Le Temple Jedi 5 (page 57)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Le clone s’était assoupi dans sa recherche...

    Moi : Je ne peux profiter que de son sommeil, quand son esprit est faible pour prendre le pouvoir... je dois trouver un moyen de m’échapper. Mais cet imbécile nommé Tony a bien fait son travail, il n'y a rien d'utilisable.. et le terminal est proprement isolé, ce qui rend impossible de tenter de pirater ce vaisseau d'ici. Pas moyen de forcer la porte, les ventilations sont blindées, ...

    Moi : Rien. Cette pièce luxueuse est une vrai prison.

    L'esprit implanté par Baaaaaaal dans le clone rageait à cette perspective. Et sans la Force, impossible de faire quoi que ce soit...

    C'est alors qu'une alarme retenti. Cette alarme eu pour effet de réveiller Weedge, qui, de fait, tomba brutalement au sol, n’étant pas préparé, et surtout n’étant pas censé être debout a cet endroit.

    Moi : Aie ! Mais que...

    Je m’interrogeais autant sur le fait que je me trouvais la que sur l'origine de cette alarme.

    Je me relève et tente de demander au terminal qui me répondit par un sympathique mais inutile « Je ne comprend pas votre requête. Désirez vous manger quelque chose ? ».

    Je tentais de frapper a la porte, espérant que quelqu'un réponde, mais en vain.

    Je senti alors que le vaisseau passa en hyper-espace.

    Suivi, quelques minutes plus tard par Aynor, qui viens m'apporter des nouvelles. En tenue assez légère. L'alarme avait du la déranger dans le Jacuzi...

    Moi : Maitre.. leur plan a échoué et on doit intervenir ?
    Aynor : Pire, mon jeune ami. La station a sauté en hyper-espace.
    Moi : La station à... une vrai étoile noire en pire ce truc.
    Aynor : Je n'aurais pas dit mieux...
    Moi : Donc on tente de les suivre ? A l'aveugle ?
    Aynor : Pas tout a fait... Ange a cru bon de coller un mouchard dans le vaisseau de Mirax... qui étant dans la station, nous indique donc la direction à prendre.
    Moi : Ce manque de foi... pourrait bien leur sauver la vie.
    Aynor : Je confirme...
    Moi : Il faut que je vous dise autre chose, Maitre...
    Aynor : Oui ?
    Moi : L'autre moi... avait pris le contrôle de mon corps alors que je m’étais assoupi.
    Aynor : C'est effectivement un problème...

    Je réfléchi un moment a une solution... que je ne trouvais pas...

    Moi : Je crois que je vais demander du café... et beaucoup !

    Aynor me regarde d'un air amusé...

    vendredi 18 juillet 2014 - 04:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Solo ne fut pas la seule à se voir déstabiliser ce saut si soudain en hyperespace. Entre deux corps à corps, elle devina une étrange lueur dans les yeux de sa fille, fait qui lui indiqua que ce bond signifiait bien plus que ce n’il n’était réellement. A coups de lame et de carotides cautérisées, Kaarde réussit à dégager un passage à ses deux compagnes de calvaire. Fuyant ses précédentes pensées, Solo lui emboita le pas et appela à grands cris sa fille de la suivre à son tour. Mimi ne perdit pas de temps à s’exécuter, elle délogea quelques membres de leurs troncs et le faufila à la suite des deux autres. Le Maître jedi couvrit leurs arrières tandis qu’elles le dépassaient, leur ordonna de s’enfuir le plus loin possible. Mais, au moment où ce dernier achevait la dernière syllabe de son dernier mot, le squelette d’une main suppurant encore lui saisit la cheville. Cette phrase inachevée força Ange à se retourner. Kaarde s’écroula devant ses yeux et la contorsion exécutée par sa jambe laissa fort peu de doute sur le nouvel état de sa cheville. Mimi sectionna le bras de la créature, sa mère enfonça la pointe de son arme dans sa boite crânienne et toutes deux aidèrent Naberry à se relever. Un blaster dans la main droite pour l’une, dans la main gauche pour l’autre, elles soutenaient l’homme qui s’efforçait de marcher.

    Mimi, un peu gauche : Ca va aller ?
    Kaarde, se mordant la lèvre : Il va bien falloir… On est encore loin ?
    Ange, rangeant son blaster, sortant le datapad et regardant le plan : Tout est relatif… Faut qu’on détourne… ca risque de prendre quelqu…

    La nouvelle situation qui s’offrait à eux empêcha la Corellienne de finir ce qu’elle avait commencé. Une nouvelle vague de personnels zombies venait de faire irruption dans leur champ de vision. Ils prirent une coursive différente, s’éloignant davantage de leur objectif premier. Dans le couloir suivant, même constat. Nouvelle direction.

    Ange : Ce n’est pas le moment d’être pessimiste, hein…
    Mimi : Mam’s, je t’en prie, commence pas…
    Ange : Je me tais, je me tais… (Elle adressa un regard compatissant à l’adresse du jedi.) Tu sais… si tu veux… j’ai peut-être quelque chose qui pourrait comment dire… te soulager un peu… j’sais que c’est pas le moment mais…
    Mimi, les yeux exorbités : Fais-moi plaisir, dis-moi que t’as pas recommencé ?
    Ange, râlant de plus belle : [/b]Quoi ? Avec tous ces événements, j’ai un peu de mal à gérer la pression, tu comprends ? Si t’avais décidé de te tirer aux confins de l’univers…
    Mimi, criant à son tour : Excuse-moi, MAMAN ! D’abord, MOI, je n’ai pas signé pour avoir une mère junkie !
    Ange : Parce que tu crois que t’es mieux peut-être… !
    Kaarde, d’un ton plus haut encore : STOP ! Ange, merci, ça ira…

    Mimi, très puérilement, tira la langue à sa génitrice, action qui décrocha un sourire sur le visage de cette dernière. Ce sourire, d’ailleurs, ne resta guère. Ils n’avaient pas considéré qu’ils avançaient aussi vite, ils n’avaient pas envisagé qu’ils étaient capables de les suivre, ils n’avaient pas voulu s’imaginer se voir surprendre de la sorte. Ange hurla. Mimi s’époumona. Kaarde vociféra. Une griffe, venue de derrière, lacéra la légère chemise et le dos qu’il dissimulait. Des articulations se serrèrent sur une chevelure. Un corps, privé de soutien, se déroba sous son poids.
    Solo virevolta, furieuse, souffrant de la blessure qu’on venait de lui infliger. Elle alluma son sabre, actionna le second mécanisme qui se trouvait sur le manche de son arme et, sa lame crépita. De l’argenté, elle vira au doré, la lame, quant à elle, s’étira. Doublant de longueur grâce à un deuxième cristal, elle s’enfonça dans les trois cavités orbitales successives qui se trouvaient devant elle. Lâchant un fils de p*** bien senti, elle balaya le reste de la coursive de gauche à droite en hurlant.
    Réglant de nouveau son lame sur sa fréquence habituelle avant de l’éteindre, elle se plaça à la gauche de Kaarde, déjà soutenue par sa fille qui s’était elle aussi débarrassée de ses assaillants avec succès. Les trois compères accélèrent leur allure – non sans que les dents au pauvre Maître jedi ne se serre davantage - afin d’éviter qu’un incident aussi fâcheux ne se reproduise.

    Kaarde, à Mimi : Regarde-moi ? (Il fronça les sourcils de sa propre douleur ou du fait qu’il venait de voir.) Tu saignes…
    Mimi, portant sa main à la tête : Ca va…
    Ange, sortant sa tête de des deux autres : Par l’Empereur, mais c’est vrai ! (Sa voix trembla.) T’es sûre que ça va aller, tu peux pas rester comme ça ! Laisse-moi au moins regarder !
    Mimi : Mam’s, s’il te plait, c’est pas vraiment le moment, on a une horde de ces choses à nos trousses !
    Ange, perdant son calme : Et je fais quoi moi si en plus de l’estropié – excuse-moi du terme, Naberry -, j’ai une gamine inconsciente sur les bras ?
    Mimi : Bah, t’improvises ! Qu’est-ce que tu veux que je te dise, moi ? Il m’a arraché une partie du cuir chevelu en me tirant en arrière comme un barje ! Ca saigne, voilà !
    Kaarde, grimaçant : Sur ce point, je suis du même avis qu’Ange, on devrait, au moins v…
    Mimi, lui coupant la parole : Et quoi ? On a ni bandage, ni bacta, ni ce que tu veux. C’est ma mère, toi, moi, une horde de zombies et voilà ! J’ai vu pire et j’espère en voir d’autres ! Alors maintenant, on se tait et on avance !
    Kaarde, très bas, à l’adresse de Solo : Ca pour être ta fille, c’est bien ta fille… Un aveugle ne se méprendrait pas.
    Ange, tout aussi bas : Malheureusement pour nous, sur ce point, elle tient aussi de son père et ça, c’est pas forcément une bonne chose…

    Ils arrivèrent enfin à destination. Devant eux se dressait une immense porte blindée derrière laquelle siégeait, ils le savaient, le générateur tant convoité. Quand Solo se rendit compte que cette dernière était tout aussi verrouillée que la précédente, elle laissa échappée une série interminable de jurons qui, à sa grande surprise, fut suivie par les deux autres membres qui l’accompagnait.


    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 19-07-2014 23:50

    samedi 19 juillet 2014 - 23:48 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Si Solo ne s’était pas attendue à ce que faire sauter la station soit une tâche aisée, elle avait encore moins envisagée que les événements prennent une tournure aussi drastique. Ils manquaient de temps. Il fallait agir vite. Kaarde était dans l’incapacité de se mouvoir correctement et Mimi… Ange ne pouvait se résoudre à confier cette besogne à sa fille. Ce n’était pas qu’elle doutait de ses capacités ou que son état vital demeurait critiquer, la blessure était peu profonde, mais elle ne pouvait accepter une telle éventualité. Trop dangereux. Cette mission était suicidaire…
    Les mots lui manquaient. Solo regardait ses doigts s’agiter frénétiquement. Intérieurement, elle se mit à sourire. Pour la seconde fois de sa vie, elle se retrouvait une situation quasiment analogue. La Force. Quelqu’un qu’elle chérissait. Tout recommençait. Et qui d’autre qu’elle pouvait agir à sa place ? Cela faisait des années qu’elle n’avait pas ressenti ce sentiment, cette étrange impression que, s’il y avait un chemin à suivre, c’était sans doute à cet instant qu’il fallait se résigner à le prendre.
    Elle évita le regard de sa fille. Elle savait que Mimi la fixait. Solo se dérobait.

    Ange, se rapprochant doucement du jedi: Je… Kaarde… Après ce qui s’est passé ces dernières années, je ne suis pas vraiment sûre que… (Elle s’interrompit.) Ton frère… Enfin… (Elle soupira.) A défaut de mieux, tu pourras garder un œil sur ma fille si jamais… j’ai pas forcément envie d’envisager cette éventualité mais… (Elle se gratta la tête.) Et dis à Tyria que j’suis désolée de ne pas avoir fait mieux pour sa fille si…
    Kaarde, l’interrompant : Ca ira, t’en fais pas.
    Ange : Cette fois, je suis sérieuse.

    Pour toute réponse, il opina du chef.
    S’il lui avait coûté de formuler les pensées qui flottaient dans son esprit, elle n’avait pourtant pas la force de dire tout ce qu’elle souhaitait à sa fille. Elle s’avança vers elle, la prit dans ses bras, caressa ses cheveux. Mimi lui rendit ce silence qui voulait tout dire. Elle serra les dents et laissa entrevoir un faible sourire en coin.

    Mimi : Parce que tu crois peut-être que je vais le laisser partir comme ça ?
    Ange, soupirant : Parce que tu crois qu’on a peut-être le choix ?
    Mimi, suppliant : Mam’s…
    Ange : Ramène Kaarde à bon port et (Elle baissa les yeux.) pour Tony…
    Mimi, furieuse : J’dirai rien à Tony ! Tu lui diras toi-même !

    Solo ravala sa salive, leva les yeux au ciel et les ferma.
    Respire… Expire… Respire… Expire… Fais-le vide en toi…
    Ses paupières reprirent vie.
    Elle croisa une dernière fois les prunelles de sa fille et fit volte-face, déterminée à mettre un terme à toute cette histoire une fois pour toute. Elle activa la porte. Elle la referma et la verrouilla. Il ne s’agissait qu’une simple mesure de sécurité, symbole de l’ultime barrière mentale que la Corellienne venait de mettre en place. Il fallait se couper du monde, rester concentrer et, avant tout, empêcher que sa fille n’ait la folie de lui emboiter le pas. Ange l’en savait capable.
    Elle colla son dos contre la paroi de la cloison et observa.
    La pièce était gigantesque. Une série de longues plateformes se succédaient. Au centre, une énorme boule d’énergie respirait. Des faisceaux de lumière bleutés s’étiraient et se perdaient. Le générateur.
    Les yeux de Solo brillaient. Un générateur. Pour la première fois depuis qu’elle avait posé le pied sur la station, elle se sentait enfin chez elle. Les moteurs. De la puissance. C’était un univers qu’elle connaissait, qu’elle aimait. Elle savait quoi faire. Elle… déglutit… Cette situation était bien plus sinistre qu’elle n’en avait l’air. Solo s’évertuait à chasser les fantômes. Elle se voyait paralyser, entendre cette voix, ce cri. Elle ferma les yeux de nouveau. Mauvaise idée. Très mauvaise idée.
    Elle s’avança lentement de cette masse sortie de l’enfer des songes. La lueur l’aveuglait, lui renvoyait des mirages. Tout autour, du vide. Un vaste puits aussi sombre que ses pensées, sans fin, allant toujours plus loin, plus profond, plus, toujours plus. Ses pas résonnèrent au fur et mesure de son avancée. Ils sonnaient son glas, graves échos de ceux qui martelaient sa poitrine. Solo se rapprochait.
    Elle vit enfin le boitier de contrôle et, la peur au ventre, s’y attarda. Elle pianota sur la console, se familiarisa rapidement avec le matériel. Passer sa vie dans les étoiles, dans et sous un cockpit, vous aidait dans ce genre de circonstances. Ange modifia des variables et se stoppa.
    Son doigt était suspendu au-dessus de la console.
    Ses yeux se turent.
    Elle pressa la commande.




    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 21-07-2014 00:36

    lundi 21 juillet 2014 - 00:35 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Le tout faisait beaucoup d'informations a assimiler d'un seul coup. C'est tout naturellement que je laissais Tyria et Anjel prendre le lead pendant que j'essayais de digérer tout ça.

    Mais quand le moment fut venu de passer à l'action, j'étais prête !! Sabre au clair, j'aidais les filles à nous tailler un chemin au travers de ces créatures cauchemardesques. Anjel nous ouvrait le passage avec son fusil a pompe avec pertes et fracas, pendant que Sarkin et moi taillions le restant a grand coup de sabre. L'odeur était juste épouvantable, je n'aurais jamais imaginé sentir pire horreur que la chambre de Polux... Mais malheureusement pour mes narines, je ne trompais...

    Enfin au détour d'un couloir nous tombâmes sur Kaarde, soutenu par Mimi. Cette dernière avait les yeux rouges... L'absence de Solo suffisait à expliquer pourquoi. A l'aide du medikit, Kaarde s'était confectionné une attelle de fortune, et Mimi s'était appliqué des pansements au bacta sur le cuir chevelu. Sans, la Force, je pouvais guerre mieux faire.

    Les présentations furent rapidement faites. Tyria se tourna vers Anjel.

    Tyria : Je veux que tu évacue avec Kaarde et Mimi à bords du Terrik's Fantasy.
    Anjel : Hors de question que j'aille avec les éclopés !! Vous allez avoir besoin de moi.
    Tyria : Anjel... Il faut qu'une de nous deux s'en sorte... Pour Sam !


    Anjel allait répondre, mais je vis dans ses yeux que Tyria l'avait convaincue. Elle avait l'air très attachée a la fille de Sarkin...

    Anjel : T'as intérêt a lui raconter toi même la fin de cette aventure !!

    Tyria ne répondit rien et se contenta de sourire... Un sourire triste. Je posais une main sur son épaule.

    Mirax : Le temps presse, il faut y aller. Anjel à raison, ça te fera une sacré histoire à raconter à Sam !!
    Tyria : Tu ne compte pas en parler à Jenna?
    Mirax : Jenna est loin d'ici, et ignore même que je suis sa mère...
    Tyria : QUOI ??!!
    Mirax : On en parlera plus tard, le temps nous manque !!


    Déja les 3 autres s'éloignaient pour rejoindre mon vaisseau. Nous partîmes toutes deux dans la direction opposée. Quelques couloirs, et quelques zombies plus loin, une violente explosion nous jeta à terre.... Solo était à l'oeuvre !! Accélérant la cadence pour tailler dans le vif nos ennemis morts vivants, nous arrivâmes Sarkin, et moi couverte de sang et puantes dans la coursive menant à la salle du générateur...

    lundi 21 juillet 2014 - 20:27 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Les secousses initiales ne tardèrent pas à se faire ressentir. Consciencieusement, Solo prit pourtant le temps de vérifier les modifications que sa manœuvre avait entraînées. Une série de jauges numériques dans le rouge, un flot de pourcentages affolé, des températures croissantes, tout semblait s’articuler selon les nouvelles mesures qui venaient d’être instaurées.

    Un second tremblement, plus fort que le précédent, fit lui comprendre qu’il n’était pas des plus sages de s’attarder dans cette pièce où le centre du générateur rayonnait avec une intensité toujours plus menaçante. Ange se brûla les doigts en tapotant une dernière fois sur la console alors que les premiers débris commençaient à pleuvoir en saccade.

    Elle se mit alors à courir sur cette succession infinie de parcelles qui menaçait déjà de céder. Une nouvelle onde de choc déstabilisa Solo. Elle tomba brutalement sur le sol et glissa de côté. Une jambe dans le vide, une autre à demi, les deux mains cramponnées fermement, elle se hissa un mètre plus loin et finalement soulagée de cette chute fortuite. Un bloc de ferrobéton venait se s’écraser à l’endroit exact où elle demeurait quelques secondes auparavant.
    Solo poursuit sa course infernale vers la sortie sous la musique inquiétante des surfaces métalliques qui crissaient. Sous la pression, des vis fusaient, du gaz s’échappaient de ça et là. La masse énergétique gonflait, des éclairs grésillaient aux alentours. La chaleur devenait intenable. Ange suait à grosses gouttes. Des perles qui cascadaient sur son dos, s’ajoutaient des nuages de poussières provenant des matériaux qui perdaient leur emprise sur la surface où ils étaient initialement fixés.

    Enfin, la Corellienne distingua la porte : elle n’était plus qu’à quelques mètres. Dans deux ou trois enjambées, elle serait à mesure de la déverrouiller et…
    Cette fois, ce n’était plus une secousse mais une explosion qui fit frémir la pièce. De nouveau, Solo perdit l’équilibre. Elle s’effondra violemment à terre, surface contre laquelle le derrière de son crâne fit corps. Elle laissa échapper un juron de douleur tout en portant machinalement sa main à l’endroit de l’impact. Le liquide poisseux qui imprégna ses doigts l’informa qu’une plaie ouverte s’était formée. S’aidant de la force de ses bras, Ange tenta de se relever quand une autre détonation résonna. Elle n’eut pas le temps de réagir. Elle ne vit juste que la fatale trajectoire d’un conséquent bloc de pierre atterrir violemment sur une partie de sa jambe.

    Elle hurla tout ce qu’elle pouvait, suffoqua, sentit son pouls s’accélérer, ses cils battre à tout rompre, ses yeux se révulser, son champ de vision rétrécir. Elle se vit défaillir, perdre connaissance… Elle luttait, respirait bruyamment pour ne pas sombrer ou c’était la fin. Ce qu’elle ressentait était insoutenable. Elle criait, se débattait mais rien n’y fit. Elle ne pouvait plus bouger : elle était piégée. Reprenant un tant soit peu ses esprits, Solo essaya de se dégager mais le ferrobéton demeurait bien trop lourd pour le peu de forces qui lui restait.
    Des sillons de larmes s’étaient dessinés jusqu’à la commissure de ses lèvres. Elle se voyait… Elle refusait le mot, elle ne voulait pas partir comme ça. Elle ravala ce qui lui restait de salive. Il faisait de plus en plus chaud. Sa tête lui tournait et… Solo se mit à rire, à rire, à rire à perdre haleine. L’endorphine s’immisça doucement dans son corps, lui faisait, le temps d’un instant, presque oublier cette douleur qui la rongeait de l’intérieur.

    Si Ange s’était jurée des années auparavant de n’avoir recours à la Force qu’avant le Grand Saut, quand son diagnostique vital n’était plus à discuter, elle savait pourtant que, dans sa situation, il n’y avait hélas plus rien à faire. Elle ne voulait pas se voir basculer de l’autre côté, être accablées de toutes ces consciences de l’au-delà qui ne l’auraient fait trépasser que plus rapidement… Elle riait, elle riait encore… Ses capacités quasi nulles en télékinésie ne lui auraient, de toute manière, été d’aucun recours. Ange savait, tout au plus, faire léviter son sabre laser au moyen d’un cruel effort de concentration. La seule solution qui lui restait se résumait à essayer de découper à l’aveugle cet immense bloc métallique sans sectionner cette jambe qui lui faisait si mal.

    Solo prit son ultime courage à deux mains. Elle déchira un pan de sa chemise qu’elle se fourra dans la bouche et alluma son sabre. A forces de cris et de pleurs, elle entama sa besogne, chauffant et découpant par épaisseur le ferrobéton. Plus la distance entre sa lame et sa jambe meurtrie diminuait, plus l’intensité de sa souffrance s’accentuait. La pression s’amenuisait. Solo s’accrocha à ses souvenirs et tint bon.

    Elle éteignit le sabre-laser et dégagea les restes fumants qui lui entravaient le membre inférieur.
    Pour la seconde fois, elle manqua de s’évanouir. Respirant, suffoquant, elle prit appui sur ses avant-bras au prix d’un cruel effort et redressa son buste. Si elle sentait toujours ses orteils, les dommages qu’avait subis sa jambe ne lui laissaient que très peu d’espoir de s’en sortir. Son tibia saignait mais semblait intact. Son fémur, en revanche… Solo réprima avec difficulté un haut-le-cœur. L’os, sectionné au tiers inférieur, avait transpercé sa peau. Le trou béant situé sur sa cuisse n’était qu’un amas de sang et saletés. Ange s’estima chanceuse : aucune artère ni veine importante de cette région n’avait dû être touchée ou elle ne serait pas là pour y songer. Elle défit sa ceinture qu’elle transforma en un garrot improvisé. Alors, elle leva les yeux.

    La pièce était en train de brûler sous l’action de la chaleur.

    Se trainant comme elle put grâce à la force de ses bras, Ange parvint jusqu’à la porte qu’elle ouvrit au moyen d’un tir de blaster. Elle poursuivait sa très lente ascension, les dents serrées, laissant derrière elle une longue trainée rougeâtre. Des points noirs s’animaient devant ses yeux. D’un mouvement de tête, Solo crut les chasser mais ceux-ci n’avaient pas bougé d’un iota.

    Elle déglutit.

    Cette fois, c’était la fin.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 22-07-2014 15:22

    mardi 22 juillet 2014 - 15:18 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Solo était vraiment dans un triste état. Elle avait eu une chance incroyable que son fémur en décidant de sortir de sa cuisse n'ai pas déchiré l'artère fémorale... Sans quoi nous serions certainement arrivés trop tard. L’assommer était digne d'une chirurgie de guerre, mais là non plus sans la Force je n'avais pas vraiment d'autre choix.

    Mais cette dernière était revenue et l'espoir avec... Même si l'idée de Sarkin avait encore une fois tout du suicide programmé. Suspendue en apesanteur, je m'accrochais à la corde de toute mes forces d'une main, toute en tenant toujours fermement Solo de l'autre. Je remerciais la Force qu'elle soit toujours inconsciente, sans quoi elle aurait surement battu le records de jurons Corelliens que l'on pouvait prononcer en une minute. A l'aide de la Télékinésie j'orientais notre course du mieux possible, prenant garde à ce qu'Ange ne touche aucuns obstacles avec sa jambe blessée. Quant à Sarkin, elle était assez grande pour se débrouiller.

    Les explosions se multipliaient et les secousses étaient de plus en plus violentes. Je commençait de plus en plus sérieusement à douter du fait que nous puissions atteindre le vaisseau d'Anjel à temps. Mais encore une fois, la Force était avec nous. Le petit vaisseau se profilait au bout de la coursive. La coupée était ouverte, ce qui me parut étrange, mais finalement salutaire. La bouteille d'air comprimé acheva de cracher son contenu, et a l'aide de la Force je nous propulsais à la vitesse de l'éclair à l'intérieur de l'appareil.

    A l'instant ou Tyria commanda la fermeture du sas, l'apesanteur repris ses droit. Je posais pied à terre en douceur en soutenant toujours Ange.

    Mirax : Sangle Solo dans une couchette et cramponne toi !! Ça va secouer.

    Je me ruai vers le cockpit. Le vaisseau était moins rapide et moins maniable que mon cher Terrik's Fantasy, mais les commandes était assez simple d'utilisation. J'espérais que ce tas de boue soit en bonne état car nous n'avions pas le temps pour une check list en bonne et dû forme. Une fois les moteurs en route je mis les gaz direction l'espace !!

    A la lisière du système, nous attendaient le Terrik's Fantasy et l'Angel's Fury. Comment le vaisseau de Solo avait-il pu suivre la station à travers l'hyperespace était une mystère qu'il faudrait éclaircir... Si Ange avait osé coller un mouchard sur mon vaisseau elle allait entendre parler du pays.

    Je dérivais toute la puissance dans les moteurs subluminiques pour mettre le plus de distances possible entre la station et nous. Quand elle explosa dans un nuage de débris énorme le souffle nous secoua si fort que je cru bien que j'allai décrocher. Je m'arc-boutais de toute mes forces sur les commandes et soudainement tout fût terminé... Nous étions vivantes... A bout de souffle je pris un instant pour réaliser l'exploit énorme que nous venions de réaliser.

    Je programmais le pilote automatique pour qu'il nous mène auprès des deux autres vaisseaux et me dirigeais vers la cabine ou Sarkin et Solo se trouvaient.

    Tyty avait solidement sanglé Ange toujours inconsciente sur une couchette et l'avait reliée à un scope pour avoir une idée de ses fonctions vitales.

    Mirax : Je vois que tu n'as pas tout oublié de ce que je t'avais appris à bord du VA.
    Tyria : Ouais comme quoi de temps en temps tu sers à quelque chose Terrik.


    Trop lasse pour relever la pique, je posais mes mains sur la cuisse de Solo.

    Mirax : Cette fois je vais pouvoir faire enfin du bon boulot.

    Un moment plus tard Ange ouvris les yeux. La Fracture était réduite, ses plaies nettoyés et pansées. Elle ouvris la bouche, comme lorsqu'elle s’apprêtait à lâcher une bordée de jurons, mais finalement :

    Ange : ***censuré*** les filles on est vivantes...
    Mirax : Et le pire c'est que c'est grâce à Sarkin.
    Tyria : Un merci aurait suffit.
    Mirax : Tu sais quoi? Ce pourquoi tu es le plus douée c'est pour te mettre dans les pires situations imaginables... Et t'en sortir...


    Tyria croisa mon regard ne sachant trop que répondre à ma remarque. Ange se mit à rire, moi aussi. Sarkin sourit et se mit à rire à son tour. Des rires nerveux presque hystérique... Celui de 3 vieilles amis qui venait d'échapper ensembles à la mort...

    Mirax : Sinon... On peut aller dans le Jacuzzi maintenant ?
    Tyria et Ange : TERRIK !!!!

    mardi 22 juillet 2014 - 21:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Solo était incrédule et peinait à croire qu’elle était encore en vie. Pourtant, son pouls qu’elle sentait battre jusque dans ses yeux, lui certifiait qu’elle appartenait toujours au monde des vivants. Malgré ses doutes, Sarkin et Terrik étaient venues la chercher et, même si elle avait dû mal à l’admettre, lui avaient sauvé la vie, cette vie sans laquelle elle n’aurait plus jamais revu ceux à qui elle tenait. Ange s’étira sur la couchette, se redressa et… s’affala lamentablement.

    Mirax, doucement : Solo, tu ferais mieux de te reposer. Je ne fais pas encore de miracles…
    Ange, hébétée : Tu déconnes ? J’suis en vie ! En vie ! EN VIE ! Nom d’un Bantha, faut fêter ça ! (Elle tenta en vain de se relever, à bout de forces.) Bordel… Y a pas quelque chose à boire sur ce rafiot ?
    Tyria, sourire sadique : Non.
    Ange : A manger ?
    Tyria : Non.

    Ange poussa un long râle qui en disait long sur sa déception imminente. Passant ses mains sur ce qui lui restait de chemise, elle se rappela les quelques minutes précédant son inconscience forcée.

    Ange, enjouée : Dis, Sarkin, j’ai pas envie de jouer les troubles fêtes mais… mon épice…
    Tyria, coupant court la requête : Pas de ça ici, Solo.
    Ange, plaintif : Mais…

    Le regard qui lui adressa Sarkin lui fit comprendre qu’il fallait mieux ne pas insister. Solo bougonna. Elle n’avait ni l’envie, ni la force d’entamer des négociations. Vu son état, c’était perdu d’avance. Se tournant vers la seconde Corellienne de la pièce, elle adressa ces mots…

    Ange : Mirax, dis-moi si je me trompe mais, tu m’as pas comme qui dirait assommée tout à l’heure ?
    Mirax : C’était pour ton bien.
    Ange : Mon bien, mon bien… Parce que j’étais pas assez amochée comme ça ?

    Solo lança une série de jurons. Elle devina qu’en réponse à sa question, Mirax avait sans doute relâcher l’emprise qu’elle avait sur ses nerfs, action qui l’empêchait – maintenant, elle le savait – de souffrir comme sur la station.

    Ange : Je dis plus rien. Tant que tu t’occupes de mon corps et pas de ma tête.
    Mirax : D’ailleurs, en parlant d’infiltration insidieuse sans permission… Tu pourrais peut-être m’expliquer comment l’Angel et mon vaisseau ont fait pour nous suivre ?
    Ange, bafouillant : Sérieux ? Ils sont ici ?
    Mirax, fronçant les sourcils : Joue pas à ça Solo, j’ai les moyens de te faire parler…
    Ange, suppliant : Pas ça s’il te plait… Ok, ok, j’avoue… Avant de partir faire sauter l’engin, je me suis… (Elle soupira.) On a eu un accrochage avec Tony… Il voulait pas me laisser partir… J’ai dû improviser quelque chose pour le faire changer d’avis. (Elle baissa la voix.) Il est vrai… j’aurais dû t’en parler… (Sur la défensive.) Mais, hein, vous êtes pas forcément mieux placées pour parler…
    Tyria, souriant : C’est moi où…
    Ange, sachant où elle voulait en venir : Nan, nan, Sarkin, laisser tomber…
    Tyria, appuyant sur sa cuisse : Allez, moi aussi, j’ai les moyens de te faire parler… Il te plait, hein ?
    Ange : Put*** Sarkin !
    Tyria : Crache le morceau où je continue !
    Ange, dans un soupir : Lui répète pas, j’ai pas franchement envie qu’il le sache…
    Tyria, fanfaronnant : Si tu savais qu’à quel point j’aime quand tu admets que j’ai raison !
    Ange, râlant : Va pas en faire une habitude. Tu risquerais d’être déçue !

    Solo sentit la prise de Mirax s’affaiblir. Elle lui lança un regard apeurée, déstabilisée à l’idée de souffrir de nouveau. La jedi lui adressa un sourire plein de compassion.

    Mirax, désolée : Comme je te l’ai dit Solo, je fais ce que je peux. Je t’ai donné une dose d’antidouleurs qui aurait assommé un rancor. Mais, même grâce à la Force, je ne pourrais pas te garder dans cet état éternellement. Il te faut du bacta en grande, grande quantité…
    Ange, se mordant la langue : Hein hein… Vu où nous sommes, ça risque d’être un peu compliqué…
    Tyria : Moi, j’ai une idée !

    Les deux femmes tournèrent doucement la tête en direction de la Kuati, dubitatives quant à la remarque qu’elle venait de formuler.

    Ange : Je déteste quand elle dit ça…
    Mirax, compatissante : Et encore, t’étais dans les vapes quand nous étions sur la station…

    Terrik lui résuma la situation. Le regard que lui adressa la Guildeuse lui suffit pour deviner ses pensées.

    Tyria, sur la défensive : Y a des fois, vous pourriez au moins faire semblant ! C’est quand même Bibi qui a eu l’idée du siècle pour vous sortir de ce foutoir…
    Ange : Ton foutoir !
    Tyria, menaçant : Tu veux jouer au docteur maboule ? (Solo fit non de la tête.) Bien. J’ai une position de repli à plusieurs parsecs de là…
    Mirax, interloquée : Position de repli ? Tu peux préciser ?
    Ange : Genre ta garçonnière de l’espace ?
    Tyria : Oui.
    Ange : T’as couché avec qui pour… SARKIN ! Laisse ma cuisse tranquille ! Ca fait un mal ! T’imagines pas !
    Tyria : T’as tort, ton expression en dit long… T’es mignonne, quand tu souffres… et docile… Ca aussi, ça pourrait devenir une habitude… Je disais, avant d’être grossièrement interrompue par une personne que je ne nommerai pas, que j’ai du bacta à foison. Par ailleurs, ça ne serait pas du luxe de faire un topo de la situation avec tout le monde.
    Ange : Pour une fois, j’suis d’accord avec la Kuati. Faut que je parle à ma fille et, j’aimerais bien le faire de vive voix…


    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 23-07-2014 11:42

    mercredi 23 juillet 2014 - 11:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Les mots me manquaient, la rage bouillonnait dans tout mon être... Devant mes yeux se trouvait la flotte de Dark Malefica. A bord d'un de ces vaisseaux, la Seigneur Sith m'avait torturé jusqu'à briser ma volonté pour faire de moi sa créature afin que j'assassine Baaaaaaal qui était mon amant à l'époque.

    Aux souvenirs de ce que j'avais subi, je serrais les dents, et les poings... Un de ces dernier atterrit d'ailleurs dans les dents de Sarkin, la jetant à terre.

    Ange : Hey doucement Terrik !! Pourquoi ces vaisseaux te mettent en boule comme ça? Sarkin d'où ça sort tout ça?
    Mirax : C'est... Comment tu as pu oser Sarkin?! COMMENT TU OSES MAINTENANT M'EMMENER ICI ?! Ce que j'ai vécu sur un des vaisseau de cette flotte est un des pire souvenir de ma vie !! Et pourtant il y en a beaucoup qui rentrent dans cette catégorie !! Tu pense vraiment que je vais accepter de monter à bord ?! Fait pas cette tête là, tous les coups et les hurlements que tu prends depuis que je t'ai remis la main dessus sont mérités !! Déforciser la Galaxie?! Et maintenant m'emmener sur la Flotte de Maléfica en me faisant croire que c'est une position de repli ?
    Ange : Ah !! C'est la flotte de Maléfica ! Je comprends mieux ta réaction Mirax, et pourquoi tous ces vaisseaux sont des antiquités... Allez c'est bon Terrik y'a prescription...


    Mais je n'avais pas écouté Ange. Je continuais de fixer Tyria, qui s'était lentement relevé. Elle essuya un filet de sang qui coulait de sa lèvre inférieure. Comme elle ne répondait pas, toujours en rage, j'en profitais pour enchaîner.

    Mirax : Combien de suppôt de la Sith sont encore sur ces vaisseaux? Qui attends encore pour nous trahir à la première occasion !! Tu nous a plus d'une fois prouvé aujourd'hui que tes "amis" était on ne plus fiables !!
    Tyria : Mirax, écoutes moi bien. Malheureusement pour toi c'est la seule option que nous ayons. Pour ta gouverne, sache que tous le personnel qui travaillais ici sous Maléfica à été débarqué il y a longtemps. Le nouvel "équipage" devrait plutôt te plaire. Et pauvre bichette, tu as été torturé ici? Laisse moi te rappeler que j'ai jeté le vaisseau de ton calvaire sur le sénat. Si tu veux vivre dans le passé en te lamentant sur ton sort c'est ton problème. Mais là moi tout de suite j'ai d'autres mynocks à fouetter !!


    Je continuais de la fixer tout en bouillonnant de rage. Mais au fond de moi, une petite voix me disait qu'elle avait raison. Cependant une fois de plus bien trop fière pour l'admettre que tournais les talons en leur disant de se démerder pour les procédures d'atterrissage. Je parti faire la tête sur la couchette ou peu de temps auparavant nous avions allongés Solo.

    Un moment plus tard, une secousse violente me fit comprendre que Sarkin venait de poser l'appareil.... En 14 ans elle n'avait fait aucuns progrès pour ce qui était du pilotage... Je laissais les filles prendre une minutes d'avance avant de les suivre pour débarquer sur le vaisseau. Nous étions dans une gigantesque soute. Le Terrik's et l'Angel's étaient posés non loin de nous et débarquaient également leurs passagers. Au pied de la passerelle de notre vaisseau, se tenait 4 Droïdes.

    Tyria : Voici l'équipage : T1, T2, T3 et T4. Tout le reste de la flotte est automatisé. T3? Pourrais-tu s'il te plais t’occuper de mon amie Mirax?
    T3: Bien sur ma Dame. Salutations Maîtresse Mirax, je suis T32R1K pour vous servir. Ma Dame à l'habite de m'appeler Terrik.


    Un long silence suivi la déclaration du droïde pendant que je lançais un ultime regard blasé à Tyria. Celle là non plus ne resterais pas impunie... Mais tout vient à point à qui sait attendre.

    Mirax : C'est bon t'as gagné... Tu as raison, c'est une excellente position de repli. Et (entre mes dents).... Pardon pour la beigne...

    -------------------------------------
    Jabinette.
    "A Chaque fois que tu actives ton sabrelaser, considére non pas qui tu vas tuer... Mais qui tu vas laisser en vie!"
    Que la Force des FF soit avec toi.

    Ce message a été modifié par: Mirax_Terrik le 23-07-2014 16:47

    mercredi 23 juillet 2014 - 16:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27079 Crédits

    Si Solo avait serré les dents le temps que Sarkin posait son appareil sur le croiseur, elle était pourtant bien heureuse d’être enfin arrivée à proximité d’une cuve de bacta. Malgré les efforts de Terrik, la douleur revenait peu à peu et, bien que la Corellienne soit parvenue jusque là à boitiller à l’aide de quelqu’un d’un mètre à un autre, désormais, elle en était incapable. Tyria revint quelques instants plus tard en compagnie d’un droïde qu’elle présenta sommairement. La Corellienne attrapa le bras de la Kuati et la retint auprès d’elle.

    Ange : Sarkin, est-ce que tu peux me passer une seringue avec des antidouleurs ? Il doit en rester dans le médikit que Terrik a utilisé tout à l’heure. Je vais pas non plus pouvoir me déplacer, il me faut un truc et pas la Force, hein… Un truc de palpable (Tyria s’apprêta à se mouvoir qu’elle la retint de nouveau.) Et, par pitié, fais en sorte que ni Tony ni Mimi ne me voient dans cet état avant que je n’ai été faire un tour dans la cuve à bacta.

    Solo soupira. Sa tête commençait à sérieusement lui tourner depuis que Mirax avait quitté le navire. Tyria ne tarda pas à revenir, le droïde, quant à lui, était sûrement parti s’occuper des détails que la jeune femme n’était pas forcée de régler seule. Elle tendit l’ustensile médical à la malade qui s’empressa de s’injecter le liquide dans les veines. Alors, elle se détendit.

    Tyria : Surtout ne me remercie pas.
    Ange, ouvrant un œil et sarcastique : Ma jambe te remercie.
    Tyria, en expirant bruyamment : Ange, tu ressembles à un mauvais brandy. Avec les années, tu ne te bonifies pas.
    Ange, du tac-o-tac :Parce que tu te crois sans doute mieux placer pour juger les autres ? J’suis pas sûre que Terrik ait super apprécié ton « point de repli » !
    Tyria : Plus sérieusement. Qu'est ce qu'il t'arrive pour être aussi à fleur de peau ? On a déjà traversé de sacrés moments ensemble et tu ne réagissais pas comme ça... Enfin pas à ce point.

    Pour toute réponse Solo ronchonna et leva les yeux ciel. Elle resta quelques minutes sans dire un mot et, voyant que son amie ne bougeait pas d’un cil, se décida quand même à lui adresser la parole.

    Ange : Écoute, Sarkin, c’est pas contre toi. J’ai juste du mal à gérer tout ça.
    Tyria, intriguée : « Tout ça » ? Mais encore ?
    Ange : J’ai pas franchement envie d’en parler…
    Tyria, exaspérée : Si tu avais le nombre de fois où tu m’as balancé cette phrase. A force, j’en ai perdu le compte. Tu peux pas passer à table pour une fois ?
    Ange, fatiguée : Tyria, s’il te plait… J’suis pas en état à jouer ça…
    Tyria, secouant la tête : T’es jamais en état de jouer ça, ça en devient fatiguant… Qu’est-ce que je suis censée faire, à la fin, tu peux me le dire ? Tu crois que ça m’amuse d’encaisser reproches sur reproches à chaque fois qu’un nouveau venu croise mon chemin ? On a chacun nos m*rdes, Solo. A un moment, faudrait peut-être penser à les assumer !

    Pour toute réponse, Solo tapota une partie de la couchette sur laquelle avait pris place. La Kuatie accepta son invitation et plongea son regard dans celui de la Corellienne. Celle-ci baissa aussitôt les yeux.

    Ange, à contre cœur : Ca doit rester entre nous. J’ai réussi à ce que ça ne s’ébruite pas jusque là et j’ai envie que ça continue. Ma fille n’est au courant de rien et je tiens à ce que ça reste comme ça, c’est clair ?

    Pour toute réponse Sarkin opina du chef.

    Ange : Bien, ça risque d’être un peu long alors… Mets-toi à l’aise…


    « Je ne suis pas Ange Solo, enfin, pas celle dont la vie correspond à celle que tu connais jusqu’à présent. Aussi insensé que cela puisse paraître, je suis née 27 années avant la bataille de Yavin, sur Corellia, en plein centre de Coronet City. Orpheline, l’Ordre n’a pas tardé à s’occuper de mon cas et un Maître jedi, en particulier : Neeja Halcyon. Je ne sais pas si tu es férue de toutes ces lointaines légendes sur l’Ordre mais cet homme s’avère être un des ancêtres de Terrik. Oui, notre Mirax Terrik. Autant de dire que la rencontrer a été pour le moins doucereux, je dois dire… Une sensation très étrange, je t’assure…

    Bref, j’ai connu ou plutôt, j’ai survécu à la Grand Purge menée par l’Empereur. Mon premier maître a trouvé la mort durant la Guerre des Clones tandis que le second m’a aidé à me cacher durant toutes ces années. J’ai ensuite fait mes classes sur Carida pendant plusieurs années. Arrivée au grade de Capitaine, j’ai tout plaqué quand j’ai su que mon frère était, lui aussi, toujours de ce monde.
    Han Solo. Je pense que je n’ai pas à développer le sujet. Voici dans la contrebande jusqu’au jour où Alderaande explose, mon second mentor avec. Je ne souhaite à personne de ressentir ce qui s’est passé ce jour. C’était horrible. Je m’en remettrai jamais, je crois. J’ai alors changé de camp et, grâce aux contacts de Han, je suis rentrée chez les Rebelles. Sullust, Hoth, Endor…

    Durant ces années, je me suis bien gardée de faire savoir à quiconque que j’étais sensible à la Force. Tu t’en doutes, c’était pas vraiment la période où on criait ça sur tous les toits. Et… J’ai rencontré Gunnar… Je crois bien que c’était la première fois que je ne tombais vraiment amoureuse, pour ce que ça vaut. Quand l’Empire est tombé avec Palpatine, ça a été le chaos. La galaxie était devenue complètement folle. Je me suis retrouvée à essayer de combattre ses vestiges avec les moyens du bord, c’est-à-dire, pas grand-chose.

    Au cours d’une mission d’exploration sur la planète Xagobah, dans les mondes de la borde extérieur, Gunnar et moi sommes tombés sur une base militaire secrète où des recherches étaient menées tout aussi clandestinement. Je ne sais pas vraiment ce qui s’est passé ce jour –là. Je me souviens d’être parvenue à entrer dans une succession de salles obscures. Là, il y a eu un flash. Tout s’est allumé. Je me suis retournée et j’ai vu le visage de Gunnar se déformer. Je n’ai pas entendu ce qu’il me criait. De nouveau, un flash et là, le noir total.

    Quand je me suis réveillée, j’étais dans la même pièce, tout avait disparu. Je l’ai cherché pendant des jours, à en devenir folle. J’ai ensuite erré dans la jungle pendant… franchement, j’en sais rien… jusqu’à trouver un semblant de civilisation et… j’ai eu le choc de ma vie… nous étions en l’an 145… A ce moment-là, j’ai complètement perdu l’esprit et, que j’ai dû accepter la triste réalité, je me suis mise en quête de mon passé pour savoir ce que j’avais manqué.

    Tu sais, c’est une chose de pas ou plus avoir de famille, c’est pas à toi que je vais l’apprendre, mais c’est encore autre chose de voir toute ta vie rentrée dans une base de données. Mon frère s’est marié, il a eu des enfants… Quant à moi… voir mon nom sur un acte de décès… p*****… la présence de Gunnar, je ne l’ai trouvé sur aucun fichier… Je ne sais pas ce qui s’est passé, s’il m’a cherché, si… Tout ce que j’ai pu apprendre sur l’événement qui m’est arrivé se résume à ça : l’Empereur avait dépensé un nombre incommensurable de crédits pour tenter de faire voyager quelqu’un dans le temps. Sans succès, les recherches avaient été abandonnées, la machine n’a jamais fonctionné jusqu’à ce jour fatidique… La Force… Je reste persuadée que c’est la Force et notre présence qui l’ont activée… Pourquoi, je ne le sais pas et je ne le saurais sans doute jamais…

    Mon passé se résume donc à une série de souvenirs qui me hantent encore maintenant à l’exception de ce sabre-laser et de ce collier. Tu comprendras peut-être mieux maintenant pourquoi j’ai été aussi… catégorique quant au destin que devait connaître ta station. On ne joue pas avec la Force, Tyria, je l’ai appris à mes dépends.

    Le reste de l’histoire, tu la connais… »

    jeudi 24 juillet 2014 - 10:24 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Un moment s'était écoulé depuis notre arrivée. Je ne me rappelais que peu de chose de mon séjour en captivité à bord du vaisseau amiral de Maléfica. Les souvenirs remontaient par bribes dans mes nombreux cauchemars, et ça n'était jamais une promenade de santé. Chaque nuit ou je m'étais réveillé hurlante, couverte de sueur suite à un de ces terribles rêves, je m'étais employés a refouler ces flashs au plus profond de mon inconscient. Le plus souvent, la méditation m'y avait aidé, dans le pire des cas, une bonne cuite au brandy s'avérait toujours efficace.

    Nous suivions un des droïde, impossible de me rappeler le numéro, qui nous guidait à travers les coursives. Là, nul besoin de cauchemarder pour que les flash reviennent jaillir en moi. Combien de fois les gardes de Maléfica ne m'avaient-ils pas traîné dans ces couloirs, alors que mon corps était perclus de douleur suites aux tortures? Mon esprit faiblissant de jours en jours jusqu'à ce que.... Je secouais la tête. Il n'était pas temps de céder au désespoir. Trop de choses reposaient sur nos épaules. J'avais machinalement suivi le groupe qui se rendait au mess, composé de Tony, Weedge, Aynor et moi. Le regard d'Aynor pouvait signifier n'importe quoi, mais elle ne disait rien. Weedge en revanche me lançait un regard inquiet.

    Weedge : Man? Tout va bien?
    Mirax : Je gère, ne t'en fais pas. Mais toi comment te portes tu? Aynor qu'il porte des liens est-il vraiment nécessaire?
    Aynor : C'est regrettable, mais malheureusement indispensable. La 2e personnalité de Weedge est "en sommeil" pour l'instant mais reste imprévisible... C'est regrettable, mais pour l'instant je n’entrevois pas de solution.


    Je soupirais en posant une main sur l'épaule de mon fils.

    Mirax : Quand tout cela sera terminé, nous irons sur Tatooine. Peut-être y trouverons nous des réponses...
    Weedge : Tatooine?
    Mirax : Oui. Ton original m'a demandé de t'y conduire. J'ignore pourquoi. Je ne peux que vivement te conseiller de méditer à ce sujet.
    Weedge : Très bien.


    Je laissais le Maître et le Padawan déjeuner ensemble. Il fallait que j'aille prendre des nouvelles des blessés à l'infirmerie. Me guidant grâce à la Force à travers les coursives, je continuais de lutter contre les mauvais souvenirs. En arrivant devant l'infirmerie, je tombais sur Kaarde.

    Mirax : Ta cheville va mieux?
    Kaarde : Comme neuve. Une fois encore le Bacta fait des miracles. Tu vas bien? Tu tiens le coup?
    Mirax : Je gère... C'est pas le tout, mais on fait quoi maintenant?
    Kaarde : On prends du repos. Ensuite il faudra que l'on prenne des décisions. Nous l'avons retrouvés... Mais maintenant que faire?
    Mirax : Elle va tenter de filer à la première occasion. Il faut l'en empêcher à tout prix. Je crois qu'on a été un peu dur avec elle...
    Kaarde : Parle pour toi et Ange...
    Mirax : Ouais bon ça va... On avait nos raisons.
    Kaarde : Il faut regagner sa confiance. L'autre problème étant de savoir jusqu’où nous pouvons lui accorder la notre...
    Mirax : Je suis d'accord. Mais comme tu as dit nous devons prendre du repos avant de prendre une quelconque décision.
    Kaarde : J'y vais de ce pas..


    Le Patron parti, j'entrais dans l'infirmerie pour y entendre des éclats de voix :

    Kyrio : Si tu essaye de me plonger dans une cuve Bacta espèce de tas de boulons tu vas amèrement le regretter.
    T? : Permettez moi d'insister Maître, mais dans votre état de faiblesse un séjour en cuve Bacta est indispensable.
    Kyrio : Indispensable mon cul !! Ça prendra le temps qu'il faut mais je me passerai de Bacta.
    Mirax : Kyrio écoute le Droïde et vas en cuve Bacta.
    Kyrio : Non
    Mirax : Si
    Kyrio: Non
    Mirax : Si
    Kyrio : Non
    Mirax : Si
    Kyrio : Non
    Mirax : On a pas de temps à perdre en futilité, je suis bien trop épuisée physiquement et mentalement pour t'aider à te soigner, alors s'il te plais, va dans cette cuve Bacta. C'est l'affaire de 2 heures et tu sera comme neuf.


    Le regard de Kyrio changea. Son cerveau venait enfin de s'allumer, et il compris vite les raisons de mon humeur morose.

    Kyrio : Okay, okay j'irais dans cette foutu cuve. Après on va s’occuper de toi.

    Je tournai les talons.

    Mirax : T'en fais pas pour moi, je gère... Je me gère, je vous gère... Toute la famille. Parce que quand j'arrête de vous gérer... vous mourrez... Alors je gère.


    jeudi 24 juillet 2014 - 23:59 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Casino de Canto Bight --- Le Casino de Canto Bight était le principal centre d'intérêt de la planète Cantonica (Planètes & Lieux - Bâtiments)
  • Hurst Romodi --- Le général Hurst Romodi était un officier de l'Empire Galactique (Personnages - Empire)
  • Tiree --- Tiree est née sur Wayland, un monde occupé par les contrebandiers et chasseurs de primes en tous genres. Il devient très vite l’un des plus jeunes pilotes de l’Alliance Rebelle. (Personnages - Rebelles)
  • Sunrider Andur --- Andur dès l’enfance était attiré par les Jedi et rêvait d’en devenir un. Son grand-père, Jev Sunrider, en était un qui lui apprit beaucoup de choses sur les Jedi. Andur osa même lire des textes non autorisés de son grand-père tellement cela le passionnait. (Personnages - Jedi)
  • Harter Kalonia --- Harter Kalonia était un médecin, membre de la Résistance. (Personnages - Résistance)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide