Cantina de Bestine V.7 (page 3)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits

    Les manières de Choupi m’avaient agréablement surprise. Le temps avait passé mais il avait certes gardé son naturel du vaurien et ses petites manies toujours aussi attendrissantes. Sainte Force, ce type n’a pas changé d’un poil et mon cœur non plus à mon grand dam. Un jour, peut-être qui sait ? Je finirais peut-être pas me poser et arrêter de jouer au chat et à la souris.
    Je souris à cette idée : et bah ! Ce n’était pas près d’arriver !

    Choupi : Qu’est-ce qui te fait sourire comme ça ?
    Ange : Rien… Je me disais juste que j’étais en train de passer une très agréable soirée pour une fois…
    Choupi : Tu sais que tu mens très mal quand t’y mets si peu de conviction.

    Je soupirai et commençai à déguster l’entrée. De la bonne cuisine et des plats raffinés : tous ces arômes qui s’immisçaient dans mon palais et le faisait chanter par des tons différents. J’étais aux anges, si je pouvais me permettre de m’exprimer ainsi.
    Choupi me regardait droit dans les yeux.
    ‘Me regarde pas comme ça, idiot, ou ça va mal finir pour toi comme pour moi. Images licencieuses sortaient de ma tête où je vais finir par littéralement quitter mon siège !
    Je souris, mine de rien, l’air gêné comme il pouvait s’en douter.
    Pourquoi fallait-il que je me retrouve dans des situations complètement impossibles, hein ? Surtout que, pour une fois, c’était un mec bien : il n’avait pas besoin que ma libido s’en mêle, il n’avait pas besoin d’ennuis supplémentaires.

    Ange, se raclant la gorge : Alors… tu… tu as du voir un sacré petit bout de la Galaxie, quand même sur ton vaisseau, comme ça…
    Choupi : Si on excepte la funeste raison qui m’a poussé à voyager : j’admets, j’ai vu des coins plutôt chouettes…
    Ange : Ca change du sable, c’est sûr…

    Je continuai mon entrée, les yeux à moitié noyés dedans afin d’éviter le regard océan de Choupinou. Le serveur prit nos assiettes vides et revint plus vite que l’éclair avec nos commandes suivantes.
    Première bouchée : manque un peu de sel…

    Ange : Tu peux me passer le sel, ‘t’ m’plais…
    Choupi : Pardon ?
    Ange : Euh… le sel, s’il te plait…

    Arf…
    Lapsus….
    La bourde…
    La bourde…

    Génial ! Une gaffe ! Il fallait que je gaffe !
    Manquerait plus qu’un type armé se pointe et la catastrophe serait parfaite !



    -------------------------------------
    Leader de la Guilde
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 10-08-2009 21:47

    lundi 10 août 2009 - 21:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkscorpionw

    darkscorpionw

    3735 Crédits

    J'avais beau avoir fait mine d'être surpris, j'avais bien entendu. Je lui plaisais. Si seulement elle savait que la réciproque était vraie, et bien vraie.
    Tant qu'à parler de catastrophe, la porte du restaurant vola en éclat. Le monsieur de tout à l'heure était revenu, et pas tout seul. Une lopette et ses acolytes. Angie avait le dos face à la porte, ce qui, pour le moment, sauvait un peu l'honneur.

    Moi : Tu m'excuses, ma belle, faut qu'j'aille aux toilettes.

    Angie : Fais donc.

    Elle sourit. Un beau sourire. Un seul. Qui me fit chavirer le coeur, une fois de plus. Je la connaissais, elle et sa complexité naturelle, et pourtant... . Pourtant c'était même sans doute ce qui faisait que ces empressements cardiaques ne cessaient pas.

    Au lieu de me diriger vers les toilettes, je m'adressai au jeune homme.

    Moi : On règle ça dehors. Je tiens à laisser les gens en dehors de ça. Pas besoin de faire le mariole devant les clients. Au fait, j'aime bien connaître le nom des gens de je massacre.

    Le brun : J'm'apelle Georje Clounet. Je t'attends dehors, gros malin.

    Nous sortîmes. Juste trois gugusses en face de moi, mais lourdement armés. Vibro-dagues étincelantes dans la nuit qui s'annonçait, et deux E-11. J'avais une chose pour moi quand même : l'avantage du terrain. Etant donné le nombre de bastons qu'il y avait pu y avoir dans ces rues, avec Naga, Aven, Ed' ou Grey, j'commençai à connaître l'endroit comme ma poche.
    L'affaire fut réglée en cinq minutes. Mais je pris un coup sur la mâchoire, qui m'ouvrit quelque peu.

    Je rentrai dans le restaurant, et retournai m'asseoir. Pourvu que ça n'ait pas tâché la belle chemise qu'Angie m'avait prêté. La belle avait toujours le nez dans son assiette, elle dégustait le plat principal, et semblait l'apprécier.

    Angie, sans lever le nez : C'était bien ?

    Moi : Comme un tour aux toilettes.

    Angie, me regardant dans les yeux : Ah, mais, c'est quoi ça ???

    Moi : Hein ? Quoi ?

    Angie : Ce sang, là !

    Moi : Ben, j'ai voulu me refaire une beauté, et j'me suis coupé en me rasant.

    Excuse débile. Excuse débile de mec débile.

    Angie : D'accord, je crois que j'ai compris. Tu pouvais pas m'appeler ? Mon charme ravag...

    Elle fut interrompue par le regard que je lui lançai.

    Angie : Je rigole.

    Elle tourna la tête pour regarder alentour, voir ce qui avait pu se passer. Je glissai entre temps une petite boîte sous sa serviette, le vrai bracelet. Celui là n'était pas en toc. Encore moins volé. Acheté au prix d'un dur labeur. Chez un vrai bijoutier. Bref.

    Angie : Le repas est délicieux. C'est drôle à dire, mais, c'est vraiment une très bonne soirée.

    La satisfaire. Une des seules choses dont j'avais jamais rêvé. Mais, ça, elle ne pouvait pas le savoir.

    lundi 10 août 2009 - 22:32 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    23272 Crédits

    Ces hommes, je vous jure….
    Nul doute que le joli cœur avait dû jouter non loin de là pour prouver sa virilité à quelconque adversaire. On ne pourra pas les refaire et c’est nul doute ce qui me faisait littéralement craquer.
    Lui et son petit sourire en coin, lui et son regard pétillant de malice, lui et son charme à faire fondre un glacier par chaleur insoutenable. Son sourire était une délicieuse caresse au doux parfum enivrant, effleurant à peine ma peau, l’hérissant de volupté pour s’enfoncer au plus profond de mon être. Je m’en délectais comme un fin nectar servi dans ce restaurant.
    Je soupirai.
    Il me surprit à soupirer.
    Bourde…
    Bourde…
    J’ai fait une bourde…

    Ange, d’un ton un peu brutal : Tudevraisfaireattentionàcequeçanesinfectepas…
    Choupi : Pardon ? Angie, si tu n’articules pas…
    Ange : Là. (Je lui indiquai son menton meurtri.) Fais gaffe ce que ça ne s’infecte pas. Attends, j’vais t’arranger ça.

    Je pris ma serviette pour lui essuyer le sang qui glissait le long de son visage, le long de son cou, avant qu’il ne finisse par se nicher dans la chemise un peu trop blanche. Un « blic » sonore se fit entendre. Je posai la serviette et me penchai sur un paquet de petite taille, similaire au premier. Surprise, comme de juste, je l’ouvris pour découvrir un bracelet encore plus somptueux que le premier.
    Je relevai la tête, éberluée.

    Ange : Non mais t’es pas bien à la fin ?! Il est superbe mais… enfin… T’es pas bien ?!
    Choupi, rougissant légèrement : Bah… Si ça te plait pas, je…
    Ange : Nan ! Nan ! Il est splendide ! Mais euh… Enfin… J’suis affreusement gênée sur le coup.

    Le rouge monte.
    Le rouge monte.
    Je suis complètement ahurie, abasourdie et n’en croyant pas mes yeux. Le présent était radieux, aussi radieux que pouvait l’être son propriétaire à l’instant i. Beau. Il était beau, là, maintenant, à me fixer d’une manière enfantine, pareil à un enfant qui avait cassé sa tirelire pour offrir le plus beau cadeau qu’il avait pu acquérir avec de maigres économies et qui attendait de lire de la reconnaissance et une joie sans fin dans les yeux de son destinataire.

    Ange : C’est… adorable… Je ne sais pas trop quoi dire sur le coup.
    Choupi : Alors, ne dis rien…
    Ange : Euh… Pour la peine… euh… je… je… paye le dessert !

    Bourde…
    Bourde…
    Ohmondieuohmondieu ! J’suis pas sortaaaaaaaaable !

    Pour tout réponse, il éclata de rire.


    lundi 10 août 2009 - 23:05 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    Les gens n'avaient décidément plus aucun respect pour les traditions. Depuis quand la Cantina était un lieu romantique où on s'offrait de somptueux bijoux? C'était inconcevable, complètement inconcevable. Voilà ce à quoi étaient réduit les guileurs, le manque de mission, d'action ça rendait... Marshmallow.
    Mimi observait d'un oeil dégouté cet étalage de bons sentiments.


    Mimi: Ca me dégoûte. Où va la galaxie, je te le demande? On ne drague même plus dans les règles de l'art, c'en devient ri-di-cule. Un dîner en amoureux, non mais et puis quoi encore? Une demande en mariage à genoux? Les jeunes d'aujourd'hui, aucune conscience de l'inconstance!
    Kiad, qui passait par là: Ouais. Mais...
    Mimi: Est-ce que toi tu t'es déjà conduit comme ça avec moi? Non, bien sûr que non, tu sais comment t'y prendre avec les guildeuses: Jamais d'argent, jamais de présents. Une règle de conduite é-lé-men-taire.
    Kiad: Non mais tu exagères quand même je t'ai dé...
    Mimi: Non mais tu veux que je te dise ce qui est le plus crade dans l'affaire? C'est que c'est aussi mon petit fils.
    Kiad: ...
    Mimi: La consanguinité est un réel problème dans notre famille.
    Harry, le cuisto: Hey, on dirait que la patronne s'est dégoté un nouveau mari... C'est pas qu'elle commençait à m'inquiéter mais presque, c'est une femme qui n'est pas faite pour rester seule. Comme toutes les femmes d'ailleurs...
    Mimi: Ta guele Son ou alors je te fais bouffer tes dents.
    Harry: Je ferais mieux de mettre un peu de musique, histoire qu'on soit dans l'ambiance!


    ti amo
    redis-moi
    ti amo
    garde moi
    ti amo

    meme si je sais que je ne suis pas ton unique et que tu
    l'aimes aussi, que la vie est ainsi,
    ti amo c'est mon cri
    entend moi-même dans le silence dans lesquel j'ai plongé ma vie
    sans toi je ne serais plus moi
    je l'envie et je t'aime
    comme l'oiseau déploie ses ailes tu t'envoles vers elle

    l'amoreche a letto si fa
    rendimi l'atra meta
    oggi rittorno da lei
    primo maggio su coraggio io ti amo e chiedo perdono
    ricordi chi sono
    apri la porta a un guerrierio di carta igienica
    ti amo de tout mon etre

    mon coeur mon corps et ma tete
    je crains toujours "tes peut etre"

    dammi il sonno di un bambino
    che ta
    sogna (je reve)
    cavalli e si gira (que tu reviennes)
    e un po'di lavoro
    fammi abbracciare una donna che stira cantando e poi

    ti amo je t'ai dans la peau
    je ferai tout ce qu'il faut
    pour effacer tes defauts, toutes ces promesses,
    rien que des mots

    lo ti amo e chiedo perdono
    ricordi chi sono
    ti amo ti amo ti amo ti amo ti amo

    ti amo de tout mon etre
    mon coeur mon corps et ma tete

    je crains toujours tes "peut etre"

    dammi il sono di un bambino
    che ta sogna
    cavalli e si gira
    e un po'di lavoro
    fammi abbracciare una donna che stira cantando e poi

    ti amo je t'ai dans la peau
    je ferais tout ce qu'il faut
    pour effacer tes defauts, toutes ses promesses,
    rien que des mots

    ti amo ti amo ti amo ti amo ti amo

    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 11-08-2009 13:26

    mardi 11 août 2009 - 13:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    La pendule de la Cantina tourne toujours. Dehors, il fait déjà nuit. Un vaisseau Dx-9 atterit à une dizaine de mètres du bâtiment. Huge en sort. Son vaisseau est endommagé à 68%, il faut que Huge se repose. Il marche vers la cantina, à pas lents et fatigués. Il entre, personne n'a remarqué sa présence... Il s'approche du comptoir et frappe un grand coup de poing sur le bar. La serveuse s'approche de lui.
    Serveuse : J'peux vous aider, m'sieur ?
    Huge : Un Moloko. Fort, le Moloko, il faut que je récupère...
    Serveuse : Z'avez l'air sympa, vous. Z'êtes pas comme ces pauv' pochtrons qui traînent là d'puis l'ouverture ! Vous venez d'où, comme ça ?
    Huge : De Chandrila. Je dois faire passer des trucs vers Tatooine.
    Serveuse : Quel genre de trucs ?
    Huge la regarde fixement, le regard froid.
    Huge : Mon verre... Merci.
    Serveuse : C'est bon, pas la peine de me regarder comme ça ! On peut poser des questions, non ?
    Huge : Pas de ce genre (Il avale son verre cul sec). Vous connaissez un endroit où je peux dormir ?
    Serveuse : Si vous voulez, je peux vous trouver une petite place...
    Huge : Non ! Je vais dormir dans mon vaisseau ! Je pense que ça ira mieux pour tout le monde...
    Serveuse : Pour le Moloko, c'est quatre crédits !
    Huge met l'argent sur le comptoir, puis réfléchit, et reprit l'argent. Sans laisser dire mot à la serveuse, il se dirigea vers une table, occupée par un gringalet. Huge le saisit par le colback et le jeta dehors. Les autres clients le regardent, puis se dirigent vers lui en retroussant leurs manches. Huge commença à mettre son gant à pointe.
    Huge : Ahhh ! Je trouvais bien qu'il manquait de l'action, dans le coin ! On va s'amuser !

    Des bruits de cris, de casse et de coups s'entendaient de la rue. A première vue, ça devait bastonner dur. A l'intérieur, Huge avait déjà trois homme dur lui, et six autres commençaient à arriver en un groupe dense. Huge les vit, cogna avec son casque son agresseur de droite, qui tentait de retirer son gant et qui mourut aussi vite, piqua son agresseur de gauche à l'épaule, puis mit son agresseur arrière (le gringalet) sur son dos et le projeta sur le groupe qui n'était plus qu'à deux ou trois mètres. La baston était finie, il y avait une table ruinée, une dizaine de verres brisés et un cadavre par terre. Huge alla s'asseoir à une table en état et enleva ce qui l'encombrait, ce qui rajouta tois verres cassés.

    Huge : A BOIRE ! J'ai soif ! Donnez-moi n'importe quoi tant que c'est commestible !

    La serveuse lui confia du Moloko, une bière du Lomin, du Twister et un rhum d'Endor, que Huge vida d'un trait chacun. Le lendemain, il était sur sa chaise, le bras droit sur la table et le gauche qui pendait, la bouteille de bière à la main, en train de ronfler.

    Ce message a été modifié par: Huge le 02-12-2009 18:37

    mercredi 14 octobre 2009 - 21:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14603 Crédits


    Huge fut reveillé par la voix de Waren qui résonnait tel un cri de Wampa dans une caverne à cristaux, le retour à la réalité fut terrible, on eut dit que la cantina avait accueillit un cyclone titanesque. Il y avait des cachuétes grillés et des bouteilles jonchées sur le sol, un devanorien avait la tête dans le juke-box fracassé d'Ange, des chaises avaient été cassées. Bref une bagarre de plus à la cantina. Huge leva les yeux, enfin plutôt le droit car le gauche était encore dans les vappes, il vit Bill. Le comptable nautolan de la guilde cloué sur place..



    Waren - Arrrrgh !! Mais qu'est ce que c'est que..
    Bill - Si Ange voit ça, on est tous mort !
    Waren - Tout le monde prend un balai..

    jeudi 02 septembre 2010 - 20:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    Le cri résonnait encore dans la tête de Huge. Il ne sait pas combien de temps il avait dormi, mais sûrment longtemps. Ses trent-six étoiles parties, il remarqua la présence de Waren et d'un Nautolan.

    Waren : Arrrrgh !! Mais qu'est-ce que c'est que...

    Bill : Si Ange voit ça, on est morts !

    Waren : Tout le monde prend un balai !

    Huge regarda autour de lui : les lieux étaient bien en bazar, mais étrangement, totalement dfférents de comme les avait laissé Huge la veille au soir. Il ne se souvenait pas du tout de quelqu'un ayant la tête dans un juxe-box, ni même d'un juke-box tout court. Des cacahuètes jonchaient le sol et pourtant il n'y avait aucune cacahuète avant. Et sans doute le plus étonnant pour Huge, il n'y avait aucun cadavre, ni même trace de sang ! Le mystère s'épaississait... Il prit malgré tout un balai et nettoya la cantina. Pendant le nettoyage, Waren lui expliqua qu'il y avait eu une bagarre dans la matinée et qu'il venait constater les dégâts, plus importants qu'il ne l'avait imaginé.

    Huge : "La matinée" ? Maiiiis il est quelle heure ??

    Waren : Pas loin de quinze heures, et Ange arrive dans une demie heure. On a donc intérêt à se grouiller pour pas finir en chair à Bantha !

    Huge se rendit à l'évidence : cette baston du soir n'était qu'un rêve, il avait oublié qu'il s'était vraiment endormi ici. Mais combien de temps ! Enfin, il n’avait plus de cargaison à passer sur Tatooine, il n’avait tué personne et n’était pas le responsable de cette casse. Sans perdre une seconde, il balaya à fond la cantina, répara les tables avec du Scotch, rcolla les verres n’ayant pas fini en éclats, reposa le tout à sa place, sortit le juxe-box avec le devanorien dedans et observa son travail. Vite fait... mal fait. Cinq minutes plus tard, Ange arriva.

    jeudi 02 septembre 2010 - 21:02 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar mimimontesinos

    mimimontesinos

    4540 Crédits

    Une ombre de femme se découpa sur le plancher, la lumière des soleils étant trop forte pour qu'on puisse distinguer le visage de l'inconnue. Quelques cris retentirent à l'intérieur de la Cantina, des suppliques, des lamentations qui avaient toutes pour thème "Non pitié c'est la patronne!"

    L'inconnue resta plusieurs secondes dans l'encadrement de la porte, mains sur les hanches, savourant sans aucun doute la peur que son apparition faisait naître chez la faune la plus dangereuse de la galaxie. Puis le battant se referma, et enfin on distingua le visage de la jeune femme.

    Mimi: On se détend les mecs, ce n'est que moi. Une tournée pour tout le monde, vous avez eu une grosse frayeur!

    Des hourras accueillirent l'annonce, et tous les guildeurs se tournèrent vers le bar et se mirent à héler les serveurs, qui débordés ne savaient où donner de la tête. Assurément, un nouveau venu aurait trouvé la jeune femme très sympathique, mais un habitué saurait qu'il se cachait derrière cette attitude magnanime quelque chose. Mimi n'était jamais bienveillante.

    Se mettant à siffler gaiement, elle s'approcha d'un mur de l'établissement. Celui qui était le plus propre, et le plus grand. Jetant quelques coups d'oeil afin d'être sûr que les hors-la-loi se remplissaient l'estomac à grandes choppes de bière et ne faisaient pas attention à elle, elle se jucha sur une chaise, en face de la cloison.

    - Qu'est-ce que tu fais?

    La guildeuse soupira. Pourquoi il lui collait toujours aux bottes celui-là? "Peut-être parce que c'est ton novice non?" lui souffla une petite voix au creux de son oreille.
    Bon et alors? Elle ne restait pas collée 24/24 à Edoras!

    Mimi: Je m'apprête à faire une oeuvre d'art.
    Huge: Depuis quand tu es une artiste toi?
    Mimi: Vil flatteur!
    Huge: Ange est au courant au moins?
    Mimi: Si Ange est... Pfff! Mais bien entendu! Je suis sa fille quand même, je ne serais pas du genre à ruiner le business familial!
    Huge: Pourquoi est-ce que je ne suis pas convaincue?
    Mimi: Parce que tu es un sceptique doublé d'un ignare. Regarde bien.

    La guildeuse fit glisser son sac à dos sur le sol, et sortit plusieurs pots de peinture ainsi qu'une photo.

    Mimi: Prends un pinceau, voici ce que nous allons faire...

    Mimi se pencha à l'oreille du novice qui avait reprit un air grognon, mais au fur et à mesure des explications de la jeune femme, son visage s'éclairait.

    Huge: J'adore, j'adhère!
    Mimi: Applique toi!

    Novice et marraine se mirent à barbouiller ensemble...

    Quelques heures, et bouteilles de Brandy plus tard...

    Huge et Mimi étaient assis à même le sol, en bas de leur fresque mural, leurs vêtements maculés de tâches de peinture, et plusieurs bouteilles vides étalées autour d'eux.

    Huge: Ange ne t'a bien sûr jamais donné sa permission, hein?
    Mimi: Jamais.
    Huge: On vient de signer notre arrêt de mort donc?
    Mimi: Au moins par strangulation, oui. Mais c'est au nom de l'art.

    Au dessus d'eux s'étalait le visage du chevalier Cenovii, casque relevé sur le crâne, visage à découvert. Là, le mérite revenait entièrement à Huge, puisque c'était lui qui avait réussi à donner aux traits du mandalorien un sévère air de stupidité, qui lui seyait très bien. Quiconque connaissait un peu le jedi ne pouvait manquer de le reconnaitre.
    Pour le reste du corps, Mimi avait laissé cours à son imagination, mais aussi à son expérience des soirées thèmes "Débauche" de la Cantina. Elle avait affublé Cenovii d'une cravate de cuir, mais surtout d'un string à la sauce Mando, ainsi que d'une cravache-laser. Puis en dessous, en lettres couleur sang, elle avait marqué:

    "Cenovii est un Gigolo, et il aime ça!"

    -------------------------------------
    Fille d'Ange Solo et d'Edoras
    Mariée à Nagounet et Kiad
    Terrik-Solo

    Ce message a été modifié par: mimimontesinos le 07-09-2010 15:56

    mardi 07 septembre 2010 - 15:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits

    Arrivé à Bestine, Cenovii le Chevalier Jedi Mandalorien, traverse une partie de la capitale avec une démarche impatiente. Il est ici pour faire quelques emplettes; trafic d'armes bien sûr, dans le dos du conseil évidement. Après avoir remporté la course de modules de Mos Espa, le voilà pété de thunes. Etre un pilote Jedi, ça a des avantages dans ce genre de cas, il suffit de parier sur soi-même pour rafler la mise, ducoup à force de gagner course sur course, Ceno commence à se faire un nom dans le milieu. Parti en direction de la cantina en vue de dépenser une belle somme dans un nouveau jouet explosif, le Mandoa a le sourire! C'est une bonne journée qui s'annonce!

    - C'est combien?

    Légère perturbation dans la Force. Cenovii ne comprend pas ce que veut ce badaud...

    - Alors, c'est combien?
    - C'est combien, quoi?
    - Bah... Tous les deux dans la ruelle là-bas... Tac-Tac vite fait...!

    PAF

    Le pauvre homme doit être un peu siphonné du cerveau pour faire ce genre de blague à un Mandalorien. Le voilà à terre, inconscient, le nez pissant le sang, il l'a bien cherché. Ceno ne cherche pas plus loin, il continue son chemin à travers la ville, se rapprochant de plus en plus de la cantina. C'est alors qu'un autre bonhomme l'aborde:

    - C'est combien?

    Notre Jedi ressent une point d'énervement. Il examine l'individu, il perçoit une certaine forme d'homosexualité dans sa tenue vestimentaire, sans parler du ton de grande folle qu'il a prit. Ceno cherche à comprendre.

    - Tu m'a prit pour qui?
    - Vous êtes bien Cenovii le gigolo non?

    BOOM

    Celui-ci a prit bien plus cher que le précédent importun, volant dans les poubelles avoisinantes. Il ne se relèvera pas de si tôt. Le chevalier reprend sa route, quelque peu fâché par ces étranges événements. Y aurait-il un autre Cenovii dans le coin? Et il serait un gigolo?

    - C'est combien?

    BING

    Ce troisième imbécile était une femme d'âge mûr, mais elle a eu encore moins de chance que les deux précédents. Ceno ne cherche plus à comprendre, ceux qui le confondent avec ce gigolo recevront une correction et pi voilà. C'est alors qu'il arrive devant la cantina. Là, la perturbation de la Force qu'il avait senti semble se manifester à nouveau. Il s'approche du garde rodien à l'entrée, celui-ci l'arrête.

    - Toi pas passer avec sabre laser; toi remettre à moi si vouloir entrer.
    - Suis-je si célèbre pour qu'on me cale direct à l'entrée des cantinas?
    - Oui toi célèbre hahaha! Maintenant obéir ou pas rentrer.

    Le chevalier remet son sabre laser au garde sans discuter, et s'engouffre dans la cantina. L'assemblée se tait lorsqu'il apparait à l'intérieur. Certains font comme s'ils ne l'avaient pas vu, d'autres ont l'air amusés, d'autres encore légèrement effrayés, mais la plupart le fixent comme s'il était une bête de foire. Cenovii repère Waren, son contact, ce-dernier est planqué derrière ses cartes, puis il aperçoit Mimi de l'autre côté de la salle, et enfin... Lorsque son regard se pose sur un certain mur fraîchement repeint, c'est le drame!

    Tout s'explique. Les badauds et leurs propositions indécentes, la perturbation de la force,
    les regards amusés...

    - Le premier qui me demande c'est combien n'aura pas le temps pour une dernière prière.

    Ceux qui semblaient amusés rejoignent ceux qui font dans leur froc. Le sentiment de déshonneur et de honte est si grand pour Ceno que sa première idée est de faire sauter la cantina toute entière. Suffirait de lâcher une bombe en repartant, ni vu ni connu. Mais on lui a apprit que la Force a réservé un rôle pour chaque individu, de l'abruti le plus parfait aux cancrelats les plus insignifiants. Il faudra donc épargner les innocents, concentrons-nous donc sur l'auteur du massacre. Lorsqu'il apparait clairement que la dernière personne amusée n'est autre que Mimi, Cenovii s'avance vers elle d'un pas assurément agressif. Arrivé à sa table il se penche sur elle, jette un regard assassin au novice qui se tient aux côtés de la jeune garce, puis essaye d'être aussi concis que possible lorsqu'il s'adresse à elle:

    - C'est simple... Soit tu effaces cette abomination, soit je fais un joli trou dans ta cantina et t'auras plus qu'à faire une terrasse, soit je fais une démonstration de mes propres talents artistiques en m'intéressant de près à la symétrie de ta gueule. Aucune autre option n'est envisageable, alors fais le bon choix fillette, t'as 5 minutes.

    Puis le Mando'ade, qui visiblement n'avait plus du tout envie de rire, se redresse et se dirige vers Waren, toujours fourré derrière ses cartes. Ceno attrape le joueur qui faisait face au guildeur et le décolle de sa chaise aussi aisément qu'un fétu de paille, prenant place à la table de son contact.

    - Waren, j'ai un truc à te demander.
    - Hmm?

    Cenovii abaisse les cartes du guildeur, qui fait comme s'il voyait l'immonde fresque pour la première fois.

    - Ho! Ca alors! Qui a osé faire ça?
    - C'est bon, fais pas comme si t'avais rien vu...
    - Mais non, je t'assure je l'aurais empêché sinon!
    - Bon on peut parler sérieusement 2 minutes dans cette cantina???
    - Je t'écoute...
    - Je cherche un lance-roquette dorsal, tu peux me trouver ça?
    - Oulaaa... C'est cher ça... Très cher!
    - Ton prix sera le mien.
    - Je vais voir ce que je peux faire.

    Le chevalier acquiesce, puis se lève à nouveau et retourne à la table de Mimi.

    - Alors?

    -------------------------------------
    Cerar Norac-Viinir alias Cenovii
    Mandalorien de Nar'Shaddaa
    Chevalier en armure, Maitre de Keller

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 08-09-2010 18:40

    mercredi 08 septembre 2010 - 18:29 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10107 Crédits

    L’ambiance n’était pas (ou plutôt plus) à la rigolade. Et pourtant il était très difficile pour Huge de ne pas exploser de rire. Le Jedi Mandalo n’était pas content, et de ce fait pas commode non plus. Il était capable de faire ce qu’il disait, Huge est comme ça (à la différence près qu’il n’est pas aussi connu que Cenovii). Lorsque le Jedi s’approcha de Mimi, l’air assassin, Huge voulut rire encore plus fort, mais n’y arrivait pas. Un regard croisé, tantinet défié, Ben s’adressa à Mimi et la menaça d’effacer le joli dessin ornant le mur de la cantina, sous peine de devoir le détruire. Il lui laissa cinq minutes pour réfléchir. Lorsque le maître se dirigea vers Waren, Huge glissa discrètement à Mimi :

    Huge : Ça peut être un bon compromis : prix terrasse au soleil, vue sur la mer et...

    Il se prit aussitôt une baffe. Mimi était-elle vraiment inquiète ? Ou voulait-elle tout simplement lui en coller une gratuite pour le plaisir ?

    Mimi : Non mais t’es bébête, toi ! Y’a pas de mer ici et le soleil tape comme pas possible ! Quand il reviendra, tais-toi et laisse-moi faire...

    Huge : Si c’est pour m’accuser, non merci !

    Cenovii revint. Il fallut rester prudent sur ses moindres mots et gestes. Le Jedi avait repris la précédente position.

    Ben : Alors ?

    Huge (en se levant de sa chaise) : Bon, ben je crois que ça me concerne pas, donc je vais vous laisser, ça marche ?

    Ben (le rasseyant en appuyant sur les épaules) : Noooon, tu restes là toi aussi, personne ne bouge ni ne sort tant que je n’aurai pas le... ou la coupable...

    Même pas la possibilité de battre en retraite, Huge fit à présent la tête. Il s’attendait à quelconque coup vache de la part de Mimi, comme il en a vu beaucoup, et préparait déjà des parades, s’il avait le temps de se défendre... Mimi resta muette quelques secondes, puis allait enfin répondre...

    Ce message a été modifié par: Huge le 08-09-2010 20:47

    mercredi 08 septembre 2010 - 20:46 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

108 fans connecté(s)

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide