FanFiction [JDR] : L'Enfance (page 2)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Padme111

    Padme111

    24710 Crédits

    Raconté l'histoire d'une enfant, n'est pas toujours simple, mais je trouve que tu t'en sors très bien Zadyssa! Il y a les petites bêtises d'une enfant de 3 ans, son gout pour touché des objets qui ne sont pas de son age et son incompréhension des expression tel que" ânerie", lol.  

    Continue ainsi et garde bien ton humour dans tes postes, c'est cool!

    dimanche 10 avril 2016 - 09:23 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    6956 Crédits

    Décidément, vous êtes motivés pour me faire plaisir avec vos commentaires :D Merci ! Et pour remercier votre petite patience, voici le troisième chapitre, bonne lecture !


    CHAPITRE III -Milo

    Zadyssa avait peur. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Avec sa mère, elle avait quitté son logement et déambulait désormais dans les rues à la recherche d'un abris. Keira ayant un rythme de marche élevé, elle portait sa fille. Préférant rester discrète, elle s'était séparée du groupe de réfugié et ne pas risquer d'être trouvée.

    Soudain, une main les tira dans une ruelle tandis que Zadyssa poussait un petit cri, surprise. Keira se dégagea d'un coup et recula d'un pas avant de se reprendre. La personne qui les avait tirée était un homme qui ne devait pas avoir plus de trente-cinq ans.Il était accompagné d'un garçon de dix ans.

    - Que voulez-vous ? demanda, méfiante Keira.
    - Simplement vous protéger ! Je sais, je le vois à votre allure, vous comptez rejoindre la mêlée. Mais vous ne pouvez pas le faire avec cette enfant ! Moi aussi je souhaite me battre et défendre ce secteur, mais je ne peux pas le faire avec mon fils. Toutefois, je sais qu'il peut se débrouiller seul. Il sait où se trouve un petit camp de réfugié caché. Il s'agit des premières victimes de cette bagarre entre criminel, les premiers à avoir perdu leurs logis, mais également ceux qui ont survécus le plus longtemps sans se faire kidnapper, expliqua l'homme.

    Son fils hocha la tête d'un air terrorisé.

    - Sans se faire kidnapper ? De quoi vous parlez ? s'étonna Keira en redoutant la réponse.
    - Vous n'êtes sûrement pas au courant, mais le premier groupe de criminel qui ont l'air d'être vraiment nombreux n'ont pas fait qu'échapper au second, ils ont également embarqué des enfants assez jeunes en tuant leurs parents où ceux qui leurs résistaient... Nous supposons qu'ils veulent les former à devenir comme eux...

    Keira serra un peu plus Zadyssa avant de la poser par terre. La main sur son épaule, elle reprit la parole :

    - Vous me promettez que ma fille ne sera pas en danger avec ces réfugiés ?
    - Je vous le promet. Mon fils y va également... et je ne veux pas le perdre ! C'est pour cette raison que je vais me battre.

    L'homme avisa un instant le blaster à la ceinture de Keira puis continua :

    - Quelque chose me dit que vous n'êtes pas débutante en ce qui concerne le combat... déclara-t-il.
    - Non, en effet. Et si vous me disiez votre nom ?
    - Karlo, et vous ?
    - Keira, répondit la mère de Zadyssa.

    Sur ces entre-faits, les deux adultes partirent en direction des combats. Avant ce départ, Keira avait briefé sa fille, lui répétant une dizaine de fois ce qu'elle ne devait pas faire ou faire en différente situation. La jeune enfant avait acquiescé et tentait tant bien que de mal de ne pas oublier ces ordres. Se tournant vers le garçon, elle déclara :

    - Comment tu t'appelles ? Où on va ? Pourquoi maman est partie ? J'ai peur...
    - Je m'appelle Milo... rassures-toi, tu ne crains rien, tu n'as pas à avoir peur. On va rejoindre des réfugiés comme nous ! Et moi aussi je me demande pourquoi papa est parti, il va se battre, je sais, pour me protéger, mais je ne sais pas s'il sait se défendre !

    Zadyssa voyait bien que ce dénommé Milo faisait de son mieux pour se rassurer lui-même et faire de même avec elle. Il ne savait même pas si son père reviendrait vivant... Finalement, elle lui prit la main :

    - Ton papa va revenir. Il est avec maman ! Et maman a un balater ! Elle va rejoindre mon papa qui a fait des âneries - je crois que ça veut dire que c'est un âne. Et elle va le gronder parce que c'est à cause de lui qu'on doit partir !
    - Un blaster, tu veux dire ? Et non, faire des âneries ne veut pas dire que c'est un âne... Je ne pense pas que ce soit à cause de lui que tu as quitté ta maison, tu n'as pas dû comprendre.  Enfin, on ne devrait pas traîner par ici, suit moi !

    Milo partit au pas de course, tenant toujours Zadyssa par la même. Cette dernière essayait tant bien que de mal de le suivre, mais n'y parvenait pas réellement. Ainsi, le jeune garçon dû s'adapter à son rythme de course. Après une bonne dizaine de minutes de déambulation dans les rues vides de Metellos, ils arrivèrent enfin devant un entrepôt qui semblait à première vue d'œil vide. Toutefois, lorsque Milo s'y approcha, les deux enfants virent s'approcher une femme qui avait un air chaleureux.

    - Qu'est-ce que vous faites tout seul, les enfants ? demanda-t-elle bien qu'elle semblait connaître la réponse.
    - Mon papa m'a demandé de venir ici, il est parti avec sa maman se battre contre les méchants criminels ! expliqua de manière assez maladroite Milo.
    - C'est vrai ! confirma Zadyssa.
    - Entrez donc, ne restez pas dehors !

    Une fois à l'intérieur, les deux enfants eurent la surprise d'y voir une rangée de banc blindée d'enfants de diverses âges ainsi qu'une dizaine d'adultes qui semblaient tendus. Il y régnait un certain silence. Milo et Zadyssa durent prendre place sur un banc, obligeant les autres enfants à se décaler. On leur demanda de ne pas faire trop de bruit, histoire de ne pas trop attirer l'attention. Au milieu de tout ces enfants, protégés par seulement une dizaine d'adultes, et sans sa mère pour la réconforter, Zadyssa se sentit plus vulnérable que jamais.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le dimanche 17 avril 2016 - 10:12

    jeudi 14 avril 2016 - 19:54 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Très bon chapitre avec l' innocence des enfants toujours. Zadyssa a l'air de comprendre la gravité de la situation et pour une petite fille de 3 ans Bravo.

    Qu'a fait Éroi? Quand le saurons-nous? 

    Je résume rapidement mes remarques mais très très rapidement : La suite…

    jeudi 14 avril 2016 - 20:47 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10621 Crédits

    De nouveau un très bon chapitre, avec une fois encore la touchante naïveté de Zadyssa. On prie pour que le groupe d'Eroi mette une bonne raclée aux kidnappeurs^^.
    Une chose qui m'a fait bizarre : Karlo a 20 ans. Son fils, Milo, a 10 ans. Euh...c'est louche, non ?

    dimanche 17 avril 2016 - 10:03 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    6956 Crédits

    Un peu louche, en effet. Désolé, erreur d'inattention de ma part, l'intervention de Milo n'était au départ pas à ce moment là. Ainsi, Karlo n'était pas censé avoir de fils, ce qui chamboule un peu les âges.

    Donc j'ai modifié, et il a désormais 35 ans...

    dimanche 17 avril 2016 - 10:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Ah ouais effectivement c'était même très louche. ^^ 

    Bon bah bonne chance Éroi. Ouais j'avais pas trop compris au début;) 


    dimanche 17 avril 2016 - 12:57 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    24710 Crédits

    Très bon chapitre!

    Alors celui-ci, de chapitre, j'aime énormément son début qui est digne d'un autre univers : Doctor Who, mdr. 

    "Soudain, une main les tira dans une ruelle tandis que Zadyssa poussait un petit cri, surprise. Keira se dégagea d'un coup et recula d'un pas avant de se reprendre. La personne qui les avait tirée était un homme qui ne devait pas avoir plus de trente-cinq ans."

    Je me suis presque attendu à ce que cette homme soit vêtu de façon bizarre et les emmènent vers une boite bleu avec les inscription POLICE, mais la suite, ma ramener vers l'univers Star Wars, mdr. 

    Revenant à ton chapitre, je trouve qu'il est très logique, on ne va pas au combat avec des enfants. Raisonnable, les discussions entre les 2 enfants sont remplit de doute et d’hésitation.  Et d'une simplicité qui permet une lecture agréable. 

    Tu t'améliores à chaque chapitre, continue ainsi Zadyssa!

    dimanche 17 avril 2016 - 13:37 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    6956 Crédits

    Encore merci pour tout vos commentaires ! Quant à l'univers Doctor Who, je ne savais même pas que ça y ressemblait étant donné que je ne connais que de nom, je n'ai jamais vu un épisode donc... Et encore désolé pour le petit (énorme) problème d'âge de Karlo... Lys', voici la suite que tu attends tant, j'espère qu'elle sera à la hauteur de vos attentes ! N'hésitez pas à commenter !

    CHAPITRE IV -Les Togruta

    Keira déambulait de nouveau dans les rues, accompagnée cette fois de Karlo ; un homme ayant une imposante carrure. L'une était armée d'un blaster, l'autre d'un simple couteau assez épais, long et aiguisé. Trottinant, les deux adultes s'orientaient à l'aide des coups de feu et des cris qu'ils semblaient s'élever des entrailles de la planète. La peur et un sentiment d'oppression gagnait chaque personne étant un minimum au courant de ce qu'il se passait. De temps à autre, l'on pouvait  voir passer des vaisseaux au-dessus des habitations. Le mieux à faire aurait été d'évacuer la ville, mais au contraire, les véhicules étaient là dans l'unique but de mettre fin au conflit en employant comme leurs ennemies, la violence.

    Keira pressa le pas, Karlo sur ses talons. L'homme la suivait tant bien que de mal, n'étant pas habitué à la condition physique qu'il fallait obtenir pour tenir une quinzaine de minutes de course à pied, intensive ou non. Le bruit de leurs pas martelant le sol était l'unique bruit proche qu'ils pouvaient entendre ; avec au loin le son des combats, le tout formait une atmosphère stressante.

    Arrivés à un embranchement, ils optèrent pour la droite et eurent effectivement raison car ils débouchèrent rapidement dans une allée censée être passante... et qui l'était également maintenant. En effet, alors que Keira et Karlo se trouvait au milieu de la voie, un speeder suivit par un autre surgit à l'horizon. Le cœur de la femme ne fit qu'un bond en voyant l'homme qui était au commande. Passé la phase de surprise, ce fut la colère qui l'envahit. Serrant les poings, elle prit une grande inspiration pour se détendre et garder son sang-froid, avant d'analyser la situation. Son regard s'attarda sur le second speeder qui semblait les poursuivre... mais ce n'était en réalité pas le cas.

    Hélas, le soutien que Keira aurait pu attendre du second véhicule se révélait en vérité être du même côté que le premier. Ce qui se remarquait à la vue des deux jeunes enfants dont les mouvements avaient été entravés à l'aide de liens solidement attachés à leurs poignets. Il s'agissait d'une Togruta à la peau bleue et tatouages violet légèrement foncés (aucune idée quant à la possibilité des couleurs...) et d'un autre enfant appartenant à la même espèce, mais étant de sexe opposé. Il avait également la même peau bleue et les mêmes tatouages de couleurs similaire à la première enfant. Keira devina sans mal qu'ils appartenaient à la même famille. Tous deux arboraient la même expression terrifiée, ce qui éveilla la compassion de l'humaine. Si ces deux Togruta n'avaient pas été présent, elle aurait laissé passer les speeders avant de se remettre en route, surtout si l'on savait l'identité de celui qui pilotait le premier véhicule... Mais étant donné que ces enfants avaient été capturés, elle ne pouvait se résoudre à les abandonner à leurs funeste sort...

    - Comment allons-nous faire pour sauver ces pauvres enfants ? s’apitoya Karlo. Nous ne pouvons pas sauter sur un speeder en marche ! Et dire que je pensais pouvoir changer les choses...
    - Et ce n'est pas en étant dépressif que tu vas m'aider ! rétorqua en marmonnant Keira.

    Son cerveau carburait à cent à l'heure tandis que le bruit des speeders se faisait de plus en plus proche, signe qu'ils seraient bientôt là... Keira remarqua que le copilote du premier engin sortait à blaster. Ils allaient se faire tirer comme des Lepi ! Dans un élan de colère, l'humaine dégaina à son tour son arme et la régla sur la plus forte intensité avant de viser et tirer sur le copilote. Il n'eut pas le temps d'esquisser un geste qu'il s'écroula sous le regard circonspect de celui qui pilotait. Lorsque son regard se posa sur la coupable, un rictus lui déforma le visage et il emprunta l'arme de son complice.

    - Mais qu'as-tu fais ?! s'étonna, horrifié, Karlo.
    - Je nous ai débarrassé d'un problème, il reste encore les trois suivant...
    - Hé-la ! On ne tue pas pour le plaisir ! La vie que tu viens de prendre ne reviendra jamais sur Metellos, ni ailleurs ! (oui, j'ai failli mettre "Terre", mais je me suis souvenue à temps de la planète sur laquelle nous étions), tempéra-t-il.
    - Je le sais bien ! Et crois-moi : je ne prends pas plaisir à tuer... c'est simplement dans un élan de colère que...

    Elle n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un tir ricocha à leurs pieds, presque aussitôt suivit d'un speeder. Keira eut le réflexe de plaquer au sol Karlo avant de se faire la plus petite possible. Le véhicule passa au ras de leurs têtes et fut suivi du second. Lorsque qu'ils furent passé, Keira se releva d'un coup et tira pile entre les deux enfants, le pilote perdit connaissance - elle avait de nouveau réglé sa puissance de feu, mais cette fois sur le minimum. Le speeder dévia dangereusement de sa trajectoire tandis que les cris terrorisés des enfants s'échappaient du plus profond de leurs cœurs, comme si la frustration et la terreur de leurs situations se manifestaient en un seul et unique hurlement. Les sons aigus semblaient ne faire qu'un, uni dans leurs horreurs et de part leurs liens de parentés, ce qui éleva la plus profonde compassion de Keira.

    D'un geste vif, Keira s'empara d'une corde assez longue qu'elle gardait toujours sur elle (bon, d'accord, j'avoue, la corde sort de nul part...) et tout en courant, fit un nœud qui pourrait lui servir de lasso. Le doute l'envahit un cours instant : si elle ratait ou son lancé, ou si jamais la corde s'enroulait autour du cou des enfants, elle aurait échoué...

    Accentuant sa course, elle dépassa aisément Karlo et - prenant une profonde inspiration - lança la corde. Elle l'entendit fendre l'air, la voyant exécuter sa courbe au ralenti... et par chance, elle s'enroula autour de leurs torses. Les deux Togruta se heurtèrent sous le coup et le plus jeune - qui était le garçon - perdit connaissance. Keira faillit suivre la trajectoire du speeder, mais les enfants furent entraînés en arrière avant d'entrer en collision avec l'humaine. Le speeder finit sa course dans un mur.

    Clouée au sol, Keira resta étendue un long moment avant d'être rejointe par un Karlo essouflé. Sa respiration était rauque et sifflante, il n'avait pas l'air habitué à toute cette agitation. Écrasée par le poids des deux Togrutas, elle se dégagea lentement avant de leurs retirer la corde. Les plis de cette dernière sur leurs habits étaient toujours visible. Elle avait dû couper la circulation sanguine. La plus âgée des deux ne sut comment exprimer sa gratitude, elle tenta de l'expliquer par des mots, mais n'y parvint pas et son regard traduisit ce qu'elle avait sur le cœur en cet instant.

    - Allons, il ne faut pas que vous restiez ici... avertit Keira.
    - Je sais... nous avons été pris par surprise, mon frère et moi... répondit-elle.
    - Il s'agit donc bien de ton frère ?
    - Oui... mais il est inconscient...

    Keira l'examina rapidement avant d'en déduire qu'il était sous le choc de la terreur et du fait d'avoir violemment heurté sa sœur.

    - Il ira bientôt mieux. Ne t'inquiète pas pour ça. (se tournant vers Karlo:) tu devrais les emmener au refuge et y rester pour surveiller ma fille, ton fils et ces deux enfants.
    - Mais... je veux aider ! répliqua-t-il.
    - Tu seras bien plus utile là-bas, j'imagine que tu le sais et comprends pourquoi...

    Alors qu'il allait argumenter, un bruit de speeder les tira de leurs discussion : le bandit qui avait précédemment fui était de retour. Irritée, Keira se releva lentement avant qu'un autre véhicule de même type ne se fut entendre. Il y eut un long moment de silence et d'attente, simplement percé par les sons des moteurs. Après un moment de questions, le pilote du nouveau speeder se dévoila. En le voyant, Keira s'emballa, reprenant peu à peu espoir quant à sa survie et à celle des deux enfants et de Karlo.

    dimanche 17 avril 2016 - 20:59 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Vive les Togrutas…. 

    Très bon chapitre. Même si la corde en effet vient de nul part. 

    De l'action moi j'aime ça et il y'en a dans ton chapitre. 

    Continue et comme d'hab' 

    Lasuite!!:)

    dimanche 17 avril 2016 - 21:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10621 Crédits

    De l'action comme on en aime ! Avec ce chapitre du point de vue de Keira, on voit que c'est une dure à cuire, je sais d'où a hérité ma pada^^.

    Je crois savoir l'identité du pilote de speeder à la fin. Ne serais-ce pas Eroi ?

    Et, vu que je ne la fais pas souvent, LA SUIIIIIITE !

    dimanche 17 avril 2016 - 21:58 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

Star Wars Episode IX

18 déc. 2019

Star Wars IX

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide