Pouvoirs de la Force saison 6 (page 10)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7125 Crédits

    Alors que Kinsa allait donner son verdict, une femme tout de blanc vêtue manifesta sa présence. J'appris qu'il s'agissait d'une certaine Maître Padmée Naberry, dorénavant, Maître Brûle. Apparemment, elle remplacerait Aynor lorsque celle-ci serait absente. Ce qui ne tarda pas : la Jedi commença immédiatement par corriger Zokuron en l'invitant à réfléchir sur notre combat. Puis, ce fut mon tour.

    L'émotion... décidément, ce point n'était vraiment pas mon fort. Et une fois de plus, elles me mettaient en difficulté. J'avais conscience qu'il s'agissait là d'un problème épineux, mais quand même ! Enfin bon, peut-être qu'avec le temps, les désavantages s'estomperont. Quant à mon instinct, j'avouai que dans mes débuts, j'étais moins à son écoute ; et j'étais heureuse de constater que les choses avaient évolué, depuis.

    Pad : Je valide ton sens du danger, padawan Zadyssa. Des questions ?

    Ravie à l'idée que mon exercice soit validé, j'adressai un grand sourire à Kinsa avant de me rappeler que la Jedi m'avait demandé si j'avais des questions. Me rappelant mentalement toutes les corrections dont elle m'avait gratifiée, je tiltai sur un point.

    Moi : Oui.

    Je fis pause un instant pour bien cerner ma question puis la lui annonçai :

    Moi : Comment est-ce que je peux deviner quelle est la nature du danger ?
    Pad : Comment as-tu deviné que Kinsa te tirait dessus, au début ?

    Prenant le temps de me remémorer le combat, je mis un certain temps avant de lui répondre, quelque peu déconcertée par sa manie de me poser une nouvelle question à chaque fois que je répondais ou faisais de même. D'un autre côté... j'avouai que cela pouvait rendre la chose plus intéressante.

    Moi : Eh bien... j'avais déjà expérimenté le sens du danger avec les drones, alors... une sorte de mémoire sensitive ?
    Pad : Non ! Le Sens du Danger, Zadyssa, toujours le Sens du Danger ! Si tu as été surprise, c'est uniquement parce que c'est la première fois que tu l'utilises.  Au fur et à mesure, tu prendras l'habitude et il s'aiguisera en même temps que ce dernier. Là, tu pourras saisir la nature des attaques pour trouver les meilleurs parades.

    J'acquiesçai, pensive. Je m'étais attendue à une réponse de ce type, mais... j'avouai que je me demandais toujours si en cas de combat, je serai capable de deviner tout ceci...

    Pad : D'autres questions ?
    Moi : Non, merci.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le samedi 17 juin 2017 - 20:46

    dimanche 11 juin 2017 - 19:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    La padawan Zadyssa semble se poser de nombreuses questions et c’est tant mieux. C’est ainsi qu’elle cherchera à s’améliorer. Padmée note dans un coin de sa mémoire, qu’elle reviendra vers Zadyssa pour approfondir la discussion sur la maîtrise des émotions. 

    C’est à ce moment précis, que la maître Jedi inspire profondément et se plonge encore un instant dans la Force. Fermant les yeux, elle laisse coller en elle toutes la nostalgie de son jeune temps. Pour les padawans et Kinsa, Pad expire doucement par la bouche, jusqu’à creusé son ventre. 

    Pour Pad, le fait que cette jeune humaine soit émotionnelle et que elle soit empathique, cela l’affecte. Tout maître Jedi qu’elle est, a toujours eu des difficultés à maîtriser ses émotions. Ce n’est qu’en se coupant de l’Ordre Jedi pendant vingt ans, qu’elle était parvenue à trouver la technique lui permettant de paraître sereine en tout temps.

    Le flot de nostalgie l’inonde, et elle laisse les images de Zadyssa et de la jeune padawan, chevalier et maître Padmée qu’elle fut, se superposée. Puis, mentalement et à la vitesse de la pensée, Padmée sépare les images de la padawan de celles de ses propres souvenirs.

    Lorsque le tri est fait, Padmée respire normalement et ouvre les yeux. 

    Kinsa inquiète – Allez vous bien ?
    Pad regarde son interlocutrice – Oui, merci de ta sollicitude Kinsa. [Regardant Zadyssa] Ce que je viens de faire, Zadyssa, s’appel « laisser couler l’émotion ». Cela m’a pris des années à l’apprendre et maîtriser cette discipline. Si tu veux, et avec la permission de ton maître, je peux te l’apprendre. Cela t’aidera à gérer l’émotion, mais cela sera pour une autre fois, dans un autre lieu. 

    Zadyssa n’osa pas répondre, mais elle fut très intéresser par la proposition de la Maître. Zokuron semblait tout aussi intrigué et intéresser, mais il est trop poli pour demander. Pourtant, lorsque Maître Brûle pose les yeux sur lui, elle acquiesce. Plus de doute, lui aussi pourra profiter de cette discussion sur l’émotion, mais pas maintenant, pas ici, pas maintenant. 

    Maître Brûle reporte son regard sur Kinsa. L’heure est venue pour la Madalorien/Jedi d’avoir son flot de commentaire de la part de la maître. Elle se replace bien en face de la Chevalier, tout en restant assise et semble comme ajustée sa canne afin qu’elle soit bien en place, juste entre elles deux. 

    Pad – A votre tour, Chevalier !
    Kinsa – Oui, maître Pad. 
    Pad – Si pour votre intervention dans l’entrainement des padawans, je n’ai rien ressenti que vous vouliez améliorer ou perfectionner. Mais, je vous ai senti bien amusée. Me tromperai-je ?
    Kinsa – Non, maître. J’ai apprécié les surprendre par l’invisibilité. 
    Pad – Maître Cenovii, je sens en toi. Combat, armure, espièglerie même. Oui, oui, il t’a fort bien former…
    Kinsa – Merci, mais je ne suis pas certaine qu’il était espiègle. 
    Pad lui faisant de grand yeux car elle l’avait coupé au milieu d’une phrase - …pour une Mandalorien/ Jedi. [Elle lui sourie] Aah, Kinsa ! Ceno pouvait être espiègle… à sa manière.[Elle penche la tête d’un côté puis de l’autre pour accentuée ses dires]. C’était un fervent participant à cette classe, quasi autant que maître Aynor, je l’ai souvent vu s’entraîner. 

    Maître Brûle venait de tester le chevalier d’un point de vue émotionnel tout en feintant la nostalgie. Et Padmée ressenti l’émoie en Kinsa. Le fait qu’elle soit fière de son héritage, de l’enseignement de son maître sont émotionnellement en contre balance avec l’absence de celui-ci en ces lieux. Pire ! Il était tombé du côté obscur. Padmée prix une décision qui est la suite logique pour elle, mais semble pour les autres qu’elle change de sujet. 

    Pad – Bien bien bien… mon âge me joue des tours et je m’égards… Rendez-vous pour celui que cela intéresse, et faites passée le message, en salle de « complétez votre formation Jedi », j’y donnerai un cours sur les émotions si j’ai au minimum quatre inscriptions. Mais pour l’heure, revenons à toi Kinsa. Je suis heureuse de voir ta maîtrise du combat. C’était ingénieux d’avoir placer les padawans dans cette difficulté. Je n’ai rien à redire. 
    Kinsa – Merci maître et je passerai le mot pour votre cours. Puis-je vous demandé ce que vous pensez dans mon entrainement « armement » ?
    Pad – Oh, mais très certainement. Dis-moi comment cela c’est déroulée ?

    Kinsa commence à décrire en détaille son entrainement. Les padawans semblaient très curieux. Comme Kinsa ne leur demanda pas de partir, Padmée décida qu’ils pouvaient profiter des commentaires. 

    Pad – Fort bien, je vois. Peux-tu me refaire la démonstration ?

    Kinsa va chercher un bâton et recommence à peu de chose prêt le même exercice avec les mêmes difficultés et la même façon de parer au pouvoir de l’armement. 

    Pad fut concentré sur Kinsa tout au long de l’exercice. Enfin lorsqu’elle eu fini, Padmée lui demande le bâton. Kinsa le lui donne, et Pad se redresse de toute sa grandeur. Gardant sa main droite posée sur sa canne, la maître Jedi sous-pèse le bâton de la main gauche. Puis, elle le place sur son index en parfait équilibre. 

    Pad – Quoi vois-tu Chevalier ?
    Kinsa garde un court instant le silence, cherchant la bonne réponse. 
    Kinsa – Mon bâton sur votre doigt… en équilibre ?
    Pad – Exactement ! C’est le mot juste, Chevalier Kinsa. L’équilibre ! 
    Kinsa – Pardon maître Pad, mais qu’elle rapport avec l’armement ?
    Pad – Ton départ pour atteindre ce pouvoir, fut excellent et digne du rang d’un maître. Ta volonté et ta concentration dans l’armement, fut maîtrisé comme un chevalier. Et puis…tu as voulu faire rentrer la Force dans le bâton, mais tu l’as exigé en quelques sortes, et … raté !

    Zadyssa du se retenir de rire car Padmée avait prix des expressions de gamine. Sur le visage ridé de la maître c’était très rigolo. Kinsa jeta un œil réprobateur à sa padawan qui se reprit et resta sérieuse. Zokuron était plus tôt interrogateur, il réalise que ce maître n’est pas tout à fait comme les autres, elle enseigne de façon différente. L’attention de Kinsa revenu sur Pad est clairement un peu déçue d’elle-même, mais elle s’y attendait. Pad laisse le bâton glissé dans sa main gauche. Elle le tient à la verticale en parallèle avec sa canne. 

    Kinsa – C’est comme si la Force me résistait ! C’est comme quand j’essaie de rattraper des gouttes d'eau et qu'elles me filent entre les doigts.
    Pad – Je te comprends Kinsa. Pour parvenir à maîtriser l’armement, tu canalises l’énergie à l’intérieur du bâton. Tout est dans le processus de canalisation de la Force. Canaliser ce n’est pas forcer. Tu as appris énormément Chevalier, mais beaucoup en action, en force, en combat… Aujourd’hui, afin de progressé, il te faut apprendre la délicatesse, la souplesse, la douceur… Lorsque tu trouveras ton équilibre au milieu de ces « oxymores », tu trouveras la maîtrise de l’armement. 

    Pad se tue et se rassie doucement tout en déposant le bâton sur le sol. Elle laisse le temps à Kinsa d’assimilée ses paroles. 

    Pad – Comprends que c’est pour toi progressé que je ne valide pas pour l’instant ton entrainement. Je suis beaucoup plus exigeante avec les Chevaliers qu’avec les padawans. Et encore plus avec les Maître ! D’ailleurs seule Aynor me supporte encore, lol. 

    Maître Brûle voulu finir avec une note d’humour, bien que ce n’était pas si loin de la réalité. 

    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Zad >> Attention: en relisant mon poste et les définitions des mots, j'ai réalisé que j'ai confondu le mot "instinct" et " intuition". Je vous présente mes excuses. Voilà, en autre pourquoi je te demande de modifié ton message. Promis, je serais plus vigilante la prochaine fois. Merci d'avance.

    Kinsa >> Libre à toi de répondre et clôturer. 

    Zokuron >> Ok, libre d'occupation, lol. 

    Comme vous l'avez compris, je vais modifié le sommaire du topic "Complétez votre formation Jedi". Ce ne sera pas un holocrom mais bien Pad qui s'occupe de cette classe. 

    Cours sur les émotions >> Prochainement, dans "Complétez votre formation Jedi".  A condition qu'il y a quatre inscription. 


    Ce message a été modifié par Padme111 le mercredi 14 juin 2017 - 23:42
    Ce message a été modifié par Padme111 le jeudi 15 juin 2017 - 00:37

    mercredi 14 juin 2017 - 23:08 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10877 Crédits Modo

    J'avais demandé à Pad de me donner son avis sur mon entraînement à l'armement, car je n'étais pas sûre d'avoir bien fait. Bien m'en prit : je reçus des précieux conseils de sa part. Mais l'exercice ne fut pas validée.

    Pad : Comprends que c’est pour toi progresser que je ne valide pas pour l’instant ton entrainement. Je suis beaucoup plus exigeante avec les Chevaliers qu’avec les padawans. Et encore plus avec les Maîtres ! D’ailleurs seule Aynor me supporte encore.

    Elle appuya ses dernières phrases d'un sourire, et je répondis :

    Moi : Un bon maître ne valide pas ce qui ne doit pas être validé. Je comprends...et merci de vos conseils.

    Si j'étais encore padawan, j'aurais été frustrée, mais depuis j'avais évolué, en mieux. Je ne ressentais plus rien de tel, seulement une immense envie de faire mieux, de me dépasser. Cet entraînement était un défi et j'aimais les défis. Zadyssa et Zokuron sortirent de la salle, nous laissant seules, Pad et moi. Je me mis en position de méditation, comme l'autre fois.

    Je laissai couler la Force en moi, ma respiration régulière. Inspirer, expirer. Et recommencer. Cette simple action inconsciente qui nous maintenait en vie. Le plaisir de ne penser à rien, de se laisser simplement porter. En ces moments-là, tout semblait possible. Mon esprit, vide, semblait s'épanouir dans le silence. Le vide, source de sérénité. Chaque inspiration et expiration me plongeaient peu à peu dans un état qui, même s'il m'était à présent familier, semblait toujours aussi magique et nouveau. Juste...sentir la Force autour de soi, et ne rien faire. Le laisser couler. Jamais je n'étais aussi heureuse qu'en méditant. Pour réussir cet exercice, il fallait obtenir le lâcher-prise total. Je relâchai chacun de mes muscles, bloquai tous mes sens. Il y avait juste moi. Moi et la Force.

    La Force était là, il suffisait juste de la sentir... Elle s'harmonisait avec les battements de mon coeur, les faisait résonner dans tout mon être dans des sortes de vagues par lesquelles je me laissai doucement porter.

    Puis, au bout d'un temps indéterminé, j'ouvris les yeux et revins dans le monde réel, mais toujours avec la Force qui affluait en moi. J'attirai à moi le bâton qui devait me servir à cet entraînement.

    Tu as appris énormément Chevalier, mais beaucoup en action, en force, en combat… Aujourd’hui, afin de progresser, il te faut apprendre la délicatesse, la souplesse, la douceur… Lorsque tu trouveras ton équilibre au milieu de ces « oxymores », tu trouveras la maîtrise de l’armement.

    En me remémorant ces paroles, un léger sourire se dessina sur mon visage. Il était vrai que le combat était un des axes principaux de mon entraînement, car il m'était plus qu'utile dans ma fonction de Gardienne. J'avais peut-être négligé ainsi l'apprentissage du lâcher prise, de l'influence délicate. Se focaliser sur le contrôle, très important au demeurant, m'avait empêché de m'intéresser à son contraire. La Force n'était pas seulement contrôle : elle était aussi et surtout instinct.

    Je laissai courir mes doigts sur les veines du bois du bâton, retenant chaque fibre, chaque rayure ou creux occasionnés par des chocs lors des entraînements au sabre. Puis, sans forcer, je laissai la Force s'infiltrer à l'intérieur. Je ressentais parfaitement son omniprésence et sa puissance ; je sentais aussi qu'elle était difficile à maîtriser. Alors, au lieu de tenter de la conduire de manière brute, je la laissai couler. Encore et encore, jusqu'à trouver un équilibre parfait entre sa volonté et la mienne. Le point d'équilibre parfait entre une Jedi et la Force. Pas l'une forçait l'autre. Étais-ce cela, de canaliser la Force ?

    Exactement ! C’est le mot juste, Chevalier Kinsa. L’équilibre ! Lorsque tu trouveras ton équilibre au milieu de ces « oxymores », tu trouveras la maîtrise de l’armement.


    La Force passait en moi, et de moi, elle passait dans le bâton. Je fermai les yeux et la laissai envahir le bâton, peu à peu. Cette fois, pas besoin de faire d'efforts. C'était devenu tellement naturel que j'en étais presque surprise. Au bout d'une petite minute, je considérai que le bâton était suffisamment renforcé et je stoppai avec douceur l'afflux de Force. J'ouvris à nouveau les yeux et pris mon sabre laser dans l'autre main, tout en maintenant la Force à l'intérieur du bâton. Pas besoin de beaucoup la retenir : elle y était juste présente de manière un peu plus concentrée.

    La lame de mon sabre surgit et, après avoir pris une profonde inspiration, je m'apprêtai à l'entrechoquer avec le bâton. Mais...au dernier moment, je fus prise d'un doute. Avais-je bien procédé ? Je chassai ce doute de moi. Si j'avais mal fait, j'allais le savoir très rapidement.

    Le bâton ne fut pas découpé net comme on aurait pu s'y attendre : la lame de mon sabre rebondit. Ravie, je me tournai vers Pad.

    lundi 19 juin 2017 - 20:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    Correction de l'Entrainement d'Armement pour Kinsa. 

    La dame en blanc est toujours debout face à Kinsa lorsque la Chevalier se concentre dans la Force afin de recommencer son entrainement de l’Armement. Padmée Brûle ferme les yeux à son tour et laisse la Force couler en elle au point se synchronisée sa respiration avec celle de Kinsa. 

    Entrainement Sentir la Force

    A travers la Force, Padmée se sent revivre et c’est avec plaisir qu’elle s’épanouit dans la sérénité de son esprit. Cette sensation si familière lui avait fortement manqué durant les vingt années où la Force fut déchirée. Enfin en paix avec elle-même, la Maître Jedi écoute son moi intérieur et peut reconnaître l’empreinte de la Force en elle. 

    Entrainement Sens de la vie

    Confiante en elle et en la Force, Maître Brûle étend son champs de perception tout autour d’elle. Ainsi, Padmée ressent l’aura, la présence devant elle. C’est la première fois qu’elle parvient à associer l’empreinte de Kinsa dans la Force. Il ne devait y avoir personne d’autre dans la pièce et afin de s’en assurée, elle étant encore son champs de perception jusqu’à toucher chacun des quatre murs pour enfin revenir se concentrée sur le Chevalier Talik. 

    Là, restant concentrée sur son élève, Maître Brûle perçoit nettement l’exercice de Kinsa. Concentrée et mettant en application tous les conseils qu’elle lui avait donné quelque minutes plus tôt, la Chevalier parvient à canaliser la Force et la placer dans le bois. Bientôt, Kinsa s’apprête à saisir son Sabre Laser. 

    Entrainement à l’Armement

    Maître Brûle se concentre sur elle-même et dans la Force une fraction de seconde pour la canalisée dans sa précieuse canne dont elle connait les moindres moulures, les moindres fibres pour s’être tant et tant essayée à cette exercice pendant plusieurs années où la Force était si peu accessible. Aujourd’hui, canaliser la Force et l’intérieur de 90 cm de bois. Padmée s’imagine voir la Force comme un flux pénétrant le bois, les fibres, les nœuds, les courbes dessinant chacun des animaux : Rancor, Nexu, Acklay, Bantha ; Eopie, Mynock, Reek, Scurrier, Tauntaun,Terentatek, Vornskr, Ysalamiri, Wampa, Varactyl et ce qui sert de crosse son si précieux Thernbee. Lorsque Maître Brûle se reconcentre sur Kinsa, elle ne relâche pas l’armement sur sa canne. 

    Entrainement sens du Danger 

    Toujours les yeux fermés, Padmée écoute la Force et le lien qui l’unit à Kinsa, à son bâton, à la volonté du Chevalier Talik ayant activée son sabre laser. La Maître ne ressent aucune empreinte du côté obscur, mais que du contraire, l’élève est appliquée et en total confiance dans la Force. 

    Padmée reste concentrée à la fois pour maintenir l’armement dans sa canne et pour garder le sens du Danger en éveil. Elle attend le moment précis où Kinsa retourne son visage et attention sur Padmée afin de connaitre son avis sur son entrainement pour agir. 

    Surprise: Entrainement à l'Armement

    Kinsa se retourne vers Pad et contre toute attende, la veuille femme tenant à deux mains sa canne, la soulève d’à peine deux cm pour ensuite faire un mouvement brutale de balancier vers Kinsa qui par réflexe se place en garde avec son sabre laser. Sans un mot, Padmée, s’abandonne entièrement à la Force, tourne sur elle-même puis pose le pied de sa canne sur le bâton au sol, il se brise. La Maître n’en reste pas là et gardant les yeux fermés, elle vient menacer Kinsa de sa canne comme si c’était un sabre laser. La lame bleue vient à la rencontre la canne de Padmée. La surprise et la douleur dans le bras oblige Kinsa n’enlève rien aux réflexes du Chevalier. La lame bleue est toujours en opposition à la canne. Talik recule d’un pas, stupéfaite. Padmée a toujours les yeux fermées et pousse sa canne vers la droite, ce qui oblige la lame bleue de redescendre vers le sol. Padmée fait deux figures de base avec sa canne comme si c’était un sabre laser. Par réflexe, Kinsa réagit comme s’il s’agissait d’une vraie attaque. Alors que le chevalier se prête au jeu et va attaquée, Padmée se place face à elle les bras tendu en croix, tenant toujours sa canne de la main droite. Kinsa qui avançait lame en avant à juste le temps de s’arrêtée. La lame bleue est maintenant sous la gorge de Padmée, elle ouvre les yeux. 

    Pad – Félicitation pour tes réflexes Chevalier Talik. Je te remercie pour m’avoir permis de me dégourdir dans la Force, ce fut rafraîchissant. 
    Kinsa – J’ai manqué de ne pas pouvoir m’arrêtée, j’aurai pu vous blessée ou vous…
    Pad – Tué ? Non, tu as été trop bien formée. J’ai confiance en toi, chevalier Talik. Tu apprends vite. Tu écoutes les conseils. Tu as les excellents réflexes dignes des Mandaloriens et tu as réussi ton entrainement d’Armement. 
    Kinsa – C’est validée ?
    Pad – C’est précisément ce que je viens de dire. Je dirai même plus, c'était parfait.  Arg…

    La maître semble montrée des traces de douleurs sur le visage. La Chevalier s’avance vers la maître. 

    Kinsa – Maître ?

    Pad place la main gauche vers Kinsa, paume en avant et refuse son aide. La dame en blanc replace la canne au sol et s’appuie dessus de ton son poumon droit. 

    Pad – les efforts physiques,... [essouflée] je dois évitée, mais ça va. Kof 
    Vyvacy sortant de nul par – Les exploits physiques te sont interdits ! 
    Pad – Aïe,... papa est fâché. Kof Laisse-nous Kinsa. 
    Kinsa – Mais… vous allez bien ?
    Vyvacy à l’attention de Kinsa – Oui, Pad va toujours bien, sauf quand elle dépasse ses limites. Tu sais, Kinsa, le truc que ma chère et tendre pense ne pas avoir! Elle a seulement un poumon réduit donc les exercices physiques lui sont interdits…
    Pad – Vycy ! Kof
    Vyvacy – Fallait pas faire d’acrobatie !

    Ce message a été modifié par Padme111 le jeudi 22 juin 2017 - 18:34

    mercredi 21 juin 2017 - 20:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Tutamini: Dissiper l'énergie.


    L'énergie....quel vaste sujet que celui-ci. Il intrigue Zokuron, qui n'est guère familier avec, mais qui se sait entouré par elle. Pas seulement au sens "forceux" du terme, d'ailleurs. Les armes, les équipements, les machines, les objets du quotidien....tout fonctionne avec de l'énergie dans cette galaxie civilisée.

    Son premier réflexe est de se rendre aux terminaux holonets ainsi qu'aux archives. Là, il fouille toute information relative à l'énergie, à son fonctionnement et à son emploi. Bien vite, il est surchargé de pages à lire tant le sujet est étendu. Il se retrouve à lire des traités de physique parlant d'énergie cinétique, thermodynamique, électromagnétique et bien d'autres encore. Il lit aussi de nombreux articles décrivant des inventions toujours plus efficaces pour capter l'énergie solaire, marine et éolienne. Inventions servant elles-mêmes à transformer l'énergie qu'elles captent en une unique énergie exploitée: l'électricité. Une autre de ses lectures explique différents régimes alimentaires ainsi que la manière de contrôler l'énergie que l'on mange pour éviter de prendre du poids. Un autre article, plus macabre, parle d'une explosion dans une usine sur Cato Nemoidia, traitant de l'incroyable énergie exponentielle déployée suite au mélange malencontreux de plusieurs produits chimiques par des droïdes.

    Finalement, Zokuron passe sa journée et sa soirée à faire le rat de bibliothèque. Il commence à cerner comment fonctionnent les différents phénomènes énergétiques, indépendamment les uns des autres. Il lui manque cependant le lien qui les unie toutes. Entre de la lumière, de la chaleur, de la combustion, du mouvement, de l'électricité et bien d'autres encore, il n'arrive pas à saisir ce qui les regroupe sous le même terme.

    Le lendemain, il discute avec des jedi qu'il croise au sujet de ce lien manquant. Finalement, il est orienté par maître Brule qui l'incite à poursuivre ses recherches, mais sur les molécules et les atomes cette fois. Le padawan retourne donc aux archives. Il se rappelle avoir déjà lu des choses sur les molécules, quand il était sur Mirial. Des espèces de fragments fondamentaux qui s'associent et se divisent pour créer la matière sous toutes ses formes.

    Après plusieurs nouvelles heures de lecture, la curiosité de Zokuron est piquée par les électrons. Ils sont à l'atome l'équivalent des planètes pour un système solaire, ils tournent autour du noyau de l'atome sans jamais s'arrêter. Mais contrairement aux planètes, la vitesse et l'orbite des électrons peut varier très vite. Cela dépend de la quantité d'énergie qu'ils ont.

    Le temps s'arrête subitement pour le jeune togruta. Il est complètement absorbé par le fonctionnement des électrons, qu'il trouve très stimulant et émulatoire. Après une paire d'heures supplémentaires,rnil fait finalement une pause où il prend le temps de récapituler correctement ce qu'il a lu, gribouillant des schémas en même temps.

    Zokuron: Alors...d'abord, il y a l'état fondamental....c'est l'état où l'énergie est la plus basse et la plus stable dans un atome. Les électrons tournent lentement et "près" du noyau. Quand l'atome reçoit de l'énergie, les électrons....s'excitent, c'est ça...."s'ex-citent". Quel mot bizarre pour qualifier ces choses.... Donc, quand ils reçoivent de l'énergie, ils bougent plus vite... et orbitent plus loin du noyau. Leur lien avec le noyau s'affaiblit...et ils peuvent même s'arracher...avec beaucoup d'énergie. Sachant que chaque atome cherche à retrouver un état... le plus stable possible, l'énergie est invariablement évacuée... à un moment ou un autre. Si l'atome n'est pas à nouveau alimenté, il revient à son état d'excitation précédent... et ce jusqu'à ce qu'il retrouve son état fondamental.

    Il s'arrête de parler à lui-même quelques instants, le temps de finir son dernier croquis. Puis il reprend:

    Zokuron: Dans tous les cas...l'énergie libérée par l'atome se transforme une fois relâchée. Ca peut être de la lumière, de la chaleur, du mouvement ou plusieurs en même temps. Se réferrer à..."photon", "rayonnement" et..."ondes".

    Zokuron observe ses dessins et ses notes quelques secondes. Il ne se sent pas très avancé, mais au moins il a le lien qu'il cherchait. Toute énergie utilisée par un organisme, une matière ou une entité se transforme invariablement en lumière, chaleur et/ou mouvement.

    Mais le véritable problème arrive maintenant. Il doit dissiper les énergies. Les faire disparaître, les disperser, les amoindrir jusqu'au stade du négligeable. Pour cela, le premier bon point que note le padawan est que l'énergie tend à disparaître d'elle-même. D'atome en atome, l'énergie qu'ils se transmettent est à chaque fois moins grande. Son action devra donc consister à accélérer le processus de perte d'énergie. Mais voilà le problème: comment faire ? Comment faire pour qu'un objet perde son énergie de lui-même, sans lui appliquer une autre énergie en résistance ? Après tout, la chute d'un objet peut être freinée par la télékinésie, mais ce n'est pas la même chose que de vider l'objet de son énergie d'un simple contact.

    Là, il bloque une nouvelle fois. Étant donné qu'il a raté le déjeuner et qu'il s'estime enfermé depuis trop longtemps, il quitte les archives, emportant ses affaires et rangeant la feuille à croquis ainsi que son stylo dans une poche. Il part à la recherche de maître Brule pour lui faire part de l'avancée de ses recherches.

    Un petit quart d'heure plus tard....

    Padmée: Re-bonjour, padawan Ta'a. As-tu trouvé la réponse à ta question ?

    Zokuron: Re-bonjour, maître Brule. Oui, j'ai trouvé, merci de votre aide. Mais...

    Padmée: Mais...?

    Zokuron fait un grand sourire, puis répond:

    Zokuron: J'ai encore besoin de votre aide, pour l'étape suivante. La dissipation en elle-même, en fait. Je ne vois pas comment faire.

    Padmée: Qu'est-ce qui te bloque, dis moi ?

    Zokuron: Eh bien...De ce que j'ai compris, l'énergie tend à disparaître d'elle-même si elle n'est pas entretenue. Et c'est déjà la manière la plus efficace qui soit pour qu'elle se dissipe, la laisser se dissiper d'elle-même. Si quelqu'un veut accélérer le processus de perte, le seul moyen découvert à ce jour est d'opposer une autre énergie pour faire résistance. Mais de ce que j'ai compris, ce n'est pas le but de l'exercice que je fais...

    Padmée: Effectivement, ce n'est pas le but. Et oui, effectivement, la dissipation naturelle de l'énergie est déjà ce qui se fait de plus efficace. Surtout que, d'habitude, on cherche plutôt à la conserver pour l'utiliser ensuite. Je crois que certains laboratoires ont réussi, dans certaines conditions bien précises, à forcer des atomes à perdre leur énergie pour fabriquer de la lumière, mais ce sont des cas trop limités....

    La maître se ressaisit subitement, sentant qu'elle a un peu trop suivi ses pensées au risque de bientôt devenir hors sujet.

    Padmée: Néanmoins, tu oublies une chose dans ton résonnement....

    Zokuron: Laquelle ?

    Padmée: La transmission ! C'est par la transmission de l'énergie, que l'énergie diminue. Car à chaque...

    Zokuron: ...chaque transfert, l'énergie transmise est de moins en moins grande. C'est ce qui crée le rayonnement à l'échelle microscopique et les ondes à notre échelle.

    Padmée: C'est ça. Donc, pour dissiper efficacement une énergie, il te faut quelque chose qui soit capable d'arrêter les ondes, le rayonnement et le mouvement.

    Zokuron: Oui, c'est ça...une idée ?

    Padmée: Bien sûr, mais ce sera plus amusant si tu la devines. Suis-moi.

    La maître conduit Zokuron à travers le temple en direction de l'armurerie. Là, elle saisit un gros objet métallique de forme conique ainsi qu'un pistolet blaster, charge Zokuron de leur transport, et ressort d'un pas tout aussi décidé. Les deux jedi s'installent ensuite dans un endroit calme et ouvert, un peu à l'écart des zones de passage, et procèdent à l'installation du matériel. Le plus gros objet est posé directement au sol tandis que le pistolet blaster est récupéré par la maître.

    Padmée: Voici ce qu'on appelle un générateur de bouclier déflecteur portatif. Il protège de la plupart des attaques énergétiques, comme les blasters. Son fonctionnement est un peu contraire à ton exercice, mais il y a quand même des aspects qui pourront t'aider.  

    En quelques mouvements de main dans le vide, Padmée allume l'appareil. Aussitôt, un épais rayon d'énergie s'en échappe lentement, en direction du ciel. Après avoir prit quelques mètres de hauteur,rnle rayon redescend en cascade, formant une bulle.

    Padmée: Tu sais qu'une décharge blaster est composée d'énergie pure ? Ca te dit de voir comment de l'énergie pure se comporte dans différents milieux ?

    Alors que d'anciens souvenirs remontent en lui en voyant l'arme ainsi levée, Zokuron hoche de la tête en signe d'accord.

    Padmée: Premier milieu, l'air ! L'air est formé de particules légères et sans lien entre elles. Elles se promènent librement, sans structure. La transmission d'énergie est faible.

    Padmée déclenche une salve qui fuse dans le ciel. Très rapide, le rayon disparaît dans le lointain quelques secondes après son émission.

    Padmée: Comme tu le vois, la décharge va loin et reste quasi intacte sur une longue période. Il y a quand même une petite dissipation qui se fait, mais elle est infime. Ensuite...

    La maître abaisse le bras, visant le sol.

    Padmée: Ensuite on a le milieu opposé à l'air. Les particules sont plus lourdes, plus structurées et liées entre elles. Regarde...

    Une nouvelle salve est tirée, aussitôt bloquée par la terre. Un flash est émit peu avant que l'impact ne forme un petit cratère fumant, incandescent en son centre et noircit sur les bords.

    Padmée: Cette fois, l'énergie n'a pas pu aller très loin. A peine quelques millimètres dans la terre. Elle s'est donc libérée très vite, se transformant en lumière par le flash, en chaleur par la zone brûlée et en mouvement par sa détonation. Il n'y a eu que très peu de transmission dans la terre.

    Zokuron: Donc...l'air n'est pas bon parce qu'il est trop...léger, il ne permet pas de dissiper efficacement l'énergie. Et le sol ne va pas non plus, car il n'est pas capable d'absorber l'énergie en lui. Et dans d'autres milieux...comme l'eau ?

    Padmée: L'eau ressemble déjà plus à l'effet qu'on recherche. C'est un entre-deux. Dans l'eau, le rayon pénétrerait de quelques mètres, et sa chaleur serait vite évacuée par la masse autour, qui n'est pas aussi liée que celle du sol mais qui est plus dense que l'air.

    Zokuron: En fait, si je comprends bien, il faut que je crée un milieu absorbant ?

    Padmée: Oui, c'est ça. Maintenant, regarde la réaction du bouclier...

    La maître lève cette fois l'arme en direction du bouclier, déclenchant plusieurs salves successives. Le bouclier reçoit les décharges, ondulant sous les impacts mais sans fléchir.

    Padmée: Tu vois ? Le bouclier est capable d'absorber et de canaliser l'énergie en lui le temps qu'elle se perde. Par rapport à l'ensemble de son champ, l'apport d'énergie des décharges est faible et, de ce fait, il n'a presque pas été affecté.

    Zokuron: Il n'y a pas eu de lumière ni de flammes non plus.

    Padmée: Exact. Et les petites ondulations que tu as pu voir correspondent au rayonnement qui s'est propagé et rapidement estompé. Est-ce que tu sais pourquoi tout ça ?

    L'esprit de Zokuron se met aussitôt en mode recherche. Immobile quelques instants, le togruta analyse et cherche...en vain.

    Zokuron: Euh...non....

    Padmée: C'est parce qu'il est très dense, encore plus que le sol, mais ses particules ne sont pas liées entre elles, comme dans l'eau. Le milieu est donc très dense et mou. De part sa densité, la transmission de l'énergie se fait plus facilement que dans l'air autour de lui,rnet de part sa mollesse il est capable d'absorber et d'amortir l'énergie qui lui arrive dessus.

    Zokuron: Je comprends. Et avec la Force, comment je fais pour arriver à faire ça ?

    La maître à un sourire légèrement narquois avant de répondre:

    Padmée: Tu sais te servir de la télékinésie ?

    Zokuron: Oui.

    Padmée: Tant mieux ! Ce sera moins long. Mais je te préviens, ce sera bien plus compliqué que de déplacer un caillou....tu te sens prêt ?

    Zokuron: Je suis là pour ça, maître.

    Padmée: Dans ce cas, commençons ! Neuf fois sur dix, tu vas avoir à gérer deux situations. La première, c'est une attaque directe sur toi. L'énergie vient pour te frapper et tu n'as plus qu'à la dissiper. Le second cas, c'est une énergie que tu souhaites dissiper mais qui ne te prend pas pour cible directe.

    Zokuron: D'accord. On fait quoi d'abord ?

    Padmée: D'abord, je vais t'enseigner le premier cas. C'est le plus dangereux pour toi, mais heureusement c'est aussi celui qui te demandera le moins de maîtrise. Mets toi en position.

    Suite aux paroles de maître Brule, le padawan arque les jambes et fléchit les coudes, adoptant une posture qui favorise l'action.

    Padmée: Bien, maintenant concentre toi sur ta main directrice. C'est bien, les doigts détendus, ni crispés ni repliés. Tu vas devoir utiliser la télékinésie pour former une masse d'air compacte au niveau de ta paume. Pour ce faire, tu dois te concentrer sur deux choses en même temps. La première sera d'attirer les particules contenues dans l'air autour, et la seconde sera de les maintenir là où tu le souhaites. Essaie.

    Zokuron s'exécute, conformément aux dires de la maître. Il fait appel à la Force, dirigeant son halo afin d'amplifier sa présence au niveau de sa main. Cette partie est relativement facile pour le togruta, qui commence à avoir l'habitude. "Se concentrer, forcer sur sa volonté, et en même temps laisser faire". Il perçoit l'afflux d'énergie qui descend le long de son bras jusqu'à sa main, d'où elle sort par la paume et les doigts. Un faible flux continu en résulte. Curieux, Zokuron place son autre main devant, et découvre avec étonnement la présence d'un très petit courant d'air. A peine un souffle, qui serait facilement assimilable au passage inégal du vent, si seulement il y en avait. Mais sous ce soleil de plomb, dans l'ambiance figée de l'après-midi, il n'y a pas de doute possible.

    Zokuron se voit alors frappé d'un flash de lucidité. Il se rend compte qu'il comprend parfaitement le fonctionnement de son action et de ses conséquences, aussi petites soient-elles. L'énergie qu'il envoie par la Force se transforme en mouvement en quittant son corps. Ce mouvement énergise à son tour les molécules de l'air, qui se mettent à suivre cette force qui leur est imposée. Mais le léger vent qui en résulte se dissipe rapidement dans le reste de l'air, les molécules énergisées rencontrant une multitude d'autres molécules au repos. Trop pour pouvoir continuer leur mouvement. La transmission d'énergie entre le petit nombre de particules énergisées et le grand nombre de particules tranquilles épuise le vent qui finit par disparaître de lui-même.  

    En face de lui, maître Brule ne dit rien, même si sa bouche s'arque pour former un sourire satisfait. Elle voit qu'il a comprit le résonnement à suivre, dans la théorie comme dans la pratique.

    Le padawan se reprend, rangeant sa seconde main. Il referme sensiblement ses doigts, de sorte à former une sphère avec sa paume. Réflexe naturel lorsqu'on souhaite retenir quelque chose. En même temps, il se concentre mentalement pour garder l'énergie qu'il envoie dans cette sphère, plutôt que de la laisser s'échapper. Étonnement, ça marche ! Il ne ressent plus le courant d'air en passant sa main devant, mais à la place une agréable sensation de chaleur émane doucettement, en tous sens. Puis la chaleur disparait, laissant place à une zone visuellement un peu trouble. Voyant cela, la maître intervient:

    Padmée: Tu te débrouilles bien, padawan. Maintenant, laisse la Force rayonner depuis ta main. Ne la laisse pas s'échapper ! Bien...Concentre toi maintenant, imagine que tu attires tout l'air autour de toi dans ta main.

    Zokuron suit les conseils de la maître, mais avec une grimace d'effort. Il peine à laisser la Force contenue dans sa main aller et venir tout en maintenant la sphère trouble stable. Après quelques instants, un "plop" se fait entendre en même temps que la zone trouble disparait. Zokuron ressent une brève détonation due aux particules libérées, qui s'échappent en tous sens. L'air incrédule par la surprise provoquée, il lève la tête vers la maître, interrogateur.

    Padmée: Je pense que ça va prendre un moment. Viens me trouver lorsque tu auras réussi.

    Zokuron ressent une certaine frustration de ne pas recevoir d'explication ou d'indice de la part de Padmée, mais alors que celle-ci s'éloigne, il se dit qu'il doit y avoir une bonne raison à cela. Il la salue tout en la remerciant, un peu tardivement puisqu'elle est déjà tournée dos à lui.

    Le padawan retourne ensuite à son exercice. Il se rend bien vite compte que maître Brûle avait raison: réussir prendra du temps. Il commence à avoir l'habitude avec la Force, seule la répétition et l'effort finissent par donner des résultats. Pas seulement avec la Force d'ailleurs....Toujours est-il qu'il répète et s'efforce. Après une bonne demi-heure, un peu excédé, il finit par utiliser sa seconde main afin de créer une sorte de bulle perméable, un genre de filtre, autour de la zone trouble. Il parvient ainsi à mieux garder les particules, en quelque sorte prisonnières, et par à-coups il attire les particules de l'extérieur, remplissant ainsi la sphère qui se trouble à chaque fois un peu plus.

    Petit à petit, il arrive à rendre le flux de particules entrantes plus fluide et continu. Après quelques éclatements supplémentaires, dont les détonations sont nettement plus significatives que les précédentes mais sans effet préjudiciable, Zokuron se concentre davantage sur le maintien interne des particules. Il ferme les yeux, analysant ce qui se passe grâce à la "vue de Force", augmentant l'afflux de Force devant sa paume. Il s'aperçoit que la présence accrue de la Force renforce le lien entre les particules, sans pour autant les figer. Elles deviennent moins actives, et pressent de ce fait moins contre la bulle qui les retient, amoindrissant l'effort nécessaire.

    Après quelques tentatives supplémentaires pour confirmer sa maîtrise, il considère sa tâche réussie et s'en va chercher maître Brûle. Une fois qu'il l'a trouvé, il lui montre l'état de sa progression. Enthousiaste, la maître le soumet alors à un test. Elle lance un caillou par télékinésie droit sur la sphère trouble que Zokuron génère. La petite pierre pénètre la bulle sans effort, mais sa course est arrêtée nette avant qu'elle ne tombe à la verticale, retrouvant le sol. La sphère de dissipation survit à l'expérience, quoique le padawan comme la maître perçoivent une légère onde de chaleur s'échapper ainsi qu'une faible luminescence se produire.

    Padmée: C'est très basique, mais je ne m'attendais pas à te revoir si vite. Continue à t'entrainer par la suite, mais pour le moment ça suffira. On peut passer au second cas, si tu es motivé ?

    Zokuron: Toujours prêt, maître.

    Padmée: Ahhhh la jeunesse...et son énergie. Suis moi.

    Pour la énième fois de la journée, les deux jedi traversent le temple dans sa quasi-intégralité. Le padawan en vient à se demander si ce n'est pas fait exprès, pour une raison qui lui échappe. Il suit néanmoins dans le calme et dans le silence.

    En cette fin d'après-midi à l'atmosphère encore pesante, le soleil commence à peine son déclin dans le ciel. Pourtant, la maître mène une nouvelle fois Zokuron au dehors. Ils marchent de longues minutes sur les allées empierrées et dans les chemins de terre, jusqu'à une petite bosse de terre. Sur celle-ci se trouve un grand arbre, large et au feuillage épais, qui prodigue son ombre bienvenue à une table en bois garnie de plusieurs chaises. A quelques mètres de là, un cercle de pierres noircies est visible, ainsi qu'un tas de bois de différentes tailles à côté.

    Zokuron commence à deviner la suite, lorsque maître Brule lui demande d'empiler des bouts de bois. Le togruta s'exécute, un peu étonné tout-de-même de préparer un feu par pareille chaleur. Un petit moment plus tard, quand le padawan a terminé son ouvrage, la maître tend le bras vers le cercle de pierre emplit. Sous le regard médusé de Zokuron, des gerbes d'étincelles apparaissent rapidement, enflammant le centre. Alors que Pad cesse son action, le foyer se propage et forme bientôt un joli feu de camp.rn

    Zokuron: C'est...C'est génial ! Il faut que j'apprenne ce pouvoir !

    Padmée: Ca viendra en son temps, padawan. Pour le moment, concentre toi sur la tâche à accomplir.

    Le togruta hoche de la tête en guise de réponse et se met en position. Il sent déjà la chaleur du feu rayonner sur sa peau, laissant présager une future suée. Il place donc ses mains de façon adéquate, se concentre et récréé une sphère de dissipation. La sphère absorbe la chaleur qui lui vient dessus tout en restant stable, révélant son efficacité à son créateur.

    Zokuron: C'est bon, maître.

    Padmée: Bien. Pour la suite, il va te falloir attirer toute la chaleur du feu, jusqu'à épuisement. Sers toi de la télékinésie de la même manière que pour renforcer ton orbe dissipateur.

    Maître Brûle se remet alors en marche, passant derrière le padawan. Elle s'arrête un instant à sa hauteur pour ajouter:

    Padmée: Un conseil. Utilise le fonctionnement d'un atome pour ton orbe, ça t'aidera...

    Là-dessus, elle reprend sa marche et s'éloigne lentement, laissant Zokuron à son exercice. En premier lieu, il ne comprend pas l'allusion de la maître. Du moins, la mise en pratique. C'est pourquoi il se concentre d'abord sur l'aspiration de la chaleur. Pour ce faire, il tend l'index et le majeur de chaque main vers le foyer, gardant les autres doigts repliés pour contrôler la sphère. Par cette manifestation de sa volonté, il focalise plus aisément son énergie psychique pour attirer l'aura de flammes à lui.

    Petit à petit, un fin filet de chaleur s'échappe du feu, tentant d'atteindre les mains de Zokuron. Cela prend un certain temps avant que le padawan ne parvienne à obtenir une aspiration satisfaisante, si bien qu'il doit rajouter quelques bûches pour éviter que le foyer ne meure de par lui-même.

    Après quelques nouvelles tentatives concluantes, Zokuron est face à une nouvelle difficulté. Sa sphère de dissipation n'est pas en mesure de canaliser autant d'énergie et elle finit systématiquement par éclater. Le togruta repense alors au conseil de maître Brûle: imiter le fonctionnement d'un atome.

    Cette phrase tourne dans sa tête plusieurs fois avant qu'il n'arrive à faire le lien avec son orbe personnelle. Puis, c'est l'illumination. Sans attendre, il essaie, générant une autre sphère. Avec sa main gauche, qui servait jusqu'alors à maintenir l'orbe dans une cloche de Force plus ou moins perméable selon le besoin, il induit une rotation à l'intérieur même de l'orbe. Les particules se mettent en mouvement, avec lenteur, gardant toutefois une cohésion générale. L'effet visuel semble pareil à celui d'une rivière qui s'écoule tranquillement, ou plutôt, à des nuages qui se déplacent avec le vent. Un peu à la manière des électrons d'un atome.

    Le padawan passe ensuite à l'étape suivante, focalisant son attention sur le feu. Il recommence l'aspiration, fermant les yeux pour pouvoir analyser ce qui se passe via la vision conférée par la Force.

    Premièrement, l'orbe résiste mieux à l'afflux d'énergie. Pour cause, les particules porteuses d'énergie ne rencontrent plus les mêmes particules au repos grâce à la rotation, évitant ainsi de surcharger. Mais en plus, les particules qui reçoivent l'énergie et qui s'excitent dans l'orbe s'échappent plus facilement au fur et à mesure, perdant leur surplus dans le vide de l'air plutôt que de le transmettre à d'autres particules au repos. A contrario, l'ajout de particules au repos depuis l'extérieur se fait de façon plus homogène, permettant de créer un joli flux continu et compacte.

    Comme dans un atome, la sphère de Zokuron se divise naturellement en différentes couches. Les particules les moins excitées gravitent proche du centre, tandis que les énergisées restent vers la surface. Le rendu est harmonieux, subdivisé en de nombreuses strates qui glissent les unes sur les autres.

    Sans la Force, le padawan n'aurait pu se rendre compte de tout cela par lui-même. A l’œil nu, il voit la sphère troublée qui émet une faible luminescence à sa surface. Le plus grand changement visuel est la membrane, qui, si elle était nette et plate comme du verre auparavant, est maintenant vacillante d'ondes. Zokuron en déduit qu'il s'agit de l'effet donné par les particules qui s'échappent et qui entrent simultanément dans l'orbe.

    Cette observation faite, l'instant de vérité approche inéluctablement. Le togruta continue l'aspiration du feu, éprouvant à chaque seconde supplémentaire la stabilité de la sphère. Mais la sphère n'éclate pas. Par moment, il doit compenser une forte perte de particules à cause d'un afflux de chaleur peu contrôlé, mais c'est tout. Tant qu'il est capable de combler les lacunes à temps, l'orbe n'éclate pas.

    Plusieurs heures passent. Le soleil est bas, annonçant son retrait avant longtemps. Zokuron peaufine sa maîtrise de l'orbe, ayant "vaincu" le feu par une fois déjà, et l'ayant fait repartir grâce aux braises pour continuer à s'exercer. C'est ainsi que, assit en tailleur, luisant de la sueur de l'après-midi, il remarque l'arrivée de maître Brûle. Étrangement, les deux jedi semblent chacun étonné de voir l'autre ici.

    Padmée: Tu es encore là, padawan ? Je ne t'ai pas vu à la cantina...

    A l'évocation du diner, l'estomac du togruta se réveille subitement, rappelant son existence avec force. D'autant qu'il n'avait pas mangé pour le déjeuner non plus. Zokuron fait une grimace pour se contrôler, avant de prendre un sourire espiègle.

    Zokuron: J'ai oublié, maître. Mais vous ? J'imagine que vous ne passeriez pas ici si vous ne vous attendiez pas à me voir ?

    Padmée: Hmpf ! Jeune homme, il ne me semble pas avoir besoin de justificatif pour me promener. Maintenant, va manger ! Avec un peu de chance, le service ne sera pas encore fini....

    Zokuron hoche de la tête, sa raison et son estomac lui intimant de suivre l'ordre de maître Brûle sans délai. De toute manière, le feu qu'il dissipe n'est désormais guère plus qu'un tas de braises cachées sous le bois noirci. Il se relève, tout sourire, et s'autorise une dernière question:

    Zokuron: Et pour mon exercice ?

    Padmée: Nous verrons ça demain. Allez, ouste ! File ! Et prend une douche !

    Il s'incline alors brièvement, puis rejoint le temple en quelques foulées lestes....


    Ce message a été modifié par Zokuron le mardi 27 juin 2017 - 18:23

    mardi 27 juin 2017 - 17:52 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

     Je te félicite d'avoir essayé de faire un entrainement sans qu'il n'y ait de fiche en lien avec le pouvoir de dissiper l'énergie. 

    Malheureusement, je suis désolée Zokuron, mais comme je te l'ai dis en mp, il te faut recommencer ton poste.

    Lis les liens que je t'ai donnés et inspires-toi de ces références pour faire ton entrainement de dissiper l'énergie. 


    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Correction de l'entraînement n°14 - Le Sens de la Vie de Zadyssa

    La padawan Zadyssa vient à la rencontre de Maître Brûle. Elles sont dans le bureau du maître Jedi et celle-ci est occupé de consulté un datablock et semble prendre des notes. Ses cheveux semble un pagaille et visiblement elle a peu dormis. Lorsque la padawan Yunixy frappe à la porte, elle entant la maître lui réponde sèchement d’entrée. Timidement, elle s’exécute et hésite à parler en voyant Maître Brûle aussi concentré et la mine autant défaite. 

    Zadyssa – Euh… pardon maître, je ne veux pas dérangée mais… 

    Pad – Padawan Yunixy, entre vient là. 

    Elle lui montre une chaise et Zadyssa s’approche doucement et s’y assoie. 

    Pad – T’es tu déjà entrainée à la dissipation d’énergie ?

    Zadyssa – Oui, maître Brûle. 

     Pad – Ok, tu pourras m'aidée à la retrouvé?

    Zadyssa - Certainement, Maître.

    Pad - Je quitte l’académie seulement vingt ans et c’est la pagaille dans ma classe ! Oh non, ce n’est pas Aynor la fautive, non, c’est juste que l’Ordre Jedi à décider de changer mon classement ! MON si beau et si simple classement ! Et là, tous les descriptifs des pouvoirs sont revues et diviser, subdiviser… Ce n’est pas pour me déplaire, mais le travaille n’est pas fini et je dois tout reclasser de façon à pouvoir m’y retrouver. (voir note)

    Zadyssa – Ah… vous désirez que je revienne à un autre moment ?

    Pad – Non non, pas du tout. 

    Padmée réalise la gêne de la padawan et décide de retrouver un aspect plus serein afin de ne pas l’effrayée. La dame en blanc arrange ses cheveux, sa tenue et respire profondément. 

    Padmée – Je t’écoute Zadysse, et tu as le droit de m’appelée Pad. Que puis-je pour toi ?

    Zadyssa – Et bien, il y a un moment, j’ai fait l’entrainement du sens de la vie, mais…

    Padmée – Tu voudrais que je te la valide, ok. Raconte-moi ce que tu as fait. 

    Ainsi, Zadyssa commence son récit. Padmée est de plus en plus attentive mais ne laisse pas paraître ce qu’elle pense. Lorsque la padawan a terminé, Padmée s’adosse à la chaise et place la main droite à son menton. Elle prend le temps d’analysée et de penser à une réponse. La padawan semble s’inquiéter de la réponse de la maître Jedi. 

    Pad – Alors tout d’abord, je te félicite pour ton approche. Lorsque tu n’es pas prix par le temps, c’est toujours mieux de commencer par le sens de la Force. Et je constate que c’est ce que tu as fait. Cela devient-il plus facile pour toi ?

    Zadyssa – Oui, je pense. 

    Pad – Alors continue. J’aimerai que tu puisses me donner des précisions. Tu dis avoir reconnu en premier la présence de Ilan, notamment parce qu’il est ton demi-frère. Lorsque tu t’es connecté à lui, tu as su que tu pouvais ressentir son humeur et tu me dis que tu t’es arrêtée car ce n’était pas le but de l’exercice. Le penses-tu vraiment ?

    Zadyssa étonnée par la question – Et bien… oui. La nature d’une personne ne se résume pas à son humeur. 

    Pad – Ah là, je suis bien d’accord avec toi. Pourtant, le sens de la vie peut te permette d’aller beaucoup plus loin. En usant de ce pouvoir, certains Jedi attribuent à chacune des vies ressentie, des couleurs, d'autres une sensation de température telle que la chaleur d'un ami ou la glace d'un ennemi. Ainsi, ressentir l’humeur deviendra un tremplin entre le pouvoir du sens de la vie et quel autre pouvoir ?

    Zadyssa – L’empathie. 

    Pad – Exactement. Je ne doute pas que tu soies consciente de la différence entre ses pouvoirs, puisque tu as bien répondu à ma question. Je désire juste m’arrête sur ce point, pour te permettre de réaliser qu’il est possible de passé d’un pouvoir à un autre. Certains pouvoir comme le sens de la vie et l’empathie se combine formidablement bien. 

    Zadyssa – J’en prends bonne note maître … Pad. 

    Pad – Dans tous ce que tu m’as décris, je n’ai rien à redire, si ce n’est un petit détaille. 

    Zadyssa commence à connaitre la maître Jedi et s’attendais à ce qu’elle rechigne sur « un petit détaille ». Pad prend le temps de pesée ses mots. 

    Pad – Préscience et sens de la Vie. Préscience, pour toi, c’est sens du Danger ?

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    NOTE: Que personne ne prenne mal les paroles de PAD, c'est de l'humour^^

    Ce message a été modifié par Padme111 le vendredi 30 juin 2017 - 14:02

    vendredi 30 juin 2017 - 12:47 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7125 Crédits

    Je venais de faire le Sens de la Vie et j'étais donc allée trouver Pad pour qu'elle me le valide, ou à défaut, qu'elle m'explique là où j'avais fait erreur. S'en suivit une série de questions, réponses et tirades, jusqu'à ce qu'elle m'en pose une nouvelle :

    Pad : Prescience et sens de la Vie. Prescience, pour toi, c'est Sens du Danger ?

    Là, je devais avouer qu'elle me posait une colle. Non pas parce que je ne savais pas comment y répondre, mais parce que j'ignorai s'il s'agissait d'une sorte de question piège ou non. Je restai silencieuse un long moment avant de me dire que je ne perdrai de toute façon rien à essayer.

    Moi : Pour moi, la prescience c'est la capacité de pouvoir pressentir une action avant qu'elle ne se passe : un coup de pied ou une quelconque offensive, ou même un simple déplacement. C'est ce qu'il a fallut que je développe pour le Soresu, avant d'avoir appris le sens du Danger.

    Je fis une courte pause, réfléchissant à la façon dont mettre en ordre mes idées.

    Moi : Le sens du Danger, ce serait la capacité de pressentir une action qui me mettrait en danger, moi ou des proches. Je pense qu'ils sont liés mais que ce n'est pas la même chose. Le sens du danger résulterait plus d'un ultime recourt et ne concernerait que quelque chose qui nous menacerait mais dont nous ignorions la présence et la prescience serait utile lorsque l'on s'attend à ce qu'une action arrive, ou du moins, qu'on est concentré dessus.

    J'ignorai totalement si j'avais juste ou non, et fixai la maître Jedi, en attente de sa réponse.

    samedi 01 juillet 2017 - 11:21 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    Fin de supervision de l'entraînement n°14 - Le Sens de la Vie de Zadyssa

    Pad – Je suis d’accord avec toi et je te remercie de tes réponses. 

    Maître Brûle marque une pause car elle eu l’impression que la Padawan pouvait être agacé par ses méthode de questions/réponses. Avec douceur, la dame en blanc décide d’offrir une explication. Padmée prend un data block sur la table et se redresse doucement. Elle va vers la fenêtre du bureau et inspire profondément tout en se plaçant de profile par rapport à la padawan silencieuse 

    Pad – Comprend que je suis entièrement d’accord avec toi. Que ce soit sur ta définition des deux pouvoirs ou sur les émotions comme au cours. Je me sais être perfectionniste et maniaque. Il fut une époque, je me fiais qu’à moi-même et mon jugement sur une prestation d’entrainement fut parfois faussé par mon manque de discernement. Mon empathie me désert car trop souvent je m’identifie aux gens qui me semblent raisonner comme moi. Aujourd’hui, j’ai appris à chercher la certitude que mon ressenti est exacte. A d’autre moment, je ne cherche qu’à motiver des élèves aussi doué que toi, à trouver les réponses par eux-mêmes. 

    Maître Brûle semble lire quelque chose sur le data block. Puis, elle se tourne vers la padawan et lui fait face. Zadyssa semble assimilée les paroles. 

    Pad – Revenons sur ton entrainement. Tu apprends vite et bien. Continue comme cela padawan Yunixy. Je deviens plus critiques, et recherche plus de précision avec toi, plus qu’avec un autre padawan pour une bonne raison. En validant ce pouvoir, le sens de la Vie, tu termines ton parcours d’entrainement aux pouvoirs de la Force. 

    Zadyssa – Je le sais maître Pad. 

    Pad – J’ai parcouru ta fiche des pouvoirs de la Force, Zadyssa. Mais aussi, celle de ta formation au combat. Tu ne tarderas plus à devenir Chevalier, je te l’assure, j’y veillerai personnellement. C’est donc, la dernière fois que je te vois dans cette classe comme Padawan. Attends-toi à plus de raisonnement, de questionnement et d’analyse lorsque reviendra ici en tant que Chevalier. Sur ce, félicitation pour ton parcours Padawan Yunixy, tu peux être fière de toi. 

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    PADAWAN Yunixy Zadyssa > Votre entrainement du sens de la vie est  Valider et c'est avec grand plaisir que ceci termine ton parcours de padawan aux PDF. Félicitation avec la plus haute distinction pour l'ensemble de ton parcours. 

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Correction de l’entrainement Persuasion de Ilan Yunixy


    En quittant le bureau, Zadyssa avait raconté à Maître Brûle l’entrainement de son demi-frère. Aussi, Padmée pianote sur son datablock pour voir la fiche du padawan Yunixy Ilan. Elle décide d’aller à sa rencontre. 

    Le padawan sortait de la salle de détente réserver à leur rang. 

    Pad – Bien le bonjour Padawan Yunixy Ilan, c’est bien cela ?

    Ilan fut étonné de rencontrer cette étrange dame à la canne vêtue de blanc qu’il n’avait jamais vue avant. Ne portant pas les habilles traditionnels Jedi, il fut difficile à Ilan de croire à ce que Maître Brûle va lui dire. 

    Ilan – Euh… oui, et vous êtes qui ? 

    Pad – Maître Brûle, je m’occupe de la classe PDF avec Maître Aynor qui est absence en ce moment. 

    Ilan – Ah… vous êtes une Jedi ?

    Pad fut d’abord un rien surprise, puis, réalise que le Korunnai est perplexe à cause de sa tenue vestimentaire autant que par son âge. 

    Pad – Ah oui, la tenue… Je l’ai abandonnée il y a plus de vingt ans. Comme on dit, ce n’est pas l’habit qui fait le Jedi. Et ne te fie pas à mon physique, jeune Korunnai. J’ai le mental d’une jeune fille. 

    Ilan rigole sans vraiment prendre la maître au sérieux et il allait partir lorsque Padmée l’arrête en plaçant sa canne à l’horizontal lui barrant le passage. 

    Pad – Alors comme cela tu as fait manger à ta demi-sœur un crumble ?

    Le padawan s’arrête net. Si elle est au courant, c’est que Zadyssa le lui a dit. Enfin, Ilan réalise que cette femme pourrait bien avoir dit la vérité sur son identité. Il fait un pas en arrière et Pad descend la canne au sol, puis vient se placé juste devant lui. 

    Pad – Suivez-moi, jeune homme. Parlons de votre persuasion voulez vous ?

    Ilan – Euh… oui, … Maître. 

    Pad – Brûle, ou Pad. 

    Ilan – Pad ? Padmée ? Padmée Naberry la sœur de Maitre Kaarde ?

    Pad – Enchanté, oui. Allez vient. 

    Sans autre formalité, la Maître Jedi se déplace lentement vers une destination connue d’elle seule. Ilan se décide à la suivre. En marchant, elle entame le dialogue. 

    Pad – Tu as un petit farceur, Ilan. Et entre frère et sœur, croyez bien que je te comprends. J’en ai fait voir à Kaarde !

    Ilan – Ah oui ? Vraiment ?

    Pad – Oui, vraiment. Plus tard, je t’en parlerai. Pour l’heure, tu as demandé à Zadyssa d’accepter la persuasion. Faut savoir que ce pouvoir agit principalement sur les esprits faibles. 

    Ilan – Bah oui, justement…

    Pad sourie comprenant la boutade – Oui, elle fut très gentille. J’aimerai que tu approfondisses ce pouvoir devant moi. 

    Ilan – Euh… ce que j’ai fait fut mauvais ?

    Pad – Mauvais, non. Mais pas satisfaisant, tu peux mieux faire. Zadyssa était d’accord. Allons chercher un esprit faible qui ne se doute pas que tu vas le persuader de … 

    Padmée s’arrête et place sa main sur le menton. Elle voulait trouver quelques chose d’intéressant. Elle trouva assez vite. 

    Pad – J’aimerai que tu essayes le garde de la porte du temple Jedi. 

    Elle se remet en route, allant vers la sortie du temple. Ilan la suit. 

    Ilan – Et vous désirez que je lui demande quoi ?

    Pad – De cueillir un bouquet de fleur et de l’offrir à Galen. 

    Ilan – Euh… le garde est un Quemia.

    Pad – Oui, c’est pour cela que c’est drôle. N'oublie pas de passé ta main devant lui, cela t'aidera à focaliser la Force de celle-ci. 

    Padmée s’arrête une nouvelle foi proche de la porte. Elle s’assoie sur l’appuie de fenêtre basse. Je t’attends ici. Soit précis et décris moi convenablement ce que tu ressens en usant du pouvoir de persuasion.


    -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Padawan Ilan >> J'ai aimé ton premier poste, mais le trouve fade en descriptif. Le pouvoir de persuasion, on le connait bien à travers les films. Qui-Gon l'essaye sur Watoo; Obi-Wan sur les gardes. Tu ne manques pas d'humour, alors vas-y franchement. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le samedi 01 juillet 2017 - 15:37

    samedi 01 juillet 2017 - 14:41 Modification Admin Permalien

  • Avatar ThaliaRaven

    ThaliaRaven

    1094 Crédits

    Argh ! Outch ! Aïe ! Etait en quoi consistait mon réveil à chaque fois que Kinsa s'occupait de mon entraînement, c'est à dire souvent depuis quelques temps. Elle ouvrit comme à son habitude brusquement la porte de ma chambre, manquant de me faire frôler la crise cardiaque, ouvrit très grand, trop grand les rideaux, manquant de m'aveugler et m'arracha la couette manquant cette fois de m'achever. Bref, comme d'habitude j'étais déjà morte avant de me lever. Sans prendre de petit déjeuné, je suivis mon maître sur ses talons jusqu'à la salle d'entraînement. Là commençait la torture. Et encore aujourd'hui j'avais de la chance, pouvoirs de la force, je n'aurais pas à me faire laminer par Kinsa au sabre...


    Je m'assis et fermais les yeux pour une méditation. Je respirais un grand coup, j'étais prête. Je me détendis et nettoyais mon esprit. Mes mains étaient posées sur mes genoux. Ma respiration se faisait de plus en plus tranquille. Je me sentais sereine. Un vent doux me glissa sur le visage, c'était la force. Je la sentais autour de moi, comme une présence vivante. Elle me touchait, je pouvais presque la voir. Je perdis sa perception pendant plusieurs secondes et me reconcentrais pour ne pas laisser mon esprit divaguer. Je recommençais à sentir la force affluer en moi. Cette fois-ci elle était de plus en plus présente. Mais c'était de plus en plus difficile de rester connectée à elle. Plus j'avais l'impression d'y arriver, plus je m'égarais et m'éloignais d'elle. J'essayais alors de changer de poser mes mains sur le sol pour voir si cela pouvait changer quelque chose. Pendant les premiers instants qui suivirent, rien ne se passa. Mais après un certain temps de focalisation sur le simple état de mon corps, la place de mes mains, le poids de ma tête, la chaleur de mes bras, leur position dans l'espace... Je commençais à retrouver cette perception perdue qui devenait plus présente qu'au paravent.


    Telle une vague, la force m’envahis, m'enveloppant presque totalement. Je dus me focaliser sur la connexion pour ne pas la perdre. Puis, quelque chose d'étrange se passa. Quelque chose de différent. Comme une aura. Je pouvais percevoir des choses. Comme si quelqu'un, quelque chose se tenait à côté de moi. Je su ce que c'était, je sentais la présence de Kinsa. Comme une chaleur, qui m'indiquait qu'elle était là. J'étendis mon rayon de perception et découvrit d'autres présences. Chacune particulière, unique, différente. Je reconnu parmi elles celle de Zadyssa qui se dirigeait vers la salle commune. Elle m'était familière, comme une odeur que l'on reconnait en entrant dans un endroit. Zad était comme une personne que l'on voit dans une foule. Je l'avais ressentie dans la masse de personne, comme Ilan et Lys qui couraient derrière elle. J'avais presque l'impression de les voir, de les entendre, seulement je ne pouvais que sentir leur présence, percevoir le flot de vie qui coulait entre eux. Il était distinct et spécifique selon la personne. Celui d'Ilan par exemple était comme une boule d'énergie, celui de Zad par contre était plus doux.


    La force qui émanait d'eux commença à me fatiguer, je dus cesser la méditation et rouvrir les yeux. Kinsa était en face de moi me regardant. Elle avait l'air plutôt content de moi, chose joyeuse, mais ce qu'elle m'annonça ensuite ne me plu pas du tout. Je devais retourner méditer, tandis que Kinsa me tirerait dessus au blaster. Le but du jeu était que je devais éviter les tirs. Comme lors de mon examen d'entrée, sauf que cette fois-ci je n'avais pas le droit à l'erreur.


    Je me levais donc et méditais à nouveau. Je me concentrais sur la présence de Kinsa. Elle était menaçante cette fois. Je senti d'un seul coup un pic qui me transperçait, je venais de me faire toucher. Je tombais par terre. Kinsa me demanda ce qui venait de se passer, puis m'expliqua que j'avais bien évité le tir et que le pic était mental et non physique. Je me relevais et me replaçait prête à recommencer. Mon maître tira à nouveau je perçu comme une vague de couleurs arriver vers moi, que j'eu tout juste le temps d'esquiver. L'action se répéta plusieurs fois. A chaque fois je m'améliorais et mettais de moins en moins de temps à réagir. Après une bonne demi-heure d'entraînement, je pu m'arrêter.

    jeudi 13 juillet 2017 - 19:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24849 Crédits

    Correction – Sens de la Vie d’Ellyne Yawnez

    Maître Brûle quitte Ilan après son entraînement de Persuasion et marche dans les couloirs. La Force la guide jusqu’à la salle de méditation. Padmée reste derrière la porte et use de la Force afin de percevoir la vie à l’intérieur de la pièce d’à côté. L’aura de Kinsa est parfaitement identifiable maintenant que la Maître la connait mieux. Toutefois, l’autre personne proche du Chevalier, lui est inconnue. La dame à la canne laisse le pouvoir de Perception de la vie agir dans la pièce et parvient à identifié une Togruta. 

    Padmée hésite un moment car elle ignore si Kinsa a besoin d’elle ou si la Mandalorien préfère s’occupée de l’inconnue seule. Sans interférer, la dame en blanc décide de rester là, dos sur la cloison à percevoir l’entraînement de la jeune Togruta. Lorsqu’elle a terminée au bout d’une demi-heure, Padmée se permet d’entrée. 

    Kinsa n’est pas surprise car elle a probablement senti la maître derrière la cloison. Ce qui n’est pas le cas de l’autre personne. Padmée se présente à elle. La Togruta se nomme Ellyne Yawnez ce qui semble être un nom familier pour la dame âge, mais elle ne relève pas. Kinsa la présente comme sa padawan. 

    Pad – Contente de te rencontre, padawan. 

    Ellyne – Moi de même, maître Brûle. 

    Pad – Maître Kinsa, c’est votre entraînement, votre padawan. Quel est votre préférence ? Vous lui commentez son entrainement, ou attendez-vous mes propres commentaires ?

    La Manladorien est un peu gênée d’être appelée « maître », bien qu’elle soit chevalier. Pourtant, les circonstances justifient cette nomination et elle le comprendre bien. 

    Kinsa – Je vous laisse corrigée ma padawan, Maître Pad. 

    Pad – Volontiers, merci Maître Kinsa. 

    La dame à la canne s’étonne de ressentir le trouble dans la Chevalier Talik. Padmée note pour elle-même, que ce type de protocole entre chevaliers et maîtres ne fut pas une habitude pour Kinsa. Dans l’immédiat, l’attention de Maître Brûle est sur la padawan Yawnez. 

    Padmée prend le temps de se déplacé jusqu’à un cousin de méditation, tout en s’adressant à la padawan. 

    Pad – Bien padawan Yawnez, votre performance pour la Perception de la Force est excellente. Même si tu manques un peu de concentration, tu y parviens. Ton cerveau est un muscle, plus tu l’utilises, mieux il fonctionne. Plus tu te concentres dans la Perception de la Force, plus ta connexion sera stable et perdurera dans le temps. Et la position de tes mains, de tes jambes, de ton corps n’ont pas d’importance à partir du moment où ta position te semble confortable. 

    La dame âgée s’installe sur le pouf moelleux de méditation en écoutant la padawan. 

    Ellyne – Pardonnez moi Maître Brûle, mais vous parlez de Perception de la Force. J’ai pourtant toujours entendue parler de Sens de la Force, de lien qui nous unit à la Force.

    Pad – Oui, tu as raison. C’est des termes différents, mais signifiant exactement la même chose. Avec Aynor*, nous sommes occupés à revoir la liste des pouvoirs de la Force. D’ici quelques temps, nous verrons à placer une liste plus complète et mieux déterminer, adapter pour les participants, mais cela est de la bureaucratie… pas pour toute suite. Pour l’heure, revenons à ton entraînement. 

    Ellyne regarde Kinsa un rien inquiète des changements évoqués pour l’avenir. La Chevalier Talik lui fait signe de rester concentrée sur la Maître Jedi. La padawan Ellyne se tourne vers Pad. 

    Pad – Pour la Perception de la vie, c’est un excellent début, une très bonne approche. Avec de la pratique et de la concentration, tu parviendras à de meilleurs performances. Ressentir la vie des gens que tu connais, sera toujours plus facile. Dans tes prochains entraînements, sens-toi capable de ressentir la vie que tu ne connais pas. Prends confiance en la Force et en toi. 

    La padawan n’ose pas prendre la parole. Elle analyse ce que la Maître vient de dire et s’inquiète. Ce pouvoir là est-il validé ou pas ? Padmée n’est pas dupe des doutes d’Ellyne. Elle marque une pause, mais laisse la Togruta dans le doute. La maître chercha mentalement les mots justes. Elle comprend Kinsa, même si elle n’est pas toujours en accord avec ses méthodes, la Mandalorien est la maître d’Ellyne. Padmée veut en tenir compte. Le point suivant doit rester sur les performances d’Ellyne. 

    Pad – Padawan Yawnez, percevoir un danger est parfois plus facile qu’il n’y parait, parfois bien compliqué à maitriser. Ton maître a choisi un danger « mental ». Avec de l’expérience, tu pourras parvenir à déterminer si le tir de blaster est réel ou mental. Ici, de ce que j’ai perçu, le temps est le facteur qui t’a aidé à mieux percevoir le danger. Le temps, donc l’expérience, l’échec de tes erreurs. C’est l’une des méthodes de ton maitre, et aussi un excellent début. 

    Kinsa est maintenant aussi dans le doute que Maître Brûle valide ou pas l’entrainement de sa padawan. L’expérience de la dame en blanc l’encourage à rester dans son optique en proposant une autre approche. 

    Pad – Padawan Ellyne, ta Perception de la Force et de la Vie, je peux les valider. Ne sois pas déçu si je te demande de te concentrer sur la Perception du Danger. Je te propose une autre approche. Venez, suivez-moi. 

    Maître Brûle se lève et quitte la pièce. Ellyne se tourne vers Kinsa qui essaye de la rassurée et l’encourage à suivre la dame à la canne. Elles ont vites fait de rattraper l’octogénaire. Toutes les trois se retrouvent à l’extérieur du temple Jedi. Padmée s’installe confortablement sur un rochet de la hauteur de ses hanches. 

    Pad – Viens t’asseoir devant moi sur l’herbe, Ellyne s’il te plait. 

    Ellyne s’exécute un peu instiguée par la suite des événements. 

    Pad – Ici, nous avons une faune et une flore riche. Certains sont amicaux, d’autres sont hostiles. Prends ton temps, laisse toi aller à la Force et ressens. La perception du danger et l’instinct de survie son liée. Laisse la Force coller en toi, tout comme tu l’as fait avec ton maître. Puis, distinct les insectes et perçoit ceux qui sont dangereux. 

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Ilan ≫ Je t’attends, lol^^. Poste quand tu veux, laisse la note comme quoi ton entraînement est avant celui de Ellyne. 

    Ellyne ≫ Je suis enchantée de faire ta connaissance. Très bon travaille ! Comme je l’ai dit, Perception de Force et Perception de Vie sont validés. Avec Kinsa, nous nous sommes mises d’accord pour te proposer un autre entraînement pour Perception du Danger. Concentre-toi sur la description du pouvoir. 

    * Oui j'ai noté Aynor mais c'est certain que Ange est notre supreviseur(se) pour la traduction exacte des pouvoirs. 

    Ce message a été modifié par Padme111 le samedi 15 juillet 2017 - 15:04

    samedi 15 juillet 2017 - 15:03 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

54 fans connecté(s)

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide