Les Missions du Chu'Unthor (page 17)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar NewAlx

    NewAlx

    112 Crédits

    Raxar était coincé dans une salle sombre, sans rien à portée de main. Pour la trente-septième fois consécutive il pesta contre lui-même, retraçant le parcours qui l’avait conduit dans cette fâcheuse position. 


    En quittant Kinsa, il avait le sourire aux lèvres. Il avait vaincu le fuyard, prouvé une fois encore qu’il progressait sur la Voie, et maintenant il avait une responsabilité supplémentaire puisqu’il devait infiltrer la base ennemie, en trouvant son emplacement. Revenu au casino, il fut ravi de voir que personne ne faisait attention à lui et qu’aucune alarme n’avait été donnée. Pendant qu’il plaçait quelques paris à droite à gauche, il attendait patiemment les associés d’Anji, en regardant chaque oreille en espérant voir la fameuse marque distinctive du cartel. Après une heure à gagner quelques gains (décidément, la soirée s’annonçait parfaite), Raxar vit enfin ce qu’il cherchait. Un groupe d’hommes, plutôt massifs et le regard fuyant, se dirigeant d’une allure soutenue vers une zone isolée. Décidant de ne pas laisser passer sa chance, le Padawan se mit à les suivre, feignant de regarder les environs comme un touriste émerveillé. Il les suivit jusqu’à une porte automatique terne, où un symbole étrange était peint dessus, sûrement une indication de danger incitant les joueurs à passer leur chemin. Trois hommes rentrèrent à la suite, et le quatrième, en bon dernier, se retourna pour vérifier que personne ne les suivait. Son regard s’attarda légèrement sur Raxar, qui était penché sur un aquarium regorgeant de créatures étranges, et décida en son for intérieur que ce jeune valet ne posait aucun problème. La porte se referma et Raxar agit en une fraction de seconde, usant des leçons apportées par son Maître. Il ferma les yeux et élargit sa conscience, utilisant la Force pour maintenir la porte assez ouverte pour qu’elle ne se verrouille pas mais qu’elle n’attire pas non plus l’attention. La concentration était ardue, et c’est avec horreur qu’il constata qu’à nouveau la Force ne lui obéissait pas complètement. Avec une telle puissance il faillit ouvrir la porte toute entière, mais il se força à se concentrer, à trouver son for intérieur et il parvint à faire ce qu’il voulait. Il s’approcha discrètement de la porte tout en maintenant sa concentration, fit glisser un doigt dans l’interstice et ouvrit la porte suffisamment pour passer.


    Une fois de l’autre côté, il entendit le bruit de la fermeture et analysa l’endroit. Il savait que si Kinsa était là, elle aurait été fière de lui. Mais l’heure n’était pas aux encensements, il avait une mission à opérer. Il suivait un long couloir mal éclairé, guettant le moindre son ou mouvement. Il arriva face à plusieurs portes, et Raxar préféra mener une action plus discrète. Se souvenant d’une excursions dans des thermes féminins quelques années auparavant (ce souvenir ne parviendrait jamais aux oreilles de Kinsa, si le jeune Padawan voulait rester en bonne santé), il chercha l’entrée d’une bouche d’aération. Il en trouva une plus loin dans le couloir, au plafond. Il retira la grille à l’aide de la Force, et continua d’en user pour sauter à l’intérieur du conduit qui avait l’avantage d’être assez spacieux pour qu’il y avance accroupi. Les bords étaient sales et rouillés, mais il progressa le plus discrètement possible jusqu’à entendre des éclats de voix. Il arriva face à une nouvelle grille qui donnait sur une salle de réunion, où plusieurs personnes étaient assemblées autour d’une table où se mêlaient des cartes, des sous et des armes. Raxar écoutait du mieux qu’il pouvait, mais le tout se révélait plutôt banal et sans intérêt. Des bénéfices, des livraisons… Rien de concret, pas de date ou de nom. Alors qu’il pensait à faire marche arrière pour trouver une autre salle, il sentit le tuyau céder sous son poids et il atterrit au milieu de la table, la brisant littéralement. Les sous s’envolèrent dans tous les sens et les bandits, surpris, reculèrent tous d’un pas tout en sortant leurs blasters qu’ils pointèrent sur Raxar. Reprenant ses esprits, ce-dernier savait qu’il n’avait que quelques secondes avant de perdre la vie. D’abord, une diversion.


    RAXAR, en prenant une carte sous ses fesses : Ah parfait. C’est ce que je cherchais. Merci, au revoir !


    Il se releva, comme s’il venait juste de récupérer un livre dans une bibliothèque et se satisfait de l’effet escompté. Encore sous le coup de la surprise, les bandits ne savaient pas trop comment réagir, surtout que l’intrus était jeune. C’est là que Raxar frappa, usant de la Force pour repousser tous les ennemis. Sous le coup de l’adrénaline il y alla un peu fort et propulsa tout le monde contre les murs. Un bandit passa même à travers, faisant un fracas épouvantable. Plus loin, Raxar entendit des chaises racler le sol et des pas précipités. Il savait qu’il n’avait plus beaucoup de temps, ainsi il se précipita vers la porte, l’ouvrit avec force et se mit à courir dans le couloir. Les bandits étaient juste derrière lui, ils les entendaient mais ne voulait pas se retourner pour ne pas perdre son avance. Puis, il ressentit une douleur atroce dans le dos, comprenant qu’il venait de recevoir un tir électrifié. Il s’écroula en tremblant pendant que ses poursuivants l’encerclèrent avec rapidité.


    BANDIT : Pourquoi l’avoir neutralisé ? Faut le tuer !


    BANDIT 2 : Tu rigoles ? Tu as vu ce qu’il a fait aux autres ? C’est un Jedi ! Tu sais ce que ça vaut ? Je connais un Hutt qui organise des combats clandestins. Il nous paierait un pont d’or pour un Jedi.


    RAXAR, en tremblotant et d’une voix faible : Je suis trop cher pour lui.


    Ce fut la dernière phrase qu’il prononça avant de voir une chaussure approcher de son visage à une vitesse bien trop rapide.


    Dans sa cellule sombre, Raxar devait maintenant sortir et prévenir Kinsa. Il pensait que ses ravisseurs avaient déjà établi un contact puisque son transpondeur n’était plus en sa possession, mais il ne voulait surtout pas être une demoiselle en détresse. Son occasion pointa le bout de son nez lorsqu’un ravisseur, pensant Raxar endormi, vint déposer la collation. Lorsque le bandit regarda vers Raxar, il ne comprit pas qu’il s’agissait d’un leurre fait de couette modelée, et ne se rappellerait pas ce coup atroce porté dans son dos qui le mit à terre de suite. Raxar devait réfléchir vite. Il était au fin fond de la base ennemie, en ressortir indemne était suicidaire. Néanmoins, il savait comment réussir son tout nouveau plan. Déambulant dans les couloirs, et en évitant les quelques bandits sur sa route, il parvint enfin à la salle qu’il cherchait, la salle remplie d’armes et d’explosifs. Face à une caisse de micro-mines, un grand sourire diabolique s’afficha sur son visage.


    Kinsa déambulait dans les rues de Canto Bight pour aller au rendez-vous proposé par le ravisseur de Raxar. Son plan était à peu près en place, mais elle devait avant tout veiller à la sécurité de son Padawan. Elle fut tirée de ses pensées par un bruit gigantesque, et au loin, dans une aile du casino, tout le monde vit de multiples explosions colorées, des feux d’artifice volant vers le ciel et de nombreuses détonations. Alors que tout le monde était encore sous le coup de la surprise, Kinsa s’élança la main sur son sabre et un sourire à la main. Décidément, Raxar était plein de surprises.



    dimanche 14 juin 2020 - 15:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12221 Crédits Modo

    Alors que je préparais une rescousse pour mon padawan qui s’était manifestement fait coincer, je constatai bien vite qu’il avait réussi à se sauver tout seul. Car je ne doutais pas de qui provenaient ces jolis feux d’artifices…
    - Hé bien, Raxar, tu passes trop de temps avec une Mandalorienne, tu commences à faire exploser des trucs maintenant, souriai-je.
    En tout cas, mes plans s’en retrouvaient changés. Au lieu de me rendre au lieu de rendez-vous, je pris au contraire la direction de l’endroit d’où provenaient ces explosions colorées. Si mes suppositions étaient correctes, j’y trouverais un padawan Jedi qui attendait du renfort. Il allait sans dire que les renforts arrivaient. Usant de la vitesse de Force, je fonçai à travers les diverses ruelles et finis par atteindre ma destination en quelques minutes. Raxar n’y était pas seul : il faisait face à plusieurs racailles qui l’encerclait. Apparemment, j’arrivais au bon moment…
    Rapidement, je scannai mon environnement et leur armement et fis la distinction entre deux types de bandits. Une partie d’entre eux n’était équipé que d’un armement standard, tandis que cinq d’entre eux étaient en possession de blasters qui avaient été interdits peu après la guerre. Dans le même temps, j’analysais leurs espèces respectives pour déceler d’éventuelles faiblesses à exploiter ou au contraire des zones où je ne devrais pas m’attaquer. On sous-estimait le travail du combattant de passer des heures dans les archives pour étudier les spécificités des différentes espèces et des armes…
    - Hey les gars, c’est pas un peu illégal ça ?
    J’interceptai le regard de Raxar et lui fis un signe, avant d’éjecter avec la Force les armes potentiellement les plus dangereuses. Celles-ci roulèrent sur le sol et je mis un point d’honneur à les repousser dans un coin de la pièce. Pour la suite, je m’immergeai rapidement dans la Force. Ce qui était une technique de Soresu pouvait très bien être appliqué au combat rapproché… Une fois dans cet état de prescience, les mouvements de mes adversaires m’apparaissaient clairs et limpides, voire extrêmement prévisibles. Ainsi, j’esquivai quelques tirs pour m’approcher des bandits et casser quelques nez au passage. Alors que je retournais un de ceux qui avaient les blasters illégaux, j’apostrophai mon padawan :
    - Bouge-toi les fesses et aide-moi !
    Il ne se fit pas prier et profita des ouvertures créées pour mettre en application mes enseignements. Une minute plus tard, nous étions entourés d’hommes de main KO et je me frottais les mains. Après m’être étirée, je me tournais vers Raxar :
    - Je t’avais dit qu’à chaque fois mes infiltrations se finissaient en baston ou pas ?
    - Non, mais ça m’étonne pas, répondit-il avec un demi-sourire.
    - Ouais, ouais, je sais. C’est mon côté Mando.
    Je m’accroupit et fouillai dans la veste d’un des bandits les plus hauts gradés. Quelques secondes plus tard, j’en sorti triomphalement une carte de laisser-passer. Ce n’était qu’un rectangle bleu foncé avec un symbole gravé dessus, mais c’était probablement ce qui nous laisserait accès à la fameuse pièce de réunion. En attendant… C’était l’heure du photoshoot !
    - Qu’est-ce que tu fais ?
    -Je prends des holo-images, expliquais-je. Tu vois ces blasters, là ? Ils sont interdits sur le territoire. Ce qui signifie qu’ils ne devraient pas être là, d’autant plus que la manufacture a l’air assez récente. Pas de traces de combat antérieurs… Ils n’ont pas été rechargés plus d’une fois, ça c’est sûr. Au fait, trouve-toi un qui est à ta taille. On va leur piquer leurs vêtements.
    Je fis tourner la carte dans ma main et avisai une des seules femmes que j’avais combattues, une Zeltronne. Bien qu’elle aie un peu plus de formes que moi, il suffirait de cintrer un peu ce qui était plus ample. De toute manière, je n’avais pas le choix : sinon, ils étaient tous plus grands que moi. De son côté, Raxar, qui me dépassait d’une quinzaine de centimètres, jeta son dévolu sur les vêtements d’un bandit de sa taille.
    - Bande de grands…grommelai-je.
    - Pourquoi, maître, complexée ?
    Je le pointai du doigt :
    - Ma taille est parfaitement normale pour mon espèce, merci bien. En plus… Tu ferais mieux de faire attention à tes paroles, si tu ne veux pas te retrouver avec cent pompes à faire dans le vaisseau.
    - Cent pompes ? Faciiiile…
    - Vraiment ? Alors deux cent burpees et trois cent rameurs quand la mission sera finie. Oh, et tu me feras aussi une heure de cadence de sabre, si c’est si facile.
    - Qu…Quoiiii ?
    Alors que j’ajustais une dernière fois mon « uniforme », mon padawan pâlit. Sans dire un mot, je me dirigeai vers la porte et respirai un bon coup : c’était le moment de la suite de la baston mandatoire par laquelle finissaient invariablement mes missions. Ce n’était pas pour rien que j’étais une Gardienne… S’ils avaient voulu un diplomate ou un espion, ils auraient envoyé un autre Jedi, mais tout le monde avait conscience que c’était inutile. J’étais bien placée pour savoir que certaines situation requéraient l’usage de la force, raisonnée bien sûr. Trottinant derrière moi dans le couloir obscur, Raxar demanda, hésitant :
    - Tu plaisantais, pas vrai ?
    - Peut-être. Ou peut-être pas.
    Un soupir de désespoir se fit entendre derrière moi. Bien sûr, je ne comptais pas punir Raxar pour si peu, mais c’était particulièrement drôle de le faire marcher. Il tombait dans le piège à chaque fois… Sans doute parce qu’il savait que j’en étais capable.
    Grâce à notre habillement, personne ne nous importuna jusqu’à ce que nous arrivions devant la salle où les grands pontes étaient en réunion. Par chance, elle n’était surveillée que par un seul garde, mais un garde qui se trouvait être un Wookie. Ledit Wookiee faisant facilement plus de soixante centimètres de plus que moi, je jugeai que l’utilisation de la force brute n’était pas forcément le choix le plus raisonnable – ne jamais énerver un Wookiee, comme Ange avait l’habitude de dire – et optai pour une solution qui me ressemblait assez peu : l’étourdissement de Force. Les pouvoirs psychiques n’étaient pas mon fort, mais je maîtrisais tout de même les bases. Ou alors… Je me tournai vers Raxar :
    - Qu’est-ce que tu dirais d’étourdir ce Wookiee ? Ou de le persuader de quitter ton poste, comme tu veux.
    Il parut pensif un instant, puis s’avança vers le garde, prononça quelques mots, et quelques secondes plus tard, le mastodonte été parti conduire une enquête sur des intrus dans le garage. Bien, bien… Utiliser une part de vérité était toujours plus efficace. Ravie, je tapotai l’épaule de mon padawan pour le féliciter, puis collai la carte récupérée sur le lecteur. Aucun effet. Je réessayais, sans succès. Visiblement, cette zone était aussi interdite aux subalternes… Cela coïncidait avec ce qu’Anji m’avait raconté, mais au moins j’aurais essayé.
    Comment faire, comment faire…
    Une idée me vint. Si j’arrivais à percevoir la nature de la serrure… Je l’avais déjà fait, avec des systèmes plus simples. Et si j’avais de la chance… Bingo. Il y avait des lunettes à rayons X dans les vêtements de la Zeltronne. Ils étaient de moins bonne qualité que la vision que j’avais avec mon casque, mais ils suffiraient amplement. Grâce à eux, je pus visualiser le mécanisme et à le manipuler avec la Force, méticuleusement. Une seule erreur et je devrais tout recommencer…
    La porte s’ouvrit sur une bonne dizaine des personnes qui devaient compter parmi les plus huppées que j’avais rencontré dans ma vie. Eux ne se préoccupaient certainement pas de cacher leurs richesses. Je n’avais rien contre les riches qui avaient gagné leur argent honnêtement, mais ce genre de trafiquants me donnaient envie de vomir. D’un mouvement désinvolte, je m’étirai.
    - Coucou. Vous êtes tous en état d’arrestation, blablabla. Je me présente, je m’appelle Kinsa Talik, Chevalière Jedi. Le grand dadais d’1m85 derrière moi, c’est mon padawan, mais vous devez déjà avoir entendu parler de lui. On a des preuve de votre petit trafic, donc soyez gentils et coopérez, ça réduira sans doute votre sentence.
    J’avisai les quelques gardes du corps qui flanquaient leurs employeurs :
    - Vous n’avez pas envie de vous frotter à une Mandalorienne. Promis. 


    Trois heures plus tard…

    - Aaaah, c’est mieux quand même, d’être dans nos vêtements normaux, non ? fis-je remarquer en enfilant ma bure par-dessus mon armure.
    Le reste de la mission s’était passée comme sur des roulettes : des preuves formelles de leurs activités criminelles n’avaient laissé aucune place au doute – non pas qu’il y en ait, mais la justice galactique étant ce qu’elle était, il valait mieux avoir des garanties – et nous avions pu regagner l’Arrow en toute tranquillité. Apparemment, la République allait nous envoyer leur agent disponible le plus proche pour procéder au transfert des prisonniers, et nous étions donc chargés de les garder un œil sur eux en attendant que ledit agent arrive.
    - Je sais pas, moi je veux bien garder le costume de valet dans ma chambre, en souvenir, commenta Raxar qui s’était lui aussi changé. En tout cas, c’était une chouette mission. J’ai eu des sueurs froides, mais il y a pire, non ?
    - Hah. Clairement, y’a pire. Bieeen pire, acquiesçai-je.
    - …Je vais pas demander.
    - Ouais, demande pas.
    Je consultai mon comlink, qui venait de biper, me signalant l’arrivée de l’agent. Avec un sourire, je fis signe à mon padawan de me suivre en récupérant les prisonniers et nous sortîmes du vaisseau. Un visage familier nous attendait à l’extérieur : une certaine cinnagarienne à la queue de cheval blonde se tenait sur le tarmac. Sans me démonter, je m’approchai d’elle et lui tendit formellement la main, un petit sourire aux lèvres.
    - Agent Keto, quelle bonne surprise…
    Elle m’imita et je lui serrai la main en appliquant légèrement trop de force, tout en la regardant droit dans les yeux. La légère contraction des commissures de ses lèvres ne m’échappa pas.
    - Chevalière Talik. Toujours l’armure ?
    - Vous savez ce qu’on dit, princesse. On ne change pas une équipe qui gagne.
    Je désignai son nouvel uniforme.
    - Jolie veste. Un peu retournée par endroits, mais ça doit être l’habitude. Ah ! Voilà mon padawan avec vos passagers. J’ai déjà transféré les éléments de preuve à vos supérieurs, vous les voulez aussi ?
    - S’il-vous-plaît.
    En quelques clics, le transfert était effectué jusqu’au datapad de Fanny. Nous échangeâmes ensuite quelques formalités tout sourire sous le regard perplexe de Raxar, avant de se séparer. Une fois dans l’hyperespace, il osa enfin demander :
    - Tu la connaissais ? J’ai dû rater un épisode…
    Je m’étirai.
    - Fanny ? Ouais, on se connaît vite fait, de la guerre. On a pas vraiment d’atomes crochus, ceci dit.
    - J’ai vu ça…
    J’eus un sourire amusé.
    - C’est une longue histoire, mais pour la faire courte, disons qu’on était pas forcément du même bord pendant la guerre. Mais ne parlons pas de Keto, tu viens de finir ta première mission ! Qu’est-ce que tu en as tiré ?
    Le débriefing fut plus long que ce à quoi je m’attendais, mais j’étais satisfaite que cette première expérience de terrain se soit bien passée pour mon padawan. Il s’était bien débrouillé… J’irais même jusqu’à dire que j’étais très fière de lui.


                                                                                           FIN DE LA MISSION



    vendredi 24 juillet 2020 - 23:13 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

230 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide