Le Temple Jedi 7 (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    26577 Crédits

    Une page s’était tournée et pourtant, pourtant, qui pouvait véritablement s’enorgueillir d’avoir senti cet imperceptible vent du changement ? Il s’était immiscé ici et là, sous le seuil de cette porte mal fermée, dans leur existence à tous avec toute la délicatesse du temps qui saupoudrait un visage.
    Mimi n’était plus, envolée, disparue, à la conquête de crédits que ces vingt-ans années d’errance lui avaient dérobés tandis que l’ancien Leader, jadis retiré, disparaissait une fois de plus ou une fois de trop. Le sol de cette Organisation pour laquelle elle avait autrefois tout donné n’avait pas été foulé que l’Homme de la Transition se devait de la remplacer. Encore. A nouveau. Pour combien de temps, peut-être ?
    Le cours galactique s’écoulait tandis que le reste de la Guilde chuchotait, bruits et rumeurs, tensions qui s’accumulaient au cœur de ce grand rien qui n’avait changé et que tout le monde, toutefois, déjà présentait.

    Xeniam s’en était allé, Ganner, lui, s’était arrêté, hésitant, à quelques centimètres de cette porte qui coulissait déjà et, enfin, se tourna. Leur stress, le leur, n’y avait-il seulement que cela ?

    Ganner, marchant sur des œufs : C'est Ange, c'est ça ?
    Wes, explosant : merd*, Ganner, merd* ! Tu peux pas te contenter d'obéir aux ordres et t'occuper de tes futurs patients ?
    Ganner, levant un sourcil : C'est un ordre ?

    Le Corellien étouffa un juron et, bien trop heureux de se libérer d'un poids, ne se fit pas prier pour lui répondre.

    Wes : Si tout va bien, je la vois dans deux ou trois jours... Dans deux ou trois jours et tout ce que ce flou inclus... Cette situation commence à me taper sur les nerfs.

    Le médecin, pour toute réponse, se contenta de hausser les épaules.

    Ganner : Écoute, mon vieux...
    Wes, s'agitant : Même à distance, elle me fait vivre un enfer... J'ai dû faire des pieds et des mains pour qu'elle accepte... Ange et ses kilos de grossesse... On pourrait tourner un holovid. Je pense qu'on a tous essayé de lui faire comprendre que cela risquait être impossible mais... autant raisonner un rancor !
    Ganner, ricanant : T'as signé...
    Wes : Pas pour ça, je t'assure ! Les coordonnées du point de rencontre qui changent à la dernière minute, franchement ça passe, mais le reste... Encore quatre mois avant son retour... Et tu sais quoi, je pense qu'une partie de moi est très content à l'idée que tout ce cirque sera terminé une bonne fois pour toute à ce moment-là.

    L'invisible tension qui lui faisait courber l'échine parut s'envoler.

    Ganner : Et elles vont bien ?
    Wes, se radoucissant : La petite fait ses nuits, Ange fait les siennes... Mais tout ça, tu le sais déjà, je suppose.
    Ganner, lui donnant une bonne claque dans le dos : C'était plus pour faire la discussion, Papa ! Bien sûr que tout va bien !

    La mâchoire du Corellien se contracta imperceptiblement pour celui qui ne saurait le voir.

    Ganner : Et... Lui ?
    Wes, ses traits s'obscurcissant de terreur : Lui...

    Il lui montra son bras dont les poils se hérissaient déjà.

    Wes : M'en parle pas. Si un jour, je disparais... Tu sauras...
    Ganner, essayant vainement de détendre l'atmosphère : Quand je l'ai vu, il m' avait l'air plutôt... sympathique... Si on outrepasse le côté...
    Wes, lui coupant la parole : Bien sûr, bien sûr... On devait aussi dire ça de l'Empereur... Dans la sphère privée, ça devait être un type formidable... Franchement, je ne sais pas ce qu'elle peut lui trouver...
    Ganner, soupirant : Ah... Les femmes…
    Wes, le dévisageant de haut en bas : À toi non plus, d'ailleurs...

    En guise de réponse, il lui lança un regard de braise et tapota ton bras artificiel.

    Wes, d’un menu mouvement de la main : Allez, fous-moi le camp, Gadget ! Tu as tes ordres.

    Le Fondorien exécuta une courbette et disparut de son champ de vision.
    Hamera, quant à lui, détourna son attention de ce qui était devenu ses tracas quotidiens. Ses responsabilités avaient le bon goût de le happer. Alors, il s'y attelait et finissait de répertorier de nuances d’un bleu différent, les différents vaisseaux alliés.
    Encore quelques secondes, encore, et ils seraient arrivés, légèrement en arrière, légèrement à la traîne, conformément à ce Traité qu’ils étaient tous bien las d’honorer. Mais une parole était une parole et aucun Guildeur ne se serait défilé.

    Ganner envoya un signal imminent de l’arrivée du Lame au Neo Sulfur, super croiseur mandalorien qui les coordonnait.
    Une dernière bataille, une dernière.
    Oui, le vent avait tourné.

    Ce message a été modifié par AngeSolo le lundi 22 mars 2021 - 20:01

    lundi 22 mars 2021 - 20:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12797 Crédits

    - Je vous conseille de vous rendre sans faire d’histoires.
    La voix de Kinsa résonna dans la salle des officiers tel un glas qui sonnait pour les derniers fidèles de Sovereign. C’était fini pour eux maintenant, ils étaient définitivement défaits, malgré la vaillante résistance qu’ils avaient opposé après la mort de leur leader. En un sens, Kinsa aurait pu les admirer pour leur bravoure, mais cela ne la fit pas vaciller alors qu’elle braquait son blaster sur l’officier le plus gradé. Un ancien amiral, de toute évidence, qui se pavanait encore dans son uniforme qu’il ne porterait bientôt plus, remplacé par un uniforme de prisonnier. Derrière elle, son équipe neutralisait les gardes qui auraient pu poser un problème, mais elle leur faisait confiance. Et finalement, sous la menace, l'officier principal lâcha un long et las soupir.
    - C’est la fin, n’est-ce pas…?
    - Ouaip. Alors soyez gentils et ordonnez à vos troupes de vous retirer pour éviter des morts. Laissez-les rentrer chez eux en vie, c’est mieux comme ça. Vous êtes fichus de toute manière, et si c’est pas moi, ce sera quelqu’un avec moins de scrupules qui va juste faire ça…
    Sans ciller, Kinsa abaissa son blaster légèrement et appuya sur la détente, faisant tout le monde sursauter. Le tir atteignit le sol juste à côté du pied de l’officier.
    - ...mais en visant plus haut, si vous voyez ce que je veux dire. En fait, je suis sûre que plusieurs personnes ici n’hésiteraient pas à le faire, n’est-ce pas ?
    Des murmures approbateurs lui répondirent de derrière, faisant certains officiers déglutir. Bien sûr, Kinsa n’aurait pas réellement visé fatalement un ennemi désarmé, mais parfois, faire croire était aussi efficace que réellement faire l’acte suivre la parole. Son regard montrait qu’elle était lasse de tout cela, de cette guerre qui s’éternisait beaucoup trop, et les officiers comprirent qu’ils n’avaient aucune chance d’en réchapper indemnes. Et ainsi, ils s’exécutèrent, ordonnant à leurs troupes de déposer leurs armes. Ou plutôt, leurs vaisseaux, et de se laisser aborder par les chasseurs de la Coalition.
    Parfait, merci beaucoup pour votre coopération messieurs et mesdames, ironisa Kinsa alors qu’elle passait derrière un officier pour lui passer des menottes. Vous serez maintenant escortés jusqu’à un endroit très luxueux appelé une cellule où vous pourrirez jusqu’à la fin de vos jours, à moins que vous arriviez à négocier un deal. Mais ça… Pas mon problème.
    - Sovereign n’aurait jamais dû perdre, marmonna une femme à mi-voix, à peine assez fort pour que Kinsa puisse entendre.
    Il s’agissait d’une Kiffar d’environ quarante ans, sa peau tannée portant quelques cicatrices témoignant du fait qu’elle avait de toute évidence un passé de soldate sur le terrain. Kinsa se demanda combien d’horreurs elle avait dû commettre au cours des vingt dernières années, et qu’est-ce qui l’avait poussée à rejoindre les forces de Sovereign, encore plus à y rester loyale jusqu’au bout. La Twi’lek la regarda du coin de l’oeil mais ne prit même plus la peine de lui répondre. Que pouvait-elle faire concernant la manière dont ses ennemis parlaient ? De toute manière, c’était fini. Il n’y avait plus rien à convaincre. Portant sa main à son casque, Kinsa activa son canal de communication avec les commandants de la flotte. 
    C’est fait. Ils se sont rendus.
    Ce fut ce moment-là que la Kiffar choisit pour la faire mentir. Dernière dans la file de partisans à menotter, elle dégaina un blaster et visa Kinsa, tirant sans hésiter sur la Chevalière. Heureusement, la jeune Jedi avait toujours ses sens affûtés, ne se reposant pas sur ses lauriers en territoire ennemi, son sabre prêt à être dégainé. Aussitôt, la lame bleue fendit l’air et intercepta le tir, le renvoyant prestement dans l’épaule de la Kiffar dans un mouvement classique de Soresu. Un des premiers mouvements que Kinsa avait appris, plus de dix ans auparavant. Sans perdre de temps, elle profita du fait que l’officière grimaçait de douleur pour lui foncer dessus et lui envoyer son genou directement dans le foie. 
    Son équipe n’avait pas bougé.
    Alors que le corps de Kinsa était encore proche d’elle, la Jedi vit un éclat métallique et par pur réflexe, exerça une Poussée de Force sur son adversaire. Une seconde plus tard, ce qui semblait être un couteau de poche la manqua de quelques centimètres. Saisissant son poignet, elle lui tordit le bras et la frappa directement à la gorge avec la paume de la main, remontant au menton puis aux yeux dans une succession de coups vifs.
    La Kiffar tomba à terre et Kinsa laissa échapper un soupir.

    - Okay, maintenant c’est vraiment bon, elle confirma. La bataille devrait être finie… Et avec elle, ces deux décennies de guerre et de terreur.


    lundi 05 avril 2021 - 01:41 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20023 Crédits Modo

    Ordo - Il fallait s'y attendre.

    Un déluge de tirs lasers en provenance de Devaron agressa la flotte de la Coalition, aussitôt suivi par l'approche de vaisseaux d'attaque disparates dont certains étaient estampillés du symbole de la République. Le combat s'engagea dans une certaine confusion. Sur la passerelle du Neo Sulfur, le commandant Mandalorien, entouré des bustes holographiques des différents tacticiens à l’œuvre, transmit ses premiers ordres.

    Ordo - À toutes les unités, attention à ne pas confondre l'ennemi avec nos alliés Républicains. Leader Fury, attaquez le croiseur au point MU-2.
    Leader Fury com - Reçu. Groupe Fury, avec moi !
    Ordo - Amiral Hentonar, vous devriez retirer vos chasseurs pour le moment, envoyez-les en couverture de la Lame de la Guilde.
    Trawkins holo - Bonne idée, cela évitera tout amalgame.
    Hentonar holo - Je suis d'accord. À tous les chasseurs ! Rejoignez l'arrière-garde !
    Ganner holo - J'imagine qu'on a pas notre mot à dire.
    Ordo - Pas vraiment...

    Avec le retrait des chasseurs de la nouvelle République, les positions des appareils ennemis et leurs trajectoires devinrent plus facile à lire. En coordination, les différents escadrons prirent le dessus sur la défense Dévaronienne en quelques minutes à peine. De nombreux chasseurs tombèrent, d'innombrables morts s'accumulèrent. Aynor et Arek étaient toujours au point d'observation du Sulfur.

    Perseus - Ils n'ont pas l'ombre d'une chance d'en réchapper, ça va être un massacre.
    Aynor - Pourvu que l'unité au sol atteigne rapidement son objectif.

    Hélas, tant que ce ne fut pas le cas, les forces Dévaroniennes se ruèrent vers une fin inévitable. Face à eux, la flotte du Triumvirat associée aux vaisseaux de la Nouvelle République, aidés par les renforts de la Guilde, demeuraient implacables. Un nouveau croiseur Devaronien fut pulvérisé par un tir combiné des destroyers Chiss et Impériaux. Enfin, au bout d'un long moment durant lequel l'ennemi ne faisait que décliner en nombre, le message leur arriva :

    - C'est fait. Ils se sont rendus.

    Aynor et Arek se regardèrent, avec soulagement. Derrière son casque, le sourire satisfait de Cera Ordo se dessina. Il n'avait pas douté une seule seconde du succès de cette opération. Depuis la fin de la guerre, malgré des méthodes parfois discutables, ils obtenaient des résultats, et c'est tout ce qui comptait.

    Ordo - Cessez le feu. Ils ont perdu.

    Les Mandaloriens sur la passerelle mugirent en coeur. Le même cri de victoire retentit sur tous les autres vaisseaux alliés. L'instant d'après, le commandement Devaronien prit contact et prononça la capitulation. Désormais, Devaron allait être placé sous le protectorat du Triumvirat, avec un droit de regard de la part des autres membres de la Coalition, comme convenu avec la Chancelière Jocaste.

    Quelques heures plus tard...

    Accompagné de Maître Aynor et du Général Arek, Ordo mit pieds à terre sur le tarmac devant la base des rebelles et retrouva le groupe qui avait mené sa mission à bien sous les ordres de Kinsa Talik. Il se posta devant eux, droit comme un soldat, mains dans le dos.

    Ordo - Le bon déroulement de la mission a permis une reddition rapide de l'ennemi. Félicitations. Vous pouvez retourner sur vos flottes respectives.

    Un Chevalier Impérial suivi d'une guerrière Cathar passèrent entre eux sans même un regard et regagnèrent leurs vaisseaux. Les Jedi et les soldats de la vraie République s'approchèrent de leurs supérieurs. Kinsa, quand à elle, alla instinctivement auprès d'Ordo et attendit son commentaire.

    Ordo - Je vois que j'ai bien fait de te confier le commandement de l'équipe au sol. Ce genre de mission, c'est tout à fait dans tes cordes.
    Kinsa - Ce n'était pas difficile, j'avais une bonne équipe. J'espère juste qu'on en a terminé avec Sovereign cette fois.
    Ordo - Maintenant qu'on a supprimé les plus grosses poches de résistance, les derniers fidèles de l'ancien régime n'ont plus aucun espoir. Ils ne devraient plus poser de problème. Tu peux être fière de toi, en tant que Jedi et Mandalorienne, tu as agis efficacement, tu vas pouvoir souffler un peu et t'occuper de ta padawan...

    Un court silence s'installa. Ils auraient aimé se parler plus librement, mais la présence des nombreux soldats et Jedi autour d'eux leur imposa une certaine pudeur.

    Ordo - Bon... Je dois inspecter cette base, et interroger les...

    Il s'interrompit tout à coup. Raide, la main sur le casque, il sembla recevoir une communication. Son lent mouvement de la tête de droite à gauche était le signe d'une perturbation, puis il gueula :

    Ordo - Haar'chak !!
    Kinsa - Ho, ça sent mauvais ça.
    Ordo - Il y a eu un attentat sur Taris !
    Kinsa - Un attentat ?
    Ordo - Je n'ai pas toutes les infos mais il faut intervenir avant que Beviin ne mette de l'huile sur le feu !
    Kinsa - Le connaissant, c'est sûrement déjà fait.
    Ordo - Je dois partir immédiatement. Je sais qu'on sort tout juste d'une opération, mais j'aurai besoin de toi là-bas pour faire la lumière sur cette attaque.
    Kinsa - Je... Il me faut m'entretenir avec le Conseil avant de prendre cette décision.
    Ordo - Aynor est juste là, ne traîne pas !
    Kinsa - Oui, père.

    D'un revirement de cape, Ordo s'en retourna vers le Rebel Spire. Ces Jedi, toujours à tergiverser ou se planquer, cela ne faisait que le conforter dans sa décision de s'éloigner d'eux. Mais Kinsa était différente. Tout en préparant son décollage, il communiqua des directives à son commandant en second et délègua la suite des opérations sur Devaron au moff Trawkins. Aucun répit possible, l'occupation des nouveaux mondes Mandaloriens devait aller de paire avec une sécurité à toute épreuve. La moindre ingérence de leur part pouvait non seulement donner du grain à moudre à la République, mais aussi éveiller quelques inquiétudes chez leurs alliés du Triumvirat. En plus de la clairvoyance d'un Jedi, l'expertise d'un Guildeur ne serait pas de trop. La dernière personne que contacta Cera Ordo ne fut autre que Wes Hamera.

    Ce message a été modifié par Ordo le mercredi 07 avril 2021 - 13:52

    mercredi 07 avril 2021 - 13:37 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12797 Crédits

    Un attentat sur Taris… Exactement à la fin d’une bataille ? Kinsa ne croyait pas aux coïncidences. Ou alors, la Force ne voulait pas les laisser se reposer, ne serait-ce qu’une seule heure. En réalité, elle avait prévu de célébrer la cérémonie d’adoubement de Zadyssa juste après la bataille, mais avec cet attentat, elle n’avait d’autre choix que d’accompagner son père adoptif sur place. Ne pas venir pour une cérémonie alors qu’une des planètes qui avaient été occupées par les Mandaloriens était menacée serait de très mauvais goût, et pourrait même passer pour un incident diplomatique. Cependant, Kinsa ne raterait l’ascension de sa padawan au rang de Chevalière pour rien au monde. Ceno n’avait pas pu assister au sien : elle ne ferait pas le même coup à Zadyssa. De plus, si elle n’assistait pas à cette cérémonie, les journalistes en feraient leur petit plaisir.

    Elle détestait être une figure publique.

    Avec un soupir, Kinsa tapota machinalement sa cuisse, avant de relever la tête. Mais bien sûr ! Si elle emmenait Zadyssa, elle pourrait reporter l’adoubement de quelques jours, et tout irait bien. Avec un peu de chances, l’enquête ne prendrait même pas autant de temps que ça. Mais il fallait bien la présence conjointe du chef du clan Ordo et de la chef du clan Talik pour gérer Beviin… Sans aucun doute, ce dernier les détestait, et il fallait bien admettre que c’était réciproque. Les joies de la politique Mandalorienne.

    Kinsa n’eut pas de difficulté particulière à obtenir l’autorisation d’Aynor pour rejoindre Ceno en direction de Taris. Sans dire un mot de plus, la Chevalière s’inclina devant l’autre Twi’lek et fila récupérer Zadyssa, qui était encore avec le reste de leur groupe. Une part de Kinsa avait envie de laisser la jeune fille se reposer, ne serait-ce que quelques jours, avant de reprendre la vie frénétique des Jedi. Mais une mission serait la seule excuse pour reporter la cérémonie.


    - Dis, ça te dirait d’aller sur Taris ? Je crois que t’y es jamais allée, proposa Kinsa en lui tapotant l’épaule.
    - Euh… Pourquoi pas ?

    Zadyssa la regarda du coin de l’oeil, manifestement curieuse du pourquoi du comment de cette soudaine invitation. Elle ignorait tout de son prochain adoubement, bien évidemment. Rapidement, Kinsa lui expliqua la situation en occultant ce dernier point, en ajoutant que ce serait l’occasion pour elle d’avoir une dernière leçon sur le terrain, et d’avoir un contact supplémentaire avec les Mandaloriens.

    Trente minutes plus tard, les deux étaient à l’intérieur du Rebel Spire en compagnie de Ceno. Un seul vaisseau serait plus pratique - de plus, Kinsa voulait que son ancien maître et sa padawan fassent plus ample connaissance. Au cours des derniers mois, ils n’avaient fait que se croiser sans échanger plus que quelques mots. Zadyssa était toujours en train de s’entraîner… La Twi’lek était inquiète pour son état mental. Bien sûr, cet acharnement au travail lui avait permis des progrès fulgurants dans sa maîtrise de la Force, au sabre et au combat rapproché, mais au détriment de quoi ? De son interaction avec les autres ? Des liens sociaux étaient tout aussi importants pour le développement d’un padawan dans sa vie de Jedi que l’entraînement martial.


    Sur Taris

    Ils n’avaient pas été prévenus qu’il ne s’agissait pas d’un, mais de trois attentats qui s’étaient produits sur Taris. Trois attaques à la bombe qui avaient fait détoner des bâtiments plus ou moins importants : dans la ville basse, médiane, et dans le sud. Le bilan en morts était affligeant, et l’humeur était morose : des murmures se faisaient entendre dans les rues alors que les deux comparses armurés se mêlaient aux badauds, avec Zadyssa qui trottinait derrière eux. “Je pensais que les Mandaloriens étaient censés nous protéger” se lisait dans les yeux des familles en deuil, mais Kinsa se força à rester de marbre. Ce n’était pas de leur faute. Le mieux qu’ils pouvaient faire, à présent, était de trouver qui avait commis ces méfaits et les punir pour que cela n’arrive plus à nouveau.

    Qui aurait pu avoir intérêt à commettre un attentat sur Taris ? Des opposants intérieurs, ou extérieurs ? Des séparatistes, des ennemis des Mando’ade ? Toutes les options étaient ouvertes, ce qui ne leur laissait pas à quoi se raccrocher. Il leur fallait aller sur place, à l’endroit où les bombes avaient détoné. Là, peut-être, ils trouveraient quelque chose. 



    jeudi 15 avril 2021 - 00:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar xeniamnleo

    xeniamnleo

    4127 Crédits

    Les quartiers du leader de la Guilde à bord du Lame ne paraissaient pas luxueux : la réduction de la flotte et la destruction de Myrkr avaient causé la réduction d'espace disponible pour chaque membre, même le plus haut hiérarchiquement. Cela n'empêchait pas Wes Hamera de conserver une réserve de liqueurs bien remplie de laquelle il extirpa une bouteille de brandy corellien dont la couleur ambrée charmante traduisait son vieillissement élevé et donc sa qualité. En débouchant le flacon, il laissa un parfum à la fois doux et sec se répandre dans la pièce, ce qui ne manqua d'extirper Xeniam de son demi-sommeil, lui qui s'était bien trop installé dans la banquette entourant la table ronde sur laquelle trônaient trois grands verres. L'explorateur n'avait pas chômé pendant la bataille qui, même si elle ne s'était pas étendue dans la durée, avait amené à bon nombre de blessés. Les allers-retours vers l'infirmerie et les slaloms en cargo à travers les débris spatiaux avaient épuisé Xeniam, peu habitué à tant d'action depuis son retour dans la galaxie. Après avoir remercié Wes qui le servait, il avala cul sec son verre et le reposa machinalement. Le leader de la Guilde esquissa un sourire. 

    Wes: On dirait que quelqu'un a soif.

    Xeniam, un peu cynique : Et alors chef, c'est pas comme ça qu'on fête une victoire ? 

    Wes: Oui mais en attendant tout le monde ce serait peut-être mieux, tu penses pas ? 

    Ganner n'était toujours pas monté dans les quartiers du Lame, trop occupé à rafistoler les pilotes qui avaient eu le malheur de faire une escapade dans l'espace, ou peut-être la chance de ne pas finir pulvérisé directement avec le reste de leur vaisseau. Le médecin avait pourtant juré qu'il se joindrait à ses deux comparses rapidement car il finissait une opération bénigne de pose de prothèse. Il arriva finalement peu de temps après que Wes eut resservi Xeniam. 

    Ganner: Merci bien Messieurs, je vois qu'on s'amuse sans moi ! 

    Xeniam, finissant son deuxième verre, Désolé Doc on pensait que tu étais coincé avec un patient. 

    Wes: Assieds-toi Ganner et rattrape ton retard si tu veux

    Le leader remplit alors un verre et le tendit au médecin, qui l’inspecta avec intérêt. Wes remarqua alors quelque chose de bien incongru sur l’oreille du médecin et ne cacha pas son dégoût. 

    Wes: Non, non, et non! T’es pas sérieux là !

    Ganner, voyant toujours Wes fixer son oreille droite: Quoi j’ai encore oublié mon scalpel ?

    Le médecin approcha alors avec précaution sa main de son oreille, pensant rencontrer l’ustensile qu’il venait d’utiliser pour son opération. Mais il fut surpris de la sensation rencontrée lorsque ses doigts se posèrent enfin sur l'objet qui trônait sur son esgourde. En effet, son pouce et son index saisirent un cylindre qui n'avait pas la froideur du métal mais une tiédeur moite bien trop familière.

    Xeniam, qui n’attendait désormais plus Wes pour se servir un nouveau verre : Ganner, il fallait le dire si tu ne voulais qu’un doigt de Brandy

    Un doigt, c'était bel et bien ce que le médecin tenait dans sa main. Il éclata de rire et entraîna Xeniam dans cette hilarité. Wes, quant à lui, ne goûtait que peu des facéties du praticien. Celui-ci se calma peu à peu en voyant le visage du leader prendre une teinte écarlate.

    Ganner: Allons excuse-moi Wes, j’avais juste poser cette prothèse sur ce pilote et complètement oublié, tu sais ce que c’est l’urgence et tout.... 

    Wes: C’est rien mais débarrasse moi de ça, je ne voudrais pas que ça tombe dans mon verre ou ailleurs

    Ganner s’éloigna alors de la table pour jeter le membre de la discorde dans un compacteur de déchets incorporé au mur.

    Xeniam: c’est bien Doc, tu obéis... au doigt et à l'œil.

    Wes jeta un regard noir à l’explorateur, qui attendait une réaction, tandis que Ganner ne put contenir un ricanement. Il revint vers les deux autres guildeurs et porta enfin à ses lèvres son verre de liqueur. Après avoir savourer une première gorgée, il le reposa en regardant sérieusement ses compagnons

    Ganner: C'est-à-dire que...Je ne voulais pas me faire taper sur les doigts.

    Il explosa alors en de violents gloussements et fut rejoint immédiatement par Xeniam, fier d’avoir allumé l’étincelle. A côté d’eux, le leader Hamera se disait que la soirée allait être longue. 



    mardi 20 avril 2021 - 18:43 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    14823 Crédits

                Je n’ai que rarement eu l’occasion de voir le Hall d’Honneur du temple, surtout maintenant que le vieux Kalaen Solar en a fait une salle de réunion et de bureau pour avoir assez d’espace à sa fonction. La grande pièce en elle-même demeure austère et bien entretenue, avec des traces bien visibles de l’architecture d’époque et quelques pousses de lierre grimpant dans des recoins difficiles d’accès ; le sol a conservé son dallage et les murs leurs colonnades de soutien, tandis qu’une estrade de pierre marbrée et lisse trône au fond et sous un grand vitrail coloré aux représentations des anciens Je’daii.
    Je disais donc, je me tiens dans cette salle après y avoir été invité et je reste immobile devant le meuble de bureau en bois d’arbre de Kashyyyk posté sur l’estrade, à attendre que le vieux maître s’y installe en se tenant seulement d’une main contre le rebord du meuble.

    Kalaen Solar, austère : - Nous y sommes enfin. J’espère que tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je te garde ici à discuter avec toi pendant un long moment.
    Moi : - Vous avez vos raisons, je ne vois pas quoi protester. Je peux néanmoins me douter que vous ne m’avez pas demandé en privé pour parler des nouvelles du monde.
    Kalaen : - Tu as raison mais pas parfaitement. (Il se décale un peu vers son fauteuil.) Les nouvelles que tu m’as données sur ces derniers mois, lorsque tu es arrivé ici, m’ont permis durant tout ce temps de me faire une idée de l’avenir. Il est clair que la guerre est finie, la République est remise entre de bonnes mains et la Force s’est rééquilibrée. Tout semble revenir en bonne voie pour les Jedi et la reconstruction de l’ordre. Cependant…
    Moi, sentant qu’il laisse volontairement un blanc : - Cependant ?
    Kalaen : - J’ai décidé que je ne compterais pas revenir et reprendre mes anciennes fonctions. Du moins, pas après tout ce que j’ai entrepris durant ces vingt années. Je suis un Jedi certes et je le resterais certainement pour toujours, mais je suis aussi un homme qui s’est fait une nouvelle raison d’être. (Il lisse la surface du bureau de sa main.) Je ne compte pas quitter Tython, pas avant d’avoir mené à bien le devoir que je me suis conféré durant cette période difficile.
    Moi : - Vous ne faites jamais les choses à moitié, hein maître Kalaen. Il y a toujours quelque chose de bien à réaliser pour embellir le monde, comme vous l’aviez si souvent démontré.
    Kalaen, amusé : - Je constate que tu n’as pas oublié notre mésaventure sur Onderon. Il fut un temps oui, où je mettais mon sabre-laser au service d’un bien commun et en transmettant une once d’abnégation dans chacun de mes affrontements. Aujourd’hui, c’est par le savoir et la sagesse que j’œuvre à mon but.

    Une vocation qu’il a continué d’exercer malgré les conséquences de l’hécatombe. Il a persévéré malgré qu’il ait pensé que ces camarades et connaissances de l’ordre étaient tous tombés lors de la bataille du Chu’Unthor. Ce n’est qu’en ressentant que le Côté clair était revenu à nouveau qu’il a compris que les Jedi avaient malgré tout survécu à cette période sombre.
    Quand j’y repense encore… il y a plus de vingt ans il était encore le jeune maître Jedi tout juste consacré qui ne vivait que pour défendre son prochain et vaincre la malhonnêteté en ce bas-monde. Il avait temporairement accepté de me tutorer lorsqu’Aynor ne pouvait me garder auprès d’elle durant ces devoirs consulaires : j’y ai appris à partager sa vision de combattre en tant que garant de paix, à le voir agir de manière désintéressée pour sauver le plus de vies et à l’entendre m’expliquer l’importance de la vertu dans la sauvegarde de la vie. Cet homme autrefois trentenaire, enjoué et sage s’est endurci depuis.

    Moi : - Que comptez-vous faire pour les autres ?
    Kalaen : - Leur aide et leur présence au sein de l’Ordre pourront contribuer à la reconstruction. Une fois que je serais sûr qu’ils deviendront des chevaliers compétents, j’enverrais un message au Conseil pour les recommander et leur demander un accueil chaleureux. J’ose espérer qu’ils perpétueront mon enseignement et ma philosophie aux prochaines générations.
    Moi : - C’est une bonne nouvelle pour eux.
    Kalaen : - Bien, passons. Si je t’ai demandé en privé, c’est pour faire le point sur la raison de ton séjour.

    Je me tiens prêt à entendre le vieil homme me faire part de son jugement, accompagné par ses propres connaissances des mystères de mon monde natal qu’il a eu l’occasion de visiter et d’en explorer l’histoire pendant dix longues années d’autarcie.

    Kalaen, solennel : - Cela fait maintenant un mois que tu es revenu sur le berceau de tes origines. Que tu as volontairement délaissé ton rang de Chevalier Jedi pour venir reconstruire tout ce que tu as manqué à cause de la malfaisance de Dark Sovereign et de son grand plan. Un mois seul ne peut d’ordinaire permettre à un padawan de réaliser l’étendue de son apprentissage, il faut des années pour assimiler tout ce que la Force peut offrir et assister. Mais tu as un lien fort avec Tython et tu as su t’enrichir de paix et d’harmonie en si peu de temps grâce à ce lien. J’ai vu les efforts et la patience que tu as accumulé durant ces journées passées à suivre ma pédagogie. Ta ré-initiation à la voie Jedi est bientôt achevée.
    Moi : - Je peux donc me considérer comme prêt ?
    Kalaen : - Cela va de soi. Ton objectif étant de mener un pèlerinage à travers les temples ancestraux, tu as su profiter de ce mois pour te revêtir d’une nouvelle sagacité immaculée. Tu peux donc quitter ton séjour d’initié au sein de l’Académie et entreprendre le Grand Voyage qui t’attend.

    Ainsi je vais pouvoir passer à la seconde étape de mon parcours et me mettre en quête des autres temples Je’daii, suivant l’ordre de passage afin de respecter la continuité de la tradition de l’ordre mystique. Ces temples constituent pour moi l’occasion de mettre à l’épreuve ma motivation à devenir le véritable chevalier Jedi que j’aurais pu devenir. Et si le vieux Kalaen pense que je suis prêt…

    Moi : - Je suis honoré de votre verdict, maître du temple.
    Kalaen : - Ce sont tes actions et ta détermination qui t’honorent Galen, pas mon verdict. Je n’ai fait que te déclarer qu’il est clair que tu as franchi ta première étape. Mais avant que tu ne nous quittes, il reste encore une dernière chose à te révéler. Tout particulièrement au sujet des autres temples.
    Moi : - Je vous écoute.
    Kalaen, d’un ton dramatique : - Les sept autres premiers temples n’ont pas été foulés depuis des millénaires et leur enseignement est encore incrusté, voire infusé dans leur structure. Si le temps les a rendus silencieux et perdus des mémoires du reste de la galaxie, ils ne sont toutefois pas inoccupés. Chacun des temples est encore gardé par les fantômes des maîtres de temple d’antan, liés à leur domaine et leur devoir par leur intégrité dans la Force. Ils sentiront ta présence lorsque tu fouleras le seuil de leur sanctuaire et ils chercheront à te mettre au défi. Tu devras se fier à la Force et suivre le mantra du Code.
    Moi : - Je comprends ce que cela implique.
    Kalaen : - Garde-toi bien de spéculer sur le temps que tu passeras lorsque tu seras mis à l’épreuve. Le temps ne signifie rien pour eux et ils ne te laisseront pas sortir avant que tu n’aies accompli le défi. Si tu dois mettre un mois, une journée ou une heure, profites de ce temps pour bien te concentrer et laisser la Force t’orienter dans tes gestes et tes choix. Et lorsque tu atteindras le fin de ton voyage, peut-être auras-tu l’infime occasion de rencontrer l’un de ces avatars transcendants de la Force en guise de juge.
    Moi, amusé : - Ce serait trop beau pour que ça arrive. Mais ce serait bien oui.
    Kalaen : - Bien, je devrais te le dire de manière officielle après l’épreuve prévue par le passage de la tempête, mais je tiens à te souhaiter personnellement bonne chance pour ce long chemin qui t’attend. Ce que tu entreprends te permettra de trouver la force d’âme nécessaire pour devenir un véritable gardien.

    Je m’incline respectivement devant lui lorsqu’il me fait signe que je peux disposer et je me retourne pour prendre la direction de la sortie. Et alors que je pose ma main gauche contre ma hanche du même bord, pensant à ce que je devrais emporter pour m’équiper et m’approvisionner…

    Kalaen : - Ton sabre sera inutile. Tu devras prouver ta valeur avec une arme plus convenable.

    Je me répète ses paroles comme un écho qui m’aide à répondre à ma réflexion, hochant de la tête dans le vide en guise de compréhension, puis je quitte définitivement la Salle d’honneur. Je traverse le reste du bâtiment principal en foulant ces larges couloirs d’un pas souple et posé, empruntant un itinéraire différent des autres résidents de l’académie qui retournent à leurs quartiers. D’ailleurs, je ne me doute pas qu’ils m’ont aperçu et me suivent en douce pour voir où je me rends. C’est pourtant évident.
    Je me rends à l’ancienne armurerie. Une pièce accessible de l’aile nord du temple, par une porte à double battant de duracier sculpté, ouvrant sur des râteliers d’arme, des mannequins d’armure, des étagères de manuscrits et d’objets traditionnels tythans. J’avance lentement et calmement sur le long tapis pourpre qui s’étend sur la longueur au centre de la pièce, le regard fixe vers le socle de pierre trônant au fond. Je suis enfin devant se socle et je m’assois devant lui à genoux sur mon fessier, avant de prendre délicatement l’arme suspendue sur les attaches métalliques de sa surface lisse. L’arme dont j’ai besoin pour mon périple.
        
                L’Épée longue Je’daii entre mes mains est une arme blanche longue au poids intermédiaire, forgée il y a plus de trente mille ans dans un mélange savant de métaux résistants aux lames de sabre de Force ; la lame, droite et rectiligne, est d’une belle robe argentée tandis que la poignée recouverte de cuir tanné permet de manier l’arme autant à deux mains qu’à une seule, pendant que la garde présente une forme linéaire symétrique où figure sculpté de manière soudée l’emblème de l’ordre mystique. Tenant toujours l’arme entre mes mains, je peux ressentir les yeux fermés la Force qui a longtemps imprégnée le métal et conservé une part de volonté de ses précédents détenteurs. D’un mouvement gracile, je lève l’arme au-dessus de ma tête et d’une main retire peu à peu le fourreau qui protège la lame endormie. Une lame de vingt-neuf pouces sur deux. Un œil attentif et averti peut remarquer des runes phonétiques en ancien alphabet aurabesh gravé dans la gouttière de la lame, inscrivant une ancien proverbe dai bandu résumant le mantra du Je’daii.

    Je me redresse délicatement du sol, l’épée toujours dégainée horizontalement dans ma main principale, et je commence à exécuter quelques mouvements de cadence pour la tester. Un non-initié ou un individu quelconque aurait trouvé l’arme pesante dans sa main, mais elle m’est au contraire légère et très maniable ; la lame fend l’air sans même le frotter pour produire un son audible. Une lueur bleutée tendant vers un azur royal l’entoure d’un halo translucide au contact peu à peu familier de ma main. Je termine de tester l’épée pendant un court moment puis la rengaine dans son fourreau en y mettant de la souplesse, de la dextérité et de la lenteur. Laissant à la lame le temps de dissiper l’afflux de Force en elle pour se reposer, expliquent les vieux témoignages philosophiques d’antan. Kalaen Solar ne verra pas d’inconvénient à ce que je lui emprunte cette épée je’daii, parmi toutes les autres sur les râteliers, et je quitte sommairement la Salle pour me rendre à ma chambre. Je remarque à peine que mes suiveurs ont aussitôt pris la poudre d’escampette en me voyant revenir à l’entrée et je les soupçonne d’être allés directement au champ des roseaux pour rejoindre le maître du temple. Bref, il est temps à présent de préparer mes affaires pour mon départ et trouver de quoi m’aider à traverser économiquement/écologiquement le monde.

    Durant un mois j’étais un simple Initié, à présent je suis un Voyageur.


    mardi 20 avril 2021 - 19:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    26577 Crédits

    Et les verres se vidaient, se vidaient, au point où il fallut nécessairement ouvrir une nouvelle bouteille.
    Wes les resservit tous trois et enjoignit ses deux comparses à trinquer.

    Wes, détendu au possible : A ce qui fut la dernière bataille de la Rébellion telle que nous l’avons connue, messieurs !
    Ganner, la main organique sur le coeur : Et à notre Leader qui sut habilement nous faire triompher !
    Xeniam, se redressant : … Et sans lequel cette réserve n’aurait jamais existé !

    Le cristal tinta et les trois Guildeurs s’affalèrent dans leur fauteuil respectif.

    Ganner, se tournant vers le Corellien : Dis-moi, mon vieux, les travaux sur Myrkr avancent suffisamment pour qu’on espère s’y installer quand Maman Solo reprendra les rênes ?
    Wes : J’en sais f*utrement rien… Delaia essuie les plâtres depuis plusieurs semaines.
    Ganner, qui se demandait s’il n’avait tout simplement trop bu : Qu’est-ce que c’est que cette histoire de planète ?
    Wes, interloqué : De planète ?
    Ganner : Oui, Delaya, la troisième planète du système d’Alderaan…

    Hamera se mit à glousser et descendit son énième verre.

    Xeniam : J’étais à deux doigts de la faire celle-là.

    Ganner faillit s’étouffer avec le liquide ambré.
    Le Leader par intérim, quant à lui, se contenta de lever les yeux au ciel.

    Wes : Delaia, avec un i, c’est notre nouvelle ingénieure en chef. Une Zeltronne…
    Xeniam, les yeux qui pétillaient : Elle est trèèèès belle…
    Wes : Le critère.
    Ganner : Naturellement.
    Xeniam : … rosée… et excellente dans son domaine, soit-dit en passant.
    Ganner : C’est toi qui l’as recrutée ?
    Xeniam, déniant de la tête : Pas exactement, c’est Maria, la cheffe mécano qui l’a pistonnée. Une amie de la famille, si j’ai bien retenu. Je me suis contenté d’approuver.

    Le jeune homme tendit la main vers la bouteille et soigna copieusement ce pauvre contenant dont il voyait le fond.

    Ganner, qui lui fit signe de ne pas être avare et qui s’adressa ensuite à son patron : Et donc ?
    Wes, copiant le mouvement du natif de Fondor : Et donc… Deux droïdes se sont encore fait la malle. Les chantiers prennent du retard et la Guilde a dû allonger des crédits supplémentaires.
    Ganner, fronçant les sourcils : On n’a pas déjà eu cette conversation ?
    Wes : C’étaient pas les mêmes droïdes… C’est la troisième fois en moins d’un mois.
    Xeniam : C’est fou cette histoire. On nous vole nos droïdes, maintenant. Déjà que les affaires vont pas fort.
    Ganner : Et on sait qui… ?
    Wes : Une enquête est en cours mais pour l’instant on fait chou bl…

    Le Corellien avala la dernière syllabe et tâta compulsivement ses poches à la recherche de son datapad.
    Son visage s’illumina.

    Ganner : Solo ?
    Wes, rayonnant : Les coordonnées et un hologramme.

    Hamera plaça son appareil au milieu de la table et lança l’enregistrement qu’il venait de recevoir.
    Une magnifique petite fille, à peine âgée de six mois, allongée dans son cosy, souriait et riait, tandis que la voix hors-champ de sa mère l’enjouait à « Dire bonjour à Papa » dans une langue qui n’était pas le basic mais que les trois hommes identifièrent sans mal comme du vieux corellien.

    Xeniam, gaga comme les deux autres : Elle a les yeux de son père… et… de sa mère…
    Ganner : … Et Le Regard de Solo…
    Xeniam : Le critère.
    Ganner : Evidemment.
    Wes, s’énervant : C’est de ma fille qu’on parle ! On se calme avec ce foutu critèr… !
    Voix d’Ange, coupant la parole de Wes : Mais c’est que tu comprends mieux le vieux corellien que ton Papa, Trésor !

    Wes devint rouge.
    Xeniam éructa de manière incontrôlée.
    Ganner rit à gorge déployée.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le jeudi 22 avril 2021 - 12:27

    mercredi 21 avril 2021 - 19:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2431 Crédits

    *Plus! Il m'en faut plus ! Plus de pouvoir !*

    - Gnrrrr...

    Voilà plusieurs mois que Dark Spencer veille, à sa manière, sur son royaume, dirige ses troupes depuis son palais, entraine ses guerriers. Plus particulièrement, Terrence, son fils unique, a droit à une formation plus poussée, plus difficile, éreintante, violente, sanglante.
    Dans la cours de l'arbre plurimillénaire, le jeune aspirant se débat contre quatre cathars parmi les plus féroces et les plus dévoués. Il tombe à terre, une fois de plus, se relève, reprends le combat, est mis au sol une énième fois.


    Spencer - Grrr ! Encore !!!

    Il se lève à nouveau, reprends son bâton. Les guerriers se remettent en formation autour de lui, et s'apprêtent à l'attaquer de toutes parts. La frustration de Terrence grandit, elle ne fait qu'enfler depuis le début de la session d'entrainement, elle se transforme en colère, lui conférant le pouvoir hérité de son sinistre paternel. Ils repartent à l'assaut ! Mais ils sont subitement immobilisés !
    Plus rien ne bouge. Spencer, depuis le balcon, observe avec intérêt. Les guerriers sont paralysés par un champ de stase obscure, leur corps lévitent, leurs griffes s'écartèlent, ils rugissent de douleur, les yeux de Terrence virent à l'orange, ses iris s'allongent, ses babines se retroussent, il bave et grogne. Quand ça se passe, il ressemble à son père. Le sauvageon laisse couler le côté obscur dans ses veines, il utilise la Force pour frapper ! Alors les organes des guerriers implosent de l'intérieur. Ils sont morts en une seconde, ils retombent tous mollement sur le sol herbu.
    Terrence tombe à genou, halète, a du mal à reprendre ses esprits. Il a utilisé toute sa puissance pour tuer ses professeurs. Dark Spencer fronce des sourcils. D'habitude pourtant le spectacle est plutôt à son goût, surtout quand Terrence fait de si nets progrès. Mais là il n'est pas d'humeur. Il repart vers la salle des doléances sans un regard pour son fils, pose son séant poilu sur son trône. Il semble las, il se morfonds depuis des jours. Terrence est déjà puissant mais il va mettre trop de temps à terminer sa formation. Les forces armées de Cathara sont technologiquement dépassées par rapport aux autres. Pour les rattraper ça va prendre des années. C'est trop long.
    Le noble conseiller Kred, sage et avisé, arrive dans la salle du trône.


    Kred - Votre majesté.
    Spencer - Gnrrr, j'espère que tu as de bonnes nouvelles.
    Kred - Hélas, pas vraiment, nos équipes piétinent.
    Spencer - QUOI ?! Grôaaarh ! Le Fauve Vengeur n'est toujours pas actif ?!
    Kred - Miôw, les pare-feux mis en place par le précédent propriétaire sont très compliqués à passer même pour nos meilleurs techniciens. Miof, vous m'en voyez navré, sir.
    Spencer - Gnrrr ! Tu vaux pas un cred Kred !

    Désappointé, le monstre se lève, se dirige vers l'ouverture de l'arbre surplombant la ville. Sa queue virevolte dans tous les sens, fouette l'air comme si c'était une de ses innombrables victimes, il lève le museau vers le ciel, projette une haine intense dans toute la galaxie, résidu de la perte de Shae Vizla.

    Spencer - GNAAARH !! J'en peux plus !!! J'en ai marre d'attendre !!!

    Il se retourne d'un coup vers Kred, l'oeil sombre.

    Spencer - J'ai été suffisamment patient avec toi !Niaaah ! Je veux ce vaisseau opérationnel dans la semaine !! Trouve quelqu'un qui saura le faire et j'te conseille de te magner le fion ! Sinon je passerai ma frustration sur le premier venu et ya des chances que tu sois dans le lot t'as compris ?!
    Kred - Miofr, je ferai selon vos désirs, sir.

    Le conseiller, pas vraiment serein, se retire après quelques pas en arrière, abusant des courbettes. Dark Spencer s'en retourne rager sur son trône. Il lui plaît de régner sur son royaume comme le Roi Tuefa, mais il lui en faut plus.
    Toujours plus.
    Plus de pouvoir.
    Plus vite.

    mercredi 28 avril 2021 - 18:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    20023 Crédits Modo

    Taris

    Au milieu des nuages percent les cimes des buildings. De larges ponts suspendus au dessus d'un grand vide accueillent les citoyens, allant et venant entre les différents édifices teintés d'argent et de cyan nacré.

    Depuis la Guerre du Sez, Taris s'était remise sans mal grâce à son économie prospère, principalement due à sa position géogalactique, à ses grandes entreprises et au tourisme. Ce ne sont pas les vingts et quelques années passées sous le joug de la République de Sovereign qui l'ont menacé. Au contraire, c'était un fief des ennemis de la Coalition rebelle, ils s'étaient ainsi appliqué à conserver ce monde intacte. Non, ce furent bien les Néo-Mandaloriens qui apportèrent la destruction lors de la reprise du système. Oh, bien sûr, depuis ils avaient mis un point d'honneur à réparer les dégâts causés et Jaia Tepal avait expressément ordonné à Beviin, nommé Gouverneur de Taris, d'instaurer un lien de confiance avec la population. Cependant, la défiance du peuple envers l'occupant demeurait.

    Kinsa, Zadyssa et Cera Ordo, accompagnés de leur fidèle droïde mécano, arpentent maintenant la ville basse où les réfractaires au pouvoir en place sont plus nombreux que dans les étages supérieurs. Les regards menaçants à leur encontre se multiplient. Sur leur passage, des mères fuient avec leurs enfants, de jeunes Tarisiens ne cachent pas leur hostilité à l'instar des vétérans de la dernière guerre, ils défieraient le groupe d'enquêteurs au moindre mouvement suspect. Une véritable poudrière. L'endroit adéquat pour semer le chaos.

    À l'approche du lieu où a explosé l'une des bombes, les trois enfants de la Force peuvent ressentir un malaise grandissant, autour et en eux-mêmes.


    Zad - J'ai un mauvais pressentiment.
    Kinsa - Nous ne sommes là que pour enquêter.
    Zad - Cela ne concerne pas notre mission Maître. C'est plus... Lointain, plus diffus.
    Ordo - Ne te focalise pas sur tes inquiétudes Zadyssa.
    Kinsa - Ton esprit doit être concentré sur ce qui se passe ici et maintenant.
    Zad - Mais, Maître Jorus a dit que je devais être attentif au futur.
    Ordo - Mais pas au dépend de l'instant présent.
    Kinsa - Ton esprit doit rester attentif à la Force.
    Zad - ... Oui Maître.

    Les fumées se sont dissipées mais, devant eux, les ravages causés sont terrifiants. Le bâtiment visé, qui servait d'entrepôt à des denrées alimentaires destinées aux habitants les plus précaires, a été éventré. Le toit s'est effondré, détruisant toute la structure. Manifestement, celui ou ceux qui ont orchestré l’attentat savaient ce qu'ils faisaient.

    Ordo - Une première observation ?
    Zad - C'est un désastre.
    Ordo - Oui... Mais encore ?
    Kinsa - La destruction est totale, cela démontre que les poseurs de bombes ne sont pas des amateurs.
    Ordo - Effectivement.
    Kinsa - Pfff, ça va être difficile de trouver un quelconque indice dans ce...
    ?? - Là! Des Mandaloriens !!
    ?? - C'est Ordo et Talik ! Allons-y !!

    La foule tenue à distance des gravats est constituée de riverains, de curieux ou de personnes venues se recueillir, mais également d'une myriade de journalistes, holocam et micro en mains, qui poireautent sur le béton à la recherche d'informations. Ils accourent en trombe vers le trio à peine débarqué.

    Kinsa - Ho non... pas encore eux.
    Ordo - Tchhh! Je m'en charge, profitez-en pour étudier le terrain, en attendant notre renfort de la Guilde. Je vous retrouve dés que j'en ai finis avec ces busards.
    Kinsa - Ça me convient très bien. On y va R8.
    R8-D8 - Biuuuu...

    Les deux Jedi et le droïde s'échappent en vitesse tandis que plusieurs journaleux sautent littéralement au casque du cyber-mando.

    Journaliste - Seigneur Ordo ! Dalia Perkar pour Coru-Net One, qu'avez-vous à nous dire au sujet de cette attaque ?
    Journaliste 2 - Vous êtes envoyés par le Gouverneur Beviin ?!
    Dalia Perkar - Pensez-vous que des Mandaloriens puissent être impliqués ?
    Journaliste 3 - Pourquoi la Jedi Kinsa Talik est ici avec vous ??
    Journaliste 4 - Que pensez-vous des rumeurs qui disent que...
    Ordo - Attendez ! Pas tous en même temps !

    Il déteste ces entrevues mais selon Mandal'ore, il faut rassurer les habitants de Taris par tous les moyens.

    Ordo - Nous sommes ici pour apporter notre aide au Gouverneur dans l'enquête visant à trouver les auteurs de ces attentats, que nous condamnons fortement. Nous allons tout mettre en œuvre pour élucider cette affaire et juger les coupables.
    Dalia Perkar - Seigneur Ordo, voilà plusieurs mois que les Mandis sont perçus comme des envahisseurs plus que comme des protecteurs. Des rumeurs circulent selon lesquelles votre gouvernement serait mêlé aux attentats de hier matin. Qu'avez-vous à répondre à cela ?
    Ordo - Écoutez, ces raisonnements sont totalement absurdes. L'attaque a eu lieu contre des points stratégiques nécessaires à l'entente entre Tarisiens et Mandaloriens. Il n'y a pas eu de revendication, nous ignorons qui a fait le coup, mais nous pouvons supposer qu'il cherche à nous discréditer et à créer des conflits intérieurs. Des conflits qui n'ont pas lieu d'être.
    Dalia Perkar - Mais certains citoyens estiment que c'est votre présence qui a provoqué cette catastrophe.
    Ordo - Vous faites allusion aux systémistes, mais je vous le dis, ils se méprennent sur nos intentions. Notre présence et notre rôle ici est strictement sécuritaire. Je ne vais pas vous refaire l'histoire cent mille fois. Les Néo-Mandaloriens n'ont pas d'autre objectif que de protéger Taris et son peuple, ils ont libérés ce système et bouté les forces du Sith Sovereign.
    Dalia Perkar - Grâce à l'intervention d'un autre Sith avec lequel vous avez partie liée si je n'm'abuse.

    Une vraie plaie celle-là. Ordo commence à regretter de ne pas s'être sauvé en même temps que ses partenaires. La journaliste, une Zeltronne particulièrement perspicace et embêtante, ne recule devant aucune bassesse pour coincer son interlocuteur par lequel elle ne semble pas impressionnée le moins du monde. Son charisme naturel a empiété sur les autres journalistes qui se sont tus pour la laisser mener l'interview.

    Dalia Perkar - Le Général Gunnar était bien le Sith tristement célèbre connu sous le nom de Baaaaaaal, vous avez prit sa succession en quelque sorte, que doit-on en déduire ?
    Ordo (fermement) - Cela n'a absolument rien à voir avec le sujet qui nous préoccupe aujourd'hui.
    Dalia Perkar - Les Néo-Mandaloriens ont-ils encore un lien avec lui ?
    Ordo (haussant le ton) - Le Général a disparu, on ne la plus vu depuis la chute du Tyran ! Et je vous répète que je ne suis pas là pour parler de ça !
    Dalia Perkar - Pourtant il peut exister un certain lien. Pouvez-vous nous expliquer quelles sont vos relations avec le royaume de...
    Ordo - Ça suffit !

    Malgré sa témérité, la journaliste est séchée sur place par l'aura menaçante de Cera. Sa patience ayant des limites, l'ex Jedi est à deux doigts de cogner Perkar, mais ce serait assurément une mauvaise opération, politiquement parlant. Il doit faire bonne figure pour le bien des siens. Aussi s'applique t-il à garder son sang froid, mettant en pratique les préceptes qu'il appris jadis auprès des Naberry.

    Ordo - Comme je l'ai dit... Nous allons faire ce qui doit être fait. Nous trouverons les terroristes et nous les punirons. Je veux juste dire à la population qu'elle n'a pas à nous craindre ou à s’inquiéter, nous ne sommes là que pour la prospérité de Taris. Plus de question.
    Dalia Perkar - Attendez ! Vous ne pouvez pas éluder ces questions !
    Journaliste 2 - Est-ce que vous travaillez avec le Conseil des Jedi !?
    Journaliste 3 - Seigneur Ordo ! Vous n'avez pas répondu  !
    Journaliste 4 - Et au sujet du Gouverneur Beviin !?
    Ordo - Plus de question j'ai dis !

    Péniblement, l'homme en armure s'extirpe de la cohue qui s'était pressée tout autour de lui tandis que les interpellations continuent de pleuvoir, et cherche du renfort vers le bâtiment détruit. Là, quelques gardes Mandaloriens ont érigé une barrière pour ne laisser passer aucun citoyen.

    Ordo - Éloignez ces gêneurs ! Je n'veux pas les voir à moins de cent mètres de la zone sinistrée !
    Garde - À vos ordres !

    Las, il s'en retourne vers Kinsa, Zadyssa et R8, qui analysent le terrain depuis tout à l'heure. Naviguant entre les débris, il arrive à leur portée. Le droïde scanne l'ensemble des ruines.

    Ordo -
    Alors ? Vous avez quelque chose ?
    Kinsa - Les données récoltées par R8 ne nous apprennent rien de plus que ce qu'on savait déjà. Les charges ont été placées aux fondations, dans des recoins précis afin de faire s’effondrer l'édifice sur lui-même. C'est du travail de pro.
    Ordo - Je vois... Qu'en penses-tu ?
    Kinsa - Je ne sais pas... et toi, Zad ?
    Zad - Et bien, je dirais qu'il faut avoir une certaine expérience dans le domaine pour arriver à un tel résultat. Il faut avoir déjà pratiqué ce genre d'opération. Peut-être un spécialiste en infrastructure.
    Ordo - Hmm. Bonne déduction. Mais je crains que cela ne soit pas d'une grande aide.
    Kinsa - C'est la seule piste qu'on ait. Faut fouiller dans cette direction. Allons voir les autres sites, on en apprendra peut-être d'avantage.
    Ordo - Bon. Allons-y. Le type de la Guilde devrait nous rejoindre sous peu.

    Ils sortent des gravats et rejoignent le pont principal, esquivant avec assiduité le groupe de journalistes.

    Kinsa - On sait quelque chose sur lui ? On le connait ?
    Ordo - Qui ça ? Le Guildeur ? Non... Inconnu au bataillon. Mais apparemment c'est un homme de confiance de Wes, et de Solo. Ça me suffit pour lui accorder du crédit.
    Kinsa - Ok. Espérons qu'il puisse nous aider.
    Zad - Qu'est-ce que tu fais R8 ? Allé viens !

    Le droïde est resté en retrait, stagnant devant le bâtiment détruit qu'il semble contempler. Après quelques instants, tout en laissant fuiter un cliquetis plaintif, il rejoint ses propriétaires.

    Zad - Qu'est-ce qui t'arrives ces derniers jours ? T'es bizarre.
    R8 - Biuuu, bibibi !
    Zad - Ha, j'te reconnais bien là. Allé en avant, on a encore du boulot.
    R8 - Biup !


    Ce message a été modifié par Ordo le mardi 04 mai 2021 - 16:49

    mardi 04 mai 2021 - 16:44 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2325 Crédits

    Taris – un hôtel automatique de la ville basse.

       Sphex Laurspuur, alias le Contact, se terrait dans sa chambre miteuse.
    Il n’y resterait de toute façon plus très longtemps. Dans quelques heures il prendrait un  transport pour Ord Mantell. Là, un contact dont il ignorait pour le moment l’identité, le dirigerait vers un nouvel endroit où se cacher…

       Cela avait de toute façon été son intention première, mais l’arrivée fort médiatisée sur Taris du chef du clan Ordo et de la Mando-Jedi la plus célèbre de la galaxie, Talik, ne rendait cet exil que plus désirable.

       Talik… Un nom familier...Son père, vingt ans plus tôt avait parfois évoqué en terme ambigus un certain Talik avant de crever bêtement sur Rhomamool. Heureusement, Sphex avait déjà pris son indépendance. Aidé d’une cache d’armes et d’explosifs léguée par son paternel et de quelques contacts de la Guilde, il s’était rapidement fait une place dans le milieu… en free-lance.

       Il repensa à l’Envoyé. Il ne connaissait pas ses motivations – il était trop malin pour les demander. Mais entre les habits d’emprunts, les mouvements trahissant un entraînement militaire, qui lui rappelaient ceux de son père, et ce malaise à se retrouver tête nue, Laurspuur soupçonnait un lien entre son employeur et les nouveaux maîtres de la planète...Le Contact ne voyait pas trop où de telles manœuvres pouvaient les conduire, à part faire rapidement place nette dans les bas-fonds de Taris, mais ce n’était pas son problème.

       Comme d’habitude, après son travail exécuté, il allait disparaître. Il avait pris soin d’utiliser trois types d’explosifs différents lors de ses crimes, afin d’éviter d’attirer l’attention par la disparition sur le marché noir d’une trop grande quantité d’un seul produit. Des acquisitions réalisées sous des identités et costumes différents et même grâce à des devises différentes. Impossible de relier les achats entre eux et de remonter jusqu’à lui.

       Et pour son départ, il allait endosser le nom et les identifiants d’un pauvre Guildeur disparu quarante ans plus tôt sans perte ni fracas.

       Aucune chance que le plan ne tourne mal…


                                                                                         *********

    Coruscant – Bureaux du Nexus Core Herald

       Cecil – Hé, t’as entendu ? Ils vont bombarder Perkar présentatrice en chef de l’holonews de la Coru-Net One !
       Scipii – Grozit, toujours leur obsession des capacités pulmonaires ultra développées ! On va encore perdre des parts de marché !
       Cecil – T’as de drôle de façon de parler, parfois ! Et tu sais sur quoi elle se concentre, en ce moment, cette pouffiasse? Taris et Ordo ! Alors moi, je dis, on fait une émission sur Talik !
       Scipii – Si on lui propose ça comme ça, elle va nous rembarrer à coup sûr… Mais si on veut couper l’herbe sous le pied de Perkar-Dalia-ne-perds-jamais, Talik est la bonne parade. Si on la joue subtil…
       Cecil – Et tu proposes quoi pour contrer Miss Je-couche-avec-tout-ce-qui-a-tentacule-ou-prothèse-si-ça-fait-avancer-ma-carrière ?
       Scipii – Tabler sur l’authenticité. La Jedi sera plus encline à nous écouter si on se concentre sur sa mission, pas sur elle. Pas une émission...Une série documentaire… La vie d’une Jedi en direct… Ca, ça devrait l’amadouer…
       Cecil - Et pour le pathos, les conflits d’intérêts entre éthique Mando et Jedi ! Ca, ça intéressera les lecteurs et spectateurs...
       Les deux journalistes s’entre-regardèrent. Ils avaient trouvé le filon. Pendant que Perkar tenterait vainement de s’envoyer en l’air avec la boîte de conserve, eux produiraient de quoi satisfaire leur éthique du métier ET l’audimat.
       Scipii – Juste une chose...JE suivrai Talik dans ses déplacements. Je t’obtiendrais tous les autographes que tu veux et quelques photos gentilles, mais c’est  moi qui m’en charge.
       Cecil – M’enfin pourquoi ?
       Scipii –
    Parce que MOI, je ne risque pas de tout faire capoter parce que je suis fétichiste des lekkus...


    samedi 08 mai 2021 - 10:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Tano Ahsoka --- Ahsoka Tano était le Padawan d'Anakin Skywalker. (Personnages - Jedi)
  • Benthic --- Benthic "Deux Tubes" était un Tognath, membre des Partisans de Saw Gerrera (Personnages - Mercenaires)
  • Abynishi --- Cette espèce reptilienne était intelligente. Elle vivait sur la planète Inysh. (Espèces & Civilisations - Civilisations)
  • Famille Skywalker / Naberrie / Organa --- Le destin croisé de trois familles qui changèrent l'Histoire Galactique... (Divers)
  • Tholme --- Tholme fut l’un des membres les plus rusés et doués pour l’infiltration que compta l’Ordre Jedi dans ses derniers jours mais il est surtout resté connu pour avoir été le maître de Quinlan Vos et d’Aayla Secura. (Personnages - Jedi)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide