Les Missions du Chu'Unthor (page 5)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7818 Crédits

    Mission : Never say never

    Cette ville était pleine à craquer ! Nous y avions déambulé pendant un certain temps jusqu'à un point de rendez-vous, guidées par Kinsa, et je devais bien avouer que j'avais manqué de me perdre plusieurs fois, tout juste sauvée par les montrals de Ellyne qui agissait comme mon repère. Par ailleurs, elle aussi nous aurait perdu si je ne l'avais pas attendue.

    Nous avions ensuite traversé de miteuses ruelles qui me rappelait avec dégoût le secteur de Moridebo de Metellos, et si je n'y étais pas à l'aise, je faisais de mon mieux pour conserver un semblant de calme. J'avisai également Ellyne qui ne paraissait  pas sûre d'elle non plus. Me remémorant son histoire, je me dis que ça avait probablement un lien avec celle-ci. Je l'interrogeai du regard afin de m'assurer qu'elle aille bien, et la Togruta me sourit.

    Peu après, j'aperçus deux Twi'lek. L'un plus jeune que l'autre et ayant une peau blanche, l'autre en ayant une de couleur ocre. Ils sourirent en apercevant Kinsa, et cette dernière fit de même. Je compris plus tard dans la discussion qu'il s'agissait de nos informateurs et qu'ils en savaient un rayon sur ce fameux gang Ix-Tub. Ils nous invitèrent ensuite à séjourner dans l'appartement qu'ils avaient loués, de base prévu pour deux personnes.

    À peine entraperçus-je les lits que je sautai en étoile de mer sur l'un deux : 

    Moi : Je cris au miracle : il y a des lits !

    Tous sourirent avant que Kinsa ne nous informe qu'elle allait méditer, nous proposant de faire meilleure connaissance avec Deran et Zefir, les deux Twi'leks. La discussion battit rapidement son plein en s'orientant sur la façon dont nous avions fait irruption dans la mission, Ellyne et moi. Puis, elle dériva je-ne-savais-comment sur Kinsa. Je m'attachais très vite aux personnes en qui je sentais que je pouvais avoir confiance, et elle ne faisait pas exception : je la considérais comme ma grande sœur. Toutefois, c'était vrai qu'il y avait des moments où je peinais à la reconnaître, et si je m'y étais habituée, ce constat n'en restait pas moins réel. Mais je me disais que cela avait sûrement un lien avec sa façon de ne presque rien révéler de son passé - ce que je pouvais comprendre.

    Moi : Un moment, je pense la connaître, mais l'autre... elle est si expressive, mais pourtant si renfermée... Si...

    J'ignorai comment mettre les mots sur ce que je pensais.

    Zefir : Si Mandalorienne ? Les Mandaloriens sont compliqués, tu le verras très vite, même s'ils n'en ont pas l'air au premier abord. Et le fait d'être Jedi complique encore la situation...

    J'acquiesçai lentement, songeuse. Un court silence s'installa, qui fut rapidement brisé par Kinsa :

    Kinsa : Dites donc, la méditation ne signifie pas la surdité !

    Je sursautai tout en piquant un fard, soudain très gênée. Kinsa se leva et nous détailla tour à tour du regard ; je me demandais bien ce qu'elle se disait...  Et en même temps... je me demandais également de quelle couleur virait sa peau lorsqu'elle rougissait : plus bleue ? rouge ? ou violet ? J'étais tout à fait consciente que ce genre de questionnements ne prêtaient pas du tout à la situation, mais bon...

    Je sentis que l'heure de ses questions approchaient, mais un élément de diversion surgit de nulle part pour me sauver.

    Ellyne : Alors, quelqu'un a une idée sur la manière dont nous allons enquêter sur ce fameux gang ?

    Je retins de justesse un soupire de soulagement : si j'étais certaine que j'aurai à lui extrapoler ce que j'avais dit, je ne me voyais pas du tout le faire sous des regards scrutateurs. Et si Kinsa n'y avait pas songé, je n'avais pas non plus envie de subir un petit sermon ou tout simplement, de rester sur le même sujet délicat.

    Moi : Eh bien, s'ils sont les plus influents dans les bas-fonds, on pourrait peut-être s'y rendre et les observer discrètement pour déterminer leurs habitudes, bien que ça ne m'enchante pas spécialement...
    Ellyne : On pourrait peut-être même en suivre un afin qu'il nous conduise au lieu où se trouve leurs chef. On en apprendra sûrement plus là.

    Nos regards dérivèrent vers Kinsa qui semblait songeuse, bien qu'elle ne paraisse pas avoir oublié la discussion... Elle se fendit finalement d'un sourire.

    Kinsa : Tout bon ! Allez, prenez vos affaires et on s'y rend !
    Ellyne : Maintenant ?
    Kinsa : Yep, la journée n'est pas finie.

    Je me saisis de mon comlink, blaster et sabre que je dissimulais avant de me charger de quelques barres énergisantes et d'eau. Nous quittâmes le logement pour nous enfoncer dans la foule. Il y avait tellement de monde ! tellement que ça créait de sérieux embouteillages. Ellyne et moi, désireuses de ne pas nous perdre, nous agrippions chacune à un bras de Kinsa qui jouait, de son côté, des bras et des coudes pour faire un pas devant l'autre.

    Moi : Je me demande si les habitants ont déjà vu leur ville sans bouchons...
    Ellyne : Le jour de sa création, peut-être.

    Amusée, je souris. Non. Je n'arrivais vraiment pas à l'imaginer vide. Soudain, toute la foule se mit en mouvement, poussée en avant sans que je ne comprenne pourquoi. L'instant d'après, nous étions repoussés en arrière. Du moins, c'était ce que je pensais, mais je constatai qu'il n'y avait que moi qui n'avait pas réussi à traverser le rideau de personnes. Je tentai de revenir à la charge mais la personne devant moi me fit involontairement perdre l'équilibre, et je tombai en arrière. Je voulus me remettre sur jambes, mais elle trébucha sur moi et s'étala à son terre sur le sol en écrasant au passage celle qui se trouvait derrière moi. Puis, j'eus tout juste le temps de me retourner que j'aperçus une masse sombre fondre sur moi. J'esquissai un mouvement en arrière mais ne pouvait le réaliser : bloquée par la foule. Il me tomba dessus tandis que ça criait de partout.

    J'essayai de le repousser, mais il fut rejoins par quelqu'un d'autre et je compris que l'embouteillage se transformait en domino géant. Une main m'agrippa fermement le bras et me tira de sous les gens. Kinsa me remit sur pieds.

    Kinsa : Tu ne comptais pas te transformer en crêpe, j'espère ?
    Moi : Non, non. Merci !
    Kinsa : On aura tout le temps pour s'attirer des problèmes, pas besoin de le faire maintenant !

    J'acquiesçai et suivis mon maître et la Togruta. Nous arrivâmes devant une de ses ruelles miteuses. Je fus parcourue d'un petit frisson : c'était sale et parcouru d'une atmosphère peu accueillante. Pile le genre d'endroit que je n'aimerais pas visiter...

    Moi : Rappelez-moi qui a eu cette idée ?
    Kinsa + Ellyne : Toi.
    Moi : D'accord, c'est moi qui l'ait dit à voix haute. Mais avouez que vous le pensiez aussi...

    Elles ne répondirent pas et Kinsa se tourna vers nous.

    Kinsa : Ouvrez l’œil. Soyez attentive au moindre mouvement suspect. Faites comme si vous avez l'habitude de déambuler là-dedans. Et répétez-vous le point trois.

    Nous acquiesçâmes vivement avant de pénétrer dans les bas-fonds. Je jetai un dernier regard à la rue illuminée avant de me concentrer sur notre objectif. Je me fiai à ma mémoire photographique pour ne pas me perdre, dans ce labyrinthe, cela semblait chose aisée, et me fondis dans la Force pour rester calme. L'atmosphère était assez tendue, et le silence, pesant. Il y avait bien des mendiants étendus à terre qui nous dévisageait avec autant de peur que d'espoir, mais aucun ne se risquait à parler. 

    J'observai mes deux amies. Ellyne ne semblait pas à l'aise, et Kinsa ne cessait de nous dévisager tour à tour avec nervosité, tout en s’acclimatant à l'ambiance. Je marchai très proche d'elles, ne souhaitant absolument pas m'écarter : si mon maître nous avait demandé de simuler notre aisance, je devais bien avouer que je ne faisais guère crédible.

    Ce fut à ce moment que des éclats de voix se firent entendre. Discrètement, nous nous approchâmes pour apercevoir un homme et un zabrak paraissant se disputer pour une imposante vibro-lame. L'un souhaitant baisser le prix, l'autre refusant de lui céder l'arme. Le zabrak finit par se saisir d'un bâton électrostatique et le menaça, réussissant même à faire augmenter le prix de l'objet. L'homme, une fois ses achats achevés, repartit au pas de course tandis que nous restâmes interdites.

    samedi 04 mars 2017 - 13:21 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ThaliaRaven

    ThaliaRaven

    1094 Crédits

    Kinsa alla à la rencontre des deux inconnus et les saluas, elle semblait bien les connaître et nous présenta Zefir et Deran Soon avec qui nous nous assîmes –sur un espace dont la propreté était plus que suspecte- et parlèrent de la mission. C’est ainsi que nous partîmes retraversant un dédale de rues qui étaient cette fois mieux fréquentés, à mon grand soulagement et nous arrivâmes dans un petit appartement prévu pour deux personnes, et qui avait des lits pour le plus grand bonheur de Zadyssa qui se jeta dessus. Kinsa, quant à elle partit faire une petite méditation tandis que Zadyssa et moi fîmes plus ample connaissance avec Zefir et Deran. Nous parlâmes de tous et de rien la discussion dériva tout d’abord sur notre intrusion dans le vaisseau de notre maître, ce qui ne manqua pas d’amuser les deux Togrutas, puis Zadyssa commença à parler de Kinsa…


    Zadyssa : Un moment, je pense la connaître, mais l'autre... elle est si expressive, mais pourtant si renfermée... Si...


    Zefir : Si Mandalorienne ? Les Mandaloriens sont compliqués, tu le verras très vite, même s'ils n'en ont pas l'air au premier abord. Et le fait d'être Jedi complique encore la situation...


    Zadyssa acquiesça lentement, songeuse. Un court silence s'installa, que Kinsa brisa.


    Kinsa : Dites donc, la méditation ne signifie pas la surdité !


    Je sursautais et me retournais vers mon maître qui s’approchait de nous s’apprêtant certainement à poser une question que Zadyssa appréhendait, vu sa tête. Je décidais de créer une diversion.


    Moi : Alors, quelqu'un a une idée sur la manière dont nous allons enquêter sur ce fameux gang ?


    Zadyssa faillit soupirer de soulagement et s'empressa de me répondre.


    Zadyssa : Eh bien, s'ils sont les plus influents dans les bas-fonds, on pourrait peut-être s'y rendre et les observer discrètement pour déterminer leurs habitudes, bien que ça ne m'enchante pas spécialement...


    Moi : On pourrait peut-être même en suivre un afin qu'il nous conduise au lieu où se trouve leur chef. On en apprendra sûrement plus là.


    Nos regards se dirigèrent vers Kinsa qui réfléchissait, après un long moment elle finit par sourire.


    Kinsa : Tout bon ! Allez, prenez vos affaires et on s'y rend !


    Moi (étonnée) : Maintenant ?


    Kinsa : Yep, la journée n'est pas finie.


    Je me levais et pris comlink, blaster et sabre, comme Zadyssa et y ajoutais les quelques friandises restantes -c'est à dire très peu. Puis nous repartîmes dans les rues bondées qui me semblaient encore plus pleines qu’au paravent. Je décidais finalement après avoir manqué de peu de perdre une nouvelle fois Kinsa de me tenir à une de ses manches pour ne plus la quitter. Zadyssa m’imita et nous restâmes ainsi, tel des moules accrochées à leur rochet.


    Zadyssa : Je me demande si les habitants ont déjà vu leur ville sans bouchons...


    Moi : Le jour de sa création, peut-être.


    Ma réponse la fit sourire Un remous de la foule nous força à avancer d’avantage, ou plutôt à nous faire avancer Kinsa et moi, car nous avion perdu Zadyssa. Je secouais la manche de mon maître pour lui faire comprendre le problème. Nous cherchâmes immédiatement Zadyssa regardant dans tous les sens. A un moment je vis un mouvement étrange : une série de dominos humains s’était créé et je reconnaissais bien en plein milieu de celui-ci Zadyssa, qui était à deux doigts de se transformer en crêpe. Kinsa s’élança vers son padawan et la tira de la masse.
     

    Kinsa : Tu ne comptais pas te transformer en crêpe, j'espère ?


    Zadyssa : Non, non. Merci !


    Kinsa : On aura tout le temps pour s'attirer des problèmes, pas besoin de le faire maintenant !

    Nous continuâmes notre route pendant quelques minutes avant d’arriver au seul endroit dans lequel je ne voulais pas aller : les magnifiques et parfumées ruelles de gangs et marchés noirs en tous genres. Je respirais un grand bol d’air afin de me calmer.


    Zadyssa : Rappelez-moi qui a eu cette idée ?


    Kinsa et moi : Toi.


    Zadyssa : D'accord, c'est moi qui l'ait dit à voix haute. Mais avouez que vous le pensiez aussi...
    Je ne répondis pas, à vrai dire je ne pensais pas exactement à ça… Kinsa se tourna vers nous.


    Kinsa : Ouvrez l’œil. Soyez attentive au moindre mouvement suspect. Faites comme si vous avez l'habitude de déambuler là-dedans. Et répétez-vous le point trois.


    Plus facile à dire qu’à faire pensai-je intérieurement. Je suivis Zadyssa et Kinsa tout en me collant à elles. Nous avançâmes ainsi dans les ruelles étroites parsemées de coins sombres où se cachaient mendiants et truands. Cette atmosphère ne disait rien qui vaille. Je sentais déjà mes poils se hérisser et Kinsa ne cessait de nous jeter des coups d’yeux nerveux et pour compléter le tableau, ce fut à ce moment nous entendîmes des éclats de voix. Nous nous approchâmes, Kinsa et Zadyssa devant, moi sur leurs talons pour voir de quoi il s’agissait. Ce que je vis ne m’impressionna guère, j’étais habituée à ce genre de spectacles dans les bas fonds de Takodana.

    En face de nous, dans un recoin, un Zabrak et un homme se disputaient pour une vibro-lame qui était d’une taille impressionnante, l’un des deux voulait bien entendu baisser le prix tandis que l’autre refusait de lui céder l’arme, le cas typique de ces marchés douteux. Je priais intérieurement pour que cela ne se finisse pas mal, mais à mon plus grand bonheur le vendeur se contenta juste de récupérer l’arme afin de menacer l’acheteur et augmenta le prix de l’article au passage. La scène se finit avec l’homme repartant rapidement avec son achat dans une direction tandis que le Zabrak en prenait une autre. A ce moment là nous nous regardâmes toutes les trois avec la même idée trottant derrière la tête, aucun mot ne fut prononcé, nous suivîmes juste Kinsa. C’est ainsi qu’une Jedi et deux padawans en habits de civils filèrent un Zabrak aux airs louches à travers des ruelles sombres et mal fréquentées et c’est aussi ainsi que ce petit groupe perdit la trace du dit Zabrak et se retrouva momentanément seul.


    Kinsa regarda autour de nous, cherchant une possible sortie. Il n’y en avait aucune. Nous entendîmes un bruit de pas venant dans notre direction. Nous fîmes volte face. Je déglutis nerveuse, nous avions de la visite.


    mardi 28 mars 2017 - 21:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12216 Crédits Modo

    Après une balade citadine qui n'avait rien d'une promenade de santé, nous trouvons enfin quelque chose...ou plutôt quelqu'un d'intéressant. Il s'agit d'un Zabrak que nous avons aperçu en train de vendre une vibrolame à un humain. Eh bien ! Soit nous avons de la chance, soit ce gang est si important que ses membres sont littéralement partout. Nous décidons d'un commun accord de filer ce Zabrak...mais hélas la foule est si dense que nous le perdons vite de vue.

    Moi : Haar'chak !
    Ellyne : Ce qui veut dire...?
    Moi : Quelque chose de très malpoli. Vous arrivez encore à voir quelque chose ?
    Zad' et Ellyne, en chœur : Non, rien !

    Soudain, la foule s'efface brusquement, comme par magie, et nous nous retrouvons seule dans une ruelle déserte. Aussitôt, par pur réflexe, je mets la main sur mon blaster, rangé près de ma ceinture, et chuchote aux padawans :

    Moi : Ne sortez pas les sabres et n'utilisez pas la Force de manière visible, je ne veux pas qu'on sache que nous sommes des Jedi.

    Juste à temps. Deux secondes plus tard, nous sommes entourées par une dizaine de malfrats de tout genre et de toutes espèces, aux mines peu amicales et bardés d'armes dont la plupart sont illégales et formellement interdites dans presque tous les secteurs de la galaxie. J'aperçois notamment un disrupteur de classe X7, le genre d'arme qui, si elle vous atteint, vous transforme en un petit tas de cendre fumantes en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Je l'ai déjà vu faire son oeuvre et franchement...je ne meurs pas d'envie de renouveler l'expérience. Donc, en priorité, le désarmer en cas de combat.

    Leur meneur, un Nautolan (une espèce pour qui j'ai toujours eu de la sympathie, puisque Freyler, mon meilleur ami d'enfance, en est un), ne paraît pas plus amical que ses bouledogues. Son œil droit est barré par un cicatrice qui paraît plutôt ancienne ; étonnant puisqu'il ne doit pas avoir beaucoup plus de vingt-cinq ans. Puis, je me remémore les cicatrices que j'avais déjà quand j'avais à peine dix ans et me dis que ce n'est pas si invraisemblable que ça...

    Nautolan : Inclinez-vous !
    Moi : Donnez-moi une seule bonne raison de le faire...
    Nautolan, avec un sourire narquois : Mis à part le fait que nous sommes plus nombreux et mieux armés que vous ? Laissez-moi réfléchir...
    Moi : Je veux seulement parler, un affrontement serait désavantageux pour les deux camps.
    Nautolan : Ironique de la part de celle qui piste sans état d'âme un de nos membres. Vous ne trouvez pas ?
    Moi : Vous êtes le gang Ix-Tub, n'est-ce pas ? Je...
    Nautolan : Abattez-les.
    Moi : ...

    Vive comme l'éclair, je dégaine mes blasters et tire plusieurs fois dans le tas pour les forcer à s'éparpiller, avant de sauter sur le détenteur du disrupteur et le désarmer en un clin d'oeil : une petite prise qui enserre suffisamment le poignet pour qu'il lâche son arme. J'esquive un tir qui aurait pu faire un beau petit trou dans mon crâne et, d'un coup de pied retourné, expulse un des malfrats à quelque mètres. Il s'écrase comme une crêpe sur le mur.

    Un instant, je me concentre dans la Force pour faire appel à la prescience et pendant quelques secondes je me sens intouchable. Les tirs passent à côté de moi sans m'effleurer. Mais il est difficile pour moi de faire face à tant d'adversaires sans dégainer mon sabre, ni user de la Force, d'autant plus que je n'ai pas mis mon armure pour passer plus inaperçue. Je suis vite prise dans la mêlée.

    Heureusement pour moi, j'ai quand même emporté quelques accessoires ; je balance une grenade fumigène dans le groupe de malfrats. Quelques secondes de répit me permettent de reprendre mon souffle et d'élaborer une stratégie. L'adrénaline monte en moi et je repars à l'assaut.

    Dans la minute qui suit, je distribue coups à volonté, tout en esquivant les tirs d'armes aussi diverses que dangereuses. Toutefois, j'ai un avantage certain sur mes adversaires : mes réflexes dûs à la Force et mon expérience de combat en toutes sortes de milieux. Un moment, ils pensent m'avoir perdue, alors que je leur tombe dessus comme un faucon. Je m'appuie sur les murs pour prendre de l'élan et achève d'assommer mon dernier gangster. D'un coup d'oeil, je constate que Zadyssa et Ellyne s'acharnent toutes deux sur un bandit, que je me contente de paralyser avec un tir de blaster dans le dos. Ce n'est pas très sport, mais il vaut mieux en finir vite.

    À présent, il ne reste que le Nautolan borgne qui contemple tous ses compagnons qui gisent inanimés sur le sol. Bien entendu, aucun n'a perdu la vie, ils sont simplement soit paralysés soit en train de tirer un somme bien mérité. Avec un sourire amusé, je me place face au Nautolan et appelle mes padawans pour qu'elles me rejoignent.

    Moi : C'était pas mal, les filles (puis, en m'adressant au gangster soudain moins bravache). Vous allez m'écouter maintenant ?
    Nautolan : Je crois que vous m'avez convaincu... Je vous écoute.
    Moi : Je m'appelle Ailyn, membre des Soeurs de Ketho et je voudrais faire affaire avec vous...des affaires plutôt spéciales... Nous avons entendu parler de votre nouvel article...
    Nautolan : Vous avez trouvé la bonne personne. Je me présente : Nad Sugru. Un des lieutenants du gang Ix-Tub. Enchanté de vous rencontrer, Ailyn. Si vous voulez bien me suivre...

    Il nous fait signe et nous lui emboîtons le pas. Zadyssa et Ellyne restent un peu en arrière, prudentes. Elles savent aussi que c'est moi qui gère la situation... Bien sûr, il va falloir improviser. Les Soeurs de Ketho n'existent pas plus que je suis une criminelle de haut vol, et probablement vais-je devoir convaincre le gang Ix-Tub de la réalité de ces deux choses... Heureusement que je n'ai pas trop de difficultés à broder des mensonges autour d'un thème. Il faut dire que j'ai de l'entraînement...et des bons modèles !

    Nad : Dites m'en plus sur ces...Soeurs de Ketho, je suis curieux.
    Moi : Il n'y pas grand-chose à dire.... Nous sommes assez discrètes et nos rangs sont uniquement composés de femmes.
    Nad : Je suppose que ces deux jeunes filles sont également des vôtres ?
    Moi : Bien sûr, je les ai recueillies il y a cinq ans et les ai entraînées. C'est leur première vraie sortie, il faudra bien qu'elles s'adaptent à la vraie vie...
    Nad : Je ne suis pas moins d'accord... Et dites-moi, vous occupez une place importante au sein de votre organisation ?
    Moi : Plutôt oui, c'est pour cela que l'on m'a attribué cette tâche.
    Nad : Qu'est-ce qui a conduit une jolie poupée comme vous à intégrer notre monde ? Vous auriez aisément pu trouver un emploi moins...dangereux.
    Moi : Traitez-moi encore une fois de jolie poupée et l'effectif de vos dents sera considérablement réduit.
    Nad, souriant : J'aime les femmes à poigne... Vous m'êtes de plus en plus sympathique, mademoiselle Ailyn.

    samedi 01 avril 2017 - 11:50 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7818 Crédits

    Mission : Never say never

    À peine avions-nous perdu le zabrak que nous étions en train de filer que nous voilà encerclées par une dizaine de malfrats. Kinsa nous avait demandé au préalable de ne pas dégainer nos sabres ni d'user excessivement de la Force, ce qui était assez contraignant. Heureusement que le blaster et la prescience existaient, accompagnés de quelques mouvements au corps à corps.

    Ainsi, tandis que Kinsa était au coeur de la partie la plus virulente de la petite bataille, je m'occupai de mettre hors d'état de nuire les bandits qui tournaient autour du tas. Un tir pour l'un, quelques esquives à l'aide de ma prescience et un tir pour un autre. Je me baissai in extremis pour éviter un coup à la nuque qui aurait fait bien mal et balayai les jambes de celui qui avait tenté de m'avoir. Par chance, il n'était guère costaud et je pus le paralyser à l'aide de mon blaster.

    J'avisai Ellyne qui était aux prises avec un humain à l'allure imposante et voulus venir l'aider, c'était sans compter un coup de poings dans les côtes me propulsa à terre. Je me débarrassai de mon opposant avant de venir lui prêter main-forte. À deux, nous parvenions à le faire reculer et Kinsa le paralysa d'un simple tir dans le dos.

    Par la suite, le nautolan qui paraissait être le meneur de ces gangsters se révéla prompte à nous écouter. Kinsa lui déballa donc tout un mensonge sur des certaines Sœurs de Ketho et des affaires assez spéciales comme quoi elle avait été mandatée pour acquérir le nouvel article qu'ils avaient obtenu. Immédiatement, Nad sembla intéressé et se décida à nous mener je-ne-savais-où pour faire affaire, n'oubliant pas de questionner mon maître à propos des  Sœurs de Ketho. De mon côté, j'écoutai d'une oreille distraite, occupée à parcourir du regard les lieux que nous traversions. Bien évidemment, je faisais en sorte de retenir ce qu'elle disait, afin de ne pas nous créer de problèmes plus tard, mais... qu'est-ce que c'était troublant d'être dévisagée de la sorte ! En effet, la plupart des passants s'écartaient sur notre chemin, nous observant avec peur, voire mépris. Et... je devais bien avouer que cela me faisait très bizarre. Ça me rappelait ce jour-là... je préférais ne pas y penser.

    D'ailleurs, je n'en avais pas le temps : Nad se stoppa devant une petite porte dans un coin éloigné d'une ruelle abandonnée, une fois ouverte, elle dévoila un sombre escalier qui s'enfonçait dans le sol et l'obscurité. Je frissonnai. Ce genre d'endroit où mettre les pieds m'horripilait... trop compliqué d'installer l'électricité, ou quoi ?

    Nad : Le chef vous attend en bas.
    Kinsa : Le ?

    Il eut un sourire hautain et quelque peu fier.

    Nad : Vous avez bien demandé à faire affaire avec notre dernier produit, non ? Une affaire spéciale, comme vous dites, Ailyn. Vous ne serez pas les premières à espérer obtenir notre bien. Il va falloir débourser du crédit. Alors veuillez me suivre.

    Nous lui emboîtâmes le pas tandis que j'adressai un regard étonné à Kinsa. Est-ce qu'elle était au courant de l'existence de ce fameux produit ? Elle me répondit par un sourire satisfait.

    L'escalier déboucha sur une pièce pleine de monde. Tous les regards convergèrent dans notre direction et je fis de mon mieux pour rester stoïque... plus facile à dire qu'à faire. Au centre de celle-ci, je remarquai la présence d'un humain d'apparence chétive, regard bleu-gris, cheveux courts et châtain clair, grand mais semblant remarquablement charismatique. Un silence de mort régnait. Nad s'approcha, mains dans le dos, respectueux.

    Nad : Je vous présente trois des membres des Soeurs de Ketho. Elles souhaitent l'obtenir.
    Homme, pour nous : Les Sœurs de Ketho. Jamais entendu parler.
    Kinsa : C'est une organisation discrète. Et bien entendu, nous ne comptons que des femmes dans nos rangs.
    Homme : Qu'est-ce qui vous pousse à vouloir vous procurer une telle arme ? La somme que vous aurez à dépenser est... considérable.
    Kinsa : Le montant s'élève à combien ?
    Homme : Vous êtes très terre-à-terre...
    Kinsa, ne lui laissant pas le temps de finir : Concernant nos raisons... elles ne concernent que nous.

    L'humain s’entre-tenus longuement avec une Terellienne, avant de revenir vers nous. Je remarquai que... dans sa main droite... je clignai plusieurs fois des yeux, assez surprise, avant de commencer à spéculer.

    Homme : Je me nomme Reyd. Commençons tout de suite. Le prix à payer pour notre fusil désintégrateur est de cent milles crédits.

    Kinsa ne réagit absolument pas au prix, ni à la nomination de ledit produit. Pour ma part, j'étais dans le floue, un fusil désintégrateur ne me disait pas grand-chose. Et puis... j'étais plus occupée à autre chose...

    Reyd : Vous n'êtes pas sans savoir que c'est une arme ayant la capacité de réduire la matière à l'état de molécules... eh bien celui-ci a été modifié par nos soins. Désormais, sa capacité s'étend dans un rayon de quatre mètres autour de la cible visée. En bref, si je vous tire dessus, mademoiselle... (il regarda à l'intérieur de sa main droite avant de nous observer avec un air aussi hautain que Nad :) vos deux acolytes subiront le même sort que vous.

    Je sentis Ellyne trembler, à mes côtés. Je devais bien avouer que j'espérai ne pas avoir eu la même réaction, mais... je n'en étais absolument pas certaine. Une telle arme dans les mains de brigands de cet acabit, c'en était effrayant. Ce fut à ce moment là que mes souvenirs se précisèrent, et je m'exclamai presque involontairement :

    Moi : Vous avez besoin d'anti-sèche pour vous rappeler les fonctionnalités de l'article ?
    Reyd, offusqué : Pardon ?
    Moi : La paume de votre main droite. Il y ait noté par point ce que vous venez de nous dire...
    Reyd : Ah oui ? (se tournant vers Kinsa:) Une telle insolence venant de vos rangs ! je ne...
    Kinsa : Bon, cette mascarade a assez duré. Tu n'es pas le chef de ce gang. Non. Certainement pas. C'est toi.

    Surprise, je suivis la direction pointée par son doigt et aperçu un homme aux mêmes yeux bleus, ayant cependant des cheveux noirs frisés, relativement long et une barbe. Il avait par ailleurs une allure plus imposante et militaire que Reyd. Un silence se fit dans l'assemblée, puis il explosa de rire. Son hilarité dura un certain temps et personne ne se risqua à l’importuner. De notre côté, nous attendions patiemment qu'il se calme, bien que je constatai qu'Ellyne n'était absolument pas à son aise. Je lui adressai donc un petit regard réconfortant malgré le fait que je n'en menai pas large non plus.

    Homme : C'est exact ! Comment as-tu deviné ?
    Kinsa : Vos hommes. Leurs postures est formelle et vous semblez les intimider, vu leurs têtes.

    Il redoubla de rire avant de se calmer. C'était un sacré cas, celui-là...

    Homme : Tu as raison. C'est un moyen de savoir à qui nous avons à faire... Vous êtes très perspicaces, tous.

    Il se tourna vers Ellyne et parut attendre qu'elle dise quelque chose. Finalement, elle prit la parole :

    Ellyne : Un... un négociant n'annonce jamais le prix avant les qualités de l'arme. Ça fait fuir les clients. Et... il en rajoute toujours...

    À nouveau, il explosa de rire et nous dûmes attendre qu'il ne se calme pour reprendre la discussion.

    Homme : Demain. Revenez demain avec l'argent et le fusil sera à vous.
    Kinsa : Nous ne viendrons pas avec des crédits. Mais avec une arme bien plus redoutable que votre fusil désintégrateur.
    Homme : Que... Pourquoi ?
    Kinsa : Vous n'avez pas idée des améliorations que nous pouvons apporter à ce fusil, et nous en avons besoin pour un but précis.

    Sans un mot de plus, elle tourna les talons et nous la suivîmes à l'extérieur avant de prendre le chemin du retour après nous être assurées que personne ne nous suivait. La foule était moins dense mais nous fûmes tout de même ballonnées dans tous les sens, ce qui acheva de me fatiguer. La journée avait été longue...

    Je retrouvai avec soulagement le calme de l'appartement. Kinsa entreprit de nous faire un bilan de ce que nous avions appris, en compagnie des deux Twi'leks. Après avoir mangé un bout, avoir pris un bon bout de temps pour faire tourner la douche, le problème des lits s'imposa : il n'y en avait que deux. Certes, assez large, mais deux tout de même.

    Deran : Je peux...
    Kinsa, le coupant : Deran et Zefir, vous pouvez dormir dans le même lit, je pense. Zadyssa et Ellyne aussi. Il vous faut une bonne nuit de sommeil, pour demain. Quant à moi, je vais monter la garde, on ne sait jamais. On changera les rôles au second tiers.
    Moi : Je le prends, alors !
    Ellyne : Le troisième pour moi, donc.

    Sans perdre un instant, nous sautâmes sur le lit dont un côté était collé contre un mur. Ellyne alla au fond, devant se réveiller plus tard que moi. Il n'y avait pas énormément de place non plus, mais ça passait.

    Ellyne, après quelques secondes : Zadyssa, tes cheveux ont peut-être bon goût, mais je veux pas les manger !
    Moi : Et moi, je ne veux pas de montrals comme dîner !

    Il y eut un silence de quelques secondes avant que nous n’éclatâmes de rire. Puis, je m'endormis assez rapidement, prête pour la journée qui allait suivre celle-ci.

    samedi 01 avril 2017 - 17:01 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    11147 Crédits Modo

    Mission : L’attaque du Dragon Krayt
    Date : an 178 ap. BY.
    Lieu : Tatooine
    But : Empêcher une organisation contrebandière de nuire.
    Statut : Non-canon
    Participants : Galen Arek (Chevalier Humain de Tython), Ilan Yunixy (Padawan Korunnai), Lysandre Yawnez (Padawan Togruta)


    La quatrième lune de Yavin voit arriver une agréable semaine de printemps et toute la jungle semble retrouver ses couleurs verdoyantes après le passage de la neige il y a plus d’un mois. On peut autant en dire pour le temple massassi qui sert officiellement d’Académie Jedi. Le bâtiment est quotidiennement agité, notamment avec la reprise en main de certaines classes par de jeunes chevaliers accomplis, et les élèves habitant les locaux vont et viennent un peu partout.

    Et c’est particulièrement dans la Salle Commune des Padas, la « cantina » de l’Académie où les résidents vont souvent y mettre les pieds, que se déroule ce qui va se passer.
    Je suis tranquillement installé derrière le comptoir du bar, à faire la vaisselle et refaire l’inventaire des boissons et consommations pour une prochaine course. Comme la Salle est calme avant qu’il n’y est une prochaine tempête de padawans, j’ai allumé l’écran holographique qui sert de télé et je l’ai mise sur le canal de l’HoloNet. J’aime faire mes tâches ménagères en regardant ou écoutant parfois la chaîne galactique d’informations pour être au courant de tel évènement. Eh oui, la connaissance passe aussi par l’information. L’HoloNet présente des cas plutôt politiques ou des actualités qui me semblent faire partie du degré de normalité et aucune d’entre elles n’est particulièrement intéressante pour l’instant.
    D’ailleurs, mes deux padawans aux bras sur leur table et d’humeur ennuyée me le font remarquer.

    Ilan : - Galen ? Tu peux changer de chaîne, s’il-te-plaît ? Y a rien d’intéressant là.
    Moi : - Patience Ilan. Il faut toujours faire attention aux moindres informations qui passent, même les moins intéressantes. Parce que parfois, il suffit d’un moment pour en voir arriver une qui intéresse.
    Lysandre : - Je trouve que c’est quand même long comme moment. (Il reporte son attention sur l’écran.) Tiens, ils vont passer un documentaire sur Tatooïne.

    En effet, l’HoloNet passe à l’instant le début de ce qui semble être un documentaire sur la planète lointaine et désertique de la Bordure Extérieure. Les premières images montrent en vue satellitaire la planète s’éclairant peu à peu à l’apparition de ses deux étoiles. Je termine mon activité puis rejoint mes deux élèves pour regarder le documentaire et je me demande si le jeune togruta natif de cette planète allait commenter chaque information.

    Moi : - Dis-moi Lysandre, est-ce que par hasard tu voudrais donner… ?
    Ilan : - Lysandre !

    Le jeune togruta est immobile, la tête en arrière, et il est inconscient. Je me précipite pour essayer de le réveiller, tantôt en le secouant tantôt en l’appelant par son nom, mais Lysandre ne bouge pas et ne donne aucun signe de conscience. Je m’inquiète et je compte demander de l’aide de Weedge pour le faire revenir à lui, quand soudain…

    Lysandre : - Galen ?
    Moi (avec Ilan) : - Lysandre ! (puis tout seul) Sacré nom ! Tu m’as fait une peur bleue ! Qu’est-ce qui s’est donc passé ?
    Lysandre : - Je… regardais le début du documentaire sur Tatooïne et j’ai eu un flash devant les yeux… J’ai… J’ai vu un village typique de la planète et… Galen, le type que j’avais fait arrêter il y longtemps, il est revenu. Et il a rassemblé d’autres contrebandiers pour faire une mauvaise chose.
    Ilan : - Quelle mauvaise chose ?
    Lysandre : - Je ne sais pas. J’ai seulement entendu un rugissement terrifiant à la fin, avant de me réveiller de… cette vision.
    Moi : - Quelque chose me dit qu’une petite excursion sur Tatooïne ne nous ferra pas de mal. Ilan, Lysandre, filez dans vos chambres et préparez vos affaires. Je vous attends au hangar à vaisseaux.

    Les deux padawans quittent ensemble la Salle tandis que j’éteins l’écran pour ensuite fermer la pièce durant mon absence. Je fais un rapide saut à ma chambre pour récupérer quelques bricoles, réveiller R1 pour qu’il m’accompagne et ensuite me rendre dans le hangar à vaisseaux. R1 et moi, nous faisons démarrer une petite navette puis nous attendons que les deux retardataires arrivent. Ilan et Lys’ arrivent enfin et nous pouvons monter dans le vaisseau. Je remarque entre-temps qu’Ilan est perturbé.

    Moi : - Un souci, Ilan ?
    Ilan : - Ben… Je viens de croiser Zad et Ellyne qui se cachaient et elles ont l’air de vouloir suivre Kinsa, qui part en mission sans elles. C’est qu’elles ont dit.
    Moi (rigolant) : - J’en connais une qui va voir rouge en les voyant.

    Notre navette décolle enfin, avec moi au pilotage, et je manœuvre afin de sortir de l’atmosphère de la planète. Une fois dans l’espace, R1 entre les coordonnées de la planète Tatooïne et j’active la lancée en hyperespace, nous envoyant dans un immense couloir à vitesse-lumière.

    dimanche 02 avril 2017 - 11:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ThaliaRaven

    ThaliaRaven

    1094 Crédits

    Mission : Never say never.




    Nous voilà dans une salle posture, entourés d’un comité d’accueil peu sympathique. Après un court échange entre Kinsa et leur chef, une bataille éclate. Je me retrouve donc à combattre pour la première fois des ennemis enragés avec pour seule arme un blaster et ma technique –qui s’avère être beaucoup moins avancée que celle de Kinsa qui s’en sort comme sur des roulettes, il semble que les bagarres soient son quotidien. Je m’en sors finalement plutôt bien, excepté avec mon dernier opposant pour lequel j’ai du recourir à l’aide de Zadyssa et de Kinsa qui l’achève avec simple coup de blaster. Il ne reste donc de ce charmant petit groupe que son chef qui s’empresse de nous écouter. Kinsa ne manque pas de me surprendre en déballant toute une histoire qui changeait ainsi notre statut. Je passais donc de padawan en mission à membre des Soeurs de Ketho, société secrète entièrement composée de femmes qui voulait acheter « l’arme » du gang Ix-Tub. Après cette petite discussion le nautolan nous mena jusqu’à son repère, où nous rencontrâmes la bande et leur chef, Reyd qui ne manqua pas de nous déballer les capacités de l’arme prodigieuse.


    Reyd : Vous n'êtes pas sans savoir que c'est une arme ayant la capacité de réduire la matière à l'état de molécules... eh bien celui-ci a été modifié par nos soins. Désormais, sa capacité s'étend dans un rayon de quatre mètres autour de la cible visée. En bref, si je vous tire dessus, mademoiselle... (il regarda à l'intérieur de sa main droite avant de nous observer avec un air aussi hautain que Nad) vos deux acolytes subiront le même sort que vous.


    Je frissonnais rien qu’à la pensée de mon corps transformé en un tas de poussières.


    Zadyssa : Vous avez besoin d'antisèche pour vous rappeler les fonctionnalités de l'article ?

    Reyd interloqué : Pardon ?

    Zadyssa : La paume de votre main droite. Il y ait noté par point ce que vous venez de nous dire...

    Reyd : Ah oui ? (se tournant vers Kinsa:) Une telle insolence venant de vos rangs ! Je ne...

    Kinsa : Bon, cette mascarade a assez duré. Tu n'es pas le chef de ce gang. Non. Certainement pas. C'est toi.


    Elle désigna du doigt un autre homme plus imposant qui se cachait dans la masse. Celui-ci se mit alors à rire pendant un certain temps qui me parut de plus en plus long. Lorsqu’il eut enfin fini il se tourna vers Kinsa.


    L’Homme : C'est exact ! Comment as-tu deviné ?

    Kinsa : Vos hommes. Leurs postures est formelle et vous semblez les intimider, vu leurs têtes.

    L’Homme : Tu as raison. C'est un moyen de savoir à qui nous avons à faire... Vous êtes très perspicaces, tous.


    Il se dirigea alors vers moi. Je déglutis. Je savais qu’il s’attendait à ce que je dise quelque chose, mais quoi. Je mis toute mon énergie et ma concentration dans la recherche de cette réponse. Et je la trouvais.


    Moi : Un négociant n'annonce jamais le prix avant les qualités de l'arme. Ça fait fuir les clients. Et il en rajoute toujours.


    Espérant n’avoir pas trop bafouillé, j’attendis la réaction de l’homme. Celui-ci éclata de rire. Je fus rassuré, c’était passé. Finalement il y avait quand même du bon dans le fait d’avoir grandi dans ce genre de quartiers…


    L’Homme : Demain. Revenez demain avec l'argent et le fusil sera à vous.

    Kinsa : Nous ne viendrons pas avec des crédits. Mais avec une arme bien plus redoutable que votre fusil désintégrateur.

    L’Homme : Que... Pourquoi ?

    Kinsa : Vous n'avez pas idée des améliorations que nous pouvons apporter à ce fusil, et nous en avons besoin pour un but précis.


    Sans leur laisser le temps de répondre, Kinsa partit, Zadyssa et moi sur les talons. Nous revîmes à l’appartement et après avoir discuté avec les deux Twi'leks, nous nous couchâmes. Deran et Zefir dans un lit et Zadyssa et moi dans l’autre. Kinsa prenait le premier tour de garde, ensuite venait le tour de Zadyssa et je finissais.
    Le lendemain après avoir dormi peu, les cheveux de Zadyssa avaient très mauvais goût, Kinsa nous fit un débriefing de ce que nous allions faire. Au programme petite balade dans la ville, non pas touristique mais informative sur le gang, puis espionnage discret de leurs méthodes. Bref une journée pleine d’excitations qui s’annonçait captivante et surtout dangereuse !


    C’est donc pour la deuxième fois que je pris comlink, blaster et sabre et suivis Kinsa et Zadyssa à travers la ville. Nous prîmes un itinéraire différent cette fois-ci afin d’éviter de recroiser nos amis…
    Après une heures de marche , nous arrêtâmes dans une ruelle cachée des regards indiscrets. Je m’assis afin manger un morceau, -le fait d'être en mission n'écartait pas la faim habituelle- et me levais pour rejoindre Kinsa.  Il fallut bien évidemment que maladroite comme j’étais, je marche sur une planche pourrie et que je tombe dans un sous-sol caché qui sentait la putréfaction.


    Moi : Haaaaaa ! Ouie !

    Kinsa : Ellyne !

    Zadyssa : Ellyne tu vas bien ?

    Moi, qui se frotte la tête : Oui ça va, à part une bosse rien de cassé !

    Kinsa, qui soupire : Ouf. Est-ce que tu peux remonter ?

    Moi : Non il n’y a pas de prises, les murs, enfin je crois que ce sont des murs, sont trop lisses et la cave est trop profonde pour que je saute.

    Kinsa : Bon… est-ce que tu peux attraper la corde que je vais te lancer et remonter ?

    Moi : je pense que oui… haaa !

    Zadyssa inquiète : Ellyne tout va bien.

    Moi : Il y a des… des… choses en bas.

    Kinsa : Quoi ?

    Moi : Je ne sais pas mais, je sens comme une odeur de pourriture et…haaa ! Quelque chose a essayé de me monter dessus !


    C’était la première fois de toute ma vie que je me retrouvais dans cette situation. Jamais au grand jamais je n’étais tombée aussi bas, dans une sorte de caverne obscure qui sentait la mort et qui pullulait de je-ne-sais-quoi… Bref j’avais peur. Kinsa mit fin à mes lamentations muettes.


    Kinsa : Ne t’inquiète pas Ellyne, Zadyssa et moi allons descendre.
    J’entendis deux atterrissages à côté de moi suivis d’un craquement puis d’un cri. C’était Zadyssa.

    Zadyssa : Haaa ! C’est quoi cette chose ! Des ossements !


    Je me tournais vers mon amie et criais également.

    Moi : Haaa !

    Kinsa (qui a mal à la tête) : Bon c’est finit maintenant !? Vous pouvez arrêter de crier s’il vous plait, j’ai les oreilles qui saignent moi ! (Silence) Merci ! Et maintenant voyons comment sortir d’ici et… c’est quoi ça ? Haaa !

    Un rat sauta sur Kinsa qui l’envoya valser sur deux mètres en un coup de pied, suivi d’un magnifique cri. Je regardais Zadyssa qui affichait le même sourire que moi.


    Kinsa offusquée : Bon pas de quoi en faire un plat ! J’ai crié, j’ai crié ! Maintenant on va trouver la sortie.

    Zadyssa : Pouah ! C’est quoi cette odeur ?

    Kinsa : une odeur de putréfaction.


    Nous nous bouchâmes le nez avec notre main ou un mouchoir afin de ne pas respirer l’air infecté. Ce que je vis alors me combla d’effroi. Des corps étaient entassés au fond de la pièce et des rats couraient dans tous les sens autour. Je reculais et me heurtais à Zadyssa qui était dans le même état que moi. Elle serra ma main et nous restâmes un long moment jusqu’à ce que Kinsa nous ramène sur terre.


    Kinsa : Maintenant nous savons d’où vient l’odeur. Venez, on doit trouver un moyen de sortir d’ici.


    Consternées par les cadavres, nous mîmes beaucoup de temps à nous concentrer. Nous trouvâmes finalement un courant d’air qui venait d’une porte en métal renforcé, que Kinsa mit quelques minutes à déverrouiller à l’aide d’un arsenal d’étranges objets. A peine sorties on se retrouva dans un long corridor humide qui menait à une autre porte, à une dizaine de mètres de là. Avec le plus de discrétion possible nous traversâmes le couloir et pénétrâmes dans la pièce.
    C’était un bureau, plutôt petit où trônait une multitude d’objets en tous genres. Bouteilles, sculptures, armes, liquides suspicieux, crânes. Cette collection diverse me faisait froid dans le dos, et je pensais savoir à qui elle appartenait…


    Moi : Je crois savoir où nous sommes.


    Zadyssa et Kinsa me regardèrent interrogatives. Mon maître attendit que je poursuive, intéressée par ma suggestion.


    Moi : Je pense que nous sommes dans les quartiers du gang Ix-Tub.

    Kinsa : Possible, qu’est-ce qui te fait penser ça.

    Moi : La collection d’armes en tous genres et principalement « l’arme » qu’ils vendent en ce moment et les cadavres que nous avons retrouvé à notre arrivé, la cave doit être une sorte de dépôt pour ceux qui dérangent le commerce.


    Kinsa approuva mon hypothèse et nous commençâmes à rechercher discrètement. Zadyssa faisait le guet tandis que. Kinsa et moi cherchions des indices parmi les nombreux papiers qui trônaient en désordre sur le bureau. Après cinq minutes de recherche Kinsa trouva quelque chose d’intéressant caché dans un compartiment secret. Il s’agissait de nombreux plans et écrits sur les armes livrées. Nous n’eûmes pas le temps d’en savoir plus car Zadyssa nous donna l’alerte. Elle avait sentit quelque chose approcher, il nous restait quelques secondes pour filer à l’anglaise avant de nous faire prendre.
    Kinsa attrapa les plans et nous traversâmes le couloir à toute vitesse, retrouvâmes l’odeur pestilentielle de la cave et remontâmes avec difficulté –surtout moi- le haut mur. Après cette course qui nous avait mis hors d’haleine nous rentrâmes à l’appartement, où je pu enfin me poser pour la première fois de la journée.


    Ce message a été modifié par ThaliaRaven le dimanche 09 avril 2017 - 22:37

    mercredi 05 avril 2017 - 22:02 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12216 Crédits Modo

    Après une excursion très matinale (j'avais réveillé les filles à quatre heures du matin, ce qui avait entraîné une suite de lamentation à base de : "J'ai sommeeeeeeil !" et de "Pourquoi tu nous as réveillééééééées ?"), nous avions découvert la base souterraine du clan Ix-Tub. Une base assez morbide, soit dit en passant. Puis, nous étions revenues à l'appartement. Pour une courte durée, bien sûr. Je confiai les plans à Zefir pour qu'ils puissent décoder les fichiers informatiques alors que nous repartions de nouveau en vadrouille, au plus grand désespoir des padawans.


    Ellyne : On ne pourrait pas se reposer un peu ?
    Moi : Vous vous reposerez à l'Académie !

    Grimace des deux filles, avant de me suivre en dehors de l'appartement. Mais au dernier moment, j'entendis la voix de Deran nous héler :

    Deran : Kinsa ! Attends !
    Moi : Oui ?

    Je me retournai et fis face au Twi'lek ocre.

    Deran : Si vous cherchez des informations sur le gang Ix-Tub, il vaut mieux aller à la cantina. Ils suffit d'être convaincant et les habitués vous diront tout ce dont vous avez besoin. Et...je connais un type. Il a un passif avec ce gang et c'est un bon combattant. Il pourrait peut-être vous aider.

    Je consultai l'heure et grimaçai. Il ne restait pas beaucoup de temps avant le rendez-vous avec le gang. Et impossible d'aller à la chasse aux infos à la cantina et en même temps de rencontrer cet hypothétique allié. Je réfléchit durant quelques secondes. De toute évidence, je devrais choisir entre les deux.

    Une idée me vint soudain à l'esprit. Peut-être pas des plus prudentes, mais après tout, le risque zéro n'existait pas. Et puis, je faisais confiance à Deran...

    Moi : Deran, accepterais-tu d'aller parler avec les padawans à cet homme dont tu as parlé ? Cela me permettrait d'aller à la cantina pour m'informer.
    Deran : Pourquoi tu n'irais pas lui parler ?
    Moi : Parce que je n'emmènerai pas Zadyssa et Ellyne dans une cantina. C'est clair ?
    Deran : Dans ce cas...(avec un sourire amusé). Je m'occuperai bien d'elles, fais-moi confiance.
    Moi (gravement) : Je compte sur toi.

    Deran m'indiqua le trajet à faire pour se rendre à la cantina principale. Cinq minutes plus tard, je m'étais enfoncée dans les quartiers malfamés de la ville et je me félicitai d'avoir mis mon armure, cette fois, bien qu'à moitié dissimulée sous mon manteau. Tout d'abord pour son pouvoir d'intimidation, mais surtout pour les nombreuses armes qu'elle comprenait. Ainsi, en cas d'escarmouche, j'étais sûre d'en finir rapidement. De plus, ma condition de Twi'lek portait avec elle les nombreux préjugés que les gens avaient à l'égard de mon espèce

    Je n'avais jamais aimé les cantinas, sans doute parce que l'atmosphère de beuverie qui animait certaines d'entre elles me dégoûtait. Depuis toujours, j'avais eu du dédain pour l'alcool, et ce n'était pas en grandissant et en voyant les dégâts qu'il pouvait causer que cette considération avait changé.

    Je pénétrai dans la cantina avec prudence, en vérifiant que mon blaster était toujours à sa place et réprimai l'envie de me pincer le nez. L'odeur concurrençait presque les marais de Nal Hutta, pour dire. Des relents d'alcool mêlés à des odeurs de sueur rances dignes d'une bande de Gothals, voilà le parfum de la cantina qui portait le doux nom de "Au vieux blaster", ce qui donnait tout de même une indication assez parlante.

    La clientèle ne se privait d'ailleurs pas d'arborer leurs armes sans le moindre complexe. Je tâchai de rester discrète pour ne pas attirer l'attention tout de suite. Mon sabre laser, bien dissimulé, ne devrait servir qu'en ultime des ultimes recours.

    Je m'accoudai au bar en feignant une décontraction qui, bien évidemment, n'était qu'une façade. Mon regard balayait consciencieusement la cantina en tentant de déterminer qui serait le plus à même de lâcher les informations dont j'avais besoin. Peut-être cet homme à la grosse bedaine... Ou alors ce petit Rodien... Finalement, je décidai d'aborder une homme à la peau sombre, avec des tatouages mauves, qui me dévisagea de pied en cap avant de répondre à mon salut. Le fait que je sois une des seules femmes dans cette cantina ne m'échappait pas, ce qui me conduisit à être encore plus méfiante.

    Homme aux tatouages : Bonjour...vous êtes ?
    Moi : Je suis Ailyn Senaar (avec un sourire). Un verre ?
    Homme : Ma foi, volontiers. Une bière corellienne pour moi. Et pour la demoiselle ?
    Moi : Pas d'alcool.
    Barman : On n'a pas de boisson sans alcool ici, à part de l'eau.
    Moi : De l'eau alors.

    Le barman me dévisagea bizarrement, puis se retourna.

    Quelques minutes plus tard...

    Mon interlocuteur, complètement soûl, se montrait franchement désagréable. Ses insinuations, en particulier, ne me plaisaient mais, alors, pas du tout. J'avais de la patience. Mais toute patience avait ses limites, surtout celles des Mandaloriennes. Et quand il essaya de caresser mon cou, ma patience était déjà égouttée.

    D'un rapide mouvement, je me débarassai de mon manteau, laissant apparaître mon beskar'gam, et le gratifiai d'un coup de poing dans la mâchoire bien senti. Par malchance, plusieurs de ses acolytes vinrent le défendre. L'un d'eux m'attaqua de derrière, mais il était aussi discret qu'un Bantha dans un magasin de porcelaine ; sans me retourner je lui donnai un coup de pied dans les parties sensibles. D'un mouvement de la tête, j'esquivai une attaque et repoussai mes assaillants. Quinze secondes plus tard, ils étaient tous à terre et j'avais mon blaster en main, menaçant tous ceux qui se levaient pour participer à la bagarre générale.

    Claire et nette, ma voix résonna dans toute la salle :

    Moi : Puisque la manière diplomatique a échoué, je vais passer à une autre méthode : qui as des informations sur le gang Ix-Tub ?

    Une femme, vêtue elle aussi d'un beskar'gam, se leva à son tour et dégaina son blaster à elle pour me menacer. Je mis une fraction de seconde à la reconnaître : Rusaan Fett, héritière du clan Fett, agent de Mand'alore. Et, d'après mes souvenirs, très bonne combattante.

    Rusaan : Kinsa Talik !
    Moi : Je suis ravie de vous revoir, Rusaan. Quel bon vent vous amène ?
    Rusaan : Trêve de politesses, Talik. Qu'est-ce que vous faites ici ?
    Moi : Du tourisme...
    Rusaan : Très drôle.

    Nous restâmes à nous dévisager pendant quelques secondes.

    Rusaan : Eh bien, si j'étais vous, je choisirais un autre lieu pour faire du tourisme. Les Néo-Mandaloriens ont ici des affaires à régler, nous ne voulons pas que les Jedi y fourrent leur nez. Sinon, je serai obligée de faire un trou dans votre tête.
    Moi, mentalement : Toujours aussi sympathique...(puis à voix haute). Je fourrerais mon nez où je veux. Allez dire ça à Mand'alore.

    samedi 08 avril 2017 - 11:33 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7818 Crédits

    Mission : Never say never
    Après avoir été réveillée aux aurores par Kinsa, après avoir découvert les quartiers peu accueillants du gang Ix-Tub, après avoir récupéré des plans, après être enfin rentrée à l'appartement, je m'attendais à pouvoir me poser une petite heure, au moins. Baliverne ! Nous voilà prêt à repartir à la chasse aux informations ! Je fis la moue mais suivis tout de même mon maître à l'extérieur. Cependant, Deran nous héla :

    Deran : Kinsa ! Attends !

    Kinsa se retourna et nous suivîmes son exemple. Le Twi'lek nous suggéra de nous rendre à la cantina, si nous voulions trouver des renseignements sur le gang, mais également de rencontrer une certaine personne ayant côtoyé celui-ci et qui pourrait peut-être nous aider. Je me tournai vers mon maître en me demandant ce qu'elle allait décider... finalement, elle choisit d'aller elle-même à la cantina et de nous laisser sous la garde de Deran pour partir à la recherche de ce susceptible allié. D'un côté, j'étais tout à fait ravie de ne pas avoir à mettre les pieds dans un lieu pareil, mais de l'autre... Les séparations ne se passaient rarement comme prévues. J'espérai que nous serions chanceuses, sur ce coup-là.

    Une dizaine de minutes plus tard, Deran, Ellyne et moi déambulaient dans les bas-fonds de la ville. Le Twi'lek nous apprit qu'il avait donné rendez-vous à sa connaissance et nous nous rendîmes rapidement sur les lieux. Là, je me demandais sur qui nous allions tomber, en espérant que ce serait une personne désireuse de nous aider. Et puis... qu'est-ce qu'il fallait qu'on lui dise ? Est-ce qu'on devrait conserver notre identité de Sœurs de Ketho ou lui révéler que nous étions des Jedi ? Je n'en savais vraiment rien... Ce serait bête que notre allié se retourne contre nous et ne fasse tout échouer. Je n'eus pas le temps de réfléchir davantage qu'Ellyne engagea la discussion. Il était vrai que personne n'avait dit mot depuis un bon bout de temps.

    Ellyne : Vous pensez sincèrement que ce possible allié va nous aider ?

    Je me tournai vers Deran qui semblait être sur le point de répondre à sa question :

    Deran : Eh bien... je sais qu'il a un passif avec ce gang...

    Le Twi'lek n'eut pas le temps d'achever sa phrase que j'entendis des bruits de pas, puis, une voix qui me semblait forte familière s'éleva d'une ruelle miteuse et sombre située à notre droite :

    Voix familière : J'ai un passif et un présent, avec Ix-Tub.

    Je fis volte-face, la main sur mon blaster. Ellyne semblait dans un état d'alerte proche du mien. Et pour cause : ce possible allié n'était autre qu'un nautolan à l’œil droit barré d'une cicatrice. Nad.

    Deran : Oulà, du calme ! C'est lui, ma connaissance.
    Moi : Lui ?
    Nad : Comme on se retrouve ! Ailyn n'est pas là ?
    Ellyne, sur le qui-vive : Elle a d'autre chose à faire...
    Deran : Salut Nad, désolé pour l'accueil ! On aurait besoin d'informations, sur le gang Ix-Tub...

    Je fixai le nautolan, attendant sa réponse. Il n'avait pas l'air désireux de nous attaquer et je décidai donc de retirer ma main de mon blaster, restant toutefois aux aguets, ne savait-on jamais. Je n'arrivais pas à croire que ce serait lui, notre allié. Il nous avait pourtant certifié qu'il était lieutenant, ce que je jugeai assez haut placé dans la hiérarchie du gang. Par ailleurs, il n'avait pas hésité à lancer toute sa bande d'amis sur nous, la première fois que nous nous étions rencontrés... ce qui jouait légèrement en sa défaveur. À moins qu'il jouait double-jeu pour le compte de je-ne-savais-quel autre clan. Je secouai la tête. Cela ne servait à rien d'établir des hypothèses, mieux valait en apprendre plus sur lui, puisqu'il paraissait prêt à nous donner des renseignements.

    Les deux hommes se mirent d'accord pour débusquer un coin plus reculé, à l’abri des regards. Nous rejoignîmes donc le terrain vague où nous avions rencontré Deran et Zefir pour la première fois. Débusquant une place relativement propre, je m'assis, Ellyne à mes côtés, aussi tendue que moi.

    Nad : Alors, de quel type d'informations auriez-vous besoin ? Et pourquoi ?
    Ellyne : Des informations en tout genre...
    Moi, après avoir échangé un regard avec la togruta : ... pour savoir avec qui nous allons faire affaire.

    Nad nous dévisagea longuement et je fis de mon mieux pour me donner contenance, ce qui ne devait pas être très visible. Le nautolan, après quelques minutes de réflexions, se pencha en avant et se racla la gorge, comme s'il allait débuter un long récit :

    Nad : Je connais le gang Ix-Tub depuis longtemps. Avant, je faisais seulement affaire avec eux, de temps à autre. Je n'étais pas encore dans leurs rangs. À l'époque, j'avais une sœur également. Nous nous entendions très bien, mais elle, à ma différence, n'acceptait pas l'oppression du gang sur les occupants des bas-fonds. Vous ne devez pas être sans savoir qu'ici, ils sont l'autorité suprême.

    J'acquiesçai lentement, assimilant les dires du nautolan en sondant ses émotions pour être certaine qu'il ne nous mentait pas. J'effleurai une grande tristesse mêlée à une colère presque aussi forte et en déduisis que ce n'était pas le cas. Je sortis assez chamboulée de mes pensées mais parvins à conserver mon calme sans me trahir.

    Nad : Elle a essayé de se dresser contre le gang et elle l'a payée cher. De sa vie. Ils l'ont tuée. Ils l'ont tuée parce qu'elle représentait une menace. Ces... !

    Son poing se serra et il se mit presque à trembler de rage. Je jetai un coup d’œil à Deran qui ne disait rien, en me demandant s'il connaissait déjà l'histoire. Il reprit finalement son calme pour dire :

    Nad : C'est ce type de gang qu'est Ix-Tub.

    Je restai aussi interdite que songeuse. Toutefois, je n'eus pas l'occasion de réfléchir davantage : Deran se releva en époussetant ses vêtements.

    Deran : Ce n'est pas bon de rester trop longtemps ici. S'il vous arrivait la moindre chose, j'en connais une qui me tuerait.
    Nad : Ça ne me dérange pas de continuer la discussion ailleurs...
    Deran : Très bien. On n'a qu'à aller...
    Ellyne et moi : Dans un resto ! pour prendre le petit déj' !

    Je me tournai vers la togruta en riant de cette synchronisation. Et puis, nous n'avions rien avalé à quatre heures du matin, faute d'appétit, et nous n'en avions pas eu le temps tout à l'heure. De plus, il devait être neuf heures, désormais, c'était la bonne heure pour !

    Les deux hommes acceptèrent et nous nous retrouvâmes rapidement attablés dans une pièce où régnait une ambiance chaleureuse, mais peu occupée du fait de l'heure relativement matinale. Nous avions prévenu Kinsa  de l'endroit où nous étions, pour qu'elle nous rejoigne lorsqu'elle en aurait fini avec la cantina. Personnellement, je commandai un chocolat chaud et de quoi faire des tartines en me disant qu'il faudrait que je mange vite : c'est pas que nous avions un rendez-vous avec le chef du gang prochainement mais... si. La conversation que nous avions dû écourtée recommença à battre son plein.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le samedi 08 avril 2017 - 13:10

    samedi 08 avril 2017 - 13:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ThaliaRaven

    ThaliaRaven

    1094 Crédits

    Après un repos très bref de deux minutes nous repartîmes chercher des informations quand Deran nous héla et nous conseilla de nous rendre à la cantina. Kinsa suivit son conseil et nous laissa avec lui, aller voir son contact avec qui nous avions rendez-vous. Le contact se trouvait être Nad ce qui me surpris. Nous parlâmes avec lui du gang et de son passé, il nous raconta l'histoire de sa soeur. Puis nous partîmes dans un restaurant pour finir notre discussion et surtout manger !!!!
    Kinsa vint nous rejoindre une demi-heure plus tard alors que je finissais mon assiette. Elle n'avait pas l'air de bonne humeur, ais alors pas du tout. Elle s'assit lourdement sur sa chaise dans un silence pesant. Une mouche vola.

    Deran souriant : Alors comment ça s'est passé ?
    Kinsa ne souriant absolument pas : ...
    Deran : Je vois, tu as fais une mauvaise rencontre.
    Kinsa qui fait toujours la gueule : Ca ne te concerne pas..... Et vous de votre côté ?
    Zadyssa désignant Nad : On a ça.

    L'intéressé se tint soudainement droit prêt à faire un de ses petits discours habituels, ce qui n'avait pas l'air d'enchanter Kinsa.

    Kinsa pointant du doigt Nad avec une mine déconfite : C'est CA ton possible allié ?!
    Nad offensé : Je vous signale que le "possible allié" se trouve juste à côté de vous et vous entend !
    Kinsa l'ignorant : LUI qui a besoin d'antisèches pour parler d'une arme !
    Nad tentant de protester : Si vous saviez toutes les armes que je dois présenter...
    Kinsa l'ignorant toujours : J'espère au moins qu'il a des éléments à apporter, je n'ai pas envie de perdre mon temps pour rien !
    Nad : Oui le "potentiel allié qui-ne-sert-d'après-mademoiselle-qu'à-lui-faire-perdre-son-temps aurait éventuellement des éléments à apporter à la charmante madmoiselle vu qu'il se trouve qu'il occupe une pace importante dans le gang Ix-Tub.
    Kinsa qui semble être finalement intéressée par Nad : Nous t'écoutons alors !

    Nad déglutis, inspira profondément puis se lança. Il nous expliqua que le gang d'Ix-Tub était très inquiet car avait fait affaire avec les Néo-Mandaloriens et étaient désormais en dette. Les Néo-Mandaloriens leurs avaient fourni un stoc d'armes de MandalMotors et le gang ne les avaient pas payés.

    Moi : De combien est votre dette exactement ?
    Nad : Quinze mille crédis.

    Mon regard croisa celui de Zad, nous étions toutes les deux atterrées par la somme astronomique de la dette du gang.

    Kinsa : Vous vous rendez compte qu'ils sont déjà là !?
    Nad au bord d'une crise : Quoi ?!

    Je sentais que les choses commençaient à se gâter, ça promettait...

    mercredi 12 avril 2017 - 11:55 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    19032 Crédits Modo

    Never Say Never - Thème Musical


    Dans une arrière salle privée du Vortex, une discothèque des basfonds de Vaanyar, se trouvent trois individus. L'un d'entre eux est affalé sur un divan, un filet de sang au coin des lèvres. C'est un Dévaronien portant une veste cloutée, un genre de punk. Il n'a pas l'air rassuré. Face à lui se dresse un Mandalorien portant une lourde armure rouge et noire, armé d'un fusil désintégrateur unique en son genre qu'il semble examiner. Un peu en retrait, un jeune homme en bure noire de Jedi. Tout autour d'eux, des tables renversées, du verre brisé, et pas moins de cinq cadavres gisant sur le sol. Le bruit étouffé d'une musique aussi rythmée qu'irritante s'échappe de la porte derrière eux.


    Cera - Joli jouet... Tu vas maintenant nous dire gentiment où vous entreposez votre arsenal.
    Dévaronien - Je... Ne suis qu'un petit livreur! Je ne sais rien du tout!
    Cera - Peut-être. Mais tu dois connaître ceux qui dirigent le gang. Donne-nous des noms.
    Dévaronien - Ils me tueront si je vous révèle quoi que ce soit! Je ne peux pas!
    Cera - ... Soit tu nous dis ce qu'on veut savoir, soit je t'explose le crâne... Sinon, je peux aussi demander à Dark Spencer de venir soutirer ces informations en malmenant ta cervelle de moineau.
    Keller - Et crois-moi, tu n'aimeras pas ça.
    Dévaronien - Dark...?! Non!


    Ne sachant comment utiliser la Force pour convaincre les esprits faibles, Cera a souvent recours à l'intimidation. Méthode que Keller utilise lui aussi depuis toujours. Une fois n'est pas coutume, l'évocation du Cathar Sith, allié incongru depuis quelques années, suffit à faire parler le dealer Dévaronien. Celui-ci baisse la tête et lâche un nom péniblement.


    Dévaronien - Nad...
    Cera - Répète ça.
    Dévaronien - Nad! C'est un des lieutenants du gang...
    Keller - Et on le trouve où, ce Nad?
    Dévaronien - Notre prochaine livraison devait s'effectuer ce soir aux docks du spatioport, c'est tout ce que je sais!
    Cera - Vraiment? Tu es sûr que tu ne nous caches rien d'autre?
    Dévaronien - Non! Je le jure!
    Cera - J'ai l'impression que tu dis vrai... Tu ne nous es donc plus d'aucune utilité.
    Dévaronien - Attendez! Je vous ai tout dis!


    Le Mando braque alors son fusil sur le trafiquant d'armes paniqué. Ce-dernier n'a aucun moyen de se défendre, il est tué sur le champs sans aucune pitié. Son corps, percuté par le rayon désintégrateur dont la détonation a été couverte par la musique, disparaît en une seconde en même temps que le divan sur lequel il était recroquevillé, et laisse place à un petit tas de cendres fumantes. Cera se retourne vers son ancien padawan tout en examinant encore son arme. Malgré son casque on devine son air satisfait.


    Cera - Efficace.
    Keller - Vous êtes sûr qu'il disait vrai?
    Cera - Aucune raison d'en douter, ce n'est qu'une bande de petites racailles de bas étages. On trouve Nad, on trouve le gang.


    Le duo sort du Vortex en laissant l'arrière-salle pleine de morts derrière eux. Ils passent dans la salle principale dans laquelle la musique est assourdissante. Les danseurs et buveurs présents se demandent bien ce que fait un Mandalorien en armure intégrale dans pareil lieu, mais aucun ne prends le risque de l'approcher. Une fois à l'extérieur du club, ils s'écartent d'un groupe de badauds à qui l'on refuse l'entrée. Ordo décide de contacter Fett sans attendre.


    Rusaan (holo) - J'ai une nouvelle qui devrait t'intéresser.
    Cera - Parle, as-tu découvert la planque des Ix-Tubs?
    Rusaan (holo) - Non... Mais j'ai quelques noms et je suis tombé sur quelque chose de tout aussi intéressant. Quelqu'un, en fait. Quelqu'un que tu connais, que tu connais bien même.
    Cera - Arrête de tourner autour du pot et dis-moi ce que tu sais.
    Rusaan (holo) - Ton ancienne padawan, la descendante des Talik, est ici.
    Cera - Kinsa...
    Rusaan (holo) - Elle-même. Je l'ai croisé à la Cantina de la ville haute, elle avait l'air de mener l'enquête, même si elle a bien caché ses intentions.
    Cera - Elle est là pour le gang. On ne doit pas la laisser les trouver avant nous, elle risque de les livrer aux Jedi et notre opération sera un échec. Déployez le commando Ramikad immédiatement, qu'ils se tiennent prêts à intervenir en ville à tout moment. Je t'envoie les coordonnées du lieu de livraison, retrouve-nous là-bas.
    Rusaan (holo) - Ce sera fait. Fett, terminé.


    L'holo miniature disparaît, laissant Ceno et Keller à leurs réflexions sous les échos de la musique émanant du Vortex. C'est une surprise pour le Mandalorien de savoir Kinsa Talik présente sur Vaanyar. Comment avait-elle été au courant pour le gang? Savait-elle que les néo-Mandies enquêtaient sur eux? Sont-ce les Jedi qui l'ont envoyé? Ces questions devront trouver une réponse car Cera Ordo et surtout Davrel n'aiment pas que l'on marche sur leurs plates bandes. Trouver Nad ou trouver Kinsa, dans tous les cas tout ça ne peut que les conduire au gang qu'ils pourchassent.


    Keller - Et que comptez-vous faire pour la faire parler? Braquer un fusil sur elle?
    Cera - C'est une possibilité. Mais la connaissant, il y a des chances qu'il y ait du grabuge. Et puis, elle n'est peut-être pas seule.
    Keller - Intéressant.
    Cera - Fonce au lieu de rendez-vous pour repérer le terrain. Je t'y rejoins après avoir fait mon rapport à Mandal'ore et examiné les infos de Rusaan.
    Keller - Bien compris.



    Ce message a été modifié par Ordo le samedi 15 avril 2017 - 19:04

    samedi 15 avril 2017 - 18:14 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

67 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide