Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Quelque part dans le Temple, l’officier supérieur des forces d’invasion sith rôdait dans un couloir à la recherche de Jedi non combattants. Une pierre tomba, quelques mètres devant eux, en faisant du bruit, ce qui attira l’attention du groupe. Quelques secondes plus tard, une autre chute, plus étouffée, se fit entendre derrière eux. Ils se retournèrent et virent quelque chose de sphérique enveloppé dans un mouchoir. C’est quand le tissu se détacha et laissa apparaître une grenade que les Sith s’inquiétèrent.

    Soldat : Une grenade ! Planquez-vous !

    L’objet explosa, mettant hors d’état trois soldats sur sept. Un autre se fit visiblement toucher à la tête par un tir inaudible, mais au lieu de s’effondrer immédiatement, il resta conscient quelques secondes avant de tomber.

    Officier sith : Mais qu’est-ce que… ?!

    C’est alors qu’il aperçut l’auteur du trouble, cet homme au bandeau noir. Il ordonna à ses hommes de tirer sur ce rabat-joie, ce qui n’atteint nullement l’inconnu. De son côté, le vétéran se met à couvert en attendant que les tirs cessent. Une fois qu’il n’entendit plus d’impact, il se mit légèrement à découvert pour viser et tirer sur l’un des soldats, le tout très furtivement. Ainsi de suite, en réarmant à chaque tir son pistolet doté d’un silencieux qu’il avait dans son vaisseau, il mit hors d’état les soldats sith un par un, jusqu’à ce qu’il se mette bien à découvert, vise le chef du groupe, le dernier debout…

    Clic !

    Plus de munitions. Le vétéran fut surpris et n’avait plus de chargeur. Ce qui le rassura fut que l’officier en face était également à court. Les deux hommes restaient calmes, l’inconnu se dirigeant vers le Sith. Ce dernier brandit la vibrodague accrochée à sa ceinture en la mettant en avant. Le vétéran républicain, lui, n’avait rien et rengaina son pistolet vide.


    Le vétéran : Si ça peut vous rassurer, vos hommes ne sont pas morts ; mais ils ne se réveilleront pas avant quelques heures.

    L’officier sith : Vous faites le malin, mais avec quoi allez-vous vous défendre ? Je suis le général Dwarka, chef des opérations terrestres sith pour l’attaque du Temple ; le Seigneur Baaaaaaal me tient en estime.

    Le républicain mit ses mains en avant, en garde. Plus ou moins satisfait de cette réponse, le général attaqua son ennemi en tendant sa dague en avant. Tout à fait fluide, le vétéran se plaça à côté du bras armé, vers l’intérieur, puis avec son avant-bras droit, plia celui du Sith. Tout en continuant sa prise, il attrapa le biceps de son ennemi avec son autre main, lui mit le bras derrière le dos, et avec la main qui tenait le biceps, lâcha prise pour pousser le coude. La douleur et la tension des muscles de Dwarka lui firent lâcher son arme que le républicain ne manqua pas d’éloigner d’un coup de pied.
    Le républicain et le Sith étaient à présent à armes égales. Quand il vit son ennemi attaquer du pied, le vétéran arrêta le coup à hauteur de sa hanche avec le bras, en un pas fut très proche du général, l’attrapa en haut des omoplates, le fit basculer en avant puis lui mettre un coup de genou dans le ventre avant de le faire tomber sur le dos en le faisant pivoter dans la chute. Profitant que son ennemi était à terre, l’inconnu donna un puissant coup de poing de nouveau dans le ventre, mais le général eut tout juste le temps de rouler sur le côté pour éviter l’impact. Le choc des doigts contre le sol les fit craquer bruyamment, mais le borgne gentil n’en paraissait pas déconcentré, même si la douleur était vive pour lui.

    Après quelques secondes sans attaque, ce fut au tour du républicain de passer à l’offensive. Arrivant à proximité de son adversaire, il lui donna un crochet droit, un gauche, un uppercut, puis leva la jambe droite au niveau de la tête en effectuant une rotation, frappant du pied la joue de son ennemi pour finir avec un coup de pied gauche similaire. Ce dernier choc mit le général sith à terre, pourtant le vétéran lui laissa volontairement le temps de se relever. L’homme de Baaaaaaal tenta une succession rapide d’attaques manuelles, mais le vétéran parait en mettant les bras en travers des chemins, avec le haut du crâne, les coudes... Puis il se mit à dévier les poings de son adversaire pour pouvoir lui asséner un puissant direct, le faisant tomber sur le dos. Dwarka, en une roulade arrière, se remit vite debout et sortit un petit couteau de son gantelet et attaqua le républicain le bras à l’horizontale. Le vétéran poussa alors l’avant-bras du Sith avec son droit, refermant tout le bras sur la gorge, poussa le coude avec sa main gauche et, avec sa paume droite en-dessous de la mâchoire du général, effectua une poussée verticale qui fit perdre l’équilibre au Sith. Cependant il ne tomba pas et gardait son couteau dans la main. C’est en voyant cela que le vétéran esquiva une attaque verticale en se mettant au sol, puis en passant derrière son adversaire grâce à une pulsion par ses bras, ses cuisses et ses chevilles. Une fois derrière Dwarka, l’homme lui bloqua le bras en fermant le sien de haut en bas autour du coude, posa sa main en haut de l’omoplate de ce même bras et la poussa en avant en même temps qu’il tira le coude en arrière. Un craquement sonore se fit entendre et la prise obligea une nouvelle fois le Sith à lâcher son arme.


    Dwarka : AAAAHHH !

    Sans défaire son emprise du bras, le républicain cessa d’appuyer sur l’omoplate pour donner des coups de coude à l’arrière de la tête à quatre reprises, avant de le lâcher en envoyant un cinquième choc. Le général sith manqua de tomber à la renverse et montrait qu’il avait du mal à tenir encore debout.

    Le vétéran : Je n’ai pas envie de vous tuer. Vous pouvez vous rendre, je ne suis pas du genre à faire des coups bas.

    Dwarka : On voit bien là la générosité républicaine. Me rendre ? Moi ? Et qui êtes-vous pour me dire ça ?

    Le vétéran : Savoir qui je suis ne vous avancerait en rien.

    Le Sith ne posa plus de question et prit son adversaire entre ses bras pour essayer de le faire basculer. Il y parvint, mais l’ancien soldat, se trouvant en-dessous de lui, frappa des genoux dans le ventre du général et le fit passer par-dessus lui avec les tibias et la poussée de ses cuisses avant de se relever. Dwarka se remit péniblement sur ses pieds. Le vétéran aussi avait perdu un peu de vitalité, il était moins enclin à courir, mais surtout il voyait la fin de cet affrontement par l’état de son adversaire. Lorsque le général sith commença à fondre sur le vétéran républicain, une énorme explosion sourde se fit entendre, faisant trembler les murs.

    Dwarka : Qu’est-ce que… ?

    Le vétéran : Hum… On dirait que votre Maître a perdu, Dwarka.

    Dwarka : Impossible ! Ce sont vos amis Jedi qui ont succombé !

    Le vétéran : J’ignorais que le Seigneur Baaaaaaal utilisait des explosifs, alors que la Force lui confère tout. Regardez la réalité en face, général : c’est fini.

    Le Républicain ne s’attendait pas tu tout à un coup de poing aussi prompt et puissant, au point de le faire tomber. Mais alors que le Sith, juste à sa droite, s’apprêtait à quelque coup au sol, l’ancien soldat lança ses jambes perpendiculairement pour l’empêcher à quoi que ce soit, ce qui lui laissa le temps à lui de s’élancer pour être debout. Il décida de mettre fin au combat : donnant une petite tape dans la pomme d’Adam, il fit ensuite passer le Sith par-dessus son épaule pour qu’il se retrouve sur le dos. Ensuite, le républicain se mis à cheval sur le ventre de son ennemi, rendant inutile toute action des jambes et lui écrasant une main avec le genou, appuya son avant-bras gauche sur la gorge du Sith et frappa du poing droit la tête déjà contre le sol une fois… deux fois… puis en lâchant la gorge, il souleva la tête, mit son bras droit le plus haut possible, et…

    PAFPOCK !!!

    Il envoya toute la puissance de son corps dans cet ultime coup. La tête du Sith, bien que résistante, rebondit contre le pavé après deux chocs, avant et arrière, aussi violents l’un que l’autre. Le vétéran resta en position tandis que le général le regardait avec à la fois déception, haine, et un brin d’admiration. Dwarka, épuisé et sonné, finit par succomber et n’offrit plus aucune résistance nulle part. Se demandant s’il l’avait tué, l’homme lui prit le pouls et sentit encore des battements dans l’artère jugulaire, bien que lents. En le fouillant, il trouva des menottes dont il attacha les mains dans le dos avant de le laisser et de partir. Vu son état, même si le Sith reprenait conscience rapidement, il ne serait pas capable de bouger énormément.

    Ce message a été modifié par: Huge le 16-02-2013 11:14

    samedi 16 février 2013 - 10:46 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8014 Crédits

    Cette bataille prend une tournure inattendue, mais des plus intéressantes...
    Je ne prévoyais pas que le combat serait si long, mais il m'a réservé quelques très bonnes surprises. Cette chère petite clone Paad venue se livrer sur un plateau, la présidente de la Guilde venue enrichir mon tableau de chasse des Terrik, et surtout ma fille, ma tendre fille, sortant enfin de l'ombre !
    Aaah, Tyria ! Quelle déception que tu n'ai pas consacré ces longues années à maîtriser le Côté Obscur et convoiter la place qui est la tienne ! Car tu étais la seule digne de me succéder... Tant pis pour toi. Je devrai donc, à regret, mettre un terme à ton existence. Puis je couperai définitivement tout lien avec le passé ou d'affection et nostalgie en supprimant enfin Mirax. Il est plus que temps !

    Ce n'est plus le moment de rêvasser. Malgré leur infériorité, et en payant le prix fort, Paad, Mimi Terrik et ce maudit Jedi Mandalorien m'ont blessé dans ma chair et mon orgueil. Les misérables ! Nul ne peut braver ainsi le Seigneur Noir des Sith ! Fini de jouer, il est temps de faire tomber des têtes.

    Ma vengeance va être TERRIBLE...




    Le Hall Pollux Horn Terrik n'était plus qu'un champ de ruines. La fumée n'était pas encore retombée que les Jedi Mirax et Kaarde étaient sortis en titubant de leur cachette, suivis de près par Tyria. La guildeuse Mimi était déjà revenue et s'appliquait à déplacer des blocs de pierre à la force de ses bras, cherchant une trace du sacrifié.

    Mimi. - Venez m'aider, au lieu de rester plantés là, les Forceux !

    Un gros bloc de marbre se souleva alors tout seul et manqua de peu d'écrabouiller la présidente de la Guilde.

    Mimi. - Hé ! Pouvez pas faire attention ?

    Kaarde. - Ce n'était pas moi.

    Mirax. - Ni moi.

    Tyty. - Ni moi.

    Mimi. - ... Oh, oh !

    Elle eut le bon réflexe de décoller à l'aide de son jet pack. La seconde d'après une centaine de blocs se soulevait en même temps, poussés par une tempête de Force et d'éclairs.
    Au milieu de cette vision d'apocalypse : Baaaaaaal, l'invincible Seigneur Noir des Sith. La cape et les habits déchirés, le sabre laser éteint en main, les cheveux ébouriffés, du sang coulant de multiples blessures et le bras gauche tordu dans un angle inquiétant au niveau du coude. Tel la bête sauvage acculée, il n'avait plus du tout envie de rire. Surtout ses yeux avaient pris la teinte lave caractéristique des Sith en colère. Cette apparition jeta l'effroi au sein de ses adversaires.
    Baaaaaaal saisit son poignet gauche avec la main droite et KRAAAK remit son bras tordu en place. Il tendit alors le bras réparé en lança une salve d'éclairs droit sur Mimi dont il fit sauter le jet pack. L'insolente guildeuse chuta et fut réceptionnée par Kaarde.
    Le Seigneur Noir poussa un hurlement de rage...

    Baaaaaaal. - YAAARRRH !

    ... et tous les blocs maintenus en l'air retombèrent au sol.

    Baaaaaaal. - Et voilà ! Juste pour m'égratigner... une nouvelle vie gâchée !

    Mirax. - Tu semble pourtant bien mal en point, mon cher !

    Mimi. - Je réitère ma demande, es-tu prêt à signifier ta reddition ou souhaite-tu mettre un terme définitif à la lignée des Sith ?

    Baaaaaaal. - Définitif ?... Un terme définitif ?! MWRAHAHAHA, pauvre sotte ! Misérable insolente, si tu savais ! Croyez-vous donc que je suis le seul Sith dont vous avez à vous inquiéter ? Hein ?

    Les quatre autres, interloqués, s'échangèrent des regards, ne sachant pas si le Sith perdait la raison ou tentait une nouvelle tromperie. Le sourire mauvais de ce dernier, avec quelques dents en moins, était plus effroyable que jamais.

    Baaaaaaal. - Même dans l'hypothétique hypothèse de ma défaite vous auriez encore affaire à une menace venant droit des mondes Kubaz ! Mon subordonné Dark Strategor se terre là-bas et attend son heure !

    Tyty. - Il bluffe !

    Kaarde. - Qui est Dark Strategor ?

    Baaaaaaal. - C'est précisément là que ça devient intéressant... Un opportuniste follement ambitieux assez rusé pour construire sa propre armée en toute discrétion mais assez bête pour chercher du pouvoir par le biais du Côté Obscur et me prêter allégeance dans l'espoir vain de me renverser un jour !

    Il fixa son regard de braise droit dans les yeux de Mimi.

    Baaaaaaal. - Prête pour une révélation fracassante ?

    Mimi. - Tu peux y aller, j'ai mis mon gilet pare-Baaaaaaal.

    Baaaaaaal. - Je parle de ton père, petite guildeuse... de ce cher Edoras... Könix... Terrik ! Il s'est converti au Côté Obscur et s'est agenouillé devant moi !

    Mimi. - Les Sith sont des menteurs... c'est du bluff !

    Baaaaaaal. - Ah, tu crois ça ?

    Le Maître Sith tira un petit sac de flimsi hermétique transparent d'une de ses poches et le jeta vers son interlocutrice. Le petit projectile rebondit sur le torse de Mimi et s'immobilisa à ses pieds, révélant son contenu sanglant : un œil humain ! L'œil d'Edoras !

    Baaaaaaal. - Il se l'est arraché lui-même pour me montrer sa dévotion, le fou ! (voir ici )

    La Guildeuse était troublée. Mais Kaarde prit le relais.

    Kaarde. - Peu importe ce qui nous attend ! Les Sith ont toujours été une épine dans le pied de la galaxie et continueront sans doute après toi. Mais aujourd'hui tu ferais mieux de t'inquiéter pour ta propre personne, Baaaaaaal ! Tu t'es lancé dans une bataille dont tu ne sortiras que diminué et vulnérable !

    Mirax. - Ouvre donc les yeux ! C'est fini.

    Et le Seigneur Sith étendit ses perceptions autour d'eux, constatant que les Jedi disaient malheureusement vrai. Partout dans le Temple il pouvait sentir ses troupes clones diminuer, prises en embuscade par les Jedi et les troupes républicaines. Plus haut, l'effectif de la flotte était rudement mis à mal aussi. le général Dwarka ne répondait plus et aucune nouvelle du raid sur Yavin 4 n'était parvenu à ses oreilles.
    L'objectif d'abattre le Temple et annihiler les Jedi lui échappait de plus en plus. Unis, les Jedi, La Guilde et la CG étaient donc capable de s'opposer à son pouvoir ? Intolérable !

    Baaaaaaal. - Tu as raison, ma tendre, il faut que ça finisse !... Laissez-moi vous apprendre une chose... raser l'arène de combat pour éliminer tous les combattants d'un coup est MA technique !... Mais vous vous y prenez comme des amateurs...

    Le Maître absolu du Côté Obscur leva alors son comlink et lança un ordre bien haut :

    Baaaaaaal, au comlink. - Baaaaaaal à la flotte Sith... Ordre de précipiter la Main Écarlate sur le Temple Jedi !




    Salut à tous les fans de mesures désespérées ! :x

    -------------------------------------
    Seigneurs Noir des Sith
    Grand Intendant, membre des FF
    salut a tous les FF au passage
    Fou allié
    ADRIEEEEENNE!!
    PIOU!! PIOU!!

    Ce message a été modifié par: baaaaaaal le 17-02-2013 15:21

    dimanche 17 février 2013 - 14:42 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13542 Crédits

    24 ans plus tôt…
    Une jeune apprentie s’entrainait au sabre laser le plus consciencieusement possible. Elle avait tout intérêt en même temps. Quelques semaines auparavant, elle avait eu le malheur d’interpeller (avec certes pas mal d’insolence) la Jedi Padme sur le fait qu’il soit possible/facile – même pour le moins dégourdi des Jedi – de créer un sabre à trois lames et de le maitriser. Pour lui apprendre à connaitre sa place, la maitre Jedi avait confié à la jeune padawan la lourde tâche de le créer et d’apprendre à le manier.
    La conception et l’élaboration lui avaient résisté dans un premier temps jusqu’à ce que son maître lui donne quelques idées. Depuis, elle passait nombre d’heures par jour à essayer de maîtriser l’arme. Le maniement était difficile et laborieux. Après avoir entaillé une nouvelle fois sa botte, la jeune femme lança le sabre à travers la pièce avec énervement.

    Kaarde – Et bien dis donc. Je vois que tu fais de gros progrès.

    Tyria – Tu plaisantes j’espère. Ce truc est inmaniable. Chaque fois que je pense progresser je manque de me tuer dans la seconde suivante. Cette cochonnerie est plus dangereuse pour moi que pour un adversaire.

    Le Maître Jedi sourit. Il l’encourageait régulièrement son apprentie à continuer l’exercice car celui-ci demandait discipline, concentration et beaucoup de travail. L’idéal pour faire progresser tout élève de la Force.

    Kaarde – Justement. Cela t’apprend à quel point un sabre laser n’est pas à utiliser à la légère.

    Tyria – J’aurais surtout appris à ne plus la ramener devant un maître…

    Kaarde sourit. L’humilité. Ça aussi, un élève en avait tout particulièrement besoin. Tyria alla récupérer le sabre.

    Kaarde – Au fait, j’ai réussi à obtenir quelques informations sur tes origines.

    Tyria, en se baissant – Ah oui ? Ça donne quoi du coup ?

    Kaarde – Tu serais la fille d’une Jedi. Je pourrai te la présenter si tu veux. Ton père, lui, est un humain du nom de Baaaaaaal. Mais je n’ai pas réussi à en savoir plus.

    L’apprentie haussa les épaules.

    Tyria – C’est peut-être pas plus mal. Je suis pas sure d’avoir envie de rencontrer un homme qui abandonne ses enfants…

    Kaarde – Tu es sure de toi ?

    Tyria, en réfléchissant – Oui. Aller, au pire, je manque juste une relation ultra toxique avec un sociopathe… Rien qui ne puisse être bien important.

    -----------------------------------------------------------------------------


    J’eus une formidable envie de me taper la tête contre le sol quand j’entendis B7al commander à sa flotte d’écraser un de ses vaisseaux sur notre position.

    Moi – Nan mais t’es sérieux !?

    B7al – Mwaaaahahah ! Oui !

    Moi – Même toi, tu ne survivras pas à ça.

    B7al – C’est ce qu’on verra. En attendant, fifille… Qu’est-ce que tu dirais de rejoindre le looser que tu avais épousé ?

    Je lâchai un juron et rallumai mes sabres. Mon père bondit à une vitesse folle pour abattre ces sabres sur moi. Je dus me servir des deux sabres pour réussir à parer puis dévier sa lame. Il fit alterner ses deux lames pour me forcer à reculer. Je croisai à nouveau mes deux sabres pour arrêter un coup aurait dû atteindre ma tête. Je les fis tourner ensuite autour de moi pour forcer B7al à s’éloigner un peu.
    Puis, d'un bond en avant je ripostais. Il était pour moi aussi possible de m’amuser à alterner mes sabres pour attaquer. J’arrivais à lui tenir tête mais c’était loin d’être suffisant. Sans la Force, il m’était impossible de prendre l’avantage sur lui.

    Moi – Kaaaaaaarde… Ça te dérangerait de me filer un coup de main, peut-être ?

    Le Sith jugea opportun de me faucher mes jambes d’un coup de pied. J’eus juste le temps de rouler sur le côté qu’une lame rouge s’enfonçait dans le sol. Si B7al avait pu faire sa seconde attaque, j’aurais rejoint la Force sans autre forme de procès. C’était sans compter sur mon ancien maître qui venait de d’envoyer bouler B7al au loin avec un coup de pied sauté. Kaarde me tendit la main pour m’aider à me relever. Surprise, je la saisis néanmoins.

    Kaarde – Juste à temps.

    Moi, reprenant mon souffle – Bah va… Ca compensera le gundark sur Tatooine. A tout hasard, tu aurais un plan ?

    Kaarde – Absolument pas.

    Je grimaçai. Si nous devions tenir bon et attendre qu’un des Jedi aient une ouverture, j’allais devoir me servir de la Force. B7al ne m’avait pas encore tué uniquement parce que j’avais eu une chance insolente. Puis même… Kaarde m’avait formé à utiliser la forme IV qui était bien plus efficace associée à des sauts un peu foufou.

    Moi – Je ne te promets rien pour la suite. Mais si ça dégénère, tâche d’être un peu plus efficace que sur Dantooine.

    J’entrepris de me rouvrir à la Force. J’avais oublié à quel point elle ressemblait à un hurlement constant sur Coruscant. Ce fut comme si j’étais myope et que je mettais une paire de lunettes. Je voyais nombre de détail jusque-là invisible. Je ressentis à quel point les personnes présentes étaient éprouvées par le combat.

    Note à toi-même ma chère Tyria du futur proche. Si tu te laisses te consumer une nouvelle fois par le coté obscur… Tu teindras les cheveux en vert et tu porteras du rose pour le reste de ta vie. Comme ça au moins tu seras la jedi Noir la plus ridicule que cette galaxie ait connue.

    Je m’avançais vers mon père.

    Moi – Hey… Papa… Qu’est ce qui vient d’une autre galaxie, qui a eu plein d’armes biologies et qui était sado masochiste et qui se termine par « ile » ?

    Il prit vraiment la peine de réfléchir à ma devinette. J’en profitais pour faire un saut périlleux et attaqué. Alors qu’il para mon attaque, il me répondit avec grand plaisir.

    B7al – Les yuuzhan Vong, imbécile ! Tu pourrais éviter de faire des blagues archi connues !

    J’enchainai des sauts tout autour de lui pour essayer de placer autant d’attaque que possible.

    B7al – A mon tour ! Qu’est ce qui vient d’une autre galaxie, qui a eu plein d’armes biologies et qui était sado masochiste et qui se termine par « ire » ?

    Contre. Attaque. Attaque. Parade. Esquive. Saut périlleux. J’étais trop pleinement concentrée sur le combat pour pouvoir lui répondre. C’est Kaarde qui le fit en nous rejoignant.

    Kaarde – Les Yuuzhan Vong, imbécile, tu viens de le dire.

    Le concours de blague… Euh... Non, le combat allait pouvoir continuer de plus belle.



    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 17-02-2013 21:19

    dimanche 17 février 2013 - 18:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Pendant plusieurs heures, nous avions réussi à tenir. L'académie était dans un sale état mais au moins nous étions parvenu à mettre hors d'état de nuire une bonne partie de l'armée des soldats sith. Un coup de main n'aura pas été de refus cependant. Car après ce carnage, nous étions tous plutôt fatigués. C'est alors que, contre toute attente, une sorte de miracle se produisit. Un choc d’une énorme masse retentit dans toute la salle. Un première coup, puis un deuxième se firent entendre. Le sol trembla et le plafond fit tomber de la poussière de pierre. Les chocs étaient de plus en plus proches et rapides, quelque chose se déplaçait au-dessus de nos têtes. Soudain, le plafond s’écroula d'un coup et un immense droïde atterrit sur les débris. Il poussa un cri à la fois de bête sauvage avec en même temps une résonance métallique, tellement forte que tout le monde dut se boucher les oreilles. Je contemple la bête depuis l'autre bout de la pièce et après une rapide analyse, je sens mon enthousiasme refaire surface :

    Zatila : Le droïde Basilik de Cenovii !!

    Keller : Ca alors ! C'est comme si mon maître nous aidait en ce moment-même à travers la Force.

    Mon ami a raison. Et tandis que nous en finissons avec deux trois de nos adversaires, la machine fait son oeuvre. En moins d'une minute, elle nous débarrasse d'une bonne quarantaine de soldats sith. Elle est vraiment très efficace ! Nous pouvons profiter de son arrivée pour souffler un peu. Après quelques minutes de luttes, les clones finissent par abandonner comprenant qu'il n'y a rien à faire contre le monstre. Mais le droïde Basilik ne laisse aucun clone s'enfuir. Elle les attrape tous les uns après les autres en réagissant de manière méthodique. Quelle invention incroyable, un droïde vraiment bien programmé et en l'occurrence un ami dans le besoin. Quand soudain, après avoir annihilé la plupart des soldats sith (il n'en reste quasiment plus et nous croyons avoir gagné), les choses commencent à dégénérer. En effet, voilà que la machine de guerre s'en prend maintenant à Huge le considérant comme un ennemi potentiel. L'ancien guildeur esquive les coups du droïde, non sans mal et toujours de justesse. A un moment donné, il tente d'utiliser une arme pour se défendre mais la machine a été plus rapide et avec une tentacule métallique envoie son dernier adversaire à l'autre bout de la pièce.

    Huge : Un coup de main n'est pas de refus les gars, déclare le jeune homme qui se relève tant bien que mal.

    En effet, nous devons intervenir. Il n'y a qu'une chose à faire, maître Ceno risque de ne pas être content mais nous n'avons pas le choix, nous devons détruire le droïde Basilik. Heureusement, ce dernier ne nous considère pas comme un ennemi, ça sera donc chose relativement facile. J'effectue un saut en hauteur vers la machine, mon sabre allumé à la main. Mais avant que je puisse attaquer, le bulldozer utilise un de ses bras pour m'arrêter en plein vol. Il m'envoie alors valser à l'autre bout de la pièce. J'utilise la Force pour freiner ma chute. Mais le droïde n'en a pas fini avec moi, il m'attaque désormais sans relâche, m'ayant pris pour un nouvel ennemi.

    Zatila : Je crois que je retire ce que j'ai dit à ton propos.

    Je me remets en garde et effectue quelques roulades sur le côté pour éviter les grosses paluches métalliques du Basilik. Ce dernier ne me laisse pas une seconde pour me reposer. Je ne pourrais pas tenir très longtemps. Tandis que je réfléchis à une solution, un coup violent arrive sur ma gauche. Par réflexe, j'utilise mon sabre laser pour le parer mais le coup a été trop puissant et mon sabre m'échappe des mains et va rouler plus loin. Je m'apprête à le récupérer mais déjà voilà un coup qui arrive par le haut. Rassemblant tout mon courage, je place mes deux mains vers la machine et m'apprête à bloquer ce nouveau coup décisif à l'aide de la Force. Le bras métallique s'abat sur moi. Mon bouclier sera-t-il assez puissant ? J'ai confiance en la Force mais je n'ai jamais vraiment appris à me protéger ainsi, je ne me suis pas entraîné pour ça. L'espoir semble être mon dernier.....espoir. Je ferme les yeux. Quand soudain, au lieu de l'onde de choc qui aurait du résulter de notre collision, le bras métallique s'arrête à quelques centimètres de ma tête. J'attends quelques secondes et relève le regard. Le droïde Basilik s'effondre alors à ma grande stupéfaction. Il est juste endommagé mais le réparer prendra un certain temps.

    BAM !

    La machine de guerre git à présent au sol et à son sommet se dessine une silhouette que j'ai encore du mal à discerner à cause du brouillard créé par toute cette poussière. Quand ce dernier se désépaissit, je découvre celui qui m'a sauvé.

    Zatila : Keller !

    Le jeune jedi retire sa lame du dos du Basilik et déclare :

    Keller : On dirait que je t'ai encore sauvé la mise l'ami.
    Zatila : Oui ça fait combien de fois ?
    Keller : Dix fois ?
    Zatila : Heu ce qui s'est passé sur Cato Némoïdia....
    Keller : Ca ne compte pas, c'est ça ? ^^ m'interrompt le padawan qui a compris notre petit délire.

    Jaina, Maître Mordi et Huge nous rejoignent sans tarder. L'ancien guildeur ne voulant pas se confondre en remerciements se contente de hocher la tête pour manifester de sa reconnaissance.

    Jaina : Alors, ça y est, c'est fini ?
    Huge : Je crois.
    Maître Mordi : Je sens encore une présence maléfique dans la Force.
    Zatila : Je ne ressens rien d'inquiétant.
    Keller : La journée a été longue et ce lieu est encore imprégné de l'aura des soldats sith morts au combat. Nous devrions retrouver les padawans.

    Nous laissons écouler un moment de silence pour reprendre notre souffle et réfléchir à la suite. Quand soudain, des pas se font entendre. Quelqu'un arrive par ici. D'instinct, Keller et moi allumons nos sabres laser.

    Voix : Ahahahah ! Impressionnant. Non non vraiment, je suis très impressionné !
    Zatila : Qui va là ? Montrez-vous !

    Un homme encapuchonné sort de l'ombre accompagné de deux droïdes dont le corps est quasiment recouvert de protections dans un métal qui semble bien être du cortosis. Le mystérieux individu allume alors à ce moment là son sabre laser. Une lame d'un rouge cramoisi fait son apparition.

    Zatila : C'est impossible ! Un sith ici ?
    Guerrier sith : J'ai été envoyé par Baaaaaaal en personne pour assurer notre victoire dans le cas où les choses ne se passeraient pas comme prévu.

    Le sith effectue quelques moulinets de sabre laser. A sa technique, nous en déduisons moi et Keller qu'il n'est pas un expert dans le maniement de l'arme des jedi. Ce ne peut être qu'un apprenti.

    Keller : Et vous voulez nous faire croire que vous êtes un guerrier sith ?
    Guerrier sith : Je suis en tout cas assez puissant vous détruire ! Et à présent que vous venez d'endommager la seule chose qui aurait pu venir à bout de moi, le droïde Basilik, alors je ne ferai qu'une bouchée de vous.

    Bien que ce type ne soit pas un véritable maître, il risque en effet de nous donner du fil à retordre. Toujours en garde, Keller et moi nous lançons un regard et en un signe de la tête, nous approuvons de prendre le sith à nous deux.

    Zatila : Huge ! Emmène Jaina et Maître Mordi, nous nous occupons de ce sith.

    Le combat sera rude mais nous n'abandonnerons pas avant que ce sith ne rende l'âme.


    -------------------------------------
    Que la force soit avec vous !
    May the force be with you !

    Je suis l'apprenti padawan de Kaarde.

    Ce message a été modifié par: Jedi-Yoda le 17-02-2013 20:40

    dimanche 17 février 2013 - 20:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jesand

    Jesand

    7509 Crédits

    Quelque temps avant l’arrivée du Guerrier Sith…

    Cachés dans un couloir, mais suffisamment près pour voir le déroulement du combat, les Réprouvés attendaient patiemment. Lorsque les Jedi étaient arrivés, Jésand s’était replié, jugeant qu’ils auraient l’avantage sur le droïde. Et puis, cela lui permettait d’observer les prouesses des padawans.

    Kary’astal l’avait retenu lorsque l’un d’entre eux s’était retrouvé en position de faiblesse. Elle lui avait aussitôt montré du doigt qu’un autre Jedi profitait de la distraction du droïde pour porter un coup fatal à ce dernier.


    - Pas si mal, pour des débutants, murmura Jésand, adossé contre un mur.

    Puis, il activa son comlink pour demander aux autres Réprouvés d’investir l’Académie pour faire le nettoyage. Satisfait de la tournure des évènements, il préféra laisser les jeunots reprendre leur force. Ils méritaient bien une pause après les combats qu’ils s’étaient enchaînés. Il allait se retirer vers un autre couloir lorsqu’il vit du coin de l'oeil, dans la salle où gisait le pauvre droïde, un éclat rouge. Il se tourna et vit la silhouette armée. Son regard resta accroché davantage sur les silhouette de cortosis.

    Jurant entre ses dents, il fit signe à Kary’astal et à Quert de revenir sur leurs pas dans un parfait silence. Ils demeurèrent en retrait, observant la situation. Ils s’approchèrent encore un peu, doucement, pour observer la scène, sans pour autant comprendre ce qu’ils disaient — du moins pour le Vurk.

    Zol arriva à ce moment-là, dans un parfait silence, ayant compris au premier regard que quelque chose clochait. Il défit la sangle de son A280 et prit le Guerrier Sith en joue, un genou au sol pour stabiliser sa position. Le Vurk leva sa main pour lui faire signe d'attendre. Il fallait attendre le bon moment pour tirer. Si jamais le Sith renvoyait le tir sur l’un des Jedi...

    Jésand avait compris que ce présupposé Sith n’en était pas véritablement un. En dehors de la démonstration peu convaincante qu’il avait tentée pour intimider les Jedi, il avait saisi qu’il n’était pas non plus doté du plus gros intellect de ce monde. En effet, attaquer de front des Jedi, plus nombreux, sans prendre en considération les renforts possibles, relevait d’un profond manque de jugement. Mais deux droïdes de cortosis, toutefois, pouvaient bien l'avantager.

    Il vit que deux Jedi s’avançaient pour couvrir les trois autres et affronter le Sith. Jésand abaissa aussitôt sa main; le trait s’élança vers le Guerrier. Cela l’embêtait profondément d’affronter un pseudo-Sith, mais il n’aurait peut-être pas le choix. Et il ne fallait pas oublier que les trois ennemis étaient peut-être trop pour ces Jedi. Les Réprouvés pouvaient peut-être les aider.


    - Quoi?

    Mais le Sith, parvint de justesse à l’esquiver en bondissant vers l’arrière. Le Vurk soupira. Pourquoi fallait-il qu’il l’ait évité? Il se plaça devant les Réprouvés et avança de quelques pas dans la salle pour s’identifier comme cible. Des Réprouvés, lui seul pouvait affronter directement cet effronté. Maintenant, le Guerrier les observait, dédaignant ses droïdes alors qu'ils s'éloignaient des Jedi. Concentré sur le Sith, Jésand ne vit rien de leurs mouvements.

    - Et vous êtes? Oh! Et puis je vais vous exterminer tout de suite, en commençant par le lézard. Ça va vous éviter de nuire à mon plaisir.

    Le regard du Vurk se voila. En plus d’être un imbécile doté de la Force, il était impoli et visiblement mauvais pour réfléchir. Il prenait de front les Réprouvés? Bien à lui. « Tu parles trop » fut la seule réponse de Jésand.

    Le Sith s’élança vers Jésand qui ne broncha pas, mais le fixait de ses yeux globuleux. Lorsque le Sith arriva à quelques mètres de lui, il se plaça en position de combat, répartissant son poids sur les deux jambes, de manière à pouvoir encaisser et répliquer. Il avait une seule et unique carte à jouer.

    La lame rouge s’abattit sur le Vurk… Et disparu. Jésand avait bloqué la lame avec son avant-bras. Petit bijou de technologie, il avait, sur son brassard gauche, une couche de cortosis, assez épaisse pour court-circuiter un sabre laser, au prix d’encaisser le coup. Le choc avait fait trembler son bras; il avait ressenti la douleur, mais en avait fait abstraction.

    Surpris, déstabilisé, le Sith vit le Vurk l'agripper par le cou et le lever de quelques centimètres du sol. Puis, se donnant un élan, Jésand lui asséna un puissant coup de tête. Il entendit un craquement sourd. Probablement le nez cassé. Peut-être pire, il l’espérait. Mais les Forceux avaient tendance à être durs à tuer.


    - Ça t’apprendra à me traiter de lézard.

    Jésand repoussa le Guerrier, qui tomba plus loin dans un bruit mat, avant de vérifier son bras. Probablement un os fissuré, mais rien de fracturé. Par contre, il ne pourra pas utiliser à nouveau de son petit truc. Bloquer un autre coup comme cela risquerait fort bien de lui faire une fracture, mais cela prenait pour acquis que le Sith tomberait dans le panneau une seconde fois. Sans parler de la douleur qu'il aurait à chaque mouvement.

    Zol profita du moment pour tirer à nouveau, tandis que Jésand activait ses vibrolames à ses poignets. Le tir causa à nouveau un trou dans le plancher. À côté, le Sith, le visage en sang, l’égo émietté et le bras gauche à vif — visiblement, le second tir de Zol n’était passé qu’à un cheveu —, observait les quatre Réprouvés, puis les Jedi. Jésand espérait sincèrement qu'il prenne en chasse les Jedi. Lady Luck l'avait aidé une fois; il ne s'attendait donc pas à réussir un autre coup de maître.

    Le Vurk suivit le regard perplexe du Sith et constata alors que les deux droïdes s'étaient éclipsés. Concentré sur le Sith, il n'avait pu constaté le départ de ceux-ci. Toutefois, les marques de tirs, elles, indiquaient assez bien le chemin emprunté. Il nota aussi qu'il manquait le jeunot chez qui la Force semblait faire défaut, ou qui ne l'utilisait pas. Probablement mort - ou presque. Au moins, libérés des droïdes, les Jedi pourraient...

    Le Sith chargea à nouveau vers le Guildeur, mais cette fois-ci, au lieu d'y faire face, il embrassa la plus noble tradition de la Guilde : fuir. Voyant que s'il traquait le Vurk, il montrait son dos aux Jedi et aux Réprouvés, le Sith recula, jaugeant la situation.

    « Finalement, il n'est peut-être pas si bête, le Forceux », pensa le Vurk qui se dirigeait, peu à peu, vers un autre couloir. L'idée de subir la foudre Sith - en était-il seulement capable? - ne lui plaisait guère et il préférait, et de loin, prendre du recul et repenser une stratégie. En lieu et place d'une stratégie, toutefois, il vit que les Jedi semblaient s'intéresser au Sith blessé, obligeant celui-ci à leur faire face. Cela l'arrangeait, puisqu'il savait pertinemment qu'au moins deux droides sanguinaires se promenaient désormais dans l'Académie. Le dur dilemme, maintenant. Le Sith ou les droïdes?


    _____________

    Modif' : Ayant mal lu (j'n'avais pas compris le truc des droïdes, merci à Huge de me l'avoir rappelé), j'ai adapté mon poste en fonction de ce que Huge à poster, histoire de rattraper mon mauvais coup et d'offrir une certaine cohérence. Mea culpa, chers confrères et consoeurs. S'il y a de quoi, hésitez pas à faire signe.
    -------------------------------------
    Jésand
    - Vurk en rédemption

    Ce message a été modifié par: Jesand le 18-02-2013 02:48

    dimanche 17 février 2013 - 22:16 Modification Admin Permalien

  • Avatar Huge

    Huge

    10097 Crédits

    Ben voyons ! Comme si ça suffisait pas, voilà qu’un guerrier Sith s’invita après la fête, le malpoli. Il était épaulé de deux droïdes de combat, mais quand Huge vit la lame d’énergie rouge sortir du manche, il ne lui fallut pas longtemps pour avoir quitté les lieux. Il fut si prompt dans sa fuite que ce Zatila n’a même pas senti son départ de la pièce quand il lui demanda d’évacuer le maître Mordi et Jaina.

    Jaina…
    …….
    …………………..
    Jaina………
    …………….
    ……………….
    …………


    Et il a osé s’enfuir comme un lâche ?
    Hors de question de paraître couard au combat face à sa belle, le bête prit son blaster et vérifia qu’elle était en sécurité. Jaina ne se trouvait plus dans la pièce, c’était déjà ça de danger en moins. C’est alors que, pour qu’elle soit fière de lui, il n’alla non pas sauter sur le guerrier obscur (ça va pas non ??), mais attira l’attention des deux droïdes qui semblaient poursuivre celle qu’il aime.


    Huge : Eh, les boulons sur pattes ! (les droïdes continuent de marcher) Youhou ?! (toujours rien) OH ! J’VOUS PARLE, LÀ !!!

    Défectueux dans les système de détection auditifs ou verrouillés sur leurs cibles Jedi, les droïdes ne réagissaient en rien aux appels de l’ancien guildeur. Ce ne fut que lorsqu’il tira au E-11 sur l’un d’eux qu’ils prirent conscience de sa présence.

    Huge : Ah bah enfin… J’vais vous faire regretter de pas être des astromechs !

    Il tira une rafale, sûr de lui, sur le droïde de gauche, mais ce-dernier n’en sembla aucunement affecté.

    Huge : Ah, dommage…

    Il tenta de nouvelles décharges, mais en vain. Il remplaça son magasin vide et tenta un tir en rayon paralysants. Inutile puisque ça ne marchait que sur les êtres vivants, il le savait bien, pourtant ! En revanche, lui, se rendit compte qu’il n’avait aucun blindage ni bouclier quelconque lorsqu’il vit les deux machines le mettre en joue. Huge ne devait pas rester là, ça deviendrait malsain.

    Huge : Euh… Salut !

    Il déguerpit aussitôt. Il voulait bien se battre pour les beaux yeux de Jaina, mais si les droïdes résistaient à son blaster, c’était autre chose. Peut-être ferait-il tomber une armoire, quelque chose sur l’un d’eux, mais étant musclé comme un flan aux pruneaux, il ne s’imaginait pas faire chuter le moindre pan de mur, même détruit. Il fallait faire preuve d’inventivité, mais ça, Huge ne pouvait pas le décider sur commande, et dans le cas présent, elle n’était pas au rendez-vous. Il n’avait plus qu’à espérer que les deux padas découperaient ce guerrier en petits dés rangés par carrés de douze rapidement pour qu’ils s’en chargent. Mais pour l’instant, il s’occupait de les tenir à l’écart, le plus loin possible de Jaina, en arpentant au petit bonheur les couloirs à moitié éventrés de l’Académie. Soudain, en tournant dans une embouchure, il manqua de se prendre un mur.

    Huge : Oh les encul… -de-sac !

    Une impasse ! Fait comme un rat womp, il ne savait pas trop quoi faire, quand une grenade roula jusqu’aux pieds des droïdes.

    BWWAAAAAAAAAHHHHHHMMM !!!!!

    Un détonateur thermique, apparemment. Le blindage et les circuits des deux droïdes avaient fondu dans ces dixièmes de secondes et se retrouvaient dès lors… détruits, tout simplement, et s’effondraient comme deux masses. Un imposant Vurk s’approcha de Huge, qui garda un œil, ou plutôt sa main droite, près de la crosse de son E-11.

    Vurk : On arrive à temps, faut croire. Attends… T’es pas un Jedi toi. Qui es-tu ?

    Ce message a été modifié par: Huge le 18-02-2013 10:43

    lundi 18 février 2013 - 00:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7040 Crédits

    Il y a 14 ans, sur Dantooine:

    Mirax : On peut savoir ce qu’il t’arrive, Sarkin ?
    Tyria : Rien, je pars juste à la conquête du Monde.
    Mirax : C’est tout ?
    Tyria : Dis, tu as retrouvé la mémoire ?
    Mirax : J’en sais assez pour dire que la Tyria que je connais est incapable de faire ce que tu as fais.
    Tyria : Je dois en déduire que tu n’as toujours pas retrouvé ta mémoire ?
    Mirax : Non, en effet…
    Tyria : Alors je dois en déduire que tu n’iras pas même en enfer.
    Mirax : Cette phrase réveille des choses en moi. Est-ce que tu rends compte que ce n’est pas de cette manière que tu débarrasseras de la douleur que tu ressens depuis la mort de Booster ?
    Tyria : Il faut toujours que ça soit ramené à la mort de Polux. « Tyria ne pleure jamais. Elle n’a pas digéré sa mort. » « Tyria s’acharne sur un padawan aujourd’hui, elle ne se remet pas de la mort de son mari. » Tyria s’est lancé dans un vaste plan diabolique. Elle ne s’en est toujours pas remise ! » Vous n’en avez pas marre, tous autant que vous êtes ?
    ....

    Il y a 14 ans j'avais échoué à la raisonner, et pourtant j'étais passé si prés de réussir...

    Mirax : Qui cherches-tu à tromper ? Moi ou plutôt toi ? N’essayerai tu pas de m’embrouiller suffisamment pour que je ne trouve pas les mots pour te raisonner ?
    Tyria : Et voilà ce que c’est d’aider les autres. Ils y voient forcément du mal quand bien même ce n’est vraiment que pour les aider.
    Mirax : Parce que tu crois que cet acte va racheter les précédents ? Tu mérites l’enfer et bien plus mais je viendrais quand même t’y chercher. Tyty, il est encore temps de revenir en arrière.

    Tyria : Voyons voyons ! Tu pense que je peux encore faire demi-tour ? Après avoir balancé un vaisseau sur le sénat ? Tout ce que je gagnerais en me laissant prendre maintenant c’est d’être juger et condamner a mort. Je préfère mourir sabre à la main.

    Elle garda un instant le silence

    Tyria : A la rigueur, tu pourrais me laisser partir et je pourrais me terrer bien gentiment dans un coin de la galaxie en ne mouftant plus rien de méchant si ce n’est le meurtre de mon tendre père…
    Mirax : Tu sais que je ne peux pas te laisser faire une chose pareille. Au nom de l’amitié qui nous as unis et qui nous unis toujours, je t’en prie reviens.


    Pendant quelques instant elle hésita, puis détourna le regard.

    Tyria : Ma chouille, si je le pouvais, je le ferais mais… Il est trop tard.
    Mirax : Il n’est jamais trop tard et on a toujours le choix. Reviens, s’il te plait.


    Eller ferma les yeux. Un instant, un magnifique bref instant je crû que j'avais réussi. Elle ouvrit les bras comme pour venir vers moi.

    Tyria : Chouille, je t’a…

    Tout sembla se casser. Elle tomba à genoux, le souffle court. Son regard avait changé, il était à nouveau froid comme la glace.

    Moi : Oppose-toi à moi et je te tuerai, Terrik. Comme tous les autres.

    C'était il y a tellement longtemps... Au moins 10 existences... Et dans le présent les choses s'accéléraient et se présentaient de plus en plus mal... Le Hall Polux Horn Terrik était en ruine, nous étions tous blessés à différents degrés et mon ex mégalo voulait précipiter son vaisseau amiral sur le Temple Jedi!

    Et pendant ce temps là, Baaaaaaal, Tyria et Kaarde ne trouvaient rien de mieux que de faire des blagues (nulles), de toute façon au point ou on en étais... J'activais mon sabre pour opposer une 3e lame au Sith.

    Mirax: Qu’est ce qui vient d’une autre galaxie, qui a eu plein d’armes biologies et qui était sado masochiste et qui se termine par « ire » ?
    Tyria et Baaaaaaal: TA GUEULE !!!


    Bon c'était marrant 5 minutes mais la situation était grave... si nous parvenions à vaincre le Sith rapidement, nous avions un espoir de faire dévier de la trajectoire la Main Écarlate... Mais nous devions agir vite. SES yeux étaient de lave, une rage terrible émanait de LUI... On dit souvent qu'entre l'amour et la haine il n'y a qu'un pas...

    Mirax: Baaaaaaal, renonce à cette folie, il y a du bon au fond de toi, je le sais, tu as su me le montrer à une époque, si tu m'a aimé un jour, autant que j'ai pu t'aimer, renonce!

    C'était puéril et désespéré, mais dans ces mots j'avais mis mes dernière force, espérant que l'écho de notre idylle passé résonne en lui afin de l'affaiblir suffisamment pour lui porter un coup fatal.
    -------------------------------------
    Jabinette.
    "A Chaque fois que tu actives ton sabrelaser, considére non pas qui tu vas tuer... Mais qui tu vas laisser en vie!"
    Que la Force des FF soit avec toi.


    Ce message a été modifié par: Mirax_Terrik le 18-02-2013 11:06

    lundi 18 février 2013 - 11:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    23884 Crédits

    Phoenix

    Dr – Merci d’être venu aussi vite ! J’ai bien peur, qu’elle ne puisse pas passée la nuit.
    Vyvacy – Comment est-ce possible !? Vous m’avez assuré que 48H voir 60H dans un cuve à bacta la remettrait sur pied ! Que le plus dur était derrière nous ! Expliquez-vous !?
    Dr – Je n’ai pas vraiment d’explication Monsieur Brûle. Lorsque vous avez conduit la patiente dans cet hôpital, elle était grièvement brulée. Pourtant, la rapidité des soins administrés et qu’elle soit maitre jedi, cela m’avait permis de la soigné au mieux. Elle réagissait fort bien au traitement.
    Vyvacy – Ne me répétez pas tous ce que vous m’avez dit il y a 2 jours ! Pad devait rester encore 14H dans la cuve à bacta et elle devait « en sortir vivante », ce sont vos mots. « VIVA NTE » ! Alors pourquoi m’appeler au beau milieu de la nuit pour me dire qu’elle va mourir !
    Dr – Monsieur Brûle, je n’y suis pour rien. Tous les instruments médicaux, tous les médicaments incorporer dans son traitement devaient la sauvée. Elle aurait certainement perdu son œil droit et son bras droit car ils sont trop brulés. Mais elle devait vivre. Et puis, il y a quelques heures, les instruments se sont affolées, je n’avais jamais vu un taux de midiclorien aussi important, ni aussi actif.
    Vyvacy – Docteur, vous avez côtoyée des guérisseurs Jedi. Vous avez fait un stage au Temple de Coruscant afin de vous spécialiser sur les disciplines de guérison Jedi. C’est pour cela que j’ai confié la vie de Pad entre vos mains. Qu’est-ce qui a provoqué cette activité de midiclorien ?
    Dr – J’ai une théorie, mais elle ne va pas vous plaire. :refl:
    Vyvacy – Dites toujours !
    Dr – Ca semble fou, mais au vu des événements qui se produisent sur Coruscant :-d , vous comprenez que mon équipe médicale écoute l’holonet, y compris dans la pièce où est la cuve à bacta. Nous savons que l’oreille est un organe qui travaille continuellement, même pour les gens qui sont dans le coma.
    Vyvacy – Et donc…
    Dr – Si Padmée a entendu et compris ce qui se passait sur la planète capitale, ça expliquerait qu’elle a activé sa Force. :jedi:
    Vyvacy – La seule raison aurait été d’utiliser la Force pour se soigner.
    Dr – Mais elle n’est pas guérisseuse. Non, Padmée a certainement cherché à établir une connexion avec un membre de sa famille ou un jedi dont elle est proche.
    Vyvacy – Ce que vous dites n’a aucun sens ! Phoenix est trop loin de Coruscant pour qu’elle puisse se établir une connexion. :col:
    Dr – Oui, en théorie vous avez raison. Malgré tout, j’ai vérifié mes instruments et les résultats obtenus me laissent à penser qu’elle a utilisé sa Force, toute sa Force pour rentrer en contact avec un autre Jedi. C’est la seule explication que j’ai pu trouver. :pens:
    Vyvacy – Vous voulez dire qu’elle a usé de son empathie ou de la télépathie pour contacter son frère ou un Jedi ? Dans quel but !?
    Dr – Je n’ai pas de réponse précise, monsieur Brûle. Je sais seulement qu’elle a été le grand maître de l’Ordre Jedi et qu’elle avait reçu la capacité d’utiliser la Force afin d’harmoniser les Jedi entre eux pour favoriser l’issus de la bataille, il y a plusieurs années. :jed:
    Vyvacy – Oui, je sais !
    Dr – Ma théorie, c’est qu’elle a essayé de faire la même chose cette fois encore. Ou quelques chose d’approchant.
    Vyvacy – Depuis Phoenix ? :fou:
    Dr – Oui, ça semble complètement incroyable. Mais constaté par vous-même, Padmée n’a plus du tout de Force en elle. Elle a utilisée tout ce qu’elle avait en elle afin d’atteindre son objectif, quel qu’il soit.
    Vyvacy – A-t-elle réussi ? :pens:
    Dr – Ca je l’ignore Monsieur Brûle. Ses plaies sont refermées, nous l’avons sorti de la cuve à Bacta. Elle n’a plus aucune Force. Son organise a puisé dans toutes ses réserves. Elle est sous respirateur artificielle. Je peux la maintenir comme cela indéfiniment. Son encéphalogramme équivaut à quelqu’un qui est dans le coma. J’ai peu d’espoir qu’elle puisse en sortir un jour.

    Vyvacy était anéanti par la nouvelle. Il prix quelques minutes pour lui avant d’exiger de voir Pad. Le dr conduit le Phoenicien auprès de la femme dans le coma. La voir allongé sur un lit d’hôpital et reliée à un respirateur artificiel fut un spectacle horrible pour lui. Néanmoins, il entre dans la chambre et demande à rester seule avec elle. Les infermières et le dr sortent.

    Vyvacy – Oh Pad, pourquoi !? Pourquoi as-tu quitté Phoenix ? Pourquoi ne m’as-tu pas épousée lorsque je te l’ai demandée ? Oui, je sais ce que tu m’avais dit. Tu n’étais pas prête, ce Jedi ton ex-padawan t’avait brisé le cœur et tu ne t’en es jamais remise. Tu n’as pas su voir que je t’aimais plus que lui, plus que tout l’Ordre Jedi réunit ! Oh Pad, ma petite Phoenicienne, pourquoi je ne t’ai pas suffi !?

    L’homme s’approche de l’alitée tout en lui parlant. Puis, il prend une chaise et s’assis près du lit. Vyvacy prend la main de Pad et la soulève jusqu’à sa joue humide par les larmes qui lui coulent depuis qu’il est entré.

    Dans le couloir,

    L’infermière – Dr, est-ce que monsieur Brûle réalise que nous devons prévenir sa famille et que c’est à eux de décider si nous devons débrancher madame Naberry ou pas.
    Dr – Avec ce qui se passe sur Coruscant, je n’ai personne à prévenir. Laissons Monsieur Brûle se faire à l’idée qu’elle est déjà partie. Lorsque le calme sera revenu à la capitale, j’essaierai de contacter Monsieur Kaarde Naberry.

    De retour dans la Chambre,

    Vyvacy – Ta vie est reliée à cet appareil. Je ne peux me résoudre à te débrancher. Bats-toi, s’il te plait. Bas-toi pour moi, pour nous. Sort de ce coma, épouse-moi et allons habiter dans cette maison que tu as là-bas près des 7 volcans. Ma Pad, je t’aime, si tu savais combien je t’aime. :amour:

    Vyvacy s’effondre en larme sur le corps de sa bien-aimée dans le coma. Elle ne réagit pas. Il sait que c’est peine perdu, mais renonce à la laissée partir. :ple:
    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 19-02-2013 23:21

    mardi 19 février 2013 - 23:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    14282 Crédits

    Navigation : Trajectoire stable au deux-trois-six. Vitesse correcte.
    Waren : Manœuvrer doucement avec une rotation tribord de 5%..
    Communication : Retour d'escadrons sith, une quinzaine de chasseurs
    et plusieurs bombardiers aussi, mais ils se dirigent vers la Main écarlate.
    Waren : Logique, nous l'avons neutraliser, alors ils vont le faire écraser.
    Attention, accrochez vous, ça va secouer ! Cibler le Main Écarlate !
    Réacteur pleine puissance ! Roger ! On va faire un Strike Corelien..
    Navigation : Oh punaise, il va faire le même coup qu'avec Dark Bricous.
    Radar : Attendez, je me suis engagé après la guerre du SEZ !
    C'est qui ce Dark Bricous ? Et c'est quoi un Strike Corelien ?
    Navigation : T'as déjà traversé une planète en hyperespace ?
    Radar : QUOI ? Mais vous êtes malade commandant !!!! On va mourir !
    Waren : Bah on emportera cette carcasse avec nous dans l'Hyperespace..
    Pour le moment, il faut se coller dans la trainée de ce navire et calculer une trajectoire, c'est chaud.

    Ps. Par le tir du Faucon :p

    mercredi 20 février 2013 - 22:33 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2169 Crédits

    S'échapper du sarlacc sur Felucia fut très chiant car sa viande n'est pas très goûtue ; heureusement l'implosion de la créature, spectacle fort réconfortant, en valait la peine. Après, découper un républicain en rondelles c'est la routine, en balancer un autre, ou plutôt une, par delà une falaise, pour tester s'il sait voler, c'est aussi la routine. Voler une canonnière, foncer à Korriban, se faire passer pour un gentil pilote, c'était assez facile ; infiltrer un croiseur de la guilde, se soigner, retrouver son propre vaisseau, descendre sur Coruscant, c'était assez facile, mais quand même, c'était moins facile. Délicat parcours que celui d'un sith qui cherche à se racheter auprès de son maitre. Mais maintenant la fête peut commencer!

    -------------------------------------

    Alors que la bataille faisait rage, soudainement le hall principal du temple jedi fait silence, une ombre massive masque la lumière des flammes venant de dehors, planant comme la mort elle-même sur chaque belligérant. Une silhouette volumineuse se tient à l'entrée, vers laquelle tout le monde s'est tourné, masqué et encapuchonné, le nouvelle arrivant déploie son envergure, avant même qu'ils ne puissent bouger, les soldats dont il n'a cure se font désorienter par un rugissement si fort et si obscur, que les murs eux-mêmes se mettent à trembler!

    - GRÔHAAAAAAAA!!!!!

    Le monstre écarte les bras, sa bure s'envole derrière lui, dévoilant un corps imposant à la fourrure mal entretenue, une crinière ébouriffée et un masque sith effrayant. Immédiatement il fonce au milieu de la rixe, plusieurs clone sith l'ont reconnus, certains s'enfuient, d'autres l'acclament, ils semblent aussi terrifiés que soulagés de cette aide impromptue. Dark Spencer défonce l'assemblée sans faire de distinction, libérant sa puissance infernale, sa queue virevolte à chaque virage, plusieurs soldats volent dans tous les sens sous les énormes baffes de la bête furieuse. Il se taille un passage au milieu des sith, qui s'écartent de son chemin à raison, après vient le tour des républicains et, Ô joie, des jedi sont présents! Avec la Force, aidée par la violence de sa folie, le Cathar extermine une ligne complète de soldats, à coups de griffes et de crocs, quand deux jedi viennent s'interposer. Ca devient intéressant, quoi que... Ce ne sont guère plus que des pisseux humains qui ont à peine atteint l'âge de forniquer. Ils font quand même des ravages chez les clones, ces petits, les éliminer sera donc aussi agréable qu'utile. Le fauve bondit sur eux, la fille en premier, elle ne peut éviter son balayage, après quoi, tandis qu'elle trébuche, il l'a transperce d'un bras rageur. Le corps de la petite tombe sur le sol comme une bouse de wraid, voyant ça son insignifiant petit copain padawan se lance à l'assaut. Spencer pique le sabre laser de la défunte pour contrer un déluge de coups, très vite il prend le dessus grâce à sa puissance physique écrasante, il blesse le jeune jedi au genou gauche, cela le déstabilise, aussitôt le gros moustachu en profite pour le décapiter! La tête du padawan vole aux pieds d'une troupe de molosses surarmés, placés sur un tas de décombres. Leur leader, grand humain cybernétique avec une coupe de cheveux ridicule, s'avance armé d'un canon à répétition.

    Cyborg - Allé les bleu-bites explosez ce truc!
    Spencer - Gnnrrrr comment osez-vous vous opposer à moi!? Ecartez-vous bande de larves!

    Puisant dans le côté obscur, le félin fêlé concentre la Force dans ses grosses pattes, il la projette sur l'escouade de républicains qui s'envolent tous à l'autre bout du hall, sauf un! C'est le leader, il s'est accroché à un bloc de pierre. Fonçant aussitôt, le guerrier sith fracasse le canon de sa proie, second mouvement, il brandit son sabre sur le soldat, qui arrive à lui attraper les bras avant le coup mortel. Un duel de force pure s'engage, Dark Spencer constate que le cyborg réussit à l'égaler, cela l'abasourdit et ne fait qu'amplifier sa rage! Il se retire brusquement, le soldat cyborg se ramasse méchamment, le sith abat à nouveau sa lame mais le soldat parvient à éviter en roulant sur le côté, il tombe de la montagne de débris, disparaissant dans la foule de soldats en contrebas. Le sauvage laisse tomber, pas le temps de s'occuper de tout le monde!
    Il continue sa route, il atteint un balcon d'un bond gigantesque, court à quatre pattes dans les couloirs, en direction de la présence de plus en plus faible de son maitre. Cette situation chaotique, le feu, le vacarme assourdissant, donne des ailes à l'apprenti ; il commence à baver, son iris s'allonge, une aura rougeâtre se dessine autour de lui, il rit comme un fou en criant des insultes à tous les clones qu'il croise, se plaisant dans cet environnement chaleureux. Mais un autre casse-bonbons lui barre maintenant la route, il vient d'en finir avec Dwarka, ce sous-être pathétique que Spencer a toujours eu envie de tuer, bon débarras!

    Vétéran - T'es qui toi? Ou plutôt, t'es quoi?
    Spencer - Fffrrr crève le vioc! Niahaaaa!

    Le sith s'empare de la gorge du soldat et le soulève dans les airs, resserrant son étreinte pour l'étouffer, le visage animé d'une cruauté destructrice. L'enfoiré résiste avec une volonté tenace, quelques instants passent, il ne meurt pas facilement, il voudrait parler mais ne peut pas. Spencer perd du temps, c'est gonflant! Il pourrait en finir autrement, ce qui peut être risqué, cet adversaire pourrait s'avérer aussi dangereux que le cyborg tantôt affronté. Alors il décide de le jeter par la première fenêtre venue, improvisée ou pas. Après avoir transformé un soldat de plus en soldat volant, il continue sa course effrénée et touche enfin au but!
    Dans ce hall se trouve Baaaaaaal, affaiblit comme jamais, il vient d'ordonner à la Main Ecarlate de s'écraser sur le temple, ya aussi plein d'autres jedi! Leur piteux état booste les chances de Spencer de faire un massacre.

    Spencer - Graaaa Laissez-les moi! Laissez-les moi!
    Baaaaaaal - Qu'est-ce que...?

    La bête bondit dans la pièce, sous le regard médusé du seigneur sith, tel un psychopathe il toise chaque jedi comme pour décider à quelle sauce il va les manger.

    -------------------------------------
    être perturbé

    lundi 25 février 2013 - 03:25 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Exposition Lego Star Wars - Chanorier

24 juin 2018 - 07 nov. 2018

Expo LEGO 100% Star Wars - Mini World Lyon

13 oct. 2018 - 13 nov. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide