. Ils se dirigent droit sur la planète.

    Kiad se retourne et rejoint le Mon Cal devant la plate-forme holo qui projette la carte stratégique avec les opposants présents.

    Kiad: Hum, formation en arc-de-cercle devant la Main Ecarlate...Classique, je m'étais attendu à mieux.
    Général Hentonar: Quelle flotte ! Sommes-nous seulement assez nombreux ?
    Kiad: C'est Ba7l, général. Il fallait se préparer à une telle démonstration de force.
    Général Hentonar: Les ordres ?
    Kiad: Que tous les vaisseaux se tiennent prêts. Dites à la flotte impériale d'attaquer et à celle de la guilde de leur venir en soutien.
    Général Hentonar: Bien monsieur. Officiers, vous avez vos ordres ! Prévenez les impériaux et les guildeurs, à vos postes !
    Kiad: Et établissez la communication avec les stations sol-espace, je vous prie.
    Officier...Darlish: C'est en cours, général. Voilà, terminé.

    Les deux généraux se redressent de la map devant un hologramme 2D où sont regroupés les quatre commandants des stations.

    Kiad: Feu à volonté, commandants ! Je ne sais pas quelle arme vous dirigez chacun mais appliquez les ordres suivants: Les canons à ions doivent paralyser les ailiers de la formation sith pendant que les canons à hypervélocité endommagent l'avant-garde. Il faut les séparer, les empêcher de se regrouper ! Vous m'avez bien compris ?

    Les trois aliens et l'humain répondirent en même temps "Affirmatif" avec plus ou moins de fougue, juste avant que la communication se coupe. "Ainsi, c'est commencé...Une des plus grandes batailles de notre temps et je dirige la Flotte. C'est un rêve qui se réalise, faites que j'en sois à la hauteur. " pensa le gris.

    Petit flashback


    Suite à la perte des deux destroyers impériaux, le reste de la flotte vient de se mettre en route pour rejoindre le superdestroyer impérial restant et la flotte de la guilde déjà sur place. "C'a c'est passé très vite...trop vite" songea le gris tout en fixant les ondulations de l'espace dans l'attente de leur arrivée.

    Kiad: Général Hentonar, nous sommes bien d'accord ? Dit-il à l'alien debout à côté de lui. Tous es superdestroyers doivent être en tête lors de notre sortie. Nos croiseurs derrière. Ils devront attaquer quand les forces de Ba7l auront subit une percée.
    Général Hentonar: Les ordres sont déjà transmis, général jedi. Vous êtes trop anxieux. Et...hum, avec ça cent creds et un sram ?
    Kiad: Ha ha ha, les blagues de Mon Calamari...elles sont toujours aussi mauvaises.

    Hentonar se renfrogne un peu malgré l'apparente ambiance détendue. Mais Kiad est réellement anxieux, ce qui fait ressortir son côté dirigiste. La brutale décélération prévient l'équipage de la sortie d'hyper-espace, qui se fait accompagnée d'un grand trait bleu-blanc qui jaillit depuis la planète pour venir éclater un croiseur sith déjà mal en point. L'officier Darlish ouvre toutes les lignes de com à la demande du jedi, puis ce dernier s'exclame:

    Kiad: A tous les bombardiers et chasseurs lourds, ordre de détruire les générateurs de bouclier des croiseurs ennemis en priorité. Ordre aux chasseurs d'attaquer en priorité les bombardiers sith et aux intercepteurs d'engager le combat avec leurs chasseurs ! Les ordres concernant la Main Ecarlate sont toujours en vigueur. A tous les croiseurs, feu à volonté dès que la portée de tir est atteinte, terminé.
    Généra Hentonar: Vous désirez que je prenne le relais, à présent ?
    Kiad: Non, pas encore. Voyons d'abord comment ça évolue.
    Général Hentonar: Et concernant les stations à puits de gravité cachées dans les amas d'astéroïdes ?
    Kiad: Qu'elles restent inactives pour le moment. Si l'ennemi les découvrait maintenant, il n'aurait aucune difficulté à les détruire...

    Présentement maintenant

    Les flashs lumineux illuminent tant l'espace que Kiad en vient à se demander avec désolation combien d'hommes meurent en ce moment par seconde. Les canons sol-espace font du bon travail, la flotte sith voit ses rangs passablement éclaircis tandis que celle de la république tient en place. Mais malgré ce constat plutôt positif, un bordel monstre règne entre les premières lignes et le chevalier braille des ordres sans interruption, tentant de prendre l'ennemi de surprise autant que possible. Les objectifs des chasseurs sont continuellement renouvelés dès lors qu'ils en ont achevés un et les vaisseaux auxiliaires se déplacent à l'instant même où un croiseur est en difficulté. Le général Hentonar, lui, court après le jedi pour approuver tel ou tel ordre comme pour tempérer le caractère momentanément explosif du jedi.

    -------------------------------------
    La puissance est la fille de la connaissance, le pouvoir le fils du savoir.

    Ce message a été modifié par: KiAdiMundi le 15-01-2013 18:57

    mardi 15 janvier 2013 - 18:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9445 Crédits

    Le Hall du Temple Jedi, encore paisible il y a quelques minutes, était secoué de toute part par une tempête obscure émanant du plus terrible Seigneur Noir de notre temps, et des pluies t.orrentielles de tirs laser s'abattaient en trombes sur toute sa surface. Face à se déluge l'Escouade du Chaos, au nom fort approprié, défendait avec ferveur sa position sous le commandement du lieutenant Taishakuten.

    Au milieu de ce chaos sanglant se dressait le chef d'orchestre fou de ce concert meurtrier : Baaaaaaal. Et sa folie n'avait d'égale que sa puissance malfaisante dont il emplissait chaque recoin du Hall. Il en fit la première démonstration, entrant avec fracas dans l'enceinte de notre Ordre, en étranglant dans les airs un infortuné Guildeur trandoshan. Il réitéra sans attente en envoyant s'écraser contre un pilier la Padawan Shina Ten'Shi d'un simple geste de la main, sans efforts aucun, avec dans le regard le rougeoiement du Côté Obscur. Qui pourrait s'opposer au Seigneur Noir ? Qui oserait ? Pourtant ils étaient là, des dizaines, à oser ! Certains avaient peurs, certains étaient terrifiés même s'ils ne le trahissaient pas, mais ils étaient là et s'opposèrent à sa tyrannie. La tourmente de la bataille était partout, elle aveuglait et assourdissait, pourtant il y avait encore un espace de calme et de tranquillité qui résistait, au sein duquel s'éveilla un esprit, comme depuis longtemps endormi.

    C'est au coeur de ce chaos qu'il me sembla revivre, comme si tout mon être avait été somnolent ces derniers mois. Je pu sentir l'afflux du côté obscur au moment où Baaaaaaal pénétra aux travers des portes brisées du Temple. Je ressentis sa pression écrasante, sa Force qui tenta de me dominer. Mais je le ressentis lui aussi, le Côté Lumineux de la Force. Il était là. En moi, en tout ceux qui firent le choix de donner leur vie pour une cause juste. La Force était vivante en nous.

    Le Seigneur Noir était à quelques mètres de moi, juché sur des débris, lui qui il y a quelques années déjà fit de ce lieu un théâtre de mort. Lui qui fit périr tant de Jedi. Je me souvins du Chevalier Pollux Horn Terrik.
    Bien entendu que j'y avais pensé. Et tout comme cet illustre Jedi, et ami, j'étais moi aussi prête à aller jusqu'au bout. Malgré cela je ne ressentais aucune haine, elle était supplantée par une détermination implacable de victoire. Et si je devais mourir, ce ne serait pas sans combattre.

    Du coin de l'oeil, et sondant la Force, je m'assurai que la vie de Shina n'était pas en danger. Aussitôt fait, je focalisai toute mon attention sur Baaaaaaal. Je fis appel à la Force et pu sentir sa douce énergie couler en moi comme une rivière tranquille. Le Seigneur Sith n'attendit pas plus longtemps pour poursuivre son offensive et décida de faire avec moi la même chose qu'il avait fait avec la Padawan. Dans un rire sadique et emporté il créa un nouveau champ de Force qu'il projeta à mon encontre. Le flot de Force se fit plus vigoureux et, canalisant son énergie, j'impulsai, d'une main, un écran de Force dans sa direction.

    - VOUS … NE PASSEREZ … PAAAAS !



    Bien que atténué par ma propre poussée je pu sentir la pression de son champ de Force me faire reculer de quelques mètres. Je lus néanmoins dans le regard mi-surpris mi-amusé du Sith que l'effet escompté ne s'était pas produit.

    - Je n'ose croire que vous avez rendu-là votre dernier souffle, Seigneur !

    Voilà une phrase un peu bravache qui m'échappa, sans réelle conviction que cet essai de dun möch ne parvienne à toucher Baaaaaaal.

    Nous étions entourés de toute part par les soldats des deux camps s'affrontant âprement, les tirs de blaster fusaient plus que jamais dans toutes les directions – nous ne devions qu'à notre maîtrise de la Force de n'être pas encore réduits en charpies – et pourtant le Seigneur Noir semblait ne rien voir d'autre que la rage le menant à travers moi. Je n'étais pour lui qu'un obstacle, comme la porte du Temple précédemment. Je doutai toutefois d'être aussi solide. Qu'importe, je devais le tenir éloigné de la Padawan, encore inerte, et des autres.

    - ADRIENNEEEE !!!

    D'un bond magistral aidé de la Force, Baaaaaaal écrasa sa lame rouge sang contre ma propre lame verte maintenue devant moi. Pour la première fois de ma vie je pu plonger mon regard dans le sien. Mais pourquoi tant de haine ?! Baaaaaaal porta un second coup encore plus violent suivit immédiatement d'une projection de Force m'envoyant à la renverse. Me ressaisissant bien vite j'accompagnai le mouvent m'aidant de la Force pour effectuer un salto arrière et retomber sur mes jambes. Pas le temps de souffler qu'un énorme gravas menaçait de désolidariser ma tête du reste de mon corps. D'un coup précis de sabre laser je le découpai de part en part. Autour de moi les membres de l'Escouade du Chaos faisait un travail formidable et résistaient avec bravoure aux assauts de l'armée Sith, toutefois supérieure en nombre.

    La Force était agitée de remous, difficile de percevoir avec précision ce qu'il se passait, mais …
    Je plaçai rapidement mes bras en protection devant mon visage car une grenade venait de rouler non loin de ma position. Elle explosa et je fus déjà prête à recevoir du mieux possible la déflagration.

    *Qu'est-ce que … Ferglutz une grenade adhésive !*


    - PIOU-PIOUUUU !!!

    Tel un diable sortant de sa boîte le Seigneur Sith traversa l'écran de fumée, la lame rouge de son sabre brandit bien haute prête à me découper en deux. Impossible pour moi de bouger.
    Serait-ce déjà la fin ?

    - Pollux … j'arrive vieux crouton.

    C'est alors qu'un déchaînement de tirs de blaster lourds, en provenance de ma gauche, s'abattirent sur Baaaaaal. L'on y voyait pas grand chose et la pluie de tir dura plusieurs dizaines de secondes.
    Pendant ce temps là je me libérai de la substance adhésive.

    - Merci lieutenant !

    Je lui devait une fière chandelle pour ce sauvetage. Vraiment.
    Et sans trop de surprise, pour ma part en tout cas, d'entre la poussière Baaaaaaal réapparu, sa chevelure grisée par les fines particules de ferro-béton. Quel être était-il pour survivre à une telle attaque !?

    - Pourquoi ne savez-vous pas mourir rapidement ...

    A moi de passer à l'action. La Force abonda dans chacune de mes cellules, affermit mes fibres musculaires et ma concentration, puis d'une foulée rapide je m'élançai et sautai tel le chauve faucon sur mon adversaire. Lorsque je me réceptionnai, après qu'il eut paré mon coup, je tentai de le faucher aux jambes avant de me redresser tout en effectuant un tournoiement sur moi-même, ou jung su ma. Ma lame grésilla au contact de la sienne. Nous échangeâmes quelques coups rapides. Derrière moi, à une dizaine de mètres du sol, le couloir supérieur faisant quasiment le tour complet du hall nous dominait. Je pris ma respiration et d'une bonne poussée sur mes jambes je me propulsai dans les airs pour finir par me réceptionner sur la rambarde. Tendant ma main vers le Seigneur Noir, je l'ouvrai et la fermai deux fois en signe d'invitation et de provocation.

    *Je suis folle ...*

    Désireux d'éliminer tous les Jedi, le Seigneur Noir gravit les marches de l'escalier une à une, sa lame rouge menaçant de découper tous ceux qu'il rencontrerait sur son chemin. Sa cape ondulait sous les courants d'airs et ses bottes frappaient sur le marbre comme le tonnerre grondant. Je m'étais engagée dans un couloir où il me suivit. Je portai alors ma main à ma ceinture utilitaire et me saisis d'un petit boîtier cylindrique. J'activai alors le bouton à son extrémité déclenchant une détonation qui fit s'écrouler le plafond derrière le Sith, obstruant le passage.

    - Tant pis pour toi. Ca va être très douloureux Jedi … Emporte mon nom dans la Force. Je suis le grand SEIGNEUR NOIR DES SITH, je suis BAAAAAAAL, et tu vas mourir MUAHAHAHAHA !

    ====
    *Glups*
    Nb : l'image représente originellement Rachi Sitra par l'artiste Stanley Lau
    pour le jeu Star Wars Galaxies Trading Card

    -------------------------------------
    Maître Jedi et twi'lek mordante.


    Ce message a été modifié par: Aynor le 17-01-2013 12:20

    jeudi 17 janvier 2013 - 10:51 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide