Le Temple Jedi 5 (page 65)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    La chose, puisqu'on lui déniait (à raison) le droit d'être considéré comme une espèce intelligente tant qu'il serait dans cet état s’éclipsa en direction de la douche dans son rire.
    Arrivé dans la pièce, Doc eu un sourire amusé. La salle était immense, surtout sur Corsucant. Dans des gestes rapides, il décrocha les armes qu'il avait pris avec lui. La présence de Kaarde lui simplifiait un peu la vie sur un point. Il plaça son sabre le plus simple à l'écart.
    L'ancien ermite se débarrassa rapidement de ses vêtements qu'il envoya d'un geste dans une poubelle. Maintenant qu'on lui avait fait noté, il devait admettre qu'il avait besoin plus que jamais d'une douche. En même temps, ce n'était pas de sa faute s'il n'avait pas pu le faire. Il devait avoir le temps une fois le FireBreaker réparé et le vaisseau de Grëhata n'était pas équipé de manière correcte. Vu qu'il avait dû se décider en un instant, il n'avait pas eu le temps de se changer.
    Quelques minutes plus tard, arrosé par l'eau chaude, les cheveux et la barbe démêlés et enfin nettoyé, Doc commençait à ressembler à un humain. Un humain avec de très nombreuses cicatrices qui lui parcouraient tout le corps. Survivre sur Kashyyyk a un prix et lui l'avait payé très cher.
    Quelques étirements sous l'eau plus tard, l'ancien Jedi coupait l'eau et se séchait rapidement. Attrapant un de ses petits couteaux laser, il se coupa les cheveux à mi longueur et tailla sa barbe à une longueur qui, bien que longue, restait raisonnable.
    S'entourant d'une serviette Doc rejoignit les autres. Disparu l'ermite, on retrouvait presque le Doc d'avant son exil. En voyant les vêtements préparés par Ange, il avait eu un sourire. Rhabillé comme un contrebandier, c'était peut-être même l'Ace d'une époque encore plus lointaine qui serait désormais présent. La question se posait toujours pour lui. Mais visiblement une autre question plus importante était venue aux lèvres des présents en le voyant débarquer…


    Ange : Tu t’es battu avec un rancor dernièrement ?
    Doc : Pas que je me souvienne. Mais le sol de Kashyyyk renferme d’autres bestioles tout aussi sympathiques. Tu me dis bonjour cette fois ou je dois me contenter d’un autre regard noir ?
    Kaarde : Moi je te dis bonjour, la tête est mieux et plus proche mais le corps… Tu as l’air d’avoir souffert.
    Doc : On s’habitue à tout… Que tu sois là me simplifie la vie Kaarde, j’ai un cadeau pour toi.

    L’ancien maître de l’atelier de sabrelaser attrapa le tube qu’il avait mis de côté un peu plus tôt.

    Doc : Il ne s’allume plus pour moi. Mais je suis certain qu’il le fera pour toi. Oh, et j’ai perdu le MonCal sur Kashyyyk. Désolé, mais c’est tant mieux. Il était beaucoup trop dangereux. Alors Ange, tu me pardonnes ?
    Ange : Va te faire voir. Tu te rends compte des années où tu n’as pas donné signe de vie ?
    Doc : Bonne question. On est en quelle année ?
    Anjel : 172 après Yavin ?
    Doc : 14 alors. Ça va, c’aurait pu être pire.
    Mimi : 14 ans et c’aurait pu être pire ? Mam’s, il est pas net ton « ami ». Et en plus il débarque comme ça en espérant être bien accueilli ?
    Doc : C’est ça d’être à la fois fils de Mirax et Edo, on se dit qu’on sera toujours le bienvenu partout. Même si là j’avoue que j’ai fait fort. Mais bon, c’est pas de ma faute si le grand dadais n’avait pas de douche dans son vaisseau.
    Ange : T’avais qu’à prendre le tien. Ou une douche avant de venir.
    Doc : Si j’avais dû attendre les pièces qui permettraient à mon YT de décoller, je serais encore coincé sur Kashyyyk. Et j’ai comme l’impression que mon aide pourrait être utile ici.
    Anjel : Vous vous croyez si doué que ça ?
    Doc : Quatorze ans sur le sol de Kashyyyk sans blaster ni sabre laser et juste des cicatrices. Ca vous suffit comme réponse ?
    Mimi : Un vrai cinglé.
    Ange : Un vrai cinglé qui va s’habiller. Maintenant.
    Doc : A tes ordres Ange, à tes ordres.

    Quelques minutes après, changé, il revenait. Avec une impression bizarre. Fermant les yeux, il salua sa mère qui essayait de le contacter. Visiblement son retour était déjà connu. Sûrement un coup de Wroobany. Il aurait mieux fait de lui demander de se taire. Enfin on ne cachait rien à Mirax Terrik, il aurait dû le savoir.

    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître Jedi revenu d'un lointain passé...
    Ou du sol de Kashyyyk, suivant les versions !

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 15-09-2014 23:40

    lundi 15 septembre 2014 - 23:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17321 Crédits Modo

    Après une très longue absence, Doc Beldom nous revenait enfin ! Les voies de la Force étaient bien mystérieuses. Pourquoi ne l'avait-elle pas fait reparaître bien plus tôt ? Notamment lorsque nous combattions Baaaaaaal ? Peut-être la disparition du Maître Sith laissait-elle enfin le champ libre à Doc pour reparaître en pleine lumière et trouver la paix ? J'étais impatient de le découvrir.
    Je n'eus pas le temps de m'en inquiéter très longtemps, bientôt alerté par le Temple Jedi de l'arrivée d'un étrange colis.

    le Temple(comlink). - Maître Naberry ! Maître Naberry !
    Moi. - Ici Naberry, qu'y a-t-il ?
    le Temple(comlink). - Une équipe médicale vient de déposer à l'infirmerie du Temple un jeune zabrak blessé, à votre attention. Nous espérions que vous pourriez nous en dire plus.
    Moi. - Mmh... D'où vient ce blessé ? Et qui vous l'a adressé ?
    le Temple(comlink). - Nous l'ignorons. La personne qui l'a amené sur Coruscant l'a laissé aux infirmiers avec une note nous demandant de prendre soin de lui et de vous prévenir. Elle est signée "TS".

    TS ? Décidément Tyria n'avait pas perdu de temps ! Sachant qu'elle n'était pas encore officiellement réadmise dans l'Ordre, elle avait agi plutôt judicieusement. En confiant le jeune zabrak aux guérisseurs Jedi plutôt qu'au premier hôpital, elle s'assurait également de le retrouver plus tard, et d'éviter des ennuis à ce dernier en cas de situation irrégulière.
    Je réalisai dans le même temps qu'elle allait sans doute me poursuivre encore longtemps avec l'anecdote de son clone, le clone TS, que j'avais coupé en deux pendant la guerre du SEZ.

    Moi. - Je vois... Quel est l'état du patient ?
    le Temple. - Il demeure inconscient et semble souffrir d'une grave commotion cérébrale.
    Moi. - Bon. Apportez-lui les meilleurs soins. Dérangez Maître Sol'As Mordi s'il le faut ! Naberry, terminé.

    Tyria était donc déjà arrivée sur Coruscant ? J'en eus la confirmation moins d'une heure plus tard lorsqu'elle se présenta enfin dans l'appartement cosy des Solo, à la plus grande joie de Sam. Apparemment cette excursion demandée par le défunt Polux s'était bien terminée... si ce n'était la disparition définitive de son esprit de Force.
    Avertie, Tyria s'y était attendu, et elle m'avait averti aussi. Mais je ne pouvais m'empêcher d'avoir un pincement au cœur. Bien sûr nous savions tous que cela arriverait tôt ou tard, et nous avions eu beaucoup de chance de parler à Polux autant que nous l'avions fait jusqu'ici après sa mort. Mais je ne pouvais m'empêcher de le regretter.

    Quelques heures plus tard, après que Doc fut sorti de sa douche et m'eus confié, à ma grande surprise, le sabre laser porteur du cristal Solaris, alors que le jour baissait, que Sam et la toute jeune zabrak étaient entre les pattes de Grehäta et que nous attendions d'être présentés par Ange à son équipe pour renverser Waren, je trouvai Tyria seule sur un balcon en train de faire la conversation à une image miniature émanant d'un holocron Jedi.
    Une image miniature de moi. Mon Holocron !

    Tyria. - Quelle forme de combat ai-je pratiquée ?
    Holocron(avec ma voix). - Lorsqu'elle fut ma padawan, Tyria s'initia à l'Ataru, forme de combat acrobatique dont je...
    Tyria. - Oui, oui, c'est bon ! C'était facile, je connaissais la réponse ! Voyons... plus difficile... quel souvenir gardes-tu de ta padawan adorée ?
    Holocron. - Tout le temps de sa formation, et même après, elle fut la Jedi la plus écervelée et la plus imprévisible de tout l'Ordre. C'était la terreur des padawans, mais elle avait un cœur d'or.
    Tyria. - Attends, attends ! Retour arrière... lecture...
    Holocron. - ... et même après, elle fut la Jedi la plus écervelée et la...
    Tyria. - ÉcerveQUOI ? Je n'étais pas écervelée, d'abord ! Intrépide, peut-être, mais pas écerv... !
    Moi. - Hum !
    Tyria. - Oh, euh... tiens, au fait, mes gars m'ont remis ça... je crois que c'est à toi.

    Elle me lança l'Holocron que j'attrapai au vol et posai sur le rebord du balcon. Au contact d'un nouveau Jedi le dispositif holographique se ré-enclencha, débutant le message d'intro que j'avais enregistré il y a des années, tout juste après la guerre du SEZ.

    Holocron. - Bonjour, je suis le Maître Jedi Kaarde Naberry et ceci est mon Holocron, dans lequel je vous transmet mon savoir. J'ai eu l'occasion de former plusieurs Jedi au long de ma vie mais ma plus puissante élève fut Tyria Sarkin, que je découvrais sur Corellia à mes débuts alors que j'étais un tout jeune Maître Jedi. Elle en devint un elle aussi, après des années de formation...

    Tyria, elle, s'efforça de reporter son attention vers le ciel nocturne de Coruscant.

    Tyria. - Écervelée, hein ?
    Moi. - Hé, la dernière fois que je t'ai vue avant de faire cet Holocron tu essayais de me tuer, je te rappelle ! Tu t'en tire plutôt à bon compte.
    Tyria. - Hum... pas faux.
    Holocron. - On découvrit tardivement qu'elle était la fille naturelle de Baaaaaaal, le Seigneur Noir des Sith, le plus puissant et implacable ennemi de l'Ordre Jedi à mon époque. Cette découverte, ainsi que le meurtre de son mari par Baaaaaaal et d'autres raisons qui m'échappent peut-être encore,...
    Tyria. - Tu dois être content... d'avoir récupéré ton Holocron, je veux dire.
    Moi. - Je le serais, s'il n'avait pas causé tant d'ennuis.

    Antilles, ou quelqu'un à son service, avait profité de l'affaiblissement temporaire du Temple pour mettre la main sur cet Holocron bien spécifiquement. Kyrio avait été torturé pour le faire fonctionner ensuite, et Tyria s'était retrouvée trahie par ce même Holocron.

    Tyria. - Bah, sa vocation première était de permettre de me contrer, après tout... on peut dire que ça a réussi.
    Kaarde. - Je suis désolé, Tyria. Je ne voulais pas qu'il tombe entre de mauvaises mains.
    Holocron. - ...conduisirent Tyria à passer du Côté Obscur et à tenter de me tuer. Après avoir affronté son père sur Dantooine elle disparut mystérieusement et ne fit plus parler d'elle...
    Tyria. - Ça m'a surpris, quand tu m'as révélé l'existence de cet holocron enregistré exprès pour compiler des informations sur moi. S'il y a bien un Jedi que je n'aurais pas cru si... inquiet ?... c'est bien mon ancien maître, toujours si optimiste.
    Kaarde. - Il faut croire que ta disparition m'avait particulièrement affecté... Je t'ai cru morte, tu sais, lorsque ton père est réapparu au tout début de la guerre. J'ai cru qu'il avait remporté le combat sur Dantooine et... je crois que ça m'a aidé à me fondre dans le rôle d'un faux Seigneur Sith.

    Elle ne répondit pas, mais par notre ancien lien qui commençait à se renforcer je sentis qu'elle n'était nullement fâchée, qu'elle comprenait, et me pardonnait.

    Holocron. - Mes récentes découvertes au sujet de Baaaaaaal et de sa prodigieuse longévité naturelle m'ont fait prendre conscience que mon ancienne padawan, si elle a hérité du même don, me survivra certainement longtemps, et que je ne la retrouverai sans doute jamais. Elle pourrait ressurgir à n'importe qu'elle époque après que j'aie rejoint la Force, peut-être la vôtre, toujours sous l'influence du Côté Obscur et aussi dangereuse que son père...
    Tyria. - Il faudra mieux cacher tes affaires, à l'avenir.
    Moi. - Je n'ai nullement l'intention de rapporter cet Holocron au Temple.
    Tyria. - Comment ça ?

    Je saisi alors l'Holocron et l'approchai de mon visage.

    Moi. - Kaarde Naberry. Code : tatooine-gundark. Entrée 6A, effacement de toutes les données.
    Holocron. - ... C'est dans cette optique que j'ai décidé de transmettre dans cet holocron tout ce que je sais à propos de Tyria Sarkin, et de.. crrr son alias Black Baccara,... kzpt ! afin de permettre aux dzzzutures généra... crac ! de lui faire face...Ksshhhrrrrhskgfizlffnlrrr !

    Sous les yeux surpris de mon ancienne padawan l'Holocron laissa échapper de la fumée et quelques étincelles alors que toutes les informations qu'il contenait étaient purement effacées. Je reposai l'objet devenu inerte et sans valeur sur le rebord du balcon puis saisissait doucement Tyria par les épaules.

    Moi. - Je crois que c'est à toi, d'écrire ton histoire, pas à moi. Tyria, en décidant de t'accueillir à nouveau dans l'Ordre j'ai décidé de faire table-rase du passé. J'espère que tu n'as pas la phobie de la page blanche ?

    Tyria prit un air faussement déçu.

    Tyria. - Finie, la postérité... Comment feront mes fans pour connaître mes couleurs préférées, maintenant ?... Euh, je... Kaarde... merci, vraiment ! J'apprécie le geste.

    Elle se laissa aller dans mes bras. Visiblement la mission imposée par Polux et la disparition définitive de ce dernier l'avaient un peu affectée.

    Tyria. - Je suis désolée que tu aies gâché un Holocron pour rien.
    Moi. - Boarf ! Il peut encore faire un bon presse-papier !


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 17-09-2014 18:06

    mardi 16 septembre 2014 - 00:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Attendant toujours des nouvelles de l’équipe au sol qui devait la contacter afin de confirmer le lieu où elle devait la rejoindre, Solo, assise sur la table de la cuisine, sirotait un brandy en balançant ses jambes dans le vide. Alors qu’elle se réservait allégrement un second verre en massant sa jambe toujours douloureuse, une petite tête blonde fit irruption dans la pièce et se planta devant elle.
    Ange releva un sourcil et la dévisagea.

    Sam, toute souriante : Diiiiiiiiiis, Ange ! Tu veux pas jouer avec moi ?
    Ange, se raclant la gorge : T'as pas autre chose de mieux à faire, gamine ? Je sais pas : aller embêter la mère, par exemple ?
    Sam, faisant non de la tête : S'il te plaiiiit ! Maman, elle t'adore et je sais que c'est pas pour rien !

    Solo soupira et descendit de son perchoir. Comment pouvait-elle refuser une offre pareille ?
    Elle prit la petite fille par la main et l’emmena dans sa chambre afin de ne pas déranger ses invités, déjà en grandes conversations

    Ange : Tu sais, j’ai pas franchement de jeux pour les enfants ici, tu voudrais jouer à quoi ?
    Sam, haussant les épaules : On pourrait jouer aux jedis ?
    Ange, manquant de s’étouffer : Aux jedis ? Parce que tu sais ce que sont les jedis, maintenant ?
    Sam : Des magiciens !
    Ange : Des magiciens, et bah voyons ! Avec une baguette et des chapeaux pointus !

    La gamine se tut quelques instants, réfléchissant sérieusement à la boutade que venait de faire la Corellienne.

    Sam : C’est vrai ?
    Ange : Oublie ce que je viens de dire…
    Sam : Et tu es aussi un jedi, toi ?
    Ange, se grattant la tête : C’est un peu plus compliqué pour moi… J’ai été un jedi, y a très longtemps maintenant. Tu n’étais même pas née…
    Sam : Et pourquoi tu l’es plus ?
    Ange : Sam, tu veux pas jouer à autre chose que question/réponse ? J’ai une autre idée…

    ***

    Sam s’était mis à hurler à pleins poumons et tentats faussement de se dissimuler derrière un fauteuil de la pièce. Elle brandissait devant sa tête blonde aux cheveux entremêlés son sabre. Devant elle s’avançait lentement une ombre noire à la respiration lente et saccadée, tendant elle-aussi une arme dans sa direction. La gamine poussa un second cri, encore plus sonore que le premier quand la main gantée fut pointée dans sa direction.

    L’Ombre, respirant difficile : Rejoins-moi du côté obscur, Sam, ou tu rejoindras les tréfonds de la Force comme tous tes semblables !
    Sam, hurlant de nouveau : N’avance pas, méchant jedi ou je vais le dire à ma maman !
    L’Ombre, ricanant : Ta mère ne peut rien contre moi ! Rejoins-moi ou péris ! Mouhahahaha !
    Sam : Jamais !
    L’Ombre : Misérable créature, gare à toi si je t’attrape !

    La petite fille poussa un autre cri et se dirigea vers la porte qui venait de s’ouvrir en trombe. Tyria venait d’apparaitre dans l’encadrement de la porte, dévisageant au passage sa fille, fer à lisser en main, et Ange, enveloppée dans un drap noir, un masque pour dormir de la même couleur sur les yeux et un fer à friser dans la main.

    Tyria, ne sachant où regarder : Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?
    Sam, criant de plus belle : Vite, Maman ! Allons-nous cacher sur Alderaan ! On doit aller retrouver le jedi It’kla sinon Dark Vador va tous nous tuer.
    Ange, râlant : Tu vois pas que tu déranges, Sarkin ? Tire-toi ou toi aussi je te fais exploser avec mon Etoile noire !

    Sarkin ne dit rien et, l’air complètement blasé, ferma délicatement la porte.
    Sitôt le terrain de jeu retrouvé, Solo envoya une flopée de coussins dans la directement de Sam.

    Ange : Misérable jedi ! Ne sous-estime pas le pouvoir du côté obscur ! Sens mon pouvoir tomber sur toi !

    La réponse que lui adressa la gamine déstabilisa un moment la Corellienne. Sam venait effectivement d’utiliser la Force pour renvoyer littéralement un des factices projectiles dans sa direction.
    Jugeant qu’un rappel à l’ordre s’avérait nécessaire, Solo retira son masque troué pour l’occasion et fit signe à la gosse de s’asseoir à ses côtés.

    Ange, doucement : Sam, tu ne peux pas utiliser la Force de la sorte. Ce n’est pas un jeu.
    Sam : Pourquoi ? Moi aussi je suis une magicienne.
    Ange : Ce n’est pas parce que tu es une magicienne que tu dois utiliser la Force sans raison. Tu ne peux pas l’utiliser sans penser aux conséquences.
    Sam : Aux conséquences ? Je ne comprends pas.
    Ange, réfléchissant : Bien… Imagine que la Force est une rivière qui coule. Dès que tu utilises la Force, c’est comme si tu jetais un caillou dans l’eau. Ca fait des remous et tu peux embêter les poissons qui sont en-dessous, voire même leur faire très mal.
    Sam : Qui sont les poissons ?
    Ange : Toi, moi, les plantes, toutes les choses dans la galaxie. Garde en tête que tu peux faire plus de mal que de bien quand tu utilises la Force, d’accord ?

    Sam s’était déjà relevée et brandissait fièrement son sabre-laser improvisé.
    Quand Solo, encore sur le séant sur le lit, reçut en pleine poire un oreiller envoyé de la main de la petite fille, elle comprit que la gamine avait enregistré ce qu’elle venait de lui raconter.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 16-09-2014 13:00

    mardi 16 septembre 2014 - 12:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9843 Crédits

    Une semaine est passée depuis que j'ai consulté le journal d'Hemera à son insu. Je me suis demandé à plusieurs reprises si je devais lui en parler. Mais finalement, je n'ai pas trouvé le courage d'aborder le sujet. De plus, je ne sais pas où trouver la jeune humaine. Depuis plusieurs jours, elle semble s'être volatilisée. Alors que je viens de finir une méditation pour tenter de détecter la présence la corellienne dans la Force, mais en vain, je commence à m'inquiéter.

    Zatila : Par la Force, où peut-elle bien être ?

    Ne souhaitant pas m'emballer davantage, je me ressaisis rapidement et fais le vide dans mon esprit. Puis, je me lève et choisis de contacter Jaina sur l'holonet. Je sais que je peux compter sur elle pour me confier. A plusieurs reprises déjà je l'ai contactée depuis qu'elle est partie dans les régions inconnues et nous avons eu de longues conversations. Nous sommes maintenant de proches amis et n'avons pas peur de nous avouer nos joies comme nos craintes. Si elle m'a souvent parlé de Huge et de ses sentiments pour lui, je lui ai seulement fait part de mon côté de mon attirance pour Hemera. Je ne lui ai pas vraiment dit qu'il y avait plus que ça entre nous parce que moi-même jusqu'à notre baiser, je n'en étais pas sûr.

    A priori je tombe mal. Elle a elle-même ses problèmes à gérer de son côté. Je m'apprête donc à la laisser mais ayant néanmoins besoin de se changer les idées, elle m'accorde un moment. Après lui avoir relaté les récents évènements et lui avoir avoué qu'on avait pas mal parlé Hemera et moi, la jeune humaine comprend que nous sommes tombés sous le charme l'un de l'autre. Elle tente alors de me rassurer :

    Jaina : Même si vous êtes proches, il est normal qu'elle ait aussi besoin de liberté.
    Zatila : Sans doute. Mais je n'arrive même pas à savoir où elle est passée.
    Jaina : Si tu ne la trouves pas dans ses quartiers, elle est peut-être allée faire un tour dans la forêt. Tu as cherché de ce côté ?

    Je marque une pause et je déclare :

    Zatila : La jungle est grande, naturellement je n'ai pas cherché dans tous les coins. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est que je ne la vois pas dans la Force. C'est comme si elle avait disparu !
    Jaina : Calme-toi Zatila, je suis sûre qu'il y a une explication logique.
    Zatila : J'espère. C'est juste que d'habitude, je sens chaque présence dans l'académie. Je n'ai qu'à me concentrer quelques minutes et je peux savoir où se trouve la personne que je cherche.
    Jaina : Sans vouloir te vexer, tu n'es pas infaillible non plus. Et ton angoisse ne doit pas aider à élargir tes perceptions.
    Zatila : C'est pas faux.
    Jaina : Ne t'inquiète pas, je suis sûre qu'elle va bien. :cli:

    Le positivisme de Jaina m'apaise un peu. Nous parlons encore quelques minutes elle et moi et à contre-cœur, je la quitte pour me rendre à un cours de sabre laser que je dispense à de jeunes padawans. Je profite que je passe non loin de la seconde classe pour redemander au maître qui m'assiste dans la salle voisine et qui assure habituellement les cours d'Hemera s'il a vue cette dernière aujourd'hui. Comme les jours précédents cela dit, il me donne une réponse négative.

    Une semaine passe. Puis, j'ai de nouveau Jaina en ligne qui m'annonce qu'elle a retrouvé la trace d'Hemera. En effet, elle l'a appris par une amie padawan, ici à l'académie, qui l'aurait vue plus tôt dans la matinée. Rassuré mais impatient d'en savoir plus, j'exige des détails.

    Jaina : Elle lui a dit que tu la cherchais, mais pas que tu te faisais un sang d'encre.
    Zatila : J'apprécie sa prévenance. Quoi d'autre ?
    Jaina : Apparemment elle aurait été faire un tour du côté des ruines du vieux temple pour essayer quelques pouvoirs.
    Zatila : C'est curieux, non ?
    Jaina : Elle a pu se dissimuler dans la Force, volontairement ou non.

    Prenant le temps de réfléchir à la question, je déclare finalement :

    Zatila : Bon au moins le mystère est résolu, mais elle a manqué pas mal de cours.
    Jaina : Rien ne presse, elle n'est encore qu'au début de sa formation. Elle va juste à son rythme.
    Zatila : Justement elle est loin d'avoir fini sa formation. Et ça prend du temps de rattraper des cours.
    Jaina : Ne sois pas si dur envers elle.
    Zatila (agacé) : Elle ne devrait pas prendre ce genre de liberté, qui plus est sans prévenir personne !

    A ma grande surprise, je m'énerve contre celle que j'aime et mon ton est encore plus grave qu'à l'accoutumé. Néanmoins, c'est sans doute davantage par inquiétude. Jaina prend alors le parti d'Hemera :

    Jaina : Je n'ai pas toujours été ponctuelle et ai souvent oublié de te prévenir. Pourtant tu ne t'es pas inquiété ?
    Zatila : Hum si un peu, mais ça ne change rien. Ce n'est pas sérieux ! Un tel comportement est dangereux et peut avoir des conséquences qu'on ne soupçonnent pas !

    Jaina est surprise par l'impétuosité qui m'anime soudain et qui est pourtant plutôt rare chez moi. Avec réserve, elle dit :

    Jaina : Enfin, ce n'est pas si grave, voyons. Je pense que tu n'es pas très objectif dans le cas d'Hemera.
    Zatila : C'est possible en effet... Je crois qu'au fond, c'est surtout à moi que j'en veux.
    Jaina : Comment ça ?
    Zatila : J'ai toujours cherché à faire preuve de self-control pour éviter d'être envahi par mes émotions. C'était l'objectif que je m'étais fixé. Et après de nombreuses missions où ma patience, ma diplomatie et même mes peurs ont été mises à rude épreuve, je croyais avoir réussi.

    Je soupire et relève le regard que j'avais baissé. Puis je dis :

    Zatila : Et là en un claquement de doigts, cette humaine si chère à mon cœur depuis que je l'ai rencontrée, est parvenue à me faire perdre tout contrôle.
    Jaina : Bien sûr je comprends. Mais n'oublie pas que tu dois aussi la laisser vivre sa vie. Elle est Hemera Stellaris avant d'être ta copine.

    Les paroles de Jaina sont sans doute emplies de sagesse. Je ne saurais le dire. Après tout, je ne sais plus trop quoi penser quand il s'agit d'amour. C'est un domaine que je connais bien mal. Quoi qu'il en soit, je dois le reconnaître, je me suis un peu laissé emporter par toute cette histoire. Peut-être que je l'ai prise plus au sérieux que je n'aurais du. Tout va bien à présent, je suis rassuré qu'Hemera ait refait surface. Je me demande simplement : qu'arrivera-il si le cas se représente un jour ? Est-ce que je pourrais réagir de manière encore plus excessive ? A ma décharge, les sentiments que j'éprouve pour la corellienne m'ont rendu confus et ont sans doute faussé mon jugement. Tout ce que j'espère, c'est que ce n'est que l'euphorie des débuts et que je serai capable à l'avenir de ne pas autant m'en faire.

    -------------------------------------
    "Ne l'oublie jamais : c'est ton attention qui détermine ta réalité."

    Ce message a été modifié par: Jedi-Yoda le 16-09-2014 16:04

    mardi 16 septembre 2014 - 16:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    THE OTHER SIDE [2/3]
    ________

    Première partie

    L'inconnu : Le seul qui peut te donner des réponses, c'est moi…

    Super… Ça manquait quand même d'originalité, cette "phrase-solution" toute faite. Huge avança car il avait vraiment besoin de savoir ce qui n'allait pas là-dedans. L'individu fantomatique s'était un peu plus éloignée dans la brume, au point de presque s'effacer.

    Huge : Oui enfin c'est bien beau tout ça, quoique vu l'éclairage et l'ambiance… Mais ça me dit pas où est cet "ici" dont vous me par… (Se mettant en joue) Hé ! Qui va là ?

    Quelque chose bougeait dans la brume à une dizaine de mètres de lui. Un truc, petit, marchait d'un pas lent et maladroit en sa direction. La forme… ne ressemblait à rien, de loin. Huge s'approcha, toujours prudemment, vers cet être difforme qui continuait sa route, sans faire attention à lui. En s'avançant, le garçon reconnut un Dug à la tête fracassée, et un intense frisson le parcourut, son sang ne fit qu'un tour et Huge effectua un bond en arrière : ce Dug était celui qui, des années auparavant, avait tenté d'abuser du petit garçonnet qu'il était, et qu'il avait tué… Il l'avait justement tué ! Il ne devait pas être en vie ! Le regardant s'éloigner, l'air complètement hagard, le jeune garçon qui ne comprenait pas ce qui lui arrivait continua sa route et aperçut d'autres silhouettes au loin, qui se déplaçaient de la même manière que le premier.
    Un enfant Twi'lek, suivi d'un voyou Sinitien. Huge s'approcha, se mit en face de l'enfant à lekkus et attendit : le "zombie", du moins c'était l'image qu'il renvoyait dans sa démarche, avait une violente plaie à la tête et ne s'arrêtait pas, il continuait sa route sans voir le jeune humain. Et le traversa.


    Huge (s'effondrant) : AAAAAARRRRRGGHH !!!!

    Le contact avec cet esprit du passé lui avait fait un mal de chien, comme si on lui avait frappé le crâne avec une barre en fer. Une barre de fer… Malgré la douleur, ce souvenir lui revint : ces deux personnes, il les avait tuées aussi quand il était petit. L'inconnu chauve s'était arrêté, faisant que l'humain s'était rapproché, et il recommença à le viser.



    Huge : À quoi vous jouez, là ? Pourquoi je revois toutes ces personnes ?

    L'inconnu : Car tu es responsable de leur présence en ces lieux !

    Huge : Mais ces gens sont morts !

    L'inconnu : Oui, et vois, admire le travail de ta vie ! Toutes ces existences brisées !

    Le jeune garçon aperçut de plus en plus de gens à des intervalles plus resserrés. Le décor avait changé, autour ce n'était plus des arbustes mais de véritables falaises, se perdant dans le bas plafond des nuages noirs. L'eau, arrivée maintenant au niveau de ses genoux, scintillait. En temps normal ç'aurait paru beau mais dans l'état actuel, ça paraissait surtout glauque et dramatique.
    Mais Huge réalisa alors, en relevant la tête vers ses anciennes victimes, qu'il avait les mains salies bien plus qu'il ne se rappelait.
    Ce Stormtrooper tué lâchement dans le dos dans le gang, parce qu'il était de l'Empire et qu'à cette époque, on soutenait la République… Ce mâle Selkath, dont le crâne avait été broyé par un piège tendu par le tout jeune Huge car il n'avait pas honoré ses dettes envers les
    Caesares, cet agent de police meurtri par pure envie de tuer, cette Advosze égorgée pour avoir mal parlé au garçon, ce Zabrak à la tempe droite carbonisée pour avoir attaqué une patrouille dont Huge faisait partie, un dealer Ithorien, un autre Zabrak, ceux-là Huge ne savait même plus pourquoi il leur avait ôté la vie. Un Twi'lek, étranglé, sentinelle du gang rival des Vornskrs Noirs pour ouvrir le passage lors de la grande purge ennemie…
    Son rythme cardiaque accélérait, ses mains tremblaient un peu, il se sentait mal et avec une désagréable boule dans la gorge. Il re-dégaina pour viser de nouveau l'humain volatile.


    Huge (perdant patience) : Bon maintenant ça suffit ! Arrêtez ça ! Vous voulez me faire culpabiliser hein ? Qu'est-ce que vous voulez de moi ?

    L'inconnu : Tu as peur. Je le sens. Et la peur te met en colère, c'est bien…

    Et arriva. Lui. Tijen Larsu. Celui qui avait assassiné Lana, la seule vraie amie de Huge à cette époque. Le Iotréen était là, pataud, le regard vide. Celui-là, l'humain n'a jamais regretté son acte.

    Les autres morts causées par le pré-Guildeur continuaient de défiler dans leur macabre marche mortuaire, il voyait à présent les tués de lorsqu'il était à la Guilde, ceux de sa toute première mission sur Pantora. Ils défilaient, proches les uns des autres. L'humain mal rasé, premier sang de cette aventure, puis un peu après un être carbonisé, Rodien probablement, un Gran avec la nuque cassée, le Toydarien qui l'avait torturé, l'humain en noir, l'Omwati, un autre humain balafré cette fois, qui avait trois doigts arrachés et le torse ouvert par une explosion de grenade, sans doute… Puis quelques mètres plus loin, des gardes sénatoriaux qu'il avait éliminés à la fin de cette mission, le pilote… Il poursuivit son avancée, ayant de l'eau jusqu'à la taille cette fois.
    Quelques mètres derrière, ses trois victimes, hommes de main de Zorba le Hutt, qu'il avait tués pour pouvoir sortir vivant de ce guêpier, le premier Nikto dont le sang s'échappait par à-coups d'une plaie béante du cœur, un Rodien qui avait le visage et le tronc brûlés, et ce Chiss dont la gorge saignait en abondance. Huge rentra malencontreusement en plein dans ce troisième être et s'effondra en se tenant la gorge.


    Huge : AHEUUUUURRRGHHH !

    Une douleur tranchante mêlée à une difficulté de respirer s'emparèrent de lui, comme si on lui avait administré le même traitement, à défaut qu'il ne pouvait pas mourir cette fois. Il fallut quelques secondes pour que ça revienne à la normale… Mais rapidement une autre vague dense fit son apparition.

    Des Mandaloriens… Mutilés, décharnés, décapités, ensanglantés, les armures en miettes, un vrai massacre. La Tour Sadow. Si pour les autres morts, Huge avait ressenti des regrets, cette fois sa haine des Mandos lui apporta contentement de voir autant d'âmes perdues, de les voir, de se délecter du spectacle de ces hommes sans vivacité, tels des larves.


    L'inconnu : Huge, à chacun de tes pas, tu enjambes les cadavres de tes ennemis !

    Cette phrase était pleine de sens en cet instant, mais ce mystérieux type avait mal choisi son moment pour la faire résonner négativement dans l'esprit du jeune garçon : il ressentait une fierté d'être vivant et "d'enjamber les cadavres" de ces soldats en armure. Cette bataille faisait partie de ses meilleurs souvenirs de la Guilde.
    Et voilà l'une des plus importantes ennemies de ce jour-là : Asha Lemon. Défigurée, le visage charcuté par les petites épines que Huge avait sur son casque à cette époque. Tout comme ses troupes, elle était dans une désorientation marquée, le sang coulant fraîchement de sa figure de jeune trentenaire.


    L'inconnu : Tu es un assassin, un meurtrier, un tyran assoiffé de sang. Je peux le sentir au plus profond de ton être : tu ne vis que pour tuer !

    Huge : Non ! Plus maintenant ! J'ai changé !

    L'inconnu : Tu ne fais que te mentir, tu n'es que mort et désolation, et tu le resteras. Les tueries incessantes n'existent pas dans la nature. Mais toi, tu es différent.

    Arrivaient déjà les soldats Sith de l'Académie Jedi, après un assez long moment vide ponctué de peu d'âmes en peines. Ces morts-là, il ne les regrettait pas car c'était la défense des Jedi, de celle qui allait devenir sa copine, il fallait qu'il les tue et ça ne lui fit rien de voir ces morts. Tout comme ça ne lui fit rien, quelques mètres après, d'apercevoir les Matraakis tués en masse lors de l'exploration et de l'évasion de leur planète.

    Puis une fois ces petits êtres passés, plus rien. Rien du tout. Il était de nouveau seul avec ce mystérieux gars, l'eau jusqu'au haut de son ventre à présent.

    mercredi 17 septembre 2014 - 09:20 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    J’étais en larme, je ne comprenais pas se qui m’arrivait, pourquoi Baaaaaaal ne me laissait pas tranquillement disparaitre dans la Force. Pourquoi me torturait-il encore une fois, il m’avait déjà tué, ca ne suffisait pas ?

    Baaaaaaal (qui lisait mes pensées) : Non ca ne me suffit pas. Tous les gens à qui tu as fait du mal vont venir se venger. Les uns après les autres, ils te feront souffrir. On va même commencer tout de suite.

    L’obscurité dans laquelle je ne voyais que Baaaaaaal et son sabre laser cessa. Une lumière aveuglante, pour moi, qui ne connaissait plus que le noir, depuis tellement longtemps. Depuis combien de temps, est ce que je chutais et mourrais de la main de Baaaaaaal ? Bien trop longtemps.

    Je commençais juste à m’habituer à la lumière, quand je vis une personne arrivé, je la voyais de loin car j’étais dans un univers blanc, infini, sans horizon.

    Qui était-elle ? C’était une femme, humaine, habillé dans une somptueuse robe. Mais cette dernière était toute déchirée. Alors que je la regardais pour comprendre qui elle était, je vis apparaitre une autre personne un peu plus loin, cette fois c’était un wookie, il avait le poil tout cramé. Et en option il avait l’air de mauvaise humeur.

    Po (tous bas) : Je vais souffrir !

    Puis encore derrière n’apparurent quelques dizaine de personne. Je commençais sérieusement à me sentir mal. Je me retournais pour m’enfuir, quand je me rendis compte que derrière moi se trouvais déjà une marré d’espèces divers et variées. Comment avais-je pu ne pas les sentir a travers de la Force. Je essayais la sonder pour estimer leur nombre, quand je me rendis compte que je n’avais pas accès a la Force.

    Que ce passait il, comment pouvais-je être a ce point couper de tous. De la gorge déployée d’un Baaaaaaal en pleine jouissance, j’entendis un rire à glacer le sang.

    Baaaaaaal : Alors comment compte tu les affronter tous.

    Po : Qui sont tous ces gens, je n’ai pas pu faire autant de mal dans ma vie.

    Baaaaaaal : Détrompe toi Jedi, ne les reconnait tu pas ? Regarde bien. Ce wookie ? Assistant du sénateur de kashyyyk ?

    Po : Mais je ne lui ai rien fait moi !!!

    Baaaaaaal : Ah bon ? Qui a fait exploser le sénat ?

    Po (en larme) : Non, laisse-moi tranquille.

    Baaaaaaal (en hurlant) : Tu comprends, alors que les erreurs de Tyria sont de ta faute. Elle est passée du coté obscur par ta faute. (En hurlant de plus en plus) TU LE COMPRENDS.

    Po (en larme) : Je sais, je sais.

    J’étais à bout de force, je voulais en finir. Qu’on me laisse tranquille, qu’on me laisse mourir. Mais les milliers de morts du sénat, n’était pas d’accord avec ça, il préférait me faire souffrir. Ils m’attrapèrent et décidèrent de mon châtiment.

    Sénateur mort : Que commence le supplice de la roue.

    Po (dépité et a bout de force) : Non laissez moi, ce n’est p…

    Mais déjà mes jambes se brisaient dans un craquement sec. Sans la force avec moi la douleur fut insoutenable. Puis ce fut le tour de mes bras. Je ne pouvais rien faire, la souffrance me faisait m’évanouir, mais à chaque fois Baaaaaaal me réveillait pour son plus grand plaisir. Tous les morts présents, passèrent avec un petit bâton, et commencèrent à tapoter sur mes membres explosé. De plus en plus de monde se pressait pour me torturer, et bien sur ils tapaient de plus en plus fort. Je ne pus ni estimer le temps que cela dura, ni le nombre de fois ou je m’évanouis. Mais mon supplice ne s’arrêtait pas là. Il restait encore l’écartèlement, qui se passa vivant, et bien sur, sous les rires de Baaaaaaal…..

    -------------------------------------
    PIOU-PIOU-PIOU

    Ce message a été modifié par: poluxhornterrik le 17-09-2014 14:55

    mercredi 17 septembre 2014 - 11:42 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17321 Crédits Modo

    Je restais un moment interdit, encore effaré de la violence inouïe du combat auquel je venais d'assister. Plus que jamais j'étais soulagé de savoir la galaxie débarrassée de Baaaaaaal, mais surtout impressionné par la survie de mon ancienne padawan.
    Je mis un moment à briser le silence qui s'était installé entre nous.

    Moi. - A... A propos de sabre perdu... est-ce que c'est toi qui a pris le sabre laser de Baaaaaaal ? On ne l'a pas retrouvé près de ses restes.

    Tyria. - Oui, j'ai joué au Baaaaaaal-trap avec et éparpillé les morcea... attends, la seule chose qui t'inquiète c'est un sabre laser ?

    Moi. - Non, non ! J'essaie encore d'assimiler ce que j'ai vu, mais... bon sang, c'est terrible ce que tu as enduré ce jour-là ! Tu te rends compte que personne dans la galaxie ne peut se vanter d'avoir tenu tête si longtemps seul contre lui et d'en être sorti indemne ?

    Tyria. - Si je m'en suis sortie c'est bien parce qu'il a joué au chat et à la souris avec moi, parce qu'il préférait me convertir... quant à en être sortie indemne, je crois que tu exagères un tantinet...

    Moi. - Comment ça ?

    Tyria. - Kaarde... tu viens d'assister au pire moment de mon existence... tu te rend compte que j'en fais encore des cauchemars toutes les nuits ?

    Moi. - Oh... je suis désolé. Je réalise seulement maintenant le traumatisme que cette rencontre t'a causé.

    Tyria. - Tout le monde semble croire que c'est la naissance de Sam qui m'a aidé à tourner la page "Black Baccara". En réalité c'est de devoir affronter mon père, et de prendre conscience que la galaxie serait condamnée si je me joignais à lui.

    Moi. - C'est radical, comme moyen de se détourner du Côté Obscur.

    Tyria. - Oui, je devrais faire breveter cette méthode... Et pourtant, même après ça, comme tu sais, j'ai voulu... "détruire la Force". Même détournée du Côté Obscur j'étais encore dans une mauvaise passe. J'ai du apprendre à gérer ma colère... et mon sentiment de culpabilité. Ça a pris du temps, bien sûr.

    Moi. - De toute évidence la Force ne voulait pas que tu rejoigne ton père.

    Tyria. - Ooooh oui, et depuis longtemps ! J'en ai appris de bonnes, entretemps.

    Moi. - Qu'as-tu découvert ?

    Tyria(volontairement mystérieuse). - Le secret de notre rencontre... et pourquoi Baaaaaaal m'a abandonnée si jeune dans une station orbitale.

    Je m'approchai d'elle, vivement intéressé.
    Lorsque nous nous étions rencontré à Coronet il y a maintenant des années Tyria m'était rentrée dans l'estomac, poursuivie par un Jedi Noir qui voulait la réduire au silence après qu'elle l'aie vu assassiner sa famille d'adoption dans une station orbitale. Tyria avait passé une bonne partie de sa vie sur cette station, et l'on n'avait jamais su pourquoi Baaaaaaal l'avait abandonnée là enfant initialement, alors qu'il la convoitait tant comme héritière.

    Moi. - Ce n'était pas une histoire de bouteille de lait ?

    Tyria. - Mais non ! Figures-toi que j'ai pu accéder à quelques dossiers intéressants en m'appropriant la flotte de feue Dark Maléfica. J'ai appris que sa liaison avec mon père et leur séparation dataient de ma prime enfance. J'étais gamine, lorsque la bothane a commencé sa petite vendetta.

    Moi. - Donc Baaaaaaal t'aurait laissée sur cette station pour... ?

    Tyria. - Pour me protéger, oui... ou du moins pour protéger le pouvoir que je représentais, le temps de battre Maléfica. Ça m'a fait un choc lorsque j'ai compris que mon père d'adoption était en fait un homme de Baaaaaaal.

    Moi. - Et des années plus tard, il n'a pas pu te retrouver à cause de l'irruption inopinée de ce Jedi Noir.

    Tyria. - Pas si inopinée que ça... Ce foutu Jedi Noir n'était pas ce qu'il semblait être, c'est-à-dire un simple voleur d'Holocron tombé par un coup du sort sur cette station orbitale. J'ai découvert qu'il était un agent de Dark Maléfica, chargé de me supprimer moi spécifiquement... et des années plus tard c'est moi qui l'ai tuée, elle, sans me rendre compte de l'ironie de la situation.

    Moi. - Donc... donc il n'y avait aucun hasard dans ces événements ?

    Tyria. - Hé non ! Merci la Force ! Et par-dessus le marché j'ai échappé à cet agent en percutant un Maître Jedi qui allait m'emmener au Temple et m'apprendre à utiliser mes pouvoirs de la bonne manière. Tu imagines ?

    Moi. - Oui, apparemment la Force a vraiment tout mis en œuvre pour que tu échappes à l'influence de ton père.

    Ces révélations changeaient complétement mes perspectives sur ce qui restait un des événements les plus déterminants de mon existence. J'avais passé des années à me demander pourquoi la Force avait mis Tyria sur mon chemin... et je me rendais compte aujourd'hui que c'est moi qu'elle avait placé sur le sien !

    Moi. - Merci d'avoir partagé ça avec moi, Tyria. Tes découvertes et la vision.

    Le simple fait qu'elle soit arrivée à me montrer une image si précise de son souvenir signifiait clairement que notre ancien lien maître-padawan avait retrouvé toute sa force, qu'une grande confiance mutuelle s'était réinstallée entre nous.

    Moi. - Mais tu as tort de tout mettre sur le dos de la Force. Malgré ton combat contre Baaaaaaal tu aurais pu encore très mal tourner ensuite.

    Tyria. - Tu penses ?

    Moi. - Regarde Tusk. D'après ce que tu nous as dit sur lui il doit lui aussi quelques traumatismes à Baaaaaaal... et ça ne l'a pas changé en bien. Je ne peux pas oublier ce qu'il a dit sur Sam avant de nous fausser compagnie... Ne t'imagines pas être le jouet de la Force, Tyria, surtout maintenant que Baaaaaaal est mort et le danger écarté. Tu es peut-être destinée à faire plus que simplement échapper à son influence.

    Tyria. - Toujours à me faire des leçons, hein ? Décidément on ne se refait pas. Mais bon, je n'aurais pas accepté de revenir dans l'Ordre si je ne pensais pas pouvoir faire encore quelque chose de bien de mon existence.

    Moi. - j'ai hâte de voir ça !



    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 17-09-2014 18:01

    mercredi 17 septembre 2014 - 17:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Doc avait vu Tyria et une jeune fille pendant qu'il attendait avec tout le monde des nouvelles de l'équipe d'Ange. Habillé cette fois, il avait salué Tyria d'un signe de tête mais n'avait pas insisté plus que cela. Surtout que Kaarde voulait visiblement parler avec elle.
    Ange avait filé avec la gamine, Sam s'il avait bien suivi. Et vu les bruits venant de la salle, il n'allait pas se mêler de ce qui s'y passait. Surtout qu'il n'avait pas vu d'enfants depuis son départ en exil. Déjà qu'à l'époque, il faisait peur aux plus jeunes au Temple... Il n'allait pas risquer de se mettre encore plus à dos Ange en se mêlant de ce qui ne le regardait pas.
    Restait le wookie, Anjel et la fille d'Ange. Il avait un peu parlé avec Grehäta en wookie avant de s'installer dans un coin de la pièce en sortant des poches de sa nouvelle tenue tout ce qu'il avait ramené avec lui. Cela aurait paru peu pour la plupart des personnes, mais Doc était un créateur et il devait savoir s'il avait perdu la main ou s'il savait encore construire ce qui avait fait sa gloire.
    Devant lui il avait étalé des petits tas de cristaux et diverses pièces métalliques. Ainsi que quelques piles qui étaient encore en état de fonctionner.


    Anjel : Vous avez vraiment vécu des années sur le sol de Kashyyyk ?
    Doc : En effet. J'avais besoin de tranquillité.
    Anjel : De tranquillité ? Vous êtes vraiment cinglé...
    Doc : Sur Kashyyyk, on ne m'appelait pas pour aller me battre contre des Sith ou pour parcourir la galaxie à la recherche d'un fou furieux tous les trois jours. Alors oui, d'une certaine manière j'étais tranquille.
    Anjel : Vous êtiez une sorte de Jedi d'Intervention ?
    Doc : J'étais Maître d'Arme de l'Ordre. Et je gérais aussi certaines de nos sources confidentielles. Les vieilles habitudes ont la vie dure.
    Anjel : Je comprends mieux pourquoi vous ne vous inquiétiez pas des créatures au sol de Kashyyyk. Et que vous estimez que votre aide pourrait être utile. Et que faites-vous là ?
    Doc : Je vous parle. Mais je vais m'occuper à créer quelques outils lasers.
    Anjel : Outils lasers ? Comme vos sabres ?
    Ange, en passant : Ne te laisse pas embarquer par sa parlotte de Jedi gamine. C'est juste des jouets.
    Doc : Tssss. Tu n'as pas changée Ange. Laisse la faire sa curieuse, ça l'occupe. Et puisque je ne sais pas encore où on va, ça m'occupe moi.

    Pendant la discussion, l'ancien créateur avait laissé ses doigts effleurer les cristaux avant d'en choisir un petit. Il récupéra ensuite un tube et quelques autres pièces, composant rapidement une sorte de mini sabre laser. Quinze minutes plus tard, il allumait un petit couteau laser. Comme un sabre miniature.

    Doc : C'est beaucoup moins puissant qu'un sabre, mais on peut ouvrir beaucoup de chose avec ça. Cadeau. N'essayez pas de l'ouvrir, ça exploserait. D'ailleurs, vous pouvez le lancer brusquement, ça le fera exploser également. Très lumineux mais pas très puissant.

    Quelques heures plus tard, Doc sorti de sa petite transe avec devant lui une dizaine de couteaux lasers comme le premier et quelques autres surprises au cas où ce qu'avait prévu Ange nécessite un peu plus de puissance de feu. Il passerait un couteau laser par membre de l'équipe et garderait le reste avec lui.

    mercredi 17 septembre 2014 - 22:33 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    En moins de temps qu’il avait fallu pour le dire, Solo avait reçu un appel des trois « M » lui indiquant que son équipe était arrivée au point de rendez-vous et viré tout le monde de son appartement en hurlant. Désormais, le petit groupe n’était plus qu’à quelques mètres du lieu où il devait rencontrer pour la première fois l’équipe qu’avait commanditée Solo auprès des trois M.

    Ange essayait de paraître la moins anxieuse qu’elle le pouvait. Dans la précipitation, elle n’avait pas pu choisir les membres qu’elle aurait voulu avoir à ses côtés en cas de problème. Au lieu de cela, elle avait dû profiter du temps imparti pour échafauder un plan et déléguer à autrui la lourde responsabilité d’assurer ses arrières. Elle n’aimait pas ça et redoutait que l’on ait pris de mauvais choix à sa place.

    Tyria, taquine : Tu parais un peu sur le qui-vive, Solo.
    Ange : Je me redoute vraiment ce que je vais trouver derrière ces portes….
    Doc, dans sa barbe : Ca doit toujours être moins pire que ce que l’on peut trouver sur le sol de Kashyyyk.
    Ange : N’en sois pas si sûr…

    Enfin, après un dédale de ruelles, ils se trouvaient au point de rendez-vous. La Corellienne s’avança et présenta son œil à un discret scanner optique.
    Comme elle s’y attendait, la porte s’ouvrit, dévoilant une gigantesque ombre noire dans laquelle ils s’engouffrèrent. L’ouverture se referma, les laissant quelques instants dans le noir avant qu’une créature massive n’allume les lumières sur son passage.
    Un Trandoshan de plus de deux mètres, l’air féroce et armé jusqu’aux dents se présenta à eux.

    Le Trandoshan : Regardez-moi ça, Solo !
    Ange : Salut, face d’écailles.
    Lui : Comment va ta sœur, raclure de Corellienne ?
    Ange : Et ta mère, elle fait toujours le trottoir ?

    Un silence pensant s’installa et fut brisé quelques secondes plus tard par une série de grognements effrayants. Pour ceux qui n’étaient pas habitués, il fallait deviner que l’immense créature reptilienne riait aux éclats. Plus inhabituel encore, le Trandoshan souleva Solo du sol et la pressa contre lui en guise d’accolade.

    Lui : Ca me coûte de l’avouer, Solo, mais tu m’as manqué. Ca fait trop longtemps qu’on n’a pas été chasser ensemble.
    Ange, soulagée d’être de nouveau sur le sol : Oui, moi aussi, Bill, moi aussi.
    Anjel, à voix basse : J’ai l’impression de nager en pleine science-fiction là. C’est moi où j’ai vu ce Trandoshan faire un câlin ?
    Tyria : Je te rassure – ou pas. T’as pas rêvé.

    Mimi s’avança à son tour.

    Bill, montrant ses dents trop blanches : Demi-portion. Viens par là.
    Mimi, souriant : Salut Billy. Comment se porte la Gardienne des Points ?
    Bill, serrant la jeune femme : Très bien. Je lui ai offert encore douze victimes la semaine dernière. Ca n’a pas été très difficile même si c’étaient des adversaires de taille. En fait, je suis…
    Ange, l’interrompant : Billy, s’il te plait. On parlera de ton tableau de chasse après.

    La créature grogna furieusement.

    Bill : Bon. J’suis content que tu aies repris du service. Les trois M m’ont contacté pour que je te fasse une équipe sur mesure pour t’accompagner sur place.
    Ange, fronçant les sourcils : M’accompagner sur place ? Y a méprise là…
    Bill, effrayant : Tu crois quand même pas que tu vas aller t’amuser toute seule. On vient. Y a rien à négocier.
    Kaarde, très bas : Et c’est là qu’on va me dire qu’il vaut mieux pas le contredire ?
    Tony, s’avançant : Très juste… Salut Terreur.
    Bill : Ah, Tony ! De nouveaux points de jagannath depuis la dernière fois ? Moi, j’en…
    Ange : Bill !

    Les yeux du Trandoshan s’enflammèrent.

    Bill : J’ai compris ! Je disais donc… L’équipe que j’ai formée est prête à faire la peau à Horn. Il a dépassé les bornes. Il ne mérite que la mort.
    Ange : A ce sujet, je vais être clair. JE m’occupe de lui. C’est chasse gardée. Tu piges ?
    Bill, grognant : Très bien.
    Une voix d’avançant : Mais enfin, tu vas finir par nous le mettre de mauvaise écaille, Solo ! On a déjà du mal à le tenir…

    Un homme séduisant d’une quarantaine d’années venait de s’avancer d’une manière très théâtrale. Ce natif de Fondor était brun et ses yeux verts. Il possédait une cicatrice qui lui mangeait la majeure partie du visage et un humour à toute épreuve. Surtout, il était difficile d’ignorer l’immense prothèse qu’il avait à la place de son bras gauche.

    Ange, ricanant : Ganner ! Si je m’attendais à te voir ici !
    Ganner, lui rendant son accolade : Quand Bill m’a appelé pour venir te donner un coup de main, j’ai sauté dans la première navette.
    Ange : Si j’avais parié ce que tu délaisserais un jour tes petites occupations pour moi, je serai riche à l’heure qu’il est !
    Ganner : Tu aurais dû, ma chère. Quant à moi, je t’aurais sûrement imposé un pourcentage. Que veux-tu, fallait bien que quelqu’un se dévoue pour sauver tes fesses. (Il se tourna vers les autres membres présents.) Excusez-moi ma grossièreté, mes dames. Je suis enchanté de faire votre connaissance. Ganner « Gadget » Rainer, pour vous service.
    Mimi, poursuivant sa présentation : Alias le Docteur Frankenstein. Il passe son temps à bricoler sa prothèse et à repousser les limites de la science. Notre « docteur ». Je n’arrive pas à statuer sur ce qui est le mieux : se faire soigner par lui ou crever dans un coin tout en étant sûr que mon corps reste intact.
    Ganner, avec un clin d’œil : Toujours aussi charmante, Mignonnette.
    Mimi, faisant la moue : Arrête avec ça…

    Tyria adressa un regard suspicieux à Solo.

    Ange, à l’oreille de Sarkin : Oui, pour ta muette question. Tout le monde a déjà couché au moins une fois avec lui. Je te dirais juste que c’est pour l’hygiène. La seule chose qui lui importe est d’ « améliorer » sa petite personne.
    Tyria : Ca me rappelle quelqu’un tien…
    Ange : Va te faire voir !
    Tyria : Tu me vends déjà du rêve, là, avec ces deux-là.
    Ange : Je t’avais prévenu en route.
    Kaarde : Cette mission promet d’être… inattendue…
    Doc : Ou suicidaire…
    Anjel : Ca…


    Ange se rapprocha de Bill qui écoutait sans rien dire.

    Ange : Ou est le reste de l’équipe ?
    Bill : A l’intérieur. Venez, je vais vous présenter tout le monde.

    mercredi 17 septembre 2014 - 22:51 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Notre long voyage a travers la galaxie nous amena a passer par le “sud” du noyau, pour se rapprocher d'Abregado-Rae, et ainsi rejoindre des routes plus rapide via Bestine, Kalarba (plutot que Gamor), puis descendre la piste Corellienne et atteindre ainsi le système de Tatooine.

    Le voyage, ou il ne passa a peu près rien, fut ponctué d'entrainements (douloureux) au sabre laser avec Kyrio, de méditation (surveillée), de calcul hyperspatiaux (avec crise cardiaque incluse) et de partie de sabacc pour se détendre. La Force était agitée d’étrange remoud, mais j’étais trop nerveux pour y prêter attention.

    Arrivé enfin sur place, Mirax commence par se diriger vers la planète sableuse… avant de se raviser. J’étais vraiment nerveux.

    Moi : Tatooine...
    Mirax : La Force me dit que ce n'est pas au sol que se trouve ta réponse, mon fils.
    Aynor : Que cherchons nous en fait ?
    Mirax : Aucune idée… Clickman m'a demandé d’amener Weedge ici, c'est tout…

    Aynor réfléchi un moment… et attrapa un databloc.

    Aynor : Si je me souviens bien du rapport de Jadden Korr, son vaisseau a repéré celui de Clickman proche des soleils jumeaux…

    Aynor pianote sur son databloc à la recherche du dit rapport, qu'elle avait pris soin de télécharger via l'holonet – pas vraiment par hasard – lors d'une pause pour faire le plein du vaisseau du coté de Bestine.

    Aynor : Voilà. Je l'ai… je t’envoie les coordonnées relevées par le vaisseau de Jadden.

    La console bippe, accusant réception des coordonnées.

    Mirax : C'est diablement proche des soleils, j'ai pas de crème solaire assez puissante pour ça.
    Kyrio : Espérons qu'on y restera pas trop longtemps…

    Mirax pris la direction indiquée… elle n’eut pas besoin de chercher bien longtemps.

    Tout le monde ressenti en ce lieu une présence imprimée dans la Force à cet endroit. Non… plusieurs. Il y avait plusieurs présences distinctes. Mirax stoppa le vaisseau dans une position stationnaire.

    Nous ressentons tous un appel dans la Force, qui semble venir du salon. Nous nous dirigeons tous la bas.

    Au milieu du salon, l'esprit de Clickman avait pris forme.

    Clickman : Bonjour Weedge. Bonjour M'man, Oncle Kyrio, et ma padawan Aynor.
    Aynor : Bonjour Maitre.

    Aynor s'incline avec respect. Le respect du padawan envers son maitre. Kyrio répondit par un hochement de tête. Mirax restait interdite.

    Moi : Euh… Tu veux dire que…
    Clickman, avec un rire : Oui… petit secret que j'ai évité de te révéler… Je sais que tu t'es toujours questionné sur ton lien étrangement fort avec Aynor et sur le pourquoi tu as tenu a ce qu'elle soit ton Maitre… c'est parce qu'elle a été ma padawan.
    Aynor : Désolé Weedge de te l'avoir caché.
    Clickman : Je n'ai que peu de temps. Weedge, je suis fier de toi. Tu dois encore beaucoup t'entrainer, mais tu as déjà bravé de nombreuses épreuves malgré que tu ne te sois éveillé que depuis à peine un an maintenant. Tu as su résisté à l'appel du coté obscur qui sommeille au fond de toi.

    Une pause.

    Clickman : Hélas cette épreuve sur Nor'Erda et l'affrontement avec le cristal obscur fut... imprévu. Tu as pris le risque de faire appel à moi, un choix inattendu et très dangereux.
    Mirax : Ce n'est pas toi qui peut lui faire la leçon la dessus, il tient bien de toi pour ce trait de caractère…

    Aynor émit un léger rire…

    Aynor : Une spécialité Terrik, je dirai même…
    Clickman : Cet incident m'a couté bien plus d'énergie que prévue, et je n'ai plus la force aujourd'hui de maintenir mon lien avec toi et cet univers. La Force me rappelle à elle.
    Weedge : Mais…
    Clickman : Ta plus grande épreuve t'attend. Sous peu, tu devras vraiment affronter ton pire ennemi. Mais je sais que tu sauras vaincre. Tu es bien entouré. Aynor a fait un travail excellent avec ta formation.
    Aynor : C'est un peu grâce à vous, Maitre.
    Clickman : M'man, prend bien soin de lui.
    Mirax : C'est promis.
    Clickman : Kyrio, ne l'abime pas trop…
    Kyrio répondit avec un sourire.

    La présence de Clickman se mit à briller, puis a se déformer, pour devenir comme une étoile au milieu de la pièce. 2 autres étoiles arrivèrent de nulle part et un ballet lumineux commença devant nous.

    La voix de Clickman résonna dans nos esprit une dernière fois.

    Clickman : Que la Force soit avec vous, à tout jamais. Weedge, ceci est mon ultime cadeau pour toi…

    La sphère lumineuse de Clickman s’engouffra dans le couloir pour rejoindre le cockpit. Je couru à sa suite. Il traversa le transparacier, sorti à l’extérieur et parti en direction des 2 soleils, en plein entre les 2.

    Le trio d'étoiles scintilla une dernière fois entre les 2 soleils… fusionna, ...sembla rester la.

    J'observais sans comprendre pendant un instant. Non. Ce n’était plus la lumière de Clickman que je voyais la.

    Il y avait un tout petit objet brillant qui flottait entre les deux soleils.

    A suivre...

    jeudi 18 septembre 2014 - 02:08 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Bollie Prindel --- Bollie Prindel était un officier de la Résistance. (Personnages - Résistance)
  • Billaba Depa --- Agée de 6 mois, Depa Billaba, fut sauvée des griffes des pirates qui avaient massacré ses parents par le maître Jedi Mace Windu, qui avait alors ressenti chez elle un grand potentiel dans la Force. (Personnages - Jedi)
  • Kkorrwrot --- Ce prédateur intelligent vivait sur la planète Kashyyyk et plus précisément dans le secteur connu sous le nom de « clairière de Hracca » compris dans la zone d’Etyyy. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Ordre Jedi --- Les premiers Jedi apparurent il y a 25 000 ans. Certains pensent d'ailleurs que l'Ordre fut fondé sur Ossus qui devint par la suite un centre culturel de première importance. Ils finirent par comprendre comment utiliser la Force. Leur histoire est conservée, comme celle des Sith d'ailleurs, dans des Holocrons, des dispositifs que seule une personne sensible à la Force peut activer. Malheureusement, certains Jedi ne virent dans la Force qu'un moyen de dominer les autres. Une série de principes moraux fut établie en réaction à leurs actions, ces règles furent baptisées Code Jedi et ont à peine changé depuis cette époque. (Organisations - Idéologiques)
  • Cobalt Hammer --- Le Cobalt Hammer était un bombardier de la Résistance (Vaisseaux - Vaisseaux auxiliaires)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide