Le Temple Jedi 3 (page 9)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Jorus-Beku-n

    Jorus-Beku-n

    12506 Crédits

    Pad sembla à nouveau retomber dans l’inconscience… Mais je ressentais quelque chose de bizarre, comme si elle était prise dans un conflit intérieur, comme si elle hésitait entre rester seule ou revenir chez les siens… Kaarde devait ressentir la même chose, car il avait le visage grave…

    Kaarde : Je vous remercie tous les deux, d’avoir retrouver Pad…
    PadaT : Je suis persuadé qu’elle nous cache quelque chose…
    Jorus : En effet, nous l’avons déjà croisé lors de notre échec au Clun’Hy’s bar. A ce moment là, elle suivait son propre chemin
    PadaT : Or son appel dans la Force montre qu’elle voulait que nos chemins se croisent à nouveau
    Kaarde : Avez-vous découvert d’autres choses ?
    Jorus : L’assassin de nos frères Jedi est un tenants du côté obscur de la Force, peut-être un ancien apprenti Sith qui œuvre aujourd’hui comme homme de main
    PadaT : Or nous n’avons rien découvert au sujet d’un éventuel commanditaire. La piste s’arrête hélas dans le bureau de Nétim
    Kaarde : Je suis convaincu que le responsable de cette affaire gravite autour du Sénat, peut-être même en son sein
    Jorus : Tu penses au sénateur Mohel’Ya ?
    Kaarde : Mais cela parait même trop évident…
    Jorus : Je suis d’accord, il est possible qu’il soit lui-même manipulé par quelqu’un d’autre !
    Kaarde : Je ne vois d’ailleurs pas pourquoi Mohel’Ya veut que l’Ordre Jedi dépende du Sénat… Surtout si lui-même vise la chancellerie
    PadaT : Attendons de d’abord de voir si Novasrunner est renversé. Ensuite, nous pourrons être attentif aux divers candidats à sa succession
    Jorus : Je trouve que le Chancelier Novasrunner joue un drôle de jeu. Il dit vouloir nous défendre mais ne fait rien en réalité. De plus, son silence sur ses rendez-vous avec Nétim ne plaide pas en sa faveur
    Kaarde : Tout va se jouer au Sénat ! Aynor est déjà là-bas. Retournez au Sénat et allez à sa rencontre. Soyez attentifs à tout. Notre ennemi, même si ce n’est pas un tenant de la Force, est en train de se jouer de nous. Voyez si vous pouvez découvrir quelque chose de nouveau. Je vous rejoindrai dès que possible, je dois d’abord parler à ma sœur…

    Nous laissâmes Kaarde et nous repartîmes en direction du Sénat. A notre arrivée, il y avait la foule des grands jours. Une assemblée extraordinaire était convoquée pour discuter de la destitution du Chancelier Novasrunner. Nous retrouvâmes facilement Jadden et Aynor : elle avait l’air tendu !

    Jadden : Ca va mal… Un meurtre perpétré hier soir est en train de retomber sur les Jedi, grâce à une belle propagande
    PadaT : Est-ce efficace ?
    Aynor : Que trop ! L’ordre du jour de la session extraordinaire comporte deux points. La destitution de Novasrunner et le contrôle de l’Ordre Jedi par une commission sénatoriale spécialement créée !
    Jorus : En tout cas, celui ou ceux qui manoeuvre dans l’ombre ont aussi l’appuis des médias, de la justice, de la police…
    Aynor : La session commence, allons voir cela… Mais que Kaarde se dépêche, nous avons absolument besoin de lui…

    Nous entrâmes dans l’immense salle du Sénat. Une des loges nous avait été réservée. J'essayai de voir Edoras, il devait, je suppose, assister à la réunion... En bas, la tribune du Chancelier apparut, montant au milieu de la salle. Novasrunner était là, entouré de ses deux assesseurs… C’était partit !



    -------------------------------------
    May the Force be with you

    Membre de l'Ordre des Célèbres Phraseurs

    Ce message a été modifié par: Jorus-Beku-n le 21-12-2007 11:24

    vendredi 21 décembre 2007 - 11:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar kateo

    kateo

    2684 Crédits

    Le sauvetage de mon élève s'était ma foi bien passé, nous étions tous sauf et Jolee avait profité de sa capture pour démasquer le réel chef de la bande. Il avait placé sur elle une capsule contenant un isotope radioactif facilement traçable. Une fois de retour au vaisseau, je me dépêchai de paramétrer l'ordinateur de bord pour que les senseurs tracent la piste de la femme. Laurent pilotait avec dextérité, évitant les tirs soutenus des mercenaires restés au sol.

    Laurent : C'est bon, je la tiens sur mon radar, elle se dirige au nord à une vitesse très élevée.
    Jolee : Elle doit sûrement rejoindre de vrai QG du groupe.
    Moi : Possible, à moins qu'elle effectue la livraison dont tu as vu la cargaison.
    Jolee : Peut être Maître, j'étais inconscient la plupart du temps, je n'ai entendu aucun détail supplémentaire.
    Laurent : De toute façon, on va le savoir très rapidement, nous sommes à 16kms de leur position.
    Moi : Je vais nous ouvrir la voie, je vais tenter de provoquer une vision dans la Force pour nous préparer.

    M'asseyant devant les yeux remplis de curiosité de mon padawan, je fermai les yeux et puisai dans la Force l'énergie nécessaire à ma Vision. Un flash blanc m'aveugla un instant puis plusieurs scènes sans intérêt s'offrirent successivement à mes yeux. Me concentrant au maximum de mes possibilités, je réussis à voir notre groupe en observation sur une crête, cinq mercenaires accompagnaient la femme et ils observaient le ciel. Les balises qu'ils avaient disposées au sol indiquaient qu'ils attendaient l'arrivée d'un vaisseau. Un second flash fit la transition vers la scène suivante. Un second appareil s'était posé comme prévu et une douzaine d'hommes supplémentaire en étaient visiblement sortis. Nous n'étions plus en haut mais près d'eux, enfin, j'étais au sol, aux côtés de Laurent et Jolee. Ce dernier semblait être le seul dont je ne percevais pas les signes de vie. Le choc me déconcentra et l'image à mes yeux devînt floue. Jolee me sortit de ma transe.

    Jolee : Maître, ils se sont arrêtés, nous sommes relativement près de leur position.
    Laurent : Je me suis posé derrière la colline, ils sont au creux de la vallée.

    Je leur racontai le résultat de ma méditation, omettant volontairement la fin tragique et nous décidâmes d'évoluer à pied pour le reste de la distance. Au terme de notre route, nous nous postâmes en observation derrière un rocher surplombant leur position.

    Jolee : Voilà, nous nous trouvons dans la position de votre vision. Croyez-vous que nous devrions descendre?
    Moi : Nous oui, toi tu reste ici. Je te fais confiance, retournes au vaisseau chercher des armes et repostes-toi ici, tu recevra mon signal lorsque nous seront prêts.
    Jolee : Mais, Maître vous ne pouv...
    Moi : Jolee! Ne discutes pas mes ordres, sans sabre, tu es trop vulnérable. La Force t'aidera à atteindre ta cible au blaster.
    Laurent : C'est une bonne idée. Tu devra faire diversion tandis que nous nous posterons en embuscade dans le chemin. Lorsque tu tirera, ils seront attirés ici et nous les mettrons au tapis.
    Moi : Oui, je pense même que ta mission première est même de mettre hors d'usage les deux vaisseaux, ne t'occupe ni de nous, ni des meercenaires.
    Jolee : Bien Maître, j'y cours.

    Jolee nous quitta, rejoignant notre navette au pas de course. Laurent et moi descendîmes la falaise en prenant soin de dissimuler notre présence. Une fois arrivés en bas, Laurent se plaqua contre un rocher, prêt à stopper net tout ennemi au passage. Moi, je me plaçai accroupi dans un buisson, face à l'endroit où ils devraient arriver, paré à bondir sur eux tel un puma en chasse.

    vendredi 21 décembre 2007 - 14:20 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jolee

    Jolee

    558 Crédits

    J’avais reçu un ordre qui ne me plaisait pas, certes, mais je l’exécutais quand même. Mon Maître et le chevalier Jedi Laurent, partirent sur le terrain pendant que je retournai vers notre navette prendre un blaster, étant donné que je n’avais pas encore de sabre laser. Pour perdre le moins de temps possible, je me mis à courir pour atteindre plus vite notre vaisseau, en bas de la petite colline sur laquelle nous étions monté.

    Mais malheureusement, nous étions déjà repérés car deux mercenaires se trouvaient près de la navette. Je ne pus m’arrêter dans ma course et ils me virent. Aussitôt je plongeais sur le côté comme par reflexe et une seconde plus tard, un tir de blaster buta sur l’endroit où je me trouvais auparavant. La Force m’avait donné ce reflexe, je le savais car je sentais monter en moi un courage qui n’avait rien avoir avec ma personnalité. Je bondissais de derrière les arbustes en évitant de justesse les lasers rouges qui fusaient des armes ennemies. J’essayais de m’approcher du vaisseau au fur et à mesure, en vain. Les deux gardes semblaient être assez bons et couvraient toute la zone de la porte d’entrée. Je réfléchissais en évitant les tirs et brusquement l’idée me vint.

    J’allais utiliser ma Vitesse pour les trompés.
    Je fis appelle à la Force pour qu’elle augment mon rythme cardiaque et je sentais que mes jambes étaient de plus libres. Je courais de plus en plus vite et je pus donner un coup de poing (méthode peu orthodoxe chez les Jedis mais bon…^^) dans le ventre de l’un des mercenaires, celui-ci s’agenouilla à cause de la douleur. Avec un seul flux de tir à éviter je pus atteindre plus facilement la porte. J’entrai précipitamment dans le vaisseau en fouillant un peu partout, je trouvai l’arme que je cherchais, un blaster semblable à ceux des mercenaires. Alors que je me retournai, je vis avec horreur que le garde m’avait suivi. J’avais été assez bête pour ne pas verrouiller la porte. Sans hésiter il tira et je fus touché à l’épaule gauche. Hurlant de douleur, je titubai sous son poids. (de la douleur^^) Mais par une soudaine bouffée de colère je sautai sur le mercenaire d’un seul coup. J’étais sur lui. Il me frappa au visage et m’éloigna de lui et il essaya d’en finir avec moi mais je réussis à rouler sur le côté et là je tirai avec mon arme… Coup fatal, blessure mortelle à la tête.

    Je reprenais doucement mon souffle en me relevant, la douleur avait l’air d’avoir disparue pour le moment mais je m’en voulais de m’être énerver, cela m’attirait vers le Côté Sombre de la Force. Je sortais du vaisseau en tenant mon épaule avec ma main armée. Et je vis avec stupéfaction, que j’avais oublié le second mercenaire. Je voyais ce dernier en train de courir sur la colline, sans doute pour donner l’alerte. Je le poursuivis… Arrivé au sommet, je l’observer discrètement. Puis je le vis faire un signe de ses mains, l’alerte. D’un coup sec je l’envoyai au trépas comme son camarade.

    Malgré mon action, l’alerte avait été donnée et je voyais pleine de laser fusaient vers deux points précis, mon Maître et Laurent. Apparemment, la mise en alerte des mercenaires leur étaient bénéfiques car la désorganisation faisait rage. Je vis mon Maître se battre avec brio en duo avec Laurent. Moi je m’allongeai sur le sol chaud et me mis en position de sniper pour atteindre les points principaux des vaisseaux ennemis. Soudainement, la douleur revint sur mon épaule et je ne pus me concentrer. Des lasers se dirigeaient vers moi aussi à présent, j’étais repéré.

    Reprenant mon calme malgré la douleur, je me mis en tête qu’il fallait que je trouve un endroit moins découvert… Il fallait que je m’approche des vaisseaux et j voyais une petit falaise juste au-dessus d’eux. La distance était très grande et le risque de me faire tuer considérable lui aussi mais il fallait que j’agisse et vite, il fallait que je montre à Kateo que je pouvais me débrouiller en lui faisant honneur. Je partis donc en direction de la falaise et je vis que mon idée était nulle car quelques mercenaires tournaient les talons pour m’attaquer directement. Mais, un espoir naquit en moi car j’entendais :

    ???: Petit padawan en danger, grand Maître à la rescousse…
    Moi, en me retournant : Maître ?

    -------------------------------------
    Padawan de Kateo

    Ce message a été modifié par: Jolee le 21-12-2007 15:32

    vendredi 21 décembre 2007 - 15:27 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Heure Galactique 13H00 - (Voilà 43h que j’ai le collier)

    Je sorts de ma douche, m’essuie, m’habille. Kaarde m’avait trouvé une tunique Jedi à ma taille, pourtant, lorsque je l’ajuste, je constate qu’elle est un rien trop grande. A la réflexion, non, elle n’était pas trop grande, mais j’avais perdu du poids. D’ordinaire, cela m’aurait fait plaisir, mais là, j’en avais perdu de trop, je suis sous mon poids minimum.
    Je me regarde dans le miroir et me coiffe. J’avais due coupée mes cheveux à hauteur de mon cou. Je m’arrête un instant observant mes traits dans mon reflet. Les deux années passées me donnent l’impression d’en avoir vécu 10 ou 15. J’avais tellement envie de rentrer sur Ossus et d’en finir avec tout sorte de mission. Pouvoir me contenté d’enseigner tout ce que j’avais appris, voilà ce qui pourrait être un avenir pour moi. Je regarde alors le collier toujours là comme une corde à mon cou. Mais avant de me retirer au Temple, je me devais d’en finir avec la mission en cours et surtout me débarrassée de ce fichu collier !
    « Si le collier ne m’est pas retiré dans 7 jours, soit je tue Edoras, soit je meurs. 168H auquel je devais déjà retirer les 43h écoulée depuis que Melah’Ki m’avait apposer cette horreur. J’ai perdu prés d’un jour et demi. Il est temps que je reprenne les choses en main ! »

    Je sors de la salle de bain et découvre un bure poser sur mon lit, je vais l’enfilée lorsque j’entends la voie de mon frère près de la porte.

    Kaarde – Content de voir que tu vas mieux, mais je préférai…
    Moi – Que je reste ici ? Non ! Nous avons beaucoup à faire.
    Kaarde – Pad, tu n’as pas vue de médecin, j’ai essayé de parer au plus urgent, mais ton métabolise à besoin de repos et…
    Moi – Je comprends que tu t’inquiètes pour moi. Mais je dois parler à l’ambassadeur Thyferrien, c’est urgent !
    Kaarde – A Edoras ? Mais pourquoi ?
    Moi – L’ambassadeur est Edo ? Oui, c’est bien ce que je craignais. Il est ici ? Sur Coruscant ?
    Kaarde – Oui, mais il est au Sénat. D’ailleurs, les autres aussi et je me dois de les rejoindre. Sur 2 ans, la politique à bien changer.
    Moi – Les autres ?
    Kaarde – Aynor, Jadden Korr, PadawanThrawn et Jorus-Beku-n. L’Ordre Jedi pourrait dépendre non plus de la Chancellerie, mais d’une commission sénatoriale. Je dois les rejoindre, mais repose toi.
    Moi – Kaarde, je comprends que tu t’inquiètes pour moi (J’enfile ma bure). Ne faisons pas attendre le Sénat, occupe toi d’eux. Ce terrain est le tien. De mon côté, je me dois de parler à Edoras ! Lorsque j’en aurais fini, je rentre sur Ossus, je te le promets. Ceci sera ma dernière mission.
    Kaarde – Quoi ? Mais Pad, expliques toi ! Quel mission t’es tu fixée ?
    Moi – En route ! Je ne peux pas t’expliquer 2 ans en 10 minutes, mais je vais te faire par de l’essentiel.

    A contre cœur, mon frère m’emboute le pas et nous nous dirigeons vers le Sénat. Je lui explique que JB avait décidé de rester dans l’espionnage Bothane car il ne croyait plus que l’Ordre Jedi avait besoin de lui au Temple. Je lui fais part aussi qu’avant que nos routes se séparent, JB se méfiait de Mohel’Ya. Kaarde n’en fut nullement étonner.
    J’explique aussi au patron des Jedi que Remeyodi a décidé de parcourir la Galaxie afin de retrouver sa connexion avec la Force. Kaarde voulais que je lui parles plus des événements récents, il a certainement percevoir mon tourment. Je me contente de lui demander de me faire confiance. Nos routes se séparent encore une fois, à contre cœur, puisqu’il rejoint les autres Jedi pendant que je me dirige vers la loge de l’ambassadeur Thyferrien.

    -------------------------------------
    Maître de Carth, Cal et Bakara
    Les Pouvoirs de la Force font fureur!

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 26-12-2007 16:08

    mercredi 26 décembre 2007 - 16:05 Modification Admin Permalien

  • Avatar kateo

    kateo

    2684 Crédits

    Laurent et moi avions bien choisi notre cachette, l'embuscade avait fonctionnée à merveille mais un groupe de mercenaires était resté près des deux personnages important et tiraient vers Jolee. Un frisson terrible traversa ma colonne vertébrale, je sentais le danger. Je constatai avec plaisir qu'il ne restait plus grand monde autour de nous, Laurent et moi avions fait une bonne équipe, cependant, mon Padawan m'appellait, je le sentais. Prenant la direction de sa position, j'emputai quelques ennemis et détruisai deux ou trois blasters au passage. La Force m'aida à transmettre mes intentions à mon collègue Jedi. Il compris mon souhait et je le laissai là.

    Arrivé au sommet de la crête, je vis un homme face à Jolee. Ils se faisaient face mais le jgarçon n'avait pas peur, sa demande de mon aide sans doute instinctive était passée, je ne sentais en lui que du vide, une incompréhension totale. Je criai le nom de mon élève et les deux personnes se tournèrent vers moi. Une salve d'énergie vînt s'écraser près d'eux, les forçant à fuir.

    Je tentai de les suivre mais perdit leur trace. Je vis alors le canon de l'arme de Jolee traverser une faille dans la roche. Un tir net et précis fit son oeuvre, causant une explosion sans doute fatale au niveau des moteurs du vaisseau inconnu arrivé peu de temps avant l'assaut. Laurent était descendu, je le vis combattre les quelques tireurs puis immobiliser la femme et son visiteur.

    Peu de temps plus tard, Jolee refit son apparition devant moi :

    Jolee : Maître, je vous présente mon père, Jubbs...
    Moi : ton.... père?
    Jubbs : Je suis le géniteur de ce garçon en effet, j'ai retrouvé la voix grace à lui.
    Moi : Expliquez-vous je vous prie.
    Jubbs : J'ai été tiré de l'épave de mon vaisseau perdu dans l'espace par Meeto qui m'a.... torturé.
    Jolee : Pour quelle raison?
    Jubbs : L'esclavage fils. J'ai tenté de résister, usant de tous mes talents de Jedi, malheureusement, ils m'ont raconté ta mort, de leur main... J'ai craqué, j'ai tout abandonné. Lorsque le lien s'est fait entre nous via la Force, j'ai tout compris en un instant et j'ai faussé compagnie à Meeto pour vous rejoindre.
    Moi : Quelle utilité avait-il de vous?
    Jubbs : Garde du corps... J'ai commis beaucoup d'horreurs, tout ça pour son réseau.
    Moi : Pouvez-vous m'en dire plus?
    Jubbs : Non, pas grand chose, il m'a tenu à l'écart de tout son trafic, je lui servait à faire pression sur les différentes personnes qui lui devaient de l'argent... Je peux seulement vous dire que cela concerne l'esclavagisme.
    Laurent - par la Force : Kateo, que se passe-t'il?
    Moi - lui répondant : Nous arrivons.

    Nous descendîmes en direction de nos deux prisonniers. Laurent les avait visiblement déjà interrogé, il nous rapporta peu de chose, la chef des mercenaires ne savait vraiment rien hormis son chantage local et le sous-fifre du dénommé Meeto semblait très retissant.

    Jubbs : Lek'ker ne sais pas plus de choses que moi de toute façon, Meeto ne le charge que d'effectuer les livraisons.
    Lek'ker : Jubbs! Espèce de traître! Ta tête sera mise à prix dans toute la galaxie, tu ne pouura pas poser le pied sur une planète civilisée sans avoir un blaster collé entre les omoplates...
    Jubbs : Ne sois pas si catégorique, je ne suis rien pour Meeto, et toi non plus. Que je te trahisse ne signifie rien à ses yeux. - Se tournant vers Jolee - Par contre, les informations que je vous ai fournies mèneront ma perte si je ne fuis pas. Je vais devoir me faire oublier, retrouver la Force telle que je la connaissais. Je t'aime mon fils, mais nous ne pouvons nous permettre de rester ensemble.
    Jolee - retenant ses larmes : Mais... Père...
    Moi - posant ma main sur l'épaule de mon élève : Tu dois comprendre que c'est aussi pour ton bien. Meeto pourrait tenter de te nuire pour faire souffrir ton père.
    Jolee - se ressaisissant : Je comprends. Peut importe où vous alliez père, l'idée que vous soyez en vie me suffit.
    Jubbs - visiblement ému à son tour : Tu as toujours été dans mon coeur Jolee, nos retrouvailles m'ont ouvert l'esprit. Je dois me ressaisir, vivre à nouveau. Je te retrouverais, fils.

    Jubbs tourna les talons et disparut derrière la colline. Étudiant Jolee, je découvris une nouvelle force en lui, une flamme trop longtemps éteinte qui se ravivait : la fierté. Peu après, les gardes galatiens arrivèrent pour arrêter nos deux captifs. Laurent avait prévenu le gouvernement durant notre discussion, et un escadron de gardes républicains serait bientôt là, décidé à agir grâce à nos preuves.
    Laurent, Jolee et moi regagnâmes notre appareil, direction Ossus.
    -------------------------------------
    Maître de Jolee
    Ex-Padawan d'Unduli
    "La nature est un professeur universel et sûr pour celui qui l'observe."

    Ce message a été modifié par: kateo le 26-12-2007 20:43

    mercredi 26 décembre 2007 - 20:42 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aven-Flar

    Aven-Flar

    4927 Crédits

    (oui, je suis à la bourre :p )

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Quelques tirs passèrent au-dessus de nous. Ca chauffait sérieusement...

    On était tous planqués derrière le lit. Et un lit, c'est pas blindé, hein, c'est un assemblage de tissu et de bois d'une certaine qualité, hein!
    Ben ouai, le laser ça le traverse comme du beurre.
    En bref on était dans la mouise, aussi.

    Levant la tête légèrement pour analyser plus en hauteur la situation, j'eue le plaisir de me prendre un tir dans la tête, enfin dans le casque.
    D'un coup, la visière auto-réparante réassembla l'éclat. Une visière comme neuve!

    Cette fois-ci, je me décidai à me pencher vers le côté. C'est moins dangereux.
    Je pus constater avec satisfaction que les tireurs... tiraient toujours en direction du lit, mais pas vers moi.
    Eh ouai, peux pas m'en prendre plein la tronche tous les jours!

    De quelques indications de la main, j'indiquai à Edo' mon plan. Il approuva d'un geste de la tête, et commença a tirer par dessus le lit. Rampant sur la droite, sous le couvert des meubles, arrivant à proximité de... l'orifice... de combat (on va dire ça comme ça hein! ) je me collai contre le mur. Je sais pas si ça les a réveillés, mais ils arrêtèrent de tirer. Mais pas Edo', hein.
    Enfin, si, il arrêta, quand même pour me permettre de foncer dans le trou avec ma vibro-lame et transpercer un des assassins.
    Un tir ricocha contre mon Jet-pack, je me retournai pour m'en prendre un deuxième. Si je faisais pas plus attention j'allai y passer bientôt.
    Un des brigand prit la fuite, l'autre m'envoya une rafale en biais dans la jambe. Un crochet de la doite le mit knock-out.

    Edo' se releva. Saissant le survivant par le col, je le trainai vers le canapé... avant d'entendre un sifflement et un bruit de chair écrasée. J'avais pas serré fort pourtant. Je jetant par terre, j'aperçus une perforation.
    Panique.
    En fait non.
    Le sniper ne tira pas un laser de plus. Il devait seulement vouloir empêcher que le dernier restant parle. Mais leur équipement et leus outils seront tout aussi loquaces.
    Inspectant le trou, puis revenant vers Edo', je saisis une compresse impregnée de bacta.


    - Marrant...

    mercredi 02 janvier 2008 - 14:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jorus-Beku-n

    Jorus-Beku-n

    12506 Crédits

    Avec un ordre du jour pareil, le sénat avait fait le plein de représentant. En bas, la tribune du Chancelier apparut, montant au milieu de la salle. Novasrunner était là, entouré de ses deux assesseurs… Il était livide ! Les deux assesseurs firent régner le silence et le Chancelier prit la parole

    Novasrunner : A la demande du conseil permanent du sénat que j’ai l’honneur de président et sur proposition de la commission sénatoriale de surveillance des mondes d’Onderon, nous allons mettre aux voies la mise sous tutelle de l’Ordre Jedi, cette tutelle devant être exercée par une commission permanente nouvellement crée…
    Kaarde : Chancelier suprême, je demande la parole

    La loge de Jedi que nous occupions quitta son emplacement et se plaça au centre de la salle, face à la tribune du chancelier. Mais une autre loge vint également à notre niveau… C’était celle des représentant de Malastar

    Sénateur de Malastar : Je proteste, les Jedi n’ont de représentant au sein du sénat, aucun temps de parole ne peut leur être accordé
    Kaarde : Au contraire Chancelier, puisqu’il est question du statut de l’Ordre Jedi, je pense que le Sénat peut faire une exception

    Il y eut une interruption de séance et le Chancelier partit dans une vive discussion avec ses assesseurs.

    Jadden : Que venait faire le sénateur de Malastar dans cette histoire ?
    PadaT : Tout cela ne me dit rien qui vaille
    Aynor : Regardez, voilà une nouvelle loge qui arrive…

    C’était celle des représentants de Bothawie, avec à sa tête, un sénateur que nous connaissions bien.

    Mohel’hya : Chancelier, Sénateur de Malastar, mes chers collègues. Je crois que nous pouvons accepter la requête des Jedi… J’ai pu constater au cours de la commission des mondes d’Onderon que l’ordre Jedi est prêt à coopérer

    J’échangeai un regard avec Kaarde. Nous comprenions enfin la manœuvre du sénateur de Malastar qui donnait ainsi le beau rôle à Mohel’hya

    Novasrunner : La parole est à Maître Naberry, représentant du Conseil Jedi
    Kaarde : Chancelier Novasrunner, Sénateurs de la République. Je prends la parole à un moment important de l’histoire de la République car la décision que vous êtes amenés à prendre remet en cause l’équilibre des pouvoirs. Souvenez-vous de notre histoire commune. L’Ordre Jedi à l’âge de la république, les deux sont nés ensemble. Si notre symbiose paraît évidente, la liberté de chacun…

    J’observai la loge de Bothawie. Mohel’Hya semblait se délecter de la situation tandis que Kaarde livrait un combat perdu d’avance

    Kaarde : … Et c’est ainsi qu’au lendemain de la guerre des Sith, Nomi Sunrider reconstitua un Conseil Jedi qui fut, pour la république…

    Mais le discours de semblait faire effet. Quelques applaudissements ponctuaient les paroles de Kaarde qui mettaient systématiquement en avant les valeurs communes de la république et des Jedi, l’esprit d’indépendance et de responsabilité de chacun des sénateurs

    Kaarde : … Voilà donc pourquoi je demande au sénat de rejeter la demande de mise sous tutelle de notre Ordre
    Mohel’hya : Voilà certes un beau discours, mais entre la philosophie et les actes, il y a un monde. Très chers sénateur, vous avez entre les mains des datablocs vous montrant toute l’opacité des activités des Jedi sur Onderon qui je vous le rappelle, dépend exclusivement de la république. D’autre part, les Jedi sont mis en cause dans diverses histoires de meurtres et corruption qui ne font pas honneurs à l’Ordre

    Les réactions des sénateurs montrèrent que rien n’était encore joué. La petite nef diplomatique des représentants de Thyferra lévita au centre de la grande salle de conférence. Amanda Xucphra et Vratix étaient là, mais c’est leur plénipotentiaire qui prit la parole : Edoras était blanc comme un linge...

    Edoras : Cher Sénateur de Bothawie, vous plaisantez ! Ce sont des allégations pas des preuves ! Nous ne pouvons pas décider d’une mise sous tutelle définitive sur des ragots !

    Mohel’hya blémit sous l’attaque, mais le rusé Bothan resta maître de lui… Mais Edoras ne reprit pas la parole et s'assaya au fond de sa loge... Visiblement, quelque chose n'allait pas... Mohel'Hya en profita :

    Mohel’Hya : Justement, je ne pense qu’à la sauvegarde d’un Ordre qui semble bien faible face aux attaques du moment
    Novasrunner : Je propose alors que l’Ordre Jedi dépende alors du Conseil permanent du Sénat, le temps qu’une commission d’enquête fasse la lumière sur tout ceci
    Sénateur de Malastar : Je suis d’accord avec la proposition du sénateur de Bothawie

    C’était hélas le genre même de proposition qui faisait le bonheur des politiciens et nous vîmes le Sénat s’y rallier rapidement. Kaarde voulut prendre la parole mais Mohel’hya abattit une dernière carte

    Mohel’hya : Je vous donne la parole dans un instant, Maître Naberry, car cette proposition n'est pas acceptable en l'état.. Si elle semble en effet convenir à tous je remarque qu'elle émane du chancelier même. Or le Conseil permanent du sénat est présidé par le Chancelier Suprême. Il y a donc conflit d’intérêt et l’impartialité du chancelier Novasrunner n’est plus assurée. C’est pourquoi je dépose une motion de censure à l’encontre du Chancelier actuel !

    Un coup de Maître ! Tous les sénateurs criaient et Kaarde ne put plus prendre la parole… Toutes les combinaisons politiciennes prirent le pas sur l’essentiel et quelques minutes plus tard, Novasrunner était destitué de son poste tandis que l’Ordre Jedi dépendait temporairement du Sénat, mis sous tutelle de son conseil permanent !

    Kaarde : Partons vite, nous avons des dispositions à prendre d’urgence !




    Ce message a été modifié par: Jorus-Beku-n le 05-01-2008 12:36

    jeudi 03 janvier 2008 - 18:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar carth

    carth

    1858 Crédits

    Ossus Parti 1

    Cela faisait deux ans que je n’avais plus revu mon maître. Pendant ces deux dernière années, j’avais passé mon temps sur le Chu’untor, a accomplir différente mission sous la tutelle d’Unduli. Mon séjour sur le Chu’untor était terminé maintenant et j’étais en route pour retourner sur Ossus. Je me trouvais dans un vaisseau qui partait en direction du Chu’untor. En revenant d’une mission j’avais pu trouver un transport en direction d’Ossus. Grâce a un petit coup de main que j’avais fourni a l’équipage du vaisseau pendant ma mission. On pouvait voir a travers le hublot du vaisseau, la planète se rapproché de plus en plus. Le vaisseau avait entamé sa descente sur la planète quand l’un des membres de l’équipage vint me prévenir de notre arrivée. Ossus leur donna l’autorisation d’atterrir et l’endroit ou il pourrait poser leur vaisseau. Quand le vaisseau fut posé je remerciai l’équipage pour leur coup de main et sortit du vaisseau pour me rendre dans le temple. En arrivant au temple je partis dans ma chambre pour déposer mes affaires. Le temple était comme dans mes souvenirs, les padawans se promenaient dans le temple avec leur maître ou leurs amis. Arrivé au couloir qui menait au différentes chambre du temple, je pris énormément de temps pour retrouver ou était ma chambre mais je finis par la retrouver grâce a l’aide de la Force. Quand toutes mes affaires furent retournées dans une armoire je me dirigeai vers le bureau de mon maître pour l’informer de mon retour au temple. Quand je fus arrivé devant son bureau je remarquai qu’il était ouvert mais qu’il n’y avait personne dedans. Je sortis de son bureau pour aller me promener dans le temple, peut-être qu’elle était elle aussi en train de se promener ou peut-être était-elle en mission pour l’ordre. Je passai près de deux jedi en pleine discussion quand soudain j’entendis le nom de Pad.

    Jedi 1 : Oui tu le ne savais pas ? Maître Nabery, la sœur de Kaarde.

    Jedi 2 : Personne ne sait ou elle se trouve ?

    Jedi 1 : Personne, pendant ces deux dernières années on n’a perdu sa trace. D’après certaine rumeurs, elle serait partie à la recherche de maître Remeyodi et de JediBothan.

    Jedi 2 : C’est les seules informations que l’ordre possède sur Maître Nabery ?

    Jedi 1: Oui malheureusement.

    Carth : Maître Nabery a donc disparu et personne ne sait ou elle se trouve ?

    Jedi 1 : Oui, pourquoi tu ne le savais pas ?

    Carth : Non.

    Jedi 1 : Pourtant toutes les personnes au temple sont au courant des rumeurs qui courent sur maître Nabery.

    Carth : Il faut croire que non. Je peux savoir les rumeurs qui circulent sur maître Nabery ?

    Jedi 1 : Certaine dise qu’elle serait morte.

    Jedi 2 : D’autre dise qu’elle aurait quitté l’ordre pour ne plus jamais revenir.

    Jedi 1 : Et d’autre encore dise qu’elle serait partie a la recherche de deux maître disparu de l’ordre.

    Carth : Très bien merci.

    L’esprit remplie de question sur toutes ces rumeurs sur mon maître je partis en direction des archives de mission du temple, espérant trouver des réponses sur l’endroit ou se trouvait mon maître à présent.

    samedi 05 janvier 2008 - 14:17 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24839 Crédits

    Heure Galactique : 13h37

    Les couloirs du sénat sont long et remplit de monde. Depuis que j’avais quitté mon frère, je laisse la Force me guider vers l’ex-guilder. Il me semble logique que là où un trou sans Force existerai, ça doit être là où sera l’ambassadeur Thyferrien ! « Qui d’autre ici au sénat se baladerait avec un Ysalamari ? » Le souvenir de la pièce où la Bothan m’avait imposé le collier m’envahit et je stoppe net. Là-bas, il y avait une de ses petites bêtes. Je pris le temps de laisser couler la peur en moi puis de me ressaisir. « Moleh’Ya n’a aucune raison de venir ici au sénat avec un Ysalamari ! Mais Edo en a fait une habitude ! » Je reprends ma marche rapide mais je ne peux ressentir aucun trou dans la Force. Je suis perplexe à l’idée que ce vieux roublard soit présent ici, sans Ysalamari sachant que l’ordre du jour à un rapport avec l’Ordre Jedi ! Je vais jusqu’à une porte qui devait donner accès à une plateforme sénatorial, celle des Thyferrien. Je prends soin de laisser la capuche de ma bure me couvrir la tête.
    La session sénatoriale avait commencé mais pas mal de retardataire entraient encore seulement dans leurs plateformes. Je me trouve une place le long du mur et j’attends ma cible en observant les passants. Une majorité est trop absorbé par leurs retards et ne me prête pas la moindre attention. Une minorité me jette un regard interrogateur, mais sans plus. Bientôt le couloir est vide. Pas de trace d’Edoras !
    Je me déplace jusqu’au balcon qui donne sur le session sénatorial. Si je ne pouvais trouvé l’Ambassadeur maintenant, je me tiens au courant de l’évolution de cette histoire.

    Heure Galactique : 13h56

    Novasrunner - La parole est à Maître Naberry, représentant du Conseil Jedi
    Kaarde - Chancelier Novasrunner, Sénateurs de la République. Je prends la parole à un moment important de l’histoire de la République car la décision que vous êtes amenés à prendre remet en cause l’équilibre des pouvoirs…

    Mon frère se devait d’essayer de plaidoyer et pourtant, cela n’échappe à personne, c’est en vain ! Tous c’est beau discours ne servent à rien !
    Soudain, un regard attire mon attention celui de Meeto Arso, le sénateur Charien du SEZ ! Il regarde en ma direction mais l’ayant perçu rapidement, je me retire. Je ne suis plus dans son champ de vision, je lance la Force vers lui et ne perçois que le doute. « Il ne m’a donc pas reconnu ! Ouf ». Je longe le couloir afin de trouver un autre balcon d’où le Charien ne pourrait me voir. J’entends des pas et espère que ce soit Edoras, mais la Force m’indique clairement un danger. Je tourne le dos au passant qui m’ignore. Une fois passé, je les observe un moment, il s’agit d’un diplomate à ses vêtements, Coynite à son allure et de deux gardes de la même espèce. Il devait être en retard, très en retard car les pas étaient militaire et presser. Ils entrent enfin dans une loge. « En quoi l’Ordre Jedi les intéressent ? Pourquoi faut-il que tous mes ennemis se retrouvent au même endroit !? » Encore une fois, je me remets à marcher jusqu’au balcon suivant et entends le sénateur Bothan faire une déclaration à laquelle on devait s’attendre.

    Mohel’hya - Je vous donne la parole dans un instant, Maître Naberry, car cette proposition n'est pas acceptable en l'état.. Si elle semble en effet convenir à tous je remarque qu'elle émane du chancelier même. Or le Conseil permanent du sénat est présidé par le Chancelier Suprême. Il y a donc conflit d’intérêt et l’impartialité du chancelier Novasrunner n’est plus assurée. C’est pourquoi je dépose une motion de censure à l’encontre du Chancelier actuel !

    Tous les sénateurs criaient et Kaarde ne parvient plus prendre la parole… Toutes les combinaisons politiciennes oublièrent le nombre de fois où l’Ordre Jedi sauva la Galaxie et la République. En quelques minutes, Novasrunner est destitué de son poste tandis que l’Ordre Jedi dépend temporairement du Sénat, mis sous tutelle de son conseil permanent !

    Je remarque que les Jedi dans la nacelle quitte le brouhaha de la grande salle. J’en fais autant et je ressens une perturbation dans la Force. Je me focalise et réalise qu’une présence s’approche, une présence ennemie. Je me camouffle dans la Force et parvient à me cacher parmi la foule qui sort des nacelles. Bientôt, les 3 Coynites sortent et avancent d’un pas décider ! Ils vont dans la direction de cette ennemie. Il ne me faut les suivre discrètement de quelques 300m pour découvrir Melah’Ki ! Tous les 4, se disent quelque chose que je ne peux entendre et s’enfonce dans le couloir.

    Je prends mon comlink et bip Jours_Beku_n.
    « Il est temps que je le mets au courant de 2 ou 3 petites choses ».

    lundi 07 janvier 2008 - 12:12 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ Région du Noyau, Coordonnées 0-0-0, Coruscant
    Niveau 220, Mégabloc 4, Bloc 5, Sous-bloc 12
    Hôtel-Cantina "l'Anx Baroudeur", tenu par la Guilde
    Heure Galactique : 19h02 - t° int : 19°C ~~


    Aven : Amusant...
    Édoras : Parle pour toi ! Le propriétaire va m'incendier.
    Kiffa : J'ai mal...

    Je me retournai, paniqué. Ma promise se tenait le bras droit, lequel était gravement brûlé. Sa tempe gauche portait également des traces de brûlure, plus superficielles. Je m'agenouillai auprès d'elle. Elle m'adressa un sourire qui se voulait réconfortant : le bébé n'avait probablement rien.

    Kiffa : Il faut nous conduire à l'ambassade. Il y a une bonne infirmerie... tu saignes trop fort.
    Édo : Et toi, tu as besoin de soins adaptés. Aven, ça ira ? Tu -kof, kof, kof, koffff - saurais nous conduire ?

    Il le fit, prennant le volant de mon airspeeder : un des nouveaux modèles de Narglatch AirTech. Le véhicule vert, bleu et argent fila comme une comète, tandis qu'autour de moi, le monde se chargeait de brouillard. Mon bras droit passé autour de la taille de ma compagne, ma main gauche serrait convulsivement la sienne, qui me raccrochait seule à la réalité.
    Quand le speeder s'arrêta, je vomis du sang.
    Puis ce fut la nuit.

    ----------------------------------------

    ~~ Région du Noyau, Coordonnées 0-0-0, Coruscant
    Niveau 235, Mégabloc 6, Bloc 12, Sous-bloc 8
    Ambassade de Thyferra, centre hospitalier
    Heure Galactique : 21h15 - t° ressentie : 21°C ~~


    Un brouillard bleu et rose s'immisca devant mes yeux. Un bruit régulier rythmait les environs, à peine troublé par le sifflement de ma respiration. Mes mains se portèrent à ma bouche et touchèrent un objet long et dur qui semblait naître de ma gorge et ne pas avoir de fin.
    « Bacta et masque... ils m'ont intubés. Galaxie... cette fois, ça n'est pas passé loin. A peine moins grave que la fois où une poutre m'a écrasé alors que je piégeais une station Vhong avec des explosifs... »
    J'ouvris les paupières en grand et regardai autour de moi. J'étais en position foetale, dans une cuve que j'identifiai comme le modèle destiné aux patients souffrant d'intoxications, de brûlures particulièrement extrêmes (plus de 20% de surface de peau brûlée que l'âge du patient, chez les Humains), de graves pertes de sang, etc.
    Un visage me souriait. Avec des lekkus.
    Je lui rendis son sourire, à travers le masque.

    Kiffa portait des compresses et des structures rigides au bacta, qui partaient de son épaule pour rejoindre son poignet. Une compresse était également fixée à sa tête. Elle caressait son ventre de sa main gauche, visiblement heureuse et soulagée. Une infirmière Vratix la coiffa d'un casque communicateur et sa voix me parvint bientôt, comme une douce mélodie.

    Elle : Tu vas bien ?... Non, n'essaye pas de répondre, ta trachée est obstruée par le tuyau. Utilise le language spatial.
    Je joignis mon index et mon pouce droit, raidissant les troigts autres doigts. « Tout va bien. » Puis, je posai un baiser sur mon poing et en tapotai mon coeur. « Je t'aime. »
    La Twi'lek : Moi aussi, je t'aime, Édo ! Oh... écoute, tu vas sortir demain matin... j'ai insisté pour ça : eux ne voulaient pas. Mais comme tu dois assister à la cession du Sénat, j’ai pensé que tu aimerais. J’ai eu raison ?
    Brave fille… je lui répétai que c’était très bien.
    Ma belle : Édo... on n’était pas sûr que le bébé allait bien, alors ils ont fait une échographie… C’est… tout va bien. Très bien, même. Tu veux savoir ?
    J’hésitai un instant. Mon enfant allait bien ? Si elle savait, autant que je sache aussi. Je lui fis signe de poursuivre.
    Kiffa : C’est un garçon. En pleine forme. Il a des ébauches de lekkus, des petits doigts… et il danse de joie.
    Elle sourit, ivre de bonheur. Je souhaitai que la vitre disparaisse et que je puisse la serrer dans mes bras, mais évidemment, mon vœu ne se réalisa pas. Maudite Galaxie…
    Je posai ma main sur le transpacier de la cuve et Kiffa y posa un baiser, avant d’éclater de rire.

    Puis je restai seul. Longtemps. Sans pouvoir fermer l’œil, ma puce luttant contre les somnifères que les Vratix m’injectaient par transfusion. Du sang frais gonfla mes veines, lentement.
    Le lendemain matin, je sortis. On m’habilla : j’étais trop faible pour le faire moi-même. Puis Kiffa m’aida à rejoindre les sénateurs. Sans leur expliquer les derniers évènements, j’embarquai dans la nacelle diplomatique. Le débat commença. Décidé à ne pas laisser cette enflure de Bothan et cet Humain ignoble faire danser le Sénat, je m’accrochai au bastingage de la nef et me dressai pour clamer avec rage :

    Le plénipotent : Cher Sénateur de Bothawui, vous plaisantez ! Ce sont des allégations pas des preuves ! Nous ne pouvons pas décider d’une mise sous tutelle définitive sur des ragots !

    La douleur me reprit, glaçant mon souffle. Je me rassis péniblement tandis que Kiffa me regardait avec inquiétude. Ils continuèrent sans moi, j'écoutai dans un demi-sommeil. La motion de censure... je levai la main pour l'approuver, immité par mes deux sénatrices. Au moins, éliminer Novasrunner, puis tâcher de ridiculiser Mohel'Ya.
    Je sentis de nombreux regards posés sur moi. Sentant une aura s'attarder un peu trop, j'avisai la loge des Jedi, qui semblait se perdre en conjecture sur mon attitude.
    Il fallait éliminer Mohel'Ya... mais à la cession suivante. Novasrunner s'affala dans son siège : la Galaxie semblait voter contre lui en majorité.
    Cette cession allait donc prendre fin sur la censure d'un Chancelier, la suivante devrait en éliminer un autre.

    Terrik : Il va me falloir des vitamines...

    :jf:

    lundi 07 janvier 2008 - 15:15 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide