Cantina de Bestine V.7 (page 4)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    La retraite, quand on a dépassé les 120 années de bons et déloyaux services, on peut dire qu'elle est méritée, non ? Surtout quand, en plus, on a passé pas moins de deux ans et demi à la tête de la plus puissante organisation de la Galaxie, à savoir la Guilde. Passer de pilote à gangster, puis devenir assassin pour finalement se faire un nid comme contrebandier, ça use aussi son homme.
    Le Torpilleur, comme ses ennemis l'avaient surnommé en raison de sa technique de combat explosive et coûteuse, coulait des jours tranquilles en compagnie de son épouse Twi'lek et de leur petit sang-mêlé. Il s'était fait accueillir sur la planète Rakata, où sa vahiné pouvait profiter de la plage et des eaux azurs. De temps en temps, il faisait un saut sur Thyferra pour profiter du luxe de sa villa, héritage du temps où il avait été élu quatre fois de suite à la tête du monde. Il allait manger dans les meilleurs restaurants, regardait les nouveaux holofilms en compagnie de leurs acteurs et exerçait son corps quotidiennement, sans jamais blesser aucun être vivant.

    Bref, il s'emmerdait.

    Aussi fut-il heureusement surpris de recevoir un courrier de l'une de ses filles. Il s'installa confortablement dans son fauteuil ergonomique et demanda au droïde de lui "lire" l'holomessage. Paresse, quand tu nous tiens...

    Cher Edo.

    Je sais que tu as pris une retraite bien méritée, après avoir tant donné de ta personne à la Guilde. Après tout, il est du devoir du héros de se retirer lorsqu'il sent que le monde n'a plus besoin de lui.
    Mais Superman serait-il encore Superman s'il ne revêtissait pas son costume rouge et bleu lorsqu'il entend pleurer la veuve et l'orphelin?

    Aujourd'hui, j'aimerais te demander une faveur. Grande, certes, mais je sais qu'au fond de toi, tu ne pourras pas refuser ce service à ta fille chérie.
    Je forme actuellement un novice, et nous manquons cruellement de guildeurs expérimentés capables d'utiliser en même temps un E11 et un lance flammes. J'aimerais quand même inculquer à Huge -le novice- l'art de la BASTON, tel que nous la connaissions. Aven est prêt à reprendre du service pour une mission exceptionnelle, mais à la condition que tu participes aussi.

    Alors, que pourrait-on rêver de mieux pour une mission de bastonnade qu'Aven le Téméraire et Edoras la légende vivante? Je t'offre en prime la possibilité de cogner Huge autant de fois que tu le souhaites!

    Alors, qu'en dis-tu?



    L’ex-maître de l’Univers connu (et étendu) leva la tête pour croiser le regard de sa compagne, qui lui caressait les cheveux d’un air pensif. Il savait qu’entre eux, il suffisait de peu de mots pour se comprendre.


    - Hum ?
    - Vas-y, j’vois bien qu’t’en as envie. Tu nous retrouveras sur Thyferra, Franky doit faire la rentrée des classes dans une semaine.
    - Sais-tu que je t’aime, Kiffa Stamina ?
    - Ah bon ? Montre-le-moi…


    Le départ du célèbre Vaurien fut donc quelque peu retardé. Ensuite, il utilisa son yacht Baudo, l’Evangelion, pour retrouver le Soleil Bleu. Ce grand vaisseau ressemblant à un X-Wing de la taille d’une frégate croisait seul, sans équipage, d’un bord à l’autre de la galaxie au gré de son intelligence semi-artificielle, Sunny. Celle-ci avait jadis été une fort belle femme, avant de se retrouver réduite à l’état d’un cerveau-ordinateur, raison pour laquelle elle gardait quelques caprices légitimes. Le dernier en date avait été de suivre le membre d’une colonie de vaisseaux-vivants dont elle s’était enamourée.
    La rencontre eut lieu dans la Bordure Intérieure. Après avoir retrouvé un excellent whisky de Corellia de 30 ans d’âge, Édo sortit de l’Hyperespace en vue d’une petite planète hostile orbitant autour de trois soleils détestablement chauds : Tatooïne. Il s’y posa dans la capitale, Bestine, et se rendit immédiatement dans le lieu le plus civilisé… enfin, le moins sec : la cantina, cœur de la Guilde depuis Fifigs jusqu’à Ange Solo, en passant par Obionescarabi, Naga et Edoras.

    Les portes s’ouvrirent et type en armure bleue, mauve et verte fit son entrée sur l’air du cœur des clones mandaloriens. Sa cape mauve au liseré bleu flottait au vent en laissant échapper des grains de sable.


    - Salut la compagnie ! Hum… je sais, pour la bande son, j’en ai fais trop. Mais si vous aviez vu le prix de ces petits émetteurs pour casque ! Bon, où qu’il est mon moloko et mon calin ?

    :jf:

    Ce message a été modifié par: Edoras le 08-09-2010 23:28

    mercredi 08 septembre 2010 - 21:13 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    La colère est un sentiment partagé par l’humanité entière. Mais il est intéressant d’observer qu’elle peut se manifester de millier de manières différentes. Chez certaines personnes, on peut observer l’apparition de plusieurs rougeurs sur le corps entier, en particulier sur le visage, au niveau des joues, les veines se mettent à palpiter, le cœur s’accélère, et le corps est secoué de minuscules spasmes. Chez d’autres, l’adrénaline coule à flot, leur faisant perdre toute raison et menant à un étalage de force brute. Chez Mimi, rien de tel. On lui avait appris durant les premières années de sa vie que la colère ne menait qu’au désespoir, puis plus tard, on lui avait recommandé de proscrire ce sentiment parce qu’il faisait perdre ses moyens. C’est pourquoi, alors qu’en sentait ses muscles se tendre et son esprit s’enflammer, elle conserva son calme, respirant de grandes goulées d’air.

    Lorsque Cenovii revient et lui lança « Alors ? », penché au dessus d’elle et d’un ton qu’elle jugea inconvenant, la jeune femme se leva lentement. Si lentement qu’on aurait pu croire que le temps s’était ralenti afin de ne pas contrarier plus la guildeuse. Bien que le jedi l’ait taxée de « gamine », Mimi était tout autant âgée que lui et faisait la même taille. Elle se rapprocha du visage du mandalorien tout aussi calmement, mais pourtant il se dégageait de la fine silhouette une aura de danger imminent. L’air devint brusquement plus lourd – et cela n’avait rien à voir avec la consommation excessive d’épices des clients de la Cantina – et toutes les têtes se tournèrent vers le duo que formait le forceux et la guildeuse. Le seul qui pouvait voir les yeux de Mimi à ce moment là, c’était Cenovii, c’était donc lui l’unique personne de la pièce à pouvoir voir briller au fond des pupilles noisette de celle-ci une lueur inquiétante, promettant à son interlocuteur milles morts infiniment plus douloureuses les unes que les autres.

    Un sourire flotta un instant sur les lèvres de la jeune femme, puis elle prit la parole d’une voix mielleuse, presque enchanteresse si il n’en suintait pas une agressivité bestiale.

    Mimi : Mais pour qui te prends tu ?

    Elle avança d’un pas, forçant Cenovii à reculer.

    Mimi : Tu t’invites ici, dans ce lieu qui ne t’appartient pas et tu oses exiger quelque chose de moi ? Dans ma Cantina ? Dans notre Cantina ? Tu crois que c’est parce que tu parades avec ceci, dit-elle en frappant un coup sec sur l’armure du mandalorien, et que tu appartiens à l’Ordre que l’on te doit obéissance ? Je t’interdis de m’insulter.

    La voix de Mimi était presque un murmure à présent, et au fur et à mesure de son discours, l’ensemble des guildeurs présents s’étaient levés afin de manifester leur soutien. Bientôt, Cenovii fut encerclés par une meute de guildeurs assoiffés de sang, transpirants, grognants. Sauvage. Le guildeur dans toute sa splendeur.

    « Ce fut comme une apparition »
    La porte de la Cantina s’ouvrit largement, éclaboussant d’une lumière vive la foule de guildeurs agglutinés autour de Mimi et Cenovii, et pendant plusieurs secondes personne n’y prêta attention. Mais bientôt, les regards se détournèrent peu à peu de la guildeuse et du forceux pour se focaliser sur l’inconnu qui franchissait le seuil.

    C’était un géant en armure mandalorienne, dont la stature avait à elle seule imposée le silence, écrasant par sa prestance toute volonté belliqueuse et attirant par son charisme toutes les attentions.
    Mimi tourna la tête, et vit un halo d’or nimber la silhouette massive de l’inconnu qu’elle reconnut aussitôt. Elle regarda le créateur de ses jours avancer lentement dans l’établissement mythique, puis fut rapidement submergée par une foule de souvenirs, de sentiments tous plus puissants les uns que les autres. C’était bien le père qui l’avait porté lorsqu’elle était petite fille sur ses épaules de titan, le parrain qui l’avait formé adolescente aux arts de la guerre et lui avait appris les traditions de la Guilde. A présent, elle était une jeune femme qui venait de fêter ses 25 ans, et c’était le premier homme de son cœur qui revenait de sa lointaine exile.

    Pour elle.

    Elle arriva alors enfin à exprimer tout ce qu’elle ressentait en un simple mot. Qu’elle cria.

    Mimi : PAPA !

    Un hourra sonore accueilli le cri de Mimi qui courut s’accrocher au cou d’Edoras et la tension retomba brutalement. Une voix hurla « HUGE PAIE UNE TOURNEE GENERALE ! » et avant même que le novice puisse protester la foule en liesse fit couler l’alcool à flot réduisant la dernière paye de Huge à néant.

    Mimi : Tu as reçu mon message !
    Edoras : Bien sûr ma chérie. C'est même la raison pour laquelle je suis ici. Mais j'arrive au mauvais moment peut-être? demanda le père prodigue en désignant d'un signe de tête Cenovii, qui se demandait visiblement quel comportement il devait adopter devant cette situation imprévue.
    Mimi: Il voulait détruire la Cantina, et il m'a insulté. J'allais lui casser la tête, mais un jour ce jeedai à la manque m'a dit qu'il rêvait de t'affronter, alors si tu veux, je te le laisse. Il faut bien que tu te fasses la main...

    Conscient et touché du cadeau que sa fille lui faisait, l'ex-Leader s'apprêtait à répondre lorsqu'une voix sonore, venue de l'entrée de la Cantina le devança.

    - On bastonne du jedi sans moi ici?


    [HS: Prière d'attendre le nouvel arrivé avant de faire un poste, merci les gars!)
    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 09-09-2010 01:57

    jeudi 09 septembre 2010 - 01:39 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Aven-Flar

    Aven-Flar

    4927 Crédits

    Un jeune homme entra dans la Cantina, un lieu qui malgré son nom, faisait plus penser à une discothèque branchée de Coruscant. Comme quoi la Guilde avait des goûts fins, pour des hors-la-lois.
    L'homme était habillé d'un veston en cuir noir entrouvert sur une chemise blanche, un pantalon gris garni de poches, et une paire de bottes noires cirées complétait la tenue. Une longue vibrohache dentelée pendait à une ceinture grise foncée, tandis qu'un pistolet ATA était rangé dans un holster en peau rugueuse.


    L'inconnu s'avança, repoussant une mèche blonde lui chatouillant les yeux, et saisit brièvement l'avant bras du Thyferrien - le salut des guerriers - avant de s'avancer vers la jeune femme pour l'embrasser chaleureusement sur la joue. Il se tourna alors vers la perturbation pour laquelle on l'avait appelé. Il était toujours à la table de la fille et observait les deux arrivant avec méfiance. Ses jambes légèrement arquées, sa mâchoire raide, son regard alerte, il était en garde.
    Le blond ouvrit grand les bras en souriant, révélant une dentition impeccable, puis serra le Jedi contre lui. Il s'écarta d'un pas.


    <Salut mon grand! Apparemment, c'est toi le suicidaire dont tout le monde parle? lâcha-t-il d'une traite.

    - Comment osez-v... tenta de répliquer le fier Jedi.

    - Non, non, vraiment. Faut pas menacer les jolies filles. Ca se fait pas. Vraiment.
    Et puis, c'est déjà un peu con de se présenter chez l'Ordre en étant Mando, et encore plus con de venir chez la Guilde en étant Jedi, non, vraiment, vois-tu, dans la vie, il y a une règle qui dit que les seuls plus forts et les plus malins survivent. Et il semblerait qu'il te manque les deux. lança le guerrier blond.

    - QUOI? Je vais t'éventrer, sale ch..>

    Avant de pouvoir finir, le blond envoya son poing en direction du visage du Jedi qui utilisa ses réflexes pour l'éviter habilement d'un pas sur la droite... ce qui ne l'empêcha toute fois pas de s'enfoncer l'estomac sur le genou du guerrier. Le souffle coupé, il perdit quelques secondes à se remettre d'attaque, le blond en profita pour le saisir à la gorge.

    <Je suis Aven Flar, Mandalorien de mon état. Dis, t'as pas remarqué quelque chose depuis que mon vieux pote Edoras est entré? Si? C'est dommage, hein? Moi je trouve qu'intégrer un Yssalamari à son armure est inesthétique. Mais bon, ça reste un d... >

    Le Jedi avait prit son élan et frappa le ventre du Mandalorien avec ses pieds joint, le repoussant violemment en arrière. Ses yeux brillaient d'un feu de rage et du sentiment d'être humilié. Il se remit en garde et, posant ses poings sur ses hanches, tonna :

    <Je suis Cenovii, Mandalore du peuple Mandalorien, je raserais ce bâtiment, même s'il faut q...>

    Aven chargea le Jedi qui ramena ses poings face à son torse, le visage haut. Cependant le blond ne chargeait pas pour la beauté du geste. Son coup d'épaule envoya voler le Jedi contre les tables, le cercle de guildeurs et les autres meubles gênant ses déplacements et ne lui permettant pas de l'éviter. S'apprêtant à relever sa proie pour en finir, Aven dût esquiver d'un saut sur le côté une chaise lancée par le Jedi, qui mit ces quelques secondes à profit pour grimper sur une table, invitant son ennemi à élargir le champ de bataille. Cependant le blond prit le temps de parler, lui aussi.

    <Ah, Mandalore? Ben voyons, et moi j'irais dire à Bricious que je suis le Nouvel Empereur... ironisa Aven.
    Non mais regarde-toi, mon petit divertissement en sachet, tu es aussi Mandalorien que la table sur lequel tu te trouves!

    - Vraiment? répondit le Jedi en saisissant un petit blaster caché dans une poche de ceinture. Eh bien voyons maintenant si tu es aussi à l'aise avec les mots et les poings qu'avec tes armes, guildeur. >

    Il mit en joue le blond, qui croisa nonchalamment les bras avant d'annoncer :

    <Ecoute, avec ton briquet, tu vas tirer cinq fois et mon bouclier va absorber, me laissant largement le temps de dégainer mon arme. Et la mienne est un disrupteur. Je ne sais pas si tu sais, mais ce petit bijou perce boucliers et combinaisons, et est interdis sur tous les mondes civilisés, ou presque. Faut avouer qu'il fait des horribles, vraiment, horribles blessures, en agissant au niveau moléculaire, puisqu'il fait... exploser... ces dernières, chicos, non? fanfaronna Aven.

    - Tu ne m'impressionnes p.. Heyyy! cria le Jedi.

    - Bon, aller fini de jouer les enfants, papa veut s'amuser, lui aussi.>

    Sur ce, s'étant glissé derrière lui, il faucha les jambes du Jedi et le tira prestement vers lui. Il lui tordit son poignet armé, le saisit par les cheveux et s'appliqua à lui fracasser la tête sur un bord de table, lui brisant au passage la mâchoire, quelques dents et transforma son nez en une pulpe sanguinolente.

    <Papa, papa! Tu peux lui briser les genoux?! piaillait sa fille.

    - Tout ce que tu veux, ma chérie. répondit-il en secouant l'illuminé inconscient pour lui redresser les jambes, dont il brisa les rotules en deux coups de pieds.>

    De son côté, Aven était penaud.

    <Maiiis euh! Je m'étais presque cru dans un Holofilm! geint-il.

    - Bah, promis, tu le tortureras un peu, avant de le renvoyer à leur Temple. assura le vieux Guldeur.

    - Heureusement! répondit d'une manière faussement insolente le Mandalorien.
    Alors mon vieux, commenca-t-il en poussant un peu le corps meurtris du Jedi pour allonger ses longues jambes sur un banc, faut que tu me racontes tes vacances longues durées! Et puis j'ai soif. Mimiiiii! Viens t'asseoir s'il te plait!

    Tandis que Mimi accourant toute sautillante - en prenant soin de marcher sur Cenovii - Edoras s'épousseta dignement avant de prendre un siège de velours violet généreusement rembourré. Il claqua des doigts et une serveuse alla aussitôt chercher des rafraichissements, à peine gênée par la cohorte de Guildeurs qui, satisfaits par cette distraction agréable, retournèrent à leur table.
    Saisissant son verre fraichement rempli, fixant le guerrier aux cheveux blonds de son regard calme, Edoras commença :


    - Eh bien, j'étais sur Rakata, profitant du sable chaud et de la mer bleue, avec ma douce...

    Ainsi était la vie à la Guilde, et surtout dans une Cantina, où les batailles et les duels sont tout aussi courants que les comptes sans provisions et que les bières renversées. Et même un Jedi ou un Sith n'était pas à l'abri du courroux des Vieux de la Vieille, les anciens de la Guilde. Surtout quand une fille, mieux LA fille, était en question.
    Et puis après tout, elle était sacrément mignonne.

    -------------------------------------


    Ce message a été modifié par: Aven-Flar le 09-09-2010 22:28

    jeudi 09 septembre 2010 - 22:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Encore un coup vache de Mimi. Il s’était apprêté à toutes sortes de ripostes verbales s’il avait affaire au Jedi, mais pas au père de sa marraine, père qui était sacrément taillé en épaules, en bras, en jambes, bref, en tout. S’il fallait que quelqu’un claque sa thune dans une tournée générale non souhaitée, en tous cas pas à ses frais, ça tombait toujours sur lui. À chaque nom de boisson, Huge jetait un billet rageusement, et parlait de plus en plus rapidement et énervé.

    Huge : Un Hyperespace, deux Twisters, deux Molokos, un Smirnoff d’Rosland, trois Jaars, Cotygs, cinq Whyrens, trois Brandys, un whisky de Malastare, un Beaujolais, encore des Molokos, une bière d’Lomin, un tea, un Lum, une Ksaa rouge... (reprenant sa respiration) ... deux contrebandiers, trois sortes de vins, vingt bières corelliennes, une Love Love, un lait d’Krayt, ce BORDEL ! Et une paire de Ewoks festifs !!!

    Serveuse (prenant les bouteilles) : C’est quoi, le problème ?

    Huge (montrant le comptoir bondé) : Mais tout ça coûte plus que moi et j’dois encore une Supernova, un autre Lum, une bière Polanis et un cognac !

    Une voix imposante se fit entendre. Une nouvelle tête pour Huge, une ancienne pour la Guilde, pénétra dans l’établissement en de grands pas lents. L’homme, un blond aux cheveux mi-longs, habillé comme Huge au niveau du haut, s’approcha de Mimi et l’embrassa amicalement, puis se tourna vers le Jedi. Une discussion s’en suivit avant l’action. Huge aurait bien participé, mais au milieu de ces « lance-châtaignes », il aurait passé pour un bleu, ce qu’il était d’ailleurs. Il regarda alors la scène attentivement, tranquille peinard, accoudé au comptoir et sirotant un café... avec deux sucres. Il apprit déjà que, lors d’une baston contre un guildeur, on n’avait pas le temps d’en placer une, ou pour être plus précis de dire quoi que ce soit. « Cogne d’abord, discute après... ou pas », c’était bien clair. Le Jedi et le blond étaient quasiment à égalité (selon Huge), lorsqu’Edo s’invita à la fête. Cenovii était à présent par terre et en train de se faire refaire le portrait. Qu’est-ce que Huge aurait voulu casser lui aussi du Jedi ! Quoiqu’il ne l’aurait peut-être pas laissé en vie... Le combat enfin fini, le blond fit un constat important :

    Aven : Et puis j’ai soif.

    Huge (discrètement à la serveuse) : Eh cette fois c’est pas à mes frais. Qu’ils se démerdent, mais je ne paie pas. De toute façon, j’ai plus un rond, et pas question de payer avec quoi que ce soit d’autre non plus !

    Mimi, le blond et Edoras étaient tous les trois à une table, le troisième racontant sans doute tous ses souvenirs depuis qu’ils se sont perdus de vue... Mimi allait bien parler d’un moment à l’autre, et ça allait être aussi au tour du novice d’entrer en scène. Il s’en réjouissait déjà d’avance, en se recourbant sur le comptoir, dos aux trois amis...

    jeudi 09 septembre 2010 - 23:14 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Un crime impardonnable en cachant un autre, voilà que deux ancêtres, deux croutes de la guilde, surgissent de nul part et tombent sur Cenovii, lui flanquant une rouste mémorable. C'est quoi ce rassemblement de ridés? Un traquenard? Ca y ressemble fort... Ha bah c'est du joli! Un piège dont la bassesse n'a d'égal que le manque de fair-play de celle qui s'est maintenant réfugiée dans les jupes de son papounet adoré. Le jedi mandalorien, gisant sur le sol comme une vieille serpillère mal essorée, se repasse la scène. Bordel s'il n'y avait pas cette saloperie d'Ysalamari dans le coin il t'aurais fait explosé la cantina en une seule attaque.

    - Bande de tromblons!

    Toujours au sol, Ceno trouve la force de balancer quelques jurons. L'attitude des mandos en présence l'ont répugné à en gerber ses tripes. Bah oui, c'est à cause d'énergumènes comme eux qu'on prends les mandaloriens pour des brutes sans cervelle, pas foutu de faire honneur à leur culture autrement qu'en jouant les gros barbares. L'histoire raconte pourtant que plus d'un mando ont accédé à une autre hygiène de vie. Tous ne sont pas des hommes préhistoriques dont la seule vertu est d'avoir établi un record de cassage de crânes. Quand ils n'étaient pas soldats, les mandos pouvaient se consacrer à d'autres carrières. Mécaniciens, médecins, scientifique même! Qui osera dire que Cassus Fett était un bourrin de base? Non, il était un grand stratège, usant de ses méninges. Le fait qu'il ressente la Force destinait Cenovii à devenir soit Jedi, soit Sith. L'avenir lui donnera raison, puisqu'il gravit les échelons de l'Ordre plus vite que n'importe quel autre padawan. Celui qui comprends pas ça trouvera surement une place de choix en s'engageant chez les fachos impériaux.

    - Sales traitres!

    Bon, Ceno accepte sa volée, mais pas le fait qu'on l'insulte de dar'manda sous prétexte qu'il est jedi. C'est un grand déshonneur surtout venant de la part de ses pairs, enfin, ses pairs... Pour lui, c'est d'avoir oublié ses origines et les principes qui y sont liés qui condamnent le mando'ade à être un dar'manda. Comme les deux revenants qui s'en sont pris à lui, tandis qu'il demandait juste réparation. Logique de guildeur: il ne pouvait apparemment pas en être autrement. Cenovii comprends que certains n'ont pas la même compréhension que lui, et voilà de quoi l'éloigner des cantosh miteuses pour un certain nombre d'années. Les bouldogs en présence et le bichon qui leur sert de fille ou de soeur n'ont pas d'excuse quand à l'offense qu'ils lui ont fait subir.

    - Vous allez le regretter!

    Maintenant, tout le monde rigole devant l'ignoble fresque le représentant en travesti, tandis que les protagonistes principaux de la baston font comme si de rien n'était, puisque le perdant est à terre et semble inoffensif. Sa colère et son envie de revanche prennent le pas sur ses considérations habituelles. Pendant plusieurs minutes, on ne prête guère d'attention au jedi, ni même à ses vociférations. Tant mieux, profitant de la béatitude ambiante, il rampe discrètement vers la sortie. Quand il se retrouve hors du champ d'action anti-Force de l'Ysalamari, qui est ridiculement étroit, Cenovii replace ses genoux et fais agir ses médichloriens. En quelques secondes, ses jambes peuvent à nouveau fonctionner. Il décampe donc de la cantina sans que personne n'ai compris comment.

    - Alors là ça va chier!

    Ceno attrape le rodien à l'entrée et le dépossède de son sabre laser avant de l'envoyer valser dans le fourrage à bantha le plus proche. Il fait ensuite le tour du bâtiment, puis prends quelques minutes pour soigner toutes ses blessures. Une fois comme neuf, le mando repère avec exactitude l'emplacement de la paroi sur laquelle est taguée l'inscription de la honte. Enfin, il allume son sabre laser et entame la découpe depuis l'extérieur. Les murs de la cantina étant en carton mâché, l'ouvrage ne dure pas plus de 30 secondes. Une fois la paroi désossée, Ceno la maintient en place avec un peu de télékinésie, puis il la projète en avant à l'intérieur de la salle. Le mur emporte tout sur son passage et vient se démolir sur celui d'en face. La moitié de la cantina est dévastée. Un travail facile s'il en est. Mimi et ses chiens de gardes sont prêt à passer à l'action, mais Ceno a prévu un plan B, et même un plan C, et si jamais, un plan D.

    - Bah allez-y! Allez-y!! Venez! Je vous attends!!

    Il dégaine deux détonateurs thermiques et menace de tout faire sauter au moindre battement de cil des adversaires qu'il a en face de lui.

    - Vous préciserez bien à Ange que c'est de VOTRE faute hein, pas la mienne!!! Moi qui venait simplement dépenser quelques creds, haar'chak, salir l'honneur d'un descendant du clan Ordo n'est pas chose intelligente, fusse-t-il jedi, vous devriez être bien placés pour le savoir, hérétiques!! Chakaar!! Shabuir!!! Vous avez que ce que vous méritez! Et si vous espérez me rattraper j'aime autant vous dire que c'est peine perdue, je cours plus vite que le vent! Essayez juste de recommencer à m'insulter de la sorte et je reviens faire exploser Tatooïne entièrement, vous aurez droit à l'intégral!!!! BOOOM!!

    Ces menaces sont à la hauteur du déséquilibre qui touche maintenant Cenovii.

    - Grrr!!! Amusez-vous bien tas d'andouilles arriérées!!!

    Le jedi craque complétement et finit par balancer les détonateurs thermiques dans la salle avant de se barrer à 100 km/h. Avec un peu de jugeote et de réflexes, bien que cette combinaison doit être beaucoup leur demander, les guildeurs trouveront bien un moyen pour renvoyer les détonateurs sur le revendeur d'à côté, dans le tas d'immondices qui leur sert de cantina il doit bien y avoir une raquette ou un truc du genre. Dans le quart d'heure qui suit, le vaisseau du chevalier en armure est déjà en hyperespace à destination d'un endroit civilisé.

    vendredi 10 septembre 2010 - 01:18 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    L’ancien maitre de l’Univers : Oh ben ***censuré***, alors ! Il est moins glandu que je l’croyais, ton Mando-Forceux.
    Ce disant, l’Édo génial avait réagit à la situation. Pas le temps de fignoler ou d’inventer une nouvelle technique de fou : un bon vieux « sale truc » ferait l’affaire. Il attrapa donc un pauvre Jawa innocent et le balança sur les détonateurs, les chopant au vol et les envoyant tous les trois (les deux détonateurs et le Jawa) hors de la Cantina.
    L’explosion aveugla quelques secondes ceux qui n’avaient pas eu le réflexe de détourner les yeux, ou qui n’avaient pas la chance de posséder un casque dont la visière était prévue pour s’opacifier quand ce genre de choses se produisaient.

    Il ne resta plus du Jawa qu’un petit tas de cendres, qui retomba sur le sable chaud en virevoltant selon les caprices du vent. Ainsi va la vie : tiré du sable, le petit homme retourna au sable.

    Le retraité dégueulasse : Pff… je vais encore avoir les types de la protection des aliens sur le dos. Pourquoi ça tombe toujours sur les Jawas, ce genre de truc, hein ? C’est pas comme s’ils m’avaient jamais rien fait : ils m’ont quand même piqué une fois les enjoliveurs de mon fonceur, mais quand même…
    Le Mando bourrin : ‘Va falloir refaire le mur. Encore. Bon, il vient, mon cotyg ? J’aime pas poursuivre mes proies l’estomac vide.
    Pinou (© Maggy Terrik) : Dis, fifille, avoue qu’il a quand même un ou deux réflexes de bourrin, ton mandojeedaï ? Il a la grosse tête, ça c’est sûr : se déclarer Mandalore comme ça, ‘faut pas avoir peur du ridicule. Mais j’aime bien les gars qui ont des réflexes. J’aimerais bien lui péter la g… encore une fois.
    La fifille à son pinou, très calme : Tu en auras l’occasion après que les droïdes et Huge se seront occupés du trou dans le mur. Tu nous parlais de Rakata et de la plage aux eaux azurs ?
    Le mec-plus-ultra : Ah, ouais, où j’en étais ? Bon, ben après sa deuxième fausse couche, Kiffa a fini par me donner un petit croisé mâle. Il a une jolie peau mauve-rose pâle, trois lekkus comme sa maman et les yeux de son papa. Il a aussi reçu mon système pileux, ce qui fait vraiment bizarre sur un Twi’lek… Y a des mèches de cheveux bruns entre les lekkus. Sinon, ben il est un peu maigre, mais résistant, avec deux rangées de dents à peine moins pointues que la norme, et de petites molaires humaines. Pour l’estomac, il n’en a qu’un comme les Humains, mais conçu sur le modèle Twi’lek… et il a l’appétit de papa. ‘Devriez voir ses mains ! On ne sait pas trop s’il a des ongles ou des griffes et il se ramasse des longs doigts musclés. Le p’tit Frankie à sa môman, mon Fran-Kyle. Hum… y avait désaccord sur le prénom, alors on a accolé les deux. Un Fran étant une sorte d’oiseau de proie vivant dans les grottes de Ryloth, parait-il.
    Hum… sinon, je ne devais pas péter la g… de quelqu’un d’autre ? A part ce Jedi qui m’a piqué l’idée de l’armure et du sabre, bien sûr. C’est quoi, ta mission-bidon, au juste, ma puce ?

    :jf:

    vendredi 10 septembre 2010 - 10:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Le Jedi était parti. La façade de la cantina était en miettes sur le sol, et Huge lança aussitôt :

    Huge : Héhéhé ! Il s’énerve, l’Jedi ! Y veut faire péter Tatooine, il a l’Étoile Noire ou quoi ? Pauv’ type...

    Et il se mit à reconstruire le mur avec des droïdes. Il voulait pas non plus laisser sa demie-œuvre d’art dépérir sur le sol poussiéreux de la cantina, non plus ! Les réparations presque terminées, il intercepta quelques phrases d’Edoras.

    Edo : Sinon, je devais pas péter la g... de quelqu’un d’autre ? À part ce Jedi qui m’a piqué l’idée de l’armure et du sabre, bien sûr. C’est quoi, ta mission-bidon, au juste, ma puce ?

    Huge tressaillit.

    Huge (pour lui-même) : Oh, ça chauffe... Ça commence même à devenir malsain pour moi, maintenant. Mieux vaut se barrer discrétos avant qu’on m’appelle...

    À pas de loup, il sortit de l’établissement le plus vite qu’il put, puis fila dans les rues jusqu’au hangar de son vaisseau. Mais arrivé là-bas, il était attendu par Edo, Mimi et Aven.

    Huge : Ah, dommage...

    vendredi 10 septembre 2010 - 18:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    A plusieurs kilomètres de là…

    Un cratère énorme, encore fumant. Au fond de celui-ci, une petite forme recroquevillée gît. Une épaisse cape recouvre son corps inanimé, son visage restant masqué par un capuchon. Un gémissement s’échappe de la créature naine et deux pupilles jaunâtres illuminent soudainement la nuit.

    On dit des jawas qu’ils sont une race extrêmement résistante. Ce n’est pas Monsieur K. qui dira le contraire. Il venait de subir l’affront dit « de la raquette » et avait survécu à l’explosion simultanée de deux détonateurs thermiques. Mais il était encore là, bel et bien vivant. Peut-être l’unique survivant de celui qu’on appelait chez lui « El Jawator », une créature responsable de la mort de millier de ses semblables. Certaines rumeurs parlaient même de millions… Aucun survivant n’avait pu venir témoigner. Avant aujourd’hui.

    La silhouette traversa le désert, porté par cette unique idée.

    * * * * * *

    Certes, le jeedai avait un peu plombé l’ambiance. Mimi persistait à penser qu’on devrait inviter des jedis plus souvent, cela faisait un spectacle drôle et gratuit de surcroit. L’incident fut rapidement oublié, et Huge, en bon novice, se mit à rebâtir le mur. C’était vraiment un brave garçon. C’était à cela que Mimi pensait lorsqu’Edoras s’adressa directement à elle.

    Edoras : Hum… sinon, je ne devais pas péter la g… de quelqu’un d’autre ? A part ce Jedi qui m’a piqué l’idée de l’armure et du sabre, bien sûr. C’est quoi, ta mission-bidon, au juste, ma puce ?

    Mimi : Quelque chose de la plus haute importance ! Voilà, j’ai un novice maintenant et… Oh ça va Aven, pas besoin de faire cette tête là hein ! Oui c’est bien un vrai cette fois… Si si, il existe ! Bref. Je le forme depuis plusieurs mois, mais j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose. C’était de la testostérone. Bon j’ai essayé de lui en faire ramener… dit la jeune femme en montrant d’un air distrait les attributs de Zorba le Hutt qui trônaient sur l’étagère d’honneur de la Cantina dans des bocaux verdâtres, mais en fait ça n’a pas suffit. J’aimerais le placer sous votre tutelle pendant une semaine ou deux afin qu’il puisse parfaire son apprentissage. Il y a des choses que je ne peux pas lui apprendre ! comme… Bah transpirer, cracher des insultes en se grattant certaines parties du corps, tuer des jawas…
    Aven : La vraie raison, c’est quoi ?
    Mimi : Bon d’accord, ça me ferait des vacances. Puis vous ça vous ferait une sorte d’esclave. Il est super obéissant, à ce niveau vous verrez que je n’ai pas chômé. Regardez. HUUUUUUUUUUUUUUUUGE !!

    Elle fit un énorme sourire à ses pairs, attendant que le gamin rapplique au hurlement. Elle réitéra son appel, un peu plus rauque cette fois. Sans succès.

    Mimi : Par le string noir de l’Empereur il s’est barré le fauve !

    Aussitôt, la jeune femme se leva comme une furie, et courut vers la sortie de la Cantina, suivie de près par ses acolytes.

    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 11-09-2010 01:37

    samedi 11 septembre 2010 - 01:35 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    L'affreux gamin fut récupéré au hangar. Pas malin de se jeter sur le premier vaisseau venu pour s'enfuir... pas malin non plus de pas prendre les raccourcis, au lieu des rues sinueuses et labyrinthiques de Tatooïne. Édo l'attendait, bras croisés et souriant de toutes ses dents.
    Quand un Guildeur vous joue un bon tour, il a souvent ce petit sourire en coin qui le rend si charmeur. Quand on sait interpréter ce genre de sourire, on peut généralement savoir de suite s’il veut dire « t’as pas fini d’en bouffer » ou « un point pour moi ».
    En l’occurrence, Huge sembla comprendre qu’il était mal, mais alors vraiment mal barré. Et il avait raison, la suite vous le démontrera. Mais pas tout de suite…

    L’Edo-joli, re-promu pour un temps au rang de Grand Tacticien des Complots Guildesques, envoya une forte bourrade dans l’épaule du novice de sa novice. Sachant que ce mec avait jadis pu boxer des Wookiees, imaginer le bleu en devenir ne requérait pas un grand effort d’observation… Heureusement, Édo avait vieillit davantage ces dernières années que les 160 années précédentes. Il faut croire que son andropause venant, son caractère avait davantage empiré, car il sembla hésiter à remettre une baigne à Huge, pour le plaisir… et y alla finalement d’un petit coup à la cheville, en douce. Il se fit l’impression d’agir comme Naga, son propre grand-père. La chose ne lui déplut qu'à moitié : Naga avait fini carrière avec un harem gigantesque.


    Le Torpilleur : Bien essayé, gamin. Mais te planque pas trop vite, j’ai une mission à te confier. La Patronne de la Guilde m’a donné un ordre et, même si j’ai changé ses couches quand elle était pitchoune, ça me ferait mal de pas lui obéir. J’attends donc que tu nous obéisses également !
    Voila le programme : les Forceux nous marchent sur les burnes depuis quelques temps, parait-il. J’étais pas là quand ils ont commencé à déconner, mais je me souviens parfaitement du nombre de fois où on les a tiré de la mouise. Kaarde Naberry a été mon esclave, quand même, ça crée des liens et ils ont pas le droit de nous envahir comme ça ! L’invasion de Nar Shaddaa sans déclaration préalable constitue euh… un sale truc ! Bref, venant de la part des Hutts (qu’on a atomisé lors de la dernière guerre des gangs) ou de quelconques pirates, ça passerait, mais c’est intolérable de la part des Jedi !
    Que, pus d’vornskr, y a des traditions à respecter ! Les Jedi sont pas censés faire des coups en douce comme ça, ou alors ‘faut qu’ils aient été élevés ou engendrés par un Terrik ou un Solo ! Donc, ‘vont le payer. Bref… réunion des cerveaux dans la Cantina, tout de suite ![/b]


    ~~~~~~ Tatooïne, Cantina de Bestine, préparatifs machiavéliques ~~~~~~
    (ambiance )

    La soirée se poursuivit fort tard dans la cantina, chaque guildeur y allant de son petit avis. Avis de plus en plus extravagants à mesure que les bouteilles se vidaient.
    - Et on pissera dans leurs pantoufles !
    - On mangera leur chat !
    - Ah nan, pas le chaaaaaaat !
    - On inoculera la varicelle à tous les padawans !
    - Je peux lancer un marché noir du vibromasseur dans le Chu’unthor ?
    - On foutra un virus dans leur bibliothèque pour qu’elle spamme des sites de…
    - Z’êtes vraiment des obsédés ! Et si on foutait des caméras miniatures dans leurs WCs, tant qu’on y est ? Un concept d’holo-réalité à creuser, nan ?
    - Arrête, j’vais vomir !
    - On peut mettre leur clé de cryptage comme référence sur la page rose d’Holonet !
    - Dessiner des obscénités sur leurs vaisseaux !
    - Changer la langue de leur databloc : un ch’tite manipulation et hop, tout sera écrit en Vondara de la troisième dynastie, ou en truhu’u’ulmirk.
    - Se déguiser en grand méchant Sith et crier « JOIN THE DARK SIDE ! » chaque fois qu’on verra un bébé padawan !
    - Ajouter du piment bleu dans leurs fournitures de rations !
    - Aller à la laverie et intervertir leurs bures avec des tutus roses à paillettes !
    - Waaaareeeeeen ! POWAAAAAA !


    Bref, la trente-septième guerre du Grand Foutoir Galactique allait commencer.

    :jf:
    -------------------------------------
    Édoras Konix Terrik
    Ex-Leader de la Guilde, retraité
    Pus d'vornskr ! Y a plus de p'tits profits !

    Ce message a été modifié par: Edoras le 11-09-2010 01:43

    samedi 11 septembre 2010 - 01:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Aven-Flar

    Aven-Flar

    4927 Crédits

    Après le petit incident d'hier, 5 guildeurs avaient été désignés "volontaires" pour une livraison de minerais sur Ank Ki-Shor, dans une garnison Impériale. Cette planète était située Dans la Bordure Extérieure, et chaque avant-poste impérial était prêt à faire face à des menaces pirates ou rebelles. Telle était la "cible" de la Guilde ce jour-là. Cette dernière s'était reposée depuis quelques temps, et les Impériaux, hormis leur ravitaillement et les affaires habituelles, ne s'attendaient absolument pas à ce qui allait suivre, 'faut dire que dans le coin où ils étaient, ils craignaient pas grand chose. Bref, les contrôles furent minimum, et les 4 compères occupaient l'espace d'un container qui aurait dû être rempli de plaques de duracier.
    Deux étaient vêtus d'armures Mandaloriennes, l'une rouge, l'autre dans des tons plus bleutés, la dernière personne était plus légèrement vêtue : comprenez qu'elle ne portait pas 10cm d'épaisseur de beskar' sur elle.Et y avait un autre machin, habillé de telle manière qu'on aurait pu le confondre avec un serveur de bar


    <On est bientôt arrivé? demanda une voix féminine

    - Ouai.

    - Quand?

    -Bientôt.

    - Humpf... C'est à dire?

    - Presque tout à l'heure, mais pas tout à fait.

    - .... C'est à dire?

    - Mimi chut!>

    - Mais c'...

    - Toi, ta gueule.

    C'était une simple opération d'infiltration, le genre de truc qui enquiquine l'Empire jusqu'à ce qu'on envoie Ange faire un câlin à Brice (mais un vrai de vrai). Bref, une fois à terre, la rampe du transport s'abaissa et le personnel de la base entrepris de décharger la cargaison. Une fois la sensation de mouvement terminée, tout le monde entrepris de compter mentalement jusqu'à 500 avant d'ouvrir la porte, par mesure de sécurité.

    <- Oh et mayrde, flemme de compter! lâcha l'armure rouge.

    - Aven n...!>

    Il ouvrit la porte d'un coup de pieds après l'avoir descellée. L'entrepôt était vide. L'amure violette poussa un soupir et sortit du container, suivit de sa fille. L'homme en armure rouge ne bougea pas, et les trois autres le regardèrent, au bout de quelques minutes, Edoras prit la parole :

    <- Aven? Un problème? questionna la voix désincarnée sortant du casque.

    - J'attends que tu passes devant.

    - Pourquoi? Tu connais le chemin pourtant! La carte que l'on a récupérée indique que...

    - Flemme de la lire.

    - ....

    - ...>

    Edoras prit donc la tête, emmenant le quatuor à travers couloirs, salles et hangars. Apparemment, être soldat d'une garnison paumée dispensait de faire ses tours de garde, bon, ça se présente mieux que prévu. Ils longèrent un mur jusqu'à une dernière porte, qu'ils ouvrirent de la même manière que les précédentes, comme on ouvre son frigo.
    Évidemment, le destin est la pire des raclures, c'est ainsi qu'il a jugé bon de mettre dans cette salle un officier et 2 stormtroopers, tous 3 attablés autour d'un paquet de cartes.


    < Je te dis que mon Boma peut battre ton Cannok!

    - N'importe quoi! Il a pas assez de points de vie!

    - Oui, mais il a plus de points de vitesse!

    - Ca change rien, il le bat! Chef, c'est vous le MJ, vous en dites quoi?

    - Eh bien... hum... *il tourna la tête* Mhh... eh vous! * le groupe se figea * A votre, avis, qui du Boma ou du Cannok gagne, comme ça?

    - Ca dépend, le Cannok est très agressif, mais il ne chasse qu'en meute, là où il aura un net avantage par rapport au Boma, plus solitaire. Cependant, le Cannok n'est pas à sous-estimer, car il attaque même des Mandaloriens. Mais de le cas où le Cannok est seul contre un Boma, il faut voir le facteur âge. Car un Boma jeune n'aura pas développé suffisamment ses cornes frontales pour être aussi fort qu'un adulte, et face à un Cannok vieux, et donc, expérimenté, le Boma sera estropié. Mais à l'inverse, face à un Boma trop agressif et imposant, un Cannok préfèrera fuir, puisqu'il est plus rapide que le Boma, et que ce dernier a une intelligence encore plus limité, bien qu'il aie un instinct protecteur qui fait de lui une bête très appréciée des dresseurs. On peut par contre affirmer qu'un Cannok peut tuer un Boma s'il le prend en embuscade, chose qu'un Boma ne peut pas faire, le Cannok ayant 2 yeux pédonculés indépendants. Bref, il faut s'appuyer sur le contexte... et la chance...

    - Ah... Bon...

    - Yep.

    - Bon, bon, c'est bon, allez-vous en, je me débrouillerais! lâcha l'officier.>

    Le groupe ne se fit pas prier et fonça en direction du hangar à navette. Ils inspectèrent la pièce.

    C'était grand.

    Six navettes d'assaut Gamma étaient ravitaillées et alignées, prêtes au départ. Ils coururent vers la première à leur portée, assommèrent 3 techniciens et asservirent le droïde pilote. La navette était prête au combat, tout avait été nettoyé, lustré, et 30 combinaisons de Spacetroopers étaient rangés dans leur logement, en recharge.
    Tandis qu'Aven, le plus familiarises des 3 aux commandes impériales, se préparait à les faire décoller, Edoras laissa un message sur le sol du hangar.
    Le soleil était haut et la navette passa rapidement à travers la baie de décollage et commença sa montée dans l'atmosphère.
    La patrouille en orbite se contenta du signal du transpondeur pour les laisser passer, ainsi, la navette disparut dans l'Hyperespace, direction le bouleversement galactique le plus proche.



    Ce message a été modifié par: Aven-Flar le 11-09-2010 18:06

    samedi 11 septembre 2010 - 17:50 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide