Formation au sabre laser (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    12959 Crédits Modo

    Galen Arek - JAR'KAI - Exercice 3 : DÉFENSE ET CONTRE-ATTAQUES
    Post en coopération avec Ilan

    Le troisième et dernier exercice de la dixième forme de combat est le plus prompt à m’aider à affronter un véritable adversaire au corps-à-corps.
    Mes deux précédents exercices réalisés pour apprendre le Jar’Kai se sont soldés chacun par un certain succès évalué par Kinsa ; celle-ci venait de revenir d’une mission et elle était tellement fatiguée que j’ai dû l’accompagner jusqu’à sa chambre pour éviter qu’elle ne tombe de sommeil au sol durant le trajet, seule. C’est le lendemain que je me rends dans la classe de formation pour finaliser ce parcours où j’ai décidé de me spécialiser dans le combat à deux sabres ; le chemin vers la salle n’est pas bien long lorsque l’on connaît comme sa poche l’établissement de l’Académie et je décide de faire un petit détour par la Salle Commune pour prendre un remontant avant l’entraînement. Je reprends ma route et arrive enfin à la salle de classe pour le combat au sabre-laser.
    J’entre et débarque dans le hall de la classe. Je regarde de partout autour de moi dans l’espoir de voir pointer le bout de ses lekkus ma camarade mais je ne la vois pas ; même en sondant la Force, je ne la vois pas dans une des nombreuses salles d’entraînement. Je me dis que la pauvre doit être encore fatiguée et profite d’une grasse-matinée pour se reposer encore plus^^. C’est normal et je me dis que ça ne change en rien mes préoccupations actuelles. J’avance un peu plus dans la salle et consulte de plus près le tableau d’exercices des 10 formes de combat. Au même moment, la porte coulissante d’entrée s’ouvre et je vois débarquer… un jeune korunnai en bure qui me regarde avec surprise. Je lui affiche un sourire en croisant les bras contre ma poitrine.

    Ilan : - Oh ! Euh… salut Galen.
    Moi : - Ilan, quelle bonne surprise ! Tu es venu continuer et finaliser ton entraînement à la 10ème forme de combat, le « Jar’Kai », n’est-ce pas ?
    Ilan : - Oui, c’est ça. Toi aussi tu t’entraînes au Jar’Kai.
    Moi : - Eh oui. Je compte adopter une autre forme de prédilection dans le maniement du sabre et cette forme-là est celle que je voulais faire après le Shien.
    Ilan : - D’accord. Tu vas t’entraîner seul ?
    Moi : - Pour cette fois ? Non. Je pense que tous les deux, on va s’entraîner ensemble pour le dernier exercice du Jar’Kai.
    Ilan : - Ah bon ?! Mais je ne veux pas me battre contre toi.
    Moi : - Rassure-toi Ilan, ce ne sera pas nécessaire. Notre adversaire est le même et je le vois arriver.

    L’holodroïde entraîneur au combat vient à notre rencontre avec toute la souplesse et le mouvement d’un être anthropoïde et nous salue gaiement.

    PROXY : - Bonjour maître Galen ! Bonjour padawan Ilan ! Belle journée, n’est-ce-pas ?
    Moi : - Oh que oui, PROXY. Une journée comme il convient d’avoir sur cette lune luxuriante.
    Ilan : - Euh Galen ? On devrait peut-être s’y mettre maintenant pour notre entraînement commun ?
    PROXY prête aussitôt à ce que vient de dire mon jeune padawan.
    PROXY : - Laissez-moi deviner. Vous allez faire le dernier exercice dédié à la Forme X en même temps.
    Moi : - C’est une manière de permettre autant à Ilan qu’à moi de se confronter mutuellement à un adversaire tenace. (Je me rapproche de PROXY pour lui chuchoter à l’oreille) Il faudrait que ce combat soit comme en situation réelle.
    PROXY : - Je vois. Dans ce cas, sachez que je suis là pour ça et que je suis votre adversaire pour cet exercice.
    Ilan : - En quoi consiste l’exercice ?
    PROXY : - Dans un premier exercice, vous vous battrez contre moi qui serais armé d'un double sabre laser ou de deux simples. Je n'utiliserais qu'une lame au début, puis les deux. Le but est que vous trouviez des techniques de défense adaptées avec votre deuxième sabre. À vous de choisir quelle arme je vais user : deux sabres standards ou sabre à double-lame ?
    Moi : - Autant rester dans l’esprit Jar’Kai^^
    PROXY : - Aucun souci alors. (Il se dirige vers une des caisses à armes et prends deux manches de sabre qu’il nous donne pour chacun) Pour cet exercice, vous allez vous battre avec des sabre-laser factices. Ceux que je vous donne sont alimentés par cristaux synthétiques à faible puissance, ils ne blessent pas vraiment mais électrocutent ce qu’ils touchent. Ce seront les seules armes à utiliser pour ce combat.

    Je m’équipe des deux sabres factices donnés à la place des miens et me place comme paré pour l’exercice. Une fois qu’Ilan a terminé de s’équiper, l’holodroïde nous propose de le suivre dans une des nombreuses salles de combat. Nous traversons le hall, passons devant les portes annexes et nous arrivons devant celle de la salle souhaitée : il s’agit, d’après mon instinct de la Salle aux Mille Aspects. Nous entrons par la porte coulissante et pénétrons dans la salle qui est plongée dans le noir. PROXY nous guide à travers l’obscurité, surtout Ilan, et nous place à un endroit particulier de la salle avant de s’éloigner un peu. Il nous demande ensuite si nous sommes parés pour la suite. Je lui réponds affirmativement et Ilan de même, un peu stressé. Et c’est alors que la salle se mit en marche.
    L’intérieur normalement blanc et neutre de la salle a laissé la place à un environnement tout à fait différent, la représentation d’un lieu connu qui s’avère être… la place principale de Pau City sur Utapau.
    C’est un endroit plutôt original pour un exercice de la forme X. Ilan semble absorbé et intrigué par le lieu où nous nous trouvons, et son visage ressemble à celui de quelqu’un qui n’a pas encore eu l’occasion de tester les machineries de cette salle de combat. Et bien sûr, les seules personnes présentes sur cette place sont mon padawan et moi. Ainsi que ce cher holodroïde, devant nous.

    PROXY : - Nous voici sur les lieux de notre exercice. C’est ici que nous allons combattre à deux contre un.
    Ilan : - Est-ce que je suis censé connaître cet endroit ?
    Moi : - Oh oui Ilan. C’est l’endroit où un terrible Séparatiste tueur de Jedi a trouvé la mort. N’est-ce pas, PROXY ?
    PROXY : - Je savais que vous comprendriez, Galen. Je me suis dit que faire ressortir ce personnage si fort et fourbe dans ce lieu donnerait de l’action à revendre et du danger pour l’exercice.
    Ilan : - Quoi donc ?
    PROXY : - Maître Galen, padawan Ilan. Voici votre… adversaire.

    C’est aussitôt que PROXY active son système d’holo-projection corporelle, qui lui permet de prendre une apparence quelconque et connue, et sa carcasse habituelle d’holodroïde laisse la place à celle… d’un grand et terrifiant cyborg au corps squelettique en duranium et aux yeux reptiliens emplis de rage ; sauf que l’original aurait la possibilité de sortir une autre paire de bras, ce que ce PROXY ne peut pas imiter. L’adversaire devant nous se tient de toute sa stature et son seul vêtement porté est non une cape mais une bure grise claire à col ouvert et sans aucune manche. Je sens de la panique chez Ilan face à lui.

    Ilan (bégayant) : - C’est… C’est… C’est…
    Moi : - Le général Grievous, oui. Il fait partie de tes rares apparences de combat, hein ?
    PROXY/Grievous : - Un holodroïde comme moi a toujours des bottes secrètes comme celle-ci.

    Même la voix est bien imitée. Sous son apparence de Grievous, PROXY saisit un sabre-laser factice dans sa main droite et l’allume en garde médiane, sa lame de couleur vert vif jaillissant. Il se place ensuite en posture de combat en guise de défi. Je saisis mes deux sabres factices et les allume dans chaque main, avec chacun une lame bleu vif. Ilan en fait de même et allume ses deux sabres aux lames bleu cyan et turquoise.

    PROXY/Grievous : - Voyons un peu si vous êtes de taille contre moi.
    Moi : - Prêt Ilan ?
    Ilan : - Paré oui.

    PROXY/Grievous court dans notre direction, son arme prête à attaquer. Sa vitesse de course est si rapide que je n’ai qu’une seconde pour être surpris et deux autres pour réagir. Ilan est dans une tout autre posture que moi et perd sa concentration du combat.
    PROXY/Grievous brandit son sabre au-dessus de moi pour ensuite frapper violemment vers mon épaule gauche ; je vois venir le coup et le dévie sur le côté avec mon sabre en main gauche. Je pense ensuite à me décaler sur la droite pour ne pas rester face au cyborg et me prépare à me défendre de ses nouvelles tentatives d’attaque. Pendant ce temps, Ilan se remet en place autour de l’attaquant et se place en garde éloignée pour se défendre.

    PROXY/Grievous s’est bien intégré à son personnage : il commence à nous attaquer un à un avec des coups rapides, passant le fil de sa lame de tous les côtés. Je m’efforce de comprendre ses gestes et anticipe ses coups : pour chaque attaque vers aléatoirement une partie de mon corps, je bloque en me servant tantôt de mon sabre en main directrice, tantôt celui en main non-directrice et tantôt je bloque en plaquant les deux sabres perpendiculairement à celui de l’holodroïde/cyborg. Une attaque horizontale à la tête et je plie les genoux pour esquiver ; un croche-patte avec la jambe droite et je réalise un Sai pour éviter. Le plus dur étant de tenir le rythme et la concentration dans ce genre d’exercice. Ilan est tout comme moi concentré mais il n’est pas habitué au rythme de combat pris par notre adversaire ; il réussit à parer certaines attaques mais en esquive d’autres, perturbé par les mouvements rapides et net du droïde.
    PROXY/Grievous change soudain de tactique et il exécute un Jung su ma à grande vitesse, son sabre bien tendu en garde éloignée, pour déstabiliser. Voire nous toucher. Nous nous mettons à voir arriver les coups de sabre à une seconde de justesse. Je garde le rythme et pare les attaques arrivantes en alternant entre mes deux sabres. Mais certaines attaques me touchent aux bras et aux épaules, m’infligeant de grandes douleurs électriques dans les muscles. Ilan en pâtit le plus car il n’arrive que peu à entrevoir le sabre qui passe et chaque coup le déconcentre. Finalement, je décide de passer aux choses sérieuses : je tourne mes sabres dans mes mains, les lames en arrière, puis j’appelle la Force pour anticiper le prochain passage du sabre de PROXY/Grievous. Je distingue la lame adverse venir vers moi sur la gauche. Je lève rapidement devant moi mes sabres en biais et réceptionne la lame. L’entrechoc produit quelques étincelles et l’holodroïde/cyborg pousse davantage sur son attaque que moi sur ma défense.
    Puis, il change le sens de son Jung su ma et revient attaquer le jeune korunnai. Ilan s’attendait à une nouvelle attaque et utilise son sabre en main gauche pour contrer, avant d’user de son sabre en main droite contre une riposte rapide de l’adversaire.

    Finalement, PROXY/Grievous recule de quelques pas de nous. Il nous regarde bien fixement puis tends son bras gauche dans sa carcasse et sort un second sabre qu’il allume, une lame rouge jaillissant. Il tend ses bras sur les côtés et fait tourner ses poignets à 360° pour signaler le début du deuxième round.

    samedi 04 mars 2017 - 15:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Lysandre Ataru dernier exercice

    Dernier point de ma formation à l’Ataru, mais un point important qui allait mettre mon corps et mes ressources à rude épreuve. rnAinsi, aujourd’hui je me rends dans la salle aux milles aspects après un excellent déjeuner à la salle commune et une bonne discussion avec Ilan sur le parcours. Je me suis dis qu’une bonne méditation avant le parcours très physique serait la bienvenue. 


    Alors je vais m’asseoir dans un coin de la salle et je ferme mes yeux, rien puis la Force, vide puis harmonie, c’est comme ça que j’appréhende mes méditations maintenant.rnJe respire lentement et je ressens en moi ces petites flammes déjà ressentie à de nombreuses reprises lors de mes exercices.rnJe la fais circuler en moi de manière à bien être prêt, pour moi c’est aussi une manière de chauffer mes muscles. rnUne fois la méditation finie je vais activer le mode parcours de maître Clickman et la caméra de surveillance pour que Kinsa puisse me surveiller à distance et tandis qu’un imposant et long parcours s’offre à moi je vais boire un peu d’eau.

    Ensuite je me mets sur la ligne de départ, je ressens la Force en moi et l’adrénaline va me pousser à faire de mon mieux mais rien qu’à la vue des cerceaux j’ai un peu peur. Du vide après les cerceaux je crois. 


    Sabre en main je m’élance sur le parcours à l’aide de la vitesse de la Force, je sens celle-ci affluer en moi pendant l’effort mais je n’y fais pas trop attention car je prépare un premier saut à un mètre du sol. Simple comme bonjour j’y arrive sans trop de problème et je me réceptionne très bien. Je cours sur deux mètres donc en fait je cours pas vraiment et après je saute encore une fois et le cerceau est cette fois à deux mètres, je réussis encore une fois et c’est ainsi pendant encore six cerceaux, toujours plus hauts, mais je m’en moque, je dois me surpasser physiquement et à l’avant dernier cerceau je vois bien que le dernier est trop haut donc je vais essayer de tendre mon bras pour l’atteindre et ne pas avoir à sauter à nouveau. Je saute dans l’avant dernier cerceau avant de tendre ma main, j’agrippe le rebord du cerceau et j’essaye de me hisser à l’intérieur, mes muscles gagnés durant les entraînements vont m’être précieux donc je me concentre et avec toute ma Force et toutes mes forces je parviens mais avec difficulté à me projeter de l’autre côté du cerceau. rnUn mur en bas m’empêche de repartir et je le remarque trop tard, des jets d’eau très puissants m’empêchent de retomber, et je vole de nouveau.

    En retombant par terre j’essaie d’éviter les jets toujours présents un peu partout et j’arrive dans un couloir sombre. J’avanças à toute vitesse dans ce tunnel qui me semblait sans fin avant qu’une flamme surgisse du mur et me brûle un peu le bras…

    Je commence alors à zigzaguer entre les flammes qui maintenant surgissent de partout et j’essaye de me débrouiller tant bien que mal. J’allume mon sabre pour plus de visibilité dans le noir.rnUne grotte qui serait bien sombre sans l’absence de mon sabre allumé se présente à moi et je commence à courir vers la sortie mais en marchant je déclenche un piège avec un filet qui essaye de se refermer sur moi mais que je tranche d’un coup de sabre, je cours toujours mais mes sens sont en alertes et à part une sorte de dalle qui s’effondre en laissant un grand trou dans le sol avant mon passage et une sorte d’inondation qui apparaît je m’en sors bien. Ensuite une nuée de drones vient m’attaquer mais gérer les pièges, les drones et la porte qui se referme doucement c’est trop compliqué, je suis un mec je sais pas faire deux choses à la fois, mais j’utilise le sens de la vie pour localiser les drones et je les détruis, après un tir qui m’a touché. Ensuite je cours en direction de la porte, presque fermée, je n’ai pour seule possibilité que de ramper en dessous. Une fois que je suis passée en dessous je retrouve la salle normale.rnPendant tout l’exercice je n’ai ressenti aucune fatigue mais maintenant je n’en peux plus.

    Moi : Ce Clickman était sadique.



    Ce message a été modifié par darkknight le dimanche 26 mars 2017 - 11:55

    dimanche 26 mars 2017 - 11:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Zadyssa - Soresu : demande d'exercices supplémentaires

    Voilà une petite semaine que j'avais achevé mon duel contre Kinsa, qui s'était bien évidemment soldé par une défaite. Mais l'important n'était pas tant la victoire, comme elle l'avait dit, j'avais appris beaucoup de chose, durant mon combat. Ainsi, pendant ce laps de temps, je n'avais pas cessé de m'entraîner afin de perfectionner mes techniques dans l'optique de revenir vers mon maître dans peu de temps pour m'améliorer plus encore. Mais je souhaitais également voir les progrès que je pouvais accomplir seule, ce que j'avais essayé de réaliser durant cette semaine. En si peu de temps, je n'avais pas énormément progressé, logiquement, toutefois, la répétition de mouvements avait fait que je les accomplissais avec plus de naturelle, désormais.

    Ainsi donc, ce matin, je m'étais levée assez tôt pour faire une petite méditation suivit d'une toilette matinale, d'un petit déjeuner léger faute d’appétits et je pointai le bout de mon nez vers dix heures, en tenue d'entraînement et motivée. Je passai devant la salle aux Milles Aspects et m'aperçus que Ilan et Galen faisaient un duel contre un Proxy en forme de Grievious. J'avouai que j'aurais aimé rester les regarder, persuadée de manquer un grand moment, mais je restai concentrée sur mon but premier et repartis à la recherche de Kinsa. Peu de temps plus tard, je croisai Lysandre qui semblait prêt à faire le parcours de maître Clickman, je ne manquai pas de lui souhaiter bonne chance en me remémorant les récits de Kinsa et Ilan sur ce dernier, feus, sauts, pièges et drones seraient maître mot de ce parcours, apparemment.

    Après avoir déambulée quelques temps encore dans les couloirs, je tombai sur la Twi'lek que je cherchai.

    Moi : Ah ! Salut Kinsa !
    Kinsa : Salut Zadyssa ! Tu veux déjà apprendre une nouvelle forme ?
    Moi : Non, pas encore. En plus, je ne sais même pas laquelle je voudrais faire. En fait, avant cela, je voudrais bien avoir des exercices supplémentaires pour perfectionner mon Soresu. Pour l'instant, je n'ai fait que les entraînements permettant de l'apprendre, et comme tu me l'as validé, j'aimerai bien l'approfondir.

    Je me tus et attendis sa réaction (avec le maigre espoir de pouvoir ressortir en état de marcher à la fin de l'exercice^^).

    lundi 03 avril 2017 - 19:13 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12659 Crédits Modo

    Je pénétrai dans la Salle Aux Mille Aspects et constatai qu'elle avait pris l'apparence d'un décor d'Utapau, décor dans lequel Galen et Ilan avaient l'air de bien s'amuser face à PROXY qui s'était pour l'occasion transformé en un simulacre de Grievous. Le chevalier et son apprenti paraissaient se débrouiller plutôt bien et conjuguaient leurs forces pour combattre efficacement l'holodroïde. Je les observai jusqu'à la fin du combat, finalement remporté par le duo, même si je soupçonnais PROXY de s'être volontairement laissé battre. Mais de toute manière, dans cet exercice, la victoire n'était qu'accessoire, le véritable but était de savoir comment attaquer et se défendre avec deux sabres.

    Moi : Bien le bonjour les garçons !
    Galen et Ilan : Salut Kinsa ! Comment vas-tu ?
    Moi : Personnellement, je me porte comme un charme, c'est plutôt à vous que je devrais poser la question. Pas trop secoué, Galen ?

    Le Tythonien rougit et je m'amusai intérieurement. Ah, les garçons...
    Je m'avançai et PROXY reprit sa forme habituelle, celui d'un droïde qui n'avait rien à voir avec le menaçant général séparatiste dont il avait pris l'apparence.

    Moi : De ce que j'ai vu, vous vous débrouillez pas mal. Il manque juste un peu de coordination au niveau des attaques, c'est un peu désynchronisé, en situation réelle l'adversaire peut finir par vous prendre séparément alors que si vous êtes vraiment ensemble, vous ne formez qu'un et vous obtiendrez des résultats meilleurs.
    Galen : Merci du conseil.
    Moi : Du reste, c'est très bien, je valide l'exercice pour tous les deux.

    Galen : Très bon post, bien détaillé et vivant. Seul bémol : par rapport au reste du post, la partie consacrée au combat est moindre. Mais ce n'est pas grave, c'est validé !

    Ilan : Bon exercice, mais gaffe aux fautes d'orthographes ! Essaie de te relire avant de poster, ça éviterait des fautes d'inattention. Le reste est plutôt pas mal, même si j'aurais voulu un peu plus de combat et de technique. Exercice validé !

    Pour votre duel final, je vous conseille de combattre l'un contre l'autre, ça peut donner quelque chose d'intéressant.


    Le lendemain, je retrouvai Lysandre qui venait juste de finir son parcours de maître Clickman. Je m'employai ensuite à visionner l'enregistrement de son parcours, mais s'il en était ressorti en aussi bon état, il ne devait pas s'en être si mal sorti... Le padawan attendait avec nervosité mon verdict tandis que je finissais de regarder son exercice. Finalement, je me tournai vers lui et déclarai :

    Moi : Eh bien, pas de quoi tant stresser, Lys' ! Déjà que cet exercice n'est pas facile, tu l'as réussi avec brio. Et en ce qui concerne le sadisme de Clickman...je ne te contredirai pas !

    Le Togruta esquissa un petit sourire. Il faut dire que j'étais plutôt accessible comme maître de classe, surtout pour un sujet aussi exigeant que l'était l'art du sabre laser. Mais mon expérience m'avait appris qu'on n'obtenait rien en brusquant les padawans – on n'était pas chez les Sith ! - et au contraire de souligner les points positifs en encourageant à améliorer les points négatifs était une des meilleures méthodes. Par contre, je ne supportais pas la fainéantise.

    Lys' : Donc, mon exercice est validé !
    Moi : Bien sûr, même s'il y a des maladresses, mais tout s'améliore avec le temps. Je t'encourage vivement à continuer à travailler cette forme de ton côté.
    Lys' : Entendu !

    Lysandre : Ton entraînement aurait gagné à être plus développé, mais je chipote, comme souligné ci-haut, il n'est pas des plus simples, je le valide donc.

    À peine avais-je quitté la Salle aux Mille Aspects que je tombai sur ma première padawan, Zadyssa.

    Zad : Ah ! Salut Kinsa !
    Moi : Salut Zadyssa ! Tu veux déjà apprendre une nouvelle forme ?
    Zad : Non, pas encore. En plus, je ne sais même pas laquelle je voudrais faire. En fait, avant cela, je voudrais bien avoir des exercices supplémentaires pour perfectionner mon Soresu. Pour l'instant, je n'ai fait que les entraînements permettant de l'apprendre, et comme tu me l'as validé, j'aimerai bien l'approfondir.

    Je restai quelques secondes silencieuses, puis mon visage s'éclaira d'un sourire malicieux.

    Moi : Tu te rends compte que tu viens de demander des exercices à une Mandalorienne ?
    Zad : Oups...
    Moi : J'ai déjà une idée. Viens, suis-moi.

    Je l'entraînai dans la Salle Blanche et dénichai une bonne quinzaine de drones que j'activai, en prenant bien soin de mettre le rayon sur "paralysant". Dubitative, ma padawan me regarda faire et au bout de deux minutes, je lui présentai fièrement l'exercice :

    Moi : Voilà quinze drones qui figureront une bande de malfrats armés de blasters standard. Ils te tireront dessus à intervalles aléatoires et tu ne devras te faire toucher par aucun tir. Sinon...vingt pompes par tir reçu.
    Zadyssa : ...
    Moi : Tu avais bien demandé des exercices, non ?

    lundi 03 avril 2017 - 20:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Zadyssa, Soresu - Exercice supp' n°1

    Un court silence suivit ma tirade. Silence durant lequel je devinais sans mal que mon maître étudiait ma demande. En effet, quelques secondes plus tard, elle se fendit d'un malicieux sourire que je pourrais presque juger de sadique. Elle m'entraîna dans la Salle Blanche tandis que je me demandais avec autant d'impatience que d'appréhension ce qu'elle me préparait... Rapidement, une quinzaine de drones se retrouvèrent activés et parés à tirer. Je devinais sans mal que j'aurais à contrer leurs rayons paralysants... mais je n'avais pas prévu la fin de l'explication :

    Kinsa : Voilà quinze drones qui figureront une bande de malfrats armés de blasters standard. Ils te tireront dessus à intervalles aléatoires et tu ne devras te faire toucher par aucun tir. Sinon... vingt pompes par tir reçu.

    J'en restai sans voix. À la limite, la première partie, c'était un exercice auquel je m'y attendais. En revanche, les vingt pompes...

    Kinsa : Tu avais bien demandé des exercices, non ?
    Moi : Oui, bien sûr, mais disons que... les vingt pompes...
    Kinsa, me coupant : Allez, dégaine ton sabre, et bonne chance !

    Sans que je n'aie le temps d'en placer une, elle s'écarta d'un grand bond en arrière. Entendant du mouvement du côté des drones, j'activai immédiatement mon sabre. Juste à temps pour parer le premier tir. Ouf !

    Moi, mentalement : Allez Zadyssa, concentration !

    Je me plaçai face aux drones, en garde courte, genoux fléchis prêts à me mouver dans tous les sens et profitai de ce laps de temps pour raffermir mon lien avec la Force. Je remarquai aussi que, maintenant, j'arrivai à le faire sans être obligée de méditer plus rapidement et facilement qu'auparavant, ce qui me tira un petit sourire satisfait. Par contre, comme me l'avait déjà dit Kinsa, il valait mieux méditer avant une bataille, c'était beaucoup plus revivifiant.

    Je surpris trois drones se préparant à me tirer dessus, et parai leurs tentatives avec une certaine simplicité dû à leur salve remarquablement hasardeuse. Je compris trop tard que les autres en avaient profité pour m'encercler. Et... comme je m'en doutai, ils commencèrent à m'assaillir d'assauts répétés venant de partout. Si je restai figé, je n'arriverai jamais à tous les stopper... Instinctivement, je bondis dans les airs et étouffai un rire en constatant que certains tirs avaient heurtés d'autres drones. Pas si malin, ces malfrats ! En revanche, puisque les rayons étaient sur l'option paralysant et que mes adversaires possédaient un bouclier, au cas où, ils n'avaient aucune égratignure.

    Ce qui ne fut pas mon cas lorsque je retombai au sol... Ils recommencèrent leur salve de la même manière que précédemment. Grâce à ma prescience, je conservai une longueur d'avance, mais ce n'était pas suffisant pour tous les parer. Ainsi, je pus en dévier six à cinq, en esquiver un nombre équivalent avant de me faire toucher au bras et à l'épaule gauche. Juste après, les drones redevinrent calmes tandis que Kinsa m'ordonna de faire les quarante pompes dont j'avais écopées. À partir de la cinquième, je commençai sérieusement à me demander comment je tiendrais les autres, mais je tins bon et fis en sorte de me concentrer uniquement sur ce qu'elle me disait pour éviter de souffrir le martyr car, passé un certain nombre, les pompes n'étaient plus qu'une question de volonté.

    Kinsa : Tu ne dois surtout pas te retrouver encerclée, surtout, surtout pas ! Il faut que tu te concentres sur tout ce qui t'entoure et pas uniquement le premier venu, là est ton erreur !

    J'acquiesçai tout en me relevant, en grimaçant, mes bras tremblaient mais semblaient également traversés par une énergie bouillonnante. J'inspirai et expirai pour ne pas me retrouver essoufflée trop rapidement et refis face aux drones. Ils tentèrent d'utiliser le même stratagème, mais cette fois-là, j'avais prévu le coup. Au lieu de parer, je sprintai vers lui en esquivant le tir et parant ceux des autres qui m'avaient prises pour cible et tentaient de me faire reculer. Je fus devant lui et, tendant ma main gauche, concentrée, je voulus le désactiver, mais ce ne fut pas exactement ce qu'il se passa. Au lieu de s'éteindre bien gentiment, le drone explosa en m'éjectant en même temps.

    Moi : Oups... !

    Je n'eus pas le temps de jeter un regard à Kinsa pour vérifier que la perte d'un drone n'était pas un drame que, déjà, les quatorze autres m'encerclèrent et me tirèrent dessus. J'effectuai le plus rapidement possible un Saut de Force qui me permit de me tirer de ce cercle assez meurtrier et me tournai pour parer un tir survenant de ma gauche. Je sentis alors qu'ils s'étaient déployés en deux colonnes et qu'ils comptaient cette fois me placer à l'intérieur d'un corridor vaguement dangereux. J'esquivai deux tirs, en stoppai plusieurs autres avant d'en éviter toute une salve, le tout, en courant. Cependant, je me retrouvai rapidement bloquée par la parois de la salle. Et ce qui devait arriver, arriva. Je me refis toucher. Qu'une seule fois, mais cela m'offrait tout de même vingt pompes que je fis en essayant de reprendre mon souffle et rester d'attaque pour la suite de l'exercice que je devinai pas encore prêt de s'achever. Kinsa en profita également pour me glisser quelques conseils :

    Kinsa : Tu ne dois pas aller là où ils veulent que tu ailles. Au contraire, joue là-dessus pour en tirer un meilleur avantage !

    Je comprenais le principe et avouai que depuis le début, je me concentrai surtout sur la première partie de ce qu'elle m'avait dit, mais... cela restait tout de même plus facile à dire qu'à faire ! Mais bon, motivation !

    Passé les pompes qui me laissèrent assez épuisée, musculairement parlant, je me redressai pour faire face, une nouvelle fois, aux drones. Je calmai ma respiration qui s'était emballée et renforçai ma concentration et ma prescience tout en me disant qu'il faudrait que je fasse plus confiance à mon instinct.

    Je m'attendais à une nouvelle attaque en formation, au lieu de quoi, les drones se déployèrent de manière aléatoire et partout autour de moi sans qu'il n'y ait ni queue, ni tête. Assez déstabilisée au premier abord, je me repris rapidement et sprintai là où ils étaient les moins nombreux. Naturellement, tous me suivirent et je déviai quelques tirs tout en en esquivant certains. Je me rapprochai dangereusement du mur et fis donc un changement d'appuis pour me retrouver face à mes adversaires. Certains volaient plus haut que d'autres, ils pourraient donc m'assaillir de salve venant de toute direction.

    Instinctivement et me rappelant ce que j'avais fait durant l'Art du mouvement, je pris de l'élan et sautai sur le drone le plus bas, me servant de celui-ci pour m'élancer sur un autre, et rebelote. Prévoyant leurs déplacements grâce à la prescience, je pus donc revenir au centre de la pièce tout en déviant grossièrement des tirs. Alors que j'allais atterrir, j'en sentis un venir dans mon dos et me retournai avant de faire un moulinet du poignet qui le dévia, sauf que... un second me surprit et je ne fus pas assez rapide pour le stopper.

    Une nouvelle fois, je fis vingt pompes et en ressortis avec des bras si lourds que je doutai de pouvoir supporter le poids de mon sabre. À peine l'eus-je soupesé pour tester mes forces restantes que je le sentis me tirailler les muscles. Je grimaçai mais ne laissai rien paraître de plus.

    Les drones usèrent du même stratagème, en se dispersant dans toutes les directions, sauf que cette fois, ils ne me laissèrent pas me mouver à ma guise et ne cessèrent de m'assaillir de diverses assauts. Je tins bon le plus longtemps possible, virevoltant dans tous les sens, tenant mon sabre à deux mains, parfois une, effectuant Saut de Force et usant de la Vitesse pour me tirer de situations délicates. Je faisais en sorte de ne pas me laisser amener là où je n'aurais aucun moyen de riposter et de me servir de leurs placements à mon avantage. Ce fut donc de cette manière qu'un drone en heurta un autre après avoir tenté de me fondre dessus pour me porter le coup de grâce, les deux gisaient désormais à terre, désactivés, et je n'avais plus que douze adversaires. Ce qui restait quand même légèrement beaucoup.

    Je constatai que ce fut la série où je tins le plus longtemps, ce qui me tira un petit sourire que je ravalai bien vite au vue de la difficulté que j'avais à brandir mon sabre pour me défendre. Je sautai, me baissai, roulai à terre, parai, tournai sur moi-même jusqu'à ce que, dans un mouvement circulaire, mon sabre ne m'échappe des mains, faute de force, et fasse un vol plané dans la pièce.

    Moi : Nooon ! Mon sabre !

    Me voilà donc désarmée et à la merci de ces drones. Ravalant ma salive et ne perdant pas ma combativité, je sprintai vers ce dernier en esquivant tous les tirs que je sentais arriver, quitte à me fatiguer plus encore. Je dissipai même l'énergie de l'un d'eux avec une certaine fierté, bien que je ressentais quelques picotements douloureux au niveau de la paume de ma main droite. Je me servis de la même technique que tout à l'heure pour traverser le champ de drones avant de fondre sur mon sabre. Je pressentis l'arrivée d'un tir qui m'atteindrait bien avant que je n'atterrisse...

    Me rappelant mes exercices de télékinésie avec les sphères que j'avais fait venir à moi, je fis de même avec le sabre. L'enveloppant de mes ondes de Force, je l'amenai à moi et... il décolla tout aussi vite que la fois précédente, ce qui signifiait : beaucoup trop vite pour que je l'attrape. Je me protégeai à l'aide de mes avants-bras qu'il heurta. Je m'en saisis d'un geste vif avant qu'il ne retombe et effectuai une rotation du bassin pour me retrouver face au tir que... je déviai d'un mouvement assez paniqué. Ma panique s'accentua lorsque je songeai à la chute. J'avais actuellement la tête en bas, ou de moins, elle frapperait le sol en première, et je n'avais aucune idée de ce qu'il fallait faire pour revenir à une position moins dangereuse....

    Je fermai les yeux juste avant le choc qui... ne survint pas. Surprise, je les rouvris et me rendis compte que je flottai à quelques centimètres du sol. L'instant d'après, je retombai douloureusement, mais pas sur tête, par terre.

    Kinsa : Eh bien, c'était moins une !

    Je la remerciai chaleureusement et, avisant les drones désactivés, lui demandai ce qu'elle pensait de mon exercice.

    jeudi 06 avril 2017 - 12:25 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Shii-Cho:rnGardes, attaques et parades


    Aujourd'hui, Zokuron s'intéresse à la formation de l'art martial jedi: Le sabre-laser. Lui-même n'est pas un guerrier, mais en tant que jeune chasseur il a apprit à manier quelques armes comme la lance et le couteau. En entrant dans le complexe d'enseignement, il se demande dans quelle mesure cela va affecter ses compétences de futur bretteur.

    Zokuron rencontre Kinsa au détour d'un couloir, qui lui explique le fonctionnement du lieu. Les différentes salles disponibles, les différentes formes enseignées, l'existence de PROXY etc. Puis, ceci fait, les deux jedi s'arrêtent devant une salle où la pancarte affichée au dessus de la porte, porte l'inscription "Shii-Cho". La chevalier informe le togruta que sa formation commencera par cette salle où il apprendra la première forme de l'art martial jedi.

    Zokuron remercie alors la twi'lek, puis s'exécute en entrant dans la salle. Il est seul, ce qui le change radicalement des cours sur la Force. Il découvre bien vite plusieurs mannequins, ainsi qu'un support d'armes comportant plusieurs bouts de bois sculptés en sabres factices.

    PROXY entre quelques instants plus tard. Le droïde se présente protocolairement au padawan, puis il enchaine directement avec l'enseignement. Il décrit un à un tous les mouvements d'attaque, de défense ainsi que les postures d'attente. Son programme lui fait ensuite réciter que le Shii-Cho est la base commune à toutes les autres formes martiales, mais qu'il est aussi perfectionnable à haut niveau.

    Enfin, Zokuron est invité à saisir un sabre d'entrainement. La sensation de tenir une poignée travaillée est agréable et rappelle des souvenirs. Le premier exercice consiste à frapper un mannequin afin de se familiariser avec le maniement du sabre et de tester les différentes gardes.

    Zokuron se plie à l'exercice, découvrant en premier lieu les postures. Il y a les défensives, avec le lame le long du corps et la pointe indifféremment vers le haut où le bas. Et il y a les offensives, à la panoplie plus variée: de l'épée levée au dessus de la tête à une position détendue avec la pointe touchant presque le sol, en passant par l'estoc qui part du buste.

    Bien vite, le jeu fait que le togruta commence à inventer des postures selon sa fantaisie. Au début, elles restent dans l'esprit premier et paraissent presque exploitables, malgré l'originalité. Mais au fur et à mesure des minutes qui passent, il en vient finalement à se retrouver à tenir sur un pied, l'autre posé sur son genou, un bras tendu vers le mannequin et l'autre, qui tient le sabre, au dessus de sa tête en position d'estoc. Le tout ressemblant à un ressort vacillant qui siffle comme un reptile.

    PROXY met fin à cette dérive en rappelant le padawan à l'ordre. Zokuron passe alors aux attaques. Il alterne les gardes offensives selon le mouvement précédent, pour une plus grande fluidité. Il frappe ainsi le mannequin jusqu'à ressentir une certaine aisance, gardant toujours les deux mains sur son arme. Il finit cet exercice à la demande de PROXY, sur des mouvements plus élaborés comme des Jung ma et des Su.

    Le droide offre un moment de répit au padawan, moment où il lui explique le prochain exercice. Cette fois, Zokuron devra se protéger des attaques du droide, en réagissant correctement et en choisissant les bonnes parades.

    Cette fois, on ne rigole plus. PROXY s'arme à son tour, et se place au centre de la salle en attente de Zokuron. Tout d'un coup, le togruta est moins confiant. Il approche du droide avec une attitude semi-décontractée, les bras à moitié tendus et le sabre pointé vers l'avant.

    PROXY: Chargement du programme: Entrainement Shii-Cho 1; Phase 2; Apprenti Niveau 1. Attention, je vais attaquer, veuillez vous préparer.

    Aussitôt, le droide lève ses bras métalliques dans un mouvement brusque, puis frappe d'une taille sur le côté. Zokuron, prévenu et à une distance de sécurité respectable, ne manque pas de contrer l'attaque. Le droide prévient une seconde fois, puis frappe à nouveau d'une nouvelle taille, mais de l'autre côté. Zokuron pivote rapidement sa lame et réussit à intercepter maladroitement l'arme adverse. PROXY répète son message une troisième fois, se repositionne et frappe droit en estoc sur un padawan qui ne s'y attend pas. Zokuron ramène en hâte son sabre pour bloquer celui du droide, mais il réagit trop tard et se voit estomaqué.

    PROXY: Echec. Souhaitez vous recommencer l'exercice ?

    Le padawan prend le temps de se remettre du coup dans l'estomac, avant de se replacer en garde et de répondre par l'affirmative. L'exercice recommence. Zokuron le réussit, cette fois, en anticipant l'estoc, le parant grâce à un mouvement de quarte descendante.

    PROXY: Niveau 1 validé. Bravo. Chargement de l'exercice suivant requis ?

    Le padawan fait signe que oui et se prépare. Le droide agit à la même vitesse réduite que précédemment, mais ne prévient pas de ses attaques. Zokuron n'a pas de peine à contrer les offensives adverses malgré ce changement, et ainsi vient le prochain niveau.

    Les niveaux suivants sont moins aisés. La vélocité du droide augmente à chaque fois, obligeant Zokuron à réagir de plus en plus vite. D'autant qu'à partir du niveau 4, PROXY modifie ses combinaisons offensives. Zokuron prend coup sur coup pendant un long moment, le droide parvenant toujours à ses fins. L'entrainement est rude, mais Zokuron ne lâche pas. Il essaie de faire appel à la Force de temps en temps, des fois qu'elle l'aide d'une manière ou d'une autre, mais rien. Il ne peut compter que sur sa détermination et sur ses capacités.

    A mesure que les niveaux sont passés, le togruta cerne mieux les règles: Se faire toucher est éliminatoire et a contrario parer trois attaques d'affilée permet de remporter la victoire. Les esquives, elles, ne sont pas éliminatoires mais font retomber le score de parades à zéro. Et enfin, PROXY frappera toujours deux fois de taille et une fois en estoc, quelques soient ses mouvements.

    C'est ainsi que Zokuron doit s'avouer vaincu au niveau 5. Il a finit par réussir à "dominer" au précédent niveau suite à un instant de concentration extrême, et d'un peu d'énervement aussi. Mais là, il est tout simplement trop novice et trop fatigué pour prévaloir. Une fois sur deux, il doit esquiver les attaques du droide, et cela ne lui permet pas d'éviter l'épuisement qui l'use ni les meurtrissures des coups. Les jambes, les bras, le torse....chaque membre de son corps résonne d'une douleur peu forte mais très persistante.

    Le padawan et PROXY se quittent donc en cette fin de journée. Zokuron à la tête encore toute remplie de ses premiers combats. Il visualise PROXY l'attaquant et pense à comment mieux les contrer. Les postures gravitent aussi dans son esprit, triant celles qui lui plaisent des autres. Et il songe enfin à ces nombreux moments où, décontenancé, il n'a su ni réagir correctement ni trouver une garde satisfaisante....

    Le lendemain, c'est encore tout endolorit que Zokuron se présente à la salle d'entrainement au Shii-Cho. Il est confiant cependant, ayant une bonne nuit de repos à son actif et un petit déjeuner copieux. PROXY le rejoint un moment plus tard, sur quoi ils reprennent l'entrainement là où ils l'avaient laissé.

    PROXY: Chargement du programme: Entrainement Shii-Cho 1; Phase 2; Apprenti Niveau 5.

    Ceci dit, le droide change d'attitude et se place aussitôt en garde, prêt à combattre. Zokuron l'imite, adoptant quand à lui une garde défensive où le manche de son sabre est contre sa hanche et la lame pointée vers le haut, le long de son corps.

    Les sabres s'entrechoquent une fois avant que le padawan ne pose un genou à terre, touché à la jambe. Contrairement à Zokuron, PROXY est toujours aussi efficace qu'hier. Mais le padawan se relève, se replace, et se prépare une nouvelle fois. Il se concentre pour faire appel à la Force, dans l'espoir qu'elle l'aide d'une manière ou d'une autre. PROXY attaque, Zokuron est touché, rien ne provient de la Force. Il en va ainsi pendant un long moment, temps qu'il faut au togruta pour s'échauffer et se mettre sérieusement à l'exercice.

    Il est alors en pleine possession de ses moyens. Il maîtrise sa respiration, ses mouvements, son énergie, et il sait juger sur l'instant qu'elle est la meilleure option. Il faut plusieurs duels relativement longs, où Zokuron esquive régulièrement, ce qui amène à plus que trois échanges, pour que le padawan trouve enfin le bon moment.

    Suite à un échange et une esquive, Zokuron parvient à bloquer l'arme adverse suffisamment tôt pour engager un bras de fer avec le droide. Mais le droide a plus de force que lui et repousse Zokuron d'un geste brusque, dégageant les lames. Le padawan se place aussitôt de côté pour se défendre du retour de lame, son propre sabre le long de son corps. Le choc ne tarde pas à retentir. Le droide ne s'attarde pas, faisant pivoter son arme au dessus de lui jusqu'à la positionner contre sa tête, pointe vers Zokuron. C'est le moment de l'estoc ! Le togruta réagit en inversant sa garde et plonge ses bras en avant dans l'espoir de dévier la frappe à venir.

    Une seconde passe, puis une autre, et encore une. La douleur ne vient pas. Ni coup ni chute, il tient encore sur ses jambes. Il se rend compte qu'il a fermé les yeux, et, les rouvrant lentement, il voit le droide en position neutre devant lui.

    PROXY: Niveau 5 validé. Bravo. Chargement de l'exercice suivant requis ?

    Zokuron ne répond pas tout de suite, se laissant le temps de récupérer de ses émotions. Après une courte pause, il accepte finalement la proposition du droide. C'est partit pour le sixième niveau. Le niveau de l'humilité. Le combat prend une dimension totalement différente, car si jusqu'à maintenant PROXY restait assez stoïque malgré sa fluidité grandissante, désormais il est très mobile et utilise des jung, des jung ma et des jung su ma, ainsi que des en su ma. Cela le rend d'autant plus fort et plus véloce. Autant de difficulté en plus à surmonter.

    Leur entrainement durera encore plusieurs heures, dont la conclusion ne verra pas le padawan franchir le prochain niveau. Kinsa, qui observait Zokuron depuis un moment déjà à son insu, l'intercepte....

    Ce message a été modifié par Zokuron le vendredi 28 avril 2017 - 16:45
    Ce message a été modifié par Zokuron le vendredi 28 avril 2017 - 16:48

    vendredi 28 avril 2017 - 16:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12659 Crédits Modo

    Zadyssa : Exercice supplémentaire n°1

    J'avais donné à ma padawan un exercice que moi-même j'aurais jugé assez difficile, mais qui mettait idéalement à l'épreuve la prescience et la concentration en règle générale. Face à quinze drones, il fallait être un très bon élève pour ne pas se faire toucher. Zadyssa était une très bonne élève, mais elle écopa cependant de quelques pompes. Enfin, quelques...quatre-vingt, tout de même ! Mais comme disait mon maître : "la discipline du corps entraîne celle de l'esprit". J'eus un sourire nostalgique en pensant aux interminables séances d'entraînement qui duraient parfois huit heures de suite. J'en était ressortie plus forte, plus disciplinée et en ayant conscience de la valeur du travail : des caractéristiques que tout entraînement apportait. Et quand on considérait que mes premiers entraînements dataient de mes sept ans...j'avais largement eu le temps de consolider les premiers acquis, les essentiels : discipline, respect de soi et des autres ainsi que le dépassement des limites physiques.

    Pour moi, le combat était tout autant extérieur qu'intérieur : au combat, chacun révélait sa véritable nature. Les limites morales étaient mises à l'épreuve, nous obligeant à nous questionner à chaque instant : que pouvions-nous nous permettre ? Qu'est-ce qui risquait de nous détruire, nous, aussi sûrement que notre ennemi ? Étions-nous capables de contrôler nos bas instincts ? Au combat, la limite entre le bien et le mal se faisait tenue, et la franchir devenait ce qu'il avait de plus facile. C'était une preuve de caractère de rester fidèle à soi-même, une preuve qu'il était difficile d'obtenir en restant cloîtré dans un Temple à méditer...

    Après que Zadyssa se soit relevée, elle me demanda ce que j'avais pensé de son exercice.

    Moi : Tu t'es très bien débrouillée. Ce n'était pas un exercice facile et malgré le fait que tu te sois faite toucher quatre fois, ça reste dans une moyenne très acceptable, surtout pour une padawan. Je considère donc cet exercice comme réussi.
    Zadyssa : Génial ! Je peux avoir encore un exercice ?
    Moi : Tu es épuisée. Va te reposer, on en reparlera après. Mon objectif est de te faire progresser, et c'est impossible si tu n'es pas en condition physique suffisante. Si tu veux, on travaillera sur la gestion de la fatigue dans quelques jours.
    Zadyssa : D'accord, maître.
    Moi : Allez, zou, dans tes quartiers, petite padawan !

    Nous eûmes toutes les deux un petit rire et je fis mine de l'expulser de la salle d'entraînement. J'étais très contente de Zadyssa : depuis le début de sa formation, elle était allée de succès en succès, en rencontrant certes des difficultés (mais quel Jedi n'en rencontre pas ?). Elle était assidue et ne rechignait pas devant le travail, cherchant toujours à surpasser ses limites. Je savais qu'elle n'avait pas une histoire facile et cela me faisait d'autant plus plaisir de voir qu'elle paraissait s'épanouir à l'Académie. Elle avait trouvé ici un foyer, des camarades, une seconde famille, des gens sur qui compter. Voir des histoires qui se terminaient bien comme celle de Zadyssa me donnait encore plus envie de continuer à faire ce que je savais faire de mieux : me battre pour une galaxie meilleure.

    Zadyssa : Un exercice très bien réalisé, je n'ai rien à dire ! Ton prochain exercice supplémentaire va passer à un niveau un poil au dessus : sans sabre, tu vas devoir "survivre" (même s'il n'y a aucun danger pour ta vie) vingt-quatre heures dans la Salle Mandalorienne qui te réservera quelques surprises. Laisse libre cours à ton imagination !

    Entraînement personnel

    Je secouai la tête. Ces derniers temps, j'avais beaucoup tendance à me perdre dans mes pensées, signe que quelque chose me tourmentait. Le problème, c'était que je ne savais pas quoi... Mes cauchemars, qui s'étaient un temps raréfiés, avaient tendance à revenir et cela m'inquiétait. Soit ça venait de moi, soit c'était extérieur et dans ce cas... J'espérais que ce n'était rien de grave. Je m'étirai. Pour se vider la tête, rien de mieux que l'entraînement. Travailler le corps reposait l'esprit, c'était bien connu. Je sortis un poteau d'entraînement : c'était une méthode rudimentaire d'exercice mais qui défoulait plus qu'une série de vélocités au sabre.

    Le poteau figurait un adversaire immobile, que je devais attaquer avec tous les coups possibles. Je fermai les yeux et me mis en position de préparation, avant d'enchaîner en un éclair une suite de mouvements qui frappèrent le poteau à main nue, puis reculai pour me remettre en position. Ainsi vingt ou trente fois de suite, je répétai l'enchaînement, mes pensées complètement centrées sur mes mouvements. Rien d'autre n'importait que les coups que je portais. Finalement je reculai et remis le poteau à sa place.

    Je fis quelques étirements sommaires, puis me rendis dans la salle aux Mille Aspects dans l'intention de m'exercer sur un parcours de mon cru. À l'entrée de la salle se trouvait un panneau de contrôle qui gardait en tête tous les programmes d'entraînement.

    Moi : Kinsa Talik. Programme d'exercice Galaar. C'est le numéro 7, il me semble.
    Ordinateur : Exact. Vous pouvez débuter le programme.

    Je me débarrassai de ma bure et de mon armure, rangeai mon sabre à la ceinture et m'apprêtai à démarrer tandis qu'une représentation holographique du programme se matérialisait lentement. Ce n'était pas un hasard si je l'avais appelé "Galaar", "faucon" en mando'a. Il était essentiellement centré sur l'agilité et la vitesse, et non sur la force brute. Le but était de terminer le parcours en un minimum de temps, sans quitter le sol.

    D'un Saut de Force, j'atterris sur la première plateforme, puis dûs me pencher en arrière pour éviter de justesse un jet de flamme qui passa à moins de cinquante centimètres de moi. Aussitôt, je me repoussai, m'accrochai à une petite corde qui m'aida à me balancer jusqu'à une barre de métal que je saisis d'une main, mais pas longtemps car elle commençait à se dissoudre. Je me laissai tomber d'un ou deux mètres et parvins à me réceptionner sur un droïde espion, qui appella ses congénères holographiques à la rescousse. Il bougeait comme un beau diable dans le but très clair de me faire tomber, mais je tins bon. Après avoir esquivé une demi-douzaine de tirs, je me servis des droïdes comme d'un escalier improvisé pour finalement me retrouver sur une autre plateforme qui, dés que je posai le pied dessus, disparut comme par magie.

    Moi : Haar'shak !

    En une fraction de seconde, je réussis à attirer à moi un des droïdes qui momentanément transformé en tremplin. Quelques acrobaties plus tard, je fus prise au milieu d'un déluge de tirs de toutes sortes que j'esquivai ; enfin pas tous mais la plupart, et ceux que je me pris, étant des hologrammes, ne me firent pas le moindre mal. Enfin, j'atteris au sol, signant la fin du programme. Je consultai mon chronomètre et notai que j'avais fait cinq secondes de plus que la dernière fois. Finir sur un échec étant inenvisageable, je recommençai et celle fois-là je réussis à faire un score satisfaisant.

    Zokuron, Shii-Cho ; Exercice 1 : Attaques, gardes et parades

    Je sortis de la Salle aux Mille Aspects le souffle court. Le temps de m'éponger le front qu'apparut Zokuron, un padawan Togruta visiblement désireux de commencer sa formation au sabre. Il ne faisait pas partie des padawans que je connaissais le mieux mais du peu que je l'avais observé, il semblait très prometteur. Après lui avoir expliqué comment se déroulerait sa formation dans cette classe, je le guidai vers la salle du Shii-Cho.

    Zokuron : Je serai seul ?
    Moi : Oui. Quand tu te bats, il n'y a plus que toi et ton arme, peu importe le nombre de tes ennemis. Te reposer sur tes camarades est en général fatal. Pour l'entraînement, il vaut mieux s'habituer à cette solitude.

    Il hocha la tête et se mit au travail. Je suivis attentivement une partie de son entraînement, mais Galen m'appela pour quelque chose d'urgent et je dus partir. Le lendemain, je retrouvai comme je l'avais deviné le Togruta dans cette même salle, en train de s'entraîner au même exercice. Je restai la plupart du temps, même si parfois je faisais des pauses ; Zokuron ne paraissait même pas remarquer ma présence. Enfin, au bout de quelques heures, je vis qu'il ne tenait plus le rythme. Alors que PROXY, avec toute la délicatesse dont il était capable, venait de le mettre à terre, je bloquai le prochain coup avec un sabre en bois.

    Moi : Cela suffira pour aujourd'hui. PROXY, tu peux te mettre en veille.

    Je tendis la main au Togruta qui se leva d'un bond.

    Zokuron : Vous m'observiez ?
    Moi : Bien sûr. Quelle piètre maître de classe je ferais, sinon !

    Il esquissa un léger sourire, avant de me demander ce que j'avais pensé de son premier exercice.

    Moi : J'apprécie beaucoup ton implication. La plupart des padawans auraient expédié cet exercice en à peine une heure et toi tu l'as étendu sur plusieurs heures et deux jours. Tu sembles avoir compris la base du travail au sabre. Cependant, j'ai remarqué que tu te permettais parfois quelques fantaisies. Ce n'est pas mauvais en soi d'expérimenter de nouvelles choses, mais je te conseille dans rester dans les mouvements classiques, tout au moins au début. Une fois que tu auras maîtrisé les bases, tu pourras alors te lancer dans les complications. Tu comprends ?
    Zokuron : Bien sûr.
    Moi : Bien. Tu te sens d'attaque pour enchaîner avec un autre exercice ?
    Zokuron : Je pense, oui.
    Moi : L'exercice suivant est celui de la sphère d'entraînement (j'allai en chercher une dans un des bacs qui longeaient les murs). Elle te tirera dessus et tu devras parer les tirs. Casque avec visière ou sans visière ?

    Zokuron : Un bon premier post à la formation au sabre ! Tu as su y distiller une dose d'humour tout en restant sérieux. Ton prochain exercice est, comme indiqué in-RP, l'entraînement avec la sphère d'entraînement.

    samedi 29 avril 2017 - 17:57 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    12959 Crédits Modo

    Galen Arek - JAR'KAI - Exercice 3 : LE DUEL

    Le troisième et dernier exercice de la dixième forme de combat est de loin celui où j’ai eu des difficultés à vraiment affronter un véritable adversaire au corps-à-corps… en binôme. Je faisais cet exercice avec Ilan pour voir comment il se débrouillait avec son entraînement aux deux sabres mais c’était sans compter sur l’holodroïde PROXY qui nous en a fait baver. Et pour la jeune maître d’armes…
    Kinsa nous a révélé que nous nous débrouillions pas mal dans notre combat mais il manquait de la coordination au niveau des attaques ; nous étions désynchronisés et en situation réelle l'adversaire nous aurait eus facilement en étant séparés. À condition que l’ennemi soit apte à cela.
    Pendant qu’Ilan se repose un peu dans le hall, après ce duel qui fut épuisant et divertissant, je continue de discuter avec la jeune twi’lek mando qui me propose une alternative pour réussir le dernier exercice.

    Kinsa : - Vous devriez combattre l'un contre l'autre, ça pourrait donner quelque chose d'intéressant.
    Moi : - Ça ne me dérange pas de le faire mais Ilan n’est pas tant d’avis à se battre contre moi.
    Kinsa : - Il est gêné par le fait que tu sois son mentor, ça se comprend. Incite-le quand même et tu verras.
    Moi : - Je vais tenter de le convaincre.

    Kinsa, après m’avoir souhaité bonne chance, retourne vaguer à ses occupations. Je m’aperçois qu’Ilan quitte la salle pour retourner à ses appartements. Je décide de ne pas le rattraper et quitte la salle à mon tour pour aller à l’extérieur du bâtiment, sur l’aire terreuse et sableuse devant pour faire une séance de méditation en arbre droit. Une fois dans cette position, je ferme les yeux et me laisse aller dans la Force. Je passe une certaine durée de temps comme ça, à me ressourcer en énergie et en endurance, puis je quitte doucement ma méditation pour voir que quatre heures ont passées. Je dois aller nettoyer la Salle pendant un bon moment. Et comme j’ai passé beaucoup de temps à le faire, il est tard et je vais me coucher pour être en forme.
    C’est donc le lendemain matin que je retourne à la classe de formation au sabre-laser, dans l’espoir que mon pada korunnai s’y trouve. Il n’est dans aucune salle de la classe et je devine qu’il a décidé de faire une grasse matinée ou de se divertir avec ses deux compères. Je décide d’employer la Force pour lui parler. Je lui envoie un message convaincant (genre je lui fais penser qu’il est poursuivi par quelque chose et qu’il doit se réfugier dans la classe de sabre-laser pour y échapper) et je le vois arriver en courant, essoufflé.

    Ilan : - Galen ! Il y a… Il y a une présence malsaine qui me poursuit.
    Moi (sourire narquois) : - Une présence malsaine… Comme quoi ?
    Ilan : - Comme… comme un utilisateur du côté obscur. Oui, Galen, il y a sûrement un Jedi noir qui veut me… !

    Je ne lui laisse pas le temps de continuer que je lui applique un Étourdissement de Force pour l’endormir. Le jeune korunnai perd connaissance, son corps droit comme un « i » alors que sa tête est penchée en arrière. Je passe à la suite du programme, en utilisant la Persuasion. « Ilan, écoute-moi attentivement. Lorsque tu vas te réveiller, tu ne me verras plus comme Galen Arek ou ton mentor mais comme le Jedi noir que tu as pressenti. Lorsque je prononcerais le mot « tomare », tu redeviendras toi-même et tu te souviendras de tout. » Avant de le réveiller, je l’emporte dans la salle 10, je remplace ses sabres par des factices et les miens aussi. Puis je le réveille. Ilan émerge en doucement, me regarde et… sursaute de terreur en me voyant.

    Ilan : - AAAAH !
    Moi : - Tu es plutôt rapide pour un padawan. Mais j’ai réussi à te retrouver, et maintenant je vais m’amuser un peu. Cela fait longtemps que j’ai martyrisé un padawan.
    Ilan : - Vous… vous me vous en sor-sor-sortirez pas comme ça. Galen va vous… Galen ? Galen !
    Moi : - Tu parles du misérable Jedi humain qui te sert de maître ? Dommage qu’il n’est plus là.
    Ilan : - Non…
    Moi : - Maintenant (j’allume mes sabres factices) À ton tour.

    Je m’élance sur lui pour lui asséner un coup de sabre. Ilan saisit un sabre et pare de justesse ma lame droite, un bon réflexe de sa part. Je l’attaque avec mon autre sabre mais me repousse avec sa lame de sabre et je me laisse faire pour lui donner l’opportunité de récupérer son deuxième sabre et l’allumer. Nous nous retrouvons à présent deux lames bleues pour Ilan et deux rouges pour moi. Je fais vers lui et fait avec mon sabre gauche un Shiim vers ses jambes mais Ilan bondit à ce moment puis m’attaque à son tour. Il décide lui aussi de me porter une série de Shiim de manière aléatoire, en utilisant autant son sabre gauche que son sabre droit. Je pare chacune de ses attaques et en profite entre certaines pour reprendre le dessus et continuer à tenter de l’handicaper. Un premier échange de coups qui dure un bon quart d’heure puis je vois Ilan reculer d’un pas pour ensuite me porter un Cho Sun mais je place mes deux sabres en parallèle pour me défendre. Je pousse sur mes bras pour l’obliger à garder le croisement et à reprendre le dessus. Ilan pousse à son tour sur ses muscles de bras et le croisement de sabre dure.
    Je libère le croisement et attaque à nouveau à coups de Shiim sur mon pada, ce qui l’oblige à parer et à contre-attaquer. Un nouvel échange de coups qui vient.

    Ilan a choisi de procéder à une méthode d’attaque en série pour me déstabiliser pour mieux me vaincre. Il manie ses deux sabres avec autant de coordination que moi, sauf que je suis avantagé par ma formation au Djem So et je lui mène le combat difficile pour l’obliger à agir avec une bonne stratégie.
    Nous continuons chacun à attaquer l’autre, sans que nous réussissions à avoir le dessus, et je trouve qu’Ilan se débrouille bien. Au bout de quelques attaques répétitives, Ilan fait un saut périlleux avant et passe au-dessus de moi pour m’attaquer dans le dos. Je me reçois un coup horizontal de sabre sous les épaules, lâchant un petit cri de douleur à cause de l’électrocution et je suis soulagé que ses lames de sabre factice ne tranchent pas comme celles des vrais sabres. Je retourne à temps pour contrer une nouvelle attaque d’Ilan contre moi.

    Je décide de passer à la vitesse supérieure et j’attaque avec des coups rapides. Le jeune korunnai commence à perdre le rythme du combat et fait de son mieux pour contrer le plus d’attaques possible. Il n’empêche qu’il se prend des coups pour certaine parade ratée. Je cesse de le harceler de coups rapides puis revient à la façon puissante. Je frappe là où Ilan est à découvert mais il voit mes intentions et pare chaque tentative. Il enchaîne les Shiim, puis les Shiak et même les Mou Kei.
    Je pare naturellement les attaques avec un sabre chacun, en protégeant mon côté droit avec mon sabre droit et mon côté gauche avec mon sabre gauche. Je bloque une dernière attaque et la retourne vers Ilan puis le touche au flanc gauche. Il laisse un gémissement de douleur et recule. Je ne lui laisse que trois secondes de repos car je repars directement à l’attaque ; Ilan se protège de son sabre droit. Il reprend la lutte comme elle était, avec ses deux sabres en main et prêts à combattre.
    Nous poursuivons notre échange d’attaques et de défenses en prenant réellement un rythme de vrai combat. Ilan est vraiment concentré dans sa coordination des sabres et il cherche avec ce qu’il a apprit à retourner la situation à son avantage. Je me sers de mes aptitudes au Djem So et des techniques employées lors de mon premier entraînement au Jar’Kai pour rendre ce combat tout aussi réel. Sans parler des nombreux tours de salle que nous faisons pour combler la notion d’espace à notre guise. J’aurais pu lui faire passer ce duel entre maître et apprenti dans une salle plus imposante avec des artifices mais ce serait trahir la mise-en-scène que je viens de créer pour obliger Ilan à m’attaquer. Quoique…

    Je change de tactique et j’incite Ilan à changer de salle en le poussant avec la Force vers la porte de sortie, qui s’ouvre automatiquement lorsque Ilan passe à travers. Je le rejoins en vitesse et je l’attaque davantage pour lui faire continuer la lutte. J’enchaîne une série de coups puissants sur lui et il pare tout en reculant. Nos pas nous amènent directement dans la Salle aux Mille Aspects, qui s’active lorsque nous entrons et nous projette dans un décor d’environnement semblable à la grande salle d’observation de la frégate droïde la Main Invisible. Un décor aléatoire^^. Ilan et moi ne nous arrêtons pas de combattre à coups de Shiim et de parades et aucun de nous n’arrive à prendre le dessus.
    C’est pourtant lorsque nous croisons tous les deux nos sabres pour un bras-de-fer que j’affiche un sourire sadique, que mon padawan ne comprend pas. Je canalise la Force et l’utilise pour propulser mon jeune adversaire au moment où je pousse sur mes bras. Ilan vole en l’air et tombe à cinq mètres de moi sur le sol glissant. J’attends qu’il se relève sur ses jambes et qu’il se redresse sur ses jambes, mon regard plongé dans le mien. Je me disais qu’Ilan aurait commencé à relâcher ses émotions avec ce que je lui ai dit et ce que je lui ai fait à l’instant. Mais au lieu de ça, Ilan paraît calme et déterminé. C’est parfait.
    Je fais un pas de marche, un second, un troisième puis je me lance dans un Jung su ma instantané vers mon propre apprenti. Je me transforme en véritable toupie droite avec mes bras armés tendus et je fonce vers Ilan en moins de cinq secondes. J’arrive enfin à son niveau, il est immobile mais à ma grande surprise il se baisse en un moins de temps, glisse entre mes jambes au moment où je m’arrête. Et…
    Il se redresse aussitôt pour me flanquer un double Shiak dans le dos. La douleur des deux lames m’arrache un cri rauque empli de souffrance. J’éteins mes sabres et me laisse tomber sur le ventre au sol. Je fais le mort pendant un très court moment avant de me tourner. Ilan me regarde, dissimulant de peu sa colère.

    Moi : - Je me doutais… que la Force était avec toi. Mais… pas à ce point.
    Ilan : - C’est pour avoir tué mon maître.
    Moi : - Crois-tu que ton maître est ravi d’entendre ça ? Un Jedi ne recherche pas la vengeance.
    Ilan : - Galen sera en paix, une fois que tu seras détruit.

    Il s’apprête à m’empaler de nouveau lorsque soudain…

    Moi : - Tomare !

    Ilan est secoué en entendant le mot de réveil et me regarde à terre, surpris. Je lui affiche un sourire pour lui dire que tu vas bien mais il est paniqué en voyant le sabre qu’il a en main et prêt à m’abattre. Il baisse son bras, éteint son sabre et m’interroge.

    Ilan : - Galen… Ne… ne me dis pas que j’ai…
    Moi : - Ilan, tout va bien. Tu as bien combattu et tu as montré que tu pouvais te débrouiller en Jar’kai. Et rassure-toi, tu ne m’as pas réellement blessé. Ce sont des sabres factices. Bravo Ilan, c’était un beau duel !

    dimanche 30 avril 2017 - 14:43 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Zadyssa, Soresu - Exercice supplémentaire n°2

    Kinsa avait validé mon premier entraînement supplémentaire mais m'avait vivement conseillé (si ce n'était pas obligé) de me reposer avant d'en débuter un second. Ainsi donc, ce fut trois jours plus tard et en pleine forme que je la retrouvai aux alentours de onze heures, suite à sa demande afin que je fasse une grasse matinée. Je ne savais pas quel type d'entraînement elle m'avait prévu, mais il durerait un certain temps, à ne pas en douter étant donné qu'elle m'avait également demandé d'apporter barres énergisantes et rations d'eau. Toutefois, je n'aurais pas besoin de mon sabre...

    Moi : Hello Kinsa !
    Kinsa : Salut Zadyssa, bien dormi ? (je hochai vivement la tête :) Parfait. On va travailler sur la gestion de la fatigue, comme je te l'avais dit. Suis-moi.

    J'obtempérai sans hésiter et la suivis jusqu'à une salle dans laquelle je n'avais encore jamais mis les pieds.

    Kinsa : Je te présente la Salle Mandalorienne !
    Moi, avec un petit sourire : C'est ta préférée d'entre toutes ?
    Kinsa : Je te laisserai le soin de deviner lorsque tu l'auras testée.

    J'acquiesçai, à l'écoute de la suite. De ce que j'en savais, la salle était une vaste pièce remplie de pièges de toutes sortes. Il était évident qu'il y avait matière à faire. J'essayais de commencer à la sonder pour déterminer leurs emplacements mais fut vite ramenée à la réalité par mon maître.

    Kinsa : Ton but est simple : il faut que tu "survives" vingt-quatre heures à l'intérieur. Bien sûr, ta vie n'est pas réellement en danger, mais l'exercice n'en est pas moins difficile.
    Moi : Et... concernant le sommeil ?
    Kinsa : À toi de gérer, c'est l'un des buts de cet exercice.

    Sur ce, elle me souhaita bonne chance avant de me laisser vaquer à mes occupations. Rester une journée entière dans la même pièce sans pouvoir dormir... je m'imaginai déjà m'effondrer de fatigue et tomber endormie en plein entraînement !

    Moi, mentalement : Allez, motivation !

    Au moment même où Kinsa quitta la salle, les pièges s'activèrent. Deux droïdes de combat sortirent du mur, à droite et gauche. Immédiatement, je me concentrai dans la Force et sur les capacités que j'avais acquise durant l'Art du mouvement. Je devais à tout prix éviter de me fatiguer dès le début, donc il fallait que je limite mes mouvements au strict minimum. Je songeai d'ailleurs que c'était probablement ce que je devais faire dans tous combats...

    Les deux droïdes se dirigeaient toujours vers moi et armèrent leurs bras en même temps avant de lâcher une succession de tirs que je devinais réglé à la puissance minimal. Je les sentais arriver, très vite, mais je les sentais. Je fis deux pas sur la droite puis à nouveau un vers la gauche pour les esquiver. Ils tirèrent à nouveau et j'esquivai encore. Ce petit manège dura cinq minutes avant qu'ils ne commencent à le faire à cadence rapide et sans interruption. C'était clair et net : ils cherchaient à me fatiguer. Si je me mettais à courir dans tous les sens pour esquiver leurs salves, l'exercice n'aurait aucun sens et je ne tiendrais pas trois heures... Je n'avais pas d'armes, je ne pouvais donc pas les mettre hors d'état de nuire. Bien sûr, je pouvais les désactiver via la Force, mais je préférais garder des réserves ; je m'étais améliorée dans la maîtrise de ce pouvoir, mais il n'en restait pas moins fatiguant et du niveau d'une padawan. Alors... il fallait que je trouve une autre solution.

    À un rythme de course assez rapide, je m'avançai vers le droïde de droite et, comme je le présumais, les deux continuèrent à me tirer dessus jusqu'à ce que je ne passe derrière ma cible. Naturellement, elle me tirait toujours dessus mais j'étais suffisamment proche pour éviter de me faire toucher. Et comme je le pensais, le second droïde tira sur son congénère qui s'écroula, désactivé.

    Moi : Réglé sur laser ionique...

    N'attendant pas, j'usai de la Vitesse de Force pour me précipiter vers le second. Je me connectai à son système, entièrement plongée dans la Force, dans une manœuvre que j'avais préparée quelques secondes plus tôt et le dernier droïde subit le même sort que l'autre. Passé cela, je soufflai un bon coup et fis en sorte de calmer ma respiration en effectuant une semi méditation pour reprendre des forces. Son fluide omniprésent et apaisant me revivifia et je me sentis prête à accueillir la suite. Cela faisait à peine dix minutes que l'exercice avait débuté. Je n'aurais peut-être pas dû employer la Vitesse de Force, tout à l'heure... Enfin bref, ce qui était fait, était fait.

    Quelques secondes plus tard, cinq droïdes du même type plus sept drones sortirent des murs tandis que je restai bouche-bée en me demandant comment en venir à bout, ou du moins, éviter les coups. Et alors que je pensais avoir atteint le summum de la difficulté, le sol se mit à vibrer sous mes pieds, m'empêchant de conserver l'équilibre. Je manquais par ailleurs de tomber alors que leur assaut venait de commencer.

    Les minutes passèrent. J'étais en harmonie avec la Force, essayant d'être le plus en phase possible avec elle. Ma concentration était poussée à son paroxysme et je me doutai que dans quelques heures, je peinerai à esquiver. Alors pour l'heure, je m'employai à ne pas me faire atteindre par le moindre tir. Pour l'instant, cela marchait bien. Une heure et plus que deux droïdes et... toujours les six drones. L'avantage, c'était que le sol vibrant leur était autant désavantageux que pour moi. À la différence que je pouvais m'habituer. En effet, j'étais actuellement en train de sauter de drones en drones en espérant qu'ils ne se désactivent mutuellement. Ce ne fut qu'après une dizaine de minutes d'essais vains que le premier subit le sort que devait être le sien. Puis un second et un troisième.

    Le problème, c'était que j'étais déjà tout en sueur après seulement une heure trente. Une demie-heure plus tard, les six drones n'étaient plus et seuls résidaient les deux droïdes. Vingt minutes après, eux aussi étaient hors d'état de nuire. Le souffle court, je me forçai à inspirer et expirer.

    Je m'accordai un instant pour souffler et ne compris rien lorsque je fus soudainement plaquée au sol avant d'avoir la sensation de tomber de très haut puis de retrouver la dureté de ce dernier une seconde plus tard. Je me relevai en vitesse en ne prêtant pas attention à la douleur et constatai que cette fois, ni drones ni droïdes, mais des parties du sol susceptible de s'enfoncer ou de s'en extraire à grès. À nouveau, ma plaque s'éleva, suivit des autres et se mit à stationner en l'air. L'instant d'après, toutes se déplacer de n'importe qu'elle direction : haut, bas, gauche, droite. Je constatai qu'un filet avait été installé plus bas pour pallier tout risque de chute et je compris immédiatement le but.

    Faisant le plus confiance possible à ma prescience et mon instinct, je choisissais les bonnes plaques, celles qui ne se déroberaient pas sous mes pieds. Plus d'une fois, je manquais de chuter mais parvenais de justesse à m'en sortir. Cette partie de l'entraînement dura plus longtemps : trois longues heures durant lesquels je ne pus m'accorder que de très brèves pauses.J'étais exténuée, je n'en pouvais déjà plus. Je ne voyais vraiment pas comment je pourrai tenir les dix-neuf heures restantes. Il devait être... seize heures. La partie la plus compliquée surviendrait la nuit, c'était assuré. Il fallait que je trouve un moyen de me reposer avant. Je ne tiendrais pas sans dormir ne serait-ce que quelques minutes.

    Tout se stoppa et je crus à tort que ce supplice était terminé. Au lieu de quoi, elles repartirent de plus belles. Leur vitesse accélérée tandis que la mienne diminuait. Dans un bref moment de sursis, je fis une plongée profonde dans la Force et en revint moins épuisée, plus... en forme. Mais était-ce réel ou simplement la Force diminuait-elle la sensation de fatigue que j'avais ? Toujours était-il que je faisais de mon mieux pour limiter mes mouvements au seul nécessaire, mais j'avais l'impression que, dans tous les cas, cela ne servait à rien. Puis, je ne sautai pas assez vite et tombai en arrière, persuadée que j'allais atterrir dans le filet. Au lieu de quoi, je heurtai lourdement une autre plaque sur laquelle je roulai involontairement avant de retomber dans le vide. Par prescience, je sentis la venue d'une autre plaque et atterris in extremis sur celle-ci. Je redoublai d'effort pour m'en sortir, comprenant qu'il s'agissait là de la partie la plus compliqué en terme de dépense physique.

    Enfin, après trois heures supplémentaires et l'aide de la Force, je vins à bout de ces plaques qui se désactivèrent mais me laissèrent épuisée et titubant. J'eus à peine le temps de souffler trois minutes que trois nouveaux droïdes firent leur apparition. Je sus immédiatement ce que j'allais entreprendre. J'en  obligeai un à tirer sur un autre, puis fis la même chose avec le suivant avant de me placer rapidement derrière le dernier et de lui sauter sur le dos. Il ne pouvait que tendre ses bras mécaniques, pas les plier. Accrochée à son cou, je ne me souciai pas plus de la position et fermai les yeux en sombrant dans un sommeil méditatif. Mes paupières étaient tellement lourdes, et mes muscles...

    Je ne sus réellement combien de temps je dormis, mais je me réveillai à la suite d'être propulsée à terre. J'ouvris difficilement les yeux et constatai qu'une deuxième droïdes avaient été appelés. J'entrepris de les désactiver tous les deux, soudain moins épuisée et traçai immédiatement la présence de Ilan, Lysandre ou Ellyne qui, eux, respectaient les horaires normales pour se coucher ou autres, et ne s'entraînaient pas jusqu'à pas d'heures. À ce que j'en jugeai, ils étaient à la salle commune et allaient manger dans quelques temps. J'avais donc probablement dormi une à une heure trente. Il devait donc être en vingt heures et vingt heures trente.

    Puis, des nuées de drones envahirent la salle. Ils étaient... nombreux. Les plaques se remirent en mouvement, limitant donc ceux des drones. Je pris une profonde inspiration avant de me lancer. Gestion de fatigue. Gestion de fatigue. Gestion de fatigue. Faire le moins de mouvement épuisant. Uniquement le minimum syndical. Cependant, je me pris tout de même un tir dans le dos. Je sautai de plaque en plaque, me fiant à la Force. Je commençai à prendre le coup de main. Il ne fallait pas que je me centre sur la fatigue, je ne devais pas y penser. Actuellement, ce n'était qu'une question de volonté. La véritable difficulté surviendrait lorsque ni le moral, ni la Force ne pourront m'aider.

    En contrepartie, cela faisait une heure et demie que j'étais de nouveau sur les plaques, et seuls quatre drones avaient été abattus par leurs congénères. Il m'en restait tellement. Et j'avais le souffle si court... Ne m'en préoccupant pas plus, je continuai le manège. Il le fallait. Autant que possible. Les minutes s'écoulèrent, puis les heures. 

    Deux heures supplémentaires et je n'arrivais toujours pas à faire diminuer la situation. Hors de question d'utiliser la Désactivation de droïdes maintenant ou je ne tiendrais vraiment pas. Alors... que faire ? Je pouvais toujours dissiper l'énergie des tirs, mais c'était tout aussi épuisant. D'un autre côté, rester à sautiller sur place n'avait rien de reposant... 

    Il devait être vingt-deux heures... ce faisant, il me restait donc treize heures. Bon, pas le temps de réfléchir davantage à une autre solution, ce qu'il faudrait ensuite, c'est que je sois entièrement plongée dans la Force, de sorte à limiter les grandes fatigues.

    Je sautai sur le premier drone venu et un congénère lui tira dessus. Je bondis donc sur l'auteur de cet acte avant de le désactiver et de revenir sur une plate-forme. L'instant d'après, je dissipai une décharge ionique que je conservai un temps avant de la lâcher sur un autre drone. Je continuai ce manège jusqu'à ce qu'il n'y ait plus un seul drone, concentrée et ne gaspillant pas mon énergie pour rien, en phase avec la Force.

    Enfin, j'atterris sur une plate-forme se remettant en place, la respiration haletante. Je fis de mon mieux pour reprendre mon souffle, en attente de la suite. Je la saisis très bien lorsque ma plate-forme me lança une décharge électrique. Surprise, je criai tout en bondissant de côté. Manque de chance, je subis le même sort. Cette fois, je sautai sur une autre en m'informant au préalable de sa sécurité. Évidemment, je devinai qu'il s'agissait de rotation aléatoire et que ce n'était jamais les mêmes qui étaient viables ou non. J'aiguisai au mieux mes sens et me prêtai à l'exercice. L'adrénaline qui affluait en moi agissait également comme dissipateur de fatigue, au même titre que la Force.

    Après une heure de cet exercice, des difficultés vinrent s'ajouter : quelques plate-formes quittaient leurs socles pour léviter de deux mètres et m'occasionner une belle chute.

    Moi, mentalement : Allez petite prescience, tiens le coup.

    Après une quinzaine de minutes, je mis au point une technique : me servir de la montée des plate-formes pour utiliser moins d'énergie dans les sauts. Cela sembla fonctionner car après une heure supplémentaire, je me sentais toujours aussi en forme (ce qui se traduit par : toujours autant qu'avant cette technique, bien entendu.). Puis, je pressentis la venue d'un laser et l'esquivai en me demandant d'où il venait. J'eus ma réponse : du mur. Il s'agissait d'une roquette. Bientôt, deux autres apparurent aux côtés de la première.

    Moi : Bon... ça n'attente pas à ma vie, mais... rester en état de marcher jusqu'à mes quartiers pour m'écrouler ensuite dans mon lit... c'est englobé avec, non ?

    Bien sûr, le silence me répondit.

    Moi : Je vais prendre ça comme un non...

    Et les roquettes se mirent en mouvement d'elle-même. Je voulais bien essayer de ne gérer ma fatigue, mais elles m'en empêchèrent, elles et le reste de la salle. Je me mis donc à sauter sur toutes plate-formes voulant bien de moi, évitant de mon mieux tirs et électricité. Évidemment, au bout d'un certain temps, je commençai à faiblir. Mes mouvements se firent moins rapides, moins précis, et ma concentration était sérieusement en train de me lâcher. Pourtant, rien ne se stoppa. L'exercice continua, encore et encore, des heures durant tandis que je me prenais une multitude de décharge électrique et de tirs à puissance réduite dédicacée roquettes. Je les sentais, mais je n'étais plus assez rapide pour les esquiver. Et pourtant, il le fallait. Mes paupières papillonnaient à tout bout de champ et j'avais l'impression que si elles se fermaient, je ne pourrai jamais plus les rouvrir. Mes muscles  bouillonnaient et me faisaient tellement mal... Un simple geste était une véritable torture. Et il me restait encore neuf heures ! Il était donc deux heures du matin. Qu'est-ce que j'enviai tous ceux qui profitaient actuellement d'une bonne nuit...

    Enfin, le programme s'arrêta une demie-heure plus tard. Vingt minutes durant, il ne se passa rien. Je profitai de ce répit pour dormir un peu et sombrai dans un profond sommeil à peine après avoir fermé les yeux. Par chance, il fut réparateur. Très. Ainsi, lorsque je me réveillai en sursaut après avoir entendu du bruit, j'eus l'impression de m'être assoupie deux heures, au moins. Ma concentration revivifiée, je renforçai mon lien avec la Force et elle le fut plus encore.

    Moi, mentalement : Allez, on tient, on tient.

    Une rangée de roquettes apparut et je restai sur mes gardes. Pendant deux longues heures, je ne dus qu'éviter leurs tirs et j'étais très fière de ne m'être fait touchée qu'une fois. Une autre rangée apparut quelques secondes plus tard et le même manège dura pendant un temps équivalent. Cette fois, je me fis tout de même avoir quatre fois. Allez, il ne me restait que quatre heures. Juste quatre. Je bouillonnai d'impatience. À ce moment précis, toute ma fatigue se rappela d'un coup à moi. À tel point que je m'effondrai, surprise. Je voyais flou, probablement parce que mes paupières papillonnaient à un rythme effréné. J'avais la tête et les autres membres lourds et mes pensées étaient si disparates que je ne parvenais à les rassembler pour comprendre ce qu'il s'était passé.

    Puis d'un coup, par dessus ce brouhaha, je pressentis je-ne-savais-comment la venue d'un tir dans ma direction. Seulement, il venait lentement, très lentement. Après un effort de volonté surhumain, je parvins à rouler de côté pour l'esquiver. Et tout retomba. Ma concentration était toujours aussi brouillée mais plus de prescience aussi aiguisée. Pendant deux heures supplémentaires, je me traînai et évitai le plus de tirs possibles. Avec tout de même quinze ratés. Il fallait que je retrouve une Force qui me permettait de ne plus sentir la fatigue, mais ma concentration me semblait tellement inexistante que cela semblait impossible. Alors... je devais faire en sorte que ce soit instinctif, comme lorsque je marche : je n'ai pas besoin d'y réfléchir.

    L'heure suivante, je la passai à tenter cette option. Cependant, rien n'arrivait au résultat voulut. Ce fut à ce moment là que le programme changea et que je retrouvai les plate-formes électrifiées en lévitation ou non. Je l'avouai, ma technique ne semblait pas fonctionner. Et pourtant... je trouvai que chacun de mes déplacements paraissait plus précis que les précédents. Et au fur et à mesure, tout ceci s'accentua et je les pressentis. Les tirs, je n'avais plus réellement besoin d'y réfléchir. Après, cela devait probablement être dans ce cas, je doutai de pouvoir réussir cela à nouveau. Mais j'étais ravie que cela marche.

    Enfin, la salle se désactiva pour de bon et je me laissai tomber par terre et bus de l'eau à grande gorgée, ainsi qu'engloutis deux barres énergisantes - ce que je n'avais pas fait durant cet exercice.

    Il était hors de question de m'endormir avant d'avoir entendu le verdict de Kinsa, j'étais prête à tenir une ou deux minutes supplémentaires, je devais tenir. J'avais la tête dodelinante et il m'était impossible de me concentrer sur quoi que ce soit d'autre que cette fameuse validation ou non. Je la vis arriver et lui lançai immédiatement :

    Moi : Re-bonjour ! C'était comment ?

    Ce message a été modifié par Zadyssa le mardi 02 mai 2017 - 18:20

    lundi 01 mai 2017 - 19:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12659 Crédits Modo

    Après avoir discrètement assisté au duel entre Galen et Ilan, le deuxième persuadé que Galen n'était pas Galen, mais un Jedi Noir, je m'avançai vers les deux humains et applaudis.

    Moi : Beau duel en effet. Votre technique est maîtrisée, vos mouvements sont précis ; naturellement Ilan tu as un peu plus de mal que Galen, mais tu t'es très bien débrouillé quand même. Par contre...

    Je m'interrompis un instant, le temps de réfléchir à la formulation de ce que j'allais dire.

    Moi : Ilan, tu dois te souvenir qu'un Jedi ne recherche jamais la vengeance. Jamais. Peu importe ce que l'autre a fait, à toi ou à quelqu'un qui t'es cher, la vengeance n'est pas une solution.
    Ilan : Mais...
    Moi : Cette fois, il n'est rien arrivé à Galen. Mais si un jour, Galen est tué au combat, irais-tu jusqu'à enlever la vie à celui qui a enlevé celle de ton maître, et ainsi te rabaisser à son niveau ? Réfléchis-y. C'est un bon sujet de méditation.

    Le padawan acquiesça, pensif. Ce genre de sujet était sensible, surtout pour un garçon qui avait déjà perdu son père. Personnellement, étant orpheline de mère, je n'étais pas enthousiaste de réitérer l'expérience, d'autant plus que le massacre de Rhommamool avait laissé quelques cicatrices dans mon esprit. Sentir dans la Force tant de camarades tomber sous le feu de ceux qui étaient jadis nos alliés m'avait profondément marqué.

    Moi : Comme je le disais, la technique est très bonne, vous avez bien travaillé. En tout cas, c'était assez beau à voir. Bravo !

    Maître et padawan inclinèrent la tête en guise de remerciement et je consultai l'heure sur mon datapad : onze heures du matin. Les vingt-quatre heures d'exercice que j'avais données à Zadyssa étaient écoulées. En arrivant sur place, je désactivai le programme de la salle et entrai à l'intérieur, aussitôt abordée par ma padawan qui s'exclama aussitôt :

    Zadyssa : Re-bonjour ! C'était comment ?

    Mais avant que je puisse prononcer un mot, elle s'écroula à mes pieds, morte de fatigue. Je réprimai un sourire avant de la transporter jusqu'à dans ses quartiers. Elle ne se réveilla que le lendemain, vers sept heures. Aussitôt réveillée, elle toqua à mes quartiers et sitôt la porte ouverte, fit :

    Zadyssa : Alors, cette validation ?
    Moi : La validation, oui bien sûr...

    Heureusement que je m'étais levée aux aurores ! Machinalement, je m'étirai, baîllai pour la forme, et invitai Zadyssa à entrer. Nous nous assîmes toutes les deux sur ma couchette ; un instant, mon oeil s'attarda sur la veille photo accrochée au mur. Je n'avais aucune idée de pourquoi je la gardais encore. Sans doute étais-je un peu sentimentale...

    Zadyssa : Je tiens à te dire que, maintenant, je comprends pourquoi tu aimes tant la Salle Mandalorienne...
    Moi, souriant : Je suis sûre que tu vas finir par l'apprécier aussi.
    Zadyssa : Aucune chance !
    Moi : On verra bien... Alors, qu'as-tu pensé de cet entraînement ?
    Zadyssa : Difficile, mais je crois que j'ai réussi à gérer ma fatigue, à répartir l'effort... C'est plus compliqué qu'il n'y paraît de rester éveillée dans ces conditions !
    Moi : Certes... Mais là au moins, tu avais l'avantage de savoir combien de temps la situation durerait. En conditions réelles, tu aurais dû composer avec le fait d'ignorer la durée de cette situation, ce qui est nettement plus difficile. Même ce que tu as fait était un bon entraînement, bien sûr. Bien ! Combien de temps as-tu dormi, en tout ?

    Elle prit un temps pour réfléchir et pour calculer, puis répondit :

    Zadyssa : Moins de deux heures.
    Moi : Je comprends pourquoi tu as dormi presque une journée, alors...
    Zadyssa : Tout ça ?
    Moi : Ce n'est pas grave, tu en avais bien besoin.

    Puis, elle prit le temps de me décrire sa journée dans la salle Mandalorienne étape par étape, en précisant quelles tactiques elle avait utilisées contre quels adversaires. J'écoutai avec attention, hochant la tête par intermittence. Zadyssa était douée, très douée, elle serait une grande Chevalière Jedi. Elle était intelligente et stratégique, et était plus résistance qu'il y paraissait.

    Moi : Excellent ! Ta maîtrise de la fatigue était exemplaire, digne d'une Mandalorienne même.

    Zadyssa sourit. Elle savait que je ne faisais pas ce genre de compliments à la légère. Si je le disais, c'était que je le pensais vraiment. Je posai ma main sur son épaule :

    Moi : Ton exercice est validé. Si tu veux, un autre jour, on pourra le faire ensemble, ce sera plus facile...
    Zadyssa : J'aimerais bien !
    Moi : Alors, tant mieux. J'y réfléchirai. Et dans ce cas, ce sera deux jours !
    Zadyssa : Euh...
    Moi : Tu verras, ce sera bien. Bref ! Je pense que je vais donner des cours de combat au corps-à-corps aux autres padawans. Pour l'instant, c'est juste toi et Ellyne qui en profitez.
    Zadyssa : Compte sur moi pour participer quand même !
    Moi : Ha, c'est bien ma pada ça !

    Galen : Le duel est très bien en soi, mais dommage que tu aies réglé ça en un seul post en ne laissant pas l'occasion à Ilan de poster ! Je vous encourage donc de refaire un duel en plusieurs posts à l'Arène Massassi.
    Zadyssa : Exercice impeccable ! Bien évidemment, je valide.

    Comme dit plus haut, je vais organiser des cours de combat au corps-à-corps. C'est toujours utile pour un Jedi de savoir se battre sans son sabre^^. À partir de quatre inscriptions, je lance le cours. N'hésitez pas à venir, peu importe votre rang !

    vendredi 23 juin 2017 - 20:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Télé & Ciné

Sur Disney+

The Mandalorian Saison #2

Le Mandalorien et l'Enfant continuent leur périple à travers une dangereuse galaxie. Retrouvez l'intégrale des saisons 1 et 2 sur Disney+...


Star Wars au ciné

Rogue Squadron

Rogue Squadron se déroulera dans le futur de la galaxie et suivra une nouvelle génération de pilotes spatiaux qui gagneront leurs insignes et risqueront leurs vies. Rendez-vous en 2023...


A venir sur Disney+

The Book of Boba Fett

Décembre 2021 - La série sera produite par les têtes pensantes de "The Mandalorian" à savoir Jon Favreau, Dave Filoni et Robert Rodriguez (réalisateur de l'épisode "La Tragédie"). Côté casting on retrouvera sans surprise Temuera Morrison et Ming-Na Wen.

The Mandalorian S3

2021/2022 - La série de Jon Favreau & Dave Filoni revient pour une saison 3 afin de suivre les aventures de Mando et Grogu.

Rangers of The Republic

Star Wars "Rangers of the Republic" se déroulera durant la chronologie de Mandalorian et sera réalisée par Dave Filoni et Jon Favreau.

Ahsoka

Une des séries les plus attendues par la communauté est centrée sur Ahsoka Tano et sera également produite par Dave Filoni et Jon Favreau.

The Bad Watch

2021 - The Bad Batch est la prochaine série animée de Star Wars, celle-ci nous replongera dans la Guerre des Clones avec l'équipe du Bad Batch.

Visions

2021 - Visions sera une série de courts métrages d'animation dirigée par les meilleurs réalisateurs japonais.

Andor

2022 - La série mettant en avant le héros de l'Alliance Rebelle : Cassian Andor. D'après Diego Luna, l’interprète du héros principal, la série a déjà commencé son tournage à Londres.

Obi-Wan Kenobi

2022 - Le retour d'Hayden Christensen (Anakin Skywalker) dans son rôle de Dark Vador (La Revanche des Sith) aux côtés d'Ewan McGregor.

Lando

Une série réalisée par Justin Simien qui est un grand fan de Star Wars.

The Acolyte

The Acolyte sera une série thriller mystérieux se déroulant dans la Haute République.

Discord

Discutons :)

150 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

06 nov. 2021 - 07 nov. 2021

Star Wars Celebration 2022

18 août 2022 - 21 août 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2021 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide