Les Missions du Chu'Unthor (page 16)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7936 Crédits

    Mission : Un Pilote fantôme

    Alors que nous atteignions le bureau blindé dans lequel s'était réfugié notre cible, alors que nous étions sur le point de voir cette offensive couronnée de succès, la Force m'informa soudain d'un danger immédiat. Il ne me fallut pas une seconde pour constater qu'il ne me concernait pas mais qu'il était lié à Eno. Et lorsque ce sentiment d'urgence s'intensifia, je sus que les choses allaient mal tourner.

    - Occupez-vous de lui comme vous le souhaitez, mais gardez-le en vie ! ordonnai-je à mes camarades du jour.

    Sitôt dit, je ne leur laissai pas le temps de digérer l'information et fonçai sans me retourner vers le lieu supposé où se trouvait mon padawan. Heureusement que je connaissais les plans de cet édifice sur le bout des doigts parce que cela me permit de passer par quelques raccourcis et, aidée de la Vitesse de Force, je fus très rapidement sur les lieux. L'obscurité était saisissante mais la Force était plus puissante et je me fiai automatiquement à elle. Comme si mon corps sentait qu'il en avait besoin, il se fondit instinctivement en elle et mes sens s'aiguisèrent naturellement tandis que je découvrais une facette du rôle du maître : la protection acharnée de son padawan.

    En l'occurrence, le mien gisait inconscient à même le sol et un filet de sang s'écoulait le long de son visage. Ou le coup avait été violent, ou la chute était en cause. Dans les deux cas, j'espérai qu'il n'avait subi aucun traumatisme crânien : si j'avais appris quelques choses auprès de Shina, j'étais bien loin d'acquérir toutes ses connaissances et j'étais donc incapable de traiter une blessure de cette sorte. À part les pouvoirs de guérison très basiques, je ne savais qu'appliquer un patch de bacta et placer quelqu'un en position latérale de sécurité. C'était déjà pas mal, cela dit.

    Autour de lui, les membres du gang se défendaient comme ils le pouvaient face à la majorité des hommes de la cible. Pris au dépourvu, ils avaient du mal à contre-attaquer ; d'autant plus que leurs adversaires étaient mieux armés, plus nombreux, et bénéficiaient de lunettes permettant de voir dans le noir. Bref, ils avaient l'avantage et du nombre et du terrain. Il fallait donc que je change cela...

    - Galayd ! fis-je en avisant la personne la plus proche. Emmène-le à l'extérieur. Tout de suite !

    Il obéit promptement et hissa Enoliwen sur son épaule avant de fuir au trot.

    - Et n'oublie pas la position latérale de sécurité !

    Bon, une chose de faite. Si je ne faisais pas confiance aux membres du gang, il était tout de même préférable de laisser mon padawan entre leurs mains qu'étendu inconscient sur un champ de bataille. Car ce mince couloir allait en effet rapidement se transformer en cela, s'il ne l'était pas déjà.

    Entièrement fondue dans la Force, je m'apprêtai à utiliser le pouvoir le plus épuisant que je maîtrisais pour en finir rapidement : l'Inertie. Prenant une grande inspiration pour me donner du courage, j'aiguisai mes sens, allumai mon sabre puis ne laissai pas le temps à mes ennemis de se rendre compte de ce qu'il allait se passer. Je profitai de l'effet de surprise pour inverser la gravité, m'attirant donc sur eux. La vitesse et la façon de faire les surprit car j'assommai aisément le premier, simplement en me laissant tomber sur lui. Mes alliés parurent comprendre le message car ils s'éloignèrent pour me laisser plus de place : être la nièce de leur cheffe avait au moins un avantage.

    Je fis ensuite en sorte d'être attirée au plafond et enchaînai immédiatement en tirant sur deux hommes. L'espace exiguë était un avantage pour moi qui était seule et je ne me privai pas pour m'en servir : les adversaires restants subirent une poussée de Force qui les envoya valser les uns sur les autres. Évidemment, certains en réchappèrent et tentèrent de me tirer dessus. Les tirs se heurtèrent toutefois à la barrière violette qu'était mon sabre laser. Ils ne venaient que d'une seule direction alors autant dire que c'était une promenade de santé pour une Jedi Gardienne ayant appris le Soresu. Toutefois, relâcher sa concentration lorsque les choses semblent faciles étant la pire erreur à faire, je fus donc efficace et tâchai de renvoyer les tirs dans leur direction pour éviter des mauvaises surprises. L'un d'eux fut touché de cette manière et les cinq derniers furent mis hors d'état de nuire par des techniques au corps-à-corps très utiles dans les espaces confinés comme celui-ci.

    Quand le dernier adversaire fut enfin incapable de se battre, toute mon énergie se dissipa et je ne pus empêcher mes jambes de me lâcher, tombant lamentablement par terre. Si au moins j'avais pu préserver mon image et ma dignité... La Force ne le voulait vraisemblablement pas.

    - Rejoignez les autres et immobilisez Nal Louyn. Ne faites surtout pas de mal aux représentants, par contre !

    À nouveau, ils m'obéirent et j'en fus soulagée. J'aurais bien aimé que Kinsa soit là : j'étais clairement une incapable en politique. Bon... pour tout avouer, mon ancien maître n'était pas une lumière non plus. Ça devait être pour ça que je n'avais pas trop développé ce côté-là. Que restait-il à faire ? Dénoncer Pankluyn, preuves à l'appui ; arrêter de manière correcte cette assemblée et également dénoncer le politicien ; dédommager les villageois. Ça devait être possible.

    Recommençant peu à peu à récupérer des forces, je me remis lentement sur pieds puis marchai en claudiquant jusqu'au lieu du rendez-vous duquel sortait des voix pour le moins... énervées. Génial. Ça s'annonçait intéressant. En entrant dans la pièce, je découvris avec surprise que ma tante, Adeya, était présente. C'était une bonne surprise : elle se chargea du côté politique à la fois le politicien et le gang, armée d'arguments pertinents que personne ne parvint à contredire. Finalement, grâce à elle, les choses rentrèrent dans l'ordre. Ma présence et le fait que je représente l'Ordre Jedi achevèrent de convaincre les plus sceptiques et le conseil promit de dédommager les villageois. Il était toutefois nécessaire de vérifier leurs dires : je connaissais suffisamment le domaine pour savoir que les promesses étaient rarement respectées, surtout quand il était question d'argent.

    J'aurais pu rester. J'aurais dû rester. Mais à peine la réunion terminée, j'abandonnai le gang Nuixy et sorti dehors afin de retrouver Eno. Toutefois, j'étais bien obligée d'avouer que c'était simplement une manière d'éviter ma tante. Je sentis juste son regard déçu et cette sensation fut probablement la chose la plus horrible de cette mission. La déception était le pire des sentiments qu'une personne pouvait éprouver à l'égard d'une autre.

    Enoliwen était de nouveau conscient et, avant qu'il ne déchaîne un ***illégal*** d'excuses, je le coupai :

    - Ne t'en fais pas. Ça arrive. Tu me raconteras tout en rentrant. En attendant, nous allons retourner au village pour s'assurer que les promesses des politiciens soient tenues : ils doivent dédommager les habitants. Et rassure-toi, les choses vont rentrer dans l'ordre : tu as fait du bon boulot, je te félicite.

    vendredi 29 novembre 2019 - 22:57 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Enoliwen

    Enoliwen

    2597 Crédits

    Un pilote fantôme

    Notre mission touchait à sa fin. Assis dans le cockpit du vaisseau, je regardais le village devenir de plus en plus proche. Nous allions retrouver les villageois, vérifier cette histoire de dédommagements, et je me doutais que Zadyssa allait avoir une petite discussion avec Lenris.

    À notre atterrissage, nous fûmes à nouveau accueillis par les villageois. Cela me rappella notre arrivée, au début de la mission, quand tout était encore confus et que nous n'avions que des ébauches de théorie pour réponses. Ce moment me parut lointain : j'avais découvert de nombreuses choses durant cette aventure, autant au sujet de moi-même qu'au sujet du monde qui m'entourait et dans lequel je devais apprendre à évoluer. Lorsque je lui en fit part, je devinai que cette vision parût un peu étrange à mon maître au regard qu'elle me lança. Mais qu'est-ce qu'un bothan, qui n'avait aperçu les surprises que le monde lui réservait qu'au travers des livres et des légendes pouvait bien y connaître ? Je me rendis compte à ce moment que j'avais grandi dans un cocon isolé du monde extérieur. Certes, cela m'avait protégé des dangers qu'il pouvait y avoir, mais je savais que ma vision du monde était encore bien restreinte. Et s'il y avait quelque chose que je désirais, c'était l'élargir.

    Les villageois se pressaient autour de nous, curieux. Nous répondîmes à quelques unes de leurs questions puis abordâmes le point des dédommagements : quels dégâts, quelle compensation, combien de minerais volés...

    La question réglée, j'allai remercier la famille qui nous avait accueillie pendant que Zadyssa prenait Lenris à part. Je les regardai du coin de l'œil, amusé. Car, si au début ils s'affrontaient à armes égales, je vis rapidement Lenris calmer ses ardeurs et baisser la tête.

    Zadyssa revint vers moi, mi-agacée mi-amusée de la tournure qu'avait prise la discussion. Nous fîmes ensuite nos adieux à la communauté et remontâmes dans le vaisseau pour repartir en direction du second village.

    Dans le vaisseau, je constatai en faisant un rapide bilan que j'étais gobalement content de moi. Je n'avais pas tout réussi avec succès, bien entendu, mais j'estimais m'être amélioré dans certains domaines.

    Cette première mission qui se soldait par une victoire me réjouissait, et j'étais prêt à repartir dès que mon maitre me le proposerait ! Enfin, presque : si j'avais le temps de dormir un peu avant...

    Ce message a été modifié par Enoliwen le mardi 24 décembre 2019 - 11:08

    mardi 24 décembre 2019 - 11:05 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    19320 Crédits Modo

    Nuages Rouges


    Kinsa resta bouche bée. Les données affichées incriminaient Panius de manière accablante.


    Ceno - Panius a tout manigancé. On a ici le contrat de vente, déjà signé. Le montant est astronomique.

    Kinsa - Je n'arrive pas à le croire.


    Le Jedi en armure faisaient défiler les fichiers. L'un d'eux concernait l'accession au sénat de la femme de Panius, en lieu et place de sa sœur. Un projet qui avait dû être accéléré en voulant profiter de la présence des Jedi.


    Ceno - Alors ils comptent vraiment nous mettre ça sur le dos.

    Kinsa - C'est n'importe quoi. Le Lieutenant Taishakuten n'avalera jamais ça. Il viennent de se tirer une balle dans le pieds.

    Ceno - ... Peut-être pas. Il suffirait d'une bonne histoire, d'un holo truqué, ou d'une quelconque preuve falsifiée, comme le dépôt de notre ADN à un endroit précis. Ces requins sont capables de tout.

    Kinsa - Tout ça pour de l'argent...

    Ceno - Quoi qu'il en soit, cette affaire pourrait nous compromettre et déstabiliser l'Ordre Jedi.


    Il désactiva la projection et se redressa, Kinsa en fit de même.


    Kinsa - Et maintenant ?

    Ceno - La partie que tu préfères.

    Kinsa - Un peu d'action!

    Ceno - Il faut qu'on trouve un vaisseau et qu'on ramène ces preuves à Coruscant. Mais traverser la station risque d'être périlleux. Anoléïs et Panius vont tout faire pour nous empêcher de partir.


    Soudain une alarme retentit. Une sirène accompagnée d'une voix de droïde criait depuis les mégaphones du couloir voisin.


    ALERTE ALERTE ! PRISONNIERS EN FUITE ! ALERTE ALERTE !


    Les deux Jedi se regardèrent et partagèrent une légère excitation à travers la Force.


    Kinsa - Ce sera encore plus périlleux maintenant.

    Ceno - Il vaut mieux ne pas traîner ! R8, reste derrière nous !


    Surgissant de leur planque, la padawan Kinsa Talik et Maître Cenovii se retrouvèrent dans le couloir où deux cohortes de droïdes d'assaut s'avançaient pour les prendre en tenaille. Acculé sur deux fronts, les deux Mando-Jedi se positionnèrent dos à dos. En parfaite synchronisation, ils activèrent leur sabre et se mirent en position de combat. Les tirs commencèrent à fuser, les premiers rayons furent annihiler par de multiples parades au sabre. Sous le feu ennemi, les mouvement des Jedi se firent de plus en plus rapides. Petit à petit, ils accentuaient leur lien avec la Force, et à force de concentration, ils purent dévier les tirs suivants sur leurs assaillants. Les droïdes tombèrent un à un en quelques secondes. Ceno brandit sa main et appela sa padawan et son droïde.


    Ceno  - Par ici ! En avant !


    Ils commencèrent à courir pour quitter le cœur de la station et rejoindre les hangars du spatioport le plus proche.


    Kinsa - Hey Maître ! Je parie que c'est aussi cette partie que vous préférez !

    Ceno - ... Reste concentrée !

    vendredi 10 janvier 2020 - 21:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12474 Crédits Modo

    Mission : Lancer de dés
    Participants : Kinsa Talik (Chevalière), Raxar (padawan de Kinsa)

    Une semaine après la conversation que j’avais eu avec Raxar sur la nécessité de contrôler ses pouvoirs, il était enfin temps d’embarquer pour Cantonica. Ces derniers jours n’avaient pas été tendres pour mon padawan : du matin au soir, il avait eu droit à un entraînement intensif couplé à des mises en situation dans la Salle aux Milles Aspects. Parmi ces entraînements comptaient des séances de combat rapproché et de tir de blaster, auxquelles je tenais presque autant que l’entraînement au sabre en ce qui concernait mes apprentis. Après tout, on n’avait pas toujours la possibilité d’utiliser son sabre, et si on se retrouvait au milieu d’une bagarre de bar, mieux valait ne pas faire valdinguer une lame potentiellement mortelle. Un coup de poing bien placé, en revanche…
    - Je me sens prêt à affronter la galaxie entière ! s’était-il exclamé en s’étirant à la fin d’une de nos séances. 
    - Commence par des trafiquants, et après on verra pour la galaxie entière, lançais-je. 
    Je m’étais levée tôt pour préparer l’Arrow et les détails de notre mission. Comme d’habitude, R8 serait de la partie, et je tenais à aller sur Cantonica préparée. C’était Orvi qui s’était occupé de coudre nos tenues, reprenant des anciens vêtements d’Aynor et d’autres Jedi qui avaient laissé des vêtements de la taille de Raxar, pour les rendre à la fois pratiques pour se battre et adaptés au code vestimentaire des casinos. Rien de particulièrement extravagant, pour ne pas nous gêner en cas de combat, mais assez chics pour qu’on se fonde dans la masse. En essayant cette combinaison blanche à cape qui me permettait de dissimuler des armes à l’intérieur grâce à une doublure, je servis un grand sourire à mon ami :
    - Orvi Konshi, tu es un génie.
    - Je sais, je sais. Et là… Tu peux mettre une grenade fumigène, comme tu les aimes. Et évidemment, il y a des protections. Pas aussi solides que du beskar, mais ça fera l’affaire. 
    - Parfait. 
    J’emportais également une tenue plus modeste, celle de civile passe-partout. Je m’occupai également des crédits, et des fausses identités, que je récupérai de mes précédentes missions. Normalement, nous devrions être capables d’esquiver les contrôles, mais on ne savait jamais… Finalement, les préparatifs terminés, je m’installai à bord de l’Arrow avec mon padawan. C’était sa première mission à l’extérieur de Yavin, je devrais donc garder un œil attentif sur lui… Mais je ne me faisais pas de souci. Il était doué, et il avait eu une bonne prof. En voyant son costume, la mâchoire de Raxar se décrocha. 
    - Whoaaaaah, c’est trop classe ! 
    - Tu seras mon assistant, expliquais-je en m’installant dans le cockpit. Essentiellement, ton rôle en public, ce sera de te taire et parfois de me murmurer des choses d’un air soumis. C’est une des meilleures positions : personne ne te regarde et donc tu peux observer tout le monde. 
    - Compris ! 
    - Allez, attache-toi bien. On en a pour un jour de voyage, on aura tout le temps de répéter. 
    Quelques heures auparavant, je lui avais confié un sabre laser d’emprunt, pioché dans les réserves de l’atelier. Ils n’étaient pas aussi personnels et en phase qu’un sabre qu’il aurait fabriqué lui-même, mais il avait le mérite d’exister. De toute manière, je comptais bien l’emmener sur Ilum une fois cette mission terminée. Je me demandais ce que ça donnerait… Souvent, les sabres reflétaient une partie de la personnalité de leur créateur. 
    Vingt-cinq heures et plusieurs parties de Dejarik plus tard, j’entamai la descente sur Cantonica. Mon objectif : la ville décadente de Canto Bight, où se rassemblaient les ordures les plus riches de la galaxie, au détriment de tous ceux qu’ils exploitaient. Mon informateur n’avait pas pu me donner de nom précis, seulement une description générale et un indice : des boucles d’oreilles bien particulières que les membres du cartel portaient comme signe de reconnaissance. Ces boucles d’oreilles étaient en trois dimensions, et représentaient une sorte de plume rubis. Notre premier objectif serait donc d’identifier les personnes qui fréquentaient le casino et qui portaient ces accessoires. Pour la suite, je n’avais pas réellement de plan à part « Improviser sur le moment avec les données qu’on a sur place ». De toute manière, il était inutile de préparer minutieusement un cours d’action à l’avance sans jamais avoir mis les pieds sur le terrain. Mais ça, évidemment, pas question de le dire à Raxar. Cela pourrait lui donner des idées, et l’improvisation était un art bien rodé… D’aucuns pourraient même dire qu’on n’improvisait pas l’improvisation. 
    Avant d’entrer dans le casino, tous deux changés dans nos tenues respectives, je me tournai une dernière fois vers mon padawan pour lui faire un rappel des choses :
    - N’oublie pas. Je suis l’héritière d’un empire financier et tu es mon jeune assistant. Officiellement, tu es ici sur la demande de mon père pour surveiller que je ne fasse pas trop de bêtises. Officieusement, tu as tout aussi envie de t’amuser que moi. Compris ? Si quelqu’un te parle, surtout un autre assistant, prends cet air que tu as quand tu crois que je ne te vois pas commérer avec les autres padawans.
    - …Naaan, je pensais avoir été discret…
    - On en reparlera plus tard, repris-je. Tu as bien tout en tête en ce qui concerne le casino ? Et surtout, surtout… Ne te laisse pas entraîner dans des choses stupides. Pars du principe que toutes les personnes ici sont pourries jusqu’à la moelle et qu’elles ne veulent pas ton bien. Parce que c’est sûrement le cas.
    Il hocha la tête. Rassurée, je m’avançai et entrai dans le casino, où une musique entraînante était jouée, mon padawan sur les talons. Place au « trouvez les boucles d’oreilles ». 



    dimanche 16 février 2020 - 20:30 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar NewAlx

    NewAlx

    196 Crédits

    MISSION : Infiltration sur Canto Bight

    PARTICIPANTS : Kinsa Talik (Chevalière Jedi), Raxar (Padawan de Kinsa)


    KINSA : Voilà, Canto Bight. La ville des vices, de l’argent et de la cruauté. Ne te fie à personne, et ne te fais pas remarquer. Sachant que tu ne pourras pas tenir la seconde condition, intègre la première. Avec un peu de chance, il n’y aura pas trop de casse. Blaster ?


    RAXAR : Prêt et paré. Je me sentirais plus à l’aise avec un sabre, mais une leçon reste une leçon. Et je déteste ces habits. On dirait un vendeur d’esclaves, c’est humiliant.


    KINSA : Ne te laisse pas déstabiliser. Aie confiance en ton Maître, et en la Force. Canto Bight est un pivot central des ventes illégales, des esclaves comme des animaux et bien sûr, de l’équipement de guerre. Des vaisseaux transitent ici, des croiseurs stellaires et des armes interdites dans plusieurs systèmes. Il faut que cela cesse, nous ne voulons pas de nouveaux innocents pris dans des feux croisés à cause de quelques pièces. On se croirait presque revenus au temps de l’Empire.


    RAXAR : Ah. Est-ce que tu penses que… les Sith ?


    KINSA : Ceci n’est ni le moment, ni l’endroit, mon jeune Padawan. Restons concentré, et tout devrait bien se passer.


    RAXAR : Ouais. Au pire, misons tout sur le noir ?


    Avec un léger sourire, Kinsa actionna l’ouverture de la porte du vaisseau. Face à eux, un gigantesque amas de palaces s’offrait à leurs yeux, avec ce fond de bruit, de crasse et de lumière vive. Kinsa s’avança d’un pas royal, collant à son personnage. Raxar la suivait, droit et tendu, le regard fixe à l’horizon, tel un serviteur des plus loyal. Ensemble, ils pénétrèrent dans la cité-casino, passant devant des centaines de machines, des milliers de joueurs désespérés ou non, et les tintements infernaux des pièces tombant sans arrêt. Sans s’arrêter, sûre d’elle, Kinsa avança à travers les longs espaces, suivi par son fidèle Padawan. Finalement, ils arrivèrent dans un espace gigantesque, où un bar trône en son centre. Autour, ce sont de gigantesques tables de jeu qui sont animées par le brouhaha incessants des riches s’adonnant à leurs jeux pittoresques.


    KINSA : Très bien, Vadam, je te laisse quartier libre. Tu n’as pas intérêt à décevoir la Maison Bol’n Han !


    RAXAR, en s’inclinant : Bien Maîtresse.


    Raxar se dirigea vers la table la plus proche, qui propose un jeu qu’il a déjà eu l’occasion d’expérimenter maintes fois à bord du croiseur pirate « Le Gottferdom », à savoir le Biblon. Il s’agit tout simplement de miser sur une carte, et espèrer qu’elle sorte sur trois tentatives. Plus on mise gros, plus on devient un joueur important. D’aucun dirait qu’il s’agit purement de hasard, mais une bonne stratégie peut s’avérer payante. Raxar s’assit comfortablement à un siège libre, et jauge du regard ses adversaires. Un riche marchand, un Pro’tek des Contrées Glacées, une Dominatrix et un homme, simple, vêtu d’habits très banals. Raxar est tout de suite intrigué par ce personnage, comme s’il se cachait derrière quelque chose d’autre que son apparence des plus normales. Trop normale peut-être. Pendant que Raxar triait ses gains, il en profita pour regarder au niveau des oreilles de l’individu, et découvrit un trou. S’il portait une boucle d’oreille, il l’a retiré, et c’est plutôt bon signe dans la quête du Padawan.


    RAXAR, dans sa tête : Bon. Inutile de vendre la peau du Wookie avant de l’avoir tué, il faut jouer prudemment.


    La partie commença, et Raxar débuta en prenant la parole.


    RAXAR : Allez, je mise tout sur le Carré d’Or ! À quoi bon être riche si ce n’est pas pour en profiter hein !


    Il regarda autour de lui, et parla à ses adversaires de manière complice.


    RAXAR : Tout du moins, ma Maîtresse est riche, mais ce qu’elle ne sait pas ne peut pas la ruiner, n’est-ce pas mes braves ?!


    MARCHAND : Ha ha ha, ce n’est pas faux mon p’tit. Tu es bien insolent pour un valet aussi jeune, mais bon. Voyons ce que tu vaux !


    Tous regardèrent le centre de la table, où un magnifique Carré d’Or est tiré. Raxar jubila, prit ses gains et regarda ses adversaires.


    RAXAR : La chance du débutant sûrement ? Je devrais peut-être vous laisser et aller tenter ma chance dans un marché plus… lucratif.


    Il les observa d’un air entendu, avec un grand sourire. La Dominatrix le regarda avec un air étrangement morbide, le marchand se contentent de rigoler alors que l’humain lui, le dévisagea d’un air songeur. « Je te tiens mon gars ! » pensa Raxar, sans trop se découvrir sur son visage. Pendant que la partie avançait tranquillement, Raxar commanda une boisson pour poursuivre son jeu. Quelques instants plus tard, un droïde vint lui servir un verre. Alors qu’il approcha le verre de sa bouche, Raxar se rendit compte que ce n’était pas ce qu’il avait commandé, et qu’il avait eu le droit à un simple jus. En regardant discrètement aux alentours, il vit Kinsa le regardant, levant le verre alcoolisé qu’il avait commandé en guise de salut et qui le jeta par-dessus son épaule. Raxar n’eut pas le temps de lui faire une grimace des plus cachées, puisque sous son jus se trouvait un morceau de papier, lui intimant l’ordre de quitter la table et d’aller en direction du balcon.


    RAXAR : Mes très chers amis, je suis navré mais… Non en fait je ne le suis pas, je me suis suffisamment enrichi sur vos dos, il est temps pour moi de reprendre ma dure et juste place de valet. Si vous voulez bien m’excuser.


    Sous les regards noirs des joueurs, Raxar s’éclipsa, et se dirigea vers le balcon, feintant d’admirer le paysage. Quelques instants plus tard, un objet froid et dur vint se braquer contre son dos, tandis qu’une haleine fétide lui ordonna de ne plus bouger.


    RAXAR : J’espère vraiment de tout cœur que c’est un blaster que je sens dans mon dos.


    INCONNU : Retourne-toi.


    Raxar s’ordonna, et se retrouva face au joueur de tout à l’heure, qui pointait bien un blaster caché sous sa cape.


    RAXAR : Ouuf. C’est un blaster, je suis rassuré. 


    INCONNU : Tu… Tu es rassuré par un blaster ? Enfin non, ferme-la et écoute. T’es qu’un larbin, qui pète plus haut que ses chausses, mais je vois que t’es pas trop con et que t’as de la maille. Donc…


    RAXAR : « De la maille » ! Bah mon vieux, tu sors de quelle époque ?


    INCONNU, en pressant encore plus le blaster, d’un air menaçant : Ferme-là j’ai dit ! Je te laisse une heure pour que ta Maîtresse me retrouve dans la ruelle du Grabalx Fumé. J’pense qu’elle sera très intéressée par un p’tit business maison. Mais si tu te pointes pas ou que y a une embrouille, j’arrache ta p’tite tête de ton corps. T’as compris ?


    RAXAR : Une heure. Le Grabalx Fumé. La ruelle. C’est noté. Autre chose ?


    INCONNU, en rangeant son arme : T’as peur de rien hein gamin ?! Crois-moi, ça te jouera des tours un d’ces quatre. Allez. Dégage.


    Raxar s’éclipsa, et se dirigea vers la dernière position connue de Kinsa. Accoudée au bar central, elle était assise et n’avait pas eu de visuel sur la petite altercation sur le balcon. Après lui avoir tout raconté, Kinsa acquiesça de la tête.


    KINSA : Bon boulot Raxar. On en tient un, et avec suffisamment de chance, il nous conduira à la troupe entière, et aux caches. Tu te sens prêt ? Ça risque d’être sportif vu l’attitude du bonhomme. 


    RAXAR : Oui, ne t’inquiète pas. La Force est avec nous, et j’ai très hâte de lui montrer ce que le « p’tit » va faire à son anatomie.


    KINSA : Un bon raisonnement. Ton Maître ne serait pas de Mandalore à tout hasard ?


    RAXAR, avec un regard complice : Oh, si vous saviez Madame.


    Ils se regardèrent et échangèrent un éclat de rire avant de quitter le casino. Pendant une heure, ils déambulèrent prudemment dans les rues de la gigantesque cité, avant de finalement arriver dans la ruelle bordant le Grabalx Fumé. Ils attendirent quelques minutes avant que plusieurs silhouettes sombres ne parvinrent du bout de la rue.


    KINSA : C’est parti. Sois prêt. Il faut absolument tenir la discussion et les embobiner.


    Elle avança d’un pas décidé, et se prépara à parler quand les mots lui restèrent coincés dans la gorge. En face d’elle, leader de la troupe et celui qui a menacé Raxar de son blaster, l’inconnu plutôt connu. Il s’agit d’Anji, une ancienne connaissance de la Mandalorienne.


    ANJI : LYN !!!


    KINSA : ANJI !


    RAXAR, en arrivant : RAXAR ! Les regards se tournent vers lui. Nan désolé, c’était trop tentant.


    KINSA : La galaxie est bien trop petite décidément. Je vois que…


    Elle n’a pas le temps de finir sa phrase qu’Anji décocha un coup de blaster dans sa direction, qu’elle esquiva tout juste. Elle sortit le sien et regarda Raxar, qui avait déjà commencé à tirer vers les bandits.


    RAXAR : On va voir ce qu’il te dit le « p’tit », Angine !


    KINSA : Anji ! Et canalise-toi, tu n’es plus un bandit mais un Padawan Jedi !


    RAXAR, rougissant : Oui, pardonne-moi.


    À partir de ce moment, le Maître et le Padawan agirent de concert, se rappelant des entraînements, en faisant confiance à la Force. Chaque tir de Kinsa faisait mouche, et elle parvint sans mal à mettre définitivement à terre deux des cinq ennemis. Raxar, quant à lui, s’occupa des deux restants, avant de se tourner vers Anji. Dépassé par les événements, ce-dernier se mit à fuir à toutes jambes.


    KINSA : JE LE CONTOURNE, PARS À SES TROUSSES !


    En entamant sa course, Raxar ne put s’empêcher de lâcher par-dessus son épaule :


    RAXAR : PLUS PERSONNE NE DIT « AUX TROUSSES » MAÎTRE !!!


    Il courut à travers les ruelles sales de la cité, sans perdre de vue Anji qui le devançait de quelques dizaines de mètres seulement. Raxar sauta par-dessus une caisse posée au sol, bouscula plusieurs passants et arriva dans une rue gigantesque, faisant office de marché. Alors que sa cible se mouvait facilement, connaissant l’endroit comme sa poche, Raxar décida d’une approche plus… raxarienne. Il sauta sur le toit d’une petite boutique, et sauta ensuite de bâtisse en bâtisse sans perdre de vue le bandit. Au bout de la rue, Anji débarqua sur un chemin de promenade bordant une falaise de quelques mètres surplombant la plage. Il n’eut pas le temps de décider quel chemin prendre que Raxar le ceintura au niveau de la taille, et ils chutèrent tous deux sur la plage. Un peu sonnés, les deux adversaires se relevèrent et se jaugèrent du regard avant de se mettre en posture de combat. Anji attaqua le premier, avec une feinte, en attaquant du poing droit mais en visant réellement avec sa jambe. Raxar n’eut aucun mal à éviter l’attaque, et asséna un direct dans le visage du bandit avant de lui couper les jambes avec une prise que Kinsa lui avait appris. Une fois à terre, Anji se fit attaquer de tous côté par ce jeune imbécile qu’il n’avait pas pris assez au sérieux. Raxar se releva, et Anji comprit tout de suite qu’il venait de se faire rosser de la même manière qu’un an auparavant par une certaine Mandalorienne. Avant de recevoir le coup qui le mettrait au tapis pour un moment, il eut le temps de placer un pathétique :


    ANJI : Non, pas encore !


    Raxar étira ses membres, encore un peu fourbu de la chute et du combat. Il estimait s’être bien débrouillé. Quatre bandits éliminés et un au tapis après une spectaculaire course-poursuite. Et il n’avait pas eu besoin de la Force, ou de son Maître.


    KINSA : Félicitations.


    La Jedi était assiste au bord de la falaise, au-dessus de Raxar. Elle avait un fruit à la main, et elle le mangeait tranquillement.


    RAXAR : Oh non. Non non non ! Pas ça !


    KINSA, avec un sourire carnassier : Quoi donc jeune Padawan ?


    RAXAR : Tu es là depuis le début. Tu m’as vu combattre. Tu savais que ça allait se passer comme ça !


    KINSA : Oui, c’est vrai. Je n’avais pas prévu que ce cher Anji serait de la partie néanmoins. Mais pendant que tu poursuivais et mettais à terre notre cher ami, j’ai pris le soin de détruire leur vaisseau et leur marchandise. En toute discrétion bien sûr, ce que tu n’appréhendes guère puisque tout le marché a pu voir tes magnifiques prouesses. Mais cela reste un excellent travail, et tu t’es bien débrouillé.


    RAXAR : Ah. Bon. Bah euh… Ouais. J’ai rien à dire.


    KINSA, en souriant : Tant mieux ! Garde ton énergie pour aller chercher le vaisseau ! Je t’attends ici, ce fruit est délicieux !


    RAXAR : … Je te hais. Et lui ? en pointant Anji du doigt


    KINSA : Je vais le déposer dans une ruelle abandonnée. Sans vaisseau, sans équipage et avec la raclée qu’il a prise, il devrait se faire discret quelques temps, jusqu’au jour où ton Padawan lui remettra les idées en place !


    Raxar s’éloigna, en marmonnant dans sa barbe, mais elle savait qu’il s’était amusé et que tout ceci n’était que de la comédie. Elle avait encore des choses à lui transmettre, mais elle avait hâte. Raxar était décidément un Padawan prometteur et intéressant. Et ce fruit était vraiment très bon.



    jeudi 19 mars 2020 - 18:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12474 Crédits Modo

    Mission : Dés jetés

    Faire exploser de la marchandise illégale, c’était bien mignon, mais cela n’était qu’un petit pas vers notre objectif. Cela avait été une surprise de revoir Anji… Comme quoi, la carrière de terroriste nationaliste offrait beaucoup de débouchés. Mais étant la manière dont il s’était fait battre par un simple padawan – même si c’était le mien – il était loin d’être la tête de l’organisation. D’abord parce qu’il semblait ne pas en être capable, et ensuite parce que sinon, il aurait été protégé par au moins un ou deux gardes du corps. Cependant, pour avoir proposé un deal… Il ne devait pas être un vulgaire homme de main. Autrement dit, c’était tout de même une source d’informations précieuses.

    Peu d’humeur à attendre patiemment qu’il reprenne conscience de manière naturelle, j’accélérai le processus par l’intermédiaire d’une bonne paire de claques qu’il méritait de toute manière. Me redressant et m’appuyant contre un des murs de la ruelle, je le vis s’éveiller et poser un regard effrayé sur moi. Ce n’était pas sa journée…

    - Alors, Anji, qu’est-ce que ça fait de se faire botter les fesses par deux générations de Jedi en l’espace de quelques mois ?
    - Très drôle…
    - Pour moi ? Très. Bon. Tu sais pourquoi je suis là, j’imagine, alors je vais pas m’embarrasser de grands discours. Des infos sur tes patrons, comment les atteindre, etc… Et peut-être que tu ne retourneras pas en prison. 

    J’eus un sourire et m’accroupit. Anji et moi devions avoir sensiblement le même âge, mais son apparence habituellement soignée le vieillissait de quelques années. Seulement, maintenant, après avoir été défait, ses habits et sa coiffure avaient été mis en désordre, révélant sa jeunesse. Ce type-là n’était pas très fort d’esprit : un peu de pression, et il craquerait. 

    - Je suis sûre que les autorités de Sesid se demandent où tu es passé… Et c’était une planète sympa, ça ne me dérangerait pas du tout d’y faire un saut. Donc… Ton choix. Tu as trente secondes. Un… Deux…

    Je commençai à compter à voix haute. Au moment où j’arrivai à vingt, il se redressa soudain, une lame à la main, et la lança. Son expression lorsqu’il réalisa que j’avais attrapé sa dague en plein vol n’avait pas de prix : je laissai échapper un petit rire en jetant loin de nous l’arme.

    - Anji, Anji… Même la première fois, tu n’as pas réussi. Donc, tu préfères Sesid ?
    - Non ! Je te dirai ce que tu veux ! 

    Je croisai les bras.

    - Je t’écoute. 

    Quelques minutes plus tard, je quittai la ruelle tandis qu’Anji détalait le plus rapidement possible. Parfois, je me demandais sérieusement si je faisais aussi peur que ça… Peut-être était-ce le contraste entre mon apparence inoffensive et mon attitude menaçante dans ces situations-là. Mentalement, je notai de le demander à Zadyssa ou à Shina, alors que je rejoignais mon padawan. 

    - Du coup, c’est quoi la suite ? me demanda Raxar, déjà prêt à enchaîner. 
    - J’ai une localisation pour un rassemblement des têtes de ce cartel, ce soir. Le seul problème… C’est que ce n’est pas au casino, mais dans son aile la plus illégale. Autrement dit, très bien gardée et je ne risquerai pas de débarquer là en faisant usage de nos poings. 
    - Déçue, maître ?
    - Toujours. La salle n’est accessible que pour ceux qui l’ont réservée, j’ai donc besoin que nous soyons sur cette liste. 

    Plongée dans ma réflexion, je commençai à faire les cent pas, jouant inconsciemment avec la cape de ma combinaison. Je n’étais pas très douée en ce qui concernait les réseaux, mais R8 en revanche… Mais faire entrer un droïde astromech dans un casino aussi prestigieux serait bien trop suspect. Non, nous allions devoir faire sans lui. Par contre, ce qui devait être accessible en se servant de la persuasion de la Force, c’était justement les endroits où cette liste était détenue. Si nous arrivions à y pénétrer, il serait possible de la modifier pour m’inclure… Mais les gens me reconnaîtraient : une Twi’lek était beaucoup moins courante qu’un jeune humain. Je jetai un coup d’œil en coin à Raxar. J’hésitais à lui confier une tâche aussi incertaine… S’il se faisait prendre, je ne savais pas s’il arriverait à s’en sortir. D’un autre côté, cette mission n’avait-elle pas pour but de le mettre en situation ? Je n’avais jamais été du genre à surprotéger mes padawans. Finalement, je me tournai vers lui :

    - Ta couverture de valet va encore être utile…

    Rapidement, je lui expliquai le plan. Il fallait que je fasse confiance à mon padawan : il était débrouillard, et ce n’était ni la première ni la dernière fois qu’il s’exposerait au risque. 

    - Tu ressembles à Orvi, tu blablates très bien les gens, conclus-je. En plus, personne ne se méfie des pauvres petits assistants. Sois juste prudent, et tâche d’étendre tes perceptions. Et si besoin, tu as ton blaster. De toute manière, on restera en contact, j’interviendrai si ça tourne mal.
    - D’accord, d’accord ! Mais ça ira, je compte pas me faire prendre. 

    Je tendis un appareil de communication à Raxar, une sorte d’oreillette reliée à mon comlink, et mon padawan s’éloigna joyeusement, ravi qu’on lui ait confié encore une tâche. Pour ma part… Il ne me restait qu’à attendre qu’il me confirme avoir réussi. 

    Tout va bien se passer, Kinsa… Arrête de le couver… C’est pas un gamin… Tu risquais ta vie sur le champ de bataille plus jeune que ça…

    Enfin, à proprement parler, avec dix-sept ans, Raxar était encore un gamin selon les standards galactiques. Chez les Mandaloriens, j’étais considérée comme adulte depuis mes treize ans, mais c’était une autre histoire. Mais je ne pouvais m’empêcher de m’inquiéter pour mes padawans à chaque fois qu’ils s’éloignaient de moi, surtout lors de leur première mission. C’était un peu comme lâcher un oisillon dans le vrai monde… Même si cet oisillon-là connaissait déjà bien le monde.

    Mais évidemment, comme les choses ne se passaient jamais comme prévu… Je m’étais tranquillement retirée dans l’Arrow lorsqu’une voix s’éleva dans mon comlink. Une voix qui n’était certainement pas celle de Raxar.

    - Qui que vous soyez… On a attrapé votre homme de main. Vous voulez le récupérer ?

    lundi 06 avril 2020 - 19:43 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar NewAlx

    NewAlx

    196 Crédits

    Raxar était coincé dans une salle sombre, sans rien à portée de main. Pour la trente-septième fois consécutive il pesta contre lui-même, retraçant le parcours qui l’avait conduit dans cette fâcheuse position. 


    En quittant Kinsa, il avait le sourire aux lèvres. Il avait vaincu le fuyard, prouvé une fois encore qu’il progressait sur la Voie, et maintenant il avait une responsabilité supplémentaire puisqu’il devait infiltrer la base ennemie, en trouvant son emplacement. Revenu au casino, il fut ravi de voir que personne ne faisait attention à lui et qu’aucune alarme n’avait été donnée. Pendant qu’il plaçait quelques paris à droite à gauche, il attendait patiemment les associés d’Anji, en regardant chaque oreille en espérant voir la fameuse marque distinctive du cartel. Après une heure à gagner quelques gains (décidément, la soirée s’annonçait parfaite), Raxar vit enfin ce qu’il cherchait. Un groupe d’hommes, plutôt massifs et le regard fuyant, se dirigeant d’une allure soutenue vers une zone isolée. Décidant de ne pas laisser passer sa chance, le Padawan se mit à les suivre, feignant de regarder les environs comme un touriste émerveillé. Il les suivit jusqu’à une porte automatique terne, où un symbole étrange était peint dessus, sûrement une indication de danger incitant les joueurs à passer leur chemin. Trois hommes rentrèrent à la suite, et le quatrième, en bon dernier, se retourna pour vérifier que personne ne les suivait. Son regard s’attarda légèrement sur Raxar, qui était penché sur un aquarium regorgeant de créatures étranges, et décida en son for intérieur que ce jeune valet ne posait aucun problème. La porte se referma et Raxar agit en une fraction de seconde, usant des leçons apportées par son Maître. Il ferma les yeux et élargit sa conscience, utilisant la Force pour maintenir la porte assez ouverte pour qu’elle ne se verrouille pas mais qu’elle n’attire pas non plus l’attention. La concentration était ardue, et c’est avec horreur qu’il constata qu’à nouveau la Force ne lui obéissait pas complètement. Avec une telle puissance il faillit ouvrir la porte toute entière, mais il se força à se concentrer, à trouver son for intérieur et il parvint à faire ce qu’il voulait. Il s’approcha discrètement de la porte tout en maintenant sa concentration, fit glisser un doigt dans l’interstice et ouvrit la porte suffisamment pour passer.


    Une fois de l’autre côté, il entendit le bruit de la fermeture et analysa l’endroit. Il savait que si Kinsa était là, elle aurait été fière de lui. Mais l’heure n’était pas aux encensements, il avait une mission à opérer. Il suivait un long couloir mal éclairé, guettant le moindre son ou mouvement. Il arriva face à plusieurs portes, et Raxar préféra mener une action plus discrète. Se souvenant d’une excursions dans des thermes féminins quelques années auparavant (ce souvenir ne parviendrait jamais aux oreilles de Kinsa, si le jeune Padawan voulait rester en bonne santé), il chercha l’entrée d’une bouche d’aération. Il en trouva une plus loin dans le couloir, au plafond. Il retira la grille à l’aide de la Force, et continua d’en user pour sauter à l’intérieur du conduit qui avait l’avantage d’être assez spacieux pour qu’il y avance accroupi. Les bords étaient sales et rouillés, mais il progressa le plus discrètement possible jusqu’à entendre des éclats de voix. Il arriva face à une nouvelle grille qui donnait sur une salle de réunion, où plusieurs personnes étaient assemblées autour d’une table où se mêlaient des cartes, des sous et des armes. Raxar écoutait du mieux qu’il pouvait, mais le tout se révélait plutôt banal et sans intérêt. Des bénéfices, des livraisons… Rien de concret, pas de date ou de nom. Alors qu’il pensait à faire marche arrière pour trouver une autre salle, il sentit le tuyau céder sous son poids et il atterrit au milieu de la table, la brisant littéralement. Les sous s’envolèrent dans tous les sens et les bandits, surpris, reculèrent tous d’un pas tout en sortant leurs blasters qu’ils pointèrent sur Raxar. Reprenant ses esprits, ce-dernier savait qu’il n’avait que quelques secondes avant de perdre la vie. D’abord, une diversion.


    RAXAR, en prenant une carte sous ses fesses : Ah parfait. C’est ce que je cherchais. Merci, au revoir !


    Il se releva, comme s’il venait juste de récupérer un livre dans une bibliothèque et se satisfait de l’effet escompté. Encore sous le coup de la surprise, les bandits ne savaient pas trop comment réagir, surtout que l’intrus était jeune. C’est là que Raxar frappa, usant de la Force pour repousser tous les ennemis. Sous le coup de l’adrénaline il y alla un peu fort et propulsa tout le monde contre les murs. Un bandit passa même à travers, faisant un fracas épouvantable. Plus loin, Raxar entendit des chaises racler le sol et des pas précipités. Il savait qu’il n’avait plus beaucoup de temps, ainsi il se précipita vers la porte, l’ouvrit avec force et se mit à courir dans le couloir. Les bandits étaient juste derrière lui, ils les entendaient mais ne voulait pas se retourner pour ne pas perdre son avance. Puis, il ressentit une douleur atroce dans le dos, comprenant qu’il venait de recevoir un tir électrifié. Il s’écroula en tremblant pendant que ses poursuivants l’encerclèrent avec rapidité.


    BANDIT : Pourquoi l’avoir neutralisé ? Faut le tuer !


    BANDIT 2 : Tu rigoles ? Tu as vu ce qu’il a fait aux autres ? C’est un Jedi ! Tu sais ce que ça vaut ? Je connais un Hutt qui organise des combats clandestins. Il nous paierait un pont d’or pour un Jedi.


    RAXAR, en tremblotant et d’une voix faible : Je suis trop cher pour lui.


    Ce fut la dernière phrase qu’il prononça avant de voir une chaussure approcher de son visage à une vitesse bien trop rapide.


    Dans sa cellule sombre, Raxar devait maintenant sortir et prévenir Kinsa. Il pensait que ses ravisseurs avaient déjà établi un contact puisque son transpondeur n’était plus en sa possession, mais il ne voulait surtout pas être une demoiselle en détresse. Son occasion pointa le bout de son nez lorsqu’un ravisseur, pensant Raxar endormi, vint déposer la collation. Lorsque le bandit regarda vers Raxar, il ne comprit pas qu’il s’agissait d’un leurre fait de couette modelée, et ne se rappellerait pas ce coup atroce porté dans son dos qui le mit à terre de suite. Raxar devait réfléchir vite. Il était au fin fond de la base ennemie, en ressortir indemne était suicidaire. Néanmoins, il savait comment réussir son tout nouveau plan. Déambulant dans les couloirs, et en évitant les quelques bandits sur sa route, il parvint enfin à la salle qu’il cherchait, la salle remplie d’armes et d’explosifs. Face à une caisse de micro-mines, un grand sourire diabolique s’afficha sur son visage.


    Kinsa déambulait dans les rues de Canto Bight pour aller au rendez-vous proposé par le ravisseur de Raxar. Son plan était à peu près en place, mais elle devait avant tout veiller à la sécurité de son Padawan. Elle fut tirée de ses pensées par un bruit gigantesque, et au loin, dans une aile du casino, tout le monde vit de multiples explosions colorées, des feux d’artifice volant vers le ciel et de nombreuses détonations. Alors que tout le monde était encore sous le coup de la surprise, Kinsa s’élança la main sur son sabre et un sourire à la main. Décidément, Raxar était plein de surprises.



    dimanche 14 juin 2020 - 15:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12474 Crédits Modo

    Alors que je préparais une rescousse pour mon padawan qui s’était manifestement fait coincer, je constatai bien vite qu’il avait réussi à se sauver tout seul. Car je ne doutais pas de qui provenaient ces jolis feux d’artifices…
    - Hé bien, Raxar, tu passes trop de temps avec une Mandalorienne, tu commences à faire exploser des trucs maintenant, souriai-je.
    En tout cas, mes plans s’en retrouvaient changés. Au lieu de me rendre au lieu de rendez-vous, je pris au contraire la direction de l’endroit d’où provenaient ces explosions colorées. Si mes suppositions étaient correctes, j’y trouverais un padawan Jedi qui attendait du renfort. Il allait sans dire que les renforts arrivaient. Usant de la vitesse de Force, je fonçai à travers les diverses ruelles et finis par atteindre ma destination en quelques minutes. Raxar n’y était pas seul : il faisait face à plusieurs racailles qui l’encerclait. Apparemment, j’arrivais au bon moment…
    Rapidement, je scannai mon environnement et leur armement et fis la distinction entre deux types de bandits. Une partie d’entre eux n’était équipé que d’un armement standard, tandis que cinq d’entre eux étaient en possession de blasters qui avaient été interdits peu après la guerre. Dans le même temps, j’analysais leurs espèces respectives pour déceler d’éventuelles faiblesses à exploiter ou au contraire des zones où je ne devrais pas m’attaquer. On sous-estimait le travail du combattant de passer des heures dans les archives pour étudier les spécificités des différentes espèces et des armes…
    - Hey les gars, c’est pas un peu illégal ça ?
    J’interceptai le regard de Raxar et lui fis un signe, avant d’éjecter avec la Force les armes potentiellement les plus dangereuses. Celles-ci roulèrent sur le sol et je mis un point d’honneur à les repousser dans un coin de la pièce. Pour la suite, je m’immergeai rapidement dans la Force. Ce qui était une technique de Soresu pouvait très bien être appliqué au combat rapproché… Une fois dans cet état de prescience, les mouvements de mes adversaires m’apparaissaient clairs et limpides, voire extrêmement prévisibles. Ainsi, j’esquivai quelques tirs pour m’approcher des bandits et casser quelques nez au passage. Alors que je retournais un de ceux qui avaient les blasters illégaux, j’apostrophai mon padawan :
    - Bouge-toi les fesses et aide-moi !
    Il ne se fit pas prier et profita des ouvertures créées pour mettre en application mes enseignements. Une minute plus tard, nous étions entourés d’hommes de main KO et je me frottais les mains. Après m’être étirée, je me tournais vers Raxar :
    - Je t’avais dit qu’à chaque fois mes infiltrations se finissaient en baston ou pas ?
    - Non, mais ça m’étonne pas, répondit-il avec un demi-sourire.
    - Ouais, ouais, je sais. C’est mon côté Mando.
    Je m’accroupit et fouillai dans la veste d’un des bandits les plus hauts gradés. Quelques secondes plus tard, j’en sorti triomphalement une carte de laisser-passer. Ce n’était qu’un rectangle bleu foncé avec un symbole gravé dessus, mais c’était probablement ce qui nous laisserait accès à la fameuse pièce de réunion. En attendant… C’était l’heure du photoshoot !
    - Qu’est-ce que tu fais ?
    -Je prends des holo-images, expliquais-je. Tu vois ces blasters, là ? Ils sont interdits sur le territoire. Ce qui signifie qu’ils ne devraient pas être là, d’autant plus que la manufacture a l’air assez récente. Pas de traces de combat antérieurs… Ils n’ont pas été rechargés plus d’une fois, ça c’est sûr. Au fait, trouve-toi un qui est à ta taille. On va leur piquer leurs vêtements.
    Je fis tourner la carte dans ma main et avisai une des seules femmes que j’avais combattues, une Zeltronne. Bien qu’elle aie un peu plus de formes que moi, il suffirait de cintrer un peu ce qui était plus ample. De toute manière, je n’avais pas le choix : sinon, ils étaient tous plus grands que moi. De son côté, Raxar, qui me dépassait d’une quinzaine de centimètres, jeta son dévolu sur les vêtements d’un bandit de sa taille.
    - Bande de grands…grommelai-je.
    - Pourquoi, maître, complexée ?
    Je le pointai du doigt :
    - Ma taille est parfaitement normale pour mon espèce, merci bien. En plus… Tu ferais mieux de faire attention à tes paroles, si tu ne veux pas te retrouver avec cent pompes à faire dans le vaisseau.
    - Cent pompes ? Faciiiile…
    - Vraiment ? Alors deux cent burpees et trois cent rameurs quand la mission sera finie. Oh, et tu me feras aussi une heure de cadence de sabre, si c’est si facile.
    - Qu…Quoiiii ?
    Alors que j’ajustais une dernière fois mon « uniforme », mon padawan pâlit. Sans dire un mot, je me dirigeai vers la porte et respirai un bon coup : c’était le moment de la suite de la baston mandatoire par laquelle finissaient invariablement mes missions. Ce n’était pas pour rien que j’étais une Gardienne… S’ils avaient voulu un diplomate ou un espion, ils auraient envoyé un autre Jedi, mais tout le monde avait conscience que c’était inutile. J’étais bien placée pour savoir que certaines situation requéraient l’usage de la force, raisonnée bien sûr. Trottinant derrière moi dans le couloir obscur, Raxar demanda, hésitant :
    - Tu plaisantais, pas vrai ?
    - Peut-être. Ou peut-être pas.
    Un soupir de désespoir se fit entendre derrière moi. Bien sûr, je ne comptais pas punir Raxar pour si peu, mais c’était particulièrement drôle de le faire marcher. Il tombait dans le piège à chaque fois… Sans doute parce qu’il savait que j’en étais capable.
    Grâce à notre habillement, personne ne nous importuna jusqu’à ce que nous arrivions devant la salle où les grands pontes étaient en réunion. Par chance, elle n’était surveillée que par un seul garde, mais un garde qui se trouvait être un Wookie. Ledit Wookiee faisant facilement plus de soixante centimètres de plus que moi, je jugeai que l’utilisation de la force brute n’était pas forcément le choix le plus raisonnable – ne jamais énerver un Wookiee, comme Ange avait l’habitude de dire – et optai pour une solution qui me ressemblait assez peu : l’étourdissement de Force. Les pouvoirs psychiques n’étaient pas mon fort, mais je maîtrisais tout de même les bases. Ou alors… Je me tournai vers Raxar :
    - Qu’est-ce que tu dirais d’étourdir ce Wookiee ? Ou de le persuader de quitter ton poste, comme tu veux.
    Il parut pensif un instant, puis s’avança vers le garde, prononça quelques mots, et quelques secondes plus tard, le mastodonte été parti conduire une enquête sur des intrus dans le garage. Bien, bien… Utiliser une part de vérité était toujours plus efficace. Ravie, je tapotai l’épaule de mon padawan pour le féliciter, puis collai la carte récupérée sur le lecteur. Aucun effet. Je réessayais, sans succès. Visiblement, cette zone était aussi interdite aux subalternes… Cela coïncidait avec ce qu’Anji m’avait raconté, mais au moins j’aurais essayé.
    Comment faire, comment faire…
    Une idée me vint. Si j’arrivais à percevoir la nature de la serrure… Je l’avais déjà fait, avec des systèmes plus simples. Et si j’avais de la chance… Bingo. Il y avait des lunettes à rayons X dans les vêtements de la Zeltronne. Ils étaient de moins bonne qualité que la vision que j’avais avec mon casque, mais ils suffiraient amplement. Grâce à eux, je pus visualiser le mécanisme et à le manipuler avec la Force, méticuleusement. Une seule erreur et je devrais tout recommencer…
    La porte s’ouvrit sur une bonne dizaine des personnes qui devaient compter parmi les plus huppées que j’avais rencontré dans ma vie. Eux ne se préoccupaient certainement pas de cacher leurs richesses. Je n’avais rien contre les riches qui avaient gagné leur argent honnêtement, mais ce genre de trafiquants me donnaient envie de vomir. D’un mouvement désinvolte, je m’étirai.
    - Coucou. Vous êtes tous en état d’arrestation, blablabla. Je me présente, je m’appelle Kinsa Talik, Chevalière Jedi. Le grand dadais d’1m85 derrière moi, c’est mon padawan, mais vous devez déjà avoir entendu parler de lui. On a des preuve de votre petit trafic, donc soyez gentils et coopérez, ça réduira sans doute votre sentence.
    J’avisai les quelques gardes du corps qui flanquaient leurs employeurs :
    - Vous n’avez pas envie de vous frotter à une Mandalorienne. Promis. 


    Trois heures plus tard…

    - Aaaah, c’est mieux quand même, d’être dans nos vêtements normaux, non ? fis-je remarquer en enfilant ma bure par-dessus mon armure.
    Le reste de la mission s’était passée comme sur des roulettes : des preuves formelles de leurs activités criminelles n’avaient laissé aucune place au doute – non pas qu’il y en ait, mais la justice galactique étant ce qu’elle était, il valait mieux avoir des garanties – et nous avions pu regagner l’Arrow en toute tranquillité. Apparemment, la République allait nous envoyer leur agent disponible le plus proche pour procéder au transfert des prisonniers, et nous étions donc chargés de les garder un œil sur eux en attendant que ledit agent arrive.
    - Je sais pas, moi je veux bien garder le costume de valet dans ma chambre, en souvenir, commenta Raxar qui s’était lui aussi changé. En tout cas, c’était une chouette mission. J’ai eu des sueurs froides, mais il y a pire, non ?
    - Hah. Clairement, y’a pire. Bieeen pire, acquiesçai-je.
    - …Je vais pas demander.
    - Ouais, demande pas.
    Je consultai mon comlink, qui venait de biper, me signalant l’arrivée de l’agent. Avec un sourire, je fis signe à mon padawan de me suivre en récupérant les prisonniers et nous sortîmes du vaisseau. Un visage familier nous attendait à l’extérieur : une certaine cinnagarienne à la queue de cheval blonde se tenait sur le tarmac. Sans me démonter, je m’approchai d’elle et lui tendit formellement la main, un petit sourire aux lèvres.
    - Agent Keto, quelle bonne surprise…
    Elle m’imita et je lui serrai la main en appliquant légèrement trop de force, tout en la regardant droit dans les yeux. La légère contraction des commissures de ses lèvres ne m’échappa pas.
    - Chevalière Talik. Toujours l’armure ?
    - Vous savez ce qu’on dit, princesse. On ne change pas une équipe qui gagne.
    Je désignai son nouvel uniforme.
    - Jolie veste. Un peu retournée par endroits, mais ça doit être l’habitude. Ah ! Voilà mon padawan avec vos passagers. J’ai déjà transféré les éléments de preuve à vos supérieurs, vous les voulez aussi ?
    - S’il-vous-plaît.
    En quelques clics, le transfert était effectué jusqu’au datapad de Fanny. Nous échangeâmes ensuite quelques formalités tout sourire sous le regard perplexe de Raxar, avant de se séparer. Une fois dans l’hyperespace, il osa enfin demander :
    - Tu la connaissais ? J’ai dû rater un épisode…
    Je m’étirai.
    - Fanny ? Ouais, on se connaît vite fait, de la guerre. On a pas vraiment d’atomes crochus, ceci dit.
    - J’ai vu ça…
    J’eus un sourire amusé.
    - C’est une longue histoire, mais pour la faire courte, disons qu’on était pas forcément du même bord pendant la guerre. Mais ne parlons pas de Keto, tu viens de finir ta première mission ! Qu’est-ce que tu en as tiré ?
    Le débriefing fut plus long que ce à quoi je m’attendais, mais j’étais satisfaite que cette première expérience de terrain se soit bien passée pour mon padawan. Il s’était bien débrouillé… J’irais même jusqu’à dire que j’étais très fière de lui.


                                                                                           FIN DE LA MISSION



    vendredi 24 juillet 2020 - 23:13 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Télé & Ciné

Sur Disney+

The Mandalorian Saison #2

Le Mandalorien et l'Enfant continuent leur périple à travers une dangereuse galaxie. Les vendredi depuis le 30 oct. 2020...


Star Wars au ciné

Rogue Squadron

Rogue Squadron se déroulera dans le futur de la galaxie et suivra une nouvelle génération de pilotes spatiaux qui gagneront leurs insignes et risqueront leurs vies. Rendez-vous en 2023...


A venir sur Disney+

The Book of Boba Fett

Décembre 2021 - La série sera produite par les têtes pensantes de "The Mandalorian" à savoir Jon Favreau, Dave Filoni et Robert Rodriguez (réalisateur de l'épisode "La Tragédie"). Côté casting on retrouvera sans surprise Temuera Morrison et Ming-Na Wen.

The Mandalorian S3

2021/2022 - La série de Jon Favreau & Dave Filoni revient pour une saison 3 afin de suivre les aventures de Mando et Grogu.

Rangers of The Republic

Star Wars "Rangers of the Republic" se déroulera durant la chronologie de Mandalorian et sera réalisée par Dave Filoni et Jon Favreau.

Ahsoka

Une des séries les plus attendues par la communauté est centrée sur Ahsoka Tano et sera également produite par Dave Filoni et Jon Favreau.

The Bad Watch

2021 - The Bad Batch est la prochaine série animée de Star Wars, celle-ci nous replongera dans la Guerre des Clones avec l'équipe du Bad Batch.

Visions

2021 - Visions sera une série de courts métrages d'animation dirigée par les meilleurs réalisateurs japonais.

Andor

2022 - La série mettant en avant le héros de l'Alliance Rebelle : Cassian Andor. D'après Diego Luna, l’interprète du héros principal, la série a déjà commencé son tournage à Londres.

Obi-Wan Kenobi

2022 - Le retour d'Hayden Christensen (Anakin Skywalker) dans son rôle de Dark Vador (La Revanche des Sith) aux côtés d'Ewan McGregor.

Lando

Une série réalisée par Justin Simien qui est un grand fan de Star Wars.

The Acolyte

The Acolyte sera une série thriller mystérieux se déroulant dans la Haute République.

Discord

Discutons :)

211 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

06 nov. 2021 - 07 nov. 2021

Star Wars Celebration 2022

18 août 2022 - 21 août 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2021 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide