FanFiction [JDR] : L'Enfance (page 4)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Et oui, encore un chapitre !^^ Mais ensuite, je reprends le rythme de post "normal". Bonne lecture ! :D


    CHAPITRE XXVII – Déménagement 


    Zadyssa courait aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Elle tremblait de peur. En revanche, elle ne fléchissait pas. Son rythme cardiaque s'accélérait de secondes en secondes. Elle n'était pas habituée à un effort aussi physique.


    Soudain, un tir ricocha à ses pieds. Surprise, elle fit un petit bond de côté avant de regarder dans la direction de l'origine de ce tir. Mauvaise idée. Le suivant passa à un centimètre de sa tête. Zadyssa eut un petit cri avant de tourner dans une ruelle proche et de se coller contre le mur. Si elle partait dans cette direction, elle n'était pas certaine de retrouver son chemin…


    Tout d'un coup, une explosion la projeta à terre. Sonnée, elle se redressa lentement, hagarde. De la maison derrière laquelle elle s'était cachée, ne restait plus que le mur et des débris.


    OK… réfléchis Zadyssa, réfléchis… Comment te sortir de là ?songea-t-elle.


    Étalée à terre, l'idée lui vint plus rapidement qu'elle ne le pensait. Prenant soin de ne pas faire trop de mouvements brusques, elle se déplaça en rampant dans les restes de la maison. Persuadée qu'ils ne la chercheraient pas ici. Et pourtant… une humaine la trouva. Elle la remit machinalement sur pieds tandis que Zadyssa se débattait sans succès. De son bras gauche calée contre son cou, elle la retenait, et de l'autre, elle sortit un blaster qu'elle pointa sur sa tempe.


    Ferme les yeux et pense à autre chose, ce sera moins douloureux, dit-elle sans émotions.


    Les larmes coulaient en cascade sur les joues de la jeune humaine, elle était terrifiée. Elle se rendit compte que ça lui arrivait souvent, en ce moment. En même temps…


    Mais elle n'avait pas envie de mourir, ah non ! Les souvenirs affluèrent en un rien de temps et elle sut quoi faire. Mordant le plus fort possible la main de son assaillante, Zadyssa se débattit en même temps et parvint à s'extraire de son emprise.


    Reviens ici tout de suite !


    Elle ponctua ses propos de tirs de blaster.


    Court toujours ! rétorqua Zadyssa en tournant dans la bonne rue – cette fois.


    Contre toute attente, elle parvint à la semer. Après une quinzaine minutes de course de plus, elle commençait sérieusement à ralentir le rythme. Et ce n'était pas bon… Quelques secondes plus tard, elle avisait le complexe. Soulagée, elle chercha un moyen d'entrer tout en prenant garde à ne pas se faire prendre par surprise. Fort heureusement, ce ne fut pas le cas et Zadyssa put retrouver la porte par laquelle elle était auparavant sortie. Ouverte. Ce qui était étrange. En revanche, elle ne se fit pas prier pour entrer, songeant avec amusement que c'était bien la première fois qu'elle était contente d'y être.


    Faisant le chemin en sens inverse, la jeune humaine se demandait, stressée, comment réagiraient les autres face à sa fuite et son retour. Elle espérait qu'il ne l'ait pas remarqué… ça éviterait les questions.


    Arrivée dans l'infirmerie, Zadyssa se rendit compte qu'une grande partie des enfants se trouvaient ici, ce qui l'étonna. Plus étrange encore, tous entouraient un adolescent que l'humaine n'eut pas le temps de reconnaître. En effet, une forme humanoïde à chevelure rousse se précipita vers elle.


    Zadyssa ! s'écria-t-elle. Tu es là ! Où étais-tu passée ? Qu'est-ce qui t'est arrivée ? Pourquoi tu sens le cramé ? Et pourquoi tu as de la suie sur le visage ? D'ailleurs,pourquoi tu as l'air horrifiée ? Pourquoi tu me regardes comme ça… ?


    L'intéressée fut soudainement prise d'une migraine presque insoutenable. Elle reconnaissait bien là le débit et le rythme de parole incroyable d'Ena. En contrepartie, elle n'avait pas évité les questions. Pour couronner le tout, Corail se précipita vers elles, armée des mêmes interrogations que sa jeune amie.


    Entre tout ce qui lui arrivait, Zadyssa n'avait le temps de prendre conscience de rien, elle avait besoin de réfléchir un instant… mais la migraine qu'elle avait n'arrangeait pas le tout : la tête lui tourna subitement, sans qu'elle n'en eut le contrôle.


    J-e… je…


    La fatigue, la faim et le traumatisme eurent raison d'elle. La jeune humaine s'effondra.



    Zadyssa avait l'impression d'évoluer dans un espace sans haut, ni bas – ni droite, ni gauche. Un espace noir constellé d'une multitude de points blancs. Il s'agissait d'étoiles. Zadyssa s'en trouva immédiatement apaisée.


    Brusquement, cette vision s'évanouit pour laisser place à une étendue de blanc. Lorsqu'elle ouvrit pour de bon les yeux, elle se rendit compte qu'elle se trouvait dans un lit douillet, dans l'infirmerie. Que s'était-il passé ? Son cœur s'emballa et elle repoussa la couverture. Cependant, quelqu'un la repoussant, lui intimant de rester allongée. La même personne lui tendit de l'eau et de quoi manger. Et tandis qu'elle se remplissait l'estomac, Zadyssa mit enfin un nom sur ce visage. Ou du moins, un visage sur cette personne. Il s'agissait de l'Arkanienne de la dernière fois…


    Alors, si tu m'expliquais ce qu'il a bien pu t'arriver ?


    Zadyssa hésita un court instant avant de se rappeler la raison pour laquelle elle était revenue. Prise d'une soudaine peur, elle déballa son sac en un rien de temps :


    - La Sélection ! Law, il veut faire la Sélection ! Il faut partir vite !

    - Calme-toi, voyons. Bien sûr qu'on le sait, ça. Et on ne compte pas partir. Au contraire.

    Ah bon ? Pourquoi ?

    Et si tu me disais plutôt où tu étais passée ?


    L'intéressée détourna le regard avant d'avouer.


    Il n'y avait personne, quand je me suis réveillée. Alors j'ai cherché le chemin pour vous retrouvez, mais je crois que je me suis trompée parce que je suis tombée sur un couloir avec une porte ouverte pour sortir dehors. Je ne savais pas quoi faire mais des gens sont arrivés et j'ai pris peur, alors je suis sortie. Après, j'ai marché longtemps, longtemps, jusqu'à la barrière, mais elle était apparemment électrique, alors j'ai pas osé la toucher. Ensuite, il y a Law qui est arrivé. Il m'a dit que si je le suivais, je ne ferais pas la Sélection, mais moi je voulais pas vous laisser tomber alors que je pouvais vous avertir. Du coup, je suis revenue mais je suis tombée sur une humaine qui voulait me tirer dessus. Donc je l'ai mordu et j'ai couru. Et j'ai enfin trouvé le complexe. En plus, il faisait très froid dehors.


    L'Arkanienne hocha lentement la tête. Finalement, elle reprit la parole :


    Je m'appelle Ally. Toi, il me semble que c'est Zadyssa. Je vais rapidement t'expliquer pourquoi on ne va pas sortir par là…


    C'était à ce moment là qu'un humain fit son entrée dans la pièce, interrompant au passage la discussion.


    Non. C'est moi qui vais lui dire. Après tout, ça me concerne…

    Fitz ? s'exclama d'un air étonnée Ally.

    Ouep. Tu peux revenir ensuite, je n'en ai pas pour très longtemps. D'ailleurs, il faut que tu ailles chercher tes affaires, on déménage ici.

    Oh, je vois…


    Ainsi partit Ally. Fitz se tourna vers Zadyssa, l'air soudain plus sombre, ce qui la fit frémir.


    Tu sais nous ne sommes pas les premiers, à qui Law inflige ce traitement… Et je ne suis pas son unique enfant. À vrai dire, j'avais un grand frère. Avali. Avant, j'étais entièrement pour les agissements de mon père. Mais c'était avant… comme je le disais, nous ne sommes pas les premiers. Il y a quelques années, Avali occupait « ma » place. Entouré lui aussi d'une bande de gamins qui ne demandaient qu'à sortir. Ils étaient retenus dans le même complexe. Et l'un d'eux avaient trouvé la même issue que toi. Ils ont tous fui par là, Avali aussi. Lui pensait qu'il s'agissait encore d'un des divers tests de Law. Les autres pensaient qu'ils avaient là le moyen de fuir. C'est Avali qui avait raison, mais il n'imaginait pas à quel point… Tous n'étaient pas prêts, mais Law avait décidé d'organiser la Sélection. Il n'y a eu qu'un survivant : Maeldan. Même Avali a succombé. C'est à partir de ce moment que mes opinions ont divergé de celle de mon père, parce que j'ai compris que c'était à mon tour, ensuite, et qu'il referait la même chose. Encore et encore, jusqu'à ce qu'il comprenne que ce qu'il compte faire est impossible. S'il n'a pas désigné Maeldan comme mon compagnon, c'est uniquement parce qu'il aurait dû être celui d'Avali. Law devait encore m'entraîner… et donc recommencer.


    Fitz soupira tandis que Zadyssa comprenait peu à peu les sous-entendus. Elle se trouvait encore pétrifiée et ne savait comment gérer les informations. Heureusement, elle n'eut pas à le faire :


    Va chercher tes affaires, et oublie, c'est pas grave…


    Accompagnée d'Ally, elle se rassembla ses maigres possessions, à commencer par son carnet, puis redescendit, tombant au passage sur Corail et Ena, à qui elle réexpliqua ses mésaventures. La première la réprimanda tandis que la seconde lui demanda pourquoi elle n'avait pas profité de l'occasion pour assommer Law.


    Pourquoi on va en-bas ? demanda Zadyssa.

    Pour conserver l'effet de surprise. Law va lancer une offensive sous-peu, s'il nous cherche là où nous ne sommes pas, on pourra prendre l'avantage.

    Si tu le dis…

    Et pourquoi il veut nous attaquer s'il nous a fait venir ici ? demanda à son tour Ena.

    Parce que c'est sa manière de procéder… lui répondit Corail.

    Eh bien elle est bizarre, commenta Zadyssa.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le dimanche 27 novembre 2016 - 11:45

    dimanche 27 novembre 2016 - 11:36 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Eh bien, il aura bien vécu, ce chapitre. J'ai dû m'y prendre à trois fois pour pouvoir vous le poster : à chaque fois, actualisation de la page et perte de ledit chapitre. À croire qu'il ne voulait pas paraître sur la page^^. Sur ce, bonne lecture ! :D

    Chapitre 29 - Surprise !

    Le silence était pesant. Tous semblaient très tendus. Seul ne restait les enfants de moins de treize ans - les autres étant retournés là où se trouvait leur "cabane", comme ils l'appelaient, et férocement armés. Ce qui avait fait frémir Zadyssa.

    La jeune humaine se trouvait désormais dans sa nouvelle chambre, là où elle s'était réveillée quelques heures plus tôt. Sa sphère télékinétique reposait sur son lit, à quelques centimètres d'elle. Et pour une fois, elle n'avait pas envie d'y jouer. Effectivement, Zadyssa avait besoin de calme. Depuis son arrivée ici, elle ne s'était jamais retrouvée seule sans stress, ni rien. Elle n'avait jamais eu le temps ni l'occasion d'accepter ce qui était survenu à sa mère... et dans tous les cas, elle n'y parvenait pas. Et puis, il y avait leur révolte... l'attaque imminente de Law... tout ceci la dépassait. Elle ne parvenait pas à tout gérer.

    Qu'avait dit Corail, déjà ? "Cesse d'essayer de tout comprendre"... plus facile à dire qu'à faire, Zadyssa détestait ne pas comprendre !

    La jeune humaine soupira. Ramenant ses jambes contre son torse, le dos appuyé contre le mur, assise sur son lit, elle cala sa tête contre ses genoux. S'isolant du monde extérieur, elle se mit à compter méthodiquement ses inspirations et finir par s'endormir de cette manière.


    Des hurlements résonnaient. Lui donnant des sueurs froides. La peur, la fatigue, la douleur... tout ceci lui tomba dessus d'un coup. Son cœur se serra dans sa poitrine. Il lui sembla chuter de très haut...

    Zadyssa se réveilla en sursaut, étalée à terre. De la sueur perlait à grosse goutte sur son front et sa respiration était saccadée. Elle se mit à se boucher les oreilles en se rendant compte que les hurlements résonnaient toujours avant de prendre conscience qu'elle ne rêvait pas.

    Se redressant péniblement, elle s'appuya sur son lit, fatiguée ; il faisait probablement encore nuit. Alors pourquoi ces cris ? Le moins que l'on puisse dire, c'était qu'ils lui donnaient des sueurs froides...

    Soudainement, quelqu'un entra en trombe : Ena. La jeune rouquine ne semblait plus souffrir de sa blessure. De ce qu'on lui avait dit, quelqu'un la lui avait recousue, pansée et bandée. Tout ce qu'il restait à faire, c'était attendre qu'elle ne cicatrise et veiller à changer le pansement tous les jours tout en s'assurant que les points de sutures ne s'étaient pas arrachés. Elle était suivie d'Ally. L'Arkanienne la releva sans ménagement et sans lui expliquer ce qu'il se passait, non plus.

    - Grouille-toi, ils vont nous voir, sinon ! s'exclama-t-elle parmi le vacarme de cris.
    - Ils... ils... qu'est-ce qu'il se passe ? finit par dire Zadyssa.
    - Ils sont là ! Je ne sais pas ce qu'il s'est passé, en haut, mais ils ont réussi à descendre !

    La jeune humaine déglutit bruyamment avant d'acquiescer, sentant qu'elle n'avait pas le temps de se lamenter. Elles rejoignirent Milo, un Gotal et une Céréenne. Le premier dit s'appeler Kréun tandis que la seconde se nommait Linax.

    - On attend pas les autres ? s'inquiéta Zadyssa.

    Tous échangèrent des regards gênés, hormis Ena qui semblait se poser la même question. Ce fut finalement Ally qui répondit :

    - Non, ça ne servirait qu'à nous tuer. On ne peut rien faire pour eux si ce n'est croiser les doigts pour qu'ils parviennent à s'échapper, comme nous.

    Zadyssa baissa la tête. Elle ne voulait pas les abandonner à leur sort, mais Ally avait raison, ils ne pourraient rien faire de plus. S'apercevant que les cris continuaient, Milo les pressa. Le jeune homme claudiquait, ne semblant pas s'être habitué à sa prothèse. Ni physiquement, ni mentalement, d'ailleurs. En effet, il gardait la tête basse, laissant ses cheveux bruns lui tomber sur le visage ; ses épaules étaient voûtées et il ne semblait plus être le garçon ouvert et amical que Zadyssa avait connu. Ce n'était plus que l'ombre de lui-même. Avant de devoir partir en catastrophe, elle lui dit :

    - Merci.

    Milo releva un court instant la tête, et Zadyssa eut tout juste le temps d'y lire un semblant de fierté et... une tristesse certaine. Cependant, elle n'eut pas le temps de se questionner là-dessus : ils devaient y aller. Se mettant à courir dans les couloirs, comme poursuivis par une bête sauvage. Ce qui était pratiquement le cas. Seul Milo paraissait avoir beaucoup de mal à suivre le rythme... aussi s'habituaient-ils à sa vitesse de coure, ce qui l'agaçait grandement et soulageait également les deux jeunes humaines, ainsi, elles n'avaient pas à se démener pour rattraper leurs aînés.

    Ally disait les emmener dans un lieu qu'elle avait récemment découvert. Il y avait quelques heures, en réalité. Milo semblait sceptique, tout comme Kréun, le Gotal.

    Alors qu'ils tournaient dans un embranchement, trois hommes et quatre femmes de toutes espèces confondues leurs tombèrent dessus. Effrayée et surprise, Zadyssa poussa un petit cri tandis que l'Arkanienne la poussait en avant pour qu'elle aille dans le couloir de droite. Ne se posant pas de questions, elle se mit à courir, Ena sur ses talons, tandis que les larbins de Law leur tiraient dessus avec autant de précision qu'une limace. Les enfants en étaient conscients, ils n'étaient pas sérieux : ils jouaient avec eux. Mais viendraient le moment où ils se lasseraient, et là... Zadyssa n'osait même pas y penser.

    Son sang pulsait dans ses veines, si fort qu'elle le sentait presque bouillir. Ses jambes ne la picotaient même plus, tellement elle courait : elle ne ressentait plus qu'une extrême chaleur qui semblait s'en diffuser. Sa respiration était saccadée, il lui sembla être prise d'une soudaine nausée et d'un violent point de côté. Elle ne tiendrait plus très longtemps.

    Soudain, Ally la rattrapa en deux grandes enjambées et l'instant suivant, une porte se déverrouillait, sur sa droite. Elle les poussa à l'intérieur et la referma pêle-mêle, bloquant ainsi l'accès à leurs poursuivants.

    Essoufflée, Zadyssa se laissa glisser à terre, récupérant peu à peu tandis que Milo, Linax et Kréun détaillaient la pièce dans laquelle il se trouvait.

    Il s'agissait d'un poste de contrôle. Du poste, pour être plus précis. Étonné, Milo se tourna vers l'Arkanienne en demandant :

    - Comment l'as-tu trouvé ?
    - Pas par hasard. Quand Zadyssa m'a dit que la barrière était peut-être électrifiée, j'ai tout de suite pensé que c'était dans son rayon, en effet. Surtout s'il le précise. Alors je me suis dit qu'il avait peut-être un joujou pareil... Et ce n'est pas tout...

    Elle se tourna vers une grande vitre que Zadyssa apercevait seulement et tous hoquetèrent de surprise. Curieuse, la jeune humaine s'approcha à son tour et eut la même réaction. À l'intérieur, retenu par des liens métalliques, se trouvait Zéphyron, le Cathar rendu fou.

    - C'est là qu'il faisait ses affreuses expériences... souffla Linax, les larmes aux yeux.

    Milo, quant à lui, serra les poings, l'air soudain haineux. Kréun recula d'un pas, le regard figé sur lui.

    - Ce n'était pas sa faute, dit-il.

    Le jeune homme fixa sur lui des yeux verts sombres situés dans un miroir de larmes.

    - Je te signale que c'est de sa faute, si j'ai perdu mon pied. Ne me fais pas croire que tu peux me comprendre.

    Son ton paraissait calme, presque neutre. Mais sa voix tremblait, signe qu'il faisait tout son possible pour se contenir.

    Préférant fuir la conversation, Zadyssa s'intéressa aux divers boutons situés sur la table de contrôler. Constitués d'un panel de couleurs attirantes, elle voulut en appuyer sur un mais se retint, le regard soudain attiré par autre chose. En effet, elle tomba sur un datapad non-verrouillé. L'allumant, elle fut noyée sous la masse d'informations qui s'imposait à elle. Tout le traitement qu'avait suivit Zéphyron, les plans du complexe, des fiches sur chacun d'entre eux, sur la topographie de la planète et tout plein d'autres informations relevant du domaine physique, botanique et animale, comptant également les différentes espèces répertoriées. Un bijou unique en son genre, en soi. Se disant qu'il pouvait être utile, Zadyssa se l'appropria avant de reporter son regard sur le poste de contrôle. Sans qu'elle ne sache réellement pourquoi, sa main vint effleurer la texture d'un des interrupteurs qui était rouge. Sa prochaine action fut de le presser.

    Immédiatement, des voyants rouges s'allumèrent, plongeant tout le monde dans une panique de courte durée. Ils se précipitèrent vers elle.

    - Qu'est-ce que tu as fait ? s'exclama Ally.
    - Euh... j'ai... comment dire... appuyé là-dessus, avoua-t-elle en désignant le bouton.

    L'Arkanienne manqua de s'évanouir. Elle se précipita vers la vitre et revenu aussitôt, le visage sombre.

    - Ne me dis pas que... commença Milo, incapable de finir sa phrase.
    - Si...

    Au même moment, un grognement se fit entendre, sur leur gauche. D'un même mouvement, ils se retournèrent pour découvrir Zéphyron, les yeux luisants de colère.

    - Oh-oh, lâcha Ena, terrifiée.

    Si Milo avait eu envie d'en découdre avec le Cathar, quelques minutes plus tôt, désormais, il était pétrifiée de terreur. Kréun prit les choses en main. Malgré son âge peu avancé, il fit reculer tout le monde dans le fond de la salle avec un calme olympien, contre la porte qu'ils tentèrent d'actionner, en vain.

    - Oh non, je crois bien que lorsque Zéph est de sortie, les issues sont bloquées... paniqua Linax.

    Zéphyron semblait se jouer d'eux, les dévisageant un à un, choisissant lequel il allait déguster en premier... Son regard s'attarda longuement sur Milo. Peut-être se souvenait-il de lui et du goût de son pied... ?

    - Il y a un conduit d'aération ! s'exclama Zadyssa.

    Dans un bref élan d'espoir, toute la petite troupe se déplaça en vitesse vers ce dernier tandis que le Cathar les dévisageait, semblant se rire de leur peur et de leur espoir. Milo retira d'un geste brusque la plaque que Linax rattrapa à la volée : ne manquait plus qu'un bruit sourd pour que Zéphyron ne se précipite sur eux ! Le jeune homme se précipita à l'intérieur, suivit de près par Linax. Alors qu'Ena allait y pénétrer à son tour, Ally se jeta sur elle en criant :

    - À terre !

    Une seconde plus tard, Zéphyron se heurtait à la parois. Terrorisée, Zadyssa recula contre la porte, bientôt rejointe par les trois autres enfants. Le Cathar se déchaînait sur le conduit. Profitant de ces précieuses secondes d'inattention, Ally avisa un interrupteur de secours situé au-dessus de leur tête.

    - Il est trop haut pour que l'un de nous ne l'atteigne, surtout après le départ de Linax... c'est fait exprès ! se lamenta Kréun.
    - Pas si on porte quelqu'un, fit remarquer Ally. Et puisque c'est de ta faute, Zadyssa, se sera toi.

    La jeune humaine n'eut pas le temps d'argumenter que l'Arkanienne la tenait par la taille.

    - À trois, je te lance. Un... deux...
    - Attends, attends, quoi ?
    - Trois !

    En poussant un cri de surprise, Zadyssa brava la gravité et eut tout juste le temps et la conscience d'appuyer sur le bouton avant de s'étaler par terre dans un gémissement douloureux. La porte s'ouvrit d'un coup tandis que Zéphyron se précipitait vers eux.

    Relevant Zadyssa, Ally les emmena tous à l'extérieur tandis que les larbins de Law qui ne s'étaient apparemment pas lassés se mirent à leur tirer dessus. Ne se laissant pas pour autant impressionner, les enfants virèrent soudainement à droite, prenant de court leurs ennemis qui n'eurent pas le temps de continuer leur petit jeu : Zéphyron les prit pour cible sans que l'un d'entre eux n'ait eu le temps de réagir.

    Zadyssa n'osa pas jeter un regard en arrière ; elle était aussi dégoûtée qu'horrifiée. Tout ce qu'elle put en déduire de la scène se résumait à des hurlements, et ça lui suffisait bien assez comme ça.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le vendredi 09 décembre 2016 - 20:28

    vendredi 09 décembre 2016 - 19:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar darkknight

    darkknight

    2931 Crédits

    Allez je vais rattraper tout mon retard, et je vais te dire un seul mot ma Zad', CONTINUE!! C'est vraiment trop bien ce que tu fais. Ton style d'écriture, la description des lieux et des émotions, c'est vraiment trop génial. Continue comme ça ma vielle.


    lundi 19 décembre 2016 - 17:38 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Merci pour le commentaire . Et comme prévue : voici la suite ayant un titre très charmant^^. Sur ce, bonne lecture, et n'hésitez pas à commenter !

    Chapitre 30 - Trahison

    La peur au ventre, Zadyssa courait aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Se demandant entre deux foulées dans quel monde de fou était-elle bien tombée... Un Cathar sanguinaire ? Un certain Law psychopathe ? Une révolte menée par des enfants ? Une attaque... ? Tout cela en même temps était un brin déstabilisant.

    Son rythme cardiaque s'accélérait de seconde en seconde. Indéniablement, elle ralentissait. N'osant pas jeter un regard en arrière pour voir où en était Zéphyron, elle fixa un point et ne le lâcha pas. Ce qui n'était pas bien compliqué étant donné qu'ils se trouvaient dans un couloir qui filait tout droit. Elle put également remarquer du coin de l’œil qu'elle n'était pas la seule à faiblir : Ena était rouge comme une tomate et soufflait comme un bantha. Enfin... Zadyssa était probablement dans le même cas !

    - Allez, plus vite, les filles ! les encouragea Ally.

    La jeune Arkanienne qui devait frôler les quatorze ans était sûrement restée avec eux dans l'unique but de les protéger. À moins qu'il n'y ait autre chose...

    - Vous pensez... que Milo et Linax... ont réussi à trouver une issue pour fuir... ? demanda Kréun, essoufflé.
    - 'Sais pas, répondit Ally. Court au lieu de poser des questions !

    Soudain, Zadyssa sentit un souffle chaud, derrière elle, suivit d'un grognement. Son visage déjà peint de peur se décomposa plus encore. Elle tenta vainement de courir plus vite, rien n'y faisait. Elle avait atteint son stade maximum d'endurance pour la journée.

    - Il... il est derrière moi ! geignit-elle.
    - Derrière moi aussi ! hurla presque Ena.
    - Logique... vous êtes au même niveau, commenta Kréun.
    - Et tu trouves... ça drôle ! s'offusqua Zadyssa.
    - Faut bien ça pour me déstresser...
    - Silence ! intervint Ally. Le prochain qui parle, je le jette comme appât !
    - Quoi ? firent en même temps les deux benjamines.

    L'Arkanienne leur jeta un regard noir qui signifiait bien des choses.

    - OK, je me tais, je me tais, s'excusèrent-elle en chœur.

    Zadyssa se mit à compter ses inspirations, pour se calmer - essayant d'ignorer du mieux qu'elle pouvait la bête féroce qui la coursait. Au moment où elle se crut finie, des tirs jaillirent de nulle part. D'autres larbins de Law... Ce qui était certain, c'était qu'en voulant les abattre, ils avaient détournés le Cathar de sa cible initial. Zéphyron accéléra et leur sauta dessus, retombant en piquée sur les deux hommes qui avaient voulu jouer d'une manière malsaine avec les enfants.

    Étrangement, en cet instant, Zadyssa ne vit pas le Cathar fou ; mais bien le Zéphyron qu'elle n'avait pas connu mais dont on lui avait parlé. Celui qui semblait vouloir protéger ses camardes... Alors qu'elle allait s'attarder inutilement, Kréun la tira de sa rêverie en lui criant de se dépêcher.

    Les cris des victimes du Cathar résonnèrent un dernier instant, semblant s'éterniser, avant de s'éteindre aussi subitement. Aussi simplement que si l'on avait soufflé sur la flamme d'une bougie. Au tournant suivant, le petit groupe entra en collision avec un autre. Roulant à terre, la jeune humaine se releva dans la foulée, les yeux écarquillés. Kréun et Ally s'étaient armés de leur poings pour faire face aux intrus... qui se révélaient être Milo et Linax.

    - Vous avez pu réchappé à Zéph ? s'étonna l'humain.
    - Parce que tu préférais peut-être nous croire morts... ? rétorqua Ena.
    - Non... non, pas du tout ! C'est juste que... c'est limite un miracle ! Vous étiez enfermés... avec lui...
    - Et on voit que tu nous as aidé, renchérit Zadyssa, sur le même ton que son amie.
    - On voit que vous ne connaissez pas tout de ce lieu, rétorqua Linax.
    - Ah oui ?

    Aucun d'entre eux n'eut le temps de répondre, des tirs de blaster les dissuadèrent de continuer leurs petites conversations. Ils se remirent à courir, au grand désarroi des muscles de Zadyssa qui n'étaient presque plus là lorsqu'une voix leur parvint :

    - Arrêtez de courir ! Law vous laisse une pause déjeuner, quand même. Il reste sympa. Bon appétit, et à tout à l'heure !

    Les paroles furent suivies d'un ricanement glaçant. Les six intéressés se regardèrent, confus. Finalement, ce fut Milo qui leur annonça que c'était bien le genre de Law et qu'ils feraient mieux de voir ce qu'étaient devenus les jeunes qui étaient restés...

    Comme en trans, Zadyssa suivit le mouvement, trop choquée pour réagir convenablement. Elle ne savait pas à quoi s'attendre, lorsqu'elle arriverait sur les lieux, et elle n'avait pas envie de faire des déductions. Elle se doutait très clairement que ce ne serait pas jolie. Son coeur se serra lorsqu'elle repensa à sa petite vie paisible et à sa mère. Mais ce n'était pas le moment. Elle pourrait craquer tout autant qu'elle le voudrait lorsque tout cela serait fini... si ça se finissait. Et si ça se finissait bien, surtout. Zadyssa n'osait même pas penser à ce qui pouvait lui arriver, ici. La seule blessure dont elle avait écoper, pour le moment, était une assez douloureuse cicatrice au crâne qui ne se voyait pas de toute manière, à cause de ses cheveux. Mais c'était le "pour le moment", qui l'inquiétait le plus. Enfin... il ne servait à rien de se faire un sang-d'encre, surtout maintenant qu'elle était en plein dedans. Mieux valait s'inquiéter pour ceux qui avaient combattu le plus gros des troupes, en haut ; d'autant plus qu'ils avaient réussi à passer. Zadyssa espérait que Corail, Maeldan et Eolia n'avaient pas trop souffert...

    Tout d'un coup, une forte odeur de charogne lui monta aux narines. Écœurée, elle se stoppa, comme tous les autres, d'ailleurs. Le spectacle qui s'offrait à eux était horrifiant. La jeune humaine ferma immédiatement les yeux. Mais c'était trop tard : l'image s'était déjà imprégnée sur ses rétines.

    - Oh non... souffla Linax, encore une fois, les larmes aux yeux.
    - Vous pensez qu'il y a pu avoir des survivants ? demanda Kréun.
    - Pas sûr, répondit Milo. À en déduire par l'odeur de décomposition, ils avaient déjà commencé avant que l'on ne se réveille...
    - Si tu pouvais nous épargner les détails, ça ferait un grand bien à tout le monde, rétorqua Ally.

    Épuisée, Zadyssa se laissa tomber par terre en prenant garde à ne pas rouvrir - sous aucun prétexte - les yeux. Sous l'effet de l'adrénaline, les images qu'elle avait vue ce jour-ci ne viendrait pas la hanter de suite : son esprit était tout entier tourné vers sa survie. Et sa survie jugeait que ce n'était pas le moment de se lamenter, bien que l'envie ne lui manque pas. Elle en vint toutefois à se demander s'ils n'étaient pas les derniers survivants... et cette pensée la paralysait.

    Des bruits de pas les tirèrent de leur rêverie. Ceux qui se trouvaient assis se relevèrent d'un coup, tandis que les autres se ressaieraient déjà autour d'un point invisible, dos à dos.

    - Law aurait mentit ? s'exclama Kréun, formulant la phrase que tous se répétaient en boucle dans leurs têtes.

    Aucun n'eut le temps de répondre : des silhouettes apparurent devant eux et - les entendant - Zadyssa se força à ouvrir petit à petit les yeux. Quel ne fut sa stupeur en découvrant tous les enfants qui étaient censés avoir prit les armes contre Law se tenir devant eux. Aucun ne semblait être blessé, ni même traumatisé par ce qu'il aurait vécu. Ils étaient simplement... étonnés et horrifiés.

    - Vous ? Que... commença Linax.
    - Les fourbes ! grogna Maeldan. Ils ne sont jamais venus nous attaquer !
    - Pas un ?
    - Pas un. Pas même une silhouette. On s'est fait avoir comme des bleus !

    Corail détailla l'ensemble de la salle central, par laquelle se rejoignait tous les couloirs. Si Zadyssa put y lire de l'horreur et de la frustration, ce fut tout. Ce qui l'étonna.

    - Une question... intervint Milo. Comment pouvaient-ils savoir que nous nous trouvions là ?

    Le silence se fit. Tous se regardaient, mal-à-l'aise, ne sachant que répondre. La question posée était la bonne : comment... ?

    - Par déduction ? hasarda Eolia.
    - Impossible, répliqua un autre. Law ne fait rien s'il n'est pas sûr de lui.
    - Peut-être que cette-fois là, il l'était...
    - Ou alors, il a mit des caméras ! s'exclama une Nautolane.
    - Sûrement pas ! rétorqua Milo. On a tout passé au peigne fin, avec Maeldan, avant de décider de venir. C'est justement pour ça qu'on est descendu !
    - Alors des qui sont bien cachées... ? continua-t-elle.
    - Impossible, contra Kréun. Je peux sentir les objets technologiques, avec mes cornes. Ça me gêne, quand il y en a en fonctionnement.

    Le silence qui se fit était plus pesant, encore. Corail échangea un regard avec le grand rouquin tandis que Zadyssa interrogeait Ena de la même façon. Aucune des deux ne semblaient comprendre ce qu'il se passait.

    - Bon, alors où est l'anguille ? se frustra Ally. Il y en a forcément une ! Il y en a toujours.
    - Un détecteur Infrarouge ? tenta Eolia.
    - Non plus. Les fondations de l'infirmerie sont en plombs. Les rayonnements Infrarouge ne passent pas.
    - Alors Law avait prévu ce coup et il a décidé de faire comme si de rien n'était en nous attaquant la nuit tombée !
    - Probablement pas, répliqua Corail. C'est trop simple pour que ce soit la Sélection. Il aurait préféré un truc explosif, qui sème la discorde pour nous achever ensuite, lorsqu'on a plus d'espoir. C'est un sadique.

    Tous échangèrent des regards inquiets, commençant à comprendre...

    - Alors... il y a forcément un traître parmi nous. C'est obligé, lâcha Milo, le regard soudain encore plus miséreux qu'auparavant, comme s'il ne voulait pas croire à cette éventualité.

    Tous baissèrent la tête avant qu'un nouveau débat ne s'ouvre sur une nouvelle question : "qui ?".

    - Lequel de nous a bien pu faire ça ? se lamenta le jeune homme, perdant espoir.
    - Si on ne peut même plus se faire confiance...
    - Il suffit de trouver le traître, et c'est réglé ! s'écria Maeldan. Si cette personne est censée, qu'elle se dévoue. Elle sera à moitié pardonnée pour ce massacre... Nous serons peut-être indulgent.

    Il y eut un long silence dans l'assemblée avant qu'une Bothan qui ressemblait beaucoup à Gaka en plus âgée ne se lève.

    - Moi, je dis que c'est toi, Maeldan ! Tes beaux discours... ton air suffisant... Tu n'as clairement pas supporté de ne pas avoir été décrété "champion Rittaf". Et tu te venges en semant la discorde dans nos rangs.
    - Pardon ? s'offusqua ce dernier.
    - Oui ! Tu n'as pas levé le petit doigt, lorsque mon petit frère est mort. Par contre, tu as sauvé les deux humaines. En plus, la petite brune est parvenue à quitter le complexe et à revenir... en croisant Law, qui plus est ! Pourquoi ne s'est-elle pas enfuie... ? Elle peut très bien être une agent double !
    - Hein ? fit Zadyssa tandis qu'une foule de regard douteux se tournait vers elle. Mais j'ai rien fait !
    - Tu sais très bien pourquoi nous n'avons rien pu faire pour Gaka ! se défendit Maeldan.
    - Comment tu peux dire que Zadyssa soit de mèche avec mon père ? gronda Fitz. Il a tué sa mère, je te rappelle !
    - Toi, je ne t'ai pas sonné !

    La jeune humaine se rendit compte que des dénonciations diverses fusaient de partout, sans preuve ni rien. S'il comptait semer la discorde, il avait réussi...

    - Qui nous dit que ce n'est pas toi, la traître ? renchérit Corail. Law a tué ton frère, tu as très bien pu lui demander de t'accorder une clémence pour qu'il ne t'attaque pas et attaque les plus jeunes en espérant que Zadyssa et Ena ne soient tuées, afin de venger Gaka. Ça marche aussi !
    - Tu racontes n'importe quoi ! s'emporta-t-elle.
    - Ou alors, c'est Ena ou Milo ! fit un Zélosien dans l'assemblée. Ils ont été soignés, ils ont très bien pu le supplier. En plus, c'est juste après leur guérison que la Sélection a été lancée. C'est louche, non ?
    - Dis pas de sottise, rétorqua ce dernier. Tu penses vraiment que ça peut être moi ? Je te signale que j'étais sur les lieux ! J'aurais très bien pu être tué !
    - Il n'a pas tort, avoua Kréun.
    - Et pourquoi ce ne peut pas être toi, Kréun ? C'est à toi que nous faisons confiance, pour nous dire qu'il n'y avait pas de caméras ! Qu'est-ce qui nous prouve que tu ne nous as pas menti pour survivre ?
    - Ou alors, c'est Fitz ! Si ça se trouve, il joue la comédie depuis le début !
    - Ou bien c'est toi.
    - Et Ally ? hasarda Linax. Tu avais trouvé le poste de contrôle du complexe. Par quel miracle ?
    - QUOI ? Tu prétends que ça serait moi ?
    - Tu étais restée en bas...
    - Justement, sous les tirs !
    - Les hommes de Law n'ont pas forcé la porte...
    - Il y avait Zéphyron !
    - Qu'est-ce qu'ils en savaient... ? Tu ne viens pas de te trahir, par hasard ? continua la Céréenne. Toi et moi, ça n'a jamais vraiment marché... il y avait peut-être une raison...

    Zadyssa tourna la tête vers l'Arkanienne, dépassée par la événements. Se pourrait-il que sous ce masque quelque peu angélique se cache un diable ?

    - Qu'est-ce qui nous prouve que ce n'est pas toi, Linax ? Pourquoi chercherais-tu à me faire passer pour la traître ?

    Ally paraissait réellement offusquée.

    - Et toi Kréun, pourquoi tu ne lis pas nos émotions pour nous dire qui est le fauteur de trouble ? cria-t-elle presque.
    - Il y en a trop, c'est impossible... Je ne saurais pas les distinguer...
    - Comme par hasard, fit quelqu'un.

    Le manège continua un certain temps avant que Corail ne craque.

    - SILENCE ! On oublie cette histoire de traître, et on prend les devants. Si on ne peut même plus se faire confiance, on n'est pas près de sortir de ce bourbier. On mange, et une fois le ventre plein, on voit quoi faire. Puisque nos plans n'ont pas l'air de fonctionner, il faut trouver autre chose...

    Se rappelant le databloc, Zadyssa profita de ce moment pour intervenir :

    - Justement, j'ai trouvé...

    Elle le tendit à la Togruta qui l'examina une dizaine de minutes dans le silence le plus totale. Personne n'osait parler. Puis soudain, son visage s'illumina, comme pris d'un nouvel espoir.

    - Eurêka ! s'exclama-t-elle.

    mercredi 21 décembre 2016 - 20:00 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12671 Crédits


    Alors, que dire...? Eh bien, c'est tout simplement toujours parfait, je ne vois pas trop ce que je pourrais dire de plus, à part désolée de ne pas avoir commenté plus tôt . Ton style d'écriture et la qualité qui va avec est là, avec de plus l'histoire très bien racontée. Je suis ravie de pouvoir découvrir ainsi une partie de l'histoire de Zadyssa dont j'ignorais tout jusque là. Tu as l'art d'entretenir le suspense de façon efficace et on est toujours en haleine entre tes chapitres. Bravo !
    Quant à l'identité du traître...je n'en ai aucune idée !

    mardi 27 décembre 2016 - 15:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Thanks for comment ! Tu dis que vous êtes toujours en haleine, entre mes chapitres, mais il faut vous reposer, voyons, pas la peine d'imiter Zadyssa et ses compatriotes, hein ?^^ (D'accord, d'accord, j'arrête avec mes blagues pourries x)).

    Bonne lecture !

    Chapitre 31 - Échappatoire ou fin tragique ?

    Le silence établit durait encore et toujours. Voilà une bonne heure déjà, que Law leur avait annoncé la fameuse "pause dîner" et une trentaine de minutes que Corail, Maeldan et Fitz gardait le secret, sur ce qu'ils avaient bien pu dénicher. Tout juste leur avaient-ils annoncé que tous devaient réunir le peu d'affaires qu'il pouvait transporter. Si certains obtempéraient sans commentaires, la plupart commençait à rejoindre Galénia, la sœur de Gaka, sur la possible trahison du grand rouquin et la probable complicité de Corail et Fitz. C'était pourquoi, ils avaient décidé de tout leur expliquer, au risque de prévenir le fameux traître.

    Zadyssa trépignait d'impatience, en compagnie d'Ena à qui on avait refait les points de sutures qui s'étaient déchirés lors de la course poursuite avec le Cathar. La jeune humaine avait sa sphère télékinétique et son carnet, n'ayant pas réellement d'autres affaires, étant donné le léger manque d'organisation, quand Law l'avait capturée. Il fallait bien dire qu'elle ne l'avait pas spécialement attendu et aurait préféré ne pas le connaître du tout. Mais bon, maintenant, c'était un peu trop tard. Elle avait également pris un peu de temps pour manger quelque chose de consistants : sentant qu'elle n'en aurait plus l'occasion avant longtemps.

    - Re-bonjour, tout le monde ! débuta Corail. Tout d'abord, désolée de ne pas vous avoir prévenu, mais nous ne voulions pas que ce qu'on a découvert s'ébruite, au risque de ne pas pouvoir fuir une fois Law prévenu. Enfin bref, maintenant que nous sommes tous prêts, je vais tout vous raconter en détails.
    - Zadyssa, quand tu as pu t'enfuir, tu es passée par une porte au niveau de l'infirmerie, n'est-ce pas ? demanda Fitz.

    L'intéressée vira à l'écarlate en remarquant que tous la dévisageait. Se demandant bien pourquoi on lui adressait la parole en publique : elle n'avait rien demandé !

    - Euh... ben... oui... répondit-elle, toute timide.
    - Personne n'a trouvé étrange qu'elle soit passée par une porte alors que l'infirmerie est censée être en sous-sols ? reprit Maeldan.

    Un silence lui répondit.

    - Non ? Bon, j'avoue, je n'y avais pas trop fait attention non plus... Mais il se trouve que si elle a pu passer par là, c'est forcément que le sol était bas à ce niveau... volontairement ou non. Et nous sommes plutôt dans le cas de la première option.
    - Ce qui signifie... que c'était une sorte de piste de départ pour vaisseau... étant donné que nous avons découvert l'emplacement d'un hangar en contenant, proche du lieu décrit par Zadyssa, termina Corail.

    Des chuchotements fusèrent à tout va. En effet, si fuir par la terre était presque une mission suicide, l'air restait un des seuls endroits propices à un échappatoire sans grand danger.

    Ena était une vraie pile électrique, elle ne cessait de répéter qu'elle allait revoir ses parents sous les yeux quelque peu amusés de Zadyssa qui essayait tant bien que de mal de se défaire de ce sentiment d'abandon qu'elle ressentait en ce moment. Bien entendu, elle était extrêmement contente de pouvoir quitter cet affreux endroit, il n'empêche qu'elle était toute seule. Enfin... peut-être pourrait-elle vivre chez un de ses amis, si elle les revoyait.

    Il y avait trois vaisseaux : une navette pouvant contenir une vingtaine de personnes, un cargo ayant une limitation fixée à huit et un ferry de marchandises pouvant en transporter six. De base, avant que la Sélection ne commence, ils étaient un peu moins d'une soixantaine ; une dizaine seulement était restée en bas dont la plupart n'avait pas survécu. Donc ils n'étaient plus qu'une cinquantaine. Ce qui était bien trop important dans tous les cas. Ainsi, il avait été décidé que le ferry en transporterait une vingtaine également : il y avait quand même un certain nombre de place au vue du fait qu'il pouvait contenir des cargaisons importantes de marchandises... bien que la sécurité soit donc réduite. La navette transporterait son nombre initial et comme le cargo était en très mauvais état, ils ne dépasseraient pas la limite de huit personnes.

    Kréun, Linax, Ally et cinq autres enfants furent envoyés dans ce dernier ; Zadyssa, Eolia, Maeldan, Corail, Fitz, Ena et Milo prirent place dans la navette tandis que Galénia et le reste ne choisissent le ferry.

    Assise à côté d'Ena, les ceintures attachées, Zadyssa fut soudain prise d'une vive peur sans en savoir la raison. Elle n'eut pas le temps de s'en soucier que l'imposante porte du hangar s'ouvrait, laissant passer une éclatante lumière qui les aveugla au premier abord. Deux enfants désignés avaient été envoyés au poste de contrôle afin d'effectuer les manipulations nécessaires. Ils revinrent une dizaine de minutes plus tard, au moment même où une voix s'élevait de nulle part et partout à la fois : "Votre petite pause est finie, vous avez bien tenu jusqu'à maintenant, la suite va donc être amusante. À tout de suite !".

    - À jamais plutôt ! grogna Corail.

    Les deux adolescents revinrent au même moment à bon port et les vaisseaux purent décoller : sur une cinquantaine de personnes, il y en avait forcément quelques uns qui savaient piloter ; dans leur cas, ils avaient été sept à se révéler.

    Le cargo passa en premier dans un bruit qui indiquait clairement qu'il avait besoin de réparation. Par chance, l'hyperdrive fonctionnait encore et il avait donc été prévu qu'ils les envoient sur Coruscant : planète-capital qui se soucierait peut-être de huit pauvres enfants et sur laquelle Law ne poserait jamais les pieds sauf lors de cas extrême, ce qu'ils n'étaient pas, assurément. Il décolla dans une courbe peu élégante mais qui avait le mérite d'exister et s'envola au-dessus des nuages plutôt rapidement : n'ayant pas de stratabloc à éviter...

    Par la suite, ce fut au tour de la navette. Elle monta également en flèche dans le ciel quand une explosion survint, faisant sursauter tout le monde.

    - C'était quoi, ça ? fit Zadyssa.

    Ceux côtés hublots tentèrent de regarder par ces-derniers, conscients que le bruit venait de l'arrière. Probablement d'un réacteur, comme le fit remarquer quelqu'un. Finalement, se rendant compte que leur course n'était en rien bouleversée, ils se détendirent un peu avant que Fitz ne les calme :

    - Ça... c'était le ferry qui a explosé...
    - Hein ? s'exclamèrent-ils tous.
    - Mais... que... comment ça se fait... ? demanda Eolia.
    - Mon crétin de père vient sûrement de se rendre compte qu'on allait s'enfuir...
    - Au moins, nous sommes passés, murmura Maeldan.

    Au même moment, ils se sentirent comme stagner, avant que le nez de la navette ne pique une tête vers la surface sous les cris paniqués de ses occupants. Ceux qui ne s'étaient pas attachés furent immédiatement propulsés au plafond, s'évanouissant sous le coup. D'autres, ne supportant pas les sensations fortes, perdirent connaissance également.

    - Qu'est-ce qu'il fait, le pilote ? cria Milo. Il veut tous nous tuer, ou quoi ?
    - C'est pas le pilote... c'est le réacteur, cette fois. Il a été coupé !

    Zadyssa sentait l'air siffler à travers ses oreilles. Il lui semblait être étirée sous le poids d'une force qui l'amenait irrémédiablement à rejoindre le plafond. Heureusement, sa ceinture l'en empêchait, d'où son utilité. Si elle en avait eu l'occasion, elle aurait trembler de peur, mais les secousses la ballottait déjà dans tous les sens.

    Brusquement, l'orientation de la navette changea, les faisant prendre la direction du complexe...

    - Et là, il ne veut pas nous tuer, le pilote ? hurla Milo.
    - Mais c'est pas moi, se justifia-t-il. C'est... le... quoi ? pilotage automatique ?

    Il fit une pause tandis que Corail marmonna suffisamment fort pour que tout le monde l'entende :

    - Donc le traître est forcément avec nous... génial...
    - Par contre, on a bien perdu le réacteur ! Et le retour au bercail ne va pas empêcher la navette de se crasher... et nous avec !

    Zadyssa n'eut pas le temps de réfléchir à ce qu'il venait de dire qu'ils heurtèrent violemment le sol dans un fracas assourdissant et quelque peu explosif. La jeune humaine n'eut pas le temps de hurler ni de se protéger ni de faire quoique ce soit d'autre. Elle ne put que subir l'action qui venait de se passer - comme la plupart de celles qu'elle avait vécues, depuis son arrivée. Le choc lui fit perdre connaissance, si ce n'était que ça...


    L'air semblait se tordre de la même façon que si l'on pinçait les cordes d'une guitare, créant ainsi un bruit répétitif. Par-dessus ce dernier, un long sifflement retentissait de manière incessante. Une violente migraine l'accueillit, poursuivie par des douleurs dans tout le corps.

    Lorsque Zadyssa reprit connaissance, elle eut l'impression de prendre la première inspiration de son existence. Ses poumons la brûlèrent tandis qu'ils se remplissaient d'air. Ses paupières papillonnèrent un instant avant de se stabiliser tandis qu'elle essayait de comprendre ce qu'elle faisait là. Soudain, tels des flash, les souvenirs affluèrent en un rien de temps, renforçant sa migraine. La Sélection, Law, l'attaque, la fuite, l'explosion, le traître, le crash... ce qui était beaucoup d'informations en peu de temps, en somme.

    Quelque peu hagarde, Zadyssa tenta de se redresser - après avoir défait sa ceinture. Elle était toute ankylosée et perdue, aussi. Par chance, elle n'avait rien de grave : de beaux hématomes, quelques bosses et de légères coupures un peu partout. Elle se trouvait sur le lieu du crash, mais il n'y avait personne de sa connaissance. Pas d'Ena en vue, ni de Corail, Maeldan, Fitz ou Eolia. Une affreuse pensée lui vint en tête : et s'ils étaient partis sans elle ? Non. Impossible. Elle la chassa avant de détailler l'endroit dans lequel ils avaient atterri.

    Il s'agissait d'un grand espace qui leur avait probablement sauvé la vie : ainsi, la navette n'avait pas heurté un habitat, ce qui leur aurait été fatale. En revanche, le vaisseau était en miette ; la plus grosse partie ayant survécu était une rangée de six sièges carbonisées et vides. Elle remarqua également qu'elle avait été éjectée plus loin que les autres épaves et qu'il y avait eu un incendie auquel elle avait réchappé du fait de cette écart.

    La jeune humaine roula à terre pour s'éloigner de son siège avant de se figer. Des bruits de pas. Ils approchaient dans sa direction. À leur résonance, elle identifia deux personnes. Deux personnes qui n'avaient pas l'air pressé. Elle entendit aussi un cri terrifié qui lui glaça le sang. La même personne appela à l'aide, effrayée, semblait-il. Une personne censée serait-elle allée la sauver ? En tout cas, Zadyssa n'en fit rien, trop paralysée pour esquisser n'importe quel mouvement ; sauf celui de ramper jusque derrière le compartiment de la rangée, afin d'être un minimum cachée.

    Ce fut à ce moment là qu'elle reconnut le vrombissement de l'air. Si elle n'avait pas été prise d'effroi, Zadyssa l'aurait probablement trouvé apaisant et significatif, mais ce n'était pas le cas actuel. Contre toute attente, la jeune humaine osa un regard vers le bruit. Elle aperçut la présence de deux humains dotés de rubans rouge pourpre qui leur cachaient les yeux... et pourtant, ils se déplaçaient sans encombre. Il s'agissait d'une fille et d'un garçon ayant une ressemblance frappante : tous deux arboraient des cheveux blonds vénitiens parsemés de quelques mèches bleu cyan qui semblaient être un moyen de se reconnaître entre eux. Ils avaient également la même façon de marcher et presque la même taille. Mais ce qui était intriguant, c'est que tous deux possédaient des épées blanches aux bruits vrombissants.

    - C'est un vrai trouillard, celui-là, commenta le garçon.
    - Faut le pardonner, non ? Il vient de subir un crash et est abordé par deux personnes sympathiques bizarrement armées, ricana la fille.
    - Pas besoin de te salir les mains, Mira, je m'en occupe... J'espère juste qu'il y aura quelqu'un de plus marrant que lui, dans les décombres.

    Zadyssa s'adossa contre la paroi, se forçant à prendre de longues inspirations pour se calmer.

    - Mais non... ils ne vont pas chercher à te tuer... pas du tout... c'est un jeu... c'est un jeu... tu aimes bien les cache-cache, non ? C'est le moment de montrer que tu sais y jouer... Fais-toi toute petite, toute petite... songea-t-elle.

    Cependant, au moment où elle entendit le pauvre garçon hurler et le vrombissement se ternir comme s'il prenait de la vitesse, la jeune humaine plaqua ses mains contre ses oreilles, ferma les yeux et hurla pour couvrir tous les sons. Trop effrayée pour réaliser qu'elle venait de se révéler.

    Elle dût rester ainsi un certain temps, car lorsqu'elle rouvrit les yeux, la respiration saccadée, les deux humains se trouvaient devant elle. Zadyssa sursauta et eut un mouvement de recul paniqué qui amusa les deux assaillants. Son regard se porta sur les épées de lumières, puis sur leur visage dont les yeux étaient bandés. Une tonne de questions se pressaient dans son esprit, mais elle ne trouvait pas les mots. À vrai dire, tout ce qu'elle ressentait ou pensait avait un lien avec la terreur. Finalement, ce fut l'humaine qui prit la parole :

    - Ce n'est qu'une gamine...
    - Une gamine pas comme les autres, rétorqua le jeune homme.
    - C'est du pareil au même.
    - Mais non... ! Je suis sûr que l'on peut rendre ça amusant.

    Zadyssa suivait la discussion avec un air hébété. Elle ne comprenait rien à rien et ne trouvait aucun moyen de se sortir de ce pétrin.

    - Hé, petite, tu sais ce que c'est ? demanda l'humain en désignant son arme et se mettant à son niveau.

    L'intéressée fit non de la tête.

    - Un sabre laser. C'est un beau joujou. Mais ce n'est pas pour les enfants, parce que ça coupe.
    - Comment tu... comment tu vois... avec le... ruban... ? l'interrogea Zadyssa.

    Les deux humains éclatèrent de rire.

    - Tu ne sais pas ? Les Miraluka sont tous aveugles ! Et tous Forceux, aussi. On voit grâce à elle. Pas besoin d'yeux, donc ! Et toi aussi, tu es comme nous, c'est pour ça que ça va être amusant ! reprit Mira.
    - Bah non, moi je suis pas aveugle, répondit Zadyssa, un tantinet gênée d'avoir amené ce sujet qui semblait délicat. Et je ne suis pas méchante !
    - Qu'est-ce qui te fait croire que nous sommes méchants ? demanda le jeune homme.

    La jeune humaine détourna un instant le regard.

    - Vous avez fait du mal au garçon, là-bas.
    - Il le méritait, il n'adhérait pas à Law, répliqua Mira en balayant l'affirmation d'un geste de la main.
    - Parce que vous êtes avec lui ? s'étonna Zadyssa, les yeux ronds.
    - Bien sûr, c'est lui qui nous a élevé, alors que nos parents nous ont abandonné, expliqua le jeune homme.

    Elle n'eut pas le temps de discuter plus longtemps que Mira la remit sur pied sans ménagement et l'amena dans une partie libre question décombres. Là, les deux Miraluka s'écartèrent tandis que le jeune homme lui lançait son sabre laser.

    - Attrape. Tu vas affronter Mira dans un combat à mort. Si tu la bats, c'est moi que tu affronteras. Mais bon, je ne te donne que 0,5% de chance de réussite.

    Ne comprenant rien à ce qui lui arrivait, Zadyssa s'en saisit en frémissant. Les larmes lui montèrent aux yeux. Elle ne voulait pas se retrouver mêlée à ça, elle ! Quel choix intéressant, tuer ou mourir... À moins que...

    Tandis que les deux Miraluka qui semblaient être faux jumeaux se lançaient des oeillades complices, Zadyssa tourna les talons, tenant le sabre dans la main droite en courant le plus vite possible et le plus loin de ces deux fous. Le temps qu'ils s'en rendent compte et passés celui de surprise, la jeune humaine avait déjà une certaine avance qu'elle ne pourrait clairement pas tenir. Au moins avait-elle un mince espoir... et l'espoir fait vivre.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le jeudi 29 décembre 2016 - 21:34

    jeudi 29 décembre 2016 - 15:41 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Chapitre 32 - Le traître se révèle enfin ?

    Sa respiration était saccadée. Pour ne pas changer. Elle avait l'impression que quoi qu'elle fasse, ça se finissait encore et toujours par un sprint. Seulement, elle aurait bien aimé le faire entourée d'amis, ce qui n'était pas le cas. Sa terreur était palpable, elle tremblait mais n'était pas prête à flancher, pas maintenant. Ses foulées s'allongèrent, ses mouvements devinrent plus fluides, sa démarche plus légère, ses bras lui donnaient de l'amplitude et elle augmenta ainsi sa vitesse, bien que ce soit inconscient.

    Malheureusement, cela ne suffit pas. En effet, l'étrange jeune homme qui avoisinait les dix-sept ans la rattrapa aisément. Pire encore : il ne semblait pas avoir besoin de faire des efforts, tandis que Zadyssa peinait à tenir le rythme qu'elle s'était établie.

    - J'étais sûr qu'on s'amuserait bien, avec toi. J'avoue que tu m'as surpris, mais ça ne se reproduira pas deux fois.

    L'écoutant d'une oreille distraite, Zadyssa se rendit compte que le diadème se trouvait sur sa tête. Elle ne savait pas encore comment, mais elle se doutait que la sphère télékinétique lui serait utile... il faudrait juste qu'elle sache comment et qu'elle la trouve, également.

    - Bon, j'en ai marre...

    Le jeune miraluka tendit le bras gauche dans sa direction et Zadyssa fit un vol plané, éjectée par une étrange force invisible. Elle roula douloureusement à terre dans des gémissements. Elle sentit que sous ses manches, sa peau était bien amochée. Elle se redressa, toute ankylosée, ne comprenant pas ce qui lui était arrivée.

    - Tu aurais pu y aller plus fort, analysa Mira qui arrivait, je te paris que je peux faire mieux !
    - Essaie donc, pour voir !

    Avant même que la jeune humaine n'ait pu esquissé un geste, elle fut balayée telle une brindille. N'attendant pas la suite, elle se releva et tenta de fuir une nouvelle fois, sans succès. Effectivement, elle trébucha et s'étala de tout son long. Resserrant son emprise sur le sabre du miraluka, elle les vit approcher avec une mine terrorisée. Ces derniers avaient des sourires satisfaits aux lèvres. Zadyssa reculait petit à petit lorsque sa main heurta un objet particulier. La sphère télékinétique. Prise d'une soudaine idée, elle se releva lentement et douloureusement sans trop savoir comment, avant de balancer le sabre en direction des deux miralukas.

    Il fendit l'air avec l'ordre de heurter au moins une des deux têtes... mais ce n'était pas ce qui arriva. Le sabre partit bien trop loin et haut. Il atterrit une dizaine de mètres plus loin. Probablement une de ses aptitudes obtenues en s'exerçant au frisbee.

    - Oh mais non, mon sabre !

    Peu content de devoir faire marche arrière pour aller le récupérer, le jeune miraluka s'attela à sa tâche avec un air fâché. Pendant ce temps, le coeur battant la chamade, Zadyssa fit venir la sphère télékinétique à elle, l'attrapa à deux mains et la fit voler vers une fenêtre au premier étage d'un bâtiment dont les ruines ressemblaient de loin à un immeuble. Ce dernier se situait quelques mètres au-dessus d'elle.

    S'accrochant du mieux qu'elle pouvait à sa sphère (je me rends compte que je n'ai pas précisé les dimensions de la sphère : à peu près la taille d'une balle de basket, voilà^^), elle décolla à une vitesse raisonnable en prenant garde à ne pas briser sa concentration. Sinon, une chute possiblement mortelle s'imposait.

    - Luka, on a trouvé le cas d'une fille volante ! s'esclaffa Mira.

    Zadyssa atteignit tant bien que de mal la fenêtre, manquant de tomber en se glissant à l'intérieur. Elle se laissa tomber au sol, adossée contre le mur, la respiration sifflante. Ses forces commençaient sérieusement à l'abandonner. Elle avait l'impression qu'elle ne pourrait plus jamais se mettre debout. Pourtant, elle ne pouvait pas rester là, les deux miralukas ne tarderaient pas à la rejoindre ; elle les entendait d'ici.

    Zadyssa essaya de se relever et parvint à le faire après un effort surhumain. Elle fit un pas, puis deux, avant de s'écrouler, épuisée, au sol. Allongée sur le dos, la jeune humaine récupérait du mieux qu'elle pouvait. Elle était hors d'haleine. Ses bras lui paraissaient affreusement lourds.

    Soudain, les vrombissements refirent leurs apparitions. Le cœur de la jeune humaine s'emballa une fois de plus tandis que son expression faciale se décomposait.

    - Tu étais tenace, gamine. Mais on a d'autres gens à voir. Tu nous pardonneras, fit Luka.

    Au même moment, un bruit de tirs de blaster retentit tandis que le miraluka étouffait un cri de douleurs.

    - Tu n'es pas si intouchable que ça, au final. Tes sens sont émoussées ? ricana une voix que Zadyssa connaissait bien.

    L'intéressée n'eut pas le temps de réfléchir plus que ça qu'elle fut relevée sans ménagement par Fitz. La tenant parle poignet, il l'obligea à courir. Ils descendirent un escalier bien amoché et finirent rapidement dans la rue. Haletante, Zadyssa fit de son mieux pour suivre le rythme paniqué du jeune adolescent.

    - Je... peux... plus... courir...
    - C'est pourtant ce que tu fais.
    - Mais... là... je peux vraiment plus....
    - Allez, ce n'est qu'une question de volonté.
    - Alors... j'ai... pas... de... volonté...

    Fitz ne s'arrêta pas pour autant, l'obligeant ainsi à poursuivre ses efforts. La jeune humaine commençait à voir des tâches noirs apparaître devant ses yeux, une soudaine envie de vomir la prit pour cible mais Fitz ne se stoppait pas. Elle ne sentait même plus ses jambes et courait de manière claudicante.

    - Allez, courage !

    Le bruit des pas des deux miralukas se fit entendre. Ils étaient proches, toujours plus proches. Ils allaient les rattraper lorsqu'ils stoppèrent subitement leur course.

    - Vous pouvez arrêter de courir, soupira Mira.
    - On est hors-jeu, continua Luka. En tout cas, bravo, vous avez tenu deux heures supplémentaires.
    - Vous étiez vingt, dans cette navette. Deux sont décédés dans le crash, nous avons tué six donc vous n'êtes plus que douze, soit onze ans en retirant Fitz. J'ai hâte de voir lequel d'entre-vous sera le dernier survivant.
    - Et moi, reprit le fils de Law, j'ai hâte de voir votre réaction lorsqu'on aura réussi à s'enfuir.

    Les deux miralukas haussèrent les épaules avant de tourner les talons, des sourires aux lèvres. Zadyssa en profita pour s'écrouler de fatigue au sol, le souffle court.

    - Désolé, il n'y a pas le temps de se reposer. On doit rejoindre les autres.

    Difficilement, les deux enfants se traînèrent jusqu'à leur lieu de rendez-vous. Là, ils y retrouvèrent Milo, Ena, Maeldan, Corail, Eolia et deux autres adolescents. Il en manquait donc deux à l'appel, probablement cachés ailleurs.

    - Jolie ton tir Milo, tout à l'heure, commenta Fitz.
    - Merci, répondit l'intéressé, la mine sombre.
    - Accepte ce qui t'est arrivé, Milo, tu seras mieux ensuite, dit Maeldan.

    Le jeune homme haussa les épaules. La discussion s'orienta sur ce qu'ils allaient faire, mais Zadyssa n'écoutait plus. Étalée à terre, elle retrouvait peu à peu son souffle. Les yeux fermés, elle profita du mieux qu'elle pouvait de cet instant de calme. Un silence durant finit par s'installer. La pseudo-réunion était achevée et tous semblaient se reposer lorsqu'une détonation résonna.

    Surprise et complètement effarée, Zadyssa se redressa d'un coup en ouvrant les yeux. Elle put donc voir le corps de quelqu'un qu'elle connaissait bien s'écrouler au sol, inerte et sans vie. Il s'agissait de celui d'Eolia. Quant à l'identité du tireur...

    samedi 07 janvier 2017 - 18:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    On arrive bientôt au terme de cette partie : il ne reste techniquement plus que deux chapitres, en comptant celui-ci, à moins que je n'arrive pas à faire tenir le dernier en un seul et que je ne le coupe en deux. Donc bonne lecture! :D

    Chapitre 33 - Tout s'embrouille

    La jeune humaine écarquilla les yeux, complètement dépassée. Elle ne parvenait pas à croire ce qu'elle voyait, elle refusait que les images ne s'impriment sur ses rétines. Et pourtant... elle ne pouvait se voiler la face, c'était impossible. Pas après ce geste. Zadyssa aurait tellement souhaité que le traître ne se révèle jamais... Pourquoi avait-il fallu que cela arrive ? Une autre issue aurait-elle été seulement possible ? Elle n'en était pas certaine. Si traître il y avait, Law ne se serait jamais privé de cette possibilité de les faire tourner en bourrique.

    La jeune fille ne parvenait pas à quitter des yeux la scène qui s'offrait à elle. Comme tous les autres, d'ailleurs. Tous étaient paralysés de stupeur.

    - Je suis désolé... je... j'ai... j'aurais aimé que ça se finisse autrement...
    - C'est impossible... ça peut pas être toi... finit par murmurer Zadyssa.

    Là, debout devant elle, les yeux brouillés de larmes, la tête basse et la main si serrée sur son blaster que ses phalanges viraient au blanc, se tenait Milo. Son regard vert était caché par ses cheveux, il n'était pas fier de son geste, ça se voyait aussi clairement que s'il le criait sur tous les toits. Il n'empêche qu'il était allé jusqu'au bout. Il avait appuyé sur la détente.

    Il releva la tête. Des larmes coulaient en cascade sur ses joues sales. Le jeune homme semblait indécis, comme coupé en deux. Si lui paraissait encore hésiter sur la conduite qu'il devait adopter et sur le choix qu'il avait fait, ce n'était pas le cas des autres. Maeldan, bien que choqué, était déjà positionné pour passer à l'action. Cependant, il n'était pas encore psychologiquement prêt. Corail était probablement dans le même état. En effet, ces derniers avaient été très proche de Milo, la sensation de trahison qu'ils éprouvaient devait être atroce.

    - Qu'est-ce qui t'a fait tomber si bas ? cracha finalement Fitz.
    - Ce n'est pas ma faute ! se défendit-il.
    - On a toujours le choix, rétorqua Corail.

    Zadyssa se désintéressa de la conversation pour s'approcher à petit pas du corps inerte d'Eolia. Ses pensées s'embrouillaient dans son esprit. Tellement d'émotions la parcourait qu'elle s'étonna de ne pas craquer. Ena s'agenouilla également auprès de la Cathar.

    - Eolia... Eolia... tu dors... ? chuchota Zadyssa tout en connaissant la réelle réponse.

    Elle ne reçut aucune réponse. La jeune humaine se mit à trembler, des larmes vinrent lui brouiller la vue, lorsqu'une voix qu'elle connaissait bien, désormais, retentit :

    - Bien sûr que si, tu peux leur révéler comment tu as gagné ta liberté, Milo, intervint Law dans la discussion qui était toujours en cours.

    Ce dernier sursauta en frémissant avant de se reprendre. Il sécha ses larmes et son visage se fit plus dur.

    - Après avoir perdu mon pied, Law m'a proposé un marché. Si j'acceptai de jouer le jeu de l'agent double, de continuer à vous faire croire que j'étais entièrement avec vous, de vous trahir, en somme, alors je n'aurais pas à gagner la Sélection pour survivre et il ferait de son mieux pour me soigner.
    - C'est complètement ridicule ! objecta Maeldan. Que crois-tu qu'il va faire de toi, ensuite ? Quand tu ne lui serviras plus, tu seras jeté aux oubliettes !
    - C'est vous qui êtes ridicule à croire que vous avez la moindre chance de pouvoir fuir.
    - En effet, vous cultivez un espoir vain, dit Luka, se pointant en compagnie de sa sœur.

    Les deux Miralukas immobilisaient un jeune adolescent d'une quinzaine d'années que Zadyssa ne connaissait pas. Il s'agissait probablement d'un des survivants qui s'étaient isolés.

    - On l'a trouvé, monsieur. Ce n'était pas marrant de nous laisser celui-là, par contre.

    Law ne releva pas et se tourna vers Milo, un sourire aux lèvres.

    - Je vais te faire une offre, mon cher Milo. Si tu parviens à le tuer de sang-froid, je te ferai collaborer avec les jumeaux sur le même pied d'égalité qu'eux.

    L'intéressé se figea. La question que Zadyssa se posait étant : était-il terrifié ou comblé. Elle espérait de tout son cœur que ce soit la deuxième option...

    Milo baissa la tête, les sourcils froncés et le visage blême. Il resserra son emprise sur son blaster, crispé. Le survivant était en larme, horrifié. Il essaya par tous les moyens de se débattre, sans succès : les poignes de Mira et Luka étaient trop puissantes pour qu'il puisse sans débarrasser à lui seul.

    - Milo, surtout, ne fais pas un geste, souffla Fitz.
    - Tu n'es pas comme eux, pas vrai... ? ajouta Zadyssa.

    L'intéressé lui jeta un regard en biais, l'air coupable.

    - Je suis désolé, je n'ai pas le choix.
    - Tu as toujours le choix ! objecta avec force Corail. Toujours.

    Milo ferma les yeux, semblant résigné. Law afficha un grand sourire, soutenu par Mira et Luka.

    - À partir du moment où il aura tiré, je vous laisserai une minute pour fuir. Une seule. Ce sera votre dernier moment de répit.
    - Il ne le fera pas, hein Milo ? fit Ena.

    Ce dernier secoua la tête, le visage sombre. Au lieu de réfléchir à un moyen de se sortir de ce mauvais pas, il paraissait se préparer psychologiquement à faire ce qu'on lui demandait.

    - Je ne suis pas aussi fou que vous, dit-il.

    Il amorça le geste pour viser en même temps que Fitz plongeait vers Ena et Zadyssa pour commencer à fuir avec elle. Toutefois, il n'atterrit pas où il le souhaitait. En effet, Mira le tracta jusqu'à elle et l'immobilisa à son tour.

    - Hep là, toi, tu restes ici !

    Au moment où résonna l'intonation, Zadyssa avait déjà fermé les yeux et détourné le regard, aussi horrifiée que dégoûtée. Elle ne parvenait pas à croire que Milo ait pu tomber si bas. En revanche, elle n'eut pas le temps d'y réfléchir davantage : Corail la prit par le poignet tandis que Maeldan faisait de même avec Ena.

    Ils couraient aussi vite que possible. Encore une fois. Ça aurait pu commencé à devenir lassant si leurs vies n'étaient pas actuellement en jeu. Tous avaient conscience qu'ils n'avaient que très peu de chance de s'en sortir vivants, ensembles. Ils faisaient de leur mieux pour se rapprocher le plus possible de la limitation de cette horreur, afin de retrouver un semblant de monde civilisé. Cependant, ce n'était guère simple, avec toutes ces rues. D'autant qu'ils devaient faire attention à ne pas se retrouver dans un champ d'explosifs.

    Finalement, Corail intima discrètement à Maeldan de s'arrêter. Les deux adolescents tenant les fillettes, ces dernières suivirent le mouvement. En revanche, ce ne fut pas le cas des deux autres enfants. Ils continuèrent leur course tandis que Maeldan et Corail reculaient le plus possible, entraînant avec eux Zadyssa et Ena.

    Une explosion en chaîne retentit et ils furent tous projetés à terre, mais indemnes, ce qui n'était pas le cas des deux autres adolescents. Les yeux écarquillés, choquée par leurs attitudes, Zadyssa se tourna vers Corail et Maeldan :

    - Pourquoi vous ne les avez pas prévenu ? Pourquoi tu ne les as pas prévenu, Corail ? s'insurgea-t-elle.
    - En fait, vous ne valez pas mieux que Milo, commenta Ena avec une mine dégoûtée.

    Les deux intéressés échangèrent des regards coupables. Finalement, le rouquin lâcha :

    - Je crois que... quoiqu'on puisse dire, Law a réussi son compte. Il voulait nous isoler, il y est parvenu. Même si on s'efforce de faire comme si, on a pas de liens d'amitiés concrets. Il ne voulait pas que l'on puisse se reposer les uns sur les autres, et finalement, sa philosophie nous a inconsciemment atteint. C'est probablement pour ça que Milo a craqué...

    mercredi 11 janvier 2017 - 18:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Ce chapitre signe la fin de cette partie. Ensuite, nous atteindrons la dernière avant que ce ne soit la fin de cette fic.

    Chapitre 34 - Game over

    - Euh... Corail ? l'interpella Ena. J'ai comme un léger problème...

    Zadyssa se tourna vers elle, inquiète. La jeune rouquine désignait son ventre où une auréole rouge pourpre se formait petit à petit. Sa blessure s'était donc rouverte. Fait on ne peut plus normal, en réalité : les soins prodigués étaient très sommaires. Les points de sutures n'étaient là que pour retarder l'hémorragie, afin qu'elle puisse être mieux soignée dans peu de temps. Seulement, ce mince espoir commençait à s'envoler comme des miettes de pains que l'on effriteraient sous le vent.

    Corail se précipita vers Ena, soucieuse. Maeldan s'approcha à son tour, le front plissé. Son inquiétude était palpable, plus encore que celle de Corail ; Zadyssa se doutait qu'il y avait un "pourquoi" et une réponse à la clé, mais pour une fois, elle ne voulait pas savoir. Elle resta à l'écart et observa les réactions des deux adolescents.

    - Un léger problème, hein... ? commenta-t-elle. Celui qui le surpasse, c'est qu'on a ni fils ni aiguilles.

    Ena recula d'un pas, quelque peu appréhensive.

    - Ça tombe bien. Je pense que ça fait mal, et je n'ai pas envie d'avoir mal.
    - Certes, ça fait mal. Mais si on ne fait rien, ça risque de s'infecter. Et là, ça fera vraiment mal, expliqua Maeldan.
    - Ah.
    - Je pense qu'on ne peut que faire le minimum : bander la blessure, dit Corail.

    Tous acquiescèrent tandis qu'elle s’affairait à panser au mieux la plaie d'Ena. Une dizaine de minutes plus tard, ils se remirent en route. Zadyssa avait les mollets en compote et ne sentait déjà plus ses cuisses dûment usées lors des courses à pied qu'ils s'autorisaient parfois. Son ventre criait famine et elle n'avait qu'une seule envie : s'allonger par terre et dormir pendant une semaine, minimum ! Ses cernes déjà existants s'étaient renforcés depuis qu'elle était arrivée ici. Certes, elle avait dormi, mais s'évanouir n'était pas de tout repos, au contraire. Plus encore que de se réveiller aux aurores le matin pour fuir une menace incompréhensible.

    Après cinq minutes de marches intensives, le bandage d'Ena était de nouveau imbibé de sang.

    - Tu n'as qu'à la porter, Daniel, suggéra Zadyssa.

    Trois têtes étonnées se tournèrent vers elle.

    - Daniel ? s'exclamèrent-ils en chœur.
    - C'est moi que tu appelles comme ça ? demanda Maeldan.
    - Tu vois quelqu'un d'autre qui s'appelle Daniel ? répliqua-t-elle, un sourire amusé aux lèvres.
    - OK... je reste zen... Mon nom, c'est Maeldan, Maeldan Delv !
    - C'est noté, Dani.

    Maeldan fit signe qu'il abandonnait tandis que Corail et Ena éclataient de rire. Une fois l'hilarité passée, ils s'apprêtaient à reprendre leur avancée lorsqu'une silhouette à l'allure assurée se détacha dans le pénombre qui commençait peu à peu à tomber, étant donné qu'ils étaient en période plutôt hivernal. Si les deux adolescents la reconnurent immédiatement, ce ne fut pas de suite le cas des deux benjamines.

    - Toi, grogna Maeldan.
    - Moi.
    - Que viens-tu encore faire ici ? continua Corail sur le même ton que son camarade.
    - La même chose que d'habitude.

    Zadyssa et Ena, restées en retrait à l'arrière, se rapprochèrent inconsciemment l'une de l'autre, afin de trouver un peu de réconfort dans la peur de l'autre.

    - C'est bien que vous ayez tenu jusque là.
    - Dis-nous. Dis-nous comment tu as pu convaincre Milo ! s'écria Maeldan.
    - C'était très simple. Il était complètement déprimé, à la suite de la perte de son pied. Si jusque là il avait toujours été une forte tête, ce n'était plus le cas maintenant. À vrai dire, il ressemblait plus à un nourrisson tout juste sorti du ventre de sa mère. Alors je lui ai dis que s'il m'aidait, je pourrai le soigner. Il n'était pas lui-même, donc il a accepté. Ensuite, je me suis servi de sa rancœur envers Zéphyron pour l'obliger à tuer Eolia qui est sa sœur. Rien de plus simple.
    - Tu es un monstre répugnant, cracha Corail.

    Law ne cilla pas, orientant son regard vers la jeune rouquine.

    - Dommage que tu sois restée évanouie un certain temps, je suis sûr que j'aurai pu trouver un truc qui t'aurait plu.
    - Tu n'aurais même pas réussi à me convaincre ! rétorqua Ena d'une voix qu'elle aurait probablement aimé plus sûre.
    - Quant à toi, dit-il en se tournant vers Zadyssa, je n'aurais même pas essayé.
    - Pourquoi, Wagon ?
    - Wa... gon... ?
    - Ben, ça s'écrit bien avec un "w", Law ? et wagon aussi. Tu vois le rapprochement... ?

    Ses trois compagnons étouffèrent un petit rire discret tandis que Law - qui n'appréciait apparemment pas de ne pas être pris au sérieux - virait au rouge et semblait faire un preuve d'un effort surhumain pour se contenir.

    - Voilà pourquoi ! Tu n'aurais même pas compris ce que je t'aurai demandé ; tu n'es pas assez mature.
    - Est-ce dans la norme d'un enfant, d'être mature à huit ans ? Ou bien as-tu fait tous ces actes horribles pour faire perdre l'innocence et l'enfance de tous ceux à qui tu avais déjà arraché tant de choses ? Puisque c'est plus facile de manipuler quelqu'un de mature qui a été obligé de réfléchir d'une certaine façon parce qu'il ne posera pas de questions gênante, répondit-elle.

    Il y eut un grand silence, l'instant qui suivit son assez longue tirade. Quatre regards étonnés se tournèrent vers elle et il lui fallu quelques secondes pour tous les remarquer.

    - Ben quoi ? Qu'est-ce que j'ai dis ?

    Personne n'eut le temps de lui répondre. Un simple petit objet peut changer beaucoup de choses. Ce fut le cas ce jour-ci. Une petite sphère métallique de la taille d'une orange - environ - émettant à rythme régulier des "bip" incessants roula à leurs pieds. Probablement lancée discrètement par Law. Tous baissèrent la tête à son niveau, ne sachant comment réagir, jusqu'à ce que Corail et Maeldan ne prennent les choses en main.

    Zadyssa n'eut pas le temps de comprendre quoique ce soit qu'elle se retrouva éjectée au loin grâce à Maeldan. Ena avait subi la même chose. Lorsque la jeune humaine releva la tête, elle eut tout juste le temps de voir la mine apaisée de Corail et Maeldan avant qu'une explosion de couleur ne ruine l'image qu'elle venait de graver dans son esprit. L'onde de choc la balaya et elle roula sur trois mètres, à l'instar d'Ena.

    Choquée, le cœur battant la chamade dans sa poitrine, Zadyssa se redressa. De chaudes larmes vinrent lui brouiller la vue, et elles finirent par couler en cascade le long de ses joues, incontrôlables. Elle se mit sur ses pieds, les jambes flageolantes, refusant de voir la vérité en face. Et pourtant...

    - Alors ça... commenta Law. J'ignorai que le Prince du Feu succomberait de sa chaleur en entraînant sa princesse avec lui.

    Surprenant le regard brouillé de larmes de la jeune humaine, il la gratifia d'une vague explication sur la signification du prénom de Maeldan, lui apprenant que ça voulait dire "prince du feu".

    - Je m'en fiche, rétorqua-t-elle. Je veux que tu t'excuses. Que tu t'excuses envers tous ceux à qui tu as fait du mal. Ensuite tu partiras très loin, là où tu nous embêteras plus.
    - Et en quelle honneur ? ricana-t-il.

    Le chagrin lui brouilla la vue. Si elle était parvenue à garder son sang-froid tout du long, là elle n'y parvenait plus. Et puis, après tout, elle n'avait que huit ans. Une enfant de huit ans ayant vécu une telle expérience n'aurait-elle donc pas le droit de piquer une crise ? Ne serait-ce que pour du flot de larmes qui n'attendait que ça. Et pourquoi il ne voulait pas partir, lui ?

    - LAISSE-MOI TRANQUILLE !

    Tandis qu'elle hurlait, yeux et poings fermés, elle ressentit une chose étrange. Une sorte d'énergie invisible qui avait - semblait-il - toujours été là mais dont elle n'avait jamais perçu l'existence. D'où venait-elle ? Qui était-elle ? Tant de questions qui se pressaient dans son esprit, là où il y avait encore de la place. Étrangement, cette énergie - quelle qu'elle soit - chassa tous ses doutes et la mit dans état d'apaisement tel qu'elle n'en avait pas ressenti depuis un certain temps, désormais. Depuis l'apparition de Law, en fait. Elle finit par se calmer et sécha maladroitement ses larmes en remarquant que les objets qui jonchaient le sol semblaient avoir changés de place. Elle ne s'en soucia guère, son attention déjà reportée sur l'homme.

    Law était étendu à terre, inconscient. Il avait écopé d'une méchante plaie à la tête. Étonnée, Zadyssa s'approcha à pas de loup avant de s'arrêter à une distance raisonnable.

    - Il a été attaqué par une pierre carnivore, ou quoi ? commenta-t-elle, ne comprenant pas ce qui avait bien pu lui arriver.

    Se disant qu'il était préférable de profiter de ce bref moment de répit, elle se précipita vers Ena qui était toujours allongée, elle aussi. S'agenouillant à ses côtés, elle constata que la jeune rouquine était toujours consciente.

    - Ena, Ena, ça va ?
    - J'ai froid et j'ai maaal, geignit-elle.
    - C'est vrai que je commence à geler sur place, moi aussi. T'inquiète pas, je suis sûre qu'on va trouver quelqu'un de gentil qui va te soigner, la réconforta-t-elle en souriant. En plus, regarde, Law a été attaqué par une pierre carnivore !
    - Je dirai plus des pierres volantes, il y en avait pleins !
    - Des pierres volantes ? Mais qu'est-ce que tu racontes, Ena ? Tu dois être fatiguée...
    - Et toi, tu t'es entendue ? Des pierres carnivores, comme si ça pouvait exister.
    - Pourquoi pas.
    - Alors moi aussi, je dis que des pierres volantes, ça existe.

    Zadyssa eut un petit sourire.

    - Tu peux marcher ? lui demanda-t-elle.
    - Il faudra bien, non ?

    La jeune humaine l'aida à se remettre debout et lui permit de s'appuyer - ou s'avachir, plutôt - sur elle. Elles firent un pas, puis un autre. Bravant la fatigue, le froid et la faim. Mais cette manière de marcher ne les faisait pas aller bien vite. De plus, elles peinaient à garder les yeux ouverts. Leurs paupières papillonnaient. La faim les tenaillait. Elles continuèrent ce manège une vingtaine de minutes avant de se résoudre à se poser et dormir. Choisissant une bâtisse peut abîmée qui pourrait les protéger du froid et du vent, elles se laissèrent tomber à terre, l'une contre l'autre dans un soupire général.

    Ena se tortilla avant de sortir de sa tunique une lettre déjà bien maltraitée par les épreuves. Elle la luit mit dans la main et alors que Zadyssa allait l'ouvrir, la rouquine la stoppa d'un geste.

    - Elle n'est pas pour toi, mais pour mes parents.
    - Pourquoi tu me la donnes, alors ? s'étonna Zadyssa.

    Ena sourit tristement avant de se reprendre.

    - Tu savais, Dani était mon grand-frère.
    - Quoi ? Comment tu peux le savoir ?
    - C'est Corail qui me l'a dit. D'après elle, mes parents l'ont remplacé après avoir vu qu'il ne reviendrait plus ou qu'il... Ça expliquerait pourquoi ils étaient tout le temps tristes.
    - Il le savait, Maeldan ?
    - Je pense, oui. Mais il était triste, lui aussi. Ça doit pas être très agréable d'être remplacé.
    - Je pense pas, oui.
    - Ils l'ont remarqué quand ils ont vu que j'avais le même nom de famille que lui et quelques airs de ressemblances, apparemment.
    - C'est vrai que maintenant que tu le dis...

    La jeune rouquine reporta sur attention sur la lettre que tenait Zadyssa.

    - Le jour où quelqu'un de ma connaissance les rencontrera, je pense qu'ils m'auront déjà remplacé, comme ils l'ont fait avec Maeldan. Alors je veux que ce soit toi qui la leur remette, d'accord ?
    - Qu'est-ce que tu racontes ? Je ne suis pas d'accord ! C'est toi qui le fera, et personne d'autre !

    Une grande tristesse s'échappa du visage d'Ena tandis que celui de Zadyssa se décomposait.

    - Tu...
    - Range-la et garde-la, s'il-te-plaît...  Ah oui. S'ils te le demandent, dis-leur que je l'ai faite avec Corail : je ne sais pas lire ni écrire, donc ils pourraient ne pas te croire.

    Zadyssa hocha la tête, ne lui demandant pas plus de précision à ce sujet.

    - Au fait, pourquoi tu surnommais Maeldan, Daniel ? Je ne vois pas le rapport...

    L'intéressée esquissa un sourire malicieux avant de répondre :

    - Maeldan. Dan. Dan m'a immédiatement fait penser à Daniel, je ne sais pas pourquoi. Et Daniel, devient ensuite Dani. Voilà !

    Ena eut un bref rire tandis que Zadyssa sentait les larmes lui piquer les yeux. Elle prit une grande inspiration pour chasser son chagrin et tenter de dormir.

    Ena fut la première à sombrer dans le sommeil. La jeune humaine remarqua que son visage était pâle et que ses mains étaient glacées. Extrêmement inquiète, elle espéra vivement que la nuit passerait vite pour trouver quelqu'un ayant les capacités de la soigner. Elle se demandait également comment Ena avait bien réussi à s'endormir, avec le froid de canard qu'il y avait et la faim qui lui tenaillait l'estomac.

    Une heure après, Zadyssa ne dormait toujours pas et fut tirée de sa léthargie par des bruits de pas qui approchait, les yeux embrumées, le corps tout engourdi par le froid mordant, elle fixa sur l'inconnu des yeux brumeux. Elle parvint à reconnaître la silhouette au bout de quelques secondes. Law. Encore lui. N'ayant en revanche plus la force de résister, elle sortit un petit "Il... faut... sauver... Ena...", avant de lâcher prise et de sombrer dans le sommeil à son tour.

    La partie était perdue, ils n'avaient pas réussi à fuir. Seul Law avait gagné.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le vendredi 20 janvier 2017 - 19:09

    vendredi 20 janvier 2017 - 09:45 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    26337 Crédits

    Chapitre XXV – Zéphyron

    Ce que j’aime le rapprochement entre Zadyssa et Corail ‼ Mais qu’elle belle mise en scène et dialogues qui font ressentir autant les émotions de l’une que de l’autre. La solitude, l’innocence et le manque de vocabulaire de la petit Zadyssa face à l’expérience, la résolution et la connaissance des mots de Corail.

    « LIKE »

    Je suis scotché ! Ce combat dans l’arène Chien vs chat ! Euh pardon, Bothan vs Cathar est très bien amenée et merci, alors grand merci pour ne pas avoir décrit une scène sanguinolente semblable au certains postes dans le JDR. J’aime cette sobriété d’écriture qui m’a tant fait aimer l’écriture et la lecture. Zadyssa MERCI !

    Je suis dans le suspense de la suite car je lis et je commente étape par étape. Dans le face à face entre la petite Zadyssa et Zéphyron je décelé que la Force est déjà avec notre humaine préférée.

    A un moment, je me suis demandé comment Zadyssa va s’en sortir. Zéphyron a battu un Bothan male. La logique se devait que Zadyssa perde. Et pourtant, elle ne peut pas mourir. Comment l’écrivain Zadyssa va-t-elle sortir son personnage de cette situation ??? Je me plonge dans la suite.

    « LIKE »

    Chapitre XXVI – Le choix

    Rébellion ??? Mais c’est qu’il y a de la rébellion partout ?? Rogue One, fans-fiction de Kinsa, et maintenant ici ‼ Oh, que cela devient palpitant !

    Le réveille de Zadyssa et tout les explications de ses amis sont logiques vraiment superbement bien amenée. Rebondissement de situation ! Sans qu’elle ne la veille, sans l’avoir demandé, voici la petit Zadyssa au cœur d’un mouvement de révolte qui n’attendait qu’elle !

    « LIKE »

    L’ouverture de cette porte est une opportunité et en même temps le choix difficile de Zadyssa, d’où le titre qui se justifie parfaitement. C’est très intriguant de la voir partir vers la ville et donc s’éloigner de ses amis après ce qu’ils ont fait pour la sauver. Je retourne à la lecture…

    « LIKE »

    La porte ouvert volontairement pas Law je m’y attendais. Il est plus que tordu celui là, lol. Il est vraiment très approprié de lire que Zadyssa a toujours pensé pouvoir aider ses amis contrairement aux apparences de fuite solitaire. Et au final devant le choix de Law, elle retourne vers ses amis.

    « LIKE »

    Chapitre XXVII – Déménagement. 

    Jolie ! Quel suspense tout au long de ce chapitre. Le retour de Zadyssa et ses retrouvailles avec ses amis entrainent des événements qui s’enchainent rapidement. Découvrir que Fitz a eu un frère donne une idée plus précise de ses motivations. Fitz qui décide de prendre position ‼

    « LIKE »

    Chapitre 29 – Surprise !


    A vous coupé le souffle ! Récit palpitant de la fuite de notre petit groupe d’enfants de toutes espèces. J’ai de l’empathie pour le pauvre Milo qui a perdu son pied et qui doit surmonter cela. SURPRISE ! JE dirais même plus de SURPRISE EN SURPRISE. Cette course poursuite m’a tenue captivé tout au long du récit et particulièrement lorsque Zéphyron est relâché. Bravo !

    « LIKE »

    Chapitre 30 –Trahison

    Sélection ? Ou pas ? Traite ? Ou pas ? Cette course poursuite m’a encore tenue captivé tout au long du récit très bien écrit ! Il est certain que Law est parvenu à semer le trouble parmi les jeunes. Beaucoup de question, peu de réponse… Aucune idée de qui peu être le traite ou même s’il en a vraiment un. C’est passionnant à lire.

    « LIKE »

    Chapitre 31 – Échappatoire ou fin tragique ?

    Que de péripétie pour atteindre les vaisseaux ! Très bien amener ! Je n’ai aucune idée de qui est le traître tellement les pistes sont nombreuses et brouillée. Et la répartition en 3 vaisseaux permet de s’attendre à ce que tous ne s’en sortent pas. Plus je lis, plus je me dis qu’ils vont réussir. Et pourtant, je sais qu’il y a d’autres chapitres… Donc et bien oui, explosion, vaisseau saboté et atterrissage forcé.

    Tout au long des chapitres, Zadyssa ressent la peur et elle la paralyse souvent. Faudra que je lise dans l’académie Jedi et dans Temple Jedi comment elle réagit par rapport à ses peurs. J’ai hâte d’avoir une discussion avec son auteur, lol au sujet de la PEUR.

    « LIKE »

    Les Miraluka… un peuple qui m’a toujours fascinée. Qu’elle dommage que les jumeaux sont dans le camp de Law. Bref, c’est intriguant d’ignorer ce qu’il est advenu des autres jeunes. J’aime bien cette rencontre et j’espère que Zadyssa aura plus de chance cette fois-ci dans sa fuite.

    Chapitre 32 – Le traître se révèle enfin ?

    Punaise ‼ Mais quel cours poursuite ‼ Je suis aussi exténuer que Zadyssa rien qu’en lisant. Je serai incapable de courir autant qu’elle. Je comprends qu’elle s’effondre.

    C’est bien triste de voir les jumeaux Miraluka s’amuser autant et jouer au chat et à la souris avec Zadyssa. C’est sadique !

    J’ai quelques craintes que le traître soit Fitz ou Milo, même si je n’en vois pas la raison. Si c’est Maeldan j’aimerai connaitre ses raisons. Ena me semble trop jeune et Eolia est morte. Reste Corail… je ne vois pas non plus les raisons d’une trahison. L’un des 2 inconnus éventuellement.

    Vais vite lire le chapitre suivant et espère qu’apparaîtra enfin le nom du traître et ses raisons.

    « LIKE »

    Chapitre 33 – Tout s’embrouille.

    Mes craintes sont fondées, snif. C’est Milo… que je comprends au passage. Handicapé par son pied, il ne pouvait plus espérer survivre. C’est bien triste quand même de tombé si bas.

    Maeldan, Corail, Ena et Zadyssa qui doivent repartir dans une cours poursuite… Encore, lol. Hélas, je ne peux qu'acquiescé à la conclusion de d’Ena. Law est parvenu à empêcher que le groupe reste soudé. Cette histoire me semble être une excellente leçon de vie pour tous. Autant pour le lecteur que pour le personnage de Zadyssa. Je n’ai pas lu TJ6 en entier, mais j’aimerai découvrir si elle a appris de cette histoire pour aider un groupe Jedi à rester unis face aux menaces rencontrer. J’examinerai cela lorsque je me mettrai à la lecture du TJ6.

    Dans ce chapitre, il y a énormément d’émotions. L’écriture est tel, que je n’arrive plus à en sortir.

    « LIKE »

    Chapitre 34 – GAME OVER.


    Alors, soit je suis plus fatiguée que pour la lecture des autres chapitres, soit j’ai eu un peu de mal à suivre l’histoire.

    Merci de passé sur mp afin de me préciser quelques explications SVP. OK, grand merci, lol 

    Mis à par cela, je n’aime pas du tout la fin, même si c’est celle à laquelle on devait s’attendre. Je comprends l’idée, mais c’est trop triste de perdre tout le monde.

    Sinon, oui, le style est toujours aussi bon et je pense détester Law autant que Zadyssa. J’ai hâte de lire la finale ! De comprendre comment Zadyssa arrive au temple Jedi.

    « LIKE »  « LIKE »

    C'est promis, je serai moins longtemps absente!! Je scrute quand tu postes la dernière partie, je ne veux pas raté ça! 

    Ce message a été modifié par Padme111 le dimanche 22 janvier 2017 - 09:04

    vendredi 20 janvier 2017 - 20:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12671 Crédits

    Salut ! Eh bien, ça fait un certain temps que j'ai pas commenté, toutes mes excuses. Ta fic est toujours aussi excellente, on suit avec intérêt les aventures de Zadyssa, même si j'ai un peu de mal à me souvenir de tous les persos ?

    Alors comme ça Milo est le traître ? D'un autre côté, c'était le plus indiqué pour le "drama" de la chose. Je devine que Zadyssa sera la seule survivante ?

    lundi 23 janvier 2017 - 19:42 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Merci pour vos commentaires, ça fait très plaisir Je suis ravie que l'histoire vous plaise. Par contre, non, Zadyssa ne sera pas la seule survivante : il y a déjà Ally (Arkanienne), Kréun (Gotal) et Linax (Céréenne), ainsi que cinq autres enfants qui ont quitté Metellos pour Coruscant à bord d'un cargo disons... relativement abîmé. Et puis... vous n'êtes pas au bout des surprises, héhé^^.

    Du coup, je vais faire un récapitulatif des persos : Maeldan (rouquin de 17 ans, frère d'Ena), Corail (Togruta à la peau bleue et tatouages violets, 18 ans), Ena (rouquine de 7 ans et sœur de Maeldan), Milo (humain de 15 ans, s'est allié à Law), Fitz (humain de 13 ans, fils cadet de Law), Eolia (Cathar de 13 ans, soeur de Zéphyron), Zéphyron (Cathar à l'âge inconnu, rendu fou par Law). Je ne crois pas en avoir oublié.

    Commençons la dernière partie ! Bonne lecture !

    Chapitre 35 - Nouveau départ ou plongeon profond ?

    La première chose qu'elle vit en ouvrant les yeux, ce fut du noir. Du noir à perte de vue. Une profonde obscurité qui ne laissait pas de place à la lumière, qui se retrouvait mise au tapis. Elle ne distinguait aucune forme et n'avait aucune idée de l'endroit où elle se trouvait.

    Se rappelant les épisodes précédents, elle frémit et sentit les larmes lui monter aux yeux. Cette fois, elle ne parvint pas à se retenir : rien ne l'empêchait, elle était seule. Peut-être même qu'elle ne verrait plus personne d'autre que Law, Mira, Luka et ce traître de Milo. S'il n'avait pas été là, rien de tout cela ne serait sans doute arrivé. Ils auraient très certainement réussi à fuir. Pourtant... il lui avait aussi sauvé la vie. C'était dur de devoir quelque chose à quelqu'un qui ne mérite pas le pardon.

    Elle ramena ses jambes contre sa poitrine et constata contre son gré qu'un mur froid se trouvait derrière elle. Elle s'y appuya donc avant de rabattre sa tête sur ses genoux... et de pleurer. Son corps fut secoué par nombre de sanglots tandis que sa mémoire se repassait en boucle les événements auxquels elle avait assisté. Durant son séjour dans le complexe, elle avait aperçu des choses qu'une enfant de son âge n'aurait pas du voir. Ces images viendraient la hanter dans des cauchemars, il n'y avait même pas besoin de le parier pour le deviner. Si elle s'était sentie très seule, auparavant, ce n'était rien comparé à ce qu'elle pouvait ressentir maintenant. Sa mère lui manquait. Xavier, Romane et Mélania lui manquaient. Corail lui manquait. Ena lui manquait. Tous les autres lui manquaient. Et... son père aussi.

    Ce sentiment était accentué par le fait qu'il n'y avait plus personne, autour d'elle. La fois précédente, elle s'était sentie seule, mais c'était une solitude différente qui s'était manifestée parce qu'elle se sentait incomprise par les autres. Dans ce cas-là, c'était de la solitude à l'état pure. Et c'était bien plus écrasant.

    Le temps passa aussi rapidement que lentement, et pas une seule fois, elle ne s'arrêta de pleurer. Elle devinait approximativement que trois ou quatre heures s'étaient écoulées, mais ce ne fut qu'une heure plus tard que ses larmes se tarirent. Cependant, elle ne changea pas de positions et resta là, à broyer du noir.

    Son estomac criait famine, mais elle ne s'en soucia guère. La soif se rajouta également. Là encore, elle l'ignora royalement. La fatigue finit par s'ajouter à la fête qui prit fin lorsque Zadyssa s'endormir d'un sommeil troublé.

    Comme elle l'avait deviné, elle cauchemarda. Sauf que cette fois, le cauchemar était pire que tous ceux qu'elle avait déjà vécu : ce qu'elle vit était une reproduction exacte des faits qui s'étaient déroulés. Les revoir avec cette sensation de réalité augmentée était d'autant plus troublant. En sueur, elle se força à inspirer et expirer pour chasser ces images et finit par reprendre la même position que la veille.

    Trois jours passèrent sans que rien ne change. Elle n'avait toujours pas touché à la nourriture qui apparaissait comme par magie à ses pieds, lorsqu'elle se réveillait, et n'avait fait que boire. Elle devinait que si jamais elle mangeait, ce serait pour tout vomir ensuite. Zadyssa n'avait toujours pas bougé et ne comptait, à vrai dire, pas le faire tant qu'elle ne se serait pas lassée de cette situation.

    Le matin du quatrième jours, un bruit de pas la fit sursauter en la tirant de sa léthargie. Redressant la tête et plissant les yeux, elle distingua vaguement une silhouette, dans l'obscurité plus aussi sombre qu'auparavant. En fait, elle avait même l'impression qu'il faisait jour - il était fort probable qu'elle n'ait pas ouvert les yeux depuis un certain temps.

    Toujours était-il que lorsqu'elle put distinguer les trais de la personne, son cœur ne fit qu'un bond dans sa poitrine. Les yeux creux, mais le corps soudain ravivé d'énergie, elle se redressa et se mit rapidement sur ses pieds, étonnée. Elle n'en croyait pas ses yeux, et se pinça même pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas. Et pourtant, ce n'était pas le cas. Ena se trouvait bien devant elle, souriante. Zadyssa ouvrit la bouche pour parler, mais aucun son ne sortit de sa bouche.

    - Je suis contente de te revoir, dit-elle.
    - Que... tu...

    La jeune humaine ne savait que dire. Elle s'était fait à l'idée que son amie ne soit morte et pourtant, ce n'était pas le cas. Elle vira au rouge pivoine, honteuse, avant de se reprendre.

    - Qu'est-ce que tu fais là ? Où est-ce qu'on est ? Il est où Law ? Qu'est-ce qui s'est passé ? s'écria Zadyssa, la gorge sèche.
    - Mais j'en sais rien ! Pourquoi tu me demandes ça ?
    - Pourquoi tu es là, toi ? Je pensais que...
    - Ben moi aussi. Mais non. Je crois que... Law m'a soignée, je sais pas pourquoi. Mais il m'a soignée.

    Un large sourire se dessina sur le visage de Zadyssa. Tout d'un coup, une grande partie de ses soucis s'envolèrent, chassés par une bonne humeur qu'elle ne pensait pas revoir. Un air malicieux se forma sur son visage tandis qu'une excellente idée ne fleurissaient dans son esprit. Comme s'il n'avait fallu qu'une seule bonne nouvelle pour que l'espoir ne la reprenne. Comme quoi, la flamme de l'espoir ne disparaissait jamais.

    - J'ai une idée ! Je n'ai pas visité les lieux. Je pense qu'ils sont grands. Viens, on va voir !

    Sans même attendre la réponse, Zadyssa détala. Laissant sa curiosité prendre le dessus sur le reste. Ena lui courut après en lui criant de s'arrêter.

    La pièce devait avoisiner les cent mètres de longueur, les soixante de largeurs ainsi que les dix mètres de hauteurs, ce qui était relativement écrasant. Des étagères montant jusqu'au plafond ornaient les deux largeurs tandis que de grands tas d'objets hétéroclites de tout type étaient formés un peu partout. Le plus haut qui les dépassait largement se situait au centre de la salle. Elles remarquèrent également qu'un coin "salle de bain" avait été aménagé dans un renfoncement ; il possédait même une porte.

    Zadyssa se tourna vers Ena, songeuse. Elle se saisit de la lettre et la lui tendit.

    - Tiens, elle est à toi.
    - Non, garde-la. Je pense que c'est toi qui la leur rendra. Je ne suis pas prête à les voir. Je ne pense pas le faire avant longtemps. Et je t'ai déjà expliqué pourquoi.

    Zadyssa haussa les épaules puis acquiesça. Avisant un tas, elle le fouilla avant d'en sortir une sorte de rectangle métallique creux, pourvu de diverses trous. Elle tira ensuite un bout de bois épais qu'elle passa dans les trous, de sorte à créer des ailes, puis se tourna vers Ena, victorieuse.

    - Tadaa ! Voici un vaisseau spatial très très rapide ! Construit le tien et on va faire une course de vaisseau dans l'espace ! Les gros tas, ce sont des astéroïdes, et il faut les éviter.
    - Ils sont gros, alors, pour des cailloux...
    - C'est parce que ce sont des cailloux-planètes.
    - Et après les pierres carnivores...
    - Oui. Et le plus gros tas, c'est un astéroïde-planète-carnivore.

    Ena soupira, mais un grand sourire contrastait avec son apparent désinvolte. Elle trouva de quoi construire un semblant de vaisseau encore plus rapidement que son amie et le brandit de la même manière une fois qu'il fut finit.

    - Tu es prête ?
    - À quoi ?
    - Trois... deux... un... go !

    Zadyssa détala, son "jouet" en main, le tenant comme s'il volait. Ena partir à son tour après quelques secondes.

    - Le vaisseau Petite Tornade a pris la tête de la course ! s'exclama la jeune humaine.

    Ena piqua un sprint afin de la rattraper. Elle se trouvait juste derrière Zadyssa.

    - Petite Tornade est rattrapé par une remontée spectaculaire de Tempête de Feu !

    Brusquement, Zadyssa tourna à gauche vers l'astéroïde-planète-carnivore et le contourna avant de faire tomber des objets du tas en faisant comme si son jouet évitait tous les projectiles.

    - C'est incroyable ! Petite Tornade a évité tous les assauts de Carnivorro, la repoussante planète-astéroïde carnivore.
    - Carnivorro ? Et pourquoi c'est ton vaisseau qui réalise ça ? Regarde, moi aussi.

    Et Ena fit la même chose, prenant soin de le faire vriller dans tous les sens et plus rapidement.

    - Je peux faire encore mieux ! s'exclama Zadyssa.

    Leur jeu dura toute la journée, jusqu'à ce qu'elles ne tombent d'épuisement au sol. Zadyssa en profita pour se remplir l'estomac avant qu'elles ne s'endorment.

    Les jours et les mois passèrent. Zadyssa eut neuf ans. Ena en eut huit. Et elles ne virent Law qu'une seule fois, lorsqu'il était venu leur demander de ranger tous leur bazar, les menaçant de ne plus les nourrir dans le cas contraire.

    Elles jouaient toujours au même jeu, mais il avait évolué. En effet, désormais, chaque tas avaient un nom, et elles avaient une collection de petits vaisseaux construits de la même manière. Parfois, elles s'amusaient à lancer des bâtons sur un point, ou à se combattre avec. Leur imagination leur permettaient de ne pas s'ennuyer, mais les deux jeunes humaines commençaient à désespérer de revoir la lumière du jour qui ne sortait que par une petite fenêtre située à quatre mètres du sol.

    Ena et Zadyssa avaient également repéré l'énorme porte du hangar ou de l'entrepôt, mais elles ne l'avaient jamais vu s'ouvrir ni même entendu. La seule fois où Law était arrivé, il était passé par une petite porte ; c'était impossible que ce soit autre chose : elles l'auraient entendu, puisqu'elles étaient en train de jouer. Bien évidemment, elles avaient tenté de la trouver, sans succès.

    Toutes les nuits, Zadyssa faisait les mêmes cauchemars qu'elle avait plusieurs fois inscrit dans son carnet, sans succès. Ils lui faisaient remémorer ce qu'ils s'étaient passés, ce jour-là, et qui avaient disparu. Lui rappelant qui lui avait sauvé la vie, qui avait trahi, qui n'avait rien demandé, qui avait tenté de s'en sortir par ses propres moyens... Et qui était le fou de l'histoire.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le dimanche 29 janvier 2017 - 15:21

    mercredi 25 janvier 2017 - 19:49 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar maxoudu4177

    maxoudu4177

    7653 Crédits

    Très bonne FanFic Zadyssa. J'ai attendu de tout lire pour commenter. Leur fuite commençait bien (malgré quelques pertes dès le départ), puis le cargo réussi à s'échapper (malgré son piteux état), le 3ème vaisseau est abattu et celui de ton héroïne se crash. Fort heureusement, la plupart des héros dont nous connaissons le nom (dont le propre fils Law) parviennent à survir mais 3 nouveaux problèmes se pointent (les 2 aveugles et la survie du traitre). Finalement le traitre (qui se trouve être le compatriote de ton héroïne) abats Eolia la sœur du cathar et Fitz est repris par son père mais nos petits héros parvinrent à s'enfuir [...]. [...] Jusqu'à ce que 2 d'entre eux se sacrifient héroïquement sur le champ de mine et que Law rattrape les 4 survivants. Que voulait t'il dire par "le Prince du Feu succomberait de sa chaleur en entraînant sa princesse avec lui" (j'ai ma petite idée mais je voudrais pas m'avancer)? Le sacrifice de Maeldan (qui s’avère être le frère disparu d'Ena) et de Corail lors de l'explosion était héroïque. Lorsque ton héroïne supplie Law de soigner Ena et qu'il obéis, quelqu'un de bien renseigné (même sans avoir lu ta bio ou tes autres textes) peut facilement deviner qu'elle sera (ou pourrait devenir) une Jedi.

    samedi 28 janvier 2017 - 20:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    26337 Crédits

    Je n'ai rien à redire sur l'écriture. Comme à ton habitude, Zadyssa tu arrives à garder l'intrigue. Dans ce chapitre, on n'apprend pas grand chose et 1 an s'écoule. J'ignore où tu veux nous emmenée. Je suis contente qu'Ena n'est pas morte. 

    Continue. 

    dimanche 29 janvier 2017 - 13:02 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12671 Crédits

    Dans ce chapitre, l'action à proprement parler n'avance pas des tonnes. On est surtout contents qu'Ena soit encore en vie^^. Le jeu des deux enfants est attendrissant, il montre qu'une certaine insouciance est toujours possible, même dans la situation dans laquelle elles se trouvent.

    dimanche 29 janvier 2017 - 18:28 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Merci beaucoup pour vos commentaires ! Effectivement, dans mon précédent chapitre, l'action n'avance pas réellement ; mais comme vous vous en doutez sans doute, c'est pour mieux rebondir par la suite
    Ce chapitre-ci sera similaire au précédent dans le sens où l'action en elle-même ne se déroule pas. À vrai dire, ce n'est ni un chapitre de transition ni d'action. C'en est plus un dédié à l'impact qu'à eu la partie précédente sur Zadyssa et Ena, ainsi que leur manière de passer le cap.

    Bonne lecture !

    Chapitre 36 - La boulangerie close

    Une faible lueur éclairait Zadyssa. La fillette de neuf ans s'était réveillée en pleine nuit à cause d'un cauchemar. Malgré le temps qui passait, eux ne cessaient pas de revenir la hanter. Ses cernes étaient clairement marqués, mais peu l'importait. Elle profitait d'un peu de lumière naturelle, le regard figé sur les quelques étoiles visibles cette nuit-là. En effet, des nuages sombres lui bloquaient la vue par intermittence. Elle se demandait de quelles couleurs ils seraient, s'il faisait jour... noir, gris, blanc... ? Annonciateur de pluie ? Elle se souvenait que la veille, quand elles avaient revu Law pour la seconde fois, il avait parlé de nuages de pollution. Zadyssa se demandait bien de quoi il s'agissait..., elle n'en avait jamais entendu parler, jusqu'à présent.

    Ses pensées se perdirent dans ses souvenirs, lorsqu'elle était encore avec sa mère, ses amis... Nombre de fois, elle n'avait eu qu'une seule envie : se lover dans les bras de Keira, dans un cocon protecteur qui la protégerait de tout ce qui lui arrivait... mais c'était bien trop beau. Ses amis aussi, lui manquaient beaucoup, Xavier, Romane, Mélania... Zadyssa se demandait souvent ce qu'ils devenaient, comment ils avaient réagi lorsqu'elle avait été enlevée, s'ils avaient appris que sa mère était morte, si une enquête avait été menée... Pleins de questionnements qui demeureraient sans réponse pendant encore longtemps.

    Zadyssa sentit les larmes lui monter aux yeux. Une larme coula tout de même le long de sa joue, et elle l'essuya avec sa main. Elle se rendit également compte que son autre main était crispée sur son carnet. Ce dernier était encore plus abîmée que celui que sa mère lui avait montré, il y avait quelques années. Il fallait bien avouer qu'il n'avait pas été ménagé. Effectivement, la jeune humaine l'utiliser souvent, griffonnant quelques mots, anecdotes ou paragraphes suivant l'envie, l'inspiration et l'intensité du cauchemar. Elle avait également pris l'habitude de décrire aussi ses rêves - lorsqu'elle en faisait - afin de les relire lorsqu'elle se sentait mal. Bien entendu, ils n'avaient souvent ni queue, ni tête, et c'était donc assez amusant à lire.

    Zadyssa songea à Milo. Elle n'avait pas revu le jeune homme depuis qu'il avait le mauvais choix - de son point de vue. Elle se demandait parfois s'il regrettait ses gestes, ou s'il les adhérait. Et à dire vrai, elle préférait de loin la première solution. Elle n'arrivait pas à comprendre comment il avait pu abattre quelqu'un sans défense et de sang-froid. En fait, elle n'arrivait même pas à comprendre comment il avait tout simplement pu mettre quelqu'un en joue...

    Un nuage passa devant les étoiles, lui donnant ainsi l'impression qu'il faisait plus sombre. Quelques secondes plus tard, une voix s'éleva dans le silence de l'entrepôt, la faisant sursauter :

    - J'ai écopé d'une gamine très matinale, à ce que je vois. Bien. Je pensais devoir te tirer du lit pour te mettre debout...
    - Parce qu'il y a des lits, ici... ? s'étonna Zadyssa.

    Law fit claquer un objet contre sa main. Cet objet se révéla être une règle en bois. La jeune humaine comprit très rapidement ce dont elle pouvait servir...

    - J'ai décidé de sévir. À chaque mot de travers, je frapperai ta main. Je t'ai déjà laissé sombrer lentement dans le désespoir, mais ça n'a pas l'air de suffire. Tu n'y verras pas d'inconvénient ?

    Comprenant que c'était une question piège, Zadyssa n'ouvrit pas la bouche. Se contentant de le dévisager en attendant la suite.

    - Bien. C'est mieux comme ça. Maintenant, suis-moi.

    Zadyssa obtempéra sans discuter, bien qu'une multitude de questions se pressaient dans son esprit. Toutefois, elle n'osait pas les poser, de peur que ce ne soit des mots de travers. D'ailleurs, Law sembla s'en satisfaire. Son silence dura cinq minutes, mais passé ce délais, elle craqua, sa curiosité prenant le dessus sur sa peur :

    - On va où ? Qu'est-ce qu'on va faire ? Pourquoi ?

    Elle omit de mentionner Ena, espérant qu'il l'ait oubliée et qu'il n'ait rien prévue pour elle.

    Law la dévisagea un instant avec un certain mépris avant de répondre.

    - On va dehors. Je t'expliquerai la suite après.

    L'intéressée hocha la tête, comprenant mieux pourquoi il n'avait pas emmené Ena. Si elles avaient été ensembles, nulles doutes qu'elles en auraient profiter pour s'échapper. Mais là, Zadyssa n'avait absolument aucune envie de partir seule... Et abandonnait Ena ? Même pas en rêve !

    Law lui banda les yeux et Zadyssa ne se rendit compte qu'ils étaient arrivés dehors que lorsqu'un courant d'air frais ne traversa la maigre couche de vêtements qu'elle portait. La jeune humaine frissonna. Sa vision bloquée, elle se fia à ses sensations et à son ouï. De cette manière, elle s'aperçut que Law n'était pas la seule personne présente : il y en avait également deux autres. Voire trois. Elle ne saurait le dire.

    Son cœur battait la chamade tandis qu'elle avançait toujours à l'aveuglette, guidée par Law. Ce qu'elle n'appréciait pour ainsi dire, pas du tout. Ils finirent par s'arrêter et son bandeau fut retiré à ce moment-là.

    La première chose qu'elle vit fut le visage de Law, ce qui lui tira une grimace qui lui valu un regard noir de ce dernier. Derrière lui, elle aperçut la présence de Mira et Luka. Son cœur effectua un soubresaut, en les apercevant. Elle se souvenait encore de leur petit jeu, avec elle. Elle tremblait, mais se persuada que c'était à cause de la fraîcheur de la nuit, et non de peur.

    Son regard détailla la totalité du décor, le gravant dans sa mémoire. Il s'agissait d'une minuscule rue, sale, dont les maisons qui la formait ne semblaient guère grandes et agréables à vivre. Ils s'étaient arrêtés devant une boutique qui paraissait être la seule chose un tant soit peu entretenue. Les inscriptions qui l'ornaient demandèrent un certain effort de concentration à Zadyssa, qui dû se souvenir de ses cours qui remontaient à loin. Elle parvint à lire "boulangerie". Ainsi donc, il allait lui demander d'acheter du pain... mais ce n'était pas ouvert, il faisait nuit !

    - Tu vois la boulangerie ? (Zadyssa hocha la tête:) Tu vas devoir entrer par effraction sans faire de bruit, et nous ramener du pain. Considère cela comme un jeu. Par contre, ne fais surtout pas de bruit : les gérants dorment à l'étage.
    - Ça veut dire quoi, effraction ?
    - Bon, en gros, tu entres discrètement et tu reviens de la même manière. Comme un ninja ou un agent secret... Tu as compris ?

    L'intéressée acquiesça, voyant bien que Law n'avait que peu de patience. Elle avait compris ce qu'il lui demandait, mais n'en voyait pas l'intérêt. À quoi bon s'amuser à cambrioler quelqu'un alors qu'il suffisait de demander gentiment ? De plus, ces personnes ne méritaient sûrement pas ça.

    Résolue, elle s'avança devant la porte. Il y avait une sorte de baie vitrée d'où l'on pouvait voir les produits vendus. Cependant, sachant qu'il faisait nuit noire, il n'y en avait pas d'exposé. Elle réfléchit une longue minute debout, se demandant ce qu'elle allait faire, avant d'entrer en action. Zadyssa s'approcha lentement de la porte, adressant un regard discret à Law, Mira et Luka qui paraissaient l'observer de loin. Son sang pulsait dans ses veines à une telle vitesse qu'elle le sentait presque, son cœur battait à un rythme effréné. Elle approcha doucement sa main de la porte puis... toqua. D'abord lentement et faiblement, puis de plus en plus vite et fort.

    Une lumière finit par s'allumer, à l'intérieur de la bâtisse. Des bruits de pas se firent entendre. Quelqu'un approchait. Zadyssa recula de quelques centimètres afin d'avoir toute la porte dans son champ de vision. Du coin de l’œil, elle remarqua que Law et les deux Miralukas semblaient désespérés, au second sens du terme.

    La porte s'ouvrit à la volée et un colosse se dessina dans l'encadrement. Il avait un tablier, était brun mais n'avait que peu de cheveux, et possédait des yeux marron. Son regard se posa sur la jeune humaine qui fit tout son possible pour se donner un air calme et assuré.

    - Hum... Bonjour... je voudrais...
    - C'est fermé ! Repasse tout à l'heure !

    Il lui claqua la porte au nez. Ne se laissant cependant pas démonter, Zadyssa retoqua.

    - J'ai dis : C'EST FERMÉ !
    - Oui mais...

    Une nouvelle fois, la porte se ferma violemment et Zadyssa toqua une troisième fois, bien décidée à l’obtenir, son pain !

    - Je ne nourris pas les gamines de rues ! Oust, du balais ! cria le gérant de la boulangerie.
    - Hé ! C'est pas vrai, je suis pas une gamine ! En plus, j'habite pas dans la rue !
    - Alors qu'est-ce que tu fiches dehors ? Rentre chez ta maman, et que ça saute ! C'est un endroit mal...
    - J'ai pas de maman, méchant ! le coupa Zadyssa. Et si je suis dehors, c'est parce qu'il y a une certaine personne qui m'a obligé à vous cambrioler (en pointant Law du doigt) ! En plus, c'est lui qui a tué maman. Et aussi...

    La porte se referma mais la jeune humaine ne put retoquer : Mira lui attrapa le poignet et la tira, l'emmenant plus loin. Law ouvrit la porte d'un coup de pied avant de jeter un regard noir à l'humaine qui tressaillit. L'instant d'après, on lui remit son bandeau et on la fit marcher presque au pas de course. Ne comprenant pas spécialement ce qui lui arrivait, Zadyssa se laissa guider en posant un milliard de questions qui furent superbement ignorée par Mira.

    Lorsqu'elles furent de retour à l'entrepôt, Mira la fit asseoir par terre et un silence s'installa. L'atmosphère était tellement tendue que la jeune humaine ne se risqua pas à le briser. Après un certain temps, Law débarqua près d'elles. Son regard se posa tout d'abord sur Mira qui ne broncha pas, puis sur Zadyssa. Il lui semblait que l'homme était très... en colère.

    - J'ai dis un mot de travers. J'aurais dû préciser un pas de travers, aussi. Tends ta main.

    Voyant que la jeune humaine ne s'exécuterait pas, il la saisit lui-même et frappa trois fois de forts coups de règle. Il fit de même avec l'autre main. Une fulgurante douleur la traversa tandis que des larmes coulèrent lentement sur ses joues.

    Mira lui donna de quoi bander ses mains et ils quittèrent l'entrepôt sans que Zadyssa ne s'en soucie. À vrai dire, elle s'intéressait plus au fait de ne plus avoir une main parcourue de douleur qu'autre chose. Elle avait horriblement mal et ne comprenait pas sa méthode. Elle dût rester ainsi très longtemps car ce fut Ena qui la trouva au petit matin, les yeux cernés fixant le vide.

    - Qu'est-ce que tu fais là ? s'étonna-t-elle.

    Zadyssa lui expliqua tout ce qu'il s'était passé cette nuit-là, d'une voix encore lointaine.

    - Et qu'est-ce que tu faisais, avant que j'arrive ?
    - J'imaginai qu'il y avait ma maman pour me consoler, mais ça marchait pas.

    Ena ne réfléchit qu'un cours temps avant de reprendre :

    - Viens, j'ai un nouveau jeu, on va faire de l'escalade sur les étagères !

    mercredi 01 février 2017 - 18:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar maxoudu4177

    maxoudu4177

    7653 Crédits

    Ça y est, j'ai réussi à le lire.

    La suite  ...

    mercredi 01 février 2017 - 22:15 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    26337 Crédits

    Très bon chapitre! J'aime de moins en moins Law, c'est normale? ^^ Il est vraiment borné et méchant. J'aime énormément l'astuce de Zadyssa qui refuse de volé et demande le pain et de l'aide. Cela m'a surpris, et c'était vraiment très chouette de ne pas s'attendre à la suite. Quel dommage que notre Zad reçoive une punition aussi sévère. J'aime pas Law, je vous l'avais déjà dit? 

    Ton histoire nous permets vraiment de s'attacher à Zadyssa. Continue comme ça

    "LIKE"

    jeudi 02 février 2017 - 11:20 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Thanks for comment ! Alors oui, Pad, c'est fait exprès que tu aimes de moins en moins Law. Et, je te rassure, c'est valable dans les deux sens, hein^^ Autant pour moi que pour Zadyssa. Je poste ce chapitre plus tôt parce que je ne pourrais pas le faire dans deux semaines. D'où le fait de le rédiger maintenant. Celui-ci sera différent des deux derniers étant donné que c'est un nouveau rebondissement pour le moins... étrange/bizarre. Donc j'attends vos avis avec impatience ! Bonne lecture !

    Chapitre 37 - Mémoire photographique

    Law tournait en rond, stupéfié. Il refaisait en boucle ses pronostics, sans succès. Non. Il ne comprenait pas. Ce n'était pas normal. Cela ne devait pas se passer comme ça. Ça avait pourtant fonctionné, avec Mira et Luka... pourquoi pas dans ce cas ? C'était incompréhensible. Inexplicable.

    Il détestait avoir tord. Dans ces cas-là, il se débrouillait toujours pour renverser la situation. Mais dans celui-ci... ce n'était pas logique. Lui qui avait pourtant acquis une large connaissance de la psychologie de toutes les espèces, à force de manipulation... voilà que toute sa confiance s'envolait à cause d'une seule erreur. Juste une. Une petite erreur incompréhensible qui n'avait pas lieu d'être.

    Une faible vague de panique l'envahit mais il la repoussa aisément. Non. Il ne devait pas réagir comme ceci. Il avait toujours la situation en main, pas la peine de se faire un sang-d'encre. Tout problème possédait une solution. Le sien aussi, donc. Il n'y avait pas besoin de douter. Le doute ne ferait qu'aggraver la chose.

    Il inspira et expira profondément tandis que les images de la tentative de cambriolage de boulangerie de la jeune Zadyssa lui revinrent en mémoire. Sa façon de réagir face à ce qu'il lui avait imposé... ce n'était pas celle qu'elle aurait pu acquérir auprès de ses défunts camarades. Non. Elle avait été guidée par autre chose. L'innocence, c'était certainement cela. L'innocence ainsi que de grandes valeurs moral mêlée à une certaine pureté qui n'avait pas lieu d'être. Law savait que lorsqu'elle avait trois ans, elle avait vécu une tentative d'enlèvement orchestré par nul autre que lui et ses compatriotes. Elle aurait dû être traumatisée. Cela n'avait pas été le cas. Pourquoi ? Son instinct lui souffla le mot. Keira. Sa mère.

    Il eut un pincement au coeur en songeant à son ancienne amie avec qui ses relations s'étaient complètement disloquées pour qu'il finisse par l'assassiner. Toutefois, il n'éprouvait pas plus de regret que cela, ce qui ne l'inquiéta pas. Il avait acquis une certaine dureté dû à son éducation. C'était cela qui lui donnait la force et l'intrépidité de continuer dans son projet.

    Toujours était-il qu'il avait pu constater que Zadyssa avait la faculté de s'attacher très rapidement aux personnes en qui elle sentait qu'elle pouvait avoir confiance. Il comprit donc qu'elle demandait une certaine attention - et songea à l'utiliser contre elle. Law en déduisit donc qu'elle pouvait également s'en servir inconsciemment pour ne pas craquer. L'affection qu'elle éprouvait vis-à-vis de sa mère lui aurait-elle permis de croire des paroles qu'elle lui aurait très certainement dite afin de diminuer le choc de ce qu'elle aurait vécu ? Et cela même au dépit de ce qu'elle avait pu voir tout en sachant qu'elle possédait une mémoire photographique qui savait lui rappeler ces images malgré son jeune âge lors de cet événement. En effet, Law avait deviné qu'elle en possédait une lorsqu'il l'avait vu repartir en courant vers le complexe alors même qu'elle n'était pas sensée se rappeler le chemin du retour étant donné qu'elle était terrifiée et très probablement perdue lorsqu'elle l'avait empruntée pour la première fois.

    Son raisonnement lui fit comprendre que pour ne pas craquer, Zadyssa avait probablement trouvé un moyen de tenir. Restait à trouver lequel c'était. Et ensuite, il n'aurait plus besoin de se heurter à un mur.

    Ce fut à ce moment que les paroles qu'elle lui avait dite quelques années plus tôt lui revinrent en mémoire "Il... faut... sauver... Ena...". Parallèlement de cela, il eut comme un flash et parut revoir son évanouissement. La pierre qui sortait d'on-ne-sait-où pour l'atteindre à la tempe...

    Law était décidé. Il était temps de tirer la vérité au clair.

    ***

    Le vaisseau franchit un champ d'astéroïdes dans une série de looping. Le pilote était en tête. Il passa aux abords d'une planète et se servit de son champ gravitationnel comme propulseur afin de reprendre de la vitesse et installer encore plus de distance entre lui et ses adversaires.

    Cependant, il était toujours talonné de prêt par un autre vaisseau qui ne le lâchait pas d'une semelle. Ça commençait à devenir lassant ! Il aperçut le vaisseau indicateur et le contourna pour virer à droite. Il allait commencer la seconde partie qui était la plus compliquée : il y avait un point spécial a trouver. Un point avec du vide et, pourtant, une masse gravitationnelle. Un  point qui pouvait lui permettre de se mettre en orbite ou bien de se propulser comme il l'avait précédemment. Toutefois, il n'avait le droit qu'à une seule chance : s'il la manquait, il n'aurait plus assez de carburant pour achever la course et il serait alors éliminé.

    - Et.... c'est incroyable ! Petite Tornade a trouvé le point gravitationnel alors même qu'il est en tête, sans moyen de comparaison ! s'exclama Zadyssa en faisant virevolter son vaisseau improvisé.
    - Tempête de Feu est le second à le franchir ! Super vitesse enclenchée ! Youhou ! s'écria Ena.
    - Oui, mais c'est parce que tu m'as copiée !
    - N'importe quoi !

    Ena tapa un sprint et rattrapa Zadyssa qui fit de même et augmenta donc la distance entre elles.

    - Haha ! C'est encore moi qui vais gagner !
    - Encore ? Et ma série de victoire de ce matin, elle compte pour du beurre ?
    - Absolument.

    Zadyssa vira à gauche mais trébucha sur un objet qui traînait avant de faire des roulés-boulés et d'apercevoir Ena qui en profitait pour la doubler et terminer la course.

    - Alors ? C'est qui qui a gagné ?

    La jeune humaine ne répondit pas.

    Cela faisait déjà plusieurs mois que Law lui avait demandé de braquer une boulangerie. Entre-temps, elle avait eu dix ans. Elle ne l'avait plus revu depuis et ne s'en portait que bien mieux. Zadyssa ne s'était jamais lassée du premier jeu auquel elle avait joué avec Ena. Bien sûr, elles en avaient inventé d'autres, comme l'escalade sur les étagères ou le lancer de bâtons à travers la fenêtre (mais aucune des deux ne sut si un passant avait déjà été assommé ou si personne ne passait dans les environs).

    Un bruit sourd résonna tandis que des bruits de pas approchaient. Zadyssa et Ena échangèrent un regard, inquiètes. Toutes deux savaient que cette entrée indiscrète n'était autre que l'arrivée d'un Law en colère. Effectivement, quelques minutes plus tard, il apparut, le visage serein mais également sévère. Il tenait dans ses mains la fameuse règle de bois et Zadyssa se demanda bien ce qu'il leur voulait, cette fois.

    Ses yeux noirs se posèrent sur la jeune humaine qui tressaillit. Elle ne se rappelait que trop bien sa dernière expérience avec lui. Et vue son air, il semblait prêt à lui poser des questions, elle le devinait rien qu'en le regardant bien que sans réellement savoir comment. Elle se doutait aussi que s'il comptait agir de cette manière, ce n'était pas pour s'adapter à elle de manière positive.

    - Je vais te poser des questions et je veux que tu m'y répondes. Et correctement.

    Quelques secondes plus tard, la silhouette de Mira se dessina derrière Law.

    - Ne t'avise pas de mentir, je le sentirai, affirma-t-elle.
    - Comment ? Vous avez une machine pour détecter les mensonges ? Et pourquoi vous voulez me poser des questions ? Et pourquoi maintenant ? Et pourquoi vous n'en posez qu'à moi ?

    Un regard sévère de Law lui intima le silence tandis que Mira lui répondit :

    - J'ai... un... (elle cherchait ses mots:) j'ai un pouvoir magique.
    - Oouah ! Vraiment ? Et ton pouvoir c'est de remplacer les machines qui détectent les mensonges, de faire voler des objets et de me faire faire des voles-planés ? C'est trop génial !

    Law fit savoir sa présence en simulant une forte toux.

    - Zadyssa, dans la journée, tu ne fais que jouer ? Ou tu... prépares un projet pour t'enfuir ?

    Un projet pour s'enfuir... Elle avait déjà testé une fois et avait vu le résultat. Elle aurait été seule, bien sûr qu'elle l'aurait tenté plusieurs fois, mais pas avec Ena. Et pas si jeune. De plus, peut-être que d'ici le moment où elles seraient en mesure de se défendre, quelqu'un les aurait déjà secourue.

    - Ben oui. Je ne vois pas trop ce que je pourrais faire d'autres, ici. Ce n'est pas comme s'il y avait des livres ou autres choses comme ça...
    - Et tu ne trouves pas ça ennuyant de jouer toute seule ? demanda Law.

    Cette fois-ci, Zadyssa ne répondit pas de suite. Comment ça, "toute seule" ? Elle n'était pas seule, il y avait Ena ! Comment se faisait-il qu'il ne sache pas qu'elle se trouvait là ? Son cerveau carburait à cent à l'heure... que dire ? que faire ? que penser ? Elle ne savait pas. Ainsi donc, elle resta bouche fermée.

    - J'attends une réponse, dit-il d'une voix dure.
    - Hum... si, si, c'est un peu ennuyeux mais on s'y fait, lâcha finalement Zadyssa.

    Law se tourna vers Mira, les sourcils froncés en attente d'un verdict qu'il semblait déjà connaître.

    - Elle cache quelque chose... annonça-t-elle.

    Law se tourna vers Zadyssa et n'attendit pas de connaître l'explication qu'il lui frappa la main que la jeune humaine retira de suite.

    - J'ai dis la vérité ! se défendit-elle.
    - C'est faux, objecta Mira.

    Une nouvelle fois, Law sévit.

    - Dis-moi ce que tu caches.
    - Non !

    Il joua de sa règle mais comprit quelques temps plus tard que ce n'était pas la bonne méthode et que cela obligeait au contraire Zadyssa à se taire. Finalement, il jeta un regard oblique à Mira qui acquiesça silencieusement. Avant même que la jeune humaine n'ait eu le temps de faire quoique ce soit, elle s'évanouit et tout ne fut plus qu'obscurité.

    Des images finirent par briser cette obscurité. Des souvenirs de sa fuite encore très frais qui remontaient à deux ans. La silhouette d'Ena s'imposa à son esprit au même moment qu'elle se réveillait en hurlant.

    Law ne le lui laissa pas le temps de se calmer qu'il lui posa une nouvelle question :

    - Tu tiens le coup grâce à Ena, n'est-ce pas ? Au fond, tu espères qu'elle soit vivante...
    - Mais... mais... elle l'est ! cria Zadyssa.

    Law et Mira échangèrent un regard étonné, voire consterné. Zadyssa ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle ne voulait pas savoir. Elle chercha Ena des yeux et la trouva. Oubliant qu'ils n'avaient pas l'air de la savoir en vie, elle pointa le doigt vers son amie.

    - Vous êtes aveugles ou quoi ? Elle est là !

    Ils se retournèrent d'un même mouvement. Law fronça les sourcils tandis que Mira se retournait vers Zadyssa, étonnée.

    - Non, Zadyssa. Il n'y a personne, fit Law.
    - Arrêtez de mentir ! Vous la voyez, avouez ! hurla-t-elle d'une voix suraiguë.

    Des sanglots étaient sur le point de lui tomber dessus. Elle se releva et se précipita vers son amie.

    - Dis-leur, toi.

    Ena détourna le regard mais finit par le fixer sur Zadyssa après quelques secondes. Son visage n'exprimait que tristesse tandis que celui de la jeune humaine se décomposait et que son cœur marquait un arrêt. Comme si quelque chose au fond d'elle savait pertinemment ce qu'il se passait.

    - Je suis désolée... mais ils ont raison... ils ne peuvent pas me voir...
    - Pourquoi ?

    Des larmes coulèrent le long des joues de Zadyssa. Ena détourna à nouveau le regard, plus longtemps cette fois. Elle était hésitante. Ses yeux passaient de Zadyssa à Law, inquiète.

    - Zadyssa, promets-moi que quoiqu'il arrive, tu garderas toujours espoir.
    - Ena... tu... qu'est-ce que tu racontes... ?
    - Tu me le promets ?

    Se retenant de ne pas pleurer davantage, Zadyssa acquiesça douloureusement. Ena inspira un bon coup avant de se lancer. Et elle alla droit au but :

    - Je suis ton imagination.
    - Qu'est-ce que tu racontes ? Tu peux prendre des objets dans tes mains ! Et je te vois de la même façon que Law et Mira !
    - Je pense que... c'est ta mémoire photographique liée à ton subconscient qui ont fait que tu me vois. Ta mémoire est tellement puissante que tu te souviens avec une extrême précision de la Ena que tu as connue. Ton être conscient a gommé toutes les incohérences liées à l'apparition d'Ena et tu as donc acceptée qu'elle soit là. C'est ce qui t'a permis de te reprendre, après ce qu'il s'était passé. Tu étais complètement désespérée. Tu n'aurais pas supporté de rester seule. Et ce qui est marrant, c'est que c'est sans doute ton subconscient qui te parle, en ce moment...

    Zadyssa ne répondit pas. Assimilant difficilement les propos d'Ena - s'il s'agissait bien d'elle.

    - Alors... tu... n'existes pas ? demanda-t-elle d'une voix brisée.
    - Non. Je suis un peu une amie imaginaire, si tu préfères.

    La jeune humaine s'aperçut que l'image d'Ena commençait à devenir floue, qu'elle n'était plus aussi précise qu'auparavant.

    - Pourquoi tu disparais ? Je ne veux pas que tu partes, moi !
    - Tu ne savais pas que je n'existai pas, avant. Donc tu arrivais à croire que j'étais là. Comme ce n'est plus le cas, l'illusion ne marche plus.
    - S'il-te-plaît, reste encore avec moi ! Je ne veux plus être seule !
    - Tu ne seras pas toute seule, Zadyssa. Je serais toujours là... dans ton cœur...

    La silhouette de la rouquine se flouta une dernière fois avant de disparaître complètement.

    - Ena ! Ena reviens ! Pars pas ! hurla à tout vent Zadyssa, en larmes.

    Sa vue se brouilla tandis qu'elle se sentit de nouveau très seule. Autant que la dernière fois. La panique l'envahit et elle se sentait incapable d'y faire face. Puis elle se souvint des propos d'Ena et la promesse qu'elle lui avait faite. Zadyssa se força à inspirer et expirer calmement. Une fulgurante douleur lui rappela son interrogatoire avec Law.

    - Très intéressant, l'entendit-elle marmonner.
    C'est mon subconscient qui... fit Zadyssa. Alors...

    Son regard se figea sur la fenêtre. Oui. C'était le moment. Elle courut à toute vitesse vers cette dernière, sauta et se démena pour s'agripper au mur. Avec Ena, à l'aide des morceaux de fer trouvés, elles avaient frappés le mur afin de créer des renfoncements, donc des prises. De plus, il était hors de questions qu'elle ne retombe par terre ! Ses mains la faisait affreusement souffrir mais elle ignora la douleur et atteignit la fenêtre tandis que Law lui hurlait de redescendre. Bien sûr, elle ne l'écoutait pas. Cependant, elle parvint à deviner chez lui un sentiment de satisfaction, comme s'il avait trouvé une réponse qu'il cherchait.

    La fenêtre n'était qu'un fin morceau de verre que Zadyssa brisa aisément. Elle fut prise d'un doute en voyant la hauteur la séparant du sol, mais sauta tout de même.

    Une fulgurante douleur la traversa, lorsqu'elle atteignit le sol. Elle tenta de l'ignorer et de marcher mais ce ne fut guère possible : c'était sa cheville. Elle lui semblait qu'elle était comme bloquée. Impossible de marcher convenablement avec. Toutefois, elle fit son possible pour aller à une allure raisonnable. Et ce malgré la fatigue, la douleur, la faim qui commençait à la tenailler et le froid qui passait facilement au travers de ses habits.

    La pluie finit par se joindre à l'ensemble mais elle continua de marcher en songeant à demander de l'aide tout en espérant que Law ne la suivrait pas. Ce qui était bien évidemment, aussi une illusion. Mais comme l'avait dit Ena, elle se devait de garder espoir.

    Ce message a été modifié par Zadyssa le samedi 04 février 2017 - 15:17

    samedi 04 février 2017 - 15:16 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12671 Crédits

    Ce dernier chapitre est...whouah ! vraiment déroutant. J'ai rarement été aussi surprise en lisant quelque chose, et ça c'est un bon point ! Ena qui finalement n'est pas vivante, un retournement de situation surprenant qui a le mérite d'être expliqué.  En tout cas, tu as bien réussi ton effet^^.
    J'aime bien le début du point de vue de Law, ça change un peu. Ainsi, les jumeaux ont en quelque sorte suivi le même parcours que Zadyssa ?

    samedi 04 février 2017 - 17:58 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW
  • Avatar maxoudu4177

    maxoudu4177

    7653 Crédits

    Soit Ena n'a jamais existée soit ils n'ont pas pû la soignée.

    On aura, peut-être, dans la suite Kinsa.

    samedi 04 février 2017 - 22:04 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    26337 Crédits

    Oh que cela devient palpitant!! On découvre ici toute la puissance de l'imagination! Surprise? Oui assurément, je ne l'avais pas vue venir et c'est ça qui est génial! J'y ai cru que la petite Ena avait survécu. Bravo Zadyssa, bravo pour ce chapitre. Faudra donné à Law de l'aspirine, lol

    J'aime vraiment ton histoire

    "LIKE"

    lundi 06 février 2017 - 18:19 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7987 Crédits

    Merci pour les commentaires ! Je suis contente que la petite révélation vous ait plu, ça fait très plaisir. Voici la suite. Bonne lecture !

    Chapitre 38 - Accusée !

    Retrouver la gamine. Un ordre clair. Un ordre cependant peu intéressant. Cette petite mission allait être une des plus simple jamais réalisée. Comme si elle pourrait aller bien loin.

    Évidemment, Law avait patienté un jour avant de les mettre sur sa trace. Il n'y avait pas à se méprendre : il voulait simplement voir combien de temps et comment elle allait tenir dehors toute seule avec une entorse.

    Mira soupira. La nuit était tombée depuis longtemps et il pleuvait toujours, un véritable déluge. La fillette était sûrement allée loin, mais certainement pas assez pour qu'ils perdent sa trace, d'autant que Law semblait très exactement savoir où elle était allée se fourrer, si elle en jugeait par les ordres qu'ils avaient reçu. La Miraluka se tourna vers Milo. Le jeune homme les avait rejoint depuis deux ans et s'était donc teint quelques mèches en bleu cyan, ce qui était une sorte de moyen de reconnaissance entre eux.

    Au départ, il n'était pas censé survivre plus longtemps : Law ne faisait que l'utiliser. Toutefois, son interprétation avait titillée sa curiosité et il l'avait testé, avant de se débarrasser de lui. Mira se souvenait parfaitement de cette fois-là. Le jeune homme avait dû dérober des produits à des marchands, au nez et à la barbe de ces derniers. Il avait réussi à le faire tout en leur parlant. Et ce malgré les quelques dizaines de passants et acheteurs des alentours. Pour quelqu'un y étant allé au talent, ce n'était pas si mal.

    - Tu sais ce que tu dois faire ? demanda Luka.
    - Bien sûr, répondit l'humain.
    - J'ai hâte de voir ça, marmonna malicieusement Mira.

    S'il y avait bien une partie de la mission qui était intéressante, c'était celle de Milo. Durant tous le temps où Law les avait entraîné, elle et Luka, jamais il ne leur avait proposé quelque chose d'aussi... spectaculaire et amusant. Dans un sens, cela allait être compliqué, mais sachant qu'il n'y aurait pas de résistance, ce serait une simple partie de plaisir.

    Soudain, elle la sentit. La jeune fugitive était toute proche ; les choses sérieuses allaient bientôt pouvoir commencer.

    ***

    Zadyssa était toute ankylosée. Elle avait extrêmement mal à la cheville et ne savait pas du tout où elle était... La jeune fille venait d'ouvrir les yeux, perdue par les événements. Elle ne comprenait pas. Il lui semblait que seulement quelques secondes s'étaient écoulées depuis le temps où elle marchait.

    En contrepartie, elle ne se trouvait plus dehors sous la pluie, mais allongée dans un lit, un chiffon mouillé sur la tête. Grimaçant, elle se redressa et détailla la pièce dans laquelle elle se trouvait, apeurée. Zadyssa était dans une petite chambre contenant un lit, une table de chevet, un bureau et une armoire. Si la pièce n'était pas bien grande, elle dégageait en revanche beaucoup de chaleur.

    La porte s'ouvrit et la jeune fille replongea sous les couvertures, se demandant qui l'avait recueillie et qu'est-ce que cette personne lui voulait. Une voix féminine s'éleva :

    - Tu n'as pas à avoir peur. Je ne te ferai pas de mal.

    Une gentillesse certaine était mêlée à la voix. Liée à une douceur telle que Zadyssa en avait oublié l'existence. Elle retira lentement la couverture et fixa son hôte. Il s'agissait d'une humaine âgée de la soixantaine ; elle possédait sourire bienveillant. Ses cheveux étaient blond vénitien mais tiraient désormais plus vers le gris, ils étaient relativement court. Ses yeux étaient eux, bleu profond, et une étincelle de sagesse s'en échappait.

    - Qu'est-ce que je fais là ? demanda Zadyssa.
    - Tu t'es effondrée devant mon foyer. Tu étais blessée, malade, affamée, assoiffée et épuisée, alors je t'ai recueillie chez moi. Tu dormais depuis une dizaine d'heures, déjà.
    - Ah bon, je suis blessée ? Et j'étais malade ?
    - Tu as une entorse. Et oui, en marchant dehors par temps de pluie, sans manteau, tu devais obligatoirement tomber malade. Et si tu n'as plus de fièvre, c'est que le médicament fait effet.

    Zadyssa acquiesça avant de constater qu'elle ne portait plus les mêmes vêtements. Prise d'une soudaine panique, elle chercha des yeux son carnet et la lettre d'Ena.

    - C'est ça que tu cherches ? demanda son hôte en lui tendant ses affaires.

    En soupirant, la jeune humaine hocha la tête avant de se lever et quitter le lit. Son regard s'attarda longuement sur le système qui lui permettait de maintenir sa cheville en place. Elle avait moins mal qu'en marchant sans, mais elle souffrait tout de même un peu, et elle avait toujours cette sensation de ne pas pouvoir fléchir au maximum.

    - Je t'ai mis une attelle. J'ai toujours une attelle à la maison depuis que ma fille s'est fait une entorse... d'ailleurs, tu portes ses habits.
    - Ah bon ? Elle est où, maintenant ?
    - Maintenant ?

    L'humaine eut un rire amer et nostalgique.

    - Maintenant, elle est maman. D'ailleurs, parlons-en. Où sont tes parents et qu'est-ce que tu faisais dehors toute seule ?

    Zadyssa baissa la tête tandis que les larmes lui montaient aux yeux. Elle avait beau avoir dix ans, la tristesse liée à la disparition de ses parents était toujours écrasante.

    - Ma mère est... et mon père...
    - Je ne peux pas savoir ce qu'il leur est arrivé si tu ne finis par tes phrases...

    Zadyssa prit une grande inspiration pour tout dire d'un coup mais aucun son ne sortit et son faible courage pour tout avouer se tarit. Son hôte hocha lentement la tête.

    - D'accord, je comprends. Tu ne veux pas me parler... je m'appelle Annelle. Et toi ?
    - Moi, c'est Zadyssa !

    Elle fit une pause. Peut-être qu'elle devrait dire ce qui lui était arrivé... elle jaugea Annelle du regard avant de se raviser. Non. Elle ne lui faisait pas entièrement confiance, et c'était réciproque. La jeune humaine se disait qu'elle avait déjà beaucoup de chance d'avoir été recueillie, alors...

    Cependant, sa curiosité la poussa à lui poser une nouvelle question :

    - Tu as des livres ? Ou des choses intéressantes à regarder ?

    Annelle parut surprise mais l'invita après plusieurs longues secondes de silence à la suivre. Elles déboulèrent dans un salon et une fois là, l'adulte ouvrit un hologramme. Il représentait les planètes de la galaxie... Zadyssa recula d'un pas en le voyant s'enclencher avant de s'en approcher et de le détailler longuement. Quand elle suivait encore les cours, on lui avait appris le nom des planètes du noyau central. Mais là, elle en voyait plein d'autres. Tellement qu'il lui semblait impossible de toutes les compter. Elle les grava dans sa mémoire avant de commencer à poser les questions :

    - Elle s'appelle comment, elle ? Et elle ?

    Sans même attendre les réponses, elle continua :

    - Et elle ? Et elle aussi ! Ce sont des lunes, les petits points qui tournent autour des plus gros ? Et Metellos, c'est bien elle ? Et Coruscant ? Et...
    - Du calme ! Elles ne vont pas s'envoler. Oui, c'est bien Metellos. Oui, c'est bien Coruscant. Et oui, les petits points sont les lunes.
    - D'accord ! Et elle, c'est quelle planète ?

    Annelle fronça les sourcils avant de répondre :

    - Yavin.
    - Et du coup, comment elles s'appellent, ses lunes ?
    - Déjà, il y a Yavin IV, elle est bien connue. Ensuite, il y...

    Zadyssa n'attendit pas la suite, se précipitant dans une autre pièce. Elle venait de trouver... la bibliothèque ! Sans même demander la permission, elle attrapa un livre qui l'intéressait, se mit en tailleur et commença à le dévorer. Ainsi, elle n'entendit pas Annelle approcher.

    - Tu sais de quoi il parle ? Cela me semble bien compliqué pour toi...
    - Bien sûr, dit-elle d'une voix lointaine. De la physique... c'est très intéressant... je connais déjà quelques petits trucs, alors...

    Elle lut pendant une bonne heure avant qu'elle ne commence à avoir mal à la tête. Annelle l'a ramena de suite à son lit, probablement soulagée de ne plus avoir affaire à une tornade, et lui administra son médicament. Zadyssa tomba ensuite dans un sommeil bouleversé par des cauchemars.


    Il faisait chaud. Très chaud. Abominablement chaud. Il y avait des cris. Et des bruits de casses. Zadyssa ouvrit les yeux en hurlant avant de prendre conscience que ce qu'il se passait ne faisait absolument pas parti de son cauchemar. Se mettant sur pieds, elle se rendit compte que... la maison avait pris feu !

    Paniquée, elle se leva en trombe, ignorant du mieux qu'elle pouvait les vertiges qui suivirent, et se précipita dans le salon. Elle ne voyait plus rien. Il y avait du feu tout autour d'elle. La luminosité de ce dernier l'éblouissait, mêlé à la fumée qu'il dégageait. Elle se mit à tousser. D'abord doucement, puis par quintes plus fréquentes et violentes. Ses yeux la piquaient.

    Mais ce qui la préoccupait le plus, c'était qu'elle ne trouvait pas de porte de sortie ! Les fondations de la maison semblaient être sur le poids de s'écrouler. Les jambes flageolantes, Zadyssa se couvrit le visage de sa main tout en plissant les yeux afin d'avoir une vision au minimum clair, sans succès. Elle avait de plus en plus de mal à respirer et tomba à genoux, le corps secoué de quintes de toux. Ses forces l'abandonnaient lentement et sa tête lui tournait de plus en plus. Ignorant quand, elle perdit connaissance.


    La luminosité du feu semblait imprimée sur ses rétines. Malgré le fait qu'elle ait les yeux fermés, elle voyait toujours de la lumière à travers ses paupières. Les sons lui parvenaient  retardement mais il lui semblait que tout un remue-ménage avait lieu. Des gens hurlaient des ordres. D'autres criaient pour se faire remarquer. D'autres encore lâchaient des cris suraiguë en simple passants curieux.

    Zadyssa ouvrit à moitié les yeux. Sa vision était floue mais elle constata qu'elle était portée par quelqu'un. Passé cela, ce fut le noir complet.


    Lorsqu'elle reprit de nouveau connaissance, les murs blancs de la pièce lui donnèrent la migraine. Elle se força cependant à garder les yeux ouverts et remarqua qu'une personne inconnue se tenait assise à côté d'elle. Il s'agissait d'un homme ayant un datapad, des lunettes et une barbe grise. À peine eut-il prit conscience qu'elle était réveillée qu'il l'assomma de questions :

    - Est-ce que ça va ?

    Zadyssa hocha lentement la tête, se demandant dans quel pétrin elle s'était bien fourrée, mais surtout, ce qu'il s'était passé.

    - Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Qu'est-ce que je fais là ? Où est Annelle ? Qui êtes-vous ? Est-ce que je peux avoir de l'eau ? À manger ?
    - Ici, c'est moi qui pose les questions, non mais !

    Il lui tendit un verre d'eau qu'elle but d'une traite, ainsi qu'une barre énergisante qu'elle engouffra tout aussi vite. Quelques minutes plus tard, on lui amena un plat de pâte qu'elle s'empressa d'avaler, complètement affamée.

    - C'est bon ? s'impatienta l'homme.

    Elle hocha la tête.

    - Très bien. Je m'appelle Jim Pitters. Et toi, tu es Zadyssa Yunixy. Enfant à problèmes...
    - Ça veut dire que je les apporte, que je suis le problème ou que j'ai des problèmes ? demanda-t-elle en le coupant.

    Il haussa un sourcil, avant de continuer.

    - Très probablement les trois, si on a dû faire appel à moi pour une fouleuse de sol...
    - Fouleuse de sol... ? C'est quoi ?
    - OK. J'ai affaire à un cas... Sur Metellos, la population est divisée en deux parties. Ceux qui vivent dans des cités volantes parce qu'ils ont suffisamment d'argents pour, et ceux qui sont destinés à ne jamais quitter le sol de cette planète car les transports pour l'espace sont chers...
    - C'est bête, comme système. C'est parce qu'il y a une population trop importante, que c'est fait comme ça ? Dans ce cas, pourquoi avoir fait des habitations peu élevées et pourquoi il y a des privilèges pour certains et pas d'autres ? Et pourquoi je n'en ai jamais entendu parler ?
    - Vous êtes très peu évasifs, sur ce sujet...
    - Oh, pourquoi ? Et pourquoi tu ne t'intègres pas dans le "vous" en disant...

    Cette fois, ce fut à Jim de la couper. Il sortit de sa poche un objet et le lui montra, attendant une certaine réaction.

    - Une... boîte à allumette ?
    - Bien... tu la reconnais sans doute ?

    Elle était carbonisée et dans un sachet en plastique, seulement, Zadyssa ne voyait pas du tout ce qu'il sous-entendait.

    - Ben non. Je ne vois pas pourquoi je la reconnaîtrai. Pourquoi cette question ?
    - Il nous faut des réponses. Des réponses sur l'incendie qui s'est déclaré dans la maison dans laquelle tu te trouvais après avoir mystérieusement disparue après le décès par blaster de ta mère. Incendie qui s'est propagé toute la nuit et qu'on a mis un temps fou à arrêter.

    Zadyssa ne sut que répondre. Ses pensées formaient un ouragan dans son esprit. Elle ne comprenait pas pourquoi il semblait lui en vouloir. Par ailleurs, Jim ne paraissait pas la tenir à haute estime.

    - Ton père n'a plus eu le droit de se rendre sur Metellos pendant deux ans. Puis il a ensuite été porté disparu. Il a tenté d'enlever des enfants. Il était contrebandier et ta mère aussi. Dans ton école, tu faisais un certain nombre de bêtises... il paraît logique que tu aie repris le flambeau.

    Évidemment, Zadyssa comprenait ce dont il pensait, maintenant, mais elle ne savait que dire. Elle ne voulait pas non plus se résoudre à dévoiler son histoire : peut-être était-ce un piège de Law...

    - Alors, qu'as-tu à dire pour ta défense ?
    - J'ai rien fait !
    - Honnêtement, je l'ai déjà entendu plusieurs fois, ce discours... fit-il, peu convaincu.

    Zadyssa sentit des larmes de frustration lui monter aux yeux mais elle tint bon. Finalement, elle se dit qu'il valait peut-être mieux tenter sa chance avec son histoire... quitte à se faire prendre dans le jeu de Law...

    - J'ai...

    Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'une voix résonna dans son esprit. Sursautant, elle jeta des regards suspects autour d'elle avant de se mettre debout sur son lit, mains sur ses oreilles. Elle avait reconnu la voix de l'expéditeur. Il s'agissait de Mira.

    - Tu n'as pas intérêt à dire quoique ce soit sur nous... sinon tu peux être sûre que tu vas te prendre une bonne correction...
    - En plus, il ne te croira pas,
    ajouta Luka en s’immisçant dans la conversation.

    Zadyssa ferma les yeux en espérant ne plus les entendre, peine perdu.

    - Taisez-vous ! hurla-t-elle.
    - Zadyssa ? Personne ne te parle... tu as des hallucinations.
    - Non ! Ils... ils....

    Soudainement, la porte explosa et Law débarqua en trombe, suivit de près par les deux Miralukas et... Milo ! C'était la première fois que Zadyssa le revoyait depuis. Elle ne savait pas encore si elle le détestait ou si elle lui laissait le bénéfice du doute quant au fait qu'il ait pu être obligé d'accomplir tous ces méfaits. Cependant, voyant la teinte de ses cheveux... elle comprit.

    Zadyssa n'eut pas le temps de réagir qu'ils quittaient le bâtiment dans une sortie fracassante, après avoir prit nombre d'ascenseurs. La jeune humaine avait les mouvements entravés par les deux Miralukas qui - à force de la voir se débattre -  l'étourdirent. Ce fut de nouveau le noir.

    Lorsqu'elle se réveilla, Law était devant elle, un sourire au lèvre. Il tenait lui aussi un datapad. Il lui adressa un regard entendu avant de prendre la parole :

    - Tu viens d'être retenue coupable pour avoir déclaré l'incendie...
    - Hein ?
    - ... pour avoir tué ta mère... et tu es recherchée pour fuite... tu veux toujours essayer de partir ?

    Pour toute réponse, Zadyssa cligna plusieurs fois des paupières, abasourdie. Elle n'en croyait pas un mot. Toutefois... Law était tellement satisfait que c'était très sans doute vrai...

    - Mais... je ne me suis pas enfuie volontairement... je... j'ai pas...
    - Oh, Luka a fait du bon boulot avec notre cher Jim Pitters.

    Sur ces entrefaits, il partit, la laissant seule. Zadyssa était frustrée. Comment ça ils pensaient qu'elle avait tuée sa mère ? Ses yeux s'embuèrent et elle se sentit encore et toujours très seule. Alors qu'elle allait cesser de se retenir de pleurer, une sorte de vague réconfortante venant de partout la parcourue. Elle se leva et chercha du regard d'où elle pouvait bien venir, sans trouver la réponse. Ce qui était évident, c'était qu'elle ne venait pas de quelqu'un.

    Puis, une voix apaisante résonna dans son esprit. Elle ne lui déchirait pas les tympans comme celles des Miralukas et la calma, au contraire, lui redonnant courage.

    Espère quand même, espère toujours.

    Zadyssa se rendit compte que... cette voix lui était fort familière...

    jeudi 09 février 2017 - 16:12 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar maxoudu4177

    maxoudu4177

    7653 Crédits

    Super chapitre.

    La voix qui lui dit de garder espoir est-t'elle la sienne ou celle d'un Jedi (vivant ou mort)?

    jeudi 09 février 2017 - 17:52 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Padme111

    Padme111

    26337 Crédits

    C'est encore un super chapitre à rebondissement! Merci beaucoup pour ce partage. 

    Lorsque Zad est chez Annelle, j'avais espérer voir la fin de ses soucis avec Law. La pauvre petite Zad est encore reprise par cet homme méchant. Grrr

    J'aime énormément le lueur d'espoir qui vient de naître avec la dernière phrase. 

    Continue comme ça Zadyssa, "LIKE"!

    samedi 11 février 2017 - 08:48 Modification Admin Réaction Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Télé & Ciné

Sur Disney+

The Mandalorian Saison #2

Le Mandalorien et l'Enfant continuent leur périple à travers une dangereuse galaxie. Retrouvez l'intégrale des saisons 1 et 2 sur Disney+...


Star Wars au ciné

Rogue Squadron

Rogue Squadron se déroulera dans le futur de la galaxie et suivra une nouvelle génération de pilotes spatiaux qui gagneront leurs insignes et risqueront leurs vies. Rendez-vous en 2023...


A venir sur Disney+

The Book of Boba Fett

Décembre 2021 - La série sera produite par les têtes pensantes de "The Mandalorian" à savoir Jon Favreau, Dave Filoni et Robert Rodriguez (réalisateur de l'épisode "La Tragédie"). Côté casting on retrouvera sans surprise Temuera Morrison et Ming-Na Wen.

The Mandalorian S3

2021/2022 - La série de Jon Favreau & Dave Filoni revient pour une saison 3 afin de suivre les aventures de Mando et Grogu.

Rangers of The Republic

Star Wars "Rangers of the Republic" se déroulera durant la chronologie de Mandalorian et sera réalisée par Dave Filoni et Jon Favreau.

Ahsoka

Une des séries les plus attendues par la communauté est centrée sur Ahsoka Tano et sera également produite par Dave Filoni et Jon Favreau.

The Bad Watch

2021 - The Bad Batch est la prochaine série animée de Star Wars, celle-ci nous replongera dans la Guerre des Clones avec l'équipe du Bad Batch.

Visions

2021 - Visions sera une série de courts métrages d'animation dirigée par les meilleurs réalisateurs japonais.

Andor

2022 - La série mettant en avant le héros de l'Alliance Rebelle : Cassian Andor. D'après Diego Luna, l’interprète du héros principal, la série a déjà commencé son tournage à Londres.

Obi-Wan Kenobi

2022 - Le retour d'Hayden Christensen (Anakin Skywalker) dans son rôle de Dark Vador (La Revanche des Sith) aux côtés d'Ewan McGregor.

Lando

Une série réalisée par Justin Simien qui est un grand fan de Star Wars.

The Acolyte

The Acolyte sera une série thriller mystérieux se déroulant dans la Haute République.

Discord

Discutons :)

364 fans connecté(s)

Evénements

Paris Manga et Sci-Fi Show 30ème édition

06 nov. 2021 - 07 nov. 2021

Star Wars Celebration 2022

26 mai 2022 - 29 mai 2022

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2021 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide