Le Temple Jedi 5 (page 26)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Pendant ce temps, dans le temple Jedi, une chiss gémit au sol en crachant un peu de sang. A sa droite, un apprenti jedi la soigne, tandis que sa rapière en cortose repose à sa gauche. Elle maudit le seigneur noir des sith dans sa langue natale.

    Jalana - Laissez moi partir, ou est ma rapiére ?
    Le padawan - Arrêter !! Vous n'êtes pas guérie madame.
    Jalana - Allez voir dans la gueule du Sarlaac si j'y suis..
    L’innocent jedi - Mais punaise, vous êtes tellement faible que vous me
    parler en regardant les bustes d'Even Piell et Mace Windu.
    Jalana - Mes fesses ! JE VEUT BASTOOOOOON !
    Le docteur - Si vous ne vous taisez pas, je..

    La main de Jalana chopa le bras du Jedi et l'enserra comme un gigot de bantha, ce dernier hurla tellement que tout le temple frémit, un peu comme si ses holocrons venaient de s'être vaporisé. Une petite larme coula sur la joue du forceux. Heureusement ce n'était que le bras gauche, essayer de vous brosser les dents ou de vous coiffer vos longs cheveux sans le bras droit, c'est de suite plus compliqué.

    samedi 09 février 2013 - 15:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    La guildeuse se dirigea d’un pas vif vers l’un des panneaux de commande de la Salle du Conseil. Tirant son databloc de son paquetage, elle le connecta à la borne prévue à cet effet et lança « Hakeur V2 », le programme de hackage le plus performant de la Guilde – et donc de la galaxie, s’entend. Les réflexes de sa brève carrière de cambrioleuse lui revinrent immédiatement et elle se dit avec un sourire que sa mère, Ange, serait fière de la voir utiliser ses compétences pour pirater le Temple. Le chevalier jedi restait légèrement en retrait mais Mimi pouvait sentir son regard lui brûler le dos : il n’était sans doute pas tout à fait rassuré de voir une guildeuse trafiquer le système informatique des jedis. Mimi accéda en un temps record aux plans du Temple, et en projeta une carte holographique interactive de celui-ci. La Leader de la Guilde se recula et contempla le plan du Temple.

    Mimi : Le premier qui trouve B7al gagne le droit de lui latter la g…
    Cenovii : Ici, dit-il en pointant du doigt un endroit de la carte, qu’il agrandit d’un mouvement de main, C’est le hall Pollux Horn Terrik.
    Mimi : C’est un point stratégique, c’est ici que se rencontrent les autres halls d’entrées, au Nord, Sud, Est et Ouest, elle appuyait ses dires en traçant des lignes imaginaires sur l’hologramme que seule elle semblait voir.

    Songeuse, la guildeuse avait son regard rivé sur l’image holographique, ses yeux noisette reflétaient la couleur bleutée de celui-ci. D’un geste de la main elle désigna la salle juste au dessus du hall, et se tourna vers le jedi.


    Mimi : Qu’est-ce qu’il y a là ?
    Cenovii : C’est une des salles d’entrainement au sabre laser, pourquoi donc ?
    Mimi : Le meilleur moyen de défaire B7al, c’est de l’avoir par la ruse. Mais le Sith est difficile à piéger, il se méfiera. J’ai la chance d’être dans son collimateur depuis la destruction de son avant-garde Sith par la flotte de la Guilde, et également d’être connue pour mon égo-surdimensionné.
    Cenovii : Où veux-tu en venir ?
    Mimi : Je pourrais peut-être arriver à créer une diversion suffisante pour nous permettre de lui mettre un sacré coup, peut-être décisif.
    Cenovii : Sans vouloir te vexer, même en l’attaquant à nous deux je ne pense pas qu’on arrive à lui donner un coup fatal.
    Mimi : Nous peut-être pas… la guildeuse fit apparaître de nulle part un détonateur thermique dans sa main, mais ces petits bijoux sûrement, et crois moi j’ai toujours sur moi de quoi faire exploser un Temple Jedi, c’est mon petit fantasme perso…

    La corellienne vit le mandalorien hausser des sourcils, ignorant sa référence aux évènements d’il y a quelques années et visiblement intéressé par ce qu’elle disait. Il s’approcha de la carte puis se tourna vers sa coéquipière improbable.

    Cenovii : Je pense comprendre où tu veux en venir. Mais si l’on place les explosifs juste au-dessus de la salle, la déflagration pourrait blesser les autres jedis. Il faudrait également que nous ayons le temps de faire s’écrouler le plafond. B7al ne nous en laissera pas le loisir.
    Mimi : Pas si nous débarquons en grande pompes et que je me montre suffisamment distrayante… Et qu’il ignore que nous œuvrons à deux. Pendant que moi, je lui fais la conversation, toi tu essayeras d’évacuer les blessés et au moment opportun, en utilisant celui-ci, elle pointa le lance-roquettes que le chevalier tenait, tu feras exploser le plafond. Cela déclenchera les détonateurs.

    Elle scruta le visage du jedi avec un petit sourire satisfait, attendant ses protestations. Celui-ci semblait réfléchir à toute vitesse, pesant sans doute le pour et le contre.

    Cenovii : Ton plan comporte de nombreux risques, pour toi comme pour moi. Ca ne te ressemble pas de jouer l’appât.
    Mimi : Peut-être pas, mais j’adore me mettre en avant ! Juste pour ça, je ne troquerais mon rôle pour rien au monde. Assez de temps perdu, en avant jeedai !

    La jeune femme récupéra son databloc et l’hologramme disparu subitement, plongeant le duo dans le noir. Cenovii connaissant mieux l’endroit que la guildeuse, celle-ci le suivit donc d’un pas leste, arrivant sans efforts à soutenir son rythme de course. Des bruits sourds montaient du rez-de-chaussée là où le cœur de la bataille avait lieu. On entendait des cris de douleur et d’effroi résonner dans les couloirs déserts. Les tirs de blaster avaient réchauffés l’atmosphère qui était presque irrespirable. Le chemin jusqu’à la salle d’entraînement se fit sans obstacles et le duo de choc s’y glissa, verrouillant la porte derrière eux. Mimi fit glisser son sac de ses épaules et le mis dans les mains du jedi.

    Mimi : Place les explosifs.

    Pendant que celui-ci ouvrait la bouche sûrement pour protester devant le ton autoritaire de la Leader, Mimi se détourna de lui pour chercher un panneau de commande où elle pourrait brancher de nouveau son databloc. La diversion avait une chance de marcher cela uniquement si elle était suffisamment distrayante. Pour ce faire, il était nécessaire que la guildeuse fasse une entrée fracassante. Elle sortit de sa ceinture un projecteur holographique de poche, qu’elle connecta à son databloc ce dernier étant lui-même déjà relié au système général du Temple. Si elle passait par le système de communication d’urgence et qu’elle arrivait à activer à distance le projecteur du hall où se trouvait B7al, ce serait sûrement l’entrée la plus théâtrale de toute sa vie.

    Concentrée par ses lignes de codes, Mimi se désintéressa complètement de Cenovii qui finit par lui obéir. Il ouvrit le sac qu’elle lui avait tendu et en sortit plus d’une dizaine de détonateur thermique de classe B et une demi-douzaine de classe A. Le jedi jeta un regard à la dérobé à Mimi, se demandant sûrement si la guildeuse n’avait pas emportée autant d’explosif dans l’espoir secret de réellement souffler le Temple, puis commença à les placer au centre de la salle.


    Mimi : Bien, cela devrait fonctionner… murmura la guildeuse pour elle-même plus que celui qui l’accompagnait. Pendant que j’attirerais l’attention du Sith, tu essayeras de te glisser dans le hall sans qu’il ne te voie. Je compte descendre par là, côté Sud. Le mieux serait que tu rentres de l’autre, par le hall Nord. Si tu peux, évacue tes camarades ou au moins mets-les à l’abri mais il est nécessaire que tu sois prêt à tirer avec le RPD-22 lorsque je t’en donnerais le signal.
    Cenovii : Il va falloir faire preuve de trésor d’ingéniosité pour que B7al ne se rende pas compte de ma présence.
    Mimi : Je ne vais quand même pas faire tout le boulot ! Maintenant tu dois partir. Je verrouillerais la porte derrière toi pour que personne ne puissent y accéder et faire capoter notre plan en enlevant les détonateurs.
    Cenovii : Par où comptes-tu sortir alors ?

    Mimi lui offrit un grand sourire de gamin, ses yeux pétillaient sous l’excitation.

    Mimi : Je te laisse la surprise.

    [i]Cenovii regarda un instant Mimi en silence, puis tourna les talons et sortit, laissant la guildeuse seule. Celle-ci saisit son DL-44 et tira rapidement deux coups sur le système d’ouverture avant de revenir vers son databloc. Elle orienta le projecteur holographique vers elle et s’éclaircit la gorge. On arrivait enfin à la partie la plus amusante… En quelques clics, elle activa le projecteur holographique, ainsi que les haut-parleurs du Temple, afin que sa voix porte dans tout le bâtiment.

    « Votre attention, mesdames, messieurs, Sith de votre état, ici la Leader de la Guilde qui vous parle ! Je m’apprête à faire preuve de magnanimité envers vous, chers assaillants du Temple et vous pouvez me croire, c'est rare. Si vous rendez les armes maintenant, vous aurez la vie sauve. Dans le cas contraire, ma foi, j'avais bien dans l'idée d'organiser un méchoui géant... Baaaaaaal, tu fournis la broche?"

    lundi 11 février 2013 - 23:46 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17321 Crédits Modo

    Vingt-six ans plus tôt, dans une galaxie lointaine, très lointaine...

    Corellia, cité de Coronet.
    Le Jedi déambulait depuis deux jours déjà dans les rues de la capitale corellienne et désespérait de plus en plus d'accomplir sa mission, la première mission solo que lui confiait le Conseil des Jedi ! Pourtant il sentait la Force s'affoler, plus que jamais !
    La mission était simple : retrouver un Jedi Noir qui avait tué un Chevalier Jedi sur Drall, l'appréhender, et lui reprendre un holocron volé à sa victime. La seule piste que le jeune Jedi avait trouvé jusqu'ici était le meurtre au sabre laser d'un mécanicien et de sa famille sur une station orbitale du même système trois jours plus tôt. L'enquête sur place n'avait confirmé qu'une chose : le vaisseau du meurtrier était d'un type léger et ne pouvait quitter le système corellien, d'où la recherche actuelle à Coronet, meilleur endroit où se terrer pour un tueur en quête d'assistance.
    La piste était bonne, le Jedi humain en était absolument sûr, n'était-ce que parce la Force le lui hurlait, et il ne l'avait jamais ressentie se manifester à lui ainsi ! Pourtant il s'était démarqué tout le long de sa formation comme le padawan le plus en retard dans son apprentissage de tout le Temple et surtout le plus maladroit dans son usage, un vrai désastre ambulant ! La faute à une trop longue jeunesse passée sans s'accoutumer à ressentir la Force. Malgré ses efforts suprêmes pour se rattraper, sa récente accession au rang de Maître tenait du miracle. Quelle mouche était donc passée par la tête des Maîtres du Conseil ?! Ne risquaient-ils pas de placer trop d'espoirs en lui ? A ce stade le jeune Jedi en mission n'espérait guère plus que d'accomplir sa tâche actuelle, les suivantes aussi, surpasser encore son handicap, et éviter de prendre un padawan pour lui transmettre sa maladresse. Il ne se voyait pas devenir un grand Jedi.

    Il s'engagea dans des ruelles peu fréquentées, et la Force s'imposa aussitôt encore plus fortement à son esprit. Qu'est-ce que cela signifiait, à la fin ? La Force avait commencé à s'agiter dès qu'il avait posé un pied sur Corellia, et cette agitation était sans cesse allée crescendo depuis. Un vulgaire Jedi Noir pouvait-il causer un tel trouble ? A moins qu'il soit bien plus fort que supposé ? Ou alors un événement extrêmement important, aux grandes répercussions futures, était-il sur le point de se produire ?
    Le Jedi était en train de ruminer ses pensées et de contenir son impatience lorsqu'il arriva au croisement d'une ruelle.
    PAF !
    Sans qu'il l'ait vu arriver, une personne de petite taille avait fait irruption du croisement et lui était rentrée violemment dans l'estomac ! Le Jedi grimaçait et était étendu sur le fessier en train de reprendre son souffle lorsqu'il baissa le regard sur l'importune personne. Il s'agissait d'une petite humaine blonde, peut-être une jeune adolescente. Elle avait chuté aussi et se trouvait vautrée sur le torse du Jedi mais elle ne lui prêta aucune attention, bien trop effrayée par autre chose et jetant des regards apeurés dans la direction d'où elle venait.
    Étrangement la Force avait cessé ses manifestations au même moment, mais le Jedi affalé n'eut pas le temps d'y prêter attention. C'est alors qu'arriva à son tour un grand humain vêtu de noir. Il ne faisait pas attention au Jedi et fixait intensément la petite fille d'un air mauvais. Sans la quitter du regard il leva un sabre laser à lame rouge, prêt à frapper.
    Le Jedi Noir ! Dans un réflexe fulgurant, le Jedi déploya la lame bleue de son propre sabre et arrêta au dernier moment un coup qui aurait dû tuer la jeune humaine. Le Jedi Noir perdit son sourire, recula de surprise et repassa à l'attaque, essayant de décapiter son nouvel adversaire. Mais le Jedi s'était déjà relevé et placé en protecteur devant la petite. Il arrêta les coups suivants, jaugea la force de son adversaire, et riposta.

    Quelques minutes après le Jedi Noir s'effondrait, transpercé par la lame du Jedi au terme d'un combat aussi bref que violent. Le criminel, décidé à ne pas se laisser prendre vivant, s'était démené comme un diable. Le Jedi, quant à lui, encaissait le choc tout en essuyant la sueur sur son front. C'est la première fois qu'il ôtait la vie à un être intelligent mais celui-ci, quoique à l'intelligence discutable, ne lui avait pas laissé le choix.
    Il rengaina son sabre, se baissa sur le corps de son défunt adversaire, le fouilla, et ne tarda pas à trouver l'holocron volé. Enfin, toujours à genoux, il leva les yeux vers la jeune fille. Celle-ci ne manifestait plus la moindre peur, mais ne quittait pas le Jedi du regard, comme fascinée.

    Le Jedi. - N'ai pas peur, petite, tu n'as rien à craindre, je suis un Jedi... Je m'appelle Kaarde Naberry, et toi ?

    La petite. - Tyria... Tyria Sarkin.

    Le Jedi. - Où sont tes parents, Tyria ?

    La petite. - Je n'en ai plus.

    Attristé, le Jedi eut une moue de regret. Puis il tendit la main à la jeune fille en lui affichant un sourire confiant.

    Le Jedi. - Viens avec moi, Tyria, je t'emmène sur Coruscant, au Temple Jedi. Tu y seras en sécurité.

    Quelques semaines plus tard Tyria devenait la première padawan de Kaarde.
    Douze ans plus tard elle essayait de le tuer. (voir ici )


    ---------------------------------------------------------------------------------------------


    ;) Au moment présent...

    Coruscant, Temple Jedi, hall Pollux Horn Terrik.
    Je ne... pouvais... pas... le croire !... Mon ancienne apprentie Tyria, comme ressurgi d'entre les morts, se tenait là, devant nous ! Serrant ses deux sabres, un pourpre et un jaune comme autrefois, et faisant face à son père malfaisant, prête à prendre sa revanche. Mirax, qui avait été sa plus proche amie, était aussi estomaquée que moi.
    Ce n'est que par réflexe que mon corps se jeta dans la bataille. J'étais déjà tant épuisé par le combat, puis la mort de Sola suivie de l'apparition de Tyria avait été un véritable choc. Dire que j'avais consacré des années, après son passage du Côté Obscur, à tenter de la retrouver ! Craignant qu'elle dispose de la même longévité que Baaaaaaal et ne ressurgisse que des siècles après ma mort, j'avais difficilement renoncé à la retrouver.

    B7al. - Bah alors, Tyria ? On ne cherche pas à exploiter pleinement ses capacités ?

    Malgré ses airs provocateurs, le Sith disait vrai. Étant donné les circonstances de sa disparition j'avais longtemps crains de voir réapparaître Tyria en Sith aussi puissante et sadique que son père. D'après ses propos elle était clairement venue ici pour la vengeance, pour prendre la tête de Baaaaaaal, pas pour réintégrer les rangs Jedi, mais elle faisait preuve d'une étrange retenue et s'empêchait avec discipline de céder à la colère. Je ne pouvais en deviner plus. Tyria était renfermée sur elle-même, et notre vieux lien de Maître à Padawan était trop émoussé.
    Si la situation profitait bien à quelqu'un c'était à Baaaaaaal, pour l'instant. Malgré sa blessure au ventre il semblait plus joyeux que jamais, ragaillardi par l'arrivée de sa fille. Il para dans la même seconde ma lame, puis la violette de Tyria, puis celle de Mirax, puis les deux de Tyria en même temps. Cette dernière focalisait toute son attention et se battait avec une froide détermination. Malgré le passé, la vue de son hardeur au combat nous redonnait des forces et de l'espoir.
    Baaaaaaal dévia la lame jaune de sa fille avec une des siennes et tenta de la trancher par en dessous avec sa deuxième. Tyria se cambra en arrière et voulu effectuer une pirouette arrière mais le Sith la plaqua au sol d'une simple impulsion de Force. Il leva son sabre et s'apprêta à frapper. Mon ancienne apprenti eut la vie sauve grâce à un morceau de colonne venu s'interposer entre elle et son père. Tournant la tête je vis Jorus, toujours immobilisé par sa jambe cassée, tendant le bras et tenant ladite colonne à distance. Ouf !
    J'étais toutefois surpris que Tyria n'ait pas anticipé ou absorbé l'attaque de Force du Seigneur Noir. D'ailleurs elle-même n'employait aucune technique de Force apparente et se reposait entièrement sur sa maîtrise du sabre. Elle avait visiblement changé depuis notre dernière rencontre, mais à quel point ?
    Baaaaaaal fit éclater en petit gravier la colonne qui lui bouchait la vue, adressa son sourire le plus sadique à sa chère fille et tenta encore de la déstabiliser en misant sur la mort de Polux.

    B7al. - Dis-moi, Fifille.. es-tu restée seule et abandonnée pendant ces quatorze longues années ? Ce serait logique. A l'ère des blaster et autres sabre laser j'aurais forcément entendu parler d'une veuve dont le mari aurait été "tué par Baaaaaaal". Gnéhéhé !

    Un ange passa...
    ... et fut empalé sur une des lames du Sith.

    Tyria. - Tu as attendu quatorze ans de balancer cette vanne ?!

    B7al. - Devant mon miroir c'était drôle. Bref... Adrieeeeenne !

    Il s'apprêtait à repasser à l'attaque lorsqu'une immense projection holographique de Mimi fit son apparition derrière lui.

    Mimi, holo. - Votre attention, mesdames, messieurs, Sith de votre état, ici la Leader de la Guilde qui vous parle ! Je m’apprête à faire preuve de magnanimité envers vous, chers assaillants du Temple et vous pouvez me croire, c'est rare. Si vous rendez les armes maintenant, vous aurez la vie sauve. Dans le cas contraire, ma foi, j'avais bien dans l'idée d'organiser un méchoui géant... Baaaaaaal, tu fournis la broche ?

    B7al. - Et voici la présidente de la Guilde ! Décidément je déplace les foules, muhaha ! Allez, montre-toi, misérable ! J'ai des comptes à régler avec la Guilde et je sais que tu n'aimes pas les retarder !

    J'en étais encore à me demander à quoi rimait cette intervention lorsqu'on effleura discrètement mon esprit à distance. Il me fallut toute ma discipline pour retenir ma surprise et m'empêcher de me retourner.
    Ceno !



    mais où est passé le smiley en forme d'insigne Rebelle ?
    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 13-02-2013 01:09

    mercredi 13 février 2013 - 00:08 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9863 Crédits

    Otto, ce vil séducteur de sénateur nautolan, m'avait convié dans un restaurant gastronomique, aux prix astronomiques et prenant place dans les derniers étages d'une tour luxueuse au profil élancé, telle une flèche perçant le ciel. Il avait sortit le grand jeu, vraiment, habillé d'un complet fait sur mesure rehaussant sa prestance naturelle. C'est un simple dîner entre amis m'avait-il dit.
    Allons donc, il me prenait pour un mynock de l'année en plus !

    Cela faisait d'ailleurs dix bonnes minutes que nous étions attablés et il n'avait qu'à peine réussit à bredouiller quelques bribes de phrases, comme si nous étions de parfaits inconnus l'un pour l'autre et qu'il s'agissait d'un premier rendez-vous galant. Un dîner entre ami … Il avait quelque chose à me dire voilà tout, et à en juger par tout ce cérémonial et à la teinte de ces joues vertes qui tendaient à s'empourprer, ça devait être du très très lourd. Assise sur mon séant j'étais prête à tout et je craignais le pire. Pour faire passer le malaise je bu, cul sec, le Chandrila 167 ABY. Le troisième. Déjà, et oui. C'est-à-dire que la tension entre nous deux asséchait aussi efficacement l'atmosphère que les vents de Ryloth. Mais le malaise ne passait pas, et je ne pouvais même pas respirer à pleins poumons pour me détendre, emprisonnée que j'étais dans ce corset.

    Otto – Ay … Aynor … j'aim... j'aim …
    Aynor – J'ai mal au foie ?
    Otto – No .. non … j'aim
    Aynor – Jamiroquai.
    Otto – No … non ! J'aim … erais … vous … d
    Aynor – Dominer ? Diriger ? Discipliner ?
    Otto – .. dé..
    Aynor – Dégrapher !? Allons Otto, ce n'est pas l'endroit !
    Otto – Non ! Décl …
    Aynor – Plus vite s'il vous plaît, tout le monde attend.
    Otto – .. arer.
    Otto – quejevousaime !! Finit-il par lâcher d'un seul tenant.

    Silence. Plus aucun coup de fourchette ne tinta, les bulles de champagne cessèrent de buller et les les musiciens Bith arrêtèrent de biffer (Ndlr : leurs partitions).

    Aynor – Otto, je ne sais pas si ....

    Otto Pontus se leva sous les multiples regards des autres clients et sortit de sa redingote une petite boîte rectangulaire.

    *Oh … non. Ne faites pas ça Otto, asseyez-vous, rangez cette chose … alleeeeez … et mer** *

    La Force me hurlait de quitter ma place, de courir et de me jeter dans le vide à travers le transparacier. Mais il était trop tard, Otto Pontus était déjà à genou à côté de moi, ses tentacules frétillantes de bonheur et d'angoisse en même temps, ses deux mains tendues vers moi.
    Tout allait basculer.
    Tout allait changer.
    La boîte s'ouvrit.

    Elle révéla – je me frottai les yeux pour être certaine – une tête réduite ressemblant traits pour traits à celle du nautolan. De stupeur je portais mon regard tout autour de moi. Des têtes d'Otto Pontus partout ! Clients, serveurs, musiciens … tous.

    Otto – Pontus pontus ? Pontus pontus pontus.
    Serveur – Pontus ?
    Aynor – AAAAAAHHH !!!

    Je me mis à courir en tous sens, zigzaguant entre les tables, je cherchais une sortie à ce cauchemar. Mais il n'y avait que Otto Pontus, de tous côtés, même la diva chantant allongée sur la piano s'était Pontisé. Les enfants, les non-humains, tous … Lorsqu'enfin je trouvai une porte de sortie je m'y engouffrai et ce fut la chute.

    Les odeurs raffinés du restaurant furent remplacées par une odeur de fumée. Je constatai que j'étais au Temple. Tout me revint en mémoire. L'assault des Sith, le combat contre Baaaaaaal … Et penché sur moi un soldat clone entreprenait de me déshabiller.
    A présent que mon hallucination était passée les douleurs et multiples contusion se firent de nouveau sentir. J'envoyai néanmoins un coup de pieds bien placé et me redressai sur mes deux jambes, mes mains posés sur mes hanches, un air réprobateur dans le regard.

    Aynor – On pensait abuser d'une femme sans défense. C'est pas joli joli !

    Je me penchai en avant pour m'approcher du clone. Celui-ci releva la tête, des sanglots dans le regard, mais ne put s'empêcher de porter ses yeux là où il ne fallait pas. En réprimande je lui attrapai une oreille que je tirai bien fort.

    Clone – Wouuuaaïï … ouiiiiiin.
    Aynor – Excuse toi.
    Clone – Ouiiiiinn.
    Aynor – J'ai pas entendu.
    Clone – Je … je m'excuse … snirfl.
    Aynor – Voilà, ça c'est un gentil clone.

    D'un coup sec sur sa nuque avec le tranchant de la main je mis fin à ses jérémiades et le clone s'écroula sur le sol poussiéreux. Quand d'autres déboulèrent, je portai machinalement ma main à l'emplacement de mon sabre pour constater qu'il n'y était plus.

    *Ferglutz*

    Pas d'autres choix que d'emprunter le fusil blaster du clone pour tenter de repousser les trois autres qui me canardaient ...
    -------------------------------------
    Maître Jedi et twi'lek mordante.


    Ce message a été modifié par: Aynor le 14-02-2013 12:59

    jeudi 14 février 2013 - 12:57 Modification Admin Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    B7al : Et voici la présidente de la Guilde ! Décidément je déplace les foules, muhaha ! Allez, montre-toi, misérable ! J'ai des comptes à régler avec la Guilde et je sais que tu n'aimes pas les retarder !
    Mimi : Est-ce que tu comptes me faire déplacer pour me signifier ta reddition en personne?
    B7al : Muhahaha, je reconnais bien là l'arrogance des Guildeurs, et aussi leur audace. Car il en faut, pour oser me narguer ainsi. Donne-moi donc une bonne raison de m'incliner devant toi.
    Mimi : Il me semble que je t'ai déjà fait mettre un genou à terre lorsqu'on a pulvérisé ton avant-garde Sith. Je te remercie pour ce divertissement, mes guildeurs avaient besoin d'exercice et les grands méchants sith sont toujours très distrayants!
    B7al : Grrr... Par cet outrage vous n'avez fait que vous attirer mon courroux. Je ne qualifierai pas mon précédent combat contre la Guilde à Vergesso de "divertissant", en revanche. Combattre le ramassis de mercenaires qui vous sert d'armée était d'un ennui !
    Mimi : Je suis alors convaincue que la défaite n'en a été que plus cuisante pour toi. Apparemment, un ramassis de mercenaires est plus puissant que ce que tu oses appeler ta "flotte Sith". Que nous sommes en train de nous approprier en ce moment même, vaisseaux par vaisseaux. La guildeuse s’arrête, puis fait mine de réfléchir, En fait, c'est plutôt le bon plan de venir te combattre, on ressort toujours avec pleins de matos.
    B7al : Certes... mais moi ce sont plutôt les morceaux de la famille Terrik, que je collectionne... Tu n'ignore sûrement pas que j'ai tué Pollux Horn Terrik ici-même ? Mais t'as-t-on raconté comment j'ai estropié ton frère Doc Beldom, à l'époque ? Et le coeur de Mirax, que j'ai ravi et brisé dans la foulée. Sans compter ma récente rencontre avec ce cher Edoras, héhéhé... Je crois que tu es la prochaine Terrik sur la liste, petite Mimi !

    Depuis le début de leur joute verbale, Mimi fut déstabilisée pour la première fois en entendant le nom de son père. Mais les siths étaient des menteurs, elle le savait et était prête à parier qu’il cherchait à lui faire perdre ses moyens. Son hésitation ne dura que quelques secondes, mais nul doute que cela n’avait pas échappé au Sith.

    Mimi : Mais je suis également une Solo, tu connais ma famille, je suppose. On s'en sort toujours!

    Le sith jeta sa tête en arrière et éclata d’un grand rire dément qui résonna comme des coups de marteau à travers les hauts parleurs de Mimi.

    B7al : Oooh oui ! Comme Anakin Solo, hein ? Ou le preux Jacen ? Hé oui, je côtoyais tes aïeux bien avant que tu portes des couches, petite, et à part leur paternel c'étaient de sacrés ploucs ! J'aurais pu les supprimer, ça n'aurait pas été un mal !
    Mimi : Aujourd'hui est un grand jour alors, celui où les Terrik et les Solo vont mettre fin à ton existence néfaste. Je réitère ma demande, souhaites-tu te rendre, Baaaaaaal? Tu devrais saisir cette chance, c'est ta seule porte de sortie. La corellienne essayait de se composer un air véritablement peiné devant le refus de B7al à capituler.
    B7al : Muhahaha ! Pourquoi ne sortirais-tu pas de ta cachette pour me le demander en face ?
    Mimi, en souriant : J’ai cru que tu ne demanderais jamais !

    Quelques secondes après, un cercle concentrique parfait tomba du plafond du hall Pollux Horn Terrik, et des petites capsules jaillirent du trou apparu, d’où s’échappait une épaisse fumée blanche. L’hologramme s'éteigna brutalement, et l’ombre de la Leader de la Guilde apparu à l’endroit exacte où s’était tenu son double holographique. Certains dirent qu’elle avait pris une pose de diva, un bras tendu vers le ciel mais le manque de visibilité dû aux fumigènes ne nous permet pas de confirmer cette version. Malgré la fumée, Mimi parvient à deviner la silhouette du sith, seulement à quelques mètres d'elle maintenant. Alors que l'air se clarifiait, elle put discerner son visage plus clairement. Les lèvres de Baaaaaaal s'étirèrent lentement laissant apparaître un sourire malsain. Un frisson parcouru immédiatement l’échine de la guildeuse.

    B7al : Aujourd'hui est un grand jour, en effet, celui où je met les Jedi à genoux et tranche la tête de la Guilde ! Regarde derrière-moi ces Jedi, ils sont soit morts, soit sur le point de l'être. Crois-tu faire mieux qu'eux? Et seule ?
    Mimi : Qui a dit que j'étais seule?

    “Hey! Enfoiré!!”

    vendredi 15 février 2013 - 19:40 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar mandarindufutur

    mandarindufutur

    142 Crédits

    Lieutenant Taishakuten sur Corusant.


    Après m’être relevé de l’explosion je sentis la présence du sith se faire encore plus intense et menaçante, je vois l’un de mes sergents se soulever du sol et se faire stranguler de toute part par ce qui ressemble à des éclairs et je n’en crois pas mes yeux !

    « Nom d’un Ewok chauve ! Ce seigneur noir est capable de nous atteindre même à travers les murs ! Ça va Esérine ?

    -GZzz brr.. TZouik cazzzz Zvaa aaaa peuuuaa près….

    -allé debout et que ça saute ou tu peux dire adieu à ta prime spéciale « adepte de la force » on va se faire ce sith coute que coute ! »

    Une seconde plus tard mon thermo-scan indique 33 individus qui sont immédiatement identifiés par mon SMA (scanner morphologique avancée) et mon SCEI (Scanner Cérébrale d’Espèces Intelligentes) comme d’exactes répliques des soldats sith massacrés il y a une minute.

    « Et mer** je crois que le sith ça va pas être pour tout de suite ! On fait le 12 en mode espace ! Ready les gars ? »


    Au même moment je me retourne pour voir le sergent Esérine se viander sur le mur le cul par terre, il ne parvient qu’à saisir son blaster de secours qu’il vient lever instinctivement en direction de l’entrée d’où nous avons fait (du moins c’est ce qu’on croyait) péter le sith. Malka vient reposer son pied et son fusil lourd dessus à une vitesse impressionnante, je ne sais pas si je dois trouver ca rassurant ou inquiétant …


    Alors que je réfléchis à une stratégie le premier soldat sith viens se poser épaule contre le mur de l’encadrement de l’entrée d’où il est apparu et pose son fusil dans notre direction, à peine le temps de voir ça qu’un autre fait un roulé boulé pour venir se déployer de l’autre côté du couloir. Le premier viens tirer en rafale pour laisser le temps à trois autres collègues d’apparaitre et de se poser en plein milieu du couloir genou à terre tandis que « roulé boulé boy » tire en plein dans mon casque, je chute instantanément et Malka entame une de ses « fatale rafale », technique consistant à envoyer une rafale de tir lasers lourds en criant *crevez tous bande de fils de Jawas* c’est très efficace si on a un fusil blaster lourd.

    Dans mon éphémère absence je me souviens des paroles du docteur Zachtos : « Taishakuten, toi et tous les modèles SCP500 êtes assistés d’un système TSA (Tir Semi-Automatique), il ne s’agit pas d’un programme agissant sur ton fusil mais directement sur ton cerveau. Couplé à ton œil cybernétique avancée il te permet de viser et atteindre une ou plusieurs cibles du même type à une vitesse d’exécution optimale. Vos avant-bras étant équipés d’un double blaster, l’un à canon fixe et l’autre rotatif, il te permet dans l’hypothèse d’une cible humaine par exemple d’analyser sa morphologie et de déterminer la meilleur stratégie pour la tuer, l’immobiliser ou que sais-je encore. Dans le cas d’une exécution par exemple le canon tire sur le cerveau et le canon rotatif prend un angle qui, calculé en fonction de la distance de la cible touche la victime au cœur 0,032 seconde après le premier tire. Ce système est d’une incroyable précision car durant son activation ce n’est pas ton cerveau humain qui est aux commandes mais ton compartiment cérébrale BX81, ton cerveau cyborg ce qui signifie qu’il prend le contrôle de tes main, de tes bras et de tout ton corps si cela est nécessaire pour venir à bout de ses cibles. Cela peut te paraitre effrayant mais c’est un atout redoutable en combat, d’autant plus que tu es capable d’annuler cet ordre à tout moment du fait que ton cerveau BX81 est une prothèse de ton cerveau humain, il est donc l’esclave et toi le maitre. Nous n’avons jamais testé cela en entrainement car je sais que le général n’aurais pas approuvé cela mais je sais que vous saurez en faire bon usage.

    « Les gars, tous en mode TSA ! »

    L’instant d’après une petite trappe vient ouvrir les avants bras respectifs de moi-même et mes deux sergents pour faire apparaitre un blaster à double canons paraissant ridiculeusement petit compte tenu des modèles d’assaut standard de l’armée. Cependant nos bras, comme guidés par la force (enfin d’après ce que je sais de cette chose) viennent viser quasi-instantanément tous les soldats qui se présenter dans le couloir jusqu’au dernier choyant vaillamment au sol laissant apparaitre un chevalier Jedi miniature qui se jette sur nous.

    « Eh ben les bidasses je pensais venir vous porter secours mais je vos que ce n’est pas la peine, toujours et il que vous être une bonne bande de crétins ! »
    J’en crois pas mes yeux, n’est un mioche en robe blanche avec un sabre violet aussi grand que lui qui viens se coller à moi et me dit :

    « Lieutenant vous êtes malades de venir vous frotter au sith, venez avec moi on sort de là et on va combattre les clones, laissons les Jedi faire leur travail !

    - Comment ça ? Moi et mes hommes ont à presque réussit à le réduire en poudre à canon, une ou deux attaque spéciale de l’escouade du chaos et ce sera plus qu’un mauvais souvenir petit, et puis d’abord, t’est pas un Jedi toi ? Tu devrais pas plutôt nous soutenir ?!

    -laissez tomber il est pas pour nous celui-là ! Je vous en conjure faites demi-tour ou ce sera la fin.

    -Mais nom d’un bleu bite s’est pas vrai que vous avez tous les bourses en compotes dans cet endroit ! Je me demande ce que je fous ici ! Je suis pas du genre à me faire dicter mes ordres par un gamin t’as compris le puceau ?!

    -(passant la main devant le visage de Taishakuten) Lieutenant vous allez retourner à l’entrée du temple et repousser l’invasion sith.

    - Esérine, Malka ! Allé on retourne à l’entrée et que ça saute au pas de course ! Le dernier arrivé sera chargé du nettoyage des lieux une fois la bataille terminé !


    Eserine - mais euh ... Lieutenant vous venez de dire ......

    -Fermez la sergent, exécution !
    -------------------------------------
    Pour la République !
    Et pour ma mère !

    Ce message a été modifié par: mandarindufutur le 15-02-2013 19:53

    vendredi 15 février 2013 - 19:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Le mando-jedi file comme le vent à travers l'un des nombreux couloirs du temple, l'absence de troupes ennemis dans cette partie de l'édifice lui facilite le trajet, mais ces-dernières ne sauraient tarder à se montrer! Lorsque Ceno arrive au grand escalier qu'il compte emprunter pour descendre d'un étage, il s'aperçoit qu'une troupe de clones monte les marches à toute allure et dans une discipline exemplaire. Si personne ne les arrête, il découvriront l'emplacement des détonateurs de Mimi et le plan tombera à l'eau, ce qui n'est évidemment pas envisageable. Il n'y a personne pour stopper leur progression! Personne? Pas tout à fait...

    Un groupe de soldats républicains passe devant Cenovii, ils sont armés jusqu'aux dents et s'apprêtent à débouler devant les clones! Le mando, qui allait intervenir, observe le groupe et les laisse faire dans un premier temps. Les soldats foncent comme des dératés et arrosent abondamment la zone lorsque la troupe clone se tourne comme un seul homme pour continuer leur ascension dans l'escalier. La première ligne est vaporisée! La seconde suit dans la foulée. Puis l'un d'entre eux balance une grenade plasma qui vient exploser une partie de l'escalier et réduire en bouillie la troisième ligne.

    Sans leur laisser de répit, les républicains passent par dessus le trou béant laissé par l'impact, traversent l'épaisse fumée d'un saut bien trop grand pour de simples soldats, et achèvent les survivants sans se poser de questions, leur tirant dessus à tout va sans la moindre pitié, même ceux qui sont au sol, désarmés et sans défense possible. Une fois la troupe décimée, le chevalier les rejoint en vitesse. Celui qui semble être à leur tête est un imposant cyborg, il braque son blaster lourd un instant sur Ceno avant de se rendre compte qu'il s'agit d'un jedi, puis il lui adresse la parole:

    Taishakuten - Vous là! Où vous allez comme ça?! C'est super chaud en bas!
    Ceno - Votre matricule, soldat!
    Taishakuten - Lieutenant Taishakuten de l'Escouade du Chaos, et vous êtes...?
    Ceno - ...Pressé! Continuez dans cette direction, j'ai une mission à remplir!

    Sans un mot de plus, il continue dans l'escalier à une vitesse ahurissante vers le hall où Baaaaaaal se déchaîne, laissant la troupe de soldats perplexes rallier le hall principal. Dans sa course, Ceno remarque à peine l'image holographique de Mimi qui est affichée sur tous les projecteurs, il passe devant une première de ces représentations, puis une seconde, n'écoutant pas son discours, enfin il arrive dans le couloir menant à sa destination.

    Là il tombe sur trois nouveaux clones tirant dans la direction de son objectif, il profite qu'ils ne l'ont pas remarqué pour les assassiner de trois rayons bien placés dans leur nuque, pile dans la démarcation entre leur cuirasse dorsale et leur casque. Ils s'effondrent dans quelques cris d'agonis et laisse apparaître leur cible, Cenovii est soulagé de constater qu'Aynor, la seule créature femelle qu'il ait jamais aimé, est toujours en vie. Il fonce aussitôt à sa rencontre. Affaiblie et blessée, il semble qu'elle ait surpassé ses limites, quand elle aperçoit le chevalier, elle se laisse aller et manque de tomber au moment où le grand mandi la rattrape et la supporte sur son épaule.

    Ceno - Tout va bien je suis là maintenant!
    Aynor - Ce... Cenovii?

    Le mandalorien assoit la twi'lek contre une paroi, sa tête vire plusieurs fois de l'encadrement de la porte du hall à la belle azurée. Constatant l'état critique de celle-ci, il se sent de plus en plus furieux, une rage qu'il avait oublié s'empare de lui. Le chaos ambiant et les tirs qui font trembler le temple tout entier ajoutent à son sentiment de colère. C'en est trop. Le seigneur noir doit payer pour sa cruauté, quelqu'un doit l'anéantir à tous prix. Aynor, les yeux dans le vague, veut se redresser sur ses jambes mais Ceno l'en empêche.

    Ceno - Reste là et ne bouge surtout pas!
    Aynor - Qu'est-ce que... tu fais?
    Ceno - Ne t'en fais pas pour moi. Repose-toi.

    Finalement elle s'évanouie. Il ne peut s'empêcher de lui caresser doucement la joue du revers de sa main, essuyant son sang et profitant du contact de sa peau peut-être pour la dernière fois. Puis il se lève, résolu, laisse la blessée et s'approche aussi rapidement et discrètement que possible du hall où a eu lieu un terrible combat. Etant affaiblit dans la Force, l'aura du jedi se fait moins présente, il semble que Baaaaaaal ne le sente pas venir, le jedi songe que le sith aussi doit être affaiblit, ses perceptions sont altérées. Dans ses derniers retranchements, Cenovii pousse le pouvoir de vitesse pour se planquer derrière un imposant débris sans se faire remarquer, il analyse la situation, d'un regard furtif par dessus sa barricade de fortune. Jorus est hors combat, Mirax et Kaarde aussi. Il y a un autre jedi que Ceno ne connait, il semble être mort, ainsi qu'une inconnue qui semble également blessée mais qui essaye de se relever, quand tout à coup c'est le choc!

    Le corps de Padme inerte et sans vie gît sur le sol aux pieds de Baaaaaaal, lui-même occupé par l'intervention holographique de Mimi. Une émotion très forte envahit le jedi lorsqu'il constate l'apparent trépas de son mentor, il lui est très difficile de le freiner malgré tous ses enseignements. La seule chose qui l'empêche d'attaquer Baaaaaaal immédiatement avec toute sa haine et de ruiner le plan de Mimi est le fait qu'il n'ait pas ressenti la mort de Pad, ce qui est impossible même en étant affaiblit. S'il s'agit de la clone, Ceno avait beaucoup de compassion pour elle, le sentiment de tristesse et de colère ne peut être réprimé. Pourtant il le faut car il doit sauver les jedi!

    Il n'aura pas de meilleure occasion, Mimi attire toute l'attention du seigneur noir, c'est maintenant ou jamais! Le mandalo s'approche en rampant de Kaarde, ce-dernier n'en revient pas de voir resurgir le chevalier d'entre les morts. Ceno lui signifie grossièrement par télépathie qu'il faut évacuer la pièce dans la plus grande discrétion. Kaarde comprend d'instinct et éprouve son corps une énième fois en s'afférant à traîner Mirax et l'inconnue hors de la pièce, tandis que son cadet s'occupe de transporter Jorus, ainsi que le corps percé de part en part de l'autre jedi. Ils sortent dans une tension extrême, de peur que Baaaaaaal ne les remarque, Ceno et Kaarde ont des sueurs froides, mais Mimi joue son rôle à la perfection, et bien qu'aucun ne prête attention à leur dialogue, ce-dernier est assez vigoureux pour absorber le sith.

    Une fois tout le monde en dehors de la pièce, Cenovii et Kaarde installent les blessés graves prêt d'Aynor toujours inconsciente. Kaarde se redresse, titubant, face à l'inconnue, il la regarde avec une expression très étrange, celle-ci reste vivace :

    Tyria - Qu'est-ce que ça signifie?! Nous devons arrêter mon père!
    Ceno - Ton père? Tu... Tu serais...
    Kaarde - C'est Tyria, mon ancienne apprentie.
    Tyria - J'y retourne!

    Le mando se positionne devant elle, bras écartés, le regard grave, pour l'arrêter dans sa lancée.

    Ceno - Non! Mimi a un plan! Laissez-nous nous en occuper!
    Kaarde - Quel est ce plan?
    Ceno (montrant son arme) - Nous allons faire s'effondrer l'étage supérieur sur lui avec ça!
    Tyria - Intéressant, mais il risque d'arrêter ta roquette avant qu'elle ne touche au but.
    Ceno (tournant les talons) - Je vais faire en sorte qu'il ne puisse pas en réchapper. Vous, vous ne devez pas bouger! C'est compris?! Restez hors de portée!
    Kaarde - Attends! Qu'est-ce que tu comptes faire?! Ceno!

    Le mandalorien s'arrête... Il reste de dos, et s'adresse solennellement à Kaarde.

    Ceno - Maitre... Vous m'avez tant appris, je vous remercie pour tout...
    Kaarde - Qu'est-ce que tu...? Non!

    Il jette un dernier regard derrière lui, pour Aynor et Kaarde, pendant un instant une vague d'amour et d'amitié le submerge.

    Ceno - Dites à Keller que je suis désolé... Et dites à Aynor... Que je l'aimais.
    Kaarde - Nonnnn!!!

    Il reprend sa route avec un visage sombre! Déterminé à en finir avec Baaaaaaal, Cenovii empoigne son lance-roquette et pénètre dans la salle avec l'intention de se sacrifier. Autant quitter le monde des vivants en guerrier, en héros, en vrai jedi.

    Il n'y a pas de mort, il n'y a que la Force!

    Il entre, et revoit toute son existence défiler devant ses yeux en une seconde.

    Les sombres années avant d'entrer dans l'Académie...

    Ses amis jedi, ses maîtres, ses élèves...

    Keira, Rem, Ly, Mara... Yota, Jorus, Pad, Kaarde... Kiad, Aynor, Zatila et Keller...

    Son long parcours au sein de l'Ordre jedi...

    Puis... Tout disparaît...

    Reprenant ses esprits, il bondit sur les débris en plein milieu de la pièce, ses yeux vont du corps de Sola au sith, il l'appelle avec le ton le plus arrogant qui soit, prenant note au passage de la présence physique de Mimi qui entre temps est descendue pour faire face au sith en personne.

    Ceno - Hey! Enfoiré!!

    Mimi prend un air extrêmement étonné. Baaaaaaal se retourne lentement, le visage fermé et haineux, il n'apprécie guère qu'on l'insulte. Puis quand il s'aperçoit que l'insolent en question n'est autre que son prisonnier sensé être retenu dans la Main Ecarlate, il ne peut contenir sa surprise, bien que celle-ci soit brève.

    Baaaaaaal - Tu es descendu pour te faire encore torturer? Les jedi sont de vrais masochistes!
    Mimi - Hem... C'était pas ça le plan.
    Ceno - Ton heure est venue ! Mimi dégage de là!!

    Le mando-jedi braque son lance-roquette sur le seigneur noir des sith. La Guildeuse active son jet-pack et décolle pour quitter la pièce aussi vite que faire se peut.

    Baaaaaaal - Quoi? C'est ça ton plan? Tu n'as aucune chance, misérable insecte!
    Ceno - Si je meurs, je t'emporterai avec moi!

    Instant décisif!

    Cenovii tire une première roquette sur Baaaaaaal. Comme prévu il s'en empare avec la Force, affichant un sourire machiavélique empli d'une trop grande confiance, puis il s'atèle à la retourner et à la lancer sur Ceno. Au même moment le mando tire une seconde roquette vers le plafond, que Baaaaaaal n'a pas le temps d'arrêter.

    Première explosion à bout portant, le souffle de la roquette vient littéralement atomiser Cenovii.

    Deuxième explosion inattendue, elle entraîne une réaction en chaîne dévastatrice qui fond sur le Seigneur Noir des sith dans une énorme déflagration.



    Salut aux fans de héros! :craneur:

    vendredi 15 février 2013 - 21:53 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    A bord du Belle de Naga, l'ambiance était calme, sereine.
    Non, c'est une blague. Vous avez déja vu la chambre de Maly ?
    Rajoutez les tirs lasers, les explosions, les hurlements dans les transmitions radios et vous aurez un léger résumé de la situation tel que le perçu Waren en arrivant sur le pont supérieur. Le second hurlait les ordres comme s'il se trouvait sur le marché aux bestiaux, quand il vit le corelien, ce fut presque un soulagement. En une minute il lui fit un rapide résumé, pendant que Waren téléchargait les détails sur son bloc personnel, ce fesant il prit place sur le siége de Mimi. Coté navigation, les yeux fixés sur leurs écrans, l'équipage essayait de ne pas penser à la bataille dans laquelle ils étaient engagés. Le vieux de la vielle afficha une carte holographique de la bataille.

    Waren - Connectez-nous avec le commandant du Warenichou pour un tir de soutien, direction les deux mastodons rouillés, qui portent l'embléme des tapis de bain moisie ambulant. A tout les chasseurs reapers, tennez vous prêts !

    Second - Chef, message du Warenichou, le commandant Jalana à cédé sa place pour botter le cul au seigneur Baal au temple jedi. C'est Face de calamar qui la remplace à présent..

    Waren - Elle m'enerve mais elle m'enerve cette fille.. -_-"

    samedi 16 février 2013 - 02:27 Modification Admin Permalien

  • Avatar mandarindufutur

    mandarindufutur

    142 Crédits

    Lieutenant Taishakuten de l'escouade du Chaos, sur Corusant.


    Le lieutenant fait désormais marche arrière dans les couloirs accompagné du sergent Malka qui tiens le sergent Eserine bras dessous pour l’aider à marcher et d’un apprenti Jedi humain.

    « Taishakuten à Timo, ou en est la bataille du grand hall sergent ?

    -C’est le carnage ici, ça tombe dans les deux camps à une cadence impressionnante, j’aurais bien besoin de renforts !

    -t’en fait pas on sera là dans une minute et j’ai demandé des renforts lourds qui devraient arrivés sous peu. Terminé. Lieutenant Taishakuten à la base, Sergent Trasstoi ou sont les canon lourds portatifs ?!

    -Ici le sergent Trasstoi, les P800 arrivent en ce moment même au-dessus du temple Jedi, on pourra les largués dans une minute.

    -Très bien sergent, timing parfait, terminé.

    Arrivé au seuil de l’entrée ouvrant sur l’un des deux couloirs supérieur longeant le grand hall une petite Twilek armée d’un sabre laser bleu apparait devant nous découpant un soldat sith tentant vainement d’escalader le rebord.

    Apprentis Jedi Toddy : « Samira ! C‘est toi ?!

    Apprentis Jedi Samira : Toddy, tu es là ?! C’est super ! J’avais peur que tu te sois fait avoir par les soldats sith !

    Lieutenant Taishakuten : Bon les mômes c’est pas une colonie de vacances ici alors vous jouerez à touche pipi plus tard on a du sith sur la planche, restez derrière nous et tâchez de vous faire discret. Timo je reprends le contrôle des opérations. Malka, laisse Eserine dans le couloir et va rejoindre tes troupes.

    Le lieutenant prend une seconde pour observer la situation …… Son SCEI (Scanner Cérébrale d’Espèces Intelligentes) indiquent 521 soldats sith et les effectifs restants de son côté son de 312 têtes.

    « Sergents, on passe au plan B : A tous les soldats, ici le Lieutenant Taishakuten, je dirige à nouveau les opérations, les soldats des groupes 3 et 4 rejoignent leurs Sergents respectifs (Malka et Timo), les soldats du Sergent Eserine passent dans le groupe 1 sous mon commandement directe ! Groupe 1 placez-vous en demi-cercle autour des escaliers du fond et tenez la ligne, terminé »

    Malka et Timo : A tous les soldats ! passez derrière les lignes du groupe 1 et montez vous placer sur les couloirs supérieurs ! Terminé »

    Le lieutenant à a peine le temps d’apprécier l’efficace vitesse d’exécution de la grande armée de la république que les deux jeunes apprentis Jedi sautent sur le rebord du couloir supérieur devant lui.

    « Eh les mômes je vous ai dit de rester derrière vous voulez vous faire blaster ?!

    Apprentis Jedi Samira : -Monsieur on a une idée, couvrez-nous s’il vous plait.

    -Non mais je rêve vous êtes pas bien ou quoi ?! descendez de là tout de suite avant que j’en prenne un pour taper sur l’autre ! » Cette réplique rappel au Lieutenant ses professeurs de l’école de pilotage qui le sermonnaient et il se surprend un instant à rêver … ah le bon vieux temps.

    Aussitôt dit aussitôt fait les deux apprentis sautent en plein milieu d’une foule de soldats siths qui viennent désormais prendre l’espace laissé par le retrait des troupes de la république.

    « Eh m*rde, Sergents restez ici et couvez les mômes, faites leur un tapis de sol avec ces saloperies de sith ! »

    Les deux padawans découpent les soldats autour d’eux avant de se précipiter dans la foule en tranchant dans le vif à une vitesse stupéfiante.

    Lieutenant Taishakuten : « Nom d’un Seigneur sith castré ! Ces gamins sont redoutables !

    Sergent Malka : Lieutenant je crois que les mômes se dirigent sur les canons lourds des sith !

    -C’est qu’ils en ont une sacré paire ces p’tits ! Enfin surtout le gamin ….

    Les apprentis sith parviennent à se frayer un chemin jusqu’au canon lourd le plus proche, passent en-dessous et le découpe avant d’aller vers le deuxième et avant dernier. Pendant ce temps les soldats de la république commencent à se poster en hauteur et canardent les sith qui commencent à en prendre pour leur grade. Mais les padawans sont compressés dans la foule et éprouvent d’énormes difficultés à parvenir au pied du second canon et se mettent dos à dos. Soudain un énorme choc viens faire trembler le sol exactement sous leur pieds envoyant valser quelques soldats autour d’eux alors que le canon perd son appuis et viens se faire trancher par deux lames bleues, devenu la principale attraction du champ de bataille. C’est ainsi que les soldats sith présent autour des enfants se retournent sur eux et les blastent à mort.

    «Lieutenant Taishakuten à la base, Sergent Trasstoi larguez les P800 sur le toit du temple!

    -Vous étes sûr Lieutenant ? Cela risque de …..

    -EXECUTION !

    -Bien Lieutenant !

    Une seconde de silence se fait dans la tête du Lieutenant et l’instant d'après d’énormes canons viennent transpercer le toit du temple qui avais déjà essuyé d’énormes dommages et ressemble désormais à une passoire, 5 canons lourd modèle P800 viennent choir sur les soldats ennemis emportant avec eux des débris de toit qui viennent ajouter à leurs pertes. Dans l’énorme nuage de fumée qui envahir alors la pièce, le Lieutenant Taishakuten ne perçoit plus qu’une seule lame bleue s’agiter au milieu du champ de bataille. Une inquiétude inhabituelle s’empare alors de lui, il a peur pour ces petits.

    Sergent Malka : « Groupe 3, couvrez les canon pendant qu’ils se déploient ! »

    Sergent Timo : «Groupe 4 concentrez vos tirs sur les soldats autour des canons ! »

    Les P800 sortent alors de gros bras de métal qui viennent transpercer le sol en embrochant au passage quelques soldats, les bras dressent les canons à environ un mètre au-dessus du sol et entament un carnage dans les règles.
    Sergent Malka : Lieutenant, cette fois-ci ils sont foutus !
    Mais le Lieutenant n’entendis pas les paroles de son Sergent, il avait les yeux fixé sur la petite Twilek et vit qu’elle portait son camarade sur son dos tandis qu’elle va se réfugier sous un P800.

    Lieutenant Taishakuten : Groupe 1 soldats 28 à 43 partez en direction du P800 No3 et protégez le ! le reste du groupe va vous couvrir !


    -------------------------------------
    Pour la République !
    Et pour ma mère !

    Ce message a été modifié par: mandarindufutur le 16-02-2013 04:26

    samedi 16 février 2013 - 04:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Quelque part dans le Temple, l’officier supérieur des forces d’invasion sith rôdait dans un couloir à la recherche de Jedi non combattants. Une pierre tomba, quelques mètres devant eux, en faisant du bruit, ce qui attira l’attention du groupe. Quelques secondes plus tard, une autre chute, plus étouffée, se fit entendre derrière eux. Ils se retournèrent et virent quelque chose de sphérique enveloppé dans un mouchoir. C’est quand le tissu se détacha et laissa apparaître une grenade que les Sith s’inquiétèrent.

    Soldat : Une grenade ! Planquez-vous !

    L’objet explosa, mettant hors d’état trois soldats sur sept. Un autre se fit visiblement toucher à la tête par un tir inaudible, mais au lieu de s’effondrer immédiatement, il resta conscient quelques secondes avant de tomber.

    Officier sith : Mais qu’est-ce que… ?!

    C’est alors qu’il aperçut l’auteur du trouble, cet homme au bandeau noir. Il ordonna à ses hommes de tirer sur ce rabat-joie, ce qui n’atteint nullement l’inconnu. De son côté, le vétéran se met à couvert en attendant que les tirs cessent. Une fois qu’il n’entendit plus d’impact, il se mit légèrement à découvert pour viser et tirer sur l’un des soldats, le tout très furtivement. Ainsi de suite, en réarmant à chaque tir son pistolet doté d’un silencieux qu’il avait dans son vaisseau, il mit hors d’état les soldats sith un par un, jusqu’à ce qu’il se mette bien à découvert, vise le chef du groupe, le dernier debout…

    Clic !

    Plus de munitions. Le vétéran fut surpris et n’avait plus de chargeur. Ce qui le rassura fut que l’officier en face était également à court. Les deux hommes restaient calmes, l’inconnu se dirigeant vers le Sith. Ce dernier brandit la vibrodague accrochée à sa ceinture en la mettant en avant. Le vétéran républicain, lui, n’avait rien et rengaina son pistolet vide.


    Le vétéran : Si ça peut vous rassurer, vos hommes ne sont pas morts ; mais ils ne se réveilleront pas avant quelques heures.

    L’officier sith : Vous faites le malin, mais avec quoi allez-vous vous défendre ? Je suis le général Dwarka, chef des opérations terrestres sith pour l’attaque du Temple ; le Seigneur Baaaaaaal me tient en estime.

    Le républicain mit ses mains en avant, en garde. Plus ou moins satisfait de cette réponse, le général attaqua son ennemi en tendant sa dague en avant. Tout à fait fluide, le vétéran se plaça à côté du bras armé, vers l’intérieur, puis avec son avant-bras droit, plia celui du Sith. Tout en continuant sa prise, il attrapa le biceps de son ennemi avec son autre main, lui mit le bras derrière le dos, et avec la main qui tenait le biceps, lâcha prise pour pousser le coude. La douleur et la tension des muscles de Dwarka lui firent lâcher son arme que le républicain ne manqua pas d’éloigner d’un coup de pied.
    Le républicain et le Sith étaient à présent à armes égales. Quand il vit son ennemi attaquer du pied, le vétéran arrêta le coup à hauteur de sa hanche avec le bras, en un pas fut très proche du général, l’attrapa en haut des omoplates, le fit basculer en avant puis lui mettre un coup de genou dans le ventre avant de le faire tomber sur le dos en le faisant pivoter dans la chute. Profitant que son ennemi était à terre, l’inconnu donna un puissant coup de poing de nouveau dans le ventre, mais le général eut tout juste le temps de rouler sur le côté pour éviter l’impact. Le choc des doigts contre le sol les fit craquer bruyamment, mais le borgne gentil n’en paraissait pas déconcentré, même si la douleur était vive pour lui.

    Après quelques secondes sans attaque, ce fut au tour du républicain de passer à l’offensive. Arrivant à proximité de son adversaire, il lui donna un crochet droit, un gauche, un uppercut, puis leva la jambe droite au niveau de la tête en effectuant une rotation, frappant du pied la joue de son ennemi pour finir avec un coup de pied gauche similaire. Ce dernier choc mit le général sith à terre, pourtant le vétéran lui laissa volontairement le temps de se relever. L’homme de Baaaaaaal tenta une succession rapide d’attaques manuelles, mais le vétéran parait en mettant les bras en travers des chemins, avec le haut du crâne, les coudes... Puis il se mit à dévier les poings de son adversaire pour pouvoir lui asséner un puissant direct, le faisant tomber sur le dos. Dwarka, en une roulade arrière, se remit vite debout et sortit un petit couteau de son gantelet et attaqua le républicain le bras à l’horizontale. Le vétéran poussa alors l’avant-bras du Sith avec son droit, refermant tout le bras sur la gorge, poussa le coude avec sa main gauche et, avec sa paume droite en-dessous de la mâchoire du général, effectua une poussée verticale qui fit perdre l’équilibre au Sith. Cependant il ne tomba pas et gardait son couteau dans la main. C’est en voyant cela que le vétéran esquiva une attaque verticale en se mettant au sol, puis en passant derrière son adversaire grâce à une pulsion par ses bras, ses cuisses et ses chevilles. Une fois derrière Dwarka, l’homme lui bloqua le bras en fermant le sien de haut en bas autour du coude, posa sa main en haut de l’omoplate de ce même bras et la poussa en avant en même temps qu’il tira le coude en arrière. Un craquement sonore se fit entendre et la prise obligea une nouvelle fois le Sith à lâcher son arme.


    Dwarka : AAAAHHH !

    Sans défaire son emprise du bras, le républicain cessa d’appuyer sur l’omoplate pour donner des coups de coude à l’arrière de la tête à quatre reprises, avant de le lâcher en envoyant un cinquième choc. Le général sith manqua de tomber à la renverse et montrait qu’il avait du mal à tenir encore debout.

    Le vétéran : Je n’ai pas envie de vous tuer. Vous pouvez vous rendre, je ne suis pas du genre à faire des coups bas.

    Dwarka : On voit bien là la générosité républicaine. Me rendre ? Moi ? Et qui êtes-vous pour me dire ça ?

    Le vétéran : Savoir qui je suis ne vous avancerait en rien.

    Le Sith ne posa plus de question et prit son adversaire entre ses bras pour essayer de le faire basculer. Il y parvint, mais l’ancien soldat, se trouvant en-dessous de lui, frappa des genoux dans le ventre du général et le fit passer par-dessus lui avec les tibias et la poussée de ses cuisses avant de se relever. Dwarka se remit péniblement sur ses pieds. Le vétéran aussi avait perdu un peu de vitalité, il était moins enclin à courir, mais surtout il voyait la fin de cet affrontement par l’état de son adversaire. Lorsque le général sith commença à fondre sur le vétéran républicain, une énorme explosion sourde se fit entendre, faisant trembler les murs.

    Dwarka : Qu’est-ce que… ?

    Le vétéran : Hum… On dirait que votre Maître a perdu, Dwarka.

    Dwarka : Impossible ! Ce sont vos amis Jedi qui ont succombé !

    Le vétéran : J’ignorais que le Seigneur Baaaaaaal utilisait des explosifs, alors que la Force lui confère tout. Regardez la réalité en face, général : c’est fini.

    Le Républicain ne s’attendait pas tu tout à un coup de poing aussi prompt et puissant, au point de le faire tomber. Mais alors que le Sith, juste à sa droite, s’apprêtait à quelque coup au sol, l’ancien soldat lança ses jambes perpendiculairement pour l’empêcher à quoi que ce soit, ce qui lui laissa le temps à lui de s’élancer pour être debout. Il décida de mettre fin au combat : donnant une petite tape dans la pomme d’Adam, il fit ensuite passer le Sith par-dessus son épaule pour qu’il se retrouve sur le dos. Ensuite, le républicain se mis à cheval sur le ventre de son ennemi, rendant inutile toute action des jambes et lui écrasant une main avec le genou, appuya son avant-bras gauche sur la gorge du Sith et frappa du poing droit la tête déjà contre le sol une fois… deux fois… puis en lâchant la gorge, il souleva la tête, mit son bras droit le plus haut possible, et…

    PAFPOCK !!!

    Il envoya toute la puissance de son corps dans cet ultime coup. La tête du Sith, bien que résistante, rebondit contre le pavé après deux chocs, avant et arrière, aussi violents l’un que l’autre. Le vétéran resta en position tandis que le général le regardait avec à la fois déception, haine, et un brin d’admiration. Dwarka, épuisé et sonné, finit par succomber et n’offrit plus aucune résistance nulle part. Se demandant s’il l’avait tué, l’homme lui prit le pouls et sentit encore des battements dans l’artère jugulaire, bien que lents. En le fouillant, il trouva des menottes dont il attacha les mains dans le dos avant de le laisser et de partir. Vu son état, même si le Sith reprenait conscience rapidement, il ne serait pas capable de bouger énormément.

    Ce message a été modifié par: Huge le 16-02-2013 11:14

    samedi 16 février 2013 - 10:46 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Kaan --- Le Seigneur Kaan, un humain charismatique doté d’un ego surdimensionné, était un contemporain de Dark Bane et son plus grand rival. Il vécu donc 1030 ans avant la bataille de Yavin IV et fut un des rares survivants des luttes intestinales de l’Empire Sith. (Personnages - Sith)
  • Les Scélérats et Jensaarai --- L’Ancienne Moff Impériale Leonia Tavira fonda le mouvement pirate des Scélérats lorsque la Nouvelle République la destitua de son monde, afin de continuer son combat contre les Rebelles. Elle possédait en outre un Destroyer Impérial sous ses ordres, le Scélérat, et prit le titre d’Amiral. (Evénements & Histoires - Batailles)
  • Dryden Vos --- Dryden Vos était un homme, leader de l'organisation criminelle l'Aube Ecarlate (Personnages - Aube Ecarlate)
  • Tortue à deux têtes --- Vivant sur la planète Canastra IV, cet amphibien à deux têtes était l'une des rares créatures à cerveaux multiples qui vivait dans le centre de la galaxie. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Generis --- Generis, située dans le système Attrivis, était la meilleure connexion de la Nouvelle Republic dans la Bordure Extérieure jusqu'à sa chute par les forces du Grand Amiral Thrawn. Seules les actions de Pash Cracked ont permis de sauver les vies de plusieurs membres du Groupe de Communications d'Atrivis. (Planètes & Lieux - Planètes)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide