L'Académie Jedi (page 7)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar NewAlx

    NewAlx

    662 Crédits

    Raxar était assis, dans sa cabine. Il faisait le vide, tout du moins il tentait. Il avait fait exprès de déclencher une fausse scène avec Kinsa, c’est comme ça que leur relation fonctionnait. Il avait beau avoir gagné en maturité, Raxar restait fidèle à lui-même, ironique et hors de contrôle. Pourtant, son affinité avec la Force gagnait en précision, et son lien avec son Maître grandissait de jour en jour. Ils n’avaient maintenant plus besoin de se parler pour se comprendre, l’instinct prenait le dessus.


    Seul, dans sa cabine, il laissait les échos d’une vie passée glisser sur son esprit de méditation. Sa planète natale, froide et pleine de mystères, son départ en quête de réponses, ses nombreux déboires en tant que mercenaire ou pirate, et son arrivée au Temple pour rencontrer celle qui changea sa vie… Des échos qui se faisaient moins insistants qu’avant, il allait de l’avant et progressait chaque jour sur la voie du Jedi. Il le sentait, et cela lui prodiguait un bien fou. Il avait également certains flashs étranges. Kinsa lui avait expliqué que la Force pouvait, par moments, offrir des visions mais qu’elles étaient incertaines et surtout, impossibles à expliquer. Mais pourtant Raxar le sentait, il voyait son sabre aussi clairement qu’il voyait sa cabine. D’un vert brillant, il ressentait chaque aspect, chaque vibration dans sa main. Il se voyait le porter, d’un équilibre parfait, et il avait ce ressenti, cette vision qui le montrait avec Kinsa, côte à côte, sabres à la main. Maître et Apprenti, Jedi et Jedi, unis dans la Force.


    Il ouvrit les yeux. Kinsa était sur le devant de la cabine, elle l’attendait, posée sur le côté de la porte, un sourire aux lèvres. Elle savait comment était son élève lorsqu’il partait en méditation.


    KINSA : Navrée de t’interrompre mon cher, mais nous sommes arrivés.


    RAXAR : Ah. Oui bon bah écoute, on aura eu deux minutes de retard, rien de grave.


    KINSA : Raxar. Cela fait deux heures que j’ai atterri.


    La surprise se dessina rapidement sur le visage de Raxar.


    RAXAR : Ah. Ah oui effectivement. Faudra que je travaille sur ça aussi.


    KINSA : Oui s’il te plaît. Tu as de la chance, Rusaan propose un climat agréable. On serait sur Ilum, je t’aurais déjà traîné dans le Temple depuis longtemps.


    Raxar déglutit avec peine.


    RAXAR : Oui j’imagine. Bon, bah allons-y ! C’est fou comme tu es longue, faut toujours t’attendre.


    Un grand sourire aux lèvres, il passa devant son Maître qui leva les yeux au ciel, sourire toujours présent. En arrivant devant la porte, Raxar inspira un grand coup, et souffla tout en appuyant sur le bouton d’ouverture. Il était prêt.



    mercredi 06 janvier 2021 - 17:39 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    14813 Crédits

    Temple secondaire – À l’extérieur des murs, sur la terrasse supérieure.


    C’est une magnifique nuit étoilée qui recouvre le voile céleste au-dessus de la lune luxuriante, plongeant la région académique des temples massassi dans une douce pénombre féérique. L’immense jungle émeraude aux alentours est encore pleine activité par les allers-et-venues des quelques animaux noctambules qui profitent du silence pour vivre leur vie. Les deux temples massassi sont eux aussi plutôt silencieux, en sachant que la plupart des résidents se sont couchés pour récupérer de leurs journées éreintantes. Mais pour cette nuit-là, alors que le firmament est constellé de points multicolores, de lignes gazeuses étincelantes et de l’éclat moyen de la troisième lune de Yavin au levant, quelques-unes restent éveillées et profitent du spectacle magique qu’offre ce beau ciel découvert et décoré par les astres lointains et la blondeur de la lune.

    Reyn est perchée sur le rebord de l’avant-avant dernier niveau du temple secondaire, à quelques mètres à peine au-dessus de la terrasse supérieure, et elle observe le ciel de ses deux yeux marrons d’enfant toutes ces lueurs et ces points qui illuminent la voûte céleste de Yavin. Elle n’est pas d’ailleurs la seule car trois à quatre autres apprenties, de milieux et d’espèces différentes, sont elles aussi présentes sur le niveau en hauteur du temple pour observer le spectacle étoilé. Reyn est ravie de pouvoir profiter d’un tel moment, à contempler l’infinité de corps célestes qui semblent si loin et pourtant qui éclairent le ciel avec autant d’ardeur que sa foi de Jedi. Et puis, avec le cadre luxuriant de la quatrième lune et l’absence de conflit dans les environs, la petite padawan retrouve une paix intérieure qu’elle n’avait que rarement l’occasion de ressentir. Oui, elle aime contempler ces étoiles dans le silence et dans le cadre enchanteur d’un monde si luxuriant.
    L’une de ses quatre camarades, une jeune kiffar, brise le silence qui durait depuis bientôt une heure pour interpeller les autres filles par une question culturelle.

    Kiffar : - Je me demande si nos maîtres ou les autres Jedi se sont interrogés sur la forme que prennent ces constellations. On nous entraîne à préserver la paix et la justice mais on a peu de choses sur les autres domaines d’apprentissage.
    Tholothianne, moqueuse : - Tu t’intéresses aux questions de savoir et de mystères, maintenant ? Tu te vois déjà comme chercheuse dans le corps enseignant de l’ordre, lol.
    Miraluka : - Elle n’a pas tort tu sais. Nos mentors et les autres membres nous forment tous à savoir défendre des opinions et des vies mais ils ne nous ont pas orienté à nous renseigner sur les autres savoirs répertoriés par la communauté. Il y a bien la bibliothèque mais même chercher le bon ouvrage tout seul, c’est plus embêtant qu’accompagné.
    Mirialane : - Vous oubliez aussi qu’avec le nombre conséquent d’apprentis sans maître, les formations collectives se font beaucoup dans la bibliothèque et que les rares Jedi chercheurs qui la dirigent sont débordés pour nous fournir de quoi nous aider à mieux apprendre le sabre et la Force. On doit donc parfois chercher par nous-même, ou du moins trouver le temps libre pour le faire.
    Kiffar : - Et toi Reyn, tu as appris quelques trucs sur l’astronomie pendant ta formation ?

    La petite humaine se redresse en peu pour passer d’une posture allongée à une posture assise, profitant qu’elle est entourée par ces camarades pour lui faire part de son opinion sur la question. Et avec les longues semaines d’entraînement à la télépathie, elle peut largement leur faire part de ses pensées à toutes pendant le court temps qu’elle choisit pour leur répondre.

    Reyn (télépathie) : - Je connais quelques bases astronomiques oui. Mes premières années de padawan, avant la guerre, me permettaient de vagabonder de temps à autre parmi les ouvrages de la bibliothèque du Temple sur Coruscant. Et avec mon maître actuel, j’ai pu aussi redécouvrir ces choses concernant l’imaginaire des étoiles. Vous voulez que je vous dise quelle constellation on voit dans le ciel ce soir ?
    Tholothianne : - Si ça ne te dérange pas, s’il-te-plaît. Ce serait intéressant pour se repérer.
    Mirialane : - Et au moins, on aura de quoi compléter cette soirée en apprenant à les connaître.
    Reyn (télépathie) : - D’accord, je me lance.

    Elle se cale avec son gros oreiller dans son dos et se couche dessus pour avoir un aperçu général de toute la voûte céleste devant les yeux. Elle se sert même de la Force pour avoir une voix un peu plus précise de toutes ces étoiles qui donnent des formes diverses et variées.

    Reyn (télépathie) : - On a une superbe vue sur l’hémisphère nord de la lune, au vu de l’emplacement de l’Académie sur le méridien et l’équateur, et on a la chance de pouvoir apercevoir dix des quinze constellations qui forment le zodiaque, sans oublier quelques-unes des constellations de l’été.
    Kiffar : - Tu arrives à les différencier avec toutes ces étoiles pêle-mêle ?
    Reyn (télépathie) : - Une fois qu’on les a vues, on peut les reconnaître. Tenez, suivez mon doigt. (Elle pointe aussitôt le ciel étoilé en désignant un groupe.) En partant du levant jusqu’au ponant nous avons les constellations les plus connues. Le Grand Orbak à l’extrême est, suivie par le Reek dont le dos et la corne sont reconnaissables, puis là on aperçoit à sa gauche les Jumelles australes. La constellation qui ressemble à un acklay, c’est celle du Kanseire. On a ensuite le magnifique Targon, à la crinière flamboyante, suivi toujours à sa gauche par la constellation de la Gardienne. Au-dessus de ces deux constellations, celle du Dragon forme une longue arborescence d’étoiles qui donne forme à ses pattes, sa tête cornue et sa queue. En suivant à nouveau la ligne zodiacale, on aperçoit la forme étrange d’une rosace. C’est la constellation de l’Étoile-Spirale, une de mes préférées. Elle est rejointe à l’ouest par celle du Scarabête, puis celle du Seigneur qu’on surnomme aussi le Maître, la constellation de l’Arche qui ressemble à un vaisseau spatial, celle du Diathim par sa figuration angélique, celle du Purrgil et les deux dernières qui ouvrent sur le ponant sont le Busaigle et l’Auréole. Toutes ces constellations forment un imaginaire de créatures et de personnages issus de mythes et observations des plus anciens mondes connus.
    Miraluka : - C’est vrai que maintenant que tu nous les as montrées, je commence à mieux les distinguer à travers cette myriade d’étoiles. C’est splendide.
    Mirialane : - On dirait un immense spectacle à une échelle quasi-cosmique, un ballet céleste.
    Tholotianne : - On dit que comme les étoiles, les constellations sont des signes de chance et de positivité. Tu as une constellation particulière qui te porte chance Reyn ?

    La jeune muette pointe cette fois-ci un peu plus haut le ciel étoilé de son doigt, indiquant la zone astrale au-delà du cercle septentrional. Les autres filles scrutent la direction pointée et, après avoir bien distingué la forme prise par les quelques étoiles, comprennent qu’il s’agit d’une constellation formant un arbre gargantuesque aux branches et racines dérivantes.

    Reyn (télépathie) : - C’est l’Arbre-Monde, la constellation boréale la plus belle du firmament. Les gens de ma planète disent qu’elle symbolise l’union et la fraternité universelle depuis les origines, ainsi que la représentation de notre galaxie en un seul et même monde.
    Kiffar : - C’est magnifique. J’aperçois des étoiles bien plus brillantes que celles des autres.
    Mirialane : - Tu arrives à voir quelque chose avec la lueur de la lune ? Moi j’y arrive pas.
    Miraluka : - Tu peux toujours te servir de la Force pour voir plus loin. Si tu y arrives.
    Tholotianne : - Je trouve que la troisième lune de Yavin commence à s’éclaircir de plus en plus. On a l’impression qu’elle ne veut plus qu’on regarde les étoiles.
    Mirialane : - Du coup, qu’est-ce qu’on fait ? On rentre et on retourne se coucher.
    Kiffar : - J’aimerais bien faire un dernier truc avant, quelque chose qui conclut cette soirée en beauté.
    Reyn (télépathie) : - Hurlons à la lune !

    Les quatre jeunes aliens regardent de manière ahurie et surprise leur camarade humaine.

    Miraluka : - Tu veux hurler à la lune ? Comme le font les loth-loup ?
    Reyn (télépathie) : - Bien sûr !
    Kiffar : - Oui, pourquoi pas. De toute manière, on ne risque de déranger personne depuis cette hauteur. On devrait essayer pour s’amuser.
    Tholotianne : - J’avoue que l’idée est tentante. Et puis, la chevalière Talik ne saura pas que c’est nous.
    Mirialane : - Mais toi Reyn, comment tu vas faire pour hurler puisque tu es muette ?
    Reyn (télépathie) : - Rassurez-vous, je peux crier comme hurler comme vous. Écoutez donc.

    Reyn se redresse en se postant bien droite, le regard vers la lune blanchâtre assez grosse dans le ciel, et commence à sortir un joli hurlement de jeune loth-louve.

    Reyn : - Awooooooooo !
    Kiffar, la rejoignant peu après : - Waooooo !
    Miraluku et Mirialane : - Awwoooooo !
    Tholotianne, légèrement après elles : - Awoooo !
    Puis ensemble : - Awooooooooo !

    WRYYYYYYYYYYYYYYYY !!!


    Ce cri étrange venu de nulle part semblait retentir dans toute la région, écho provenant de partout et se répercutant dans la jungle endormie et dans l’aire des temples massassi. Un cri qui n’appartenait à aucun animal connu, ni sur cette lune si sur aucune planète. Les quatre jeunes initiées sont stupéfaites par ce hurlement inconnu mais terrifiant.

    Kiffar : - C’était quoi ?
    Reyn (télépathie) : - Tout va bien, il n’y a rien d’anormal.
    Tholotianne : - Pourquoi tu dis ça ? Tu sais à qui appartient ce cri ?
    Reyn, un sourire moqueur (télépathie) : - Oui. (Elle désigne aussitôt la troisième lune.) À l’homme sur la lune.

    Car en effet, dans le ciel étoilé et au-dessus de l’immense jungle luxuriante autour de l’Académie, la face blonde, lumineuse et visible de la troisième lune affiche de manière étrange et phénoménale un visage humain. Un visage reprenant trait pour trait une personne connue dans les environs.
    Le visage moqueur de la lune est celui du jeune chevalier Jedi originaire de Tython^^.


    vendredi 16 avril 2021 - 22:31 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar ninnin64

    ninnin64

    109 Crédits

    FICHE DE PRÉSENTATION.exe

    Nom : Ninnin 

    Sexe : Masculin 

    Âge : 15 ans

    Race : Humain 

    Planète d’origine : Inconnue 

    Description physique : Taille moyenne, plutôt maigre, cheveux courts et châtain, yeux de la même couleur. 

    Caractère : Plutôt gentil et drôle, mais peut vite être en colère malgré une grande timidité. Il passe pas mal de temps à rêvasser.

    Histoire : Ninnin n’a jamais connu sa planète natale, et pour lui sa « maison » est un vaisseau. En effet, ses parents, semblant fuir quelque chose, ne s’arrêtaient jamais plus d’une semaine. Il n’a donc jamais eu l’occasion de côtoyer longtemps des enfants de son âge. C’est donc dans une atmosphère confinée qu’il passa la première partie de sa vie. C’est lorsqu’un chasseur de primes essaya de le kidnapper  qu’il utilisa  pour la première fois le pouvoir de la Force. Ses parents étaient horrifiés mais lui ne comprenait pas, car faute de sociabilité, il trouvait ça tout à fait normal. Mais il promis de ne plus jamais le faire. Naturellement, ça c’est reproduit, il y a pas très longtemps, quand son père a failli mourrir, il l’a sauvé sans même comprendre ce qui se passait en l’attirant vers lui. Ces parents discutèrent longuement, et mirent le cap sur Yavin IV. Une fois là-bas, alors qu’ils étaient approche, sa mère ouvrit la porte. Le vaisseau ne toucha pas terre. Ninnin commença à comprendre, mais une décharge paralysante l’empêcha de réagir. Il se réveillera dans un lieu inconnu avec des personnes inconnues. Il se renfrogna, et il commença à fuir les gens, se cachant dans des coins, attendant une explication de ce qui lui était arrivé.

    samedi 14 août 2021 - 16:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    14813 Crédits

    Temple principal – Aux alentours de l’aire principale…

    Il existe une quantité innombrable d’idées reçues et de préjugés auxquels les utilisateurs de la Force, et en plus généralement les Jedi, sont souvent ou régulièrement confrontés dans les recoins extérieurs de la galaxie. La quasi-majorité de la population galactique respecte mais craint aussi l’existence de la Force comme une chose indescriptible ou incompréhensible, allant jusqu’à penser que ceux qui disent ou démontrent des aptitudes à la sentir sont différents voire dangereux. Les gens ont peur de l’inconnu, de ce qu’il ne comprennent pas et cela amène souvent à caractériser les Jedi selon un point de vue relativement péjoratif.

    On dit beaucoup que les utilisateurs de la Force sont des sorciers, plus particulièrement sur les mondes sauvages, primitifs ou encore enclavés dans un patrimoine spirituel profondément ancré. Qu’ils sont élitistes, alors que la vie elle-même cherche à équilibrer les choses en offrant la Force de manière « aléatoire » aux êtres vivants. Et qu’ils sont des enleveurs d’enfants, bien que la vérité est que nous proposons aux sensitifs une chance de mettre à contribution son talent sans le forcer. Mais ils auront beau dire toutes ces insultes à l’égard des Jedi, certains sont prêts à sacrifier leur progéniture en les abandonnant sur le perron du Temple ou bien de l’Académie.
    Et c’est actuellement ce qui se passe ce jour-ci, alors que tout allait bien avec ce beau ciel bleu.

    Je me demandais ce qui pouvait bien amener un vaisseau-cargo moyen à venir se stationner temporairement à quelques mètres de l’enceinte de l’Académie, et plus particulièrement quelques mètres du sol sans chercher à se poser. J’eus ma réponse lorsque je vis une silhouette chuter depuis la passerelle d’entrée ouverte après qu’un flash électrostatique ait frappé son dos. Une fois la silhouette descendue de la manière la moins agréable, le vaisseau-cargo remonta dans les airs et repartit dans l’espace sans perdre de temps ni même se retourner.
    La présence du vaisseau et le cri faible de la silhouette en chute a bien évidemment mis fin aux jeux de récréation des novices et ces derniers avaient quitté leurs balles et autres instruments ludiques pour aller se rassembler vers l’endroit où la mystérieuse personne était tombée. Et comme j’étais le seul membre confirmé déjà près des lieux, il ne fallut que peu de temps pour me rendre sur place et commencer à me faufiler à travers ces novices turbulents regroupés tel un essaim de vers-guêpes.

    Moi, haussant le ton de manière autoritaire : - Vous tous, reculez ! J’ai dit reculez ! Laissez-moi passer, merci ! Allez, tout le monde reculez ! Reculez bon sang, ne m’obligez pas à sévir !

    La plupart des novices se reculent et s’écartent pour me laisser passer, me connaissant de caractère et de capacités, et me voilà enfin à portée de l’objet de leur attention béate et curieuse. Je découvre qu’il s’agit, sans être vraiment étonné ni consterné, un jeune adolescent humain aux cheveux châtains qui se recroqueville sur lui en se tenant assis contre l’arbre derrière lui. Je constate rapidement qu’il est terrifié et perdu, la présence de tant d’inconnus autour de lui doit le perturber.

    Moi, réagissant aussitôt : - Allez vous tous, dispersez-vous ! Dispersez-vous j’ai dit ! Retournez à vos occupations journalières, je prends les choses en main. Non, laissez-le tranquille ! Vous voyez bien qu’il a peur de vous. Allez, tout le monde en classes ou à la salle commune ! Je ne veux voir plus personne dans un rayon de sept à dix mètres autour d’ici !

    C’est après cinq courtes minutes de mouvement vers le temple principal que je me retrouve seul avec le jeune garçon, profitant que je sois encore seul avec lui pour procéder à un premier contact. Même s’il semble toujours apeuré par ma présence, je me dois de le rassurer pour qu’il puisse être en état de communiquer avec autrui.

    Moi : - C’est bon, tu peux respirer maintenant. Ils sont tous partis. Tu peux te lever… ?
    Jeune garçon, terrifié : - Ne m’approchez pas ! Je ne vous connais pas, laissez-moi tranquille !
    Moi : - Calme-toi, tout va bien. Je ne te veux aucun mal, je suis resté pour te venir en aide.
    Jeune garçon : - Laissez-moi tranquille je vous dis ! Je ne parle pas aux personnes que je connais pas ni que mes parents connaissent. Je ne sais même pas pourquoi je suis là !
    Moi, empathique : - Je sais, je comprends ce que tu ressens mais tu n’as rien à craindre. Tout va bien. (Je commence aussitôt à user de l’empathie de Force pour apaiser son esprit apeuré.) Tout va bien.

    Le jeune garçon commence peu à peu à se calmer et à relâcher la pression, cessant de se protéger et de se prostrer contre le pied de l’arbre, puis il finit par se mettre dans une position plus confortable pour s’asseoir mais aussi garder ses jambes pliés contre lui pour se prémunir d’un moindre danger. Je remarque quelques hématomes sur ses jambes et ses bras, dus à la chute depuis le vaisseau évidemment, et je décide de couper court à mon pouvoir d’empathie pour appliquer celui basique de soin comme premiers secours. C’est en voyant la main approcher qu’il reprend un peu peur mais il est toutefois surpris par la vibration chaleureuse que produit ma paume vers ses blessures. De plus, il remarque que ses hématomes commencent à disparaître après que j’ai appliqué mon pouvoir.

    Jeune garçon, stupéfait : - Co… Comme… Comment vous avez fait ça ?
    Moi : - C’est la première fois que tu vois une utilisation de la Force par un autre, je présume.
    Jeune garçon : - La Force ?
    Moi : - Oui. La Force est le nom de l’énergie mystique et universelle qui m’a permis de pouvoir te soigner à l’instant. Cette énergie que tu as dû rencontrer au cours de ton enfance sous la forme d'actions psychiques, si tes parents ont décidé de te laisser ici sans te prévenir ni nous prévenir.
    Jeune garçon : - Je… Je ne comprends pas. J’ai… J’ai eu c’est vrai utilisé une sorte de pouvoir étrange qui m’a permis de protéger ou sauver ma famille, à deux occasions distinctes. Mais je ne l’ai pas fait volontairement… et j’avais promis que je ne le referais plus. Alors… pourquoi ? Pourquoi ?!
    Moi : - Ainsi est la triste réalité de la vie. Tes parents ont été choqués de savoir que tu étais sensible à la Force et que tu avais des pouvoirs qui pouvaient s’avérer devenir dangereux pour eux.
    Jeune garçon : - Mais je leur ai promis…
    Moi : - Promettre quelque chose dont on ignore l’existence ne te sauve pas. Tes parents savaient ce qui pouvait arriver à ceux qui manipulent la Force, ce qu’elle-même peut provoquer quant elle est mal appliquée, mais leur peur de ce pouvoir qu’est le tien les ont obligé à faire un choix. Le choix de t’envoyer dans un endroit où ta particularité se fonderait dans la masse. Certes, ils l’ont fait de la manière la moins adéquate… surtout sans t’en parler ni nous avertir… mais ils l’ont fait.

    La révélation fait un tel choc à l’adolescent que je lui laisse un moment pour digérer et comprendre leur volonté. En prenant conscience qu’il a été laissé ici par sa famille pour un pouvoir qu’il n’a pas voulu ni acquis par lui-même, il doit se sentir honteux et coupable au fond de lui. Je n’ose pas lui dire qu’il n’ait pas coupable de ce qui lui arrive car seuls ses parents le sont. Par ailleurs, dès que j’aurais fini de le remettre aux soins de Kinsa (qui ne devrait pas tarder à arriver), je pense aller à la poursuite de leur vaisseau et leur toucher deux mots. Par précaution, j’applique à nouveau l’empathie de Force pour l’apaiser et je commence à l’aider à se relever.

    Moi, empathique : - Allez, debout. Tu as eue une dure journée et tu vas avoir besoin de t’adapter à cette nouvelle réalité. Sache maintenant qu’ici, tu seras accueilli comme il se doit pour ton talent.
    Jeune garçon : - Où est-ce que je suis au juste ? Et pardon de ne l’avoir pas demandé plus tôt, mais je peux savoir qui vous êtes ?
    Moi, amusé : - Héhé, ne t’inquiète pas c’est normal. Je m’appelle Galen Arek et je suis un chevalier Jedi, un utilisateur professionnel de la Force qui sert la République et la galaxie en tant que fonctionnaire de l’ordre et du bien commun. Tu es ici à l’Académie Jedi de Yavin, là où les jeunes sensitifs comme toi reçoivent l’aide et l’accompagnement nécessaire pour apprendre à utiliser la Force et l’user à bon escient. Je dois d’ailleurs t’amener auprès d’une collègue qui s’occupe de la gestion de l’académie. Elle saura plus t’aider que moi. Et toi, comment tu t’appelles ?

    Il hésite une première fois à me répondre, encore choqué et perdu par ce qui lui arrive, mais ce premier contact empathique lui donne un peu plus de confiance envers moi pour me répondre.

    Jeune garçon : - Ninnin. Je m’appelle Ninnin.
    Moi : - Enchanté Ninnin, vraiment.

    mardi 31 août 2021 - 16:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar La_Mirialane

    La_Mirialane

    363 Crédits

    Enfin arrivée. Il était temps, quel voyage ! Autant il s’était passé sans encombre, autant ça restait une aventure. Partir de Saleucami, changer à Boonta pour embarquer dans un vieux cargo et remonter le Couloir de Salin jusqu’à Centares en faisant toutes les escales (des arrêts pouvant aller de un à trois jours), puis prendre un autre transporteur premier prix, le long de la Perlemienne jusqu’à Coruscant, avec là encore tous les arrêts et des populations aussi pauvres que la jeune femme, laquelle gardait ses affaires toujours collées contre sa poitrine. Et une fois à la capitale, il fallait encore prendre un taxi volant… pour que rendue au Temple Jedi, on ne lui dise que les inscriptions se faisaient à l’Académie de Yavin IV. Elle trouvait ça gonflé, qu’on ne l’inscrive pas ici. Heureusement, une navette allait l’emmener directement là-bas, en même temps que du matériel et des provisions.
    Enfin, elle voyait le bout. En plus, le droïde pilote n’était pas du genre bavard, ça lui convenait très bien : les jacasseries avec des inconnus, ça la mettait mal à l’aise.

    C’était la première fois que la Mirialane voyait la géante gazeuse. Ainsi, c’était là que l’Étoile Noire avait été détruite… Elle n’était pas calée en Histoire (ni très instruite en général, d’ailleurs) mais ça, il fallait vivre au fin fond des Régions Inconnues pour ne pas connaître ce moment historique.

    La rampe de la navette descendit pour donner sur un vaste hangar avec plusieurs vaisseaux divers. Myrith aperçut une Twi’lek à peau azurée attendre en bas.

    Twi’lek — Bonjour. Bienvenue à l’Académie Jedi de Yavin IV. Chevalier Kinsa Talik, pour te servir.
    Myrith — Myrith Saanee. Bonjour.
    Kinsa — Enchantée. Le Temple nous a avertis de ta venue. Suis-moi, je t’en prie.

    La Jedi n’avait pas pu ne pas remarquer les tatouages faciaux de la Mirialane : on pouvait en déduire qu’elle avait déjà franchi un certain nombre d’épreuves dans sa vie, d’ailleurs les traits de son visage pouvaient trahir un âge plus élevé que la moyenne des padawans ; Talik ne le mentionna pas. Elle nota aussi sa silhouette saine et même un peu forte : sportive ? Elle confia être surprise de la chevelure bleue, une couleur d’ordinaire non naturelle pour cette espèce. Myrith parut exaspérée.

    Myrith — Je sais… C’est une anomalie, c’est tout. Ça change rien pour le reste.

    Elle la mena dans une autre pièce où se trouvaient des sièges, et une table à laquelle les deux femmes s’assirent face à face.

    Kinsa — Alors, dis-moi : d’où viens-tu ?
    Myrith — Saleucami.
    Kinsa — D’accord. Où, sur Saleucami ?
    Myrith — Des faubourgs de l’astroport.
    Kinsa — Je vois. Peux-tu m’en dire plus sur ta vie ? Ton lien avec la Force, peut-être ?
    Myrith — Ben… euh… Je sais pas… J’ai comme un… ah, vous savez : une sorte de… pas de « fluide », mais… ah, je sais pas comment expliquer… Mais au fur et à mesure des années, j’ai essayé de découvrir ce que je pouvais faire. Je sens que j’ai… comment dire… une puissance en moi. Enfin, que la Force est puissante.
    Kinsa — Huhum.
    Myrith — Le problème, c’est que j’ai pas pu pratiquer beaucoup. On vivait dans un quartier… « chaud », on va dire. Et déjà que j’étais la seule Mirialane du coin, mais en plus j’utilisais la Force. Alors je me suis pas fait des amis…
    Kinsa — Ah. Je comprends. Et tes parents ?
    Myrith — Je… ne suis pas en bon termes avec eux. Je préfère ne pas en parler.
    Kinsa — Comme tu veux. Mais dis-moi… Tu… Ou plutôt, pourquoi viens-tu maintenant ? Tu n’as pas pu partir plus tôt ?
    Myrith — Tss… ! J’aurais bien aimé, mais ça coûte cher, de voyager ! Faut bien manger, aussi, quand on se fait pas tirer son fric. Alors j’ai dû faire des petits boulots.
    Kinsa — Ne le prends pas mal, je posais seulement la question.
    Myrith — Désolée. Je peux être un peu brute de décoffrage. Mais je suis calme. Et je l’ai pas pris mal.

    Elle continua de lui dire qu’elle voulait apprendre la Force, de développer son potentiel et de voir si elle s’était fait des idées ou si elle avait bel et bien une puissance qui ne demandait qu’à s’exacerber. Toutefois, elle n’était pas très prolixe, ce dont elle s’excusa : le manque d’habitude d’avoir des amis, ou tout du moins des gens sans adversité, l’avaient rendue réservée. Pourtant, on sentait qu’elle voulait casser cette barrière, ça la gênait elle-même de ne pas pouvoir se révéler d’emblée avec sérénité.
    Au moins, Myrith s’avérait bien éduquée, malgré son passé visiblement difficile : elle vouvoyait d’office.
    Au fur et à mesure de l’entretien, la Jedi continuait de prendre des notes sur un bloc de données, parfois en acquiesçant.

    Kinsa — Bien. Suis-moi.
    Myrith — Où ça ?
    Kinsa — J’aimerais te faire passer un simple test. Tu as l’air d’avoir du potentiel, mais voyons d’abord de quoi tu es capable en situation.

    Prenant sa valise, Myrith suivit le Chevalier. Sur le chemin, elle brisa le silence :

    Myrith — Hem… Excusez-moi…
    Kinsa — Oui ?
    Myrith — Faut que vous sachiez que j’ai vingt-sept ans. Il paraît que les Jedi prennent les nouveaux quand ils sont jeunes. C’est pas un peu trop tard pour moi ?
    Kinsa — Nooon ! C’est vrai qu’on n’a pas souvent des adultes « adultes », plutôt des ados, dans les quinze-vingt ans, même moins. Mais c’est pas grave, il n’est jamais trop tard pour commencer une formation. Et puis, on n’est pas obligés d’être tous des Jedi accomplis à trente ans non plus ! Chacun son rythme. D’autant que si tu as vraiment un potentiel, tu pourrais faire de gros progrès très vite. Tu serais pas la première. Voilà, on y est.



    Résumé du personnage :
    Prénom : Myrith
    Nom : Saanee
    Sexe : Féminin
    Âge : 27 ans
    Espèce : Mirialane
    Monde d’origine : Saleucami
    Physique : Peau vert pâle, cheveux bleus (anomalie génétique), yeux bleu profond, corps bien entretenu. Plusieurs tatouages traditionnels sur le visage.
    Caractère : Réservée, brute de décoffrage, ferme, mais pas spécialement méchante ni agressive. Autres traits à découvrir.

    mercredi 15 juin 2022 - 19:08 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar La_Mirialane

    La_Mirialane

    363 Crédits

    Post fait avec l’aval exceptionnel d’Ordo

    Initiation de Myrith Saanee


    De retour dans le hangar ? La nouvelle venue ne comprenait pas : on la mettait dehors, à peine arrivée ? C’est alors qu’une autre Twi’lek, bleue elle aussi mais un peu plus mûre et sans armure, arriva pour saluer sa congénère, un sac sur le dos :

    Twi’lek — Kinsa. Bonjour, fit-elle poliment à l’adresse de la Mirialane.
    Kinsa — Myrith, je te présente Maître Aynor Alask.
    Myrith — Ah. Euh, enchantée.
    Kinsa — Aynor, Myrith Saanee. Elle est arrivée à l’instant. Je sens un potentiel en elle, ça pourrait être un bon élément. Est-ce que je peux vous la confier pour son premier exercice ?
    Aynor — Bien sûr, avec plaisir !
    Kinsa — Bien. Myrith, tu vas accompagner Maître Alask dans la jungle ; elle a proposé d’aller chercher des mujas pour la Salle Commune. Tu sais ce que c’est, des mujas ?
    Myrith — Ah oui ! J’adore ça, en plus.
    Kinsa — Parfait. J’aimerais que tu l’aides à trouver des buissons. Pour ça, tu devras te guider avec la Force. Quand vous reviendrez, elle me dira comment tu t’es débrouillée et si tu as fait un bon exercice.
    Myrith — Euh… d’accord, mais je sais pas comment on fait !
    Aynor — Ce n’est pas très compliqué, tu verras. Et si vraiment tu as trop de mal, je te donnerai quelques pistes.
    Kinsa — Tu peux laisser ta valise ici. Ne t’inquiète pas, personne ne va te la voler ou l’ouvrir : c’est pas le genre de la maison.
    Myrith — Mais c’est pas dangereux, d’aller dans la jungle ? Je suis pas armée !
    Aynor — Mais moi, oui. Ne t’inquiète pas, ça se passera bien.

    La Maître Jedi avait un ton particulièrement doux et bienveillant, sans pour autant prendre Myrith pour une ado. Au moment de partir, ça fit bizarre d’entendre la Mandalorienne à lekku dire cette fameuse phrase : « Que la Force soit avec vous ».

    Sur le chemin, Aynor lui posa quelques questions à propos de sa venue, de ce qu’elle envisageait de faire au sein de l’Académie, et aussi des questions un peu plus personnelles. Mais là encore, la Mirialane se montra réservée : son manque d’habitude, le fait qu’elles ne se connaissaient pas… et puis, ça restait intimidant aussi ! Aynor était son second contact en arrivant sur Yavin, et direct elle parlait à quelqu’un de haut placé – Myrith savait-elle, en sus, qu’il s’agissait d’un membre éminent du Conseil ?

    Mais assez parlé : voici l’heure de l’exercice. La Twi’lek laissa la jeune femme chercher toute seule un contact avec la Force. Sauf qu’elle ne savait pas comment faire, disait-elle. Aynor lui suggéra donc d’arrêter leur marche et de faire le vide dans son esprit.

    Aynor, désignant une souche Assieds-toi. Respire, entre en communion avec la Force. C’est moins compliqué que ça en a l’air : ressens-la, puis laisse-la couler à travers toi.

    La Mirialane, assise, les mains sur les cuisses, inspira donc profondément. Certes, ce n’était plus une enfant ni une adolescente, mais elle avait toujours cette bougeotte ; c’était une femme active, plus prompte à une randonnée ou une course qu’à une méditation.
    Enfin, il fallait jouer le jeu… Aynor lui disait encore une fois de faire le vide, et elle y peinait : « Écoute la Force, concentre-toi, suis ton intuition ».
    Au bout d’un moment assez rapide en définitive, la Mirialane perçut ce quelque chose de particulier l’entourer, l’envelopper d’une chaleur fluide, qui réagissait à son être ; ça y est, c’était ça, elle le savait. Elle ne savait pas comment ni pourquoi, mais elle savait que c’était ça.

    Pour autant, toujours un peu dans le contrôle des choses, Myrith ne parvenait pas à laisser la Force faire. Elle la sentait en elle, son lien, mais elle avait toujours été dans la manipulation de cette énergie, plus ou moins volontairement. Elle avait déjà fait usage de pouvoirs basiques, mais jamais – ou très, très rarement – elle n’avait pratiqué ce genre de communion ; forcément, ça faisait bizarre et la Mirialane ne savait guère comment lâcher la bride.

    Myrith — Je crois… Je crois que je les vois. Les mujas. Ils sont… loin. Je ne saurais pas dire combien. Mais je les vois… il y en a beaucoup.

    Elle parvenait en effet à percevoir les fruits, alors qu’elle n’arrivait toujours pas à « faire entrer » la Force en elle. Lorsque ça arrivait, avant de venir sur Yavin, c’était surtout sans réfléchir, de manière instinctive : chercher à se concentrer dessus générait paradoxalement un blocage – un sentiment dont elle fit part à la Maître.

    Myrith — Je sais, c’est bizarre. Mais je me suis jamais posé la question avant. C’était… comme ça, quoi.
    Aynor — Chacun a son approche de la Force, ne t’inquiète pas trop de ça.
    Myrith — Faut dire que j’ai du mal avec la méditation. J’arrive pas à rester concentrée sans bouger, j’ai besoin de faire quelque chose.
    Aynor — Tu apprendras ! C’est aussi pour ça que tu es ici. Et les mujas, tu les as trouvés ?
    Myrith — Je pense. Il faut aller… par-là !

    Ce dont elle était certaine – car elle avait déjà eu, dans sa vie, à chercher des gens ou des lieux –, c’était qu’elle éprouvait une forme de science occulte qui lui indiquait où aller. Pas comme un GPS proprement dit, mais une intuition que Myrith savait bonne au fond de son esprit.
    Restait à espérer qu’on ne l’embêterait pas trop avec sa méditation… La trouverait-on bâclée ? Les Jedi étaient-ils rigoristes sur ce point ? Myrith était davantage versée dans le côté « pratique » de la Force ; est-ce que ça causerait des dissensions avec les autres ?


    Ce message a été modifié par La_Mirialane le mercredi 27 juillet 2022 - 11:50

    dimanche 24 juillet 2022 - 20:14 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • MSE-6 Droïde Souris --- Les droides MSE-6, petits et insignifiants, étaient connus sous le nom de « Droide Souris ». (Droïdes & Transports - Droïdes mécanos)
  • Bordok --- Petite espèce chevaline vivant sur la lune forestière d’Endor, les Bordoks ressemblent à des poneys. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Jettster Dexter --- Créature à quatre bras ayant énormément bourlingué et roulé sa bosse en divers lieux de la galaxie (vendeur d’arme, faisant affaire avec divers mercenaires), ce qui fait de lui une mine d’informations et de connaissances importantes, tel est Dexter Jettster . (Personnages - Civils)
  • Marais-gunnie --- Cette petite créature vivait dans les marais est indigène aux bayous de Nim Drovis. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Gang des Guaviens --- Le gang des Guaviens était une organisation criminelle particulièrement crainte 30 ans après la chute de l'Empire. (Organisations - Criminelles)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide