Le Temple Jedi 5 (page 45)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Je m'étais éclipsée de Kaarde, car je ne comprenais pas trop cette histoire, et toutes ces aventures m'avaient assez fatiguée. Huge était reparti à son vaisseau pour se laver, et il en avait effectivement bien besoin !

    Dans mes quartiers, seule, je ne savais pas quoi faire entre une méditation ou une sieste, puisque les deux reposaient. Je me dis que ce n'était peut-être pas un bon moment de la journée pour dormir. Je me mis donc en tailleurs, assise sur un coussin, fermai les yeux et me détendis en inspirant profondément, ouverte à la Force.
    J'écoutai son flux couler en moi, dans mon sang, ma peau jusqu'au bout de mes doigts et de mes orteils. C'était en effet un instant très reposant, et au bout d'un certain temps, quelques images me vinrent.
    Je suis sur Talorande, chez oncle Frank. Il est dans son dojo avec Huge, en train de s'entraîner au combat. Huge se débrouille bien, même s'il a un peu vieilli, d'au moins cinq ans. Quelle élégance, quelle volonté qui se dégagent de lui. Il ne prenait pas forcément le dessus mais il accomplissait ses exercices avec assiduité.
    Je me retrouve ensuite sur Yavin, dans la cour de l'Académie, avec Huge qui vient me voir. C'est après l'attaque Sith, il m'a quand même un peu aidée ce jour-là.


    Je sortis de ma méditation dans un demi-sursaut : je venais de penser sans l'avoir forcément voulu à Huge. Il était très gentil, en tous cas avec moi, c'était bien d'être avec lui, mais pourquoi… Était-ce un signe de la Force pour me dire qu'il avait envie de me voir ? Il devait encore être en train de prendre sa douche, là. Plus tard, sans doute.

    Le lendemain, après avoir fait quelques exercices physiques ainsi que de sabre en début de matinée, je me rendis vers les hangars. Sans savoir pourquoi ; j'y suis allée comme ça sans réfléchir. Lorsque je vis La Fumée, un contentement naquit en moi. J'avais envie de parler à son propriétaire, de discuter, comme ça, de n'importe quoi. Je frappai, aucune réponse. En appuyant sur la commande, le sas s'ouvrit et je rentrai doucement, voulant lui faire une surprise. Mais il n'y avait aucun bruit. Rien, pas un souffle, on eût dit que le vaisseau était vide.

    Moi : Huge ?

    Laisse tomber l'effet de surprise. Ce silence me dérangeait, mais je n'eus aucune réponse. Est-ce que lui-même m'avait vue arriver et il tentait de me faire peur ? Je fus tentée d'utiliser mon Sens du Danger, mais c'était amusant de jouer le jeu^^ Personne dans le cockpit, ni à l'ordinateur… C'est alors que je le vis dans sa chambre, sous sa couette, en train de dormir encore. Il était propre, sans trace de peinture. Tout doucement, en silence, je m'approchai… et je pus voir son visage.

    Voir cette figure, ce Huge-là me fit quelque chose ; il était détendu, serein. On pourrait presque croire qu'il était en train de sourire. Il n'avait pas cette expression heureuse maladroite quand il me voyait ni la mine renfermée de d'habitude. Il était à l'état pur, simple, ni de bonne humeur ni de mauvaise. En mettant mes cheveux longs derrière mon oreille et mes épaules, j'approchai mon visage pour entendre le souffle lent, régulier, discret et calme du sommeil.
    Je restai accroupie longtemps au bord de son lit à l'observer, observer ce garçon dans un état encore jamais vu. Il était rasé de la veille et doucement, en veillant à ce qu'ils ne soient pas froids, glissai le dos de mes doigts sur ses joues toutes douces. J'ai toujours adoré faire ça avec mon père et mon parrain quand ils s'étaient rasés^^
    Je me sentais toute chose ; j'avais envie d'en faire plus, j'étais tentée de lui donner une bise sur la joue ou le front. Ou de lui laisser un petit mot ? Non… J'optai plutôt pour essayer de le sonder par la Force, afin de ressentir sa quiétude. Mince, il avait des défenses, même dans l'inconscience ! Quelque chose à se reprocher ? C'est souvent à cause de ça que les gens protègent leurs pensées ; hmmm, intéressant… J'avais envie d'en savoir plus…

    Huge, marmonnant : Euh mh kesispass ?

    Oups ! Il commence à se réveiller ! Plutôt que de sortir ventre à terre, je me plaquai le ventre par terre. Aouh ! En plus de ça je me suis écrasée la poitrine ! Dur dur d'être une fille !^^ Heureusement, Huge était encore bien ancré dans son sommeil, et je préférai sortir sans bruit pour le laisser dormir. Mais cette "entrevue" m'a fait poser des questions : je m'étais sentie comme attirée par lui, la Force me le montrait dans mes visions, j'ai voulu défendre sa cause hier auprès de Mirax... Je ne savais pas quoi en penser.
    Non… Non, oublie, Jaina ; il s'est passé dernièrement beaucoup de moments forts, tu es toute chamboulée et c'est normal, tu exagères peut-être sur la grandeur de tes émotions et prends une flamme pour un brasier.
    Mais même ça, je n'en étais pas sûre. Et puis pourquoi avoir pris cette image du feu, de la flamme ? C'est la première chose qui m'est venue à l'esprit.


    J'allai retrouver Kaarde pour lui poser une question. Heureusement que j'étais bonne menteuse, comme ça je peux cacher mes intentions et mes raisons^^
    Après un bonjour et des politesses, j'allai droit au but :

    Moi : Est-ce que je peux vous poser une question ? C'est au sujet de la Force.
    Kaarde : Bien sûr, je t'écoute.
    Moi : Est-ce que, quand on utilise des Pouvoirs "subtils" sur quelqu'un, il le sent ? Je veux dire par subtils des trucs comme la Persuasion, la Sensation etc.
    Kaarde : Tu as essayé de Persuader quelqu'un ?
    Moi, semi-menteuse : Non non, j'ai juste essayer de sonder un passager, comme ça, quelconque, pour m'entraîner, et il a semblé le ressentir.
    Kaarde : C'est vrai que ça arrive, surtout avec les gens à l'esprit fort et aux bonnes défenses. Tu t'es entraînée à ce Pouvoir ?
    Moi : Non. Enfin j'ai juste fait la Sensation globale, pas sur une personne en particulier.
    Kaarde : Alors c'est normal. Tu as dû être maladroite par le manque d'entraînement. Essaie de t'entraîner sur d'autres passagers, en restant discrète quand même ; il ne faut pas qu'ils se sentent mal à l'aise^^ Comme tous les Pouvoirs, il ne dépend que de la pratique et de l'entraînement.
    Moi : D'accord, je vais essayer plus tard. Mais pour le moment, j'ai envie de parler à oncle Frank.
    Kaarde : À ta guise, mais je te conseille de prendre un bureau de communications prévu, les comlinks passent mal. C'est 5 crédits par utilisation, mais elle est illimitée.

    Je le remerciai et allai trouver mon chemin. Une fois arrivée, je donnai les 5 crédits au portier qui me confia une carte pour le bureau 16. Une fois assise devant, j'entrai la fréquence 14180.

    Oncle Frank, comlink : Frank Morrens.
    Moi, contente : Oncle Frank, c'est ta filleule préférée^^
    Oncle Frank : Jaina ! Comment vas-tu ?
    Moi, plus sérieuse : Ça va. Excuse-moi de ne pas te le demander, mais il fallait que je te parle, c'est important. Il s'agit de Huge.

    ------------------------------
    La discussion disponible sur mon blog sous le titre "Post bonus TJ5 #2

    Ce message a été modifié par: Huge le 09-11-2013 01:45

    lundi 14 octobre 2013 - 11:45 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6068 Crédits

    Sur le vaisseau monde. Quartier de Weedge.

    Signal que quelqu'un sonne à la porte. Comme nous sommes sur un vaisseau Vong, il est a la fois sonore et olfactif, et le parfum diffère selon l’espèce devant la porte. Et cela semble indiquer un humain.

    Moi : Entrez

    Le diaphragme de la porte se détend et laisse entrer Mirax

    Mirax : Weedge, tu voulais me voir ?
    Moi : Oui, je finissais mon rapport pour mon Maitre.

    J’étais sur un petite table avec un coin établi. Sur celui ci trônait les restes de la ceinture « anti Force » que nous avions ramassé sur le corps du Chiss sur Klasse Ephemora.

    Mirax: Encore à bricoler ce truc?
    Moi : Oui... J'ai essayé d'isoler le maximum les composants en utilisant la Force et des techniques de micro-chirurgie qui me sont revenu de je ne sais ou...
    Mirax : Ton ancien toi semble te distiller quelques connaissances au moment le plus opportun...
    Moi : On dirait bien. En tout cas, j'ai pu isoler l'essentiel... dont un élément mystérieux.

    Je prend sur l'établi un petit plateau sur lequel trône une forme fondue de couleur rouge. Il porte les marques des autres composants qui y avait fondu dans la masse. L'objet devait avoir la taille d'une petite perle. Un unique composant semblait avoir survécu, isolé au cœur de la masse.

    Moi : J'ignore ce que c'est mais c'est a mon avis le cœur de la bulle anti-Force. Je n'arrive pas à déterminer si c'est cristallin ou organique... il semble avoir des propriétés des deux. Il a en tout cas une présence très étrange dans la Force quand je tente de le sonder... Je n'ose pas demander l'aide des laborantins Vong encore sur le sujet. Je préférais le garder en « interne » pour le moment.
    Mirax : Et au cœur ?
    Moi : L'injecteur d'énergie. Surement la pièce qui alimentait le « cristal » en énergie pour créer la bulle. Il a été préservé quand le « cristal » a fondu. Il peut peut être nous en apprendre un peu sur les origines de l'appareil, si on arrive à l'extraire...
    Mirax : Bon boulot.
    Moi : il me faudra plus de matériel pour tenter ça. La, je suis à la limite de ce que je peux faire avec mon kit de voyage.
    Mirax : Je vais voir avec Kaarde ce que l'on peut faire.

    Je finalisais mon rapport à Aynor et l'envoyais pour transmission avec Copie aux archives Jedi ainsi qu'a Kaarde et Mirax.

    Moi : J'ai l'impression parfois que l'on plonge doit dans un piège... pas toi ?
    Mirax : Pareil... mais la meilleur technique pour déjouer un piège...
    Moi : … est de tomber dedans !

    Ce message a été modifié par: ProjetT le 14-10-2013 16:21

    lundi 14 octobre 2013 - 16:20 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits

    Lieu : Abregado Rae

    Utagath était un quartier fort fréquenté par les joueurs de Sabaac et de Pazaak, on y croisait aussi des danseuses Twi'lek, Zabraak ainsi que des receleurs de batonet de la mort dans certains recoins. Les hommes de Waren s'étaient dispersés un peu partout dans la citée, aprés avoir quitté les docks, dans le but de faire quelques bars avant de se retrouver au Lotus bleu. Au milieu des vapeurs de fumées, des faibles éclairages des néons, de la pluie fine et de la masse de la foule à cette période n'importe qui passait inaperçu. Jalana, sous sa cape noire, se faufilait tel une bothane aguéri. Et tandis qu'elle s'éloignait vers le nord, le corelien se rendait vers un casino flottant en forme de fleur, à bord d'une barque. A mi chemin, résonnaient les sons d'une compétition, envloppés par les lueurs des spots multicolore.

    Abregado casino :x

    samedi 19 octobre 2013 - 01:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13542 Crédits

    Nous étions depuis quelques heures sur Nede. Mimi ne semblait toujours pas en revenir. Nous étions sur un plateau rocheux. Un espace suffisamment dégagé nous avait permis de nous poser. Assises sur le bord de la falaise, nous faisions face à la vallée. Une forêt – avec toute la vie qui pouvait l’accompagner – s’étendait à perte de vue devant nous.
    La jeune femme scrutait chaque détail du paysage qui pourrait lui donner une preuve que la particularité de cette planète était une vase blague. Et à vrai dire, si je n’avais pas été à l’origine de toute cette histoire j’aurais moi-même du mal à y croire.



    Il y a une dizaine d’années environ dans un bar miteux…
    Tusk – Si tu veux mon avis, c’est la faute de la Force.

    Tyria but une gorgée de son verre et grimaça avant de daigner répondre à son interlocuteur.

    Tyria – Mais encore ?
    Tusk – Les Siths… Il y aura toujours des tarés qui feront du mal à des gens. Mais à cause de la Force, on est complètement démunis.
    Tyria – Et tu voudrais faire quoi ? La Force est la Force. La source de la vie. L’essence de cette galaxie. ‘Fin je vais pas te chanter toutes les conneries que j’ai apprises à ce sujet !
    Tusk – Justement. Il suffirait de la débrancher pour que ces monstres deviennent quasi inoffensifs. Et Baaaaaaal… Et Black Baccara… Il suffirait de les traquer et de les faire payer pour tout ce qu’ils ont fait.

    Tyria se renfrogna.

    Tyria – On ne peut pas débrancher la Force.
    Tusk – C’est parce que tu raisonnes comme une Jedi. Réfléchis y bien. Les Yuuzhan Vong, ils font comment pour vivre sans la Force ? Et les ysalamiris, hein ? Moi, je te le dis ! Il y a un moyen d’y parvenir !

    Il tapa du poing sur la table. Tyria le dévisagea longuement.

    Tyria – Tu penses vraiment ce que tu dis ? Ou ce sont justes les paroles d’un ivrogne ?
    Tusk – Oh oui ! Ca vaudrait tellement le coup. Une galaxie sans ces monstres…

    Tyria resta silencieuse et sembla perdu dans ses pensées.

    Tyria – Des monstres… Tu sais quoi ? Faisons le.
    Tusk – Pardon ?
    Tyria – Débarrassons cette galaxie de gens comme Baaaaaaal et de Black Baccara.



    Mimi – Nede appelle Tyria.

    La guildeuse accompagna sa phrase d’un tacle dans mon épaule. Cela eut pour effet de me tirer de ma rêverie. Avec un sourire forcé, je lui désignai le panorama qui s’offrait à nous.

    Moi – Alors, tu en penses quoi ?
    Mimi – Je t’avoue que j’ai toujours autant de mal à y croire. C’est comme être aveugle et être capable de voir… En même temps !
    Moi – Ouais… Je connais ça… On finit par s’y faire. Quelques temps sans la Force et le retour sur des planètes comme Coruscant est un calvaire.
    Mimi – J’ai néanmoins une question qui me taraude depuis un moment déjà. Pourquoi ?
    Moi – Et pourquoi pas ?
    Mimi – T’as été une Jedi. Certes… T’as pété ton câble et tu as fait n’importe quoi… Mais dans les deux cas, tu n’as strictement aucun intérêt à te débarrasser de la Force. Alors du coup, je me demande pourquoi tu fais ça. Est-ce dans un esprit de pacifier toute la galaxie ? Ou alors ça pourrait très bien être pour enlever la Force à tout le monde et la garde pour toi toute seule afin de dominer la galaxie…

    Evidemment que la question de ma motivation se posait.

    Moi – Dominer la galaxie pour que tout le monde s’habille exclusivement avec mauvais gout.
    Mimi – Quoi ? Tu ferais ça uniquement pour être à la mode ? Sérieusement. Pourquoi ?
    Moi – Tu raisonnes avec des extrêmes. Sauver la galaxie ou la dominer...
    Mimi – Te mets pas à me faire une leçon de philosophie. Je te rappelle que tu n’es pas célèbre pour ta subtilité.
    Moi –Je l’admets. Ecoute, je te promets de te dire toutes les raisons qui me motivent quand nous serons parvenues au terme de cette histoire.
    Mimi – Mouais… Toutes ? Je sens que je vais en faire des cauchemars. Bon… Pourquoi tu as voulu me recruter ?
    Moi – Parce que depuis plusieurs mois, quelque chose cloche. Je ne sais pas quoi mais clairement, ça sent le wookie. Et si mon maître m’a bien appris une chose, c’est qu’il faut chercher à anticiper les situations où on a envie de dire « I’ve a baaad feeling about this ! ». J’ai besoin de quelqu’un de confiance. De quelqu’un qui est débrouillard et qui sera capable de démêler ce sac de nœuds. C’est là que tu entres en scène, petite.

    samedi 19 octobre 2013 - 21:20 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Le lendemain de ma discussion avec oncle Frank, j'avais envie d'essayer de me changer les idées et de travailler. Pas du sabre, pas de la Télékinésie, je voulais apprendre. Comme Kaarde était là, je me dis que c'était une bonne occasion pour apprendre de nouveaux Pouvoirs. Il fallait que je m'évade, et la transe cataleptique me semblait parfait ! 12 heures de transe maxi pour un pada, on commençait la journée, donc j'avais du temps. Je pris mon hérisson en peluche avec moi et me dirigeai vers les quartiers de Kaarde. L'affreux signal de la porte le prévint de ma venue et je me retrouvai facilement en face de lui.

    Kaarde : Coucou ma pada ! Quel bon vent t'amène ?
    Moi : Bonjour Maître, je voulais apprendre un nouveau Pouvoir de la Force, un médical.
    Kaarde : Bien sûr ! Le contrôle de la douleur ?
    Moi : Non, plutôt la transe cataleptique.
    Kaarde : Ah ! Ce n'est pas un Pouvoir évident, mais pourquoi pas.
    Moi : J'aimerais juste vous demander une faveur…
    Kaarde : Je t'écoute.
    Moi : J'aimerais être dans un endroit où personne ne me trouvera. Je voudrais… être tranquille, ne pas être dérangée, ni vue. Je veux être toute seule, est-ce que vous pourrez dire à ceux qui pourraient le demander que vous ne savez pas où je suis ?
    Kaarde : Je comprends, mais pour cet exercice je dois absolument savoir où tu te trouves. Où veux-tu le faire ?
    Moi : À un endroit où personne ne me verra ni ne me dérangera, donc pas mes quartiers.
    Kaarde : Hum… il y a beaucoup d'allées et venues dans le vaisseau, et Mirax pourrait te trouver si tu venais à faire l'exercice ici.
    Moi : Si c'est Mirax c'est pas grave, tant qu'elle ne dit pas non plus où je suis. Je pense que pas beaucoup de monde ne vient vous déranger chez vous. Ça ne vous fait rien si… ?
    Kaarde : Euh… Je t'avouerais que j'aurais préféré un autre endroit que mes quartiers… Pourquoi tu ne veux pas dans les tiens ? Ou simplement qu'on te trouve ? Tu évites quelqu'un ?
    Moi : Euh… Oui, enfin non, je… C'est… C'est personnel, voilà. Je peux gérer ça toute seule mais pour l'instant j'ai besoin d'avoir la paix sans qu'on puisse me trouver.
    Kaarde, résigné : Bon… D'accord, si tu insistes. D'un autre côté je n'ai pas le choix. Mais que ça ne devienne pas une habitude non plus hein !
    Moi, contente : Cool, merci ! Vous inquiétez pas, j'abuserai pas ! Kaarde, vous êtes trop sympa !
    Kaarde, dans un soupir : C'est bien le problème.

    Il m'expliqua le principe de l'exercice plus en détails que sur le databloc de l'Académie, comment faire pour entrer en transe, les effets que ça doit avoir sur le corps.

    Kaarde : Pour le réveil, comme tu es encore apprentie et que ce sera ton premier contact avec le Pouvoir, il vaut mieux que ça soit moi qui te réveille. Donc ça peut être un mot, une phrase, ou même un contact. N'importe quel stimuli peut convenir.
    Moi : Ok. Dans ce cas, je vous passe ça. Je lui tendis mon hérisson. C'est une peluche qu'oncle Frank m'avait offerte quand j'étais bébé, vous n'aurez qu'à me la mettre dans les mains. Prenez-en soin, hein ?

    Ne voulant me mettre par terre et ni dans son propre lit, il m'installa sur une chaise au dossier rabaissé et me laissa me concentrer. Au bout de quelques minutes, j'entrai comme dans un sommeil profond.

    ----------------------------------------------------------

    Pendant ce temps-là, alors qu'il ignorait tout de ce que faisait la fille qu'il adore, Huge était en plein entraînement physique. Abdominaux, pompes, flexions, rapidité dans les mouvements de coup de poing et de pied, tout en améliorant la gestion de son centre de gravité, tout était bon pour se fortifier et plaire à sa belle. Il était torse nu dans son vaisseau, pour voir les améliorations qui venaient petit à petit. Morrens lui avait appris des méthodes pour faire correctement ses abdos, cassant complètement avec celles apprises à l'armée ou dans énormément de salles de sport. Et le garçon le sentait ; son ventre n'était peut-être pas encore plaqué à l'extérieur, mais au fur et à mesure des jours, et malgré les douleurs, il se sentait plus solide à l'intérieur.

    Il ne cherchait pas non plus à être comme les abrutis des magazines avec des tablettes affreusement laides ni aux biceps gonflés : il faisait tout pour concentrer ses muscles, les rendre efficaces, et ne pas faire des poches à 80% d'air. Il a toujours trouvé ça ridicule et pas beau.

    Après quelques mouvements de CQC qu'il avait appris, et même si c'était plus difficile sans cobaye, sans autre personne à qui tordre les bras, il remit sa chemise et sortit, pour voir Jaina évidemment !
    Mais les quartiers de la demoiselle étaient vides. Le garçon essaya alors de la retrouver dans le coin. Mais même au bout d'une bonne heure, elle demeurait introuvable. Étrange… Le vaisseau était certes grand, mais elle n'allait pas sortir du secteur non plus ? Il essaya des salles où les Jedi pouvaient être susceptibles de se rendre, mais à part des responsables du voyage, il ne trouva personne.

    C'est alors que, au détour d'un corridor, il aperçut Kaarde quelques mètres plus loin. Une idée lui vint…


    Huge : Oh chiche…

    Doucement, en minimisant le bruit de ses Santiags, il s'approcha du Maître pour le surprendre. Mais à peine Huge fut-il à trois mètres du Jedi que ce-dernier sauta en arrière. L'ancien guildeur le perdit de vue, puis il se sentit tiré vers l'arrière, plaqué contre un corps et le bras gauche puissamment saisi…
    DJJJJJJZZZZ !
    … et une lame de sabre laser au niveau de la gorge.

    Kaarde : Eh bien ! Tu dois encore faire des progrès si tu veux être dans les commandos de Baaaaaaal !

    Huge (levant les mains) : Je vous jure que je voulais pas vous attaquer, c'était juste une blague hein !

    Kaarde (lâchant prise et rengainant) : Je l'ai bien senti, ne panique pas.

    Huge : Je… Je cherche Jaina. Elle m'avait prêté un datapad et il faudrait que je le lui rende.

    Kaarde : Jaina ? Non, désolé, je ne l'ai pas vue.

    Le Jedi semblait sincère. Et pourtant, Huge avait un doute, un quelque chose lui faisait comprendre que ce que Kaarde disait n'était peut-être pas imbibé de vérité. Cependant… pourquoi mentirait-il ? Bizarre. Il avait toutes les raisons de le croire, lorsqu'il vit quelque chose dans la main du Maître.

    Huge (désignant l'objet) : C'est quoi ?

    Kaarde : Ça ? Oh c'est… C'est à Jaina. On avait fait un exercice hier avec une peluche à elle et elle l'avait oubliée.

    Huge : Vous allez la lui rendre ?

    Kaarde : Bien sûr ! Dès que je la voie. (un long temps) Qu'y a-t-il ?

    Huge : Elle m'a dit que vous aimiez bien la faire enrager… Son hérisson… (avec un regard complice) Ça vous dit qu'on s'amuse un peu ?

    Ce message a été modifié par: Huge le 07-11-2013 23:40

    jeudi 07 novembre 2013 - 23:19 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits

    Lieu : Casino flottant Le Lotus bleu
    Abregado Rae

    Le grand tournoi de Sabaac avait commencé depuis six heures quand..

    - J'ai une paire de banthas, un wampa et un mynock.
    - Interessant, il se trouve que j'ai une quinte d'Acklay.
    - Désolé les gars, Full par les épices !

    Le rodien dégaina son blaster, suivit aussitôt par le Corelien, le chiss et la douzaine d'hommes de main qui se trouvait autour de la table de jeu. Visiblement, le résultat annonçé ne plaisait guére, le non humain avait distribué les cartes et gardé celles qui l'arrangeait dans sa manche. Le trio s'échangérent des jurons en huttais et en basic, ce qui attira l'attention du service de sécurité, mais aussi d'un autre compétiteur situé à une autre table prés du comptoir. Le vieux Mazzic reconnu Waren, bloqua ses mises, puis se leva pour voir quels problémes avait son collégue. Deux Besalisk tentaient de maintenir les fauteurs de troubles..

    - Messieurs, je connais cet homme, je peut répondre de lui. Que ce
    passe t'il ? Encore une tentative de fraude, hé hé.. Bon, puis je vous assister ?
    - Ah tiens, Mazzic, mon petit reptile préféré..
    - Me traite pas de Trandoshan je te prie.

    samedi 09 novembre 2013 - 01:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Mandalore...


    Seigneur - Devrais-je plutôt t'appeler Ben ? Tss! Ce nom n'a pas la moindre sonorité mandalorienne.

    "De quoi parle-t'il? C'est vrai que je m'étais fait la réflexion une fois ou deux, mais jamais je n'aurais envisagé que ce ne soit pas mon vrai nom. Pourquoi me l'aurait-on caché? Ca n'a pas de sens!"

    Ceno - Te fous pas de moi, je suis Cenovii Ben!

    Seigneur - Je vois... Tu ne connais probablement pas ton véritable nom. Laisse-moi te révéler ta réelle identité. On te l'a toujours caché, peut-être pour te protéger de nous... Tu as beaucoup changé... Pourtant je suis certain que tu es Cera Ordo, le dernier descendant du clan Ordo.

    "Cera... Ordo? Encore ce nom sur le tapis? Il n'y a plus aucune trace de ce clan depuis bien longtemps! Et Cenovii... ça ne peut pas qu'être un surnom! Je ne comprends rien!"

    Seigneur - Tu as perdu la mémoire? Nous avons éliminé ton clan il y a vingt-cinq ans lors d'une bataille sanglante. Ca ne te rappelle rien?

    "Si... Bien sûr que si... Des flash de ce terrible combat me parviennent de temps à autres... Un passé lointain... Les morts pleuvaient... Tandis que nous nous échappions... Mon frère, ma mère et moi avons réussi à nous faire oublier sur Nar'Shaddaa, et les souvenirs de mon clan perdu s'évanouirent... Mais pas ceux de mon père."

    Seigneur - Plutôt que de reconnaître son échec, ton père, le chef du clan, a préféré continuer le combat jusqu'au bout aux côtés de ses frères. Un choix qui leur coûta la vie, et la sienne... Une vie que je me suis fait un plaisir de prendre moi-même.
    .
    Ceno - C'est... C'est toi qui a tué mon père...


    Tandis que le jedi, fixant le sol, se fait violence pour contenir sa rage et ne pas massacrer le seigneur sur place, ce-dernier sort soudainement de son beskargam une vibro-lame habilement dissimulée et la dirige d'un seul geste sur Cenovii avec l'intention de le tuer. Keller et Zatila anticipent l'attaque et d'une même volonté ils stoppent la vibro-lame une seconde avant qu'elle ne transperce le corps du Chevalier, laissant juste le temps à celui-ci de se retourner et de confisquer son arme au seigneur. De rage, Cenovii a le réflexe de riposter aussitôt! La lame s'abat alors, cette fois-ci sur le chef des Death Watch. Elle s'arrête à quelques centimètres de sa tête, au prix d'un effort intense de la part de Ceno, qui tout en réclamant vengeance s'est souvenu des enseignements de ses maîtres et a stoppé son geste in extremis. Les soldats mandaloriens de la Death Watch se mettent en position, prêts à faire feu. Keller et Zatila dégainent leurs sabres laser. La situation devient critique.

    Ceno - Argh...

    Le jedi en armure lutte encore pour ne pas achever le seigneur. Tout le monde se regarde en chien de faïence, personne n'ose esquisser le moindre mouvement de plus. Les Death Watch sont légèrement fébriles, Keller semble refroidir leurs ardeurs rien que par son regard menaçant. Après quelques secondes, le seigneur demande à ses soldats de baisser leurs armes. Les padawans éteignent leurs sabres laser et, constatant que les négociations s'enveniment à cause d'une histoire personnelle, Zat décide d'intervenir. Posant une main sur l'épaule de Cenovii, le nautolan tente de le raisonner.

    Zatila - Maître, calmez-vous, n'oubliez pas pourquoi nous sommes ici.
    Ceno - Nous n'arriverons à rien avec lui. Il a essayé de me tuer.

    Zatila se tourne vers le seigneur dont la vibro-lame se trouve toujours juste sous sa carotide.

    Zatila - Pourquoi avoir attaqué?
    Seigneur - Mêlez-vous de vos affaires jedi. Un troisième guerrier n'interfère par lorsqu'un combat a lieu entre deux guerriers.
    Ceno - Tu m'as prit en traître! Je devrais te tuer sur le champs pour ce coup déloyal!
    Zatila - Nous ne sommes pas là pour nous battre mais pour négocier. La planète est assez grande pour que les néo-mandaloriens et les death watch se la partage, non ?
    Seigneur - Je ne vois pas pourquoi nous devrions partager alors que nous sommes les dignes héritiers de cette planète.
    Ceno - Les néo-mandaloriens en sont bien plus dignes!
    Seigneur - Qu'ils le prouvent! Nous les terrasserons! Comme nous avons terrassés les clans autrefois!
    Ceno - Attention à ce que tu dis!
    Zatila - Il doit bien y avoir une solution pacifique à ce problème.
    Seigneur - Nous ne trouverons pas d'accord jedi. Vous devriez laisser tomber.
    Zatila - Et pour Maly? Vous semblez oublier que nous l'avons récupéré. Et je sais qu'il vous importe, sinon pourquoi vous être donné tant de mal pour le retrouver ?
    Seigneur - Je n'ai plus rien à faire de ce mioche ! Maintenant que les coordonnées de la planète ont été déchiffré, il ne m'est plus d'aucune utilité.
    Cenovii - Imbécile! Des tas de gosses sont morts juste pour que tu récupères Maly! Sais-tu combien il en a souffert!?

    C'était le dernier espoir de faire entendre raison au chef des Death Watch. L'arrogance de cet être abject rend Keller très nerveux. Contre toute attente, Cenovii éteint la vibro-lame. Malgré toute sa colère, et à la surprise des deux jeunes jedi, il parvient à respecter le code. Il ne peut pas tuer un adversaire de sang froid sans que celui-ci ne puisse se défendre. De plus, il ne fallait pas qu'il incite par la même occasion les autres soldats à les attaquer. Cependant, solennellement il déclare:

    Ceno - Puisque vous ne voulez rien savoir, alors vous l'aurez voulu, je transmettrai votre réponse à Mandalore et nul doute qu'une guerre éclatera. Une guerre que, je vous l'assure, vous ne gagnerez pas.
    Seigneur - Allons allons, vous n'allez quand même pas soutenir un massacre, jedi. Avez-vous penser aux pauvres âmes innocentes de la planète si la guerre était déclarée ?

    Un des soldats de la Death Watch apporte alors un message par comlink au seigneur :

    Mando - Chef nous avons détecté la présence d'un autre jedi sur la planète.
    Seigneur - Parfait, celui-là survivra pour annoncer la triste nouvelles à vos alliés mandaloriens. Abattez-les !

    Se projetant dans les airs grâce à des rétrofusées, le seigneur s'enfuit après avoir ordonné à ses subalternes d'attaquer. Instinctivement, Keller et Zat dégainent leurs sabres laser et commencent à renvoyer les salves aux soldats Death Watch. Ceno attendait une occasion pour essayer sa nouvelle armure. Malgré toute la diplomatie dont le groupe de jedi usé, le seigneur a décidé de signer son propre arrêt de mort. Le Chevalier en armure active son camouflage optique et disparaît complètement. Certains soldats commencent alors à tomber tout seul en convulsant, d'autres s'envolent dans les recoins de la salle, d'autres encore s'enflamment comme par combustion instantannée. Le trio de jedi se défend bien mais on dirait qu'ils ont appelé du renfort car plus ils en abattent, plus il en arrive. Après une minute environ, le comlink de Cenovii sonne enfin. Il reparrait au milieu de ses élèves comme par magie et entends la voix d'un certain bith dans son casque.

    Eckmül - Maître ! J'ai fouillé toute la ville, aucun signe de vie d'aucun être vivant. Et j'ai trouvé des balises faisant croire à une population, enfouies sous terre ou dans des endroits bien cachés. Vous n'avez donc pas à vous en faire, il n'y a pas de réels habitants ici.
    Ceno (tout en se protégeant des tirs ennemis) - Voilà qui va faciliter nos affaires. Il nous faut regagner le vaisseau. De là, nous pourrons bénéficier d'un appui aérien.
    Eckmül - Je suis aussi tombé sur un vieil ami qui a pas mal d’informations sur les mandaloriens, il pourrait nous aider. Le problème c’est qu’il est coincé sous une poutre. Si vous pouviez m’aider...
    Ceno (tout en tirant sur les ennemis) - Nous ne pouvons pas te rejoindre pour l'instant, tu dois te débrouiller seul ! Soulève cette poutre, tu n'as pas d'autre option ! Aies confiance en la Force !

    Le combat reprends de plus belle et Cenovii tente de se tracer un chemin jusqu'au seigneur, mais le flot de soldats ennemis est ininterrompu et bientôt les jedi seront dépassés par le nombre. Ceno s'en rend compte et ordonne le repli à contre-coeur.

    Ceno - Ne restons pas là!

    Il commence à courir vers la sortie, pensant être suivi des deux jeunes jedi. Les quelques soldats sur le chemin ne font pas long feu. Très vite ils arrivent à la passerelle qui les mène à leur vaisseau, toujours poursuivis par plusieurs ennemis. C'est là que Ceno se rend compte qu'il manque du monde.

    Ceno - Où est Keller?!
    Zatila - Quoi? Mais! Je croyais qu'il était derrière moi!
    Ceno - Harr'shak! A quoi pense-t-il?!

    Gagné par une légère panique, Ceno active son comink.

    Ceno - Eckmül! Donne-moi une bonne nouvelle!
    Eckmül - Heu... Nous sommes coincés aux portes du palais! Ya plein de soldats!
    Ceno - Mais c'est pas vrai!

    La mission avait déjà mal tourné mais là c'est juste une catastrophe.

    C'est alors qu'un vrombissement se fait entendre, venant du ciel. Un vacarme de déchirements métalliques mêlés à une horde de hurlements sauvages. Tout le monde se tait sur la passerelle et les soldats death watch voient un essaim inquiétant assombrir les étoiles. Certains s'enfuient déjà. Ceno active un zoom depuis l'interface de son casque, il constate avec un certain soulagement qu'une marée de droïdes basilisks néo-mandaloriens est en route pour leur porter main forte.

    -------------------------------------
    Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure
    Maitre de Keller et d'Eckmül

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 17-11-2013 01:55

    dimanche 17 novembre 2013 - 01:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Mandalore, à l'extérieur

    Levant les yeux vers le ciel, j'aperçois au loin une nuée de vaisseaux. Les néo-mandaloriens ! Quel soulagement ! Avec eux à nos côtés, le combat va retrouver son équilibre. Vite, nous devons regagner le vaisseau et retrouver Eckmül. C'est alors que nous partons en direction de la canonnière que trois death watch nous barrent le passage. Ceno utilise un lance flamme dissimulé dans son armure tandis que je renvois les tirs ennemis. Les trois mandos sont éliminés. Deux autres arrivent sur notre gauche. Avec la Force, je les envoie valser plus loin avant qu'ils aient le temps de nous mettre en joue. Ceno tire quelques salves pour les mettre hors d'état de nuire. A nous deux, nous formons une bonne équipe. Mais voilà que les hordes ennemies se multiplient. Nous ne tiendrons pas très longtemps. Telle l'hydre de Lerne, lorsqu'un soldat tombe à terre, deux autres le remplacent.

    Zatila : Maître, nous n'avons aucune chance.

    Cenovii : Argh, tenons bon !

    Au bout d'un moment, Ceno et moi finissons par être encerclés. Il semble y avoir des centaines de death watch. Ils ont du se dire que nous étions une cible prioritaire. En position de garde, nous attendons la prochaine attaque, mais les tirs risquent de fuser de part et d'autre. Nous ne pourrons assurément pas tous les repousser. J'ai bien peur que notre fin ne soit arrivée. Les death watch nous encerclant s'apprêtent à tirer. Seul un miracle pourrait encore nous sauver. Et je ne sens pas la présence de Keller à proximité. Non, vraiment là c'est foutu, même avec l'aide de la Force. Je perçois que Ceno partage mon inquiétude et mes doutes. Je ferme les yeux comprenant que c'est mon heure. Un sifflement se fait entendre dans le ciel. Mon ouïe me ferait-elle défaut ? Peut-être ai-je déjà été touché sans m'en rendre compte et suis-je en train de mourir ? Ou alors est-ce la voix aigüe, l'appel de la Force dans ces moments fatidiques où elle nous invite à la rejoindre ? Le bruit devient de plus en plus intense et tend à se rapprocher. Et soudain boomm ! La terre tremble sous mes pieds suite à un fracas des plus assourdissants. Je rouvre les yeux. Devant moi, plus de death watch mais c'est énorme engin, cette machine de guerre impressionnante. C'est là que je réalise :

    Zatila : Par mes lekkus, serait-ce....?

    Cenovii : Oui c'est bien lui ! Le fils prodigue est de retour !

    Zatila : Incroyable ! Gondra, le droïde basilisk, en chair et en os...... Oui enfin heu... en métal et en boulons. ^^

    Voilà qui va rééquilibrer les forces. La machine de Ceno nous a rapidement reconnu comme amis et sans attendre déclenche deux puissantes mitrailleuses sorties de ses poings contre les soldats death watch. Certains, dont on ne voit pas le visage mais dont on peut deviner l'effroi, sont aussitôt expulsés dans les airs. D'autres plus téméraires en revanche, continuent de faire feu sur nous. Je renvoie les tirs l'un après l'autre. D'un bond, Ceno monte à bord de Gondra.

    Zatila : Hey attendez-moi !

    Cenovii : Ne t'inquiète pas. A partir de la console principale, je vais reprogrammer à distance un droïde basilik que tu pourras ensuite piloter.

    Zatila : Je vais avoir mon propre Gondra ? La classe ! :craneur:

    Moins d'une minute plus tard, un second droïde similaire à Gondra se pose à quelques mètres de moi. Tout comme Ceno plus tôt, je rejoins le cockpit de la machine et découvre les commandes. Ca ne ressemble pas vraiment à une table de pilotage, comment je vais piloter ce truc ?

    Zondra : Bienvenue à bord. Je suis Zondra. Mes principales fonctions se font par commandes vocales. Pour plus d'informations, consultez la liste des milliers de demandes disponibles.

    Zatila : Pas la peine. Contente-toi de balayer tous ces soldats death watch.

    Zondra : Commande validée.

    Sur un écran radar, plusieurs points rouges lumineux représentant les ennemis disparaissent l'un après l'autre au fur et à mesure que la machine de guerre les détruit.


    Mandalore, salle du trône

    Après avoir activé ses rétro-fusées, le seigneur avait atteint une plate forme située en hauteur et emprunté un couloir secret afin de prendre la tangente. Courant tel un reek que rien ne semblait pouvoir arrêter, on aurait pu croire que son intention était de fuir la planète. Pourtant, il n'en était rien. Ca aurait été mal le connaître que d'imaginer qu'il n'allait pas se battre jusqu'à la mort s'il le fallait. Très vite, il arrive dans une salle de commandes dans laquelle plusieurs ordinateurs permettent de surveiller à distance, via des caméras, les faits et gestes de la population environnante, ou plus exactement de ses subordonnées qui sont à priori les seuls êtres vivants du coin. Mais ce qui l'intrigue plus que tout autre chose, c'est l'arrivée en force de la flotte droïde des basiliks.

    Seigneur : Il ne manquait plus que ça !

    Prenant place devant une console, le mandalorien active à distance son arme secrète, un genre particulier d'artillerie lourde : un mortier de siège spécifiquement créé pour les débarquements ennemis en nombre. Fabriqué avec ingéniosité, il peut annihiler un basilik en un seul coup et il est quasiment impossible de le détruire par la force brute.

    Seigneur : Venez mes mignons !


    Mandalore, à l'extérieur

    Continuant avec succès ma lutte contre les mandaloriens ennemis, j'aperçois les droïdes basiliks se poser et nous porter main forte. Loin de se laisser faire, les soldats mandos utilisent plusieurs armes de pointes pour les repousser. Cela n'est cependant pas très efficace. Nous avons repris l'avantage et la victoire semble assurée. C'est alors soudainement que mon oeil est attiré par un puissant tir laser qui fuse au loin tout droit en direction d'un des droïdes basilik encore dans les airs. Ce dernier est percuté de plein fouet et explose littéralement.

    Zatila : Mais qu'est-ce que c'est que.... ?

    Un deuxième suit le précédent et un deuxième basilik tombe sous le feu ennemi. Impossible ! Je ne peux pas croire ce que je vois. Mais quel engin peut-il bien disposer d'une pareille puissance ? Suivant le rayon, je détecte depuis ma position un canon à tir courbe. Vite, je dois le détruire. Je réoriente Zondra et à l'aide des mitrailleuses, je mitraille ce mortier. Plusieurs explosions et un épais nuage de poussière se forme autour de l'engin de guerre.

    Zatila : Rah ! Prends ça !

    Mais quelle n'est pas ma déception lorsque je découvre, une fois le nuage dissipé, que le canon est toujours intact.

    Zatila : :pens: ...

    Probablement est-il recouvert d'une cuirasse blindée. Je ne l'aurais pas à l'usure. Rapidement, d'un salto avant, je m'éjecte de Zondra et atterris avec souplesse. Dégainant mon sabre laser, je renvois deux tirs d'un soldat mando qui profite que je ne suis plus à l'abri. Puis, à l'aide du pouvoir de vitesse, sans perdre de temps, je gagne le mortier. A proximité de montagnes, ce dernier tire une salve et les ondes de choc provoquent quelques éboulis. J'effectue une roulade sur le côté pour les éviter. Je pourrais très certainement d'un bond me projeter sur le mortier et découvrir son système d'alimentation. Là, je pourrais tout simplement le mettre hors service d'un coup de sabre. Cela dit, si je me plante et que je ne trouve pas assez rapidement où frapper, la prochaine attaque du canon risque non seulement de me rendre sourd mais en plus de me causer d'autres dégâts physiques. Il vaut mieux la sagesse à la précipitation. Sondant l'engin à l'aide de la Force, je prends mon temps pour déceler l'alimentation. Lorsque je suis parfaitement concentré, une représentation du canon s'impose à moi en esprit. Dans ma vision, cela ressemble à de gros câbles électriques comme enfouis sous terre. Toujours dans la Force, je pressens un nouveau tir. C'est le moment de rouvrir les yeux et de déceler les câbles. Au moment où je les trouve, le mortier tire une nouvelle salve. Vite, je dois couper l'alimentation avant la prochaine attaque sans quoi d'autres droïdes basiliks vont y passer. Les câbles sont au nombre de trois au sol et trois en hauteur et leur diamètre en impose. Je ne les couperai pas en une seule fois. Il me faut plus de puissance. Je dégaine alors mon second sabre laser et le rattache au premier formant un double sabre.

    Zatila : Arrghh !!

    Avec rage, double sabre à la verticale, je fonce vers les câbles électriques et détruis simultanément ceux du haut et du bas. Je cours sans m'arrêter afin d'éviter de me prendre un coup de jus et surtout pour que le canon n'ait pas le temps de tirer une nouvelle fois. Une explosion résulte de ma dernière intervention et juste avant que je ne sois assez loin, elle me projette plusieurs mètres en avant. Mon double sabre s'éteint au passage et va rouler un peu plus loin. Sur le dos, je peine à me relever. Je peux au moins constater que mon plan a réussi. Le mortier est hors service.

    Zatila : Ouf ! Je ne ferai pas ça tous les jours...

    Tandis que je me remets debout, deux soldats mandaloriens se présentent devant moi et me mettent en joue. Je porte la main à ma ceinture mais n'y trouve mes sabres. Un regard s'échange entre mes assaillants et moi. Et puis soudain : bam ! D'un seul coup de paluche mécanique, sans qu'aucun de nous n'ait eu le temps de comprendre, les deux mandos sont expulsés. Gondra sort alors de l'ombre et Cenovii en descend.

    Zatila : Maître ? Mais comment avez-vous su ?

    Cenovii : Bien entendu, je t'ai suivi. Merci pour ton intervention. Mais restons groupés à présent, d'accord ?

    -------------------------------------

    Mystérieuse et omniprésente, permettant le lien entre chaque être et chaque concept, la Force est notre guide. Lorsque l'on accepte de ne faire qu'un avec elle, ou avec l'une de ses nombreuses énergies, l'égo laisse place à cet instant présent que nous incarnons.

    dimanche 24 novembre 2013 - 23:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits

    Lieu : Dock 51
    Abregado Rae

    Le Verpine qui se trouvait devant le hangar vit une silhouette approcher. C'était une chiss portant une longue tunique noire à capuche, tenue par un ceinturon en cuir marron, elle avait un petit medaillon en argent autour du cou. Cela correspondait à la description que son employeur avait fait.

    Le vaisseau est prêt ?
    Oui, c'est un excellent cargo.
    Alors c'est parfait..

    La non humaine fit un geste rapide et trancha le cou du Verpine avec une dague corelienne, ce dernier pris ses deux griffes, tenta de retenir le flot sanguin verdoyant qui fut expulser et retomba comme un sac de farine au sol pendant que Jalana entra dans le hangar. Elle monta le long de la rampe déployé, appuya sur le bouton sur le coté qui manoeuvrait cette derniére, fermant la porte. Non loin, se trouvait un coffret en bois, fermé par une serrure. Jalana ota son medaillon et en retira une petite clef qui allait lui permettre d'ouvrir le coffret. A l'interieur, un masque Ootlight.

    jeudi 28 novembre 2013 - 23:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9714 Crédits

    Là, quand tu viens de déplacer une poutre, tu as un sentiment de superpuissance. Mais je suis vite remit à ma place quand je vois tout un escadron de Death Watch.
    - Eh, vous! Que faites-vous là, sale Jedi?
    - Eh, bien, comme dirait Kenobi, Hellover.
    D'un seul coup je prends le félucien sur mes épaules, et mes jambes à mon cou (Oui, c'est dur de faire les deux en même temps). J'utilise donc la technique du sprint jedi, évidement les mandos me suivent. Je décide alors de creuser un trou devant moi avec la force et de le sauter. Les Death watch tombent dedans et me jettent des jurons, en me tirant dessus. D'un coup j'arrive sur le champ de bataille, et je vois Zat et Ceno se battre avec des basiliks, enfin j'en ai déjà entendu parlé dans les archives impériales. Je fonce vers une zone sécurisée, pour mettre Feru'un à l'abri dans une navette, avant que Cenovii me braille un ordre :
    Cenovii : Prends un Basilik, et viens nous aider!

    Eckmül : Vous êtes sérieux?! Je sais pas conduire ce genre de truc moi.

    Cenovii : Fait confiance en la Force, tu t'en sortiras très bien!
    Bon, OK, j'y vais et je me lance! Je grimpe dans le mécha et je démarre, je commence à me déplacer, avec énormément de difficulté, je vole et je fais des vrilles sans faire exprès, j'évite de justesse plusieurs vaisseaux, mais très vite je perds le contrôle, et je ne peux empêcher le basilisk de s'écraser sur une tour du palais. Je sors de l'engin péniblement, je suis dans une grande salle de contrôle avec des ordis partout, et là qui je vois arriver? Keller plein de sang, surtout les mains, et avec le regard sombre, des tas de cadavres partout autour de lui, dont celui du Seigneur des Death Watch. Je suis abasourdit:

    Keller : Qu'est-t'as à me regarder comme ça? Bouseux!

    samedi 07 décembre 2013 - 12:52 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide