Pouvoirs de la Force saison 6 (page 8)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11431 Crédits Modo

    Entraînement aux pouvoirs : Télépathie (avec Reyn) et Curato Salva.

    C’est une semaine banal pour un membre de l’Académie Jedi de Yavin IV sauf que je la passe à jouer le grand frère qui veille sur sa petite sœur. Reyn est venue me rejoindre sur la lune yavinienne pour rester avec moi, que je la surveille, mais je pense parce que ma mère veut avant tout que j’aide Reyn à poursuivre sa formation. C’est pourquoi je l’emmène avec moi à la Salle de classe des pouvoirs.
    Lorsque nous arrivons, la salle blanche et tapissée est bien rangée et bien propre ; les vitres rectangulaires laissent entrer le peu de clarté réfléchie par la neige. La seule personne que nous trouvons dans la salle est la responsable de la classe, mon ancien maître. Celle-ci termine son action puis se retourne pour nous voir arriver.

    Aynor : - Tiens donc, qui voilà ! Les deux Arek. Eh, Galen, qu’est-ce qui vous amène ta sœur et toi ?
    Moi : - Reyn est actuellement padawan orphelin et elle n’a personne en qui elle peut avoir confiance pour l’aider dans sa formation. Je suis donc chargée, en plus de veiller sur elle, de l’aider à progresser.
    Aynor : - Une initiative de ta part, je vois mal ça. Tu le fais par obligation, n’est-ce pas ?
    Moi : - Et oui, ma mère m’a confié la responsabilité de Reyn.
    Aynor : - Je vois. C’est gentil quand même de ta part. (Aynor se baisse au niveau de Reyn) Alors, Reyn, quel pouvoir est-tu venu apprendre aujourd’hui ?

    Reyn, le sourire aux lèvres, répond à la grande twi’lek azurée par un mouvement de bras gauche : elle pointe du doigt le côté de son front, à plusieurs reprises. Ce geste est compréhensif.

    Aynor : - La télépathie ! Excellent choix, jeune fille. Et je suppose que ton frère va servir d’interlocuteur. Cela va beaucoup t’aider pour certaines rencontres, Galen.
    Moi : - Oh, c’est plutôt que ça lui permettre de communiquer avec les autres plus facilement. Et pour moi, ce sera comme partager la même longueur d’onde avec un parent. Mais après, moi de mon côté, je vais m’entraîner à acquérir un autre pouvoir de Chevalier.
    Aynor : - Et lequel, je te prie ?
    Moi : - Le Curato Salva.

    Aynor ne fait aucun commentaire sur mon choix, pas avant que j’ai tenté l’expérience, puis nous laisse nous installer dans la salle pendant qu’elle revient. Reyn et moi allons enfin pouvoir commencer.

    Premier pouvoir : la télépathie.
    Nous sommes tous les deux assis en tailleur, l’un en face de l’autre, au centre du tapis de la salle. Je propose d’abord à ma jeune cadette de s’échauffer un peu en faisant le vide. Nous passons un certain temps à le faire, accumulant et canalisant ainsi la concentration nécessaire pour l’entraînement. Un quart d’heure est passé, j’ouvre d’abord les yeux et regarde Reyn en pleine méditation. La jeune fille de huit ans est aussi concentrée et paisible que je ne l’avais été lors de mon exercice sur le lien avec la Force. Elle finit par sortir de sa transe et me fait signe qu’elle se sent prête. Je décide alors de commencer. Je fais appel à la Force, l’appelle à s’incruster en moi et à m’aider à communiquer avec les ondes du cerveau. Je sens une douce sensation me parcourir les nerfs de la tête pendant que je fixe Reyn du regard. Je sens à présent cette sensation dans toute ma tête, et plus particulièrement mon front, et je me lance.

    Moi (pensée) : - Reyn ?... Reyn, m’entends-tu ? (Elle me regarde aussi fixement mais ne bronche pas) Reyn, je suis en train de te parler par la pensée. Ouvre ton esprit à moi. Reyn ? Fais oui de la tête si tu m’entends. (Je la vois faire une expression étonnée puis basculer sa tête pour me répondre. Je souris.) Bien. À toi de me parler maintenant. Vas-y.

    J’observe les réactions de Reyn. Elle fronce un peu la peau de son visage, comme si elle forçait, puis elle arrête pour laisser le courant passer en elle. Elle me fixe à nouveau et je relance la conversation.

    Moi (pensée) : - Reyn ? Tu m’entends ?
    Reyn (pensée) : - J… t’entends… mais… arrive… pas… garder… trop… efforts.
    Moi (pensée) : - Tout va bien, Reyn. Reste calme. Laisse un peu la Force te venir en aide. Ne force pas.
    Reyn (pensée) : - D’ac… (Elle lâche le contrôle une nouvelle fois, laissant le courant circuler plus facilement, puis) Grand frère ? Tu m’entends ?
    Moi (pensée) : - Oui, je t’entends. Vas-y, continue de parler.
    Reyn (pensée) : - Oh Galen, je suis si contente de pouvoir parler comme ça. Je peux discuter avec toi sans remuer les lèvres ou émettre un son. Je… Je…
    Moi (pensée) : - Garde ta concentration. Pense à faire des poses pour récupérer, ça va t’aider.

    Elle me remercie de la tête et refait le vide un petit moment. Je le fais de même pour récupérer de l’énergie. Je risque de beaucoup en utiliser pour le pouvoir suivant. Reyn reprend la télépathie et tente de parler le plus longtemps possible ; elle fait trois tentatives avec des pauses de trois secondes entre elles, le résultat est qu’elle est capable à présent de prononcer de longues phrases durant un court intervalle de temps. Je lui fais signe de la main que l’on va en terminer là et nous nous reposons tous les deux, couchés sur le sol tapissé. Reyn me tends son holo-tablette, où je lis « Cet exercice ma beaucoup aidé. Merci grand frère. » Je lui tends la main pour qu’elle mette la sienne dedans et serre chaleureusement.

    Second pouvoir : le Curato Salva (pour Chevalier).
    La technique « Curato salva » est un nom assez générique utilisé par les Jedi pour classifier les pouvoirs en relation avec l’auto-guérison. C’est un moyen de rester en forme, de maintenir leur endurance et de prolonger leur vie en conjurant les effets du temps, annulant les poisons ou les maladies qui pouvaient les infecter. Je vais donc commencer l’apprentissage de cette technique… épuisé et ensuite malade.
    Non, je ne vais pas jouer avec ma vie. J’épuise uniquement pour me mettre en condition propice à cette aptitude d’auto-guérison. Quant à être malade, j’ai pensé qu’un simple coup de froid devait suffire.
    La première étape est donc par épuisement. Je me trouve en train de faire des pompes sur le tapis de la salle, avec Reyn assise en tailleur sur mon dos ; la difficulté est telle que je commence à me fatiguer au bout d’une vingtaine de pompes. Reyn descend de mon dos et je me place lentement en position d’arbre droit, pour mieux canaliser la Force. Le vide en moi et concentré, je me place ensuite en tailleur pour méditer. Le but est de s’auto-guérir, donc de stimuler les cellules de mon corps et les midi-chloriens à interagir avec mon état actuel. Je me concentre jusqu’au bout.
    Je patiente cinq minutes sans faire d’effort. Je sens peu à peu un léger, doux et agréable courant aller et venir dans mon corps ; une sensation qui me remets peu à peu sur pied ou apte à recommencer une activité sportive. Je sens mes muscles se détendre plus vite qu’à la normale ; je ne sens plus ma tête bouillir ni mon cœur battre très vite. Au contraire, mon rythme cardiaque est redevenu stable en trois minutes. En cinq minutes, je suis à nouveau en pleine forme.
    La seconde étape se déroule de cette façon : je reste en dehors du bâtiment, dans la neige, pendant un quart d’heure puis je reviens dans la salle, gelé et enrhumé. Je recommence à faire le vide en prenant soin de ne pas basculer à chaque éternuement. Puis, une fois la Force canalisée, je me mets en tailleur et je stimule une nouvelle fois mon organisme pour me guérir. Le va-et-vient de l’agréable sensation s’éternise pendant cinq minutes : la température de mon corps revient à la normale au bout de deux minutes, mon rhume se dissipe peu à peu avec mon nez qui ne coule plus et finalement je ne ressens ni la fatigue ni le froid. Mon corps est à présent guéri et cela en moins de cinq minutes. À force de persévérance et de calme, j’ai réussi à exercer le Curato Salva moi-même. Je termine donc cet entraînement en ayant la forme. Reyn s’installe à côté de moi, pour reposer sa tête sur mes genoux.

    Tous les deux, nous attendons qu’Aynor revienne et nous apporte son avis. Ou bien un autre maître.


    lundi 16 janvier 2017 - 14:16 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12231 Crédits Modo

    Kinsa, entraînement spécifique aux Gardiens : Armement

    Ce matin, je m'étais plongée dans les archives et quelque chose a tout particulièrement attiré mon attention : la mention d'un pouvoir de la Force spécifique aux Gardiens, l'armement, qui permet d'insuffler de la Force dans un objet pour le rendre plus résistant, pouvant même lui permettre de bloquer un sabre laser. Cela me semble très intéressant de pouvoir maîtriser un pouvoir tel que celui-ci, surtout dans le cadre d'une mission qui nécessiterait d'utiliser n'importe quel objet, un bâton par exemple, comme d'une arme.

    Ainsi, après avoir avalé un morceau, je me dirige vers une des salles d'entraînement et avise un des bâtons qui servent d'ordinaire au premier exercice du Shii-Cho. Cette fois, il aura une autre fonctionnalité...

    Je ferme les yeux et pose la main sur le bâton et me concentre. Je laisse la Force m'envahir ; son flux bienveillant apaise toutes angoisses et me remplis d'une sérénité absolue, comme il convient avant de faire une exercice si difficile. J'aime méditer, j'aime me plonger dans la Force ; on m'a souvent dit que c'était une manie de Consulaire, pourtant en tant que Gardienne je ne suis pas d'accord : c'est souvent une manière de trouver plus de compassion dans les combats, de rester serein malgré le danger et surtout de ne jamais perdre cette connexion pacifique de la Force qui fait de nous des Jedi.

    Car la méditation est si pacifique...c'est l'incarnation même de la tranquillité, de l'harmonie et de la paix intérieure... Je me sens en phase avec tout ce qui m'entoure : les esprits des padawans, des Maîtres et Chevaliers des environs, mais aussi des objets et principalement le bâton que ma main n'a pas lâché depuis une bonne dizaine de minutes.

    Ensuite, je me concentre uniquement sur le bâton et non plus sur les autres choses. Toute la Force dans laquelle je baigne, je m'efforce, lentement, de la diriger vers le bâton. Je ressens chaque nervure de bois dont il est fait, chaque point fragile que je dois renforcer plus que d'autres. La Force est devenue presque palpable, elle est puissante. Elle ne veut pas se laisser contrôler, malgré tous mes efforts. Elle ne veut pas s'infiltrer dans le bâton.

    C'est alors que je m'aperçois que j'ai fait fausse route. Pour rendre le bâton plus résistant, il n'est pas nécessaire que la Force soit à l'intérieur ! Il suffit de former un bouclier à ras du bois pour le protéger ! Ma méprise me fait rougir. Heureusement que je m'en suis rendue compte ! Sinon, j'aurais pu très bien passer des heures à essayer et j'aurais sans doute réussi, mais je ne dois pas oublier que ce pouvoir doit être utilisé dans le champ de bataille et à moins d'avoir une maître exceptionnelle de la Force – ce qui n'est pas mon cas – la solution que j'avais envisagée en premier prendrait trop de temps.

    Je me re-concentre et cette fois je m'aperçois que, même si cela reste difficile, cela l'est moins. Peu à peu, j'enveloppe le bâton d'un bouclier protecteur constitué en quelque sorte de plusieurs "couches de Force". C'est assez difficile à expliquer.

    Je me relève et décide de tester mon œuvre avant que l'effort pour maintenir ce bouclier ne soit trop important. De ma main gauche (celle qui ne tient pas le bâton), j'attrape mon sabre laser, l'allume et l'abats sur mon bâton. Comme par miracle, ce dernier tient face au coup, c'est au contraire mon bras droite qui tressaille légèrement avec le choc.

    [HRP : Je me suis permise de modifier légèrement le processus pour qu'il soit plus pratique, est-ce mauvais ?]

    lundi 16 janvier 2017 - 18:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7823 Crédits

    Zadyssa - Entraînement n°13 : Sens de la Force


    Aujourd'hui, c'était décidé : j'allais débuter les Sens de la Force. Ces pouvoirs généralement réalisés en tant qu'aspirant ou padawan débutant par lesquels je n'avais pas commencé pour une raison qui m'était inconnue.

    Je m'étais réveillée de bonne heure, après avoir pris un petit déjeuner consistant et une toilette matinale. Ayant aperçu la température à l'extérieur, je me résolus à pratiquer mon exercice dans mes quartiers, m'évitant ainsi de geler sur place. Ce n'était pas aujourd'hui que je souhaitai  réviser ma maîtrise de la température ! Bien que ce soit un temps idéal pour.

    Tout naturellement, je me mis en tailleur, fermai les yeux et laissai la Force m'envahir. Le Sens de la Force permettait de raffermir et sentir sa connexion avec elle, il me semblait donc que c'était la manière la plus appropriée pour réussir cet entraînement - du moins de mon point de vue.

    Je restai ainsi un certain temps, sans percevoir quoique ce soit de différents. Malgré tous mes efforts pour élargir ma perception, je ne ressentais absolument rien de plus ou de moins qu'auparavant. Je m'étais attendue à quelque chose de plus... marquant, mais il semblerait que ce ne soit rien de tout cela. Peut-être devrais-je m'y prendre autrement ?

    Je rouvris les yeux tout en songeant à une autre manière de procéder lorsqu'une phrase que l'on m'avait dit il y avait bien longtemps me revint en mémoire, résonnant dans mon esprit : "cesse d'essayer de tout comprendre". C'était vrai, en tentant de comprendre la moindre des choses que je voyais, j'oubliai que la Force était une énergie incompréhensible ou plutôt, compréhensible de plusieurs manières différentes. Donc pour la ressentir au mieux, je devais la laisser se montrer d'elle-même et c'était ainsi que je pourrai trouver ma propre façon de la percevoir.

    Je me remis en position et relâchai tous muscles, pris une grande inspiration et fermai les yeux avec le sentiment que cette fois, c'était la bonne. Au lieu de faire le vide dans mon esprit, je laissai chacune de mes pensées s'éparpiller, créant une sorte de tourbillon parfaitement capable de me transmettre une migraine. Au lieu de quoi, elles finirent par s'estomper et se ranger en ordre d'elles-mêmes, après avoir épuisé toutes leurs énergies à tourbillonner ainsi.

    Ce fut à ce moment que je la ressentis, plus forte que jamais. La Force. Elle était là, très proche. Plus que je ne l'avais ressenti jusqu'à présent, du moins. Je me sentis comme enveloppée et bercée. Mon cœur, qui s'était emballé à la suite de cela ralentit peu à peu jusqu'à retrouver un rythme cardiaque normal. Apaisée, je me sentais apaisée. Je n'eus pas le temps de me rendre compte de quoique ce soit de plus que je me retrouvai dans l'espace. La beauté des étoiles me laissai toujours sans voix, et il me fallut donc quelques secondes pour m'apercevoir que j'étais passée de ma chambre, à l'espace. Je devinai aisément que c'était là une manifestation de la Force. L'instant suivant, je repérai ma planète natale, Metellos. Je ne saurais déterminer les émotions qui me parcouraient en ce moment. J'y avais passé toute mon enfance et y avais vu beaucoup de bonheurs et de malheurs. C'était donc là que j'avais ressenti la Force pour la première fois. Je m'en souvenais toujours. J'avais huit ans, à l'époque et j'avais employé la Télékinésie inconsciemment, alors que j'étais dans un étrange état d'apaisement au vue de la situation dans laquelle je m'étais fourrée.

    Brusquement, tout le décor changea et il me sembla "vivre" l'évolution de la Force à travers les âges - ou plutôt, une grande partie de l'histoire des Jedi, leurs chutes, la façon dont l'espoir et la lumière ne s'étaient jamais éteints... le tout combiné à ce sentiment d'être si petite par rapport aux diverses mondes qui m'entouraient me fit prendre conscience une fois de plus de la valeur d'une vie. Et la Force était toujours là, m'enveloppant d'une sorte d'étreinte invisible qui aiguisait mes sens.

    Une nouvelle fois, le décor changea et je me retrouvai à nouveau dans l'espace. Sauf que contrairement à la fois précédente, j'étais dans devant une galaxie. De cette dernière, je fus étonnée de ressentir une si grande puissance qui émanait de la Force qui était elle-même très présente. Je parvenais à ressentir la Force qui émanait des planètes qui la constituaient, du vide qui les entourait... et une part de cette énergie qui était en moi, également. C'était la première fois que je sentais la Force qui coulait en moi et me traversait. C'était une sensation aussi étrange qu'apaisante et revivifiante.

    Par la suite, je fus tractée à vitesse grand V à travers la galaxie. Les étoiles et planètes défilaient devant mes yeux tellement vite que je ne parvenais à les graver dans ma mémoire ni à distinguer la différence entre les deux autrement que grâce à leurs luminosités. Et la Force, toujours aussi présente. Contrairement aux images qui filaient, je la sentais non pas lente, mais tranquille. Comme un ruisseau qui coule toujours de la même manière en des temps de soleil. Comme si ce constat avait été un élément déclencheur, les images se stoppèrent et j'aperçus la quatrième lune de Yavin. Celle qui était devenue ma maison, avec tous mes amis qui s'y trouvaient ; là où j'avais commencé à apprendre à maîtriser ce don merveilleux qu'était la Force. Cette planète d'où s'échappait une grande sérénité que je ne saurais expliquer autrement qu'en citant la Force et sur laquelle je réalisai en ce moment même mon exercice. Était-ce un moyen de me faire comprendre que cette formidable expérience prenait fin ?

    Il ne me fallut pas longtemps pour le comprendre. Au moment où j'ouvris les yeux, je remarquai que je me trouvai dans un lieu dépourvu de gravité et où lumière et apesanteur régnaient en maître. Mais pas seulement. En effet, je perçus rapidement l'omniprésence de l'énergie mystique. Je baignai dans la Force, flottai en elle ; je me relâchai, mon bras remonta légèrement sous l'effet de l'apesanteur, et je fermai les yeux afin de profiter au maximum de cette intense connexion que je commençai à déceler. Je ne saurais dire combien de temps j'étais restée ainsi, une minute ? un jour ? une heure ? peu importe. Au fur et à mesure que le temps s'écoulait, je parvenais à faire la différence entre la Force qui baignait cet endroit et celle qui émanait de moi. Je constatai que leur nature n'était pas différente, contrairement à leur complexité. La Force que je sentais en moi s'accordait parfaitement à ma psychologie, tandis que l'autre n'avait pas une seule complexité à proprement parler, mais plutôt plusieurs facettes qui me firent comprendre que cette extraordinaire énergie veillait autant sur moi que sur chaque êtres vivants, quel qu'il soit.

    Peu à peu, je me sentis redescendre sur Yavin IV, encore un peu "endormie". Mes paupières papillonnèrent un instant tandis que je me repassai en boucle dans ma tête l'épisode que je venais de vivre. Un grand sourire se dessina sur mon visage tandis que je me remettais debout en constatant que mes sens étaient toujours aussi aiguisés que dans ma vision. Je remarquai que nous étions en fin d'après-midi, et je partie illico presto à la recherche de quelqu'un à qui conter mon expérience, en me disant que je devrais refaire tous les entraînements que j'avais déjà fait, afin de voir la différence. En bref, j'étais toute excitée, j'avais réussi à ressentir la Force en moi et dans le monde environnant !

    samedi 21 janvier 2017 - 14:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Entrainement n°4 Saut de Force

    Après un nombre réglementaire de séances destinées à améliorer sa maîtrise de la télékinésie, Zokuron est prêt à passer à l'étape suivante. Il s'agit du saut de Force, une faculté étroitement liée à la télékinésie. A tel point d'ailleurs que Zokuron se demande pourquoi les deux ont été différencié, car après tout, il s'agit simplement d'appliquer la télékinésie sur soi au lieu de l'appliquer sur autre chose.

    Mais cette pensée n'occupe l'esprit du padawan qu'un petit moment. Il se concentre pour écouter les explications données par l'enseignant quand à la pratique du saut de Force. La première chose abordée, la plus évidente, est la façon de s'élever. Pour cela, le principe est de s'entourer de son halo de Force activement et de se hisser vers le haut. "Activement" signifie ici que l'on ne peut se contenter du halo naturel que chacun émet de façon latente. Il faut canaliser la Force autour de soi pour en faire une bulle qui nous englobe, un peu comme lors de la méditation en poirier où cette technique permet de garder l'équilibre.

    Une fois que la bulle est formée et que l'emprise sur soi via la Force est solide, il s'agit de se "tracter" vers le haut. Le maître illustre le concept relativement abstrait de cette "traction" en demandant aux élèves d'imaginer que quelqu'un les soulève par le col. A cet instant, un élève demande ce qu'il se passerait si quelqu'un faisait l'exercice en restant immobile, sans bondir au préalable. Le maître à un sourire avant de répondre:

    Aynor: Eh bien, à votre niveau, l'effet ne serait pas très spectaculaire...au mieux, vous pourriez réduire votre poids de quelques kilos, par exemple. A haut niveau, par contre, un jedi est capable de pratiquer la lévitation sur plusieurs mètres.

    Voyant subitement des paillettes dans les yeux des padawan, maître Alask se ravise quelque peu et prévient:

    Aynor: Mais attention, la lévitation ne permet pas d'atteindre les mêmes hauteurs que le saut. Il faut vraiment se propulser physiquement pour ensuite seulement se servir de la Force, et ainsi prolonger son ascension.

    Vient ensuite la seconde partie des consignes, celle qui concerne la retombée. Car si la partie difficile de l'exercice consiste à s'élever, la partie dangereuse est naturellement celle de la chute.

    Aynor: Quand vous commencerez à retomber, continuez à utiliser la Force comme pour vous hisser vers le haut. Ca aura pour effet d'atténuer la prise de vitesse de votre chute. Mais quand vous vous rapprocherez du sol, dirigez la Force vers le bas et utilisez là comme un répulseur pour un vaisseau. Ca vous permettra d’atterrir avec souplesse et surtout sans vous blesser. Vous avez tout bien compris ? Parfait, alors rendez-vous ici dans deux heures !

    Ca y est, la partie intéressante du cour commence. Zokuron sautille presque d'impatience, l'esprit subitement prit de souvenirs anciens où il se voit parcourir la jungle en passant d'arbre en arbre, souvenirs actuellement altérés par les rêveries nées des capacités hors normes que confère la Force.

    La classe entière quitte donc la salle, se dispersant dans les alentours du temple pour s'entraîner. Zokuron part de son côté, et très vite son excitation prend le dessus. En apercevant une branche à une hauteur respectable, dépassant les trois mètres, il s'élance après quelques petits bonds enthousiastes.

    Dès le premier saut, il sent une nette différence. Il rate la branche, certes, mais c'était à prévoir, et l'inverse aurait été tout bonnement miraculeux. Ca a été comme une évidence soudaine, un genre de révélation. Il sait, il a ressentit, dans la durée comme dans la dureté de la réception, qu'il y a une amélioration par rapport à d'habitude. Et cela, sans entrer en communion préparatoire avec la Force auparavant.

    La joie qui en découle ne lui apporte que plus d'ardeur. Il s'écarte de l'arbre en quelques foulées légères, fait volte-face, et repart en courant avant de bondir à nouveau. Au bout de quelques essais, il frôle l'écorce. Et à la tentative suivante, il attrape la branche. A chaque nouvel essai, il prend un peu plus de hauteur, et même si c'est par tranche de seulement quelques centimètres, l'évolution est visible. Comparé aux autres exercices, celui-ci semble bien trop simple.

    Mais la limite apparait finalement d'elle-même, lorsque après quelques sauts supplémentaires, la réception au sol se fait plus ardue. Même en utilisant la Force comme l'a prescrit maître Alask. Zokuron se rend alors compte que la véritable difficulté dans la maîtrise de cette faculté est bel et bien le contrôle de la chute et non l'élévation. Le véritable effort est à fournir à ce moment. Du moins...pour ceux qui écoutent leur instinct de préservation.

    Le padawan poursuit l'entraînement, se focalisant davantage sur l'utilisation de la Force en "répulsion" quand il se rapproche du sol. Une fois qu'il sent moins de difficulté dans ses atterrissages, il s'accorde une pause. Son souffle est bruyant, son cœur bat fort et son visage perle de sueur.

    *Je me suis encroûté depuis Shili...* se dit-il en voyant son état.

    Il passe un petit moment assit dans l'herbe, à regarder le ciel et le paysage, le temps de se calmer. Puis il tire de sa poche un mince objet technologique afin de se renseigner sur l'heure qu'il est. L'appareil lui indique qu'il reste un peu moins d'une heure avant de retourner en classe.

    Il faut savoir au sujet de Zokuron qu'il n'est pas un adepte de la technologie. Les seules incarnations qu'il a en connu sur Shili, à savoir des armes ou des centres miniers, ne l'ont pas aidées à l'apprécier. Mais depuis peu, il en découvre certains bons aspects, et il ne peut s'empêcher de se dire malgré lui que connaître l'heure avec précision à tout instant est quelque chose de bien pratique.  

    *Allez, motivation !* se dit-il en se relevant pour se donner de l'entrain.

    Cette fois, il choisit une aire d'entrainement dégagée, sans arbres, ni rochers, ni quoi que ce soit d'encombrant. Juste de l'herbe. Il sautille une fois sur place, une deuxième fois, puis une troisième où il se penche pour prendre de l'élan, avant de s'élancer tel une flèche. Après quelques mètres, il tape du pied et se jette dans les airs, faisant appel à la Force avec détermination.

    Il s'élève, et s'élève, et s'élève encore, à tel point qu'il s'autorise un regard vers le bas pour apprécier la hauteur. Puis son ascendance s'achève, inéluctablement. Il suit les consignes en continuant à se "hisser" via la Force sur plusieurs mètres de chute. Son bond forme une cloche parfaite, et déjà suffisamment grande pour impressionner un non-sensitif.

    Cette fois, à l'approche du sol, Zokuron teste son habileté acquise à la phase répulsion. Il a sauté plus haut que jamais et sa vitesse est de ce fait plus grande que jamais. Abandonnant son "parachute de Force", il oriente ses bras vers le sol et déverse son énergie. Il le fait tant et si bien qu'il voit un bref mouvement de l'herbe sous le souffle, avant qu'il ne doive se réceptionner physiquement.

    Il plie aussitôt les genoux, rentre la tête vers son torse, passe hâtivement son bras devant lui et roule sur son épaule. Mais il a trop d'inertie et ses jambes ne suffisent pas à arrêter sa course, si bien qu'il roule plusieurs fois avant de s'immobiliser.

    Malgré l'herbe tendre et le sol meuble, Zokuron se rend compte que ses vêtements ont commencé à se déchirer par endroits. Le pantalon surtout, alors que le haut est plutôt tâché de vert et de brun. Mais cela ne l'empêche pas de recommencer son exercice, et ce jusqu'à ce qu'il parvienne à atterrir sans finir en roulé-boulé. Il ne cherche plus à pousser la limite de sa hauteur maximale atteinte, mais à se réceptionner correctement en recommençant par des "petits sauts".

    D'ailleurs, désormais qu'il sait s'élever à plusieurs mètres de hauteur, il s'aperçoit qu'il atterrit avec une légèreté toute particulière lorsqu'il utilise une répulsion équivalente à un grand saut pour un "petit" bond. La sensation est étrange et agréable, presque comme s'il était porté par le vent.

    Une fois qu'il a terminé d'affiner ses réceptions au sol à différents niveaux de hauteur, il retourne à la salle de cour. Il n'est pas le premier au rendez-vous, mais pas le dernier non plus. Comme les autres, il remarque avec un certain étonnement que les tables et les chaises ont été déplacées vers les murs pour dégager le centre de la pièce. Il remarque aussi qu'il n'est pas le seul à s'être salit et égratigné...

    Aynor: Re-bonjour à tous, déclare la maître une fois tout le monde présent. C'est le moment de voir si vous vous êtes entrainé sérieusement ou si vous avez fait la sieste....Regardez.

    Elle pointe à ce moment le plafond de son doigt fin et gracile, dévoilant une multitude de petites pierres colorées qui pendent au bout d'une ficelle fixée à la pierre.

    Aynor: Ce sont des cristaux de mise au point, qui pourront colorer la lame de votre futur sabre-laser. Il y en a un pour chacun et chacune d'entre vous, et il y a exactement cinq mètres entre eux et vous.

    Voyant une nouvelle fois des étincelles dans les yeux des padawan, la maître à un bref sourire narquois avant de fixer la dernière et principale règle de son épreuve:

    Aynor: Mais vous n'avez droit qu'à une seule chance ! Alors faites de votre mieux...

    Un à un, les padawan effectuent leur tentative. Certains réussissent à attraper une pierre avec une facilité toute relative, tandis que d'autres n'arrivent même pas à se rapprocher à moins d'un mètre de l'objectif. D'autres encore, comme Zokuron, frôlent la récompense du bout des doigts mais sans réussir à l’agripper, retombant bredouille et un peu frustrés.

    Le cour s'achève un peu plus tard avec les paroles de la maître, qui encourage les padawan à persévérer durant leur temps libre. Car en vérité, l'épreuve des cristaux était encore en dessous de la limite qu'un padawan peut atteindre...

    Ce message a été modifié par Zokuron le vendredi 27 janvier 2017 - 11:29

    vendredi 27 janvier 2017 - 11:13 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aldaan

    Aldaan

    257 Crédits

    Entraînement n°1 : L'art du mouvement 

    Me voilà enfin padawan. J’avais passé l’examen d’entrée sans trop de difficultés mais avec beaucoup d’émotion. Je pense que je me souviendrais à jamais de ce moment, où seul dans cette salle obscure, j’ai ressenti le pouvoir de la Force me submerger. Si la Force était avec moi il me fallait désormais apprendre à la maîtriser. Je voyais cet exercice un peu comme une séance de dressage d’un animal. Le but n’est pas de soumettre, mais d’installer un climat de confiance et d’échange. Selon moi, le jedi ne maîtrise pas la Force, la Force choisit ou pas de faire confiance au jedi. C’est un partage mutuel. Toutefois, si j’étais persuadé de cela, j’étais aussi pleinement conscient que c’est un travail long et éprouvant qui m’attend. 


    L’entrainement du jour ? L’art du mouvement. Plutôt ambitieux comme choix, n’oublions pas que je suis une petite boule de poile qui dépasse tout juste le mètre. Mais, je n’en démoderais, comme le disait le plus grand sage que l’ordre n’ait jamais connu « Fait le, ou ne le fait pas ».

    J’entrais donc dans la salle d’entrainement. C’était une grande salle, éclairée par de hautes fenêtres, le sol était couvert de tapis et on y trouvait toute une panoplie d’accessoire. J’aperçu au fond de la salle des cordes en tissus qui tombaient du plafond sans toucher le sol. Les cordes étaient nombreuses et se suivaient les unes les autres sans ordres particuliers. Je me dirigeais alors vers ce point de la salle, les accessoires me semblaient appropriées à l’exercice. A ma grande surprise, je constatais que si les cordes ne touchaient pas le sol elles ne touchaient pas non plus ma tête… L’exercice s’annonçaient plus compliqués que prévu. J’avais beau être un Ewok je n’avais jamais eu l’occasion de parcourir une forêt en passant de liane en liane comme peuvent le faire mes congénères. J’essayais à plusieurs reprises de sauter pour atteindre la corde. Si je la touchais du bout des doigts, impossible pour moi de la prendre de pleines mains. Pas question d’être découragé, mais il est vrai que je ne m’attendais pas à ce que l’exercice soit aussi difficile. Je ne m’étais jamais imaginé que ma petite taille serait aussi handicapante. Pourtant, maître Yoda n’était pas si éloigné de moi et il fût l’un des plus grands jedi de l’Ordre. Il était un exemple pour moi et je comptais bien honorer sa mémoire. Mais pour l’instant j’étais toujours face, ou plutôt sous, cette corde qui posait problème. 


    Après quelques minutes de réflexion, une idée me vint en tête. Il y avait plusieurs cubes dans la salle, il me suffisait donc de construire une sorte d’estrade avec un petit escalier pour que je puisse monter au-dessus de ma construction et ensuite de là-haut je pourrais sauter sur la première corde. Après avoir passé quasiment une heure à déplacer mes énormes cubes qui faisaient trois fois ma taille et cinq fois mon poids, mon ascension pouvait commencer. Tout sourire je m’apprêtais à gravir la dernière marche, mais c’était sans compter sur mon petit corps d’à peine quelques kilos qui bascula en arrière. Et en moins temps qu’il me fallut pour monter je dévalais le petit escalier, mon arrière train se retrouvant en tête-à-tête avec le tapis, et je présentais un visage crispé qui ne trompait pas sur la nature de mes pensées. 

    Mais je ne me laissais pas aussi facilement abattre. Après m’être relevé, je gravis l’escalier avec sérénité. Une fois arrivé au-dessus j’expulsait l’air de mes poumons comme signe de soulagement, cette fois je n’étais pas tombé. J’avançais doucement vers le bord de ma construction et je regardais fixement cette corde que devais attraper à tout prix. Je pris un grand élans, puis avec toute la force que pouvaient me procurer mes jambes je pris une grande impulsion au sol pour me retrouver dans le vide, les bras-tendu devant moi à la recherche d’une prise. J’atteignis en moins d’une seconde la corde, j’essayais tant bien que mal de m’y agripper mais à mon grand désarroi plus je bougeais plus je glissais. Il ne restait plus que quelques centimètres de corde, si je glissais ne serait-ce que de quelques centimètres je ferais une chute de plus d’un mètre. Une fois de plus, mon postérieur se retrouva intime avec le sol. Cette fois-ci j’étais frustré, je commençais réellement à penser que je m’étais trompé de voix. Comment un petit Ewok pourrait un jour devenir Jedi ? Puis soudainement je me rendais compte de mon erreur. L’art du mouvement demandait certes des capacités physiques, mais c’est aussi un exercice qui nécessite de faire appel à la Force, chose que j’avais complètement mis de côté. 


    Je m’élançais alors une nouvelle fois en direction des escaliers que je montais sans encombre, puis une fois arrivée devant la corde, je calmais ma respiration et cherchais à entrer dans une bulle sereine. Je cherchais à accéder à un stade d’extrême légèreté et une fois cet objectif atteint je propulsa mon corps en direction de la première corde. Comme au premier essai j’étais dans le vide durant quelques centièmes de seconde, mais cette fois-ci la sensation était bien différente car je me sentais comme une plume qui se déplace dans l’air. Une fois la corde atteinte, mes petites mains s’agrippèrent à la première corde. J’avais réussi la première étape. Je restais toutefois pleinement concentré. Je balançais cette fois la corde pour qu’elle me rapproche le plus possible de la suivante avant de sauter et de m’y accrocher. Je répétais ces mouvements quatorze fois avant d’atteindre la dernière corde et de laisser glisser doucement en direction du sol. L’atterrissage en douceur était réussi, un large sourire se dessinait sur mon visage, je pouvais continuer mes entraînements, la Force était ma voie. 



    mardi 31 janvier 2017 - 14:30 Modification Admin Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Exercice 5: Le sens de la vie

     rnLysandre Yawnez


    Je reprenais doucement les entraînements après une pause bien méritée et aujourd’hui je me décide à faire un entraînement assez spécial pour moi, le sens de la vie.rnJe ne sais pas trop comment ça fonctionne mais je veux garder une certaine forme de surprise. Ne pas réfléchir, agir sur le coup, oui c’est ça, agir sur le coup. Se plonger dans la Force, se libérer, trouver une réponse à tout ses problèmes, une réponse, la Force.


    Bref je décide de me diriger non pas dans une salle de méditation mais dehors, je préfère geler sûrement, il faudrait que j’apprenne aussi le pouvoir permettant de réguler la température de son corps. Enfin dehors je prends la direction de la forêt et je grimpe dans un arbre mon endroit de méditation préféré.rnJe m’assois un tailleur sur une large branche solide et je calme ma respiration, chose que je fais avant chaque méditation, puis je lâche cette concentration et je ressens la Force m’envahir alors telle une vague en moi. Essayant de contrôler cette arme en moi je me plonge donc dans une profonde méditation.rnLe but c’est d’arriver à ressentir la présence d’autres personnes, je crois que Zad’ l’a déjà fait mais je ne voulais pas lui demander comment on faisait.


    Pourtant, là je veux juste être en bonne condition pour méditer. Ma respiration s’apaise et je commence à sentir la Force me traverser de manière paisible. A ce moment là je crois que je sais ce que je dois faire. Je me décide à fixer un arbre, à ressentir la vie en lui, à être sensible à la Force qui le parcourt tout en sachant que c'est elle qui se montrera à moi, ensuite j'essaierait d'étendre la perception et de me laisser envahir par la Force de tout l'environnement naturel, et puis pour finir je décortiquerais chaque émanation de la Force.


    Je regarde intensément l'arbre qui est devant moi mais je ne suis pas assez concentré. Enfin la concentration a-t-elle un lien avec cet exercice? Surement pas autant que dans d'autres pouvoirs. Alors je m'adosse finalement contre le tronc de l'arbre en haut duquel je suis. Et là, je la sens, je la sens déferler en moi, la Force qui émane de l'arbre en face de moi.


    J'essaye de reprendre le contrôle de cette arme, mais cela semble impossible et au fur et à mesure j'ai l'impression que mon moi intérieur se plonge dans la Force de cet arbre, que je vais au plus profond de la Force en cet arbre et que j’atteins le cœur, l’endroit où l’arme du Jedi est bien plus puissante. Je crois ressentir une émotion étrange en moi. Voir le coeur de la Force dans un être vivant au plus près est assez impressionnant. Quoi que je n'emploierais peut-être pas le verbe voir mais ressentir. La Force ne se voit pas, elle se ressent. 


    Fier de ce succès j'essaye de me bloquer à la Force mais celle-ci commence à affluer de partout, des arbres comme des rochers. J'esquisse une grimace, je me sens trop emporté par ce pouvoir.rnLa Force que je ressens maintenant me semble bien trop puissante pour qu'un simple pada puisse la contrôler.

    Et pourtant j'essaye de discerner chaque parcelle de la Force. En me concentrant j'arrive à discerner à travers les parties que la Force vient de tel arbre ou tel rocher. Et parfois je me plonge au plus profond de cette force pour essayer de réitérer l'expérience que j'ai déjà faite. rn

    Mon moi intérieur voyage dans ces parcelles essayant d'aller au plus profond toujours, de découvrir comment la Force varie en intensité chez chaque être vivant.

     rnJe regarde le bracelet que Zadyssa m'avait offert pendant mon anniversaire, il possède un lien particulier avec la Force et je ressens celle-ci en moi, identifiant dans mon esprit cette Force intense, je m'y plonge au plus profond et la ressens alors de manière intense. Elle semble beaucoup plus forte que celle de l'arbre et elle s'impose plus facilement à mon esprit.rn

    Et maintenant j'essaye une chose plus compliquée, sentir la vie de mes amis de l'académie. J'essaye de penser à eux pour que leur aura de la Force. Je crois ressentir des vagues de Force plus fortes, peut-être parce qu'eux même sont Jedi.Et puis je vais au coeur d'une de ces vagues, et dans ce coeur de la Force j'ai l'impression de ressentir en plus de la pression, la personnalité d'une personne, une vague un peu plus vive et débordante d'énergie et c'est Ilan, une autre taquine mais plutôt calme et c'est Zadyssa, si je vais au plus profond je sens si la Force est en action mais c'est difficile, ils sont loin de moi.

    Je suis content des progrès effectués depuis le début mais seul un maître pourra me juger.rnMais avant cela j'aimerais tester une dernière chose. Je suis concentré et j’essaye de me bloquer sur Ilan et seulement sur Ilan, me bloquant ainsi des autres affluences. Et là la Force m’envahie, je ressens bien ce côté vif et débordant d’énergie dans cette vague de Force, c’est bien Ilan, et je sens que cette Force est en mouvement, il bouge.

    J’essaye de me concentrer et là au cœur de cette Force je ressens ses pas. Et puis d’un coup je ressens aussi l’aura de Zad’. Mais de manière moins forte et après une plongée au cœur de cette vague je vois qu’elle ne bouge pas… Ah je crois que j’ai compris Ilan. Alors je sors mon COmlink d’une de mes poches et je l’appelle.

    rnMoi : L’embête pas elle dort profondément, elle le mérite pour une fois non ??rn

    Ilan : Mais, Lys’ ? Comment t’as deviné ce que je faisais ?rn

    Moi : Le sens de la vie, mon vieux, le sens de la vie, c’est très pratique je dois te dire. 


    Je souris et descends de mon arbre. Je pense que maintenant c’est bon, je peux appeler un maître pour qu’il valide mon exercice mais je sais pas trop sur qui je vais tomber.

    rnMoi : J’ai fais le sens de la vie mais j’ai une petite question, comment on fait pour contrôler la Force qui déferle en nous ?rn

    mardi 14 février 2017 - 11:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar R2D2

    R2D2

    1115 Crédits


    Ilan – fin d'entraînement n°5 : Désactivation de droïde + entraînement n°6 : Maîtriser la pression/température. 


    Quelques temps plus tard, je réessayai la désactivation de droïde mais cette fois-ci, en présence d'Aynor…


    Je méditai de nouveau pour avoir une concentration et une connexion parfaite avec la Force. Cela me pris à peu près une demie-heure. Lorsque ma concentration fut satisfaisante, je me mis en place sur Akky et les droïdes que j'avais placés s'activèrent. Je donnai l'autorisation à Akky de courir vers ces droïdes. Tranquillement assis sur mon chien Akk, je me concentrai sur le droïde le plus proche, pénétrai à l'intérieur via la Force. 


    Je me concentrai pour ne pas lâcher prise et essayai de recréer une sorte de bouchon au niveau du câble le plus emprunté par l'énergie du droïde. J'accumulai des sortes de cellules d'énergies qui, se bloquèrent avant de former un barrage. Je perdais de la concentration et commençai à faiblir. Je ne lâchai pas prise et essayai de tenir le barrage, le temps que l'énergie du droïde s'accumule au niveau de mon barrage. Je parvins à mon grand soulagement à avoir suffisamment d’énergie pour le tenir. J'attendais d'avoir laisser s'accumuler assez d'énergie pour lâcher le barrage et de faire surchauffé les circuits sans les faire exploser, causant la destruction du droïde. J'avais attendu le bon moment et les circuits avaient tellement surchauffé que le courant ne passait plus. Je fis de même sur les deux autres et allai rejoindre Aynor pour lui demander son avis.


    Le lendemain de ma démonstration sur la désactivation de droïde, je décidai de passer à la maîtrise de la pression et de la température. Pour cela, je me rendis dans les forêts enneigées de Yavin IV, au lac sur lequel on avait fêté l'anniversaire d'Ellyne, qui était toujours à l'état liquide à certains endroits. Je décidai de faire mon entraînement ici.


    J'avais amené Akky, qui rêvait de faire du toboggan depuis qu'il avait neigé. Je le laissai se promener autour du lac tandis que je me déshabillai pour m'adapter au froid et mettre du challenge dans cette exercice. Je me mis en tailleur, position devenu habituel avec le temps et me concentrai sur ma connexion avec la Force. Je l'amplifiai et entrai en harmonie avec elle.


    Après cette méditation de trente minutes, je mis mon respirateur dans la bouche et entrai doucement dans l'eau. Cela me rappelai mes hivers sur Haruun Kal, lorsque je faisais un concours de celui qui restait le plus longtemps possible dans le lac derrière notre village. Puisque je m'étais habitué à la température glaciale de l'hiver, je ne mourrai pas de froid dans l'eau et pus entrer la tête sous l'eau sans trop de difficulté.


    Je nageai jusqu'au fond de l'eau et m'assis en tailleur sur un rocher qui me laissai voir le reste du lac. Je me mis à méditer de nouveau, me concentrant cette fois-ci sur les atomes qui composent l'eau;c'est à dire la molécule H2O. J'avais lu des tas de livres sur la physique et je m'étais renseigné sur les atomes. Il était écrit que lorsqu'une matière était chaude, ses atomes se déplaçaient rapidement et lorsqu'une matière était froide, ses atomes se déplaçaient au ralentie, voir ne se déplaçaient pas.


    J'avais aussi lu des livres de fan-fictions, comme un livre avec des enfants aux pouvoirs « magique ». Certains possédaient le « don » du feu et d'autre le don du froid. Ce qui possédaient le don du feu accéléraient les atomes, ce qui donnait du feu et ce du froid faisaient le contraire.


    Alors je décidai de m'inspirer de leur technique, sauf que moi je peux la refroidir comme la réchauffer. Je me concentrai sur les atomes qui composait l'eau, sur ma connexion avec la Force et leurs donnai de la vitesse. Au bout d'un temps qui me sembla infini, le premier millilitre d'eau dépassa enfin les 1°C. Je continuai sur d'autres atomes, les accélérant grâce à la Force. Je fis passer un autre millilitre à 1°C. Je commençai à fatiguer car je devais continuer à les faire se déplacer sinon l'eau allait se refroidir. Je continuai à faire de même, me concentrant sur ma connexion avec la Force. Je réussis à réchauffer ma main mais lâchai ensuite prise car je me la brûlais suite à la différence de degrés. 


    Je remontai à la surface, pris la serviette que j'avais emmené et me reposai tranquillement sur la plate-forme flottante que j'avais construite pour l'anniversaire d'Ellyne. Akky m'avait rejoins, passant par la glace qui s'était fissurée par son passage. Je lui interdis de repasser par le même chemin.


    Une demie-heure plus tard, je replongeai et passai à la maîtrise de la pression. Je me remis en tailleur sur mon rocher et méditai de nouveau. Je me concentrai sur la pression de l'eau, je fis appelle à la Force, essayant de la diminuer en n'en créant une nouvelle, qui défiera celle de l'eau. Ce choc fera un effet comme si on était à l'extérieur de l'eau.

    Je passai désormais à la pratique. 


    Je créai une sorte de gravité qui ne marchait pas du tout, n'ayant aucun effet. Après m'être dépatouillé avec cette technique pendant une demie-heure, j'en conclus qu'elle ne fonctionnerait pas et je fis donc une sorte de puissance qui défie la pression. Je ne savais pas trop comment décrire ce que je faisais, mais ça marchait, je sentis que si je me mettais à nager, je n'y arriverai pas. Je fis ensuite accélérer les atomes, réchauffant l'eau de mon rocher. À mon grand plaisir, cela se fit bien plus rapidement que lors de ma première tentative. 


    Quelques minutes plus tard, je sortais de l'eau et allai me sécher.


    Je m'étais séché et correctement couvert. J'allai ensuite parler de mon expérience à Aynor, lui demandant si c'était bien ou pas.

    Ce message a été modifié par IlanVinord le dimanche 19 février 2017 - 11:01

    dimanche 19 février 2017 - 10:50 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12231 Crédits Modo

    Correction : Zadyssa, exercice 13 : Le Sens de la Force

    Il est encore tôt quand, en passant devant les quartiers de ma padawan pour venir lui faire un petit coucou, cette dernière m'ouvre la porte au nez, un grand sourire aux lèvres :

    Zadyssa : J'ai réussi !
    Moi : Eh, Zadyssa, calme-toi. Qu'as-tu réussi ?
    Zadyssa : J'ai réussi le Sens de la Force !
    Moi : Que peux-tu me dire de cette expérience ?

    Avec beaucoup d'enthousiasme, elle me raconte tout ce qu'elle a vu et ressenti. Pendant son récit, je ne peux m'empêcher de sourire : c'est tellement attendrissant cet émerveillement qu'on a quand on découvre la Force ! Bien sûr, émerveillée, je le suis toujours, mais je suis plus familière de la Force et de son fluide. À présent, elle est comme une vieille amie, imprévisible mais toujours là pour moi.

    Finalement, le flot de paroles s'interrompt et Zadyssa respire un grand coup avant de demander :

    Zadyssa : Est-ce que j'ai réussi ?
    Moi : Bien sûr !

    Zadyssa : Un excellent exercice, très bien détaillé. Tu mets à profit ton imagination débordante et ça passe crème ! ;)

    Correction Zokuron, exercice 4 : Le Saut

    Aynor m'a invitée à prendre part au cours qui apprendra aux padawans le Saut de Force et j'accepte avec enthousiasme – comme il s'agit d'un pouvoir que je maîtrise assez bien, ce sera peut-être l'occasion de donner des conseils aux jeunes padawans. Dans la deuxième partie, Aynor propose un exercice, "l'épreuve des cristaux" : il s'agit d'attraper un cristal de mise au point. Certains padawans réussissent, d'autres non, d'autres encore sont tout proches du but. Ensuite, la grande Twi'lek bleue commente les performances des padawans et met un point final au cours.

    À la sortie, j'avise Zokuron. Le Togruta a l'expression de quelqu'un qui se sent frustré et je me souviens alors qu'il fait partie de ceux qui ont presque réussi.

    Moi :
    Zokuron ?
    Zokuron :
    Oui, maître Talik...euh Kinsa ?
    Moi :
    Ne t'inquiète pas, c'était très bien pour un début. Ne te mets pas la pression, tu as tout le temps pour travailler ce pouvoir.
    Zokuron :
    J'ai l'impression d'être un incapable...
    Moi :
    Eh ! Une leçon vitale que j'ai appris des Mandaloriens : ne jamais se lamenter, ça ne mène à rien. Que dirais-tu de t'entrainer un peu avec moi ?

    Le Togruta sourit et accepte. Une heure plus tard, il a réussi à dépasser les cinq mètres et je le félicite chaleureusement.

    Zokuron : Très bon entraînement, une approche intéressante de la situation, j'apprécie ! Pour ma part, c'est validé.

    Correction Aldaan, exercice 1 : L'art du mouvement

    Voilà un bon moment que j'observe le jeune Aldaan, le padawan Ewok. Accoudée à l'encadrure de la porte, je me fais discrète tandis qu'il s'escrime à attraper une corde hors de sa portée. Je m'abstiens de sourire. Une petite taille peut autant s'avérer un désavantage qu'un atout, quand il s'agit de rester discret par exemple.

    Enfin, il arrive finalement à ressentir la Force et à s'en servir pour améliorer ses capacités physiques. Une fois qu'il ait réussi le parcours de cordes avec succès, j'avance et fais savoir ma présence d'un petit raclement de gorge.

    Moi :
    Hum hum...
    Aldaan :
    Kinsa ! Je ne...enfin, je ne t'avais pas vue !
    Moi :
    Tu étais concentré, c'est normal. Et visiblement, tes efforts ont porté leurs fruits, je te félicite.
    Aldaan :
    Alors, j'ai réussi l'entraînement ?
    Moi :
    Tu as saisi quelle était son essence : se dépasser et prendre conscience de ses limites. Cela semble peu, mais tout voyage commence par un pas, n'est-ce pas ?

    Le jeune Ewok, acquiesce, pensif.

    Aldaan : Bon entraînement, tu as pris le temps de décrire le cheminement de ton personnage. Pour ma part, c'est validé !

    HRP : Je me suis permise de valider les entraînements de Zadyssa, Zokuron et Aldaan, car Zad est ma pada et les deux autres n'ont pas de maître^^. Pour Ilan et Lysandre, comme ils en ont un...eh bien voilà !

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le mercredi 01 mars 2017 - 18:48

    dimanche 26 février 2017 - 17:45 Modification Admin Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11431 Crédits Modo

    Ilan – fin d'entraînement n°5 : Désactivation de droïde.

    Je me ballade tranquillement dans les couloirs de l'Académie, pour me détendre, lorsque j'aperçois arriver la grande twi'lek bleue qui me servait de mentor sortir de la salle de classe aux pouvoirs. La classe de formation dont elle a la responsabilité. Je me dirige vers elle et l'interpelle.

    Moi : - Hey ! Salut Aynor !

    Aynor : - Tiens, Galen ! Tu tombes bien j'aurais besoin que tu me rendes un service.

    Moi : - Bien sûr ! De quoi s'agit-il ?

    Aynor : - Ton jeune pada korunnai continue son entraînement à la désactivation des droïdes et je ne peux pas rester pour l'observer. On a besoin de moi pour d'autres affaires. Est-ce que tu... ?

    Moi : - ... Pourrais le surveiller et l'évaluer à ta place ? Oui, je peux. Je vais aller voir comment il se débrouille avec ses camarades les droïdes^^

    Aynor : - Merci Galen.

    Et elle repart en direction du hall principal tandis que je me rends dans la classe des pouvoirs. En entrant, je remarque que la salle est un peu en désordre : deux ou trois droïdes d'entraînement étaient couchés par terre et immobiles. Je remarque le jeune korun au-loin sur son chiot Akk et celui-ci vient à ma rencontre. Et comme je suis un peu à l'ombre de l'éclairage naturel dans la salle...

    Ilan : - Maître Aynor...

    Moi (en sortant de l'ombre) : - Non, perdu. C'est ton mentor qui est là.

    Ilan : - Mais où est maître Aynor ?

    Moi : - Des choses importantes de maître Jedi à régler. Du coup, je suis là pour la remplacer pour toi. Allez, raconte-moi comment tu t'es pris.

    Ilan me raconte en détail comment il a réalisé l'exercice, de sa phase de concentration jusqu'à la désactivation des droïdes en passant par le mouvement provoqué en chevauchant Akky. Durant tout le temps qu'il me parle, je réfléchis à la procédure qu'Ilan a utilisé et m'imagine chaque détail. Lorsqu'il eut terminé, je lui donne mon verdict.

    Moi : - Un bouchon dans le circuit principal ? Hum, pas mal. Je peux dire que c'est une idée plutôt intéressante pour désactiver un droïde. Et je vois que tu as su reproduire ce geste sur les deux autres droïdes. C'est bien, Ilan. Personnellement, j'aurais cherché à faire un bouchon dans le cerveau, système-mère, du droïde. Mais je valide^^

    HRP > Je valide cet entraînement, Ilan, mais il aurait fallu que tu détailles un peu plus sur ta méthode et les sensations que tu as en utilisant cette procédure.


    Ilan - Entraînement n°6 : Maîtriser la pression/température. 

    Ilan arrive enfin devant l'entrée externe de la salle de classe, avec son chien Akk, et quelqu'un l'attend. Non, pas Aynor. Mais quelqu'un d'autre.

    Moi : - Alors, la baignade t'a rafraîchit le sang ?

    Ilan : - Salut Galen. Je reviens d'un entraînement pour maîtriser la pression et la température, au bord du lac d'Ellyne.

    Moi : - Ha ha ha ! Tu sais, Ilan, la Salle Commune dispose d'une bouilloire pour faire chauffer l'eau.

    Ilan : - Quoi ?

    Moi : - Je plaisante^^. Aynor, quand j'étais sous sa tutelle, ne manquait pas une occasion de me taquiner. Bon, raconte-moi un peu ce que tu as fait.

    Ilan se lance dans un véritable chapitre, m'expliquant tout ce qu'il a réalisé en se basant sur des connaissances trouvées dans des livres. Je comprends un peu comment il a voulu s'y prendre pour faire régler la température et certains détails de son expérience m'embête un peu. Plus il me raconte ce qu'il a fait et plus je suis dubitatif. Il en a fini avec son récit et je prends un petit temps de réflexion avant de prendre la parole.

    Moi : - Ton idée de manipuler les atomes de l'eau pour changer sa température est une bonne méthode, mais il faut savoir où vont les limites de cette méthode et surtout à ne pas oublier de conserver celle de son corps. Le lac étant glacial, tu aurais pu te refroidir et te retrouver en hypothermie. C'est bien de vouloir chauffer les atomes mais pense à garder les tiens aussi à une température normale.

    Ilan : - Mais j'ai l'habitude, sur Haruun Kal en hiver, de faire comme j'ai fais.

    Moi : - Oui mais je te conseille de prendre en compte ce que je viens de dire. Pour ce qui est de la pression, je pense que ton action de changer la gravité n'est pas la meilleure chose à faire pour maîtriser la pression. Suis-moi.

    Nous entrons dans la salle de classe, dont je referme la porte vitrée, et je place tout le monde devant une bassine remplie d'eau pour s'hydrater après des efforts. Je prends la bassine et la place devant Ilan, avant de dresser face à lui.

    Moi : - Regarde attentivement.

    Je tends ma main vers l'eau de la bassine et appelle la Force. En quelques minutes, de minuscules bulles remontent petit à petit pour rapidement devenir des milliards de bulles qui montent et éclatent, faisant secouer l'eau. Ilan en est surpris par cette réaction. Je cesse de faire et l'eau redevient normale.

    Moi : - Ce que tu viens de voir là est de la pression. Une influence sur les molécules d'oxygène pour les stimuler et les obliger à se développer davantage pour faire ce résultat. Tu comprends maintenant ce que tu devais faire ?

    Ilan : - Vu sous cet angle, oui.

    Moi : - Bien. À présent, retiens bien cette méthode et recommence la prochaine fois. Aujourd'hui, tu devrais te reposer un peu. Tu as beaucoup dépensé.

    HRP > Tu l'as compris, il faut revoir cette histoire de pression. Pour la température, je valide mais il faut que tu recommences pour la pression.


    dimanche 05 mars 2017 - 17:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7823 Crédits

    Zadyssa, entraînement n°14 - Le Sens de la Vie

    Après un réveil assez tardif suite à une dure journée d'entraînements la veille, je m'étais levée avec pour but de réaliser le Sens de la Vie. Ce pouvoir me paraissait fort ressemblant à la prescience que j'avais apprise lors de mes exercices au Soresu, sous la tutelle de mon maître. Toutefois, je me doutai qu'il devait forcément il y avoir une nuance, certes petite mais bien existante. Dans les entraînements à la prescience, j'avais dû détecter la présence des Jedi de l'Académie, dans celui-ci, je devais détecter la vie. Pas seulement celle de mes compagnons, mais de tout être vivant quel qu'il soit.

    Je sortis à l'extérieur après avoir pris un petit en-cas. J'accueillis l'air frais du midi avec un sourire, il ne faisait plus aussi froid qu'auparavant, mais l'atmosphère restait tout de même assez fraîche. Par ailleurs, la neige avait diminué de volume, voire même avait complètement fondue à certains endroits. Je m'assis donc en hauteur, perchée sur un rocher remarquablement lisse à son point culminant. En tailleur, je fermai les yeux en abandonnant ma vue qui ne me servirait à rien dans ce type d'entraînement. Lentement, ma respiration se calma et je me sentais grandement apaisée. Des sons extérieurs me parvinrent peu de temps après : celui du vent caressant l'herbe, de la faune environnante, des voix de Jedi... puis le ressenti de la Force et de son doux fluide toujours aussi tranquille.

    Me souvenant de mon expérience avec mon premier Sens, je tentai d'entrer à nouveau dans ce lieu où la Force et la lumière régnait en maître. J'avais déjà réussi à m'ouvrir réellement à elle une première fois, pourquoi pas deux ? Bon, je devais bien avouer que je n'avais strictement aucune idée de la manière dont je m'y étais pris cette fois-là... mais la question n'était pas nécessaire - du moins, pour le moment.

    La notion de temps m'était devenue complètement abstraite lorsque je parvenus enfin à m'y rendre une seconde fois. J'ouvris les yeux et souris. Je flottai à nouveau dans le vide lumineux, entourée de la Force. Une omniprésence beaucoup plus marquée par le fait qu'il n'y avait que moi, la lumière et elle en ce lieu. Mes pensées s'altérèrent également - ou m'enveloppèrent complètement, selon le point de vue. Je me sentais autant coupée du monde extérieur qu'en plein dedans, et ce constat était relativement étrange. Et si je me posais un nombre incalculable de questions, je dus les faire taire, faute de pouvoir y répondre.

    Me rappelant le but de mon exercice, j'élargis mes perceptions. Je n'avais certes pas quitté ce lieu rempli de Force, mais pas non plus le sol de YavinIV. Disons... que les deux visions se superposaient, un peu lorsque l'on était complètement obstrué du monde suite à une plongée dans nos pensées. En bref, j'étais consciente d'être là, et là, en même temps, tout en pouvant me fondre dans l'un ou l'autre totalement. Une semi-transe ? semi-conscience ? tout simplement, méditation ? Je n'en connaissais pas le nom exact.

    Au premier abord, je ne ressentis ni la présence ni la vie d'un quelconque être-vivant. Je sentis simplement que je venais de quitter "mon" cocon protecteur à la manière dont on ouvrait une porte pour sortir de sa maison. En bref, j'élargissais mes perceptions.

    Puis, je sentis la présence de Jedi. Instinctivement, je sus qu'il s'agissait de Ilan et Lysandre ; au fil du temps (et de la prescience), j'avais appris à reconnaître leurs auras, leurs marques dans la Force. Mais je n'avais détecté que leurs présences dû aux fluctuations de cette formidable énergie qui nos traversait et nous liait, ce que j'avais déjà réalisé ! Je pouvais aller plus loin, ressentir la Vie.

    Tout d'abord, je me centrai sur Ilan. Il s'agissait de mon demi-frère, et si je partageais de très forts liens avec le Togruta, il était évident que ceux que je partageai avec le Korun l'étaient plus encore. Je ne le voyais pas, je le sentais à travers la Force qui me transmettait diverses informations en plus de son habituelle empreinte apaisante. Concentrée sur Ilan, ses ondes me parvinrent petit à petit. À travers elles, je pouvais - si je le souhaitai - percevoir son humeur, mais là n'était pas l'objectif de l'exercice, alors je me contentai de cela.

    J'entrai en harmonie avec l'aura de mon frère et manquai, par la suite, de tomber à la renverse. Ce que j'avais ressenti... je ne pouvais clairement pas l'apparenter à des ondes ! Plus... à une émotion... un sentiment... ou une sorte d'étincelle. Non. Tout à la fois. Diffus et centré. Ordre et désordre. Paix et tumulte. La Vie. C'était la Vie et tout ce qu'elle pouvait abriter. Je la sentais aussi fragile qu'invincible, éphémère mais immortelle... Elle était en Ilan, il n'y avait aucun doute là-dessus (amis, soyez rassurés, mon demi-frère n'est pas un zombi !^^).

    Je rouvris les yeux. Mon cœur battait la chamade. J'avais des fourmis dans les jambes et j'avais les joues humides. Surprise, j'essuyai vivement les larmes qui avaient coulé puis attendis un moment avant de me replonger à l'ouvrage. Lorsque je me sentis de nouveau prête, je refermai les yeux puis retournai à cet état que j'avais atteint tout à l'heure. Maintenant que j'avais déterminé la différence entre le Sens de la Vie et la prescience, je comptai l'utiliser à grande échelle tout en espérant ne pas me faire assaillir par tous un tas d'informations impromptues.

    Élargissant une fois de plus mes perceptions, je sentis de nouveau la présence de mes deux amis. Quelques secondes plus tard, je ressentis comme une poigne forte me traverser. Une émotion dans une étincelle ; une étincelle dans une émotion... la vie. Puis, vint celle de Kinsa (amis, soyez rassurés, mon maître n'est pas un zombi non plus !^^), très forte, de Ellyne, Zokuron, Galen, Aldaan, Verlo... Toutes m'envahirent une par une, ou en même temps, je ne saurais le dire. Pourtant, bien que je ne fus pas parcourue de vision, je savais où ils se situaient. Recommença pendant un temps le jeu de cache-cache avant que je ne me concentre à nouveau.

    Maintenant... peut-être était-il temps d'utiliser les deux pouvoirs simultanément... prescience et Sens de la Vie. C'était ce que je fis. Le résultat fut... surprenant ? concluant ? Le rocher sur lequel j'étais assise n'était pas vivant, en soi, mais fait de matière organique, parcourue de la Force qui liait tout. Aussi, sentis-je sa présence, de même que celle des Jedi dont certains que je ne connaissais pas. Il n'y avait pas que cela. Je déterminai également qu'il y avait des créatures toutes mignonnes pas si loin que cela, proche des arbres - à eux aussi, je ressentais leurs vies. Je compris donc que le Sens de la Vie permettait de faire la différence entre objet et être-vivant, car le cas du Jedi était différent étant donné qu'il émettait des fluctuations dans la Force et possédait donc un aura particulier. Mais plus que cela, il nous permettait également de bien mieux comprendre ce qu'était la Vie, de la ressentir, de mieux saisir son importance pour mieux la respecter et tout cela était aussi revivifiant que tranquillisant.

    Quittant ma méditation, un sourire béat aux lèvres, je sautai à bas de mon rocher à la recherche de quelqu'un de disposé à se faire submerger par ce que j'avais à raconter.

    mardi 07 mars 2017 - 19:24 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

56 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

10 avril 2021 - 11 avril 2021

Star Wars Celebration 2022

18 août 2022 - 21 août 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide