Pouvoirs de la Force saison 5 (page 18)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Entraînement Médical 1 : (Phase I de Guérison) Contrôle de la douleur.

    Kaarde avait mis le doigt sur le défaut que j'avais cultivé bien malgré moi – une certaine paresse a utiliser mes propres capacités. Je comptais trop sur mon cristal et sa capacité à amplifier ma perception de la Force Vivante.

    Kaarde pris mon sabre avec la Force. Je me préparais à l'injection.

    Kaarde : L'injecteur arrive !

    Et Kaarde injecta alors le poison. Je ferme les yeux.

    Une fois encore, ce feu qui remonta dans mon bras et commence a se propager.
    Je respire, tente de garder mon calme, mais c'est beaucoup plus difficile que tout à l'heure. Je résiste à l'envie de reprendre mon sabre et utiliser son cristal pour me soulager. Non. Je ne dois pas céder a la facilité. Ce serai donner l'avantage à l'Autre moi.

    Je plonge dans la Force, et, maladroitement, focalise ma perception vers une cellule, et tente de contacter les midichloriens qui s'y cache. Je trouve très difficilement. Le contact est brouillon. Je me rend compte de la facilité que me donne le cristal, et de l'erreur que cela consiste pour moi.

    Il me faut un peu de temps pour réussir à établir la communication. Répondre aux midichloriens. Comprendre la réponse. Le tout avec une douleur qui s'amplifie d'instant en instant.

    1 minute. C'est le temps qui est passé depuis l'injection, et j’établis a peine la communication avec une seule cellule. Je dois maintenant étendre ma perception aux autres. Centré sur celle cellule, au cœur de mon cerveau, je tente d’étendre cette communication aux cellules voisines, créer une poche non douloureuse au sein du chaos actuel de mon corps.

    Je ne peux mettre toute mon énergie dans l'exercice. Il y a un effet secondaire. Si cette douleur m'est pénible et me pénalise, l'Autre moi lui s'en délecte et s'en nourri. Je dois de fait maintenir la pression pour éviter qu'il ne prenne le dessus. Ce qui rend tout plus difficile et plus lent. L'absence de mon cristal rend l'exercice difficile. Je me rend compte a quel point je comptais dessus, il agissait comme une barrière avec cette Autre moi aussi.

    2 minutes. J'ai pu maitriser assez la technique pour qu'une partie de mon cerveau soit lucide. L’exercice devient un peu plus facile, mon esprit se calme peu a peu, a mesure que j’étends la communication. J'arrive à enfin isoler mon cerveau de la douleur – j'ai l'esprit assez clair pour avancer et calmer la douleur dans le reste du corps. Mais ma concentration doit rester parfaite – entre l'exercice et la barrière que je tente de maintenir vaille que vaille pour que l'autre moi ne prenne le contrôle – et j’étends ma concentration au reste du corps. Je me focalise uniquement sur les cellules nerveuses – celle qui communique la douleur. Si le muscle est meurtri par le poison – ne pas ressentir la douleur me permettra de continuer.

    3 minutes. Je peux relâcher la concentration sur mon cerveau, la douleur est sous contrôle. Les midichloriens supportent la douleur pour moi dans chaque terminaison nerveuse. Je puise dans la Force pour leur donner toute l'énergie que je puisse puiser. Je tente d’étendre un peu plus et de réduire la tension sur les muscles eux même, mais je ne puis étendre assez sans affaiblir le reste – ma maitrise reste trop limitée.

    4 minutes. J'ouvre les yeux, je peux bouger – lentement – mais je maitrise assez la douleur pour pouvoir agir normalement, ou presque. S'il n'y avait pas eu ce chronomètre au mur, j'aurais pu aisément penser que cela avait duré plusieurs heures. Je fais signe à Kaarde que j'ai réussi.

    Kaarde m'observe et acquiesce, sans pour autant relâcher sa propre concentration. Il me semble qu'il utilisait mon propre cristal pour suivre ma progression.

    5 minutes. La douleur s'estompe petit à petit, je la sens disparaître progressivement, se diluer dans mon sang. Je relâche ma concentration petit à petit et attend le verdict du Maitre.

    mardi 25 novembre 2014 - 00:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Eckmül – Entrainement classique 5 – Le Pressentiment Phase I qui est en fait un EC 4 : UNE VISION

    Pad – Et bien ! Ce fut une excellente VISION.

    Pad sourie voyant le visage du Bith dans l’incompréhension.

    Eckmül – Pas une Vision, un pressentiment.
    Pad – Ah non, je suis désolée. Mais ce que tu me décris là est une Vision. Elle est même très très réussie. Mais ce n’est pas un pressentiment.
    Eckmül – Ah… Je dois recommencer alors.
    Pad – Non, je valide ta vision, mais tu dois me faire un Pressentiment. Tu n’as rien à recommencer.
    Eckmül – Tu joues sur les mots Pad.
    Pad – Oui, j’adore ça !
    Eckmül – C’est quoi la différence alors ?
    Pad – Avec le pressentiment, tu pourras ressentir une émotion, une odeur, éventuellement un bruit. Tu pourras aussi sentir dans quelle matière la clarinette fut faite. A travers le temps, l’objet à rencontrer beaucoup de chose. Certaines d’entre elles ont pu laisser comme une empreinte dans la Force.
    Eckmül – Ok, je vais me rassoir et me concentrer.
    Pad – Ok, je sens que Po m’attend. Je reviens après.

    PoluxHornTerrik – Entrainement libre
    Pad – Alors ?

    Po – Je ne sais pas, je suis dans l’expectative. J’ai du mal à me servir de la Force pour projeter des objets sur les gens par exemple. Par contre, je peux faire ce que je veux de mon corps, grâce à la Force. Et pendant ma mort, j’ai appris plein de vielles techniques, que je manie presque parfaitement sans entrainement. Par exemple le Malacia, le morichro et plusieurs autres encore. Tu en pense quoi ?

    Comme à son habitude, lorsque Pad réfléchit (oui, ça lui arrive ! Non, ne te marre pas Po), elle pose une main au menton et l’autre sous le coude. La Maître jedi se souvient du pouvoir le Malacia. Sur Ondéron, elle avait retrouvé un ancien Holocron du maitre Jedi Oppo Rancisis. Cette technique fut oublié avec les années.

    Le Moricho par contre était une technique que l’Ordre Jedi avait interdite à une époque lointaine, très très lointaine. Pad en avait lu également les principes de base dans la même bibliothèque.

    Pad – En ce qui concerne Le Malacia, je pense que c’est une excellente idée. Cette technique fut oubliée et si un Chevalier Jedi peut l’apprendre ou se perfectionner, cela peut être un atout considérable pour l’avenir.

    Le chevalier de 10 ans reste un peu surprit par les derniers mots de Pad car depuis un bon moment, les jedi ne parvenaient plus à percevoir l’avenir. Hors la Jedi avait appuyé les mots « atout » et « avenir ».

    Po – Pad, tu arrives à percevoir l’avenir ?
    Pad – Pas plus que les autres, non. Pourquoi ?
    Po – Et bien parce que tu parles que cette technique pourrait-être un atout pour l’AVENIR.
    Pad – Tu sais Po, je n’ai pas été morte, même si je m'en suis rapprochée souvent. Je n’ai pas baigné 16 ans dans la Force. Néanmoins, je me fie à mon expérience de la Force pour l’avoir côtoyé depuis ma naissance. Une bonne partie de la famille Terrik est revenu au temple. Weegde et toi êtes d’une façon ou d’une autre revenu à la vie. Et tout cela serait un pur hasard ? Un simple coup de chance ? Non, je reste persuadé que la Force vous ont réuni au cœur de l’Ordre Jedi pour une bonne raison.
    Po – Tu as une idée du pourquoi ?
    Pad – Avant votre retour, j’avais hésité pendant des années à me mariée, à vivre hors du Temple Jedi. Aujourd’hui, je suis rassurée par votre retour. Mais ce n’est pas la seule raison.
    Po – Attends ! Ne me dis pas que LA famille Terrik est là pour TE remplacer, toi seul ?

    Pad sourire, elle avait fait exprès de commencer par la raison qu’elle avait classé en dernier. La plaisanterie fut totale et elle l'avait bon de voir Polux croire que Pad était devenir orgueilleuse à ce point. Mais à la physionomie de Pad, Po comprend combien elle avait dit cela en plaisantant.

    Po – Ah oui, tu m’as bien eu. Bon, c’est quoi alors tes raisons sérieuses ?
    Pad – Le départ de Zatila m’a inquiété. Mais je suis restée en contact avec lui. Tout comme avec jaina.
    Po – Arrête de plaisanter! Je ne vois pas le rapport.
    Pad – Il reste en connexion avec la Force, mais détacher de l’Ordre Jedi.
    Po – Et…
    Pad – Il y a toujours des possibilités que la Force les a poussés à rester dans un coin de la galaxie et en contacte avec elle. Un peu comme un dernier atout.
    Po – Tu imaginations te joue des tours.

    La Phoenicienne s’attendait à une telle réaction. Ses hypothèses étaient complètement farfelues et Pad en était consciente. Néanmoins, elle avait besoin de mettre ses hypothèses dans l’oreille de quelqu’un. Elle ne s’arrêta pas là.

    Pad – Tu sais que ton frère et avec le mien en ce moment même ?
    Po – Bah, oui. Et … ???
    Pad – Tu sais que Weedge apprend à contrôler la douleur comme Clickman ?
    Po – C’est son droit. Qu’est-ce que cela vient faire dans notre conversation. Tu n’es pas d’accord que Weedge apprenne à devenir guérisseur ?
    Pad – Oh mais que du contraire Po ! Cela augment ma théorie. La Force prévoir un guérisseur de plus alors que nous avons déjà Mirax et Sol’As Mordi.
    Po – Ce n’est pas tirer par les cheveux tes théories ?
    Pad – Peut-être. Si je me trompe, et j’espère me trompé, vous n’aurez plus qu’à me faire interné pour folle. Mais avec Vyvacy de préférence, je ne veux plus rester seul ! Mais penses que mes théories pourraient être vraies. L’Ordre Jedi aura besoin de nouvelle technique.
    Po – Donc tu es d’accord pour je les perfectionne ?

    Silence

    Avant de répondre à la question de Po, Pad voulait encore donner des raisons à ses théories. Elle en avait trop dit pour ne pas aller jusqu’au bout de sa logique.

    Pad – Tyria, Mirax, Weedge, Doc et toi, plus Kaarde. Vous savez ce que vous avez en commun ?
    Po – Euh… On est tous Jedi ?
    Pad – Baaaaaal !
    Po – Il est mort!
    Pad – Oui, c’est officiel et je n’ai aucune preuve du contraire. J’y ai cru pour de bon. Jusqu’à ton retour et celui de Doc. Des coïncidences ? Non ! La volonté de la Force, oui à coups sur, mais pourquoi ? Et si le seigneur des Sith n’en est pas la raison, qu’elle serait-elle ? C’est de la simple logique Po. Pas de pressentiments, pas de visions, même pas une ombre, mais de la pure logique. Pourquoi êtes-vous tous revenues sur si peu de temps ? Juste alors que l’avenir ne peut plus être perçu. Juste au moment où l’Ordre Jedi était en déclin. Et encore un dernier point : la fréquence Nema vient d’être réactivée !

    Silence plus long

    La Jedi laisse le Zabrak assimilé et analyser ce qu’elle venait de dire. Elle ne parlera pas de la communication sur cette fréquence sauf si le Chevalier vient sur le sujet. Puis, elle décide de revenir aux véritables raisons de la présence de Po en ses lieux.

    Pad – Bref, on s’éloigne du sujet principal. Je dis oui pour te laisser développer le Malacia. Par contre, j’aimerai attendre de voir comment tu te débrouilles avec d’autres techniques avant de passé au Moricho. Il est proche du côté obscure ne l’oublie pas.
    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 27-11-2014 10:04

    mardi 25 novembre 2014 - 14:34 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Exercice classique : Pressentiments II (enfin j’espère)

    Eckmül : Pas une Vision, un pressentiment.
    Pad : Ah non, je suis désolée. Mais ce que tu me décris là est une Vision. Elle est même très très réussie. Mais ce n’est pas un pressentiment.
    Eckmül : Ah… Je dois recommencer alors.
    Pad : Non, je valide ta vision, mais tu dois me faire un Pressentiment. Tu n’as rien à recommencer.
    Eckmül : Tu joues sur les mots Pad.
    Pad : Oui, j’adore ça !
    Eckmül : C’est quoi la différence alors ?
    Pad : Avec le pressentiment, tu pourras ressentir une émotion, une odeur, éventuellement un bruit. Tu pourras aussi sentir dans quelle matière la clarinette fut faite. A travers le temps, l’objet à rencontrer beaucoup de chose. Certaines d’entre elles ont pu laisser comme une empreinte dans la Force.
    Eckmül : Ok, je vais me rassoir et me concentrer.
    Pad : Ok, je sens que Po m’attend. Je reviens après.

    Je me rassois donc dans mon coin et je me reconcentre sur la flûte, je pense qu’il faut que je vois cette flute à travers la force. Le but serait de ressentir la totalité de l’objet dans la force, dans l’impact qu’il a dans le monde, ça place et sa fonction.
    Je ressens les impuretés sur le bois, je vois plusieurs entaille qui sont la trace du bois dans lequel, elle a était taillée. Je peux voir chaque impureté. Je ressens toute les tailles faites par le menuiser, l’empreinte qu’a pu y laisser Doikk.
    C’est Etrange, et perturbant. Je vois aussi toute la haine, qu’il y a pu avoir dans cette flûte. C’est une part sombre de la flûte.

    Je sors de ma transe et je vais revoir Pad, et je lui demande si cette fois-ci je ne me suis pas trompé.

    mercredi 26 novembre 2014 - 22:25 Modification Admin Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24834 Crédits

    Eckmül – Entrainement classique 5 – Le Pressentiment Phase I

    Le Padawan Bith rejoint la maître Jedi.

    Eckmül – Voilà, j’espère ne pas m’être trompé cette fois-ci.
    Pad – Non, tu as réussi. Ce fut court, mais tu es parvenu à sentir la différence entre le pouvoir de la Vision et celui du Pressentiment Phase I. Bravo ! Avec de l’entrainement, tu mettras fin à tes doutes et tu parviendras à rester plus longuement concentrer avec le pouvoir du Pressentiment.
    Eckmül – D’accord. Mais … Comment dire…
    Pad – N’aies pas peur de poser ta question, Eckmül.
    Eckmül – Je ne vois pas vraiment l’utilité de ce pouvoir.
    Pad – Avec cette flûte, j’ai juste voulu te donner une approche du pouvoir. En mission, tu peux trouver des indices comme l’émotion de la personne qui l’a tenu. D’où tu peux mieux comprendre l’autre.
    Eckmül – Oui, j’ai ressenti de la haine dans la flûte. Son propriétaire devait avoir cette émotion à un moment où l’autre. C’est bien cela ?
    Pad – Exactement. D’où, si tu es sur une enquête de meurtre ou que tu recherches quelqu’un. Avec un objet lui appartenant, tu pourrais parvenir à trouver ou à avoir une idée d’où il est ou encore de ce qu’il ressent. Lorsque tu seras plus expérimenté, tu pourras combiner l’Empathie au pressentiment et cela te donnera encore plus d’indication.
    Eckmül – Maintenant que je comprends le côté pratique, ce sera plus simple de l’utiliser.
    Pad – Oui. Que désires-tu faire maintenant ?

    -------------------------------------
    Maître Jedi

    Ce message a été modifié par: Padme111 le 27-11-2014 10:07

    jeudi 27 novembre 2014 - 10:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16897 Crédits Modo

    Entraînement Médical 1 : (Phase I de Guérison) Contrôle de la douleur.

    Weedge sortit de sa concentration au bout de quelques minutes, avant la fin du temps d'action du venin, ce qui était extrêmement bon signe. Par quelques gestes il me démontra qu'il avait le dessus sur la douleur et le plein contrôle de son corps.

    Moi. - Alors, ça a été ?

    Weedge. - Disons que c'était... laborieux. Je me suis fait une belle frayeur.

    Moi. - Oui, à l'aide de ton cristal j'ai observé tes efforts et vu que l'autre toi a profité de ta douleur pour se rebiffer.

    Weedge. - J'ai peut-être pris un trop grand risque en m'attaquant à cet exercice.

    Moi. - Oh, que non ! Au contraire, je pense que le contrôle de la douleur est un pouvoir qui pourrait s'avérer salutaire, dans ton cas. Nous savons maintenant que l'autre toi essaiera toujours de se nourrir de ta douleur physique pour se renforcer, n'est-ce pas ? En maîtrisant ce pouvoir tu pourras le juguler beaucoup plus facilement.

    Weedge. - Encore faut-il que je le maîtrise. Je commence à peine.

    Moi. - Le plus dur est fait, tu peux me croire. Tu as tracé la route vers le contrôle de la Force au niveau cellulaire, et tu la retrouveras de plus en plus aisément. Avec un peu de temps et de pratique tu pourras appliquer ce pouvoir avec très peu de concentration. Mais c'est un pouvoir à double tranchant, à n'utiliser sur soi qu'avec parcimonie ! Même si la douleur est pénible, il ne faut pas oublier qu'elle nous est utile. Bénéfique, même !

    Weedge. - Oui, c'est vrai. La douleur agit comme un système d'alarme, pour nous prévenir lorsque notre organisme est mal en point. Si je me servais à tort et à travers du contrôle de la douleur, par exemple en situation de combat, je prendrais le risque d'ignorer mes blessures et de les aggraver sans m'en rendre compte.

    Moi. - Voilà, tu as parfaitement compris ! Te sens-tu prêt pour la suite de l'entraînement médical ?

    Weedge. - Oui, de quoi s'agit-il ? Vous allez m'infliger une blessure ou m'inoculer un virus ?

    Moi. - Houlà, non ! Non, pas du tout !... Enfin, pas tout de sui... Hem... Pour le deuxième exercice nous passons tout-à-fait à autre chose, puisqu'il s'agit de la transe cataleptique.

    Weedge. - Est-ce que ça a un rapport avec avec la méditation ou la prémonition ?

    Moi. - Aucun. Même si méditer avant ne fait jamais de mal. Non, la transe cataleptique est un état de coma dans lequel se plonge volontairement le Jedi pour préserver son état. C'est en agissant avec la Force sur son propre organisme qu'on entre dans cette transe, il s'agit donc d'un pouvoir purement médical. Et comme il s'agit d'un état de coma, ce n'est pas aussi propice aux visions de la Force que la méditation.

    Weedge. - Je comprend l'utilité pour un guérisseur de plonger un patient dans le coma, mais qu'en est-il sur soi-même ?

    Moi. - Ça sert à faire le mort, voir à préserver tes ressources en air, énergie et nourriture si tu es obligé de faire un long voyage seul en hyperespace dans le cockpit exigu d'un chasseur. En ralentissant ton métabolisme cette technique peut aussi te sauver la vie si tu es blessé et obligé d'attendre du secours.

    Weedge. - Mais si on se trouve seul, comment se sort-on du coma ?

    Moi. - Il y a deux techniques. Tu peux décider toi-même d'une durée prédéterminée pour ton coma, qui ne peut pas excéder une douzaine d'heures à ton niveau, auquel cas elle s'arrête d'elle-même. Sinon tu peux décider toi-même du stimuli qui rompra ta transe. Ça peut être une phrase prédéterminée qui devra être prononcée par quelqu'un en ta présence, ou la sensation de la pluie ou que sais-je encore. Cette technique a cependant un défaut...

    Weedge. - Lequel ?

    Moi. - Il rend le corps de son utilisateur vulnérable et le coupe complétement du monde extérieur. Même avec la Force il ne peut avoir aucune sensation de ce qui lui arrive. Si tu dois te plonger en transe cataleptique assure-toi de le faire dans un endroit sûr !... Bon, commençons l'exercice. Tu vas d'abord te choisir un coin tranquille et une position confortable, puis nous procéderons en deux étapes. Pour la première c'est moi qui te plongerai en transe. Une transe d'une minute seulement, histoire que tu expérimente bien la chose. Pour la deuxième ce sera à toi de te plonger tout seul dans une transe longue, pendant laquelle je veillerai sur ton état. Bien sûr je garde ton sabre laser. Prêt ?


    Entraînement Médical 2 : (Phase II de Guérison )Transe cataleptique :
    Le Jedi entre dans une transe profonde, son rythme cardiaque et sa respiration diminuent. Cela permet à un Jedi de faire le mort ou d’hiberner dans un environnement aride. Il peut se réveiller tout seul au bout d'un nombre d'heures défini à l'avance ou par un mot ou une phrase prononcée par quelqu'un à ses cotés.
    Limité à 12H.
    Limité à 1 semaine.
    Limité à 1 mois.

    jeudi 27 novembre 2014 - 13:59 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Entraînement Médical 2 : (Phase II de Guérison )Transe cataleptique

    Kaarde: Prêt ?
    Moi: Allons-y.

    Je m'allonge sur un lit médical rangé ici. Je ferme les yeux pour me préparer a l'exercice.

    Soudainement, je me sens comme tomber dans un vide sans fond, comme si mon corps n’était plus accroché à rien… Cette sensation disparaît vite et je me réveille, la minute est passée sans que je m'en rende compte. La vitesse à laquelle Kaarde m'a plongé en transe fut si rapide que je ne m'en était même pas rendu compte.

    Kaarde : Voilà. A toi maintenant. Appelle en à la Force, et, un peu comme pour le contrôle de la douleur, demande aux midichloriens de t'aider à ralentir ton organisme et plonger en transe. Tu connais déjà le chemin.

    Je referme les yeux. J'en appelle à la Force et encore une fois plonge au cœur de moi même afin de parler aux midichloriens. Plus facilement de précédemment, j'arrive a établir une certaine communication avec eux et leur demande de m'aider à plonger en transe.

    Étrangement, une forme de… refus semble venir de la réponse. Une forme de danger. Mais j'insiste, je me devais de faire cet exercice. J'obtiens leur acceptation, malgré un clair sentiment de danger provenant des midichloriens.

    Petit a petit, j’établis la communication avec l'ensemble de mon corps et me prépare à la transe, programmée pour une durée de 12 heures ou si Kaarde décide de me réveiller avant.

    Malgré la résistance, j'arrive au point ou je peux plonger en transe et mettre mon corps en repos, confiant aux midichloriens mon corps.

    Une fois encore, mon esprit tombe et la transe commence. Je perds toute perception de l’extérieur.

    Soudainement, je me réveille. Je pense que le temps est passé. Mais je me rend compte que je ne contrôle pas mon corps. Je me relève et ouvre les yeux sans que je contrôle quoi que ce soi. 8 heures seulement sont passée. Mon autre moi à profiter de la transe pour prendre le contrôle de mon corps !

    Kaarde fait mine de dormir – ou est-il lui même en transe ? Je vois alors ma main utiliser la Force et arracher mon sabre des mains de Kaarde et l'activer.

    Un phénomène étrange se produit alors. Mon sabre, qui a normalement une lame jaune brillante, est orangée, et émet un bourdonnement désagréable. Comme si le cristal de vie au cœur du sabre « pleurait » du fait que c'est le coté obscur qui a pris le contrôle…

    Après cet instant d’hésitation, l'autre moi tente de tuer Kaarde sous mes yeux. Mais celui ci à déjà réagit (je ne doutais pas qu'il etait prêt depuis longtemps) et bloque la lame avec son propre sabre...

    Ce message a été modifié par: ProjetT le 28-11-2014 02:25

    vendredi 28 novembre 2014 - 02:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    16897 Crédits Modo

    Entraînement Médical 2 : (Phase II de Guérison)Transe cataleptique

    Je suivais de près l'entrée en transe de Weedge. En bon élève il avait très bien assimilé le moyen de communiquer avec ses midichloriens suite à l'exercice précédent, et à ma grande satisfaction il n'eut aucune peine à entrer en transe.
    Mais comme lui je senti une inexplicable réticence de la part de son organisme, un peu comme si celui-ci voulait l'avertir que respirer sous l'eau était dangereux. Voilà qui n'était pas anodin, pour une transe cataleptique !
    Weedge parvint pourtant à entrer en transe, et c'est seulement alors que je compris que nous avions pris un risque considérable. Bien que son esprit fut endormi, le métabolisme de Weedge ne s'était pas ralenti comme il aurait dû. En fait c'était comme si j'avais en face de moi un zabrak faisant semblant de dormir pour me piéger, habité par la programmation de Baaaaaaal !

    Mirax... va... me... tuer !

    Que préparait-il ? Il n'allait certainement rien tenter tant qu'il ne serait pas seul, et sans doute croyait-il m'avoir abusé. Devais-je l'attaquer directement ? Je craignais trop de blesser Weedge, et sans doute son autre lui n'hésiterait pas à l'utiliser comme otage s'il se savait démasqué. Non, mieux valait le piéger, l'obliger à ne rien faire jusqu'au réveil de Weedge, quitte à prendre un gros risque.
    Conservant mon calme dans la Force, j'allai sceller les portes de l'infirmerie avec mon code de Maître du Conseil puis m'asseoir en tailleur face au zabrak. Quelques respirations... et j'entrai à mon tour en transe cataleptique.

    Combien de temps s'était écoulé ? Je l'ignorais encore lorsque le son d'une lame de sabre laser me tira de ma transe. Mes réflexes conservés, je tirai aussitôt ma propre lame pour bloquer le coup destiné à me tuer. Dans sa rage, le zabrak à la lame orangée tente encore plusieurs attaques que j'arrête tout en retrouvant la station debout.

    Moi. - Mmh... dommage. J'espérais que tu ne tenterais rien jusqu'au retour de Weedge.

    Weedge. - Maudit Jedi ! Tu savais ? Alors pourquoi plonger en transe ?

    Moi. - Pour économiser mes forces, et te convaincre que j'étais vulnérable.

    Weedge. - Mais comment en es-tu sorti ? Tu n'aurais pas dû sentir mon attaque venir !

    Moi. - En effet je ne l'ai pas sentie, mais dans mon cas il ne s'agissait pas d'une transe à durée déterminée. J'avais choisi le son d'une lame de sabre laser comme stimuli pour en sortir, sachant que tu étais enfermé ici et que tenter de me tuer serait ton seul choix si jamais tu te décidais à faire quelque chose.

    Weedge. - Tu ne me tiens pas encore ! Rhaaa !

    Il m'attaqua à nouveau. De mon côté je restais en défense. Lorsque l'occasion se présenta je plongeai la pointe de mon sabre dans l'épaule de Weedge. Sous le coup de la douleur, le lui obscur en lâcha son sabre laser et perdit sa concentration. D'une bonne impulsion de Force je le plaquai contre un mur et l'y maintins en place, passablement en colère d'avoir dû le blesser physiquement.

    Weedge. - Maudit ! Tu ne reverras jamais Weedge.

    Moi. - Dois-je te rappeler que nous ne sommes pas sur No'Erda ? Que nous ne sommes pas en présence de Dark Spencer ? Tu es en pleine Académie Jedi, ce n'est pas ici que tu auras la force de supplanter complétement Weedge ! Tout ce que nous avons à faire c'est attendre bien sagement la fin de sa transe, alors il reprendra naturellement sa place.

    Un rapide coup d’œil au chrono de l'infirmerie m'indiqua que nous étions en pleine nuit et que huit heures s'étaient déjà écoulées. Il n'en restait donc que quatre à patienter. Je plaçai le zabrak enragé sur une couchette et l'y sanglai bien fermement. Je parvins même à lui administrer un calmant.
    enfin quatre heure plus tard, au petit matin, Weedge, le vrai cette fois, revint à lui.

    Weedge. - Oh bon sang, je suis désolé !

    Moi. - Ne t'excuses pas, Weedge ! C'est moi qui aurais dû anticiper le risque.

    Weedge. - Je crois que l'usage de la transe cataleptique est prohibé, dans mon cas ?

    Moi. - En effet, mais c'est dommage car tu as parfaitement réussi l'exercice. Désolé d'avoir dû te blesser, au fait.

    Weedge. - Pas grave, je suppose que c'était nécessaire et que... ça aurait pu tourner plus mal encore. Un bon patch bacta et ça ira mieux.

    Moi. - Mmmh, hors de question ! Pas de patch bacta, et pas question non plus que tu passe entre les mains d'un guérisseur comme ta mère. Je tiens à ma peau.

    Weedge. - Alors qu'est-ce que je fais, pour cette brûlure de sabre laser ?

    Moi. - Simple. Tu vas la guérir toi-même, avec la Force ! C'est l'occasion rêvée de faire le troisième exercice de la guérison : le soin !

    Weedge. - Euh, d'accord. Comment ça marche ?

    Moi. - Comme pour les deux précédents exercices il s'agit d'intervenir sur ton organisme au niveau cellulaire, en donnant un petit "coup de pouce" à ton organisme qui se soigne déjà tout seul. Tu peux le booster en accélérant la régénération des cellules, voir en éliminant toi-même des tissus nécrosés ou des corps étrangers. Sur une opération plus délicate tu pourrais avoir à intervenir télékinétiquement, mais nous n'en sommes pas là... Ah oui, si jamais tu as besoin d'informations médicales je suis là, mais nous avons aussi les holocrons de plusieurs guérisseurs chevronnés dont ta mère, et Click.



    Entraînement Médical 3 : (Phase III de Guérison) Soigner :
    Supprime complètement une blessure sur son utilisateur.
    Limitations : blessures minimes (écorchures), 5 minutes de concentration.
    Limitations : blessures graves mais non mortelles, 15 minutes
    Limitation : blessures mortelles si pas vite soignées, 30 minutes.

    mercredi 03 décembre 2014 - 19:40 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6244 Crédits

    Entraînement Médical 3 : (Phase III de Guérison) Soigner

    Cet incident avait eu au moins l'avantage de préparer l'exercice suivant. Cette blessure à l'épaule était vilaine, mais peu profonde. Kaarde avait été très soft sur le coup.

    Je rend mon sabre à Kaarde, je devais le faire sans cet aide. Kaarde l'accepte avec un hochement de tête, puis je retourne m'installer sur le lit médical, m'installe en position pour méditer, et plonge encore une fois dans la Force.

    Une fois encore, je rentre en contact avec les midichloriens qui habitent mes cellules. Je dois me concentrer sur la zone impactée – ce qui demande moins d'effort que de se concentrer sur le corps entier.

    Instinctivement, je bouge ma main au dessus de la plaie, comme pour guider la Force a cet endroit précis. Ce geste me permet de mieux focaliser. Comme si mes yeux était au creux de ma main. Je vois a travers cela les cellules de mon épaules, les dégâts causé par la brulure de la lame d'énergie. 5 bonnes minutes me sont nécessaire pour entièrement focaliser la régions et le travail à y faire. Des souvenirs que Click m'a laissé m'aident aussi a bien comprendre l'anatomie de la zone et à voir toute la complexité des muscles, tendons et os de la région, me guidant ainsi sur les bons gestes à entreprendre.

    Grâce aux midichloriens, j'active un nettoyage de la zone – les cellules brulées sont lentement absorbées par leurs voisines, recyclant ce qui peut l’être pour se réparer elle même. Plus en profondeur, des cellules saines se voient boostées pour accélérer la division cellulaire, et ainsi venir avec de nouvelles cellules saine pour remplacer.

    Une légère infection semble vouloir se propager, mais la Force me permet de le voir et de le combattre. Grace aux midichloriens, mon système immunitaire se renforce dans la zone et l'infection est vite circonscrite. Tout ceci lancé, je « remercie » les midichloriens pour leur aide et je relâche ma concentration. Pendant encore quelques minutes, la guérison de la zone resterai accéléré avant de reprendre un rythme normal. Il ne fallait pas épuiser les cellules au risque de créer d'autre soucis a moyen terme.

    Deux ou trois séances similaire seraient nécessaire pour faire disparaître complétement la plaie. Je rouvre les yeux sur Kaarde qui observait mon travail.

    vendredi 05 décembre 2014 - 02:17 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9450 Crédits

    Entraînement Combat 4 : Bouclier de Force
    Première partie, l'obscurité.

    « L'encre noire effacée, la page va se tourner.
    On a signé la trêve et s'apaisent ces âmes
    Dont la chaire épuisée bénie la chasse ajournée.
    Pourvu que demain soir s'offre à elles le sésame.»
    - Un illustre poète Anzati dans «Le petit receuil galactique de la poésie prétentieuse »


    Oui la nuit prend fin et le jour n'est qu'une promesse née de l'horizon de cette frontière ténue où la jungle nocture agitée se transforme en un paisible sancturaire. Une tranquilité bienfaitrice et éphémère s'est installée à peine troublée par mes foulées rapides et cadencées alors que je me fraie, tant bien que mal et avec une nécessaire vigilance, un chemin au travers de la forêt luxuriante de Yavin IV. La semelle de mes bottes en cuir s'enfonce délicatement dans l'humus ou dans la terre détrempée. Tout mes sens sont en éveil et la Force augmente leur accuité. Il n'est pas une parcelle de mon corps qui ne soit imprégnée de vie ou de mouvement. Mes fibres musculaires se contractent et se décontractent. Il me semble pouvoir sentir chacune d'elle travailler à cette grande mécanique. Mes veines pulses, mon sang n'en finit plus de tourner et mon coeur exulte. Mon souffle tiède expulsé avec la rigueur d'un métronome se mêle à la moiteur ambiante; les gouttes de rosée matinale perlant des immenses feuilles et fougères roulent jusqu'à choir sur ma peau où elles se mêlent à la sueur qui me recouvre abondamment de la tête au pieds. Mes deux lekkus flottent derrière moi telle la queue d'une comète, portés par le vent sifflant à mes oreilles. A mes tympas résonnent les battements de mon coeur et si je me laisse emporter par l'ennivrement de l'effort alors s'efface tout autre bruit et me voilà à la fois plongé en moi-même et ouverte à tout.

    Je suis là, bien ancrée dans le présent et je me sens exister. Je sens exister toute chose autour de moi et m'interroge sur le rôle de la Force dans tout cela. Y apporte t-elle son concours ? Un être non sensible à la Force ressentirait-il lui aussi cette impression de complétude et d'appartenance à un grand tout ? A quel point la Force influence notre existence ? Il y a bien des années que je me suis embarquée sur le chemin de la Force, j'étais si jeune, cela semble déjà loin et je me demande parfois si cet avant a bien existé. Le passé est une mer de sable. Les grains qui le consituent sont toujours là mais les vents du temps font et défont les dunes. Petit à petit le présent s'impose.

    Sortant mon esprit de ces pensées je lève mon avant bras gauche et porte mon regard sur l'holo-cardiofréquencemètre afin de reprendre prise sur le temps qui s'écoule. Je m'arrête. Mes mains posées sur mes cuisses, buste penché en avant, je reprend mon souffle. Voilà bientôt deux heures que je suis parti du Temple Massassi et je me trouve sûrement à plusieurs kilomètres de l'Académie que je serais bien en peine d'aperçevoir derrière toute cette végétation. A moins que, bien sûr, je n'escalade le tronc noueux d'un de ces géants. La tête penchée en arrière je le contemple et porte mon regard aussi haut qu'il m'est possible. La canopée est assez dense et filtre une bonne partie des rayons du soleil. J'étend mes perceptions en projetant mon champ de Force dans toutes les directions vers la cime des arbres. Mobilisant la Force encore une fois je parviens d'une poussée de Force sous mes pieds à accrocher la première branche à portée, à environ 3 mètres au-dessus de moi.

    Je poursuis le reste de l'ascencion à la force des bras et des jambes. Lorsqu'enfin j'émerge d'entre les feuilles s'offre à moi le spectacle de la jungle s'étendant à perte de vue avec ça et là quelques piton rocheux et, à l'horizon, l'Académie Jedi qui à cette distance ne se distingue guère des amas de roche si ce n'est par une symétrie des contours trop parfaite pour paraître naturelle. Il est temps pour moi de redescendre et de poursuivre en direction de l'Académie. Je devrais y parvenir dans un peu près autant de temps qu'il m'aura fallu pour arriver jusque là.

    J'entame ma descente lorsqu'une agitation proche attire mon attention. Un petit groupe de woolamandre arrive à grande vitesse dans ma direction passant de branche en branche avec une aisance toute naturelle. C'est un beau spectacle. Leurs gestes sont grâciles, précis et ajoutent à la beauté de leur pelage arc-en-ciel. Ils sont presque à ma hauteur et ne semblent pas vouloir s'arrêter dans leur hâte. Immédiatement mes sens sont en alertes. Sondant l'esprit primitif de l'un d'entre eux ce n'est pas de l'agressivité que je ressens. C'est de la peur.

    Et l'objet de cette peur ne tarde pas à se faire connaître. Je perçois tout d'abord un grondement sourd qui pourrait rappeler l'eau se fracassant en bas d'une grande cascade et très vite un nuage noir et compact amplissant le ciel sur plusieurs dizaines de mètres de largeur et de hauteur emplit mon champ de vision. Après tant d'année je ne pouvais pas ignorer les danger de la lune mais là c'était exagéré.

    Le sommet de mon crâne disparaît sous le plancher de feuillage et immédiatement l'espace que j'occupais il y a moins d'une seconde se voit envahit, fendu de toute part, d'un essaim furieux de scarabée-piranha. Ils virevoletent guidée par une sorte de rage vorace, remontent vers le ciel semblant vouloir s'arracher à la gravité puis, dans une synchronisation absoluement parfaite et terrifiante, s'abattent en piqué droit vers le sol ne faisant aucun cas des branchages en obstacle.

    Je n'ai pas pris la peine d'admirer ce balai aérien, la Force fait vibrer de son aura chacune de mes cellules et m'invite à filer dare-dare. La descente est rapide, accrobatique et mon aisance proche d'un Hutt trapéziste du cirque du Soleil Noir, bien loin de celle des woolamandre de tout à l'heure. Trop de précipitation, une branche mal attrapée, une mauvaise réception, et c'est la chute. Trop de précaution et c'est la mort assurée. Et le nuage de mort je le sens gagner du terrain sur moi. Déjà les premiers insectes arrivent à ma hauteur. Leurs ailes membraneuses transparentes et nervurées de rouge crissent dans les airs. Leurs mandibulent claquent et ma chaire s'ouvre déjà sous leurs assauts. Je ressens une douleur vive au niveau de l'homoplate gauche. Je ne suis plus très loin du sol. Poussant de toute mes forces sur la branche sur laquelle je viens de me réceptionner je me jette à terre mes bras en croix pour me protéger. Le choc est rude, je roule et ma course s'arrête net contre une souche.

    VLAAM

    A mes pieds s'écrase, ouvert de part en part, laissant apparaître sous la chitine ses entrailles visqueuses, les restes d'un des coléoptère. D'autres suivent et l'air du sous bois s'impreigne d'une odeur d'ozone. Mes coups, aussi précis et rapides que mes plaies de plus en plus nombreuses me le permettent sont dérisoires devant cet ennemi supérieur en nombre. Je ne vois bientôt plus rien sous cet orage. Je ploie sous leur nombre et mets genou à terre. Je m'ouvre entière à la Force, m'immerge en son sein, et l'obscurité me submerge.
    -------------------------------------
    Maître Jedi.
    Twi'lek mordante.

    Ce message a été modifié par: Aynor le 17-12-2014 01:15

    mardi 09 décembre 2014 - 00:30 Modification Admin Permalien

  • Avatar obiwan87

    obiwan87

    9719 Crédits

    Exercice Supplémentaire 2 Influence sur les végétaux et animaux.

    Eckmül : Bonjour, Pad! Je suis revenue te voir pour te demander un autre entrainement.
    Pad : Très bien, qu'est qui te plairait?
    Eckmül : J'aimerai arrêter les entraînements classiques un moment pour me mettre à un entrainement supplémentaire. Influence sur les végétaux et les animaux. Même si je sais que seuls les végétaux me concerneront. Étant donné que je suis padawan.
    Pad : C’est exactement ça. L'exercice pour toi consiste à rendre fertile une plante.
    Eckmül : je vais donc m'exercer.

    Je pars à l’extérieur de l’académie pour aller trouver un arbre ou une plante. Je parcoure pendant un moment cette forêt. Enfin je trouve un arbre qui me conviendrait, c’est un arbre assez Basique. Je me concentre dessus pour le ressentir à travers la force et le rendre fertile. Tous mes autres exercices que j’ai faits avant remonte, je me concentre sur l’arbre. Je ressens ça présence, il est vieux, presque 270 ans. Il a vu toutes les guerres devant ces yeux.
    Je me concentre maintenant sur sa sève et ces racines. Je dois amener, un maximum d’élément à ces bourgeons. Je me concentre sur le bourgeon, il faut qu’il éclose. Ça va être dur, mais je vais y arriver. Je ressens la fleur éclore, je ferme les yeux, jusqu’à je sois sûr qu’elle soit éclose. J’ouvre les Yeux, ça y est ! Je suis heureux.
    Je vais voir Pad.

    mercredi 10 décembre 2014 - 22:59 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide