Le Temple Jedi : saison 4 (page 55)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : Ossus
    Localisation : Les jardins du Temple Jedi

    La maître jedi avait prix le temps d’écouter l’explication de la femme Terrik jusqu’au bout. Son empathie lui permis de réaliser la sincérité de son interlocutrice. Lorsqu’elle pose sa main sur son épaule, Naberry pensa reculée, mais la Force lui permis de rester calme et d’accepter le geste. Pour une guildeuse digne d’être l’épouse d’Edoras, elle devait avoir fait énormément d’effort pour lui parlé ainsi. Pad usa de toute la diplomatie acquise dans sa jeunesse et de sa propre expérience afin de répondre calmement à Kiffa.

    Pad – Vous êtes sincères, je le sens. (Elle marque une pause). J’avoue que j’aurais préférer que votre époux s’explique lui-même, mais je comprends qu’aux vu des circonstances, ses priorités soient ailleurs. Sur le Warchinou, je suppose. Marchons voulez-vous ? Parlez moi donc de ses « choses moins graves ».

    Pad se dégage poliment et reprend la marche, la twi’lek l’accompagne.

    Kiffa – Vous avez vu juste, mon époux comprend la nécessité de retourner à une bienséance. Aussi, il a plusieurs affaires en cours à réglée sur avec sa fille notamment. A ce sujet, il apprécie votre intervention. Ainsi, il m’a chargée de vous assurer que les livraisons de nourriture reviendront à la normal.

    Pad se demande : « Est-ce que les affaires sur le Warnichou se termineront par une sentence de mort ? Certainement pas, puisque c’est ça fille ! Pour sa famille, là il peut être conciliant ! » La Force permet à la Jedi de cachée ses pensées et elle se mort la lèvre pour ne pas lui faire de réflexion qui pourrait offusquer la guildeuse. Naberry ne savait pas trop pourquoi elle lui parlait de livraison normale, elle n’avait pas eu le temps de faire le tour aux cuisines et ignorait la situation. Toutefois, si Edoras a demandé de faire mention de cela c’est logique de penser qu’il y a eu des problèmes à ce niveau.

    Pad – Effectivement, j’apprécie. Si les perturbations sont terminées, c’est une bonne chose. Il y a peu de temps que je suis revenue en ses lieux.
    La Twi’lek sourit comprend bien que Pad ignorait l’ampleur des dégâts, l'épouse Terrik s’en amusait. Elle prix plaisir à ne pas la mettre au courant du cruel manque de vivre qui devait régner ici.

    Kiffa – Mon époux a prix une autre résolution qui, je l’espère, vous satisfera.

    Pad l’invite d’un geste à prendre place sur un banc. Et elles s’y installent.

    Pad - Je suis toute ouïe.
    Kiffa – Dorénavant, l'astroport Edoras Konix sur Phoenix ne servira plus pour le commerce d’arme et d’épices dur, sauf avec votre autorisation, cela va de soi.

    C’est au tour de Pad de sourire. Elle comprenait bien qu’à travers toute cette discussion, qu'Edoras était sincèrement embarrassé par la situation. Bien sûr trop fier et trop egocentrique pour l’avouer. Cependant, toutes ses nouvelles-ci, étaient de bons augures. Aussi, la Jedi décide de rester en excellent terme avec Kiffa.

    Pad – Madame Kiffa Stamina-Terrik, je vous remercie de votre visite. J’apprécie grandement votre démarche à votre époux et à vous-même. Je prends bonne note de la différence existentielle qui existe entre un père et sa fille. Et je suis rassuré que votre mari n’est pas l’exécuteur de mon Oncle. Je ferais par de votre précieuse visite à mon frère, Kaarde.

    Pad se demande si elle doit lui parlée de Maly ou pas. Le petit l’avait vraiment intriguée. La façon de Mimi le traité l’avait offusquée, mais Pad sait que ce n’était pas ses affaires. Pourtant, la femme devant elle, n’est-elle pas une mère ?

    Pad - A moins que vous ayez d’autres choses à m’apprendre, je pense qu’il y a probablement une chose que je puis vous apprendre.
    Kiffa rit intérieurement – Vraiment ?
    Pad ne relève pas le ton ironique – Je ne m’aurais jamais permise de vous parlez d’une affaire de famille, si vos affaires n’avaient pas rencontré ma famille.

    Un moment de silence.

    Pad - Lors de ma visite sur le Warchinou, j’ai été choqué en tant que femme, de la façon dont un leader traite les enfants à son bord. Je ne doute pas qu’elle devra répondre de cela devant Edoras. Il n’appréciera certainement pas la manière donc Maly fut traiter. Ce petit est très attachant et je suis heureuse pour lui qu’il a un parrain qui sera faire de lui un homme. Permetez moi, de vous suggèrée d'enseigner à Maly les valeurs des symboles. Autant ceux de la CG, des impéraux, des Sith ou des Jedi. Cela lui évitera de commettre des impaire, merci d'avance. Je n’ignore pas que vous y contribuerait tout autant à son éducation. Maintenant, j’aimerai que vous me disiez ce que vous pensez de notre jardin ?

    mardi 11 janvier 2011 - 11:56 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ Ossus : comme quoi, tout s'arrange avec un peu de bonne volonté ~~


    La twi'lek hocha la tête, pensive. Elle connaissait bien peu de choses du nouveau protégé de son époux. Quelque chose en elle ressentait même de le jalousie contre cet enfant qui, d'une certaine façon, venait empiéter sur el territoire de son propre fils. Mais d'après ce qu'Édoras lui en avait dit, cet ancien esclave méritait cette adoption - elle-même se sentait capable d'aimer davantage.
    Il lui fallut un instant pour revenir à la réalité présente.


    Kiffa : Hum... entre femmes, je dois vous dire que je désapprouve la façon dont Solo a élevé son enfant. Elle est davantage que Konix responsable de la situation. Enfin, non, je suis malhonnête : il... il a toujours été trop faible avec ses enfants. Il a appris à Mimi comment se battre, manipuler l'économie et les politiques, torturer, espionner, se battre de cent façons, mais... certaines choses conçernant l'éducation des enfants lui semblaient si évidentes qu'il a du oublier de lui en parler. Il a toujours considéré tous les êtres vivants comme fondamentalement égaux, sans distinctions d'espèces, de sexe... ou d'âge. Il traite les enfants comme de petits adultes - et il a appris à Mimi à traiter durement les adultes. Il n'a pas du assez insister sur la tolérance qu'il fallait avoir avec les petits.

    Elle secoua la tête, attristée de cette situation. Si elle avait eu plus de temps, Mimi aurait pu devenir sa fille. Mais dans leurs métiers, la frustration des rapports et la dureté de ceux-ci étaient choses vitales.

    La tueuse : Mimimontesimos fera une grande Leader. Elle doit apprendre encore quelques subtilités, mais elle est mûre pour cela. Elle sera peut-être même meilleure que son père, car elle est plus dure et intransigeante - et plus humaine à la fois. Ne la jugez pas trop vite. Et surtout... n'oubliez pas qu'elle sera notre dirigeante : la plus importanet personnalité économique de cette Galaxie, indirectement bien sûr. Un chef d'État n'a pas besoin d'être trop scrupuleux, et c'est ce qu'elle sera, davantage encore que ses prédécesseurs.

    " Enfin... vous avez raison : mieux vaut s'intéresser au jardin. Cet arbre, là... il est originaire de Naboo. Ces fleurs mauves sont ce qu'on appele les "konix", sur Thyferra... et les rouges, là, viennent aussi de chez les Vratix. Par contre, ces petites choses bleues qui ressemblent à de la mousse sont des colonies bactériennes favorisant la dégradation des déchets organiques. J'ai déjà vu ça sur des colonies ithoriennes. On y laisse un cadavre humanoïde standard et une semaine plus tard, même les os commencent à devenir terreau. Pratique.
    " Je lui ai toujours dis qu'il devrait mettre son appareil sur le marché... un programme ithorien d'étude des écosystèmes. Il le laisse aux soins de la Guilde, mais je doute qu'elle en ait vraiment l'usage. Ou la capacité et la volonté d'en faire profiter des mondes.
    " Sur ce... à la prochaine fois. Evitez de mettre la main dans un nid de gundarks...

    [i]Elle remit son casque et se dirigea vers la sortie. Son équipe devait avoir eu le temps de mettre les communications du Temple sous écoute. Avec un peu de bol, la chose tiendrait quelques mois.[/col]

    mardi 11 janvier 2011 - 19:18 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Lieu - Ossus, Temple Jedi

    Deux sabres volent à travers la salle commune dans des trajectoires parfaitement calculées. Les deux padawans attrapent leurs armes, leur satisfaction est immédiate. Ils se lèvent l'un et l'autre et examinent attentivement ce que Cenovii vient de leur restituer. Aucun dégât, ils sont comme neufs. En les sondant dans la Force, Ceno avait déjà pu s'en assurer. Les deux jeunes ne semblent pas en revenir. L'instructeur leur raconte brièvement comment Jorus a récupérer les sabres mais il enchaîne très vite sur un sujet plus d'actualité. Les padas n'ont guère le temps de se réjouir. Il y a des guildeurs aux portes du temple, non, ils sont surement déjà entré.

    Cenovii - Allez dans la salle de sécurité et surveillez la moindre activité suspecte de nos invités.
    Keller - Qu'allez-vous faire Maitre?
    Cenovii - Moi je vais les surveiller en personne. Files-moi ta bure... Ha non, c'est vrai, vous n'en avez plus...
    Zatila - Merci de nous le rappeler!

    Ils se séparent à la sortie de la salle commune, l'un en direction du hall d'entrée, les autres vers l'étage où se trouvent la salle de sécurité, une salle de conférence et une autre salle commune, entre autres. Une poignée de secondes plus tard, Ceno a croisé Pad et une membre des visiteurs sans se faire voir, il se trouve maintenant d'un côté du hall, en bure jedi, devant le passage qui mène vers le couloir principal, une arche formée par deux rangées d'escaliers qui semblent l'entourer. Un groupe de sept guildeurs se trouve en face, près de la porte. Ils sont au complet. La distance est assez grande compte tenu de la taille de cette première salle, mais assez courte pour que le mando-jedi puisse épier le moindre mouvement de ces indésirables individus. Il lève un oeil vers un coin du plafond, l'holocaméra se braque sur l'escouade. Les padawans sont à leur poste. Alors, Maitre Aynora Lask apparait dans l'ombre d'un couloir qui ne semblait pas en être un, ses lekkus bleus posées avec nonchalance sur ses clavicules. Elle détends l'atmosphère par sa seule présence, ce qui rends service au mandalorien, celui-ci ayant du mal à contenir son mépris envers la Guilde. L'un d'eux les fixe depuis un moment, regard voilé sous un casque un peu trop orné. Rares sont ceux qui connaissent le vrai visage de Cenovii, il ne peuvent reconnaitre celui qui a prit le pouvoir sur Nar'Shaddaa en tant que Mandal'ore.

    Cenovii - Le cristal est-il en lieu sur?
    Aynor - Le plus sur qui soit.
    Cenovii (d'un regard suspect) - Hum... Vraiment?
    Aynor - Non, pas là où tu penses... Et puis, certains jours, il y a des lieux plus surs tu sais.

    Cette réplique lui fait assez froid dans le dos. Il braque à nouveau son attention sur les Guildeurs.

    Aynor - Tu as remarqué?
    Cenovii - Quoi? L'autre excité? Oui... S'il moufte il en prendra pour son grade.
    Aynor - Ne sois pas si morne. Allons leur proposer un verre pour les détendre.
    Cenovii - Tu plaisante j'espère.

    Glacial, le chevalier prends un air qui ne donne pas vraiment envie à la Twi'lek de servir les convives. Finalement elle se ravise. Soudain, un des membres du groupe s'avance vers les jedi, tandis qu'un autre prend la porte et sort du temple.

    Cenovii - Maitre Mordi va s'occuper de celui de dehors.
    Aynor - Je l'ai senti avant toi.

    Le deuxième bifurque avant d'atteindre les jedi pour prendre l'escalier. Il dépasse Cenovii et Aynor, son regard ne peut que se décrocher d'eux. Le temps qu'il monte l'escalier, et qu'il entame quelques pas, Ceno apparait au premier angle et se positionne sur le seuil.

    Cenovii - Cet accès est interdit.
    Guildeur - Je cherche les toilettes.
    Cenovii - Il n’y en a pas par là. Nous souhaitons limiter vos déplacements, suivez donc votre camarade et allez à l'orée de la jungle.
    Guildeur - Faits pas ton jedi, je veux juste aller aux toilettes.
    Cenovii - Ne faites pas votre guildeur, en la situation actuelle votre insistance et vos familiarités pourraient paraitre excessives.

    Petite tension, le type en armure sait qu'il prendrait des risques à chercher plus loin tant le ton sur lequel parle le jedi en face de lui n'est pas à la plaisanterie. Cenovii tente de le convaincre qu'il a percé à jour ses manigances, même s'il n'a pas la moindre idée de la nature de celles-ci. Finalement le guildeur fait le bon choix après une baston de volonté de courte durée. Il redescend par les mêmes escaliers qu'il venait de monter. Arrivé en bas, il constate que Cenovii est à nouveau là, vers Aynor. Du côté de la porte d'entrée, le second guildeur qui avait tenté une échappée belle se fait raccompagner poliment par Maitre Mordi auprès de ses associés, puis le Maitre Jedi s'en retourne à l'extérieur. Une nouvelle tentative d’un troisième luron de se soustraire aux règles d’usage que les jedi souhaitent leur imposer est à nouveau un fiasco, Kiad apparait au détour du couloir visé et ramène l’intru à la raison. Le chevalier gris s’approche enfin des deux autres jedi et leur adresse quelques dernières paroles avant son départ imminent, en guise d’au revoir.

    Kiad - Je pars, je ne sais pas combien de temps.
    Cenovii - Ne faits pas trop de bêtises.
    Kiad - C’est toi qui dit ça ?
    Aynor - Ta présence est déterminante pour l’avenir de l’Ordre.
    Kiad - Je reviendrai, aussi tôt que je le pourrai.
    Aynor - Si telle est ta décision, que la Force soit avec toi.
    Cenovii - A bientôt, ami.

    Il disparait sous leurs yeux, se fondant dans l’air, imperceptible. Bientôt l’entrevue de Padme et de sa visiteuse touche à sa fin. Sous la surveillance des padawans, la mystérieuse Twi’lek rejoint l’entrée du temple. Le groupe de guildeurs quitte les lieux. Cenovii est sur le toit dés qu’ils franchissent la dernière marche de l’escalier de l’extérieur. Il peut les voir rejoindre leur plate-forme d’atterrissage et monter dans leur vaisseau, peu après ce-dernier quitte le sol d’Ossus et prends son envol. Beaucoup plus loin, dans la forêt avoisinante, il aperçoit un second appareil décoller.

    mercredi 12 janvier 2011 - 02:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16975 Crédits Modo

    Baaaaaaal s'en était allé, emportant avec lui les ressources des chantiers de Mon Calamari et ses otages. N'ayant plus d'ennemi à pourchasser, la flotte de l'Amiral Mahan prit une position de défense autours des chantiers et commença à déployer des vaisseaux de secours.
    J'allais poser l'Aurora à Corail City et y constater les dégâts laissés par le Seigneur des Sith. Les dégâts sur la cité en elle-même était minimes, à part la grande place devant la Chancellerie qui avait été bombardée, et le bâtiment lui-même semblait intact vu de l'extérieur. En revanche le sentiment de panique au sein de la ville était grand.
    Une fois mon appareil posé et les contrôles passés je me faufilai jusqu'à la Chancellerie où de nombreux soldats de la CG s'affairaient à réinvestir le bâtiment et en évacuer les blessés. Les incendies étaient tout juste maîtrisés.
    Alors que tout le monde était affairé et que je finissais de m'entretenir avec les forces de sécurité calamariennes, une navette officielle républicaine vint se poser au milieu de la place dévastée et monopolisa toute l'attention. Entouré d'une garde importante, Mahan descendit la rampe avec son état-major et ses plus proches conseillers. Il commença à gravir les marches qui menaient au parvis de la Chancellerie. Je sentais que cette arrivée imprévue de celui que tout le monde attendait comme nouveau dirigeant de la République insufflait du courage dans tous les coeurs. D'ailleurs une foule de plus en plus nombreuse se tassait. Me voyant, l'ex-amiral me fit signe de le rejoindre.

    Mahan. - Ah, Maître Nabery ! Venez donc, je vous veux près de moi ! Je veux que l'on sache, en ce jour historique, que la République et les Jedi sont toujours soudés !

    Moi(souriant). - Je ne sais si c'est bien sage, lors de ma dernière apparition publique il y a plus de quatre ans j'ai quand même officiellement dissolu l'Ordre Jedi.

    Le futur chancelier partit d'un rire franc et je me joignis à sa suite. En voyant l'imposante équipe d'Holonews qui attendait en haut des marches, je compris que cette cérémonie d'intronisation n'était peut-être pas si improvisée.
    Mahan se plaça derrière une petite estrade qu'on venait de lui installer avec un comlink pour retransmettre sa voix.

    Mahan. - La République Galactique, et la galaxie dans son ensemble, viennent de traverser des heures sombres. Aujourd'hui... l'heure est et à la reconstruction, à l'union de toutes et de tous pour rebâtir ce qui a été perdu. Aujourd'hui, alors que la menace du SEZ est enfin éteinte, et que celle des Sith nous rappelle de rester unis et solidaires, moi, Gaius Mahan, j'endosse la responsabilité de Chancelier Suprême. je jure sur la constitution de notre glorieuse République et devant les Sénateurs qui m'entourent de défendre les principes de la démocratie et les libertés des milliers de peuplent qui constituent l'âme et le corps de la République Galactique depuis des millénaires !

    C'était bref, mais c'était à présent officiel : Gaius Mahan était désormais le Chancelier Suprême de la République !
    La foule en liesse déchaîna sa joie en cris et acclamations. L'inquiétude laissée par l'attaque de Baaaaaaal semblait lointaine, désormais. Mahan avait bien choisi son moment.

    Mahan. - Aidés de l'Ordre des Jedi et de la Coalition Galactique nous avons pu venir à bout du SEZ, et c'est encore en comptant les uns sur les autres que nous affronterons toutes les menaces futures. C'est quelque chose que mon prédécesseur et ami Gumbrik Tills, dont nous sommes venus honorer la mémoire, avait parfaitement compris ! Aussi mon premier acte en tant que Chef d'Etat sera d'achever l'oeuvre du Chancelier Tills, ce même projet qui avait servi de prétexte au Syndicat Esclavagiste Zygerrien pour déclencher la guerre et amené notre ami à la mort... à dater de ce jour, je proclame l'esclavage interdit sur tous les mondes de la République !

    La nouvelle fit l'effet d'une bombe et laissa tout le monde dans l'effarement le plus complet. Mais la joie prit le pas sur l'étonnement et des hurlements d'approbation fusèrent à travers tout Corail City.
    Gumbrak Tills, au moment où je quittais mon exil de Myrkr, avait en effet eu le courage de proposer une loi d'abolition de l'esclavage au Sénat Galactique. Cela avait été le point de départ d'un intense conflit politique qui avait permis au discret SEZ de prendre des forces et des alliés jusqu'à ce que la guerre éclate. Tills, pourtant soutenu par les Jedi depuis le début, ne s'était pas pardonné d'avoir provoqué cette suite dramatique d'événements. C'est sans doute ce qui l'avait poussé à se donner la mort. Depuis la Force il devait certainement être enfin en paix avec lui-même et en train de féliciter Mahan.
    Avec cette mesure exceptionnelle celui-ci allait certainement se faire des ennemis au Sénat, comme Ryloth, mais également des alliés pour la vie, comme Kashyyyk.

    Mahan. - Ma deuxième mesure sera de ré-établir le siège de notre République sur Coruscant, dévastée par le SEZ et les Sith. Ce monde a été et doit rester le symbole de la cosmopolité de notre République millénaire. Nous y mettrons le temps qu'il faudra, mais les dégâts subits par Coruscant seront effacés. Ce serait reconnaître une supériorité au SEZ et aux Sith que de laisser la planète telle qu'ils nous l'ont abandonnée, et d'y renoncer !... D'ici à ce que nos efforts de reconstruction soient récompensés, le siège du Sénat Galactique se tiendra ici, sur Mon Calamari... Merci de m'avoir écouté, nous nous retrouverons dans quelques heures pour rendre un dernier hommage au grand chef d'état qu'était Gumbrak Tills.

    Et, sous les acclamations et les holocaméras, Gaius Mahan fit volte-face et se dirigea vers la Chancellerie afin d'y prendre officiellement ses quartiers. La chose était imprudente, le bâtiment sortant tout juste d'une attaque violente de Baaaaaaal, mais hautement symbolique. Les forces de l'ordre s'étaient toutefois assurées d'enlever tous les cadavres susceptibles de se trouver sur le chemin au bureau du Chancelier.
    Je marchais au côté du nouveau Chancelier, l'accompagnant.

    Moi. - Toutes mes félicitations, votre Honneur.

    Mahan. - Merci, Maître Jedi... Avant mon arrivée, avez-vous appris quelque chose de l'attaque du Sith Baaaaaaal ? Dans les chantiers nous avons constaté que les Sith ont pris tout ce qu'ils pouvaient trouver comme ressources utiles, carburant, matériaux, composants... et l'ont embarqué à bord de la Main Ecarlate. En revanche nous ignorons toujours pourquoi ce Baaaaaaal a pris la peine d'attaquer seul la Chancellerie.

    Moi. - Nous l'ignorons, il n'a laissé que des morts sur son passage. Tout ce que je sais c'est qu'il a pris la peine d'emporter des otages pour couvrir sa fuite.

    Mahan. - Qui étaient ces otages ?

    Moi. - Les forces calamariennes n'en sont pas encore certaines. Elles pensent avoir identifié le corps de Jurity Oklas, présidente du comité de Bioéthique Galactique, précipitée du toit par Baaaaaaal. Ce qui laisse supposer que les otages étaient les autres conseillers scientifiques de votre Excellence. Mais il faudra attendre d'avoir dégagé les décombres et identifié tout les corps restant pour en être certains.

    Mahan. - Les Sith auraient besoin de mes conseillers scientifiques ?

    Moi. - Ou de quelque chose détenue par l'un d'eux, impossible à savoir. Si ça se trouve Baaaaaaal était venu pour une toute autre affaire et a enlevé ces gens simplement pour couvrir sa retraite... Le plus troublant reste que la Main Ecarlate a attaqué Mon Calamari seule ! Je suis bien placé pour connaître la force militaire de notre ennemi, et je me demande a quoi peut bien être mobilisé le reste de sa flotte actuellement.

    Mahan. - Peut-être surestimez-vous la force de Baaaaaaal à cause de ses victoires passées et de ses démonstrations de force mégalomaniaques. Selon moi il aurait davantage le profil du psychopathe déséquilibré que celui du génie militaire que vous semblez lui prêter. Sur ce, permettez-moi d'investir mon nouveau bureau. Nous nous retrouverons tout-à-l'heure au funérailles de Gumbrak.

    Moi. - On n'est jamais au bout de nos surprises, avec Baaaaaaal. J'espère qu'il vous épargnera cela.

    Nous étions arrivés à la porte du bureau du Chancelier. Mahan prit congé et referma la porte derrière lui. J'avais à peine fait quelques pas pour rebrousser chemin que je sentit un immense effroi et une grande terreur émaner du nouveau Chancelier.
    Je me précipitai au bureau.

    Moi. - Chancelier... !

    Mahan. - Là !... Sur,... sur le bureau !... Apro !

    Je baissai les yeux et découvris le spectacle morbide auquel il avait eu droit en prenant procession de ses nouveaux quartiers.
    En plein milieu du bureau trônait la tête, décapitée au sabre laser, d'un sullustéen mort depuis plusieurs jours déjà... La tête du Chevalier Jedi Apro Vix, assassiné par Baaaaaaal sur Coruscant peu après la catastrophe des bombes psychiques ! (voir ici)
    Mahan semblait terriblement affecté par cette mise en scène macabre.

    Moi. - Vous connaissiez personnellement le Chevalier Apro Vix ?

    Mahan. - Oui... il fut mon... mon amant. (voir ici )


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !


    Ce message a été modifié par: Kaarde le 16-09-2015 21:38

    mercredi 12 janvier 2011 - 21:22 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    Lieu : Ossus
    Localisation : Le Temple Jedi

    Pad avait suivi la délégation de la Guilde et elle était restée sur le pas de la porte du Temple jusqu’à ce que tous les vaisseaux soient partis. Elle reste là un moment les bras sur le torse et laisse le vent lui caressée le visage. La Jedi ferme les yeux et laisse ses sens être amplifier par la Force. Toutes les formes de vie d’Ossus, confirme l’absence de vaisseaux aux alentours. Puis, elle laisse la Force sentir se qui pourrait encore se trouver dans l’Exosphère, rien. Et en orbite, il y a encore des présences, des trous dans la Force… probablement que les derniers vaisseaux de la Guilde se préparent à partir.

    Pad ouvre les yeux, et rentre dans le temple. Il lui faut remonter au centre des communications ! Aynor vient vers elle.

    Aynor – Ceno avait raison de se méfié, je pense que la garde tramait quelques choses mais nous les avons arrêté.
    Pad – Sais-tu ce qu’il cherchait exactement ?
    Aynor – Je ne dirais rien de bon.
    Pad – Connaissant Edo, et de ce que j’ai peu senti chez Kiffa, je ne pense pas que c’était une sorte de représailles. Je pencherai plus pour de l’information, ou nous faire une blague à la Terrik.
    Aynor – Comment parviens-tu encore à leur faire confiance ? Kiffa t’a mise dans sa poche ?
    Pad – L’univers n’est ni blanc, ni noir maître Aynor ! Il est gris !
    Aynor – Euh… tu veux dire quoi ?
    Pad – Ne confond pas Edoras et sa fille ! Il n’y a pas de comparaison. Il est un roublard, elle est une fonceuse ! Il est diplomate, elle est lunatique. Tous les séparent ! Je peux m’entendre avec Kiffa ou Edoras, sans pour cela avoir la même considération pour sa fille. Maintenant excuses-moi, je dois parler à mon frère. Sais-tu où il est ?
    Aynor – Il n’est toujours pas revenu de Mon Calamari, mais je présume que les funérailles du chancelier Tills doivent être en cours ou terminée.
    Pad – Jorus est revenu ?
    Aynor – Oui, il nous attend en salle du conseil d’ailleurs.
    Pad – Merci Aynor, nous nous verrons plutard, je ne peux plus postposer mon appel.

    La maître Twi’lek fait la grimace, elle n’avait plus envie d’attendre Pad ! Déjà pour la guildeuse, puis pour une communication, … Elle avait l’impression que Naberry n’avait plus trop le sens des priorités jusqu’à ce quelle parvienne à sonder en l’humaine une tristesse immense. Elle n’insista plus et rejoint Jorus.

    Pad va en salle des communications et demande à prendre contact avec son frère. Au bout d’une demi-heure, car on lui demanda de patienté. Kaarde était en conversation avec le nouveau Chancelier Mahan. Elle réussi enfin à obtenir une conversation holographique avec son frère, depuis Mon Calamari.

    Pad – [col=blue]Je suis sur Ossus, au Temple. Je viens d'apprendre que Mahan est le nouveau Chancelier, c'est une bonne nouvelle. Pourtant, il y a un trouble dans la Force, que s’était-il passé ?
    Kaarde – Content de te savoir là-bas. C’est long à expliquer. Disons qu’en résumer : Baaaaaaal a encore fait parler de lui. La main écarlate vient de nous échapper.
    Pad – Tu vas bien ?
    Kaarde – Je ne suis pas blesser. Les funérai…
    Pad – Je sais. Je suis heureuse de te revoir. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
    Kaarde – Une bonne nouvelle ne fera pas de tort.
    Pad – Jorus et moi sommes parvenu à un accord et Edoras a promis que les livraisons des vivres reviendront à la normal. Il est parti rejoindre sa fille et je pense qu’il va s’assurée qu’elle quitte l’orbite d’Ossus.
    Kaarde – Le temple est hors de danger alors ! Super !
    Pad – Je ne me réjouie pas trop vite, mais il semble que cela en prend le chemin.
    Kaarde – Et la mauvaise nouvelle ?
    Pad – J’aurai préférée ne pas devoir te l’annoncer par holoprojecteur. Frangin, la guilde a frappé fort cette fois-ci et un membre de notre famille en a payé le prix fort. Il était plus proche de toi que de moi.
    Kaarde – Oncle Talik !!!

    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 14-01-2011 11:09

    jeudi 13 janvier 2011 - 16:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16975 Crédits Modo

    Les Calamariens, et beaucoup de Quarrens, s'étaient déplacés en masse pour assister aux funérailles du défunt Gumbrak Tillls. Beaucoup d'officiels étaient également réunis, dont Mahan qui réussissait à dissimuler avec effort le choc qu'il avait eu en découvrant la tête de son ancien amant sur son bureau. J'avais promis de ne communiquer à personne cet ancien lien entre Apro Vix et l'actuel Chancelier.
    Baaaaaaal aurait assailli la Chancellerie uniquement pour ça ? Pour provoquer Gaius Mahan par cette mise en scène ? Ca paraît un peu gros. En tout cas s'il voulait se faire un ennemi de Mahan, c'est réussi.
    C'est à moi qu'il incombait de diriger la cérémonie. Tills, qui croyait en la Force et respectait les croyances Jedi, avait souhaité des funérailles analogues à celles des Jedi, en toute simplicité, plutôt qu'un enterrement en grande pompe ou d'un imposant monument funéraire. Malgré tout énormément de monde s'était déplacé pour honorer sa mémoire, ici, au bord de Corail City, au dessus de l'océan. Son corps reposait au sommet d'un entassement de bois derrière moi, sur une plate-forme antigrav.
    Le soir tombait. Lorsque suffisamment de monde fut réuni je pris la parole à la tribune.

    Moi. - Merci à tous d'être venus... Nous sommes ici réunis pour rendre hommage à un grand chef d'état, à Gumbrak Tills, qui se distingua très tôt comme Sénateur de Mon Calamari et toute sa vie comme une personne intègre, animée d'un profond désir de justice et d'égalité. Qui mieux que lui, qui avait déjà réconcilié Quarrens et Calamariens à de nombreuses occasions, pouvait représenter ce monde au Sénat Galactique ? Avant et après sa nomination au poste de Chancelier Suprême, j'ai souvent eu l'occasion et l'honneur de travailler en étroite collaboration avec Gumbrak, du temps où je dirigeais le Conseil des Jedi. Il m'a toujours marqué comme étant quelqu'un de profondément volontaire, ouvert aux autres et... têtu. Ce n'est certainement pas l'ex-sénateur bothan Mohel'ya, son éternel opposant, qui aurait contesté ce point. (rires de l'assistance) Oui, Gumbrak Tills était courageux. Lui seul pouvait avoir le cran d'oser ce que des milliards de personnes dans la galaxie attendaient : l'abolition de l'esclavage. Gumbrak Tills n'a jamais fléchi dans ses prises de position et s'est sacrifié pour son idéal. Aujourd'hui qu'il ne fait qu'un avec la Force et veille sur nous tous, il peut constater que cet idéal n'est pas mort et que ses successeurs, ainsi que tous les proches et collègues qu'il laisse derrière lui, sont prêt à reprendre le flambeau... Le moment est venu de dire adieu à notre ami en rompant ses dernières attaches ici bas.

    Mahan et quelques proches de Gumbrak Tills se levèrent et se joignirent à moi pour allumer le bûcher funéraire. Alors que les premières flammes léchaient à peine le corps, la plate forme antigrav s'éleva en commença à emporter le bûcher le plus loin au large. Ainsi ses cendres rejoindraient les océans de Mon Calamari.
    Alors que je contemplait la lueur du feu au loin dans la nuit tombante, mon comlink bipa. Une communication du Temple. Aïe ! Avec tous ça j'avais oublié que la Guilde risquait de nous attaquer.

    Moi. - Pad, c'est toi ?
    Pad. – Je suis sur Ossus, au Temple. Je viens d'apprendre que Mahan est le nouveau Chancelier, c'est une bonne nouvelle. Pourtant, il y a un trouble dans la Force, que s’était-il passé ?
    Moi. – Content de te savoir là-bas. C’est long à expliquer. Disons qu’en résumé : Baaaaaaal a encore fait parler de lui. La Main Ecarlate vient de nous échapper.
    Pad. – Tu vas bien ?
    Moi. – Je ne suis pas blessé. Les funérai…
    Pad. – Je sais. Je suis heureuse de te revoir. J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle.
    Moi. – Une bonne nouvelle ne fera pas de tort.
    Pad. – Jorus et moi sommes parvenu à un accord et Edoras a promis que les livraisons des vivres reviendront à la normal. Il est parti rejoindre sa fille et je pense qu’il va s’assurer qu’elle quitte l’orbite d’Ossus.
    Moi. – Le Temple est hors de danger alors ! Super !
    Pad. – Je ne me réjouie pas trop vite, mais il semble que cela en prend le chemin.
    Moi. – Et la mauvaise nouvelle ?
    Pad. – J’aurai préféré ne pas devoir te l’annoncer par holoprojecteur. Frangin, la Guilde a frappé fort cette fois-ci et un membre de notre famille en a payé le prix fort. Il était plus proche de toi que de moi.
    Moi. – Oncle Talik !!!

    J'étais tout bonnement paralysé. Mahan arriva près moi.

    Mahan. - Tiens... Je ne vous savais pas si sensible au départ de Gumbrak, Maître Nabery. C'est la première fois que je vous vois avoir des larmes.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------


    Quelque jours plus tard, sur Myrkr, dans l'ancienne propriété de Talik Karrde.

    Toute la famille Nabery était réunie près de la tombe de Talik Karrde. Pad, Macematu, Obitom, revenu exprès d'Onderon, et nos parents. La terre s'était effondrée sous mes pieds, lorsque Pad m'avait appris la nouvelle quelques jours auparavant. Talik était notre oncle, mais il était comme un père pour moi.
    Ma mère m'avait donné naissance chez lui, son frère contrebandier. Tout petit j'avais été éloigné de Naboo, prise pour cible par des Jedi noirs, pour être élevé en sécurité sur Myrkr auprès de mon oncle. Celui-ci n'avait jamais eu d'enfant. Il m'éleva pendant près d'une douzaine d'année comme son propre fils, jusqu'à ce que je découvre ma sensibilité à la Force en quittant Myrkr et la sphère d'influence des Ysalamiris.
    J'aimais Talik comme un père. Lui était un homme revêche prêt à tout pour défendre sa liberté. C'est sans doute pour ça qu'il s'était si longtemps obstiné à demeurer sur Myrkr, planète à laquelle il était profondément attaché, tout en se maintenant en marge de la Guilde. Malheureusement, parce qu'il m'avait aidé un jour à fournir temporairement des ysalamiris pour l'infirmerie du Temple, la Guilde l'avait considéré à tort comme un braconnier, un vulgaire trafiquant d'animaux.

    Moi. - C'est une bonne chose...
    Pad. - Quoi ?
    Moi. - Que je n'ai pas appris son décès plus tôt... Imagine, je n'aurais pas eu une vision claire... j'aurais refusé tout arrangement avec la Guilde avant d'être calmé, j'aurais peut-être même pu vouloir abandonner l'Ordre... J'en aurais été capable si je n'avais pas rendu hommage à Gumbrak Tills et à son obstination avant que tu m'appelles... A propos, tiens... (je lui tendais un objet)
    Pad. - Qu'est-ce que c'est ?
    Moi. - Ton sabre laser, que tu m'avais laissé. Maintenant que tu es de retour, je pense que tu en auras à nouveau besoin.

    J'étais dévasté, et bien content que mes frères et ma soeur soient coupés de la Force comme moi et ne puissent le ressentir.
    Talik Karrde avait été enterré par ses hommes dans un simple carré de terre surplombé d'une pierre tombale.
    La Force nous jouait de drôles de tours. Depuis la fin de mon exil j'avais quitté Myrkr pour ne faire que traverser toujours plus d'embûches : être capturé par Baaaaaaal, devenir son associé temporaire en feintant de renier ma famille et les Jedi, briser le coeur de Pad par la même occasion, diriger des armées Sith sur Kashyyyk, mutiler Cenovii en combat singulier, affronter mes anciens démons en combattant le clone de mon ancienne apprentie Tyria, frôler la mort en arrêtant la Source du Paradis Noir, voir ma soeur abandonner l'Ordre, affronter le SEZ sur Géonosis, sentir la mort de centaines de Jedi tués par les bombes psychiques, échouer à aider Sola O'Keefe, découvrir que le Temple est menacé, découvrir les dernières horreurs de Baaaaaaal,... et finalement, quand je crois que tout est fini, revenir sur Myrkr enterrer celui que je considérais comme mon père.
    Pour moi toute cette histoire avait commencé sur Myrkr (voir ici ), et elle s'y achevait.

    Pad, Macematu, Obitom et nos parents se retirèrent bientôt, me laissant seul à genoux face à la tombe.
    Alors, pour la première fois depuis longtemps, peut-être depuis le début de mon existence, je me laissais aller à pleurer. Moi qui était tellement maître de mes émotions d'habitude, je laissais sans retenue mes émotions me submerger et les larmes couler en cascade sur mon visage.
    Pour la première fois je pleurais.

    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !


    Ce message a été modifié par: Kaarde le 16-09-2015 21:46

    dimanche 16 janvier 2011 - 23:16 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    J'ai réussi, une fois encore !
    La République a été complétement dupée ! Et avec ce que je lui ai laissé en souvenir, Gaius Mahan n'est pas prêt de deviner mes réelles intentions. Avant que je le tue sur Coruscant, ce Jedi sullustéen avait clairement manifesté un lien avec l'actuel nouveau chancelier. Je ne doute pas que celui-ci sera affecté.
    Mais qui était le Jedi qui m'a pris en chasse avec l'Aurora ? Sûrement pas Kaarde, je l'ai laissé pour mort sur Coruscant. Non, ce devait être sa soeur Pad. Ah, elle n'aurait pas fait long feu si j'avais été aux commandes de ma vieille Aile X ! Mais je savais qu'elle n'insisterait pas à partir du moment où j'exécuterais une partie de ma cargaison. Héhéhé ! Il me reste une bonne quinzaine de scientifiques pas trop abimés. Ca va, j'ai de la marge.
    Si tout s'est bien passé, ce dont je ne doute pas, j'ai à présent toutes les pièces en main pour accomplir mes nouveaux desseins. Il est temps de tout réunir.
    La guerre du SEZ est à présent terminée, et j'en suis le grand vainqueur !



    Quelque part dans une zone reculée de la galaxie. Chantiers spatiaux secrets des Sith.

    L'essentiel de la flotte Sith était concentré ici le temps de décharger les ressources volées à la Guilde et prises dans divers sites d'extractions de minerai. Sa tâche effectuée, chaque vaisseau repartait à une place stratégique. Il était inutile d'attirer l'attention sur cette installation en y rassemblant la flotte entière.
    La Main Ecarlate fit une arrivée magistrale. Chacun stoppait ses activités pour contempler de loin le retour de Baaaaaaal, Seigneur Noir des Sith. L'imposant vaisseau amiral stoppa ses machines au milieu des vaisseaux de guerre et des immenses plates-formes de stockage.
    Baaaaaaal, les mains croisées derrière sa cape noire, droit comme un i, contemplait le début de chantier depuis la passerelle de commandement.

    Baaaaaaal. - Qu'en est-il de l'avant-garde ?

    Amiral. - Perdue, corps et bien. Nos troupes ont échoué à saborder l'Eradicateur. Il est à présent aux mains de la Guilde.

    Baaaaaaal. - Grand bien leur fasse ! Il le regretteront un jour. Le Seigneur Spencer ?

    Amiral. - Ses forces, revenues de Bastion, sont arrivées avant la Main Ecarlate. Elles ont fait le crochet par Yoda City comme prévu. La navette du Seigneur Spencer vient d'apponter. Il sera devant votre Seigneurie dans une poignée de minutes.

    Baaaaaaal. - Fort bien. Apportez-moi une bouteille de Brandy Corellien.

    Quelques minutes plus tard l'imposant Dark Spencer fit son entrée sur le pont alors que Baaaaaaal finissait au goulot les dernières gouttes de son brandy. Le cathar se mit à genoux devant son maître. Enfin celui-ci daigna se retourner vers l'apprenti.

    Spencer. - Maître, il en a été fait selon vos ordres. Je vous rapporte la copie des plans volés sur Bastion. Les originaux sont en lieu sûr à Yoda City.

    Baaaaaaal. - Je suis fier de vous, Seigneur Spencer. Levez-vous... Mmh, je sens que vous me réservez encore une surprise. Quelle est-elle ?

    Le terrible cathar retroussa ses babines en un inquiétant sourire carnassier.

    Spencer. - Oui, Maître. Dans l'espace impérial, alors que nous quittions Bastion, j'ai senti la présence d'un sensitif... une sensitive affiliée au Côté Obscur, pour être précis.

    Baaaaaaal. - L'avez-vous identifiée ?

    Spencer. - Mieux que ça, mon Maître, mes troupes ont mis le grappin dessus et je vous l'apporte !

    Dark Spencer s'écarta pour dévoiler deux soldats tenant une prisonnière. Celle-ci avait la tête affaissée et portait plusieurs traces de coups sans doute infligés par l'apprenti Sith. Malgré la ressemblance avec une fameuse Maître Jedi, Baaaaaaal n'eut aucune peine à reconnaître une de ses propres créations : le clone PN.

    Baaaaaaal. - Tiiiiens, cette chère Paad ! Je me suis longtemps demandé où tu étais passée !

    Paad. - C'est... Sola !... Sola O'keefe, maintenant !

    Baaaaaaal. - Aaaaah ! Je vois qu'on s'est émancipée ! Qu'allais-tu faire dans les Vestiges de l'Empire, si ce n'est pas indiscret ?

    Paad. - Je voulais... j'allais retrouver... personne. Vous allez me tuer ?

    Baaaaaaal. - Hahaha, mais non, petite effrontée ! Je n'ai pas oublié que je te dois une fière chandelle pour l'aide que tu m'as apportée sur Coruscant ! Non, je vais m'assurer que tu ais un avenir radieux parmi nous, et surtout... tu vas redécouvrir ton utilité, petite clone... Bon séjour parmi nous.

    Baaaaaaal se délectait de la peur et de l'abîme de désespoir dans lequel plongeait la clone tandis que les soldats la remportaient. Le Maître Sith se replaça en contemplation devant les étoiles.
    Dark Spencer prit place à son côté dans un étrange mutisme. Son désapointement était évident. Baaaaaaal se doutait que le cathar s'était attendu à ce que Paad soit exécutée sur place. Au lieu de cela elle était gardée en vie avec l'assurance de servir le Seigneur des Sith. Sans doute Dark Spencer craignait maintenant d'avoir une concurrente au titre d'apprenti ? Baaaaaaal se garda bien de le rassurer.

    Baaaaaaal. - Merci pour ce présent, apprenti. Maintenant le moment est venu de mettre en branle mes nouveaux plans. Amiral, faites entrer mes prisonniers. Seigneur Spencer...

    Spencer. - Maître ?

    Baaaaaaal. - Défense absolue d'en tuer un seul. Et donnez-moi les données volées à l'Empire.

    L'Amiral obéit et fit entrer la quinzaine de scientifiques capturés sur Mon Calamari encore attachés les uns aux autres par des menottes incapacitantes. Tous étaient apeurés.

    Baaaaaaal. - Messieurs, bien le bonsoir et toutes mes excuses pour le voyage mouvementé que je vous ai imposé. Je vous promet que vos conditions de vie vont encore s'améliorer si toutefois vous répondez à mes attentes. Je vous ai réunis pour participer à la construction d'une arme spatiale qui va requérir toutes vos hautes compétences scientifiques.

    un twi'leck. - Ah, mais moi je suis biologiste, je n'ai donc... (vzuuum) Aaeergh !

    Baaaaaaal(rengainant son sabre). - Reprenons... voici, ce que j'attends de vous !

    Le grand Maître Sith plaça dans l'ordinateur central la datapuce que lui avait remise son apprenti. Les lumières baissèrent sur la passerelle qui ne fut plus éclairée que par une immense projection holographique rouge et sphérique.
    A cette vue les scientifiques furent frappés de stupeur. Même Dark Spencer, qui n'avait pas observé les plans de près, et l'Amiral furent grandement impressionnés. Baaaaaaal sentait un agréable frisson courir le long de son échine.

    Baaaaaaal. - Bien sûr j'attends de vous que vous modifiez un peu ces vieux plans, que vous les remettiez au goût du jour. Il va de soi que je n'envisage pas de reconstruire cette machine à l'identique, seule l'arme principale m'intéresse. Et il faut qu'elle puisse se déplacer par ses propres moyens. Quant à ce que je veux en faire, cela ne regarde que moi... Je me charge de vous fournir les ressources, vous avez un an pour obtenir quelque chose de probant. Oh, et il va de soi qu'en cas d'incompétence ou de non-collaboration de votre part vos familles subiront de lourdes représailles. Quelqu'un a des questions, avant de commencer le travail ?

    un scientifique. - M... Mais mais,... ces plans... c'est... ce, ce sont ceux de... !

    Baaaaaaal. - De l'Etoile Noire, oui ! Muhahahahahaha, ADRIEEEEEEEEENNE !


    A SUIVRE DANS TJ5...


    Salut à tous fans de mystères ! :x
    -------------------------------------
    Seigneurs Noir des Sith
    Grand Intendant, membre des FF
    salut a tous les FF au passage
    Fou allié
    ADRIEEEEENNE!!
    PIOU!! PIOU!!

    Ce message a été modifié par: baaaaaaal le 19-01-2011 15:43

    mercredi 19 janvier 2011 - 15:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Lieu - temple jedi d'Ossus
    après le départ de la Guilde


    Cenovii est convié dans la chambre du conseil. Sont présents Maitre Jorus Beku-n, Maitre Aynora Lask ainsi que Maitre Bnar. Lorsque le chevalier entre d’un pas lourd, les trois maitres jedi le toisent du regard avec une certaine sévérité qui ne l’atteint cependant nullement. Il leur renvoie avec des yeux plus interrogateurs, d’un air de dire « qu’est-ce que j’ai encore fait ? ». Finalement, les maitres lui annoncent que son choix de rester jedi implique des responsabilités, des devoirs, des enseignements à respecter, mais aussi des conseils et des directives qu’il devra impérativement suivre à l’avenir. Le mando-jedi devine assez vite où ils veulent en venir, il attendait sa sanction depuis que Kaarde l’avait évoqué sur Géonosis. Toutefois, il ne s’attendait pas à ce qu’on l’envoie en exil pendant une année entière.

    Ceno - Je pensais vous aider en ces temps de reconstruction galactique, et non être exilé sur ce rocher perdu.
    Aynor - C’est une décision irrévocable chevalier. Si tu t’y oppose, tu enfreindras le code une nouvelle fois.
    Jorus - Tu as besoin de ce temps pour te recentrer sur la voix du jedi, de temps et de méditation, afin de ne plus reproduire des erreurs qui t’ont conduit à être jugé par le conseil.
    Bnar - Tu devras exercer ta volonté à renoncer à ce que tu as de plus cher.
    Ceno - Vous savez déjà que je resterai mandalorien à jamais.
    Jorus - Ce chemin est sinueux et c’est pourquoi cet exil t’est d’autant plus nécessaire.
    Aynor - Nous ne te demandons pas de comprendre dans l’immédiat, juste de suivre la volonté du conseil.
    Ceno - Alors, c’est ce que je ferai...

    Il les salue respectueusement puis se retire, les nerfs emmêlés. Traversant le temple plongé dans sa réflexion, Ceno tombe sur Zatila et Keller.

    Ceno - La Guilde est partie… Mais je dois partir moi aussi.
    Keller - Quoi ? Mais nous venons tout juste de nous retrouver !
    Zatila - Vous avez une mission ?
    Ceno - En quelque sorte… Nous ne nous reverrons que dans un an, minimum.
    Keller - C’est injuste ! Nous ne nous sommes plus vu depuis des lustres et voilà que vous devez repartir ! Maitre, je ne suis pas d’accord !
    Ceno - Je ne le suis pas non plus padawan, mais le conseil a parlé.

    Le mandalorien comprend son padawan, lui aussi aurait aimé partir en mission et refaire des entrainements avec Keller, comme au bon vieux temps.

    Ceno - Keller… Ta formation est presque achevée, à l'heure actuelle je n’ai plus grand-chose à t’apprendre... Pendant mon absence, profites du savoir des autres jedi. Tous les deux, vous êtes l’avenir de l’ordre, vous serez de grand chevaliers, j’en suis sur. Au revoir, mes jeunes amis… Soyez assurés que nous nous reverrons.

    Il se séparent avec une peine palpable…

    Arrivé au hangar, Cenovii croise enfin Pad. Elle semble l’attendre au pied de l’Arrow, l’YT qu’utilisait Cenovii pour ses missions de reconnaissance. Elle savait qu’il prendrait ce vaisseau.

    Pad - Je te souhaite bon voyage.
    Ceno - Tu étais au courant pour cet exil n’est-ce pas ?
    Pad - Bien sûr, et j’approuve l’idée que tu puisses nous revenir avec une sérénité retrouvée.

    Il reste silencieux et passe son bloc de données pour assigner une nouvelle signature à l’Arrow, puis la passerelle descend.

    Ceno - Avant de partir, je voudrais demander une faveur aux jedi.
    Pad - Je t’écoute.
    Ceno - Il s’agit de veiller à ce que les Néo-Mandaloriens ne soient pas lâchés dans la nature. J’ai donné des conseils à Davrel, qui est leur chef, sans pour autant porter le titre de Mandal’ore. Ils établiront une sorte de consortium pour prendre leurs décisions. Quoi qu’il en soit, ils sont une branche de la Coalition Galactique et se sont engagés sur l'honneur à respecter la ligne de conduite que je leur ai inculqué lors de l’unification des clans. Le problème est qu’ils n’ont pas de terre d’acceuil…
    Pad - Tu voudrais qu’on leur en trouve une ?
    Ceno - C’est à peu près ça… Qu’ils soient accueillis soit sur un monde républicain, soit sur un monde inconnu et vierge de toute civilisation. Le mieux étant encore de retrouver ma planète natale, Mandalore, la terre de nos ancêtres, dont les coordonnées ont été perdues. J’ai moi-même tenté de la retrouver à maintes reprises, mais je n’y suis jamais parvenu…
    Pad - Ta planète natale ? Ce n’est pas Nar’Shaddaa ?
    Ceno - Non, je suis arrivé sur Nar’Shaddaa alors que j’avais 5 ans.
    Pad - Je ne le savais pas… Mais en même temps tu n'as jamais été très bavard sur tes origines exactes. Pourquoi es-tu parti de ta planète ?
    Ceno - Mandalore avait été attaqué par un peuple d’extra-terrestres encore plus hideux que les Vongs, et en large surnombre par rapport aux clans Mandos, dont le mien, qui ont tous été éliminés. Par chance, ma mère réussit à échapper au massacre avec mon frère et moi. C’est pourquoi, si vous retrouvez ses coordonnées, je recommande une extrême prudence.
    Pad - Je me souviendrai de cette histoire, nous mettrons tout en œuvre pour retrouver ta planète et assurer un avenir saint aux néo-mandos.
    Ceno - Merci, Pad, je ne te dis pas adieu, mais à la prochaine.
    Pad - Profites de ton exil pour resserrer ton lien avec la Force.
    Ceno - Je vais faire un détour par Yavin IV puis je disparaitrai. Je compte m’extirper de la spirale du temps, il est donc probable que je ne me rende pas compte de quand mon exil touchera à sa fin. Envoyez quelqu’un me chercher, Keller par exemple, si vous ne me voyez pas revenir... Hum, et une dernière chose…
    Pad - Oui ?
    Ceno - Tu diras à Kaarde que je ne lui en veux pas et que je n’ai jamais douté de sa puissance et de son intégrité, mais je pense que lui aussi devrait prendre un peu de temps pour se remettre de la guerre et surtout du temps passé avec ce sadique de Baaaaaaal.
    Pad - Mais, pourquoi lui en voudrais-tu?
    Ceno - Il comprendra… A bientôt Padme. Prends soin des jeunes jedi, et prends soin de toi aussi.

    Le Mandalorien disparait dans les fumées dégagées par la remontée de la passerelle. Quelques minutes plus tard, Pad peut contempler l’Arrow quitter Ossus.

    samedi 22 janvier 2011 - 08:12 Modification Admin Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    ~~ Espace, au large d'Ossus ~~


    Le yacht Baudo "Évangelion" se posa dans le hangar principal de la frégate "Soleil Bleu" et les multiples portes et sas remplirent leur office. Douze humanoïdes se réunirent dans le salon du vaisseau et s'installèrent confortablement, ouvrant des bouteilles d'alcool et profitant d'une musique envoutante.

    Jek : Ca y est, la Guilde est partie. Bonne idée, d'engager cette chanteuse pour les distraire.
    Édoras : Comment s'est passée votre mission, les filles ?
    Kiffa : Padme l'a plutôt bien pris. Quant à Jenna, elle a pu s'infiltrer dans les communications du Temple, nous devrions profiter de ce "relais météo" pendant un petit temps.
    Jenna : Ils étaient super méfiants, mais ils sont tombés dans le panneau comme au dejarik ! J'ai sacrifié deux pions pour faire diversion, je les avais envoyé fureter et ils se sont fait ramener comme des nunas en laisse en moins de deux. Mais ça a suffit pour attirer leur attention ailleurs, pas besoin de contact physique pour s'infiltrer dans un système. Mission accomplie.
    Jek : Parle pour toi ! Moi, j'avais réellement besoin de pisser ! Salauds de Jedi, j'ai du me retenir pendant une heure !
    Édoras : Donc, on va savoir d'où vient le vent pour planquer nos affaires. J'espère qu'ils enquêteront sur Baaaaaaal, avec un poil de chance ils sauront mieux s'y prendre que nous, avec la Force et toutes ces choses.
    Kiffa : Je persiste à dire qu'on aurait du simplement leur dire qu'on avait besoin de leur aide pour retrouver la trace du Sith. Un ennemi commun, ça soude.
    Édo : Ouais, mais après cette crise, je me voyais mal leur faire de la lèche... encore moins leur demander un coup de main. Ca attendra quelques mois. De toute façon, je me fiche des résultats : à partir de maintenant, je suis de nouveau à la retraite. Ma... enfin, Mimi et moi, on a fait la paix, mais j'ai clairement annoncé que je ne voulais plus être dérangé. On va vivre un peu en marge de la Guilde, quelques temps. J'ai un fils et un filleul à élever... ils doivent aller à l'école.
    Cathia Lagrif : Donc, ton équipe va surveiller les chantiers hapiens et moi, je vais surveiller la Guilde discrètement. Je t'avertis si Mimi refait une petite crise de grandeur.
    Édoras Konix Terrik : Donc, la Guilde est remise sur de bons rails, les Jedi vont se reconstruire, la Galaxie est pacifiée et les affaires reprennent. Je n'aurai qu'à me faire quelques passes de contrebande avec des systèmes perdus pour m'occuper. Mettons que je reviendrai dans le circuit quand Maly sera prêt à être formé, d'ici un an ou deux.
    Kiffa : Hop hop hop ! Si ça ne te dérange pas, j'aimerais bien une fille, moi ! Tu penses pouvoir t'en occuper ? Je veux bien qu'on serve de police secrète à la Guilde, mais seulement si on ne se néglige pas nous-même !
    Terrik : Ah, Galaxie, protège-moi ! Je ne suis qu'un faible mâle devant ces deux femelles tyranniques !

    Et le Soleil Bleu se dirigea vers Thyferra.

    :jf:

    samedi 22 janvier 2011 - 11:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    25451 Crédits

    « L'obscurité ne chasse pas l'obscurité, seule la lumière peut le faire. » [Martin Luther King]

    Lieu : Ossus
    Localisation : Le Temple Jedi

    Après les funérailles de l’oncle Talik sur Myrkr, Obitom était reparti pour Ondéron. Kaarde voulu rester encore un peu sur la planète. Mace et Pad sont revenu sur Ossus, le cœur triste.
    Pad n’avait pas réussi à trouver les mots pour consoler Kaarde. C’était certainement lui qui souffrirait la plus de cette absence infini.

    Malheureusement, à peine est-elle rentré que Kiad était déjà parti et là, c’était le tour de Cenovii. Pad comprenait la décision du Conseil, même si c’est le cœur lourd qu’elle lui dit au revoir. Elle lui avait fait une promesse : aider les Néo-Mandaloriens à trouver une terre d’accueil et retrouver Mandalore. Ce n’était pas chose facile, mais Pad s’était spécialiser dans les choses difficiles.

    La Jedi n’avait pas encore passé devant le conseil afin de reprendre une place dans l’Ordre Jedi. Elle n’était pas pressée et si le CJ lui-même ne la convoquait pas, elle ne voyait pas l’urgence de faire une demande de réintégration. Lorsque le vaisseau de Ben décolle, Pad se dirige vers la porte du Temple.

    Sur le seuil du bâtiment, elle lève la tête vers les nuages sombres. La nuit tombe et il n’y a déjà plus qu’une trainée lumineuse au loin qui doit être le passage de l’hyperespace de l’Arrow.

    Elle regarde les étoiles et revient sur l’horizon. Tout est plongé dans l’obscurité. Il y avait tant de chose à faire, tant à reconstruire.

    Ici sur Ossus, les Jedi avaient réussi à éviter le pire ! La Guilde était finalement partie. Mimi avait tenu ses promesses. Voilà une bonne chose. Pourtant, la méfiance restait de vigueur.

    Par ailleurs, Géonosis, Nar’Shaddaa et Coruscant avaient payé le prix fort ! Il ne fallait pas oubliée les morts, les blessées, les familles en deuil comme les Naberry et les Talons. La CG avait combattu avec bravoure et des hommes comme Mahan et Thore devront ne jamais perdre le courage qui leur a permis de vaincre ! Pad ne peut s’empêcher de penser au chancelier Till, elle aurait voulu être à ses funérailles, il le méritait, il avait vaillamment combattu en politique.

    Et tout cela pourquoi ? Pour aujourd’hui tout reconstruire. Le monde vivant humanoïde semble vouloir encore et encore répéter l’éternel tourbillon des guerres et de paix. Pad trouvait le monde de la Faune bien plus serein, plus juste, plus en harmonie avec la Force que n’importe qu’elle être dit « civilisé ».

    Elle soupire. Un immense sentiment de tristesse, de désespoir, de nostalgie envahie Pad. Le sommeil gagne la Jedi et elle s’apprête à rentrée se couchée.

    Un frisson la parcours car la température d’Ossus est toujours 7°C de moins que celle de Phoenix. Non, ce n’est pas le froid, c’est autre chose ! Pad regarde à nouveau les étoiles, et un nouveau frisson la parcours. C’est comme un écho d’elle-même, voir un pressentiment Futur peut-être ? Pad ignore de quoi il s’agit. Elle essayé de percer le mystère dans la Force et une vague de Force obscur l’envahit !

    « AU SECOURS ! »

    Les jambes de Pad ne supportent plus son corps et elle tombe sur le sol. La présence, cette présence, elle la reconnu ! Le seigneur des Sith était là, tout près… Non, pas sur Ossus, pas près d’elle. Non, l’appel à l’aide, ce n’est pas de lui, mais d’elle… Elle son écho, son double !

    « La nuit est propice à la réflexion, au silence, à la peur aussi. C'est dans l'obscurité qu'on dort, qu'on se tait, qu'on voit les fantômes. » [Simon Piuze]

    NB du MODO:Ceci clôture le TJ4! Bientôt le TJ5 ouvrira ses portent !
    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 22-01-2011 17:17

    samedi 22 janvier 2011 - 17:14 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

36 fans connecté(s)

Evénements

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide