Les Missions du Chu'Unthor (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Nous sommes encore dans le vaisseau , sur la fin du trajet. J'ai un peu mal parlé à Kinsa et Zadyssa. Je m'en veux, mais j'ai l'impression que personne ne fait confiance à Hagan alors qu'il m'a sauvé d'une torture horrible. 

    Je décide de m'écarter un peu de la troupe pour mieux réfléchir et m'apaiser. J'inspire et expire lentement, je me plonge dans la Force, je sens le fluide apaisant m'entourer... Je me laisse emporter et j'essaye d'oublier tout mes problèmes.

    Dans ma tête raisonna une phrase prononcée par... Ilan!! Je ne l'entends pas très bien au début, mais tout d'un coup j'ai l'impression de voir une scène, c'est comme si je voyageais à bord de ma tête et j'entends mieux la phrase: Désolé… j'ai agi comme un imbécile et un enfant gâté. 

    Je ne comprends d'abord pas pourquoi il dit ça mais je devine par la suite que c'est Ilan qui veut se faire pardonner. Et puis les images défilent devant moi, le vaisseau, une multitude de portes, et des soldats poussant Ilan dans l'une d'elle. 

    Et une voix légèrement amplifiée et artificielle parla: Mettez le gamin dans le bloc de détention Nord 3a.

    Alors une légère secousse me fis revenir parmi les autres. On arrivait, je descends du vaisseau en même temps que les autres, mais je n'ai pas eu le temps de parler de ma méditation et de présenter mes excuses à Kinsa et sa padawan. 

    Nous marchons discrètement (ce qui est un miracle pour moi), jusqu'à la fin du hangar et là, étant un peu plus en sécurité, je décide de parler au reste du groupe.

    Moi: Hum, Kinsa, Zadyssa, je voulais m'excuser du plus profond de mon coeur,je sais que j'ai commis une maladresse et j'en suis désolé. 

    Les deux filles me sourient pour me fair comprendre que c'est déjà oublié. 

    Moi: Quand j'essayais de me calmer, en pleine méditation, j'ai vu des images de la capture d'Ilan, les soldats disaient l'emmener dans le bloc de détention 3a.  


    Galen et Kinsa m'écoutent attentivement mais Zadyssa semble ailleurs. Elle revient à nous un peu après. 

    Zadyssa: Ilan, il est dans la dernière cellule de son bloc de détention. Mais elle est surveillée.

    Je devine sans peine que Zad' a elle aussi eu une vision mais je me demande s'il ne faudrait pas utiliser la télépathie pour prévenir Ilan. 

    Kinsa: On va y aller, soyez discret. 

    Je me sens particulièrement visé par la deuxième partie de la remarque de Kinsa mais je marche derrière Galen d'un pas de loup.

    Nous arrivons bientôt à un double chemin, suivant notre instinct, nous prenons le chemin de gauche et nous arrivons au premier bloc de détention le bloc Nord 1a. Il n'y aucuns soldats et les cellules ne sont pas occupées.

    Nous avançons alors jusqu'au bloc Nord 2a mais ne voyons pas une petite troupe de soldat s'avancer vers nous. Alors au dernier moment, nous nous plaquons contre le mur en faisant un peu de bruit. 

    1 soldat: Qui est là? 

    Personne ne répond bien entendu et les stormtroopers continuent leur chemin et nous le notre. Au bout de quelques problèmes et bruits, nous arrivons au bloc de détention Nord 3a, mais malheureusement il y'a une bonne vingtaine de soldats et des caméras de surveillance. 

    Il n'est plus question de faire du bruit.

    Ce message a été modifié par darkknight le jeudi 23 juin 2016 - 09:09

    jeudi 23 juin 2016 - 09:01 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9875 Crédits Modo

    Mission : Les orphelins de Saleucami.

    Au moment où Kinsa déversait sa colère sur Hagan puis Lysandre, j’étais en train de nous débarrasser du pilote et de prendre les commandes. J’ai mis ensuite le vaisseau en pilotage automatique avec pour consignes de rester en état d’arrêt. Une méditation collective m’a permis de savoir qu’Ilan est à bord du grand vaisseau Impérial en orbite et nous nous sommes organisés pour aller le libérer, lui et la sœur d’Hagan. La navette se dirige droit vers le vaisseau et nous entrons dans un hangar, où personne ne se trouve. Je descendis le premier de la navette pour vérifier que la voie est libre. Nous marchons discrètement jusqu'à la fin du hangar et nous nous réfugions dans un grand couloir à l’ombre. C’est que, étant un peu plus en sécurité, Lysandre décide de parler au reste du groupe.

    Lysandre : - Hum… Kinsa, Zadyssa, je voulais m'excuser du plus profond de mon cœur, je sais que j'ai commis une maladresse et j'en suis désolé. (Les deux filles lui sourient pour lui faire comprendre que c'est déjà oublié.) Quand j'essayais de me calmer, en pleine méditation, j'ai vu des images de la capture d'Ilan. Les soldats disaient l'emmener dans le bloc de détention 3a.

    Je sursaute à la dernière phrase du jeune Togruta. Ilan serait en cellule de détention ! Kinsa et moi écoutons attentivement ce que dit Lysandre mais il fait remarquer que Zadyssa est dans la lune. Elle revient à ses esprits peu après.

    Zadyssa : - Ilan, il est dans la dernière cellule de son bloc de détention. Mais elle est surveillée.
    Moi : - D’accord. Donc notre cher jeune Korunnai se trouve au fond d’un couloir bien gardé. Y a plus qu’à s’y rendre.
    Kinsa : - Oui, on va y aller. Soyez discret.

    Nous nous organisons en file indienne pour le déplacement jusqu’à bloc : je marche devant d'un pas de loup, Lysandre me suit derrière, suivi de Hagan, qui est suivi par Zadyssa et Kinsa couvre nos arrières. Nous arrivons après quelques dizaines de mètres à un double chemin. Suivant notre instinct, nous prenons le chemin de gauche et nous arrivons au premier bloc de détention : le bloc Nord 1a. Je regarde de biais le couloir du bloc et je ne vois personne, les cellules sont vides.
    Nous progressons jusqu'au bloc Nord 2a mais nous ne voyons pas une petite troupe de soldats s'avancer vers nous. Alors au dernier moment, nous nous plaquons contre le mur en faisant un peu de bruit. Le premier soldat de troupe lance un « qui-va-là » mais nous nous taisons. J’aurais bien fait l’onomatopée du chat juste pour rire, si la situation n’était pas aussi dure. Les stormtroopers continuent leur chemin et nous reprenons le nôtre.
    Il nous fallut deux bonnes minutes pour nous refaire discret puis nous arrivons au bloc de détention Nord 3a. Quelle fut notre surprise de voir une vingtaine de soldats ainsi que des caméras de surveillance. Les habitants de ce croiseur Impérial sont plutôt vigilants.

    Moi (aux autres) : - Bon. On sait maintenant qu’on est arrivé au bon endroit. Il va falloir se montrer plus furtif que discret.
    Hagan : - Ma sœur est sûrement aussi dans une de ses cellules.
    Zadyssa : - On s’occupera de ta sœur une fois qu’on aura récupéré Ilan.
    Kinsa : - Pour le moment, ce sont les vingt soldats dans le couloir qui doivent nous inquiéter. Il faut trouver quelque chose pour eux.
    Lysandre : - Je ne vois pas comment faire quelque chose en restant discret.

    Il a raison. On ne peut pas délivrer Ilan ou neutraliser ces soldats sans se faire voir. Je regarde une nouvelle fois le couloir du bloc et l’examine : de forme hexagonal et long de vingt mètres, il y a cinq portes donc cinq cellules ; dix soldats sont immobiles devant deux cellules, les autres font des mini-rondes de surveillance ; les caméras de surveillance portent leur vue sur tous le couloir mais pas dans notre direction (là on est tranquille) donc il est très risqué de foncer tête baissé, surtout avec peu de moyens. C’est alors qu’en balayant du regard tout le couloir, je porte mon attention sur des tuyaux gris accrochés au coin du plafond. Mais oui, bien sûr. Les conduits de gaz ! Je ramène ma tête vers mes camarades d’un air malicieux.

    Moi : - Je crois que j’ai trouvé la solution à notre problème.

    Sans leur laisser le temps de me questionner, je me remets en biais au mur et tends discrètement ma main vers le centre du gros tuyau. Je fais couler la Force le long de ma main et utilise la télékinésie pour dévisser la partie visée. Les vises s’enlèvent lentement de leur emplacement, sans bruit ni agitation. Puis, une fois toutes dévissées, elles tombent à terre et la moitié du tuyau de conduit se détache pour basculer en avant. La partie dévissée déverse du gaz blanc opaque et les vingt soldats se retrouvent dans un grand écran de fumée, non toxique ni dangereuse. La majorité est angoissée par la situation et d’autres se calment.

    Soldat 1 : - On se calme, les gars. C’est juste un conduit qui s’est détaché. On attend l’équipe d’entretien pour qu’il le répare et on ne bouge pas.
    Soldat 2 : - Ouais il a raison. Rien ne va nous arriver.

    C’est à ce moment que je sors de ma cachette pour profiter de l’écran de fumée pour attaquer les soldats. Les autres, excepté Hagan, me suivent et nous dégainons tous nos sabres. Nos lames de couleur s’illuminent dans l’opacité et préviennent les soldats au dernier moment.

    Soldat 1 : - Mais qu’est-ce que… Attention !

    Ils n’ont pas le temps de réagir que nous nous élançons sur eux avec nos sabres. Je frappe les cinq soldats devant moi avec aisance et précision, aidé de la Force pour me diriger. Contrairement à nous, les soldats sont désorientés et tirent n’importe où. Kinsa et Zad’ se défendent sans souci grâce au Soresu, Lys’ fait de son mieux et moi je me déchaîne avec mon Djem So. Nous nous faisons cinq soldats chacun et les caméras ne nous voient même pas dans le brouillard opaque. Une fois les vingt soldats neutralisés, nous rengainons nos sabres, prévenons Hagan que la voie est libre, traversons avec vigilance l’écran de fumée encore présent et arrivons devant la dernière cellule. J’ouvre la porte et entre.
    Assis sur l’unique banquette du fond, le jeune Korunnai voit la porte s’ouvrir et une ombre apparaître devant un mur de fumée blanche opaque. Je descends les marches et me fait reconnaître. Ilan saute de joie en me voyant puis en voyant sa sœur, son copain Togruta et la twi’lek chevalière.

    Ilan : - Galen ! Zad’ ! Kinsa ! Lys’ ! Vous… vous êtes venus pour moi.
    Galen : - En grande partie oui. Je n’abandonne jamais mes cadets et meilleurs clients dans une sale posture.
    Ilan : - Je… je m’excuse pour mon comportement au camp. Je suis sincèrement désolé de m’être enfui pour une question de confiance. Je te demande pardon, Zad’.
    Zadyssa : - T’inquiète. Je te pardonne, de toute façon. On a tous des opinions variées et c’est ce qui nous rend vivant.
    Lysandre : - Je suis content de te revoir, Ilan.

    Aussitôt, le jeune togruta serre dans ses bras Ilan et Zad’ en fait de même pour son demi-frère. Enfin, le groupe est au complet. Kinsa et moi nous retournons vers l’entrée de la cellule et je n’aperçois plus Hagan.

    Moi : - Sacré nom de tonnerre de Tython !
    Kinsa : - Je ne te l’fais pas dire. Vous trois, suivez-nous !

    Les trois padawans se lèvent et nous accompagnent. Je passe devant, le sabre en main, et sort dans le couloir. L’écran de fumée commence à se dissiper et les caméras vont nous avoir dans leur champ de vision. Je vois sur ma droite que la porte de la cellule voisine est ouverte ; je fonce droit vers l’entrée, Kinsa et les autres sur mes talons, et j’entre pour ensuite m’arrêter. Au fond de la cellule, Hagan est en train de serrer très fort dans ses bras une jeune fille moins âgée que lui mais qui lui ressemble beaucoup.
    Hagan a retrouvé sa sœur.

    jeudi 23 juin 2016 - 21:20 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar R2D2

    R2D2

    1065 Crédits

    Mission : Les orphelins de Saleucami

    Mes amis étaient venu me libéré, Hagan avait retrouvé sa sœur mais nous n'étions pas encore sortis d'affaire.

    Moi : Je ne veux pas vous vexer mais mieux vaut vite partir avant de se faire capturer une nouvelle fois.
    Zadyssa : Non, tu crois ?
    Moi : Euh oui...
    Kinsa : Pas de nouvelle dispute vous deux...
    Moi : ...
    Galen : Bon vite on doit rejoindre le vaisseau avant qu'il ne soit trop tard !
    Lysandre :  Courez il y a les renforts ennemis !

    À ses mots, nous levâmes nos jambes à notre cou évidemment dans la direction opposé des stormtroopers. Sur un stormtrooper à terre, je vis mon sabre laser, le seul réflexe que j’eus est d'aller le récupérer.

    Galen : Ilan, non c'est trop tard

    Galen m'attrapa et m'emmena vers la sortit.

    Kinsa : Tournez à gauches, stormtroopers !

    Nous courûmes vers la sortit avant que nous nous fassions coincer.

    Commandant Stormtrooper : Rendez-vous Jedi ! Vous êtes cerné.

    Je fis signe à Galen et à Kinsa qu'il y avait une bouche d'aération au-dessus et en dessous de nous.

    Galen (chuchotant ): À mon signal, Ilan, Hagan et moi faisons un saut de Force en haut tandis que Kinsa, Zadyssa et la sœur d'Hagan prenez la bouche d'aération en dessous.
    Hagan (chuchotant): Je ne sais pas faire de saut de Force et je ne veux pas perdre ma sœur.
    Galen : Je te prendrai dans mes bras et pour ta sœur, si tu la prend avec nous, tu la perdras pour de vrai. sinon ça marche ?
    Tout le monde : Oui

    Galen : À mon signal, maintenant !

    Galen avec Hagan et moi fîmes un saut de Force vers la bouche d'aération du haut et Kinsa, Zadyssa et la sœur d'Hagan passèrent par celle du bas. Les stormtroopers eurent le seul réflexe de tirer n'importe-où, comme d'habitude. Je rampai dans le conduit et entendit les stomtroopers parler.

    Stormtrooper 1 : Tu as entendu, dans le bloc de détention 3a, ils ont réussis à perdre les deux prisonniers !
    Stomtrooper  2  : Ah bon ? Ils vont passer un sale quart d'heure avec le boss.

    Je pouffai de rire sans faire trop de bruit. Nous arrivâmes à la fin du conduit et tombâmes sur une autre plaque que Galen enleva pour jeter un coup d’œil.

    Galen : C'est bon, personne.

    Galen sauta le premier suivit de moi et d'Hagan. Par la suite, nous entendîmes un bruit de plaque qui nous fîmes sursauter. Je vis une tête, une autre moins grande et une plus petite tête qui me fis penser à Kinsa, Zadyssa et à la sœur de Hagan..

    Moi : Rebonjour, vous en faites du bruit dis-donc !

    Nous arrivâmes dans le Hangar discrètement ou presque. Je pensai que le vaisseau était celui en mauvaise état . Nous entrâmes discrètement dans le vaisseau jusqu'à que je trébuchai sur la marche qui attira l'attention des gardes.
    Garde : Et vous là, je vous arrêtes
    À ses mots, de nombreux stormtroopers arrivèrent, blaster en main et prêt à tirer. Galen et Kinsa démarrèrent le vaisseau tandis que Zad', Lys' et moi montèrent aux canons.

    Galen : Kinsa, active le bouclier. Vous trois, viser sur les canons et sur les chasseurs.

    Nous commençâmes à tirer sur les canons de quoi en détruire deux ou trois qu'une escorte de chasseur arriva.

    Kinsa :  Viser principalement les chasseurs, nous essayons d'entrer le plus vite possible dans l'atmosphère.

    Trois chasseur furent abattu puis on les sema. Nous approchions de la surfaces avant de nous prendre un tir dans le moteur.

    Galen + Kinsa : Nous sommes touchés
    Moi : On fait quoi ?
    Galen : On saute
    Lysandre : Quoi ? vous savez très bien que...
    Zadyssa : Oui on sait.

    La passerelle s'ouvra et avec Galen nous vîmes de l'eau puis on sauta. Hagan et sa sœur sautèrent suivit de Kinsa tenant Zadyssa par la main. Lysandre ne voulant pas sauter voulus regarder où était ses amis et tomba sans faire exprès dans le vide. Je me préparai pour plonger et Galen plongea suivit de Kinsa. Zadyssa fit un gros plat ventre puis coula car elle n'avait jamais appris à nager. Kinsa vint l'aider. Nous vîmes par la suite Lysandre faire l'oiseau avant de plonger.

    dimanche 26 juin 2016 - 16:20 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11366 Crédits Modo

    Nous sortons difficilement de l'eau, mais par chance nous avons atterri près d'une plage. Pour la énième fois, je suis bien satisfaite d'avoir mon armure qui me protège même de l'eau. Aussi, je suis la seule à ne pas être trempée. Les plus jeunes s'écroulent sur le sable, harassés.

    Zad : Je...suis...morte...
    Moi : Oui, eh bien va te sécher sinon tu vas tomber malade ! Et ça vaut pour tout le monde, d'ailleurs.

    Je ne peux réprimer un sourire. On s'en est sortis, c'est l'essentiel. On s'en sort toujours. Alors que les autres se sèchent comme ils peuvent, essorant leurs vêtements, je donne encore quelques consignes :

    Moi : Vérifiez si vos sabres laser n'ont pas pris l'eau, il ne manquerait plus que ça. Galen, il y a un moyen de contacter ton père ?
    Galen : J'ai toujours ma balise de signalement. Avec un peu de chance, mon père viendra me chercher.

    Je jette un oeil au ciel, qui s'assombrit sensiblement. Ce doit déjà être la nuit... Un vent froid souffle sur la plage où nous nous sommes échoués. Enfin, par plage, j'entends une petite étendue de cailloux fins jouxtant une falaise au bord de l'eau, pas une plage de sable blanc. Je me tourne vers la petite fille, Oïane. Elle tremble encore de tous ses membres, mais est-ce de peur ou de froid ?

    Moi (d'un ton qui se veut rassurant) : Ne t'inquiète pas, petite, ça va aller (à tous). Il va falloir passer la nuit ici. Ce ne serait pas prudent de s'aventurer au delà dans l'obscurité. Le seul abri sûr, c'est la caverne que vous voyez là.

    Tous lèvent les yeux et repèrent assez vite ce dont je parle : une caverne creusée par l'érosion, à quatre mètres au dessus du sol. Mes cours de survie en milieu hostile m'ont appris que pour survivre il faut : un abri, de l'eau et du feu. Et ici, on a les trois.

    Hagan : Mais comment on va faire pour monter ?
    Galen : Le Saut de Force. Tous les padawans l'ont déjà fait, ici ?

    Approbation générale de la part des plus jeunes, sauf Hagan et Oïane qui restent sans rien dire. Nous remarquons leur gêne et je souffle :

    Moi : On fera comme à l'intérieur : je prends Oïane et Galen prend Hagan. Vous êtes prêts ?

    En une minute, tout le monde est en haut. Et c'est vrai que quatre mètres, ça peut paraître peu, mais une fois qu'on y est, c'est assez haut ! Au moins, la vue est belle. Nous regardons tous ensemble le soleil se coucher dans un spectacle coloré, puis je propose de prendre le premier tour de garde. Puis, c'est à Lysandre. Mais je n'arrive pas à dormir et vais donc rejoindre le jeune Togruta, qui se tourne les pouces à la lueur de la lune, l'air ennuyé. Je m'assois tranquillement à côté de lui, le visage serein.

    Moi : Excuse-moi, Lysandre, si j'ai été un peu trop sèche avec toi, quand tu as parlé de mon histoire. C'est juste que...j'ai l'impression que si on n'en parle pas, le temps fera s'effacer les souvenirs douloureux.
    Lys' : Et c'est le cas ?
    Moi : Je n'en sais rien. C'est encore trop frais dans ma mémoire. J'étais différente, avant, tu sais. Je ne sais pas si tu me reconnaîtrais, si tu me voyais quand j'étais padawan.
    Lys' : Tant que ça ?
    Moi : Oui, je crois... Bon, je me tais, sinon on va réveiller les autres. C'est déjà dur de dormir comme ça...

    Je me lève et vais me recoucher. Enfin, me coucher est un bien grand mot. Je m'allonge par terre avec ma bure en guise d'oreiller et tente de fermer les yeux. Tout est si calme, ici...on n'entend aucun bruit. Finalement, la fatigue prend le dessus sur le reste et je m'endors.

    mardi 05 juillet 2016 - 20:17 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7423 Crédits

    Mission : Les orphelins de Saleucami

    À l'abri dans une caverne, nous assistions au coucher de soleil. J'avais le mince espoir de faire sécher plus vite mes vêtements : j'étais trempée et épuisée. La séance de torture n'arrangeait pas le coup, certaines blessures me faisaient toujours gémir, mais ça irait. C'était dans ces moments que j'appréciai le plus le fait d'être venue à l'Académie, car - tous assis côte à côte - c'était comme si nous formions une famille. Bien que ce soit le cas en tout temps, cette impression était encore plus forte maintenant.

    Puis, nous allâmes dormir et je fis de mon mieux pour trouver une position confortable sur le sol dur et sombrer dans le sommeil qui  finit par m'envelopper suite à ma fatigue. La dernière chose à laquelle je pensais fût qu'il faudrait peut-être que je songe à apprendre à nager, histoire de ne pas finir dans des situations comme celle vécue plus tôt.

    Lorsque je rouvris les yeux, ce ne fut que pour entendre une puissante détonation qui me projeta à terre. Un affreux sifflement se répétait inlassablement tandis que je cherchai à comprendre comment j'avais pu passer d'une caverne à... un lieu embrumé d'où la seule lumière était des feus qui ne me semblait pas allumé volontairement.

    Brusquement, le décor changea et je me retrouvai dans le noir complet - comme si j'avais les yeux fermés. Tout ce que je savais, c'était que j'avais peur, que j'étais seule et que j'attendais quelque chose... sans que je n'en sache la raison. Et étonnement un autre sentiment m'envahit : l'incompréhension. Alors que je tentai désespérément de garder mon sang-froid dans cette myriade de sentiments, un hurlement qui semblait vouloir dire quelque chose retentit et l'instant d'après, je me sentis tomber et je ne pus m'empêcher de crier de surprise.

    Tourbillonnant dans le noir, je ressentis enfin une surface dure et quand je relevai la tête d'un air complètement perdue, je ne pus que voir des silhouettes partirent en courant, mais il me semblait que certaines ne souhaitaient pas s'en aller... Je voulus aller les aider, mais je me rendis compte que je ne pouvais pas bouger, que j'étais clouée au sol. Un horrible sentiment d'impuissance et d'injustice s'empara de moi, alors que je ne comprenais vraiment rien à cette histoire ! Soudain, je crus percevoir la présence d'autres personnes. Je souhaitai les convaincre d'aller aider les silhouettes qui s'éloignaient chaque seconde un peu plus ; mais lorsque je les regardai en face, je me rendis compte qu'il s'agissait d'ombres bleutées tirant vers le noir dotées d'yeux blanc de formes asymétriques. Si je l'avais pu, j'aurais eu un mouvement de recul. 

    Puis, une voix lointaine m'adressa la parole en même temps que le sol tremblait :

    Voix : Zad', réveille-toi ! Allez, debout !

    Tout d'un coup, les silhouettes et les ombres disparurent, remplacées par la caverne et la tête d'Ilan penchée sur moi qui me secouait dans tous les sens. Réveillée pour de bon, je me redressai et lançai un regard interrogateur à mon demi-frère avant de comprendre que ce devait être à moi de veiller.

    Ilan : Ça va ? Tu n'arrêtais pas de gigoter !
    Moi : Ah bon ?
    Ilan : Ben oui. Même qu'un moment tu as crié, j'ai bien cru que tu allais réveiller les autres...
    Moi : J'ai juste fait un cauchemars...
    Ilan (intéressé) : Ça parlait de quoi ?

    Ça, c'était une bonne question... j'eus un moment de silence avant de reprendre ; après avoir réfléchis à tous ce que ça pouvait être, je n'avais retenu qu'une proposition :

    Moi : Je ne sais pas vraiment... Mais quelque chose me dit que c'était des souvenirs dont je ne me rappelai et ne me rappelle plus. Ça avait dû se passer lorsque j'étais plus jeune, bien que là, euh, ça ne ressemblait pas à grand chose. Enfin, je vais prendre le dernier tour de garde, bonne fin de nuit !

    Ilan retourna se coucher tandis que j'observai les alentours en me demandant pourquoi j'avais fait un rêve aussi étrange. Ma réflexion fut coupée par un bruit de vaisseau en approche, et je le suivis du regard pour constater qu'il se dirigeait vers le lieu du crash... Apparemment, l'Empire n'avait pas perdu l'espoir de nous retrouver. Et j'espérai qu'ils n'y parviendraient pas.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le mercredi 06 juillet 2016 - 16:28

    mercredi 06 juillet 2016 - 16:27 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Nous étions sur le point de nous cracher, la seule solution pour s'en sortir était de sauter dans le VIDE!! 

    J'ai d'abord catégoriquement refusé car rien que de regarder en bas, ça me faisais peur. Mais bientôt je n'était plus que le dernier à bord du vaisseau, je me penche un peu pour voir où sont les autres avant d'être pris de vertige et de faire un pas sur le côté. Mais ce pas était sur le côté du VIDE!! 

    Donc je tombais lentement dans un vide qui me semblais infinis, mon corps parcouru de léger frissons, je fermais les yeux et poussa un long cris de désespoir et de peur. 

    Je bâtis légèrement des bras avant de retrouver la terre ferme ou plutôt l'eau, je nage jusqu'à retrouver la rive, une plage de galets.

    A l'aide d'un saut de la Force, nous arrivons dans une caverne pour nous reposer et regarder le coucher de soleil magnifique. C'est à ce moment là précisément que je comprends que ceux qui m'entourent ne sont pas simplement mes amis mais ma famille.

    Kinsa prends le premier tour de garde pendant que je m'ennuis et observe la petite Oïane profondément endormie.

    Elle ressemble trais pour trais à son frère mais, en plus féminin. Ses cheveux sont légèrement bouclés et châtains, ses yeux sont d'un brun profond et elle a un visage légèrement ovale, elle a une dizaines d'années. 

    Ensuite Kinsa se lève et m'indique que c'est à mon tour de garder la grotte. 

    Je me déplace jusqu'à l'entrée de la caverne et regarde la lune. Elle est vraiment belle.

    Mais au bout de quelques minutes, j'en ai marre de l'observer donc je commence à clipser et déclipser une poche de ma ceinture en cuir. 

    Je relève une des manches de ma bure pour inspecter le bandage qui me sert de pansement pour ma blessure au bras, j'ai encore un peu mal mais la douleur commence à s'estomper.

    Je commence à m'ennuyer et à avoir froid mais la Twi'leck vient me tenir compagnie et me parle un peu du fait que si je la voyais padas, je ne la reconnaîtrais pas...

    Je souris avant de poursuivre mon tour de garde.

    A la fin de celui ci, je vais m'allonger sur le sol et plonge dans un sommeil profond où je rêve d'une course de modules avec mon père, puis des bruits de vaisseaux surgissent dans mon rêve et me réveillent.

    Je saute sur mes deux jambes, mon sabre en main et retrouve Zad' qui poursuis la garde de la grotte.

    Moi: Il se passe quoi? 

    Zad': Les vaisseaux de l'empire, ils nous traquent. 

    Moi: Oh nan. Par les Montrals de mon grand père, je pense qu'on devrais changer de cachette, ou alors vite terminer notre mission, sinon ça va terminer en vraie chasse à l'homme. Maintenant toutes les troupes impériales de Saleucami nous recherchent!

    Zad':  Tu n'as pas entièrement faux, il faut prévenir Galen, Kinsa et Ilan et les deux Saleucamiens.

    Moi: Tu sais quoi, termine ta garde et surveille les vaisseaux pour voir s'ils ne sont pas trop prêts de nous. Moi je vais prévenir les autres, enfin si t'es d'accord. 

    Zad': Pas de problème.

    Je cours en direction des Jedi et cadets en hurlant:

    Moi: On est traqué, l'empire est à nos trousses, sur le lieu du crash.

    Ilan se réveille et s'étire longuement avant de dire en baillant:

    Ilan: Ouah, cool le réveil en douceur. 

    Moi: Désolé Ilan, mais la situation l'impose, les ennemis sont sur le point de nous trouver. 

    Kinsa: Ok, on reste calme et on commence à se préparer pour un éventuel départ en catastrophe.


    Je prends mes maigres possessions et les rassemble avant d'aider Oïane à faire de même. Ensuite nous rejoignons Zad' qui nous préviens que le vaisseau se rapproche dangereusement.

      

    jeudi 07 juillet 2016 - 21:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16958 Crédits Modo

    Mission de Galen Arek : Barrage entre Eriadu et Sluis Van

    Une silhouette holographique se tenait raide au centre de la salle du Conseil des Jedi.

    Holo. - Honorables membres du Conseil Jedi, rien ne va plus sur Eriadu. Les récentes élections anticipées ont porté au pouvoir le parti sectorialiste qui a remis en cause de nombreux accords d'échanges bilatéraux, au mépris souvent des règles de la Coalition Galactique. Les relations diplomatiques entre la planète et ses proches voisins se sont tendues. Nombreux sont les mondes et organisations qui dépendent des voies commerciales de Rimma ou Hydienne, dont Eriadu est un carrefour incontournable. Les pertes se chiffres en trilliards de crédits chaque jour. Malgré les tentatives de médiation que nous avons mandatées depuis des mois la situation reste bloquée et s'aggrave. Eriadu refuse de revenir sur le rétablissement des taxes douanières et cette obstination a provoqué l'ire du puissant gouvernement de Sluis Van qui a décidé d'agir seul. La guerre est déclarée. Les ambassades sont prises en otages au sol, et dans l'espace le blocus se met en place. Le Sénat a voté l'envoi d'un contingent armé de la Coalition et requiert en conséquence la participation de l'Ordre Jedi.

    Le porte parole du Sénat se tourna alors vers Kaarde Naberry. Le Conseil, qui avait déjà débattu longuement à ce sujet, exprima sa décision au travers du Grand Maître Jedi.

    Kaarde. – Nous prenons la mesure de la gravité de ce conflit. L'aide de la Force sera d'un grand secours pour sa résolution.

    Le porte parole s'inclina et l'image holographique disparut.

    Kaarde. - Il va falloir mobiliser des Jedi endurants et aguerris au combat, si nous voulons épauler l'armée au mieux et protéger les civils le temps que le conflit soit réglé.

    Aynor. – Je vais aller prévenir mon Padawan qu'il fera partie des Jedi envoyés sur cette mission.

    La twi'lek rutian se leva et salua à son tour les autres membres du Conseil.



    samedi 09 juillet 2016 - 13:53 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9875 Crédits Modo

    Mission : Les orphelins de Saleucami.

    Nous sommes dans une caverne creusée par l'érosion, à quatre mètres au dessus du sol, avec les besoins de survie nécessaires. Chacun d’entre nous faisons un tour de garde pendant que d’autres se reposent. Mais que je dormais, je suis réveillé par un bruit de tir. Mes soupçons sont confirmés par l’arrivé de Lysandre, qui court vers nous et les cadets en hurlant. « L'Empire est à nos trousses, sur le lieu du crash. La situation l'impose, les ennemis sont sur le point de nous trouver. » Kinsa propose que l’on reste calme et que l’on commence à se préparer, pour un éventuel départ en catastrophe. Les padawan et les cadets prennent leurs affaires et les rassemblent. Ensuite nous rejoignons Zad' qui nous préviens que le vaisseau se rapproche dangereusement.

    Moi : - Restons cachés le temps qu’il passe. Je vais éteindre le feu.

    Je tape de mon pied notre feu de camp et il s’éteint automatiquement. Nous nous mettons dans l’ombre de la caverne et attendons que le vaisseau ennemi passe. En entendant le bruit qu’il produit, Ilan nous dit que c’est un intercepteur TIE. Nous voyons à travers l’entrée le vaisseau passer et nous bouchons les oreilles à cause de l’intensité du bruit. Nous attendons deux minutes puis je sors un peu en éclaireur. Dehors, je vois l’intercepteur s’éloigner dans le ciel.

    Moi : - C’est bon. Il est parti.
    Kinsa : - Tu es sûr de toi ? Il se peut que ce soit un piège.
    Zadyssa : - Il m’a semblé avoir aperçu deux chasseurs dans le ciel.
    Moi : - Je n’en ai vu qu’un.
    Lysandre : - On n’a pas revu le second.

    Je continue de guetter dehors et observe attentivement le ciel. La lune de Saleucami éclaire l’endroit comme en plein jour et je n’aperçois pas d’autre ombre ni n’entend de son de vaisseau. Par-contre, au moment où je regarde au sol, je vois se déplacer dans la plaine quelque chose. Des ombres, des silhouettes. Elles sont au pas de marche. Je rentre dans la caverne pour prévenir mes camarades.

    Ilan : - Alors ?
    Moi : - Pas de vaisseau en vue, sinon…
    Kinsa : - Sinon quoi ?
    Moi : - On va bientôt avoir de la visite. Une vingtaine d’ombres viennent par ici.

    À peine ai-je prononcé ces mots que l’on entend des bruits de raclement de pierre. Je me retourne et j’aperçois des grappins accrochés au bord de l’entrée de notre caverne. Ils arrivent !

    Kinsa : - Courez vers le fond !

    Nous nous exécutons de suite, nos possessions sur nous, et nous atteignons le fond de la caverne. Les ombres sont arrivées à l’entrée et se dirigent vers nous, toujours en marchant. Alors que nous sommes bloqués par un grand mur de roche, les jeunes padawans et les cadets se collent contre le fond tandis que la jeune twi’lek mandalorienne et moi nous préparons à nous défendre. Je dégaine mon sabre-laser sans l’allumer, au moment où les silhouettes sont devant nous. À cause de l’obscurité, nous n’arrivons à voir comment ils ressemblent. L’une entre elles s’avance et se place en tête des autres. Kinsa va allumer son sabre quand soudain…

    ??? (ironiquement) : - Je me disais bien que je t’avais inculpé mon talent, vu que tu es toujours en vie.
    Moi : - Papa ?!

    Perseus Arek allume une lampe-torche et éclaire la caverne, le révélant dans sa cuirasse plate en argent par-dessus sa combinaison bleu royal. Environ vingt soldats de la République se tiennent derrière lui, dans leur armure blanche de plastacier, et ils ont l’air opérationnel.

    Kinsa : - Ravie de vous voir sain et sauf, monsieur Arek.
    Perseus : - Merci. Mais j’aurais dû me douter que les Impériaux nous attaqueraient tôt ou tard ; je me retrouve avec une mineure partie de ma cohorte et tout comme vous recherché par ces sales « boîtes de conserve ». La bonne nouvelle c’est que nous sommes en vie et que les Impériaux ne nous ont pas trouvé. Pour le mauvais côté de la situation, ils ont sûrement plus d’avance sur nous pour trouver ces pauvres orphelins. D’ailleurs, comment vous êtes-vous échappé ?
    Moi : - J’ai manipulé le dirigeant avec la Force et…
    Kinsa + Zad’ + Lys’ + Ilan : - Tu as fait quoi ?!
    Perseus : - Tu as usé de la Force sur le dirigeant Kallus ? Ha ha ha ha ha ! J’imagine bien sa tête en sachant qu’il s’est fait avoir par un padawan.
    Moi : - Attends une minute. Le dirigeant « Kallus » ?
    Hagan : - Oui. Severin Kallus, officier de la Mission Impériale et dirigeant de la 5e Cohorte. Cet homme est un loyaliste profond à l’autorité et la supériorité de l’Empire, c’est la raison pour laquelle vous le trouviez si arrogant et déterminé. C’est un sale type mais qui a la possibilité de monter plus haut.

    Hagan, accompagné de sa sœur, vient de nous expliquer un peu plus l’identité du dirigeant Impérial. Mon père, en l’apercevant, prend un ton sévère.

    Perseus : - Toi ! J’espère que tu as une bonne raison d’avoir trahi notre confiance et d’être encore là !
    Lys’ : - Il faut l’excuser monsieur Arek. Hagan a dû obéir parce que les Impériaux retenaient sa sœur dans leur croiseur, en moyen de pression. Il a décidé de nous aider lorsqu’il a compris qu’il n’obtiendrait rien d’eux et il nous a aidés à sauver Ilan, et sa sœur, dans le croiseur.
    Hagan : - Je vous présente mes excuses. Je voulais récupérer Oïane à tout prix et j’ai dû collaborer.

    L’agent du BSR réfléchit aux propos du togruta et regarde le jeune cadet avec sa sœur. Finalement, il lui accorde son pardon et lui demande de les aider à sauver la vie des jeunes orphelins de sa planète. Nous lui racontons ensuite à tour de rôle la séance d’interrogatoire que nous avons subi. Lorsque je raconte ma partie, je développe sur la partie de l’entretien avec le dirigeant et ma tentative d’Étourdissement et de Persuasion qui m’ont de le manipuler, suivi des menottes faussement fermées. Une fois notre histoire terminée, avec la partie dans le camp et l’autre dans le croiseur, mon père replonge dans une réflexion et finit par prendre une décision.

    Perseus : - Bien. J’en conclus que vous valez le double de mes hommes, excepté eux (en désignant ceux derrière lui), donc il est encore possible pour nous de réaliser cette mission de sauvetage avec succès.
    Kinsa : - Vous voulez dire que nous allons porter secours aux orphelins avec le nombre que nous sommes ? C’est risqué mais j’ai l’habitude.
    Zad’ : - Avec les Impériaux à nos trousses, on est un peu pressé par la situation.
    Ilan : - Sans compter que nous ne savons même pas où nous sommes et où se trouve les Ruines Industrielles.
    Soldat 1 : - Rassurez-vous, les jeunes. Nous avons cartographié cette région-là depuis longtemps et nous pouvons atteindre les Ruines en une demi-journée.
    Perseus : - Nous pouvons commencer à partir maintenant, afin de gagner du temps pour chercher la cachette des orphelins et de leurs familles.
    Kinsa : - Vous avez au moins des armes avec vous ?

    Les vingt soldats montrent leurs blasters d’assaut et leurs équipements de bataille. Il me vient alors un doute concernant le matériel de mon paternel.

    Moi : - Papa, tu as pu t’enfuir avec tout ton matériel ?
    Perseus : - Bien sûr, Galen. Je ne serais pas agent spécial du BSR si j’étais incapable de garder mon nécessaire sur moi. Et surtout, je m’en veux pas, j’ai ceci pour vous épauler, toi et tes camarades.

    Il détache de sa ceinture un objet fin, long et cylindrique qui tient dans sa main. Il est façonné dans un métal argenté et possède un rond au niveau du pouce. C’est au moment où il appuie sur le rond et qu’une lame argenté jaillit que je comprends ce que c’est.

    Moi : - Tu as un sabre-laser ?!!
    Perseus : - Il m’a été donné au cours d’une de mes missions. Son ancien propriétaire m’en a fait cadeau alors qu’il allait rendre l’âme, malgré les soins prodigués. C’est, ou plutôt c’était, un sabre-laser de Chevalier Impérial.
    Kinsa : - Vous savez vous en servir au moins ?
    Perseus : - Ne vous inquiétez pas mademoiselle Talik. Avant d’utiliser ce sabre, je maniais parfaitement la vibroépée ; un sabre-laser est tout au même mais avec plus de souplesse, et je me suis entraîné.

    Nous prenons tous un moment de repos dans la caverne, trois soldats faisant le guet, et je m’endors profondément pendant deux heures. Je me réveille doucement une fois mes deux heures de sommeil passées, je me lève et rejoins mon père qui rassemble ses hommes pour commencer le départ. Je me charge de réveiller Kinsa et les autres pour les prévenir, en leur donnant entretemps de la nourriture pour le trajet. Nous sommes fin prêt et nous nous mettons en route.
    Nous avons quitté la caverne en silence et nous traversons la région en direction du nord. Tandis que les vingt soldats marchent en rangée de cinq, mon petit groupe, mon père et moi sommes en tête. Je discute avec mon paternel de sa connaissance du dirigeant Impérial Kallus et il me raconte. Ce n’était pas la première fois qu’il voyait Severin Kallus, et il le désigna comme un personnage radicaliste, coincé et sûr de lui qui prône l’expansion de l’Empire. Il ajouta que depuis que Waren Horn est devenu le nouvel Empereur, Kallus en a profité pour rechercher des cibles à conquérir. Saleucami en est un parfait exemple avec sa situation de pseudo-membre Républicain et ses ressources encore non-convoitées. D’ailleurs, le Sénat a autorisé durant la mission que Kallus soit capturé et jugé.

    Voilà plus de cinq heures que nous marchons dans ces plaines bordées de cratères. Les padawans sont fatigués de marcher et nous faisons une pause pour nous reposer. Kinsa, mon père et moi en profitons pour consulter l’holocarte de la région et constatons qu’il nous reste seulement deux kilomètres à parcourir. Un quart d’heure de pause est passé et nous continuons la route. Nous arrivons à la frontière du cratère des Ruines Industrielles ; nous nous engageons dans la zone de destination avec furtivité et nous atteignons le secteur du Château Noir avec succès. Il ne nous reste plus qu’à trouver la cachette des orphelins avant les Impériaux.

    lundi 11 juillet 2016 - 15:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    11366 Crédits Modo

    Après avoir été retrouvés par le père de Galen et quelques uns de ses soldats, nous nous rendons dans le secteur du Château Noir, là où se trouvent la plupart des orphelins. C'est un grand ensemble de débris disparates qui semblent être assemblés de façon à constituer des logements rudimentaires. Mais aucun ne semble être habité, c'est étrange. Sans doute ont-ils été effrayés par l'arrivée des Impériaux sur la planète : je les comprends.

    L'exploration commence alors, minutieuse. Nous nous séparons en plusieurs petits groupes, un Jedi pour deux soldats. Je suis responsable d'une femme blonde et d'un petit homme sec bardé d'armes. Nous fouillons chaque recoin dans l'espoir de trouver un passage secret qui mènerait à la cachette des orphelins par exemple.

    Elle : Et si les Impériaux étaient arrivés avant nous ? Si ils avaient déjà capturé tous les orphelins ?
    Moi : Je ne peux pas dire que je n'ai pas envisagé cette possibilité, mais sincèrement, je n'y crois pas.
    Lui : Encore un de vos trucs de Jedi ?
    Moi : Pas cette fois. Si les impériaux étaient venus, ça se verrait : ils ne sont pas connus pour être discrets. On aurait éventuellement des traces de bataille, et là non.

    Tout à coup, mon comlink bipe. Il s'agit d'un appel de Galen. Curieuse, j'ouvre la communication.

    Moi : Ici Kinsa. Un problème ?
    Galen : Effectivement. Nous avons été devancés de peu par les Impériaux, ils escortent un groupe d'enfants en rang très serré.
    Moi : Les orphelins ! Ils les ont trouvés !
    Galen : Oui, malheureusement. Je te donne nos coordonnées pour que tu puisses nous rejoindre, il va y avoir du grabuge.
    Moi : J'arrive !

    Très vite, j'arrive aux coordonnées indiquées : ce n'est pas très loin. J'aperçois Galen, son père, deux des padawans et quelques soldats dissimulés derrière un entassement de ferraille, et vais me poster à ses côtés.

    Zadyssa : Qu'est-ce qu'on fait ?
    Galen : D'abord on attend Lysandre, puis on attaque. Tiens, quand on parle du loup !

    Le jeune Togruta arrive en effet en trottinant. Je lui ordonne de se baisser pour ne pas se faire repérer et il s'exécute immédiatement.

    Moi : Estimation des forces ennemies ?
    Perseus : Deux Chevaliers Impériaux, trois officiers et une trentaine de stormtroopers.

    Je hausse les épaules, je m'attendais à bien plus.

    Moi : Aucun problème. Galen et moi, on va s'occuper du cas de ces Chevaliers Impériaux, les autres lâchez-vous sur les storms. Ah, et essayez d'éloigner le combat des orphelins, ce serait bête qu'un d'entre eux se fasse amocher par un tir perdu. Allez, go !

    Nous sortons tous en même temps de notre cachette et bondissons sur les Impériaux. Je me dirige directement vers un des énergumènes au sabre laser blanc et dégaine ma lame orangée. Les deux sabres se heurtent dans un grésillement électrique. Je sors mon blaster et tire à plusieurs reprises, mais mon adversaire a les réflexes vifs et esquive tout. Grâce à la Force, il précipite plusieurs tôles sur moi et bien qu'une me frôle, je coupe la plupart en deux et renvoie les autres. Retour à l'envoyeur ! Il s'en prend une en pleine figure et est déséquilibré. J'en profite pour lancer une attaque au flanc qui est déviée par son sabre laser.

    Il prend alors l'initiative de m'attaquer au corps à corps. Euh...mauvaise idée ? Je me sers d'une tôle à fois comme bouclier et pour le repousser, puis balaye ses jambes. Il esquive avec un Saut de Force et porte ensuite plusieurs attaques rapides, dont une qui m'atteint à l'épaule. La Force merci, mon beskar'gam me protège à cet endroit-là, sinon j'étais bonne pour une blessure sérieuse.

    Je veux terminer ce combat, il m'ennuie un peu. Après avoir allumé mon jetpack, je fond sur lui comme un faucon et lui donne un coup de pied à la tête, ce qui le sonne suffisamment pour me laisser l'opportunité d'armer mon blaster en mode paralysant et de lui tirer dessus. Cette fois il n'arrive pas à esquiver et s'écroule sur les débris. Il en sera quitte pour quelques égratignures (et quelques bleus, aussi).

    Lorsque je regarde autour de moi, je constate que la bataille est déjà finie : le secteur est bientôt vide de présence impériale vivante/non assommée.

    Nous nous précipitons alors vers les orphelins qui tremblent de peur devant le combat qui s'est déroulé sous leurs yeux. Le plus jeune ne doit pas dépasser les quatre ans, tandis que le plus âgé doit avoir l'âge de Galen.

    mercredi 13 juillet 2016 - 11:10 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7423 Crédits

    Mission : Les orphelins de Saleucami

    Dispersés dans le secteur du Château Noir, nous étions à la recherche des orphelins. Le seul léger problème consistait au fait que je n'en trouvai pas de mon côté... J'essayai d'utiliser la Force pour détecter leurs éventuelles traces, mais en plus du fait que je n'avais pas encore fait le Sens de la Vie, je ne ressentais pas leurs présences...

    Finalement, un appel de Galen m'éclaira sur la raison de cette absence : les orphelins avaient été emmenés par l'Empire ! Je me précipitai aux coordonnées données et finit par retrouver Kinsa, Ilan, Lysandre et Galen. Par la suite, un combat débuta durant lequel nous devions faire attention aux orphelins, également. Je réalisai que j'avais quelques problèmes de concentration, et ça m'étonnai... Après rapide réflexion coupée plusieurs fois par les images de mon cauchemars, je sus que ce dernier en était la raison.

    Je pris une profonde respiration pour m'en défaire et rester concentrée et je retournai à l'assaut des troupes ennemies. Je rejoignis Ilan qui était aux prises avec Colosse et l'aida à s'en débarrasser à l'aide d'un tir de blaster bien placé. Le calme finit par retomber et nous allâmes rejoindre les orphelins. Ces derniers tremblaient de peur. Ce qui était tout à fait normal étant donné qu'ils venaient de se faire enlevés, libérés quelques temps plus tard après avoir assistés à un combat.

    Kinsa : Vous allez bien ? Personne n'est blessé ?

    Il n'y eut pas de réelles réponses. Simplement des regards effrayés et perdues. Après une attente prolongée, l'un d'eux prit la parole en remarquant que personne ne le faisait :

    Orphelin : Non... je ne crois pas. Vous êtes... des Jedi ?
    Orphelin n°2 : La République ?
    Galen : Un mélange des deux.
    Kinsa : Nous avons été mandaté par le Sénat pour aider les républicains présent sur votre planète et entre autre, vous sauvez. Je suis Kinsa Talik, Chevalière Jedi...
    Moi : ... Et ma maître. Je m'appelle Zadyssa Yunixy et je suis en toute logique padawan.

    Lysandre, Galen et Ilan se présentèrent à leur tour. Le jeune Korun n'oublia pas de préciser que nous avions un lien de fraternité. J'eus un sourire lorsqu'il l'annonça. J'étais vraiment contente de l'avoir comme demi-frère, plus encore qu'il soit également padawan. La discussion s'orienta sur ce que nous allions faire des orphelins. Certains n'avaient plus de parents, mais d'autres en avaient. Finalement, l'on décida de les emmener au camp républicains et de voir ce que nous allions faire pour eux une fois là-bas.

    Nous fîmes donc chemin en sens inverse, accompagnés de tous les orphelins. Nous n'allions pas très vite : beaucoup étaient jeunes et marchaient donc lentement, se fatigant rapidement de surcroît. Je passai la première partie du voyage à parler avec Lysandre et Ilan et j'eus le droit à une masse de questions sur le fait que je ne sache pas nager et j'en profitai pour rappeler au jeune Togruta sa peur du vide, étant donné qu'il appuyait gentiment sur mon incapacité à nager. Par contre, je ne trouvai encore rien à dire à Ilan... il faudrait que je cherche.

    La pause du midi pour manger dura assez longtemps car trois orphelins s'étaient endormis. Nous les laissâmes dormir et en profitâmes pour faire un petit entraînement au tir au blaster. Je constatai donc que je m'étais améliorée depuis celui sur Lothal (heureusement^^). Puis enfin, nous reprîmes la route. Seulement, mes pensées dérivaient sans cesse vers mon cauchemars... plus précisément sur sa raison d'être. Il m'avait semblé que certaines des situations que j'avais vue m'étaient familière. Ce qui n'était pas tellement rassurant. J'espérai que le mystère allait rapidement s'éclaircir... et que la réalité de ce qu'il s'était passé n'était pas pire que le cauchemars lui-même.

    La nuit finit par tomber et je me laissai tomber au sol. Plus fatiguée que je ne l'aurais imaginé. Nous mangeâmes rapidement, distribuant les rations pour constater qu'il faudrait que nous arrivâmes demain au campement. Aux quels cas, la nourriture viendrait à manquer.

    Les discussions étaient animées, Lysandre, Ilan, Hagan et Oïane parlaient à une vitesse impressionnante. Puis, prenant en compte le chemin qu'il nous restait à faire, nous allâmes dormir pour être en pleine forme le lendemain. Kinsa prit le premier tour de garde, ce qui m'étonna guère.

    Seulement, je n'arrivais pas à trouver le sommeil. Trop de choses se bousculaient dans ma tête. Le cauchemars était en tête...

    Moi (mentalement) : Oh, et puis il faut que j'arrête de me tracasser avec ça ! C'est pas comme ça que j'arriverai à dormir !

    Calmant peu à peu ma respiration, je tentai vainement de me laisser porter par la fatigue. Au bout d'une heure, je craquai et allai rejoindre Kinsa.

    Kinsa : Tu n'arrives pas à dormir ?
    Moi : Non...
    Kinsa : Pas étonnant. Tu m'avais l'air très préoccupée, aujourd'hui. Quelque chose ne va pas ?

    J'hésitai à répondre. Je n'étais pas sûre de savoir si quelque chose n'allait pas... Finalement, je me décidai à lui parler de mon cauchemars qui me posait tant de questions, peut-être pourrait-elle m'aider à mieux le comprendre :

    Moi : ... Oui... euh, non... Enfin, je ne sais pas vraiment... Hier, j'ai fait un cauchemars un peu étrange et...

    Je n'eus pas le temps de finir ma phrase qu'une petite détonation retentit. S'apparentant à un tir de blaster. L'instant suivant, je me retrouvai avec un sabre orangé sous le nez. Kinsa venait de contrer un tir qui avait failli m'atteindre.

    Kinsa (hurlant) : ON NOUS ATTAQUE !

    Je dégainai mon sabre à mon tour et - oubliant du mieux que je pouvais mes pensées dérangeant - je me fondai dans la Force et parai deux nouveaux tirs. Les Impériaux nous avait retrouvé...

    mercredi 13 juillet 2016 - 15:10 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

17 fans connecté(s)

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide