[Concours Fan-Fics 2] Dépôt des Textes

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar boba.fett7

    boba.fett7

    35983 Crédits

    Sur ce topic, seul les créations des fans seront autorisés, tout les messages hors sujet seront sanctionné, je vous rappelle les régles ci-dessous :

    La section litté (lien supprimé car non accessible) vous propose la Seconde Edition du concours des fans-fics.

    Anakin.S remets donc son titre en jeu pour ce concours qui durera jusqu'au 22 Novembre (délai qui reste négociable ^^).

    Cette fois-çi il n'y aura pas de catégories, vous avez donc cartes blanches concernant le style, la période...etc

    Le jury sera composé comme la derniere fois de Sidarks et de moi-même et l'on notera encore vos fiches selon le barème suivant :

    - Scénario : 10 pts
    - Cohérence UE : 5Pts
    - Fautes/Styles d'écriture : 3 Pts
    - Originalité : 2 Pts

    La gagnant remportera un chéque magnifique d'une valeur de 100 crédits! lol
    La fic devra composée environ 15 000 mots maximun.

    Vous posterez vos créations ICI et uniquement vos créations...a partir du 23 Novembre le topic sera fermé!

    Vous pouvez également écrire votre fanction en Duo.
    Pour poster voila l'exemple à suivre :

    Nom de(s) Auteur(s) :
    Catégorie : ( Comedie, Action/aventure ou suspense)
    Nom de la Fanction :
    Nombre de chapitres :


    Chapitre 1

    ...

    Chapitre 2

    ...

    jeudi 21 octobre 2004 - 23:49 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dages

    Dages

    297 Crédits

    Nom de l'Auteur : Dages (moi)
    Catégorie : Comedie, Action
    Nom de la Fanction : Stargate SG1 : Starwars
    Nombre de chapitres : 10

    http://www.force-planete.com/membres/dages/images/forzebook.jpg (lien supprimé car non accessible)

    CHAPITRE UN : DISTORTION

    « Ouverture non programmée de la porte des étoiles »
    L’appel d’alerte résonnait dans les couloirs de la base de Cheyenne Mountain. Les soldats courraient en tout sens, se dirigeant vers la fameuse pièce où les équipes SG partaient ou arrivaient vers des mondes inconnus de la galaxie NGC-5236, aussi connue sous le nom de Voie Lactée. Ce genre d’alarme était courant, et, plusieurs fois par jour, la base secrète était mise en état d’alerte.
    Guidés par les gyrophares rouges qui illuminaient les couloirs devenus sombres, Teal’c le Jaffa marchait de son pas calme et posé, suivant les soldats pressés. Il portait son fameux bâton serpent, arme capable de tirer des tirs de plasma mortels pour leur cible. Quand il arriva dans la salle de la porte, l’iris en titane était en train de s’ouvrir dans un bruit de frottement métallique. Des militaires étaient postés derrière les puissantes mitrailleuses qui étaient placées de part et d’autres de la porte illuminée par la vive lueur créée par le vortex.
    « C’est le reste de l’équipe SG1 qui revient en catastrophe ! Appelez l’infirmerie ! » Cria l’officier chauve qui s’occupait de l’ouverture de la porte.
    Teal’c se mis en position de tir, un genoux en terre, le bâton serpent près de son visage, visant le cercle de lumière. Le Colonel Jack O’neil troubla la quiétude apparente du vortex en arrivant brusquement dans la grande salle, il fit une roulade et se retourna aussitôt, affermissant sa prise sur son P90. Le Docteur Daniel Jackson fit de même en arrivant, il descendit du côté gauche de la Porte des étoiles, la main sur son pistolet. Enfin, le Major Samantha Carter arriva dans la pièce en plongeant. Elle se mit sur le dos et s’apprêta à vider son chargeur sur ceux qui aurait eu l’audace de suivre le groupe dans leur fuite. Elle cria, essoufflée :
    « C’est bon ! Fermez l’iris ! »
    Quelques secondes plus tard, la porte était hermétiquement fermée, protégée de toute intrusions grâce au blindage à toute épreuve des lames qui formait ce bouclier indestructible. Les trois amis se rejoignirent alors que quelques coups sourds retentissaient. Sans doute des tirs énergétiques ou des corps de soldats Goa’uld qui s’écrasaient entre le vortex et le l’iris.
    Teal’c abaissa sa lance et se mis à lever son sourcil droit. Jack passa près de lui en souriant et en lui filant une bourrade sur l’épaule. Dans son dos, le Jaffa entendit la voix du Général Hammond retentit, annonçant son habituel « Briefing dans une heure ». Teal’c suivit Daniel qui se dirigeait vers son bureau en tenant contre lui un paquet. Encore un artefact, songea le guerrier. Carter semblait soucieuse et rejoignit l’archéologue. Ils disparurent au fond d’un couloir.
    Depuis qu’il n’avait plus son goa’uld, Teal’c ne pouvait plus faire son kenhourim. Aussi décida-t-il d’aider ses deux amis. Si Carter et Daniel travaillaient ensemble, ils devaient se trouver en présence d’une arme ou un autre objet technologiquement avancé et de surcroît extraterrestre avec plein de termes extraterrestres. Souvent, Daniel faisait appel au Jaffa pour lui demander des informations sur certaines lettres ou hiéroglyphes. Le guerrier posa sa lance dans sa chambre et rejoignit le laboratoire où il vit le docteur et le major penchés sur quelque chose. Alors qu’il s’approchait, il vit mieux l’objet, c’était une sorte de cube violet.

    La face supérieure était ornée d’un dessin rouge représentant une sorte d’ancre arrondie. Daniel ouvrait des yeux ronds en contemplant les écritures arrondies formant des cercles qui se traversaient ou d’autres figures psychédéliques. Carter sortait déjà son ordinateur et un jeu de fils électriques pour faire subir à l’objet une série de test. Daniel demanda :
    « Teal’c, savez-vous à quoi correspond cette ancre ? C’est affilié à quel chef Goa’uld ?
    - Aucune idée. Etrange, il me semble avoir déjà vu ce signe auparavant. Et vous Major ?
    - Non plus, mais les analyses vont sans doute nous en apprendre plus.
    Déjà, elle tapotait sur son ordinateur, l’air affairé et intéressé, elle était dans son élément. Teal’c se pencha vers la bibliothèque pour chercher un livre susceptible de l’aider. Daniel tournait la boite dans tout les sens, lentement mais minutieusement. Jack déboula dans la pièce et demanda d’une voix claire et enjouée :
    « Alors ? Pourquoi s’est-on donné autant de mal aujourd’hui ? J’ai pas vraiment eu le temps de voir avec ses idiots de supersoldat, baissant les yeux sur le cube dans les mains de Daniel, c’est ça ?
    Faîtes voir ? »
    Le docteur Jackson tendit le cube par-dessus son bureau. Le colonel le regarda rapidement et tomba en arrêt devant la face supérieure. Il sourit en regardant Teal’c :
    « Dîtes-moi, ce signe ne vous rappelle rien ?
    - Hmm, non, enfin, je ne me souvient pas avoir vu ce signe sur aucun des Goa’uld que j’ai connu.
    - Allons faîtes un effort, allons Daniel, et vous Major… ça vous dit rien ?
    - Non, répondirent-ils en chœur.
    - Vous savez ce que c’est ? demanda l’archéologue.
    - Bien sur ! haha, c’est le logo de la rébellion dans la Guerre des Etoiles. C’est quoi cette blague, haha.


    Le jour même, loin, très loin de là, à des milliards d’années-lumière, un petit vaisseau, un chasseur, est sur le point de passer en hyperespace, il est dans une nébuleuse verte et violette. Il a une forme allongée, ses quatre ailes collées deux par deux se terminent par un canon laser. Un insigne rouge en forme d’ancre arrondie semble être peint depuis longtemps sur ses flancs noirci. Il part en vrille en évitant une météorite et semble chercher sa voie, à l’intérieur, une créature sous une cape sombre semble travailler sur les commandes à toutes vitesse. La verrière laisse un bon champ de vision au pilote mais il ne semble pas y prendre attention. Il esquive les météorites nonchalamment. Un chasseur noir surgit brusquement à deux ou trois kilomètres derrière lui et se met à le suivre et à lui tirer dessus, faisant mouche plusieurs fois. Il semble anticiper les mouvements de sa cible. Le pilote du chasseur noir est invisible sous la verrière plus sombre que le vide de l’espace. La proie ne semble pas se troubler, les boucliers encaissent sans broncher. Le chasseur s’excite peu à peu, tirant par rafales, arrosant le chasseur aux quatre ailes qui se séparent brusquement, formant un X.
    Le chasseur fait un demi-tour et coupe ses moteurs subluminiques, le vaisseau sombre fait de même. Les deux chasseurs se fixent pendant de longues secondes. Puis ils allument simultanément leurs moteurs. Tels des flèches, ils traversent les quelques kilomètres qui les sépare en quelques secondes. FEU ! Quatre tirs laser rouges sortent en même temps de chaque canon du chasseur à l’insigne rouge. Le vaisseau noir ne réagit pas, encaissant les coups à son tour, sans dévier de sa route, comme pour heurter le chasseur aux ailes croisées. Au dernier moment, il vire et passe en dessous de sa proie qui tire une torpille qui se sépare du vaisseau gris en laissant derrière lui une trace et une lueur bleutée. Le chasseur noir se positionne sous sa proie et un éclair apparaît, comme jaillissant de la verrière même du vaisseau et vient frapper le chasseur à l’ancre rouge qui se met à virer pour esquiver une météorite. La torpille, qui a continué sa route, pénètre dans l’aile droite du chasseur noir qui part en vrille pour se heurter à la météorite que sa proie venait d’esquiver. Une lueur illumine les nuages de la nébuleuse puis s’éteint… Le chasseur aux ailes en forme de X vacille légèrement puis se stabilise après avoir fait un looping.
    La nébuleuse semble étrange, des éclairs se mettent à rayer le vide devant le chasseur. Cette fois, le pilote lève la tête et scrute les volutes irisés du nuage de la nébuleuse, un éclair rouge passe juste devant la verrière. Ce phénomène est étrange, songe la créature encore invisible sous sa capuche. Il tend la main vers la commande d’hyperespace et hésite quelques secondes, comme s’il attendait qu’une voix l’encourage à continuer son geste. Au moment où il se décide et pousse vivement la commande, trois éclairs frappent simultanément la carlingue de l’appareil qui tremble quelques millisecondes avant de partir dans les limbes de l’hyper-espace.
    Il n’y a pas de passion, il n’y a que la paix…


    Teal’c souleva un sourcil en contemplant l’artefact que lui tendit le Colonel.
    « En effet.
    - Vous voulez dire que cet objet est issu d’une autre galaxie ? Non c’est impossible, répliqua Samantha en secouant la tête.
    - Bien sur que c’est impossible, une galaxie lointaine, lointaine, sourie le Colonel en faisant un clin d’œil à Teal’c qui hoche lentement la tête et annonce.
    - Je confirme ce que dit le Colonel O’neil, il s’agit même de l’icône de la rébellion dans le film. L’ancre représente le temple Jedi détruit sur Coruscant.
    - J’allai le dire…, ajoute Jack.
    - D’accord on vous croit, mais savez vous lire les écrits dessus ? s’enquit le Docteur Jackson
    - Sur Internet on trouvera des renseignements, dit le Major Carter
    - C’est fou tout de même. C’est un objet d’un autre monde.
    - Ca marche comment ? demanda le Colonel O’neil.
    - Je m’apprêtais à commencer mes analyses.
    - Comme vous voulez, de toutes façon Dark Vador ne sortirait pas de cette petit boite.
    En terminant sa phrase, Jack, qui tenait la boite qui avait fait le tour de l’équipe, se mit à la regarder sous tout les angles. Puis il la posa, la face supérieure au-dessus, l’ancre rouge semblait vouloir garder tous ses mystères. Le Colonel prit un air sérieux et sembla se concentrer, il posa la main sur l’ancre et inspira profondément. Les autres le regardaient sans comprendre. Samantha demanda, soucieuse :
    « Mon Colonel, vous êtes sur que tout va bien ?
    - J’essaie de l’ouvrir avec la Force », fut la réponse de Jack qui se détendit en affichant un air mystérieux. Il se tourna vers le Jaffa dont le sourcil s’était relevé. « Bah oui, tu sais comme les Jedis.
    - Je doute que vous ayez les compétences requises en la matière, répliqua le géant d’ébène.
    - Ca ne coûtait rien d’essayer. Bon sur ce, on a un briefing qui nous attend. Allez emmenez le cube, ça intéressera le Général.


    Quelques minutes plus tard, les quatre membres de l’équipe SG1, trônaient au complet, autour de la longue table où se déroulaient les briefings, située au-dessus du centre de contrôle d’ouverture de la Porte des Etoiles. Hammond regardait ses troupes avec toute la solennité qui convenait à l’évènement.
    « Vous me dites que ce cube est marqué de l’insigne de la rébellion dans le film la Guerre des étoiles. Vous vous moquez ? Hahaha, il ne manque plus que les Jedis existent, le canular serait complet.
    - Général, nous n’avons pas d’informations pour l’instant, nous allons nous occuper des petites écritures après le briefing, si ce sont des écritures Jedi comme on peut les trouver sur le net, ça serait grave. Ca veut dire que Georges Lucas n’a rien inventé, et que l’on se trouve en présence d’une source de technologie qui pourrait nous aider à vaincre les goa’uld.
    - Les résultats d’une alliance pourraient renverser la balance avec Anubis qui détient la technologie des Anciens.
    - Sauf si on tombe sur l’empereur, répliqua O’neil.
    - Voyons Colonel, vous n’allez pas me faire croire que vous croyez en cet objet.
    - On a déjà vu des phénomènes plus étranges, répondit Carter.
    - Passons, alors vous êtes tombés dans une embuscade. Cela voudrait dire que les Goa’uld étaient peut-être au courant, Anubis a tout de même envoyé ses supersoldats…
    - Ca peut être un piège aussi, coupa le Général Hammond. Montrez moi à quoi il ressemble, se tournant vers le Major Carter, vous avez appelé votre père pour qu’il nous renseigne sur ce qu’en savent les Tok’ra ?
    - Oui juste avant de venir ici, ils envoient des spécialistes qui ne devraient pas tarder. »
    Une alarme retentit.
    « Les voila je crois. »
    Ils descendirent tout les cinq dans la salle de contrôle de la Porte.
    « C’est le signal code de la Tok’ra.
    - Ouvrez l’iris.
    - Iris ouvert, répondit l’officier.
    Trois hommes sortirent du cercle de lumière, avec des sortes de valises. Ils furent accueillis par deux officiers qui les guidèrent directement dans la salle de réunion où l’équipe SG les attendaient déjà. Samantha sourit à son père qui lui rendit son sourire et salua les autres membres d’un signe de tête.
    Peu de temps après, mis au courant de la dernière mission, les trois Tok’ra se concentrèrent sur le petit cube. Le père de Sam ouvrit des yeux ronds en reconnaissant le sigle. Les deux autres restaient perplexes. Jacob s’éclaircit la gorge et fixa le Général et sa fille pour savoir si c’était une mauvaise blague. Il commença :
    « Bien sur que je connais ce sigle, je n’ai pas quitté la Terre il y a trente ans tout de même, mais j’espère que vous ne nous avez pas appelé pour ça.
    - Si justement Papa, répondit vivement le Major, on espérait que tu pourrais nous éclairer ou nous montrer comment il marche.
    - Je n’en ai aucune idée, ce n’est pas goa’uld, cela vient des Anciens ? Les Anciens ont à voir avec les Jedi ? Non c’est ridicule.
    - On va l’étudier, on en tirera sûrement quelque chose. Mais on nage en plein rêve.


    Après quelques heures de trajet, La lumière, étirée par la vitesse du chasseur gris à l’icône rouge, éclairait faiblement le cockpit. A l’intérieur, la créature ne bougeait pas d’un millimètre. Le trajet durait depuis plusieurs heures, parfois, la lumière prenait une forme étrange. Le phénomène au départ en hyper espace n’avait pas cessé. Impossible de savoir ce qu’il se passait, mais le pilote semblait calme. Un bouton clignota et le pilote coupe l’hyperdrive. Un bruit strident retentit. De plus en plus étrange. Les étoiles se reformèrent, une planète apparut à quelques milliers de kilomètres devant le chasseur.
    C’était une planète jaune, sans doute désertique. Le pilote semblait troublé et il se mit à taper des commandes sur son ordinateur de bord. Il n’était pas parti vers Tatooine. Une minute, ce n’était pas Tatooine, ni aucune autre planète connue de son répertoire. Il activa son radar et découvrit derrière lui un énorme vaisseau en forme de pyramide. De couleur jaune et marron, le gros vaisseau semblait l’avoir repéré. Une escadrille de chasseur de la mort sortit de ses entrailles et rejoint le chasseur toujours immobile. Une voix grave et rauque se fit entendre.
    « Ici Nubal, Primas d’Anubis, ne bougez plus ou nous vous détruisons, vous êtes notre prisonnier. »
    Il parle le basic, parfait, songea le pilote qui écarta les pans de sa cape, à sa ceinture, un cylindre argenté pendait à son côté gauche. Il posa la main dessus puis se concentra sur les commandes. Les boucliers étaient à 90% du nominal. Il n’hésita pas une seconde et lança les subluminiques. Les chasseurs de la mort étaient à cinq cent mètres seulement, il appuya sur la gâchette. Les quatre tirs atteignirent le premier chasseur qui explosa.
    « Ici le Maître Jedi Dages VidTin, le rapport de cette acte de guerre sera envoyé à la Nouvelle République. Veuillez vous rendre… Nubal. »
    - Qu’est ce qu’un Maître Jedi ? Vous paraissez sur de vous, mais vous ne faîtes pas le poids. Veuillez suivre nos chasseurs jusqu’à la baie d’accostage de mon croiseur. Nous allons discuter.
    - Qui êtes vous pour ignorer qui sont les Jedis ? Vous sortez de la gueule du Sarlacc ? Je m’en vais atterrir sur la planète. Je suis en mission, merci de ne pas me troubler.
    - Votre insolence est intolérable…
    - Votre voix m’est intolérable, répondit le Jedi. Venez discuter sur la planète, en terrain neutre. Cette altercation n’était pas prévue, j’espère que nous trouverons un entendement. A toute suite. Terminé.
    Le chasseur gris vira vers la planète, suivit par les chasseurs de la mort. Le gros vaisseau Goa’uld démarra lourdement pour se mettre en orbite autour de la planète jaune. Un rayon jaune partit du croiseur vers la planète. Ce n’était pas une attaque, les anneaux de téléportation emmenaient Nubal et une escouade de supersoldats.
    Le chasseur atterrit dans une sorte d’oasis, la verrière s’ouvrit et le pilote descendit, il ôta sa capuche sombre qui cachait son visage. Ses cheveux bruns et longs tombaient sur son front. Ses yeux vert sombre illuminaient son jeune visage et scrutaient les alentours. Il était grand, environ un mètre quatre-vingt-dix. Il portait un vêtement léger en tissus beige au rebord vert sombre assorti à ses yeux. Il portait des bottes noires qui lui montaient presque jusqu’au genoux.
    Il se mit à faire quelques pas quand il s’arrêta brusquement en voyant un grand cercle de pierre au loin. Un mugissement le fit se retourner et il aperçut un vaisseau qui lui arrivait dessus. Il joignit ses mains qui se dissimulèrent dans ses manches et il attendit.
    Le vaisseau ne semblait pas vouloir atterrir, des boules lumineuses tombèrent du vaisseau.
    Le danger.
    Le jeune homme se mit à courir vers les arbres de l’oasis pour se cacher. Les boules lumineuses tombèrent sur le chasseur qui explosa dans une gerbe d’étincelles. Dages aperçut un rayon qui tombait du ciel non loin de l’endroit où le cercle de pierre se tenait. Il se cacha dans les fourrés et décida d’aller voir.


    Nubal, escorté de quatre supersoldats, s’empara d’un ‘zat’ et, suivit par ses gardes, se dirigea vers le chasseur désintégré. Il regarda l’épave d’un air vivement intéressé et envoya des ordres dans la langue goa’uld. Les anneaux réapparurent, plus grands cette fois, et enveloppèrent la carcasse qui disparut dans un éclat de lumière.
    Dages regardait la chose d’un air abasourdit, ils disposent d’une technologie très utile, pensa-t-il. Il se leva doucement et sortit à découvert. Un des gardes le vit et tendit le bras en baissant le poignet. Ses compères l’imitèrent mais ils ne tirèrent pas. Nubal se retourna lentement en posant la main sur son poignet.
    « Vous vous rendez enfin, merci pour votre vaisseau, ses moindres composants seront étudiés par nos scientifiques. Votre technologie sur l’hyper-espace nous sera très utile. Le fait de ne pas ouvrir de fenêtre subspatiale est étrange. Bon, maintenant, posez vos armes et considéré vous comme prisonnier jeune homme. »
    Le Jedi regardait les gardes d’un air subtil et posa une main nonchalante sur le cylindre qui pendait à sa ceinture.
    « Alors comme ça, vous ne connaissez pas les Jedi. Si vous saviez seulement, vous auriez déjà tiré. Vous êtes affilié au impériaux ? Aux Chiss ? Aux vongs ? »
    Les yeux de Nubal s’illuminèrent.
    « Apparemment non, conclut Dages.
    - Silence, donnez moi cette chose sous votre main gauche. Si c’est une arme, vous mourrez !
    - Mince alors, c’en est une.
    Disant ses mots, le jeune homme dégaina le cylindre et l’activa en appuyant sur un bouton noir sur le côté, une lame pure, verte comme une émeraude, jaillit.
    « Ceci s’appelle un sabrelaser, vous allez comprendre…
    - KRI ! Hurla Nubal.
    Les gardes tirèrent un salve sur leur cible. Dages fit un saut périlleux arrière et para chaque tir d’un simple mouvement du poignet. Les boules de plasma repartirent à leurs envoyeurs qui encaissèrent sans broncher.
    Le Jedi s’avança, sabre toujours allumé.
    « Vos gardes savent encaisser. C’est un bon point. Je sens la colère et la haine en vous. Vous ne comprenez pas qui je suis, comment j’agit, vous n’avez pas connaissance de la Force que je sens pourtant en vous, vous ne pourriez pas devenir Jedi, mais vous êtes vulnérable.
    - Hahaha, vous lisez dans mon esprit comme un livre, Jedi. Mais ce seront vos dernières paroles. Vos pouvoirs ne feront pas le poids face à mon maître, s’ils ne font pas le poids face au mien !
    En terminant sa phrase, il tendit sa main gantée avec un gant goa’uld. Une lueur apparut et la lumière se distordit. Le Jedi qui avait anticipé, fit de même en levant sa main gauche, non armée, et envoya une poussée sur la distorsion qui s’annula. Ils se concentra sur les gardes et les envoya dans les airs, seul Nubal restait debout, éberlué.
    « Comment est ce possible ? »
    Derrière, les gardes se relevaient et tendirent leurs mains comme pour retirer, mais cette fois-ci, ils n’attendirent pas l’ordre du primas. Le Jedi roula sur le coté et attira à lui le premier garde, la lame s’enfonça dans son armure comme dans du beurre. Le soldat s’affaissa sans un cri. De petits éclairs parcouraient son armure. Dages fit un saut énorme et atterrit derrière le deuxième garde qui se fit couper en deux. Les deux autres eurent une seconde d’hésitation. Le Maître Jedi se tourna, saisit le premier en tendant la main et le fit se tourner vers Nubal. Il le fit tirer, mais les tirs furent absorbés par le bouclier portatif.
    « Hum, il faut utiliser les grands moyens. »
    Il ferma les yeux et tendit à nouveau la main, des éclairs verts apparurent et frappèrent les gardes qui s’affaissèrent. Dages se tourna vers Nubal en éteignant son sabre.
    « Vous êtes puissant, dit-il, mais la Force, rien ne l’arrête. Votre comportement est décevant. Mais… je sens deux présences en vous.
    - Je ne connais pas les Jedi, vous ne connaissez pas les Goa’uld. Nous sommes quittes.
    Dages regarda le cercle de pierre d’un air intrigué, il sentait des perturbations gravifiques. Quelque chose allait se passer. Nubal sourit en prenant son Zat, il l’activa et tira, Dages activa son sabre qui s’éteignit en absorbant le tir. Il ouvrit des yeux ronds. La décharge électrique coupait le flux d’énergie de la lame.
    « Haha ! Pas si invincible que ça ! Je connais votre poing faible.
    - Il y a tellement de choses que vous ne savez pas sur mes pouvoirs.
    Le Goa’uld se prépara a tirer une fois pour toutes mais son arme s’envola et atterrit dans la main du jeune homme. Il réactiva son sabre et tranchât l’arme en deux. Il s’approcha de Nubal d’un air farouche. Ce dernier tendit la main pour repousser le Jedi. La distorsion atteignit le jeune homme de plein fouet. Dages ferma les yeux et utilisa la Force pour absorber, dévier, ou tout autre chose pour ne pas subir l’effet du coup, sans résultat. Le choc l’envoya voler dans les airs.
    Il fit transforma ce vol plané en saut périlleux et atterrit accroupi. Nubal sourit faiblement et ses yeux s’illuminèrent encore. Il tendit la main pour envoyer son adversaire contre un arbre mais il avait disparu. Il regardait partout mais il était devenu invisible. Un sifflement se fit entendre dans son dos. Il n’eut que le temps de se retourner, sa tête sauta, tranchée nette. Elle tomba sur son poignet qui activa les anneaux. Dages se retira dans les fourrés et marcha vers la porte en restant caché. Cette dernière s’était mise à tourner, les chevrons s’illuminaient un par un.
    Derrière lui, les deux gardes frappés par l’éclair de Force se relevaient, visiblement étourdit. Dages ne fit plus attention à eux et se concentra sur la Porte. Il ressentait les perturbations subspatiales qui troublaient la faune et la flore aux alentours de la Porte des Etoiles.
    Le cercle s’illumina et une gerbe d’énergie jaillit puis se stabilisa dans le cercle, formant un disque d’énergie pure. Dages plissa les yeux et se mit à ramper pour avoir une meilleure visibilité.
    Quatre personnes armées en sortirent. Un grand noir armé d’une lance serpent, une femme blonde et un homme avec une casquette avec des P90 et un autre homme à lunettes avec un pistolet. Ils s’avançaient, n’ayant pas encore vu les gardes. Ils rejoignirent une sorte de droïde avec six grosses roues. Ils parlaient entre eux d’un air détendu. Le Jedi sondait les environ pour savoir ce que faisaient les deux gardes. Ils s’approchaient du groupe.
    Le cercle de lumière s’éteignit. Dages se leva et perturba l’esprit des quatre soldats pour qu’ils ne le voient pas. Il se mêla au groupe. Et les regarda travailler.
    O’neil regardait les alentours d’un air fatigué, Carter faisait des analyses sur le robot éclaireur, Daniel se dirigeait vers la forêt. Teal’c respirait l’air pur du désert.
    « Alerte ! Cria l’archéologue, deux super soldats sont ici !
    - Une planète déserte, hein ? Rhaa, gronda Jack. En plus on n’a pas les bonnes armes. Major activez la porte, on va les retenir, enfin, essayer…
    Une rafale de plasma dispersa le groupe. Ils arrivaient de leur pas pesants. Dages, invisible, utilisa la Force pour les ralentir et troubler leur visée.
    « Ils visent comme des manches aujourd’hui, nota le Colonel, allez Major, on vous couvre.
    Daniel, Jack et Teal’c se mirent à tirer sur les deux soldats qui avançaient au pas maintenant. Des balles de plasma s’écrasaient par terre. Dages posa un cube au sol et le fit découvrir aux yeux des quatre amis. Daniel se jeta dessus et l’entoura d’un vêtement sans rien dire.
    Le Porte se réactiva, et alors que Samantha donnait le code de SG1, Dages cessa de ralentir et de troubler les supergardes qui redoublèrent de zèle. Les tirs de plasma se firent plus précis. Teal’c tirait avec la lance serpent mais sans effet. Il sauta dans le disque d’énergie et disparut, suivit par Jack, Daniel avec son cube, puis Dages, qui passa discrètement et enfin Carter qui plongea directement la tête la première… des tirs s’écrasèrent contre la porte qui s’éteignit.
    Il n’y a pas d’ignorance, il n’y a que le savoir.

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE DEUX : LE CUBE

    Et maintenant, Dages se tenait debout, toujours invisible, contre un des murs de la salle de briefing. Il étudiait chaque personne présente, chaque mouvement, chaque pensée. Ainsi, dans cette partie de la galaxie, on voyageait de planète en planète par un cercle en matériel inconnu, une porte, la porte des étoiles, issue d’une technologie créé par des ‘Anciens’. Les humains de la Terre, car c’était le nom de la planète connaissaient les Jedi mais par l’imagination d’un homme, Georges Lucas et de son film. Il n’était pas antipathique mais cherchaient seulement à se défendre contre un envahisseur appelé Goa’uld. Un adversaire somme toute bien faible mis à part les ‘zat’, ce pistolet à la forme étrange qui coupait le flux d’énergie du sabre. Sinon, les armes adverses étaient inefficaces contre ses propres pouvoirs. Anubis était l’ennemi public numéro un. Il regarda Jacob Carter avec intensité, sentant la présence de la vie qu’il tenait en lui, cette chose qui lui donnait de l’énergie et le guérissait, symbiose étrange.
    Le Tok’ra attrapa le cube et le posa délicatement sur la table. Il attendait quelque chose. Jack dit :
    « Vous aussi vous voulez l’ouvrir avec la Force ? Vous n’avez pas la bonne méthode. »
    Il se leva et pris la pose au-dessus de la boite à l’icône rouge. Dages sourit et fit un geste de la main vers l’holocron qui s’illumina et se transforma en petite pyramide à quatre côtés. Le Colonel ouvrit des yeux ronds et recula vivement.
    « Qu’avez-vous fait ? demanda le Major Carter.
    - Mais rien. Attendez, je recommence.
    Il repris la pose, Dages refit le même geste, et cette fois-ci, un hologramme bleuté apparut mesurant une quinzaine de centimètres. Un homme âgé se tenait debout, habillé en Maître Jedi, une barbe bien entretenue lui cachait le bas de son visage. Il bougeait les lèvres mais aucun son ne sortait. Après quelques minutes de monologue sans son, il se coupa et l’hologramme disparut dans la pyramide.
    L’équipe SG1, les Tok’ra et le Général Hammond regardait la pyramide avec étonnement. Le Général se repris et demanda au Colonel O’neil des explications. Jack pris un stylo et se mit à jouer avec comme un sabrelaser. Puis il se ravisa en voyant que tout le monde le regardait.
    « Mon Général, je ne suis pour rien dans ce qui vient de se passer », avoua Jack d’un air désolé, il tendit la main vers la pyramide qui se ralluma. L’homme réapparut mais ne bougea pas.
    « Ne bougez plus Jack, il essaie peut-être de communiquer, conseilla Carter.
    - C’est merveilleux, une autre technologie, une autre civilisation, » murmura Daniel pour lui-même.
    Dages regardait la scène avec amusement, l’excitation simple et désintéressée de la découverte qu’éprouvait le docteur Jackson le décida. Il fit de nouveau le mouvement de la main vers le cube qui prit la parole pour délivrer un message qu’il avait entendu maintes et maintes fois sur Yavin 4 avant de partir en mission.
    « Maître Dages, les récentes découvertes en ce qui concerne les perturbations gravifiques dans l’amas de Kosha prouverait l’existence d’une puissance peu commune dans la Force. Etant un de nos meilleurs éléments dans le conseil, et étant donné que vous n’avez pas d’apprenti sous votre responsabilité, nous avons décidé de vous envoyer là-bas. Trouvez la source des perturbations et la paix intérieure en vous… Que la Force soit avec vous ! À jamais… »
    Etrange message en vérité, un simple Jedi noir avait perturbé l’amas ? Peu probable en vérité songeait le jeune homme. Serait ce lié à cette partie de la galaxie encore inconnue ? Les réponses viendront.
    Les autres personnes présentes étaient épatées. Jack sourit à Teal’c en disant :
    « Tu me dois un MacDo »
    - Colonel je vous pris de rester sérieux.
    - Oui mon Général.
    - Jack, le cube ne s’est pas activé tout seul et je doute que vous soyez l’origine du phénomène, expliqua Daniel, j’ai découvert l’objet en plein combat, il est apparu sous mes yeux. Quelqu’un nous fait peut être passer un message.
    - La Tok’ra souhaite que cette fois-ci, vous les teniez plus au courant de l’avancement de vos recherches en ce qui concerne cet objet. J’essaie de reconstruire notre alliance perdue sans l’accord du Haut Conseil…
    - Jacob, mon ami, cette discussion n’a pas lieu d’être ici, nous en parlerons dans mon bureau, coupa Hammond gentiment. Docteur Jackson, continuez vos recherches sur les écritures Jedi, je n’arrive pas encore à croire ce que je dis… Major, essayez de remettre l’objet en marche. Le Colonel et Teal’c se rendront sur la planète, avec les nouvelles armes du Major Carter pour en finir avec les supersoldats. Bon, je crois qu’on s’est tout dit… Rompez.
    Tout le monde sortit de la pièce sauf Hammond et Jacob qui se mirent à discuter vivement sur la conduite à tenir par rapport au Tok’ra.


    Daniel entra dans son bureau et se mit sur son ordinateur. Après quelques minutes de recherche sur le net, il découvrit la police d’écriture jedi et l’installa. Le travail ne faisait que commencer. Il partit se chercher une tasse de café pour se donner de l’énergie après difficile mais surnaturelle. Samantha, dans la même pièce, étudiait les radiations et d’autres données qu’aucun profane n’aurait pu comprendre l’utilité.
    Teal’c et O’neil se préparait dans la salle d’embarquement, les nouvelles armes anti-supersoldat au poignet. Dages les suivait, invisible.
    « Chevron un enclenché ! »
    La roue se mit à tourner, cherchant le bon symbole. Le Jedi tâta de la main son manche de sabrelaser.
    « …Chevron sept enclenché ! Ouverture de la Porte ! »
    Les trois hommes se dirigèrent vers le vortex et disparurent. Trois formes humaines troublaient l’aspect liquide du disque de lumière mais personne ne s’en rendit compte.


    Anubis s’assit doucement sur son siège, écartant minutieusement les pans de son manteau noir et pourpre. Il était en fureur : son primas, tête tranchée, irrécupérable, même avec la technologie Goa’uld, gisait devant lui. Sa voix grave et sombre résonna dans la pièce.
    « Ainsi, un pilote entre dans notre espace, détruit un chasseur de la mort d’une seule salve, tue deux de mes supersoldat et assomme les deux autres pour finir par décapiter mon primas, tout cela en même temps. Cela dépasse l’entendement. Viens !
    - Me voici seigneur, fit l’homme qui s’agenouilla devant le Maître Goa’uld. Son visage n’avait pas la marque d’un seigneur Goa’uld, il était balafré du front à la bouche en passant par-dessus un œil bionique.
    - Luma, tu deviens ici même, mon primas. Tu as su faire des preuves, ne me déçois pas. Débarrasse-nous de ce… Jedi.
    - Ce sera un grand honneur, mon Maître, enfin nous nous ferons connaître des Jedi, enfin nous aurons notre vengeance.
    - Va ! »
    L’homme sortit la tête haute, la lance serpent dans la main droite. La porte se ferma derrière lui en sifflant.
    « Maintenant, voyons voir ce chasseur.
    - Seigneur Anubis, fit un ingénieur Goa’uld, il est en très mauvais état, il semble que l’impact du bombardement est enclenché une sorte d’autodestruction, si les données du moniteur de champ subspatial est hors service, par contre nous avons pu récupérer un canon laser. Nous l’étudions en ce moment même.
    - Bien, faîtes vite.
    - Nous faisons tout notre possible. »
    Anubis se leva de son siège et se mit au balcon de la pièce qui surplombait une grande salle où des centaines de supersoldat était formé. Il marchait tous au pas, telle une immense armée bien formée et entraînée, prête à partir au combat.
    « Mes enfants… », murmura Anubis, alors que son visage était toujours caché derrière ce masque infernal.


    En arrivant sur la planète, O’neil et Teal’c se mirent chacun à couvert de chaque côté de la Porte, au cas où les supersoldats serait là. Personne. Dages rejoignit les buissons et se reposa un peu, perturbé l’esprit de tant de personnes à la fois et pendant autant de temps était épuisant. Il se mit à genoux dans le sable, s’asseyant sur ses talons, les mains sur les cuisses. Il inspira longuement et se reposa ainsi.
    « Je crois qu’on devrait rester prudent O’neil.
    - Entièrement d’accord Teal’c, on ne sait pas s’ils nous guettent.
    La porte se referma et aucun bruit ne filtra, seul une brise légère faisait remuer doucement les feuilles des arbres de l’oasis. Jack avança de quelques centaines de mètres et vit un impact de bombardement. Un trou formait un cratère de plusieurs mètres. Le sable était noirci par l’intensité de l’explosion. O’neil remarqua des endroit où le sabre avait fondu, non loin du cratère, comme des sortes de traits tirés au crayon, traçait des lignes noires dans le sable chaud. Des bouts d’armure gisaient encore.
    Teal’c constata les dégâts et fit le tour du trou. Dans le sable, il vit une plaque de tôle, enfoui sous quelques centimètres de sable, un coin seulement dépassait.
    « O’neil, venez voir. »
    Le Colonel le rejoignit en quelques enjambées et l’aida à sortir la longue tôle de sous le sable. Elle mesurait plus de deux mètres et l’impact l’avait tordu par endroits. Quand elle fut dégagée, ils virent quelques composant électronique.
    « Ca c’est pour Carter…, soupira Jack
    - Et ça pour Daniel », ajouta le Jaffa en montrant l’autre face de la tôle où une ancre rouge était encore facilement reconnaissable.


    Dages ouvrit les yeux, frais et dispos. Il sonda les alentours et se rapprocha du duo discrètement. Il les regardait en train de s’interroger sur la conduite à tenir. Quand un de ses sens le mit en alerte. Il plongea au sol juste pour éviter une rafale de tirs de plasma venant de derrière lui, plus loin vers la gauche. Il mis la main à son sabre et se retourna pour voir les deux soldats arriver vers lui en courant de leur pas lourd. Maintenant dans son dos, il entendait O’neil crier ses ordres au Jaffa. Ca y est, ils vont me découvrir, qu’importe, songea-t-il. Et il activa son sabre.


    Les tirs de plasma passèrent à deux mètres devant le duo qui se mis à couvert dans le cratère. O’neil sortit la tête du trou pour voir qui était les adversaires. Les deux gardes étaient en train de courir, à cinquante mètre derrière une proie qu’il ne voyait pas à travers les fourrés.
    Il se mit à leur tirer dessus avec son arme, le premier tir fit mouche et le garde mit un genou à terre. Teal’c aussi fit mouche et le garde réagit de la même façon, étourdi. Alors que les deux hommes sortaient de leur cratère pour en finir, ils virent une forme sombre, avec un sabrelaser à la main courir vers les deux créatures qui commençaient à se relever.
    « C’est lui, restons sur nos gardes. »
    Les deux créatures tentèrent de se défendre avec les bras ou les tibias mais c’était inutile, la lame, tornade folle, bougeait en tous sens, parant les tirs de plasma tranchant un membre. O’neil et Teal’c se rapprochaient, tenant en joue la forme sombre qui s’immobilisa en regardant les deux hommes. Le jeune homme avait la capuche qui lui cachait la face. Un supersoldat était à terre. L’autre encore debout, tendant son moignon de bras dans un geste pitoyable et s’affaissa avec son compère.
    Dages désactiva son sabre quand il se rendit compte qu’il n’y avait plus de danger immédiat. Il fixa à nouveau les deux hommes, impassible. Les deux hommes relâchèrent la pression sur la gâchette et soupirèrent.
    « Alors c’est comme dans le film en fait. Wahou ! Un Jedi, s’exclama Jack
    - Chez moi, quand on rencontre quelqu’un que l’on ne connaît pas, on dit Bonjour d’abord. Quelle est la formule de politesse qui ouvre la conversation chez vous ?
    - Euh…, prononça O’neil éberlué. On va garder Bonjour… Alors bonjour Maître Dages. Je suis le Colonel…
    - O’neil et voici Teal’c le Jaffa, coupa Dages, je vous connais.
    - On est connu chez les Jedi ? Hé hé c’est sympa, les twi-… twi-leks existent alors ?
    - Bien entendu. Mais je vous connais car je vous ai suivi dans votre base par le cercle que vous appelez Porte des Etoiles. J’ai troublé vos esprits pour que vous ne me détectiez pas.
    - Troubler nos esprits ? Par quel prodige ?
    - Mhmm, un Jedi, ce n’est pas qu’un homme avec un sabrelaser, c’est aussi ceci.
    Il rangea son sabre à sa ceinture et tendit doucement la main. Les armes anti-supersoldats s’envolèrent et atterrirent dans sa main. Il les fit voler autour de lui quelques secondes puis les rendit à leur propriétaires ébahis.
    « Il faudra que vous m’appreniez un jour, commenta O’neil d’un air grave, venez à la base, vous n’avez rien à craindre de nous. Au contraire, une alliance serait la bienvenue. Nous avons des petits problèmes en ce moment.
    - Je vous suis, répondit le Jedi qui marqua brusquement un temps d’arrêt, attendez…, il inspira profondément et fronça les sourcils puis se calma et repris la marche vers la Porte, c’est bon allons-y. »
    - Dark Vador rôde ? ironisa O’neil.
    - Dark Vador est mort depuis plus de trente de mes années. Je ne l’ai pas connu. Son fils par contre est toujours vivant. Lui aussi il est papa maintenant, la formation de son fils Ben lui prend du temps. Depuis que nous avons repoussé les Vongs, la galaxie vit dans une tranquillité relative… Mais qu’est ce que je raconte, vous ne pouvez pas comprendre.
    - Nous verrons ça plus tard, vous avez des tas de choses à nous apprendre.
    - Oui, répondit Dages qui marchait d’un bon pas en regardant quelques fois derrière lui… Beaucoup de choses…
    Derrière lui, un homme le regardait, habillé de noir, il dissimulait sa présence. Quand une mouche vient se poser sur sa pommette, il cliqua de son œil bionique pour la faire fuir.


    « Je ne comprend rien, il n’y a aucun moyen de le faire marcher, s’exaspérait Carter devant ses ordinateurs.
    - Moi aussi j’ai du mal avec les lettres, ça ne ressemble à rien de connu, enfin, à rien de Terrien, George Lucas est un extraterrestre en fait », conclut Daniel en souriant.
    Ils n’eurent pas le temps de se replonger dans leur recherche, le signal d’alarme de la porte retentit.
    « C’est le colonel et Teal’c, ils doivent avoir des informations pour revenir aussi vite, dit le Major en se levant.
    - Allons voir. »
    Ils arrivèrent au pas de course dans la salle de contrôle, le Général les attendait, un petit sourire aux lèvres. Il leur dit :
    « Ils ont une petite surprise pour nous. »
    La porte illumina le mur du fond de la salle d’embarquement, l’iris encore fermé. Le général fit un signe de tête à l’officier qui posa sa main sur un capteur. L’iris s’ouvrit dans un frottement métallique. Jack apparut suivit de O’neil et d’un homme habillé de beige un peu comme un Tok’ra mais en plus simple et avec une cape sombre.
    Carter, Daniel et le général Hammond se rendirent dans la salle encore illuminée par la porte qui se désactiva finalement. Le jeune homme regardait autour de lui d’un air habitué et salua d’un signe de tête les trois personnes. O’neil voulu faire les présentations mais Dages le devança avec un petit sourire.
    « Bonjour Major Carter, Docteur Jackson, et Général Hammond. Je suis le Maître Jedi Dages VidTin, celui dont parle l’holocron que je vous ai fait parvenir grâce à Daniel. Je suppose que vous devez vous arracher les cheveux pour le faire marcher. C’est normal. Ca ne réagit qu’à la Force.
    - B…bonjour Maître Dages, balbutia Samantha, comment vous connaissez nous ?...
    - Il est entré dans la base en même temps que nous lors de notre précédente mission, répondit Teal’c
    - Il a pour cela perturbé nos esprits pour que l’on le ne détecte pas, bien joué hein ? continua O’neil.
    - Mais le plus important est que ce grand guerrier…
    - Personne par la guerre ne devient grand…, coupa Dages d’un air pensif.
    - Ca c’est Yoda qui le dit dans l’Empire contre attaque ! recoupa Jack d’un air fier de lui, euh… enfin… voila… hum, il a tué deux supersoldats avec son sabrelaser. C’était impressionnant.
    - Comment êtes vous arrivé ici ?
    - Je ne sais pas, une perturbation gravifique du à l’utilisation de la Force d’un Jedi noir lors de mon dernier duel aérien. J’étais dans une nébuleuse, celle de l’holocron…
    - Mais alors c’était vous qui l’activiez ?
    - Bien entendu, ce n’est pas O’neil le Jedi ici. J’étais dans le coin de la pièce et je l’activai au moment où il tendait la main, sourit le jeune homme d’un air gêné.
    - Vous êtes sûr ? demanda Jack en rigolant, mince alors, je croyais que j’avais un don.
    - Pour en revenir à ma mission, j’ai été envoyé dans une sorte de mission d’éclairage dans la nébuleuse, je suis tombé sur le Jedi noir je l’ai détruit mais le duel a troublé l’endroit, aussi quand j’ai lancé l’hyperdrive, il y a eu une perturbation et c’est parti en vrille. J’ai débarqué ici, trouvé un gros croiseur qui m’a envoyé des chasseurs, j’en ai détruit un, ensuite descendu sur la planète, combattu deux gardes, tué le primas d’un certain Anubis…
    - Vous avez tué Nubal ? coupa Daniel.
    - Oui. Assez facilement d’ailleurs. Ensuite je vous ai suivit, le reste vous le connaissez… mais bon…, conclut Dages, pensif.
    - Vous avez un problème ? demanda Samantha.
    - Mhmm, sur la planète j’ai ressentit quelque chose que je ne croyais pas possible… J’ai senti le côté obscur, une présence d’un être maléfique. Comme un Jedi noir mais en plus puissant… Un Sith… Si mes sens ne m’ont pas trompé, vous devriez mieux éviter la planète.
    - C’est quoi un sith ? demanda Hammond.
    - C’est comme Dark Vador ou l’Empereur.
    - Oui c’est ça. C’est simplifié mais c’est ça.
    - Ils seraient dangereux ?
    - Mortel Général, mortel.

    ------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE TROIS : TRAHISON


    « Oui Seigneur, j’ai vu le Jedi à l’œuvre, il est puissant, les deux soldats n’ont pas tenu très longtemps. Ils sont irrécupérables, annonçait Luma d’un ton morne.
    - Tu sais ce qu’il te reste à faire. Un tel guerrier est une menace pour nous. Si en plus il s’est allié au Tori, ils auraient là un atout dans leur jeu. La recherche sur la technologie de son vaisseau avance lentement, il nous faudrait faire nos propres sabrelasers pour être à jeu égal.
    - Il a un pouvoir qui dépasse l’entendement… est il un dieu ?
    - NON ! Ce n’est pas un Goa’uld. Ce n’est rien. Une technologie cachée, trouve là et tu auras le pouvoir, enlève le, torture le… je te donne carte blanche. Si possible, fais en un hôte, il serait invincible.
    - Oui Seigneur.
    - Va !
    Luma resta assis en tailleur, pensif, il regardait les étoiles comme pour trouver les réponses à ses questions. La démonstration de Force du Jedi l’avait fortement troublée, éveillé des souvenirs douloureux car trop enfouie dans sa mémoire bouleversée. Tant de questions, si peu de réponses. Il ne se souvenait plus de son origine. Son premier regard, son premier souffle, il l’avait trouvé dans le sarcophage Goa’uld personnel d’Anubis. Une place de choix pour une destinée sans pareille.
    Le Jedi l’avait sentit, comme s’il se connaissait, comme si leur vie était liée par un lien encore inconnu, la Force… Quel blasphème pour son dieu Anubis. Simple technologie ou pure magie. D’abord, il devait se concentrer sur sa mission, le reste viendra ensuite, qui vivra verra. Il se leva et attrapa le bout de tôle du chasseur détruit. Il prit sa lance serpent et commença à travailler.


    « Mettez cette planète dans la liste noire de notre répertoire, ordonna le général.
    - Gardez la dans un coin au cas où.
    - Vous comptez y retourner ? demanda Carter.
    - Pas pour l’instant, mais j’avais une mission à accomplir. J’en ignorai le but, mais je crois que je commence à comprendre. Les Maîtres Jedi n’apprécient pas trop mes méthodes.
    - Pourquoi ? s’enquit Jack. Je les trouve très bien moi.
    - J’ai tendance à flirter sur la corde raide.
    - Le côté obscur, tenta Teal’c
    - Précisément. Pour le débarrasser, lors du premier combat, de deux des soldats, j’ai utilisé la foudre.
    - Comme l’Empereur, annonça Jack en claquant les doigts.
    - Ou le comte Dooku, ajouta le Jaffa
    - Vous connaissez bien l’histoire du reste de la galaxie je suis impressionné, avoua Dages.
    - Hem, vous pourriez traduire les écritures du cube ? demanda Daniel.
    - Bien sur, mais ce n’est pas important, il est parlé de moi et de ma mission. C’est juste des détails.
    - Ah… bon tant pis.
    - Vous vouliez des choses qui concernent mon histoire, n’est ce pas ?
    - C’est mon travail
    - Et votre passion. C’est votre amour du travail qui m’a convaincu à activer l’holocron, vous agissez de manière désintéressée, je sens une certaine tristesse en vous qui vous freine parfois. Vous avez eu accès à un grand pouvoir aussi. Peut être pourrais-je vous enseigner les voies de la Force.
    - Hey ! Et moi alors ? » pleurnicha le Colonel
    Dages sourit en regardant le Colonel.
    « Votre pouvoir est ailleurs. »


    Quelque part dans un bureau sombre, à Washington, un homme d’environ cinquante ans, assis sur un fauteuil confortable, fait face à un homme en treillis, sans doute un officier de l’armée. Sur son épaule, on voit le signe de l’armée de l’air.
    « Un jedi ? Murmure le premier, vous êtes sur de ce que vous avancez ?
    - je l’ai vu à l’œuvre, il se rend invisible. Il a un sabrelaser.
    - Vous l’avez vu activé ?
    - Non, mais il a tué plusieurs Goa’uld avec… ces supersoldats invincibles aux balles et à l’énergie.
    - Bien, continuez vos recherches. Je vous contacterais plus tard.
    - Oui Monsieur le sénateur.
    - Chut ! Pas ici.
    - Oui monsieur.
    - Allez ! Au travail. »
    Le jeune homme sort de la pièce, l’autre reste assis, il pose sa main dans un tiroir et en sort un cigare, il l’allume et se cale dans son fauteuil d’un air pensif. La lumière s’éteint et la pièce se retrouve complètement dans l’obscurité. On entend un bruit de frottement de cuir et une porte qui s’ouvre. Des pas dans le couloir… Une voix rauque qui prononce ses mots.
    « Sénateur, tsss, Dark Kinsey, oui ça donnera bien… Hahaha. »


    Dans le laboratoire de Carter, Dages explique le fonctionnement du sabrelaser à Carter. Daniel finit de répertorier les règles grammaticales de langage Jedi. Teal’c regardait le sabrelaser avec respect. Jack faisait du yo-yo.
    « Maître Dages ? J’aimerai faire un duel avec vous au sabre, dit Teal’c avec simplicité.
    - Un duel au sabre ? Ce n’est pas si facile, la maîtrise du sabre demande la maîtrise de la Force.
    - C’est juste pour savoir ce que cela fait. Après tout, on ne connaît quelqu’un qu’en le combattant.
    - Matrix deux ! sursauta Jack qui se tue aussitôt en comprenant que tout le monde le regarde d’un air désolé.
    - Mhmm pourquoi pas ? accepte le jeune homme aux yeux verts.
    Le Colonel se leva brusquement, réjoui à l’idée de voir un peu d’action. Teal’c se mit devant Dages et s’inclina, il tendit la main ensuite. Le Jedi posa un sabrelaser qu’il avait sorti de sa manche.
    « Vous en avez beaucoup de sabrelasers ? demanda O’neil d’un air intéressé.
    - Deux seulement.
    - Ha ok. En cas de perte…
    - Plutôt pour faire un doublesabre.
    - Comme Dark Maul ? Hoho.
    - Vous connaissez vraiment notre histoire, c’est sympathique. Bon, se tournant vers Teal’c. Pour activer, vous poussez le bouton noir. Allez-y prudemment. »
    Une lame bleue jaillit dans un sifflement. Daniel et Sam arrêtèrent leur travail pour regarder la lueur quasi hypnotique de la lame pure. Jack, lui, était déjà fasciné par le vrombissement sourd de la lame.
    « Bien, suivez moi dans la salle d’embarquement, il s’agit de ne pas faire de dégâts, proposa Dages.
    - Je prend les paris, avertit le Colonel.
    Daniel et Samantha suivaient derrière en souriant. Dans le couloir, les soldats se retournaient en ouvrant des yeux ronds devant le géant avec le sabre bleu activé. Jack se mit à douter, le Général allait avoir une attaque en voyant Teal’c et Dages se battre.
    En arrivant dans la salle, l’iris était fermé, le Jaffa se mit d’un côté de la salle, le Jedi de l’autre. En haut, le Général Hammond, en effet, demanda des explications dans l’interphone qui communiquait avec la salle d’embarquement. Jack se mordit les lèvres, mais Dages, malicieux prononça les paroles suivantes en les accompagnant d’un mouvement de la main.
    « Vous ne voyez aucun inconvénient à ce que je partage mes connaissances au combat avec un guerrier comme Teal’c.
    - Je ne voie aucun inconvénient à ce que vous partagiez vos connaissances au combat avec un guerrier comme Teal’c. Mais soyez prudents », répéta Hammond.
    Carter fronça les sourcils en voyant l’efficacité de la persuasion Jedi. Jack se remordit les lèvres mais cette fois pour ne pas rire. Daniel rajusta ses lunettes et se prépara à regarder le duel, convaincu de l’utilité de comprendre les mœurs des cultures étrangères. Teal’c resta impassible, en bon guerrier, il préparait son esprit au combat. Il assura sa prise et attendit que Dages en fasse autant. Il désactiva la lame puis la ralluma. Le Major regardait la chose avec intensité.
    Le Maître Jedi activa son propre sabre dans un mouvement théâtral. Puis, faisant un pas en avant, invita Teal’c à attaquer le premier. Le Jaffa ne se fit pas prier et frappa d’estoc, Dages mis sa lame pour parer le coup. Les lames s’entrechoquèrent et le duel commença. Le guerrier frappait de tout côtés, variant la vitesse de ses attaques et l’endroit du corps visé. Il restait campé sur ses jambes, comme une statue, il se mit ensuite à marcher autour de Dages qui parait les coups ou les esquivait avec une simplicité déconcertante.
    Teal’c s’abaissa brusquement et tenta de faucher les jambes du Maître qui sauta pour esquiver. Et le combat continua, Dages cette fois-ci attaquait. En haut en bas, de taille et d’estoc, tentant de repousser Teal’c qui se retrouva contre un mur. Les lames s’entrechoquèrent et Teal’c repoussa le Jedi d’un coup de coude. Il fit tourner le sabre sur son poignet et repartit à l’attaque. Le jeune homme recula, tourna le dos à Teal’c et passa dans son dos, en marchant sur les murs comme si c’était le sol même. Teal’c se retourna et constata que la lame de son adversaire d’un jour frôlait son coup de quelques centimètres.
    « Restons-en là, vous êtes un vrai guerrier », annonça Dages d’un ton sans réplique. Visiblement, le fait d’avoir utilisé la Force pour influencer le Général le tourmentait. Il désactiva son sabrelaser et attrapa le sabre que Teal’c lui tendait d’un air respectueux.

    Dans la salle de sécurité, un jeune soldat regardait la scène avec intérêt. Il appuya sur la touche ‘eject’ du magnétoscope et enleva la cassette qu’il mit dans sa poche. Il se rassit et se tint la tête en regardant la suite, un sourire aux lèvres.

    Carter tenait une ampoule dans sa main. Dages tendit la main, des éclairs jaillirent et touchèrent l’ampoule qui s’illumina. Carter lâcha l’ampoule vivement en poussant un petit cri.
    « Désolé, mais il y a toujours un ampérage minimum. »
    L’ampoule flottait dans les airs, soutenue par la Force et énergisé par les éclairs. Le Jedi posa l’ampoule et attendit l’exercice suivant. Depuis quelques minutes avait décidé de répertorier les pouvoirs Jedi.
    « Que pouvez vous faire d’autres ?
    - Sauter haut, courir vite, me guérir, absorber les chocs…
    - Ok, alors nous avons du travail. »


    Même salle que précédemment, le sénateur Kinsey visionnait la cassette que lui avait donné l’officier. Vivement intéressé par les prouesses du jeune homme, il fumait son cigare avec la plus intense des satisfactions.
    « Votre participation sera récompensé.
    - Merci.
    - On passe à la deuxième partie du plan.
    - Euh… Bien sénateur.
    - Vous avez peur ? Allons, créer une diversion et assommez-le. Ensuite, amenez-le moi. J’ai des arguments qu’il ne saura refuser. Imaginez un Jedi qui travaille pour nous. Nous serions l’organisation la plus puissante de la Terre. Personne ne nous résisterait.
    - Oui sénateur.
    - Silence, faites votre boulot et avec discrétion.
    Comme la première fois, le jeune homme sortit, la lumière qui passait par la porte illumina rapidement le visage assombri du sénateur ambitieux.


    Dages se retira dans sa chambre à la fin de la journée. Ces terriens étaient sympathiques. Il s‘assit sur ses talons comme il le faisait à chaque fois lorsqu’il voulait méditer. Il coupa sa respiration et attendit plusieurs minutes puis il repris son souffle. Il fit léviter de petits objets puis il se coucha. Alors qu’il fermait les yeux, il vit clairement un homme dans un désert, habillé comme un militaire, qui portait un sabrelaser rouge et jaune, il marchait vers un cercle de lumière, la Porte des Etoiles, un homme habillé de noir en sortit, une longue robe noir avec une capuche noire imposante. Il enleva sa capuche et derrière son masque étrange, il découvrit un visage d’homme âgé, un humain, un terrien…
    Il n’y a pas de passion, il n’y a que la sérénité.


    Le lendemain, une mission fut organisée sur P3X691, la fameuse planète. Dages était invité. Il accepta la faveur avec un intérêt non dissimulé et partit avec le groupe. Arrivé sur place, ils se rendirent compte que rien n’avait changé. Le Jedi fit la grimace, toujours cette même impression de malaise. Ils rejoignirent l’endroit où le chasseur avait disparu. La plaque de tôle avait disparu, la sensation de malaise grandissait. L’air fraîchi brusquement s’assombrit. Il n’y avait pas un nuage dans le ciel. Le Colonel regarda rapidement vers le soleil.
    « On a droit à une petite éclipse les amis.
    - Mettez vous à couvert ! conseilla Dages
    - Mais non c’est pas dangereux pour la santé, vous avez pas ça dans votre galaxie, il y a pas de lune chez vous ?
    - Ici non plus mon Colonel, répliqua Carter en suivant Dages d’un air inquiet.
    - Je vois. »
    Le groupe se mit à couvert et attendit quelques secondes. Quelques minutes plus tard, des cargos débarquèrent, le vaisseau mère se posa sur une dune à un kilomètre de l’oasis. Des groupes de supersoldats sortirent par dizaines. Alignés comme à la parade. Un homme sortit de la forêt, cinq cent mètres à gauche, il portait une cape noire aussi, son œil gauche brillait au soleil.
    Il rejoignit les groupes de supersoldats en désignant la forêt de l’oasis. Ces derniers se mirent à courir vers les bords de la clairière.
    « On va avoir du mal s’en sortir, songea Jack.
    - Oui, je suis bien d’accord, répondit Dages par télépathie.
    - Tu lis mes pensées
    - Bien sur, alors, tu vois la chose comment ?
    - Le combat va être rude. Tu peux en tuer combien ?
    - La moitié environ.
    - La discussion me semble le meilleur parti, conseilla Daniel
    - Toi aussi tu lis les pensées ?
    - Non, Dages m’a invité à la discussion.
    - Moi aussi, dirent en chœur Teal’c et Samantha.
    - Bon, on en massacre un maximum et on se rend.
    - C’est suicidaire, contra Daniel
    - Bah, Dages peut en tuer la moitié, on a nos armes spéciales.
    - Mhmm, réfléchit le Jedi.
    - Dages ?
    - Je sens le danger, la mort et la peur… susurra Dages.
    - C’est bon pour nous ou pas.
    - A votre avis Jack ?
    - Ok c’est mauvais, conclut le Colonel. Donc le Maître Dages se met invisible et nous on se rend, puis il nous suit et nous libère, on se débarrasse du croiseur et on revient ici.
    - Problème ! S’ils ne me voient pas, ils vous tueront.
    - C’est bon à savoir. »
    Alors qu’ils parlaient, ils voyaient les gardes approcher peu à peu de leur position. Une voix retentit derrière eux.
    « Debout, posez vos armes, vous aussi, Jedi. Sinon, nous abattons tout le monde. »
    Les gardes avertis par leurs collègues encerclèrent le groupe et les mirent en joue. Ils les emmenèrent au milieu de la clairière. L’homme balafré regardait le groupe approcher. Ils s’avança un peu et dit d’une voix forte :
    « Je suis Luma, primas d’Anubis. Vous êtes mes prisonniers.
    - Ca se recycle rapidement les primas quand il y a un Jedi dans les environs, n’est ce pas ?
    - Colonel O’neil, je présume. Oui en effet, la mort de Nubal par ce blasphème Jedi est un crime terrible, il sera le premier torturé et le premier exécuté », il termina sa phrase en regardant le Jedi droit dans les yeux.
    Un garde poussa Dages en avant. Ce dernier fronça les sourcils et ferma les yeux. Le garde qui l’avait poussé recula en se tenant la gorge. Luma pencha la tête sur le côté en regardant le garde vaciller en cherchant de l’air, puis tomber à genoux et s’effondrer. Les soldats se préparèrent à tirer mais Luma secoua la tête, visiblement troublé.
    « Dages, c’est pas le côté obscur d’étrangler les gens à distance ? S’enquit O’neil.
    - Chut ! Luma est étrange, j’ai du mal à le sonder.
    - Je veux dire, c’est un truc à la Dark Vador ! C’est interdit chez les Jedi non ?
    - Dark Vador ? murmura Luma, emmenez-les dans le croiseur. On repart en orbite. Je dois parler au seigneur Anubis.
    Les gardes obéirent et ramassèrent le cadavre de leurs compagnons. Le vaisseau décolla et des anneaux entourèrent les quatre amis et le Jedi. Ils se retrouvèrent dans une grande salle où une cinquantaine de gardes attendaient le groupe. Luma s’approcha de l’équipe, il était arrivé avec un cargo. Les quatre membres du SGC regardaient de tout côtés, observant attentivement l’énorme armée qui les entourait. Dages, les bras le long du corps, observait l’homme en noir qui s’approchait.
    « Maintenant, nous pouvons commencer, dit-il simplement d’une voix rauque, Maître Dages, vous aideriez un vieil ami, n’est ce pas ? Hem, Dark Luma est de retour. »
    En finissant sa phrase, il écarta le pan gauche de sa cape noire, à sa ceinture pendait un long cylindre argenté d’environ soixante centimètres de long. Dans sa main droite, il tenait le sabre de Dages.


    ----------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 4 : REVELATIONS


    « Nous n’avons pas de nouvelle d’eux mon Général. Ils n’ont pas fait leur rapport depuis qu’ils sont partis.
    - Nous leur avions bien demandé de faire un rapport toutes les heures.
    - Oui mon Général.
    - Mhmm, attendons alors. Ce n’est pas la première fois.
    - Vous avez confiance en le Jedi ?
    - Il est trop tôt pour se prononcer, ses méthodes diffèrent de celle de Teal’c, qui, lui, nous soutiens à cent pour cent.
    - Il a perturbé votre esprit…
    - Je sais… », soupira Hammond.


    SG1 patientait dans une cellule. Cela faisait deux heures que le Maître Jedi était partit, emmené par des soldats. Jack se demandait pourquoi il n’avait envoyé sur le carreau les supergardes d’Anubis. Teal’c restait debout, face à la grille qui condamnait la sortie. De l’autre côté, quatre supersoldats attendaient les ordres. Daniel, assis contre un mur, réfléchissait. Carter attendait elle aussi.
    « Pourquoi il ne s’est pas débarrassé d’eux ? Explosa le Colonel.
    - Il me semble que Luma est plus qu’un Goa’uld, répondit le Jaffa d’un air morne.
    - Vous croyez que c’est un Jedi noir ? dit Sam.
    - Qu’est ce qu’il viendrait faire ici ? demanda O’neil.
    - Je ne sais pas, mais il semble avoir un certain contrôle de son symbiote. Il ne parlait pas d’une voix étrange. Ses yeux n’ont pas brillé, nota le docteur Jackson.
    - Dages VidTin nous en apprendra plus quand il reviendra.
    - Si jamais il revient, murmura Jack


    « Qui suis-je ? Hurla Luma, mon esprit s’est embrouillé quand je t’ai vu faire voler les armes des Tori, tu as un pouvoir qui m’appartient sans aucun doute.
    - Tu…, réfléchis Dages. Tu n’es pas ce que tu crois. Les Goa’uld ne sont pas des dieux, seulement des sortes de serpents qui régénèrent l’énergie de leur hôte grâce à la symbiose.
    - La symbiose… Mensonge, si tu verrais mon seigneur Anubis, tu comprendrais que tes pouvoirs ne sont rien.
    Le jeune Jedi ferma les yeux, concentrant en lui tout les rayons de la Force, se laissant envahir par cette puissance. Il avait une chance de s’en sortir, il lui fallait prendre le contrôle de cet esprit dément qui lui faisait face. Il trembla légèrement les lèvres. Sa peau se mit à le picoter alors qu’il laissait cette sensation l’envahir. Le Maître se mit à parler d’une voix calme, mais c’était un tonnerre dans la Force.
    « Ton nom n’est pas Luma, tu es un Jedi, je sens la Force en toi. Si seulement tu abandonnais la voix de la haine et de la colère… Ton symbiote trouble tes sentiments.
    - Non ! Justement ! Je contrôle mon symbiote, je ne suis pas son esclave. Je suis le Maître, il me régénère quand je lui demande. Il sait que je suis le plus fort.
    - Et il trouble ton esprit pour tenter de garder le contrôle.
    - Tu n’y connais rien, Jeedaï !
    - Houlà.
    La discussion était âpre, Dages, collé à un mur gravifique, les bras en croix, parlait avec Luma qui lui se tenait au milieu de la pièce circulaire. Les sens du jeune homme ne l’avait pas trompé, Luma n’était pas vraiment un Goa’uld, ni un Jedi noir. Mais les deux. Associant les pouvoirs des Sith au pouvoirs auto régénérant de la larve goa’uld qui l’habitait. Terrible pacte du Diable.
    « Je vais régner sur cette partie de la galaxie. Anubis n’est qu’un faible.
    - Tu n’as pas de formation Jedi.
    - Qu’importe.
    - Tu mourras à coup sur.
    - Faux ! Je suis immortel grâce au symbiote et à la Force.
    - Tu ne la maîtrise qu’inconsciemment.
    - C’est la ma force…
    - Et ta faiblesse.
    - Tu crois avoir réponse à tout. Voyons si tu es loquace à propos de tes amis. Quand tu auras parlé, je sèmerais le Chaos !
    - Il n’y a pas de chaos, il n’y a que l’harmonie.
    - C’est un proverbe du credo Jedi
    - Ta mémoire n’est pas si effacée.
    - Je te l’ai dit, tu vas m’aider à vaincre le monde.
    - Je vais d’abord t’aider à vaincre le côté obscur.
    - On verra, hahaha. Revenons-en au Tori. Je vais te poser LA question que tout les goa’uld se pose. Le code de l’iris…
    - C’est tout ? Hum, je ne le connais pas.
    - Les Tori disent tous ça. Voyons voir. »
    Le jedi noir sortit cinq minutes puis revint avec une valise qu’il ouvrit, à l’intérieur, de petites fioles sont couchées à côté de couteau à la lame tranchante. Il prit une petite bouteille contenant un liquide jaune. Il la déboucha sans quitter le prisonnier des yeux et tendit la main. La fiole était parallèle au mur. Alors qu’il tendait la main, le liquide se colla à la partie de la fiole qui était vers le mur. Il baissa le poignet et une goutte d’acide tomba sur le Jedi. Dages ferma les yeux, la persuasion Jedi n’avait pas été très efficace. Mais la télékinésie… Il captura la goutte dans la Force, la faisant léviter pour ne pas qu’elle tombe sur lui.
    « Tu es rapide, mais es-tu résistant ? »
    Disant ses mots, il se mit à secouer la bouteille qui déversa des milliers de gouttes. Le Jedi les arrêta toutes.
    « Maintenant, on va voir combien de temps tu va les empêcher de tomber, sourit Luma qui se tourna vers un Jaffa, augmentez progressivement la puissance gravitationnelle du mur. »
    L’acide formait maintenant une flaque flottante, le Jaffa ouvrit les yeux en voyant que le Jedi perturbait la gravitation. Ce dernie

    vendredi 22 octobre 2004 - 17:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dages

    Dages

    297 Crédits

    ... commençait à avoir du mal, il avait l’impression que son corps était collé, paralysé, ses organes soudés au mur. Mais s’il se relâchait, il mourrait.
    « J’oubliais les couteaux, quelle maladresse. Hahaha ! »
    Il tendit un couteau qui resta en suspens quelques secondes avant de traverser l’acide qui le rongea en quelques dixièmes de secondes.
    « Waw ! On se relâche jedi ? Vous voyez maintenant l’effet de l’acide. Quand vous n’aurez plus de Force pour le retenir, cela vous tuera en quelques secondes. Alors ? Vous avez peur ? Je suis sur que vous n’êtes jamais passé aussi prêt de la mort qu’aujourd’hui.
    - Vous verrez que je suis plein de surprises.
    - Je n’en doute pas. Alors ce code ? Votre subconscient connaît parfaitement ce code. Vous ne devriez avoir aucun problème pour fouiller cette zone si secrète de votre cerveau.
    - Hum. »
    Le Jedi noir avait parfaitement raison, il ne tiendrait pas longtemps. Un deuxième couteau fut lancé et fondit de la même façon que son prédécesseur. La flaque rétrécit, l’acide faisant son effet.
    « Vous n’êtes pas bête. Cette acide n’est pas permanent comme certain mais il est puissant. »
    Le couteau s’envolèrent de la valise et disparurent dans la flaque qui se rétrécit. Luma fronça les sourcils et attrapa une fiole rouge.
    « Vous l’aurez voulu. »
    La caisse s’envola dans la flaque d’acide qui rongea le tout, il ne resta qu’une goutte ou deux du liquide mortel. Dages haletait. Le Jedi noir jubilait.
    « Vous avez usé beaucoup de vos forces. C’est dommage pour vous. »
    Il versa le liquide rouge. Le Jedi ferma la yeux et fit léviter le Jedi noir, il lui fit tourner le dos, sa cape se tendit vers la flaque et disparut dedans. De la fumée acre emplit l’air de la pièce. La flaque rouge ne subit aucun dommage, la cape du Jedi noir lui arrivait dans le bas du dos.
    « Saleté de Force ! Vous allez me le payer, grogna Luma en s’agrippant au mur opposé, mettez la gravité au maximum ! »
    Dages poussa un cri puis serra les dents. Il avait l’impression que ses yeux lui rentrait dans les orbites. Une migraine germa dans son cerveau. Dans un ultime effort, il sépara la flaque en deux et l’écarta de lui de part et d’autres. Elle se colla au mur mais le liquide se rapprocha du jedi. Le point gravitationnel devait être dans son dos. Il avait quelques secondes pour reprendre son souffle. Il captura l’acide et la plaça devant lui. Le Jedi avait une idée. Le liquide se trouvait à une dizaine de centimètres de son visage. Luma se remit au milieu de la pièce. La gravité s’était configurée pour ne pas englober toute la pièce. Il attendit en souriant. Les poings sur hanche, il découvrait les deux sabres sur sa hanche gauche.
    « Le long sabre… c’est du double. Comment avez-vous fait ?
    - J’ai donné libre cours à mon imagination, c’est peut-être ça la Force.
    - Il marche ?
    - Nous verrons ça lors de notre prochaine séance de… discussion.
    - On va tester tout de suite plutôt. »
    Dages ferma les yeux, se laissant couler dans le flux infini de la Force. Le sabre simple s’envola en s’activant dans un sifflement. Il tourna sur lui-même et frappa l’acide qui se mit à fondre contre le laser. La lame frappa ensuite en diagonale dans le mur derrière le Jedi. Des éclairs apparurent. Le Jedi se convulsa puis tomba au sol. Le puit gravitationnel était détruit.
    « Non ! » Cria Luma en activant son doublesabre qui illumina son visage d’une lueur rouge sang.
    Les sabres s’entrechoquèrent dans une gerbe d’étincelles.


    Teal’c leva un sourcil quand il entendit quelque chose rouler sur le sol. Un petit cylindre argenté toucha son pied et s’arrêta. Le sabre bleu. Il se baissa vivement et le cacha dans son dos. Jack se leva vivement, suivit de Daniel et Sam. Le jaffa se tenait immobile devant la porte. Les supersoldats avait été remplacé par de simples Jaffa.
    « Frères ! Ne restez pas ainsi ! Rebellez vous contre la tyrannie de votre faux dieu.
    - Silence Sholva !
    - Frères, vous devez nous aider ou mourir.
    - Et comment compte tu nous tuer, dis un des gardes en approchant son visage de la grille.
    - Ainsi soit il », gronda Teal’c.
    Il activa la lame bleue, le garde jaffa n’eut pas le temps de se reculer, le laser lui transperça la tête au niveau du symbole d’Anubis. En deux coups, les grilles se retrouvèrent au sol. Le second Jaffa pris la fuite, le géant lança le sabre qui se planta et traversa de part en part le dos du jaffa. Les autres membres de l’équipe récupèrent les zat que les gardes portaient à la ceinture. Ils se regroupèrent au bout du couloir.
    « Carter et Daniel, salle des machines ! Teal’c et moi, on va chercher Dages.
    - Oui mon Colonel.
    - D’accord Jack.
    - Je vous suis O’neil.
    - J’aime quand ça marche comme ça », sourit Jack en partant dans un couloir en faisant signe à Teal’c de lui suivre.
    Daniel et Sam partirent dans une autre direction alors que le pas militaire des gardes d’Anubis se faisait entendre de plus en plus fort.


    Anubis regardait par la verrière les couleurs chatoyantes de l’hyperespace. Depuis que son primas lui avait annoncé la capture des membres du groupe SG1, il se languissait de les voir et de leur extirper leurs secrets. Sa flotte entière était avec lui : une trentaine de croiseur, le vaisseau mère d’Anubis et des milliers de chasseurs de la mort qui attendaient de pouvoir décoller en cas d’embuscade.
    Il revint s’asseoir et attendit. Son masque étrange reflétait la faible lumière qui l’entourait d’une manière lugubre. La capture du Jedi serait aussi un sujet d’intérêt. Le pouvoir de la Force serait très utile pour se débarrasser de certains…


    Les sabres vrombissant se heurtaient à toute vitesse. Luma avait eu l’occasion de s’entraîner, il maniait l’arme avec habilité et souplesse. Le Jedi restait calme et enchaînait coups rapides et coups puissants pour déstabiliser son adversaire. Il sauta par-dessus Luma et tenta de le transpercer mais son adversaire esquiva puis contre-attaqua en frappant des deux côtés de son sabrelaser.
    C’était une vraie danse de la mort. Celui qui échouerait, trahirait ses émotions ou ses pensées serait battu et tué. Les deux antagonistes ne sourcillaient pas et ne cédait pas un pouce de terrain. Le Jedi noir tendit sa main gantée d’un gant goa’uld. La lumière se distordit et Dages fut expulsé contre le mur, qui s’ouvrit car c’était la porte, laissant place à un couloir ou des gardes jaffa et des supersoldats accourraient.
    Le Jedi roula sur le côté et tourna sur lui-même. Il était pris en tenaille. D’un côté, Luma et son double sabre, de l’autre une dizaines de gardes prêt à tirer. Le Jedi noir sourit et posa la main sur son poignet, un bouclier orange l’entoura. Il leva les yeux sur le Maître Jedi qui lui tourna le dos pour faire face aux gardes qui se mirent à tirer.
    Dages s’accroupit et dévia deux tirs vers un Jaffa qui s’écroula. Il fallait se débarrasser des Jaffa en premier, pour se faciliter la tâche. Encore une rafale et deux Jaffa tombèrent. Le Jedi attira un super soldat à lui et lui planta le sabre dans la poitrine. Le corps du soldat se couvrit d’éclair. Dages le renvoya vers ses congénères d’un mouvement. Certains, en contact avec le cadavre électrique s’effondrèrent en se convulsant.
    Soudain, des tirs de zat surgirent de derrière, Teal’c et O’neil abattirent les derniers Jaffa mais leur tirs contre les supersoldats restèrent inefficaces. Au contraire, les monstres se tournèrent vers eux et tirèrent en courant, sachant qu’ils auraient plus de résultats contre les deux hommes que contre le Jedi.
    Ce dernier se retourna mais Luma avait disparu dans un couloir sombre vers la droite. Dages coupa son sabre et s’avança dans le noir.


    Le Colonel et l’archéologue courraient à perdre haleine dans les coursives du vaisseau. Ils entendaient les pas lourds des guerriers qui les suivaient. Ils croisaient parfois des Jaffas qui succombaient aussitôt au tirs des zat. Tout en courant, Jack cria :
    « On devrait trouver l’armurerie, il nous faut nos armes spéciales. Nos zat ne servent qu’au jaffa.
    - Suivez moi O’neil, je connais mieux les croiseurs Goa’uld.
    - Ok, attention », répondit Jack en abattant un autre Jaffa.


    « Il n’y a pas grand monde sur ce croiseur, murmura Daniel.
    - J’espère que le Colonel et Teal’c n’ont pas de problème.
    - Et Dages aussi.
    - Ouais… il sait se débrouiller lui. Il a rien à craindre. Tenez, voici la salle des cristaux. C’est bizarre, il n’y a vraiment personne. »
    Une voix grave se fit entendre. Daniel se tint en arrêt.
    « C’est Luma, il ordonne à tous les gardes de rechercher le Jedi, il parle de Dages.
    - Pressons, on va dévier la puissance des boucliers et de l’armement vers les moteurs pour les faire surchauffer, ça devrait nous donner un peu de temps.
    - Un peu de temps…
    - Avant de se faire attraper de nouveau. Ca pourrait aussi nous aider en cas de coup dur, une explosion pourrait faire diversion.
    - Du moment que c’est bon pour nous…
    - Oui, enfin j’espère. Bon, allons rejoindre le Colonel et Teal’c.


    Dages s’avançait dans le couloir sombre quand il arriva dans une grande salle. Se servant de la Force comme d’un radar, il compris que la pièce n’était pas vide. Un être sombre marchait dans le noir, regardant dans sa direction. Il disparut, sans doute passé derrière un container. Au plafond, sans doute un étage. En sondant plus intensément, il se rendit compte qu’il se trouvait dans un des hangars pour les chasseurs de la mort.
    « Nos destins sont liés Dages VidTin.
    - Qui êtes vous pour savoir l’avenir.
    - C’est inévitable, Jedi. Le côté obscur est le plus fort.
    - Les Jedi noirs disent tous cela.
    - C’est sans doute la vérité, je sens la colère qui vous envahit, laisser la couler en vous comme la Force, cela va ensemble. Ainsi, tu t’accompliras.
    - En fait, j’étais venu vous dire le contraire Dark Luma.
    - Toi aussi, tu te souviens ? Oui, je fut un temps ton compagnon d’armes sur Yavin. Tu croyais tout de même pas que la météorite m’avait détruite. Décidemment, la persuasion sith, si peu connue, a du bon.
    - C’était donc toi, dans la nébuleuse.
    - Qui donc aurait pu rejoindre cette partie de la galaxie.
    - Tu es devenu primas d’un seigneur de guerre en si peu de temps.
    - Le temps ne compte pas, bientôt je serai le Maître ici. Mon symbiote, combiné à la Force, constitue une arme absolue. »
    Un message d’alarme en Goa’uld retentit dans le croiseur.
    « Le message vient de dire…
    - Anubis arrive, coupa Dages.
    - Tu comprends le Goa’uld ?
    - La Force.
    - Je vois. »
    La salle s’illumina, en effet, des chasseurs de la mort attendaient leurs pilotes. Des passerelles, située à une vingtaine de mètres du sol, menaient aux petits vaisseaux. Sur le container, l’homme à la balafre toisait le Jedi d’un air suffisant. En allumant son doublesabre, il demanda d’une voix étrangement douce :
    « Tu pourrais devenir mon primas quand je serais le Seigneur Goa’uld et Sith de cette partie de la galaxie, tes talents me seraient bien utile. »
    Dages ne répondit pas, il secoua la tête. Alors qu’il se rapprochait, Luma tendit la main gauche, toujours gantée. Une distorsion lumineuse apparut. Dages tendit la main et absorba l’attaque.
    « Hum, tu utilises mieux la Force qu’avant.
    - Economise ta salive, répondit le Jedi en activant son sabre.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 5 : FINAL

    Teal’c arriva devant une porte, il activa l’ouverture alors qu’une escouade de jaffa arrivaient du fond du couloir. Jack le couvrait, les tirs bleus de son zat faisant mouche plusieurs fois. Certains qui n’avaient été touché qu’une fois se relevaient péniblement. Teal’c tira le colonel dans la salle qui venait de s’ouvrir. La porte se referma. Le jaffa tira dans la console d’ouverture de la porte. Il était dans l’armurerie du vaisseau. Il n’utilisait plus le sabre depuis qu’un tir de zat ennemi l’avait désactivé.
    « Super, s’exclama O’neil, c’est nos armes anti-supersoldat, on va pouvoir améliorer les choses.
    - O’neil, on est coincé.
    - Hein ?
    - L’armurerie n’a qu’une entrée.
    - Et bien on a des munitions pour tenir un siège.
    - Une grenade goa’uld suffirait à nous mettre hors de combat.
    - Ne soyez pas pessimistes.


    Anubis sortit de son cargo entouré d’un groupe de huit supersoldats à l’armure rouge. Il regarda de tout côté pour savoir où se trouvait son primas qui se devait de l’accueillir. La salle d’embarquement des cargos étaient presque vides, les quelques jaffas qui passaient, criaient des ordres en courant entre deux couloirs.
    Il rejoignit un groupe de Jaffa qui l’avait reconnu et qui aussitôt mirent un genou en terre en signe de respect.
    « Que se passe-t-il ici ? Gronda Anubis.
    - Les humains nous ont échappé, nous les poursuivons dans les couloirs.
    - Faut-il tout faire soit même ? Je vais vous montrer le vrai pouvoir d’un dieu, répliqua le seigneur goa’uld qui se mit à baisser la tête.
    - Seigneur ?
    - Silence, je cherche leur présence.
    - Oui Seigneur.
    - Allez à l’armurerie, ils ont pris les armes qui sont efficaces contre mes supersoldats. Prenez des grenades et amenez les moi.
    - Cela sera fait Seigneur. »
    La troupe de Jaffa partit en courant dans un couloir. Anubis n’avait pas relevé la tête. Il cherchait autre chose. Quand il la releva, il dit :
    « Gardes, allez dans l’aile ouest, le Major Carter et Daniel Jackson s’y trouvent. Faîtes ce qu’il faut et ramenez les moi.
    - Oui Seigneur Anubis. »
    L’être sombre se dirigea vers un couloir vers la gauche. Un panneau indiquait ‘Hangar’ en écriture Goa’uld. Il savait ce qu’il fallait faire. Il voulait le pouvoir et cela passait par la destruction du Jedi. Il ressentit un sentiment de trahison pendant quelques secondes ce qui le fit arrêter de marcher. Il repris son chemin en accélérant le pas.


    Carter avançait dans les couloirs, croisant parfois des Jaffas.
    « Colonel ! Cria-t-elle dans le communicateur goa’uld qu’elle avait volé sur un cadavre.
    - Ici O’neil, c’est vous Major ? Mince, on est cerné dans l’armurerie, il y a des gardes d’Anubis partout.
    - Ici aussi Colonel ! Je viens d’en voir de couleur rouge.
    - Rouge ? Anubis s’est mis à jour.
    - Nous ne sommes pas loin, mince, il y a des dizaines de supersoldats derrière la porte de l’armurerie, souffla-t-elle en se cachant dans un coin du couloir.
    - On est mal barré, aidez nous !
    - On a pas les armes pour cela mon Colonel, Teal’c a toujours le sabrelaser non ?
    - Il s’est éteint quand il a reçu une décharge de zat.
    - Je vais faire diversion.
    - Ok… la voix du Jack baissa de volume quand il se tourna vers Teal’c pour lui dire d’allumer son sabre. Un sifflement se fit entendre dans l’écouteur.
    - Bravo mon Colonel, on s’occupe des Jaffas, tentez une sortie.
    - On n’a pas le choix.
    - Oui mon Colonel.
    - Carter ?
    - Oui ?
    - Que la Force soit avec vous.
    - Merci mon colonel, répondit la jeune femme en souriant, avec vous aussi.
    La garde personnelle d’Anubis fit son entrée. La porte s’ouvrit brusquement et une dizaine de supersoldats furent touchés par les décharges des Teal’c et Jack. Jack sortit le premier, une super arme dans chaque main. Il tirait sur tout ce qui bougeait, les soldats tombaient comme des mouches. Carter et Daniel tiraient sur les Jaffas qui s’écroulaient. Teal’c sortit, le sabrelaser bleu illuminait son visage sombre, dans sa main gauche, la super arme ne cessait de fonctionner.
    L’attaque surprise avait fait son effet. Mais les gardes se reprirent vite, Teal’c se posta devant O’neil pour le protéger avec le sabre. Il fit quelques moulinets au hasard qui dévièrent les tirs contre les murs et le plafond.
    Un des huit gardes rouges, sans doute le chef, sortit une lance d’environ deux mètres. Il para un moulinet de Teal’c avec. Le Jaffa ouvrit des yeux ronds en constatant que la lame pure n’avait pas entamé la lance.
    « C’est comme les gardes de l’Empereur, pique de Force, constata-t-il.
    - Alors on est mal barré. »
    Le géant ne fit pas le poids, touché à la jambe, il s’écroula, Jack qui se trouvait derrière reçu trois balles de plasma dans la poitrine.
    « Non ! » Hurla le Major qui reçut deux tirs de zat d’une troupe de jaffa qui arrivait à revers.
    Daniel roula sur le côté, un des gardes le projeta contre un mur avec son gant goa’uld. Teal’c voulu se relever mais le garde rouge lui donna un coup de lance dans le cou.
    « Mission accomplie, Jaffa. Amenez les aux sarcophages, Anubis les veut vivant. »


    Les deux Jedis se regardaient en chien de faïence. Dages serra les dents, il sentait la présence d’Anubis qui approchait, un combat contre Luma et le seigneur Goa’uld ne tournerait pas à son avantage. Son antagoniste souriait.
    « Mon Maître arrive, je vais pouvoir affronter mon destin et je n’hésiterai pas, et toi, hésiteras-tu ?
    - Jamais ! »
    Le Jedi sauta d’un bon énorme qui le positionna derrière le Jedi noir qui mis son sabre dans le dos pour parer le coup qui aurait pu le couper en deux. Il se retourna en donnant toute la puissance dans un balayage mais Dages esquiva. Emporté par son élan, il tomba du container, en pleine chute, il se retourna pour atterrir sur ses pieds. Il lança son sabre sur le jeune maître qui sautait pour le rejoindre. Dages para le coup en frappant dans la lame tourbillonnante qui revint à toute vitesse vers son propriétaire. Luma fit un pas de côté et tendit la main, il rattrapa le sabre de justesse et manqua de se couper les doigts.
    Le Jedi atterrit à côté de lui et attendit l’attaque qui ne tarda pas, le sith, les yeux injectés de sang par la haine, frappait de tout côté. Le Jedi reculait en parant et en esquivant. Luma tourna sur lui-même et tendit sa main gantée. La distorsion envoya le Jedi contre le container. Dages secoua la tête, le sith s’apprêtait à l’écraser contre le container avec une nouvelle attaque. Il tendit la main et utilisa la Force pour renvoyer l’attaque sur son adversaire qui fit un vol plané d’une dizaine de mètres. Le jeune homme se releva et courut vers son adversaire qui se mit debout vivement. Il attaqua vers le haut, Luma mit son sabre en garde mais la lame verte trancha le manche en deux.
    Le sith pris un sabre dans chaque main et fit de grands moulinets pour faire reculer le Jedi qui n’en fit rien. Dages ne fit que deux pas en arrière puis, en souriant, tendit deux doigts en faisant un mouvement circulaire. Luma regardait de tout côtés, son ennemi avait disparu. Il regarda vers l’entrée, son goa’uld s’agitait. Anubis fit son entrée. Le sith tordit la bouche en un rictus haineux.
    « Seigneur, notre ennemi est invisible.
    - Je le sais, Luma, je le sais.
    - Le voyez vous ?
    - Il se tient derrière toi. »
    Luma se retourna en fouettant l’air de ses sabres, il ne toucha que le vide, Dages s’était reculé, le sabre éteint.
    « Tu te rend enfin.
    - Non. Mais nous avons à parler.
    - Les Jedi sont sages. Je vois que mon primas ne t’a pas vaincu. Luma, tu me déçois, je te connais depuis peu, tu es devenu mon primas rapidement car je sentait ta puissance.
    - Vous n’êtes ni Jedi ni sith, vous ne savez rien ! gronda Luma.
    - Est-ce une façon de parler à son dieu ?
    - Pourquoi vous prenez vous pour des dieux ? demanda Dages.
    - Car les humains sans nous ne sont rien !
    - J’ai pas de serpent dans le ventre, mais je me débrouille mieux que votre primas.
    - C’est un incapable !
    - Seigneur ?
    - Oui, tu as échoué face à un humain
    - Il a des pouvoirs.
    - Mais toi aussi. Tu disposes d’une puissance énorme. Sert en au lieu d’utiliser les artefacts.
    - Mais ce sont les outils des dieux.
    - Fi ! Tue le.
    - … Non Maître, ce n’est pas mon destin.
    - Hahaha ! Et quel est ton destin ?
    - Devenir le maître des Goa’uld.
    - Insolent, tu es puissant mais tu n’es rien face à moi.
    - On va voir. »
    En terminant ses mots, Luma se concentra, appelant à lui la Force. D’une façon qu’il n’avait jamais fait auparavant. Dages se recula, inquiet. Anubis était un Ancien déchu et le jeune homme ignorait tout de ses pouvoirs. Luma tendit la main, des éclairs rouges envahissaient son corps, le gant goa’uld éclata en morceaux. Anubis resta immobile.
    « Oui, révèle toi, sens cette colère qui t’envahi pour te rendre plus fort. »
    Les yeux du sith se révulsèrent lorsqu’il déchaînât la foudre sith sur l’être sombre qui avait levé la main. Les éclairs fuyait le seigneur goa’uld et vinrent frapper Dages qui leva son sabre pour absorber l’énergie. Luma envoya une deuxième salve d’éclairs, tentant d’entourer Anubis pour le piéger mais la foudre semblait ne pas vouloir approcher le goa’uld, encore un fois, ce dernier tendit la main pour renvoyer l’attaque sur Dages qui cette fois ne para pas. Le Maître Jedi joignit les deux mains pour absorber l’attaque.
    « Comment est-ce possible, s’exaspérait l’homme à la balafre.
    - A mon tour d’attaquer », répliqua l’être à la grande cape noire.
    Dans sa main se forma un noyau noir qui semblait vouloir absorber la lumière. Il grossit jusqu’à atteindre à taille d’une tête humaine.
    « Pauvre Jedis, c’est maintenant que vous vous décidez à comprendre. »
    L’attaque envoya les deux hommes au loin. Dages s’écroula au sol et se releva sur un genou. Luma était déjà debout. Deux éclairs rouges parcouraient son corps. En hurlant, il se lança contre Anubis qui ne bougea pas. Le sabre allumé ne rencontra que le vide quand il frappa. Anubis était passé dans son dos en un millième de secondes. Luma voulu le poignarder en passant le sabre sous son bras, il n’en eut pas le temps, une nouvelle boule sombre le frappa dans le dos. Il s’écrasa contre le container et s’affala au sol, inerte.
    Le Maître Jedi se leva et s’approcha d’Anubis tranquillement. Le goa’uld se retourna et attendit. Son visage invisible ne faisait que rendre son aspect plus dangereux et mystérieux. Au moment où Dages voulut prendre la parole, le seigneur goa’uld tourna la tête vers le plafond, comme s’il attendait quelque chose. Un message en goa’uld se fit entendre. Anubis regarda le Jedi et posa la main sur son poignet. Il disparut dans un éclat de lumière. Dages était seul dans la pièce. Luma restait assommé contre le container. Le Jedi décida de retrouver ses amis.
    Il sonda le vaisseau dans la Force. Le silence. Il sentant bien la double présence des Jaffas, des supersoldats, d’Anubis et de ses gardes qui se trouvaient d’ailleurs non loin de lui dans une autre salle. Il ne ressentait pas la présence humaine de l’équipe SG1. Il n’avait pas ressentit leur mort. Il se mi à courir vers la salle où était réuni tout les Goa’uld. Courrant dans le couloir sombre du début, il trébucha sur un cadavre de jaffa et reprit sa course. Il arriva devant une porte où était inscrit des termes goa’uld, il entra et se retrouva dans un laboratoire, Anubis et ses congénères n’était pas loin. Mais il se trouvait devant quelque chose qui lui fit oublier tout le reste. Un chasseur se trouvait entreposé dans le laboratoire. Presque remit à neuf, le Xwing reluisait sous la lumière cru de deux projecteurs.
    Dages sortit de la pièce et se mit devant la porte du fond du couloir, derrière, se trouvait des jaffas et les gardes rouges d’Anubis. Il pénétra leur esprit pour se rendre invisible mais cette ruse n’eut aucun effet sur Anubis. Par contre, cette fois, il sentit la présence des ses quatre amis qui se tenait couché dans la pièce. Une présence si ténue dans la Force, comme s’il venait de naître ou s’il était très affaibli. Cette présence s’affina petit à petit. Les sarcophages, songea le Jedi, il les ressuscite. Il ouvrit la porte avec la Force, discrètement. Aucun des gardes ne se retourna. Il attendit de voir ce qui se passait, les sarcophages étaient en train de s’ouvrir.
    Les terriens se relevèrent péniblement et firent face au seigneur goa’uld. Jack leva les yeux au ciel et fit mine de vouloir se recoucher mais deux jaffas le prirent sous les aisselles et le mirent debout en dehors du sarcophage. Sam, Daniel et Teal’c suivirent et se mirent en ligne. Les gardes rouges les entourèrent, tous portant une lance serpent sauf le premier qui portait son pique de force. Dages reconnu l’arme et l’image du garde lui fit froncer les sourcils. Mis à part l’armure typique goa’uld, le soldat était l’image même du garde impérial, de plus le pique de force était une arme rare surtout trente ans après la mort de l’empereur. Une arme rare et mortelle.
    Les quatre terriens parlait avec Anubis alors que le Jedi inventa dans l’esprit des Jaffa l’idée que le Jedi était de l’autre côté du navire. Ils sortirent en hâte. Anubis et ses gardes ne les retinrent pas. Dages entra alors dans la pièce, sa cape glissait sur le sol. L’équipe SG1 remarqua sa présence, le seigneur goa’uld resta impassible, lui tournant le dos. Dages se découvrit aux gardes rouges qui sursautèrent. Anubis se retourna lentement. Quatre hommes en rouge encerclèrent le Jedi, lance tendues et activées. Dages laissa ses bras pendre le long de ses hanches.
    Anubis le regarda pendant quelques secondes puis se décala pour laisser les Toris voir le Jedi mourir. Les quatre autres gardes, dont le chef au pique de force se mirent derrière les sarcophages, derrière les membres du SGC. Le seigneur noir clama calmement :
    « Tuez-le. »
    Les gardes rouges n’eurent pas le temps d’appuyer sur la gâchette de leur lance serpent. Tout se passa comme dans un rêve, au ralenti. Dages activa son sabre au moment même où Anubis cria l’ordre fatal. Il tourna sur lui-même et trancha le canon de chaque lance. Il s’approcha du garde à sa droite et le décapita. Tournant encore, il envoya le garde qui était à sa gauche s’envoler contre celui derrière lui. S’abaissant pour esquiver un coup de l’autre garde qui était encore à sa droite, le Jedi lui faucha les jambes et le coupa en deux en remontant vers le haut. Les deux autres gardes à terre furent envoyés en l’air et lancé dans la porte qui se refermait. Le bruit de l’armure broyé lui fit tourner la tête. Il repris la pose comme avant que Anubis pousse son ordre mais le sabre était allumé.
    Tout cela n’avait pas pris trois secondes, le chef des gardes pencha la tête sur le côté, ébahis. Les trois autres gardes hésitèrent puis foncèrent venger leur collègues.
    « NON ! » gronda Anubis.
    Il lança une boule noire qui envoya les corps disloqué des trois gardes contre un mur.
    « Tu es très fort, mais vois, tu n’as aucune chance. »
    - Nous verrons.
    - Voici le chef de ma garde personnelle. Son arme ne te rappelle rien ?
    - Comment est-ce possible ?
    - Quand on a fait l’ascension, on peut voir tant de choses.
    - Ce que vous avez vu vous a valu d’être déchu.
    - Exact ! Mais je suis plus puissant que n’importe qui maintenant. »
    Le garde rouge s’avança, le pique de force se mit à émettre de petits éclairs à sa pointe. Un jaffa entra dans la pièce et voyant le Jedi armé, sortit son zat et tira deux fois. Dages para avec son sabre qui s’éteignit. Le deuxième tir atteignit le manche. Le Maître attrapa le Jaffa et l’envoya contre le garde rouge qui s’approchait. Le garde coupa le jaffa en deux avec le bout de la lance.
    L’équipe SG1 regardait les deux morceaux du cadavre tomber de part et d’autres du garde. Anubis sortit un petit cylindre argenté de sa longue manche en disant d’une voix amusé.
    « Tu voudrais ceci ? »
    Dages ne répondit pas, il tendit la main vers le sabre qui s’envola vers lui. En plein vol, il s’arrêta et se mit à léviter, comme si quelque chose le retenait.
    « Rhaa », grogna le Jedi.
    Le sabrelaser se mit à tourner à toute vitesse puis se figea, revenant peu à peu vers l’être sombre. Luma entra dans la pièce et activa son doublesabre rouge.
    « La vengeance m’appartient, reste en dehors de cela Dages.
    - Tiens, Luma, mon primas, tu veux encore tester tes minables pouvoirs sur moi ? Tue Dages, mon garde t’aidera, à deux vous ne devriez pas avoir de mal tout de même, son sabre est désactivé.
    - Dages… est un Jedi, je… suis un Jedi. Anubis, c’est moi qui aie passé le sabrelaser aux Toris.
    - Pourquoi ? Traître ! »
    Le garde plongea sur Luma qui se fendit et para la première attaque, qui, d’une force inouïe, aurait pu le couper en deux. Il se mit à tourner et à frapper le garde qui parait chaque attaque. Le pique de Force sifflait. Les lames rouges formaient une double tornade. Les deux antagonistes combattaient si vite que l’équipe SG avait du mal à suivre. Anubis tentait de rattraper le sabre, Dages tirait, usant de toutes ses capacités dans la Force. L’effort était vain. Le sabre revenait petit à petit vers le goa’uld.
    Jack courut et pris une lance serpent, suivit par ses collègues qui se mirent à la porte et l’ouvrirent. Derrière, un jaffa regardait le cadavre d’un des gardes rouges dont l’armure avait été proprement tranché dans la porte. Il reçut quatre tirs de plasma dans la poitrine et s’écroula. Quand soudain, une explosion secoua le vaisseau.
    Luma qui était acculé au sol, tendit son sabre, le garde rouge déséquilibré, vint s’empaler dessus. Le jedi noir se releva et toisa Anubis en souriant. Ce dernier qui tenait presque le sabrelaser bleu, activa la lame et la lança à toute vitesse sur Luma, Dages qui tentait de la rattraper, ne fit qu’augmenter la vitesse du projectile. La lame bleue transperça le ventre du Sith qui tomba à genoux.


    L’équipe SG courrait à perdre haleine à travers le vaisseau qui commençait à exploser de partout.
    « Ils nous faut retrouver ses anneaux !
    - C’est par là mon Colonel.
    - On vous suit. »
    Le petit groupe entra dans une salle circulaire ou des cercles concentriques étaient dessinés au sol. Teal’c, Daniel et Jack se mirent au milieu alors que Carter activait les anneaux.
    « Pourquoi ça ne marche pas ?
    - L’explosion a du perturber le système. Il faut que l’on prenne des chasseurs de la mort.
    - Ok, vite on fonce, le vaisseau n’en a plus pour longtemps à ce rythme là. »
    Le groupe repris sa course dans les coursives. Ils croisèrent un groupe de supersoldats mais le plafond s’effondra, écrasant le problème. Ils montèrent dans une sorte d’ascenseur.
    « Ici, ‘Hangar’, dit l’archéologue en appuyant sur des boutons. »
    L’ascenseur s’activa et quelques secondes plus tard, il s’ouvrit sur des passerelles qui menaient aux chasseurs.
    « Carter avec moi, Teal’c, tu pilotes le second avec Daniel. »
    Peu après, les quatre amis étaient prêts à décoller.
    « Et Dages, mon Colonel ?
    - La Force est avec lui. »
    Les deux chasseurs s’élevèrent. Le hangar à chasseurs s’ouvrit, par la verrière, ils virent Dages les saluer. Ils s’envolèrent par dans l’espace, découvrant l’armada d’Anubis qui se mettait en mouvement.
    Les deux chasseurs se mirent en orbite puis descendirent vers la planète, derrière eux, le croiseur s’embrasa.


    Pendant que l’équipe SG1 s’enfuyait, Dages regardait Luma s’effondrer, il relâcha sa concentration, le sabre bleu revint dans la main de Anubis qui se fendit. Dages attrapa son sabrelaser et tenta de le faire marcher. La lame verte illumina son visage. Il fonça sur le goa’uld et le frappa d’estoc et de taille. Anubis contra puis tournant sur lui-même, contre-attaqua en remontant la lame. Dages para le coup et sauta par dessus le seigneur. Il se retourna et tailla dans le vide. Anubis qui s’était avancé puis retourné, tenta de transpercer le Jedi avec sa lame bleue. Le Jedi, emporté par l’élan du coup précédent, tourna sur lui-même et trancha la main droite d’Anubis qui hurla. La main tomba au sol, encore crispé sur le manche du sabre qui s’éteignit.
    « Rend toi Anubis.
    - Pas encore, Jedi, le vaisseau explosera dans une minute, je te retiendrais jusque là et je me téléporterais dans mon vaisseau. Avec ma flotte, je vais lancer une attaque de grande envergure sur la Terre. Eradiquant du même coup tout mes ennemis Toris. Et toi, tu seras mort.
    - Vous ne pourrez pas me retenir.
    - Et comment m’échapperai tu ?
    - Ainsi ! fit le Jedi en partant comme une flèche vers la porte, sa vitesse démultiplié par la Force.
    - Hahaha », ricana le goa’uld en envoyant le Jedi contre le mur.
    Anubis tendit la main gauche, un éclair noir en sortit et vint frapper le Jedi qui se mit en position fœtale. Serrant les dents sous la douleur, le Maître Jedi se concentra, acceptant la douleur comme une amie pour mieux la refouler. Frappé par l’éclair noir, il posa un genou en terre et posa ses doigts contre ses tempes. Une lueur bleue l’entoura, repoussant les éclairs.
    « Vingt secondes Jedi ? Qu’attend tu ?
    - Vous. »
    Anubis sentit qu’il ne restait plus que cinq secondes et il disparut dans un éclair lumineux. Dages sourit ramassa le sabre bleu, et, dégageant la main du goa’uld, se mit à courir vers le Xwing. Il avait suggéré à Anubis, le fait qu’il ne restait plus de temps. Il entra dans le laboratoire et actionna quelques commandes, par la verrière, il voyait ses amis prendre place dans les chasseurs de la mort. Il ouvrit la porte du hangar, salua les deux chasseurs qui décollaient et sauta dans le Xwing dont la verrière s’était ouverte sous une impulsion de la Force. Les Goa’ulds avait parfaitement reconstruit le chasseur républicain. Il enclencha les moteurs et décolla. Le jeune pilote écarta les ailes et tira dans le mur, créant une brèche où des outils et des meubles s’engouffrèrent par l’appel d’air.
    Il lança les subluminiques et partit comme une torpille à protons. Derrière lui, le croiseur explosait. Dans son radar, il vit que les deux chasseurs de la mort pilotés par les humains étaient entrés dans l’atmosphère. Dages se mit à bonne distance de la planète et entra les coordonnées spatiales de la Terre comme il l’avait vu dans la base de Cheyenne mountain. « Cette mission n’est pas si facile que ça finalement. »


    A SUIVRE…

    (C'est la fin du premier épisode, comme à l'origine sans aucune retouche, je passe à l'épisode 2)

    --------------------------------------------------------------------------------------------------
    STARGATE-SG1 : Le cercle des etoiles (c le nom du deuxième épisode)

    CHAPITRE 1 : TENEBRES


    « Ouverture non programmée de la porte des étoiles »
    Le général Hammond attendait, inquiet, le signal sur le moniteur qui lui faisait face qui lui indiquerait que l’arrivant était l’équipe SG1. Quelques secondes plus tard, son vœu fut exaucé. L’iris en titane s’ouvrit lorsqu’il en donna l’ordre et les quatre membres de l’équipe apparurent la mine déconfite. Dages n’est pas revenu, songea le chef du centre. Il descendit vers la salle d’embarquement où Jack, Daniel, Samantha et Teal’c étaient en train de souffler. Le Colonel fit un bref salut à son supérieur en disant :
    « On a récupéré deux chasseurs de la mort. Il faudra dire à la Tok’ra de les récupérer. Anubis a quitté la zone. Ses vaisseaux sont entrés en hyperespace.
    - Et le Maître Dages ?
    - Je crois qu’il ne fait plus qu’un avec la Force, enfin j’espère pas.
    - On ne l’a plus vu à partir du moment où on a quitté le croiseur. Il nous a ouvert la porte du hangar, on s’est envolé, le croiseur a explosé quelques secondes plus tard, corrigea le Major, il a peut-être pris un autre chasseur, je ne perds pas espoir.
    - Nous en discuterons lors du débriefing.
    - Oui général, répondit l’équipe en chœur avant de quitter la salle.
    Hammond soupira, dans son dos le cercle d’énergie se désactiva. La pièce s’éteignit quand il la quitta.


    Dages, ayant retrouvé son Xwing, repris ses vieilles habitudes. Il se rappelait de son escadron, peut-être ne les reverrai-t-il jamais. Se laissant tranquillement hypnotisé par la lumière étirée des étoiles, il plongea dans une douce rêverie.
    « Dages… Nous arrivons… »
    Le Jedi ouvrit les yeux. Il était seul dans le cockpit. Un message par le truchement de la Force. Il regarda le moniteur de saut. Dans moins de deux minutes, il faudrait couper l’hyperdrive. Il tata son sabrelaser qu’il tenait toujours à la ceinture, puis celui qu’il tenait caché dans sa manche. Il le sortit et l’accrocha au premier. Un doublesabre. Il l’enleva et le remit dans sa manche. Qui pouvait lui avoir parlé, le temps le lui apprendrait.
    Stop. Le jeune homme passa en subluminiques et découvrit la planète bleue alors que la lumière revenait à la normale. Encore vingt kilomètres.


    « Général, voici un rapport que je viens de recevoir. Il signale un vaisseau de petite taille à vingt kilomètres de la Terre, il se rapproche, s’exclama un officier en entrant dans le bureau de Hammond.
    - A quoi ressemble-t-il ? répondit celui-ci en cachant le haut-parleur du téléphone rouge qu’il tenait à la main.
    - A un Xwing mon général.
    - Je vous remercie.
    - Général, vous semblez n’avoir pas compris.
    - Ne vous inquiétez pas soldat. Essayez de communiquer avec lui et avertissez l’équipe SG1.
    - Oui mon général, obéit le lieutenant en fermant la porte. »
    Le général Hammond enleva la main du haut-parleur du téléphone, fronça les sourcils et repris sa discussion d’un air contrarié.
    « C’est fait, il dit s’appeler…, puis baissant le ton, alors que Hammond le regardait d’un œil torve, un certain Dages VidTin, Maître Jedi.
    - Guidez-le jusqu’ici et … Rompez. »


    « Général Hammond, comme je vous le disais, disait la voix dans le téléphone, le projet Porte des Etoiles nous fait perdre plus d’argent qu’il nous en fait gagner. De plus, la trahison est passible de cour martiale.
    - Ce n’est pas l’argent le plus important, sénateur, la protection de notre planète est en jeu. Et elle passe par l’acquisition de nouvelles technologies… Qu’est ce que c’est que cette histoire de trahison.
    - Je ne parle pas de nouvelles technologies, général. Je parle d’un nouvel arrivant dans l’équipe SG, ce Jedi, nous devons lui faire passer un interrogatoire.
    - Un Jedi ? Sénateur, vous vous moquez.
    - Pas de ce jeu là avec moi, Général. J’ai des infor…
    - Qui vous… coupa Hammond.
    - Allons, comme si j’allais vous le dire. Vous savez que le Projet Porte des Etoiles est étroitement surveillé par les agences d’investigations…
    - Et avant tout par le N.I.D., maugréa le général.
    - Ne changez pas de discussion. Ce Jedi doit passer des tests, tout comme Teal’c l’a fait.
    - Maître Dages n’est pas un traître…
    - Ha ? J’ai pourtant entendu dire qu’il avait perturbé votre conscience pour ‘jouer’ au sabrelaser avec le Jaffa.
    - Mhmm.
    - Les sabrelasers doivent nous être confiés pour analyse également.
    - Vous exagérez.
    - Qui vous dit que ce Dages n’est pas un super guerrier à la solde des Goa’uld.
    - Il les a combattu à nos côtés, à ses risques et périls, il a payé le prix fort, sénateur Kinsey, car il est mort !
    - …
    - Allez faire vos critiques sur la gestion de ce projet ailleurs maintenant », hurla Hammond dans le combiné. Il raccrocha vivement et se pris la tête à deux mains puis il se leva et pris la direction de l’ascenseur.
    Samantha, Daniel et Teal’c était déjà en train d’entrer dans l’ascenseur quand le général les suivit. Jack, en retard, couru et se glissa entre les portes. Il bouscula légèrement le général et s’excusa puis il se plaça contre un des murs et attendit. Daniel appuya sur le bouton qui affichait le niveau zéro.


    « Tout va bien, Maître Dages, ici le SGC, nous allons actionner une balise, vous pourrez vous repérer pour nous retrouver.
    - Ce n’est pas la peine, mon holocron que j’ai laissé dans le laboratoire du docteur Jackson fera l’affaire. Attendez quelques secondes…
    - Bien reçu… »
    Dages ferma les yeux, se laissant couler dans le flux de la Force, si vivante dans les environs de cette planète. Il se servit d’elle comme de ses yeux, fouillant les continents à la recherche de l’holocron qui était en lui-même un réceptacle résiduel de Force. Ici. Fouillant les vallées à la vitesse de la pensée, il sentit la présence du petit objet. Il visualisa la montagne et, traversant les strates de sédiments, rejoignit le cube dans la Force. Il l’activa. Le cube se mit à briller dans la Force, tel un phare.
    Dages rouvrit les yeux à moitié et réenclencha les moteurs qu’il avait coupé quand il avait reçu la communication du SGC. Il entra dans l’atmosphère en vitesse lente, dépassant tout de même le mur du son. Le jeune homme activa les boucliers pour ne pas avoir à subir le frottement de l’air. Il croisa juste avant d’entrer un satellite de la NASA.
    Il ralentit encore en se rapprochant des Etats-Unis. Il piqua du nez pour se retrouver à une centaine de mètres au –dessus des flots de l’océan atlantique. C’était une vieille technique qu’il avait apprise à ses débuts, pour éviter les radars. Il n’était pas à proprement parlé ‘menacé’ sur cette planète aussi faisait-il cela par jeu, comme un petit échauffement avant une bataille.
    Cheyenne mountain était en vue, le Xwing, survolait les maisons à la lueur de la Lune. Il avait été décidé naturellement de ne pas attendre le matin pour atterrir. Il ralentit encore et activa les répulseurs. En bas, il voyait l’équipe SG1 qui attendait. Une plateforme avait été créé en quelques minutes par des soldats qui courraient encore. Quand le chasseur se posa, une tente fut installée pour le dissimuler aux regards des curieux. Il avait atterri juste devant l’entrée de la base.
    La verrière s’ouvrit alors que le Jedi fit un geste de la main. Il sauta en bas et s’avança vers le groupe. Il s’inclina devant le général et salua le reste du groupe d’un sourire en hochant la tête.
    « Je pourrais le tester un de ses quatre ? demanda le Colonel d’un air dégagé.
    - Haha, puis se reprenant, j’ai de graves nouvelles. »


    Le voyage semblait interminable à Anubis, il devait repasser par sa planète pour laisser quelques-uns de ses croiseurs pour ne pas se faire doubler par un des autres grands maîtres. Enfin, il ordonna l’arrêt du voyage hyperspatial. Dans la verrière, il vit trois vaisseaux mères goa’uld.
    « Salutations Seigneur Anubis, ici Tulis le primas du seigneur Nil, avec deux autres seigneurs goa’uld, nous vous attendons car nous avons à parler.
    - Je n’ai pas de compte à vous rendre primas, ni à aucun ordre à recevoir des goa’uld.
    - Restez humble seigneur Anubis. Nous sommes trois vaisseau mère.
    - Hahaha, vous mettre à trois contre moi, quelle félonie… Vous mourrez tous.
    - Seigneur Anubis, dit un jaffa dans son dos, le reste de notre armée arrive dans quelques secondes. Les trois vaisseaux mère ennemis ont activés leurs armes.
    - Déchaînez les enfers et active nos boucliers.
    Les vaisseaux de l’armada d’Anubis sortirent tous en même temps. En quelques millièmes de secondes, l’espace se remplit de rayons de plasma, les chasseurs de la mort se déversèrent comme des guêpes sur les vaisseaux ennemis. Les croiseurs se mirent à manœuvrer, encerclant les vaisseaux des seigneurs. Les chasseurs commencèrent des duels aériens dans les zones loin des combats lourds. Le vaisseau de Tulis tournait sur lui-même pour détruire les croiseurs qui l’encerclait et l’éloignait des deux autres. Son bouclier subissait un feu constant mais tenait bon. Les croiseurs, moins résistants tombaient les uns après les autres.
    Les autres vaisseaux mère se mirent à soutenir leurs alliés. La puissance jointe des trois vaisseaux mère permit de détruire une quinzaine de croiseurs, la moitié de la flotte d’Anubis. Mais aucun des tirs n’ébranlait la superstructure de son vaisseau personnel. Son bouclier avait seulement perdu dix pour cent du nominal.
    « Vous pouvez tirer maintenant. »
    A raison de deux tirs pour un vaisseau mère, le combat fut bref. Il restait les milliers de chasseurs de la mort qui harcelait les croiseurs. Encore cinq croiseurs d’Anubis s’embrasèrent. Anubis se connecta sur tout les canaux goa’uld.
    « Vos maîtres sont morts ! Rejoignez moi. »
    Comme hypnotisé, tout les chasseurs se mirent en rang et rejoignirent le vaisseau mère. Anubis s’assit sur son trône et se mit à réfléchir. Son armée avait subie de lourdes pertes. Son projet était retardé. Il lui fallait faire les réparations sur ses vaisseaux et repeupler ses escadrilles fortement entamées par le combat au corps à corps dans l’espace. La Terre n’avait pas de flotte, mais on ne sait jamais. Quand il serait prêt, l’invasion pourrait commencer.


    « Anubis compte donc nous envahir et il peut débarquer à chaque seconde ? dit Hammond.
    - Exactement ! Préparez votre flotte.
    - Euh, fit O’neil
    - Il y a un problème ? demanda le Jedi, puis, ouvrant des yeux ronds, vous n’avez pas de flotte ?
    - Hé ! Ne lisez pas dans ma tête.
    - Bon, vous avez des alliés, non ? »
    Des bruit de pas se fit entendre dans le couloir. Un homme d’une cinquantaine d’année entra dans la pièce, entouré de quatre gardes du corps qui portait la main sur la ceinture, à l’endroit où leur magnum était rangé. Le général se mit debout et se prépara à parler mais le sénateur le coupa d’un geste et enchaîna :
    « Monsieur Dages, veuillez me suivre sans discuter, nous avons des questions à vous poser.
    - Vous non plus, vous ne dîtes pas bonjour. Quel planète », soupira le Jedi.
    Souffle coupé par la réplique, le sénateur Kinsey fronça les sourcils en voyant le Colonel sourire. Leurs regards se croisèrent et Jack dit :
    « Il a raison, un homme aussi important que vous devrais faire attention en présence de ses électeurs. »
    - B… Bonjour Monsieur Dages.
    - Maître, corrigea Dages qui sourie en voyant que Jack se retenait de rire.
    - Ne vous moquez pas de moi, Jedi.
    - Allez droit au but, Terrien, répliqua Dages.
    - Vous devez venir avec moi, votre allégeance à notre peuple doit être prouvée. Nous avons des tests à faire.
    - Je n’ai pas à prouver mon allégeance.
    - SENATEUR, gronda Hammond, cessez votre jeu. Vous vous croyez où ? La Terre est sur le point d’être envahie et vous parler de faire passer des tests à ce jeune homme qui s’est presque sacrifié pour mes hommes. Cela ne se passera pas comme ça. Je téléphone au président.
    - Allez-y, j’ai les autorisations, dit le sénateur le plus calmement du monde en montrant des papiers
    - Mhmm… grogna Hammond, Dages que décidez vous ?
    - Je vais les suivre, autant ne pas provoquer d’incident. Je vous conseille de contactez vos alliés et construisez une flotte. Plus on sera armé, mieux on sera protégé, puis se tournant vers le sénateur, les yeux mi-clos, allez-y je vous suis.
    - Bien ! Sur ce, je vous laisse. »
    Le groupe sortit vivement, Kinsey ne voulait pas que le général trouve d’autres arguments. Le Jedi sondait l’esprit de ses gardes. Il ne décelait que de la curiosité à son endroit, un peu de crainte mais surtout, un vice profondément inscrit en eux, représenté par des petits papiers attachés entre eux par paquet de cent ou de cinquante. Le sénateur par contre générait une vraie aura maléfique, puit sans fond de l’orgueil et de malveillance.
    Dages avait fait son choix, il se mit au fond de l’ascenseur, regardant ses pieds d’un air pensif. Le sénateur Kinsey entra dans l’ascenseur en jetant un regard dédaigneux à la caméra qui filmait, une petite LED rouge montrait que la caméra était active. Il se mit à sourire et dit d’une voix suave.
    « Dag… Maître Dages, mon ami, nous allons faire de grandes choses.
    - Allez droit au but, les politiciens sont-ils donc tous aussi hypocrites dans la galaxie ? J’ai l’impression d’assister à un congrès au Sénat. Soyez concis, la Terre est en crise. Le SGC a besoin de moi.
    - Il n’ont pas besoin de vous pour construire les chasseurs.
    - Justement, j’ai entendu dire que vous n’avez pas de flotte spatiale. Comment cela se fait-il ?
    - Mauvaise gestion du budget de l’Etat.
    - Je comprends.
    - Si vous m’aidiez, vous pourriez contribuer à arranger les choses.
    - Vous voulez devenir chef d’état.
    - Les Jedi savent lire dans les esprits des gens.
    - Surtout chez les faibles ou sur ceux qui veulent bien… songea Dages, puis tout haut, oui, c’est une de nos capacités. Mais, je ne suis pas Luke, moi et la politique ça fait deux.
    - Luke ?
    - Luke Skywalker, soupira Dages, il a aidé un sénateur à devenir chancelier de la Nouvelle République.
    - Car il avait une idée derrière la tête, non ?
    - Oui mais bon, ici, je ne connais pas ce monde, je n’ai pas envie de m’engager.
    - Vous le ferez, de gré, ou de force », répliqua Kinsey en faisant un sourire crispé.
    Les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et le groupe entra dans une limousine qui les conduisit hors de la base. Le Jedi regardait tout autour de lui, découvrant ce nouveau monde. Il abaissa la fenêtre en appuyant sur un bouton mais un des gardes, sous un signe du sénateur, la referma en regardant Dages dans les yeux.
    « Je sens de la colère et de la peur en vous. De quoi avez-vous peur ? demanda le Jedi au garde qui fronça les sourcils.
    - Occupe toi de tes oignons et fouille pas mon esprit, ok ? Sinon, je vais tellement t’arranger que…
    - Voyons, calmez vous, coupa le sénateur en faisant un sourire glacial, de plus je doute que vous puissez ‘arranger’ un Jedi.
    - Jedi que dalle oui ! C’est du mytho.
    - Vous ne croyez pas en la Force ? s’enquit Dages.
    - Non, c’est que dans les films, ici, rien ne vaut un bon magnum. Ca c’est radical.
    - Si ça ne vous sert qu’à tuer, c’est sur que c’est radical, mais c’est inutile et ça montre votre faiblesse »
    Le sang du garde ne fit qu’un tour, il lança son poing en avant, vers la figure du jeune homme qui attrapa le poing avec sa main droite. Il serra le poing de l’homme qui resta impassible. Mais quand de petits éclairs entourèrent sa main, le garde lutta pour se dégager en grimaçant.
    « Voyons Maître Dages, cessez ces enfantillages. »
    Le jeune Jedi fit la moue et lâcha la main de l’homme. Elle était brûlée au troisième degré. Le garde foudroya Dages du regard et sortit une trousse de secours pour se soigner. Le Jedi lui repris la main vivement et ferma les yeux. Une lueur verte entoura ses mains alors que le garde, paniqué, tentait à nouveau de se dégager. Quand il sortit sa main, elle était redevenu comme avant. Il tourna le dos au Jedi et se tue jusqu’à la fin du trajet.


    « Nous devrions rappeler les Tok’ra, nos alliés Jaffa et les Asgards. Nous devons créer d’autres chasseurs et d’autres vaisseaux comme le Prométhée, fit Hammond.
    - Ca va prendre des mois, répliqua Carter en secouant la tête.
    - Nous aurions du former cette flotte il y a longtemps, soupira Jack.
    - Nous n’en avions pas les moyens.
    - Il nous faudrait des Xwing, dit Teal’c
    - En parlant de ça, Dages ne m’a pas fait tester le sien. Mince ! râla le Colonel.
    - Nous verrons ça plus tard, fit le général, contactez chaque faction et demandez leur aide. Bonne chance à vous, je vais me concentrer sur la création d’une escadrille.
    - On l’appellerait escadron rogue ! s’exclama O’neil en se levant.
    - Colonel ?
    - Oui ?
    - Rompez !
    - Bien mon général.
    Hammond partit dans son bureau alors que l’équipe se dirigeait vers la salle en dessous de la salle de briefing, la salle de contrôle de la Porte des Etoiles.


    Dages sondait le centre. Arrivé depuis peu à la base du N.I.D. avec une cagoule sur la tête, il se servait de la Force comme d’un radar pour enregistrer chaque détail géométrique des endroits qu’il traversait. La cagoule était une idée du sénateur, arguant sur le fait que c’était une coutume terrienne. Le Jedi avait évidemment sentit la perfidie dans sa voix mais il avait obtempéré pour faire croire au sénateur qu’il le contrôlait.
    La plupart des gens qu’il croisait le regardaient avec étonnement. Un homme avec une cagoule dans un immeuble n’est pas chose commune. Après un long voyage en ascenseur qui montait lentement les étages, il entra dans une petite pièce où un des gardes lui enleva brusquement sa cagoule. Dages fit jouer les muscles de sa mâchoire pour se détendre le visage. Il se retourna et fixa le sénateur d’un air contrarié.
    « J’ai l’impression que je suis un prisonnier et que je vais subir un interrogatoire. »
    Kinsey ne répondit pas et s’assit sur une des deux chaises qui, avec une table, constituaient les seuls meubles de la pièce. Un miroir, derrière lequel le Jedi sentait des présences, ornait le mur à droite. Le garde qui avait tenté de le frapper se tenait devant la porte.
    « Monsieur Dages, que vous le vouliez ou non, vous allez devoir m’aider. »

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE DEUX : TROUBLES

    Anubis supervisait les réparations de ses croiseurs. Il y avait du travail, même avec les milliers d’esclaves Jaffa et Unas qu’il avait récupéré, ça prendrait du temps. Peut-être des jours, peut-être des semaines. Il n’avait pas le temps. Chaque seconde, les Toris se renforçaient. Le Jedi devait être en train de les aider et avec des chasseurs tels que le Xwing et des pilotes bien formés, la Terre saurait se défendre contre ses futurs plans.
    Ses informateurs Goa’uld caché chez la Tok’ra avaient bien travaillé. Des copies de l’holocron ne lui en avait pas appris beaucoup, simplement le fait que le Jedi venait d’une civilisation très développée, capable, d’autant plus, de le gêner dans sa quête de pouvoir. Les zat pouvait désactiver ses armes, des sabrelasers. Armes capables de dévier les tirs de ses supersoldats et de les tuer aussi facilement que s’il n’avait pas d’armure, l’énergie pure faisant fondre les armures modifiées.


    « Nous avons le Prométhée et les F-303, on a tout de même gardé les canons à ions que nous avait cédé, énumérait Carter.
    - Ils sont installés comme nous avions prévu mais les boucliers de son vaisseau ne seront pas inquiétés, commenta Hammond
    - Ils nous serviront contre les chasseurs comme tir de barrage, annonça Jack
    - Combien avons-nous de F-303 ?
    - Une trentaine, répondit un officier moustachu qui se tenait à l’autre bout de la table. Cela nous ferait presque trois escadrons la semaine prochaine. »
    Les héros se regardaient l’air inquiet et excité à la fois, les prochains jours allaient marquer un tournant dans l’histoire de la galaxie. Les Terriens allaient enfin pouvoir se révéler en tant que puissance spatiale par rapport aux goa’uld, aux Tok’ra, aux Asgards. Cette perspective faisait briller une flamme farouche dans les yeux des membres du SGC.
    « Il faut que l’on récupère Dages, je n’aime pas le savoir avec ce fourbe de Kinsey, maugréa O’neil.
    - On ne peut pas intervenir pour l’instant, répliqua le général posément.
    - Ses connaissances en pilotage et en combat spatial sont indispensables, fit le major.
    - Le sénateur Kinsey semble avoir la fâcheuse tendance à toujours perturber nos plans aux moments les plus critiques », dit Teal’c de sa voie grave.


    « J’ai étudié le cas des Jedi, cracha le sénateur en faisant la grimace, alors comme ça, vous avez des pouvoirs terrifiants, éclairs et poigne chez les siths…
    - Vous ne nous avez jamais vu mais vous avez des informations sur nous, ce George Lucas est impressionnant, très impressionnant, coupa le Jedi d’un air pensif.
    - Guérison et persuasion chez les Jedi, continua Kinsey en appuyant sur le mot « persuasion ».
    - Oui, la liste est incomplète mais bon, fit Dages, vous semblez intéressé par le pouvoir de persuasion. Je vous averti que je n’utiliserais pas la Force pour servir vos projets.
    - Vraiment ? Nous saurons vous convaincre.
    - Vous n’avez aucun moyen de pression, de plus, la torture n’aurait pas vraiment d’effet.
    - Vous n’êtes pas invulnérable. Vous craignez les ysalamiris.
    - Ils n’existent pas dans cette partie de la ga… », Dages se tus brusquement sous le sourire goguenard du sénateur Kinsey.
    Un soldat était entré dans la pièce, une cage à la main. Le Jedi ne sentait plus rien. Impossible ! Ces animaux n’existaient tout de même pas dans cette partie de la galaxie, un petit reptile verdâtre grattait d’un air placide, le fond de la cage avec ses petites pattes griffues. Sur une indication du sénateur, l’officier sortit de la pièce, la Force envahit de nouveau la pièce.
    « Nous appelons ça un iguane. C’est étonnant l’effet que cette bestiole est censée avoir sur vous. Cela ne vous a pas laissé indifférent, n’est ce pas ?
    - Bon, ça suffit ! Je ne suis pas là pour servir les intérêts d’un sénateur mégalomane, gronda le Jedi en portant la main à son sabrelaser, il ne trouva rien, dans sa manche non plus.
    - Tu voudrais ceci ? demanda la sénateur d’un air mauvais en montrant un écran d’ordinateur montrant, dans une autre pièce, un officier portant les deux armes, on s’est permis de te les emprunter pendant ton moment d’hésitation avec l’iguane.
    - Fourbe ! Je n’ai pas besoin de mes sabres pour sortir d’ici.
    - Même avec notre ami à écailles ? »
    L’officier entra à nouveau et le noir se fit dans la tête du jeune homme, ne plus sentir l’effet rassurant de la Force sur lui le troublait. Il n’avait jamais eu affaire à eux malgré les centaines de missions auxquelles il avait participé avec son escadron. Un infirmier entra avec une seringue.
    « Vous allez me dire ce que j’ai besoin de savoir, confirma le sénateur d’un air sombre.
    - Jamais vous ne serez un Jedi, clama le jeune homme.
    - Vous avez donc lu dans mon esprit. Ha !
    - Le pouvoir de la Force ne se donne pas.
    - L’étude de votre ADN nous sera très utile ; en y ajoutant des techniques goa’uld on devrait pouvoir faire quelque chose d’intéressant vous ne croyez pas ? Allez-y, prenez lui son sang, prenez lui son pouvoir. »
    Un officier entra en courant dans la pièce.
    « Sénateur ! Anubis est ici ! Il vient d’arriver en orbite de la Terre. Son seul vaisseau mère, aucun autre. Venez voir !
    - Continuez sans moi docteur », fit le Kinsey en quittant la pièce.
    L’officier lâcha le petit iguane qui se mit à arpenter la pièce. Le soldat jura puis se mit à le poursuivre. Pendant un dixième de seconde, la Force luit dans l’esprit du jeune homme. L’iguane était petit, sa sphère de contrôle de la Force n’était pas très étendue, quand il s’était trouvé au bout de la pièce, la Force avait atteint le Jedi. Perturbé par la perte momentanée de ses pouvoirs, Dages n’avait pas réagi. L’iguane se cacha dans ses jambes alors que le soldat marqua un temps d’arrêt. Le docteur fit mine de prendre le bras de Dages. Un soldat passa dans le dos du Jedi et le ceintura.
    Dages se mit debout brusquement et tenta de se libérer mais sans la Force, inutile d’espérer quoi que ce soit. Le soldat bien entraîné le fit rasseoir en quelques secondes. Dages décida de jouer le tout pour le tout, il bascula sur le côté et donna un violent coup de pied dans l’iguane qui vola à travers la pièce.
    « Pas facile de shooter assis », songea-t-il.
    L’officier suivit l’iguane du regard et se précipita sur lui pour le remettre en cage. La Force envahit le Jedi, l’iguane était coincé dans le coin opposé de la pièce, l’officier avançait lentement pour le garder immobile. Dages se remit debout brusquement. Il envoya contre le mur le soldat médusé. Le docteur le rejoint rapidement. Le jeune maître roula au sol pour éviter un tir de l’officier qui s’était retourné, l’arme de l’homme s’envola et vint se poser dans la main du jeune homme aux yeux verts qui brillaient maintenant d’une lueur farouche.
    Le petit ysalamiri fit mine de rejoindre le Jedi mais ce dernier appuya sur la gâchette et une balle frappa le petit animal en pleine tête. Dages laissa tomber l’arme et sauta sur la table pour frapper l’officier. L’homme heurta le mur quand il se prit les deux bottes du jeune homme dans la poitrine. Dages se rua vers la porte qui était fermée électroniquement. Il ferma les yeux et se calma, il sonda les environs puis étendit rapidement sa sphère de responsabilité à toute le système solaire. Anubis débarquait à peine de l’hyperespace.
    Avant d’ouvrir la porte avec la Force, Dages VidTin tomba à genoux, les yeux fermés, il se mit à envoyer un cri dans la Force, puisant dans la Force qui l’entourait pour générer un appel vibrant. Le combat qui l’attendait, il ne pourrait pas le faire seul. Les gardes et l’infirmier ne bougeaient pas. Fouillant toujours la galaxie à travers la Force et sa mémoire, il se souvint des coordonnées qu’il avait entré pour rejoindre cette partie de la galaxie, son point d’arrivée, il extrapola le point de départ, situé à des milliers d’années-lumière d’ici. Là, il établit une balise dans la Force, comme il l’avait fait avec l’holocron pour rejoindre Cheyenne Mountain. L’exercice était le même, les distances changeait simplement.
    La taille ne compte pas
    Il comptait laisser une marque pour ses amis Jedi de l’autre côté de la galaxie. Cette appel ne serait compréhensible que pour un être habilité à contrôler la Force. Son escadron, composé à grande partie de Jedi, l’Escadron de la Triade. Si il pouvait le retrouver, il pourrait l’aider. Mais ses chances étaient faibles. Il se releva en soupirant et ouvrit la porte en perturbant le circuit électromagnétique de la serrure. Derrière, deux gardes se retournèrent en pointant leurs armes. Personne. Dages passa, invisible, entre les deux soldats qui se regardèrent en faisant la moue.
    Il lui fallait retrouver ses sabrelasers, ensuite, il aviserait. Se fiant à la Force, il courrait dans les couloirs, effaçant au passage, les traces de son passage dans les mémoires des personnes qu’il croisait. Cet technique frise avec le côté obscur, pensa-t-il, ces derniers temps, j’ai trop tendance à enjamber la barrière.


    Anubis avait pris sa décision, son vaisseau mère était à lui seul capable de détruire la Tau’ri, les centaines de chasseurs de la mort qu’il contenait pourrait le couvrir pendant le bombardement. Ses croiseurs étaient donc restés en réparation. Les seigneurs goa’uld pouvait très bien revenir. Il fallait un acte retentissant et glorieux pour obtenir le respect de ses congénères.
    Avec ses radars, il sondait la planète, cherchant les traces de naquadah qui lui permettrait d’en finir. Un tir dans un gisement créerait une réaction en chaîne qui détruirait toute trace de vie sur cette petite boule bleue. A moins qu’une invasion…
    Une invasion avec les supersoldats pourrait permettre de capturer des hôtes intéressants. Il réussirait ainsi là où tout les Grand Maître Goa’uld avaient échoué. L’invasion de la Terre pour en faire des hôtes. Là, il retrouverait le respect et la crainte des goa’uld, et la contrôle. Sans hôte, pas de goa’uld, un chantage ignoble à long terme mais radical. Toutes ses possibilités se mélangeaient dans l’esprit machiavélique de l’Ancien déchu.
    Il se rassit sur son trône et attendit. Il avait encore un peu de temps devant lui.
    « Nos travaux ont été plus rapidement effectué que prévus. Nous avons donc trois escadrons de F-303. Un quatrième est en cours de construction.
    - Parfait.
    - Il faudrait leur donner un nom pour les transpondeurs et les communications, suggéra Carter.
    - Rogue ? fit Jack en souriant. Teal’c leva un sourcil lourd de signification.
    - Si un jour nous devons être amené à voler avec les vrais rogues, nous devrions penser à changer de nom, répliqua-t-il d’un ton léger.
    - Vous en discuterez plus tard, dit le général Hammond. Colonel O’neil, Major Carter et Colonel Green, vous serez les leader de chaque escadrons.
    - Oui général, répondirent les trois concernés en chœur.
    - Bon rompez et allez entraîner vos troupes au pilotage. Leur baptême du feu risque fort de se transformer en obsèques par la même occasion. »
    Ils sortirent de la pièce accompagnés de Teal’c et Daniel. Leur général se tourna vers ses experts et demanda comment ils allaient pouvoir annoncer la nouvelle à la presse et au public. L’équipe du SG1 et le colonel Green étaient en train de rassembler les trente six pilotes qui allaient former les trois lignes de défense de la Terre. Jack, debout devant la Porte des Etoiles, les mains dans le dos. A ses côtés, Samantha Carter et Dave Green. Le colonel inspira profondément et commença :
    « Soldats, nous sommes ici pour une chose bien précise, on ne va pas tourner autour du pot. Aujourd’hui, dans quelques heures, on va casser du goa’uld… »
    Sur ces premiers mots, Teal’c un peu en arrière derrière Jack haussa un sourcil en regardant le docteur Jackson qui fit une petite grimace amusée.
    « … Anubis est sans doute le plus puissant des ennemis que la Terre n’a jamais eu. Voila pourquoi vous êtes ici. Chacun de vous devras rejoindre l’officier qui lui servira de leader, le major Carter, le colonel Green et moi-même à l’occurrence. Nous formons ici, cette première ligne de défense de la Terre, Le Cercle des Etoiles, le colo

    vendredi 22 octobre 2004 - 18:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dages

    Dages

    297 Crédits

    , le colonel fit une pause. Pour mon second dans l’escadron, l’escadron Terre Un… le nom n’est pas définitif rassurez vous,… j’appelle Teal’c… »
    Le Jaffa releva son sourcil et rejoint Jack en souriant.
    « Major, à vous, choisissez votre second.
    - Merci mon colonel, puis se tournant vers les soldats, pour l’escadron Neutron j’appelle… »
    Jack ouvrit des yeux ronds en entendant le nom donné par la jeune femme. Le colonel Green resta conventionnel et appela son escadron Terre trois. Ainsi de suite, les soldats rejoignirent leur groupe. En dix minutes, l’appel avait été fait. Jack amena Sam à l’écart.
    « On avait dit simple pour le début, c’était Terre deux.
    - Oui mon colonel, mais c’était en attendant un nom plus intéressant. J’ai donc choisi un nom qui me correspondait le mieux. Et vous vous pensez prendre quoi ?
    - Un nom qui me corresponde ? Pèche à la ligne est un peu long non ? »


    Dages avait enfin repéré ses sabrelasers. Il entra dans la salle qui était en fait un grand laboratoire. Il n’avait plus envie de se dissimuler, les premiers gardes qui voulurent l’arrêter finirent par terre, de petits éclairs verts parcourant leur corps. Un soldat au fond dégaina et tira. Le Jedi tendit la main, la balle s’arrêta quelques centimètres devant. L’homme ouvrit des yeux ronds. Son arme s’envola à travers la pièce pour atterrir dans une corbeille à papier.
    Le laborantin activa le sabre bleu en fronçant les sourcils et en tenant fermement le sabre vert de la main gauche. Le jeune Jedi n’hésita pas une seconde. Il tendit sa main qui formait comme des griffes. Le scientifique porta la main gauche, en réflexe, à sa gorge, une poussé de la Force activa le sabre vert qui vrombit, emportant un morceau de l’oreille gauche de l’homme qui lâcha l’arme. Le sabre n’eut pas le temps de toucher le sol, elle rejoint la main droite de Dages qui se prépara au duel.
    Le laborantin était un fin escrimeur dans ses loisirs, mais porter un fleuret, aussi léger soit-il, n’est pas comparable au maniement de la lame d’énergie pure. Il tenta quelques bottes qui rencontrèrent toutes la lame verte du Jedi. Ce dernier assomma l’expert d’un coup de coude appuyé sur le bulbe rachidien alors qu’il venait de faire un coup d’estoc que le Maître avait esquivé.
    Le second sabre rejoint la main gauche du vainqueur qui avisa une fenêtre. Le soldat n’essaya même pas de l’arrêter quand il bondit par l’ouverture. Il était au dernier étage d’un immeuble qui en comptait quatre-vingt.
    Utilisant la Force, le jeune homme ralentit sa chute libre. Au sol, qui se rapprochait à vive allure, une fontaine laissa couler une petite rivière. Le Jedi éteignit ses deux sabres et attrapa un porte-drapeau qui tenait une oriflamme tricolore. Il fit un saut périlleux et, ralentissant toujours sa course, il atterrit sur le carrelage en marbre, un genou en terre. Il se leva prestement et se mit à courir dans la rue.
    Un taxi passa devant ses yeux, il le siffla et le rejoint,
    « Vous pouvez m’amener à Cheyenne mountain s’il vous plait ?
    - Connais pas ça moi ! » bougonna le chauffeur barbu qui lisait un magazine de tuning.
    Dages envoya l’image de la montagne et des installations dans l’esprit de l’homme qui hocha la tête en se préparant au départ. Pendant le trajet, le Jedi regardait les immeubles qui ornaient la ville dont il d’ailleurs ignorait le nom. Guidé momentanément par la Force, l’homme conduisait comme un robot. Malheureusement, un bouchon bloquait la route.
    « Votre speeder ne vole pas ?
    - Ma foi non mon petit gars, sinon je serai pas coincé là.
    - Ne vous inquiétez pas brave homme. Je suis un Jedi, je vais régler ça.
    - Un Jedi ? Halala, il ne faut pas boire pendant les heures de boulot mon petit gars. »
    Le Jedi ne répondit pas, il fermait les yeux, se concentrant sur la masse grouillante de la ville et sur la voiture jaune qui s’éleva à trois mètres du sol. Aussitôt, un attroupement se fit pour admirer le spectacle. Dages n’avait ni le temps ni la capacité d’effacer la mémoire des milliers de personnes présentes dans la rue. Il continua donc de faire voler le petit véhicule.
    « Hé petit gars, qu’est ce que tu nous fait là ? Repose moi, y a le compteur, il tourne pas quand les roues ne tournent pas… Mais qu’est ce qu’il fait ? Hoho, monsieur ? »
    Dages n’écoutait pas, à travers sa transe pour faire léviter la voiture, il avait reçu un message par le truchement de la Force.
    Dages, nous arrivons…
    C’est la deuxième fois que tu le dis, Keirran.
    Cette fois c’est la bonne, on a reçu ton petit mot.
    Ce n’était pas vraiment une discussion mais plutôt un échange d’image et d’impressions qui se traduisait par ces mots. Un hélicoptère de combat apparut derrière le taxi. Deux énormes sulfateuses étaient amarrées de part et d’autre de la cabine.
    « Hey, petit gars, réveille toi, j’ai l’impression que tes amis viennent te chercher, et puis, le bouchon est dépassé. »
    La voiture se posa en douceur, Dages fouilla quelques secondes dans l’esprit du chauffeur et lui dit :
    « Souriez vous avez été piégé, tout à été entièrement filmé. Bonne journée Bob.
    - Hein quoi ? Vrai ? Je vais passer à la télé ? Hé revenez ! »
    Dages courrait déjà dans une petite ruelle, là où l’hélicoptère ne le suivrait pas. Il courut pendant une centaine de mètres, arrivant sur des quais. Là des dockers chargeaient un bateau. Ils ne le virent pas continuer son chemin, mais ils entendirent l’hélicoptère qui tourna vivement.
    Dages activa ses deux sabres et les relia entre eux, formant ainsi un doublesabre. Il le fit tourbillonner et se prépara à se défendre. Les sulfateuses rugirent et le jeune homme roula sur le côté pour esquiver. Tout se passa alors comme dans un rêve, les balles sifflaient à ses oreilles, il en parait quelques unes, arrêtait d’autres, mais il savait bien, qu’une finirait bien par l’atteindre. Les dockers aussi avait tourné la tête quand soudain, surgissant du ciel, un escadron de onze chasseurs apparut, un laser transperça de part en part la coque blindé de l’hélicoptère de combat qui se crasha dans une gerbe de flamme.
    L’escadron resta en apesanteur à une dizaine de mètre du sol. Dages sauta sur un Xwing et indiqua une direction. Il s’accrocha à la carlingue avec la Force et le chasseur s’éleva à petite vitesse pour partir dans la direction montrée.
    Dages avait repéré son holocron. Il rejoignait son chasseur pour le combat final.

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 3 : PRELIMINAIRES

    « Ici, Leader Tau’ri, commença le colonel O’neil, le nom avait été proposé par Teal’c et avait été accepté, vous me recevez les Tau’ris ? »
    Un concert de petits clics dans l’écouteur du pilote lui fit comprendre que oui.
    « Ici, Leader Tau’ri, continua Jack, et vous les Neutrons ?
    - On vous reçoit cinq sur cinq mon colonel, répondit Carter après quelques secondes.
    - Et vous les Serpents ?
    - On vous reçoit aussi Colonel », confirma le colonel Green.
    Le nom des Serpents avait été donné par Hammond, comme un pied de nez à leur adversaire goa’uld. Les trois escadrons ainsi baptisés, ils avaient décidé de commencer les préparatifs pour le combat. La majorité, si ce n’est la totalité des pilotes présents avait été formée dans les meilleures écoles de pilotages du monde entier. Tous parlaient l’anglais et avait de nombreuses heures de vol à leur actif.
    La piste de décollage des F-303 avait été installée au sommet de Cheyenne Mountain, La montagne avait été creusée comme un petit volcan pour accueillir les dizaines de chasseurs qui décollaient à la verticale.
    « Alerte ! Alerte, chasseurs inconnus en approche ! »
    Ils n’eurent pas le temps de décoller, une escadrille les survola pour atterrir non loin de là. Les membres de SG1 sortirent à la hâte de leurs chasseurs et rejoignirent Daniel qui les regardait depuis la plateforme de contrôle. Tout les quatre, il se dirigèrent vers l’entrée de la base.
    Une petite troupe de soldats courrait dans la même direction. Dans un champ proche, une douzaine de chasseur était posé et des hommes en descendaient. Jack aperçut Dages sauter d’un Xwing et rejoindre les autres qui s’était rassemblés au milieu du champ. Les soldats mirent en joue le groupe. Carter cria de baisser les armes et ils s’avancèrent vers le petit groupe d’homme. Il y avait une jeune femme aussi parmi eux. Le visage rayonnant, le Maître Jedi Dages fit un signe aux terriens et vint à leur rencontre.
    « Mes amis m’ont rejoint. Je les ai guidé jusqu’ici grâce à la Force.
    - O…k, mais comment avez-vous échappé au sénateur ? s’enquit le colonel.
    - C’est une autre histoire. Le seigneur goa’uld est en orbite large autour de la planète…
    - Oui, nous sommes au courant, venez avec vos équipiers, on va en parler au général, coupa le major.


    « Encore ces chasseurs étranges ? Le Jedi a appelé des renforts. »
    Anubis regardait passer devant lui l’escadron de la Triade. Il n’osait pas envoyer ses chasseurs. Les terriens avait donc maintenant une petite armada d’une quarantaine de chasseur plus un croiseur. L’être sombre ne doutait pas de sa capacité à écraser la planète mais la technologie révélé par ce nouvel arrivant attisait sa curiosité.
    Un jaffa se tourna vers le seigneur et attendit l’ordre de tirer mais il ne reçut pas de réponse. Au lieu de cela, Anubis vint s’asseoir sur son trône, baissant la tête d’un air pensif. Son masque étrange ne reflétait aucune émotion. Le jaffa n’osa pas demander ce qu’il fallait faire, il attendit encore. Le goa’uld dit d’une voix plus sombre que jamais.
    « Nous allons voir si les Tau’ris et leurs alliés sont vraiment si puissants, envoyez cinq escadrons de nos chasseurs de la mort attaquer chacun de leur continents. Un par continent, en éclairage. »


    Hammond ne souriait pas.
    « Pour couvrir l’utilisation de vos pouvoirs, nous avons du lancer une campagne de publicité sur un nouveau film. L’arrivée de vos amis a fait un peu trop forte impression. Le sénateur Kinsey est furieux. Mais bon passons, qui sont donc vos amis ici présents. »
    Dages, toujours souriant, désigna un par un ses collègues.
    « Voici Keirran Halcyon, mon second, c’est un Jedi gris comme on dit.
    - Je maîtrise les deux côtés de la Force mais je sers le bien, ajouta le jeune homme avec un petit sourire en coin.
    - Mince, j’aurai du commencer par la seule femme du groupe, voici la Jedi Darkalisea, continua-t-il en désignant une jeune femme rousse qui s’avança en souriant.
    - Merci Dages, je me demandais où était passé ta politesse.
    - Euh, oui, voici ensuite Vins Di’Zel, un ami d’enfance. C’est aussi un Jedi, il a des dons de télépathie et de prescience très développé.
    - Bonjour à vous.
    - Ensuite, Vince Katarn, aussi Jedi, Jacen Katarns, sans oublier le S, énuméra le maître.
    - Salut, firent les deux hommes en chœur.
    - Voici un impérial, nommé Klaatu, il pilote le seul Tie defender de l’escadron. Ce n’est pas un Jedi mais c’est un excellent pilote.
    - Mes respects, dit l’intéressé en faisant un pas en avant, son armure luisait sous les néons du plafond.
    - Ensuite, Luuke, enfin, Dark Luuke, un Sith qui pilote un intercepteur sith de dernière génération. »
    Ce dernier hocha simplement la tête cachée sous un casque noir.
    « Vous ressemblez à Dark Vador, fit Jack.
    - Merci du compliment, répondit le Sith.
    - Voici mon frère Darkel, qui est Sith aussi avec Dark Madkiller, à eux trois, ils forment une des ailes de mon escadron, exclusivement composé de Sith avec leur interceptor. Cela nous fait neuf, il reste Maître Shaman Spirit et le Jedi gris Colonel Yaourt. »
    Le colonel O’neil pouffa discrètement, le colonel Yaourt tourna sa tête encapuchonnée vers lui. Il ressemblait à un fantôme noir avec sa longue cape. Son visage dans l’ombre ne le rendait que plus impressionnant alors qu’il semblait sonder l’esprit de Jack. Il répliqua d’une voix solennelle:
    « Il semble que dans votre monde, le yaourt, c’est de la bouffe ? Marrant.
    - Oui, derrière son air sombre, c’est un boute-en-train », fit Keirran devant l’air crispé que venait de prendre le général Hammond et ses hommes.
    - Au fait, quel est le nom de votre escadron, s’enquit le colonel Green, c’est pour faciliter les choses vous comprenez.
    - Tout à fait, nous sommes l’escadron de la Triade, répondit Maître Shaman.
    - Ce nom à une signification importante pour vous ?
    - C’est sans doute la chose la plus importante pour nous tous…, dit Dark Madkiller
    - C’est l’unité…, continua Jacen Katarns
    - De tout ceux qui maîtrisent la Force…, ajouta Klaatu avec un sourire gêné.
    - Klaatu n’est pas Jedi comme on l’a dit, il a tendance à se sentir un peu à part parfois. Mais il n’y a pas que la Force pour le pilotage. Regarde les Rogues.
    - Oui, je sais Darka, fit l’impérial.
    - C’n’est pas la meilleure référence pour un impérial, s’esclaffa Vins.
    - Bon, la triade, cela représente toutes les valeurs que nous représentons. Le côté obscur, le côté clair, la Force en elle-même. Nous volons par vol de trois. Habituellement, les vols se font par groupe de quatre. C’est un peu une façon de marquer notre différence, dit Shaman Spirit d’un air rêveur.
    - C’est très intéressant, songea Daniel tout haut.
    - Oui, c’est vrai, pourquoi un vol à trois. Cela nous fait… trois fois quatre… douze, calcula O’neil, c’est ça ?
    - Tout à fait mon colonel, sourit le major carter en cachant un sourire.
    - Alors, pourquoi trois ?
    - Cela nous permet d’être plus mobile, répondit Darkel, je fais parti du vol sith avec Luuke et Madkiller. Ainsi, nous pouvons agir à notre manière sans gêner la conscience des autres.
    - Moi, je fais parti du vol leader, avec Keirran et Vince, fit Dages
    - Darka, Jacen et moi, nous sommes les soutiens du vol des Sith, il faut les calmer les siths parfois, dit colonel Yaourt.
    - Hoho, sourit Dark Madkiller.
    - Shaman, Vins et moi, on soutient le vol leader, mais on est pas les derniers pour le combat croyez moi.
    - Finalement, c’est l’amitié, le respect et…, commença Vince Katarn.
    - La Force, conclut Keirran.
    - Beau programme, vous avez beaucoup d’heures de vol à votre actif, j’espère que vous pourrez aider certains de nos pilotes pour le combat spatial, s’exclama Hammond l’air un peu exaspéré par le petit discours des
    - Bien sur… », répondit Darkel.
    Un gyrophare rouge se mit à tourner sur lui-même sur le mur de la salle de briefing où tous les responsables du Cercle des étoiles et les membres de la Triade étaient réunis. Une voix résonna dans les haut-parleurs.
    « Chasseur ennemis en approche. »
    Un officier apparut dans les escaliers et posa une feuille devant le nez du général qui la lu rapidement puis la reposa d’un air catastrophé sur la grande table.
    « Ils commencent… Cinq escadrons, au dessus de chaque continent. Nous avons quatre escadrons. Messieurs, faîtes votre travail.
    - C’est un bon moyen de les former. Rien ne vaux un bon baptême du feu, fit Dark Luuke.
    - Bon, La Triade, j’espère que je peux compter sur votre coopération, dit Jack O’neil d’un ton sans réplique.
    - Bien sur, fit Vins.
    - Je veux dire, ne faîtes rien sans mon avis, corrigea le colonel.
    - Mhmm, grogna Darkel.


    Les moteurs des F-303 se mirent à vrombir tous au même moment. Escadron par escadron, ils s’envolèrent chacun vers leur objectif. L’escadron de la triade passa devant la base à toute vitesse. Leader des Tau’ri, O’neil devait s’occuper de l’Amérique du Nord. Visiblement, Anubis n’avait pas envoyé d’escadrilles vers l’Antarctique.
    Rapidement, il se dirigea avec ses ailiers vers les signaux qui commençaient à s’afficher sur son radar. Imitant les Triades, il avait formé son équipe en quatre groupes de trois. L’ennemi avait une formation plus standard en trois fois quatre.
    « Ok, les Tau’ri, choisissez vous vos cibles. Communiquez bien avec vos ailiers. Teal’c, vous me suivez on va faire un premier passage. Tout le monde, armez les missiles spéciaux.
    - Je vous suis O’neil. »
    Une série de clics dans ses écouteurs lui confirma que toute son équipe avait compris les directives. C’était déjà un bon point. Au loin déjà, survolant Denver, les chasseurs de la mort s’étaient mis en formation.
    « Ils nous ont repéré. Bonne chance les gars. »
    Les deux formations s’approchaient de plus en plus. Des modèles des canons lasers de l’aile X de Dages avaient été installé sur chaque F-303 pendant la préparation des chasseurs. Ils y en avaient deux et ils marchaient au naquadah. Alors que les deux groupes n’était plus qu’à trois centaines de mètres, un des ailiers qui appartenait au vol deux lâcha un missile, par réflexe, tout les autres les imitèrent sauf Teal’c et Jack qui passèrent en rase motte. Un des missiles, frappé par un des tirs de plasma, explosa en plein ciel, perturbant les radars pendant quelques dixièmes de secondes.
    « Attendez mes ordres au lieu de faire n’importe quoi !
    - Excusez moi mon Colonel… Ho mince, j’en ai un à six heures, les gars aidez moi !
    - Ici, Tau’ri six, je suis derrière vous Tau’ri cinq, je m’en charge.
    Une rafale de tirs lasers eut raison du bouclier du chasseur qui s’embrasa quand un des missiles tiré au début le frappa. Pendant quelques secondes de folie totale et de désorganisation la plus complète, un des F-303 fut détruit par les tirs joints de trois chasseurs ennemis.
    « C’était Tau’ri neuf, mon colonel, une nouvelle recrue.
    - Bien reçu Tau’ri dix. Zut ! Teal’c vous êtes où ? non d’un chien, j’en ai deux qui me colle aux basques.
    - Je ne peut pas vous rejoindre mon colonel, j’en suit un.
    - Ok, répliqua Jack, puis pour lui-même, D’accord mes gaillards, vous allez en baver. »
    Des tirs de plasma atteignirent ses boucliers qui tinrent bon. Il passa en vrille, heureusement qu’il ne survolait pas Denver, les tirs auraient fait d’énormes de dégâts. Les chasseurs se croisaient comme un nuage de guêpes. Le barrage de missiles du début du combat n’avait pas été inutile, finalement, trois cibles avaient été atteinte. Il en restait donc huit. Le colonel fit deux crochets, un à droite, un à gauche. Impossible de les lâcher. O’neil fit un looping quand un hurlement retentit dans ses oreilles.
    « C’était Tau’ri trois, fit la voix étrangement calme de Teal’c.
    - C’est pas vrai », râla Jack.
    Il vira brusquement pour éviter justement le F-303 du jaffa qui fit rugir ses canons. Un des chasseurs vira sur l’aile et heurta son ailier. Ils disparurent dans une gerbe d’étincelles.
    « Wou-Hou ! Deux de moins, merci Teal’c.
    - Ce n’est rien colonel. »
    Le combat se continua plus calmement, alors que les forces se réduisaient de chaque côté. Le quatrième vol fut détruit par un sursaut de volonté des goa’uld qui se réunirent tous pour un assaut éperdu.
    « Ok, Ici Tau’ri leader, on joue à domicile les gars, on va pas se laisser faire par ses larves de ver.
    - On vous suit mon colonel, répondit Tau’ri quatre, je remplace Tau’ri trois dans vol ?
    - Non merci Tau’ri quatre, on se débrouille. Allez les gars, on se replie et on refait le coup des missiles. »
    Comme un seul chasseur, les F-303 se regroupèrent et semèrent leur poursuivant puis se retournèrent. Une volée de dix missiles partis comme une flèche. Mais les goa’uld ne se laissèrent pas avoir. Ils tirèrent dans les missiles. Une énorme explosion illumina la zone.
    « On recommence, feu ! »
    Dix missiles s’échappèrent. Cette fois-ci caché par l’explosion précédente, les goa’uld ne purent réagir à temps. Quatre chasseurs partirent en vrille, de la fumée les suivait. Les trois restants hésitèrent. Ils partirent vers l’espace. Les F-303 les suivirent tout en les arrosant de lasers. Les chasseurs de la mort se séparèrent brusquement et foncèrent droit sur les Tau’ris. Malgré le véritable barrage de feu, ils continuaient tout droit.
    « Des Kamikazes, esquivez ! » hurla O’neil dans l’intercom.
    Surpris par la manœuvre suicidaire, certains n’eurent pas le temps de bouger, les canons à plasma des chasseurs les détruisirent. Puis un des trois se crasha, en flamme, dans un autre. Les deux autres explosèrent avant d’avoir pu faire d’autres dégâts.
    « O’neil, Tau’ri six, onze et douze manquent à l’appel.
    - On rentre », fut la réponse morne de Jack.
    Tant de morts, de dégâts, et ce n’était que le début de la bataille. Il avait presque perdu la moitié de son escadron. Il espérait que les choses s’étaient mieux passées pour Carter et Green. Daniel, dans le Prométhée devait faire face aux derniers escadrons, avec les Jedi quand ils auraient fini le premier escadron, au dessus de l’Europe.


    « Bon, ici Dages, on est pas chez nous les gars, alors mollo, on va essayer d’entraîner le combat loin des zones habités. Si possible au dessus de cet océan. Dés que vous les avez sur vos radars, vous le dîtes, on passe en formation Delta avec roulements, on ne sait pas trop de quoi ils sont capables, ni la puissance de feu, ni la résistance des boucliers. Alors comme avec les vongs, faites tourner les vols.
    - Chacun suis son leader puis vous changer pour faire tourner les boucliers, ajouta Keirran, allez Vins, on fait le lien Jedi.
    - C’est parti tout le monde. Ne faîtes plus qu’un. Laissez vous couler dans la Force. Restez unis, sentez la présence de vos ailiers, de vos compagnons. Reliez vous par la Force, reliez vous à moi. »
    Ayant les meilleurs pouvoirs télépathiques, Vins servait de catalyseur pour le lien Jedi. Cette technique, trouvé par les jeunes Solo lors de la guerre contre les Yuuzhan Vongs avait toujours été très utile. Permettant aux Jedi connecté de tout voir, tous savoir, tous ressentir grâce aux perceptions de leurs collègues. Ces phrases, toujours les mêmes, que prononçaient Vins, servaient à rappeler aux pilotes l’importance de l’unité au sein du groupe. Pas seulement en combat mais dans la vie de tous les jours.
    Klaatu soupira, comme il aurait aimé être un Jedi pour ressentir la Force et pour s’unir avec ses amis. Si cela lui était impossible, son rôle n’en était pas moins capital.
    « Comme d’habitude Klaatu, quand on est en transe, tu nous aide à nous remettre quand on quitte le lien. C’est sans doute le moment on est le plus fragile. Reste à l’écoute.
    - Ouaip », répondit l’impérial depuis le cockpit de son chasseur griffe modifié.
    Vins se concentra puis rouvrit brusquement les yeux. Le lien ne se forma pas. Les autres envoyèrent des pensés dubitative. Puis tous gardèrent le silence, ils avaient sentis.
    « Ils ont des problèmes, dit Darkalisea dans l’holocom de son Xwing XJ5.
    - On a pas le temps les Jedis, reprenez vous ! Je les ai sur mon radar, il sont à une vingtaine de kilomètres sur la droite, gronda Klaatu.
    - Exact, répondit Madkiller, merci Klaatu. Tu vois, même si tu ne contrôle pas la Force, tu es sans doute celui qui a le plus les pieds sur terre.
    - Lis pas dans ma tête, Sith, rigola le jeune soldat.
    - Jedi, Jedi gris, Sith, on a une mission à finir, il faut rejoindre le Prométhée dans le continent appelé Afrique après ça. Laissez la Force vous envahir », murmura Shaman Spirit.
    Vins referma les yeux, sentant clairement la présence flamboyante de chacun de ses amis près de lui. Il voyait le tableau de bord de son chasseur mais aussi celui des interceptor sith et des autres Jedi. Se laissant couler dans ce déluge de sensations, il les relaya à chacun qui lui envoyèrent de l’énergie et des encouragements en retour.
    « Contact visuel. Boucliers à cent pour cent. En formation les mecs, on va en faire de la purée de bantha », exulta le Colonel Yaourt dans le microphone.
    Les quatre vols se mirent en position. Dages, Darkel, Shaman et Jacen, chacun leader de son vols se mirent en avant. Les leaders étaient en première ligne.
    Nous sommes au dessus de la Belgique, pensa Dark Luuke. Il faut les attirer vers la mer, vers la gauche.
    La pensée avait été captée par les autres membres qui maîtrisaient la Force. Klaatu suivit son leader, regardant tout autour de lui. L’escadron goa’uld qui les avaient repéré se mit à les suivre. Les vols se séparèrent.
    Chacun le sien, pensa Vince, Et que la Force soit avec vous.
    L’air entre les deux formations s’embrasa sous les tirs de lasers et de plasma.
    Le combat parfait
    Les sith passèrent sous les douze chasseurs et se retournèrent pour faire un demi looping. Adaptant leur vitesse, ils se décalèrent légèrement du lien pour ne pas interférer avec les sentiments des Jedi. Laissant leur colère les diriger, ils appuyèrent en même temps sur la gâchette.
    Shaman, avec le colonel Yaourt et Klaatu, se dégagea vivement, entraînant son vol avec lui. Klaatu, ayant prévu le coup, suivit parfaitement.
    Attention, il y en a trois sur vous, pensa Darka, on s’en occupe.
    Merci, télépatha Yaourt, je tiens à mes turbines.
    Le vol de Jacen, Darka et Vins se mit en chasse des poursuivants tandis que le groupe de Shaman revenait vers le groupe principal des adversaires. L’attaque du vol sith avait fait pas mal de dégâts. Déjà trois chasseurs de la mort manquaient au compte. A travers le lien Jedi, et en tant que Jedi gris, Jacen avait sentit l’éloignement des siths, il percevait leur colère et leur haine. Se laissant entraîner, il posa la main sur la verrière de son cockpit, pilotant de l’autre.
    Les trois siths avaient senti la présence et la volonté du Jedi gris, suivit par le colonel Yaourt et Keirran qui commençaient à s’énerver. La mort de leurs alliés terriens, bien que mal connus encore, les touchait étrangement profondément, ils utilisaient cette douleur pour se renforcer.
    Le vol de Dages avait sans hésiter foncé dans le tas. Se remplaçant à la tête du vol, ils évitaient ainsi de perdre trop de boucliers. Dages, qui était resté un peu longtemps, en était à cinquante pour cent du nominal. Il fit la moue et suivit Vins qui était passé devant, encaissant les tirs. Les deux Jedi avaient bien senti la colère montante de leurs ailiers. Mais ils avaient l’habitude, avec les nombreuses missions, ils avaient appris à composer avec. Il était tous un peu Jedi gris.
    Tous ceux qui maîtrisaient la Force obscure s’étaient positionnés sous un chasseur ennemi, laissant la haine les guider et anticiper les mouvements de leur adversaire. Klaatu, virevoltait avec aisance. Un chasseur de la mort qui passa devant son cockpit se reçut plusieurs lasers et s’écrasa dans la mer qui était démonté. Le temps se préparait à l’orage.
    Dages sentait bien que les Siths se concentraient. Le temps avait été au beau fixe avant le combat. Les nuages avaient subitement afflué. Quand un éclair éclata dans le ciel, l’enfer se déchaîna. Chaque serviteur du côté obscur avait posé la main sur la verrière. Un éclair jaillissait de leur main, frappant et entourant les chasseurs au-dessus. Le jeune maître sentit Shaman Spirit soupirer dans la Force. Jedi dans l’âme, il n’aimait pas trop cette utilisation de la Force. Mais force était de constater que l’attaque était efficace. Comme un canon à ions, les éclairs avait coupé tous les systèmes de leurs cibles.
    Pas si Sith que ça, sourit Vins mais il se ravisa bien vite quand il vit les coques s’ébrécher sous l’effet des éclairs, ça suffit, ils auront leur compte avec nos lasers, arrêtez un peu.
    Détruit-les avant alors, répliqua Darkel.
    « Rhaa ! » Cria le Jedi dans son intercom, il se mit sur le côté et tira le manche tout en tirant. Ses deux rafales firent mouche et deux chasseurs ennemis explosèrent.
    Pas si Jedi que ça, sourie Dark Madkiller.
    Un autre chasseur explosa sous les tirs de Klaatu qui, nullement concerné par la petite rixe dans la Force, était concentré sur le combat en cours.
    « Hey les mecs, je sais pas ce que vous pensez mais on se bat là. »
    Une rafale de clic dans son holocom le rassura. Le groupe se reforma pour se disperser, les goa’uld avaient été impressionné par la décharge de Force des siths. Vince en abattit un et se concentra sur l’esprit d’un autre. Lui faisant imaginer qu’il était en train de s’envoler en orbite. Le goa’uld baissa le manche et piqua dans la mer, convaincu d’être en train de combattre. Son chasseur explosa quand il entra dans l’eau.
    Dages acheva un autre chasseur d’un tir en plein cockpit. Le colonel Yaourt, survolté dans la Force, manipulait carrément le chasseur ennemi avec la télékinésie. Comme un enfant le fait avec un avion en jouet.
    « Vrouuuum, fredonna-t-il alors que le chasseur, incontrôlable, faisait des vrilles et des looping dans tout les sens, haha ! Je vais lui faire voir ce qu’il a mangé aujourd’hui. »
    En effet, avec les pirouettes qu’il subissait, le pilote devait être mal en point.
    « J’ai coupé son compensateur à inertie, mince alors », pouffa le colonel.
    Les siths s’esclaffèrent. Keirran acheva le pauvre jaffa d’une rafale. Le lien se relâcha avec la pression du combat. Vins eut un haut-le-cœur et hurla dans l’holocom.
    « Le Prométhée a des problèmes »
    Pas mal, Jedi…


    Le croiseur en effet n’en menait pas large. L’escadron goa’uld posté en Afrique avait été rejoint par celui d’Océanie. Le colonel Green devait les rejoindre pour les aider mais il n’était toujours pas là.
    Les turbo-lasers du Prométhée, un peu trop lent, ne faisait que rarement mouche. Seulement trois chasseurs avaient été détruits en dix minutes. Mais son point fort était son bouclier boosté au naquadriah. Daniel, sur la passerelle de commandement réfléchissait. Le général regardait les écrans de contrôle.
    « Général, on a une brèche dans le secteur A-17.
    - Faîtes votre possible, c’est pas loin du compartiment de l’hyperdrive.
    - Oui mon général. »
    L’escadron goa’uld qui arrivait en renfort fut frappé par un tir venant du sol. Un des canons à ions extraterrestres s’était mis en fonction. Quatre chasseurs explosèrent, frappés en même temps par le rayon ardent. L’escadron du colonel Green se pointa sur les radars.
    « C’est bon, mon général, ils seront là dans quarante secondes.
    - Feu à volonté, contactez les autres escadrons, demandez des rapports.
    - L’escadron des J… Les Triades arrivent aussi, ils n’ont pas de perte.
    - Bien. Et les Tau’ris ?
    - Le Jaffa vient de me communiquer qu’ils ont perdu la moitié de leur escadron.
    - Malheur ».
    Une explosion retentit et la passerelle trembla.
    « Qu’est ce que… ? Fit Hammond.
    - Un chasseur ennemi s’est écrasé sur un de nos répulseurs ?
    - Comment est ce possible ?
    - Ou alors, c’est une manœuvre kamikaze, commenta le docteur Jackson.
    - Pourquoi ?
    - Il ont trop de mal à nous détruire avec leur rayons à plasma, ils ont pu recevoir un message d’Anubis pour en finir vite, d’autant plus que les Neutrons et les Tau’ris nous rejoignent… ils ne veulent pas gaspiller de vie inutilement.
    - Lieutenant ? En orbite !
    - Mon général ?
    - Exécution !
    - Général, que comptez vous faire ? demanda Daniel.
    - L’attaque est la meilleure des défenses, ce petit jeu n’a que trop duré, on a tous nos chasseurs avec nous, ils sont encore sous le coup de la tension du combat. On ne se relâche pas.

    La mort ne vous sera pas douce, Jedi

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 4 : ILLUMINATION

    Anubis regardait le déroulement de la bataille depuis son trône. La défaite de ses troupes parties en éclaireur n’avait pas été inutile. Il avait réussi à réduire la formation ennemie d’un quart, presque d’un tiers. Les escadrons Tau’ri et Neutron avaient en effet fusionné pour compenser les pertes. L’escadron Serpent avait pris les pilotes en trop pour compenser ses faibles dégâts. Les derniers chasseurs de la mort avaient été détruits en tentant de suivre le Prométhée qui avait pris la direction de l’espace, suivit des F-303 et des Jedi. Bizarrement, l’escadron hétéroclite composé de Xwing, de sith interceptor et d’un Tie defender n’avait subit aucune perte.
    « Des adversaires de valeurs, leur mort n’en sera que plus glorieuse pour moi… Amenez la boule de communication modifiée. »
    Deux Jaffas apparurent portant une sphère grise. Ils la posèrent avec son socle devant la verrière qui montrait la planète bleue. Ils l’activèrent puis se décalèrent pour laisser place au Seigneur goa’uld.
    « Oui, je veux que tout sois enregistré puis envoyé aux autres grand maître, dit-il en effleurant la boule qui trembla légèrement, envoyez tout nos chasseurs sur eux. »


    Ils envoient la sauce, pensa le colonel Yaourt.
    En formation comme tout à l’heure, on refais le lien Jedi, ajouta Vins.
    Vous aussi vous avez senti cette présence lorsque nous avons vaincu le premier escadron et que nous sommes partis en orbite ?demanda Dages.
    Une série de clic plus conventionnel se firent entendre dans l’holocom. Le Maître Jedi sourit et jeta un coup d’œil sur ses boucliers qui s’étaient rechargés.
    « Ici Leader Tau’ri, à tous les escadrons, bon les gars, pour l’instant on escorte le Prométhée, on a trois minutes avant de se trouver à distance de tir de la bête. Suivez vos chefs. Dés qu’on arrive sur les lieux, on balance tous un missile pour éprouver la solidité des boucliers du vaisseau mère. Il va nous lâcher des chasseurs de la mort. Les Serpents et les Tau’ri Neutrons s’en occupent. Pour les Triades, je suppose que vous pouvez vous charger du gros avec le Prométhée.
    - Ici Leader Serpent, bien reçu.
    - Ici Leader Triade, c’est ok.
    - Alors, euh… Que la Force soit avec vous. »
    Merci, envoya Keirran dans l’esprit de Jack.
    « Mais évitez de parler dans ma tête. »
    Plusieurs rires se firent entendre dans les écouteurs du colonel O’neil qui ne put s’empêcher de sourire.
    Quelques secondes plus tard, le vaisseau d’Anubis fut en vue. Les escadrons se positionnèrent autour du Prométhée. Le combat allait commencer.


    « Maintenant », s’exclama Hammond.
    Un officier appuya sur un bouton. Des rayons bleus partirent de la Terre et vinrent toucher le bouclier du vaisseau mère qui commençait à larguer des dizaines de chasseurs de la mort. Des dizaines et des dizaines, des centaines…


    « Maintenant », clama Anubis.
    Son nouveau prima, un jaffa à la stature impressionnante et au crâne rasé entra quelques commandes. Des tirs énormes de plasma partirent en direction de la petite formation ennemie.


    « Maintenant, songea Klaatu qui entrait des données dans son terminal de communication. Il envoya un ordre par l’holocom. Aucun de ses ailiers ne le reçut mais tous connaissaient la teneur de ce message et son destinataire.


    « Allez les gars, on vire », cria O’neil dans l’intercom de son F-303, alors que, comme par réflexe, tous ses ailiers avaient suivit.
    Les tirs de plasma venant du vaisseau effleurèrent le Prométhée qui tint bon. La formation des chasseurs de la mort était à distance de tirs, déjà les deux groupes commençaient à tirer.
    « On traverse et on arrose le vaisseau comme prévu, ordonna Tau’ri trois.
    « Vous avez entendu le major Carter ? Allez en vrille ! Confirma Jack.
    Tournant comme des toupies, les F-303 traversèrent la première ligne ennemie en tirant sans s’arrêter. Les Serpents suivirent. Les Triades restaient près du Prométhée
    « Ok, ici Leader Triade, commença Dages. On protège leur croiseur pour l’instant. Gardez vos forces pour le vaisseau mère. Je sens un trouble dans la Force. »
    Moi aussi, répondirent dix voix dans son esprit.


    Jack esquiva de peu un chasseur de la mort qui croisa son chemin. Il vira à droite et accéléra. Comme une queue de comète, son vol suivait chacun de ses mouvements, Carter détruisit le chasseur d’un missile. Teal’c se remit en vrille quand plusieurs chasseurs le prirent en chasse.
    « Ils sont à vingt contre un O’neil », murmura-t-il d’un ton solennel.
    Le colonel serra les dents en entamant un plongeon, il releva le nez de son appareil et ne vit plus aucun chasseur adverse.
    « C’est normal, Jack, ils sont dans ton dos, entendit le colonel dans son casque.
    - Daniel, vous êtes où ?
    - Dans l’essaim.
    - Tenez bon, on lance les missiles et on arrive. »
    Il secoua la tête et attrapa la poignet qui servait au largage de missile.
    « Et, un suppositoire pour goa’uld, un !
    Son chasseur était le seul à être équipe de deux charges nucléaires modifiées au naquadah contenue dans un de ses missiles. Il lui en restait trois.
    « Feu ! »
    Une flopée de missiles partit en direction du vaisseau. Teal’c ajusta et tira dans la bombe atomique avant qu’elle ne se heurte au bouclier comme les autres missiles, qui, plus rapide, avait déjà explosé contre le rempart énergétique. L’explosion fit disparaître le vaisseau mère derrière un nuage de gaz et de lumière.
    Sur les radars déréglée sous le choc, impossible de connaître l’efficacité de l’attaque. L’escadron continua à avancer. Alors que la fumée se dissipait avec les perturbations gravifiques, un point restait marqué sur la carte.
    « Il n’a rien eu ! Repliez vous autour du Prométhée, on va le protéger en attendant. Allez virage à gauche. »
    La coque de son chasseur grinça alors que l’espace se troublait légèrement sous son chasseur, une onde orange apparut en même temps qu’un cri dans l’écouteur.
    « C’était un des mes Neutrons, soupira Carter, on a frôlé le bouclier du vaisseau mère, un peu plus et on se tuait tous. »
    Jack ne répondait pas, au loin, il voyait le croiseur terrien se débattre au milieu des chasseurs. Un escadron apparut vers la gauche et se mit à leur foncer dessus.


    Anubis n’avait pas été troublé par le lancé de la bombe, ses boucliers avait tout de même pris dix pourcent de dégâts. Il hocha la tête en regardant son primas et dit :
    « Oui, Re’Xur, tu peux retirer. Feu à volonté sur le Prométhée, envoie aussi un de mes croiseur d’escorte. »
    Le prima se mit à sourire et se tourna vers le terminal.


    Les siths contournaient le croiseur par la gauche, tirant sur tout ce qui bougeait, le vol de Jacen traversait le groupe de chasseur de la mort de part en part en emportant à chaque fois des cadavres dans son sillage. Shaman et ses ailiers était en train de revenir vers l’essaim. Derrière eux, des épaves de chasseurs flottaient dans le noir de l’espace.
    Toutes ses visions parvenaient à l’esprit de Vins et il s’efforçait de les relayer aux autres Jedi. Le lien marchait bien. Le nombre de ses adversaires baissait peu à peu. Quand un trouble dans la Force faillit le faire couper. Un croiseur ennemi arrivait avec son flot de chasseurs. Gardant son calme, il affermit le lien et regarda Daniel Jackson en souriant. Pendant les quelques minutes de la montée en orbite et le contournement de la Terre, il s’était posé dans le Prométhée pour pouvoir se concentrer sur le combat. Darkalisea avait pris les commandes du chasseur par télékinésie. Ainsi le groupe ne perdait pas de sa puissance. La
    Sith contrôlait parfaitement les deux chasseurs en même temps, soutenue mentalement par le jeune homme.
    Des renforts ennemis arrivent, l’escadron Tau’ri revient en urgence. Le vaisseau mère tire, pensait-il.
    Il reçut des pensées réconfortantes de la part de Keirran et Jacen qui avait remarqué. Laissant son esprit vagabonder dans les flux de la Force, il demanda à Daniel :
    « Comment marche les boucliers Goa’uld ?
    - Je ne suis pas spécialiste mais c’est une histoire d’énergie cinétique et de résistance proportionnelle. »
    Le jeune Jedi ferma les yeux. Il avait une idée.


    « C’est quoi des bombes furtives, demanda le colonel Green en abattant un chasseur.
    - C’est des bombes poussées par la Force, elles pourraient nous permettre d’endommager le vaisseau mère.
    - Vous en avez ?
    - Klaatu ?
    - Oui, mon defender en est équipé, répondit l’impérial qui évitait un tir de plasma qui frôla une des ailes de son chasseur.
    - Bon, fit Dages, on fonce sur le vaisseau mère. On pousse la bombe et on se pose dans le vaisseau
    - Comment ça vous vous posez, intervint O’neil.
    - On doit vous débarrasser définitivement de Anubis.
    - C’est de la folie ! Vous allez mourir !
    - Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force, prononça Keirran religieusement.
    - C’est peut-être la pire des idées que vous ayez jamais eu mais bon, on va vous aider, fit Carter qui avait rejoint le Prométhée et suivait maintenant un chasseur goa’uld.
    - Ok, la Triade, ici Dages, compensateur à quatre vingt quinze pourcent, on fonce sur le destroyer goa’uld, tous derrière Klaatu, Vins, tu nous rejoins et en super vitesse. Les Terriens, protégez votre croiseur, on se débrouille.
    - Ok bonne chance. »
    L’escadron de la Triade se mit en forme de flèche, un Xwing sortit du flanc du Prométhée, Vins avait récupéré son chasseur. Des rayons bleus jaillirent de la Terre à nouveau vers le croiseur ennemi mais son bouclier tint bon. Mais cette fois ci, le tir ne cessa pas. Le rayon passa même sur les escadrons ennemis qui se dispersaient. Certains explosaient. Un nouveau croiseur apparut, puis un autre, puis encore un autre.
    « La, noussa avoir mal, dit le colonel Yaourt en imitant la voix d’un gungan.
    - Ouais, répondit Jacen, Klaatu ?
    - Cinq secondes, fit l’intéressé.
    - Parfait, allez les Jedi, on y est », répliqua Dark Madkiller.


    Le radar du Prométhée se mit à s’affoler. Hammond regardait son moniteur d’un air inquiet, il se tourna vers l’archéologue qui regardait la verrière de la passerelle.
    « Qu’est ce qui se passe ? Cela indique la présence d’au moins quatre gros vaisseaux d’origine inconnue. Ils lâchent des centaines de chasseurs. Daniel ?
    - Venez voir, général.
    - Qu’est ce que vous dîtes ?
    - Venez voir. »
    Le militaire se leva de son siège et rejoint le jeune homme qui continuait à regarder à travers la vitre. Quatre gros vaisseaux étaient apparus comme le confirmait le radar. Deux d’entre eux portait une ancre rouge comme insigne, les deux autres, en forme de flèche, ne portait pas d’insigne mais était facilement reconnaissable.
    « Vins m’a expliqué que Klaatu a prévenu la nouvelle république et les Vestiges.
    - Qui sont… ?
    - Les deux principales factions du reste de la galaxie.
    - Et ce sont leurs vaisseaux.
    - Oui, ceux en forme de flèches sont des super destroyers impériaux, ceux aux formes arrondies sont des super croiseur Mon Calamarien.
    - La balance tourne en notre faveur, je crois, avertissez les défenses terrestres qu’il ne faut pas tirer sur eux », ordonna Hammond en se tournant vers un jeune lieutenant.


    Depuis la passerelle de son ISD, le grand amiral Pallaeon considérait avec le plus grand intérêt la petite planète bleue et le vaisseau mère goa’uld. Le rapport envoyé par Klaatu avait été très intriguant. Mais sa cible était claire, il devait couvrir le petit escadron de Jedi qui s’attaquait à l’énorme vaisseau. Il donna quelques ordres et les turbo-lasers entrèrent en actions contre les croiseurs qui étaient posté autour de leur chef.


    Cal Omas avait tenu à venir en personne pour découvrir ce qui se passait dans cette région des territoires inconnus. Debout sur la passerelle du grand croiseur calamarien, il observait les petits chasseurs de l’escadron de la triade virevolter en approchant de l’énorme navire goa’uld. Il laissa la stratégie aux militaires, il s’assit sur un fauteuil et regarda la suite des évènements alors que des centaines d’Xwing, d’A-wing et de B-wing quittaient les cales des deux croiseurs.
    Il tourna la tête vers les deux destroyers impériaux et se rendit compte que eux aussi, faisaient décoller plusieurs dizaines d’escadrons de Tie interceptor. Après la guerre contre les Vongs, les deux factions, autrefois farouches ennemies, s’était rapproché pour la paix dans la galaxie. Est-ce qu’un nouvel ennemi allait encore perturber la quiétude de ces étoiles blessées ?


    Sous les tirs continus des nouveaux arrivants, un croiseur goa’uld explosa. Anubis, contempla la chose d’un air impassible, son visage invisible ne pouvait pas refléter ses sentiments. Re’Xur s’approcha lentement, l’air un peu accablé.
    « Seigneur, le nombre des forces ennemis est inattendu, dois-je appeler tout nos croiseurs qui attendent du côté de Sedna ?
    - Oui ! Qu’il fassent un microsaut et se positionne derrière les étranges croiseurs qui aident les Tau’ri.
    - Et pour l’escadron Jedi ? Nos chasseurs sont impuissants.
    - Laissez les venir à moi.
    - Pard… oui mon seigneur. »
    Anubis revint s’asseoir sur son siège et attendit la nouvelle.


    Shaman fit un looping pour éviter un tir d’un chasseur trop imprudent. Il vira sur la gauche et abattit son assaillant d’une rafale. Keirran, un peu en retrait, tirait comme un fou sur chaque chasseur qui osait le défier.
    « Ok, je suis prêt ! Bombes furtives larguées. Un et deux ! Annonça l’impérial d’une voix claire.
    - Ok, je m’occupe de celle de droite, choisit Darkalisea.
    - Moi celle de gauche, dit Vince Katarn.
    - Allez-y doucement, conseilla Vins.
    - T’inquiètes, ils gèrent », dit Jacen en souriant.
    Les deux bombes traversèrent le bouclier sans problème.


    « Ils faut qu’ils détruisent le générateur de champ de Force qui se situe en dessous de la structure », songea Daniel.
    Bien reçu, répondit Vins en envoyant des pensées apaisantes au docteur.
    « Avertissez quand vous fouillez mon esprit, j’ai perdu l’habitude depuis que je n’ai plus l’ascension », essaya-t-il de répliquer mentalement.
    Aucune réponse ne lui parvient, par contre, une douzaine de croiseurs ennemis venait d’apparaître.


    Vins et Darkalisea poussaient maintenant franchement les bombes vers le générateur qui explosa dans une gerbe de flammes et d’étincelles, pendant quelques secondes, le bouclier fut visible puis il disparut. Par mesure de sécurité, Keirran qui continuait à virer dans tout les sens pour échapper à un chasseur teigneux, lâche une rafale qui frappa la superstructure.
    « C’est bon les gars ! A l’assaut ! Hurla Darkel dans l’holocom et la Force.
    - Au hangar ! Vite ! fit Darkalisea en esquivant une épave de chasseur, sinon on est perdu.
    - Poil au …, tenta Yaourt.
    - Voyons, colonel Yaourt, allez, tous derrière moi », coupa Dages.
    En ligne, les douze chasseurs accélérèrent brusquement et se dirigèrent vers un hangar d’où sortaient quelques chasseurs qui se firent surprendre et explosèrent contre le vaisseau mère. Ils se posèrent sur la large plateforme alors que des dizaines de supersoldats arrivaient. Les lasers les fauchèrent. Les cadavres s’envolèrent soudain vers l’ouverture du hangar.
    Plus d’air, songea Keirran.
    J’aurai besoin de quelques Jedis pour ça, répondit Vince
    Une bulle ?
    Ouais.
    Les chasseurs se posèrent doucement. Un peu en hauteur, un homme les regardait faire, il croisait ses bras musculeux alors que ses yeux s’illuminèrent quand il vit les verrières des cockpits ou les toit ouvrants se soulever et les Jedi en sortir.
    En effet, puisant dans la Force, Vince, Jacen, Keirran, Dark Madkiller et Dark Luuke était en train de former un bouclier pour éviter que plus d’air ne sorte. Ceci fait, ils coururent jusqu’à la porte que Darkalisea ouvrit avec la Force alors que Vins sondait les environs. Grâce au bouclier de Force, l’air ne sortit pas et ils purent entrer dans le sas sans problème. Les cinq Jedi soufflèrent un bon coup, générer un tel bouclier n’était pas si évident. La porte enfin fermée, ils vérifièrent leurs sabres.
    « Je sens la présence d’une grande armée, fit Vins d’un air absorbé.
    - Bon, dit Keirran en fixant la porte d’entrée de la base, on entre ?
    - Oui, après toi Darka, honneur au Sith ! ajouta Jacen en souriant.
    - C’est ça, répondit-t-elle en tâtant son sabre, bon j’ouvre. »
    Elle n’eut pas besoin de d’utiliser la Force, la porte s’ouvrit d’elle-même et un être sombre apparut.

    Bienvenue… Jedi…

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 5 : L’empereur des goa’uld

    « Depuis le temps que je vous attend, fit Anubis de sa voix grave alors que son primas le rejoignait avec plusieurs dizaines de supersoldats qui se mettaient en position, bras tendu.
    - Alors, c’est lui Anubis ? On dirait Palpatine, mis à part le masque, dit Madkiller d’un air intéressé.
    - A part le masque, répéta Anubis puis se reprenant, préparez vous à mourir, car je ne garderai que les plus valeureux. »
    Les membres de la Triade se regardèrent pendant deux secondes, Anubis était à même de capter leur pensée, comment ? Il fallait le découvrir mais le plus important pour l’instant était de se débarrasser des gardes. Klaatu dégaina un énorme blaster de type ZF1 et se positionna derrière les Jedi.
    Soudain, Anubis disparut. Un hologramme… le primas disparut également et les gardes se mirent à tirer. Le temps se ralentit, Jedi, Sith et Jedi gris attrapèrent leurs sabres qui s’activèrent tous dans un sifflement. Shaman, d’habitude si calme, fit un saut énorme et rejoint le premier garde, son sabre jaune doré qui s’accordait avec ses longs cheveux blonds. Au lieu de trancher le premier garde en deux avec sa lame, il lui fit une clé de bras et le retourna contre le groupe de Jaffa. Alors, il donna un coup de sabre dans le ventre du soldat qui lâcha une rafale avant de mourir. Trois jaffa tombèrent.
    Les Siths, bras tendu en avant, foncèrent sur les supersoldats en poussant un cri de guerre. Dark Luuke faillit trébucher sur un des premiers cadavres, il se releva en maugréant alors que son bras bionique faisait apparaître une autre lame rouge. Des éclairs jaillirent, envoyant dans les airs plusieurs soldats qui furent tranchés avant de retomber. Des gardes arrivaient de partout, Dages activa son doublesabre et le fit tourner pour se délier les poignets. La lueur verte se reflétait sur ses habits sombres. Il sauta sur un premier garde qui s’écroula dés la première attaque. Jacen et Vins protégeait Klaatu qui s’était replié dans un coin. Ils faisaient de grands moulinets pour renvoyer les tirs.
    Keirran avec son sabre turquoise et le colonel Yaourt s’occupaient de l’entrée vers la droite où quelques jaffa arrivaient encore avec des zat. Au lieu de les parer, ils roulèrent au sol. Dages les avait briefé sur le danger de ses tirs ionisants. Ils se contentaient de les repousser avec la Force et devait attaquer au corps à corps. Keirran absorbait les décharges en souriant, en bon corellien, il maîtrisait parfaitement le pouvoir d’absorption, aussi il n’avait pas à éviter beaucoup les tirs. Les Jaffas écoeurés, se mirent à se concentrer sur lui. Le colonel Yaourt se concentra sur leur esprit et les fit se viser entre eux. Très vite, le passage était libre.
    Klaatu jouait avec son lance-flamme, malheureusement inefficace contre les supersoldats. Les jaffas voyait la chose autrement. Un tir de zat le désactiva. Dages para un tir de lance serpent puis repoussa l’assaillant contre le mur. A gauche de la pièce, alors que les siths continuaient à repousser les supersoldats, trois jaffa mirent en place un canon. Le jeune maître Jedi sauta et donna un coup de sabre dans le relais énergétique. Le canon s’éteignit sous le regard affolé des soldats.
    « Ok ! Les siths ! Salle des machines, Shaman et Keirran avec moi, le reste, vous nettoyez le coin et préparez pour notre retour, cria Dages.
    - On est parti fréro, répondit Darkel.
    - Pas de problème, chef », fit le colonel en faisant une courbette, ce qui lui permit in extremis d’éviter un tir de plasma. Furieux, il fit volte-face et retourna dans la mêlée.


    « Monsieur le Chef d’état Cal Omas, ici le Grand Amiral Pallaeon, heureux de voir que notre coopération porte bien ses fruits. Voudriez vous bien vous occuper des croiseurs autour du vaisseau principal pendant que je couvre vos arrière ?
    - Avec plaisir, je donne mes ordres tout de suite. Cette région de la galaxie est étrange, n’est ce pas ?
    - Certes.
    - Bon, nous nous retrouverons à la fin de la bataille. Terminé.
    - Terminé.


    « Ici Hammond, alors colonel, où en êtes vous ?
    - Il faut avouer que les renforts donnés par la nouvelle république et l’Empire sont bien utiles. Je passe prendre Daniel, on va sur le vaisseau mère.
    - Vous aussi ?
    - Oui, quelques choses me dit que l’on doit y aller.
    - Quelques choses…
    - Je ne sais pas, on en parlera en prenant un champagne quand on aura gagné.
    - Hmm, bonne chance Colonel, je vous envoie le docteur Jackson.
    - Bien reçu, à tout de suite. »
    Arrivant en courrant dans le hangar, Daniel pris place dans le deuxième siège du chasseur. Il boucla sa ceinture et attendit que O’neil décolle. Ce que ce dernier fit. Avec toute la puissance de ses réacteurs, il rejoignit Teal’c et Carter. Les trois chasseurs partirent en direction du gros vaisseau.
    Après avoir traversé à vive allure des escadrons de chasseurs de la mort, ils atteignirent un hangar où trônaient déjà plusieurs chasseurs qu’ils connaissaient déjà bien. Ils atterrirent en bout de piste et attendirent. La porte du hangar se ferma et la pression se stabilisa. Ils sortirent tout les quatre et se dirigèrent vers le sas d’urgence où les Jedi les avaient déjà précédé. De l’autre côté de la porte, des bruits de combats se faisaient entendre. O’neil regarda ses équipiers puis fit signe à Carter d’ouvrir la porte.
    « BOUH, hurla le colonel Yaourt en faisant des moulinets avec son sabre argenté.
    - Maître Yaourt voyons, soupira Samantha.
    - Je ne suis pas un maître enfin bon. La zone est sous contrôle. »
    Jack hocha la tête en voyant les cadavres de supersoldats. Une centaine d’entre eux gisait ça et là dans la grande salle qui servait sans doute d’entrepôt. Au fond, Vins se tenait l’épaule, il avait été touché par un tir de lance-serpent. Vince Katarn s’occupait de lui mais il se leva à un moment pour partir dans un couloir en réactivant son sabrelaser jaune. Klaatu posa un bandage sur le bras du jeune Jedi et Jacen se mit à genou pour méditer.
    « Vous avez fait des dégâts impressionnants dans les rangs des goa’uld, constata Teal’c.
    - Ouais c’est clair, c’est surtout l’œuvre des siths, les quatre Dark sont partis chercher la salle des machines, répondit Yaourt en jonglant avec un casque de supersoldat.
    - Où est Anubis ? demanda Daniel Jackson.
    - On ne sait pas, les Jedi sont partis le chercher. Vince est en train de les rejoindre, il a reçu un appel dans la Force.
    - C’est pratique tout de même la Force, fit Jack en haussant les sourcils.
    - Ouais, trop, on les a latté les goa’machin, assura le jeune Jedi.
    - Vous avez un vocabulaire fort étrange, dit Teal’c.
    - Toi aussi, Musclor, rigola le Jedi gris, puis, marquant une pause, excusez moi, Vins a sentit des supersoldats arriver, on se les fait ?
    - Ok, on vous suit.
    - C’est à droite, suivez le guide, annonça-t-il en activant son sabre gris argent, le Jedi Vins Di’Zel est super pratique comme radar, je trouve parfois. »
    Un bruit de pas résonna dans le fond de la coursive, les membres de SG1 se plaquèrent contre les murs en visant le fond, le colonel Yaourt resta au milieu de la pièce alors que Jacen le rejoignait en activant son sabrelaser orange. Au moment où le premier garde fut visible, quatre tirs bleus partirent dans sa direction et il s’écroula. Trois supersoldats le remplacèrent et se mirent à arroser la zone. Jack fit signe à son groupe de se coucher pour éviter les tirs. Ils continuèrent à tirer, les deux jedi au milieu du couloir se contentaient de parer les tirs ou de les renvoyer.
    Les tirs des armes anti-supersoldat faisaient mouche presque à chaque fois, les clones d’Anubis commençaient à s’entasser au fond de la pièce. Un jaffa arriva et activa un bouclier personnel qui absorba les tirs alors que les supersoldats commençaient à courir et à arriver en nombre.
    « Ca c’est les renforts ! fit O’neil.
    - Ca c’est pour nous, cria Jacen pour couvrir le bruit des tirs qui fusaient de tous les côtés, reculez vous à l’entrée du couloir et essayez de tirer à couvert.
    - On va chercher Anubis plutôt ! répliqua Daniel
    - Hmm, ok, c’est par le couloir qui part vers l’autre côté, à l’opposé de la pièce.
    - Oui, on sait, rassura Carter en commençant à courir.
    - Bon, que la Force soit avec vous », clama Yaourt en utilisant la Force pour repousser un garde trop proche. Le groupe était déjà en train de courir, Vins apparut à l’entrée du couloir et activa son sabre violet.
    Jacen, se servant de pouvoirs obscurs, fit un ravage sur les supersoldats qui ne pouvait pas supporter les décharges électriques du Jedi. Colonel Yaourt soulevait les cadavres pour protéger le groupe. Vins arracha le gant goa’uld du jaffa qui perdit son bouclier, il renvoya un tir de plasma vers le soldat qui s’écroula. Jacen sauta par-dessus le dernier garde noir et lui transperça le dos avec son sabre bronze.
    « En voila un qui ne coulera pas de bronze avant longtemps », s’exclama Yaourt.
    Vins et Jacen le regardèrent d’un air désolé en soupirant puis retournèrent dans le couloir pour rejoindre Klaatu qui réparait son ZF1 qui avait surchauffé avec un tir de zat, il fulminait de voir son propre blaster inefficace. Le colonel Yaourt se dirigea en courant vers le couloir où les membres du SGC avaient disparus.


    « Vous croyez que c’est encore loin la passerelle ? S’enquit Keirran d’un air concentré.
    - Il faut suivre les panneaux, plaisanta Shaman en jetant un coup d’œil sur les hiéroglyphes qui ornait les murs.
    - Que pensez vous d’Anubis ? demanda Dages pour orienter ses amis sur leur prochain adversaire.
    - Il a eut une réaction bizarre quand on a fait allusion à Palpy, fit Vince en arrivant derrière eux.
    - Ha ! Vince, tu as reçu mon message mental, dit le Maître Jedi en souriant.
    - Oui Dages, c’est Vins qui me l’a relayé.
    - Bien. Allons vers la droite, commença Shaman quand le groupe arriva à un carrefour de couloir.
    - Ca manque de fenêtres, commenta Keirran en tournant la tête dans toutes les directions.
    - On est au cœur du vaisseau mère, je me demande comment se passe le combat à l’extérieur, soupira Vince.
    - Ne t’inquiète pas, répondit le Jedi gris, Anubis nous pourra rien contre le contingent que l’on lui a envoyé.
    - Du moment qu’ils ne tirent pas sur ce navire… et là on va où ? demanda Vince.
    - A droite.
    - A gauche.
    - En arrière ! »
    Les trois Jedi se tournèrent vers Dages qui leur sourit bizarrement puis il leur fit un signe de tête pour leur dire de regarder derrière eux, un géant se tenait debout, croisant ses bras musclés au bout duquel un poing se refermait sur long cylindre d’ébène.
    « Enfin du challenge, dit le Jedi gris en portant la main à son sabrelaser.
    - Alors Jedi ? Vous cherchez votre futur dieu ? commença Re’Xur.
    - En tout cas, ce n’est pas toi, répliqua Vince en imitant le geste de Keirran.
    - Pauvre fou, je vous parle de mon maître Anubis.
    - Il est puissant, n’est ce pas ? demanda Dages.
    - Vous le verrez par vous-même, mais d’abord, il faudra me vaincre.
    - C’est comme si c’était fait, fit Keirran en fronçant les sourcils.
    - En es-tu vraiment sûr, Jedi gris ? cria le géant en activant le doublesabre qui fit jaillir deux lames rouges.
    Les quatre Jedi allumèrent leur sabre en même temps. Le sabrelaser de Keirran fut le premier à vrombir quand il lança une attaque haute sur le Jaffa qui para en ricanant. Dages sauta par-dessus les deux duellistes, profitant de la bonne hauteur de plafond de la pièce où ils étaient entrés. C’était une sorte d’armurerie, des containers orange étaient posés sur le sol. Ouverts, ils montraient leur contenu des plus divers, allant de l’armure de Jaffa aux zat en passant par le gant goa’uld.
    Un bruit de course se fit entendre dans le couloir. La porte s’ouvrit et les membres de SG1 apparurent et mirent le géant en joue. Re’Xur tendit le bras et leur armes leur échappèrent des mains pour aller se fracasser contre le mur à sa droite.
    « Il n’a pas de gant, constata Daniel.
    - Ca c’est pas normal », ajoutèrent Vince et Shaman en même temps.
    Ils sautèrent à droite et à gauche du Jaffa qui était maintenant encerclé. Il baissa les bras mais garda son sabre rouge allumé.
    « C’est maintenant que vous commencez à comprendre, Jedi !» hurla-t-il en tournant subitement sur lui-même, son sabre heurtant le vert de Dages d’un côté et le turquoise de Keirran de l’autre.
    Shaman et Vince attaquèrent en même temps, parfaitement coordonné, mais leur sabrelaser ne rencontrèrent que le vide.


    Cal Omas se tourna vers le jeune chiss qui attendait depuis déjà un bout de temps. Alrack observait les évolutions des duels aériens. Au loin, un escadron entier de a-wing fut détruit sous les tirs de croiseurs goa’uld qui fut détruit quelques secondes plus tard par un tir de barrage de torpille à protons.
    Les forces en présence étaient assez équilibrées. Les croiseurs ennemis étaient surtout concentrés sur l’attaque et leurs nombreux canons faisaient des ravages dans les rangs de la nouvelle république et de l’empire. Le vaisseau mère goa’uld était la forteresse. Sa taille impressionnante troublait les pilotes qui ne savaient pas où tirer pour causer de vrais dégâts. Ils avaient l’impression de faire face à une nouvelle étoile de la mort.
    « J’ai l’impression que vous pouvez y aller avec votre escadron mon cher Alrack, commença Cal Omas avec un petit sourire.
    - Oui, on commence l’opération Trappe à Serpent ?
    - Exact ! Je donne mes ordres, faîtes ce que vous avez à faire.
    - Bien monsieur », répondit le jeune pilote à la peau bleu.
    Avant de s’éloigner vers le turbolift qui l’emmènerait dans le hangar à chasseur, il promena ses yeux rouges sur le champ de bataille qui se révélait par la verrière de la passerelle du MC100. L’ISD qui accompagnait Pallaeon subissait un feu nourri par l’arrière où un croiseur goa’uld s’était glissé et faisait feu de tout ses canons. Un autre se joint à lui et le destroyer se mit à trembler en commençant à accélérer. Trois escadrons de Tie interceptor revinrent vers lui et tentèrent de repousser les croiseurs mais des chasseurs de la mort les défièrent et ils durent se livrer à des duels aériens.
    Un escadron de tie bomber sortit des cales de l’ISD de Pallaeon et se dirigea vers le croiseur belligérant. Ils lâchèrent des bombes à protons à fragmentation. Sous le choc, le croiseur déjà un peu endommagé se disloqua et explosa, repoussant les chasseurs trop proches qui partirent en vrille. Alrack entra dans l’ascenseur en sortant son com-link.


    Les quatre siths avançaient sans problème dans les coursives, les corps de jaffa s’amoncelaient. Dark Madkiller qui menait le groupe activa la deuxième lame de son doublesabre rouge sang et se mit en position de parade basse pour contrer un coup de lance-serpent d’un jaffa qui s’était approché. La lance fut tranchée au niveau du canon. Darkel sera le poing et le jaffa commença à s’élever alors qu’il portait la main à sa gorge. Deux supersoldats arrivèrent et Darkalisea poussa le jaffa en train de s’étouffer de façon à le placer entre les tireurs et le groupe de Jedi noirs.
    Cela n’empêcha pas les soldats de tirer et rapidement le jaffa fut criblé de tirs de plasma. Une odeur écoeurante de chair brûlée commençait à se faire sentir. Dark Luuke se servant de son bras bionique, découpa le cadavre et lança les morceaux vers les supersoldats. Darkel le regarda d’un air intrigué puis un sourire sadique apparut dans ses yeux. Les quatre sith se regardèrent alors que les tirs de plasma fusaient. Soudain, comme un seul homme, ils concentrèrent la Force, de petits éclairs rouges parcourant leur corps. Darkalisea encaissa un tir de lance-serpent en souriant. Ils coururent vers les soldats et les tuèrent quand une tempête éclata, une sorte de vent les poussa contre un mur. Dark Luuke se releva précipitamment et chercha la source de l’attaque. Se servant de la Force, il discerna une présence tenue dans l’ombre.
    Madkiller se leva aussi et leva son sabre. A la hauteur de son visage, à trois mètres devant lui, une lueur rouge semblait se refléter comme dans un miroir trouble.
    Vous m’appellerez très bientôt Maître…


    Le jaffa venait d’effectuer un saut périlleux par-dessus Shaman qui se retourna pour frapper mais sa lame ne rencontra que le vide encore une fois. Re’Xur courrait vers la sortie. Keirran secoua la tête d’un air calme et tendit la main. Sa cible, bloquée dans son élan, s’écroula au sol mais se releva rapidement en regardant le jeune homme au sabre turquoise. Il rugit et envoya Dages contre un mur d’un coup de poing. Vince voulut s’interposer mais un coup de coude au visage l

    vendredi 22 octobre 2004 - 18:12 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dages

    Dages

    297 Crédits

    le calma.
    Le géant dégagea les deux lames rouges de son doublesabre, et une dans chaque mains, il les abattit sur le jedi gris qui recula sous le choc. Shaman attaqua par derrière mais un Jaffa qui venait d’arriver lui tira dans le sabrelaser avec un zat. Le sabre s’éteignit et Re’Xur tenta de le repousser d’un coup de pied. Le jeune homme esquiva souplement et tordit la jambe du primas en lui faisant un clé quand il se prit une décharge dans le torse qui jeta à terre. Le jaffa importun fut attiré dans la pièce par Vince Katarn qui l’empala sur son sabre.
    Shaman se releva et un frottement métallique se fit entendre. Il venait se sortit un superbe katana de son foureau.
    « C’est un cadeau souvenir du docteur Jackson », expliqua-t-il à ses amis alors qu’il parait un coup de lance-serpent avec lame miroitante.
    Trois Jaffa arrivaient en renfort. Jack roula sur le côté et attrapa les quatre super armes et sortit de l’autre côté en faisant signe aux autres membres de l’équipe SG1 qui le rejoignit. Ils disparurent dans le couloir. Shaman parait les attaques avec le katana avec une facilité déconcertante. Re’Xur voulut lui arracher l’arme des mains mais Keirran le repoussa avec des éclairs sombres. Il se protégea avec la lame et attaqua le jedi gris vers le haut mais sa lame se coinça entre celle du jeune homme et celle du Maître Dages qui s’était relevé.
    Le Maître lui envoya un coup de pied mal placé mais le Jaffa ne sourcilla pas.
    « Tu te trompes d’espèce, humain, ricana-t-il en envoyant un coup de poing vers la face de Dages qui attrapa son poing avec sa main gauche alors qu’il tenait son doublesabre avec la main droite.
    « Hahaha », cria Re’Xur en continuant à avancer son poing où une lame de fer jaillit.
    Ce furent ses derniers mots, sa tête s’envola quand Keirran le décapita d’un mouvement vif. Les jaffa qui combattaient Shaman s’arrêtèrent devant le cadavre du géant. Le Maître Spirit les tua tout les trois en les transperçant avec la lame de cylar. Il tendit sa main et son sabrelaser qu’il avait laissé tombé quand il s’était désactivé s’envola vers sa ceinture.
    « Bon, on fait quoi ?
    - Tadaa ! s’écria le colonel Yaourt en arrivant en glissant sur le sol carrelé de la pièce, mince, suis en retard.
    - Le jaffa maîtrisait la Force, constata Dages en reprenant sa cape qui était tombé par terre.
    - Anubis est vraiment étrange, songea Vince, ses soldats maîtrisent la Force.
    - Non, seulement certains appelé ‘primas’ », corrigea Shaman.
    Keirran tomba à genou en grimaçant.
    « Hey ! Keirran ? Tout va bi… », demanda Dages qui ferma les yeux sous le coup de la douleur.
    Il avait senti lui aussi. Les siths avaient des problèmes.


    Alrack avait une mission très précise, une variante d’un piège concocté il y a plusieurs années par l’amiral Ackbar lors de la guerre contre les Yuuzhan vongs. Depuis l’arrivée des croiseurs républicain et impériaux, le vaisseau principal goa’uld avait oublié le Prométhée. Sauf que depuis quelques temps, les escadrons Terriens ravageaient littéralement les derniers morceaux des formations goa’uld qui entouraient le croiseur Tau’ri. Les défenses terrestres ne cherchaient plus à viser, elles tiraient dans le tas. Le vaisseau mère perdait des petits morceaux de coques. Même avec un long bombardement, il faudrait beaucoup de temps pour détruire l’énorme construction.
    Il entra en hyperespace, suivit par un escadron de cargo poseur de mines. Deux secondes plus tard, il arrivait dans une zone non loin d’une planète avec une ceinture de météorites. Il lança un signal code et les cargos se mirent à poser des mines, des centaines de mines. La chose faite, il refit un saut en sens inverse. Cette mission bien que capitale pour la bataille ne l’excitait pas du tout. Il ne se sentait dans son élément seulement quand il combattait dans l’espace. En arrivant dans l’espace normal, il dut virer et plonger pour esquiver un F-303 qui suivait un chasseur de la mort. Le chasseur terrien se prit une rafale de deux autres chasseurs et il explosa.
    Alrack prit les deux petits vaisseaux en chasse. Le premier, expérimenté, esquivait les lasers avec aisance mais il ne put échapper au missile à concussion à tête chercheuse. Il partit en vrille et explosa contre son ailier. Le Chiss, impassible, se concentra sur une nouvelle cible.


    « Approchez vous du vaisseau mère, et viser le haut de la pyramide, ordonna Hammond, il… »
    A sa droite, il vit un ISD en flamme se diriger vers le vaisseau mère. Trop touché, le destroyer allait exploser, des navettes tydirium fuyaient. Le vaisseau mère tourna sur lui-même pour tenter d’esquiver. Un croiseur goa’uld s’embrasa et commença à dévier à son tour vers l’autre super destroyer qui lâchait maintenant des Tie defender. Il restait encore huit croiseur goa’uld. Le Prométhée lança un missile nucléaire conventionnel pour ne pas trop endommager les troupes aériennes. Le croiseur visé se coupa en deux sous le choc, pour exploser dans une gerbe de flamme.
    « Visez le vaisseau mère, je vous ai dit.
    - Oui général, mais il manœuvre, nous avons préféré détruire un croiseur qui menaçait l’ISD intact.
    - Envoyez des torpilles à naquadah dans les générateurs gravifiques dans la base de la pyramide du vaisseau d’Anubis.
    - C’est parti mon général. »


    « Qui êtes vous pour nous demander d’être vos élèves ? Nous n’avons rien à apprendre d’un simple serpent, demanda Darkalisea.
    - Sotte ! » Cria la forme encore invisible dans le couloir dans l’ombre.
    Dark Luuke, qui avait senti un mouvement de l’adversaire, bouscula la jeune femme pour encaisser l’attaque à sa place. Un éclair noir, projetant une lumière irréelle, le frappa au visage et le jeune Sith s’envola contre le mur. Son casque était déformé sous le choc. En grondant, Il enleva ce morceau de son armure. A la lueur de son sabre écarlate, on pouvait voir une cicatrice déchirer son visage. Ses yeux, injectés de sang, reflétaient sa haine qui faisait trembler les flux de la Force.
    « Oui, tu es sith, abandonne toi à la colère, sers toi de ta haine pour me terrasser.
    - Vieux fou, je suis plus puissant que vous, je suis le digne héritier de Dark Vador dont vous avez détruit le casque », s’écria Dark Luuke qui arrêta de parler quand la lumière éclaira le couloir, révélant l’identité de leur adversaire.
    Anubis, dans son éternel habit noir et mauve foncé sur les bords, avait encore le bras droit tendu d’où l’éclair avait dut partir. Son masque trouble dissimulait totalement son visage. Sa longue capuche lui donnait l’impression de toujours baisser la tête. Il commença à parler de sa voix grave.
    « Nous sommes tous réunis, bien. »
    Une grande lumière envahit la partie du couloir où ils se trouvaient, la pièce se transforma en salle du trône où l’équipe SG1 qui venait de tuer un garde noir, commençait à trafiquer les commandes. Ils se retournèrent quand ils se rendirent compte de la présence de l’être noir.
    « Téléportation », murmura Dages qui aussi venait d’arriver grâce à la lumière.
    Les onze membres de la Triade sauf Klaatu étaient dans la pièce, regardant autour d’eux d’un air intrigué. Anubis s’assit sur son trône, mis en joue par les membres de SG1. Les Jedi désactivèrent leur sabre et se mirent en demi cercle devant le trône du goa’uld.
    « Un mélange de technologie goa’uld et de pouvoir de la Force, constata Keirran, comment est-ce possible ? »
    - Vous nous devez une explication, je crois, dit Vince.
    - Pauvre Jedi impuissant, vous ne comprenez pas la valeur du vrai guerrier.
    - Pour ta gouvernante, tête de lune, on est un groupe formé de Jedi et de Sith et même des deux, répliqua Colonel Yaourt, hum, certains on fait un coming out. »
    Keirran et Jacen se regardèrent puis levèrent les yeux au ciel. Dark Luuke sans son casque avait l’air plus impressionnant. Darkalisea le regardait avec inquiétude.
    « Des guerriers ? Vous ? Savez vous à qui vous parler ? Gronda Anubis en portant la main à son visage.
    - Pas un geste, Anubis, cria O’neil qui sentait que la situation lui échappait encore.
    - Humain, tu ne peux pas comprendre.
    - Si on m’explique.
    - Suffit, si vous arrivez à vous montrer des adversaires de valeur, sans doute pourrez vous vivre. Jedi…, certains me joindront, ou mourront !
    - Tu radotes Palpy, euh… papi.
    - Les rebelles me surnommaient ainsi lorsque j’étais au pouvoir », ricana Anubis en jetant un regard circulaire sur la pièce alors qu’il enlevait son masque.

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------
    CHAPITRE 6: FRERES DE LA FORCE

    Les murs de la pièce du trône tremblèrent quand il prononça ces mots. Le missile lancé par le Prométhée avait fait mouche. Les croiseurs ennemis semblaient hésiter. Les défenses terrestres les repoussaient. Ils commencèrent à reculer vers Mars. Dans la salle du trône, un grand silence était tombé parmi les membres de la Triade. SG1 était bouche bée. Le colonel Yaourt pris le premier la parole :
    « Vous êtes Palpatine, encore un énième clone ! Moi je dis mythoooo !
    - Non, c’est plus compliqué que ça, commença le vieil homme dont le visage, maintenant visible, était sans doute le plus connu de l’univers avec celui de Dark Vador, la Force a souvent tendance à me pousser à me prendre pour Palpatine mais je suis Dark Sidious.
    - Ces deux personnes n’en forme qu’une, dit Keirran.
    - C’est ce que l’on vous dit depuis trente ans avec la mort de Palpatine. Je vais vous expliquer. Palpatine et moi sommes frères, quand nous avons appris notre potentiel, Palpatine a décidé de, comment dire, diriger la partie connue de l’univers.
    - Pourquoi lui et pas vous ? demanda Shaman.
    - C’était l’aîné, mais bref, moi je décidai de fouiller les territoires inconnus. Un jour, je suis tombé en pleine guerre goa’uld, je décidai de devenir le primas du vainqueur qui de tuai dans son sommeil.
    - Hé hé, c’est vraiment obscur, ça, commenta Dark Madkiller.
    - Ayant pris connaissance de textes sacrés parlant d’une ascension, je compris que cella avait un rapport avec la Force.
    - Daniel serait devenu un Jedi quand il est mort ? s’exclama O’neil, mince alors si j’avais su, mais où est Daniel au fait. »
    Le docteur Jackson se tenait à distance de tout les autres, visiblement très attentif au discours du sith. Jack ne l’avait pas remarqué, mais il portait un sac à dos léger.
    « L’ascension ne permet pas de devenir Jedi, enfin, pas vraiment. Cela permet plutôt d’avoir accès aux connaissances de tout l’univers, expliqua-t-il, mais comme Oma m’a fait redevenir humain, je n’y ai plus accès.
    - C’est presque ça, les anciens sont les créateurs des Portes des étoiles dans cette partie de l’univers, et les créateurs des holocrons dans l’autre, corrigea Dark Sidious-Anubis
    - Ha oui quand même, fit Vins.
    - Et alors, pour votre ascension ?
    - Il semblerait que la magie sith ait un peu perturbé la chose et que je sois resté entre les deux mondes.
    - Mouais.
    - Je suis donc beaucoup plus puissant que vous tous réunis », conclut-il.
    Daniel passa derrière le trône de Anubis qui parut s’affaisser. Il sortit une chose de son sac, Dark Luuke et Vince chancelèrent.
    « Que ce passe-t-il ? demanda Dages.
    - J’ai amené ici un petit cadeau pour Sith ambitieux », répondit Daniel en montrant un iguane de un mètre de long.
    La sphère de neutralité de l’ysalamiri s’étendit dans toute la pièce subitement quand Daniel lui caressa la tête.
    « Un ysalamiri dressé ? On aura tout vu dans ce monde », gronda Jacen qui tomba à genou.
    Tout ceux qui maîtrisaient la Force vacillèrent et s’écroulèrent. Après tout ces évènements, ils avaient besoin de se reposer dans la Force et cette source d’énergie leur était inaccessible.
    « Je suis désolé les Triades, mais on doit être sûr, dit calmement Carter qui s’approcha de Anubis.
    - Folle ! » s’écria ce dernier en tendant une main ganté goa’uld.
    La jeune femme fut projetée contre la console de commande du vaisseau. Teal’c tira sur le Sith qui activa son bouclier goa’uld. Daniel, inquiet de voir que son iguane ne faisait pas effet sur leur ennemi, se cacha derrière le trône et sortant son pistolet. O’neil sortit un couteau et le lança sur l’être sombre. Le couteau traversa le bouclier et vint se planter dans la main du goa’uld.
    « Haaa ! Soyez maudit ! » Hurla Anubis.
    Dages activa son sabre et rejoignit Daniel en rampant. Anubis donna un coup de pied dans sa main et le sabrelaser roula jusqu’au pied de Teal’c qui se baissa pour prendre l’arme.
    « Tu n’es pas Jedi, lâche cette arme ! » cria Dark Sidious.
    Le colonel Yaourt se mit à quatre pattes et activa son sabrelaser. Il le lança dans la tête de l’iguane qui mourut sur le coup.
    « Non ! » averti trop tard Shaman Spirit.
    Dark Sidious, se coulant dans la Force, se mit à rire. Les onze Jedi se mirent debout. Teal’c voulut frapper Sidious mais il s’envola contre le mur, lâchant le sabre qui rejoignit la main de Dages. Dark Sidious, emplis de la Force, se tourna vers les Sith.
    « Amis ! Combattez avec moi cette engeance Jedi ! » Ordonna-t-il dans la Force.
    Frappé par la persuasion, les sith se tournèrent vers les Jedi en activant leur sabrelaser. Souriant, Anubis se posa sur son trône. Le colonel Yaourt ne put s’empêcher de dire :
    « Un goa’uld sith sur le trône, on est vraiment dans le caca. »
    Mais personne ne rit, la tension était palpable dans la pièce. Les Jedi et les Jedi gris n’avaient pas encore tous activé leur sabre. Darkalisea, toujours perturbé par Sidious, s’écria :
    « Alors, les Jedi ? On a peur des Sith maintenant ?
    - On ne veut pas vous combattre, répondit calmement Dages en désactivant son sabre.
    - Alors, vous devrez affronter votre destin », s’exclama Dark Luuke en lançant son sabrelaser rouge.
    Une forêt de sabrelaser illumina la salle. Jedi contre Sith. Anubis souriait en regardant depuis son trône la verrière où un MC90 explosait.


    Klaatu n’avait pas perdu de temps, avec l’explosion du missile atomique, les couloirs qui menaient au hangar à vaisseau avaient été obstrués sous une montagne de débris. Il avait alors, un par un, tourné les chasseurs vers la sortie. Le jeune impérial les avait raccordé pour diriger les quinze chasseurs à partir de son tie defender. Prenant une grande inspiration, il appuya sur un bouton. Derrière son dos, une explosion secoua la tour de contrôle. La porte du hangar s’ouvrit et le vide se fit dans la salle exposée maintenant à l’espace.
    Il lança la procédure de décollage et les quinze chasseurs s’élevèrent. Pas tous au même niveau selon les types mais ils avaient décollé. Il avança alors prudemment et, comme si tous les chasseurs n’en faisaient qu’un, ils le suivirent.
    Pourquoi laissait-il là, ses amis ? Un message dans la Force peut-être. Il était sûr de ce qu’il faisait. Alors qu’il accélérait, il vit un deuxième missile foncer sur le vaisseau mère. Une explosion secoua l’endroit où se trouvaient les chasseurs auparavant. Le hangar était détruit. Une énorme brèche avait été faite par laquelle des corps de jaffa et de gardes noirs s’envolaient.
    Mission accomplie les gars, que la Force soit avec vous, songea-t-il en se dirigeant vers le Prométhée. Alors qu’un Xwing modifié se mettait à sa hauteur.
    « Triade ? Ici Alrack, je suis en mission pour la nouvelle république.
    - Ici Klaatu de la Triade, salut Alrack, désolé mais je suis le seul pilote de l’escadron.
    - Vous pilotez quinze chasseurs à la fois ?
    - Pilotage automatique.
    - Evidemment, bon, je vous escorte.
    - Merci, on se retrouve sur le Prométhée.
    - Le croiseur Terrien ? Ok, alors à tout de suite.
    Le Xwing modifié abattit un chasseur de la mort et le trajet continua.


    Le sabrelaser rouge revint dans la main de Dark Luuke, renvoyé par Vince. Le sith se remit en position et tendit la main. Keirran se mit en avant et fit de même. Dark Madkiller sauta et fit une attaqua haute sur Shaman qui esquiva en se baissant pour ensuite faucher les jambes du seigneur sith qui sauta et repoussa le Maître avec la Force.
    Dages s’avança face à Darkel, son frère. Leurs lames s’entrechoquèrent en faisant des étincelles. Les deux frères activèrent la deuxième lame de leur double sabre en même temps. Il commencèrent alors une véritable danse de la mort. Mais un combat à onze dans la petite pièce n’était pas possible dans la salle du trône. O’neil ne savait plus qui était les gentils ou les méchants, il regarda Carter et Teal’c qui se relevaient en grimaçant. Daniel haussa les épaules d’un air dubitatif. Le colonel Terrien baissa les yeux sur la forme sombre qui souriait en regardant les duellistes. Il attrapa son arme de fonction et tira. Anubis ne fit que lever la main, les balles s’arrêtèrent en plein vol puis retombèrent au sol.
    Keirran roula au sol quand Dark Luuke lui mit un coup de pied dans le ventre, Jacen le remplaça et frappa en tournant sur lui-même. Dages fit un signe de tête à Vins qui se mit à genoux et se concentra. Dages esquiva une frappe d’estoc de son frère et le repoussa en faisant de petits coups rapides. Darkalisea passa derrière les six duellistes et fit un signe à Colonel Yaourt qui lui fit un pied de nez. Elle tendit la main pour étrangler le Jedi gris mais une lueur bleue entoura le jeune homme facétieux qui fit des moulinets avec son sabre pour lui signifier que le combat serait uniquement au sabrelaser.
    Keirran se releva et regarda Vins en baissant les paupières, il sentait la concentration et la Force pulser dans le jeune homme, il lui envoya des pensées d’encouragement et se tourna vers Anubis. Tremblant de colère face à ce symbole de la haine, il tendit la main pour lancer des éclairs. Dark Sidious tourna la tête vers lui et leva le bras vivement. Une boule noire apparue. Comprenant ce qui allait se passer, Keirran leva son sabre et posa deux doigts sur son front. Une lueur irréelle l’entoura. L’éclair sombre le frappa, entourant son corps qui commençait à se convulser mais le jeune homme restait debout, le regard fixe.
    Il n’y a pas d’émotion, il n’y a que la paix
    Il n’y a pas d’ignorance, il n’y a que le savoir
    Il n’y a pas de passion, il n’y a que la sérénité
    Il n’y a pas de chaos, il n’y a que l’harmonie
    Il n’y a pas de mort, il n’y a que la Force.
    Ces mots résonnaient dans la pièce, peu à peu, les duellistes se calmaient. Dark Madkiller regardait Shaman Spirit, Darkalisea regardait Colonel Yaourt, Dark Luuke regardait Jacen Katarns, Darkel regardait Dages, Vins Katarn, assis à côté de Vins Di’Zel, amplifiait les ondes de la Force pour que le credo Jedi résonne dans les esprits des antagonistes. Les Sith et les Jedi se sourirent puis se tournèrent vers Dark Sidious dont le visage était déformé par la haine.
    Anubis, complet dans son attaque, ne se rendit pas compte que les membres de la Triade avaient arrêté le combat. La puissance de leur amitié avait surmonté la haine qui émanait du goa’uld. Mais les forces de Keirran Halcyon s’amenuisaient. La puissance de Dark Sidious surpassait largement ses pouvoirs de Jedi gris. Les autres membres de la Triade firent corps avec lui. Keirran désactiva son sabrelaser et le mit à sa ceinture. Il sentait ses amis lui envoyer des pensées réconfortantes. Le lien Jedi se forma. Il échangea ses sentiments et ses peurs avec les autres qui l’apaisèrent et lui donnèrent de l’énergie.
    « La Force est mon esclaaaave ! Soyez maudiiiit ! » Hurlait Anubis.
    Une détonation retentit dans la pièce. La tempête se calma. Carter regardait le canon fumant de son arme.


    « La Flotte Asgard ! Ils sont là ! » Annonça Ikari Shinji, un jeune Jedi envoyé par Cal Omas pour communiquer avec le général Hammond.
    Le général se tourna vers lui en souriant. Un croiseur ennemi venait d’exploser. Plus que trois croiseurs et le vaisseau mère. Le piège à serpent était prêt. Le vaisseau mère, à mi-distance entre la Terre et Mars était en train de dévier, un croiseur ouvrit une fenêtre hyperspatiale et les deux autres s’engouffrèrent dedans, suivit par le vaisseau mère qui dérivait toujours.
    Le propriétaire du croiseur n’eut pas le temps de regretter son geste. Quand il arriva au abord d’une planète à anneaux à l’issu de son micro saut. Des dizaines de mines à naquadah appauvri lui foncèrent dessus. Les trois croiseurs explosèrent en même temps. Le vaisseau mère arriva à son tour.


    La balle du P90 flottait à quelques millimètres du front d’Anubis. Le temps s’arrêta. Son regard se posa lentement sur le major Carter qui le regardait en tentant de garder son calme. L’entrée en hyperespace l’envoya voler contre le mur. Dages activa son sabre et le plongea jusqu’à la garde dans l’abdomen du sith qui le regarda avec des yeux ronds alors que du sang perlait de sa lèvre inférieure.
    La sortie en hyperespace ne fit pas trembler le Jedi qui fixait le visage déformé par la haine de Dark Sidious. Dages désactiva son sabre en se redressant. Une explosion secoua le vaisseau mère. Puis une autre. Un vent de Force envahit la pièce, émanant du cadavre du sith, repoussant les membres du SG1 et de la Triade contre les meubles ou les murs de la pièce. Exténués, tous s’évanouirent. Une grande lumière envahit la pièce.


    Quand Dages se leva, il se trouvait dans un lit d’hôpital. L’infirmier qui s’occupait de son voisin avait l’insigne du SGC sur son épaule. Il était à la base. Il posa doucement un pied par terre. Une infirmière accouru et voulut le faire se recoucher mais il la rassura d’un sourire. Le jeune Jedi se mit debout et regarda qui était son voisin, Keirran dormait paisiblement. Il regarda autour de lui, il était au bout d’une rangée d’une quinzaine de lit. Toute son équipe était en train de se reposer. Teal’c venait de se lever aussi de l’autre côté de la pièce.
    Dages sonda l’esprit de ses compagnons. La paix. Anubis était mort. Le vent de Force. La lumière. Et la suite ? Trou noir. Vince ouvrait les yeux deux lits plus loin. Il tourna la tête et aperçut le maître Jedi qui réfléchissait. Il se leva et le rejoignit en silence. Petit à petit, la Triade se relevait. Les membres de l’équipe SG1 était en train de s’étirer quand Hammond arriva dans l’infirmerie. Dages porta la main à sa ceinture et sentit que son sabre n’était plus là. Le général avait vu son geste, il se rapprocha.
    « Maître Dages, quand tout vos hommes seront prêts, allez en salle de briefing, je vous attend là-bas.
    - Oui général. »
    Le jeune homme envoya un signal dans l’esprit de ses amis pour qu’ils se dépêchent. Très vite et peu de temps plus tard, les onze Jedi étaient rassemblés dans la salle où l’équipe SG1 était en train de s’asseoir. Onze sabrelasers étaient posé sur la table. Ikari Shinji, Alrack et Klaatu sourirent à leurs compatriotes. Le chiss expliqua ce qui c’était passé. Le champ de mines, le vaisseau asgard qui avait suivi, téléportation des corps inanimés, la victoire.
    Cal Omas et le grand amiral Pallaeon entrèrent à leur tour dans la salle des briefings. Les Jedi s’inclinèrent. Utilisant la Force, ils firent voler leurs sabrelasers respectifs jusque dans leurs mains sous les regards amusés des Terriens.
    « Je crois que nous pouvons y aller, soldats, Jedi, Jedi gris et Sith, en tant que chef d’état de la nouvelle république et avec l’accord et l’appui du grand amiral Pallaeon, nous avons signé un accord avec les dirigeants de la Terre. Ce système solaire ne fera donc plus partie des régions inconnues et devra être ajouté dans la base de données des cartes du reste de la galaxie. La Terre s’ouvre donc à l’espace et à notre culture. Au nom de la nouvelle république et de l’Empire, je souhaite la bienvenue au SGC dans la communauté de notre galaxie. Votre peuple n’est pas encore au courant, aussi nous allons faire notre possible pour éviter des visites qui pourrait troubler la paix de votre petite planète…
    - Oui, c’est plutôt raisonnable, fit O’neil puis d’un air malicieux, quoique ça serait marrant un gros Hutt dans un taxi.
    - Poil au…, ajouta le colonel Yaourt.
    - Non ! » coupa Dages.
    Les Triades, horrifiés par le culot des deux colonels regardèrent inquiet le chef d’état qui se mit à sourire et, après un salut poli, quitta la pièce suivie du grand Amiral qui était encore un peu intrigué par les répartis des deux hommes. La maître Jedi observait Alrack d’un air pensif, le jeune chiss avait le regard perdu en direction de la porte des étoiles. Une sonnerie de téléphone retentit, le général sortit de la pièce alors que des officiers amenaient des bouteilles de champagnes et des verres.
    Au milieu des discussions animées, Dages choisit un siège prêt du colonel O’neil et lui dit :
    « J’aime votre monde.
    - Vous avez des responsabilités avec votre escadron, répondit O’neil qui avait deviné.
    - Oui, je vais rester ici, le sénateur Kinsey m’a montré que vous avez besoin d’aide, de plus, j’aimerai vous aider à vous ouvrir à la galaxie.
    - Et vos hommes.
    - Attendez », dit Dages en se relevant.
    Il activa son sabrelaser qui jeta une lumière verte sur son visage, les discussions se coupèrent. Il désactiva son sabre et regarda ses amis qui tentaient de le sonder. Dages regarda Alrack pendant une seconde puis Keirran. Il commença d’une voix claire :
    « Mes amis, j’ai pris ma décision, je reste ici.
    - Pardon, s’écria Keirran, et l’escadron ?
    - Leader Triade Keirran Halcyon, prend bien soin du groupe.
    - Mais,…
    - Je sens que mon destin est lié à cette planète.
    - On va être onze ! répliqua Darkalisea.
    - Alrack ? appela le maître.
    - Maître Dages ? répondit le Chiss.
    - Triade douze Alrack, corrigea le jeune homme en souriant.
    - … C’est un grand honneur, remercia le jeune homme. »
    Peu de temps après, les Triades rejoignirent le sommet de la Cheyenne Mountain. Dages fit une accolade à Keirran et à Vince, ses anciens ailiers. Puis il salua son frère Darkel en lui donnant un cube violet marqué d’une ancre rouge. L’escadron s’envola en formation et disparut dans les nuages. Dages, fermant les yeux, suivi ses compagnons en pensée jusqu’au moment où ils partirent dans l’hyperespace, escortant le MC90 et l’ISD de Pallaeon.


    O’neil regardait le jeune Jedi en silence alors qu’il se collait l’insigne du SGC sur l’épaule de son habit de Jedi. Alors qu’il attachait sa cape, on entendait des bruits métalliques dans son dos. Carter le regardait en souriant puis baissa les yeux sur son P90. Daniel arrangeait son gilet pare-balles. Teal’c posa sa lance-serpent au sol.
    « Dages VidTin, nouveau membre du Cercle des Etoiles, bienvenue sur Terre », annonça O’neil alors que la Porte des Etoiles ouvrait son vortex.
    Et ils traversèrent le disque d’énergie pure…

    FIN

    ( Voila bonne lecture! ça peut paraitre long à lire ici, aussi, je vous donne le lien ou vous pouvez le télécharger et le lire tranquillement, en bonus, vous aurez un fonts Starwars => ici (lien supprimé car non accessible)


    [Ce message a été modifié par: Dages le 22-10-2004 18:19]

    vendredi 22 octobre 2004 - 18:17 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    STAR WARS : L'ORDRE ANGELLIUS 2

    De nouveaux horizons

    1: Prologue

    La femme était très jolie, sa peau bleutée reflétait la lumière des néons comme les océans reflètent la lumière du soleil. Son visage aux traits fins arborait de longs cheveux fins d'un noir ébène, tombants avec grâce sur ses épaules dénudées. Quelques cornes éparses s'immisçaient sur son crâne, tel une couronne symbolique. Les yeux de cette femme étaient d'un blanc profond, d'un blanc infini, d'une pureté inaliénable.
    Le jedi plongea dans ce regard captivant, il se baigna dans cet océan originel, il y trouva une autre dimension à sa sérénité, puis il y eut un flash, qui sorti le jedi de sa méditation.
    Angel était assit, en tailleur, à même le sol. Il respira profondément, regagna progressivement le monde matériel qui l'entourait. Par la volonté et l'action de son esprit, le jedi distribua de l'énergie à tout son corps, à tous ses organes, un par un.
    Le maître jedi fit appel aux lignes, aux vecteurs et aux flux invisibles de la Force. Toujours sans bouger un doigt, il fit léviter une bouteille de jus de fruits jusqu'à un gobelet, placé sur la table de la chambre. Il versa le contenu de la bouteille dans le petit récipient par le biais de la Force et reposa la bouteille.
    Angel inspira profondément pour purifier son esprit, il ouvrit subitement les yeux… Le jedi s'autorisa à lever un sourcil, une goutte de jus de fruits coulait le long du verre. Un vrai manque de précision ! Pensa le jedi.
    Le maître jedi se releva doucement, se dirigea vers la fenêtre en transpacier et observa le paysage. Le désert de Hoth s'étendait à perte de vue, une tempête de neige faisait rage dehors. Angel fut parcourut par un frisson, son esprit s'était concentré sur la neige. Le jedi se concentra sur la chaleur interne de son corps puis observa à nouveau l'extérieur. Il fit léviter son gobelet plein jusqu'à sa main, le porta jusqu'à ses lèvres qu'il trempa pour s'abreuver du liquide fruité.
    Qui pouvait bien être cette femme que la Force lui présentait ? Comment allait-il la rencontrer ? Le commlink du jedi s'agita dans le revers de son grand manteau.
    -Seyla ?
    -Le conseil jedi nous envoi à Coruscant, un appareil non-identifié se dirige vers la capitale galactique… Il viendrait d'une galaxie proche… au-delà de la bordure extérieure…
    -Prépare l'Excalibur, nous allons sur Coruscant.
    Le jedi porta sa capuche sur sa tête, il l'ajusta lentement et masqua son visage dans l'obscurité.

    lundi 01 novembre 2004 - 23:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    2: Une arrivée fracassante

    "Neyac, hors de ma vue sombre crétin avant que je vous vide comme un vulgaire poulet ! " La voix résonante et autoritaire résonna sur la passerelle de commandement. Elle avait frappé des poings si fort sur le tableau de bord que l’équipage s’était figé comme attendant les retombé d’un cataclysme… Elle pointait un doit inquisiteur prolongé d’une longue griffe tranchante en direction du petit escalier métallique qui descendait du poste de commandement surélevé. D’un air impérieux elle repoussa ses cheveux noirs de nuit et se rassit sur son fauteuil de commandement. Après avoir ajuster la veste grise de son austère uniforme couver de plaquettes métalliques indiquant ses grades d’officier, elle reprit les commandes en grinçant des dents. "Comment peut-on être aussi stupide ! Il faut tout faire soi même si l’on veut que les choses soient bien faites. Quel imbécile, comment s’est-il débrouiller pour faire une telle bourde! Le Leviastor n’a JAMAIS connu une seule petite avarie ! " L’équipage avait fini par reprendre son travail voyant que ce ne serait pas aujourd’hui que le ciel leur tomberait sur la tête. La femme assise au poste du commandant de bord arborait un air sévère et paraissait d ‘une autorité inébranlable, elle paraissait pourtant très jeune. Ses doigts à la peau bleutée venaient cogner nerveusement contre la console de commande couverte de caractères divers. Le vaisseau énorme avait fini par prendre une vitesse beaucoup plus lente en approche du portail. La femelle à la peau bleue et aux cheveux noirs, ornés de cornes, tapota avec vivacité une série de codes tout en regardant ses écrans de contrôle bien que de tout temps elle préférât de loin avoir un visuel direct par le hublot de la passerelle. La jeune femme se leva de nouveau de son siège, ses bottes firent claquer le sol métallique sous les quelque pas qu’elle fit. D’une stature haute et fière elle s’adressa à tout son équipage, aussi bien officiers de bord, machiniste, q’équipage de maintenance à travers les micros de tout le vaisseau.
    "Messieurs, Mesdames nous sommes arrivés au portail extérieur, sa voix s’élevai et semblait entrer en résonance avec l’espace lui-même. Inutile de vous dire qu’à l’extérieur nul monde n’est répertorié et nous ne sommes pas sensés nous faire connaître de ces civilisations dont nous n’avons pas connaissance, l’invasion par la force militaire sera donc pour dans quelques années ! " Les rires fusèrent dans le cockpit, visiblement ce trait d’humour amusa beaucoup l’équipage ou peut-être riaient-ils pour ne pas essuyer les foudres d’une nouvelle colère de leur supérieur hiérarchique et souveraine intergalactique ! Elle poursuivit:
    "Suite à la… stupidité, articula-elle avec insistance décochant un regard aussi perçant qu’un rayon désatomiseur sur son second; de notre cher capitaine Neyac d’Icasâr, nous voici forcé d’atterrir sur la plus proche planète industrialisée pour réparer la cellule d’énergie mise hors service, vous savez donc ce que cela implique… Et vous Neyac, établissez-moi une Com ! Vers la planète repéré sur les écran au plus vite! Faites des décodage avec les scripteurs s’il le faut; et prévenez-moi au cas où j’aurais plus vite fait d’envoyer un pigeon voyageur ! " Cette phrase resta en suspend encore quelque seconde à la manière d’une goutte de liquide sous gravité 0. Après un long silence méditatif où elle sembla perdu dans quelque sombres pensées l’ordre fut donné de passer le portail. Au travers du hublot de la passerelle de commandement, l’espace sembla miroiter un moment puis le Leviastor y fut engloutis lentement, avalé par le portail de translation spatio-anthropique.
    Il était passé ici elle le savait, elle en aurait mis sa main à couper. Sa main, elle regardait ses mains en se rappelant tout le sang qui s’était répandu sur elles, se demandant si celui qu’elle venait chercher serait voué à cette vie de drame, de sang, de larmes, de sueur et de chaires à vif. Ardemment elle souhaitait retrouver l’enfant et l’arracher à l’horreur de devoir subir une aussi lourde responsabilité. Sendeä n’avait que huit ans, et tout laisser présager que son agresseur avait une idée bien précise en tête. Un coup d’état sur Icasâr ? Non… Les Iscariens n’étaient pas de virulents révolutionnaires et appréciaient leur vie paisible, et même dans le cas d’une révolte elle doutait qu’ils purent s’attaquer à un enfant innocent. Une demande de rançon ? Non plus… Pourquoi s’attaquer à Icasâr, un état paisible dégagé de l’Empire Hégémonique Arcadien depuis plus de trois miles ans, elle le savait, c’est elle-même qui avait ratifié le traiter d’émancipation de la planète trois mille années standard auparavant. Elle n’osait pas le croire et voulait à peine le penser, l’enfant avait était enlever pour ses capacités acquises par sa structure ADN. Une arme vivante… Elle regardait ses mains, le bleu de sa peau lui semblait si rouge… Elle avait détruit, elle avait tué, elle avait torturé. Mais on le lui avait appris, celui qui doit être juste doit supporter le poids de la cruauté envers tous les sentiments subjectifs qu’elle pourrait ressentir, être juste était son devoir quelque-soit la punition qu’elle devait infliger. Et cela elle l’avait appris très jeune, trop jeune…

    lundi 01 novembre 2004 - 23:46 Modification Admin Permalien

  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    3: Alerte à Coruscant

    L'espace était déchiré.
    Les étoiles, d'un ordinaire si fixe et précis, ne ressemblaient qu'à de vulgaires salves de laser bleu, vagues et floues. L'Excalibur flottait parmi ce couloir sans profondeur, seul, les turbines à pleine puissance. Cet appareil était assez volumineux, digne des constructions Corelliennes type YT-1300 et plus. Relativement plat, très affiné sur l'avant et la salle de pilotage, s'élargissant sur de grosses turbines puissantes, terminé par de grandes ailettes verticales de chaque côté.
    Des gros panneaux polarisés laissaient supposer plusieurs salles habitables, dont une salle de détente, un dortoir important et une surface cargo immense, en plus de la salle de commande.
    Angel était assit au premier poste de pilotage, contemplant la route dégagée qui s'offrait à lui dans le couloir hyper-spacial. Sa padawan, Seyla, était à ses côtés, elle aussi aux commandes, mais en évoquant la mission actuelle qui les avait fait quitter Hoth et l'Académie secrète, pendant que Aure Ka'n réparait une machine à l'atelier.
    L'Académie de l'ordre Angellius ; Ou l'Académie Angellius ; avait été créée dans le secret le plus total, même Yoda lui-même ne connaissait le lieu où elle avait été édifiée. Un plan d'urgence de l'ordre jedi pour faire face à la menace de la guerre des clones et de l'ordre sith.
    Angel s'était entouré de hauts ingénieurs, d'ouvriers et de quelques de ses amis pour bâtir une Académie secrète, où des jedis clandestins seraient formés. Entre autre, les ouvriers trouvèrent intéressant de s'unirent pour une arme secrète de la galaxie et de trouver ainsi un refuge contre les méfaits de la guerre.
    Pour s'entourer personnellement dans ses quêtes et la formation de ses élèves, en plus de sa padawan Seyla, Angel avait re-contacté certaines de ses connaissances : Aure Ka'n, sa mécanicienne hors-pair, toujours sur-armée, qui avait déjà eu l'occasion de travailler pour l'ordre jedi. Et Roodz, un homme trowl, autrefois contrebandier, ayant lutté contre bien des choses, même des guerriers siths, qui a fini par installer sa cantina sur Nar-Shaddaa.
    Cette équipe aux membres divers et talentueux furent donc mis à disposition pour former des chevaliers jedi, dans le secret le plus total, et s'occuper de mission à risques durant la guerre des clones. Leurs interventions n'étaient jamais à prendre à la légère.
    -Un Message de Coruscant, maître, sûrement les directives de notre mission. Prévint Seyla. L'écran géant de la salle de pilotage s'actionna au-dessus des deux jedis. L'image vidéo se stabilisa et le maître Yoda apparut à l'écran.
    -Bonjour à vous maîtres jedis, annonça le petit être vert, seul vous-êtes ? Aure apparut par la porte pressurisée et se plaça à la table holographique.
    -Nous sommes tous là. Reprit la twi'lek avec les mains encore pleines de crasse.
    -Bien, très bien… Un silence court raisonna dans les haut-parleurs de la salle avant que Yoda reprenne son discourt. Toujours plus acharnée est la guerre des clones, en plus des plans militaires, des plans pirates s'exécutent. De nouveaux arrivants nous avons. A Coruscant pour les accueillir vous serez. Difficile à savoir qui ils sont, mais les faire disparaître de ce monde vous devrez, aux yeux des jedis, des politiques, des siths et des pirates. D'un nouvel acteur dans cette guerre nous n'avons besoin.
    -Des intentions néfastes ? Proposa Angel d'un ton calme.
    -Très improbable est cet événement, difficile de le cerner il est.
    Après ces paroles l'image à l'écran se brouilla puis disparue. Les trois membres se retrouvèrent dans le silence pesant de l'espace infini. Aure fut la première à briser ce silence alors que les deux jedis méditèrent les paroles du sage.
    -Nous serons d'ici quelques minutes sur Coruscant.
    -Je médite, Aure, lui répondit la femme.
    -Je sais Seyla, mais notre radar repère déjà nos amis… c'est un gros appareil…
    Angel associa sa précédente méditation aux paroles de maître Yoda, il entrevit la possibilité d'un appareil énorme, dont la population serait inconnue en cette galaxie.
    La reine à la peau bleue.
    Le jedi se leva et se dirigea vers la table holographique, aux côtés de Aure. En effet c'est un bel appareil, annonça-t-il, avant de s'enfoncer dans le fauteuil face à la femme twi'lek. Il observa la femme durant un temps qui parut interminable et angoissant pour la personne en face de lui. Angel sorti de ses pensées, il s'adressa à Aure.
    -Je ne ressens rien d'inquiétant.
    -Moi non plus, lui répondit-elle, mais on n'est pas arrivé, finit-elle par conclure.
    -Justement Aure, nous arrivons… Ajouta Seyla qui pilotait l'Excalibur hors du couloir hyper-spacial.
    Comme si le vaisseau était immobile, le décor étoilé cessa de défiler. Le flou lumineux se matérialisa en un tableau étoilé, au premier plan siégeait une planète, fixe, immense au milieu de toutes ces étoiles.
    Coruscant.
    Cette ville avait des reflets métalliques, conséquences d'une ville étendue d'un pôle à l'autre, depuis le sous-sol jusqu'aux premiers nuages de l'atmosphère. La terre, l'herbe et l'eau au naturel n'étaient que de vieux souvenirs érodés par le temps, encore visibles dans les parcs et les jardins.
    Une fois l'Excalibur redescendu sous la lumière, il amorça une descente douce au travers de la couche atmosphérique de Coruscant, sous la direction de la jedi Seyla. L'appareil, malgré son envergure ne semblait même pas souffrir de la température échauffée au contact de la couche d'ozone.
    Seyla ralenti encore la vitesse et ajusta l'assiette du vaisseau. La lourde et large porte de chargement du vaisseau s'abaissa sous la force des vérins sous pression.
    Un petit appareil léger, affiné et rapide, sorti de la cale de l'Excalibur. Un chasseur type jedistarfighter. Le petit vaisseau glissa lentement de son hangar, avant de tomber en chute libre, dans le ciel embouteillé de la capitale Galactique. Une chute qui s'étendit sur quelques kilomètres avant qu'une flamme puissante vint animer les turbines puissantes qui rétablirent l'assiette du chasseur qui fit un bon en avant.
    -Toujours avec nous Miss Ka'n ? Retenti la voix de Seyla au travers du haut-parleur. Le petit appareil vint se replacer en formation aux côtés de l'Excalibur.
    -Et oui, dommage pour vous ! Répondit la twi'lek dans son micro, ajusté avec son oreillette, mais vous ne pouvez rien faire sans moi de toute façon, reprit-elle.
    -Ahhhh ! Si Roodz avait put venir… Ajouta la jedi en accomplissant une vrille élégante avec le grand vaisseau, lui-même aux lignes courbes et assurées, telles les formes généreuses d'une danseuse twi'lek.
    -Je crois que notre jeu s'arrête ici… la voix de Angel raisonna dans les carlingues comme une coupure de l'espace temps. Aure resta muette au travers de son micro, tendit que les deux jedis restèrent sans voix derrière la vitre en transpacier de l'Excalibur.
    Plusieurs chasseurs jedis transitaient autour de quelque chose, un centre de gravité de ces petits appareils légers, un vaisseau, énorme, inconnu, armé. L'Excalibur s'en approcha et en fit le tour histoire d'identifier le nouvel appareil.
    L’énorme masse se détachait dans le ciel. Huit cents mètres de long, cinquante de large au niveau du nez de l’appareil et presque le double au niveau de ses gigantesques réacteurs de poussée, et plus de quatre-vingt mètres de hauteur ; le monstre entouré des chasseurs ressemblait à une ruche entourée d’insectes… Jamais cette énormité ne pourrait se poser sur une piste classique. La machinerai semblait tenir dans les deux tiers du vaisseau et la lumière bleuté de pure énergie qui sortait faiblarde des réacteurs de poussée en raison de la proximité des habitations jetait aux alentours un éclat presque spectral. Bâtiment aux allures de prédateur il ne semblait pas importuné par les petits insectes qui lui voletaient autour. D’où provenait donc ce navire non répertorié aux aspects gigantesques, et surtout quelle était la raison de la venue de ces "étrangers" à Coruscant ?
    Sous sa carapace imprenable, on pouvait distinguer plusieurs centaines d’orifices plus ou moins béants d’où pouvait à tout instant surgire des dizaines et des dizaines de cannons et on ne sait quelles autres armes de terreur encore… Et cette "chose" se baladait poussivement dans le ciel de la capitale galactique.
    -Aure, reste autour du vaisseau, veille à ce qu'il ne soit pas dérangé. Demanda le maître jedi à sa complice twi'lek. Il se dirigea ensuite vers sa copilote: Seyla, envoi un message à Roodz, qu'il ne nous attende pas pour manger ce soir…
    -De toute façon notre ami doit bien s'amuser à l'heure qu'il est, entouré de jeune gens, au soleil.

    lundi 01 novembre 2004 - 23:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    4: Premier contact

    Le soleil brillait en cette mi-journée.
    Roodz, le trowl, en aurait presque oublié la neige et le froid perçant de Hoth. C'était l'été, un étranger à cette planète n'aurait pu le deviner, tant le froid pénétrait les nuages, les vêtements et la chair.
    Roodz était pourtant bien couvert, en plus de sa chair, très présente autour de ses os. Malgré qu'il soit un peu enveloppé, son poids n'enlevait rien aux capacité motrices du trowl. Ses talents de contrebandier et sa précision dans le combat étaient restés intacts au fil des âges et des climats. Même après s'être un peu rouillé derrière le bar d'une cantina, Roodz gardait l'intelligence de la bataille. Il en était même fier car il assumait aujourd'hui le rôle d'instructeur dans une Académie jedi.
    L'ordre Angellius.
    Le trowl était fier d'y avoir été intégré. Il donnerait le meilleur de ses connaissances à ses élèves, leur apprenant l'art difficile du combat à mains nues et du maniement des armes. Une partie de plaisir pour des élèves aux liens étroits avec la Force.
    Roodz arrivait d'ailleurs devant la salle d'entraînement, après avoir traversé les jardins enneigés. La porte pressurisée s'ouvrit dans un sifflement de vérin et se referma après le passage de l'être massif. "Quel froid! C'est pas croyable de construire une telle structure dans un endroit pareil ! " Grogna le trowl tout en donnant un revers de mains sur son manteau enneigé. "Une chance que le jeu en vaut la chandelle."
    A cet instant, l'instructeur, qui surveillait les élèves et leur formation durant le voyage du reste de son équipe, pénétra dans une salle qu'il supposait calme de par la méditation de ses locataires. A son grand regret et à celui de ses tympans sensibles, Roodz pénétra dans l'enceinte d'une salle dont la pagaille avait prit possession.
    La salle qu'il connaissait pour son ordre et sa propreté lui rappela soudainement sa cantina sur Nar-Shaddaa, toujours du bruit, toujours des bagarres, de la musique et… De la boisson.
    Le trowl se risqua, dans son élan dépressif, à ouvrir la bouche pour prononcer quelques mots. Rien n'en sorti, ébahi par cette dispersion des élèves. Ici, il ne pouvait pas régler ses soucis avec un blaster, comme il l'avait déjà fait pour évacuer certains de ses anciens bons clients. Son communicateur s'anima dans sa poche, sauvé! Il ressortit de la salle pour pouvoir entendre la communication. De toute façon personne ne l'avait vu entrer…
    -Salut Roodz! Tout va bien ? Seyla semblait troublée par quelque chose, mais le trowl n'en vit rien et se focalisa sur la réponse qu'il allait donner à son amie jedi.
    -Heu… Oui, tout va bien, super! Répondit l'ancien contrebandier d'un ton mal assuré, alors que le brouhaha s'étendait jusqu'à Coruscant via le communicateur.
    -C'est quoi tout ce bruit de fond ? Renchérit la jedi.
    -Rien du tout, nos élèves s'appliquent à l'art du fusil à répétition, ça crache un peu ces trucs là! Annonça le trowl avec une fausse mine amusée.
    -Ok… Nous serons un peu retardés sur Coruscant, bon courage.
    -Ne vous inquiétez pas pour moi, je gère à la perfection ici! Bon voyage !
    Le trowl coupa sur ces derniers mots, il ne se rendit compte qu'après qu'il venait de passer à côté d'une conversation importante.
    Roodz décida de s'introduire une seconde fois dans la salle de cours, mais avec une méthode plus personnelle, une méthode bien à lui. Il se dressa de toute sa taille et entra soudainement dans la salle, à défaut d'une autre de ses fâcheuses tendances : enfoncer la porte de tout son élan. Son apparition soudaine attira déjà l'attention de quelques stagiaires, son allure droite et menaçante se fit nécessaire.
    C'était un trowl, grand d'environ deux mètres dix, très fort, bien en chair, des pieds à vous donner de l'élan sur cents mètres sans ricocher sur le sol, un front large et osseux qui enfoncerait bien des structures. Roodz acheva son entrée dans la salle en portant sa main à son holster, il y dégaina son blaster et tira un coup dans le fond de la salle. La salve ricocha une vingtaine de fois, entre les murs et les lames énergétiques des sabres laser, avant de se dissoudre dans l'air, obligeant à tous les élèves à se coucher au sol sous la panique et le faisceau laser.
    -Ah ah ! Maintenant que j'ai votre attention !

    L'Excalibur évolua lentement parmi les chasseurs jedis et l'immense vaisseau. Le jedi lança un appel urgent le leader jedi, question de rapport.
    -Ici Angel, maître jedi, je suis à bord de l'Excalibur et j'en appel à votre connaissance des faits.
    -Salut à toi Angel, te revoilà parmi nous ! C'est Aayla ! Répondit une voix féminine qui n'était pas inconnue au jedi.
    -Quelle surprise, entre deux missions clones je présume.
    -Tout à fait, cet appareil est apparemment neutre, il arrive à l'instant et il vient de loin. Pour l'instant aucun contact n'a été établi.
    -Ok, personne ne bouge pour l'instant, le conseil nous envoi pour faire de notre possible.
    Le jedi coupa la communication et se dirigea vers sa copilote. Elle venait à l'instant de couper sa communication vers Hoth, routine entre les membres de l'ordre Angellius. Seyla s'effondra dans son fauteuil, l'air distraite.
    -Roodz m'a parut bizarre, il avait l'air un peu ailleurs.
    -Il est sûrement occupé avec les élèves, occupons-nous de notre mission actuelle.
    Seyla vint stabiliser l'Excalibur non loin de l'appareil inconnu, Angel se leva et s'installa à l'unité de traitement. Ce poste du vaisseau servait à tout, radar, sonde, analyses diverses et recherche de fréquences. L'appareil visiteur dégageait justement des ondes, semblables à celles utilisées pour la communication étendue.
    L'écran plat scintilla, puis l'image apparue, une femme en uniforme militaire, impeccable sur elle, l'allure droite et élancée. Angel reconnu cette femme, la femme à la peau bleue, durant le court silence qui s'installa le jedi observa l'attitude de cette femme.
    Son souffle était puissant et rapide, ses yeux lançaient des éclairs, quelques cheveux déplacés. Elle semblait énervée, en colère. Le maître jedi pensa immédiatement à ne pas déborder de sa tâche, allons au but, sans détour.
    -Vous êtes sur le territoire de Coruscant, capitale galactique, n'engagez rien contre nos chasseurs, ils sont là en soutient d'un éventuel conflit. Je me nomme Angel, membre de l'ordre jedi, gardien de la paix dans cette galaxie. Veuillez décliner votre identité et la raison de votre voyage.
    -Ah enfin ! Je suis Kali Caria Naseths, impératrice d'Arcadia et à la recherche d'un criminel en fuite. Nous avons malheureusement perdu la trace de ce chien ! Elle frappa du point la console de son appareil. De plus mon vaisseau, le Leviastor est en panne, suite à l'incompétence de mon entourage. Elle jeta un regard sombre à son second, Neyac.
    -Veuillez vous poser aux coordonnées suivantes, vous êtes trop voyante et la discrétion serait de mise en cette période de guerre. Angel fit parvenir les coordonnées d'une plate-forme d'atterrissage à l'impératrice et fit signe à Seyla de montrer le chemin.
    -Je vous suis, mais ne tentez rien de stupide… Lui répondit Kali en ordonnant à son équipage de se rendre aux coordonnées indiquées.
    L'Excalibur se posa sur une piste volante, non-loin du temple jedi. Aucun problème pour ce petit appareil, contrairement au Leviastor, bien trop gros pour se poser sur une si petite plate-forme.
    Angel se dirigea vers la rampe d'accès de son vaisseau, celle-ci s'abaissa et une silhouette enveloppée d'un grand manteau brun très sombre en sorti. Assez grand, athlétique et droit, Angel dégagea son visage de sa large capuche. Son regard bleu-vert était perçant, concentré sur le moindre détail. Assurément le jedi bénéficiait d'un charisme inébranlable. Seyla était resté à bord de l'Excalibur, afin de couper ses moteur et ses instruments. Aure entra en contact avec elle.
    -Vous avez besoin de moi en bas ?
    -Et bien… Ta couleur de peau et ton caractère impulsif plairont beaucoup à notre hôte ! Seyla laissa échapper un sourire. Pose-toi, on t'attend, reprit-elle.
    Tandis que Aure amorçait sa descente, Angel avança d'un pas léger et ferme en direction du Leviastor. A mi-chemin il s'arrêta, immobile et ferme, attendant que le gigantesque appareil ait fini ses manœuvres. La vitre bombée du jedi starfighter de miss Ka'n s'ouvrit lentement, laissant la twi'lek en sortir pour rejoindre ses compagnons. Dans sa combinaison noire et brodée, très près du corps, Aure accouru en direction d'Angel, rejoint rapidement par Seyla.
    Le Leviastor s'engagea dans des manœuvres précises et contrôlées, afin de se rapprocher le plus possible de la piste. Etant bien trop gros, il resta en vole au-dessus de la plate-forme. "Ils auraient dû faire des structures plus petites encore ! ", grogna l'impératrice.
    De toute évidence, les Arcadiens avaient percé le secret de la téléportation, c'est ce que conclurent les jedis en observant l'impératrice apparaître de nul par.
    Les chasseurs jedi tournaient toujours comme des guêpes au-dessus d'un fruit sucré. Quand Aayla passa à vive allure près de la plate-forme, Angel lui fit signe de se retirer avec son groupe de chasseurs, ce qui fut vite réalisé. Le jedi s'avança vers la nouvelle arrivante: Kali.
    L'impératrice était en uniforme militaire, une veste étroite grise, pantalon suivi de bottes montantes d'un noir profond. Malgré l'élégance de cet uniforme, un décolleté profond mettait en valeur les atouts physiques de la femme.
    Kali était suivie de plusieurs hommes, son conseillé aux affaires extra-planétaires: Vector, mais aussi de son second, Neyac qui adoptait l'apparence de quelqu'un de discret, comme un enfant qui venait de se faire disputer par sa mère.
    -Bonjour à vous maître jedi, merci pour cet accueil. Annonça-t-elle.
    -C'est à moi que revient l'honneur de rencontrer les ambassadeurs d'un autre monde, m'accorderez-vous quelques instants ?
    -Et bien de toute façon mon emploi du temps à été gâché par cet ignare de Neyac, j'ai donc un peu de temps à vous consacrer. La femme lança un regard meurtrier à son second, tout en suivant le maître jedi dans quelques pas.
    -Si vous le désirez, Aure Ka'n est une mécanicienne hors pair, elle pourrait peut-être aider vos techniciens à trouver ce dont ils ont besoin. Ce qui offrirait également un premier échange en gage de notre bonne entente…
    -Hum… Qu'elle ne décortique pas mon appareil. De plus le temps me manque et il me faut repartir au plus vite !
    -J'ai bien peur qu'il ne soit difficile de répondre à vos exigences.
    -Comment ça ? ! !
    -Si nous en discutions en route, vous devez être fatiguée et une suite vous a été préparée. L'impératrice resta là sans répondre, les propos du jedi n'allaient pas dans son sens et elle hésita à régler rapidement le débat, avec ses méthodes brutales et expéditives. Le jedi reprit. Vous êtes maintenant dans une galaxie nouvelle, votre arrivée ne s'est pas faite dans la discrétion et vous avez soulevé beaucoup de questions, les politiques, les civils, tous se demandent d'où vient ce nouvel appareil et quel est son but. Votre armement n'est pas le genre que l'on utilise pour la chasse au gibier…
    -En effet. L'impératrice laissa échapper un sourire satisfait.
    -A ce titre, le Sénat aimerait converser avec vous, vous entendre quant à votre venue ici et les échanges éventuels entre nos deux galaxies.
    -Mais dites-moi, quel est votre rôle exactement, Angel ? C'était bien la première fois que le manteau du jedi, son charisme et son aptitude au discours n'était pas reconnus.
    -Je suis un jedi, gardien de la paix dans cette galaxie. J'agis sous le haut conseil jedi, établi ici même, afin de faire régner l'ordre et la justice. Vous aurez l'occasion de vous familiariser avec mes pouvoirs, mais en attendant, veuillez admettre mon rôle d'ambassadeur et le fait que nous vous attendions. Kali resta sans voix
    -Vous m'attendiez…
    -En effet, nous autres jedi avons le don de vision. Le jedi s'arrêta en voyant que l'impératrice ne l'écoutait plus. La femme était en observation au pied de la grande tour du temple jedi. Dans un hochement de la tête, Angel invita son hôte à pénétrer dans les jardins du temple. Kali se ressaisit.
    -Oui… Je vous écoute maître Angel.
    -Angel suffira. Comprenez notre position face à cet événement des plus improbable. Un minimum d'usage s'impose.
    -Oui, j'aurai réagit moi-même ainsi. Mais je ne suis malheureusement pas porteuse de bonnes nouvelles et le temps de discourir ne m'est pas offert. Je suis à la recherche d'un enfant.
    Malgré que le temple jedi soit un lieu sûr pour tous, Angel était devenu depuis peu un fantôme de l'ordre jedi et ses missions, toujours confidentielles et discrètes, devaient rester dans l'ombre de la guerre des clones. Aussi décida-t-il de ne pas étaler les choses, même aux jedis. Ainsi l'impératrice et le jedi montèrent devant une chambre gardée par Seyla. Angel invita Kali à entrer.
    -C'est moi qui vous écoute.
    -Sendeä, est âgé de huit ans, est le prince héritier du trône d'Icasâr. Il s'est fait kidnapper chez lui et les pistes m'ont conduit ici.
    -Vous soupçonnez que le kidnappeur soit de chez nous ?
    -Tant que je reste ici je peu connaître la réponse. Et ce n'est pas le Sénat qui va m'aider en me cloisonnant dans une chambre entre deux débats.
    Angel ne répondit pas, il resta dans ses pensées alors que l'impératrice fit quelques pas dans la pièce avant de regarder par la fenêtre. Une chambre assez spacieuse, plusieurs pièces et une fenêtre très large mais peu haute, typique des architectures locales, dans la pièce principale.
    -Le Leviastor peut-il évoluer à son aise ? La femme se retourna en direction du jedi.
    -A priori oui, mais la cellule d'énergie est morte, suite à…
    -Oui, oublions cet incident. Le jedi coupa court à cette source de tension entre l'impératrice et son second. Il sortit son commlink et l'actionna.
    -Aure, est-ce que le Leviastor peu encore naviguer ?
    -On me fait savoir que oui, mais pas à vive allure.
    -Ok merci. Le jedi rangea son commlink dans son épais manteau et s'adressa à Kali sur un ton neutre mais suggestif.
    -Vous ne pouvez rester ici, votre enquête s'enlisera dans les manœuvres du Sénat. Mais il nous faudra voyager furtivement.
    -Furtivement ? S'interrogea Kali.
    -Oui, nous sommes en pleine guerre, la République est menacée et les pirates ou encore les séparatistes s'adonnent au pillage. Nous devons traverser la galaxie sans que vous soyez vue, aperçue ou encore pire, enlevée.
    -Ah ! J'aimerai bien voir ça!
    -Pas moi, répondit le jedi d'un ton froid, aussi le Leviastor va quitter Coruscant sans v…
    -Le Leviastor ne s'en ira jamais sans moi! Il n'y a qu'une seule personne que j'autorise à le manipuler, c'est moi ! Si vous n'avez rien d'autre à proposer maître jedi, je m'en tirerai bien sans votre appui. Le jedi commençait à perdre patience face à tant de bonne fois et d'ouverture d'esprit.
    -Madame, vous n'êtes pas chez vous, votre appareil est endommagé, vous ne savez pas où aller et vous enquêtez sur un territoire qui n'est pas le vôtre. Vous avez besoin de mon appui, rien que pour vous guider ou assurer un minimum votre protection dans cette jungle de pirates. Mes pilotes assureront eux-même la protection du Leviastor et même si le risque est infime qu'il rencontre des contre-temps, je préfère que vous ne soyez pas à son bord. Nous transiterons tous deux par un réseau clandestin, je pourrais mieux vous protéger dans la foule, et surtout, si je n'ai que vous à garder… Le jedi s'autorisa un sourire léger mais un peu mesquin, comme il savait si bien les faire, au même titre que Mace Windu.
    La femme avait beau avoir une prestance impériale, un caractère de Gundark, et une humeur en éruption sur le moment, il était évident que la solution du jedi restait une bonne solution. Le souci principal de Kali était de prêter son appareil, chose impensable pour elle, de peur que l'on lui casse.
    Après mûres réflexions, l'impératrice s'était enfin décidée, et c'est au pied du Leviastor qu'elle retrouva Angel. Elle convoqua son second.
    -Neyac, je te laisse le Leviastor…
    -Mais! Je…
    -Rahhhhh ! Arrête de faire l'imbécile ! Tu vas conduire MON appareil jusqu'en lieux sûr. Attention ! Pas une seule erreur, pas une seule rayure et pas une seule poussière dessus ! Neyac n'eut même pas l'envie d'imaginer ce qui lui arriverait en cas d'incident, même mineur. Le second du Leviastor ravala sa salive alors que l'impératrice monta à bord de son appareil. Le jedi accosta Neyac.
    -Voici une datacarte de cette galaxie, je vous ai également indiqué les coordonnées de votre destination. Mon équipe restera à vos côtés en cas de pépin.
    -Merci, vous restez donc ici avec Kali ?
    -Non, nous irons au même lieu que vous, mais de façon plus discrète.
    Kali réapparu de son vaisseau et lança de dernières salutations à Neyac et à son équipage, elle se retira de quelques pas pour laisser s'envoler le Leviastor. Angel salua lui aussi tout le monde, Neyac lui adressa quelques mots.
    -Bon courage à vous maître jedi…
    -Je devrai m'en sortir vivant, bonne chance à vous. Angel s'en alla retrouver Seyla au pied de l'Excalibur. Il lui murmura quelques consignes que la femme acquiesça avant de monter à bord du vaisseau. Aure était déjà dans les airs avec son chasseur léger, elle salua le jedi d'un signe de la main. Angel regagna l'impératrice tout en utilisant son commlink.
    Les deux êtres, côte à côte, observaient le décollage de l'imposant Leviastor. Angel et Kali se retrouvèrent seuls dans l'immense ville de Coruscant, autant Angel était confiant, autant Kali était inquiète pour son appareil.
    -Si vous le voulez, ne traînons pas ici. Le conseil jedi se chargera de dissimuler votre départ dans des principes stratégiques, mais on ne sait si des gens en ont après vous.

    lundi 01 novembre 2004 - 23:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    5: Escapade

    -Alors voilà à quoi ressemblent les gens de l'autre côté de la bordure extérieure. Un homme se tenait derrière les deux êtres. Angel se retourna comme s'il n'était pas surprit.
    -En effet, peut-on savoir quelle est votre mission ? Lui demanda le maître jedi, tout en s'avançant de quelques pas.
    -Un autre jedi semble-t-il, ajouta Kali.
    -En effet, je me nomme O'goon, je suis chevalier jedi. Le Sénat désirerait s'entretenir avec les nouveaux arrivants.
    -Mais qu'est-ce qui vous dit que j'ai l'envie d'aller discourir au Sénat mon enfant ? Kali adoptait un ton sec, perçant, mais qui n'influença pas le chevalier qui campa sur ses positions.
    -Ecoutez maître O'goon, je suis Angel, maître jedi. L'impératrice à besoin de rassembler quelques affaires, je la mènerai moi-même au Sénat. Angel s'avança, accompagné de Kali et laissèrent l'apprenti sur la plate-forme, celui-ci en resta là.
    Angel ôta son capuchon une fois dans la chambre de l'impératrice, il utilisa le terminal de la chambre pour se renseigner sur les convois de marchandise. Il passa quelques minutes sur son écran avant de l'éteindre et de se tourner vers Kali.
    -J'ai notre moyen de transport, vous êtes prête ?
    -Allons-y.
    La femme portait un uniforme militaire, difficile de passer outre son autorité. Angel ajusta sa capuche et se dirigea vers la porte.
    -Pourquoi vous cacher derrière ce manteau ? Lui demanda Kali.
    -Je suis censé être un fantôme ici, mes missions sont toutes accomplies dans l'ombre.
    -Je vois…
    Les deux êtres s'avancèrent vers la porte magnétique qui s'ouvrit dans un sifflement, ils sortirent de la pièce, sans laisser aucune trace de leur passage. Ils remontèrent le couloir jusqu'à un embranchement d'où apparu O'goon.
    Angel stoppa face à O'goon et resta devant l'impératrice, comme pour la protéger. Le jeune jedi semblait douter des intentions de Angel, d'autant qu'il ne pouvait pas voir son visage, dissimulé dans l'ombre de son manteau déjà très sombre.
    -Où allez-vous maître Angel ? Le chemin logique pour aller au Sénat ne serait-il pas à l'opposé ?
    -Tout dépend, toi tu me semble bien parti pour y aller.
    -En effet… Mais je ne dois pas m'y présenter seul. L'ambiance actuelle était un peu trouble, instable. O'goon se tenait prêt à tout, le corps presque déjà lancé sur Angel, face à lui, calme et détendu, les bras pendant le long de son corps. Derrière Angel, l'impératrice, Kali. Elle ne semblait pas vouloir s'enfuir mais une entourloupe jedi pouvait être à l'œuvre, voir même un piège sith. O'goon s'avança d'un pas, sabre laser à la main et reprit le dialogue.
    -Angel, Angel. Ce nom me dit quelques chose, n'est-ce pas un dénommé Angel qui n'a pas donné signe de vie depuis quelques années ?
    -En effet.
    -Il semblerai qu'il ne soit pas mort en fin de compte, peut-être a-t-il simplement basculé du côté obscur ?
    O'goon fit un bond en avant et déjà son sabre était actionné, une seconde plus tard il sentait presque l'odeur du maître jedi et voyait déjà sa lame énergétique bleue s'abattre sur sa victime.
    Nez à nez avec Angel, O'goon fut bloqué net dans son attaque, sa lame ne s'était abattue que sur la lame pourpre de Angel, qui avait à peine bougé le bras. Le souffle puissant du jeune jedi s'écrasait contre le souffle inexistant du maître jedi, dont la respiration n'avait même pas augmenté d'une pulsation cardiaque. Les yeux du jeune chevalier jedi s'éparpillèrent le long de la lame de son adversaire.
    -Violette… N'est-ce pas un signe de proximité du côté obscur ? Angel repoussa O'goon de son arme et fit un pas en avant.
    -Mace Windu à également un sabre violet, et il n'est pas un sith que je sache. Le chevalier jedi s'avança dans une nouvelle attaque qui fut parée calmement par Angel.
    -Mais il est proche du Vaapad.
    -Peut-être me l'a-t-il apprit ? Angel laissa un sourire s'échapper de son capuchon.
    -Peut-être, mais j'ai été chargé d'une mission! O'goon s'élança de nouveau sur Angel, dans des attaques plus intensives et déterminées. Angel ne recula pas d'un poil, il restait toujours entre le chevalier jedi et l'impératrice. Puis le combat s'intensifia, Angel envoya un coup très violent, O'goon dut reculer ou mourir. Dans son élan Angel repoussa son adversaire d'un coup de pied et appela le sabre de son adversaire à sa main.
    Muni de deux sabres laser, Angel s'engagea dans une démonstration de Vaapad, même désarmé le jeune jedi essayait de placer des coups ou de projeter des objets via la Force. Mais la spirale offensive du maître jedi sembla efficace et O'goon ne put réagir.
    -Moi aussi, maître O'goon, j'ai une mission à accomplir. Angel lança le sabre bleu sur son opposant. D'une vitesse incroyable le chevalier jedi attrapa son sabre au vol et se mit en position d'attaque.
    Trop tard.
    Angel ouvrit sa main tendue en direction de son adversaire qui fut projeté dans la cage d'ascenseur. Dans un claquement de doigt, l'ascenseur fut activé et O'goon fut emmené loin de l'impératrice.
    -Ne traînons pas, on va avoir de la visite !
    -Mais c'est vous qui vous amusez !
    Kali et Angel avalèrent les couloirs à grandes enjambées. A l'angle du couloir, Angel fut surprit par deux jedi, un maître et son apprenti, qui l'attendaient de pied ferme. Profitant de son élan, il prit appui sur le mur et fit une roulade aérienne. D'un coup puissant il désarma l'apprenti qui roula à terre sous le choc violent. Angel fut repoussé violemment par une onde dans la Force, provenant du maître du padawan. En retombant aux pieds de kali, Angel fit une roulade pour se rétablir au plus vite.
    Dans sa main, un câble muni d'un grappin, celui qu'il venait de dérober au maître jedi qui venait de le repousser. Il lança le grappin qui alla ligoter le jeune apprenti. Angel attrapa kali par la taille et sauta par la fenêtre.
    La fenêtre explosa en miles morceaux, les deux être agrippés l'un à l'autre, à des milliers de km de la terre ferme. Le câble fila jusqu'à se mettre en tension. A l'autre bout du câble, l'apprenti jedi qui suivait Angel et Kali dans leur chute, glissant sur le marbre du temple. La chute dans le vide cessa dès l'instant que le maître agrippa son apprenti, quelques étages plus hauts. A cet instant le padawan appela son sabre dans la force et trancha le filin.
    Juste à temps.
    Les deux êtres étaient rétablis quelques dizaines de mètres plus bas, sur une corniche du temple. Angel se concentra dans la Force tandis que Kali reprenait son souffle.
    -C'est toujours comme ça chez vous ? Lui demanda-t-elle ?
    -Plus ou moins, mais d'habitude je prend les portes pour sortir de chez moi, lui répondit Angel dans un sourire du coin de la bouche.
    -En tout cas on s'amuse beaucoup avec vous! Kali lui retourna son sourire.
    Dans la Force, Angel perçu la pièce dans ses moindres détails, de l'autre côté de la fenêtre, quelques jedi, dont une amie : Aayla Secura. "Heureusement que la galaxie est en guerre et que la plupart des grands maîtres jedi sont au combat.", pensa le maître jedi.
    Le maître jedi se présenta devant la fenêtre, déjà les premiers sabres étincelèrent. Le plus rapide à sortir son arme fut le premier désarmé, l'arme du padawan traversa la fenêtre et alla s'écraser dans les bas-fonds de Coruscant. Angel sauta dans la salle, suivi de près par Kali, sans esquiver aucune attaque.
    Aayla reconnu Angel avant même qu'il fut entré dans la salle, instinctivement elle appela à elle tous les sabres des élèves autour d'elle. "Attendez, restez calmes ! " Les élèves désarmés observèrent Les deux êtres entrer dans la salle, sans leur faire barrage. La voix du padawan dont l'arme venait de s'écraser au sol retenti dans la salle: "mon sabre… Mon maître va me tuer…". C'est dans le rire général que Angel et Kali sortirent de la pièce pour continuer leur cavale.
    Dans le couloir suivant, une porte s'ouvrit brutalement. Kali fit un bond en avant et d'un coup de pied, elle renvoya le jedi qui en sortait d'où il venait. Angel lança son sabre activé dans le bloc de contrôle et la porte retomba lourdement sur le sol, verrouillée.
    Au fond de ce couloir attendait une silhouette détendue, patiente, le visage découvert : Mace Windu. Réputé pour son adresse au combat, étant autrefois son instructeur de Vaapad et étant membre du haut conseil jedi, Angel ne souhaitait pas s'y frotter. Un tel combat lui ferait perdre un temps inestimable.
    A l'autre bout du couloir apparurent quelques renforts, des jedis plus ou moins confirmés dont un avait un sac rempli de bombes laser. Le sabre du maître jedi ressorti du bloc de commande pour aller se loger dans la main de son propriétaire. Mace Windu avançait d'un pas lent, son sabre était activé dans sa main droite, ballante le long de son corps ferme. Etant donné que le grand Mace Windu s'occupait du problème, les jedi de renfort restèrent sur place en attendant la fin du combat.
    Angel s'activa, de toute évidence Mace était au courant de tout et s'il n'avait pas déjà attaqué, c'est qu'il donnait du temps à Kali et Angel pour s'enfuir, tout en camouflant leur fuite dans un combat.
    Une fois qu'il eut découper la porte de l'ascenseur avec son arme, Angel laissa Kali s'introduire dans la brèche et descendre le long des câbles. Angel et Mace échangèrent un clin d'œil à peine visible, le sac de bombe laser arriva jusqu'au mains d'Angel, juste avant qu'il se lance à la suite de l'impératrice.
    Dans le couloir, les jedis de renfort se tournèrent tous vers Mace Windu, ébahi. L'homme à la peau brune croisa le regard de chacun des jedis. Son regard ferme mit fin à toute interrogation ou critique encore fœtale dans les esprits. Puis il relâcha son air dur et dit : "Je n'ai pas été assez rapide."
    La cage d'ascenseur était double, séparé par des poutres en duracier, deux ascenseur travaillaient sans relâche.
    Plus bas, un ascenseur étant en transit vers les étages inférieurs. La descente des deux êtres étant plus rapide que l'ascenseur, Kali et Angel ne tardèrent pas à apercevoir la cabine sous leurs pieds.
    A l'instant où Kali allait pour mettre pied à terre, elle eut un pressentiment. Angel également: "Sautez ! ". L'impératrice avait déjà bondit toutes griffes dehors et s'agrippa sur une des parois de la cage d'ascenseur.
    Angel avait activé son sabre, il fut mitraillé par une rafale de tir de blaster qu'il dévia de son arme. Le toit de la cabine étant maintenant semblable à une passoire, Angel et Kali purent apercevoir leur ami O'goon.
    -Tien donc! Bienvenue à vous, descendez donc et que cela se passe bien. Angel essayait de se stabiliser après son câble, tendit que Kali avait trouvée des prises fermes. La femme mit la main à sa poche et en sorti une grenade qu'elle lança en contre bas sur la cabine où attendait O'goon.
    Le résulta fut immédiat. Une explosion qui failli faire lâcher prise à l'ascenseur tout entier. Dans le souffle de l'explosion, la cabine avait été aérée, dégagée de son plafond, qui alla percuter Angel de plein fouet. En remontant avec le souffle de l'explosion, l'impératrice attrapa son maître jedi par le bras.
    -Efficace non ?
    -Oui, très! Annonça Angel alors qu'il reprenait ses esprits. Les deux êtres sautèrent à nouveau après le câble. Ce sont des outils très… Diplomatiques pour une impératrice…
    -Rohhhh il faut savoir s'amuser aussi! Kali envoya un rire éclatant.
    -Alors amusons-nous !
    O'goon avait été un peu sonné par l'explosion de Kali, il reprit ses esprits peu à peu. Il était encore allongé au sol lorsqu'il vit Angel lui lancé le stock de grenades laser dont il disposait.
    Dans la cage d'à côté, le second ascenseur attendait au repos, Kali sauta dessus, ouvrit la trappe et pénétra dans la cabine, suivie par le maître jedi. Les portes s'ouvrirent et les deux êtres sortirent de l'ascenseur.
    O'goon fit un geste vif pour stopper l'ascenseur et en sortir. Quand la porte s'ouvrit, des dizaines de lasers légèrement bleutés vinrent s'allumer, jaillissants des bombes laser, retenant le jeune chevalier jedi dans sa capsule ascensionnelle. Le moindre millimètre d'écart lui aurait été fatal. Kali et Angel passèrent devant O'goon en souriant, assez fier de leur coup.
    -Tu prends du retard dans ta mission chevalier O'goon… Lui lança Angel, amusé.
    Une lame laser vint alors se planter juste devant le nez de Angel, celui-ci prit le manche qui sortait encore du mur, une lame d'énergie pure, verte, en était dégagée. Angel enleva la cellule d'énergie qui était enfermée dans le manche du sabre et il la lança à son propriétaire, un homme Kel'Dor, qui était accompagné de son maître, un twi'lek. Angel et Kali partirent en courant.
    -Mon padawan, ne te sépare plus jamais de ton arme, dit alors le twi'lek.
    -Oui mon maître, j'ai bien comprit pourquoi maintenant, lui répondit le kel'dor.
    A un embranchement, Kali se rua dans le couloir de droite, Angel l'attrapa par le bras: "pas par-là ! ". Et il s'enfuirent par le couloir de gauche. En se retournant, Kali aperçu un petit être vert, marchant avec une canne, mais avec un regard profond: Yoda. Le petit être accompagnait un groupe de jeunes enfants, il les fit sortir d'une salle pour traverser le couloir qui fut vite obstrué.
    Derrière son épaule Kali put alors voir que de nombreux jedi étaient bloqués par le maître Yoda et son groupe. "Merci maître Yoda", pensa Angel au travers de la Force.
    -Lui aussi est avec vous on dirait, lui demanda kali tout en voyant les portes du temple s'offrir à elle.
    -En effet.
    Kali et Angel sortir enfin du temple, il se ruèrent dans les ruelles de Coruscant. Après avoir avalé quelques distances, Angel et Kali se reposèrent un peu au bord du vide. Angel resta immobile et senti une présence dans son dos.
    -Tu es tenace, O'goon. Angel se retourna et fit face au chevalier jedi.
    -C'est une de mes qualités. Il activa son sabre.
    -En effet, tu seras un grand chevalier jedi, je peux te l'assurer. Angel activa son sabre également et essuya une autre attaque de son adversaire d'un jour. La forme de combat numéro cinq, n'est-ce pas ?
    -Oui c'est juste.
    -Es-tu au courant de ce qui c'est passé sur Geonosis ? Les attaques parades se faisaient dans un esprit d'apprentissage et d'exercice.
    -Oui, comment l'ignorer ?
    -Tout les jedis utilisant la forme cinq sont morts… Je me tournerais vers la forme trois ou quatre si j'étais toi.
    -Vous semblez bien maîtriser ces deux formes, O'goon abaissa son arme, pourquoi ne pas laisser Kali apparaître devant le Sénat ?
    -Ta mission est en effet constructive à tes yeux, mais la mienne te dépasse de loin. Kali restait prête à intervenir, un jedi ne lui faisait pas peur.
    -Dans ce cas je suis navré, maître Angel. O'goon relança le combat de façon plus violente encore, mais il fut bientôt incapable de faire quoi que ce soit.
    Un vent léger remontait des profondeurs sombres de Coruscant, la femme à la peau bleutée se tenait au bord du gouffre, spectatrice d'un combat entre deux hommes du même ordre.
    La matinée avait été fatigante et l'après-midi très longue, pleine de rebondissements, de chutes, d'explosions et de surprises. De toute évidence, malgré qu'elle se soit bien amusée, Kali en avait marre et elle voulait commencer sa soirée dans le calme. Parmi les nombreux dons de l'impératrice : la lévitation.
    O'goon avait feinté la collaboration pour mieux attaquer son adversaire, meilleur combattant que lui. Kali ouvrit son esprit et stoppa le chevalier jedi. Elle éleva O'goon et le fit transiter au-dessus du vide de Coruscant : "Ah les jeunes, toujours en train de s'amuser ! ". Angel se tourna vers sa complice qui lâcha prise sur son hôte.
    Le jeune chevalier jedi tomba. Grâce à la Force, il réussit à ralentir sa chute. Angel utilisa également ses dons pour ralentir l'homme, afin qu'il puisse s'agripper à un véhicule qui passait quelques mètres plus bas.
    -Et bien voilà, c'est fait maintenant, annonça Kali, très contente de sa journée.
    -Très belle cavale. Je n'aurais jamais imaginé avoir à m'enfuir ainsi du temple jedi, reprit Angel.
    Angel respira un coup et se tourna vers Kali. La nuit tombait en cette heure, le soleil déjà rare dans certains quartiers s'effaçait pour donner des tons violets-rouges au ciel dégagé. Le commerce légal prenait fin, la contrebande prenait vie. Les quelques instants de calme allaient venir, juste après que le trafic se calme, juste avant que les cantinas s'ouvrent. Kali était dans ses rêves, petite pause après une journée bien remplie.
    -Je connais une cantina bien sympathique, nous allons dîner ? Angel tendait sa main vers l'impératrice en guise d'invitation.
    -Pourquoi pas ?
    -Notre soirée nous est accordée! Angel libéra un sourire heureux.
    -Alors profitons-en ! Kali prit la main du jedi et se laissa entraîner. Mais avec mon uniforme on ne va pas être bien discret, reprit-elle.
    -A cette heure les gens sont déjà bien joyeux, ils n'y verront rien… Sinon tant pis pour eux.
    Les deux êtres s'éloignèrent en rigolant.

    lundi 01 novembre 2004 - 23:50 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    6: Voyage clandestin

    O'goon avait passé une journée des plus animée.
    Une mission banale et sans difficultés apparentes s'était révélée des plus fourbe, il ne savait d'ailleurs toujours pas qui était son ennemi principal. Entre les combats, les voyages en ascenseur, les grenades laser, un entraînement au sabre laser, une chute dans le vide et une longue soirée à faire du rodéo de véhicule en véhicule, il ne savait en fait pas qui était Angel ou si c'était bien lui…
    Le haut conseil vous demande.
    O'goon coupa son commlink et sortit de sa chambre, après une douche d'usage plus que nécessaire. Quelle réussite ! Seconde mission en solo et un brillant échec ! Pensa le chevalier jedi.
    C'est avec une mine insatisfaite que O'goon pénétra dans la salle du conseil. Déjà il pouvait ressentir les regards oppressants et interrogateurs des membres du conseil. Il ouvrit néanmoins la bouche pour faire son rapport et en assumer l'échec.
    -Voici mon rapp…
    -Très mécontent est le Sénat, le coupa Yoda.
    -Il semblerait que la guerre se soit étendue jusque dans nos locaux, ajouta Mace Windu avec son regard perçant.
    -L'impératrice Kali s'est enfuie, elle était accompagnée d'un maître jedi… Ou d'un maître sith, je ne sais pas encore.
    Mace Windu relâcha ses traits durs et céda un peu au chevalier jedi, il lança un clin d'œil à maître Yoda qui laissa s'échapper son sourire des moments de satisfaction et d'amusement.
    -En effet, un maître jedi fort bien entraîné dirait-on, il a réussi à escorter l'impératrice à travers tout le temple jedi sans se faire arrêter et sans faire aucune victime.
    -Des soupçons, chevalier O'goon ? Lui demanda Ki-Adi-Mundi.
    -Il m'a dit se nommer Angel mais je le croyais…
    -Mort tu le pensais, mort il n'est peut-être pas… Yoda fit mine d'être intrigué par cette possibilité. Très habile comme jedi il était, très habile il est, reprit-il.
    -Très juste, nous éluciderons ce mystère plus tard, en tout cas l'homme qui s'est amusé aujourd'hui n'était pas un sith. Mace reprit son air dur et continua : votre mission s'achève ici, tenez vous prêt pour la suivante.
    -Bien, je vais me ressourcer un peu dans ce cas. O'goon souffla un peu et commença à sortir de la salle. A quelques pas de la porte il fut interpellé.
    -J'oubliai, on a besoin de vous en bas, une explosion de bombes laser dans une cabine d'ascenseur… Vous ne savez pas qui en est le responsable par hasard ? Lui demanda Mace avec ironie.
    -Si, c'est moi qui ai fait exploser ses bombes, reprit O'goon avec un air dépité.
    -Bien joué quand même, reprit Mace, difficile de sortir vivant d'un tel piège hein ?
    -En effet, très difficile… O'goon se retira pour une bonne nuit de sommeil régénérant.

    Le jour s'immisçait parmi les gratte-ciel.
    Après une nuit qui avait bien commencé, Kali et Angel arrivaient sur le quai d'embarquement. L'impératrice était décoiffée ; Un peu désordre pour son uniforme impeccable ; Peu-être que la rixe du début de journée y était pour quelques chose?
    En tout cas après s'être débarrassée des badauds qui voulaient plus ou moins abuser d'elle, un petit sprint matinal s'imposait et c'est après avoir semer les forces de l'ordre qu'Angel conduisit Kali au point d'embarquement.
    -Vous ne pouvez jamais résister ?
    -A quoi, vous avez vu comme il a osé me toucher ? ! !
    -Etait-ce une raison pour l'empaler sur une chaise ? Angel regarda Kali d'un regard ferme que la femme prit plaisir à soutenir. On ne doit pas s'ennuyer souvent à vos côtés, reprit-il. A peine un jour que je vous escorte partout et j'ai déjà l'univers à dos. Kali explosa de rire.
    -Rohhhh ! La femme fit la moue quelques instants.
    Le transport de marchandise était en chargement, les droïdes de manutention étaient à l'œuvre depuis la veille au soir. Au coin de la rue un être apparu avec une bourse pleine de crédits qu'il comptait avec attention. "Ah ! Voilà notre homme.", Angel se dirigea vers "le riche" et l'accosta.
    -Salut à toi, quand serons-nous prêt à partir ?
    -Holà ! Calme-toi, vous les jed… Angel lui fit signe de se taire rapidement, le riche reprit : Vous êtes toujours pressé pour rien, oui on va bientôt décoller, je… Hey ! Mais qui est cette jeune femme que j'aperçois là-bas ? Le riche posa son regard sur les formes parfaites de l'impératrice, Angel suivit le regard du riche et tomba lui aussi sous le charme, le jedi se reprit.
    -Ho là ! Du clame, prépare ton vol et fait vite.
    Le riche ne bougea pas d'un poil, Kali tourna le regard et aperçu la scène dans son intégralité, elle fit grincer ses ongles le long de la carcasse de l'appareil. Le riche fut sortit illico de son rêve et se tourna vers le jedi.
    -Hein ? Quoi ?
    -File ! Lui répondit Angel. Kali s'avança jusqu'au jedi avec un sourire amusé et une démarche à la limite de la provocation.
    -Un problème ? Demanda-t-elle.
    -Heu… Non, rien, le vol sera bientôt prêt.
    Il faisait très sombre.
    Les marchandises éparpillées dans la soute formaient de nombreux couloirs que le riche suivait avec rapidité. A ses talons suivaient Kali puis Angel qui fermait la marche. Le chargement enfin effectué, le vaisseau cargo avait prit son envol pour Bespin.
    -On y est presque ! Annonça le riche au détour d'une caisse immense.
    -Très doux parfum qui nous est proposé, suggéra Kali à sa suite.
    -C'est parfait je trouve, discrétion à toute épreuve, répondit Angel avec un sourire mesquin que l'impératrice devina même dans l'obscurité.
    C'est alors qu'une partie de la soute se dévoila au bout du couloir, le riche prit alors une mise un peu triste et invita Kali à pénétrer dans "la chambre". La salle était remplie de gens, de race différentes, tous des clandestins, d'une pauvreté déconcertante.
    Kali fut horrifiée mais fit mine de ne pas faire attention, histoire de ne pas leur rappeler leur état misérable. Angel tapa amicalement le riche sur l'épaule et entra à son tour dans la salle.
    Dans la salle, les deux êtres en cavale s'étaient frayés un chemin parmi les ordures et la puanteur, il regagnèrent un coin de mur et s'assirent au sol en attendant la fin du voyage. Après avoir parcouru la salle des yeux, l'impératrice se tourna vers le jedi.
    -Pourquoi sont-ils là ? demanda l'impératrice.
    -Ils fuient… lui répondit brièvement le maître jedi.
    -Ils fuient quoi ? où vont-ils ?
    -Ils fuient une réalité, ils vont n'importe où ailleurs, ça sera forcement mieux…
    -Mais c'es faux ! La parole de Kali avait dépassé son envie de rester discrète, elle se calma et reprit tout bas, ils ne trouveront pas mieux ailleurs, il le sait, le riche!
    -En effet, il le sait très bien, mais qui est-il pour se permettre d'éteindre la petite lueur d'espoir qu'ils leur reste ?
    -En tout cas il compte bien les crédits je trouve !
    -C'est assurément vrai, mais il ne les acquière pas sur le dos de ces pauvres gens, la seule fraude qu'il commet est de transporter des clandestins en quête d'espoir, est-ce un crime ?
    -Bien sur que non ! J'aimerai tant faire quelque chose, la misère a le même visage dans toutes les galaxies…
    Kali perdit son regard sur un enfant qui jouait avec sa sœur, de ses yeux globuleux, il observait avec attention la balle que sa sœur lui envoyait. Comme si tout allait bien.
    -Il vous rappel Sendeä, n'est-ce pas ? La voix de Angel résonnait dans l'esprit de Kali.
    -En effet, le petit jouait quand il s'est fait kidnapper, répondit-elle dans l'esprit du jedi. Angel se remit droit et regarda Kali dans les yeux.
    -Depuis combien de temps lisez-vous dans mon esprit ? Lui demanda le jedi, l'impératrice fut interloquée.
    -C'est vrai, je n'en sait rien…
    -Dans le temple, vous m'avez entendu remercier Yoda par la Force. Dans les hauteurs de Coruscant, vous avez lâché O'goon alors que je n'avais donné mon accord que dans ma tête. Kali eut l'air un peu gênée.
    -Vous m'aviez donné votre accord quand même… répondit-elle avec des yeux de biche.
    -C'est très rare d'accomplir de tels échanges sans passer par la Force, reprit Angel.
    -C'est une longue histoire, pour faire simple, je suis de la race des "anciens", j'ai certains dons qui sont uniques à ma race, chez moi.
    -Comme la lévitation d'hier soir ?
    -Tout à fait, je vous expliquerai en détail le moment venu.
    Le voyage continua sans incidents. Kali s'était retrouvée à jouer avec les deux enfants tandis que Angel s'était appliqué à sa méditation. A près un long voyage, Bespin allait être bientôt en vue, le moment pour Angel et sa protégée de quitter ce transport.
    Voyant la mine gênée du jedi, Kali salua les deux enfants.
    -Tu pars déjà? Lui demanda le garçon.
    -Et oui, je dois partir.
    -Tu vas où ? Kali fut gênée par cette question.
    -Je vais trouver une belle planète pour vivre, fini-t-elle par répondre.
    -Tu viendras me voir plus tard ?
    -Oui, avec joie. Puis Kali parti rejoindre Angel qui attendait non loin, en direction de la sortie.
    Angel et Kali firent quelques pas et stoppèrent, le jedi inspecta les parois de l'appareil de convoi tandis que Kali l'interrogea.
    -Où vont débarquer ces gens ?
    -Sur Bespin, le riche les déposera au sol avant de retourner déposer sa marchandise à la cité des nuages.
    -J'espère qu'ils seront heureux là-bas, soupira la femme à la peau bleue.
    -Maintenant, ils le sont…
    Angel échangea un long regard silencieux avec Kali, juste avant de presser un bouton. Une porte s'ouvrit et le jedi invita Kali à entrer, il s'agissait d'une capsule de sauvetage, très étroite et don la poussée serait des plus prometteuse. Le jedi entra à son tour et s'installa dans un des fauteuil.
    Il se sangla.
    -Je me sanglerai si j'étais vous.
    -Vous l'avez déjà fait, lui répondit-elle en bouclant son harnais, mais je ne s…
    Le jedi appuya sur la commande d'éjection et la capsule de sauvetage fut projetée instantanément dans l'espace, ses deux occupants agrippés autant que possible.
    "capsule de sauvetage éjecté" La voix de l'intercom raisonna dans la salle de pilotage, le riche laissa son second et parti en courant pour inspecter le problème. Il arriva devant le sas de la capsule.
    Vide.
    Il prit une mine déconfite et haussa les épaules, aucun problème à déclarer. C'est en se tournant pour rejoindre la salle de commande qu'il écrasa une enveloppe au sol. Il l'ouvrit et fit tomber quelques crédits qu'il ramassa avant de lire le mot qui était ajouté avec :
    Cher monsieur,
    En gage de votre attrait à mon égard, veuillez acceptez de conduire vos passagers sur la terre ferme de Bespin avant votre livraison légale. Mes affaires m'empêchent de rester à votre bord, mais sachez que je n'en pense pas moins.
    Cordialement, la fille à la peau bleue.
    Après cette lecture, le riche fut encore plus riche, c'était une évidence. Mais il était surtout très heureux et regagna la salle de pilotage en sifflotant.
    -Cap sur la terre ferme, mon ami ! Annonça-t-il à son second.
    -Mais ! On doit pas livrer à la cité des nu… Le regard perçant et indigné d'une telle réaction du riche suffit pour faire céder le second qui fit descendre le cargo à la surface de Bespin.
    Le petite capsule à la forme d'un ballon de rugby s'élança à vive allure et par le hublot, Angel et Kali purent admirer l'entrée en atmosphère du cargo. En se concentrant dans la Force, le maître jedi put ressentir la joie émanant du riche et le vaisseau de transport descendre au plus bas sur Bespin.
    -Qu'est-ce qui vous amuse, demanda Kali ?
    -Rien, c'est le bonheur qui m'amuse…
    -Petite question, notre cargo atterrit et nous sommes toujours en vol, enfin en dérive… C'est pas que cette petite expulsion brutale soit dérangeante, au contraire mais…
    -Oui, j'ai un plan, coupa Angel.
    -Et ? Insista Kali en tendant l'oreille.
    -Et bien, nous allons atterrir un peu plus loin, sur Hoth.
    -Une planète de désert c'est bien ça ?
    -Tout à fait !
    -Tant mieux, il fait froid ici, dit-elle en serrant ses genoux entre ses bras. Elle observa le regard un peu tendu du jedi et reprit : vous aussi vous avez une question ?
    -Non, plutôt une suggestion… Kali lança un regard du type "j'aime pas ça ! " à son collègue.
    -Accrochez-vous !
    La capsule fut violemment stoppée en percutant l'atmosphère de Hoth, elle garda cependant assez de vitesse pour exploser au moindre choc contre une montagne. Heureusement il n'en fut pas ainsi, la capsule heurta le sol et perdit la grosse turbine qui l'avait propulsée un peu avant. Déséquilibrée, la capsule rebondit trois ou quatre fois avant de s'immobiliser au sol, la porte de sortie en bas, coincée.
    -Bravo pour l'atterrissage ! J'espère que vos pilotes sont plus efficace que vous et que ce n'est pas une habitude pour cette planète, je tiens à mon appareil moi, où est-il ? Grogna l'impératrice en se replaçant la nuque et son uniforme.
    -C'est le soucis avec ce type de capsules, l'atterrissage est très… Improbable, répondit Angel au travers de la fumée étouffante qui résultait de la perte du réacteur. Il attrapa son sabre, fit jaillir sa lame d'énergie violette et commença à découper une issue.
    -Et en plus la porte est coincée ! Mais qui à pu inventer un engin pareil ?
    -Si vous voulez bien garder votre calme et gaspiller un peu moins de cet oxygène qu'il nous reste, suggéra le jedi tout en s'appliquant à sa tâche.
    Une fois un grand cercle découper, Angel ouvrit sa main pour pousser cette porte de fortune dans les airs par la Force. Un air renouvelé prit position des restes de la capsule et de ses occupants. Angel invita Kali à sortir la première.
    -Avec joie, j'ai froid là-dedans ! Kali commença à sortir la tête de la capsule quand une masse imposante apparue devant elle, un monstre de plusieurs mètres de hauts, un front osseux et de gros yeux noirs, cachés derrière des paupières épaisses et plissées.
    -Ah ! Cria l'impératrice en voyant le trowl.
    -Bonjour à toi, Roodz ! Tout va bien ? Annonça Angel dans un sourire aux éclats.
    -Très très bien, j'ai une halène de Gundark ou quoi ? Le trowl tendit sa main à Kali et l'aida à sortir de l'épave. Veuillez me pardonner madame.
    -Non, j'ai été un peu surprise. L'impératrice mit pied au sol et s'exclama : Contente de sortir de cet… Endroit… La mine désabusée de Kali en disait long, était-ce le désert de Hoth ? Un désert de glace…

    lundi 01 novembre 2004 - 23:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Angel

    Angel

    782 Crédits

    7: Briefing

    Le froid après le froid.
    "Une vision très accueillante de cette nouvelle galaxie", pensa Angel. "Une galaxie très divertissante", pensa Kali. Les deux êtres échangèrent un regard complice, à l'arrière d'un speeder conduit par un élève de l'Académie Angellius, Roodz à ses côtés. "Tout c'est bien passé dans notre absence, Roodz ? ". Demanda le jedi.

    Le voyage avait été sans embûches, le Leviastor avait regagné Hoth sans aucun problème d'aucune sorte, au plus grand soulagement de Neyac. La communication fut établie
    -Neyac, hangar 1. Lui annonça Seyla
    -Très bien, mais où est-il ? De l'autre côté de cette falaise ?
    -Non, suit les coordonnées que j'e t'envoi et continu ton droit, reprit la jedi.
    -Mais… C'est une falaise, un mur… Neyac devenait des plus nerveux.
    -Va-y, c'est un bouclier holographique : un holobouclier.
    Le Leviastor s'approchait calmement de la falaise, soudainement la falaise disparue pour laisser place à un hangar des plus classiques, assez vaste pour abriter un vaisseau très imposant.
    Le niveau –1, le hangar le plus vaste des trois niveaux souterrains, abritant entre autre l'Excalibur et d'autre speeders ou motojets. Les niveaux –2 et –3 étaient utilisées pour le stockage des chasseurs starfighter ou des radians VII.
    A peine atterrit, l'équipage arcadien fut prit en charge et conduit à ses appartements. Aure et Seyla se retrouvèrent seules.
    -Où est Roodz ? Demanda Aure à sa complice jedi.
    -Sûrement en salle de cours, lui répondit Seyla.
    Roodz était en effet en salle de cours.
    Comme l'ambiance conviviale de la semaine avait laissé place à quelques débordements rituels, Roodz donnait ses cours, blaster paralysant à l'appui. Son but n'était pas de martyriser les élèves mais de pouvoir se protéger de ceux-ci qui n'hésitaient pas, eux, à le martyriser.
    Une salle avait été créée de façon à servir de salle d'entraînement réelle. Le décor évoquait l'intérieur d'un croiseur galactique, avec ses nombreuses salles et ses couloirs sans fin. C'est ici que Roodz était parti à la recherche de ses élèves, qui avaient prit la résolution de ne pas s'accomplir à un cours de stratégie mais à un cours de survie. "Ces jeunes... ", pensa le trowl en entrant dans la salle de simulation.
    Le trowl avançait à pas léger, attendant le traquenard. Un élève jedi sorti d'une grille d'aération et lui envoya une rafale de blaster. Roodz esquiva. Un autre élève sorti, sabre à la main, et dans une succession de bonds destinés à trancher le mastodonte.
    Toutes les armes étaient réglées à leur puissance minimale, c'est à dire à peine une brûlure, mais Roodz fut obligée de sortir une grenade flash pour éblouir son élève. Après le flash, Roodz tenta de bousculer l'élève pour le mettre hors jeu.
    Plus personne.
    Au court de sa visite des lieux, il avait croisé chacun de ses élèves sans pouvoir les immobiliser, "Ok les jeunes ! ", pensa le trowl tout en développant l'idée qu'il avait derrière la tête.
    Le trowl sorti un holoprojecteur de sa poche, il le lança au sol et le petit appareil glissa quelques secondes avant de s'immobiliser au centre de la salle principale. L'hologramme s'échappa de son étreinte, il représentait Roodz, ferme sur ses appuis, arme à la main. Un petit gadget que Roodz avait acquis dans sa jeunesse de contrebandier.
    Après avoir laissé son hologramme à découvert, le trowl se planqua à son tour et développa également ses pièges. Pas moins de dix minutes plus tard, le trowl avait capturé la moitié de ses élèves, qu'il avait ligoté dans la pièce principale. Pour les autres, il prit la place du chasseur et non du gibier.
    Le résultat fut efficace.
    -Alors les enfants ! On s'est bien amusé encore aujourd'hui hein ? Maintenant que j'ai votre atten…
    -Bravo Roodz ! C'est comme ça que tu fais tes cours ? Aure était apparue dans la pièce et venait de prendre Roodz la main dans le sac. Le trowl se tourna rapidement et dissimula son blaster dans son dos.
    -Mais non… C'était une simulation… Le meilleur moyen d'apprendre, les jedis font comme ça aussi… Reprit-il avec la mine d'un enfant qui essai de se défendre.
    -Donne moi ce blaster et libère-les, Seyla va pas tard…
    -Et bien Bravo ! Seyla était entrée dans la pièce et venait de surprendre Roodz en train de toucher aux liens des élèves et Aure avec le blaster du trowl à la main. Aure planqua à son tour le blaster dans son dos et Roodz se releva illico.
    -Génial, une qui menace les élèves d'un blaster et l'autre qui les ligotes, reprit Seyla avec un air ferme et sans appel.
    -Mais n…
    -Pas d'excuses, je ne vois plus qu'un solution… Jedis, avec moi ! Tous contre Aure et Roodz ! Lança Seyla en réglant son sabre pour le rendre inoffensif, accompagnée des acclamations de tout le monde.

    Roodz sorti de son rêve.
    -Roodz ? Insista Angel.
    -Oui ! Très bien ! C'était super ! Enfin super… instructif ! Le trowl échangea un clin d'œil avec l'élève qui pilotait. Aucun doute, l'élève avait, lui aussi, revécut ces quelques jours plaisants.
    Kali rigolait face à cet être qui faisait son poids, en kilo et en bêtise. Elle rigolait dans ces genoux car le froid avait raison d'elle.
    Après quelques kilomètres de voyage en speeder, l'équipe put goûter à nouveau à la douce chaleur d'un foyer. L'impératrice fut doublement émerveillée, avec la retrouvaille de son appareil, toujours intact. La femme prit le temps de bien inspecter chaque centimètre, à la recherche de la moindre bosse ou rayure, même mal camouflé.
    A cet instant Neyac pénétra dans le hangar d'un pas enjoué. Quand il vit Kali près de la carlingue du Leviastor, il ralentit sa course et adopta un air plus neutre et moins sûr de lui.
    -Neyac ! Hurla Kali à travers le hangar qui était si calme une minute plus tôt.
    -Ou… Oui ? Neyac fermait un œil, serrait les dents et attendait de prendre son coup de bâton.
    -Très bien, rien à rajouter. Le second se risqua à desserrer les dents et à se redresser.
    -A oui ?
    -Bonjour quand même, Neyac. Angel et Roodz éclatèrent de rire, suivit par Kali et Neyac, d'un rire un peu jaune. Angel reprit, tendit qu'un homme kel'dor arrivait dans le hangar.
    -Voici Aeon, il est un chevalier jedi, comme Seyla. Un très bon membre de mon ordre et il va vous conduire à vos appartements, vous pourrez prendre un peu de repos et une douche… Chaude ! Insista le maître jedi en souriant.
    Puis Angel se tourna vers Roodz : "Briefing dans une heure, fait passer le message à Aure et Seyla".
    L'Académie Angel comportait trois niveaux souterrains, les hangars, mais aussi trois étages, le rez-de-chaussée pour les salles de cours pratique, le premier étage pour les salles de méditations, autres pièces techniques ou salle à manger, le second étage pour les chambres, toutes identiques. Et enfin le troisième étage, le toit de l'Académie, un dôme de miroir polarisé reflétant la glace de l'extérieur et offrant une vue imprenable sur Hoth de l'intérieur.
    Un système de camouflage parfait.
    Ce dernier étage était aussi la salle où les plus grandes décisions avaient lieux, la salle de briefing. Angel, Seyla, Aure et Roodz y étaient présent, assis dans des fauteuils pivotant à la forme d'œuf dont on aurait tranché un bord. Placés autour d'une table d'holoprojection, avec des petits écrans et claviers disposés en face de chaque place, chacun avait possibilité de faire des recherches et de se renseigner en direct.
    -Kali est à la recherche d'un enfant, annonça Angel, calme.
    -C'est vague, reprit Aure, la twi'lek, en frottant ses deux mains sur son pantalon moulant
    -Des indices ? Demanda Roodz, le trowl, avec intérêt.
    -Très peu, mais c'est un peut-être quelqu'un de notre galaxie. Ajouta Seyla, jedi formée par Angel.
    -Une fuite ? Bon pour le commerce mais pas pour une guerre, renchérit Roodz.
    -En tout cas j'aime beaucoup le look des Arcadiennes ! les paroles de Aure laissèrent de marbre tous les êtres autour de la table. Bon d'accord, c'est grave, mais pour l'heure on a rien. Le Leviastor à été réparé et il est prêt à naviguer, reprit-elle.
    -Alors c'est parfait, Annonça Angel.
    -En effet, c'est déjà ça, reprit Kali qui venait de rentrer dans la salle de briefing. L'impératrice prit place autour de la table d'holoprojection et reprit. Quel est le plan alors ?
    -Et bien, les indices sont rares et éparses apparemment, continua Seyla.
    -Vous n'avez pas mené d'enquête avant de partir de chez vous ? Demanda Aure, l'air interpellé.
    -Non ! La situation devait être réglée rapidement, un criminel était en fuite ! lança kali d'un ton sans appel.
    -Oui, j'aurai fait pareil, on a des points en commun je pense, reprit la twi'lek pour détendre un peu l'atmosphère.
    -Maintenant que nous avons perdu la trace du criminel, il est peut-être tant de mener l'enquête ? Suggéra le trowl qui bénéficiait d'un fauteuil plus large que les autres, bien plus large.
    -Tout juste, c'est ce que nous allons faire avec Kali, retourner sur Arcadia et mener une enquête, grâce à mes dons dans la Force, chaque objet sera un indice.
    -C'est une idée, la meilleure qu'on ait. La seule qu'on ai, corrigea Kali.
    Roodz et Seyla se retirèrent de la salle pour faire reprendre leurs cours aux élèves, les deux êtres échangèrent un regard complice à cette idée. Aure se releva et courut à leur suite : "Attendez-moi ! ".
    -En effet, elle à raison, dit Angel à son amie
    -Comment ça ? Interrogea-t-elle.
    -Vous avez des points communs.
    -Ah ?
    -Oui, vous frappez avant de parler, vous foncez tête baissée, vous êtes toujours sur-armées ; Le jedi se remémorait la grenade que Kali avait sorti dans la cage d'ascenseur ; Et…
    -Et le style et le charme sont un de nos atouts ? Suggéra Kali d'un regard mielleux. Le jedi resta silencieux.
    -Tout à fait.

    Le Leviastor était prêt.
    Les Arcadiens, Kali et Angel montèrent à bord, par le moyen des anneaux téléports. Kali prit elle-même les commandes de son appareil, elle le fit monter de quelques mètres et fit signe à Angel de s'attacher.
    -Un tel appareil ne dispose-t-il pas de compensateur d'apesanteur ? Demanda le maître jedi, novice dans cet appareil nouveau.
    -Bien sur que si ! Mais je m'attacherai quand même si j'étais vous, suggéra Kali.
    Une fois assit et sanglé, le maître jedi fit signe à Kali de bien vouloir commencer le voyage qui serait assurément très long.
    La porte du grand hangar s'ouvrit.
    Kali fit avancer lentement son vaisseau à l'extérieur du hangar. Elle traversa le film holographique du camouflage de l'entrée et annonça : "C'est parti ! ".
    Le Leviastor fut poussé à la verticale, turbine à pleine puissance, le maître jedi fut cloué à son siège, la respiration coupée. De son côté, l'impératrice s'adonnait aux joies du pilotage, et comme tout ce qu'elle accomplissait, elle le faisait avec une douceur… Déconcertante…
    -Où allons-nous maître jedi ? Demanda-t-elle avec un sourire jusqu'à ses oreilles pointues.
    -Traversez sans inquiétudes, le jedi reprit son souffle, à cette vitesse on ne risque pas d'être agressé ! La mine déconfite du jedi se lisait, même sans la Force.
    -On ne m'a jamais abordé à cette vitesse ! Mais les astéroïdes, c'est autre chose !
    C'est dans une vrille du Leviastor que les rires éclatants de Kali raisonnèrent dans l'espace.

    Voilà voilà, c'est le tome 2 d'une de mes séries, comme vous le voyez il n'est pas achevé, normal la suite sera dans les 2 prochains tomes.
    -------------------------------------
    ...Que la Force soit avec vous...

    [Ce message a été modifié par: Angel le 01-11-2004 23:58]

    lundi 01 novembre 2004 - 23:53 Modification Admin Permalien

  • Avatar nym

    nym

    4227 Crédits

    Nom de l'Auteur : nym
    Catégorie : Chanson (Parodie)
    Nom de la Fanction : La Chanson des Ewoks
    Nombre de strophes : 5

    Ce n'étais pas préciser comme la fois derniere, mais le plagiat était encore interdit pour ce concours.
    Et toi qu'est ce que tu nous donne? La Chanson de Dorothée :fou:
    T'aurait pu être un tant soit peu original dans ton plagiat, surtout les ewoks mince :-e
    Sinon tu ne sera pas surprit d'apprendre que tu est exclu du concours avec en prime une jolie sanction...Et comme dirait l'autre : C'est notre dernier mot :sidi:
    boba.fett7

    mardi 02 novembre 2004 - 04:20 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria

    Tyria

    8000 Crédits

    Auteur : Tyria
    Catégorie : Comédie.
    Nom : "Bug system" (aucun rapport avec l'histoire^^)
    Chapitre : en a pas.


    Orpheline depuis des lustres (je n'ai aucun souvenirs de mes parents...) je vivais à bord d'une station orbitale dans un espèces d'orphelinat avec pas beaucoup de lit et encore moins de moyens (et ce n'est pas peu dire). La station permettait le ravitaillement des vaisseaux et me permettait de rencontrer toutes sortes de gens : des pilotes, des contrebandiers, des chasseur de primes, etc... Même si tout ce beau monde n'est pas vraiment recommandable, il est très instructif : j'ai eu des conseils de pilotes (qui m'ont appris les bases du pilotage), de mécanos (de la mécanique), et j'en passe et des meilleurs (style utiliser un blaster, passer de la drogue en douce... ).
    Vers mes 9 ans, je fus finalement recueillie par une famille qui s'occupa de moi par la suite comme personne. Le père de cette famille était mécano et voyait en moi une héritière pour son boulot (aucun de ses enfants ne voulaient faire mécanicien et moi je ne pouvais pas vraiment refuser vu tout ce qu'il faisait pour moi... ), il m'enseigna donc la mécanique qui était assez simple : il suffit de savoir observer, d'avoir un peu de logique et de savoir qu'il ne faut pas trop bidouiller les réacteurs à fusions. Même si j'aurais à cette époque préférée être pilote (on a toujours cette envie d'aventure à cet âge ou c'est moi ? ), ça me permit de connaître pas mal de personnes qui faisaient partis de la maintenance de la station et de connaître par la même occasion une partie des conduits d'aérations (pratique pour les raccourcis quand on est en retard).
    En ce qui concerne mon nom, ce n'est pas celui de ma famille adoptive et je ne suis pas une lointaine cousine de la pilote de l'escadron Spectre. C’est seulement que j’ai entendu ce nom quand je traînais encore dans les rues : plus précisément en entendant parler des contrebandiers qui sortaient d'un bar.

    Bon, la situation initiale étant mise en place je vais pourvoir vous raconter (et oui y'en a encore ! lol) comment j'ai été amenée à devenir jedi (tout ça parce que je suis trop curieuse et que je sais pas me taire... la suite ? ça va j'y arrive... les jedi doivent être patients, non ?) :

    Comme vous pouvez le constatez tout était "au mieux dans le meilleur des mondes possible " (Candide de Voltaire) mais vous vous doutez bien que je serai devenu mécanicienne s'il n'y avait pas eu un élément perturbateur. Cet élément se présenta un jour (d’ailleurs c’était le soir... ) quand un vaisseau se posa sur l'aire qui m'avait été assigné (j'était en âge de commencer à travaillez seule. Quel âge ? 17 ans et oui j’étais assez douer pour... Ok la suite arrive ! ). C'était un étrange vaisseau noir avec une forme peu commune pour ce que j'avais pus voir jusqu'ici. Je suis allée voir le pilote afin de savoir s'il y avait des choses a réparer sur le vaisseau mais je me pris un "vent" de la part de cette aimable personne donc j’appliquais la procédure de base : le plein, un p'tit coup sur le pare-brise et pas de question (très important le dernier sinon ça n'attire que des ennuis... ).
    Après ces taches finies, mon boulot était finis et je rentrai chez moi dare-dare par les conduits d’aérations (parce que j’aime pas arriver en retard pour le dîné : y'a moins de choses à manger ! de vrais gloutons…et quelle idée de me faire finir le boulot si tard ? arf…) et j’entendis une conversation. Chose courante dans les conduits mais c’était assez inhabituel d’entendre quelqu’un qui supplie l’autre de ne pas le tuer et ceux malgré les énergumènes qui passait dans la station (on a une réputation à tenir). J’eu le malheur (ou le bonheur ? je suis jedi maintenant quand même ! ) d’avoir la curiosité de regarder à travers une bouche d’aération pour voir ce qui se passait (empêcher moi ! le dîné n’attend pas… sig) et là je vis le pilote de tout à l’heure ! L’autre type le suppliait de le laisser en vie mais le pilote décida qu’il devait en être autrement : il dégaina un tube métallique, l’alluma ( !? ça sent très mauvais je ferais mieux de me tirer…) et le décapita. C’était pas une vibrolame mais un sabre-laser !! J’avais entendu suffisamment d’histoires par les pilotes pour savoir que ce n’était pas un jedi : la lame de son sabre était rouge et un jedi n’aurait pas tuer de sang froid une personne. L’assassin regarda un instant son "oeuvre",puis leva la tête dans ma direction (et oui, j’aurais dû foutre le camp… Pourquoi je l’ai pas fait ? D’où me vient cette habitude de me mettre dans des situations inextricables ? Pourquoi les banthas ne volent pas… Oups je m’égare ! Désolé…)… Moi, voyant cela, j’appliquais la règle d’or : CASOS !!!!!!!!! Et je me tirais (sans hurler comme une malade, ni demander mon reste) pour m’éloigner le plus vite possible de l’autre.
    J’arrivais chez moi (le dîner était fini, bien évidemment…) et je balance à mon paternel : « je viens de voir un type ce faire décapiter ! » Et je reçois la très gracieuse mais choquante réponse : « T’inquiète pas ça arrive à tous le monde les accidents de travail. Tant que tu te souviens de ce que je t’ai appris et que tu restes prudente (raté), il ne t’arrivera rien. » Concluant que ce ne m’apporterait à rien de lui dire le reste (et de mettre toute la famille en danger ), je lui dit que j’étais encore toute retourner et que j’avais besoin de sortir (il aurait été plus correct de lui dire que j’aillais mettre les voiles…).
    Donc je sortis et je partis pour les aires d’atterrissages pour "emprunter sans avoir l’intention de le rendre" un vaisseau (en plus y’en a un qui me plait ! Eh n’allez pas que j’ai prémédité mon coup ! ). Etant donné que je suis mécanicienne, j’ai accès à la plupart des vaisseaux et je pris, effectivement, celui qui me plaisait. Je dois bien dire que vu que c’était mon premier vole en solo et vu que je ne connaissais que les bases du pilotages, j’ai piloté (si on peut appeler ça comme ? ) d’une façon assez bourrin. Je ne vais pas donner de détails sur le massacre (pour le peu de dignité qu’il me reste…) que j’ai fait ce jour-là et directement passé à la suite…
    J’arrive à Corellia et j’atterris à CoronetCity sans trop me faire repérer (j’ai quand même voler le vaisseau !) par la milice locale et découvre malgré ma terreur les joies de l’attraction terrestre (elle est toujours moins forte en station , vous le saviez ?) et du vent. Dommage que cette découverte ce soit passer ainsi… Tant pis, alors j’abandonne le vaisseau et je me retrouve sur une planète qui m’est totalement inconnu sans argent et sans logement (et moi qui rêvais d’aventure…). Coronet est une ville assez sympa… enfin les bas-fonds sont assez sympas : j’ai pas vu grand chose d’autres : car c’est là que je me suis terrer pendant plusieurs jours afin que les choses se calment.
    V’là qu’au bout de plusieurs jours (presque 1 semaine) , je sors le bout de mon nez et décide de découvrir la ville en espérant que le pilote-malpoli/assassin/sith m’est oubliée. Je me promène plusieurs heures, reperd les lieux… Mais quelques heures plus tard, qui est-ce que j’aperçois par mis la foule ? C’est bibi le sith (à ce stade, c’est plus de la poisse ! On m’a maudite ou quoi ?). Bon ok , il m’a retrouvé mais il va pas me tuer au milieu de la foule ? Nan, il se dirige juste vers moi (juste…quelle poisse !). Je me tire vite fait en courant : bah quoi, je ne vais pas l’attendre pour lui offrir le thé ?! Je prends plusieurs croisement sans savoir où je vais pour finalement rentrer dans quelqu’un (aïe…).
    Mais qui ? Un jedi ! Alléluia !!! D’autant plus que ce merveilleux jedi que la force à mis sur mon chemin n’est autre que celui qui deviendra plus tard mon maître : Kaarde (applause…Kaarde je ne te le dirai jamais assez mais je te remercie pour tous ce que tu a fait ce jour là et après !). Bon moi et le jedi nous sommes encore à terre que le sith débarque (non mais quel pot de colle celui la !) sabre à la main avec la ferme intention de me faire manger de sa loupiote rouge (bizarre, j’ai plus très faim maintenant…).
    Mais voilà que mon champion sort son sabre et pare de justesse (au poil les réflexes de mon maître) un coup qui m’était destiné et se lance dans un ballet frénétique d’attaques, de feintes et de parades. Je dois dire que c’est l’un des plus beau combat qu’il m’ai été donné de voir.
    Et moi pendant c’temps là j’étais trop éberlué par ce maelström dans lequel était plongé les 2 combattants pour prendre mes jambes à mon coup (de toute façon je n’ai jamais su fuir au bon moment…). Le combat pris fin assez rapidement je trouve (mais je ne sais pas ce qu’en pense mon maître : c’est pas moi qui combattait le sith…) et c’est le jedi qui gagna le duel (logique : sinon ni moi ni lui ne serions là).
    Sans rentrer dans les détails (je crois que je l’ai déjà un peu trop fait…) le jedi m’emmena au temple afin de prévenir toutes autres tentatives d’assassinats à mon égard (d’autres ?!), on découvrit aussi un holocron sur le sith et que j’étais sensible à la force (rien que ça !).
    Kaarde accepta de me prendre comme élève et maintenant j’apprends à m’adapter à l’enseignement de la Force.

    jeudi 16 décembre 2004 - 11:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    25297 Crédits

    Nom de(s) Auteur(s) : AngeSolo
    Catégorie : Comédie lol
    Nom de la Fanction : My life
    Nombre de chapitres : 1 (?)



    My Life (Ne pas mettre l'accent !)

    Nom : Solo
    Prénom : Ange
    Planète : Corellia (exacamondo !)
    Signes particuliers : un blaster DL-44 modifié, sais parler toutes les langues, un sabre laser avec un brouillage holographique intégré, fan des kinders, des koalas et des smarties' kiss avec ma meilleure amie Tyria ainsi qu'un tatouage que j'ai depuis que je suis née qui change de forme.
    Taille : 1m65
    Poids : 55Kg


    Ça commence par l'histoire toute banale où je pointe mon nez dehors sur Corellia… Je ne connaîtrai jamais réellement mes parents Jonash et Jaina Solo qui mouront dans des circonstances qui me sont inconnues (J'avoue être supra intelligente - Le Quoi ? Je suis Corellienne - mais j'étais quand même qu'un gosse quand c'est arrivé…). Mon très cher frangin Han Solo fut "embauché" par un bon petite camarade Capitaine Shrike (Pas trop sympa, celui-ci ! Quoique… Le Non ! Si ça se trouve il faisait parti d'un clan de pédophiles !) et bin, moi, on ne me demanda pas mon avis (De toute manière, je les aurais envoyer paître… Comme les vaches ! Zou… Un coup de boite à meuh vu que je suis la Reine !) et on me cacha chez les Jedi car apparemment il s'avérait que j'avais un potentiel pour bosser chez les fonctionnaires - vu que les Jedi sont au service de l'état pour ceux qui n'ont pas vu le rapport.
    Un Maître à tendance suicidaire - mais bien gentil - Neeja Halcyon me prit sous sa tutelle et je fis la connaissance de sa petite famille (Genre nombreux en plus la famille, je vous dis pas pour les cadeaux de Noël !). Malheureusement un des poteaux de Neeja (Un type qui revient du Vietnam en chaise roulante - ce n'est pas joyeux mais le pire reste à venir - sous prétexte qu'il ne peut plus se lever, sa femme en profite pour aller batifoler ailleurs. Alors forcément, il se lamente «Alexandrie, Alexandra, je te mangerai crue si tu ne reviens pas !» sauf qu'à la place il a mangé Neeja ! Tais-toi cerveau ! Tais-toi !) lui a fit sa fête donc mon Maître mourut et ce fut un de ses poteaux Caamasi Ylenic It'Kla («Alexandrie, Alexandra…») poursuivit ma formation qui se passa sans encombres (Ok, ça va… Au début sans encombres…).
    Jusqu'au Jour où (Roulements de tambours…) je voulus retrouver mon frère qui me manquait plus que tout (C'est si chou !) alors que j'avais 15 ans !
    Mais bon, j'étais quand même un peu attachée à cette vie, celle où on se cachait vu que Palpatine faisait un grand barbecue mit Vador avec la tête des Jedi…
    C'est alors que je tombai amoureux d'un beau jeune homme Vincz Lindy mais à cause du tatouage que j'ai dans le dos - qui change de forme quand bon lui semble et qui fait un mal de chien et ça, sans me demander si ça me dérange - il voulut me vendre. Et là baston générale !
    Je me retrouvai aveugle pendant quelques mois où Bail Organa me soigna - vu que je lui avais sauver la mise à lui et sa gamine - et alors que j'allais me marier avec le médecin qui me chouchoutait Triple caca des impériaux le tue !
    Donc, Mission (Impossible… tintin tintin…) Initiale retrouver le Frangin ! Alors je m'engageai dans la Marine Impériale de Carida vu que c'était là que la plupart des hommes allaient à cet age là ! J'avais 17 ans…
    Douée pour le pilotage et la mécanique (Le fameux don des Solo… Soupire… Me demande si c'est possible à vendre, ça.), je devins rapidement officier. Une fois, Lieutenant qui voulait de moi ? Tierce Caca, Sacré bleu ! Le Général (hum…hum…) Maximilien Veers (ou plutôt Perveers.. Style le beaucoup riant : My name ist Per, Per Veers) me désirait sous ses ordres car il paraissait que j'avais des "dons" de stratège… (Préférai mes escadrons Tie, moi ! Mais ça tout le monde s'en fout !) Donc, Perveers me relooka sous tous les angles, je montai en grade - Capitaine - et alors que j'allais être nommée Major - le grade au-dessus, je crois -, je refusai les avances de "The chose" donc le grade me fila sous le nez ! Ce qui n'était pas grave car un certain Vimran Tell, un poteau de l'un de mes poteaux, m'apprit que Han avait l'Empire à ses trousses !
    Folle de joie - y a de quoi - moi, La Folle Intergalactique, je démissionnai (HOURA !) après des années de souffrances et de calvaires (Ok, ok, j'exagère un peu trop… Mais Veers c'est quelque chose quand même !) soit environ 7 ans dans cette marine !
    Puis, je revis mon frère sur Nar Shaddaa, la lune des Contrebandiers et fit la connaissance de son ami Wookie et de son ami Lando Calrissian - qui avait des vues sur moi d'ailleurs… Envoyé boulé… Je fis la connaissance de Dash Rendar ! Ca c'était du mec ! Donc mon cœur s'emballa (Pas style Santa Barbara ou Les Feux de l'amour.) et je tombai amoureuse du joli cœur.
    Après avoir gagné une course dans La Passe de Kessel en effectuant un micro-saut dans La Gueule, Dash me prit comme associée sur son vaisseau : l'Outrider. Son très cher robot à d'ailleurs faillit faire la connaissance de la déchetterie.
    Vivant des années d'idylle avec Rendar, j'oubliai mon serment de Jedi et je usai plus de la Force (Si j'aurais fait le contraire, j'aurais fini sur le barbecue à Palpy de toute façon !).
    Mais après la destruction d'Alderaan ainsi que la mort de Ylenic It'Kla («Alexandrie, Alexandra…»), je quittais Rendar qui était contre que je retourne avec mes poteaux Jedi. (Et comme le dis Willy : Être ou ne pas être - Jedi - tel est la question !)
    Avec du mal, je trouvais un Maître Jedi, darkmaul29, qui ne fit rien pour ma formation. (Cité, juste pour montrer à quelque point le futur Maître est génial !!!!!) Je fis ensuite la rencontre d'un Sith, Darth Faran qui après avoir tenter de mes découper en rondelles devint finalement l'homme de ma vie.
    Je pris quelques temps plus tard des vacances avec celui-ci sur la planète Yavin 4, où je fis la connaissance d'un jeune garçon, TotoJedi. Et là, re-belote, des impériaux à séduire pour que nous puissions tous les trois puissions repartir sur Coruscant.
    Mission accomplie et nous adoptâmes le gamin qui se trouvait être un jeune homme agréable, fantastique et très doué dans la Force, mais éprouvait un malin plaisir à toucher à mon vaisseau pour faire des virées mit ses poteaux de l'Ordre de temps à autres (Sacré Toto, il s'en souvint encore des punitions !!!).
    Mon maître changea encore une fois du à son incompétence et ce fit Amidala17 (APPLAUSE !) du Conseil des Jedi qui termina ma formation et qui par la suite devint une de mes amies intimes les plus précieuses.
    Je fis plus tard la connaissance de celle qui par la suite sera ma meilleure amie, j'ai nommé Tyria Sarkin (D'ailleurs, je crois qu'on a des fans !) (APPLAUSE !) et mit qui nous revîmes Dash, Veers, Piett et des problèmes encore plus graves encore du à nos poisses respectives (!) : des sauvetages ratés, des Gamoréens de Gamorr trop perveers (Oh ! Des petits frères !), des courses-pousuites dans Coruscant, des fouillages de macchabées, des kidnappings, des raids dans les régions inconnues, des chasseurs de primes et la contrebande… Sans oublier des fous avec des lances-scies-de-la-mort-qui-tue….
    J'allais oublier, Jabba et ses sbire, les Rancors fous, un sauvetage réussit du système Corelliens, des missions diplomatiques sur d'autres planètes et tout un tas de choses plus ou moins étranges…
    Puis il eut la naissance de ma fille chérie Florane !
    Et aussi, c'est important, je deviens officiellement (!) Chevalier Jedi (!!) et j'eus des padawans sous ma tutelle (!!!)… Ainsi que des fêtes surprises avec Baaaaaaal (ADRIENNE !), Amy (BISOUNOURS), Kaarde (A LA POCHE PLEINE), Sidarks (Désolée, je ne sais pas écrire le Yuuzhan Vong même si je sais le parler), Mon fiston (Otzi go go), Padmeia (Hutti-Hutti) et bien sur ma préférée de toute, ma meilleure amie, la sublime et géniale…ANGE SOLO…Oups… Désolée, TYRIA SARKIN !!!
    A qui je dédie : CALIN KOALA & SMARTIES'S KISS !!!!!!!!!!!!!!!
    Et puis, le temps passa, passa, passa, passa, passa, passa, passa, passa, passa (soit environ 1 mois) car même pour les Super Star (Oh….. Super Staaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaar… A chacun sa gloirrrrrrreeeeeeee… Non, pas le micro dans la Gueule !), le paradis était loin…
    Comme Faran se faisait de plus rare, la question relation se posait.
    (Je fus obligée d’aller consulter un psychologue. Non, pas Freud… Mais Willy ! Car j’avais encore besoin de ses services…)
    With or Without (See the stone set in your eyes… Non, aie ! Pas le micro dans la gueule ! Naaaaan…) Faran et avec les conseils de Willy, ce fut Without…
    Hélas, on va pas dire qu’après un divorce ça soit la joie de vivre alors La Girouette alias Naga Shadow pour les intimes ou le Ange pour les plus encore qu’intimes…
    (Que j’explique… En faite, comme il s’avérait que je suis une Ange et que les Anges ne discutent avec leurs semblances… Après beaucoup de négociations, Naga est en fait donc, un Ang….
    Ange II ou Angel The Second ou Engel der Zweite, tout dépend dans la langue où vous allez lire ma bio… : Ange ?
    Ange : Oui ?
    Ange II ou Angel The Second ou Engel der Zweite, tout dépend dans la langue où vous allez lire ma bio… : On en a rien à fout** !
    Ange : Je sais^^)
    … en a profité pour essayer de reconvertir à la Guilde (suivit de près par Edoras !) mais ce fut un échec (enfin pour le moment !)…
    Ch’est alors (On ne parle pas la bouche plainche, Missh Sholo !)… que je devins plus active au sein de l’Ordre Jedi pour refouler ma peine…
    Mon padawan darknico passa les épreuves pour devenir Chevalier et réussit… Ce qui m’amena à faire plus « ample » connaissance avec le Nouveau Président des Jedi, JB alias Jedibothan pour les intimes…
    Epreuves passées, je montai ensuite au Conseil des Jet d’ail alias les Jedi pour les intimes, en tant que Maître de la Classe de Combat pour montrer aux loyaux starwarsiens, comment on fait pour copiter la divine façon de faire la cuisine à la Sith !
    Je montai aussi dans la hiérarchie JBtesque en tant que Jedi-Souffre-Douleur-Du-Président-Des, ce qui je vous l’accord ne sert pas à grand-chose, en tout cas, j’ai pas pigé la raison…
    Macematu apparut alors ! (Nan… Pas non plus comme Mary Poppins ! Quoique j’ai quand même cassé un parapluie par sa faute !) Et puis, bah, une idylle commença…
    Et puis, faut pas oublier que les esclavagistes Ewoks existent ! Le OUI ! Le beaucoup pas riant… L’Ewok Géant m’engage comme traductrice…. (Au moins, savoir parler la langue des Gamoréens servira à quelque chose…)
    Le pire était que les Ewoks ont des puces et que l’Esclavagiste nous les refourguaient !
    Ah ! Aussi…
    Je devins la dessinatrice officielle de JB !
    Faut dire que el titi Bothan est assez dur en affaire !
    (Fichtre ! Me demande où j’en suis sur son échelle hiérarchique et s ‘il compte me payer un jour…)

    jeudi 16 décembre 2004 - 18:12 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Grigan_Kerian

    Grigan_Kerian

    3707 Crédits

    Ma petite contribution....
    C'est un texte isolé, sans début, sans fin, sans explication, il est juste à prendre tel qu'il est.


    Cela faisait près de trois mois que je me trouvais sur ce satané destroyer, durant cette période j’avais eu tout le loisir de constater que j’était bien le seul être vivant avec un code génétique différent des autres. Les nerfs à vif, je m’obligeais néanmoins à effectuer ce pour quoi mon maître m’avait demandé de prendre poste ici. Parcourir une coursive devenait une épreuve, j’y croisais des clones troopers, des clones pilotes, des clones équipages, des clones officiers de passerelles. Je me demandais encore comment s’effectuaient les différentes affectations dans une armée clonique.
    La mission du Nuage de lhur, galion galactique de classe 3, est de patrouiller le long de la route hyper spatiale Rium et d’y protéger les convois républicains. Il fallait aussi faire face à divers rencontre avec des transports séparatistes. Au cours de ces escarmouches, une énorme pression pesait sur mes épaules. N’étant pas ce que je prétendais être, je craignais de commettre l’irréparable et de déshonorer mon maître. Il m’incombait en effet de mener d’un point de vue tactique les batailles. Vu, l’enseignement de type moraliste que j’avais reçu, ça aurait pu me poser problème, mais heureusement, la plupart des combats nous opposaient à des robots. A chaque alerte, je me rendais sur la passerelle et je donnais mes ordres, quelle position adopter, quelle escadrille envoyer, quelle cible détruire, quelle cible protéger …
    Durant les combats, plusieurs de nos pilotes avaient succombés, après ce genre de drame, une boule se formait invariablement dans mon estomac. J’étais bien le seul à regretter ces pertes, aucun sentiment n’altérait le morale et l’obéissance des clones. Pour eux, leurs compagnons étaient interchangeables, il suffisait d’attendre la prochaine navette de renforts. C’est pour cela que je répugnais tant à sortir de ma cabine.
    Je m’isolais et méditais pour échapper à cette étrangeté d’être entouré d’être vivant sans rencontrer d’esprit original. Cette monotonie n’était brisé qu’à de rare occasion, quand les inspecteurs du chancelier suprême Palpatine vérifiaient auprès de moi la bonne marche de l’équipage. Je devais alors user de la force pour maquiller mes traits et me faire ressembler à maître Okiim maintenant décédé.
    Sa disparition sur Kashyyyk était encore bien trop vivace à mon goût. Je me devais de faire honneur à son souvenir en accomplissant le destin qu’il m’avait offert. Il n’y était pourtant pas obligé, il aurait très bien pu ne rien faire pour moi ou altérer ma mémoire lorsqu’il découvrit mes activités. Il n’a rien fait de tel, il a préféré m’aider. C’est grâce à lui si je suis ici et que j’ai la chance de réaliser ceux pour quoi je mettais entraîner durant plus de 8 ans.
    Allongé sur ma couche dans ma cabine qui je dois l’avouer est très luxueuse, je méditais depuis le matin quand mon comlink se mit à sonner. Mon premier réflexe fut de sonder l’espace nous entourant pour vérifier si nous étions attaquer, projeter mon esprit était devenue pour moi presque aussi simple que cligner des paupières. Ma recherche s’étant révélée infructueuse, je saisis le comlink.
    - Oui, qui a-t-il ?
    - Ici, le commandant, nous avons reçu un appel de détresse d’un de nos cargos.
    Heureusement qu’il me donne son identité, il m’aurait été impossible de savoir à qui on parle sans cette information, il faudrait créer des clones avec des intonations de voies différentes.
    - Est-ce que le ComGen détecte d’autre anomalie.
    - Je lance une vérification sur l’ensemble de Rium, monsieur.
    Pendant ce temps, je sortis de ma cabine et pris le premier turbo ascenseur pour me rendre sur la passerelle.
    - Tout est négatif.
    - OK, effectuais donc un saut au coordonné du cargo, commandant, je serais là dans moins d’une minute.
    - A vos ordres.
    - Pensez aussi à contacter le Calliceo, on aura peut être besoin de son aide, qu’il se tienne près, terminé.
    - Affirmatif.
    Avec les clones, il faut prévenir de la fin d’une conversation, dans le cas contraire, il reste disponible à écouter vos ordres deux pas derrière. La passerelle était un vaste espace se trouvant environ au trois quart du vaisseau dans un renfoncement du blindage du vaisseau. Une trentaine de membres d’équipage clonages y travaillaient, un roulement s’effectuait toutes les huit heures entre 3 équipes. La pièce était de forme triangulaire, quatre techniciens travaillaient contre le mur du fond, deux de chaque coté du sas, deux rangés de six postes courraient le long du mur, dix postes étaient disposé dans l’espace centrale. Il y avait enfin deux postes pour transmettre les ordres du commandant et du second qui se plaçaient devant les baies vitrées au bout du triangle à coté de l’hologramme radar.
    A l’entrée du sas de la passerelle, une escouade de commando formait un cordon de sécurité. Comme à mon habitude je les saluais amicalement, et comme à leurs habitudes, ils se mirent au garde à vous sans aucun geste amicale. Et dès que je posais un pied sur la passerelle, l’un deux criera.
    - Jedi sur la passerelle.
    Que c’est lassant ces clones, on dit d’eux qu’ils ont un comportement autonome mais la personne qui a sorti ceci ne s’est jamais trouvé coincé avec des clones durant plusieurs mois.
    Devant moi, la passerelle bourdonnait d’activité suite au saut hyper spatiale, par les baies, les volutes bleutées caractéristiques de cet état de déplacement offraient un magnifique spectacle. Et comme d’habitude, j’étais le seul à l’apprécier. Le commandant se tenait à l’avant droit comme un i, les yeux rivés sur l’emplacement du futur hologramme. Le temps que j’arrive à coté de lui, il se mit au garde à vous.
    - Repos commandant, quelle est la situation.
    - Nous allons sortir de l’hyperespace dans 47 secondes, le cargo Amenator, nous a signalé des pertes de propulsion suite à une rencontre avec des troupes séparatistes. Son capitaine a d’abord jugé qu’elle pourrait s’en sortir sans renfort avant de diffuser un SOS.
    - A-t-elle précisé contre quoi nous aurions à faire.
    - Non monsieur.
    Un peu surpris de rencontrer un vaisseau non clonique sur cette portion de la route Rium, je prie quelques secondes pour me préparer mentalement pour un entretien avec une personne non prévisible car non clone. Ensuite, je réfléchis à la situation opérationnelle de combat, j’avais à ma disposition 3 escadrons complets de chasseur et 1 incomplet, plus 6 bombardiers. A cela, il fallait ajouter deux barges d’assaut d’une capacité de cent personnes ainsi que cinquante capsule vectron. Une capsule vectron permet l’embarquement de 2 commandos, elle dérive dans un premier temps vers sa cible avant de s’y fixer. Ensuite, les batteries de lasers foreurs percent la coque pour permettre aux commandos de pénétrer dans le bâtiment adverse.
    - Que les vectrons et la chasse se préparent au décollage commandant.
    - A vos ordres.
    - Sorti de l’hyperespace souligna l’aide au commandant.
    Le tableau qui se peint devant nous n’était pas à notre avantage, trois vaisseaux séparatistes étant en train de préparer l’abordage du cargo. Et le capitaine du cargo croyait pouvoir sans sortir seul, sans doute une corellienne. Les vaisseaux adverses étaient sensiblement équivalents au Nuage de lhur, malheureusement pour eux, un avait presque accomplie son abordage tandis et un deuxième nous tournait le dos pour couvrir la manœuvre d’approche. Un seul adversaire était en position de combat, il fallait agir vite pour ne pas laisser le temps au autre de réagir.
    - Que deux escadrons de chasseur aillent harceler le vaisseau d’abordage, dites au bombardier de se mettre dans nos arrières. Vitesse maximale pour se mettre en position entre le bâtiment isolé et le groupe d’abordage. Et pour notre part, feu à volonté sur la proue du bâtiment isolé que l’on appellera cible numéro Un.
    - Monsieur, le commandant me regardait avec un drôle d’air.
    - Exécution, lançais je.
    - Bien monsieur, après quelque seconde sur une console, il rajouta, deux escadrons de chasseurs foncent sur nous monsieur, dois je rappeler notre chasse.
    - Pas besoin, quand nous serons à trois kilomètre de la cible Un, ordonnez aux bombardiers de larguer leurs torpilles sur la cible. Précisez leur de se maintenir à quatre kilomètres de nos arrières pour la manœuvre. Nous assurerons la télémétrie.
    Arrivé à distance, les deux vaisseaux commencèrent à faire feu de toute leurs pièce, pour l’instant l’avantage était de notre coté vu que la majorité de nos batteries turbo laser se trouvaient à l’avant du galion tandis que les leurs étaient répartis sur toute la coque. Durant cette période, le vaisseau couvrant l’abordage avait effectué sa rotation et se trouvait à présent face à nous, à deux kilomètres derrière la cible Un.
    - Lancement des torpilles commandant.
    - Nous sommes sur la trajectoire des torpilles monsieur.
    - Quand elles se trouveront à 15 secondes de nous, ordonnez au timonier de faire route sur notre cargo, coupez aussi les alarmes de proximité arrière.
    - La chasse adverse aura alors le champ libre.
    - Vous avez raison commandant, dite au dernier escadron de nous couvrir des chasseurs adverses.
    Sur l’hologramme de la bataille, les douze points matérialisant les torpilles passèrent sous notre coque au moment où nous virions vers la zone d’abordage pour filer vers la proue durement touché par les tirs de barrage de la cible numéro Un. Une boule de feu se forma à l’avant du vaisseau arrière, vaincu par la déflagration, les poutrelles de châssis interne se brisèrent et le vaisseau se disloqua.
    - Ordonnez à la barge un de décoller pour aborder le vaisseau qui aborde notre cargo, que les chasseurs nettoient les batteries lasers avant cela.
    - Le vaisseau de couverture s’en prend à notre chasse monsieur.
    - Faîtes une glissade par bâbord autour de ce vaisseau pour avoir ses moteurs comme cible. Durant la manœuvre, vous lancerez 20 capsules vectrons. Le capitaine du cargo a-t-elle donné signe de vie ?
    - Aucun message n’a été émis du cargo depuis notre arrivé monsieur, les capteurs thermiques annoncent néanmoins des zones de forte chaleur ponctuel, il doit encore y avoir des combats.
    A nouveau, les batteries du galion commencèrent à tirer lorsqu’on fut à distance, cette fois-ci les tires furent réparties sur toute la coque. Entre les vaisseaux, les capsules vectrons se faufilaient à travers les tirs de turbo laser, un seul coup suffit à les détruire mais fut qu’elles se trouvent entre les deux bâtiments, elles n’ont pas à craindre les tirs de chasseurs.
    - Deux capsules de détruire et trois d’accrochées.
    De son coté la navette d’abordage était en train de s’accrocher au vaisseau adverse, n’ayant plus besoin de couverture aérienne, les deux escadrons qui pilonnaient le vaisseau d’abordage revinrent vers la chasse adverse.
    - Quatre autres capsules accrochées et une à la dérive.
    - Envoyez une navette de récupération commandant.
    - Trois capsules sont accrochées et cinq sont en approche.
    - Et les deux dernières ?
    - Elles sont détruites monsieur.
    La manœuvre achevé, le galion commença à pilonner les moteurs adverses. Sur l’hologramme tactique, des points verts, représentant les commandos étaient en train de gagner secteur par secteur des vaisseaux adverses.
    - Larguez la second barge, commandant.
    - Les commandos de la barge Un nous signalent que le vaisseau est sous leurs contrôles, ils portent secours à l’équipage du cargo.
    - De la console sur lequel il était penché, le second du vaisseau signala que l’adversaire se rend.
    - Ordonnez à tous les vaisseaux adverses, de couper leurs propulsions et leurs boucliers. Que les chasseurs délimitent une zone de sûreté. Quelles sont les pertes ?
    - Négligeable monsieur.
    - Le commandant du cargo demande à vous parler monsieur.
    - Passez moi la communication dans la salle de transmission.
    Sur ce, je quittais la passerelle pour me rendre un pont en dessus dans la zone des communications. Entre temps, mon comlink me signala sa présence. Le commandant me signalait que l’on venait de recevoir un nouvel appel à assistance. Vu le code employé, il ne pouvait s’agir que d’un vaisseau républicain. Arrivé dans la salle, je pris la communication. Après m’avoir transmis ses remerciements, le Capitaine Doriam Neesim me demanda si son vaisseau pouvait repartir. Je lui répondis que oui, mais j’aimerais bien qu’elle effectue une petite mission pour nous étant donné qu’il nous fallait sécuriser deux vaisseaux capturés à l’ennemie. Elle accepta et une plus tard, son vaisseau s’évanouit dans l’hyperespace.
    De cette rapide entrevue, je gardais un souvenir suspect. Pourquoi avait elle tenté l’affrontement direct au lieu de fuir, elle n’avait aucune chance.
    - Commandant.
    - Oui monsieur répondit le commandant quelques secondes plus tard.
    - Envoyez tous les rapports disponibles concernant le cargo dans ma cabine.
    - A vos ordres.
    Après un cours trajet en turbo élévateur, je m’assis sur un siège dans ma cabine et commença à étudier ses fameux rapports. J’avais beau étudier dans tous les sens ses rapports, je ne trouvais rien d’anormal par rapport au dire du capitaine Doriam Neesim. Néanmoins, une intuition me disait qu’il me fallait me méfier d’une chose. Je ne savais pas quoi mais un doute m’assaillit. Il fallait que j’enquête ceci.
    - Commandant, transférais moi les coordonnées ou est allé le cargo et préparais moi une navette.
    - Quel type de navette monsieur.
    - Une navette d’assaut.
    - Bien
    Le temps que j’arrive au hangar d’appontement, la navette m’attendait avec les systèmes prêts. Dix commandos attentaient aussi mes ordres, je leur fis comprendre que j’irais seul. La navette pris rapidement son envol. Après quelques secondes de calcul, je basculais en propulsion hyper spatiale.









    La navette Phirias du nuage de Lhur mesurait non loin de 35 mètres de long. Si j’avais pu la regarder de face, chose qui m’était difficile vu que je me trouvais à l’intérieur, elle m’aurait paru sous la forme d’un triangle équilatérale avec une cabine à son sommet. Sur chacune de ses faces se trouvait une double tourelle lasers. L’espace intérieur était composé de deux niveaux principaux, le premier situé à la base du triangle regroupait tous les éléments qui faisaient de ce vaisseau une navette d’assaut. Le second niveau était réservé au équipement de vie de la navette. A l’arrière de la navette, trois moteurs Buffon XII se positionnaient à chaque angle. La rampe de débarquement était elle placée à l’arrière de la navette.
    Ce type de navette avait été conçu pour embarquer une trentaine de commando et 5 membres d’équipages. Le matériel embarqué à bord allait de matériel médical dont un robot et une mini cuve bacta à du matériel plus lourd comme des lasers lourds autotractés. Il y avait aussi de très nombreux stocks d’armes légères, blasters, lasers, grenades et autres pièges et mines en tout genre.
    Après deux heures de voyage hyperspatial, j’arrivais enfin dans le système ou le capitaine Doriam Neesim était allé porter secours à un vaisseau républicain qui demandait de l’assistance. J’allumais les moteurs subspatials et enclenchais d’un même geste les radars, les boucliers et les systèmes d’armes automatiques. Je projetais du même coup mon esprit à la recherche de présence allier ou ennemie. Il n’y avait rien à proximité mais une curieuse impression me parvenait de la surface de la planète, une impression oubliées que je n’aurais pas pu définir mais qui m’évoquait des souvenirs de mon enfance.
    Ayant d’autre chose à faire, je mis cette donnée de coté pour reporter mon regard sur le moniteur radar qui restait obstinément vide. J’eu beau affiné la sensibilité des senseurs, aucun écho ne répondit à mes efforts. Pour être sur et certain d’être le seul engin volant du système, je me décidais de mettre en rade les moteurs pour arrêter la perturbation qu’ils généraient au niveau des senseurs. Il m’apparut alors de minuscule écho réparti tout autour de la planète. Après une rapide étude, j’identifiais les échos comme étant des satellites de détection passifs. Je ne tarderais pas à recevoir de la visite.
    Je me décidais enfin à allumer les systèmes de communications. En quelques secondes je commença à capter un signal, vu son identification, il devait s’agir d’une unité astro mécanicienne de la république. J’activais le cryptage et envoyais le signal de demande de communication. Un signal affirmatif me répondit presque aussitôt, est ce que je devais oui ou non activer l’image holographique, je me résolu à brouiller mon image et commençait à diffuser.
    « Je suis le commandant Grigan Kerian, pilote de la navette Phirias du Galion républicain Nuage de Lhur. J’ai capté votre transmission par l’intermédiaire d’un cargo de la flotte. Quelle est votre identité et quel est le type d’assistance qui a motivé votre appel.
    - Je suis Mace Windu, maître Jedi …
    Je perdis le fil de ce qu’il disait, un maître Jedi ici, et pas n’importe quel maître un des membres du conseil. Mon anonymat au sein du nuage de Lhur était fichu. Mon imposture allait être découverte et ma liberté allait finir. Qu’est ce que je pouvais faire, je ne pouvais tout de même pas ignorer leurs appels. Depuis des mois, je jouais le Jedi maintenant il me faudrait assumer les conséquences.
    ...après avoir parlé de nous aider …
    - Elle s’est enfuie ? dis je interrompant du coup le maître Jedi. Je…Je ne comprends pas…quel pouvait être son intérêt ?
    - Apparemment, elle craignait quelque chose, répondit une autre voie, comme si on lui dictait ses paroles…elle a précisé avoir des problèmes avec des vaisseaux ennemis.
    Je me demandais si elle s’était une nouvelle fois fait attaqué en orbite, si c’était le cas, ça aurait été sa troisième attaque en l’espace d’une journée standard. Elle s’était fait attaqué au sol à sa dernière étape. Elle s’était ensuite fait aborder une première fois, le Nuage de Lhur l’avait sauvé et maintenant elle avait du se refaire aborder ici, en orbite, autour de Tamari. Il doit y avoir une raison derrière tout cela.
    - Vous dites qu’on lui dictait ses paroles ? Elle serait donc otage ? Mais pourquoi n’en a-t-elle pas parlé ? Nous avons pourtant des moyens de dialogues cryptés …Je ne pensais pas que les dégâts qu’elle avait eus à subir étaient grave à ce point…Mais si quelqu’un la retient en otage, cela ne peut être que les séparatistes contre qui nous avons du combattre il y a quelques heures.
    - Sauf votre respect, commandant, me signala Maître Windu, je ne pense pas que cela vienne des séparatistes. C’est plutôt ce que l’on souhaite nous faire croire. Je pense que c’est plutôt lié à nos propres problèmes et ennemies ici…ils auront pu profiter du combat pour continuer à nous causer du tort … et le capitaine du cargo sera mal tombé
    - A moins qu’elle ne soit de leur coté ? intervient une voie fluette.
    - Nous ne pouvons malheureusement pas tergiverser sur cette affaire plus longtemps, des détecteurs ont été implantés dans le secteur. Mon arrivé a du toute les activé, je ne dois plus disposé de très longtemps avant qu’une nouvelle force ne débarque dans la région…
    - Et votre Galion demanda le maître Jedi.
    - Il doit être occupé à capturer à reconvertir deux vaisseaux ennemies à près de deux heures lumières. Il ne va pas bouger avant d’avoir accompli sa tache.
    - Il nous faut donc nous débrouiller seul…voici nos coordonnées, nous nous préparons à l’évacuation. Quand pouvez être sur zone.
    - Dans une heure et demi environ, répondis-je après une rapide étude des données reçus.
    - Nous serons donc près à évacuer dans une heure et demi, ici le Legacy, terminé.
    La communication fini, les cartes étaient jouées pour moi, dans moins de deux heures, j’allais me trouver nez à nez avec un des maîtres l’ordre qui n’avait pas voulu de ma présence. A l’age de deux ans, un chevalier avait détecté chez moi une grande sensibilité à la force, j’avais alors vécu durant près de dix ans au temple Jedi. Cette période reste encore la période la plus heureuse de toute ma vie mais j’avais échoué, aucun Jedi n’avait voulu de moi comme Padawan. On m’avait alors envoyé sur une planète ou était regroupé les ratés de mon espèce. Sur l’égide de quelques membres de l’ordre, on nous apprenait d’autres métiers et nous nous forçait de ne plus utiliser la force au quotidien. Je refusai cet état des faits, un vieux maître à la retraite décida de me prendre sous son aile. Et maintenant, tout allait recommencer.
    J’allais maintenant aborder l’atmosphère de la planète. Il me restait moins d’une heure à présent. C’est alors que les senseurs longues portées de la navette identifièrent deux contacts à l’arrière. C’est deux points en devint rapidement une quinzaine quand les chasseurs furent lâchées. Ils foncèrent à plein gaz dans ma direction, il fallait que je me dépêche, je n’aurais que très peu de marge entre la récupération des Jedi et mon départ.
    - Maître Windu, est ce que vous me recevez ?
    - Ici, la padawan Amidala, Qui a-t-il ?
    - De nouveaux vaisseaux hostiles sont arrivées, faites dire à votre maître que vous n’aurez que peu de temps pour évacuer.
    - Nous recherchons encore certain de nos compagnons, ne pouvez vous pas attendre.
    - Négatif, leurs chasseurs se rapprochent et je n’ai personne aux tourelles.
    - Je vais faire passer le mot…
    L’entrée dans l’atmosphère se déroula parfaitement, sur les radars, les chasseurs continuaient encore à se rapprocher. J’étais maintenant à moins de dix minutes de ma destination. Les chasseurs arriveraient sur zones moins de cinq minutes plus tard. Je commençais à activer les check listes des systèmes d’armement et d’atterrissage. J’apercevais maintenant le Legacy en visuel, c’était à première vu un vaisseau exceptionnel malheureusement hors service. Sur le coté du vaisseau, je vis un groupe de personne qui attendait, j’atterris de manière à ce que la rampe du vaisseau sois face à eux, l’embarquement n’en serait que plus rapide. Les détecteurs de soutes me signalèrent de nombreux mouvements. J’activais l’interphone pour leur dire de se dépêcher. Nous formions une cible idéale pour les chasseurs, dans moins de deux minutes, ils seront en position d’attaque, à portée de tire.
    - Dépêchez vous, nom d’un hutt en chaleur. Ils arrivent sur nous.
    - Certain de nos compagnons se sont pas embarqué, me dit une voie par l’interphone de la soute. Ils devraient rapidement arriver.
    Mais ce n’est pas vrai, ces Jedi n’allaient quand même pas me demander d’attendre sagement ici que les chasseurs nous démolissent. Bien que le blindage soit épais, la navette ne pourrait encaisser le pilonnage de chasseur. Les senseurs indiquaient qu’il restait plus qu’une minute avant leur arrivé, j’activais les inducteurs de démarrage des moteurs. Il va falloir décoller avec les moteurs bien au-delà du nominal pour parvenir à surprendre le groupe de chasseur.
    - Je leurs donne quarante cinq secondes.
    - Il nous faut plus de temps.
    - Non, pas question, ils devront s’en sortir seul.
    - Mais…
    - Pas de mais, la chasse arrive, je coupais l’intercom d’un coup de poing sur le coté et marmonnais pour moi seul, il comprennent rien ou quoi.
    Je passais ces dernières secondes les yeux rivés sur le radar à attendre le dernier moment pour décoller, la limite fatidique que je m’étais fixé arriva. Je réactivais les hauts parleurs et balançais toutes l’énergie disponible sur les moteurs.
    - Je décolle, accrochez vous à tous…
    Le rugissement des moteurs couvrit la fin de ma phrase et la navette décolla dans une accélération fulgurante, planquez contre mon siège, je m’agrippais aux commandes et zigzaguais entre les premiers tirs de lasers des chasseurs. D’un œil attentif, je contrôlais la pression et la température des moteurs, fonctionnant à plus de 130 % de leurs capacités, je ne pouvais me permettre d’oublier de tels paramètres.
    Mon décollage avait tellement était soudain que je laissais loin derrière moi les chasseurs. A une telle vitesse, la navette subissait d’effroyables vibrations, craignant de la disloquer, je décidais d’arrêter la surpuissance envoyée aux moteurs pour mieux la répartir entre les systèmes d’armes, de propulsions et les boucliers. J’avais pour l’instant réussi à distancer les chasseurs, ils étaient encore en train d’effectuer leurs manœuvres de retournement.
    C’est alors qu’une main s’abattit sur mon épaule.
    - Il fallait leur donner du temps, ils étaient presque sur nous …
    - Et pendant ce temps, on organisait un barbecue dans la navette entre nous, on avait plus le temps, il fallait décoller, j’ai attendu au maximum.
    - Mais vous n’avez pas attendu assez longtemps.
    - Occupez vous des tourelles de défense au lieu de parler, et que quelqu’un m’assiste en tant que copilote, ça va bientôt sérieusement secouer.
    - D’accord mais il va falloir que vous expliquiez votre geste une fois qu’on sera sorti du système.
    Je l’entendis ensuite assigné à ses compagnons divers postes pour ils sortirent de la cabine pour s’occuper des tourelles.
    Avec l’altitude, ma vitesse était en constante augmentation bien qu’ayant diminué la puissance, à moins de cinq kilomètres derrière les chasseurs étaient eux en train de me rattraper, j’activais les boucliers arrière en tentant la bras en arrière quand une personne entra dans la cabine et me fit comprendre qu’elle s’occupait des boucliers. Dans nos six heures, trois chasseurs s’approchaient et commencèrent à faire feu dès qu’ils furent à porter. Leurs premiers tires passèrent bien à cotés mais cela changerait avec la distance. Nous étions déjà dans la haute atmosphère, je compris alors que les chasseurs attendaient l’espace pour me tomber dessus. Il était en effet beaucoup plus simple de mener un combat quand la gravité et les autres frottements atmosphériques ne gênaient pas les manœuvres.
    Si il voulait jouer ce jeu là, on allait bien jouer, au fil de ma montée, j’abaissa la puissance des moteurs à 70 % du nominal par échelon de 0.5 %. Les jeux étaient faits. On était en orbite, devant moi, les deux corvettes formaient un barrage dont je ne pouvais encore franchir les portes. Derrière moi, les chasseurs se déployaient par binôme. La bataille s’enclencha, entre les tirs lasers, j’effectuais des tonneaux de vrilles, j’indiquais à ma copilote les directives concernant les niveaux à mettre au divers boucliers. Je constatais aussi que les Jedis dans les tourelles gênaient énormément les manœuvres des chasseurs.
    Malheureusement, ils n’avaient que peu de chance de faire mouche, les tourelles de la navette étaient prévues pour détruire des cibles à terre et non pas de rapide chasseurs. Autour de nous le piège était encore en train de se refermer, les corvettes étaient maintenant droits devant à moins de 30 kilomètres, un seul coup au but de la part de leurs turbo lasers et sans serait fini de nous.
    N’ayant plus le choix, je me résolus à me laisser guider par la force, les yeux fermés, je contrôlais les commandes du vaisseau, je ressentais ou allait tomber le prochain tir et j’effectuais à l’avance la manœuvre d’évitement. Durant quelques minutes je fus dans un état second.
    J’activais enfin la propulsion hyperspatiale dès que l’on sortit de la zone de perturbation de la planète. Derrière moi, je ressentais la présence des Jedi.

    jeudi 16 décembre 2004 - 19:07 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Télé & Ciné

Sur Disney+

The Mandalorian Saison #2

Le Mandalorien et l'Enfant continuent leur périple à travers une dangereuse galaxie. Retrouvez l'intégrale des saisons 1 et 2 sur Disney+...


Star Wars au ciné

Rogue Squadron

Rogue Squadron se déroulera dans le futur de la galaxie et suivra une nouvelle génération de pilotes spatiaux qui gagneront leurs insignes et risqueront leurs vies. Rendez-vous en 2023...


A venir sur Disney+

The Book of Boba Fett

Décembre 2021 - La série sera produite par les têtes pensantes de "The Mandalorian" à savoir Jon Favreau, Dave Filoni et Robert Rodriguez (réalisateur de l'épisode "La Tragédie"). Côté casting on retrouvera sans surprise Temuera Morrison et Ming-Na Wen.

The Mandalorian S3

2021/2022 - La série de Jon Favreau & Dave Filoni revient pour une saison 3 afin de suivre les aventures de Mando et Grogu.

Rangers of The Republic

Star Wars "Rangers of the Republic" se déroulera durant la chronologie de Mandalorian et sera réalisée par Dave Filoni et Jon Favreau.

Ahsoka

Une des séries les plus attendues par la communauté est centrée sur Ahsoka Tano et sera également produite par Dave Filoni et Jon Favreau.

The Bad Watch

2021 - The Bad Batch est la prochaine série animée de Star Wars, celle-ci nous replongera dans la Guerre des Clones avec l'équipe du Bad Batch.

Visions

2021 - Visions sera une série de courts métrages d'animation dirigée par les meilleurs réalisateurs japonais.

Andor

2022 - La série mettant en avant le héros de l'Alliance Rebelle : Cassian Andor. D'après Diego Luna, l’interprète du héros principal, la série a déjà commencé son tournage à Londres.

Obi-Wan Kenobi

2022 - Le retour d'Hayden Christensen (Anakin Skywalker) dans son rôle de Dark Vador (La Revanche des Sith) aux côtés d'Ewan McGregor.

Lando

Une série réalisée par Justin Simien qui est un grand fan de Star Wars.

The Acolyte

The Acolyte sera une série thriller mystérieux se déroulant dans la Haute République.

Discord

Discutons :)

356 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

06 nov. 2021 - 07 nov. 2021

Star Wars Celebration 2022

18 août 2022 - 21 août 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2021 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide