Base de Corellia - missions (page 4)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar denis_sith_

    denis_sith_

    2336 Crédits

    LE voyage hyperspacial venait de commencer. Je me dirigea dans l'autre pièce pour discuter de cette "mission" d'infiltration avec les 10 hommes.

    - Mais si vous êtes contre l'empire, pourquoi ne pas être dans la nouvelle république?
    - Car notre dirigeant prefere l'indépendance, tu devrai nous comprendre vu ta situation professionelle !
    - Oui c'est pas faux mais moi je suis neutre, malgrès quelques acrochages avec l'empire...Mais bon ce n'est pas le sujet, pourrait-je avoir le nom de votre chef?
    - Non nous n'avons pas l'autorisation de divulguer son nom.
    - O.K., pourrait-je avoir le nom de la planète de destination car j'ai entrer une planète au hasard au cas où l'empire m'en voudrai.
    - Nous devrions allez tout d'abbord à Nar-Shaddaa, chercher quelques hommes en plus et notre chef, puis ensuite nous déposer sur Kothlis , dans la vile, prêt de la forêt car notre base s'y situe, à partir de là nous agirons seul.
    - D'accord.


    Je sorti de l'hyperespace, apparaissant devant Kessel. Je reporgamais l'hyperespace puis le vaisseaux s'y lanca.

    Le voyage ne serai pas long, étant donné le peu de distance qui sépare les deux planètes...

    lundi 22 août 2005 - 00:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Oui, d'autant plus que le temps du voyage est nettement raccourci lorsqu'on sort de l'hyperespace un peu avant la destination prévue... c'est à dire un peu avant la frontière avec l'Espace Bothan.
    Et là... surprise, c'est la flotte d'un Amiral qui t'attend, avec 3 Destroyer Classe Impérial III et un Interdictor. Ce qui représente, voyons... un potentiel de 216 chasseurs TIE ;15 Star Wings Alpha XG-1 ; 45 Transports classe Delta Dx-9 ; 24 navettes Lambda ; 3 navettes Gamma et 6 TIE Shuttle.
    Le tout sans compter la flotte embarquée dans l'Interdictor...

    Loooool, tu vas devoir combattre !
    Evidemment, les Imper' ne vont pas envoyer des centaines de chasseurs pour arrêter ce qui à leurs yeux n'est jamais qu'une petite bande de hors-la-loi condamnables aux travaux forcés à vie. Donc, tu ne te reçois "que" 6 Tie Bomber envoyé par l'Interdictor et 6 chasseurs TIE envoyés par l'un des Imperial.
    Ce qui ne représente jamais que deux escadrilles de vaisseaux relativement moyens.
    Alors, tu fais quoi? Tu entraînes ces douze vaisseaux loin des Destroyer, histoire de faire un brin de ménage avant de faire un nouveau saut? Ou bien tu te fais prendre? Ou tu fonce à l'assaut des Destroyer? Ou tu te pisses dessus? Ou tu prie la galaxie d'être un peu gentille avec toi? Ou...

    Choisis, p'tit gars. Mais dis toi bien que les chasseurs TIE sont plus rapides que les Tie Bomber, ils arriveront donc plus vite. Leur vitesse est d'ailleurs assez comparable à la tienne, à moins que tu n'envoie la puissance dans tes moteurs (auquel cas tu es aussi rapide -et même parfois plus- qu'un A-Wing).

    J'ai envie de te dire bonne chance... Mais bon : moi, à ta place, je supprimerai ces douze là à l'écart, pusi j'attendrai que d'autres chasseurs ne s'ammènnent :D . Évidemment, je suis un vieux fou, mais bon...

    :jf:
    -------------------------------------
    Leader de la Guilde
    Un Vaurien membre du R.H.HU.M
    TERRIK

    [Ce message a été modifié par: Edoras le 23-08-2005 19:51]

    mardi 23 août 2005 - 19:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar denis_sith_

    denis_sith_

    2336 Crédits

    Me rapelant de vieux conseils d'un grand fou, je fit demi-tour et mi pleine puissance dans mes réacteurs.

    Les T.I.E. me suivirent, les chasseurs devant les bombardiers dérrière eux.


    Deux des hommes vinrent me voir et me demandèrent d'activer les toureles qu'ils contrôleraient.
    J'activa donc les tourelles et les deux hommes se mirent à tirer vers l'arrière.


    Etant assez loin des destroyer, je ralenti ma vitesse pour que les deu hommes puissent abattre les T.I.E. tout en esquivant leur lasers.
    Après qu'ils ont détruit les T.I.E. jentra les coordonée de Nar Shaddaa puis j'enclencha l'hyperespace.


    Après plusieurs heures dans le long tunel de l'hyperespace, nous en sortîmes pour apparaitre devant la planète que nous recherchions : Nar Shaddaa.

    -Vous pourriez me dire où se trouve vos hommes?
    -Nous nous sommes donné rendez vous dans notre hangars à vaisseaux, par là.


    Puis un tir laser vint nous froler.

    -Mais quesqu'il se passe? pourquoi ils nous tirent dessus?
    -Zut on à oublié e les prévenir, j'envoi un message.


    Après quelques laser évité de justesse, nous nous sommes posé, le temps de prendre les hommes et des arme puis nous reprirent la route de l'espace...

    mercredi 24 août 2005 - 00:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Là, tu savouras enfin un voyage sans encombres.
    Ca fait plaisir ^^ Tu te poses sans problème aucun, et tout se passe bien dans la pire des galaxies (quoique... on m'a parlé d'une certaine planète Terre, qui à elle seule arrive à faire de la Voie Lactée la pire Galaxie qui soit, passons...).
    Oh ! Pardon : tu renverses accidentellement un verre de jus de gralynin sur ta combinaison, à bord de ton vaisseau. Il faudra la conduire au pressing, mais ca devrait aller :D

    :jf:

    jeudi 25 août 2005 - 09:05 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar denis_sith_

    denis_sith_

    2336 Crédits

    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
    MISSION : transport-contrebande
    ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


    Alors que je me promenais devant la cantina, un homme plutôt bizarre s'approche de moi :

    - Bonjour, j'ai besoin d'un contrebandier.

    - Comment savez-vous que j'en suis un?

    - Hey bien, on va dire que tu es assez bien connu par quelques personnes que moi je connais...

    - Tu as quelque chose pour moi?

    -Oui, mais c'est assez risqué. Il faudrait que tu apporte une caisse de Sniper Blaster à un de mes contacts qui se situent sur Kashyyk, le problème c'est que la caisse en question est dans une base militaire désaffecté, gardé par une cinquantaine d' hommes qui travaille pour un adversaire de ce contact en question...

    -Cela semble être dans mes cordes. Comment s' appelle ton contact?

    -Voici le code pour lui parler, maintenant tu doit aller sur Tatooïne, la base se situe dans le désert, à 1000 kilomètres au sud de Mos Eisley.


    Je me dirigeais donc vers l' astroport de Corellia pour rejoindre mon bébé : mon YT-2000.
    Arrivé là-bas, j' entrais dedans et je tapais le code :

    -Bonjour, il y a quelqu'un ? C' est pour le contrat.

    -Oui, je suppose que mon collègue vous a donné toutes les infos qui peuvent vous aider.

    -Oui, mais pourquoi cette caisse est au main de quelqu'un d'autre?

    - Cette caisse m' était destinée, l' ennui c'est que cette homme fera toujours tout pour me nuire. Il c'est donc occupé de la caisse a ma place.


    Après une longue conversation, je mis les voiles et je sortais de l' atmosphère.

    J' entrais les coordonnées de Tatooïne et j' actionnais la manette d' hyperespace, puis les étoiles tourbillonnèrent.

    jeudi 23 mars 2006 - 21:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    J'étais arrivé hier en fin de journée, et j'avais passé la nuit dans le centre local de la Guilde. Au matin, affamé, je me décidai à me lever et sortis dans la fraicheur du matin.
    J'étais en face d'une jolie petite fontaine, et je trouvai Corellia bien charmante, pour une fois. J'étais venu pour régler un problème de barèmes et de secteurs pour nos employés locaux, et me dis qu'après tout, autant profiter de mon passage sur la terre des caractères bien trempés.

    Je me dirigeai donc vers la cantina locale et commandai au patron un café fort avec du sucre, accompagné de ce qu'il pouvait me trouver comme truc à base de céréales dans le coin. Il n'était que 7h30 du matin et pourtant, un Humain était déjà en train d'écluser ce qui semblait être son troisième verre de bière. Labibine, le patron, m'apporta mon café et deux miches d'un pain presque noir. Comme ses yeux, d'ailleurs : ils me disaient clairement que ce n'était pas le genre de commandes auxquelles il étaient habitué. Mais comme je me foutais de son avis comme de la guerre des Sith, je lui virgulai mon regard "y-a-un-lézard ?" 44bis.
    Un Devaronien descendis les marches menant à l'étage (ou, dans son cas, au rez-de-chaussée), bailla, s'étira et descendis les deux dernière marches, pour aller se planter à une table au fond de la salle, dos au mur.
    Aussitôt, mon cerveau surentrainé m'avertit que ce type était chelou jusqu'aux orteils, qu'il émanait de lui un âcre odeur de vieil andris non traîté (celui utilisé comme addictif et non pas comme condiment) et que, si je n'arrivais pas à me le rappeller à ma mémoire à cause de son espèce dont je n'ai jamais bien su reconnaître les membres les uns des autres, je pouvais toutefois être sur qu'il était le genre à pouvoir représenter à la fois un danger, et un partenaire commercial potentiel.

    J'avalai le pain et terminai le café, puis sortis un pot de graisse, un chiffon sâle et un blaster chargé. Du coin de l'oeil, je remarquai que le Devaronien, malgré le journal de Coruscant qu'il était en train de consulter, les pieds posés sur la table, avait marqué un temps d'arrêt.
    Sans lui porter attention, je me mis en devoir de démonter mon arme pour l'entretenir, car un blaster est comme un molosse zobérien : si vous prenez soin de lui, il vous aimera, vous sera fidèle et prendra soin de vous en retour. A l'inverse, le traiter comme un outil ou une arme peut vous amener à être mordu.

    Une jolie fille, Corelienne de surcroit, entra à son tour, attirant mon regard, qui se logea au coin de mes yeux. Elle s'appuya sur le juke-box et inséra une pièce.
    Elle était maquillée
    Comme une star de ciné
    Accoudée au juke-box
    la la la la
    Elle revait qu'elle posait
    Juste pour un bout d'essai
    A la Galactic Fox
    la la la la
    Elle semblait bien dans sa peau
    Ses yeux couleur menthe à l'eau
    Cherchaient du regard un spot
    Le dieu projecteur !
    Et moi je n'en pouvais plus
    Bien sur elle ne m'a pas vu
    Perdue dans sa megalo
    Moi j'étais de trop

    Mais un trooper est entré
    Et le charme est tombé
    Arrêtant le flipper
    Ses yeux noirs ont lancé
    De l'agressivité
    Sur le pauvre juke box...

    Un trooper ?...
    Sgt Maverick : Contrôle d'identité !
    Vos papiers, s'il vous plait !

    :jf:
    -------------------------------------
    Leader de la Guilde
    Un Vaurien koalaphile membre du R.H.HU.M.S
    TERRIK

    [Ce message a été modifié par: Edoras le 25-03-2006 11:42]

    samedi 25 mars 2006 - 11:35 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar JanRacon

    JanRacon

    1004 Crédits

    Coronet.....Corellia...Je venais juste de débarquer...
    J'avais atteris sans embrouille, régler tout les petites choses sans problème (Pour une fois), et maintenant...
    Je n'étais jamais venu sur Corellia.J'avais envie de découvrir cette planète, qui m'étais inconnue jusqu'à la.
    Bon, j'avais prévu de rester quelques temps sur Coronet, et j'avais préparer un planning.
    En premier, je décidais de loger quelque part, dans un hôtel, mais pas de la daube, un truc classe.
    Ensuite, bien sur, un peu de tourisme, mais, le but de ma visite était quand même de me faire un peu de monnaie, en remplissant quelques contrats, par exemple...
    Je décidais d'aller boire un petit coup dans un bar, et grapiller quelques infos, comme je faisais d'habitude.
    Mais, cette fois, je voulus faire autre chose.D'habitude, j'allais dans les endroits chauds, pour dégotter un emploi.
    Cette fois, je décidais d'aller voir les quartiers plus classes.....
    Je tombais devant un restaurant, a l'air assez chic.
    Le croiseur.
    J'entrais a l'interieur du resto.....


    -------------------------------------
    50 crédits?Non non, disons 15000 crédit et on fait affaire.(Soupirs)Je comprends pas pourquoi ca marche jamais avec moi...
    Fils de Nagounet et de Mamounette
    Membre assidu de la cantina


    [Ce message a été modifié par: JanRacon le 26-03-2006 21:04]

    dimanche 26 mars 2006 - 14:02 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    Contrôle d'identité : c'est bien ma veine !
    Officiellement, ma tête est mise à prix, et la prime est un nombre à plus de dix chiffres... autant dire que je suis mal barré, si je crois pouvoir passer innaperçu, sur une planète où tout se vend, coincé dans une cantina minable à proximité d'un dealer, qui ne va certainement pas calmer les ardeurs des cinq stormtroopers accompagnant le sergent Maverick.
    La jolie fille se retourne, un peu surprise, et ouvre son sac-à-main, cherchant sa carte. Le barman se mêt à râler, comme quoi c'est la sixième fois ce mois ci, tout ça c'est mauvais pour le commerce,... et autres paraboles du même acquabit. Je remarque qu'il jette un coup d'oeil au Devaronien, lequel tente de s'éclipser par les escaliers, mais voit bientôt sa retraite coupée par un stormtrooper particulièrement antipathique.
    Moi, faisant contre mauvaise fortune bon coeur, je pose mon sac (vide) et entreprend de sortir mon porte-crédits.

    Maverick : Vous, là-bas, écartez-vous de ce blaster !
    Édoras : ... hmm ? Ah ! Vous me parliez ?
    L'odieux : J'espère que vous avez le port d'arme de ce blaster ? Levez vous. Levez vous lentement.
    Édoras : Mon cher, j'aime autant vous dire que vous commencez à me les briser menu. J'aimerais pouvoir prendre mon petit-déjeuner en paix, si vous n'y voyez pas d'inconvénient ? Quand à cette arme, elle est déchargée, j'étais présentement en train de la nettoyer. Vous nettoyez souvent votre arme de service sans la décharger, vous ?

    Il n'eut pas l'air d'apprécier.
    Alors, comme l'un d'entre eux montrait une affiche imprimée à une autre, en me défrimant désagréablement, je compris qu'un suppositoire ne suffirait pas à soigner leur moral : il fallait impérativement des cachets.
    Je fis mine de chercher mes papiers et serrai bientôt la crosse d'un DL-18s, bien planqué contre mon calbute. Je pris donc appui sur le comptoir, sautai, dégommai deux impériaux qui marchaient au plafond, virevoltai, retrouvai l'horizon commun et me jettai au sol derrière le bar, en tenant le patron par les chevilles.
    Celui-ci ne se releva pas, trop occupé à être inconscient suite au coup qu'il reçut sur la tête, dans sa chute. Je rangeai mon "Mos Eisley spécial" dans sa cachette et sortis deux DL-44, faisant honneur à la coutume locale.
    Je me relevai et tirai deux coups avant de m'immobiliser : Maverick avait aggripé la fille et s'en servait de bouclier, comme le ferait le plus lâche et le plus vil des pirates.
    Je fis tomber mes blasters et levai les mains, puis m'avancai vers eux, le regard plein de haine, et d'une certaine noblesse dans la défaite. Les deux hommes m'observèrent avec un air d'auto-suffisance proprement écoeurant. La gosse, elle, me regardait en se demandant quel genre d'homme je pouvais bien être, et pourquoi la justice semblait vouloir du mal à un type capable de se rendre sans résister, pour sauver la vie d'une inconnue.
    Alors que le trooper qui accompagnait le sergent s'approchait de moi, les menottes à la main, je détaillai à loisir la Corellienne.
    Une petite brune à l'air décidé, avec des yeux formidables...
    Décidé, je tordis le poignet du trooper qui était en train de me passer les pinces, le retournai dans un craquement horrible et renversai le bonhomme par dessus mon épaule.
    Je me penchai sur le corps, tournant le dos à Maverick, et celui-ci lacha la fille pour tenter de m'annéantir tout à son aise. La situation était dégagée, je prouvai qu'elle était aussi sous contrôle : un coup de pied circulaire suffit à désarmer et faire chuter le sergent. J'administrai une dose de rayon paralysant aux deux impers et attrapai la fille par la main.

    Édo :Allez, viens, il vaut mieux partir pour protéger ta santé, ma belle. A moins que la prison ne te tente ?

    :jf:

    dimanche 26 mars 2006 - 20:26 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar JanRacon

    JanRacon

    1004 Crédits

    L'interieur du restaurant était assez chic, et la nourriture bonne.
    Apparament, il y avait quelques personnalitées qui était présentes.
    Je remarquais un politicien, un sénateur, qui parlais et mangeais avec animation.
    Il était entouré de plusieures personnes, qui devait être ses amis.
    Je voulus me rapprocher, pour un peu mieux entendre.....


    Politicien:.....Donc, je vous le disais, on ne pe.......

    A ce moment, un coup de feu transperca la vitre, et atteins le politicien.
    Des cris s'élevèrent, tandis que l'homme chutait a terre, touché au ventre.
    J'eus le réflexe de ne pas dégainer mes armes, ce qui aurait attirer l'attention, mais je fut assez prompt, et me rua dehors.
    En face, il y avait une terasse.....Et je distinguais deux formes, qui semblaient être les criminels.Je voulu me lancer a leur poursuite, quand une explosin retentit, a nouveau....
    Je me jettais a terre, et restait couché.
    Un mur du restaurant avait explosé, et 5 nouveaux venus, arme au poing, et masqués, venaient de faire leurs apparitions.


    ???:Le premier qui bouge, j'le descends, compris?On emmène ce mec la!

    Il désigna le politicien, a terre, qui était en vie, mais amoché.
    Je me rapprochais lentement des criminels, qui ne m'avaient pas vu.
    2 d'entre eux s'avancaient vers le politicien, et les 3 autres surveillaient....
    Je pris mon DL-44 dans la main..Je me tins prêt a agir, et.....
    Au moment ou j'allais tenter un truc, une femme fit un mouvement du bras, trop brusque, je ne sais pas pourquoi.
    Les 3 personnes armées la visèrent, et firent feu sur elle.
    Immédiatemment, je réagis.Je m'étais accroupi, et je bondis en avant.
    J'ouvris le feu sur les deux mecs près du politicien, et les touchait tout les deux.
    Les 3 autres reculèrent, surpris.Je continuais a tirer, et en atteint un autre.
    Les deux restant reprirent leurs esprits, et firent feu sur moi.Je roulais sur le coté, et donnais un coup de pied dans une chaise.
    Je me rapprochais d'eux, et soudain, je sautais sur le mec le plus près de moi.
    J'avais rangé mon DL-44 et saisis ma vibro-lame plus mon fouet plasma.(Les autres armes étaient restées dans le vaisseau pour l'instant, celles que j'avais pris étaient faciles a camoufler.)
    L'agresseur tenta de me frapper au visage, mais d'un superbe revers de la main, je parais le coup, et lui trancha le bras.
    Il s'effondra a terre.
    Il ne m'en restai plus que........
    L'autre avait pris la fuite!!
    Hum.........Un silence régnait a l'interieur du restaurant, maintenant.....
    J'entendis la police arriver, et je me doirigeais vers le politicien, toujours a terre......

    lundi 27 mars 2006 - 18:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Edoras

    Edoras

    7665 Crédits

    La fille, trop étonnée pour réagir, se laissa emmener en bégayant de vagues protestations confuses. Je m'emparai de son sac-à-main, posé sur le juke-box, et de mes affaires, puis je tentai une sortie par la porte ; mais une patrouille de stormtroopers, attirée par les coups de feu, me poussa à préférer les escaliers. Sur ces entrefaites, le Devaronien s'était enfui.
    La chambre était haute et le sol était bas, je tâchai donc de passer sur les toits. Je grimpai, portant la miss d'une main (malgré ses protestations que je fis taire d'un regard, lui désignant les impériaux prêts à l'envoyer à Kessel), puis passai sur le toit de l'hôtel voisin. J'empruntai tout simplement l'escalier pour pénétrer dans le sus-dit hôtel, traversai un hall et descendis jusqu'à la réception.
    Le réceptionniste, en voyant arriver un gars énervé, tenant par la main une fille effrayée, craignit pour ses tympans que je ne sois un client mécontent (ce qui arrive quand même assez régulièrement dans les hôtels corelliens). Pour m'amuser, je cognai du plat de la main sur le comptoir, juste devant ses yeux, et inspirai une grande bouffée d'air, avant de souffler calmement et de m'accouder sur le comptoir de l'accueil, offrant mon plus beau sourire à qui voulait l'admirer (ce qui représente pas mal de gens, surtout de sexe féminin, mais aussi certains Hutts, bourreaux et gouverneurs régionaux disséminés entre le Noyau Profond et la Bordure Extérieure).

    Bibi : Après réflexion, ma femme et moi prennons une chambre au dernier étage, la vue y est plus agréable.

    =========>=========>=========>=========>

    La fille aux yeux menthe à l'eau : Alors, voulez-vous bien me dire, maintenant, dans quoi vous m'avez embarqué ?! Et d'abord, qu'est-ce qu'on fiche ici ?! Et voulez-vous bien me rendre mon sac à main, grossier personnage ?!

    Comme mise en bouche, avouez qu'elle a de la conversation, la gamine, non ? Moi, le derche posé sur une chaise blanche ignoble qui me rentre dans les reins, les Santiag's trônant sur l'unique table de la chambre, j'achève consciencieusement d'entretenir mon blaster, sans plus me préoccuper d'elle. J'ai verrouillé la porte et la clef électronique est bien au chaud dans ma poche. Elle s'égosille, tape du pied, puis fond en larme et enfin, se calme un peu et s'assied sur le lit double en sanglotant doucement.
    Je rangeai mon blaster, me redressai et lui lançai son maudit sac.

    Mézigue : (doucement) Ca va mieux ? Ecoutez, ces types étaient entrés pour arrêter un dealer, le Devaronien qui créchait dans la cantina. Ils allaient de toute façon arrêter tout le monde pour une garde à vue de routine. Je connais bien ce genre de gars...
    Elle : Mais... mais -snif- vous aviez une arme !
    Missa : Oui, comme la plupart des commerçants. J'ai le permis pour ça. Mais en plus, j'ai la sâle habitude de ne pas payer la totalité des taxes imposées sur mes marchandises, je l'avoue. Si je les payais, ma petite entreprise de transport ne pourrait plus concurencer les grosses agence dont quelques parts appartiennent aux officiers de l'armée et aux politiques... ca va aller ?

    Elle acquiesça faiblement.

    " Ecoutez, je vous propose un truc : premièrement, on va se pardonner tout ça, et deuxièmement on va se tutoyer. Je n'ai l'habitude de vouvoyer que mes ennemis. Je m'appelle Édo.

    :jf:
    -------------------------------------
    Leader de la Guilde
    Un Vaurien koalaphile membre du R.H.HU.M.S
    TERRIK

    [Ce message a été modifié par: Edoras le 02-04-2006 12:12]

    lundi 27 mars 2006 - 20:11 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

202 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide