Le Temple Jedi 5 (page 47)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits


    Lieu : Cato Neimoidia - Résidence de Mott Humbard

    Quelque part dans un des immeubles de la cité suspendu, par une nuit calme, sans nuages. La lune était haute, on pouvait la voir depuis les vitres en transparcier de la Pakapa corporation, une petite entreprise d'exportation couvrant quelques affaires dont l'empire préférait taire l'existence. Mais Mott Humbard ne s'en souciait guére. Dans son bureau, le fonctionaire neimoidien regarde la liste des comptes financiers de son entreprise, il en resort une perte importante de ses chiffres suite à l'affaire sur Muunilist. Le non humain émet un soupir et se renfrogne dans son fauteuil. Comment la guilde du commerce le prendra ? Il boit une gorgée de vin puis remarque un détail, ne provenant pas de son ordinateur mais du couloir menant à son bureau, le garde à disparu. Mott Humbard l'apelle.

    Mott : Ohé, il y a quelqu'un ?

    Personne ne répond. Peu rassuré, le neimoidien sort un petit blaster d'un des tiroirs de son bureau, et tout en déglutissant il le charge maladroitement avant de renouveler sa demmande. Il se léve et avance de façon fébrile.

    Mott : Répondez s'il vous plait..
    Jalana : Bonsoir, messire Humbard, comment se porte les affaires ?
    Mott : Que.. Mimi Terrik ? Qu'est ce que..
    Jalana : C'est l'heure des comptes pour la Guilde.

    Une jeune humaine s'avance et fait feu sur l'extraterrestre qui s'écroule lourdement sur le bureau, en tombant il fait chuter la moitié du mobilier, il tente de ramper. La guildeuse fait le tour et se remet face à sa cible.

    Lieu : Cato Neimoidia - Bureau de police, centre de visionage
    Trois heures plus tard..


    Le coup de feu résonne dans la piéce, l'inspecteur principale fait arret sur image, puis se tourne vers ses deux agents. Il montre du bout de la télécommande le visage de l'assassin tout en dévisageant ses collégues.

    Blard Piett : Vous voulez mon avis Boss, cette affaire sent le crotin de géonosien, je préférait enquêter sur un jedi que me voir confier cette mission.
    Morhgan Fremen : Oui, d'accord, vous aimez les omelletes. Me cassez pas les oeufs. J'ai déja le gouverneur qui me relance sur mon comlink. Les journalistes sont sur les canines, on m'demande ou est qui comment est quoi, y'a les empafés de la chambre de commerce qui se sont donnés le mot pour danser la lambada dans le couloir à lentilles..
    Jake Rahan : Ah oui, la victime était membre de la guilde du commerce.
    Morhgan Fremen : Il me suffirait de claquer encore des doigts pour que demain vous soyez aspiré par une motocrotte sur le trottoir d'en face. Je ne saurait donc trop vous conseiller ainsi qu'a votre toutou de rentrer à la niche vous avez d'autres questions ? Retrouvez moi Mimi Terrik !!!! :cops:

    dimanche 12 janvier 2014 - 02:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Lieu : Ville d'Ajelserum, palais du souverain du royaume de Tanavic, No'Erda

    NB : Pour des raisons pratiques, la conversation qui va suivre a été traduite de l'Erdien


    Pendant que le groupe d'exploration était retourné à la navette, le Roi Tanivien VI s'entretenait avec ses sujets. Plus précisément la Reine, les ministres, les gardes du groupe et un Grand Prêtre, à propos de ces visiteurs.

    Le Roi : Je vous ai faits venir ici pour que nous discutions des étrangers arrivés ce matin. Je me suis entretenu avec l'un d'eux et son élève.

    Grand Prêtre : Nous, les Élus, n'avons pas foi en eux. Vos deux visiteurs accompagnent des gens indignes de confiance. C'est souiller notre monde que de les laisser le fouler !

    Le Roi : Je suis d'accord avec vous, Monseigneur. Ce… Kaarde a voulu me porter garant de ses compagnons, néanmoins nous ne les connaissons pas et ne sommes pas obligés de leur faire une entière confiance.

    Grand Prêtre : La femme a l'obscurité en elle. Et l'enfant a les cornes du Mal, il est habité par le Sombre. C'est très dangereux ! S'il n'en tenait qu'à moi, ces Hérétiques…

    Le Roi : Paix ! Beaucoup d'entre nous ont failli dégainer l'épée en les sentant s'approcher, mais en y réfléchissant, ils n'ont commis aucun acte d'hérésie.

    Garde : Ils ont essayé d'utiliser Máturinn pendant qu'on les surveillait. Assis, comme une méditation.

    Grand Prêtre : Pour préparer quelque funeste catastrophe. Ils sont habillés de clair, mais même si je sens leurs intentions à ne pas vouloir nuire, le danger est présent. Plus d'une fois des Erdians ont essayé de nous tromper de la sorte.

    Le Roi : C'est vrai. Scribe, notez les points importants de la conversation, que je m'en souvienne à notre prochaine entrevue.

    La Reine : Vous comptez les revoir ?

    Le Roi : Oui. Nous avons encore des choses à aborder, et sans doute Monseigneur Levec, mes ministres et bien sûr vous, ma mie, auront leur mot à dire. Et qu'en était-il des gens qui les accompagnaient ?

    Un Prêtre : Les hommes en blanc étaient habités par la peur. Le garçon aussi. Il semble entre le Bien et le Mal. Tous avaient Máturinn, mais IL ne semblait pas vouloir être utilisé par eux. Ils ne sont pas dangereux.

    Grand Prêtre : Hérétiques eux aussi !

    Un Prêtre : Avec tout le respect que j'ai pour vous, Monseigneur, permettez-moi de faire objections. Ils ne peuvent pas du tout utiliser Máturinn, donc ne pas faire le mal avec. Ni hérétiques, ni impurs… Ils n'ont peut-être pas été dignes à leur naissance. C'est ça, ce sont des Indignes.

    Grand Prêtre : La honte soit sur eux. Tout le peuple peut au moins un peu faire appel aux Dons de Máturinn, les rares Indignes ont été envoyé en exil.

    Ministre des Armées : Laissons les hérétiques et les indignes un instant, je vous prie. Sire, ces inconnus sont venus sur No'Erda dans quel but ?

    Le Roi : Le Kaarde prétendait rechercher des terres où ses peuplades pourraient trouver refuge. J'ai été favorable en ma personne.

    Grand Prêtre, ministres : QUOI ??

    Tension immédiate dans la pièce à l'annonce de cette nouvelle.

    Ministre des Armées : Sire, c'est folie sans seconde ! Ils veulent nous envahir ! Nous avons observé leurs armes, leurs armures. Les soldats blancs ne sont nullement effrayants, mais les visages de leurs casques essaient d'inspirer la peur. Et nous ne savons pas de quoi leurs armes seraient capables.

    Ministre des Finances : De plus, sauf votre respect, ce n'est pas votre droit que de prendre une telle décision. Vos vassaux, le peuple, le ministère, le Temple et Sa Majesté la Reine doivent aussi donner leur opinion là-dessus.

    La Reine : J'attends de rencontrer les visiteurs purs. Ensuite, le Roi et moi en parlerons avant de faire une nouvelle séance avec nos vassaux. Alors mon avis sera fondé.

    Le Roi : Que l'on dépêche des courriers au Seigneurs du royaume, certains habitent à plusieurs jours d'hipparion d'Ajelserum. Même si j'apprécie la présence de ce Kaarde et de sa compagnonne en ces lieux, il faut qu'on les surveille le temps des négociations. Ils ont également sans doute des choses à apprendre de nous ; leur curiosité à propos de Máturinn semble insatiable.

    Grand Prêtre : Ils renferment aussi beaucoup de puissance dans les objets qu'ils tiennent à leur ceinture, les pierres de nos bâtons semblent avoir une réaction en leur présence. Nous pouvons leur ouvrir les portes du Grand Temple et celles des plus petits. Mais peste soient les Impurs et les Indignes s'ils s'y essayent : nos gardiens templiers se chargeront de leur trancher la tête ! Seuls les êtres Purs auront le droit de consulter nos livres, notre histoire et nos connaissances s'ils le désirent.

    Le Roi : Soit. Je propose un décret pour nos visiteurs : je ne peux me permettre de les laisser dans la nature de mon royaume. C'est pourquoi nous les inviterons au sein du château. Une chambre pour chaque et qu'ils ne soient pas autorisés à quitter la ville sauf escortés d'une patrouille. Cela nous permettra de les surveiller en restant hospitaliers.

    Grand Prêtre : Même les Hérétiques et les Indignes ??

    Le Roi : Surtout eux !

    Grand Prêtre : FOLIE ! Pardonnez-moi, Votre Majesté, mais s'ils devaient faire le mal… !

    Le Roi : … nous pourrions agir au plus vite et ainsi empêcher qu'ils n'accroissent leur pouvoir. Leur laisser des libertés les empêcherait de gronder. Qu'ils aillent où ils veulent dans Ajelserum, sauf les Temples. Nos soldats pourront les surveiller de loin ou de près. Tâchez cependant qu'ils ne se sentent pas opprimés ! Et je veux cela pour chacun des visiteurs, purs comme impurs.

    Ministre des Armées : Comptez sur moi, Votre Majesté. J'honorerai le travail que vous me confiez.

    Grand Prêtre : Je souhaite poser une seule exigence, Votre Altesse : que les Impurs n'aient pas leurs objets de puissance. Ils les laisseront soit sur leur machine dans la plaine, soit nous les leur prendrons et les garderons sous clé le temps de leur séjour.

    Le Roi : Requête prudente que j'accepte sans question. Parfait. L'entretien est donc à présent terminé. Vous pouvez dès lors vaquer à vos tâches. Oh, garde ! Sellez un hipparion et allez quérir nos invités, ceux qui sont venus : les purs, les impurs, l'indigne et leurs deux amies arrivées plus tard. Précisez que c'est au nom du Roi.

    Tout le monde, y compris la Reine, sortit de la salle du Trône. Le Ministre des Armée donna ses ordres à ses officiers, celui des finances envoya des messagers à travers le royaume et le garde chevaucha en direction de la zone d'atterrissage des Jedi. Alors qu'il allait enfin sortir, le Grand Prêtre fut rappelé.

    Le Roi : Monseigneur Levec, je sens votre tension et votre inquiétude. Je sais ce que je fais, et rien n'est décidé pour l'instant. Je tiens à vous mettre en garde : si j'apprends qu'un garde templier a attaqué l'un des visiteurs, fût-il Hérétique ou Indigne, vous en serez responsable et accusé de trahison, avec le châtiment qui en découle.

    Grand Prêtre (une révérence) : Oui, Sire. Pardonnez-moi. Je veillerai à contrôler mes émotions et ne pas nuire davantage à la quiétude de cette ville, quoi qu'il en coûtera.

    Le Roi (serein) : Votre sagesse vous honore, Monseigneur. C'est pour cela que vous avez ma confiance. Allez.

    Le Prêtre sortit alors vers le Grand Temple, indiquant ses directives aux gardiens des lieux saints, que les habitants du royaume appelaient "templiers".

    Ce message a été modifié par: Huge le 14-01-2014 22:35

    lundi 13 janvier 2014 - 17:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9714 Crédits

    Après cette mission sur Mandalore, la cinquième planète visité, je me demandais ce que j’allais faire de Feru’nn. Certes la logique voudrait que l’on ramène sur Coruscant pour l’interroger, mais le temple jedi n’étant pas reconstruit en entier, je vais le ramener à l’académie.
    L’Arrow passe en vitesse hyper spatial, Direction système de Yavin. Ceno va dans la salle de divertissement de l’Arrow, pour interroger Feru’nn.

    Cenovii : Bon, Sache que je suis ici pour te donner quelques explications au fait de nôtre destination. Tu vas être reçu dans une Base qui est censé être secrète, je ne te dirai pas l’activité de cette base, pour garder un minimum de secret. Je n’apprécie pas trop les autres guerriers non-mandaloriens ou non-jedis, mais le conseil jedi et la république m’on charger de te garder à la base, le temps de savoir quoi faire. Sur ceux, bienvenue à bord de mon vaisseau, donc mes règles, c'est-à-dire quatre simples règles.
    Un, Cenovii a toujours raison.
    Deux, Aucun non-jedi, ou non-mandalorien dans le vaisseau.
    Trois, Si la deuxième règle n’est pas respecté, le référé à Cenovii.
    Quatre, Si Cenovii a tort, se référer à la première règle.

    Un grand silence suit.

    Feru’nn : Vous avez fini ?
    Cenovii : Oui !
    Feru’nn : J’ai rien à dire !
    Cenovii : OK. Salut, je vais piloter.

    D’un seul coup le vaisseau sort de vitesse hyper spatiale, nous sommes nez à nez avec le système et avec un banc de baleine de l’espace. Le spectacle est magnifique.

    Cenovii : Tous au canon, on va leur faire peur, il ne faut pas qu’elle nous barre la route.
    Keller : Ce soir on va manger de la Baleine !
    Eckmül : Non ! (à l’oreille de Cenovii) Keller va les tuer.
    Cenovii : C’est possible mais il faut qu’on passe.
    Eckmül : (toujours à l’oreille de Cenovii) Utilisons les projecteurs !
    Cenovii : ça marche, très bonne idée.

    Cenovii tripote quelques boutons et lancent des projecteurs (Les baleines marines utilisent des ultrasons pour communiquer, les baleines de l’espace des lumières ultraviolet). Ainsi, nous lançons des projecteurs pour effrayer les baleines. Les baleines s’écartent aveuglaient par la lumière plus forte que les ultraviolets. Les baleines nous laissent ainsi une haie d’honneur jusqu’à la laveuse Yavin et nous nous dirigeons vers la 4ème lune.

    Cenovii : (qui pose le pied sur Yavin IV) : C’est un petit pas pour… Euh, qu’est qui me prend moi. Zatila, tu vas rester à l’académie, ta classe te prendra beaucoup de temps et tu garderas un œil sur Feru’nn. Quand à nous, préparons quelque bagage, nous repartons pour le vaisseau monde.

    Eckmül et Keller (en même temps) : Oui, maître !

    Zatila : Ne t’inquiète pas Cenovii, je le garderai jusqu’à votre retour.

    vendredi 17 janvier 2014 - 19:38 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16783 Crédits Modo

    « Bonjour franguin,
    Oui, je sais que cela fait longtemps que tu n’as plus de mes nouvelles. J’avais besoin de guérir, de méditer et de repos. J’espère que le poids de la Galaxie n’est pas trop lourd à porter pour toi. Comme promis, je me suis rétablie. Je vais bien. J’ai… lorsque l’on se verra, je répondrais à tes questions, à toutes tes questions.


    Bloli avait vraiment bien fait de débarquer sur No'Erda. Rien ne pouvait plus me rassurer que savoir ma sœur sur le chemin de la guérison.

    J’espère que l’univers n’est plus menacé, si c’est le cas, ne me le dis pas. Je t’écris afin de te rassurer sur mon état.

    L'univers était-il menacé ? Non, en tout cas beaucoup moins depuis la mort de B7al. Il y avait quand même de quoi être préoccupé, avec l'évasion de Dark Spencer, le décès présumé d'Edoras, les soupçons de trahisons à l'encontre de Mimi, et bien sûr la présence dans les régions inconnues de Tyria mais aussi des kidnappeurs de Kyrio, Obitom et Pad.

    Je te demande… Je demande officiellement au grand Maitre de l’Ordre Jedi la permission de rejoindre l’académie de Yavin afin d’y retrouver ma fonction d’enseignante des pouvoirs de la Force. Je te l’avais promis, j’espère que le Conseil est toujours d’accord.

    La requête m'arracha un grand sourire. Bien sûr qu'elle était la bienvenue sur Yavin 4 pour enseigner ! Vivacy avait dû comprendre comme moi que cette fonction d'enseignante était le meilleur moyen pour Pad de se ressourcer et d'aller bien.

    J’ai également une autre nouvelle à t’annoncer. Dans 6 mois, j’invite l’Ordre Jedi à mon mariage avec Vyvacy. Tous ceux qui désirent venir sur Phoenix seront les bienvenus. Vyvacy et moi sommes fiancés depuis ce matin. J’espère que tu pourras prévenir nos frères, je m’occupe de nos parents. Sacripant vieillit mais il sera encore là d’ici mon mariage.

    Surtout dis à tous que je les attends, je suis prête à recevoir de la visite, mais pas à repartir en mission. Considérez que je prends ma retraite. Les maux de la galaxie ne sont plus de mon ressort, mais entre vos mains, tes mains. Par contre, je suis là si tu as besoin de conseils ou simplement te reposer. Vous me manquez, j’espère vous croiser de temps à autre à l’académie.

    Peu importe sur quel mission tu es, peu importe si tu es découragé ou heureux, épuisé ou en pleine forme, sache que ta frangine sera toujours là pour toi. Que la Force soit avec toi. A tout jamais ! A bientôt
    ».

    Je restai songeur un long moment. La perspective d'un mariage était réjouissante. Je n'avais pas vécu de telle cérémonie depuis longtemps, depuis l'union de Tyria et Polux, en fait. C'est dire si la mort de B7al avait débarrassé la galaxie d'une ombre malsaine.
    Si quelqu'un méritait de trouver l'amour et la paix, c'était bien Pad. Elle s'était tant dévouée à l'Ordre Jedi lorsque était le précédent Grand Maître, avait subi tant de blessures, tant de revers, tant de pertes. Sa trop grande empathie avait toujours amplifié la douleur de chaque échec, de chaque mort. Elle traînait depuis bien trop longtemps une fatigue et une douleur qu'aucun guérisseur Jedi n'était en mesure d'atténuer. Vivacy le pourrait, lui.
    Après ma longue rêverie je m'empressai de répondre.

    Moi. - Ma chère soeur, tu n'imagines pas avec quel bonheur j'accueille ces bonnes nouvelles. Il me tarde tant de venir à votre mariage, à toi et Vivacy. Je suppose que beaucoup d'autres Jedi voudront venir pour toi. Je n'aurai aucun mal à faire venir Obitom, qui est actuellement en bonne santé sur Coruscant. Quant à Macematu... eh bien, tu le connais, difficile à trouver mais je suis sûr qu'il ne pourrait pas rater une occasion pareille. Tu mérite d'être heureuse, de connaître la paix, je le sais mieux que personne... tu as donc ma promesse de Grand Maître Jedi que tu ne seras plus sollicitée pour la moindre mission. Pour l'instant le poids de la galaxie est supportable, et heureusement je suis pour l'instant assez bien entouré pour ne pas avoir à le porter seul, héhé ! Tes conseils seront toujours les bienvenus, ma frangine adorée, tout comme les miens sont à ta disposition. Malgré les responsabilités qui sont les miennes à présent je serai toujours là pour toi... Je ne suis pas sûr de pouvoir te rendre visite sur Phoenix avant le mariage, désolé... mais j'espère que nous aurons l'occasion de parler lorsque nous nous recroiserons sur Yavin, où un poste d'enseignante des pouvoirs de la Force t'attend !

    Je concluais la communication avec un beau clin d’œil.
    Au moment où je coupai les instruments de communications Bloli fit son entrée. Elle avait dû sentir que j'avais terminé. Finie la parenthèse familiale, il était temps de se remettre au travail.

    Bloli. - Maître, les Erdiens ont envoyé un messager. Il nous invite au nom du Roi à revenir visiter la cité et reprendre le dialogue. Il a bien spécifié que seuls les Jedi et... "l'indigne"... étaient invités.

    Moi. - Tous les Jedi ? Même Mirax et Weedge ?

    Bloli. - Oui, même les "impurs" comme il a dit, à condition qu'ils n'entrent pas dans les temples de la ville, ainsi que Shina et moi-même... quant à "l'indigne", je suppose qu'il doit s'agir du jeune Huge.

    Moi. - Oui, je pense aussi. L'armure austère des soldats impériaux doit avoir fait très mauvaise impression pour qu'il soit le seul non-sensitif rappelé. Et je me réjouis qu'ils t'aient invitée aussi. Tes talents de diplomate seront utiles.

    Bloli. - Merci, Maître.

    Moi. - Je t'en prie... Bloli. Ça fait tellement longtemps qu'on se connait. Même si tu es mon assistante, grâce à cette fonction nous nous côtoyons de nouveau tous les jours. J'aimerais que tu m'appelles de nouveau par mon prénom. Que les choses soient... comme avant.

    Bloli. - Eh bien... je ferai de mon mieux.

    Elle essayait de le cacher mais elle était ravie.
    Bloli avions été très proches, autrefois, lorsque nous étions deux padawans de la même promotion, marginalisés elle par sa faible maîtrise de la Force et moi par ma maladresse chronique. A cette époque je n'avais d'autres amis qu'elle, Pad et mon maître. Mon accession au rang de Maître puis au Conseil Jedi, mes innombrables missions, et sa fonction au Bureau Jedi de Coruscant avaient longtemps creusé une certaine distance entre nous. Une distance que nous commencions à combler depuis que le Temple était rebâti sur Coruscant et que Bloli était devenue mon assistante.

    A la sortie de la navette le garde Erdien attendait sur sa monture, entouré de Mirax, Weedge, Jaina, Shina et Huge. Tous étaient au courant de la situation.

    Mirax. - Es-tu sûr que ce soit une bonne idée que Weedge et moi fassions partie de la délégation ?

    Moi. - Oui. Ils n'apprendront jamais à vous faire confiance s'il ne peuvent constater par eux-même qui vous êtes. Soyez tout de même extrêmement prudent.

    Mirax. - Entendu. Sinon, les nouvelles rapportées par Bloli sont bonnes ?

    Moi. - Oh que oui, laisse-moi te raconter...

    Et, pendant que nous reprenions le chemin de Ajelserum, je lui annonçai la bonne nouvelle de la guérison et du futur mariage de Pad.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    <br /><br /><div class="ForumModif">Ce message a été modifié par: Kaarde le 19-01-2014 17:24</div>

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 19-01-2014 17:26

    dimanche 19 janvier 2014 - 17:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Le groupe suivit à pied le soldat erdien sur son équidé. Mirax et Weedge restaient discrets au milieu de leurs amis tandis que Huge restait près de Jaina. Au bout de trois bons quarts d'heure, ils atteignirent de nouveau la ville, passèrent le pont en bois au-dessus des douves, puis la grande arche servant de porte avant d'entrer, après quelques pas dans les rues, dans le Palais du Roi. Tous. Même Mirax, même Weedge, même Huge. En revanche, le nombre anormalement élevé de gardes et d'archers dans la pièce prouvait que la confiance n'était pas forcément de mise. Lorsque le groupe s'arrêta, le Roi et la Reine donnèrent un coup de poing sur leur buste avant de tendre le bras, paume vers le bas, en leur direction.

    Le Roi : Salvé en ces lieux, et derechef pour vous, Messire Kaarde, ainsi que pour votre compagnonne.

    Kaarde (une révérence) : Merci, Seigneur, de nous inviter de nouveau. Je vous présente les amis qui m'accompagnent : Bloli, son élève Shina, Huge…

    Le Roi : Ah ! Voilà donc l'Indigne.

    Huge : "Indigne" ? Non mais ça va, vous…

    Jaina (bas) : Huge, chut s'il te plaît.

    Kaarde : … et enfin Mirax et Weedge.

    Le Roi : Un instant ! Monseigneur Levec !

    Le Grand Prêtre entra avec deux de ses disciples et se dirigea vers les deux Jedi avant de tendre la main.

    Grand Prêtre : Vos objets de puissance.

    Ne comprenant pas ce qu'ils voulaient dire, Mirax et Weedge ne purent s'exécuter. Voyant cela, le Prêtre les prit alors lui-même avec la Force, les attirant droit dans sa main.

    Mirax : Hé là !

    Grand Prêtre : Êtes tous les deux prohibés d'objets de puissance. C'est trop dangereux !

    Elle n'avait pas l'air ravie, mais Kaarde lui fit un signe demandant de se laisser faire. Puis il s'adressa au Prêtre.

    Kaarde : Vous n'allez pas les détruire ?

    Grand Prêtre : Nec… Ou forsitan. Garderons les objets dans un coffre caché et les rendrons à votre départ, ou si Impurs montrent aucun danger.

    Peu après, les conversations avec le Roi continuèrent. La Reine ne s'exprima que pour stipuler qu'elle ne souhaitait parler qu'avec les Jedi "purs", et donc laissait son mari converser. Le sujet principal concernait surtout l'installation de colons. Kaarde proposa au Roi de rencontrer Mahan, mais le Souverain s'y opposa tant qu'il ne s'est pas entretenu avec ses suzerains.

    Le Roi : En revanche, êtes nos invités. Des locus sont prêtées, serez nourris, assisterez à un banquet ce soir créé pour vous. Parlerons ainsi plus sereinement. En attendant, installez ici. Pouvez aller dans toute Ajelserum, mais prohibition de sortir sans gardes ! Et prohibition pour les Impurs et l'Indigne d'entrer dans les Temples, les gardes templiers y veilleront.

    Kaarde : Ont-ils le droit d'utiliser la For… enfin je veux dire Máturinn ?

    Grand Prêtre (très ferme) : Si. Mais seulement pour chercher la Paix. Prohibition de l'utiliser dangereusement, sinon seront accusés d'hérésie.

    Quelques échanges plus tard, le groupe trouva les chambres, ce que les Erdians appelaient "locus", et s'y installa, chacun la sienne. C'était des chambres assez grandes avec des lits confortables, une fenêtre avec volets et rideaux et une armoire. On fit venir des vêtements du Vaisseau-Monde pour les visiteurs. Pendant ce temps, Huge, en compagnie de Jaina, visitait plus ou moins la ville.

    Les maisons, en bois et terre battue, avec quelques briques aussi, étaient belles dans l'architecture. Des étals de marchands sentaient le poisson, ou la viande fraîche et saignante, des gardes arpentaient les rues seuls ou par patrouilles, des archers surveillaient la rue des toits. Beaucoup de sécurité. Était-ce habituel ou juste pour leur venue ? En avançant, Huge sentit qu'on les regardait, Jaina et lui, avec parfois un mauvais œil. Surtout lui.


    Huge : Jaina, j'aime pas ça…

    Jaina : Reste près de moi et tout ira bien.

    Ce message a été modifié par: Huge le 24-01-2014 00:54

    lundi 20 janvier 2014 - 12:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    A bord de l'Arrow, Ceno entre les coordonnées de No'Erda, la dernière planète découverte par le Vaisseau-Monde, non sans une pointe de soulagement. Après tant de péripéties et la bataille pour Mandalore, une mission d'exploration plus tranquille n'est pas pour lui déplaire. Toutes les révélations sur son passé, il n'a pas eu le temps d'y penser, une bonne méditation durant le voyage l'aidera à remettre de l'ordre dans sa tête de beskar. Malgré un étrange pressentiment, qui lui tire une once d'inquiétude lorsqu'il laisse Zatila sur Yavin, il garde confiance en le jeune chevalier Nautolan, chargé de veiller sur les jeunes padawans. L'Arrow entre en hyperespace et c'est un très long trajet qui débute.

    Assis dans la cabine principale, Keller flâne, nonchalant et pensif, alors qu'Eckmül s'entraîne à parer les tirs d'une sphère d'entraînement. Le mando-jedi débarque et s'assoit près de son premier pada. Celui-ci sait bien qu'il va se faire réprimander pour son attitude sur Mandalore.

    Keller - Je sais déjà ce que vous allez dire.
    Ceno - Et qu'allais-je dire d'après toi?
    Keller - Que je suis un mauvais jedi et patati et patata...
    Ceno - Haha... Non, ce n'est pas si simple. Tu es l'un des jedi les plus fort que j'ai connu, pour ton âge, il ne fait aucun doute que la Force est très puissante en toi. Mais tu contrôles mal cette puissance.
    Keller - Si l'on possède cette force, on doit l'utiliser.
    Ceno - Pas à n'importe quelle fin. La violence et l'agression sont prohibées, tu le sais très bien.
    Keller - Hey! Ce n'est pas moi qui ai déclenché ce conflit!
    Ceno - Non, les Death Watch ont eu ce qu'ils méritaient, mais certains d'entre eux auraient pu être épargnés. Tu as tué tous ces guerriers sans la moindre pitié, comme lors de l'assaut de l'académie.
    Keller - Zat vous l'a dit...
    Ceno - En effet et il a eu raison. Les sith ont tué beaucoup de jedi ce jour-là et quelque part je te comprends mais... La satisfaction qu'on tire de la vengeance ne dure qu'un moment : celle que nous donne la clémence est éternelle.
    Keller - A ce stade, ce n'est plus une vengeance, c'est simplement une riposte.
    Ceno - Tu dois penser "paix", "justice" et non "châtiment". Ménage tes ripostes, tu représentes l'Ordre ancestrale des Jedi, tu te dois d'être diplomate et réfléchi dans chacune de tes actions.
    Keller - Bien maître...

    Le padawan semble comprendre et part méditer sur ces quelques paroles dans une cabine personnelle. Ceno est satisfait, mais reste inquiet, car le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre. Keller arrivera t-il à suivre le code? Il le faudra bien s'il veut devenir un jour Chevalier. Le contact des autres padawans du Vaisseau-Monde lui fera peut-être du bien. Le mandi déporte alors son attention sur Eckmül, qui se fait de moins en moins touché par la sphère. C'est avec fierté qu'il contemple le jeune bith faire de beaux progrès.

    Alors, sentant la douleur envahir son corps, Cenovii s'esquive dans sa cabine où a été installé une cellule de régénération spécialement conçue pour lui. Cela fait maintenant plus de soixante douze heures qu'il n'a pas dormi et qu'il use continuellement du contrôle de la douleur pour ne pas être assaillis par la souffrance due à ses blessures post bataille versus Baaaaaaal, ce malgré le système d'injection de bacta de sa nouvelle armure. Mais ça devient vraiment trop, même pour lui, et s'il doit assurer une nouvelle mission, il doit impérativement se régénérer.

    Une fois dans sa cabine, il entre et pressurise la cellule après l'avoir stérilisé, puis commence à retirer les différents éléments du beskargam. Lorsqu'il retire son casque, il remarque que son visage est moins déchiqueté et qu'il se reconstitue petit à petit, mais cela prendra énormément de temps, car pour l'instant, les marques de son sacrifice le rendent plus effrayant qu'autre chose... Après s'être mis à l'aise, Ceno s'endort paisiblement. Arrivée au Vaisseau-Monde dans 18 heures.

    -------------------------------------
    Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure
    Maitre de Keller et d'Eckmül

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 20-01-2014 19:19

    lundi 20 janvier 2014 - 19:16 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14358 Crédits

    Lieu - Abregado Rae

    Mazzic expulsa le cafard qui tournait autour de son assiette d'une pichenette, puis il repporta son attention sur le corelien qui lui suggérait un marché, le projet était osé. Mais si cela se concrétisait, le marché noir de Juvex lui reviendrais, terminé les magouilles de la maison Sreethyn. L'esclavage, le trafic de Ryll, le long de la route commerciale de Rimma. Le siége de son viel ami Bothan lui reviendrais. Quand à Jickvar, cela ne posait pas un probléme, du moment qu'il conservait sa souvraineté sur Kastolar.. Il fermerait les yeux, tout ce qui restait à faire, c'était se prononcer en faveur de l'humain. Ce dernier esquissa un sourire.

    Waren - Tu marche ?
    Mazzic - Je marche !

    Lieu - Xelos, laboratoire souterain

    La créature sans vie fixait la console depuis un bon moment, combien de cycle elle avait dormi, l'interface lui semblait familier mais le reste provenait d'un autre temps. La momie regarda les commandes centrales puis les cerceuils entreposés dans le complexe, elle appuya sur un bouton, mais rien ne se produisit. Il en essaya d'autres et la pince magnétique frémit, se ballada au hasard, ce qui décida le non vivant à arrêter.

    La Momie - Et si jammais je tirait sur cette manivelle ?

    La pince se dirigea vers une rangée adjacente, selectiona un cercueil et le rapporta devant la console où se trouvait la créature qui ne bougeait plus, le caisson s'ouvrit et révéla une femme au teint grisâtre à l'interieur. Cette derniére tituba..

    Goule - Que.. Ou suis je ?
    Momie - Dans le sanctuaire, puis je connaitre votre nom ?
    Goule - Je.. me nonme Shae Vizla, maintenant répondez, comment je suis arrivé ici.

    Momie - Silence ! En absence du Grand Maitre, c'est moi qui commande !

    De sa main droite, la créature souleva la femme à deux métres au dessus du sol, elle flottait dans l'air comme suspendu à un cable invisible. La momie relacha son emprise, puis regarda sa main, comme fasciné.

    -------------------------------------
    Diplomé en humour et résolveur de tracas.
    Peut lire Issac Assimov et Picsou magasine..

    Ce message a été modifié par: waren le 26-01-2014 22:29

    dimanche 26 janvier 2014 - 22:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Pendant la promenade, Huge entendit de l'agitation dans une rue proche. Guidé par le bruit, il se rendit dans une allée parallèle et trouva une jeune femme importunée par un groupe de trois hommes.

    Homme : La scortum ! Vas-y, suis un habituel, peux me faire un prix !

    Femme : Nec ! Nec ! Ne vous connais pas ! Laissez-moi !

    Jaina : Qu'est-ce que c'est que ça… ? On dirait… ah, on est dans un quartier à… à…

    Jaina avait vu juste, c'était une fille de trottoir qui avait des problèmes avec un gars, les deux autres faisant les guets. Huge avança d'un pas ferme vers eux, d'une manière inexpliquée.

    Guet 1 : Passe ton chemin ! N'as rien à faire ici !

    Huge : Qu'est-ce que vous lui faites ?

    Guet 2 : Ça ne te regarde pas ! Dégage, l'Indigne !

    En voyant la jeune femme de plus en plus agressée, Huge ne pouvait obéir. En temps normal, trois coups de blaster et c'était réglé ; mais comme il n'était pas forcément bien vu par la population, il jugea bon de ne tuer personne. Cet accès d'humanisme étonna Jaina, mais l'agaça aussi un peu.

    Jaina : Huge, laisse, c'est qu'une put…

    Huge (aux Erdians) : Je peux pas vous laisser faire ça !

    Guet 2 : Ha ha ! Pense être de taille à affronter !

    Jaina (bas, presque suppliante) : Huuuuge ! On doit pas attirer l'attention !

    Les deux hommes tirèrent une épée et menacèrent le garçon.

    Guet 1 : Va ! Avant que me fâche !

    Huge : GAAAAARDES ! GAAAAAAAAAARDES ! UNE AGRESSION !!!

    Jaina (tirant son sabre laser) : Ah bravo ! Vraiment !

    Guet 2 : Par Máturinn ! Quelle est cette arme ??

    Jaina protégea Huge des épées des deux hommes, rejoints par leur compère. Contre l'attente de la Jedi, les armes métalliques ne furent pas coupées par le laser du sabre, juste stoppées. Elle tenta de les retenir pendant que Huge continuait à brailler en espérant qu'une patrouille l'entende ; ce qui fut.

    Chef de patrouille : Qu'est-ce qui se passe ? Oh !

    Huge : Ces hommes ont voulu faire le mal avec cette femme et ont attaqué ! La Jedi pure ici nous a défendus !

    Chef de patrouille : Est-ce vrai ?

    Femme (encore sous le choc) : S… Si… Si. Étaient en train de m'attaquer quand homme et femme sont venus m'aider.

    Huge : Tous ces gens autour sont témoins.

    Chef de patrouille : Soit. Soldats ! Arrêtez ces hommes ! Les mettrons en prison puis les jugerons.

    Et après quelques formalités puis un chaleureux remerciement de la part de la jeune femme, Huge et Jaina reprirent leur chemin. Elle n'était pas très contente.

    Jaina : On devait rester discrets, Huge ! On n'est pas chez nous ici ! Surtout toi, t'as pas à te faire remarquer.

    Huge : Je pouvais pas les laisser faire !

    Jaina : C'était une fille de joie, une briseuse de ménage. Elles méritent pas qu'on les aide.

    Huge : SI ! Pense ce que tu veux, j'ai mes raisons ! Maintenant, fais ce que tu veux. Moi, je retourne au château.

    Et il se sépara, sous le regard très étonné et incompréhensif de la Jedi. Se demandant quelles pouvaient bien être ses raisons pour avoir aidé cette femme, Jaina repartit aussi vers le château, mais cette fois pour retrouver Kaarde. Mais ces questions restaient dans sa tête : pourquoi Huge avait-il tenu absolument à défendre cette femme qu'il ne connaissait pas ? Ce n'était pas pour faire une belle action devant Jaina, puisqu'elle lui avait demandé de l'ignorer. De plus, elle se souvenait qu'il n'avait jamais eu de très bons rapports avec les personnes du sexe opposé jusqu'à ce qu'il la rencontre. Il devait avoir une vraie raison, mais laquelle, ça Jaina n'en avait aucune idée, et était très loin d'imaginer ce que c'était réellement.

    lundi 27 janvier 2014 - 18:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9714 Crédits

    L’Arrow sort de l’hyperespace, autour du système de No’Erda. Les coordonnées ont était envoyé par le conseiller du chancelier, via message longue portée. Dans l’orbite de la planète tellurique, un énorme vaisseau monde flotte. Je n’en ai jamais vu, que sur les holo-cours de l’académie impériale. Les Yuhzann Vong racontent que les vaisseaux sont entièrement vivants et doué de conscience. L’Arrow passe sous l’imposant vaisseau et se fait tiré par un rayon tracteur. Nous arrivons dans un grand hangar, où tout ce qui est censé être électrique est remplacer par de l’organique.

    Cenovii : Tu vois les câbles sont remplacé par des veines, les réservoirs par des poumons et un estomac, et les réacteurs je te laisse deviner.
    Eckmül : Ah, oui, je vois.
    Keller : Un peuple que l’on ne peut pas détecter avec la force, est un peuple dangereux.
    Cenovii : Toutes les espèces sont créatures de la force, nous les jedi, somme capables de nous rendre invisibles à la force, je pense qu’ils ont du subir une évolution les cachant à la force définitivement.

    Nous marchons jusqu’à une navette ou un Humain barbu de taille moyenne (1m80) nous attends. Il porte une robe de sénateur bleue avec une broche au niveau du coup pour la tenir.

    Le conseiller Doli Valo’prane : Bonjour, je me présente je suis le conseiller du Chancelier Mahan, Doli Valo’prane, je suis ici pour vous donnez quelques conseils concernant les Erdians. Concernant Le padawan Eckmül, j’ai lu vôtre dossier, vous semblez être bon, donc pur, en plus vous êtes un jedi. Chevalier Cenovii, je pense que vu votre casier judicaire, ils vont avoir du mal.

    Cenovii : Mon Casier judicaire… ?! Depuis quand connaissais vous les affaires du conseil. Kaarde entendra parler de ça.
    Doli Valo’prane : Comme vous voulez, c’est vous qui voyez. Quand à Keller, j’hésite franchement à vous laisser atterrir. Mais Maître Kaarde a était formel, « Tout les jedi de l’équipe sont autorisé et doivent être là ».
    Keller : Mais comment-osez vous me parlez sur ce ton, vous n’êtes qu’un Sénateur parasite corrompue. Ça ne m’étonne pas que vous n’ayez pas accès à la planète.
    Doli Valo’prane : Croyez le ou non, c’est uniquement parce qu’on a besoin de moi ici.
    Keller : Mais oui, c’est ça !
    Cenovii : Keller, laisse tomber il n’en vaut pas la peine.
    Doli Valo’prane : Je ne peux vous accompagnez vous prendrai la navette conduit par mon frère. Bon courage.

    Nous montons dans la navette et là, un pilote avec les cheveux tout ébouriffé nous dit.

    Linné Valo’prane : Bon jour, je m’appelle Linné Valo’prane, mais mes potes m’appellent praliné « ha haha », Alors comme ça vous voulez aller voir les Erdians. Mais pourquoi, ces têtes d’enterrement, mon frère vous a fait son pitch, il est chiant hein ? Bon allez c’est parti les cocos. A fons les ballons.

    Ce message a été modifié par: obiwan87 le 15-02-2014 23:23

    samedi 15 février 2014 - 15:32 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6068 Crédits

    Mirax et moi n'avions osé visiter la ville sans être a portée de vue de Kaarde et/ou de leur grand Prêtre et de leur Roi. Même si celui ci nous avait garantie que tout se passerai bien, il n'en était pas forcement de même des habitants de la ville.

    Certains semblaient effrayé par notre présence.

    Le temps passa, Kaarde racontait l'histoire de l'Ordre Jedi au Roi. Jaina et Huge flânait en ville. Nous eurent vent d'un incident auquel Huge et Jaina prirent part, heureusement du bon coté. Même si ce seul fait entraina une plus grande méfiance de la part du Grand Prêtre.

    Le soir arriva, et le buffet était préparé. Le roi nous convia alors dans une grande salle, avec de nombreuses tables. Nous furent placés, Kaarde proche du Roi avec Jaina, Bloli, Shina. Hugem Mirax et moi même nous retrouvions plus loin, à l'opposé des objets sacré de cette pièce, en face du Roi. Un grand feu brulait au centre, nous cachant à sa vue. Mais pas à celle du grand prêtre.

    De nombreux gardes entouraient la salle.

    Accompagné de musique, le banquet commença. Divers gens venaient nous servir des plats de viandes, de légumes. Et toujours, certains des serviteurs qui avaient peur de nous approcher.

    Et c'est cette peur qui causa un « accident ».

    Un des jeunes, apeuré, venus nous servir, fit un faux pas, et son plat, ainsi que son bras, finirent dans le feu. Il hurla de douleur.

    Mirax et moi intervenons, sans vraiment réfléchir. Nous nous precipitons vers le jeune garcon hurlant de douleur et commençons a le soigner en utilisant la Force.

    Le grand prêtre hurlait, nous intimant de reculer.

    Kaarde intervient.

    Kaarde : Laissez les faire. Ils sont guérisseurs, ils peuvent en appeler à Máturinn pour le soigner et soulager sa douleur. Il guérira ainsi beaucoup plus vite.
    Le Roi : Máturinn peut soigner ?
    Kaarde : Oui, regardez les faire...

    Le roi fit signe au Grand Prêtre de se calmer et d'observer.

    Mirax et moi plongions dans la Force afin de soigner cette brulure. Heureusement peu profonde. Mirax traitait la blessure directement alors que de mon coté, je soulageais la douleur. Ensemble, nous soignons rapidement le jeune Eridian. Les soigneurs Eridian arrivait seulement alors que nous finissions. Il aurait besoin de temps pour soigner la peau brulée, mais les dégâts les plus important étaient traités et il ne devrait que très peur souffrir de cet incident.

    Le jeune Eridian était choqué, mais ne savait quoi faire. Il avait toujours peur, mais en même temps voulait nous remercier. Il ne savait pas comment réagir.

    Les soigneurs Eridian prirent le jeune garçon avec eux, ne le laissant pas faire son choix. Nous nous approchons du Roi afin de présenter nos excuses pour être intervenu sans y avoir été invité.

    dimanche 16 février 2014 - 16:25 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide