Formation au sabre laser (page 7)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Durant plusieurs semaines, Le padawan Cyborg avait déserté le temple, pour partir dans la jungle de Yavin. Dexter avait réalisé une bonne cinquantaine de sabre laser en bois ! Après, les avoir ramené à l’académie, et ranger dans la réserve, le Besalisk s’était résolu à aller parler à Maître Padmée et Vyvacy Brûle. 

    C’est après cette conversation, que le padawan Malachite décida qu’il était plus que temps pour lui de revenir à la salle de formation du sabre laser. 

    Exercice 3 – Dulon – Dexter

    Au centre de la salle de formation, Dexter fermait les yeux, sabre laser dans la main droite supérieur. Les pieds joints, le Besalisk contrôlait sa respiration tout en laissant la Force l’immergé. Une sérénité nouvelle l’envahissait et le Réptiloïde en profita pour laisse cours à son imagination ! Ses bras étaient en légère diagonale par rapport à son corps. 

    En ouvrant les yeux, la padawan Malachite salua l’adversaire sorti de son esprit. L’élève de la Force décida qu’il s’agirait d’un humain du nom de Cauchie qu’il avait combattu par le passé et qui s’était révélé être un chasseur de forceux. 

    Dexter plaça son sabre devant lui, en guise de salut pour ensuite reprendre sa position initiale. L’être imaginaire se déplaçait vers la droite du padawan. Celui-ci n’hésita pas à pivoter à 90° horaire pour se repositionner en garde intermédiaire droite. Cette rotation ne fut pas parfaite car Dexter souffrait d’un déséquilibre inhérent à ses prothèses. Avec des mouvements souples, le padawan parvient à compenser sa maladresse. Il refait face à « Cauchie », levant son sabre laser jusqu’à ce que la lame soit proche de son omoplate droite pour rapidement frapper « l’adversaire » d’une attaque Shiim. Puis, une autre attaque sur le flanc droit de l’humain, enchaîné par une troisième attaque sur le flanc gauche de ce « chasseur de forceux ». 

    La flexibilité de tous les muscles du corps du Besalisk était certainement l’un des meilleurs atouts du padawan. Depuis son enfance, il bougeait son corps dans tous les sens. En grandissant, Dexter réalisait tous les jours un rituelle d’assouplissement. Cette discipline lui permit de développer une maniabilité digne de certains contorsionnistes. Le Cyborg devait compenser la rigidité sur métal composant son bras supérieur gauche et sa main inférieur droite. Parfois, le métal de son œil artificiel pouvait aussi le déséquilibre dans certain salto, roue ou autre figure similaire. 

    Avec facilité, le padawan reculait d’un pas chassé en parant la lame imaginaire. Le Cyborg répéta le pas chassé précédent avant d’entreprendre un bon vers l’avant tout en effectuant une fente avec une frappe Shiim. Les deux bras gauche du Besalisk sont perpendiculaires à son corps tendit que son bras inférieur droit semblait hésiter à se placer en diagonale, le long du corps ou en parallèle à son bras supérieur droit qui lui était tendu vers « l’ennemie », la bleue de son sabre laser se stoppa proche « de la gorge de Cauchie ». Les jambes du colosse formaient un trapèze avec le sol. Le temps de trouver la bonne position de son bras inférieur droit, provoqua un léger déséquilibre dans le centre de graviter du Besalisk. Aussi, le padawan du réajuster sa position afin d’éviter de tomber sur sa droite. 

    La figure suivante semblait parfaitement limpide dans l’esprit de Dexter. Un pivot à 180° sur place, en reculant la jambe gauche et en frappant de façon rectiligne oblique cho. Le Cyborg était conscient que cette figure lui avait toujours posé problème pour les même raisons : le point de gravité ! 

    Le padawan se concentra dans la Force afin de lui permettre de trouver la position exacte de ses 6 membres. Si dans certaine situation posséder des membres cybernétiques, étaient un atout, dans toutes les figures d’équilibre, ils étaient une faiblesse. 

    Malgré sa bonne volonté et sa concentration, le padawan perdit équilibre et se retrouva sur son séant. Il rageait au fond de lui, mais n’en laissa rien paraître. Continuant à imaginer la réaction de son adversaire, Dexter réalisa une roulade sur le côté droit afin d’éviter une lame imaginaire de le frapper. Avec l’aide de la Force, le Besalisk se replaça rapidement sur ses pieds et déjà il fut en garde intermédiaire droite. Face à « Cauchie », le padawan recula légèrement tout en réalisant une rotation du poignet droit permettant à sa lame bleue de parer « l’attaque de l’humain ». S’enchaînât une rotation vers le haut et à gauche appuyer d’un bond vers l’avant. Le colosse sourit car il fut assez content de sa frappe Shiim vertical vers « la tête de l’adversaire » et de son jeu de jambe qui se positionnait exactement où il faut. Enchaînant la dernière attaque avec un bond vers l’avant et une frappe Shiim oblique touchant le flanc de « Cauchie ». Il se repositionna en garde. 

    Pendant un instant, Dexter hésita à prolonger le combat. Il préféra attendre les conseils du Chevalier Talik et désactiva son sabre laser. 

    vendredi 02 mars 2018 - 11:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Validation Dexter ; Shii-Cho, exercice 3 : Dulons

    J'avais assisté au dulon de Dexter discrètement, et je trouvai qu'il se débrouillait plutôt bien. Ses membres cybernétiques le faisaient parfois perdre l'équilibre, mais il parvenait presque toujours à se rattraper ; avec un peu d'entraînement ce déséquilibre s'arrangerait, je ne me faisais pas de souci pour ça.

    Lorsque le Besalik se tourna vers moi, son dulon était terminé. Je m'avançai vers lui et lui demandai :

    - Dans ton esprit, qui combattais-tu ?
    - Cauchie, un humain chasseur de Forceux, répondit-il.
    - Je vois ça. Bon, pour ma part, l'exercice est validé, fis-je. À en juger de l'extérieur, tu visualisais bien ton adversaire et tu ne t'es pas mal défendu. Réitère cet entraînement quand tu le voudras, il est toujours très utile et tire son avantage du fait qu'il peut être réalisé n'importe où et ne nécessite pas de matériel.
    - Cela veut donc dire que je suis prêt pour le duel ? interrogea Dexter avec une certaine impatience dissimulée dans sa voix.
    - C'est le cas, oui, acquiesçai-je. Trouve-toi un partenaire et fixe une date. Préviens-moi, j'y assisterai.
    - C'est d'accord. À bientôt, Chevalier Talik, me salua le Besalik alors qu'il quittait la pièce.
    - À bientôt Dexter.

    Padme111 : Bon exercice ! Sur la forme toutefois, les guillemets coupent un peu le rythme de lecture et je ne saurai que te conseiller de relire avant de poster.

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le mardi 06 mars 2018 - 18:45

    mardi 06 mars 2018 - 18:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Kinsa ; Sokan, exercice 2 : Evoluer rapidement en terrain dangereux

    Un mois s'était écoulé depuis que j'avais tenté pour la première fois le premier exercice du Sokan, et je l'avais refait plusieurs fois depuis. À mon plus grand plaisir, j'avais constaté une nette progression dans ma capacité de repérer les éléments utiles dans le décor, même si j'avais toujours plus de facilités en territoire urbain. Enfin, je m'estimai prête à passer le deuxième exercice de cette nouvelle Forme.

    Il s'agissait cette fois de savoir me mouvoir rapidement dans des décors dits "dangereux". Je me rappelai de quelques uns que j'avais mis, et je sentais que j'allais bien m'amuser... Après un bref échauffement, je me dirigeai vers la salle aux Mille Aspects et sélectionnai le programme "Terrain métamorphe 2". Pendant quelques secondes, un des murs de la salle afficha un railleur "Amusez-vous bien" à qui j'adressai un sourire amusé. Je devais avoir envie de plaisanter le jour où j'avais conçu le programme...

    - Alors, à nous deux, programme ! lançai-je, juste avant que le premier décor ne s'affiche.

    Mon premier défi serait donc des falaises d'Utapau, que je devais manifestement franchir en vitesse avant que mes poursuivants holographiques me rattrapent. Comme j'étais méchante envers moi-même, j'avais réglé la hauteur des falaises à vingt mètres, soit bien au-delà de mes capacités en Saut de Force. Cela aurait été trop facile, après tout, et comme je me plaisais à le répéter, la vie vous facilitait rarement la tâche, alors si je voulais imiter le réel... Je chassai ces pensées inopportunes de mon esprit : pas le temps de rêver, il fallait que je me dépêche. J'avisai un arbre qui devait atteindre dans les six mètres au sommet et atterris sur une des ses branches. Il ne me restait plus que quinze mètres, c'était déjà ça. Après avoir repéré un renfoncement quatre mètres plus haut, où je pourrais atterrir sans trop de problèmes, je sautai encore une fois dans l'intention de partir de là pour grimper à l'ancienne. Mais en regardant en bas, je constatai que mes poursuivants étaient juste au pied de la falaise, soit neuf mètres en-dessous de moi. J'avais de la compagnie ! Sans perdre de temps, avec mon sabre holographique, je tranchai quelques roches à côté de moi qui tombèrent directement sur mes assaillants. Voilà qui devrait me donner un peu de répit. Je repérai quelques lianes qui pendaient sur la falaise et me servis d'elles pour grimper. Généralement, jouer les escaladeurs n'était pas mon fort, mais je tenais à bien faire l'exercice. Toutefois, avant que j'aie pu atteindre le sommet, mon environnement se métamorphosa.

    Je me retrouvai dans une jungle épaisse, comme celle de Yavin IV, ce qui me fit penser que je pourrais peut-être tenter l'exercice en situation réelle un de ces jours... Voilà qui me ferait le plus grand bien ! En entendant les cris des Sith holographiques, j'estimai qu'il serait peut-être judicieux de détaler. Dans ce genre d'environnement, où le sol pouvait réserver des bien mauvaises surprises, je ne pouvais pas me permettre d'user de la Vitesse : je partis donc au trot. Rapidement, je ne m'appuyais que sur les racines, le sol en lui-même se transformant lentement en un marécage qui n'avait rien pour inspirer confiance. Mais ma prudence me coûta mon avance, et je fus vite rattrapée. Un instant, je réfléchis. La solution serait de me cacher jusqu'à ce qu'ils soient passés... Alors que je levais les yeux, je constatai que le ciel était caché par un plafond de lianes qui paraissaient bien épaisses...suffisamment pour supporter mon poids. En un clin d'oeil, j'étais couchée de manière particulièrement disgracieuse sur ce tapis de lianes qui au moins avait le mérite de me dissimuler. Aussitôt que j'entendis la cavalcade s'éloigner, je retournai sur la terre ferme. J'eus à peine le temps de faire quelques enjambées de plus dans l'autre sens que je me retrouvai au beau milieu d'une tempête.

    Une tempête, et plus précisément une des fameuses tempêtes de Tython. J'étais déjà allée sur cette planète, pour y secourir d'autres Jedi et ensuite pour rétablir le côté lumineux, mais je n'avais jamais été confrontée à ses tempêtes. Je m'estimais chanceuse : Galen, en étant originaire, me les avait décrites, et la Salle aux Mille Aspects paraissait la reproduire assez fidèlement. J'eus le réflexe de m'abriter sous une corniche pour me protéger du vent, mais le bout de la corniche s'effondra juste devant moi, manquant de m'écraser de très peu. Point positif : si la tempête me gênait, je pouvais savoir que c'était aussi le cas pour mes poursuivants, et même si le but de l'exercice consistait en savoir avancer rapidement en terrain dangereux, il me semblait également que la prudence l'emportait parfois sur la rapidité... En l'occurrence, la tempête me dissimulait à leurs yeux et tandis qu'ils avançaient et se perdaient, je pouvais me cacher et attendre une accalmie. Cela me semblait la solution la plus raisonnable, à la condition que je trouve un endroit sûr où m'abriter. En faisant attention à ne pas déstabiliser encore plus la corniche, je dégainai mon sabre et y creusai un trou d'environ un mètre de diamètre et autant de profondeur pour m'y faufiler. J'y demeurai ainsi les quatre minutes restantes.

    Au terme de ce laps de temps, le décor se mua en une montagne escarpée, aux roches ressemblant à des pics et aux crevasses dont le fond n'était même pas visible. Aussitôt, j'entendis un bruit de cailloux qui dévalaient une pente juste derrière moi, et j'eus à peine le temps de me retourner en position de défense, mon coude, dans son élan, prêt à frapper la présence derrière moi qui esquiva adroitement le coup en se courbant en arrière. Instinctivement, profitant du fait qu'il se soit légèrement déséquilibré, je le repoussai d'un coup de pied dans l'abdomen. Comme je l'avais escompté, il alla faire un petit bonjour au sol. Je me demandais si ce n'était pas un Yunixy...

    Je profitai de ce répit pour détaler, et pestai :

    - Dis-moi, le programme, c'était pas le deal ! Toujours une distance de sécurité entre le Jedi et les poursuivants lors du changement de décor !
    - Comme vous aimez frapper, j'ai pensé que ceci vous plairait, déclara une voix métallique qui semblait provenir de nulle part et que j'identifiai comme étant celle de PROXY.
    - On va avoir une petite conversation tous les deux, PROXY ! menaçais-je, alors que je m'arrêtais brusquement en voyant un fossé dont l'autre bord se situait à plusieurs mètres. Et puis je n'aime pas tant que ça frapper...si ?
    - D'après mes enregistrements, mémoire, affirmatif, mais si vous souhaitez que je fasse une recherche plus approfondie...
    - Laisse-tomber et mets ça sur le compte de mes origines, si tu veux bien.
    - Bien sûr, confirma PROXY. Voulez-vous que je note cela sur ma fiche personnelle ?
    - Comme tu veux, mais tais-toi, ordonnai-je en prenant de l'élan.

    Heureusement, cet élan fut suffisant pour que je franchisse le gouffre sans encombre. Même si je savais que ce n'était qu'une représentation holographique, elle était terriblement réaliste et l'idée d'y tomber ne me réjouissait pas particulièrement. Pour le reste, je devais juste faire attention à ne pas aller trop vite pour ne pas perdre l'équilibre et tomber sur un pic, mais garder quand même une vitesse de croisière pour ne pas me faire rattraper. À un moment - perfidie de PROXY ? - je fus assaillie d'un feu nourri et dus me réfugier derrière une irrégularité du terrain le temps que les tirs de blaster cessent. J'avais la chance que mes heures d'entraînement quotidien me maintiennent en forme... Je m'étais fixée une heure pour cet exercice, soit douze décors, et je n'en étais qu'au quatrième.

    J'enchaînai ainsi une course-poursuite dans les bas-fonds d'une planète-ville – mon occupation préférée – un désert, des sables mouvants, un marécage comme ceux de Dagobah, une décharge de vaisseaux, des souterrains, un bâtiment qui tombait en ruine et terminai par une ville sur l'eau où les cours d'eau remplaçaient les rues et où on utilisait les aquaspeeders pour se déplacer. Enfin, alors que je venais de jeter dans l'eau un adversaire qui s'était trop approché, tout s'effaça. L'exercice était fini.

    mercredi 04 avril 2018 - 20:23 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Weedge – Forme I – Exercice 2

    J’avais passé quelques heures à parler de l’incident a Sol’As. Si focaliser sur l’objectif est un point important comme l’avais suggéré Kinsa, il m’avait recommandé de méditer. Dans cette méditation, je devais faire la PAIX avec ces évènements, retrouver la SÉRÉNITÉ et l’HARMONIE grâce a mes CONNAISSANCES et a la FORCE. Bref, il me renvoyait indirectement au code Jedi, de chercher les réponses dans sa signification. Plus important, il me dit simplement de faire en sorte que ce que ces images me montrent ne se reproduise jamais. De l’utiliser comme une force, et non comme une faiblesse.
    Tout ceci en tête, je retourne vers les salles d’entraînements, pour continuer l’entraînement et passer à l’exercice 2. Proxy m’accueille et m’indique la salle.
    Je prends mon sabre en main, le soupèse. Je ne l’avais pas activé depuis… plus de 20 ans. Toujours à mes côtés, silencieux. Son cristal si particulier m’accompagnait dans toutes mes actions en tant que guérisseur, mais je n’avais plus osé l’activer et révéler sa lame.
    Je résiste un temps à l’idée d’activer ce sabre, mais fini par presser ce bouton. La lame d’un jaune éclatant apparait, brillant comme un soleil, dont la douce énergie réchauffe et apaise.
    Je me laisse baigner dans cette lumière un instant, me concentrant dans la Force avant de faire signe à Proxy d’activer la sphère.
    Je me positionne face a la sphère, tenant le sabre a deux mains devant moi, proche du corps, légèrement incline vers l’avant.
    Proxy s’exécute. La sphère effectue des mouvements de gauche à droite. Je ne la suis pas, j’attend de sentir dans la Force qu’elle se prépare à tirer. La sphère prend son temps. Elle tire soudainement 2 fois de suite sur ma droite. Je me décale et positionne le sabre pour renvoyer les faibles rayons. La sphère continue pour tenter de se mettre dans mon dos. Je tourne avec elle pour la garder en vue. Elle tire, puis change de direction. Je renvoi ce tir et continue à la suivre. Elle accélère. Elle reste devant moi, monte, tire, descend, tire encore, part à droite, gauche, tire.
    Proxy tente de me piéger... et réussi. Il charge le laser, action que je sens au travers de la Force. Je me prépare alors à renvoyer un tir qui ne vient pas. Et la sphère se décale et tire 2 fois, touchant ma main droite.
    Moi : Aie!
    Proxy : Tu manque encore de concentration. Tu pouvais sentir ce piège.
    Moi : Je me concentre trop sur l’énergie émise par la sphère et pas assez sur le sens du danger. Je dois m’ouvrir plus à la Force.
    Proxy : Puis-je suggérer d’utiliser le casque?
    Moi : Pourquoi pas?
    Je prends le casque, la visière m’empêche de voir. Je dois donc oublier le sens de la vue et me concentrer uniquement sur la Force. Et ne pas négliger le sens du danger. Je ferme les yeux. Ça ne change rien du fait de la visière, mais étrangement m’aide à focaliser.
    La sphère bouge autour de moi. Je perçois sa présence. Elle ne tire pas. Proxy la fait juste tourner autour de moi, teste ma capacité à la suivre. Je ne réagis pas. J’attends de voir la suite.
    La sphère va dans mon dos. Je me tourne pour lui faire face, elle continue pour rester dans mon dos. Je me tourne dans l’autre direction pour lui faire face, a temps pour repousser un tir. La sphère enchaine 3 tirs et s’échappe à droite. Je repousse les 3 tirs, me tourne pour repousser un autre à droite mais échoue de peu, le tir touche ma main. Trop lent.
    Je me replace. La sphère tire en rafale. Je renvoi les tirs. Gauche. Droite. En Hauteur. Au sol.
    Pendant un temps, ce ballet s’enchaine. Je suis concentre, à l’écoute de la Force. Encore je perds la notion du temps, enchainant sans réfléchir les échanges avec la sphère.

    Proxy accélère doucement. Les tirs se font de plus en plus rapide. Plongé dans la Force, je ne m’en rends pas compte. La vitesse devient assez rapide pour que de l’extérieur, ma lame ne soit qu’un flou jaune flottant autour de moi.

    Mes gestes, à l’origine simple, devienne plus ample à mesure que le temps passe. La sphère tente des tirs croisés. Et l’accident se produit. Renvoyant un tir latéral et remontant brusquement mon sabre en travers, je renvoi le tir suivant… droit dans l’émetteur du laser de la sphère. Celle-ci disjoncte, et tombe dans un bruit métallique au sol.

    Proxy et moi, en même temps : Oups!

    Ce message a été modifié par ProjetT le dimanche 08 avril 2018 - 12:50

    samedi 07 avril 2018 - 02:33 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9303 Crédits Modo

    Galen Arek – SHIEN – Exercice 2 : Modérer l’offensive (1e partie)

    C’est une nouvelle journée qui commence pour moi, même si les chances que ce soit agréable sont quasiment nulles, et je décide de prendre ma matinée à la salle de classe au combat de sabre. Il faut dire que suite à avant-hier où j’ai testé le premier exercice, j’ai ressenti des courbatures au poignet parce qu’il s’habituait petit à petit à mon mouvement arqué. Et aujourd’hui, je vais effectuer la même chose mais en attaquant aussi mon adversaire. Je me rends dans la salle en passant par l’entrée puis je me dirige directement vers la Salle Blanche pour commencer… la première partie du deuxième exercice.
    L’exercice numéro 2 de la Forme IX est scindé en deux parties qui permettent aux apprenants de mieux s’adapter à cette forme de combat spéciale. Kinsa et moi avons convenu que la première partie se déroulerait dans la Salle Blanche avec un seul adversaire, chose qui sera différente pour la seconde partie.

    Je pénètre dans la salle entièrement recouverte de blanche et je m’installe au milieu ; je retire mon manteau noir et le dépose sur le sol, plié, pour rester avec mon haut à manches longues, mon pantalon moulant et mes bottes. Je m’assois ensuite en posture de samouraï et ferme les yeux pour méditer sur l’objectif fixé de cet exercice. Je me visualise le mouvement arqué de mon poignet, le sabre en position horizontale pointée vers l’ennemi, les attaques que je pourrais effectuer en gardant cette posture de main… tout cela me traverse l’esprit pendant que la Force s’infiltre en moi pour éveiller mes capacités de bretteur et mes sens physiques. Il va me falloir exécuter des frappes avec un minimum d’engagement physique et c’est une des premières difficultés de cet exercice. J’entends finalement la porte de la salle s’ouvrir et j’entends des pas s’avancer. Le bruit mécanique des articulations en mouvement en dit long sur mon visiteur. J’ouvre les yeux et je me relève doucement sur mes jambes pour observer le nouvel arrivant.

    L’holodroïde PROXY est immobile sur ses deux jambes mécaniques, le regard fixe et dénué d’expression vers le jeune individu que je suis. Il reste tel une statue à m’observer et sans transparaître aucune émotion que ne le fait un être organique ; il est imprévisible, tout comme l’objectif de la forme à laquelle je m’entraîne à tester. Je continue de fixer PROXY pour deviner ses intentions jusqu’à ce qui tende son bras directif vers sa cage thoracique : un manche de sabre se décroche de son corps pour atterrir dans sa main. Il place ensuite lentement son membre articulé en garde médiane et il appuie sur le bouton. Une lame bleue vif jaillit du cylindre métallique et illumine de sa lueur l’espace entre lui et moi. Il se place ensuite dans une posture d’attaque, souple et dynamique. Je dégaine par simple traction mon propre sabre et je l’allume en le tenant d’une main, pointée à l’horizontale vers lui. L’holodroïde ne dit rien, ne fait rien d’autre que garder la pose. Et… il réalise un long pas chassé pour s’élancer vers moi.
    Il décide de me porter une attaque à l’épaule mais je fais un pas de côté en exécutant une parade horizontale de mon mouvement arqué. La lame azure réceptionne celle adverse et la contre d’une certaine facilité. L’holodroïde n’en reste pas sur cette frappe et passe rapidement à une attaque horizontale de tête. Je fais pivoter mon poignet de main armée à une même vitesse pour défendre mon espace de vie et empêche la lame bleue vive me toucher. Je profite rapidement de cette défense pour passer aussitôt à l’attaque. Toujours d’un mouvement arqué, je réfléchis à mes attaques et la manière dont je vais l’obliger à négliger ses points sensibles. Malheureusement, je vois bien que PROXY est depuis le début de ce duel dans une volonté de me vaincre sans aucune forme de pitié. Il veut me faire tuer.
    Je me lance dans une série de coups à l’horizontale : une attaque en écharpe pour commencer, suivie d’une attaque au tronc, puis une au bras gauche, une autre en écharpe, une autre en balayage droit et je pivote sur moi-même en une seconde pour porter un estoc franc au flanc. PROXY pare toutes mes tentatives mais avec une difficulté causée par mes mouvements arqués. Nous tenons tous deux le rythme en nos attaques et nos défenses, enchaînant les coups et ripostes avec autant de rapidité que de férocité. Sauf que moi… je conserve mon calme et privilégie moins d’engagement physique que l’holodroïde ; ce dernier manie son sabre en une main, réalisant ses attaques dans le style martial de la Forme V. Je pare et contre-attaque donc dans un style complémentaire, maniant mon arme d’une main. Je reprends les mêmes attaques que précédemment, altérant leur ordre de passage pour éviter de faciliter l’assaut de mon adversaire mécanique. PROXY frappe avec la puissance de ses bras mécaniques et me force à parer chacune de ses tentatives sans me laisser de répit. Je contre ses attaques sans cesser d’arquer mon poignet à l’horizontale et quand elle pénètre mon espace. Il vient alors un moment où nous en sommes à un bras-de-fer au sabre où nos deux sabres grésillent et vrombissent d’efforts physiques.

    C’est là que son poing gauche vient se loger dans ma mâchoire et me déstabilise. Je recule de quelques pas et PROXY en profite pour attaquer ma tête. Je fais rebondir une parade horizontale pointée sur sa frappe puis arque mon mouvement pour porter un coup en écharpe sur son torse à découvert. PROXY recule à son tour sous le coup de mon sabre et j’attaque à nouveau. Nous poursuivons notre combat instinctif dans toute la Salle Blanche, tournant en restant face-à-face, et nous nous battons comme si nos vies en dépendaient. PROXY est précis et puissant dans ses coups tandis que je montre une défense presque implacable. Son mode de combat est aussi imprévisible que le mien, ce qui est une difficulté dans un tel entraînement au Shien So pour un débutant. Or… je suis assez entraîné au Djem So pour savoir comment passer au travers des techniques. Je laisse donc PROXY utiliser tour à tour les différentes attaques contre moi, que je pare avec l’habitude du mouvement arqué, et je cherche de nouvelles feintes dans son jeu. Bien sûr, je ne vais rester à défendre sans attaquer aussi. Je fais des attaques à la Djem So à mon tour en y mettant moins de puissance et plus de souplesse dans mes mouvements : la Force et mon calme me facilite ma concentration sur mon observation des points sensibles de PROXY. Ce dernier cherche dans son jeu de lame à paraître tenace et invincible. Je garde la tête froide et cherche durant cet échange « musclé » des possibilités de le vaincre en touchant ses points sensibles.

    Cela fait maintenant vingt minutes que j’affronte PROXY dans une mêlée instinctive et que chacun de nos mouvements ne vient pas à bout de l’autre. Je m’efforce de contourner chacune de ses parades et attaques mais il semble avoir compris ma manière de me battre. Je persévère dans mes enchaînements puis je tente une dernière chance. Je ne laisse plus rien transparaître sur moi et je réalise une attaque en écharpe sur lui. PROXY s’apprête à parer avec détermination… mais je change au même moment mon mouvement d’attaque pour arquer mon poignet, et donc mon sabre, vers son épaule droite. L’holodroïde ne voit venir mon changement que trop tard et ma lame transperce son épaule. Il ne lâche qu’un râle muet en sentant le coup porté. Je retire aussitôt mon sabre et je réalise un salto avant au-dessus de lui pour atterrir dans son dos. PROXY se retourne pour me porter un coup dans les omoplates mais je pivote à temps pour parer l’attaque d’un mouvement arqué… avant de repivoter pour exécuter un shiak.
    La lame de sabre est plantée nette dans la poitrine de PROXY et celui-ci ne bouge plus. Il lâche son sabre, éteint, et fait tomber ses membres ballants aussitôt tout en étant empalé. J’éteins à mon tour mon sabre et le laisse s’écrouler lourdement au sol. Le voilà à terre, inerte. Je viens de le vaincre tout en effectuant cette première partie de l’exercice deux. Je rengaine mon sabre et m’approche de mon manteau pour le prendre sur mon épaule. Je me retourne vers mon adversaire immobile…

    Moi : - Merci pour ce combat PROXY.
    PROXY, tournant sa tête vers moi et se relevant un peu : - Il n’y a pas de quoi. C’est mon devoir après tout de vous entraîner… et de vous tuer accessoirement.
    Moi, souriant : - Je sais.

    Je l’aide un peu à se relever et lui tend son sabre pour qu’il le range. Je quitte ensuite la Salle Blanche pour aller me reposer un peu. Ce cher holodroïde a raison sur un point : puisqu’il a accepté de m’entraîner à cette neuvième forme, la seule façon pour lui… c’est de tenter de me tuer. Un combat instinctif auquel je peux être en condition face à un véritable adversaire tenace et imprévisible. Pour mieux le vaincre.

    dimanche 08 avril 2018 - 10:20 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Validation Weedge

    Moi : Dites, c'est une habitude chez ceux qui s'entraînent au deuxième exercice de bousiller les sphères ?

    Je venais de pénétrer dans la salle I, où m'attendaient un Weedge à la mine déconfite et un PROXY toujours aussi stoïque. Le Zabrak tenait d'une main le casque à visière qui servait traditionnellement dans cet entraînement, tandis que de l'autre, il avait toujours son sabre allumé. Du coin de l'oeil, j'avisai la sphère d'entraînement qui gisait non loin de là et l'attirai vers moi grâce à la Force, avant de la lançer à l'holodroïde.

    Moi : Quand tu auras le temps, tu pourras réparer ça, s'il-te-plaît ?
    PROXY : Ce sera fait, maître Kinsa.
    Moi : Parfait (je me tournai vers le Guérisseur). Parlons de ton entraînement, à présent. Peux-tu me le décrire ?

    En quelques mots, Weedge me résuma son exercice. Au fur et à mesure, je hochais la tête d'un air approbateur. Il avait fait tout ce qui devait être fait : il s'était plongé dans la Force, ne s'était pas fié uniquement à ses yeux et avait réussi à renvoyer les tirs de la sphère, jusqu'au point même de les renvoyer sur elle. J'étais également très heureuse qu'il ait réussi à surmonter sa peur d'allumer son sabre.

    Pour cet exercice, il y avait une tradition depuis que je m'occupais de la classe, et Weedge n'y dérogerait pas. Je décrochai mon blaster de ma ceinture, le réglai rapidement à la puissance minimale et commençai à tirer sur le Zabrak, qui eut le réflexe de dégainer son sabre et de parer. Même contre un adversaire vivant, il se débrouillait plutôt bien, et je dus même esquiver quelques tirs qu'il m'avait renvoyé. Une minute plus tard, je décidai que c'était assez et rangeai mon blaster.

    PROXY : Vous voilà baptisé, maître Weedge.
    Weedge : Je vois ça... Comment je me suis débrouillé ?
    Moi : Je valide cet exercice, mais tu connais le refrain : entraîne-toi régulièrement ! Ça vaut d'autant plus pour le renvoi des tirs, car c'est une facette très importante de l'utilisation du sabre laser. Après tout, il y aura toujours plus de gens pour te tirer dessus que de gens pour t'affronter sabre contre sabre.
    Weedge : C'est vrai.

    Le laissant s'entraîner encore un peu, je le saluai et m'éclipsai.

    Validation Galen

    Le lendemain, Galen m'informa qu'il comptait réaliser la première partie du deuxième exercice du Shien. Je savais qu'il tenait particulièrement à cette Forme, ayant contribué à définir les étapes de son entraînement, à l'aide de vieux holocrons dans les archives. J'avais alors promis de passer le voir s'entraîner dans la Salle Blanche et ce fut ce que je fis.

    J'assistai, appuyée contre un des murs, au duel entre Galen et PROXY. Voir mon petit ami se battre était toujours un plaisir, mais cette fois je devais l'observer d'un oeil critique. Lorsque nous avions fait les exercices, nous avions passé des heures à regarder et analyser des combattants de l'ancien Ordre Jedi faire des démonstrations de cette Forme et d'après mes souvenirs, il ne se débrouillait pas trop mal. Il finit même par administrer un shiak à PROXY, concluant ainsi le combat. Avant que le Tythonien ne puisse quitter la pièce, je le retins :

    Moi : Hep, pas si vite ! Je dois encore te dire ce que j'en pense.
    Galen : Et tu en penses quoi ?
    Moi, sur le ton de la plaisanterie : J'en penses que PROXY devrait se calmer un peu, j'ai encore besoin de mon copain, moi !
    PROXY : Maître Galen est capable de se défendre, à ce que je vois.
    Moi : Cela va de soi. Mais gardez à l'esprit que tout cela n'est qu'un exercice, sinon je vous obligerai à prendre des sabres d'entraînement, comme les padawans. Bien ! Cette petite précision étant faite, j'ai trouvé ce duel très bon, Galen tu as bien appliqué le but de l'exercice, je le valide !

    Il me remercia du regard, avant de proposer :

    Galen : Tu veux venir boire un verre avec moi à la salle commune ? Je suis épuisé.

    Je venais de passer une heure dans la Salle Mandalorienne, ma salle préférée, ce qui n'empêchait pas d'en ressortir en sueur. J'avais pu souffler les vingt minutes du duel Galen/PROXY, mais je ne cracherais pas sur un rafraîchissement.

    Moi : Ça marche !

    ProjetT : Bon entraînement, concis mais contenant tous les éléments nécessaires, tu peux passer à la suite !
    Galen : Un duel de qualité, je valide cette partie !

    dimanche 22 avril 2018 - 17:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Weedge – Forme I - Exercice 3   

    Il n’y avait qu’un seul adversaire auquel je pouvais penser. Mon pire adversaire. Moi-même. Mon autre moi.

    J’appréhendais cet exercice car il allait remonter à la surface un souvenir douloureux. Et inconsciemment, un mensonge. Un mensonge que le clone faisait et continuait à faire malgré lui. Ce mensonge était gravé dans son inconscient au point que s’en était la seule vérité pour lui.

    Je plonge dans la Force et dans mes souvenirs.

    A ce moment de l’histoire, J’étais inconscient. Attache dans la soute de l’Arrow après avoir été sous le contrôle de mon double. Ce duel se passe dans mon esprit, dans le seul lieu ou Weedge et son double peuvent exister séparément.

    La Force était alors faible, et j’étais désavantagé, mon adversaire gavé de pouvoir. Le double maléfique semblait plus grand, plus imposant.

    Un sabre apparaît dans ma main. La projection de mon propre sabre. J’active sa lame jaune. Un sabre identique, mais noir, apparaît dans la main du double. Sa lame est rouge.

    Lui : Ah tu veux jouer…

    Je me mets en position. En garde. Il attaque. Je recule. Mes répliques sont molles, comme si mon sabre pesait une tonne. Il n’hésite pas à me porter des coups. Aux bras, aux jambes. Contrairement au duel original, je force et pare la plupart des coups. Mais recule, inexorablement, devant la puissance des coups de l’adversaire.

    Lui : Tu n’as pas encore compris ? Tu ne peux rien. Ta lumière chérie n’est plus. Le côté obscur est victorieux.

    Le duel s’éternise, à sens unique. Je pare les coups, en haut, en bas, de tous les cotes, mais recule, tombe toujours, prend des coups. Je me relève, toujours, m’accrochant à la seule force qui me reste, ma propre lumière.

    Lui : Je vais souffler cette lumière. L’éteindre à jamais.
    Moi : Tu ne peux pas et pourra jamais. Même sans la Force, tous les Jedi ont au fond d’eux cette lumière. Et elle restera, a jamais…

    C’est alors qu’une étoile se mit à briller. Une super nova. Une aura tellement puissante dans la Force, tellement lumineuse. Elle me redonne Force et espoir.

    Lui : Quoi ? C’est impossible ! La Lumière a été éradiquée…

    Je reconnaissais cette aura, je l’aurais reconnu entre mille.

    Voix : Bats-toi... Bats toi… Bats toi….

    Je me relève, encore, et, poussé par cette lumière, arrive à prendre le dessus, et fait reculer mon double. J’enchaîne les coups, en haut, en bas. Le double semble rétrécir. Ou c’est moi qui semble grandir.

    Je l’attaque en haut, à droite, à gauche, en bas, de tous les côtés, le repoussant petit a petit vers cette lumière éclatante.

    Quand soudain, l’étoile explose… Laissant un vide dans la Force et dans mon cœur…

    Moi : Non… Non… NNOOONNNN!!!
    Lui : Pathétique…

    Il se met à rire…
    Devant son air satisfait, comprenant ce qu’il s’est passé… Je reprends les attaques et enchaîne les passes d’armes, attaquant de tout cote avec vitesse et précision, sans laisser un instant de repos. Je le pousse en arrière, frappe son sabre de façon répétée, il manque de peu de stopper mon coup. Mon sabre traverse le sien, détruisant son émetteur, qui explose. Je le fais tomber au sol, la lame jaune de mon sabre pointé sur son visage.

    Moi : Tu as perdu…

    Le double disparaît dans un brouillard noir qui se dissipe… C’est à ce moment que je me réveille, larme à l’œil, me remémorant l’origine de cette lumière…

    Moi, tout bas : Repose en paix, M’man…

    (Le message original)

    jeudi 26 avril 2018 - 03:24 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Djem So: Les trois gardes

    Suite à une discussion avec sa maître, Zokuron a apprit qu'elle attendait de lui, tout consulaire qu'il est, qu'il apprenne une seconde forme de combat avant de passer ses épreuves de chevalier. Le voilà donc devant le terminal holo qui détaille et explique les philosophies et spécificités des différentes formes de combat au sabre-laser. Il les relit une à une, se demandant à chacune si elle lui correspond ou non. En premier, il exclut le Niman, habituellement réservé aux consulaires, car il lui semble trop basique. Même Kinsa lui a conseillé une forme plus martiale, histoire d'être plus autonome dans les missions périlleuses des gardiens auxquelles il devra faire face tant qu'il sera padawan. Et surtout, son padawan.

    La forme que lui a suggéré Kinsa est le Soresu. Effectivement, sur le papier, cela sonne comme la forme idéale pour lui, puisqu'elle permet la protection la plus accrue de toutes les formes. Mais Zokuron ressent quelques malaises envers le Soresu. Déjà, il le trouve très, voire même trop défensif. Le togruta ne voit pas l'intérêt de savoir se défendre infiniment s'il n'est pas capable de mettre son adversaire hors d'état de nuire par la suite. Cet argument est d'autant plus renforcé qu'il sait que Kinsa et Zadyssa ont aussi apprit l'Ataru, preuve que le Soresu a des lacunes qu'il faut combler avec autre chose.
    Enfin, les autres éléments qui le retiennent de s'orienter vers le Soresu sont des justifications moins valables, plus intimes, car il aimerait une forme qui implique davantage l'utilisation de la Force, et qui ne soit pas apprise à la fois par sa maître et sa copine. C'est un peu bête, certes, mais c'est ainsi.

    Il se renseigne ensuite sur l'Ataru, mais il en éprouve bien vite un rejet, le considérant simplement comme un miroir offensif du Soresu. Et puis, de son point de vue, les acrobaties c'est le domaine de Zadyssa.
    Puis vient le dilemme avec les deux formes restantes, le Makashi et le Djem So. Le Makashi plaît au jeune togruta car il enseigne à se servir des pouvoirs de la Force durant un combat, mais sa grosse lacune est qu'il n'apprend pas à se défendre contre les blasters. A l'inverse, le Djem So ne semble à nouveau se servir de la Force que dans un but physique, mais il est parfaitement équilibré entre offensif/défensif, sabre comme blaster.

    Pour le moment, le padawan ne sait pas quoi choisir. Il parcourt avec langueur les descriptifs des autres formes de combat, découvrant le Sokan, le Shien, le Jar'kai et plein d'autres. Le Shien retient quelque peu son attention, mais il l'abandonne bien vite. Il finit enfin avec le Vaapad, qu'il affectionne malgré ses exigences et contraintes.

    Il passe ainsi un bon moment à peser le pour et le contre entre Makashi et Djem So. Finalement, c'est la forme V qui l'emporte par sa polyvalence, Zokuron se disant qu'il n'aura qu'à attendre le Vaapad pour développer l'utilisation de la Force en combat. Et puis, il apprécie particulièrement l'idée de pouvoir renvoyer un blaster sur son tireur...

    Une fois qu'il s'est décidé, le padawan quitte son siège pour annoncer la nouvelle à la gardienne des lieux. La réaction de celle-ci en apprenant le choix de son apprenti est facile à prévoir: Elle s'étonne qu'il opte pour une voix aussi martiale. Il lui explique alors les raisons de son choix, et surtout les raisons de son refus du Soresu qui tient tant à coeur à sa maître. L'argument principal qui convainc Kinsa en faveur du Djem So est le "Renvoi des tirs", qui permet de désarmer et de vaincre un adversaire, ce qui tactiquement parlant est plus avantageux qu'une simple défense "infranchissable".

    Finalement, elle accepte. Elle le mène donc à la salle adéquate pour son premier exercice, qui consiste à maîtriser un panel de trois gardes. Etant donné qu'il s'agit du même entrainement que pour le Soresu, Kinsa décide de former personnellement son padawan. De ce fait, elle lui montre les trois positions, la garde éloignée, médiane et courte.

    Kinsa: On tient le sabre à deux mains, comme ceci. La lame toujours parallèle au corps, c'est important. Le principe est de protéger son corps au maximum derrière le sabre, avec des mouvements rapides, brefs et précis. On ne se dévoile pas, on ne fend pas, on attaque pas et on bourrine pas. Le sabre sert de bouclier déflecteur, il se déplace autour de toi, comme ça.

    La chevalier effectue plusieurs mouvements de parade pour illustrer son propos, faisant tourner son sabre autour d'elle. Effectivement, la lame de son arme reste toujours parallèle voire tangente à elle, même en tournoyant, sans jamais pointer vers l’extérieur.

    Kinsa:
    Voilà, ça c'est à maîtriser dans les trois positions. Quand tu te sentiras prêt, demande à Proxy de te tester.

    Elle lui fait un clin d'oeil style "Bonne chance", puis elle se dirige vers la sortie. Le padawan prend la direction opposée pour se saisir d'un sabre d'entraînement, puis il rejoint l'espace dédié à la pratique. Il se met alors en position, joignant ses mains sur le sabre à hauteur des hanches, et l'allume. La lame jaillit à la verticale, devant son torse. Il est en garde courte.

    Il commence donc à expérimenter des mouvements en reprenant d'abord ceux du Shii-Cho, en les exécutant à la méthode Djem So/Soresu. Dans la position actuelle, en garde courte, il apprend très vite à agir au niveau des poignets et non plus des bras, comme dans le Shii-Cho. Effectivement, il se rend compte qu'une simple rotation des mains permet de faire pivoter la lame rapidement et avec peu d'effort. En contrepartie, il sent déjà venir le manque de force de cette position, si bien qu'il s'imagine l'utiliser davantage contre des blasters que contre une arme de mêlée.

    Zokuron passe un bon moment à se familiariser avec la garde courte, s'essayant même à quelques tournoiements pour tenter de gagner en fluidité. Mais après s'être prit trois coups infligés par lui-même, il préfère passer à la prochaine posture, concluant qu'il n'a pas encore l'habileté suffisante pour ce genre de prouesses en garde courte.

    Il passe ainsi à la garde médiane. Cette position lui plaît avant même d'entamer les mouvements, la flexion au niveau du coude et l'éloignement du corps permettant force et rapidité. C'est d'ailleurs plus ou moins la posture qu'il avait durant le Shii-Cho, si bien que la plupart des mouvements défensifs lui semblent naturels. Le point qui lui demande le plus de concentration durant cette phase est de garder le sabre en position défensive, car l'habitude du Shii-Cho revient régulièrement et dévie le sabre vers l'extérieur en guise de contre-attaque. Le plus dur, en fait, est d'enchainer des mouvements défensifs sans chercher à créer de faille qui permette une offensive. Mais au bout d'une bonne dizaine de minutes, Zokuron parvient finalement à se contrôler et à éviter les débordements.

    En dernier vient la garde éloignée. Le jeune togruta ne sait pas trop quoi en penser, de prime abord. Les bras tendu au plus loin de son corps, il entame les mouvements défensifs comme il l'a fait pour les deux autres gardes. Il remarque que s'il gagne en amplitude, les mouvements par les poignets ne suffisent plus pour le protéger efficacement. Il lui faut guider l'arme avec l'intégralité de son corps pour gagner en souplesse et rapidité. Néanmoins, Zokuron découvre l'avantage de cette position dans la facilité à effectuer des tournoiements, puisque l'éloignement avec le corps permet de ne plus avoir à se soucier d'éventuels accidents.

    Il s'entraine dans le vide pendant encore une petite vingtaine de minutes, avant de s'estimer prêt à affronter le redoutable droide. Il appelle donc la machine intelligente, et pendant qu'elle le rejoint, il insère une clef dans l'un des terminaux de la salle. Après quelques pianotages holographiques, une musique rythmée bien connue, à base de tambours, de didgeridoo et de choeurs s'élève dans la salle.

    Proxy, en arrivant: Bonjour padawan Zokuron, heureux de te revoir.
    Zokuron: Salut Proxy, tu vas bien ? J'espère que la musique ne te dérange pas ?
    Proxy: Je suis fonctionnel à cent pour cent, merci de t'en inquiéter. Je ne suis pas habitué à donner cour dans de telles conditions, mais mon programme est prévu pour s'adapter et apprendre des expériences nouvelles rencontrées.

    Le togruta affiche une expression incrédule et interdite devant l'explication du droïde, dont il comprend à peine la moitié. Proxy remarque cela, et ajoute:

    Proxy: Cela veut dire: non, la musique ne me dérange pas. Mais ma mémoire indique que cela peut être source de distraction. Dans ton intérêt, il est préférable de t'exercer dans le calme.
    Zokuron: Au contraire ! Moi, ça m'aide.
    Proxy: Dans ce cas, commençons.

    Le droide allume un sabre d'entrainement qu'il avait récupéré en entrant, et se met en position d'attaque.

    Proxy: Exercice Djem So, n°1, duel aux trois gardes, activé.

    En réponse, le padawan se place en garde médiane, garde avec laquelle il a le plus d'aisance, avant d'activer sa propre arme. Tout comme il plonge dans la Force, il s'imprègne de la musique qui résonne et emplit la pièce. Elle n'est pas excessivement forte, mais suffisamment pour avoir la sensation de s'y croire. Zokuron laisse les chants pénétrer sous sa peau, tendre ses muscles, électriser ses nerfs et aiguiser son esprit en vue de l'affrontement.

    Proxy ne le fait pas attendre longtemps. Il fait un pas en avant pour se fendre en un estoc qui vise le torse, que Zokuron dévie au dernier moment, prit de court face à une attaque aussi directe. Mais le droide n'attaque pas davantage, reprenant une posture d'attente. Un test. C'était un test. Un petit test d'entrée que Zokuron venait de passer in-extremis, ce qui le pousse à être d'autant plus vigilant.

    Après quelques secondes, Proxy repasse à l'offensive, pour de vrai cette fois. Il commence par un large balayage au niveau des jambes, que Zokuron esquive en reculant pour mieux se préparer à l'enchainement du droide, dont l'arme continue son trajet et tourne en l'air avant de s'abattre. Le padawan pare l'attaque en garde médiane, puis ramène son sabre prestement à son côté en garde courte pour contrer le retour de lame adverse.

    Les deux opposants sont dans un bras de fer, mais Zokuron a l'avantage car la lame adverse est proche du manche de son propre sabre, ce qui lui confère un point de levier plus fort. Il doit néanmoins lutter avant de réussir à se dégager, le droide possédant une force physique impressionnante. Finalement, il parvient à faire passer l'arme ennemie au dessus de lui, se libérant pour un temps de l'emprise du droide.

    Toutefois, la lenteur du mouvement a laissé tout le temps à Proxy de prévoir la suite. Il se sert de l'élan du dégagement pour frapper avec force, si bien que le togruta recule de deux pas sous l'impact. Le droide profite que son adversaire soit déstabilisé pour s'élancer sur lui et il se met à le rouer de coups, sans discontinuer. Zokuron parvient à se protéger sur quelques échanges grâce aux gardes médiane et courte, mais il se retrouve très vite débordé et le sabre du droide finit par frapper ses doigts, puis sa jambe dans l'élan, avant que Proxy ne s'arrête.

    Le togruta récupère son arme tombée au sol après plusieurs petits bonds accompagnés d'un frénétique secouage de main, le tout sur timbre de "Aïe Aïe Aïe !". Il adopte une garde éloignée cette fois, espérant garder son opposant à distance grâce à elle. Puis, après quelques secondes, le duel reprend lorsque Proxy ré-engage le combat....

    4 jours plus tard...

    Kinsa se promène dans ses locaux, passant de salle en salle pour observer les Jedi qui s'y entrainent, et pour leur dire qu'en vertu de l'heure tardive, les entrainements prennent fin pour aujourd'hui. En arrivant à la salle occupée par son padawan et son assistant droïde, elle profite, comme d'habitude, de quelques minutes pour observer les progrès de ses apprentis. Tout en s'accoudant à la baie vitrée, elle entend la musique qui emplit toujours la salle, et sourit tendrement tout en pensant:

    *Si Ceno voyait ça....Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de ce pada...*

    Et pourtant, après de nombreuses séances répétées ces quatre derniers jours, Zokuron a bien progressé. Se sentant plus que jamais un avec le sabre, ne se fiant qu'à son instinct et à la Force, il parvient à tenir tête au droïde. Ce dernier le harasse de coups, mais le togruta s'en protège efficacement, alternant les gardes selon le moment et le besoin. Grace à cela, il n'a plus besoin de reculer constamment, et il reste stoïque face à Proxy. Bon, parfois le droide le déloge de sa zone de confort et l'oblige à se déplacer pour ne pas prendre un coup, mais comparé aux deux premiers jours, ce n'est que broutille.

    La manière de combattre de Zokuron n'est pas très esthétique. Il utilise rarement des moulinets avec son arme, se concentrant avant tout sur le placement de la lame au bon endroit au bon moment. Cela se traduit par des gestes brefs et secs, qui s'ils font preuve d'une certaine efficacité, manquent cruellement d'élégance comparé à des styles comme ceux de Zadyssa ou Kinsa.

    Finalement, l'échange se termine en bras-de-fer. Les deux adversaires tiennent leur position avec assurance, Zokuron ne souffrant plus de la pression exercée par son opposant. Quand soudain, la musique change de morceau et passe au préféré du togruta, le Dha Verda Werda. Le rythme et l'énergie qui se dégagent de ce chant ont un effet dopant sur le padawan, qui ressent un besoin d'action mélangé à un sentiment de supériorité inébranlable.

    Après quelques légères flexions, il bondit en arrière pour mettre fin à l'opposition immobile. Un sourire provocateur s'affiche sur son visage tandis qu'il sautille sur place d'excitation, alors que face à lui, le droïde se retrouve quelque peu incrédule.

    Proxy:
    Comportement étrange. Pourquoi ce retrait ?
    Zokuron: Tu verras. Allez, viens !

    Le droide s’exécute et s'élance une énième fois sur le padawan, mais contre toute attente, c'est Zokuron qui prend les devants. Le padawan fond sur son adversaire, qui attaque pour chasser l'audacieux violet, mais ce dernier pare l'attaque et repousse le droide d'un coup d'épaule. Proxy n'a pas le temps d'être surprit que Zokuron est à nouveau très proche de lui, bloquant une autre attaque destinée à le garder à distance.

    Le combat prend une tournure nouvelle, inédite pour le togruta. Tout en se défendant des offensives du droide, il avance vers lui, porté par une énergie qui ne souffre d'aucune faille. Il sent une certaine omniscience l'habiter dans ce moment de grâce, puisqu'il sait parfaitement où et comment Proxy va frapper. L'expérience des derniers jours, certainement, aidée par la Force et par le bref gain d'acuité provenant de son instant de félicité. Ainsi, c'est Proxy qui se voit contraint de reculer, prenant des coups d'épaule lorsqu'il ne se retire pas assez vite, incapable de reprendre le dessus pendant une dizaine d'échanges.

    Mais le droide reste le plus fort des deux. En un vire-voltage rapide, il bluffe Zokuron qui place de ce fait mal sa défense, et l'arrête d'un coup particulièrement douloureux sur le genoux. Zokuron chute sous l'impact et se voit vaincu.

    Proxy: Hé hé, tu ne pensais pas m'avoir si facilement, quand même.
    Zokuron: J'aurais essayé. J'étais comment ?
    Proxy, sur un ton moqueur: Pas mal, mais peut mieux faire.
    Zokuron, en se relevant: Hu hu, on peut toujours mieux faire. Je me contenterais du "pas mal".

    Le padawan ramasse ensuite son arme, puis retourne se mettre en position pour reprendre le combat. Mais à ce moment, Kinsa entre...

    Ce message a été modifié par Zokuron le vendredi 27 avril 2018 - 11:23

    vendredi 27 avril 2018 - 11:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Validation Weedge

    Pour son dulon, Weedge avait décidé de l'aborder sous un angle particulier : un combat déjà vécu, mais qui avait eu de l'importance. En l'occurence, me confia t-il, c'était celui entre lui et son côté obscur, lors de la bataille de Rhommamool, pour reprendre le contrôle de son corps. Je comprenais que cet affrontement l'ait marqué : après tout, on ne se battait pas tous les jours contre soi-même.

    Après avoir revécu ce duel en pensée, il a les larmes aux yeux. Jusque là appuyée contre le mur de la Salle Blanche, l'observant avec vigilance, je m'approchai de lui et posai ma main sur son épaule pour le réconforter.

    Moi : Tout va bien.

    Avec sollicitude, je lui tendis un peu d'eau, qu'il accepta avant de finir le liquide d'une seule traite. Combattre, même mentalement, pouvait se révéler épuisant.

    Moi : Je sais que le côté émotionnel de la chose n'est pas ce qui me concerne le plus...alors je parlerai principalement des aspects techniques. As-tu senti une amélioration par rapport au duel original ?
    Weedge : Oui, un peu. Il était toujours plus fort que moi au début, mais j'étais tout de même moins en difficulté.
    Moi : Tant mieux. Bien, je pense qu'il serait temps de vérifier si tu t'es véritablement améliorer face un adversaire en chair et en os.
    Weedge : Je vais t'affronter ?
    Moi : Ce serait une idée, peut-être un jour, mais pour ton duel de fin de Forme, j'aimerais que tu combattes contre Dexter. Il est actuellement en attente d'un partenaire pour son propre duel et je pense que vous formerez une belle paire.
    Weedge : C'est d'accord.
    Moi : Très bien, alors le duel se déroulera dans deux semaines. D'ici-là, entraîne-toi bien !

    ProjetT : Dulon validé, comme dit en RP tu feras ton duel contre Dexter.

    Validation Zokuron

    Mon padawan Togruta avait décidé, après beaucoup d'hésitations, d'apprendre le Djem So. Il avait préféré cette forme à celle du Soresu, que je lui avais conseillée, mais je ne pouvais pas lui en vouloir de privilégier un style plus offensif, puisque ce serait probablement la seule Forme qu'il apprendrait en plus du Shii-Cho, se destinant à la voie plutôt calme des Consulaires.

    Le premier exercice du Djem So était le même que celui du Soresu, je décidai d'entraîner moi-même mon padawan pour cette fois, en lui montrant les différentes gardes. Puis, je le laissai s'exercer seul pour se familiariser davantage avec ces positions.

    Je le retrouvai quatre jours plus tard, en plein duel contre PROXY, qui venait de le mettre à terre. Je les observais depuis un certain temps déjà, et je profitai de cette pause pour pénétrer dans la salle. Aussitôt à portée auditive, je lançai à mon padawan :

    Moi : Tut tut tut ! Que je ne t'entendes plus jamais dire une chose pareille !
    Zokuron : Quoi donc ?
    Moi : On ne se contente pas d'un "pas mal" quand on peut faire mieux, tu devrais le savoir. Tant que j'y pense... PROXY, tu peux éteindre la musique ?

    L'holodroïde s'exécuta, et je désignai la source par laquelle le "Dha Werda Verda" s'échappait encore quelques secondes plus tôt.

    Moi : N'abuse pas de ces chants. Je sais que tu les apprécies, mais il y a deux choses que je voudrais te dire à leur sujet.
    Zokuron : Lesquelles, maître ?
    Moi : Duum motir ca’tra nau tracinya / Gra’tua cuun hett su dralshy’a. As-tu la moindre idée de ce que signifient ces paroles ?
    Zokuron : Euh...non.
    Moi : Cela veut dire : Laisse ceux qui se dressent illuminer le ciel nocturne de flammes. / Notre vengeance brûle encore plus fort. Lorsque tu t'entraînes, sens-tu que ces mots trouvent un écho en toi ? Les pense-tu ?
    Zokuron : Pas vraiment. Pourquoi ?
    Moi : Le mando'a est une langue qui signifie quelque chose, chacun de ses mots est empreint d'un sens profond. Et c'est ça la première chose que je veux te dire à propos de ces chants. Si ils n'ont pas de sens pour la personne qui les chante ou même qui les écoute, alors tu les détourne de leur fonction première. Et ça c'est grave.

    Le Togruta sembla un instant réfléchir à mes paroles, puis hocha la tête.

    Zokuron : Je comprends. Alors, je ne peux plus les écouter ?
    Moi : Eh bien, réserve-les pour les moments les plus importants. Il faut juste que tu saisisses que ce n'est pas une simple musique de fond, mais quelque chose avec une signification, une histoire.
    Zokuron : D'accord. Et la deuxième chose ?

    Il me fallut quelques secondes avant de réussir à formuler le second point que je voulais aborder avec mon padawan. C'était quelque chose dont je m'étais rendue compte il y avait quelques mois, mais qui restait difficile à exprimer avec des mots.

    Moi : La deuxième chose... Pour un Jedi, ces chants sont dangereux, justement à cause de leur sens, mais aussi grâce à tous ce qui fait que sont des chants de bataille. Ils appellent au combat pour le combat, parlent à notre instinct guerrier, évoquent la vengeance, la passion, la rage... Alors qu'un Jedi se doit de conserver un esprit serein lorsqu'il combat, autant que lorsqu'il s'entraîne.
    Zokuron : Ce n'était pas mon intention de...
    Moi : Je sais, et c'est pour ça que je t'informe, pour que tu puisses agir en toute connaissance de cause. Comme je te l'ai dit, je ne t'interdis pas de les écouter, mais fais-le avec parcimonie.
    Zokuron : J'y penserai, maître.
    Moi : Parfait. Bon, en parlant de ton exercice à proprement dire, il était très bien, je le valide, tu t'es bien débrouillé. PROXY n'est pas ce qu'on peut appeler un adversaire facile. Je t'encourage comme d'habitude à encore t'y exercer pour devenir complètement familier avec les trois gardes.

    Il acquiesça, avant que j'ajoute qu'il se fait tard et qu'il est l'heure de cesser l'entraînement. Ainsi, nous partîmes tous deux de la salle V en même temps.

    Zokuron : Très bon entraînement, je valide, tu peux passer à l'exercice suivant !

    dimanche 29 avril 2018 - 20:10 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Post réalisée en collaboration avec Projet T 1/4 [Intro Dexter]
    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Le colosse se promenait dans le couloir du Temple Massassi lorsqu’il rencontra le padawan Terrik. Visiblement, il avait un médikit en main comme souvent. Weedge l’interpella et lui demanda s’il voulait valider son duel au Shii-Cho avec Lui précisant que Kinsa le lui avait proposé. Dexter fut exalté à cette idée car il appréciait beaucoup ce Zabrak. Celui-ci le regardait un moment afin de percevoir les émotions de l’autre. Le Besalisk semblait être enthousiaste et sincère. Il lui sourit tout en acquiesçant. Ils se fixèrent rendez-vous à l’Arène pour le lendemain matin. 

    Il disparu dans le couloir alors que le quadrumane restait planté là. Les choses semblaient changer autour de lui depuis son arrivée dans sur Yavin IV. Bien qu’il essaye de se faire discret malgré sa corpulence, il réalisait que les membres de l’Ordre Jedi voulaient apprendre à le connaitre. Pourtant, le Réptiloïde se sentait toujours aussi mal à l’aise dans la foule et cela était un point commun avec Weedge. L’autre aspect qui les rapprochait était qu’ils avaient tous deux du mal de parler d’eux et de leur passé. Malachite secoua la tête et décida d’aller discuter avec Maître Brûle. Il y avait une semaine, le cyborg avait choisi de reprendre le dialogue avec son mentor. Il se devait de la prévenir du duel qui l’attendait demain. 

    ***

    Le lendemain matin, comme tous les matins, Dexter exécute son kata. Il avait appris à le maîtriser durant les années de guerre. Cet forme d’entrainement était de son invention et reprenait différentes figures d’exercices servants à échauffer et assouplir ses muscles. 

    Lorsqu’il eu terminé, le Besalisk se rend au lieu de rendez-vous. En entrant dans l’arène, il constatait qu’elle était vide… en apparence. Le padawan n’eut pas besoin d’user de la Force pour savoir que celle qui fut sa tutrice et enseignante durant cinq longues années, ne devait pas être loin. Dexter sourit en se souvenant qu’il avait apprécié ce lieu pour sa beauté. Pourtant, c’était ici qu’il avait commis sa plus grande erreur. Il avait non seulement échouer au test de maître Cenovii, mais il avait composé une chanson sur l’homme en armure. 

    Le sourire du cyborg s’effaça pour laisser une triste mine. Les paroles de cette chanson, celle que lui-même avait inventée ici même il y avait exactement vingt-trois ans, étaient devenue un profond regret. Comment avait-il pu se moquer ainsi de ce Mandalorien !? Aujourd’hui, Dexter n’était-il pas bien été puni pour cette moquerie ? Le Repiloïde regarda ses membres artificiels et constatait une fois de plus qu’il était lui-même devenu « un bonhomme en armure ». Malachite entendit une voix. 

    ? – Dexter ?

    Il sorti de sa rêverie en sursautant. Malachite réalisa que Weedge était en face de lui. Il ne l’avait pas senti arrivé. Il ne l’avait pas entendu l’appelé les deux premières fois. Il n’avait pris conscience de sa présence que lorsqu’il s’était placé devant lui. En un instant, Dexter réalisa que son partenaire devait être arrivée depuis un moment. 

    Dexter – Oh désolé Weedge, j’étais… perdu dans mes pensées. 

    Weedge – Oui, je m’en doutais. Quelque chose ne va pas ?

    Le colosse se redressa de toute sa stature et sourit au Zabrak tout en tapotant sur son sabre laser accroché à sa ceinture. 

    Dexter – Le passé n’a plus d’importance. C’est le présent qui compte ! Je suis prêt pour notre duel !

    Weedge – Ok. Alors allons-y !

    Duel Shii-Cho Dexter et Weedge

    L’un et l’autre se placèrent à une distance respectable, ils prirent leur sabre laser en main et l’activèrent tout en se mettant en garde. Weedge semblait attendre que l’autre attaque le premier et ce fut exactement ce qu’il fit !

    Les premiers coups de sabre étaient précis et très prévisible puisque le colosse se contentait de mettre en application les figures qu’il avait répéter durant son entrainement du Duron. Le Zabrak ne se laissait pas impressionné par la taille ou la force physique de son adversaire. Il réalisa rapidement que celui-ci oubliait un détail de taille : il n’utilisait pas la Force ! Des figures techniques pur et dur, des enchaînements appris par cœur et répéter encore et encore. Weedge se demandait s’il le faisait exprès ou s’il ne connaissait rien d’autre. Le clone le surprit en réalisant une pirouette suivie d’un pas chassé et de l’utilisation de la Force pour parer et repousser le padawan massif. 

    Weedge – A ce rythme là, je vais te battre rapidement ! Tu es padawan, utilise la Force !

    Dexter se mordit la lèvre intérieure car il réalisait combien son adversaire avait raison. Le quadrumane respira profondément et appelait la Force. La laissant couler en lui, se déplaçait plus rapidement et lestement toujours dans des mouvements très techniques et donc très prévisible. 

    Weedge – C’est mieux, mais je m’attendais à mieux que ça !

    Malachite restait concentré sur la technique mais cherchait aussi à mieux connaitre son adversaire. Le Répiloïde utilisait la Force, parfois correctement, parfois maladroitement. Il l’attaquait, puis reprenait une position défensive pour mieux reprendre l’attaque. Les mouvements du quadrumane sont souples et rapide. Pourtant, à aucun moment, il ne parvenait à surprendre le Zabrak. 

    Dexter et Weedge ne se laissèrent pas bloqués par l’environnement. C’était un balai entre deux padawans qui s’affrontaient. Souvent, ils permutaient leur position pour réaliser des figures très simple, précise et conventionnel. Malgré la connaissance du Besalisk, le clone avait un avantage et prédominait Dexter. Weedge possédait la mémoire de Clickman. Et celle-ci se manifestait naturellement, sans que le clone ne s’en rende compte. 


    [A suivre]

    Ce message a été modifié par Padme111 le vendredi 04 mai 2018 - 18:18

    mercredi 02 mai 2018 - 09:06 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide