Le Temple Jedi 5 (page 9)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : A bord du BluestarII

    Pad est encore occupé à parler à Huge lorsque le bip de l’intercom les interrompt. Huge ne répond pas, il semble réfléchir à la proposition de la Jedi. (c.à.d. aller sur Naboo se faire payer et laisser la blesser avec la jedi). Pad ne réagit pas toute suite, elle hésite à reprendre la communication laissant Huge libre de ses mouvements. Un second bip oblige Pad à répondre.

    Pad – C’est certainement le conseil. Laissez-là (en désignant la clone) tranquille. Elle est incapable de vous faire du mal !

    La jedi se lève et ressent que sa clone cherche à la contacter. Pad comprend qu’elle n’est plus inconsciente, mais au vue de ses blessures, elle est inoffensive. Elle lui envoie donc une once de Force afin de l’apaiser. Puis arrive au tableau de communication.

    Pad – Ici Pad, j’écoute.
    L’hologramme de Mirax s’affiche – Et bien, où étais-tu passé ?
    Pad esquive une longue explication – J’ai réglé un petit problème technique. Où en sommes-nous ?
    Mirax perplexe – Un « petit problème…? »
    Pad – On n’a pas le temps pour les détails, maitre Terrik.

    En la nommant ainsi, elle confirme à son amie qu’elle n’est pas seule. Jusqu’ici, le conseil le pensait. Mirax fronce les sourcils. Elle connait la Jedi depuis de longues années. Même si elles ne se sont pas vues depuis longtemps, Mirax sait quand quelque chose ne va pas comme Pad le voudrait. Là, c’était le cas. Maître Terrik est trop subtile pour insistée. De plus, le conseil s’impatiente.

    Mirax enclenche alors les hologrammes des autres membres du conseil. Aynor avait repris la parole et propose à Kaarde et Mirax de partir pour Wayland.

    Un silence.

    Pad observe chaque membre présent à cette réunion. Même si le choix d’Aynor est logique, cela lui déplait. Elle prend sur elle et se maitrise afin de ne pas afficher sa contrariété. L’idée que son frère et son amie soient encore confronté au seigneur Baaaaaaal est un choix logique d’un point de vue Jedi. Pourtant, Pad en a plus qu’assez de voir sa famille et ses amis être en première ligne de mire. Obitom était déjà porter disparu et Pad ne peut oublier Dark Hyllyard (voir TJ4 P 8 ). Elle avait déjà perdu trop d’amis : Po, Clickman, Selena et d’autres. Et dernièrement, en voyant les plaies de sa clone, Pad comprit la cruoté et le sadisme du seigneur des Sith. Bien que le conflit entre son devoir et ses sentiments, fait rage une fois de plus, aujourd’hui, elle parvient à garder cette dualité en elle et n’en laisse rien paraitre.

    Aynor reprend la parole. Mahan enchaine. Les Jedi concernés ont gardé le silence jusqu’ici.

    Aynor – Qu’en pensez-vous Maîtres ?

    Par ses paroles, la Twi’lek offre la possibilité à Pad de répondre.

    Pad – Le BluestarII est à l’opposé de Wayland. Mon vaisseau a besoin de refaire le plein sur Naboo, donc je ne pourrais pas arriver sur la planète dans un cours délai. J’en suis navrée.

    En disant ses mots, elle fixe son frère qui semble percevoir ses craintes pour sa personne. Il ne peut que détourner le regard car il sait que Maître Aynor a raison, il doit partir là-bas.

    Mirax – Nous comprenons Pad. Et Jorus doit rester sur Ondéron.
    Jorus – Je partage l’avis d’Aynor.
    Mahan – S’il n’y a pas d’objection, alors nous procéderons ainsi. Thore vous accompagnera et…

    Pad désapprouve et en a plus qu’assez de ces guerres et conflits politiques que l’Ordre Jedi doit réglé. Soudain, elle réalise combien elle est en colère contre le Sith ! Elle réalise que ses sentiments son proche de ceux du chevalier Cenovii peu avant son exile. Laissant la Force coller, elle parvient à afficher un visage impassible pour les membres de la réunion. Pour tous, sauf pour Kaarde et Mirax. Pad n’attend pas que la fin de la réunion soit terminée. Mahan parle encore mais elle n’écoute plus ce qu’il dit. Elle pianote sur le tableau de bord.

    Pad – Cher membres du conseil, veuillez m’excuser. Je remarque que le BluestarII est sur le point de sortir de l’hyperespace. Je vais devoir vous laisser afin d’entamer la procédure d’atterrissage. S’il n’y a plus rien d’important, je vous laisse.

    Kaarde allait prendre la parole, mais Pad vient déjà de couper la communication. La jedi regarde un moment l’espace devant elle.

    Huge – Aies-je bien entendu ? Vous leur avez menti ?
    Pad – J’ai exagérer. Et puis…

    Pad est fatiguée de devoir se justifier. Elle se lève et va en direction de la clone. Passant à côté du guildeur elle veut l’ignorer, lui et ses sarcasmes. Paad avait toujours les yeux clos, mais la jedi reste persuadée qu’elle est plus consciente que lorsqu’elle la soignée. Maître Nabery s’assoie à côté de sa « jumelle ».

    Huge - … vous ne m’écoutez même plus !
    Pad – Tous ce que je veux, c’est qu’elle s’en sorte et arriver sur Naboo !

    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 12-08-2011 16:35

    lundi 18 juillet 2011 - 18:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Pad : Tout ce que je veux, c’est qu’elle s’en sorte et arriver sur Naboo !

    Huge : Oui, ça on l’avait compris. Bon, on va arriver dans… quelques minutes, on va dire. Pendant ce temps, j’vais voir les nouvelles de l’Holonet…

    Pad, plus loin, continue de s’occuper de sa clone et n’écoute pas les marmonnements du Guildeur. Durant un moment, l’ambiance est calme, quand soudain, Huge s’exclama :

    Huge : J’hallucine !! Call of Palpy 8 : Jedi Warfare 3™ sort dans trois mois ! Dingue, ça ; ils vont nous en faire combien ?? (à Pad) Vous connaissez ?

    Pad : Non, les jeux vidéo, surtout de guerre ne m’intéressent pas !

    Huge (la tête dans l’écran, en extase) : C’est génial, ça ! On va encore casser du Jed’, là-dedans ! Et des Rebelles aussi ? Un mix entre Jedi Warfare et Dark Ops ? Y’a de l’idée…

    Pad (énervée) : Bon, ça suffit ! Où en sommes-nous de Naboo ?

    Huge : Presque, m’dame ! On va bien finir par y arriver… Sinon, au cinoche on repasse l’intégrale des Harry Trader : l’École des Marchés, la Chambre des Mystères, le Prisonnier des Cols Blancs, la Banque de Feu, l’Ordre de Phoenix, le Prince de Fonds-Blanchis, et les deux parties des Trafics des Mines d’Or. C’est sympa, et le tout pour 50 crédits TTC, bouffe et boisson offertes…

    Pad : Si vous avez encore des choses inintéressantes et inutiles à ajouter, dans ce cas vous les garderez pour vous !

    Huge : C’est bon ! C’est bon ! J’vous mets juste au courant de ce qu’il se passe en dehors de votre Conseil. De toute manière, on arrive.

    Pad était quelque peu soulagée de voir enfin Naboo. Elle allait pouvoir soigner correctement sa clone, et surtout ne plus entendre le Guildeur. Elle posa le vaisseau et régla Huge comme il se dut, puis le congédia. Elle lui répéta qu’il pouvait partir, mais il restait là.

    Pad (agacée) : Qu’est-ce que vous voulez encore ?

    Huge : Moi ? Juste un moyen de retourner sur Onderon pour récupérer mon vaisseau, tiens !

    Pad soupira profondément. Elle avait bien compris qu’il sous-entendait vouloir qu’elle le ramène. Elle réfléchit un moment à ce qu’elle allait faire de lui…

    dimanche 31 juillet 2011 - 12:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14706 Crédits


    Corruscant

    Le croiseur de Jickvar avança lentement au dessus de Corruscant. La verriére de
    commandement offrait une vue étrange au calamarien, en principe la planéte affichait
    un canyon de tours grisâtres et sombre poussant dans une forest métalique. Mais là
    se trouvait des marques de brulures, ainsi qu'un trou béant, témoin d'un redoutable
    affrontement. Wuam se leva de son siége devant ce spectacle mais un technicien de
    communication lui fit signe qu'on souhaitait établir un contact avec eux.

    Jickvar - Ici le commandant du Warenichou, Wuam Jickvar, que puis je pour vous ?
    Waren - Vieux calamar dégarnit, je t'avais demandé un vaisseau de la Guilde, pas le mien.
    Zoran - La vache, mais ça déchire votre truc, je croyais que c'était une légende.
    Jickvar - Désolé mais c'était trop tentant, il s'ennuyait dans son coin.
    Waren - Niveau discrétion on as rien d'autre ?
    Jalana - Je veut le même.
    Waren - JALANA !!

    Au dessus du temple Jedi se trouvait un superStarDestroyer
    remis à neuf avec marqué sur son flanc gauche "Waren vous salut" !

    dimanche 31 juillet 2011 - 17:31 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : Naboo

    Pad avait eu bien du mal de convaincre Huge d’accepter sa proposition. Soit il devait attendre que la clone soit sur pied, ce qui ne l’enchantait guère, soit il devait partir avec un transport privé au frais de Pad, mais avec un navetteur privé, une connaissance à la Jedi. Huge n’avait pas vraiment envie d’attendre c’est pourquoi, à contre cœur, il part avec le navetteur, un Rodien du nom de Beert Raasty.

    Grâce à son ami le Besalik, Pad parvient à ne pas trop attirer l’attention sur elle et la blessée. La Jedi a trouvé refuge dans une des nombreuses planques que possède Lou Cho. Les médicaments, pansements et le Bacta doivent arrivés d’un instant à l’autre.

    La clone est consciente mais à beaucoup de mal à bouger et même à parler. Pad vient de l’installer sur le lit et essaye de la rassurer. En même temps, la jedi espère obtenir de précieux renseignements sur l’endroit où Baaaaaaal construit son arme !

    Pad – Tu n’as vraiment plus rien à craindre ici. Accroches-toi, il faut que tu me dises tout ce que tu sais. Je ne doute pas que tu veuilles te venger et le meilleur moyen et de contrarier les plans de ton maître.
    Paad – Pitié, tue-moi…

    La jedi fut surprise. La clone a perdu tout envie de vengeance, de se battre ! Elle veut mourir ! Pad se demande comment sa double peu autant perdre l’envie de vivre. Elle-même n’a que très rarement pensé à la mort comme étant une solution. Pad reprend de plus belle.

    Pad – Tu ne veux pas mourir. Bientôt, je pourrais te donner des médicaments qui t’aideront, ils soulageront tes douleurs. La situation est vraiment très critique pour tous l’univers. Je t’en prie Paad, donnes moi un indice, une piste afin d’arrêter Baaaaaaal dans sa folie.
    Paad – Il est… Ils sont… trop puissants.
    Pad – « Ils » ? Tu parles de Baaaaaaal et de…
    Paad – Spencer… le Cathar ! Il est machiavélique… Pitié… je refuse… J’ai peur…

    Pad comprends alors que la peur de ses 2 êtres à submerger complètement sa clone. Le Cathar semble être un adversaire tout aussi dangereux que son maître. Déjà qu’il avait obtenu une victoire sur le Chevalier Cenovii et maintenant sur Paad. Le seigneur des Sith avait eu de véritable raison pour que cet apprenti échappe à la bombe psychique.

    Le coursier arrive enfin et il sort la Jedi de ses réflexions. Rassurant la blesser de l’arriver de l’autre, Pad va ouvrir la porte. A sa plus grande surprise, c’est un Bothan.

    Le Bothan – Cho m’avait prévenu que vous seriez surprise. Il m’avait dit que cette surprise serait réciproque. Il avait raison, je ne m’attendais pas à ce que j’offre une tel trousse de secours à une Jedi.
    Pad – Entrer. Cho a toujours raison, vous l’ignoriez ? Posez la trousse et dis-moi les nouvelles ?
    Le Bothan – Ah oui, l’holonet ! Rien de neuf, semble que les Sith comme les Jedi sont discrets.

    Pad ouvre la trousse de secours et vérifie que tout ce dont elle a besoin soit à l’intérieur. Le Bothan cherche à voir la personne qui se trouve dans le lit, Pad ferme brutalement la trousse et se place face au Bothan, lui obstruant le passage et la visibilité.

    Pad – Holonet ! Vous êtes mieux renseigner que cela ? Vous êtes d’ailleurs si curieux, trop curieux même ! Ignorez qui est sur ce lit, c’est une affaire qui me regarde. Moi uniquement !
    Le Bothan – Bon bon ! Ca va ! Monsieur Cho ne m’avait pas dit que vous étiez autant dans l’illégalité.
    Pad prend le Bothan par le bras et l’emmène vers la porte – Dites à Monsieur Cho que je ne désir plus vos services !

    Les poiles du Bothan ondulent de frustration. Ils s’arrêtent à la porte.

    Le Bothan – Ok Jedi. Monsieur Cho m’a dit de vous dire qu’il y a du grabuge sur Wayland, mais c’est trop neuf pour en connaitre la gravité.
    Pad – Des nouvelles de Yavin IV ?
    La Bothan – L’académie Jedi ? Oh, je n’ai pas d’infos, donc cela devrait dire que tout va bien là-bas. Permettrez-moi une dernière question ?
    Pad – Je ne vous promets pas d’y répondre. Posez là.
    Le Bothan – Les services secrets de ma planète ont laissé entendre que Monsieur Mahan prépare un navire monde afin d’y mettre toutes personnes cherchant à fuir notre galaxie. Si cela est vrai, et je n’en doute pas. La CG a besoin de technologie Vongs. Y a-t-il une mission Jedi de prévu pour chercher ses technologies sur Wayland ?
    Pad – Je ne vois pas en quoi la réponse peu intéresser les services secrets Bothan !

    Le Bothan refuse de sortir et regarde Pad droit dans les yeux. Pad soutient son regard.

    Le Bothan – Je me nomme Frey’ Obja. J’aime beaucoup votre discrétion. Nous devrions nous revoir.
    Pad – Peut-être, mais pour l’heure, j’ai un malade à soigner.
    Le Bothan – Malade ? Je pensais qu’il s’agissait d’une blessée ?
    Pad – C’est le même !

    Agacée par l’assistance de l’autre, elle le pousse avec la Force, juste assez afin qu’il dégage de la porte. Puis, prenant la trousse au passage, elle soigne la Clone.

    Paad – Il va… prévenir… mon maître…
    Pad – Non, de cela j’en suis certaine Paad. Si Cho me l’a envoyé, c’est qu’on peut lui faire confiance.
    Paad – J’ai peur… Il va revenir… il va me torture… Tue-moi, par pitié ! J’ai trop peur, je ne dirai rien.

    Pad essaye d’user de la Force afin de la calmer, de la rassurer, mais en vain. Elle regrette que ni Kaarde, ni Mirax ne soit là afin d’user du don de la guérison. Soudain, la Jedi se souvient que le Chevalier Cenovii à lui aussi développer ce pouvoir.

    Pad – Si le bacta et le médic ne t’aide pas, je ferai venir un guérisseur. Tu vas t’en sortir Paad.

    Le bacta agit rapidement et la douleur disparait ce qui entraine un soulagement et la clone s’endort. La jedi est dépassé par l’état physique de sa « jumelle ».
    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 10-08-2011 20:43

    mercredi 10 août 2011 - 20:33 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2248 Crédits

    La bête enragée déboule du transport lourd sith, s'enfonce dans une marée d'insectes-rasoirs volants de toutes parts, armes de jets redoutables blessant à mort les clones les moins prudents. Dark Spencer le terrible esquive, vrille, virevolte, saute, atterrit sur une première ligne de gardes. Des hauts gradés, leurs tsaisis ne trompent pas, ce ne sont pas de vulgaires bâtons amphi. Le Cathar deviendra légendaire s'il exécute tous ces Vongs qui défendent férocement le Mont Tantiss.
    C'est le cas après une longue rixe sanglante agrémentée de baffes et de décapitations. Les griffes de Spencer ne percent pas les armures des Vongs, son sabre laser si. A l'inverse, les ennemis disposent pour certains de redoutables griffes qui ont passé les armures des clones sans difficulté. Beaucoup de soldats sith sont morts, prix à payer pour éradiquer les gardes de ce lieu. Le félin fêlé savoure sa victoire écrasante sur ces spécimens hideux en pénétrant dans le gigantesque entrepôt qui appartenu à Dark Sidious il y a bien longtemps. Derrière lui, le ciel est en flamme. De gigantesques créatures reptiloïdes tombent sous les impitoyables turbolasers de la Main Ecarlate.

    Soudain, stupéfaction.

    L'apprenti sith ne s'attendait pas à devoir ramener une telle quantité de corail yorik, la biomatière Vong. D'immenses blocs de coraux sont entreposés là. Le moustachu dégaine son comlink.

    Spencer - Amiral, envoyez-moi deux autres transports lourds.
    Amiral - Seigneur, notre attaque va perdre de l'ampleur si je dois faire escorter deux autres vaisseaux jusqu'à vous!
    Spencer - Je m'en cogne, Gnrrr, vous êtes sensé être un fin tacticien alors démerdez-vous!!
    Amiral - B... Bien reçu Seigneur. Ils seront là d'une minute à l'autre.

    L'énorme poilu se tourne vers ses troupes et leur ordonne de déplacer un premier bloc jusqu'à leur transport. Pour ne pas perdre de temps, il les aide en poussant le bloc avec la Force. Etonnemment, le bloc est très léger malgré son imposant volume. Ils atteignent le premier transport, chargent la marchandise, les deux autres transports demandés se posent à côté sous bonne escorte.

    Spencer - Le premier chargement est opérationnel, rejoignez la Main Ecarlate!! Vous là, chargez les deux autres transports!!!!

    Les clones s'exécutent sans broncher, cette fois Spencer ne les aide pas. Il lève le museau vers le ciel et contemple le spectacle d'apocalypse. Il ressent un danger. Tout ça est trop facile. Tout à coup son comlink vibre.

    Amiral - Mon seigneur!! Le Supremacy a découvert une information capitale!
    Spencer - Accouchez Amiral!
    Amiral - Le vice-amiral me confirme qu'un vaisseau-monde est en construction sur un chantier gargantuesque!
    Spencer - Vraiment?? Qu'attend-il pour le détruire???
    Amiral - Dois-je lui en donner l'ordre? Cela affectera encore un peu notre propre protection!
    Spencer - Grrmm... Restez en place au dessus du Mont Tantiss et érigez un blocus insurpassable! Le Supremacy doit détruire ce vaisseau-monde quitte à s'y crasher lui-même! C'est compris?! Dites bien au vice-amiral qu'il aura affaire à moi s'il enfreint cette directive!
    Amiral - Bien reçu seigneur...

    Les deux autres transports sont bientôt chargés lorsqu'un nouvel appel parvient au sith à fourrure.

    Spencer - Quoi encore???
    Amiral - Monseigneur!! Le Supremacy nous prévient qu'une flotte de vaisseaux disparates est apparue en orbite non loin de sa position!!

    " La Coalition Galactique? Déjà?? "

    Spencer - Grrr, la première partie de la flotte menée par le Supremacy doit jouer sur deux fronts, elle doit nous permettre de nous échapper avant qu'ils n'atteignent notre position!!
    Amiral - Ils n'y arriveront jamais! C'est du suicide!
    Spencer - Amiral !!! Remettez mes ordres en question une seule fois de plus et je me chargerai de votre cas personnellement dés mon retour à bord de la Main Ecarlate!!
    Amiral - Bien reçu. Je transmet ces ordres.

    Le grand sith savait qu'il ne fallait pas traîner, déjà la Coalition est sur ses traces. Heureusement il peut compter sur une flotte des plus puissante et totalement soumise.
    Les deux autres transports sont enfin chargés, assez de biomatière pour que le plan de son maître soit mené à son terme. Les troupes sith embarquent afin de rejoindre la Main Ecarlate, toujours protégés par les chasseurs du chaos qui descendent un à un tous les coraux skeepers qui tentent d'arrêter le convoi. Arrivés dans le hangar du vaisseau mère sith, Spencer se précipite sur le pont. Il y pénètre comme un prédateur, en courant à 4 pattes. L'amiral n'a pas le temps de comprendre que déjà son dos est transpercé par une patte griffue.

    Spencer - Vous m'avez saoulé, Amiral. Je n'ai plus besoin de vous maintenant.

    D'un coup sec, il retire son bras, le cœur de sa victime encore battant entre ses coussinets. Il jette le cadavre du pauvre clone gradé et en dévore l'organe qu'il a extrait. Timidement, une voix s'élève.

    Un opérateur - Mon... Monseigneur... Le Supremacy souhaite prendre contact...
    Spencer - Miam, slurp... Préparez un saut en hyperespace et passez-moi la communication sur l'écran de contrôle.

    Une poignée de secondes plus tard, l'image du vice-amiral apparaît, paniqué, désespéré, au milieu d'un pont en flammes.

    Vice-amiral - Seigneur!!! Nous sommes pris de toute part et des jedi ont investit le Supremacy!
    Spencer - Grumpf !

    Le Cathar fou a failli s'étouffer en entendant cette dernière nouvelle.

    Spencer - Gnnrr... Organisez la retraite! Mais sans le Supremacy!
    Vice-amiral - Qu... Qu'est-ce que vous dites??
    Spencer - Que toutes les troupes rejoignent la position de la Main Ecarlate et s'apprêtent à entrer en hyperespace! Toutes sauf le Supremacy!
    Vice-amiral - Que dois-je comprendre??
    Spencer - Vice-amiral, voici venu votre heure de gloire! Faites s'écraser le Supremacy sur le vaisseau-monde! Vous nous permettrez de fuir et tuerez par la même occasion ces abrutis de jedi! Exécution!!!!!

    -------------------------------------
    être perturbé

    Ce message a été modifié par: Dark-Spencer le 11-08-2011 23:57

    jeudi 11 août 2011 - 23:56 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : Naboo

    Déjà 2 jours que Pad essaye de soigner la clone. Elle semble allée mieux, mais est loin de pouvoir marchée. Des côtes et le bras droit cassé, des hématomes dans la colonne vertébrale et un épanchement de synovie dans le genou gauche ; voilà que la Jedi avait diagnostiqué. A cela, elle soupçonne une commotion cérébrale ou quelque chose de plus grave à la tête reste toujours possible.

    C’était le petit matin et Pad boit un café très corsé. Sa « jumelle » dort, c’était encore le meilleur des remèdes. Les nouvelles que lui avait apportées Obja fut l’objet des préoccupations de la Jedi.

    « Du grabuge sur Wayland… cela ne me dit rien de bon, je perçois une grande perturbation. Je devrais peut-être rejoindre les Jedi là-bas… Mais dans ce cas que faire de Paad ? »

    La Jedi pose la tasse vide sur la table et va au chevet de la clone. Bien qu’endormie, elle semble souffrir, de douleur ou de cauchemar, Pad l’ignorait. Tous ce qu’elle ressent, c’est de la peur se dégageant de la femme couchée sur le lit.

    « Tu n’as rien voulu me dire à propos des projets de Baaaaaal. Tu le crains tellement. Jamais je n’aurais pu croire que cet apprenti aurait eu raison de toi ».

    Paad – Warkoo… Non… non… veux vous aidez… Pitié Commandant… NOOON !

    La clone s’éveille en sursaut, Pad vient s’assoir prés d’elle. La Jedi se doute que la blessée vient de faire un cauchemar mais le nom de « Warkoo » et de « commandant » l’intrigue. L’apprenti Sith se ferait-il appeler commandant ? Cela suggérerait qu’il soit aux commandes d’une armée ?

    Pad – Tu es en sécurité Paadmé.
    Paad – Sola !
    Pad – Pardon ?
    Paad – J’ai décidé de mon nom et c’est Sola. Sola O’Keefe.
    Pad – J’en avais entendu parler, mais … Que soit, comme tu voudras, Sola. Qui est Warkoo ?
    La clone se redit et la surprise est totale – Qui… comment avez-vous…
    Pad – Calmes-toi. Tu viens de faire un cauchemar et tu as prononcé le nom de Warkoo ainsi qu’un certain commandant. Est-ce Dark-Spencer le commandant ?
    Sola – Certainement pas ! Warkoo et le commandant ne vous intéresse pas ! Foutez-leur la paix, ils n’ont rien avoir avec la guerre Sith vs Jedi !!! C’est compris !

    Visiblement Sola cherche à protéger ces individus. A la façon réagir, Pad comprend que ces personnes quel qu’elle soit, sont très importante pour Sola. La Jedi est plus qu’intriguée, mais si ces individus ne sont pas concerner par la guerre, alors Pad n’insistera pas.

    Pad – Très bien, d’accord. Parles-moi des projets de Baaaaaaal. Je sais qu’il cherche à construire une arme. Sais-tu ce que c’est ? Où peux-tu me dire où il la fabrique ?
    Sola – Je refuse de te dire ce que je sais ! Je voulais mourir et tu me forces à vivre ! Je n’ai rien à gagner à t’aider. Fiches-moi la paix, laisses-moi et va-t’en !
    Pad – On ne se débarrasse pas de moi aussi facilement Sola. L’arme de Baaaaaaal est une arme de destruction massive, je le sais. Je comprends que tu as souffert …
    Sola – Souffert ! Mais qu’est-ce que tu peux connaitre de la souffrance !? Tu ignores de quoi ils sont capables ! Une arme !!! Non, c’est une éradication qui vous attend ! Les Sith sont puissant !
    Pad – Mais pas indestructible ! Je comprends la souffrance plus que tu ne le penses Sola. J’ai déjà été torturé et j’ai perdu beaucoup de mes amis. Mon frère Obitom a disparu et Kaarde est probablement sur Wayland à l’heure qu’il est ! Aide-moi à empêcher les Sith de détruire cet univers, s’il te plait Sola.

    vendredi 12 août 2011 - 17:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16975 Crédits Modo

    ;) Mirax et moi étions debouts à l'avant de la passerelle de commandement du Warenichou. Thore se tenait prêt de nous, aussi nerveux que nous l'étions à l'idée d'attaquer l'armada Sith. Waren, Jalana et Zoran s'affairaient avec le commandant calamarien Jickvar à diriger l'équipage. Un escadron de Chevaliers Jedi attendaient nos ordres dans les hangars.

    Mirax. - Pad me préoccupe. J'ai clairement vu qu'elle désapprouvait notre départ en mission pendant la dernière session du Conseil.

    Moi. - Elle s'inquiète pour nous deux, simplement. Les événements des dernières années, nos derniers affrontements avec Baaaaaaal et la disparition récente d'Obitom ont de quoi l'inquiéter.

    Mirax. - Tout de même, Pad est Maître Jedi, et depuis longtemps. Plus que quiconque elle devrait comprendre le désoeuvrement et le sens du sacrifice dont nous devons faire preuve !

    Moi. - Rassure-toi, en tant que Jedi Pad connaît le devoir de tout Jedi, et elle a conscience du bien-fondé de notre mission. Mais sa plus grande spécificité est son incroyable empathie, qui lui permet d'adopter plusieurs points de vue à la fois. Elle est capable de regarder l'Ordre et le Conseil Jedi de l'extérieur et de nous remettre à notre place à tout instant. Je ne suis donc pas étonné de la voir adopter le point de vue normal d'une soeur ou d'une amie.

    Mirax. - Pourvu que cette force qui est la sienne n'affecte pas son jugement.

    Il y a un autre sujet d'inquiétude que je taisais. A l'issue du Conseil Jorus s'était entretenu en privé avec Pad et moi pour révéler quelques détails qu'il avait tu lors de son rapport. Selon lui la clone Paad elle-même s'était trouvée sur Onderon à sa merci en étant la complice de Dark Spencer. Etant donné qu'elle était recherchée par la Coalition Galactique pour le meurtre d'un ancien dirigeant du SEZ, Jorus avait préféré ne rien dire devant Thore et Mahan. Etrangement Pad avait accueilli ces nouvelles avec gravité puis était rapidement retournée à ses préoccupations.

    Waren. - Hé, les Forceux ! Arrivée imminente dans l'espace de Wayland !

    Mirax. - Merci, Waren ! Tu avais raison, le trajet était vraiment rapide.

    Le Warenichou et d'autres vaisseaux de la Guilde émergèrent près de Wayland. La flotte Sith était déjà là, à l'oeuvre. Le Commandant Jickvar déploya une reproduction holo de Wayland et de ses alentours. Au centre de la formation Sith je reconnaissais sans peine la Main Ecarlate.

    Thore. - Il semblerait que les forces de défense Yuuzhan Vong ont déjà été annihilées. Peut-être arrivons-nous trop tard.

    Moi. - Quelque chose ne va pas... je sens la présence d'un Sith... mais ce n'est pas Baaaaaaal !

    Mirax. - Moi aussi... je ne comprend pas... qu'est-ce qui peut bien retenir Baaaaaaal ailleurs ?

    Jickvar. - La flotte Sith semble nous avoir repéré, elle se sépare en deux partie, dont une venant à notre rencontre ! La Main Ecarlate demeure en orbite géostationnaire au dessus du site du Mont Tantiss et reçoit des transports. D'autre part nous avons repéré un croiseur légèrement isolé, là, attaquant une cible non-identifiée.

    Moi. - Je le reconnais, c'est... le Supremacy.

    Thore. - Il file droit sur le chantier de notre projet ! Le chantier de construction du vaisseau-monde ! Il faut l'arrêter !

    Moi. - Ce n'est pas la mission, Thore.

    Thore. - Non, en effet ! La mission était de neutraliser Baaaaaaal et de l'empêcher de piller Wayland, mais visiblement il n'est pas là et nous arrivons trop tard ! Alors le moins que nous puissions faire pour limiter les dégâts c'est défendre le projet du Chancelier !

    Moi. - Bon... Mirax et moi allons investir le Supremacy avec notre escadron Jedi, pendant ce temps essayez de bloquer la fuite de la Main Ecarlate.

    Waren. - Vous ne voulez pas aussi qu'on vous rassemble les restes éparpillés de l'Empereur Palpatine, tant qu'on y est ?

    mardi 16 août 2011 - 21:07 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : Naboo
    Pour la première fois, O’Keefe semble touché par les paroles de la Jedi. Elle met un moment avant de répondre.

    Sola – Kaarde s’est montré gentil et compréhensif avec moi.
    Pad – Cela ne m’étonne pas. Nous sommes proches, lui et moi. Sola, si tu ne veux rien dire sur la position de l’arme. Peux-tu me dire ce que t’évoque Wayland ?
    Sola – Pas grand-chose. J’ai juste entendu dire qu’il y a beaucoup de technologie Vongs et Baaaaaaal en a besoin pour son arme.
    Pad – Tu confirmes tous nos soupçons, mais tu ne m’apprends rien de nouveau. Sola, s’il te plait, où est Obitom ?
    Sola – Non, tu te trompe. Ce n’est pas mon seigneur… Il ne l’a pas fait prisonnier. Lorsque Dark Spencer et moi sommes arrivées sur Ondéron, il avait déjà disparu. Quelqu’un d’autre est à l’origine du kidnapping de ton frère.
    Pad – Sais-tu qui ?
    Sola – Non, mon maî… Baaaaaaal lui-même l’ignore.
    Pad – Aurais-ton un autre ennemi ?
    Sola – Oui, mais j’ignore tout de lui. Dark-Spencer m’a placé en cellule juste après cette mission. J’ignore même ce qui a été dit entre lui et son maitre.
    Pad – Explique-moi le but de votre mission sur Ondéron, s’il te plait.
    Sola – C’était très simple. Tuer la famille d’Ogings et Spencer les as tous tuer. Nous devions aussi pillez la bibliothèque d’Iziz afin vous n’ayez plus d’accès aux pouvoirs de la Force Obscure. Prendre le chevalier Obiton aurait été un plus.
    Pad – Une monnaie d’échange…
    Sola – Celui qui a prix votre frère, ne s’est pas manifesté auprès des Jedi ?
    Pad – Non. Sola, voudrais-tu m’aider à démasquer qui est cet ennemi ? Aides-moi à retrouver Obitom.
    Sola – Je… Je ne suis pas en état de vous aider.
    Pad – J’aimerai faire appel à un ami afin que tu guérisses plus vite.
    Sola – Et puis ? Qu’arrivera-t-il une fois que vous aurais retrouvé votre frère ?
    Pad – Je te promets que tu pourras repartir libre.
    Sola – La CG m’accuse du meurtre de MacBeath, tu ne pourras pas m’acquitté de cela ! Et l’Ordre Jedi refusera.
    Pad – As-tu tué le chef du SEZ ?
    Sola – Thadèus s’en est chargé, mais tout m’accuse ! Ils ne me croiront jamais. Je ne peux rien prouvé !

    La Jedi peut ressentir en sa clone le sentiment de désespoir face à cette situation. De son point de vue, Sola n’avait plus aucune issue, plus rien à espérer de la vie. Pad comprend alors pourquoi cette femme demandait, suppliait même, de la tuer. La CG l’a condamné puisqu’en s’enfuyant, ils en ont conclue qu’elle était coupable. Baaaaaaal l’avait crée, mais comme elle n’a pas réagit comme il le voulait, il l’a fait torturer par ce Cathar. Elle n’avait plus rien à attendre des Sith, eux aussi n’attende plus rien d’elle. Tant qu’à l’Ordre Jedi, il se doit de suivre la politique de la CG, donc, tous ce qu’il peut faire pour elle, c’est la livrer à la CG et ouvrir une commission d’enquête. Padmée connaissait assez la bureaucratie pour craindre que l’enquête soit bâclée voit qu’une formalité afin de condamner la clone. Qui voyait encore en Sola un individu, un être vivant ? La CG ne la voie que comme une clone, un être sans droit. Les craintes et la fuite de O’Keefe était justifiée, tout au moins aux yeux de Pad.

    Pad – Je comprends tes craintes. Cependant, si tu m’aides, je te promets, tu as ma parole que tu seras libre !

    mercredi 17 août 2011 - 15:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9555 Crédits

    Coruscant, niveaux intermédiaires.

    Alors qu'à l'horizon des gigantesques tours se couchait le soleil derrière cette jungle métallique, Coruscant la multi-millénaire; toujours debout après avoir affronté tant de crises; s'éveilla en ses profondeurs, là où la lumière du soleil – si l'on descend suffisamment profondément – ne perce parfois jamais. Les ruelles arrimées sur le flanc des constructions, les passerelles, toutes grouillaient de vie quelque fut l'heure du jour ou de la nuit. Et à cette heure c'était les lieux de divertissements, de plaisir et de débauches, qui coloraient l'atmosphère de leurs bruits, de leur lumière et de leurs odeurs – ce qui était particulièrement vrai à partir de 4h00 du matin au sortir des cantinas.

    Crise ou pas crise ( et au sarlacc les angoisses boursières) il n'y avait aucune raison de ne pas continuer à faire comme depuis plus de 25.000 ans; la population bigarrée de Coruscant perpétua donc une antépénultième fois ( selon l'horoscope du matin de Nostra Damus suivit par près de 12 milliards de lecteurs) le rythme millénaire. Ils furent nombreux à venir perdre leurs soucis – mais bien moins que leurs crédits - dans les labyrinthes dédaléens des casinos, succombant plus qu'à leur tour à une main malchanceuse au sabacc.

    C'est cette ambiance de fin du monde où l'on se sent le porte-cred léger qui planait au «Mon Cal'Tero» - fondé par le désormais richissime mon calamari Josmesh Tero, retiré sur un rocher de Mon Calamari où il gère en peignoir de satin et cocktail à la main son empire du jeu.






    - J'veux mes deux milles creds !
    - C'est sérieux ?!
    - Comment si c'est sérieux ! JAMBIER, JAMBIER, JAAAAAMBIER !.

    Un solide bonhomme grisonnant tapait un scandale résonnant dans tout le casino. C'était un fameux tintamarre qu'il offrait en spectacle alors que son interlocuteur, dont le nom n'avait pu échapper à personne, se faisait de plus en plus petit invitant le furieux à se calmer à coup de crédits.

    Bien vite les cris s'estompèrent et la musique couvrit de nouveau les conversations provenant des tables de jeu. Il y avait de tout : des biths venus dépenser l'argent d'un concert de la veille, des cadres de la classe moyenne venus tromper l'ennui de leur vie monotone en risquant leurs économies sous les déhanchés de danseuses exotiques devant leur yeux extatiques, un Kubaz sirotant du bout de sa trompe un jus d'insecte, et non loin de là un nautolan, un sullustéen et une twi'lek, devisaient devant une partie de dejarik. Un lieu idéal pour perdre dans le brouaha une discussion secrète. Bien que parfois les regards se croisassent, ou les oreilles frémissent ...


    Aynor - Excellent coup Chancelier.

    Le sullustéen sourit, il venait de prendre l'avantage.

    Mahan – J'aimerais en dire autant de ma politique actuelle.
    Aynor – Soyez confiant et serein, vous trouverez la bonne combinaison, comme vous venez de le faire.

    Assistant à la partie, Otto Pontus (sénateur de Glee Anselm) relanca le sujet initial de la conversation.

    Otto – Que proposez vous de faire ?
    Mahan – Nos forces sont déjà mobilisées un peu partout et le Sénat ne votera jamais une intervention pour un secteur de la galaxie jugé insignifiant.
    Otto – Mais ce n'est pas votre avis.
    Mahan – Non. J'ai appris à considérer avec méfiance les faits jugés insignifiant. Nos services de renseignements ont fait état de discordances entre les informations que nous recevons de l'espace Hutt et du secteur très discret de la Centralité. Les premiers nous font part d'impossibilité d'emprunter la route hyperspatiale de Triellus. Mais ils n'en connaissent pas la cause ou l'origine.
    Otto – Ou gardent cette information pour eux.
    Mahan – Possiblement. Les seconds ne font nulle mention du moindre trouble sur cette voie hyperspatiale et se montrent même insistants sur l'inutilité du moindre contrôle par les services habilités. Quant à leurs représentants ici sur Coruscant, ils semblent bien gênés de nous donner des détails sur la situation dans leurs mondes.
    Otto – Bon, peut-être y a t-il quelques manoeuvres commerciales ou politiques derrière tout cela, mais cela nous concerne t-il ?

    Gaius Mahan réfléchit quelques instants à tout cela. Le sénateur nautolan posait une question juste car bien que possédant une intime conviction il n'avait aucune preuve irréfutable. Ne risquait-il pas un mouvement inutile ou, pire, mettant en péril sa position de Chancelier ? Passer outre le Sénat serait compliqué, et envoyer des espions dangereux pour son avenir politique si la chose venait à se savoir. Oui, vraiment, cela les concernait-il ? Fallait-il se mêler d'affaires peut-être étrangères aux affaires de la Coalition ? Mais tout le monde se limitait-il à ses propres affaires ...

    La partie de dejarik était suspendue, mais autour d'eux les fortunes se faisaient et se défaisaient presque instantanément. Les bourses se vidaient quand ce n'était pas les verres, à l'image de ce Kubaz qui venait de finir son troisième, de verre. Tout en prêtant oreille aux propos du chancelier et du sénateur, Aynor considéra longuement le Kubaz dont le regard croisa à plusieurs reprises le sien.

    Otto – Etes vous avec nous chère amie ?

    Aynor – Ah, excusez moi, oui. Voilà mon avis. Les guerres commerciales sont nombreuses, et avec l'affaiblissement de la Coalition je crois que de nombreux systèmes ne craindraient pas son intervention. Nous entendons de tels cas à chaque séance au Sénat. Que sont les sanctions ? Des injonctions, parfois des amendes, dont les paiements tardent le plus souvent d'après ce que l'on m'en a dit.

    Mahan – Exact. Je n'ai pas de preuves factuelles, néanmoins mes suspicions ne sont pas l'objet d'une paranoïa. Nos analystes holographiques remettent également en cause l'authenticité de la signature numérique de ces communications.

    Otto – Très bien mais je réitère ma question : que proposez-vous ?

    Mahan – La Coalition a besoin de lancer un signe fort en direction de ses alliés et de tout les mondes neutres. Nous devons montrer que le sort des systèmes les plus éloignés ne nous est pas indifférent. Dans le même temps j'ai l'intime conviction que nous devons recueillir des informations à la source dans ce secteur de la galaxie. Une mission diplomatique servira de couverture.

    Otto – Reste toujours à convaincre le Sénat.

    Mahan – Bientôt l'espace Hutt fêtera la Boonta'Eve. Les représentants Hutt au Sénat seront bien trop flattés d'un tel intérêt que nous leur porterons. Je suis à peu près sûr qu'ils s'arrangeront à notre place, et avec les moyens que nous leur connaissons, pour faire approuver cette mission diplomatique. Une escapade romantique sur Boonta voilà ce que je vous propose !

    Otto parut médusé de la proposition du chancelier, Aynor également mais elle sourit.

    Otto – Je ne sais pas si c'est brillant, ou suicidaire. En tout cas peu discret.
    Aynor – Mon absence de Coruscant, et donc du Sénat, ne passera pas inaperçu quoi qu'il arrive. Etre visible au yeux de nos adversaires aveuglera leur vigilance. Votre plan peut fonctionner Gaius.
    Mahan – Mais pour le moment, tout ceci doit rester secret.

    Sera-ce vraiment le cas ?
    -------------------------------------
    Maître Jedi et twi'lek mordante.
    Padawan : Revan Shan.

    Ce message a été modifié par: Aynor le 20-08-2011 20:01

    samedi 20 août 2011 - 18:40 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Guidé par la Force, et alerté par la disparition de mon espionne locale, j'ai arpenté les mondes Kubaz et les systèmes alentour pendant des jours et des jours, suivant une piste pour le moins intrigante.
    Une armée s'est formée dans ce secteur de la galaxie, à l'insu de tous, et a commencé une discrète et ambitieuse campagne de conquêtes. Une armée faible, en comparaison des principales forces armées connues et de mon pouvoir, mais, et c'est là le plus étonnant, fédérée par un seul homme. Un petit malin, humain d'après mon enquête, qui a su apprivoiser des créatures primitives et leur enseigner le voyage interstellaire. Assez bon stratège pour réussir à leur faire conquérir les mondes Kubaz.
    A force de discrétion, de pérégrinations, d'interrogatoires et de violation d'esprits j'ai lentement mais sûrement suivi sa piste, et je suis allé de surprises en surprises. Première surprise : alors que la logique ou tout bon stratège lui aurait commandé d'attaquer le secteur Verpine, il a préféré diriger ses troupes droit sur Tund. Cette minable petite planète irradiée se trouvait au milieu d'un vieux royaume Sith sans intérêt à mes yeux. Plus intrigant, lui et sa flotte s'étaient dirigés directement sur Tund, ignorant les planètes alentour : Malagarr, Akrit'tar, Tergonn,... Je ne pouvais en déduire qu'une chose : ma proie, en plus d'être un meneur et un stratège, possédait un lien avec la Force. De là venait sans doute le trouble qui m'avait alerté.
    Il ne s'était pas attardé sur les lieux, se contentant de profaner une petite tombe touchée par le Côté Obscur de la Force. Mais je ne pu en déterminer l'identité du principal occupant. Ainsi l'inconnu avait accédé à une source de pouvoir. Cela m'avait poussé à accélérer les recherches.
    Lorsque j'aurai annihilé mon premier objectif, il faudra que je pense à amener mon superlaser près de Tund.
    Sa flottille méprisable avait refait parler d'elle près d'Aduba. Et maintenant je l'ai rattrapé ! Je n'ai pas eu la moindre difficulté à amener mon appareil furtif à travers sa flotte, aucun de ses soldats pitoyables ne m'a vu approcher de ce qui lui fait office de PC et ses propres gardes ont succombé sous ma puissance en un instant.
    Cependant rien ne m'avait préparé à ça, à cette surprise inattendue. Il se trouve enfin là, juste devant moi, cet insecte. J'aurais pu m'attendre à tout en suivant la Force, je m'attendais à tout avec ma proie... mais pas à le trouver LUI.



    Baaaaaaal. - Edoras... Konix... Terrik !... La dernière fois que j'ai entendu parler de toi je m'étais juré de te faire regretter l'existence, mais je ne m'attendais pas à ce que l'occasion se présente si rapidement.

    Baaaaaaal, le Seigneur Noir des Sith se tenait droit comme un i, enveloppé de sa cape noire. Face à lui, calme et impassible, assis sur un semblant de trône, se tenait l'ancien leader de la Guilde : Edoras.
    Au cours de sa longue existence Baaaaaaal avait plusieurs fois croisé la route de l'individu, et il le savait presque aussi vieux que lui. Ils n'avaient eu aucune raison valable de s'opposer l'un à l'autre jusqu'à ce que la Guilde détruise l'avant-garde de la flotte Sith deux ans auparavant. Il faut dire que cette attaque sournoise répondait à l'invasion Sith des chantiers de Vergesso et au massacre des Guildeurs locaux, mais Baaaaaaal n'en avait cure. Il avait été dans son droit ! Depuis, la Guilde s'était associée étroitement aux Jedi et à la République, quittant toute neutralité et devenant de fait ennemie des Sith. Sa présidente, Mimi, avait elle aussi une place réservée entre les griffes du Maître des Sith.
    L'ex-guildeur qui se tenait devant Baaaaaaal avait changé, tant physiquement que... autrement. Son crâne et ses sourcils étaient rasés, laissant voir un ostentatoire tatouage rouge. Les iris de ses yeux étaient pleins de la couleur de lave caractéristique des adeptes du Côté Obscur. Il serrait dans sa main un sabre laser éteint et toisait Baaaaaaal sereinement.

    Edoras. - Seigneur Baaaaaaal... bienvenue !

    Baaaaaaal. - Où donc est passée ton effronterie de Guildeur ?

    Edoras. - Je vous attendais.

    Baaaaaaal. - Et tu vas le regretter !

    Sans faire le moindre geste, Baaaaaaal arracha son arme à Edoras et l'attira jusqu'à sa main ouverte. Puis il se saisit du félon et l'envoya voler au dessus de lui s'incruster dans le plafond puis s'écraser au sol. Le chauve se releva péniblement, se mit à genoux et essuya le sang sous ses narines. Il n'avait pas esquissé le moindre geste de défense.

    Baaaaaaal. - La Guilde essaierait-elle de me tendre un piège ? Ce serait plausible, ta piste était si facile à suivre, même si je ne m'explique pas comment tu as pu te retrouver à un tel point de départ. Mais il est vrai que toi seul aurait pu amener ces primitifs à tel stade de développement et leur inculquer des ambitions si bassement matérielles. Les Jedi sont-ils au courant de ce plan ?

    Edoras. - Personne. La Guilde m'a tourné le dos. Mais vous, qu'est-ce qui vous a attiré dans ce secteur ?

    Baaaaaaal. - Vois-tu, j'avais des vues sur les mondes Verpines, pour mes projets de... constructions. Une de mes espionnes était basée sur les mondes Kubaz, et je viens de la retrouver dans ton harem.

    Edoras. - Vous avez donc vu tout ce que j'ai accompli... tout ce pouvoir... MON pouvoir !

    Baaaaaaal. - Misérable, ton armée n'est rien et tu peux t'estimer heureux que je sois le seul dans la galaxie à en connaître l'existence... quand à ton pouvoir... même si je suis surpris de te voir converti au Côté Obscur, il est faible. Tu as compris ? Tu n'es RIEN !

    Le Seigneur Noir leva lentement une main vers Edoras, tendit les doigts, et déchaîna l'énergie de la Foudre Sith. L'ex-guildeur se mit à crier de douleur tandis que son corps était pris de spasmes.

    Baaaaaaal. - C'était malavisé de m'attirer dans un piège aussi minable ! C'était malavisé de te croire assez fort pour me battre en ayant tout juste acquis des rudiments ! Le pouvoir t'est monté à la tête !

    Edoras. - Yeeeergh... Ce... ce... ce... pouvoir... est pour... VOUS !

    Le Maître Sith haussa un sourcil et interrompit ses éclairs.

    Baaaaaaal. - Toi ?... Hahaha, TOI ? Toi, tu veux m'offrir du pouvoir, à MOI ?

    Le déchet fumant se remit lentement à genoux en inclinant la tête.

    Edoras. - Faites de moi votre apprenti !

    Baaaaaaal. - J'ai déjà un apprenti ! Et tu ne le vaux pas, ni sur le plan de la puissance, ni sur celui de la loyauté !

    Edoras. - Mais lui ne m'égalera jamais en tant que tacticien, en tant que meneur, en tant que négociant... la liste de mes talents est longue et vous, vous pouvez développer mes talents Sith !

    Jamais le Maître Sith n'aurait imaginé l'ancien président de la Guilde s'abaissant ainsi. Mais il n'avait pas tort, le fourbe ! Déjà en tant que Guildeur, Edoras n'était pas à prendre à la légère. Son armée ne valait rien, mais Baaaaaaal était le seul à en connaître l'existence et personne ne pouvait décemment l'associer à l'armada Sith. Or, après l'attaque de Coruscant, Baaaaaaal avait grand besoin que la République et les Jedi regardent ailleurs que dans sa direction. En outre contrôler Edoras signifiait détenir tout pouvoir sur la Guilde.
    Mais le Seigneur des Sith connaissait suffisamment ce Terrik pour savoir qu'il était incontrôlable et absolument indigne de confiance. Cet individu n'agissait jamais sans intérêt, et sa soudaine conversion au Côté Obscur était plus qu'étrange, ainsi que l'origine de ce pouvoir.

    Edoras. - Eprouvez ma loyauté !

    Baaaaaaal. - Tu lis dans mes pensées... Très bien, arrache-toi un oeil et peut-être alors je... !

    Et il le fit, l'animal ! Devant les yeux écarquillé de Baaaaaaal, Edoras plongea deux doigts dans une de ses orbites et en fit couler le sang. Après de longs gémissements de douleurs il tendit dans sa main tremblante son propre globe oculaire à celui qu'il voulait pour mentor.
    Baaaaaaal ne s'était pas attendu à une réaction si prompte. Il fit voler l'oeil devant son regard et le fourra dans une de ses sacoches.

    Baaaaaaal. - Décidément je commence à collectionner les morceaux de la famille Terrik. Ton oeil, le coeur de Mirax, au sens figuré bien sûr,... ah, et le pied tranché de Doc Beldom.

    Edoras. - Y a-t-il quoi que ce soit d'autre que je... ?

    Baaaaaaal. - Je t'aurais bien demandé d'aller tuer ta propre fille Mimi... peut-être plus tard... mais en attendant je vais te conserver et t'éprouver, juste pour voir... tu auras du pouvoir, mais cela passera par la douleur. Beaucoup de douleur... Hum, ce sabre laser est ancien. Ce n'est certainement pas toi qui l'a assemblé. Voici mon premier ordre à ton encontre : dis-moi comment et auprès de qui tu t'es converti sur Tund.

    Ce maudit guildeur planifiait sans aucun doute quelque trahison contre Baaaaaaal, ou du moins il espérait profiter de lui, c'était certain ! Il n'était pas question de lui faire confiance ! Prendre ce misérable comme apprenti contredisait l'ambition du Seigneur Noir d'être le seul Sith de l'univers, mais il pouvait se débarrasser d'Edoras avant qu'il en devienne un. Correctement exploité, il pouvait servir les desseins du Sith.
    Il faudrait seulement éviter de lui révéler trop de secrets du Côté Obscur. Et surtout cacher son existence à Dark Spencer.

    Baaaaaaal. - Au fait, t'es-tu choisi un nom de Sith ?

    Edoras. - Dark Strategor, mon Seigneur.

    Baaaaaaal. - Pfff, ces apprentis !... Encore un "Dark" de triomphe !



    Salut à tous les fans de trahison ! :x

    -------------------------------------
    Seigneurs Noir des Sith
    Grand Intendant, membre des FF
    salut a tous les FF au passage
    Fou allié
    ADRIEEEEENNE!!
    PIOU!! PIOU!!

    Ce message a été modifié par: baaaaaaal le 22-08-2011 22:58

    lundi 22 août 2011 - 22:41 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

88 fans connecté(s)

Evénements

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide