Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur Internet comme Apple Safari ou Google Chrome. Vous pouvez aussi mettre à jour votre version de Microsoft Internet Explorer. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2169 Crédits

    Dark Spencer, son apprenti Dark Bones et leur pilote, surnommé Gueule d'Ange, sont à bord de l'Infiltrateur sith en direction de Coruscant.
    Durant le voyage, Spencer galvanise son nouvel apprenti en lui expliquant par A+B que tout ce qui ne va pas dans la galaxie est exclusivement de la faute des jedi. Niveau combat, le Kaleesh est prêt, il a rétamé un par un tout les autres évadés de Kessel, avec et sans armes. Il était déjà capable d'affronter plusieurs ennemis à la fois quand Spencer l'a repéré et gratifié de cours particulier.

    Flash back


    Salle d'entraînement des ruines de Jandoon

    Spencer – Toi t'attaques et moi je te montre comment on contre-attaque, ne te retiens surtout pas. N'oublies pas c'que j't'ai dit, suits ton instinct, agit spontanément, pour faire appel à la Force puises dans tes émotions, tu es faible face à moi, un Sith ne l'accepterait pas. En place !!

    L 'évadé Kaleesh baisse la tête et se concentre... Il se tient droit face à son professeur, son bâton laser traverse sa silhouette et lui attribut un regain de charisme... Quelques secondes s'écoulent, encore, et encore, Dark Spencer commence à perdre patience, l'envie de se ruer sur son vis-à-vis vient le titiller.

    Spencer – Bon alors ? C'est pour aujourd'hui ou pour demain ? Tu fais le beau avec ta canne mais c'est pas la taille qui compte, c'est la façon de s'en servir !

    A peine la phrase terminée que le guerrier masqué passe à l'acte et tente un coup, pique circulaire droite-gauche, Spencer esquive en sautant, lorsqu'il touche à nouveau le sol un deuxième coup circulaire, pique gauche-droite, cette fois manque de lui couper la tête, Spencer s'est baissé, un coup venant d'en haut, Spencer le bloque avec son tonfa, il attrape une cheville de son assaillant et en se relevant, il le lance contre un mur à l'autre bout de la pièce.

    Tête de Mort se relève tout de suite, il frotte ses vêtements et doucement il se met à tourner autour du Seigneur sith, son arme prise à deux mains... il se remet au travail et tente un combo de coups rapides que le Cathar bloque, repousse, esquive à chaque fois...
    Le duel se déroule ainsi durant plus de deux heures, deux heures où le guerrier Kaleesh se retrouve plus d'une fois malmené par le félin fêlé qui prend un mâlin plaisir à l'attrapper et à le jeter dès qu'il en a l'occasion.
    La fatigue semble montrer le bout de son nez pour le Kaleesh qui diminue le rythme et y mets moins d'entrain.

    Spencer – Quoi, c'est tout ? Déjà ? Je pensais que tes Dieux t'auraient donner plus de courage, mais apparemment t'as du mal là ! Où alors je me suis trompé à ton sujet, t'es pas si bon que ça, tu n'es peut-être pas à la hauteur de ta destinée.

    Sur ces mots le Kaleesh s'énerve, Spencer a réussi à lui mettre la haine !
    IL est ravi de sentir cette rage embraser le cœur de son futur apprenti, d'autant plus que ça lui a redonné de la vigueur ; il fonce sur Dark Spencer en hurlant un cri de guerre Kaleesh.
    S'en suit une série de coup plus lents que précédemment, mais beaucoup plus puissants, de plus en plus puissants, le Cathar se contente de parer, force est de constater que le Kaleesh a réussi l'épreuve.
    Pour clore l'entraînement, le fauve agrippe le guerrier, au moment où il s'apprête à le re-re-relancer, Tête de Mort essaye de lui mettre un coup de poing, la distance est trop longue et il se rate mais le sith à fourrure est tout de même secoué comme s'il l'avait pris en pleine poire. La moutarde monte au nez de Dark Spencer, il se surprend lui même à ne pas lui arracher immédiatement les deux bras mais les deux protagonistes s'arrêtent. Stupéfait Spencer s'écrie « Comment t'as fait ça ? » Le paria regarde sa main pendant que le monstre lui résume le principe de la poussée de Force.
    Dans sa grande générosité, il ira jusqu'à en faire la démonstration, d'une pichenette de Force sur sa face de tête de mort.
    Le Kaleesh, après s'être fait éjecter revient en titubant, surpris par ce pouvoir qui, pour lui, ne peut être que l'expression d'une déité.

    Spencer – Voilà, çaaaa c'est une poussée de Force ! La tienne n''était qu'un coup de chance, mais ne t'inquiètes pas, il existe beaucoup de technique lié à la Force, se sera au programme pour toi dans un avenir proche, mais pour le moment, je veux simplement que tu te plonges dans le côté obscur, nourri ta haine et écrase tous ceux en travers de ta route ! Cette séance était pas trop mal, maintenant je vais te laisser, on s'reverra. 

    Spencer active un garde droïde, le mets en mode agressif et quitte la salle d'entraînement.
    Sous ses airs hautain et sûr de lui, Dark Spencer réfléchi (si,si !):

    « Hum, quel con, j'me suis laissé surprendre, c'est inadmissible, gnrrgnh ! Depuis quand on sort des techniques sans le faire exprès ?! Ce Kaleesh va devenir une arme de choix, je devrais le prendre plus sérieusement en main. »

    Come back

    Lancé en hyperespace le vaisseau sith continue son chemin, Dark Spencer et Dark Bones méditent dans le côté obscur, ils font appel à son pouvoir pour se transcender. Le Cathar sith à soif de vengeance, ça pue le jedi, il lui en faut un ! Le kaleesh tiens sa revanche sur ceux qui n'ont pas cru en lui et l'ont trahit à l'époque, grâce au côté obscur sa puissance s'accroit, peu importe qui sont les ennemis, il suivra son maître jusqu'à devenir invincible.

    -------------------------------------
    être perturbé

    Ce message a été modifié par: Dark-Spencer le 15-09-2014 00:58

    lundi 15 septembre 2014 - 00:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    Le noir a toujours été quelque chose qui m’a attiré, malgré mon enseignement de jedi, et ma vie entière tournée vers le coté lumineux. Le noir est beau, il nous enveloppe, je le trouve rassurant. Ce noir si rassurant, n’est pas le noir du coté obscur bien sur, mais juste le noir de la nuit, ce noir dans lequel on peut vivre sans masque, ou on est vraiment nous, ou on est seul et en quelque sorte ou on est vrai. Ce noir de la nuit, est complètement différent de la lumière aveuglante, agressive, et chaude de la journée. Il n’y a aucun endroit pour se caché dans la journée. Mais pour une fois, j’aurais tous donné pour être en plein jour et en pleine lumière. Pour la première fois de ma vie le noir me faisait peur. Je ne savais pas depuis combien de temps je tombais dans ce puits sans fond, ce puits puis froid et noir, tous noir. S’il y avait bien une chose que je ne pensais pas, c’est que la fin serait comme ça. Ca faisait 16 ans que j’étais mort, et je pensais qu’à la fin de mon voyage spectral, il n’y aurait que le soulagement et la tranquillité. Mais non, et après tous je l’avais mérité. Qu’avais je fais de ma vie ?

    J’avais formé des apprentis, qui s’étaient tous plus ou moins détournés de la voie des Jedi. Il n’était pas les jedi sains et pur qu’ils auraient du être. La faute a qui ? A moi et a mon incapacité à rendre utile mon savoir acquis. Mon impureté profonde, les avaient corrompus.

    Et s’il n’y avait que ça. Mais non j’avais fait pire.

    Des milliers de gens étaient mort par ma faute. Mon manque de discernement et mon constant désintérêt pour les choses importantes, avait provoqué un manque de confiance légitime de la part de ma femme. Ce manque de confiance avait abouti à mon sacrifice, par ce que Tyria ne pouvait pas me laisser la direction du Chu'Unthor. Ca peut paraitre mince comme lien, mais il n’en est pas moins que ma femme ne serais pas morte la ou moi je l’étais. Et si je n’étais pas mort elle ne serait pas passée du coté obscur.

    Ce qui aurait été bien par contre c’est que ma mort me rende sage, mais non c’était trop demander. Quand tyria m’avait simplement demandé de la laisser faire son deuil, je ne l’avais pas écouté. Etait ce pour l’aider, par ce qu’elle me faisait de la peine à souffrir, ou alors était ce par ce que moi, je n’étais pas capable de la laisser partir. C’était surement un peu des deux, j’ai vraiment cherché par tous les moyens à la sauver de cette peine. Mais pour ma défense si j’avais compris que sa peine n’était pas seulement de m’avoir perdu, mais surtout d’avoir eu l’impression de m’avoir sacrifié, et que la culpabilité la rongeais, je l’aurais peut être laissé tranquille, après lui avoir dit que ce n’était pas de sa faute. Peut être…

    Bref, si je l’avais laissé tranquille, et si je n’avais pas essayé de passer des derniers moments avec elle, je n’aurais pour commencer pas rendu ce dernier voyage si pénible pour elle. Mais surtout, j’aurais réussi à sauver tous ces gens en orbite de myrkr. Ces gens qui étaient la dernière famille biologique encore en vie que j’avais, à part weedge bien entendu. Ces gens était mort par ma faute. Depuis 16 ans, je savais tous se qui allais se passer, et même ça je le loupais.

    J’espérais juste avoir réussi à sauver Galak et sa sœur. Je me dis, que si quelqu’un écoutais se qui se passais a l’intérieur de moi, il devait se dire, il est fou ce mec. Il pense d’un seul coup à tout ce qu’il a loupé, et non a ce qu’il a réussi. Mais qu’ai-je réussi dans ma vie ? La seule réponse c’est rien, rien, rien. RIEN, RIEN, RIEN, RIEN. Je suis vraiment inutile.

    STOP !!!! Ca recommence. Ca faisait combien de temps que je ressassais ca dans ma tète. Je ne sais pas mais c’était au moins la 200éme fois que je m’auto flagellais. Et encore une fois je sentais mon esprit défaillir, et lâcher prise…

    Je fus réveillé d’une manière différente des autres fois. Ce qui en temps normal n’aurait pas été pour me déplaire. Mais cette fois-ci, ce ne fut pas le cas. Je sentais mon esprit se faire déchiqueter par des éclairs de Force, comme si tomber dans un puis sans fin ne suffisait pas.

    Comme par hasard, alors que je pensais au puis sans fin, celui-ci pris fin. Je m’écrasais violement sur un sol froid, humide plein de pics acérés qui me traversait de part en part. J’avais le souffle coupé, et je sombrais dans l’inconscience.

    Apres je ne sais combien de temps j’émergeais. Une question me vient à l’esprit, comment pouvais-je ressentir des douleurs physiques, alors que j’étais mort, et que j’avais fini mon temps spectral ? Etais je vivant et en plein cauchemar? Non c’était impossible, je me serais réveiller à la fin de la chute. Ou étais-je bon sang !!!

    Puis une explication arriva, une explication que je ne comprenais pas. Pour une explication, elle n’expliquait pas grand-chose. Mais elle me faisait peur, une peur que je n’avais ressenti qu’une seule fois. Cette explication arriva sous forme de voix.

    Voix : Enfin je te retrouve !!!!

    Po : Non pas toi, pas encore, tu ne peux pas être là. Tu ne peux pas être dans ma tète.

    Voix : Mais bien sur que si, ou veux tu que je sois d’autre, tu sais bien que je suis ton pire cauchemar.

    A ce moment là, je compris que pour la 200éme fois je refaisais la même chose, et que j’étais toujours terrorisé. Dans quelques secondes pour la 200éme fois je mourrais sous les coups de sabres de mon bourreau.

    Po (en larme) : Non pas encore.

    Une lame rouge apparu, cette lame je ne la connaissais que trop bien.

    Voix : Bien sur que si, encore, aussi vrai que je suis ton supplice, aussi vrai que je suis ta punition, aussi vrai que je suis ton tortionnaire, aussi vrai que je suis Baaaaaaal !

    -------------------------------------
    PIOU-PIOU-PIOU

    Ce message a été modifié par: poluxhornterrik le 15-09-2014 10:48

    lundi 15 septembre 2014 - 02:00 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    21843 Crédits

    Le voyage en direction de Coruscant se passa sans encombre. Après avoir passé un appel in extremis avant de sauter en hyperespace afin d’accéder à la dernière requête de Sarkin, Solo avait passé une grande partie du voyage enfermé dans ses quartiers à méditer sur la conduite à adopter une fois sur place. Le bâtiment dans lequel s’était confié Waren était une véritable forteresse dont l’accès paraissait très difficile. Elle espérait donc que le personnel qu’avaient sélectionné les trois M serait à la hauteur de ses espérances.

    Quand son vaisseau se posa à la surface de la planète, elle avait une idée un peu plus précise de ce qu’elle devrait affronter mais, dans l’immédiat, sa principale préoccupation se résumait à retrouver Grehäta. Le Wookie devait la retrouver à l’endroit convenu : l’appartement qu’elle possédait à titre personnel depuis quelques années et qu’elle partageait assez régulièrement avec sa fille. Sans doute, si Ange ne s’était pas retrouvée à la tête de la Guilde, jamais cette dernière n’aurait pu se permettre de s’offrir un de ses somptueux logements situés sur les bords de la Western Sea, restaurée depuis la terraformation de la planète-capitale.

    C’était donc avec une certaine nostalgie que les deux femmes venaient de pénétrer l’immense hall de leur immeuble.

    Kaarde, s’émerveillant : Eh bah… Si après ça on me dit que le crime ne paie pas…
    Ange, fronçant un sourcil : Tu pourrais te passer de ce commentaire…
    Mimi, en sortant de l’ascenseur, au dernier étage : Surtout quand on sait tout ce que contiennent les placards de ce petit bijou…
    Anjel, dont les yeux brillants : Autre chose que de la nourriture lyophilisée ?

    Pour toute réponse, Ange lui offrit son plus grand sourire.

    Durant les heures qui suivirent, le petit groupe prit ses aises dans ce lieu de rendez-vous. Ils purent se restaurer, se reposer et profiter un peu du confort qu’offrait un véritable logement. Solo en profita pour contacter Sarkin, en vain. Cette dernière devait toujours se trouver dans l’hyperespace. Elle lui adressa un message crypté avec ses coordonnées, espérant que ses instructions lui parviendraient et/ou qu’elles ne tomberaient pas entre de mauvaises mains.
    Au moment où la Corellienne achevait son message et se levait pour rejoindre Anjel qui se prélassait au soleil sur la terrasse donnant sur l’étendue bleutée, on frappa à la porte. Solo soupira et se dirigea nonchalamment vers la source du bruit, désolée de n’avoir pu se poser quelques instants.

    Elle ouvrit et fut submergée par une masse de poils sans fin.

    Elle n’eut pas le temps de dire « ouf », de prononcer son nom ou encore de prendre ses jambes à son cou. Le Wookie lui avait fait terre et grognait sa joie même à ceux qui ne voulaient pas l’entendre.

    Ange, essayant de se dégager : Grehäta, lâche-moi, s’il te plait. Oui, moi aussi, je suis contente de te revoir. Tu me fais mal là ! TU ME SERRES !

    Après quelques coups de pieds qui le génèrent à peine, le Wookie reposa la Corellienne sur le sol.
    Il aboya quelques sons amicaux, reprochant, au passage, à Solo de ne plus lui avoir confié d’enfants depuis trop longtemps.

    Ange, se défendant : Hey ! Tu vas pas me reprocher de ne plus avoir de mômes ! T’as vu l’hécatombe qu’a été ma fille !
    Grehäta : *grognements*
    Ange : Mêle-toi de tes affaires ou je te refais une coupe dont tu te souviendras toute ta vie.

    L’immense Wookie répliqua sur un ton de défi et renversa Solo dans les secondes qui survirèrent. Il avait aperçu sa petite protégée et c’était vers cette dernière qu’il chargeait désormais. Mimi n’eût pas non plus le temps de souffler que Grehäta l’enlaçait à son tour.

    Ange, se tournant vers Anjel et Kaarde : Je vous présente Grehäta, l’ancienne nounou de M…
    Grehäta : *grognements*
    Ange : Tu vas pas chipoter, non plus ? Ok, donc, ce n’est pas exactement la nounou de Mimi… Il la gardait quand elle était petite.
    Grehäta : *grognements*
    Ange : Et sur moi ? Je t’ai déjà dit de mettre de côté cette histoire ! Tu m’épuises avec ça !

    Anjel et Kaarde se tournèrent vers Solo afin d’avoir la traduction.

    Ange, se sentant obligée de finir la présentation ainsi : Et qui considère avoir une dette de vie envers moi depuis que ma fille a failli y rester en échappant à sa surveillance. (A l’attention du Wookie : ) Ca fait pas super CV ce que tu es en train de leur dire…

    Au moment où Solo finissait sa phrase, une seconde ombre toqua à la porte. Elle se retourna et dévisagea l’homme qui se tenait devant elle.

    Lui, hésitant : Ange ? (Il marqua une pause et la dévisagea.) Tu n’as pas… bougé d’un poil.

    La femme se tut quelques instants et le regarda attentivement. Ne reconnaissant pas la silhouette qui se trouvait juste sous ses yeux, elle se mit à chercher dans sa mémoire à qui cette voix pouvait appartenir. Enfin, un nom se dégagea. Pourtant, elle avait du mal à associer à ce dernier, l’image qui se tenait devant elle.

    Ange, fronçant les sourcils : Doc… ? C’est toi ?

    Il s’avança vers elle, prêt à l’enlacer ; elle, recula

    Ange, élevant la voix : Sérieusement ? Dans cet état ? Tu te pointes chez moi fringué comme un clochard après des années de silence radio…. (A l’adresse de Grehäta : ) Hey, Touffe de poils ! Qu’est-ce qui t’as pris de le laisser ce…. ce… bref…. Entrer chez moi ! Peut-être que sur ta satané planète sentir le bantha en décomposition, c’est charmant mais, ici, sur ce monde civilisé, ça fait franchement mauvais genre. Tu crois que j’ai le temps de me taper une réunion de co-proprios à cause de l’odeur et des tapis souillés ?
    Grehäta : *grognements*
    Ange : Comment ça, t’as cru bien faire ? Parce que quelqu’un me connait, tu le laisses te suivre ?
    Grehäta : *grognements*
    Ange, hurlant de plus belle : Et alors ? C’est pas parce qu’il a un sabre-laser que… (A sa fille : ) Mimi, tu peux aussi arrêter de faire l’idiote et descendre !

    Grehäta obéit sans broncher et invita la jeune adulte, redevenue enfant depuis quelques instants, à quitter des massives épaules en expliquant qu’il connaissait trop bien sa mère pour savoir qu’il était plus sage d’obtempérer.
    Kaarde crut bon de s’avancer à ce moment-là. Il s’apprêta à saluer à son tour le nouveau venu mais se retira en constatant son aspect.

    Kaarde, souriant : Et bien, on va de surprise en surprise. Ca fait plaisir de revoir une tête connue.
    Doc, regardant son état : Effectivement… j’aurais peut-être dû…
    Ange : Effectivement, tu aurais dû ! Va prendre une douche, essaie de ressembler à quelque chose d’humainement correct. Je vais aller te chercher des vêtements propres. (A elle-même.) Après la blondasse qui me fait un gosse dans le dos, le vieil ermite crasseux…

    Pour toute réponse, Doc éclata de rire et suivit le chemin que la Corellienne lui indiquait. Visiblement, la bonne humeur de Solo lui avait à lui aussi manqué.

    lundi 15 septembre 2014 - 14:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13542 Crédits

    A peine sortit de l’hyperespace, T1 m’avertit que j’avais un message crypté émanant d’une certaine Ange Solo et qu’à la verve de cette dernière, il était fort probable que ce soit la même que celle rencontrée dans les régions inconnues.

    Moi – Fais-moi lire ça. (Je jetai un œil sur l’écran) En effet, c’est bien Ange.
    T1 – Juste ciel.
    Moi – Quoi ? Tu n’aimes Ange ?
    T1 – Elle parait fort chaleureuse mais ses manières de rustres me font le même effet que voir une endoscopie digestive basse pratiquée sur un Hutt.

    Je m’arrêtai une seconde partagée entre l’indignation et l’amusement. La personnalité de T1 s’avérait pleine de bonnes surprises. Il en allait de même pour ses compétences. Il faut dire que les droides T avaient été conçus à ma demande par MerenData pour répondre à des besoins spécifiques liés à une exploration dans les régions inconnues : pilotage (allant du Destroyer à une navette lambda), diplomatie, traduction… Ils étaient donc le mélange surprenant d’un droide de pilotage et de protocole. Et si le besoin s’en faisait sentir, il pouvait se battre avec un blaster. Une merveille de technologie qui coutait 150 000 crédits qu’il faudrait que je briefe si je ne voulais pas le voir détruit de manière stupide.

    Moi – Evite de dire ce genre de choses devant Ange : elle risquerait de mal très le prendre.
    T1 – Je devrais m’attendre à des représailles ?
    Moi – Tu n’imagines même pas. Voudrais-tu nous faire atterrir non loin des coordonnées qu’elle nous a transmises ? (Après une seconde de réflexion, j’ajoutai) Il faudrait aussi une équipe médicale ainsi qu’un taxi.

    Je laissai le droïde se débrouiller et retournai dans la cabine. Sam veillait sur les deux zabraks comme si c’était une affaire d’état. A l’instant où j’avais passé le pas de la porte, elle entamait déjà un compte rendu complet. Je passai ma main sur le front du jeune garçon. Son état ne s'était pas arrangé au cours du voyage et il fallait qu’il soit examiné au plus vite.
    A l’atterrissage, l’équipe médicale était présente. Je leur confiai le môme en les priant de l’amener au plus vite au Temple Jedi. J'ajoutai une note demandant aux Jedi de prendre en charge ce malade peu ordinaire et qu’ils pouvaient contacter Kaarde par comlink. Je signai d’un « TS » qui permettrait à mon ancien mentor de savoir de qui émanait ce message.

    Ensuite, je récupérai quelques affaires, les filles et T1 avant de grimper dans le taxi qui nous amena tout droit dans un quartier chic de Coruscant. Voilà qui changeait considérablement du bouge qui me servait de planque sur cette planète. En sortant de l’ascenseur je fus accueillis pas Ange d’une bonne humeur dont elle seule avait le secret.

    Ange – ENCORE un môme, Sarkin ! Tu comptes t’arrêter au bout d’un moment ? Où c’est tes hormones qui…

    La Force en soit remerciée, Ange fut interrompue par Sam – qui ravie de la voir – s’était jetée dans ses bras. Comblée, la guildeuse gratifia ma fille d’un copieux câlin en murmurant qu’heureusement sa mère n’avait pas trop déteint sur elle. Kaarde vint à ma rencontre et dévisagea le bébé que je tenais dans mes bras.

    Kaarde – Le voyage sur Myrkr a dû être haut en couleur.
    Moi, maussade – Tu n’imagines même pas. Polux a fait du grand Polux. J’ai été aux prises avec des pirates et il s’est tiré au beau milieu de l’affrontement. Résultat des courses : je me retrouve avec deux gamins sur les bras.
    Kaarde – C’est donc pour le second que j’ai été contacté par le Temple. (Il me fit un regard amusé) Une note signée TS ?
    Moi, souriante – Oui, j’ai pensé que tu apprécierais la référence.
    Kaarde – Et Polux ? Il ne répond plus ?
    Moi – Nan… Selon lui, cela devait être sa dernière action. Il m’a adressé un dernier message avant de… (Je butais sur ce dernier mot) Disparaître ?

    Kaarde me dévisagea longuement avec un soupçon d’inquiétude. Je n’étais pas très à l’aise avec l’idée d’en parler. Ange eut la bonne idée d’intervenir.

    Ange – Et elle s’appelle comment ?
    Moi – Aucune idée. En attendant que le garçon ne se réveille, je l’appelle Lara.

    Un gigantesque wookie nous rejoignit. Je lançais un regard interrogateur à Ange.

    Ange – Tyria, voici la nounou que tu m’as demandée : Grehäta.
    Grehäta - *Grognements*
    Moi, surprise – Ah oui quand même… Je ne m’attendais pas à ça. Ravie aussi de vous rencontrer.
    Grehäta - *Grognements*
    Moi – De Mimi ? Si vous avez été suffisamment bon pour vous occuper de la gamine de Solo et obtenir sa confiance alors je n’ai aucun souci à me faire. Il faudrait s’occuper de Sam, la petite fille dans les bras d’Ange, et de ce bébé.

    Le wookie me fit un signe d’approbation et je lui confiai Falynn. Il grogna une question.

    Moi, fronçant les sourcils – Si elle a pété ?
    Ange – Non, téter.
    Moi – Mon wookie est du genre assez rouillé.
    Ange – Si y’avait que ça de rouillé chez toi.
    Moi – Ange ?
    Ange, d’une voix délicieuse – Oui ?
    Moi – Oh… Et puis laisse tomber. J’ai eu assez avec Polux qui a été insupportable pendant tout le voyage. Elle n’a pas mangé depuis un moment et on ne peut pas dire que le vaisseau était équipé pour…

    Grehäta berça la petite avec une précaution infinie avant de partir en direction de la cuisine.

    Moi – Sam. Si tu as faim, c’est le moment de le suivre.
    Sam, inquiète – C’est gentil un kiwi ?
    Ange, rassurante – Wookie. Ils sont très gentils et très intelligents. Et Grehäta l’est encore plus que les autres wookies.
    Sam – Hum… D’accord... (Elle hésita) Maman ?
    Moi – Tu veux que je t’accompagne, hein ? (Elle opina) D’accord, d’accord. Par ici, mauvaise graine.

    Sam me donna sa main et je rejoignais le wookie.



    Ce message a été modifié par: Tyria_ le 16-09-2014 00:51

    lundi 15 septembre 2014 - 19:23 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7040 Crédits

    Le Terrik's Fantasy emmargea de l'hyperespace, a la lisière des Régions Inconnues. Quel plaisir d'enfin reconnaître quelques constellations. Mon premier réflexe fût de vérifier mes messages. Wroobany me confirmait bien que mon petit Doc avait quitté Kashyyk pour Coruscant quelques jours auparavant...

    Que mon 2e fils et ancien Padawan ait décidé de quitter sa retraite sur la planète des Wookie me faisait vraiment plaisir. Les derniers mois avaient étés assez éprouvant question émotion et revoir Ace me ferai vraiment du bien au moral.

    Je décidais de ne rien dire à Weedge pour le moment. Il était assez anxieux à l'idée de notre voyage vers Tatooine, inutile de lui rajouter une pression supplémentaire.

    Pour lui changer les idées, je l'avais chargé de calculer notre trajet hyperspatial jusqu'à Tatooine.. Pas comme si nous avions la moitié de la Galaxie à traverser....

    Je le trouvais penchés sur ses calculs, silencieusement je regardais par dessus son épaule...

    Mirax : C'est pas mal... Mais Gamorr nous fait faire un sacré détour...

    Le jeune zabrack sursauta surpris. Absorbé par son exercice il ne m'avait pas entendu approcher.

    Weedge : Man !! Tu m'as fait peur !!
    Mirax : Même concentré sur une tache, tu dois toujours avoir tes sens Jedi en alerte... Je disais donc que Gamorr nous ferait faire un sacré détour. Depuis Bestine, trace nous un itinéraire vers Kalarba, puis tout droit vers Tatooine.[/b]

    Laissant le garçon à ses calculs je parti méditer dans ma chambre. Ce qui nous attendait sur [b]Tatooine
    ne serait pas de tout repos, ensuite tout semblait converger vers Coruscant, et ce que j'avais entrevu dans mes précédentes méditation me laisser penser que l'affrontement entre Ange et Waren aurait un impact déterminant, pas seulement pour la Guilde, mais aussi pour l'Odre Jedi.

    Au fond de mon esprit, cependant quelque chose n'allait pas. C'était diffus, incertain, mais au fond de ma conscience, la Force était comme agitée de remous... Des remous comme seul Booster "Polux" Terrik, était capable de les susciter... Mais c'était impossible... Polux ne faisait qu'un avec la Force et ça c'était une certitude...

    Surement le retour de Doc qui brouillait mes perceptions....

    C'est d'ailleurs sur ce dernier que j'étendis mes perceptions. Doc avait été mon Padawan. Le lien que nous entretenions à travers la Force était puissant, même s'il s'était un peu émoussé ces dernières années....
    -------------------------------------
    Jabinette.
    "A Chaque fois que tu actives ton sabrelaser, considére non pas qui tu vas tuer... Mais qui tu vas laisser en vie!"
    Que la Force des FF soit avec toi.


    Ce message a été modifié par: Mirax_Terrik le 15-09-2014 22:12

    lundi 15 septembre 2014 - 22:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    La chose, puisqu'on lui déniait (à raison) le droit d'être considéré comme une espèce intelligente tant qu'il serait dans cet état s’éclipsa en direction de la douche dans son rire.
    Arrivé dans la pièce, Doc eu un sourire amusé. La salle était immense, surtout sur Corsucant. Dans des gestes rapides, il décrocha les armes qu'il avait pris avec lui. La présence de Kaarde lui simplifiait un peu la vie sur un point. Il plaça son sabre le plus simple à l'écart.
    L'ancien ermite se débarrassa rapidement de ses vêtements qu'il envoya d'un geste dans une poubelle. Maintenant qu'on lui avait fait noté, il devait admettre qu'il avait besoin plus que jamais d'une douche. En même temps, ce n'était pas de sa faute s'il n'avait pas pu le faire. Il devait avoir le temps une fois le FireBreaker réparé et le vaisseau de Grëhata n'était pas équipé de manière correcte. Vu qu'il avait dû se décider en un instant, il n'avait pas eu le temps de se changer.
    Quelques minutes plus tard, arrosé par l'eau chaude, les cheveux et la barbe démêlés et enfin nettoyé, Doc commençait à ressembler à un humain. Un humain avec de très nombreuses cicatrices qui lui parcouraient tout le corps. Survivre sur Kashyyyk a un prix et lui l'avait payé très cher.
    Quelques étirements sous l'eau plus tard, l'ancien Jedi coupait l'eau et se séchait rapidement. Attrapant un de ses petits couteaux laser, il se coupa les cheveux à mi longueur et tailla sa barbe à une longueur qui, bien que longue, restait raisonnable.
    S'entourant d'une serviette Doc rejoignit les autres. Disparu l'ermite, on retrouvait presque le Doc d'avant son exil. En voyant les vêtements préparés par Ange, il avait eu un sourire. Rhabillé comme un contrebandier, c'était peut-être même l'Ace d'une époque encore plus lointaine qui serait désormais présent. La question se posait toujours pour lui. Mais visiblement une autre question plus importante était venue aux lèvres des présents en le voyant débarquer…


    Ange : Tu t’es battu avec un rancor dernièrement ?
    Doc : Pas que je me souvienne. Mais le sol de Kashyyyk renferme d’autres bestioles tout aussi sympathiques. Tu me dis bonjour cette fois ou je dois me contenter d’un autre regard noir ?
    Kaarde : Moi je te dis bonjour, la tête est mieux et plus proche mais le corps… Tu as l’air d’avoir souffert.
    Doc : On s’habitue à tout… Que tu sois là me simplifie la vie Kaarde, j’ai un cadeau pour toi.

    L’ancien maître de l’atelier de sabrelaser attrapa le tube qu’il avait mis de côté un peu plus tôt.

    Doc : Il ne s’allume plus pour moi. Mais je suis certain qu’il le fera pour toi. Oh, et j’ai perdu le MonCal sur Kashyyyk. Désolé, mais c’est tant mieux. Il était beaucoup trop dangereux. Alors Ange, tu me pardonnes ?
    Ange : Va te faire voir. Tu te rends compte des années où tu n’as pas donné signe de vie ?
    Doc : Bonne question. On est en quelle année ?
    Anjel : 172 après Yavin ?
    Doc : 14 alors. Ça va, c’aurait pu être pire.
    Mimi : 14 ans et c’aurait pu être pire ? Mam’s, il est pas net ton « ami ». Et en plus il débarque comme ça en espérant être bien accueilli ?
    Doc : C’est ça d’être à la fois fils de Mirax et Edo, on se dit qu’on sera toujours le bienvenu partout. Même si là j’avoue que j’ai fait fort. Mais bon, c’est pas de ma faute si le grand dadais n’avait pas de douche dans son vaisseau.
    Ange : T’avais qu’à prendre le tien. Ou une douche avant de venir.
    Doc : Si j’avais dû attendre les pièces qui permettraient à mon YT de décoller, je serais encore coincé sur Kashyyyk. Et j’ai comme l’impression que mon aide pourrait être utile ici.
    Anjel : Vous vous croyez si doué que ça ?
    Doc : Quatorze ans sur le sol de Kashyyyk sans blaster ni sabre laser et juste des cicatrices. Ca vous suffit comme réponse ?
    Mimi : Un vrai cinglé.
    Ange : Un vrai cinglé qui va s’habiller. Maintenant.
    Doc : A tes ordres Ange, à tes ordres.

    Quelques minutes après, changé, il revenait. Avec une impression bizarre. Fermant les yeux, il salua sa mère qui essayait de le contacter. Visiblement son retour était déjà connu. Sûrement un coup de Wroobany. Il aurait mieux fait de lui demander de se taire. Enfin on ne cachait rien à Mirax Terrik, il aurait dû le savoir.

    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître Jedi revenu d'un lointain passé...
    Ou du sol de Kashyyyk, suivant les versions !

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 15-09-2014 23:40

    lundi 15 septembre 2014 - 23:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16764 Crédits Modo

    Après une très longue absence, Doc Beldom nous revenait enfin ! Les voies de la Force étaient bien mystérieuses. Pourquoi ne l'avait-elle pas fait reparaître bien plus tôt ? Notamment lorsque nous combattions Baaaaaaal ? Peut-être la disparition du Maître Sith laissait-elle enfin le champ libre à Doc pour reparaître en pleine lumière et trouver la paix ? J'étais impatient de le découvrir.
    Je n'eus pas le temps de m'en inquiéter très longtemps, bientôt alerté par le Temple Jedi de l'arrivée d'un étrange colis.

    le Temple(comlink). - Maître Naberry ! Maître Naberry !
    Moi. - Ici Naberry, qu'y a-t-il ?
    le Temple(comlink). - Une équipe médicale vient de déposer à l'infirmerie du Temple un jeune zabrak blessé, à votre attention. Nous espérions que vous pourriez nous en dire plus.
    Moi. - Mmh... D'où vient ce blessé ? Et qui vous l'a adressé ?
    le Temple(comlink). - Nous l'ignorons. La personne qui l'a amené sur Coruscant l'a laissé aux infirmiers avec une note nous demandant de prendre soin de lui et de vous prévenir. Elle est signée "TS".

    TS ? Décidément Tyria n'avait pas perdu de temps ! Sachant qu'elle n'était pas encore officiellement réadmise dans l'Ordre, elle avait agi plutôt judicieusement. En confiant le jeune zabrak aux guérisseurs Jedi plutôt qu'au premier hôpital, elle s'assurait également de le retrouver plus tard, et d'éviter des ennuis à ce dernier en cas de situation irrégulière.
    Je réalisai dans le même temps qu'elle allait sans doute me poursuivre encore longtemps avec l'anecdote de son clone, le clone TS, que j'avais coupé en deux pendant la guerre du SEZ.

    Moi. - Je vois... Quel est l'état du patient ?
    le Temple. - Il demeure inconscient et semble souffrir d'une grave commotion cérébrale.
    Moi. - Bon. Apportez-lui les meilleurs soins. Dérangez Maître Sol'As Mordi s'il le faut ! Naberry, terminé.

    Tyria était donc déjà arrivée sur Coruscant ? J'en eus la confirmation moins d'une heure plus tard lorsqu'elle se présenta enfin dans l'appartement cosy des Solo, à la plus grande joie de Sam. Apparemment cette excursion demandée par le défunt Polux s'était bien terminée... si ce n'était la disparition définitive de son esprit de Force.
    Avertie, Tyria s'y était attendu, et elle m'avait averti aussi. Mais je ne pouvais m'empêcher d'avoir un pincement au cœur. Bien sûr nous savions tous que cela arriverait tôt ou tard, et nous avions eu beaucoup de chance de parler à Polux autant que nous l'avions fait jusqu'ici après sa mort. Mais je ne pouvais m'empêcher de le regretter.

    Quelques heures plus tard, après que Doc fut sorti de sa douche et m'eus confié, à ma grande surprise, le sabre laser porteur du cristal Solaris, alors que le jour baissait, que Sam et la toute jeune zabrak étaient entre les pattes de Grehäta et que nous attendions d'être présentés par Ange à son équipe pour renverser Waren, je trouvai Tyria seule sur un balcon en train de faire la conversation à une image miniature émanant d'un holocron Jedi.
    Une image miniature de moi. Mon Holocron !

    Tyria. - Quelle forme de combat ai-je pratiquée ?
    Holocron(avec ma voix). - Lorsqu'elle fut ma padawan, Tyria s'initia à l'Ataru, forme de combat acrobatique dont je...
    Tyria. - Oui, oui, c'est bon ! C'était facile, je connaissais la réponse ! Voyons... plus difficile... quel souvenir gardes-tu de ta padawan adorée ?
    Holocron. - Tout le temps de sa formation, et même après, elle fut la Jedi la plus écervelée et la plus imprévisible de tout l'Ordre. C'était la terreur des padawans, mais elle avait un cœur d'or.
    Tyria. - Attends, attends ! Retour arrière... lecture...
    Holocron. - ... et même après, elle fut la Jedi la plus écervelée et la...
    Tyria. - ÉcerveQUOI ? Je n'étais pas écervelée, d'abord ! Intrépide, peut-être, mais pas écerv... !
    Moi. - Hum !
    Tyria. - Oh, euh... tiens, au fait, mes gars m'ont remis ça... je crois que c'est à toi.

    Elle me lança l'Holocron que j'attrapai au vol et posai sur le rebord du balcon. Au contact d'un nouveau Jedi le dispositif holographique se ré-enclencha, débutant le message d'intro que j'avais enregistré il y a des années, tout juste après la guerre du SEZ.

    Holocron. - Bonjour, je suis le Maître Jedi Kaarde Naberry et ceci est mon Holocron, dans lequel je vous transmet mon savoir. J'ai eu l'occasion de former plusieurs Jedi au long de ma vie mais ma plus puissante élève fut Tyria Sarkin, que je découvrais sur Corellia à mes débuts alors que j'étais un tout jeune Maître Jedi. Elle en devint un elle aussi, après des années de formation...

    Tyria, elle, s'efforça de reporter son attention vers le ciel nocturne de Coruscant.

    Tyria. - Écervelée, hein ?
    Moi. - Hé, la dernière fois que je t'ai vue avant de faire cet Holocron tu essayais de me tuer, je te rappelle ! Tu t'en tire plutôt à bon compte.
    Tyria. - Hum... pas faux.
    Holocron. - On découvrit tardivement qu'elle était la fille naturelle de Baaaaaaal, le Seigneur Noir des Sith, le plus puissant et implacable ennemi de l'Ordre Jedi à mon époque. Cette découverte, ainsi que le meurtre de son mari par Baaaaaaal et d'autres raisons qui m'échappent peut-être encore,...
    Tyria. - Tu dois être content... d'avoir récupéré ton Holocron, je veux dire.
    Moi. - Je le serais, s'il n'avait pas causé tant d'ennuis.

    Antilles, ou quelqu'un à son service, avait profité de l'affaiblissement temporaire du Temple pour mettre la main sur cet Holocron bien spécifiquement. Kyrio avait été torturé pour le faire fonctionner ensuite, et Tyria s'était retrouvée trahie par ce même Holocron.

    Tyria. - Bah, sa vocation première était de permettre de me contrer, après tout... on peut dire que ça a réussi.
    Kaarde. - Je suis désolé, Tyria. Je ne voulais pas qu'il tombe entre de mauvaises mains.
    Holocron. - ...conduisirent Tyria à passer du Côté Obscur et à tenter de me tuer. Après avoir affronté son père sur Dantooine elle disparut mystérieusement et ne fit plus parler d'elle...
    Tyria. - Ça m'a surpris, quand tu m'as révélé l'existence de cet holocron enregistré exprès pour compiler des informations sur moi. S'il y a bien un Jedi que je n'aurais pas cru si... inquiet ?... c'est bien mon ancien maître, toujours si optimiste.
    Kaarde. - Il faut croire que ta disparition m'avait particulièrement affecté... Je t'ai cru morte, tu sais, lorsque ton père est réapparu au tout début de la guerre. J'ai cru qu'il avait remporté le combat sur Dantooine et... je crois que ça m'a aidé à me fondre dans le rôle d'un faux Seigneur Sith.

    Elle ne répondit pas, mais par notre ancien lien qui commençait à se renforcer je sentis qu'elle n'était nullement fâchée, qu'elle comprenait, et me pardonnait.

    Holocron. - Mes récentes découvertes au sujet de Baaaaaaal et de sa prodigieuse longévité naturelle m'ont fait prendre conscience que mon ancienne padawan, si elle a hérité du même don, me survivra certainement longtemps, et que je ne la retrouverai sans doute jamais. Elle pourrait ressurgir à n'importe qu'elle époque après que j'aie rejoint la Force, peut-être la vôtre, toujours sous l'influence du Côté Obscur et aussi dangereuse que son père...
    Tyria. - Il faudra mieux cacher tes affaires, à l'avenir.
    Moi. - Je n'ai nullement l'intention de rapporter cet Holocron au Temple.
    Tyria. - Comment ça ?

    Je saisi alors l'Holocron et l'approchai de mon visage.

    Moi. - Kaarde Naberry. Code : tatooine-gundark. Entrée 6A, effacement de toutes les données.
    Holocron. - ... C'est dans cette optique que j'ai décidé de transmettre dans cet holocron tout ce que je sais à propos de Tyria Sarkin, et de.. crrr son alias Black Baccara,... kzpt ! afin de permettre aux dzzzutures généra... crac ! de lui faire face...Ksshhhrrrrhskgfizlffnlrrr !

    Sous les yeux surpris de mon ancienne padawan l'Holocron laissa échapper de la fumée et quelques étincelles alors que toutes les informations qu'il contenait étaient purement effacées. Je reposai l'objet devenu inerte et sans valeur sur le rebord du balcon puis saisissait doucement Tyria par les épaules.

    Moi. - Je crois que c'est à toi, d'écrire ton histoire, pas à moi. Tyria, en décidant de t'accueillir à nouveau dans l'Ordre j'ai décidé de faire table-rase du passé. J'espère que tu n'as pas la phobie de la page blanche ?

    Tyria prit un air faussement déçu.

    Tyria. - Finie, la postérité... Comment feront mes fans pour connaître mes couleurs préférées, maintenant ?... Euh, je... Kaarde... merci, vraiment ! J'apprécie le geste.

    Elle se laissa aller dans mes bras. Visiblement la mission imposée par Polux et la disparition définitive de ce dernier l'avaient un peu affectée.

    Tyria. - Je suis désolée que tu aies gâché un Holocron pour rien.
    Moi. - Boarf ! Il peut encore faire un bon presse-papier !


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 17-09-2014 18:06

    mardi 16 septembre 2014 - 00:09 Modification Admin Permalien

  • Avatar Tyria_

    Tyria_

    13542 Crédits

    Moi - Je suis désolée que tu aies gâché un Holocron pour rien.
    Kaarde - Boarf ! Il peut encore faire un bon presse-papier !

    J’entendis Sam s’époumoner à l’intérieur pendant un instant. Après m’être assurée que tout allait bien, je revins contempler le paysage urbain de Coruscant sur le balcon. J’étais soulagée de savoir qu’il serait plus compliqué d’apprendre mes erreurs du passé. J’étais prête à les assumer mais pas à les faire assumer à ma fille. Or c’était précisément ce qu’il avait manqué de se passer. La voix de Kaarde finit par briser le silence.

    Kaarde – Au fait, je ne sais toujours pas comment tu as échappé à ton père sur Dantooine.
    Moi, avec un clin d’oeil – Ca, c’est parce que c’est le secret le mieux gardé de cette galaxie. Si je te le disais, je serais obligée de te tuer et ensui… (Je fis mine d’avoir une révélation) Oh ! Attends. C’est pas précisément ce qu’il s’est passé sur Dantooine ?
    Kaarde, amusé – Nuance, tu as essayé… Et je peux prendre le risque à nouveau.
    Moi, le regard sévère – Vous jouez à un jeu dangereux, Maître Jedi. (Je marquais une pause pour redevenir sérieuse) C’est… Oui, je crois bien que c’est le pire moment de toute ma vie.
    Kaarde, surpris – Pire que la mort de Polux ?
    Moi – Sa mort m’a dévasté. Mais Dantooine… C’est… (Je me repris) Mais comment tu veux que je mette des mots là-dessus ? Dantooine, c’est Dantooine.
    Kaarde – Ton père l’a décrit comme un match nul.
    Moi, surprise – Un match nul ? Mais où il est allé pêcher ça ?

    Je réfléchis. Faire une banale description ne pourrait pas suffire vu ce qu’il s’était passé. Ce serait même complètement approximatif d’expliquer cet affrontement. Et puis cela me permettrait peut-être de me décharger de ça aussi. Je pris une inspiration avant de me lancer.

    Moi – Tu veux vraiment savoir ?
    Kaarde – Bien sûr.
    Moi – Alors donne-moi tes mains. Il est temps de remettre d’aplomb ce vieux lien maître-padawan.

    Kaarde devait se douter de la technique à laquelle je pensais et pour y parvenir, il fallait qu’un lien puissant unisse les deux personnes. Je fermai les yeux. Avoir abandonné une partie des défenses mentales mises en place contre Polux me facilitait grandement la tâche et me faisait prendre conscience de l’isolement dans lequel elles m’avaient plongé. Je laissai la Force œuvrer pour retisser le lien qui existait autrefois entre mon maître et moi. Sentant la connexion se rétablir, je ne fis rien pour chercher à dissimuler quelques informations. Je savais simplement que Kaarde n’en abuserait pas. Il en fut de même pour lui.

    Quand ce fut bon, je fis remonter le souvenir de Dantooine que j’avais profondément dissimulé dans un coin de ma mémoire. Depuis tout ce temps, je me rappelais encore de chaque détail. De la couleur du ciel jusqu’à l’odeur de la planète en passant par le crissement du sol sous mes bottes. Kaarde aurait accès à chacun d’entre eux. Mon état, mes perceptions. Je le savais capable de gérer. A peine un instant plus tard, nous étions tous les deux plongés précisément au moment où il m’avait perdu de vue.

    ----

    Quinze années auparavant…
    Baaaaaaal se tenait devant sa fille, genou à terre. Il bloquait la lame de Tyria et cette dernière avait beau y mettre toute sa force, il ne semblait même pas s’en soucier.

    Baal – Décidément, ma fille, tu tiens vraiment de ton père !
    Tyria – Ca me ferait mal !

    Baaaaaaal la repoussa avec une impulsion de Force et tout en bondissant dans sa direction, il hurla « ADRIENNE ! » Tyria l’évita adroitement en faisant quelques pas de côté. Le sabre du Sith brassa l’air à l’endroit où elle se trouvait moins d’une seconde auparavant. Du coin de l’œil, la jeune femme vit les Jedi ramasser Mirax et s’enfuir à toutes jambes. Avec son père sur son chemin, il lui était impossible de s’occuper d’eux. Le regard mauvais, elle fit lentement tourner mon sabre et avança d’un pas avec exaspération.

    Tyria – Tu fais suer ! Ils étaient à ma merci !
    Baal – Ce n'est pas le travail d'un père de faire suer sa fille ? Et dans le groupe il y en a que je ne peux pas te laisser.
    Tyria – Tu as vraiment des gouts de chiottes…

    Elle fondit sur lui à une vitesse ahurissante. Malgré sa rapidité, Baaaaaaal effectua une parade élégante et commença à contre-attaquer.

    Baal, ravi – C'est pour ça que je t'aime ma fille !
    Tyria – Comme si tu étais capable d'amour !

    Bloquant une attaque qui visait son flanc gauche, la jeune femme en profita pour frapper son père à l’arcade avec le pommeau de son arme. Surpris, il recula. Tyria mis à profit ce court répit pour s’armer de son second sabre.

    Baal – Tu ne sais pas ce dont je suis capable ! ADRIEEEEEENNE !!!

    Ce fut au tour de Baaaaaaal de charger. Ses coups furent féroces et ses yeux trahirent une colère qui surprit Tyria. Mais il ne lui laissa pas le temps d’y penser d’avantage : alors que les sabres auraient dû s’entrechoquer, il éteignit le sien. Ne rencontrant pas la résistance attendue, l’ex-Jedi bascula aussitôt en avant. Il lui fallut prendre appui sur sa main gauche et repousser le sabre du Sith qui s’abattait sur elle avec la seconde lame. Elle para tout en virevoltant afin de pouvoir de nouveau lui faire face.

    Heureusement pour elle, la jeune femme était une fervente adepte de la forme Ataru : ce genre d’acrobaties était la base de son style de combat. Lors de sa formation, elle était arrivée à la conclusion qu’elle ne pourrait rivaliser que très rarement en force brute lors d’affrontements. Sur les conseils de son maître, Tyria avait décidé de privilégier vitesse et surprise plutôt que puissance. Des années durant, ses entrainements s’étaient évertués à lui faire exploiter le maximum de sa capacité à courir, sauter et tournoyer dans tous les axes. Pour ne pas finir épuisée dès les premières minutes d’un combat, la jeune Jedi avait fait de la Force sa plus grande alliée. Et aujourd’hui, bien que consumée par sa rage, la Force continuait de l’investir comme elle l’avait toujours fait.

    Et cela aurait pu être la tactique idéale… Si le Maître Sith n’utilisait pas lui-même une combinaison de l’Ataru et du Vaapad. Ce combat se jouerait sans nul doute sur l’endurance des deux duellistes. Hélas pour elle, Tyria avait déjà bien entamé ses forces pour faire face aux Jedi.

    Le Seigneur Sith envoya une nouvelle poussée que le bouclier de Force entourant Tyria ne parvint quasiment pas à absorber. Pour encaisser l’attaque, la jeune femme dut fermement camper sur ses jambes. Néanmoins, la puissance de cette impulsion de Force la repoussa sur plusieurs mètres. Baaaaaaal lança son sabre éteint qui passa entre les pieds de la Jedi. Le son de la lame qui se réactivait l’avertit du danger imminent. Elle se propulsa dans la direction de son opposant à l’aide un saut périlleux. Mais le Sith avait aussitôt bondit pour récupérer son sabre et accueillit sa fille d’un coup de botte bien placé. Clairement Baaaaaaal se jouait de sa fille en utilisant des attaques aussi exotiques que discutables dans le but de la déstabiliser. Seulement les manigances du Sith alimentaient directement la rage et la haine de Tyria qui s’en servait pour batailler.

    Le duel reprit de plus belle. Père et fille tournoyaient tellement qu’il devenait difficile de savoir qui attaquait et qui esquivait. Tyria fut obligée de reconnaître que l’affrontement contre Kaarde avait été d’une simplicité effarante comparé à celui qu’elle menait actuellement. Et si elle n’avait pas été consumée par sa propre rage, l’ex-Jedi aurait certainement pris la peine d’apprécier cette passe d’armes qui la poussait à se dépasser à chaque instant.

    Les actions de Tyria se transformèrent peu à peu. Elle mettait à profit sa haine et sa rage pour frapper avec plus de force. Le Maître Sith joua le jeu et bondit. Sa lame fouetta l’air avec tant d’énergie que la jeune femme dut contrer avec ses deux sabres pour tenir bon. Il appuya un peu plus sur sa lame si bien que l’ex-Jedi commença à ployer sous la puissance de son père. Sentant la lame rouge se rapprocher dangereusement de son visage, Tyria la dévia dans un ultime effort avant de rouler sur elle-même et de faire un saut périlleux. Elle se rendit compte presque instantanément – et avec surprise – que Baaaaaaal ne l’avait pas suivi… De sa main libre, le Seigneur Sith avait fait un geste en direction d’une des colonnes de la salle. Un morceau de celle-ci vola dans la direction de Tyria.

    Tyria lâcha ses deux sabres et concentra son énergie pour dévier le bloc. Il passa au-dessus de sa tête et alla s’écraser avec fracas derrière elle. Déjà Baaaaaaal décrochait un autre morceau de la colonne. Cette fois-ci, sa fille eut tout le temps nécessaire pour se préparer à la réception lorsque ce dernier vola dans sa direction. Elle ralentit puis arrêta le bloc à moins d’un mètre d’elle. Assurant sa prise mentale dessus, elle se tourna légèrement et tendit le bras vers le morceau qui jonchait le sol un peu plus loin. L’ex-Maître Jedi l’attrapa et catapulta les deux blocs en direction de son père. Le Sith, quant à lui, s’employait à arracher ce qu’il restait de la colonne. Distraitement, il dévia le premier des projectiles et renvoya le second directement sur Tyria à l’aide d’une impulsion de Force. D’un pas prompt, elle se pivota et évita le bloc dans un frôlement. Pendant ce temps-là, Baaaaaaal avait fini de décrocher la colonne et s’était attaqué à une seconde.

    Tyria, entre ses dents – C’est une blague.

    Devinant ce que son père mijotait, Tyria fondit sur lui. Mais le Sith avait déjà fini son ouvrage et maniait maintenant avec tranquillité les deux colonnes comme s’il ne s’agissait que de vulgaires bâtons. Il brassa l’air avec la première si bien que sa fille dut se laisser tomber dans sa course. Tandis qu’elle glissait sur le sol, la colonne la survola juste au-dessus de sa tête. Sitôt passée, la jeune femme se releva et reprit sa course… Avant de se rendre compte qu’elle se trouvait maintenant entre les deux colonnes que son père s’apprêtait à fracasser l’une contre l’autre. In extremis, elle bondit. Les colonnes se brisèrent en éclats sous la violence du choc et répandirent un épais nuage de poussières. Tyria émergea de la fumée moins d’une demie seconde plus tard et frappa avec vélocité son Sith de père d’un coup de pied sauté en plein plexus solaire. Il fut projeté à quelques mètres de là et atterrit lourdement sur le dos.

    [TO BE CONTINUED]

    mardi 16 septembre 2014 - 12:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    21843 Crédits

    Attendant toujours des nouvelles de l’équipe au sol qui devait la contacter afin de confirmer le lieu où elle devait la rejoindre, Solo, assise sur la table de la cuisine, sirotait un brandy en balançant ses jambes dans le vide. Alors qu’elle se réservait allégrement un second verre en massant sa jambe toujours douloureuse, une petite tête blonde fit irruption dans la pièce et se planta devant elle.
    Ange releva un sourcil et la dévisagea.

    Sam, toute souriante : Diiiiiiiiiis, Ange ! Tu veux pas jouer avec moi ?
    Ange, se raclant la gorge : T'as pas autre chose de mieux à faire, gamine ? Je sais pas : aller embêter la mère, par exemple ?
    Sam, faisant non de la tête : S'il te plaiiiit ! Maman, elle t'adore et je sais que c'est pas pour rien !

    Solo soupira et descendit de son perchoir. Comment pouvait-elle refuser une offre pareille ?
    Elle prit la petite fille par la main et l’emmena dans sa chambre afin de ne pas déranger ses invités, déjà en grandes conversations

    Ange : Tu sais, j’ai pas franchement de jeux pour les enfants ici, tu voudrais jouer à quoi ?
    Sam, haussant les épaules : On pourrait jouer aux jedis ?
    Ange, manquant de s’étouffer : Aux jedis ? Parce que tu sais ce que sont les jedis, maintenant ?
    Sam : Des magiciens !
    Ange : Des magiciens, et bah voyons ! Avec une baguette et des chapeaux pointus !

    La gamine se tut quelques instants, réfléchissant sérieusement à la boutade que venait de faire la Corellienne.

    Sam : C’est vrai ?
    Ange : Oublie ce que je viens de dire…
    Sam : Et tu es aussi un jedi, toi ?
    Ange, se grattant la tête : C’est un peu plus compliqué pour moi… J’ai été un jedi, y a très longtemps maintenant. Tu n’étais même pas née…
    Sam : Et pourquoi tu l’es plus ?
    Ange : Sam, tu veux pas jouer à autre chose que question/réponse ? J’ai une autre idée…

    ***

    Sam s’était mis à hurler à pleins poumons et tentats faussement de se dissimuler derrière un fauteuil de la pièce. Elle brandissait devant sa tête blonde aux cheveux entremêlés son sabre. Devant elle s’avançait lentement une ombre noire à la respiration lente et saccadée, tendant elle-aussi une arme dans sa direction. La gamine poussa un second cri, encore plus sonore que le premier quand la main gantée fut pointée dans sa direction.

    L’Ombre, respirant difficile : Rejoins-moi du côté obscur, Sam, ou tu rejoindras les tréfonds de la Force comme tous tes semblables !
    Sam, hurlant de nouveau : N’avance pas, méchant jedi ou je vais le dire à ma maman !
    L’Ombre, ricanant : Ta mère ne peut rien contre moi ! Rejoins-moi ou péris ! Mouhahahaha !
    Sam : Jamais !
    L’Ombre : Misérable créature, gare à toi si je t’attrape !

    La petite fille poussa un autre cri et se dirigea vers la porte qui venait de s’ouvrir en trombe. Tyria venait d’apparaitre dans l’encadrement de la porte, dévisageant au passage sa fille, fer à lisser en main, et Ange, enveloppée dans un drap noir, un masque pour dormir de la même couleur sur les yeux et un fer à friser dans la main.

    Tyria, ne sachant où regarder : Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?
    Sam, criant de plus belle : Vite, Maman ! Allons-nous cacher sur Alderaan ! On doit aller retrouver le jedi It’kla sinon Dark Vador va tous nous tuer.
    Ange, râlant : Tu vois pas que tu déranges, Sarkin ? Tire-toi ou toi aussi je te fais exploser avec mon Etoile noire !

    Sarkin ne dit rien et, l’air complètement blasé, ferma délicatement la porte.
    Sitôt le terrain de jeu retrouvé, Solo envoya une flopée de coussins dans la directement de Sam.

    Ange : Misérable jedi ! Ne sous-estime pas le pouvoir du côté obscur ! Sens mon pouvoir tomber sur toi !

    La réponse que lui adressa la gamine déstabilisa un moment la Corellienne. Sam venait effectivement d’utiliser la Force pour renvoyer littéralement un des factices projectiles dans sa direction.
    Jugeant qu’un rappel à l’ordre s’avérait nécessaire, Solo retira son masque troué pour l’occasion et fit signe à la gosse de s’asseoir à ses côtés.

    Ange, doucement : Sam, tu ne peux pas utiliser la Force de la sorte. Ce n’est pas un jeu.
    Sam : Pourquoi ? Moi aussi je suis une magicienne.
    Ange : Ce n’est pas parce que tu es une magicienne que tu dois utiliser la Force sans raison. Tu ne peux pas l’utiliser sans penser aux conséquences.
    Sam : Aux conséquences ? Je ne comprends pas.
    Ange, réfléchissant : Bien… Imagine que la Force est une rivière qui coule. Dès que tu utilises la Force, c’est comme si tu jetais un caillou dans l’eau. Ca fait des remous et tu peux embêter les poissons qui sont en-dessous, voire même leur faire très mal.
    Sam : Qui sont les poissons ?
    Ange : Toi, moi, les plantes, toutes les choses dans la galaxie. Garde en tête que tu peux faire plus de mal que de bien quand tu utilises la Force, d’accord ?

    Sam s’était déjà relevée et brandissait fièrement son sabre-laser improvisé.
    Quand Solo, encore sur le séant sur le lit, reçut en pleine poire un oreiller envoyé de la main de la petite fille, elle comprit que la gamine avait enregistré ce qu’elle venait de lui raconter.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 16-09-2014 13:00

    mardi 16 septembre 2014 - 12:55 Modification Admin Permalien

  • Avatar Jedi-Yoda

    Jedi-Yoda

    9643 Crédits

    Une semaine est passée depuis que j'ai consulté le journal d'Hemera à son insu. Je me suis demandé à plusieurs reprises si je devais lui en parler. Mais finalement, je n'ai pas trouvé le courage d'aborder le sujet. De plus, je ne sais pas où trouver la jeune humaine. Depuis plusieurs jours, elle semble s'être volatilisée. Alors que je viens de finir une méditation pour tenter de détecter la présence la corellienne dans la Force, mais en vain, je commence à m'inquiéter.

    Zatila : Par la Force, où peut-elle bien être ?

    Ne souhaitant pas m'emballer davantage, je me ressaisis rapidement et fais le vide dans mon esprit. Puis, je me lève et choisis de contacter Jaina sur l'holonet. Je sais que je peux compter sur elle pour me confier. A plusieurs reprises déjà je l'ai contactée depuis qu'elle est partie dans les régions inconnues et nous avons eu de longues conversations. Nous sommes maintenant de proches amis et n'avons pas peur de nous avouer nos joies comme nos craintes. Si elle m'a souvent parlé de Huge et de ses sentiments pour lui, je lui ai seulement fait part de mon côté de mon attirance pour Hemera. Je ne lui ai pas vraiment dit qu'il y avait plus que ça entre nous parce que moi-même jusqu'à notre baiser, je n'en étais pas sûr.

    A priori je tombe mal. Elle a elle-même ses problèmes à gérer de son côté. Je m'apprête donc à la laisser mais ayant néanmoins besoin de se changer les idées, elle m'accorde un moment. Après lui avoir relaté les récents évènements et lui avoir avoué qu'on avait pas mal parlé Hemera et moi, la jeune humaine comprend que nous sommes tombés sous le charme l'un de l'autre. Elle tente alors de me rassurer :

    Jaina : Même si vous êtes proches, il est normal qu'elle ait aussi besoin de liberté.
    Zatila : Sans doute. Mais je n'arrive même pas à savoir où elle est passée.
    Jaina : Si tu ne la trouves pas dans ses quartiers, elle est peut-être allée faire un tour dans la forêt. Tu as cherché de ce côté ?

    Je marque une pause et je déclare :

    Zatila : La jungle est grande, naturellement je n'ai pas cherché dans tous les coins. Mais ce qui m'inquiète le plus, c'est que je ne la vois pas dans la Force. C'est comme si elle avait disparu !
    Jaina : Calme-toi Zatila, je suis sûre qu'il y a une explication logique.
    Zatila : J'espère. C'est juste que d'habitude, je sens chaque présence dans l'académie. Je n'ai qu'à me concentrer quelques minutes et je peux savoir où se trouve la personne que je cherche.
    Jaina : Sans vouloir te vexer, tu n'es pas infaillible non plus. Et ton angoisse ne doit pas aider à élargir tes perceptions.
    Zatila : C'est pas faux.
    Jaina : Ne t'inquiète pas, je suis sûre qu'elle va bien. :cli:

    Le positivisme de Jaina m'apaise un peu. Nous parlons encore quelques minutes elle et moi et à contre-cœur, je la quitte pour me rendre à un cours de sabre laser que je dispense à de jeunes padawans. Je profite que je passe non loin de la seconde classe pour redemander au maître qui m'assiste dans la salle voisine et qui assure habituellement les cours d'Hemera s'il a vue cette dernière aujourd'hui. Comme les jours précédents cela dit, il me donne une réponse négative.

    Une semaine passe. Puis, j'ai de nouveau Jaina en ligne qui m'annonce qu'elle a retrouvé la trace d'Hemera. En effet, elle l'a appris par une amie padawan, ici à l'académie, qui l'aurait vue plus tôt dans la matinée. Rassuré mais impatient d'en savoir plus, j'exige des détails.

    Jaina : Elle lui a dit que tu la cherchais, mais pas que tu te faisais un sang d'encre.
    Zatila : J'apprécie sa prévenance. Quoi d'autre ?
    Jaina : Apparemment elle aurait été faire un tour du côté des ruines du vieux temple pour essayer quelques pouvoirs.
    Zatila : C'est curieux, non ?
    Jaina : Elle a pu se dissimuler dans la Force, volontairement ou non.

    Prenant le temps de réfléchir à la question, je déclare finalement :

    Zatila : Bon au moins le mystère est résolu, mais elle a manqué pas mal de cours.
    Jaina : Rien ne presse, elle n'est encore qu'au début de sa formation. Elle va juste à son rythme.
    Zatila : Justement elle est loin d'avoir fini sa formation. Et ça prend du temps de rattraper des cours.
    Jaina : Ne sois pas si dur envers elle.
    Zatila (agacé) : Elle ne devrait pas prendre ce genre de liberté, qui plus est sans prévenir personne !

    A ma grande surprise, je m'énerve contre celle que j'aime et mon ton est encore plus grave qu'à l'accoutumé. Néanmoins, c'est sans doute davantage par inquiétude. Jaina prend alors le parti d'Hemera :

    Jaina : Je n'ai pas toujours été ponctuelle et ai souvent oublié de te prévenir. Pourtant tu ne t'es pas inquiété ?
    Zatila : Hum si un peu, mais ça ne change rien. Ce n'est pas sérieux ! Un tel comportement est dangereux et peut avoir des conséquences qu'on ne soupçonnent pas !

    Jaina est surprise par l'impétuosité qui m'anime soudain et qui est pourtant plutôt rare chez moi. Avec réserve, elle dit :

    Jaina : Enfin, ce n'est pas si grave, voyons. Je pense que tu n'es pas très objectif dans le cas d'Hemera.
    Zatila : C'est possible en effet... Je crois qu'au fond, c'est surtout à moi que j'en veux.
    Jaina : Comment ça ?
    Zatila : J'ai toujours cherché à faire preuve de self-control pour éviter d'être envahi par mes émotions. C'était l'objectif que je m'étais fixé. Et après de nombreuses missions où ma patience, ma diplomatie et même mes peurs ont été mises à rude épreuve, je croyais avoir réussi.

    Je soupire et relève le regard que j'avais baissé. Puis je dis :

    Zatila : Et là en un claquement de doigts, cette humaine si chère à mon cœur depuis que je l'ai rencontrée, est parvenue à me faire perdre tout contrôle.
    Jaina : Bien sûr je comprends. Mais n'oublie pas que tu dois aussi la laisser vivre sa vie. Elle est Hemera Stellaris avant d'être ta copine.

    Les paroles de Jaina sont sans doute emplies de sagesse. Je ne saurais le dire. Après tout, je ne sais plus trop quoi penser quand il s'agit d'amour. C'est un domaine que je connais bien mal. Quoi qu'il en soit, je dois le reconnaître, je me suis un peu laissé emporter par toute cette histoire. Peut-être que je l'ai prise plus au sérieux que je n'aurais du. Tout va bien à présent, je suis rassuré qu'Hemera ait refait surface. Je me demande simplement : qu'arrivera-il si le cas se représente un jour ? Est-ce que je pourrais réagir de manière encore plus excessive ? A ma décharge, les sentiments que j'éprouve pour la corellienne m'ont rendu confus et ont sans doute faussé mon jugement. Tout ce que j'espère, c'est que ce n'est que l'euphorie des débuts et que je serai capable à l'avenir de ne pas autant m'en faire.

    -------------------------------------
    "Ne l'oublie jamais : c'est ton attention qui détermine ta réalité."

    Ce message a été modifié par: Jedi-Yoda le 16-09-2014 16:04

    mardi 16 septembre 2014 - 16:03 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Exposition Lego Star Wars - Chanorier

24 juin 2018 - 07 nov. 2018

Expo LEGO 100% Star Wars - Mini World Lyon

13 oct. 2018 - 13 nov. 2018

Paris Manga et Sci-Fi Show 26ème édition

20 oct. 2018 - 21 oct. 2018

Comic Con Paris 2018

26 oct. 2018 - 28 oct. 2018

Toulouse Game Show

01 déc. 2018 - 02 déc. 2018

Concert Star Wars à Toulouse par Tugan Sokhiev

19 déc. 2018 - 20 déc. 2018

Celebration

Star Wars IX

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2018 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide