Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16764 Crédits Modo

    La situation était tendue entre la Colonel Madison et moi. Le reste de l'état-major était plutôt soulagé de voir enfin le bout de cette interminable guerre contre le SEZ.

    Madison. - Je n'arrive pas à croire que vous nous ayez convaincus sans manipulation mentale de faire confiance à cette clone ! Voyez le résultat !

    Avec force gestes elle me désigna le corps sans vie de MacBeath, qui avait de toute évidence été tué d'un coup de sabre laser.

    Madison. - Nous voulions MacBeath vivant ! C'est ça, la justice des Jedi ? Un peu expéditive, je trouve !

    Mahan. - Colonel, mesurez vos paroles, je vous prie. Je doute que la frappe militaire que vous préconisiez eut eu de meilleurs effets. Au moins n'y a-t-il qu'une seule perte à déplorer, et encore chez l'ennemi. Néanmoins, Maître Kaarde, il est vrai que votre confiance en cette Sola était plutôt mal placée.

    J'examinai les alentours. Les gardes de la CG était en train de passer des menottes incapacitantes à Childéric, ses gardes et Thadéus, qui étaient tous sonnés.

    Moi. - Voyez, Thadéus aussi a un sabre laser, il aurait très bien pu tuer MacBeath lui-même. D'autre part si, comme je le pense, Sola est à l'origine de la perte de connaissance de tout ce monde-là, pourquoi se serait-elle contentée de ne prendre la vie qu'à MacBeath ?

    Madison. - Cette Sola a peut-être mis KO les derniers membres du SEZ, mais elle mis par la même occasion la prêtresse An'yya en état de choc ! Voilà ce que je pense : elle a assassiné MacBeath puis, poussée dans ses derniers retranchements par Childéric, Thadéus et leurs gardes, elle a libéré un dangereux pouvoirs obscur sur eux et la prêtresse sans faire de distinction !

    Mahan. - Je suis désolé, Maître Kaarde, mais en dépit de votre confiance en elle, Sola a pris la fuite. Or les coupables ne fuient pas.

    Madison. - Si cette Sola est une clone de Maître Padmée Nabery et, de surcroît, une apprentie du Sith Baaaaaaal, je pense qu'il est dangereux de la laisser en liberté. Il faut la faire rechercher !

    Moi. - Mmh... Ne comptez pas sur l'Ordre Jedi pour lui courir après.

    J'étais très troublé. Tout semblait indiquer que Sola avait cédé au Côté Obscur. Néanmoins je ne la croyais pas capable de commettre un meurtre de sang-froid, elle qui voulait tellement bien faire.
    Seul un interrogatoire de Thadéus nous permettrait d'en apprendre davantage. Il était pour l'instant entre les mains de Thore et de Macematu. Il serait d'ailleurs intéressant de voir ce que ce Thadéus venu du passé avait en commun avec celui qui avait mis la galaxie à feu et à sang avant de retomber entre les griffes des Sith.

    Mahan. - Je comprend que vous soyez ébranlé par cette petite erreur de jugement, mais voyez le bon côté des choses : la guerre est enfin finie ! Vous allez pouvoir m'emmener sur Mon Calamari comme vous l'aviez promis, et nous y honorerons la mémoire de notre défunt ami Gumbrak Tills.

    Moi. - Je crains qu'il faille modifier nos plans, Amiral...

    Je racontais alors qu'elle était la situation du Temple Jedi, menacé par la Guilde, et faisait la requête du Conseil Jedi.

    Moi. - ... en théorie la fin de l'armée de mandalorienne devrait suffire à calmer la Guilde, mais un soutien de la CG ne serait pas de refus au cas où les choses dégénéreraient.

    Mahan. - Eh bien, j'ai toujours eu grande confiance en l'Ordre Jedi, et nous vous devons beaucoup dans cette guerre. D'autre part le comportement de la Guilde est inqualifiable.... Maître Kaarde, nous assurerons la défense du Temple des Jedi !

    un officier. - Amiral, Amiral !... Pardonnez-moi... appel d'urgence du siège de la Coalition Galactique... on nous rapporte que les chantiers spatiaux de Mon Calamari sont attaqué par un vaisseau capital et que des troubles ont éclaté à Corail City !

    Mahan. - Allons bon, un appareil rescapé du SEZ ?

    l'officier. - Ce vaisseau a été identifié comme étant... la Main Ecarlate.

    Un silence pesant tomba sur l'assemblée.

    Moi. - Baaaaaaal... il refait déjà parler de lui. Il faut absolument connaître son objectif !

    Mahan. - Le Seigneur des Sith ? Pardonnez-moi mais je ne lui trouve rien de bien menaçant, malgré son imposante flotte. Il ne fait preuve d'aucune stratégie en assaillant ainsi Mon Calamari. Je l'ai vu assassiner les anciens dirigeants du SEZ en direct sur l'Holonet et, selon moi, ce mégalomane tient davantage du dément psychopathe que du génie militaire !

    Moi. - Détrompez-vous, Amiral, vous auriez tort de sous-estimer le Seigneur des Sith. Il ne s'est pas tourné les pouces pendant que nous livrions bataille contre le SEZ. Il a proprement décimé les rangs Jedi.

    Mahan. - Oui, le Maréchal Thore m'a mentionné cette attaque de... "bombes psychiques" dont vous lui aviez fait part... Toutefois qu'est-ce qui vous garanti que Baaaaaaal est seul à l'origine de ce désastre ?

    Moi. - Il l'a revendiqué lui-même sur Coruscant juste avant d'assassiner publiquement le Chevalier Apro Vix.

    A la mention de la mort d'Apro Vix, Mahan pâlit et prit un air sombre.

    Mahan. - Bon, vous m'avez convaincu, Maître Jedi. Ce... scélérat de Baaaaaaal mérite d'être traîné en justice et exécuté ! Fort bien, je n'irais donc pas sur Ossus et je me rendrai sur Mon Calamari comme cela était prévu au départ. Toutefois pas question de laisser votre Temple sans défense ! Le Maréchal Thore, je pense, se fera une joie de mener un bon contingent de croiseurs dans le système d'Ossus... Maître Kaarde, je vous suggère d'y renvoyer aussi votre force Jedi combattante, mais je vous veux avec moi sur Mon Calamari ! Colonel Madison, Maréchal Thore, mettez l'armée en branle !

    Tandis que j'allais donner l'ordre aux Jedi de retourner au Temple se placer sous les ordres de Jorus, l'armée de la CG commença ses manoeuvres pour quitter le champ de bataille de Géonosis. La partie de la flotte la plus importante allait partir pour le système d'Ossus tandis que l'autre partirait pour Mon Calamari.

    Mahan. - Ah, il me tarde de prendre la succession de ce bon Gumbrak Tills, non pas pour le pouvoir, mais pour achever ce qu'il avait entamé au début de cette guerre avant que le SEZ ne s'en mêle !

    Moi. - Amiral, vous comptez vraiment... ?

    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !


    Ce message a été modifié par: Kaarde le 16-09-2015 20:44

    mardi 23 novembre 2010 - 22:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Lieu - Géonosis

    Dans le croiseur républicain où s'est tenu son procès, Cenovii organise le départ de la planète orangée. Maitre Kaarde vient de lui transmettre les ordres: la majeure partie de la flotte doit se rendre en orbite d'Ossus pour y élever un blocus défensif autour du Temple Jedi tandis que l'autre partie se rend sur Mon Cal avec le Maitre Jedi, qui sembla d'ailleurs lui cacher quelque chose. Apparemment, il gèlera sur Mustafar avant que le Conseil ne refasse pleinement confiance au Mando-Jedi. Il n'y prête pas plus attention car, à son grand désarroi, il constate que plusieurs officiers rechignent à accomplir leur tâche. La guerre est terminée, enfin, et déjà ils doivent monter une opération militaire de grande envergure sur Ossus. L'Amiral Drallon est de ceux-là.

    Drallon - Sans vouloir vous offenser, nous devrions plutôt porter assistance aux forces de Mon Calamari et non se diriger vers Ossus pour défendre un seul bâtiment!
    Cenovii - Je ne vous permet pas, Amiral! Les Jedi ont contribué à la victoire sur le SEZ et sans eux... Sans nous! La CG serait encore empêtrée dans cette fichue guerre et à l'heure actuelle vous seriez surement en train de bouffer les pissenlits par la racine!
    Drallon - Ne vous méprenez pas, Chevalier, je n'ai jamais dit le contraire! Mais pourquoi tant de vaisseaux pour la défense d'un seul petit Temple?
    Cenovii - Le Temple est notre foyer, il renferme nombre de trésors inestimables et la future génération de Jedi s'y trouve actuellement! Comptez-vous les laisser périr et ainsi voir vos meilleurs alliés disparaitre?
    Drallon - Non... Je... Veuillez accepter mes excuses, je n'avais pas vu ça sous cet angle.
    Cenovii - Il faut motiver vos troupes, Amiral, ou la Guilde ne fera qu'une bouchée de vous!
    Drallon - Vous pouvez être tranquille, je m'en occupe!

    L'Amiral avec la confiance retrouvée se charge d'exécuter ces ordres. L'image de Thore apparait sur un écran de contrôle après que Ceno ait demandé une communication.

    Thore - Nous sommes prêts à partir, que voulez-vous Général?
    Cenovii - Nous allons faire un détour par Nar'Shaddaa afin de récupérer un groupe de Mandaloriens, puis on vous rejoint en orbite d'Ossus.
    Thore - Je suis déjà au courant de ça.
    Cenovii - Je voulais vous demander de ne pas oublier Kateo et les réfugiés qui se terrent dans les souterrains au sud de la mer de dunes.
    Thore - J'ai déjà envoyé un contingent sur place, Kateo souhaite rester sur Géonosis pour superviser l'emprisonnement des soldats Sezzien et veiller à la situation ici.
    Cenovii - D'accord, et Starkacus?
    Thore - Il reste également, ses hommes sont doués pour le combat au sol, mais pas pour le pilotage. De plus, les réfugiés que vous avez cité sont leurs familles.
    Cenovii - Dommage, on aurait peut-être eu besoin d'eux. Une dernière chose, j'ai constaté que le moral des soldats commence à faiblir; Drallon s'occupe de notre équipage, mais prévenez les Vongs et les Impériaux ainsi que toutes les autres factions de la flotte, qu'ils en fassent autant, tout le monde se doit d'être sur le pieds de guerre une fois en orbite d'Ossus!
    Thore - Vous avez encore beaucoup à apprendre sur moi, jeune jedi, car la motivation des troupes est ma spécialité!
    Cenovii - Je l'avais déjà remarqué, alors exercez votre talent d'orateur une fois de plus!
    Thore - Comptez sur moi! Terminé.

    L'écran se coupe et Cenovii se joint à l'Amiral pour le briefing de l'opération "Sauver les casques en T". Il s'agira de se positionner vers la Tour Sadow et de rapatrier les Mandos par l'ascenseur spatial du croiseur. Pour ça il faudra se trouver assez bas, et, comme l'a dit Aynor, il risque d'y avoir du grabuge dans ce secteur. Drallon a réussit à motiver ses hommes d'équipage et tous sont maintenant parés à suivre ce plan à la lettre, quitte à combattre une nouvelle fois. Alors que les opérateurs entrent les coordonnées de la lune de Nal Hutta, Ceno se retire et se dirige dans un quartier dont l'immense baie-vitrée semble former un cadre autour de la planète Géonosis qui s'éloigne petit à petit. Il se tient là, percevant la Force pour soigner ses ultimes blessures. Mais même la Force ne l'apaise pas à la pensée de ce qu'il trouvera sur son monde adoptif. Il a un très mauvais pressentiment.

    Cenovii - Asha... Je t'en prie restes en vie, je viens te chercher!

    mercredi 24 novembre 2010 - 00:46 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    23884 Crédits

    Lieu : Myrkr

    Localisation : Dans le bureau de Talik.


    Les 2 jours passés en se lieu avait été pénible, longue et forte en émotions ! Pad avait eu une longue conversation avec ses parents puis avec les rescapés des hommes de son oncle. Tous étaient très affligés par ce qui c’était produit ici. Le second de Talik avait mené une enquête préliminaire sur le meurtre. La Guilde était coupable, c’était certain. Cependant, les auteurs de ce meurtre étaient moins évidents. Pad attendait le second avec impatience afin qu’il lui donne les derniers détailles. L’ex-jedi était coupé de la Force et de ce fait, elle devait gérés un flot d’émotions ! La personne qui entre dans l’ex-bureau de Talik n’était pas celui que Pad s’attendait à voir.

    Pad – Papa ?
    Ben Naberry – Oui, j’ai voulu te donner les dernières informations trouvées moi-même.
    Pad – Comment va maman ?
    B. Naberry – Mieux, elle s’occupe de préparer les funérailles de son frère. Et elle tient à attendre l’arriver de tes frères…
    Pad – Papa, je n’en doute pas, mais comme je le lui ai déjà dit, j’ignore nous pourrons nous libérer de nos obligations. Le Temple est menacée et je devrais déjà être sur Ossus.
    B. Naberry – Je sais. J’ai les résultats de l’enquête. Ce sont des hommes en armures.
    Pad – Combien ?
    B.Naberry – Ils étaient 3 certains disent qu’il y avait un enfant avec eux.
    Pad – Un enfant !!!?

    Elle avait du mal à croire ce que son père lui racontait. La Guilde ne reculait donc devant rien ? Commettre un meurtre et embarquer un enfant, et d’après les dire il devait avoir entre 5 et 7 ans, avec eux. Elle allait de surprise en surprise en visionnant les quelques brides d’images holographiques ou on pouvait voir les assassins. Un seul d’entre eux avait tiré, il semblait posséder une armure rouge.

    B.Naberry – Tu en reconnais ?
    Pad – L’assassin à l’armure rouge me dit quelque chose… j’ai du le rencontré, il y a longtemps. L’autre là, non, je ne l’ai jamais vu. Par contre, cette armure là, je l’a connais !
    B.Naberry – Il semble être le chef…
    Pad en colère – C’est certain ! Et je le pensais à la retraite !
    B. Naberry – Tu peux me dire qui il est ?
    Pad – Non, je préfère taire son nom !
    B. Naberry – Pad, je n’aime ni le ton employé, ni ton regard. C’est la première fois que j’ai peur que tu te venges. Tu n’as jamais vu ce genre de sentiment en toi. Ce n’est pas dans ta nature de te venger, ce n’est pas Jedi !
    Pad – Papa, j’ai quitté l’Ordre !
    B.Naberry – Ne t’en sert pas comme excuse, je te supplie de ne pas faire ça. Ne te venge pas ! Ma fille, je te le répète, ce n’est pas de ta nature !
    Pad préférant changer de sujet – Pourquoi ? Sais-t-on pourquoi ils l’ont tué ?
    B.Naberry – Il semble qu’il lui reproche d’avoir fait du trafic d’Ysalamir illégalement aux yeux de la Guilde.
    Pad – Et c’est après autant d’années qu’il s’en est rendu compte ? C’est pour ça qu’il est sorti de sa retraite ?

    Pad se dirige vers la porte du bureau, elle en avait entendu assez pour maintenant rejoindre un autre lieu.

    B. Naberry – Pad, où vas-tu ?
    Pad – Je rentre sur Ossus.
    B. Naberry – Kaarde et Mace y seront-il ?
    Pad – Probablement, tous les 2.
    B.Naberry – Embrasse-les pour moi. Nous vous attendrons pour les obsèques.

    Le père pris sa fille dans ses bras, elle abandonna la colère et pris son père dans ses bras à son tour. Elle profita de se moment privilégier pour laisser ses émotions la submergée, elle sanglota. Elle ne pouvait pas vraiment expliquée avoir eu besoin de se laisser aller ainsi. La rage, la peine, l'incompréhention de tant de haine,... Pad avait pourtant essayé de faire le point de ses émotions durant son séjour, mais son empathie pour les êtres présent sur Myrkr ne l'avait pas aider à voir se concentrer sur elle-même. Sans la Force, tout semblait tellement difficile. Comment faisait son frère pour vivre ici?

    Après quelques minutes, elle se reprend et lui tenant les épaules comme Kaarde l’aurait fait, il la regarde s’essuyée les yeux.

    B. Naberry – Va maintenant. Retour auprès des tiens, je m’occupe de ta mère. Va ma fille et n’oublie pas qui tu es !
    Pad – Merci papa, je t’aime.

    Pad quitte ce lieu qui est remplit de tristesse, de douleur et d’incompréhension. Elle monte dans le BluestarII. Décolle et une fois en orbite, elle entre les coordonnées d’Ossus.
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Meurtre de Talik Page 40 et 41.

    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 26-11-2010 09:19

    mercredi 24 novembre 2010 - 21:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ A bord de l'Eradicateur ~~

    Édoras : Je vous préviens : j'atomise le premier qui passe la porte. Et le deuxième avec. TERRIK... POWAAAAAA !

    Trois corps flottent, inanimés, devant le trou encore rougissant pratiqué dans le duracier de la porte menant au pont supérieur et à la passerelle de commandement. L'un d'eux remue encore, tandis que l'air s'échappe en sifflant de sa combinaison percée, le faisant dériver lentement.
    Les DL-18s, armes de luxe à crosses d'ivoire, d'Édo et le ARC-9965 de Kiffas'Tamina ont fait un carnage. Au moins six autres corps sont restés de l'autre côté des portes et leurs adversaires siths restent désormais à couvert, hésitant à les assaillir. Leur nombre doit être réduit...
    Soudain, une détonation, suivie de plusieurs tirs de blasters, retentit. Une voix se fit entendre :


    « Terrik ? Stamina ? Tirez plus, on a eu les derniers ! C'est MTS qui m'envoie !
    Un court silence témoigne de l'incompréhension du couple de francs-tireurs, qui se regardent à travers leurs casque.
    Eddy : MTS ? Maladie Transmissible Sexu... ?
    Kiffa : Mimi Terrik-Solo... c'est comme ça que les gars du peloton appellent ta fille. Approprié, d'une certaine façon.
    Konix : Mouais... Je comprends l'esprit, même si je n'approuve pas. Hum… Ecoutez, on doit d’abord être certains de votre identité, sinon on tire dans le tas !
    Stamina : Quel est le point commun entre un string impérial rose, une supernova et des organes reproducteurs de Hutt ?
    Une voix d’alien : Euh… on peut trouver ça dans la Cantina, non ? Et il y a aussi un portrait de l’empereur dans les toilettes, pour aider à « pousser ».
    La tueuse : Ca ira. Entrez vite, ce vaisseau va nous lâcher.

    La petite trentaine de guildeurs envoyés par la future Leader s’empara bientôt des commandes du pont. Quelques uns s’étaient déjà emparés de la salle des réacteurs. Les réparations allaient coûter cher – pas autant, toutefois, que n’aurait coûté l’achat d’un nouveau superdestroyer à Hapès. Le deuxième superdestroyer de la Guilde avait donc été livré plus tôt que prévu, pour un coût qui semblait minime au vu des faibles pertes qu’il avait engendré. Une bonne opération qui permettrait sans doute à Ange Solo et Mimimontesinos d’effacer le pillage de Vergesso de la mémoire collective. C’est que la réputation d’un Leader constituait pratiquement sa seule couronne ! Raison pour laquelle Mimi semblait si pressée d’humilier l’Ordre Jedi et ne tolérer aucune velléité hostile. La période de succession n’était certainement pas le meilleur moment pour chatouiller la Guilde – pour autant qu’il existe un bon moment.

    Le superdestroyer avait relancé sa pesanteur artificielle, mais il faudrait des chantiers navals pour lui rendre une atmosphère. Édoras en ressentit de la frustration : il aurait bien aimé pouvoir enlever son casque pour embrasser sa petite femme, après une bonne mission réussie. Dans le silence de l’espace, les derniers Pellaeon achevaient de se taire, un froid mortel envahissant leurs carcasses métalliques.


    Une guildeuse : Mettez-vous sur vot’ trente-et-un, MTS vient d’apponter l’Eradicateur. Vivement qu’on le rebaptise : ça craint, ce nom.
    Un Mon Cal : D’après la tradition, c’est au responsable de la flotte victorieuse de renommer les prises. Mais ici, vu que nous avons trois meneurs, je me demande bien qui va le renommer… Sans doute mademoiselle Terrik-Solo. Si on garde le cap, elle va peut-être le baptiser « Scarabinet » ou « Nagounette »… voire « Fifigs ».

    De toute évidence, le Calamarien n’avait pas conscience de l’horreur de ses paroles.

    :jf:

    vendredi 26 novembre 2010 - 16:25 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8014 Crédits

    Ma fureur ne connaît aucune limite, la Guilde paiera cet affront ! Nul n'a le droit de tenir tête aux Sith, quand bien même ceux-ci auraient attaqué les premiers !
    J'aurais au moins découvert que la Guilde dissimulait une grande puissance militaire. Voilà quelque chose que je pourrais retourner contre elle. Si les guildeurs se reposent trop sur leurs victoires, que leur apparente invulnérabilité venait à être connue, alors ce ne sont plus les Sith qui seront perçus comme une menace à la paix par le reste de la galaxie. Oui, il faudrait trouver un moyen de retourner la Guilde contre les Jedi et la République, si ce n'est déjà fait.
    Pour l'heure achevons nos grands projets, la mission est délicate. Non pas parce que je dois traverser un grand nombre de défenses sur Mon Calamari, mais parce que je dois rapporter mes proies vivantes, pour changer.



    A bord du Holy Scotch, transporteur léger, le Seigneur des Sith survolait Corail City, capitale de Mon Calamari et siège temporaire de la République Galactique depuis la débâcle de Coruscant. Aborder la ville avait été chose aisée, grâce à la diversion causée par la Main Ecarlate sur les chantiers spatiaux.

    Amiral(com). - Maître, navré de vous déranger.. Mais vous avez dit que vous souhaitiez être informé des progrès de la mission du Seigneur Spencer.

    Baaaaaaal. - Et donc ?

    Amiral(com). - Je vous mets en communication avec lui.

    L'image holo de l'imposant Cathar se matérialisa devant Baaaaaaal.

    Dark Spencer. - Maître, ma mission fut un succès total. Les impériaux n'oublieront pas les Sith de sitôt, et je vous ramène les plans que vous aviez demandés.

    Baaaaaaal. - Transmettez.

    Des schémas holographiques surmontés d'une petite sphère apparurent sous les yeux du Seigneur des Sith qui, ravi, ne put s'empêcher d'afficher un sourire carnassier.

    Baaaaaaal. - Fort bien, Seigneur Spencer, je suis très fier de vous.

    La poitrine du Cathar se gonfla de fierté.

    Baaaaaaal. - Grâce à vos efforts nos plans vont pouvoir se concrétiser. Assurez-vous de ne pas être suivis par les impériaux. Mettez en personne les plans en lieu sûr à Yoda City, puis emportez-en une copie à nos chantiez secrets, là où la flotte a réuni nos prises de Vergesso. Je vous y rejoindrai et nous commencerons à façonner un nouvel avenir aux Sith.

    Spencer. - Bien, Maître.

    Baaaaaaal. - Pensez aussi à vous reposer, et à reconstituer vos troupes. Je suis sûr que cela est nécessaire. Baaaaaaal, terminé !

    Voilà des nouvelles qui sauvaient la journée ! Ce soir la Guilde, l'Empire et la Coalition Galactique seraient tous volés par les Sith ! Et aucun risque qu'ils se confient ses déconvenues les uns aux autres, tant ils étaient occupés à se tirer dans les pattes.
    Baaaaaaal trouva enfin ce qu'il cherchait, une bâtisse qu'il jugeait être le siège temporaire de la Chancellerie Galactique. Il n'y avait qu'à en juger par les préparations alentours, sur une grande place, en vue des hommages et funérailles de Gumbrak Tills.
    Le Maître Sith lâcha une bonne volée de bombes autours du bâtiment, posa lourdement le Holy Scotch sur le toit, qu'il éventra, et débarqua sur le sol du dernier étage. L'alarme retentit.

    Baaaaaaal. - Bon, il ne lanceront aucune attaque aérienne sur le Holy Scotch, et les troupes terrestre n'ont pas accès à la Chancellerie grâce à mon bombardement. Me voilà donc seul dans ce bâtiment avec mes proies acculées et, je l'espère, beaucoup de gardes. Bon, ne traînons pas !

    Et le Seigneur des Sith prit son sac sur le dos, déploya la lame rouge de son sabre laser, et s'élança dans les couloirs en poussant un hurlement qui glaça le sang de tout les occupants de l'immeuble.

    Baaaaaaal. - ADRIEEENNE !


    Salut à tous les laids ! :x

    dimanche 28 novembre 2010 - 13:04 Modification Admin Permalien

  • Avatar Paadme_Naberyy

    Paadme_Naberyy

    671 Crédits

    Lieu : Bothawui


    Arrivée sur cette planète qui lui est inconnue, Sola quitte son E-Wing. Il n’était pas question pour elle de poursuivre sa route dans un véhicule aussi petit. Elle décide de trouver un moyen de transport plus commun. Elle arrive dans la première ville venue et cherche du côté du spatioport un vaisseau qui pourrait faire l’affaire.


    O’Keefe interroge quelques personnes mais très vite elle sent qu’elle éveille les soupçons. Les Bothans sont une espère suspicieuse pensa-t-elle. Il répondait généralement à ses questions par une autre question. Très vite, elle cherche ses renseignent auprès des non-bothan. Elle laisse la Force la guidée afin de rencontrer dans un bar, un groupe de 5 Wookies ! Là, O’Keefe tente sa chance.

    Sola – Excusez-moi, l’un d’entre vous parle le basic ?

    Un Bothan s'approche de Sola en rigolant - Ca m'étonnerait! Les Wookiees ne parlent généralement pas le basic[il rigole]. C'est pas qu'ils veulent pas, c'est tout simplement que leur appareil vocal est incapable de reproduire les sons "humains". De la même manière qu'un humain n'arrive pas à beugler comme un Wookiee...

    Les 5 géants poilus étaient assis autour d’une table et s’étonnaient de l’intervention de cette humaine et du Bothan. Il y eu plusieurs grognement avant que l’un d’eux ne finisse par beugler vers le Bothan.

    Le bothan traduit ce que le premier Wookie dit : Wookie1 – Tu sors d'où? Tu veux quoi femelle !?

    Sola ne savait pas trop si c’était une insulte ou une plaisanterie. Elle garde sa main droite près du pommeau de son sabre attaché à sa ceinture mais caché par son vêtement.

    Sola – Je cherche un de mes amis…
    Le Bothan - Un ami Wookie,mmm,...

    Il se met à dialogué avec les Wookies.

    Le Bothan traduit ce que dit le second : Wookie2 – Et alors ? En quoi ça nous regarde, nous ne te connaissons pas, nous !
    Sola – Il se nomme Warkoo, c’est un Wookie.

    Un silence tombe, puis quelques grognements qui visiblement tournent en discussion entre géants poilus. Puis, l’un d’eux se lève et l’autre fait signe à Sola de s’assoir.


    Le Bothan - Vous semblez les interesser. Vous avez beaucoup de chance!
    Sola - Merci.
    Le bothan traduit alors chaque phrase des Wookies. Wookie2 – Je suis Lubakoo, j’ai entendu parler de ce Warkoo.
    Wookie1 – Tu es au centre de l’information ici ! Je suis Muffta. Ce n’est pas Bothawui pour rien !!

    Sola était loin d’être à son aise. Cependant sa première rencontre avec Warkoo avait été houleuse aussi. Les Wookies avaient bon caractère avec ceux qu’ils connaissent mais plus hostile avec les étrangers, voilà sa conclusion. Les 3 autres Wookies conversent entre eux dans leurs langage, ce qui créer un brouhaha qui couvre la conversation qu’elle tient avec le bothan qui poursuit les traductions.

    Sola – J’étais avec lui, mais nous avons été séparés. Je dois vraiment retrouver mon ami.
    Muffta – Qui nous dit que t’es son amie ? Tu ressembles à un chasseur de prime !
    Lubakoo – Warkoo a eu pas mal d’ennuie, il fut une époque, alors dit nous exactement ce que tu lui veux ?
    Sola – Je vous assure que je suis son amie.
    Muffta – il ne m’a jamais parlé de toi !
    Sola – Il ne m’a jamais parlé de vous !
    Lubakoo – Alors pourquoi es-tu venue à notre table ?
    Sola – Parce que vous êtes les premiers Wookies que je rencontre ici.
    Lubakoo – Bon, je vais te laisser une chance. Il y a bien longtemps que je n’ai pas vu Warkoo, pourtant j’ai entendu qu’il s’était fait remarqué sur Christophsis.
    Sola – Oui, je viens de là, il n’y est plus. Il devait partir vers Demon. Par contre, j’ignore si c’était sa destination finale ou s’il voulait naviguer plus loin.
    Muffta – Mmm, grrr. Tu en sais plus que ce que tu veux dire, toi !
    Lubakoo – Tu connais Warkoo depuis qu’il est à bord d’un YZ-775 ?
    Sola – Le Walluga ? Oui, j’ai fait parti de cet équipage.

    Les 2 Wookies se regardent avant que l’un d’entre eux ne revient sur Sola. Le Bothan reste un moment silencieux, puis après les beuglements de Lubakoo, il poursuit la traduction une nouvelle fois.

    Lubakoo – Tu fais parti de cet équipage depuis longtemps ?
    Sola – Depuis… un rien après la bataille de Coruscant.
    Lubakoo – Donc, vous ignorez l’histoire de ce vaisseau. Bon, écoute-moi bien. Il semble que ce vaisseau a été volé à un aristocrate de Coruscant. Il a été rebaptisé Walluga par le commandant, Hope, il me semble. Je ne connais pas les détailles, mais ce type a beaucoup d’ennuie. Tu tiens vraiment à les rejoindre ?
    Sola – Oui !
    Muffta – Si c’est toujours Hope qui est aux commandes, il doit être parti pour Ord Mantell.

    Sola remercie les Wookies et le Bothan pour son aide, mais comme ils retournent sur leur planète, le Bothan lui explique que ce petit groupe de Wookie lui propose de faire route avec eux. Elle accepte et vend le E-Wing. Le Bothan reste sur sa planète, mais les Wookie et Sola montent dans un transporteur YT-2400, nommée le Katarns.

    Leur itinéraire est dès plus direct : la route Bothane – Tube de Trax – Route de Randon.
    -------------------------------------
    La clone complétement dijonctée

    Ce message a été modifié par: Paadme_Naberyy le 19-12-2010 16:51

    lundi 29 novembre 2010 - 21:22 Modification Admin Permalien

  • Avatar maly

    maly

    4024 Crédits

    LES TRESSES – PHASE n°2
    Long way from home, welcome to the Pleasuredome !


    À l'intérieur du Contre-Attaque III – Soute (Niveau 0) – Quelque part dans le vide stellaire, en orbite au-dessus d'Ossus.

    ----------------------


    ¾ d’heure que l’extinction des feux avait été déclenchée par Ben Keller. L’équipage du Contre-Attaque III, s’était passablement et progressivement réduit pour s’en aller – flagada, repu et alangui, se dépasser lui-même et assassiner sa nuitée dans l’opium du songe indélébile. Maly – Filleul d'Édoras, avait été soigneusement emmailloté dans des linges propres et allongé sur un des lits du dortoir Sud, avec les filles. Dans une pièce ventilée, parfumé et feutré – entouré de figures d’attachement maternelle, sans nul doute pour son « confort », l’enfant aux yeux de figurine venait de se réveiller. Ses compagnonnes de chambrée – immobiles, restaient livides suspendues aux rêves qu’elles dévoraient à grandes goulues. Elles étaient là décorées comme des arbres de Noël. Le petit se leva et s’approcha d’une de ses voisines, engouffré dans l’innommé de sa mort-imagé. En voulant caresser avec ses doigts la chevelure de la jeune-fille, une chose l’intrigua : une tresse naissante, épousant le flanc gauche de son visage. Persuadé, qu’il s’agissait d’une anomalie de la tignasse, ou le souvenir d’une vilaine cicatrice, il se faufila clopin-clopant dans le noir, dans les artères du vaisseau Jedi pour récupérer une paire de ciseaux de cuisine, laissé là en plan sur une sorte d’établi – où l’on avait entassé, comme un vulgaire amas d’épluchures de patates, la vaisselle encrotté de la veille aux abords de « cantine » de l’appareil. Le gosse s’était déplacé – empapaouté de fines chaussettes en coton qu’on lui avait enfilé aux pieds, ce qui le rendait temporairement « invisible », du moins – silencieux comme le souffle de la nuit. Quand il rejoignit ses camarades dans le dortoir Sud, il s’avança vers la fille qu’il avait entrevu ¼ heure auparavant, et d’un geste sûr saisit sa tresse de Padawan et la trancha. Clic clic !


    L’enfant : « ‘mieux comme ça ! » (L’air content)

    En parcourant les chambres à petites enjambées, il répéta son geste, à la vue de chaque tresse qu’il découvrit sur le faciès de ses victimes.


    Le Protégé d’Édoras : « Ils étaient moches avec. » (S’adressant au lecteur, l’air sérieux)

    Tous avaient subis l’épreuve des ciseaux avec succès, sauf Ben Keller et Zatila. L’enfant avait ramassé une modeste collection d’une vingtaine de tresses de Padawan, qu’il avait pris soin d’attacher à ses petits poignets, comme pour extérioriser la fierté de sa découverte. Les gri-gris avaient été rassemblés et enroulés les uns aux autres, à la manière de bracelets de perles. Une fois la quête terminé, Maly se dirigea vers la tête de l’engin, où des chuchotements se faisaient entendre.


    Maly toqua à la porte. Ben Keller s’était assoupi un instant, pendant que son compagnon Zatila s’occupait des commandes du Cuirassé-volant.

    Zatila : « C’est toi Kryo ? »
    Maly : « … »

    Le petit entra doucement dans la pièce. Le pilote beaucoup trop préoccupait par la stratégie de navigation, ne quitta pas ses commandes du regard. Par voie de conséquences, et dû à une fatigue croissante, il abandonna l’idée qu’une personne (si finaude soit-elle) ait pénétré l’écrin interdit – du moins un temps. L’enfant, avait donc « quartier libre » pour son propre dessein – Il se positionna lentement derrière le siège ou Ben Keller était en train de ronfler sec, s’approcha à tâtons de ses oreilles, et – rebelote, Clic clic ! Dans un mouvement limpide il lui hacha sa tresse aux ciseaux !

    L’Apprenti de Cenovii : (Se grattant inconsciemment le cuir-chevelu) « Aie !!! Hey ça pique ! »

    L’Apprenti de Kaarde : (Observant, embarrassé les lamentations de son confrère) « Keller ! Qu’est-ce… Mais qu’est-ce qu’il t’arrive !? (Repérant l’enfant, caché derrière un fauteuil) Ha ! Petit tu es là… Je savais bien que j’avais entendu quelqu’un venir. Qu’est-ce que tu veux ? »

    Ben Keller : (Se réveillant, l’air grognon) « Ha !!! - J’ai rêvé qu’une abeille m’avait piqué, c’est drôle non ?! Une abeille ! De toute façon, je n’ai plus vraiment sommeil ! Zat’, j’ai manqué un épisode ? »

    Zatila : (À Maly) « Approches ! Je ne vais pas te manger… »

    Le Chieur aux tresses : « … » (Se présentant – gêné, devant le pilote, en empoignant la longue tresse velue de Keller dans la main droite) « Pourquoi tu n’as pas ça toi ? »

    Zatila : (Fixant l’objet tendu vers lui) « La tresse de Keller ! » (Fixant les mains de l’enfant) « Les tresses des Pada ! »

    Ben Keller : « Ma tresse ! Les Tresses ! Comment… Tu vas me le payer ! »


    L’apprenti Jedi, terriblement vexé dégaina son sabre laser en direction de Maly et l’éjecta au sol, en utilisant la force. Le bras levé, prêt à en découdre avec le gosse…

    Zatila : « Non attends ce n’est qu’un enfant… Attends ne fait pas ça !!! »


    :jawa:
    -------------------------------------
    « maly-malin »
    Puîné de la Guilde.
    Filleul et Protégé d'Édoras.

    Ce message a été modifié par: maly le 05-12-2010 20:55

    dimanche 05 décembre 2010 - 20:33 Modification Admin Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    « Miss Terrik-Solo ? L’Eradicateur est nôtre. »

    Un cri d’allégresse générale accueillit cette déclaration dans le poste de commandement de « La Belle de Naga ». Un petit sourire naquit sur les lèvres de l’apprentie Leader qui hocha la tête. Un nouveau Super Destroyer à ajouter à leur flotte, c’était un événement à fêter ! Mais avant cela…

    « Dois-je vous affréter un vaisseau ? »
    Mimi : Tout à fait, préparez-vous à mon arrivée.
    « Bien reçu. »

    A bord de l’Eradicateur

    Le pied à peine posé sur le ponton du Super Destroyer, Mimi fut aussitôt assaillit par nombre de guildeur, qui pour lui faire un bilan des pertes, qui pour lui décrire minutieusement les dégâts de l’Eradicateur, qui encore pour lui demander quels étaient les nouveaux ordres. N’étant pas réellement disposée à s’occuper de ce genre de détails, la guildeuse acquiesçait la tête d’un air absent en réfléchissant à la manière dont elle allait annoncer la « nouvelle » à Edo…
    *Dis moi, tu m’avais pas dit que tu voulais faire de Maly un explorateur ?*
    *Tu ne devineras jamais quelle BOURDE a commis Jack, le gars de la maintenance. *
    *Tu vas rire. Tu te souviens de la capsule B52 ?*
    *Je suis désolée ! Tellement effondrée par ce qui est arrivé au gosse, je ne m’en remettrais jamais !*
    *On peut aller récupérer un autre p’tit esclave. Je suis sûre que ça grouille dans la bordure extérieure.*

    Edoras : Dites les gars, sauf vot' respect, vous pourriez éviter de parler de ma fille en l'appelant MTS devant moi ? Parce que certains d'entre vous risquent de faire une indigestion de beskar, si ça continue...

    Quand on parle du loup, on voit le canon de son DL-44… Le cher paternel de Mimi était tant occupé à sermonner les troupes tout en mettant de l’ordre dans ses chargeurs, qu’il ne remarqua même pas l’arrivée de sa fille sur le pont supérieur. Ce fut Kiffa qui, la première, la salua.

    Kiffa : Tiens... bonjour, mademoiselle la future patronne, je présume ? Vous avez le regard de mon mari.

    La remarque de la Twi’lek n’étonna pas le moins du monde la jeune Corellienne. On lui avait souvent dit qu’elle ressemblait énormément à son père, mais que caractériellement elle était le portrait craché de sa mère. Le Thyferrien releva lentement la tête, et observa l’échange entre les deux femmes en silence. Ce n’était certainement pas de cette manière qu’il avait songé présenté sa fille à son épouse… il croisa les bras sur sa poitrine.
    Mimi resta un instant silencieuse, ne sachant quoi répondre. Elle finit par acquiescer d’un hochement de tête avant de prendre la parole.


    Mimi : C’est bien moi. Enchantée Kiffa.
    Kiffa : Tu es fort différente de Maggy, ou de Nausicaä... je ne m'attendais pas à cela. Quelle est ton arme préférée ?
    Mimi : Celle là, répondit aussitôt la jeune femme en offrant à Stamina un sourire mi-moqueur, mi-carnassier.

    Cette fois-ci c’est au tour de la Twi’lek de marquer un temps d’arrêt.


    Kiffa : Hum... la partie Solo. annonça-t-elle comme une évidence en hochant la tête. Bien, je t'offre la moitié de ce vaisseau, en guise de dot... si tu acceptes de me donner ton père. Pour l'autre moitié, il faudra le demander à lui, mais je crois qu'il n'a pas sué autant pour se l'offrir lui-même, il a des gouts moins encombrant.

    Le rire cristallin de la nouvelle épouse de son père détendit soudainement l’atmosphère étrange qui s’était établie durant l’échange verbal des deux femmes. Pour preuve, Edoras décroisa soudainement ses bras. Mimi fit mine de réfléchir, puis répondit en souriant.

    Mimi : Vendu, on a toujours besoin d’espace. Je sais qu’avec toi il est heureux, je ne l’avais pas vu aussi en forme depuis des années !
    Edoras : Tsss... j'ai déjà été "pas en forme" peut-être ?^^
    Bon, ravi de voir que l'une de vous deux n'a pas arraché un oeil à l'autre. J'aurais eu de la peine si j'avais du achever la survivante.
    Le croiseur n'est pas en aussi bon état que la "Lame de la Guilde" quand je l'avais rapporté à ta mère, ma chérie... mais il est plus grand.
    Il faudra que tu lui donnes un nom... et surtout, qu'on se tire de ce secteur avant que Baaaaaaal ne se ramène avec sa foudre bleue. Les réparations sont urgentes... et j'ai besoin d'un bon bain!
    Mimi : Pour le nom, je vais y réfléchir, ce n'est pas quelque chose à choisir à la légère... J’ai déjà quelques idées…
    On déguerpis de là, y'a des jedis qui nous attendent! C'est dommage parce qu'on m'avait dit que B7al était quelqu'un de charmant...
    Edoras : Humpf... mon ex-femme aussi a fini par le trouver charmant... et le défi était dur à relever, après moi et le Président Horn. Surtout après moi, en fait.
    Kiffa : Vantard… dit la Twi’lek en passant une main griffue dans les cheveux de son mari.
    Mimi : Juste Edo. Est-ce que je pourrais te charger de rapatrier nos guildeurs ? Avant cela je dois effectuer… Un petit détour.
    Edoras : Les rapatrier ? Yep, mais où ? Vergesso est sérieusement compromise... et ça m'étonnerait que les hapiens débordent de joie si je leur amène l'Eradicateur à réparer. Tu comptes me faire mouiller où ?
    Kiffa : Kuat ?
    Edoras : Trop proche des anciens territoires Sith... et MonCal est exclue, vu que c'est la nouvelle capitale galactique
    Kiffa : Fondor, pas vraiment mieux... par contre, les Sullustéens peuvent être achetés, tout ex-républicains qu'ils soient.
    Edoras : Dans la série, les Duros sont encore plus fiables. Au moins, la plupart d'entre-eux travaillent déjà pour la Guilde. Autrement, reste la possibilité d'aller se réfugier dans les Régions inconnues et de construire le chantier de réparation autour du destroyer lui-même... mais ça va coûter un os en frais de transports et de protection de la zone.
    Mimi : On a surtout pas le temps, j’ai un Temple à détruire.
    Edoras, haussant les sourcils : Les jedis sont revenus sur leur parole ?
    Mimi : Aucune idée, ça change quelque chose ?

    Un silence accueillit la déclaration de la jeune femme, qui ne s’en formalisa pas.

    Kiffa : Konix... tu te souviens de cette zone vierge qu'on a trouvée, à l'époque de M... Malefica ? Près d'un champ d'astéroïde. A des parsecs de tout système intéressant... J'ai encore les coordonnées dans mon databloc.
    Edoras : Hum. J'ai du y laisser une petite station de ravitaillement de secours. Avec quelques aggrandissements, en se servant des astéroïdes... problème réglé.
    J'y emmène le destroyer... tu repars avec Aven et le Wareni... ? C'est ça, ton détour, détruire le temple ?

    Voilà le moment que redoutait la guildeuse… *Tu peux toujours mentir !* lui susurra un pan de son esprit, qu’elle balaya vite. C’était ridicule, le garçonnet raconterait sa mésaventure à son parrain et ce serait pire encore. Non, mieux valait tout avouer immédiatement. Mimi prit une grande inspiration, puis planta son regard dans celui de son père.

    Mimi : Pas réellement même si on prend la direction d’Ossus… Je vais récupérer Maly.
    Edoras : Ah, oui, tu l'as mis à l'abri de la bataille, bonne idée... mais il aurait pu apprendre. Euh... tu l'as laissé où, au juste ?

    Mimi déglutit. Le sourire d’Edoras s’évanouit rapidement, sentant un curieux malaise dans l’air.

    Mimi : Bon, d'abord, je tiens à préciser que je me suis laissée emporter. Je fais mon méa culpa, je n'aurais pas du faire ça... Mais j'ai quand même pris mes précautions, et je l'ai placé à l'endroit le plus sûr qu'il existait étant donné les... Conditions...
    Edoras : L'endroit le plus sûr ? Emportée ? ... Mais qu'est-ce que... ?
    Mimi : Je l'ai balancé dans l'espace à bord du capsule de sauvetage, annonça-t-elle d’une traite dans respirer.
    Edoras : … Mouarf ! Elle est bonne, celle-la ! Maline, va ^^
    Allez, sérieusement ?
    Mimi : Tu ne pourras pas dire que je ne te l’avais pas dit ! Mimi amorça un demi tour et s’apprêtait à filer, mais l’ordre claqua dans son dos.
    Edoras : Hey... Attends !

    Leader ou non, il y a décidément des gens à qui on est forcé d’obéir. La jeune Corellienne se retourna pour faire face au Thyferrien qui avait soudainement pâlit. La Twi’lek, elle, regardait alternativement les deux Terrik, les yeux ronds.

    Kiffa : Vous parlez bien de l'enfant dont tu m'as parlé ? L'esclave ?
    Edoras : Oui... Mimi, ne me dis pas que tu l'as... réellement jeté dans l'espace ?!
    Mimi : … C’est vraiment pas la peine d’en faire une affaire d’état !

    Edo ouvrit la bouche sans réussir à émettre aucun son, puis la referme. Toute vie semble quitter ses yeux alors que son teint devient cireux.

    Mimi : Je sais ce que tu penses. Mais je savais qu’on n’en aurait pas pour longtemps, et puis j'ai mis un traceur sur lui pour savoir où il se trouve. Sans oublier qu'il ne risquait pas de manquer d'eau ou de vivre! Il aurait pu tenir deux mois facilement!
    Edoras : ... Sais-tu que des adultes sont déjà morts de folie, dans de telles conditions ? Va-t-en. Quitte mon vaisseau. Tu le récupéreras, si tu me ramènes l'enfant... peut-être.

    Mimi resta un instant silencieuse, puis elle finit par quitter la pièce, toujours sans un mot. Elle pu ainsi entendre le poing du Thyferrien s’abattre violemment sur une cloison .

    Quelques heures plus tard
    A bord du Warenichou
    Direction : Ossus


    Aven : Tu l’as vraiment jeté dans l’espace ?
    Mimi : Ouais. Et ça va les remarques hein ! J’ai eu ma dose avec Edo.
    Aven : Epouse moi.
    Mimi : Je suis déjà mariée. Deux fois.
    Aven : On dit bien jamais deux sans trois. Puis, je peux t’offrir quelque chose que ni Naga, ni l’autre entiché de jeedai ne pourra jamais t’offrir.
    Mimi : Dis moi tout.
    Aven : On ferait des enfants, et on les balancerait dans l’espace.
    Mimi : T’es vraiment trop c…
    « Miss Terrik-Solo ? Nous nous rapprochons de la zone indiquée par le traceur. »
    Mimi : Entendu. Sortez nous de l’hyperespace et préparez les rayons tracteurs.

    Le Super Destroyer apparut soudainement depuis nulle part, énorme masse sombre destructrice surgit du néant.

    « Miss Terrik-Solo ! Ce n’est pas la capsule B-52… Je ne comprends pas, nos instruments nous indique que le traceur se trouve à l’intérieur de ce transport !»
    Mimi : Etablissez la communication avec l’appareil, je vous prie. Nous allons éclaircir ce mystère.

    Quelques minutes plus tard, une voix enfantine se fit entendre sur le pont supérieur.

    Keller : Ici le Padawan Ben Keller, padawan de Maître Cenovii, je vous somme, au nom de la république, de nous laisser repartir !

    Soudain, ce fut Noël avant l’heure. Mimi se pencha lentement au dessus du panneau de commande pour mieux observer le petit transport sans défense, et demanda lentement :

    Mimi : Tu peux répéter ton nom ?
    Keller : Je suis Ben Keller, padawan de… Mais, je reconnais cette voix ?!

    Un immense sourire illumina le visage de Mimi. Elle coupa brusquement la communication, et aboya :

    Mimi : Qu’on active le rayon tracteur ! Maly est à l’intérieur, pas de doute. Puis, se tournant vers Aven à défaut d’un mariage, que dirais-tu d’aller foutre la trouille de leur vie à une bande de padawans arrogants ?
    Aven : Qu’est-ce qu’on attend ?

    Alors… Quand le bruit qu’un transport rempli de padawans arrivait, l’équipage fut en émoi. Ce serait à qui ramènerait le plus de sabres laser, et Mimi du mettre un peu d’ordre dans toute cette agitation. Ils seraient quatre à pénétrer dans le vaisseau, Mimi en tête, Aven à ses côtés, et deux autres guildeurs.
    Décrire le faciès des padawans lors de l’irruption des quatre guildeurs serait impossible. Cela se rapprochait sans doute à celui des trois petits cochons découvrant le grand méchant loup. L’expression de Mimi se rapprochait plus, elle, de celle qu’un enfant peut avoir en découvrant ses cadeaux au pied du sapin.
    L’horreur se décupla sur le visage des novices lorsqu’ils se rendirent compte que l’accès à la Force leur était impossible, Ysalamari oblige. C’est peut-être pour ça que les padawans mirent tant de temps à réagir. Keller en particulier, qui essaya de barrer la route de Mimi, sabre laser brandit. La guildeuse écrasa son talon sur le nez du padawan et un craquement sinistre tinta à ses oreilles comme la plus belle musique au monde. Alors qu’elle se baissait pour arracher des mains du padawan inconscient son cure dent laser, un de ses condisciples, un Nautolan, voulu lui barrer le passage et faillit la décapiter en tentant un coup d’estoc sur sa nuque. La guildeuse leva son bras, ganté d’un bracelet de cortosis à la dernière minute et la lame du sabre grésilla avant de s’éteindre. La jeune femme attrapa le padawan par le col, lui offrit son plus beau sourire avant de le frapper violemment d’un coup de tête sur le nez également. Ca leur donnerait un petit air guerrier, le nez cassé.
    L’assaut ne dura que quelques minutes, trop peu pour les guildeurs. Mais toutes les bonnes choses ont une fin après tout ! Une fois la vingtaine de mioches criards inconscients, et les sabres récupérés, une nouvelle idée germa dans l’esprit dérangé de la Leader de la Guilde.


    Mimi : Aven mon chou, tu pourrais les déshabiller puis les attacher ensemble s’il te plait ? Toi, Ruhil, vérifie qu’il n’y ait pas d’habits de rechange dans tous le vaisseau, je vais chercher Maly.

    Une inspection rapide permit de débusquer le novice d’Edoras, qui se planquait derrière un gros carton de provision.

    Mimi : Aller le môme. Viens par ici !
    Maly : N… Nan… Tu… Tu vas me… Me taper !
    Mimi : Non je viens te récupérer. C’est parrain qui m’envoi. Aller bouge de là !

    La guildeuse attrapa le garçonnet par le bras, et le tira de sa pseudo cachette. Lorsqu’elle le porta dans ses bras, étrangement, le garçon ne bougeait plus et respirait à peine. Il attendit de voir Aven et les deux autres guildeurs pour sauter sur le sol et se précipiter sur le mando au beskar rouge.

    Aven : Pourquoi le mioche me colle ?
    Maly : Tu sens bon !
    Aven :
    "Miss Terrik-Solo ? Que fait-on des padawans ?"

    Mimi tourna la tête et observa la vingtaine de gosses attachés entre eux en sous vêtement, puis elle haussa les épaules.

    Mimi : Foutez-les dans une nacelle de sauvetage et balancez les. N'oubliez pas de griller les commandes de l'engin. Oh attendez !

    Prise par l’inspiration divine, le Leader se précipita sur les padawans, sortit un marqueur de sa poche et entrepris de dessiner sur le front de Keller.

    Aven : C’est complètement immature ! J’adore quand tu fais ça.
    Mimi : Voilà ! Maintenant, balancez les dans l’espace.

    Quelques minutes plus tard
    A bord du Warenichou


    Aven et Mimi regardaient ensemble s'éloigner la capsule B-Happy, un air nostalgique peint sur leur visage.

    Mimi: Ils vont me manquer mine de rien!
    Aven: Au fait, pourquoi avoir écrit sur la tête de Keller "I Love Jar-Jar"
    Mimi: Parce que. J'étais d'humeur poète. Cap sur Ossus, j'ai un Temple à détruire.
    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 05-12-2010 21:51

    dimanche 05 décembre 2010 - 21:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar KiAdiMundi

    KiAdiMundi

    5879 Crédits

    [Désolé Huge, mais comme tu mets du temps....Je prends le relais (Post fait avec Waren et Huge)]



    La tension monte, le combat est inévitable...Le chevalier est décidé à montrer à ces guildeurs de pacotille ce qu'il en coûte de se laisser aller à des exactions d'une telle cruauté...

    Kiad: Je vais faire de mon mieux, très cher !

    Aussitôt, le chevalier lève la main en direction d'une chaise. Celle-ci se met à léviter une fraction de seconde, puis file droit sur les deux guildeurs. Huge s'attend à une attaque de Force et était bien sur ses gardes. Il se jette au sol, mais se retrouve dangereusement près du chevalier.
    De son côté, le corellien, en réponse à cette attaque, met un genou à terre et envoye une énorme vague de feu en direction du chevalier. Puis il tend son bras droit pour faire sortir de sa manche un pistolet laser, qu'il gardait pour quelques rares occasions, afin de vaporiser la chaise.

    Les flammes fondent sur Kiad, mais le guildeur novice a fait une terrible erreur...Le jedi le soulève par la Force et le place entre lui et le feu, contraignant Waren à stopper son attaque. Quelques instants plus tard, Huge se retrouve propulsé sur son comparse, en flammes.
    Huge s'en sort avec les habits brûlés, mais pas de blessures graves sur la peau. Il se relève rapidement, dégaine son DL-44 et tire sur Kiad. Huge tiens fermement son arme, il sait que les adeptes de la Force s'amusent à les arracher des mains.

    Waren: Eh bien, j'ai l'impression que tu n'aimes pas les grillades, ça te dirais qu'on change de menu ?”

    Waren Horn laisse tomber son lance flamme et fouille dans sa poche arrière un sachet, il en sort des petites graines rouges que Huge reconnait aussitôt ; des armes vong !
    Kiad est trop en proie à la colère pour réfléchir, il ne fait que réagir. Face aux décharges de Huge, il interpose sa main et dévie les blasters sans même bouger d'un pouce. Puis, voyant waren fureter dans ses affaires, le chevalier suit tout-de-même la voie de la prudence et se rend invisible avant d'être pris pour cible.

    Huge: Ouate ze phoque ??

    Huge reste sur ses gardes et cherche le moindre mouvement dans la pièce. L'invisibilité, Huge n'y avait pas pensé. Kiad peut être à présent n'importe où...
    L'avantage de l'invisibilité est d'être invisible...mais ce que les guileurs -et beaucoup de jedi- ignorent est que ce pouvoir oblige son utilisateur à rester immobile. Ou du moins à avoir une concentration de fer pour se déplacer. Les armes Vongs sont lâchées. Sentant le danger, Kiad saute aussitôt bien que trop tard. Il est prit dans la déflagration, et, dans l'élan du saut, il est projeté avec force contre un mur.

    Une aubaine ! Le saut du Jedi lui fait prendre le mur grâce aux grenades vongs. Il faut à présent faire vite afin de mettre Kiad hors d'état de nuire. Dans un élan, Huge saute et atterrit, genoux en avant, sur le dos de leur adversaire. Mais cette "victoire" ne dure que quelques secondes...
    Le second guildeur, le contrebandier, commence à avancer, droit vers le jedi et Huge, en tirant à répétition sur le bras armé qui tiens le sabre.

    "C'est bien la première fois que l'invisibilité échoue...à noter pour l'avenir" se dit le jedi. En attendant, Huge a fait une grave erreur en se mettant à portée de sabre. Ni une ni deux, le chevalier lâche le sabre-laser de tagnan et saisit celui de mimi à sa ceinture. La lame s'allume droit dans la cuisse du guildeur au moment où l'une des décharges atteint le bras gauche de Kiad. Huge tombe à la renverse tandis que Kiad s'écarte d'un bond en tentant d'oublier la douleur de la brûlure. Puis, afin de reprendre l'avantage, il saute à nouveau de côté en envoyant une poussée de Force droit sur Waren en déviant les tirs avec son sabre.

    Quelle atroce brûlure ! Huge s'est déjà pris des lasers, mais une lame de sabre reste plus longtemps dans la chair, la brûlant d'autant plus. Laissant Waren se faire dézinguer par leur ennemi, Huge sort de son sac l'une de ses doses de bacta qu'il presse fortement sur la plaie. Il laisse le liquide agir quelques secondes et sa jambe déraidir, avant de se relever. Lorsque Waren est projeté, Huge attrape le sabre laser perdu de Kiad, puis le garde fermement en main, avant de s'approcher doucement du Jedi qui le voit venir

    Le corelien hurle de douleur et se hisse dans un coin. Quel décharge ! Waren se relève péniblement, dos au mur, puis vise à nouveau le chevalier avec peine mais sa main tremble trop. Il tire au dessus du Jedi.
    Voilà l'instant où Kiad jubile. Arborant un grand sourire, il se concentre sur le mur derrière Waren, et, quelques secondes plus tard, un large pan du mur se détache et vole dans la pièce. waren est prit dans la volée, tandis que Huge voit une multitude de rocs fondre sur lui. Kiad en profite pour sauter à l'écart et se rend à nouveau invisible. Même si ces guildeurs se défendent bien, ils n'équivalent pas le plus petit sith que Kiad ait eu à affronter...

    *Huge se met à terre. Les blocs de mur volent trop haut pour pouvoir atteindre le sol. Lorsque les dangers sont à l'autre bout de la pièce, Huge fone vers le trou du mur et jette l'énorme sabre laser dans le vide. En se retournant, Kiad avait disparu.

    Huge: Encore cette invisibilité ! Montre-toi, lâche ! Un Jedi tremble-t-il face au combat ?

    S'attendant à une attaque éclair, Huge s'écarte promptement du trou et se met face à un mur.
    Le sabre de Tagnan tournoie dans le vide, au ralentit, en direction du trou. Le corelien suit cette arme de légende des yeux, un sentiment de nostalgie le prend, il pense à Aloha.. Sans trop comprendre, il se voit tendre les mains et rattraper cet épée laser. Il reste un instant hébété. Puis il lève les yeux vers Kiadi Mundi et affiche un regard sombre, le corelien à complétement changé.
    De son côté, Huge parait pitoyable aux yeux du jedi.

    "Ne connait-il donc rien à la stratégie ? Et dire que les guildeurs clament haut et fort qu'ils sont moins beuh-beuh que des soldats ordinaires" songe le jedi. Kiad à la temps de sonder la pièce et de voir que waren est toujours devant le grand trou dans le mur...C'est l'occasion ! En utilisant la force, Kiad redevient visible, mais il est déjà trop tard pour le guildeur. Il se retrouve soulevé de terre puis valdingue dans un grand vol. Par chance, il tombe sur un bâtiment dont le sommet est suffisamment haut pour qu'il n'ait pas de lésions.

    Kiad: Tu disais Huge ? Tu veux de l'honneur ? Battons nous un contre un alors.

    "Ouais, il aurait pu se taire, pour cette fois..." se dit le jeune guildeur. Un novice contre un chevalier, le résultat n'est pas à attendre. Huge reste alors calme... Il a encore des armes, mais inutiles face à cet homme. Il réfléchit. Sans Waren, le match devient inéquitable, mais Huge tente quand même, pour le principe. Immobilité totale. Il sent que Kiad est en mode bombe, rien que par le fait d'utiliser ses pouvoir et son sabre. Le guildeur attend, patiemment. Cette fois, il saisit un gros gravât qu'il met dans sa poche, il pourrait servir.

    Huge: Dans l'honneur, de manière équitable : les armes et le corps-à-corps. Au fait, c'est dommage que j'ai dû la mutiler, cette pauv' fille... elle se battait bien. Quel gâchis, tu trouves pas ?

    Du côté de Waren: Le contrebandier fend l'air et tape le grand immeuble de plein fouet, traverse une fenêtre puis se retrouve dans la cuisine d'un rodien qui regarde une série télévisée.. Ragga est servie. Le corelien, qui a atterrit dans le mur du salon, regarde furieusement le rodien qui se cache derrière la table. Il se relève, fait quelques pas, avance vers la fenêtre. Trop loin. Waren regarde ensuite le sabre de Tagnan. Des murmures résonnent dans sa tête.

    “..le cœur de l'Obscurité et le feu de la haine. Souviens toi, les larmes de sang et le chant des lames.”

    Les yeux jaunâtre, le corelien regarde Nar'Shadda et la Shadow Tower, totalement ailleurs. Déconnecté..


    Kiad : Je vais t’apprendre à craindre les jedi, gamin. Tu ne les verras plus comme avant…

    Le chevalier gris rengaine le sabre et l'attache à sa ceinture. Huge n'hésite plus, il fonce droit sur le jedi en tirant tout-de-même quelques décharges...des fois que ça passe. Elles sont cependant déviée par la paume du jedi, qui arrache le blaster de la main du novice d'un truchement de Force.
    Ne voulant laisser aucun espoir à Huge, Kiad se déchaine. Huge tente de le frapper, mais Kiad saute au-dessus de lui et lui assène un coup de pied dans la nuque qui le fait tomber en avant. Le guildeur n'a pas le temps de se relever qu'il est soulevé de terre...

    Kiad: Tu aimes la torture ? Tu aimes répandre le sang ? Tu aimes la souffrance...

    Huge se voit projeté contre un mur, puis contre un autre, puis contre un troisième avant de s'effondrer au sol.

    Kiad: Asha était bien plus honorable que toi, vermine des bas fonds...

    Des doigts du jedi jaillissent aussitôt des éclairs qui frappent Huge de plein fouet. Il est secoué de plusieurs spasmes, mais la décharge s'arrête au bout de quelques secondes...bien trop tôt au goût du chevalier.

    Kiad: J'avais oublié votre arrogance, à vous, les guildeurs. Votre manque de moralité ! Vous êtes une plaie pour la galaxie encore pire que Ba7l lui-même...

    Une nouvelle décharge d'éclairs secoue le corps presque inanimé de Huge. Le chevalier s'approche alors de lui, lentement, et se penche pour murmurer à son oreille.

    Kiad: Je pense te laisser en vie...tu sais pourquoi ? Pour que les guildeurs voient ce qu'il en coûte de ne pas fuir devant un Forceux, qu'il soit sith ou JEDI

    Contre toute attente, Huge se reprend. Il saisit le sabre de mimi à la ceinture de Kiad et l'allume. Le jedi à juste le temps de se reculer pour ne pas prendre la lame en pleine figure.

    Huge: J'ai...au moins...eu ça !
    Kiad: Parfait, tu pourras ainsi témoigner directement à tes chefs de ce qu'il t'es arrivé ici.

    Huge est de nouveau soulevé du sol et subit de nouveaux impacts contre les murs, puis finit sa course au travers du trou béant d'où Waren fut jeté.
    Le calme revient alors, un calme qui ne dure pas...Kiad, envahit d'une rage incontrôlée, libère toute la puissance dont il est capable et détruit deux autres pans de mur. Le toit de la tour se met à vaciller, penche dans le sens où les fondations manquent et commence à s'écrouler.
    Le jedi récupère le corps d'Asha à l'aide de la Force, puis repart par l'escalier avant que tout ne s'effondre dans un chaos et dans un fracas assourdissant.

    lundi 06 décembre 2010 - 18:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Tremblant d'une froide colère, contenue grâce à des nerfs habitués aux guerres civiles et autres situations autrement plus délicates où les réactions incontrôlées pouvaient être prestement mortelles, le bourlingueur nabio-thyferrien (et non pas "nabot-tiférien" comme avait eu un jour le malheur de glisser un spirituel confrère, dont la vie s'en trouva écourtée) avait pianoté des commandes sur son bloc de données et les avait tendues, sans un mot, à ses nouveaux et temporaires "officiers de pont".
    Premièrement, le Soleil Bleu quittait les cales du Warenichou pour rejoindre celles de l'Eradicateur.
    Deuxièmement, l'Eradicateur était temporairement rebaptisé le "Fifigs". Ce qui portait à trois le nombre de vaisseaux lourds portant les noms de ce que l'on avait jadis appelé les "Vieux de la vieille" (à savoir Waren Horn, Naga Shadow et Sw Figurines).
    Troisièmement, une série de trois sauts hyperspatiaux étaient calculés, dont deux avec des trajectoires aléatoires, afin de rejoindre un secteur de l'espace donné.

    Ce après quoi, le superdestroyer plongea dans la spirale bleutée de l’Hyperespace.

    ~~ +1235 ; -2588 ; 20rad ~~

    Le Fifigs ressortit enfin dans l’espace normal, pour s’approcher à pas feutrés d’une station spatiale qui paraissait abandonnée et – disons le – franchement miteuse. Elle présentait un tel état de délabrement extérieur que, l’avisant, même le plus infortuné des pirates weequays aurait hésité à s’y attarder pour faire étape, tant elle semblait vouloir s’émietter et se transformer en amas de tôles pulvérulentes au moindre souffle cosmique.
    Sous l’aspect extérieur, pourtant, se cachait une base privée parfaitement opérationnelle – quoique de taille réduite. Elle était habitée presque en permanence par quelques uns des plus dangereux mercenaires de la Galaxie, ce qui se faisait de mieux dans le domaine de la compétence meurtrière, froide et d’une implacable efficacité : la garde d’élite personnelle du vieux Terrik. Un groupe de pirates et de tueurs à gages ayant acquis ses lettres de noblesse après la guerre civile coynite, le blocus de Corellia, l’assaut final contre Malefica entre Dxun et Onderon, le pillage de la flotte M, sans compter quelques assassinats et révolutions planétaires qui, il faut bien le dire, ne passionnaient pas les médias même si leurs conséquences économiques étaient toujours palpables actuellement.

    Après s’être changé et avoir passé son costume de cérémonie d’ex-Leader (mauve, bleu et vert, avec une cape à liseré d’argent et chemise à boutons de manchettes en laminanium, personnalisés et valant chacun plusieurs mois du salaire d’un chirurgien), le « vieux Terrik », comme on l’appelait depuis que Booster était mort, s’allongea dans le canapé de son antichambre, croisa la jambe droite en équerre et demanda une connection sécurisée par un réseau Holonet privé. Cette connection finit par obtenir elle-même une liaison avec le réseau de la Marine de l’Alliance galactique ; ceci pour vous expliquer dans quel niveau de confidentialité on nageait.
    Un visage humain au menton sec et aux pommettes saillantes apparu. Ses cheveux étaient noués en un chignon court et serré. Malgré les traces de fatigue qui prouvaient que Terrik la sortait du lit, rien ni dans le ton de sa voix, ni dans son attitude, ne démontra une quelconque somnolence de la part de l’amirale Anastasia Xucphra.


    Édoras : Mes respects, amirale. Vous ne m’en voudrez pas d’être bref…
    Anastasia : Vous savez que la concision est une qualité que j’apprécie.
    Terrik : Vous allez envoyer au moins un de vos Pellæon dans le système Adega de la Bordure extérieure. Vous vous y rendrez le plus vite possible… et vous ne devriez pas attendre longtemps avant qu’une flotte très supérieure ne pénètre le système au niveau de la planète Ossus. Vous n’ouvrirez pas le feu et vous contenterez de demander une identification. La flotte devrait vous répondre qu’elle effectue une mission d’escorte, ou de reconnaissance… il s’agit de la flotte que la Guilde a élaboré pour protéger ses transports et ses… intérêts. Elle fera alors demi-tour et vous aurez sauvé des vies. Vous ignorez ce qui se trouve sur Ossus, je présume ?
    Xucphra : Ce secteur a été racheté par une corporation minière privée… il ne fait pas officiellement partie de l’espace de l’Alliance galactique.
    Le bourlingueur : Si un tribunal voulait bien statuer là-dessus, il me reconnaitrait probablement comme le légitime propriétaire de tout ce secteur, via mes principales sociétés. Dans les faits, la Guilde a acheté cet espace et en a négocié la protection avec les pirates. Aucun vaisseau étranger aux nôtres n’y pénètre. Ossus abrite le Temple Jedi, au secret depuis près de cinq ans. Seuls les hauts responsables des Renseignements républicains...
    L’Amirale : Les Renseignements Galactiques Alliés. RGA, Xyphor.
    Le héros thyferrien : C’est cela. Vous m’avez compris : vous n’êtes pas habilitée à connaitre ce secret. Pas encore. Et cela ne restera peut-être plus longtemps un secret. Bref, je souhaite corriger une erreur d’un de mes proches. Un malentendu et l’entêtement humain pourraient causer un désastre à l’échelle galactique… aidez-moi à l’empêcher. Hum ! Et pensez donc à obtenir une permission pour mon prochain anniversaire : vous serez invitée à la réception, dans ma villa de Valbresges. Vous devriez y rencontrer un Haut Amiral qui devrait, je crois, accélérer un peu votre carrière freinée par le sexisme de certains ; au minimum, il sera une agréable compagnie. Terminé.

    Le vieux pilote spatial s’allongea dans le canapé et croisa les mains sous sa nuque en soupirant. Il ferma les yeux et ne les rouvrit pas lorsqu’une Twi’lek à l’épiderme mauve foncé se lova contre lui.
    Il est du devoir des pères d’aider leurs enfants à réfléchir sur leurs erreurs. Quand ces enfants dirigent la Galaxie, le devoir requiert seulement un peu plus de délicatesse.


    :jf:
    -------------------------------------
    Édoras Konix Terrik
    Ex-Leader de la Guilde, retraité
    Pus d'vornskr ! Y a plus de p'tits profits !

    Ce message a été modifié par: Edoras le 07-12-2010 21:46

    mardi 07 décembre 2010 - 21:42 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Exposition Lego Star Wars - Chanorier

24 juin 2018 - 07 nov. 2018

Expo LEGO 100% Star Wars - Mini World Lyon

13 oct. 2018 - 13 nov. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide