Pouvoirs de la Force saison 6 (page 7)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar galen-starkyler

    galen-starkyler

    9303 Crédits Modo

    Galen - Entraînement de Chevalier : Lancer de sabre (suite).

    Une nouvelle fois, mon ancien maître me demande de refaire un exercice que j'ai réalisé : le lancer de sabre. Pour elle, mon travail n'est pas sérieusement fait et elle souhaite que j'approfondisse mon utilisation de ce pouvoir. Je me rends donc là où j'avais fait mon entraînement et reprend depuis le début. 

    Le lancer du sabre laser consiste à lancer naturellement l'arme et à la maintenir en suspension grâce à la Force. Le sabre se dirige en tournoyant vers un ou plusieurs adversaire(s) à jusqu'à ce qu'il le(s) touche, puis revient tout droit vers le lanceur. Un chevalier très bien entraîné est capable d'envoyer son arme en l'air et de contrôler parfaitement sa trajectoire, le sabre devenant alors un véritable missile. Une telle maîtrise est cependant extrêmement dangereuse pour celui qui reçoit le sabre laser à la figure.

    Je prends dans ma main directrice (droite) mon sabre-laser et allume sa lame bleu azur. Je commence par le tenir en garde courte et parallèle à mon corps, puis je me mets en condition de méditation. Debout, immobile et les yeux fermés, je fais le vide en moi et me concentre sur ce que j'avais réalisé avec le boomerang : la manière dont je le lançais, son vol en tour instantané et sa trajectoire rectiligne. Je me refais mentalement les gestes et le schéma. Ensuite, avec les éléments revenus en mémoire, je rouvre les yeux et me place en position de profil et la tête axée vers une cible imaginaire. Je tends mon bras vers l'arrière, dans une position de ma main prête à envoyer mon sabre comme un projectile, un bâton ou le boomerang. Pour équilibrer le poids de mon bras en action, je tends mon autre bras, face à moi et le coude un peu incurvé. Je me concentre sur mon lancer, sur les mouvements que je dois reproduire, puis je recréé un lien de Force avec mon sabre via son cristal. Je sens ce lien se former, comme une chaîne invisible entre ma main directrice et mon arme. Le lien est solide. Paré pour un premier essai, je ramène mon bras droit vers l'avant mais répartit sa force dans ma main pour projeter mon arme vers l'avant dans le vide.

    Mon sabre-laser, lame allumée et vibrant d'énergie, quitte ma main pour tournoyer instantanément dans les airs. Je suis conscient que je dois garder ma main directrice tendue vers mon sabre, utilisant mon pouvoir télékinésique pour le garder suspendu au-dessus du sol. Mon sabre se dirige à vive allure et en ligne droite, parcourant d'abord cinq mètres en continuant de tournoyer et de planer. Je continue de le guider par lévitation et lui fait encore parcourir deux mètres. Mon arme tourne sur elle-même, la lame bleue créée un cercle de lumière qui s'estompe vers la fin. Telle une étoile filante qui cherche à attraper sa queue. Je m'aperçois que mon sabre tournoyant atteint le tronc d'un arbre mais je change la polarité de ma télékinésie pour le tracter vers moi. Le sabre-laser s'arrête une demi-seconde dans son parcours, ne laissant qu'une marque sur le tronc, puis repart en sens inverse. L'arme continue de tournoyer, à vive allure dans ma direction. La main encore tendue, je me concentre à fond pour la réception. Mon sabre est à présent à un mètre de moi et j'utilise mon pouvoir pour ralentir la vitesse de vol de mon arme. De 10km/h à 5km/h, mon sabre revient dans ma main directrice à bon port et sans me blesser.

    Je garde mon sabre en main pendant deux minutes, histoire de maintenir le lien main-sabre, puis recommence mon lancer. Même gestes et même conséquences, je guide télékinésiquement mon arme tournoyante et volante tout au long d'une distance de 20 mètres, vers le ridicule mannequin de paille. Mon sabre touche la poitrine du pantin puis je le ramène vers moi, avec la même directive de ralentir la vitesse de mon sabre pour bien le réceptionner. Je me mets à faire cet exercice une dizaine de fois avant de constater que j'ai mieux réussi mon entraînement. J'ai terminé ma séance et décide de rentrer à l'Académie, voir mon mentor. Mon instinct me dit qu'elle a débarquée dans la Salle Commune. Je m'y rends, la trouve assise à une des chaises hautes du comptoir.

    HRP : Au fait Aynor, pour la fin de ce post, j'ai hésité à mettre que je fais une démonstration de mes progrès devant toi (lancer mon sabre à côté de toi mais pas vers toi). Libre à toi de voir si tu prends en compte ça^^


    Ce message a été modifié par galen-starkyler le lundi 24 octobre 2016 - 13:20

    jeudi 20 octobre 2016 - 20:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9450 Crédits

    Zokuron - Entraînement n°2 : Sens de la Vie.

    Tu t'es plié à l'exercice avec talent. Tu retranscris bien la façon dont Zokuron percoit la Force. On comprend bien que sa progression est affaire de persévérence. Il a recu un don (être sensible à la Force) mais pour autant ce n'est pas du tout cuit. On le voit bien dans les films ou dans l'UE, il arrive que certaines capacités se développent dans l'urgence, et parfois au contraire il faut du travail et du temps pour développer une capacité. Parfois même elle ne se développe pas. Autre bon point, tu fais s'interroger Zokuron sur la nature même du lien qui nous unit à la Force. D'ailleurs si c'est un domaine qu'il t'intéresse d'explorer tu en es tout à fait libre de le faire, même si cela ne rentre pas dans le cadre d'un des entraînements listé en premier page.

    Nous sommes sur le sujet de l'apprentissage de la Force. On peut donc s'y intéresser sous d'autres angles que simplement l'acquisition de « pouvoirs ».

    Entraînement validé !

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Zadyssa – Entraînement n°11 : Persuasion.
    Tu aurais pu t'engager dans une approche un peu différente de ton premier essai. C'est ce que j'attendais en ne validant pas immédiatement ton exercice. Ce nouvel essai n'apporte rien de neuf, il est même moins développé. J'attendais une façon un peu différente de mettre en œuvre le pouvoir. Néanmoins comme ton premier essai était  correct je  valide l'exercice, sur le fil.


    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Galen –  Lancer de sabre (suite).

    De la tasse fumante s'échappait la douce odeur de ce breuvage si étrangement délicieux qu'avait introduit Padmée Naberry au sein de l'Ordre Jedi il y a de cela quelques années. Une dégustation douce-amer. Le liquide chaud réchauffait mon corps en même temps que le souvenir de la Maître Jedi me rappelait son absence.

    Galen – Je ne m'étais pas trompé en pensant de trouver ici. Tiens, jai quelque chose à te montrer.

    La nostalgie se dissipa bien vite laissant toute la place dans mon esprit pour mon Padawan. Il s'approcha de ma table d'un pas décidé. Il me regarda dans les yeux et esquissa un sourire qui marquait une grande satisfaction, du moins le pensai-je. Que me préparait-il ?
    Il ne dit mot et se contenta de se saisir d'une main ferme le manche de son sabre laser qu'il décrocha de sa ceinture. D'une rotation du buste il se tourna vers le centre de la salle commune - nous étions à la table la plus proche du comptoir - Il élança son bras droit vers l'arrière et aussitôt la lame d'un bleu éclatant jaillit du canal d'émission et le bourdonnement du sabre emplit le calme de la salle. D'un mouvement sec Galen fouetta l'air avec son bras et relâcha son emprise sur son sabre laser qui continua sa course à travers la pièce. Par le mouvement qu'avait impulsé le poignet du jeune homme, le cylindre imprima un mouvement de rotation sur lui-même en même temps qu'il filait au-dessus des tables. Le bourdonnement était étrangement déformé par chacune des révolutions du sabre. Le sourire esquissé précédemment n'avait pas quitté le visage de Galen qui maintenant contrôlait la course du sabre grâce à la Force. C'était bien executé et plutôt bien maîtrisé.
    Etait-ce voulu ou non, je ne saurai le dire et il évita soigneusement de trahir le moindre trouble, mais en amorçant la courbe qui annonçait son proche retour vers son envoyeur la lame découpa en son milieu la toile pendante dans les airs de l'un des hammacs à répulseur. Les extrêmités des deux pans retombèrent mollement sur le sol. Terminant sa courbe, le sabre était tout prêt à revenir à son propriétaire.

    C'est ce qui ce serait passé dans les conditions idéales d'un entraînement maîtrisé de bout en bout, et c'était sans compter également sur la propension assez grande des Maître Jedi à dispenser leurs leçons et conseils en tout temps et en tout lieux. Je levai à mon tour une main, dans le même geste que celui du Padawan. Les doigts écartés, la paume bien plate, comme s'il s'était agit de repousser un obstacle invisble. D'obstacle il n'était pas question mais le geste familier du Jedi était presque immuable pour transcrire physiquement et symboliquement le lien ainsi créé avec l'énergie formidable de la Force. Mon esprit s'ancra sur la poignée du sabre de Galen à la force de ma détermination qui égala celle du jeune Jedi. Nos deux volontés d'imprimer à l'arme noble des Jedi des directions opposées annulèrent tout mouvement et il fut figé dans les airs.

    Aynor – Tu aurais un gros problème si je n'étais pas ta gentille mentor pleine de bonnes intentions.
    Galen – De bonnes intentions, vraiment ? Vous vouliez juste vous faire mousser.
    Aynor – Aussi. J'espère néanmoins que tu y déceleras une mise en garde digne d'intérêt.

    Je lâchai toute prise mentale sur le sabre qui alla retrouver la poigne du Jedi, son digne gardien.

    Aynor – Allez viens prendre un verre avec moi. Tu l'as mérité.

    [HRP : C'est un peu mieux et pour le moins précis techniquement. Entraînement validé. ]




    Ce message a été modifié par Aynor le dimanche 30 octobre 2016 - 21:45

    dimanche 30 octobre 2016 - 21:43 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zokuron

    Zokuron

    2044 Crédits

    Entrainement n°3 Télékinésie

    Un soir, après le cour...

    ???: Laisse la Force couler en toi, padawan. Ouvre toi à elle et laisse la emplir ton être, ce n'est qu'ainsi que tu parviendras a réussir l'exercice.

    Zokuron: Oui, maître Lask, j'essaie...

    Pour la énième fois, le Togruta réitère sa tentative de faire appel à la Force pour soulever le petit caillou posé devant lui. Un tout petit bout de pierre de quelques centimètres de diamètre, qui reste indéniablement cloué au sol malgré la volonté de l'apprenti. Zokuron a du mal à se concentrer face à cet immobilisme, car c'est par la télékinésie qu'il a découvert sa "sensibilité". Par deux fois. Et à chaque fois d'une manière bien plus impressionnante que pour un ridicule morceau de matière inerte. La frustration monte à chaque nouvel échec, et elle met son mental à rude épreuve.

    Mais il essaie à nouveau, sous la directive de l'enseignante. Il ferme les yeux et fait le vide, avec une aisance toute récente mais bien réelle, résultat apprécié de ses méditations répétées. Il retrouve son aura argentée ainsi qu'un halo vaporeux de Force autour de lui, effet qui se produit lorsqu'il fait sciemment appel à la Force, et sa seconde vue qui lui révèle les choses dans son aire de vision Forceuse. Les éléments physiques comme le sol ou les murs, mais aussi le brouillard mouvant que forme la Force, et bien sûr le lien qui les lie. Zokuron voit aussi le lien qui lie la Twi'lek à la Force, de même qu'il voit celui qui s'est formé entre eux deux, rendu visible par leur proximité. Ces éléments ne sont plus inconnus de Zokuron, presque naturels désormais, car il s'y est familiarisé durant les exercices de groupe.

    C'est dans cet état de stabilité fluctuante que le padawan reprend son apprentissage. Concentré sur lui-même, sur la Force qui lui est propre comme sur celle qui l'entoure, et surtout sur le caillou posé devant lui, il suit les consignes. Par sa volonté, il manipule l'émanation de Force qu'il génère, tentant de la diriger sur le caillou. Comme pour le saisir avec une main invisible.

    Mais il n'y a rien à faire. Si sa phosphorescence montre bien quelques signes de distorsion dans la direction qu'il cible, elle reste indéfectiblement collée à lui. Il se concentre davantage, sentant parfaitement que plus il force et plus les distorsions deviennent prononcées, mais il ne parvient globalement pas à dépasser une dizaine de centimètres.

    Subitement prit d'un vif agacement, il rompt la transe d'un coup et se lève avec courroux. Cette précipitation lui vaut d'avoir des vertiges et la tête qui tourne, au point qu'il doive s'appuyer des deux mains sur une table non loin. Malgré cela, il s'écrie:

    Zokuron: Par le Ciel-Père ! Je n'y arrive pas ! Je n'y arrive pas et je ne comprends même pas pourquoi !

    Aynor: Du calme, padawan ! Ce n'est pas avec une telle attitude que tu parviendras à tes fins.

    Zokuron: Je sais ! J-je sais. Je...Pardon...Il faut que je vous raconte quelque chose....

    Le togruta se ressaisit et revient vers la maître, avant de lui narrer les deux expériences qu'il avait déjà vécu avec la télékinésie. Le champ qu'il avait généré lors de la mort de son père ainsi que le coup de poing invisible envoyé sur un adversaire de compétition. Ceci fait, il explique la frustration qu'il ressent à échouer continuellement dans des conditions idéales, tandis qu'il était capable de bien plus en situation de stress. La maître réfléchit un petit moment.

    Aynor: C'est parce que tu n'as plus de motivateur, finit-elle par dire.

    Zokuron: Comment ça ?

    Aynor: Eh bien....En situation difficile, le subconscient prend le dessus et se sert de tout ce qui lui est possible pour agir. Tout, même et je dirais surtout les facultés insoupçonnées, comme par exemple la Force. C'est une théorie qui se vérifie dans beaucoup de cas, et tu ne fais visiblement pas exception. Tu as utilisé la Force pour repousser ton adversaire et tu l'as utilisée pour créer un genre de bouclier au moment où tu étais le plus vulnérable.

    Aynor laisse un temps au padawan pour que l'idée fasse son chemin dans sa tête, puis elle reprend:

    Aynor: Maintenant que tu es ici, tu n'as plus cette chose qui t'as poussé à agir avec instinct, comme si c'était naturel. Tu dois la retrouver, et a défaut en trouver une nouvelle....ou bien apprendre à faire sans. Le choix te revient, ceci dit.   

    Zokuron reste estomaqué un moment par cette révélation. Il n'avait jamais envisagé l'existence de différents niveaux de conscience, auparavant. Les rêves et les dons viennent des esprits, le reste n'est que dépassement et contrôle de soi. Cela lui fait bizarre de s'entendre dire qu'il y a une partie oisive en lui qui s'oppose à lui-même au moment de fournir un effort. Il y a peu encore, vivre signifiait une suite d'efforts renouvelés jour après jour, c'était naturel. Plus encore, c'était normal. Un peu confus, il finit par répondre:

    Zokuron: Je comprends, je crois. Mais ce ne sera pas facile, dans un cas comme dans l'autre.

    Maître Lask émet un petit rire.

    Aynor: Le temps t'apprendra que tout ce qui en vaut la peine, n'est pas facile.

    Les deux jedi se quittent peu de temps après, Aynor estimant plus sage que l'entraînement reprenne au prochain cour. Zokuron passe le reste de la soirée à réfléchir au choix qu'il doit faire.

    Deux jours plus tard, c'est avec un sourire à peine contenu que le togruta commence la leçon sur les pouvoirs de la Force. Il avait eu le temps, la veille, de s'entraîner en solitaire et il avait finalement réussit. Cela ne fut effectivement pas aisé. Il avait commencé en tentant de retrouver l'état de "besoin d'effort", mais il n'y était pas parvenu. Après tout, comment faire pour se sentir dans le besoin lorsqu'on est bien en sécurité, caché dans un temple aux murs plus épais que le plus vénérable des bab'baos, dissimulé au milieu d'une organisation de plusieurs centaines de mages-guerriers aussi sages que redoutables ? Non, ça, ce n'était pas possible.

    Il a donc essayé de faire "sans", comme le lui avait conseillé Aynor. Ce ne fut, là non plus, pas facile de ranger son instinct dans un coin, bien scellé, pour ensuite exiger de lui-même que seul son mental soit maître de son être. Mais finalement, c'est cette méthode là qui a fonctionné. En mettant tout ce qui lui est personnel de côté, ses réflexes, ses habitudes, sa logique, son apprentissage de la vie ainsi que ses croyances, il a pu faire en sorte que seule sa volonté demeure. Un peu comme une envie à l'état pur, un sentiment à mi-chemin entre l'obsession de la haine et la sérénité de la patience. Une espèce d'effort, d'acharnement même, que l'on fait avec plaisir. Pas un effort que l'on fait parce que c'est utile, ou parce que c'est bien, ni parce qu'on s'ennuie, ni même parce qu'il faut le faire pour vivre....mais un effort que l'on fait parce qu'on en a simplement envie, pour soi. 

    *Je...veux...y...AR-RI-VEEEEER !*

    Alors, les barrières se sont levées. Cela a prit un certain temps, bien sur, mais le halo de Force qui entourait Zokuron a finit par former un bras vers le caillou, semblable au Lien, et l'a englobé. A partir de là, le padawan a réussit à soulever la pierre, et même un peu plus, avant qu'elle ne retombe.

    C'est pour cela qu'il est de bonne humeur aujourd'hui. Le moment venu, maître Lask assiste à ses progrès. Elle le complimente, puis ajoute:

    Aynor: Bien ! Alors maintenant, tu peux passer à l'étape suivante...

    Elle fait léviter une pierre d'une taille équivalente à une buche de bois jusqu'à lui, et la pose à ses pieds. Zokuron écarquille les yeux, quelque peu intimidé, mais se résout avec une lueur de défi dans le regard.

    Zokuron: Bien madame !

    Aussitôt, un pincement monte depuis son orteil. La pierre devant lui s'est légèrement et brièvement soulevée pour atterrir sur son pied, avant que maître Lask ne déclare sur un ton ferme tout en pointant un doigt courroucé sur lui:

    Aynor: Hep ! Ne-redit-plus-jamais-ça. Compris ?

    Zokuron: Euh...Oui, ma-maître Lask.

    Le togruta se place rapidement dans la position requise pour l’exercice. La maître passe alors à un autre élève, tandis qu'il se concentre. Il recréé le halo d'énergie autour de lui, le dirige par sa volonté sur la pierre, l'englobe, la saisit et la fait monter en l'air. Mais au lieu de s'élever, la pierre tremble pendant quelques instants avant de s'immobiliser à nouveau. Le lien d'énergie se rompt tant Zokuron force dessus, retrouvant sa place de halo. Il recommence, se familiarisant à chaque fois davantage avec la manipulation mentale de l'énergie de la Force, mais il échoue à nouveau. Il recommence, encore, et encore, et encore...Mais le lien finit toujours par se rompre avant que la pierre ne se détache du sol. Et malheureusement pour le Togruta, il en sera ainsi jusqu'à la fin de la leçon.

    Aynor vient cependant le voir avant qu'il ne quitte la salle, pour s'enquérir des résultats du padawan. Ce dernier lui raconte son expérience peu probante, mais il comprend à l'expression réjouie et narquoise de son interlocutrice, qu'il s'agissait du véritable but de l'exercice. Qu'il n'y arrive pas. Et alors qu'il se demande pourquoi, l'enseignante ajoute une énigme:

    Aynor: La prochaine fois que tu essaieras, tend le bras vers la pierre. Ça devrait aider.  

    Zokuron rejoint ensuite la cantina, avant de consacrer une partie de l'après-midi à vérifier le conseil de maître Lask, l'autre partie se passant bien sûr aux archives à étudier les vastes connaissances de la galaxie.

    Une fois prêt pour l'essai, il se trouve un endroit où il ne sera pas dérangé ainsi qu'une pierre de la même taille que celle de la leçon. Il entre à nouveau en connexion avec la Force, se concentre sur la manipulation de son énergie, et tend la main vers la pierre. Il remarque alors que son énergie se déplace le long de son bras avec une facilité accrue, et qu'il arrive même à en contenir une petite sphère au niveau de sa main. Enthousiaste, il oublie un instant l'exercice et lève la main vers son visage pour mieux observer le phénomène.

    Il n'en profite pas longtemps cependant, car sa concentration baissant, la sphère d'énergie finit par se dissiper en une petite onde, comme une bulle qui éclate. Le padawan sent au même moment un léger mouvement d'air qui glisse sur son visage.

    Étrangement, ce bref phénomène revigore la confiance et l'assurance du padawan. Il constate que, même indépendamment de sa volonté, l'énergie qu'il génère et manipule a un impact sur l'environnement physique. Il constate que le degré "physique" et le degré "Forceux" sont naturellement liés, que la Force agit même sans qu'on la commande. Comme le vent qui siffle dans les arbres, créant une mélodie. A lui désormais, par l'artifice de son esprit et de son corps, de façonner une musique aboutie et sublimée.

    Son bras se tend de nouveau vers l'objet, avec une rigidité qui témoigne de l'assurance et de la volonté de son propriétaire, qui ne prend pas la peine d'entrer en connexion avec la Force. Le regard planté sur la pierre, la paume ouverte et les doigts tendus sans crispation, il se concentre pour sentir son énergie agir. Alors, sous l'accroissement de l'afflux , le morceau de roche finit par quitter le sol. Par l'intermédiaire de son bras, il a une meilleure emprise et maîtrise de l'objet. Il parvient d'ailleurs à le maintenir plus longtemps et à le déplacer avec plus d'aisance.

    Satisfait de lui-même, le togruta attend le prochain cour pour faire preuve de sa progression. Mais l'apprentissage de la télékinésie comporte plusieurs exercices, qu'il découvre au fur et à mesure, et qui lui font comprendre qu'il n'est pas à une fin mais à un début. Le plus marquant pour le padawan restera néanmoins la "méditation en poirier". L'exercice a pour but d'atteindre une osmose parfaite avec la Force, dans laquelle le pratiquant se maintient sur une main, la tête vers le bas, tout en gardant l'équilibre en se servant de la télékinésie sur lui-même. Exercice où il a apprit à agrandir son Lien avec la Force, afin de bénéficier de davantage d'énergie, sans quoi il n'aurait pas réussit à se maintenir sans tomber. Bien entendu, il lui a fallut plusieurs jours pour parvenir à maîtriser l'exercice convenablement, et ce ne fut pas sans chuter des dizaines de fois....

    Ce message a été modifié par Zokuron le mercredi 02 novembre 2016 - 14:23

    mercredi 02 novembre 2016 - 14:01 Modification Admin Permalien

  • Avatar Zadyssa

    Zadyssa

    7120 Crédits

    Zadyssa, entraînement n°12 et Kinsa - Art du Mouvement

    Je m'étais levée de bonne heure, enthousiasme. Me préparant en vitesse, je me retrouvai rapidement devant les quartiers de mon maître... qui n'avait pas l'air réveillée. M'asseyant contre le mur, en face de la porte, j'attendis en m'entraînant à la Télékinésie sur une pierre qui traînait sur mon chemin ; je la fixai intensément, plongée dans la Force, et elle finit par décoller du sol petit à petit pour venir se stabiliser à hauteur de mes yeux.

    Enfin, Kinsa sortit et me lança :

    Kinsa : Prête ?
    Moi : Oui !

    Nous fûmes rapidement dehors. Un petit vent frais soufflait sur l'Académie. Une fois devant l'installation, je fus bouche-bée. Un parcours du combattant qui n'était pas là la veille encore se tenait sous mes yeux. Parcours qui ne m'avait pas l'air simple... Après une méditation et un échauffement afin de ne pas se blesser, Kinsa m'expliqua le principe de cet entraînement que j'avais en partie deviné. Il s'agirait d'une course. Donc, un petit défi. Ça ne me dérangeait pas ; au contraire, ça m'obligerait à donner le meilleur de moi-même.

    Droïde venant simplement pour donner le top départ : 3... 2... 1... Gooo !

    Je m'élançai en courant le plus vite possible. Si c'était un entraînement à l'Art du Mouvement, autant ne pas me ménager. Le vent me fouettait le visage. Je sentais la Force autour de moi, j'essayai de me plonger dedans pour ne pas ressentir la fatigue. Pour le moment, ça ne fonctionnait pas trop... En même temps, je n'étais pas excessivement épuisée.

    Soudain, sans réellement comprendre comment ça m'étais arrivée, je me retrouvai immergée dans l'eau. Me souvenant de ce que j'avais récemment appris, je remontai à la surface pour reprendre mon souffle et remarquai que le liquide était recouvert d'une sorte de mousse verte. La voilà, la raison pour laquelle je ne l'avais pas vue ! Je devais être plus concentrée !

    Je fermai les yeux, me fiant entièrement à la Force. Je me demandai s'il fallait nager ou s'il y avait un moyen plus rapide de parvenir de l'autre côté du rivage... Oubliant du mieux que je pouvais que je perdais un temps considérable, je ralentis ma respiration avant de me concentrer sur l'eau. C'était là que je trouvai la solution. Immergées de quelques centimètres, il y avait un chemin de pierres. Soulagée, je continuai mon avancée en sautant le plus vite possible de l'une à l'autre jusqu'à enfin arriver de l'autre côté.

    Courant toujours le plus vite possible, mais toujours concentrée sur mon environnement extérieur, je pus donc prévoir le prochain obstacle : des fils transparents en nylon, à hauteur de pieds. Ce que je trouvai plutôt traître. Les passant raisonnablement vite tout en faisant attention à ne pas perdre l'équilibre, j'arrivais à ce que croyais être la fin de ce nouvel obstacle. Hélas, ce n'était pas le cas. Avant même que je n'aie pu en prendre conscience, un poing recouvert d'une matière adoucissant le choc me percuta. Sonnée, je me retrouvai à terre et roulai de côté pour en éviter un second qui s'apprêtait à me cueillir là où j'étais.Je me remis rapidement debout et couru assez longtemps - ce qui m'étonnai - jusqu'à un mur d'escalade. Ça allait, j'étais plutôt douée concernant cette discipline. Je me hissai rapidement à l'aide des prises jusqu'en haut. En revanche, je commençai à avoir mal aux bras, et à fatiguer.

    Je m'autorisai dix petites secondes de pause durant lesquels je fis tout mon possible pour m'aider de la Force afin de ne pas être trop épuisée - en vain.

    Soupirant, je me demandais pendant un temps comment j'allais redescendre de là, avant de remarquer qu'une corde pendouillait devant moi, au-dessus d'un trou. Le principe était logique. Je pris mon élan et - aidée d'un Saut de Force - l'atteignit. En contrepartie, je ne sus pas me retenir de tomber. Je glissai le long de la corde qui me brûla au passage la paume des mains et tombai encore une fois dans de l'eau. Je remontai à la surface et avisai une échelle que je grimpai. J'étais épuisée et trempée, et je commençais à avoir froid... Comme je l'avais pensé, ce parcours n'était pas simple...

    Ce fut au moment où j'avais le plus besoin d'aide que je la ressentis ; la Force me parcourait, me faisant oublier ma fatigue... Je souris. C'était reparti ! Cette fois, je passai la corde. J'atterris de façon peu élégante de l'autre côté, mais ce n'était pas grave. De là où j'étais, je pouvais aisément voir la suite du parcours, mais aussi tout ce que j'avais passé. Je remarquai donc Kinsa, qui avait plusieurs mètres d'avance et qui avait l'air d'avoir quelques difficultés avec un corridor de pierre d'où sortait de façon aléatoire des pierres des murs, qui étaient en réalité de longues colonnes encastrées dedans. Elles sortaient autant par les côtés qu'en-dessous. C'était clairement pas évident...

    Me concentrant sur ce que je devais encore faire, je m'approchai à petit bord du précipice et remarquai des plate-formes situées tous les cinq mètres afin de former une sorte d'escalier pour rejoindre la terre ferme. Je me laissai tomber sur la première, et ainsi de suite. Cette fois-ci, il n'y avait pas de pièges cachés. Était-ce le calme avant la tempête ? En tout cas, si c'était le cas, je me sentais prête à y faire face. La Force qui me parcourait semblait aiguiser mes sens et compenser ma fatigue. 

    À mon grand étonnement, je dus courir sur une centaine de mètres sans anicroche. C'était probablement fait exprès pour nous épuiser... Enfin, j'arrivais proche du corridor. Ce fut à ce moment là que j'eus un éclair de génie. Pourquoi s'embêter à passer entre lorsque l'on pouvait passer par-dessus ?

    Je me mis à courir, aidée de la Force, et sautai sur la première colonne. Elles étaient suffisamment épaisses pour y poser un pied. Prédisant où arriverait le second, je me propulsai dessus, et ainsi de suite. Bien entendu, je m'aidais de la Vitesse et du Saut pour y arriver, sans quoi, je n'aurais jamais été assez rapide. En revanche, je remarquai que plus j'avançais et plus les mouvements des pierres accéléraient. Et moi, par le même temps, je fus surprise de constater qu'au fur et à mesure, je trouvai ce passage de l'exercice plus simple.

    D'un bref coup d'œil, je vis Kinsa au loin, qui venait de finir cet obstacle particulièrement long et que j'avais encore beaucoup à parcourir avant de l'achever.

    vendredi 04 novembre 2016 - 14:17 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Kinsa – Art du Mouvement

    De bon matin, ma première padawan vient me réveiller, impatiente de passer à l'entraînement du jour. Je ne suis pas très énergique, pour une fois, et pour cause : je me suis couchée assez tard car hier j'ai bidouillé quelque peu mon armure pour y rajouter quelques accessoires et recharger ses fonctions déjà existantes, et comme je ne suis pas la lumière la plus brillante du firmament en ce qui concerne la mécanique (je laisse volontiers cela à Galen et à son pada Ilan, sauf quand il s'agit de mon beskar'gam adoré).

    Ceci dit, il faudrait peut-être que je fasse un entraînement sans mon armure (avec qui, il faut bien l'avouer, je triche un peu avec le jetpack et son étanchéité^^).

    Ainsi, après une toilette matinale, je rejoins la jeune humaine de Metellos qui s'occupait en s'exerçant à la télékinésie, ce qui me fait sourire. Ma padawan est une vraie bosseuse, c'est bien, ça lui sauvera la vie un jour, si ce n'est pas déjà fait. Je ravale mes compliments – il ne faudrait pas qu'elle attrape la grosse tête ! et me contente d'un simple :

    Moi : Prête ?
    Zadyssa : Oui !

    Nous nous hâtons de nous rendre à l'extérieur, où le vent est agréablement frais. C'est une des meilleures choses quand on s'apprête à faire un exercice physique : le froid stimule les muscles et éviter de finir en sueur. Je présente à Zadyssa le parcours qu'Aynor nous a très sympathiquement concocté.

    Ce parcours semble se méprendre à n'importe quel relief sur une planète verte où nous pourrions entamer une course-poursuite. C'est un bon exercice, même si des arbres sur lesquels grimper n'auraient pas fait de mal. Je me rappelle de notre campement improvisé sur Dygolô : cela avait été une vraie partie de plaisir de dormir dans les feuillages d'un arbre qui ne cessait de tanguer ! Enfin, trêve de nostalgie, il est temps de se mettre au travail à proprement parler.

    Je salue CJ-PO qui est spécialement venu donner le top départ. Je tiens le droïde de protocole en haute estime, même s'il est parfois agaçant comme tous ceux de son espèce, car à l'époque où Ceno était encore en charge de la salle commune, j'y passais pas mal de temps et CJ était presque toujours là aussi.

    Au "Top !", Zadyssa et moi détalons de concert. Dés de le début, je suis attentive aux potentiels obstacles – j'en ai bavé, des parcours vicieux, croyez-moi ! - et le premier n'attend pas pour se manifester. Une étendue d'eau recouverte de mousse verte s'étale quelques mètres devant moi. Je n'ai que quelques secondes pour réfléchir au moyen de la franchir et j'opte pour une variante du Saut de Force. Je sprinte en m'immergeant dans la Force pour donner plus de vitalité à mes jambes et arrivée au bord je saute en réalisant le score honorable de saut en longueur assisté de la Force d'une quinzaine de mètres. Les utilisations variées de la Force ne cesseront jamais de m'étonner !

    Je tombe dans l'eau en bouteille, ce qui était une très mauvaise idée puisque mes pieds encaissent toute la force du choc à eux seuls, et la Force sait que ça fait mal ! Je nage ensuite trois ou quatre mètres pour ensuite me hisser sur la berge et reprendre ma course.

    Je repère juste à temps le piège suivant : des fils de nylon à hauteur de cheville, parfaits pour faire un magnifique vol plané qu'heureusement, j'évite. Après avoir sautillé pendant quelques mètres, je me prend sur l'épaule un gros poing que j'ai très mal esquivé. C'est exactement le genre de désagrément que le beskar'gam évite... J'en serai pour mes frais !

    Le mur d'escalade qui suit est un obstacle assez facile à surmonter, j'ai déjà escaladé des choses beaucoup plus dures que cela, comme une ascension dans les montagnes d'une planète aride dont le nom m'échappe. Je me retrouve en haut, devant un trou et une corde qui pendouille au dessus. Le souvenir des lianes de Grilamen que nous avons utilisées pour échapper au baloth est encore vif dans ma mémoire et je me balance au bout de la corde pour atterrir en roulé-boulé avec une grâce toute relative.

    Une petite ligne droite d'environ cent mètre m'offre l'occasion d'user de la Force pour augmenter mon endurance. En effet, je commence à fatiguer ; mon souffle est court et mes muscles plus aussi dispos qu'au début du parcours. Je m'autorise une imprudence : regarder en arrière pour voir où en est Zadyssa. Je constate que j'ai une bonne avance, ce qui est somme tout logique : après tout, je suis le maître et elle la padawan. Et courir est devenu quelque chose de naturel pour moi, d'ailleurs en mission je cours plus que je ne marche. Il faut courir pour rattraper sa cible, éviter des tirs, échapper à un danger...ce genre de choses qui sont mon quotidien depuis quelques années.

    Quelque chose du plus dur m'attend encore : un corridor qui n'est sûrement pas là pour faire joli. J'aiguise mon sens du danger et regrette amèrement le scanner aux rayons X de mon casque qui m'aurait été d'un grand secours. Cette dernière pensée me conforte dans mon impression : je compte trop sur mon armure pour relever les défis qui s'imposent à moi.

    Je pénètre dans le corridor tout en aiguisant mon Sens du Danger qui n'est pas inutile face aux pierres qui surgissent telles des diables sortant de leurs boîtes. Je dois avouer que je progresse plutôt lentement, ce qui n'est pas la meilleure chose à faire, mais les choses étant ce qu'elles sont, je m'y fais et m'efforce d'augmenter la cadence, tout en évitant de me prendre une pierre en pleine tête. Enfin, je parviens à la fin du corridor essoufflée, mais encore vaillante, et surtout intacte.

    La dernière gentillesse que nous a préparée Aynor est un petit parcours d'accrobranche que je passe sans difficultés particulières. Garder l'équilibre sur un tronc entre deux arbres, jouer au singe sur un filet, parcourir plusieurs mètres la tête en bas, se balancer sur une échelle tendue à l'horizontale, un jeu d'enfant ! Bien que je ne sois pas une enfant de la forêt, mon agilité a été plusieurs fois mise à l'épreuve lors de missions sur des planètes forestières.

    Enfin, je parviens à la fin du parcours et retombe sur le sol pile sur la ligne d'arrivée qui se trouve sur une colline, ce qui me laisse un panorama appréciable où je peux suivre l'avancée de Zadyssa. Je me rends compte qu'une a franchi le corridor en passant par le haut. Mi-exaspérée, mi-amusée, je me promets de lui rappeler à l'arrivée que l'objectif était de passer à l'intérieur, où le défi était bien plus grand. Elle arrive à mon niveau cinq minutes plus tard.

    samedi 05 novembre 2016 - 14:34 Modification Admin Permalien

  • Avatar R2D2

    R2D2

    1065 Crédits

    Ilan - Entraînement n°5 : 

    Désactivation de droïdes


    Après une longue semaine de repos, je décidais de me remettre aux entraînement pour devenir un chevalier jedi. Je voulais reprendre par un exercice nouveau et qui me correspondais. Donc je choisis l'entraînement de désactivation de droïdes. 


    Je m'étais levée tôt après une nuit paisible, ce qui me mettais de bonne humeur et qui m'encourageais à ne pas échouer. Je me rendis en compagnies d'Akky dans une salle dédié aux Pouvoirs de la Force. J'installai le matériel tandis qu'Akky s'amusais avec des babioles trouvés dans une boîte.


    Ça y est, tout est prêt, le droïde est installé de l'autre côté de la salle et programmé pour qu'il reste immobile.

    Je soufflais un bon coup et méditais avant de commencer. Je réfléchis à la manière dont je devais m'y prendre. Je me souvenus que lorsque je construisais des droïdes avec mon ancien mentor, Guly, après avoir construit le squelette de ce dernier, on installait une batterie pour qu'il fonctionne. Une idée me vint à l'esprit, je décidais d'aller vérifier si je voyais juste.


    Je me concentrais avec Akky pour créé un lien avec la Force et l'exploitée jusqu'à ne faire plus qu'un avec elle. Je me connectais avec mon chien Akk puis avec le droïde. Je me concentrais pour pouvoir percevoir l'intérieur de ses circuits. Je réussi malgré tout à y parvenir. Il fallais que je me déplace pour rejoidre le générateur d'énergie. Pour cela, je dus me rapprocher encore plus de la Force, ce qui me pompais énormément d'énergie. Heuresement, j'y parvenu et je pouvais me déplacer en suivant les électrons pour rejoidre l'autre borne. J'accomplis cette première étape car je voyais quel type de batterie c'était. Il s'agissait de l'autre type de batteries que j'utilisais. Je compris désormais comment je devais agir donc je devais maintenant passer à la pratique.

    Je me concentrais pour créer un mur de Force qui stopperais l'arrivée des électron pour lacher une pression contrôlé qui fera sauter la batterie sans tout détruire. La batterie sera juste hors-service mais les autres pièces seront un peut chauffé à cause du court circuit. 


    Mon essaie me paraissais correcte même si j'avais mis six minutes. Il fallait recommencer mais en moins de deux minutes. Ce qui parraissais compliquer pour quelqu'un qui avait fait six minutes... Je décidais de recommencer avec un autre droides et de le mettre en mode combat pour me mettre la pression. Je montais sur Akky pour pouvoir simuler une bataille. Je fis part de mon idée à Akky qui se leva content d'aider son maître. Le droïde s'activa et commença à nous tirer dessus, Akky esquiva puis esquiva le suivant. Il fallait m'y mettre. Je recréa mon lien avec la Force et avec Akky pour pouvoir me replonger dans les entrailles de ce droïde. J'y arriva malgré tout, j'essayais d'amasser les électrons plus rapidement avec mon barrage. Je perdis l'équilibre sur Akky qui venait de se jeter sur le côté. Je me reconcentrais et reparais mon barrage. Je commençais à être epuisé, Akky aussi qui venait de se prendre un tir. Je devais le faire, mon mur retenais suffisamment d'électrons. Je lachais subitement prise car je venais de me prendre une série de tir et les électrons firent sauter la batterie. Je terminais mon défi en deux minutes et sept secondes, ce qui me parraissais bien pour un début. 


    Je décidais d'arrêta la aujourd'hui et voir si j'avais réussi mon exercice. J'appelai un maître avec mon comlink pour qu'il puisse me corriger.

    mercredi 21 décembre 2016 - 12:07 Modification Admin Permalien

  • Avatar FiealRost

    FiealRost

    344 Crédits

    Fieal Rost, Entrainement n°3 : Empathie de Force


    Ce matin je me suis réveillé calmement, mais sûr de ce que j'allais faire. En effet depuis mon départ et mon retour de l'académie hier, il s'est passé du temps et la plupart des apprentis avec lequel je m'étais lié, m'avais grandement devancé dans leur entraînement, il fallait que je rattrape mon retard....

    Je me dirigeais d'un pas assuré dans l'épaisse jungle de la lune, à la recherche d'une créature qui puisse me servir dans mon entraînement, après plus d’une heure de marche je m’efforçais de sonder la jungle grâce à la Force, dans le but d’essayer de trouver une forme de vie pouvant ressentir des émotions grâce à celles-ci…

    Je m’assis par terre et me concentra, je méditais du mieux que je le pouvais jusqu’à n’en plus pouvoir

    Moi : Ah bon sang ! A quoi bon je n’y arriverais jamais ! C’est tout bonnement impossible !

    C’est aux beaux milieu de ces cris que j’entendis les pas d’un créature derrière moi, je priais de tout cœur pour que ça ne soit pas un acklay, histoire d’éviter de finir dans la même situation que lors de mon dernier entraînement... Je me retourne soudainement et, par chance, je tombe nez à nez seulement avec un squall, une petite créature à fourrure de la faune locale je n'en avais encore jamais vu, seulement dans quelques holo-livres scolaires. Malgré son immense capitale sympathie, cette créature semblais très sur la défensive comme si j'allais lui faire du mal. Je décidais donc de me pencher en avant alors que j'étais déjà au sol, pour me mettre au niveau de son regard. Elle me regarda longuement mais finie par approcher je me concentra un maximum pour essayer de savoir pourquoi cette bête était si inquiète, je ne parviens pas à le savoir même après de longue minute. Néanmoins j'avais sentit quelque chose comme si la Force voulait me dire ce que je voulais savoir mais que j'étais trop éloigné d'elle . Je décidait alors de m'approcher d'un pas incertains vers la créature pou lu toucher le haut du crâne, un frisson semblais lui hérisser les poils lorsque j’approchais puis posas ma main sur sa tête. Néanmoins elle ne fuit pas ce qui était déjà un bon début...

    Je me concentra longuement sur la créature, au bout d'une dizaine de minute je perçut vaguement quelque chose sans savoir précisément ce que c'était, en ouvrant les yeux je remarquais qu'ils coulais...

    Moi : Ce sont... Des larmes ?

    Je regardais tour à tour mes mains sur lesquels avaient perlé quelques gouttelettes et la créature face à moi, je me concentrais de plus belle sur le sentiment de chagrin qu'elle pouvait ressentir, en moins de 5 minutes je ressentis un fort pincement au cœur et je compris...

    Je ramenas la bestiole au temple lui donna à manger à boire et surtout de l'amour, je ne savais pas précisément de quoi elle avait besoin, mais mon instinct me dictais cela, en moins d'une heure le squall était redevenu heureux et en pleine forme je décidas alors de le ramener dans la forêt en espérant que j'ai à le recroiser un jour ...

    Ce message a été modifié par FiealRost le mardi 10 janvier 2017 - 20:35

    mardi 10 janvier 2017 - 20:31 Modification Admin Permalien

  • Avatar ThaliaRaven

    ThaliaRaven

    1094 Crédits

    Je me levais aux aurores, prête pour l’entraînement. J’avais décidé que mon temps de repos et d’intégration avait atteint son terme, il était temps que je me mette au travail.


    J’avais choisi pour mon premier entraînement la télékinésie. C’était grâce à elle que j’avais découvert mon appartenance à la force lorsque, avec mon frère nous avions fuis les trafiquants et que l’arbre nous était tombé dessus. Je serais sans aucun doute morte à l’heure qu’il est si je n’avais pas eu la chance de pouvoir retenir cet arbre. C’était donc pour moi l’occasion de tourner la page et de me prouver que je pouvais suivre cette voie. Refluant les mauvais souvenir et la montée de larmes prochaines, je pris le chemin de la salle d’entraînement où m’attendais Kinsa.


    A mon arrivée, elle me proposa d’aller à l’extérieur selon ma préférence, j’acceptais sa proposition et la suivais. Je me retrouvais donc dans le parc, assise sur le sol, aux côtés de Kinsa, face à différentes pierres de toutes tailles de la plus petite à la plus grande que je devais faire léviter à la seule force de ma pensée. Je commençais stresser quelques peu. Je me tranquillisais en respirant lentement et débutais l’exercice.


    Scrutant attentivement la plus petite, pierre, je me concentrais et essayais de la faire s’élever de quelques centimètres. Je restais de longues minutes à la fixer, mais rien ne se passa. Je soupirais et relâchais ma concentration et restais quelques temps dans mes pensées, perdue, quand Kinsa me ramena à la réalité.


    Kinsa : Tu veux recommencer ?


    Moi : Oui, je n’étais pas assez concentrée.


    Je retentais une nouvelle fois, toujours avec la même pierre. Mon champ de vision se rétrécit, concentré sur l’objectif. Je crispais ma main sur ma jambe espérant que cela pouvait m’aider, mais en vain. Pas même une infime particule ne bougeais. La pierre restait de marbre face à mes efforts. Je soupirais, lassée. C’était impossible ! Comment pouvais-je échouer face à un minuscule caillou alors que j’avais réussit à empêcher un arbre de mon tomber dessus ? Je me relevais pour détendre mes muscles contractés pas l’effort. Sans m’en rendre compte je m’étais entièrement crispée.


    Kinsa : Tu devrais réessayer, rien n’est facile. Essaye de te détendre.


    J’acquiesçais et me rassis espérant réussir cette fois. Je décidais de fermer les yeux, voir la pierre fixe me dérangeais. Inspirant profondément, je me concentrais sur ce qui m’entourait. J’écoutais les oiseaux, le vent dans les branches, ma propre respiration, je vidais mon esprit de toute pensée. Après plusieurs secondes je commençais à ressentir une sensation étrange en moi, comme une force. J’envoyais cette force vers l’extérieur et me concentrais sur l’image de la pierre se soulevant. Je repassais cette vision plusieurs fois dans mon esprit, calculant son chemin, sa position. Tout à coup je sentis un changement. J’ouvris lentement les yeux, et à ma grande surprise la pierre se trouvait en lévitation bien plus haut que je ne l’avais imaginé. Kinsa me regardais, un sourire en coin presque imperceptible. Heureuse de ma réussite, j’essayais de la déplacer, avec succès.


    Je m’attaquais ensuite à une plus grosse que je réussis également à manipuler. Par la suite j’en tentais plusieurs, parfois avec quelques difficultés, mais au final je réussis à manipuler plusieurs pierres à la fois et à les faire bouger. J’étais fière de moi. J’avais réussis cette étape.

    vendredi 13 janvier 2017 - 22:12 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    10857 Crédits Modo

    Ellyne - Entraînement n°1 : Télékinésie

    J'étais ravie : Ellyne allait enfin commencer son entraînement de Jedi ! Après un temps d'adaptation – et je la comprenais, ne pensez pas autre chose ! - elle avait décidé de débuter par la télékinésie, puisque c'était cela qu'elle avait découvert en premier.

    Je lui avais donné rendez-vous aux aurores dans la salle d'entraînement : c'est toujours mieux de s'entraîner quand l'Académie est calme avec les trois quarts de ses pensionnaires qui dorment encore comme des loirs. J'ai toujours été lève-tôt et mon corps a besoin de très peu d'heures de sommeil pour se reposer ; j'ignore si c'est un trait spécifique aux Twi'lek ou si c'est mon corps en particulier qui s'est habituée à ce rythme de vie. J'ai aussi le sommeil léger et ai tendance à me réveiller au moindre bruit, ce qui est très pratique en mission.

    Je n'ai que cinq minutes à attendre avant qu'Ellyne pointe le bout de ses montrals, très enthousiaste. Je lui propose de nous rendre dans les jardins car leur fraîcheur à l'aube est revigorante. J'avais apporté quelques pierres de forme et de taille différente, tout en me remémorant l'exercice que m'avais fait faire Pad lorsque j'étais encore padawan. Époque heureuse et insouciante !

    Je m’assois en tailleur en face de ma padawan et l'observe faire. Pendant de longues minutes, rien ne se passe. Je lui aurais bien proposé une méditation pour ouvrir son esprit à la Force mais puisque la plupart des padawans y arrivent sans peine...

    Moi : Tu veux recommencer ?
    Ellyne : Oui, je n'étais pas assez concentrée.

    Elle retente le coup avec la même pierre. Peu à peu, je la vois se crisper sous l'effort et j'interviens :

    Moi : Surtout n'oublie pas, l'effort n'est pas physique, mais mental. Tu dois ouvrir ton esprit à la Force, la laisser te traverser, sinon tu n'arriveras à rien. Réessaye, rien n'est facile.

    Cette fois, elle m'écoute et des résultats sont perceptibles. Une fois le déclic fait, elle arrive à réitérer l'action sur d'autres pierres. Je repense à ce que me disais souvent Ceno : "C'est le premier pas qui est le plus dur. Les autres coulent de source.". Il avait raison.

    Moi : Bien !

    Ellyne me regarde avec un brin d'inquiétude.

    Moi : Ce sera tout pour aujourd'hui, tu as bien travaillé.

    Ellyne : Bon post, tu as réussi à bien retranscrire le cheminement de ton personnage, même si j'aurais aimé que tu développes un peu plus le lien avec la Force


    Fieal - Entraînement n°3 : Empathie


    Le lendemain matin, j'apprends par CJ-PO que le padawan Fieal Rost s'est remis à l'entraînement. Il n'a pas perdu de temps ! À peine le droïde de protocole m'a t-il indiqué la direction dans laquelle le Nautolan est parti que je fonce à sa suite. Une fois arrivée sur place, j'active le camouflage optique de mon armure (ce petit joujou est bien utile, surtout que je ne sais pas du tout maîtriser l'Invisibilité de Force) et observe le padawan. Il médite, c'est bien. Et finalement, il arrive à entrer en contact avec un squall, enfin j'en ai bien l'impression.

    Cette petite boule de poils est absolument adorable, aussi je ne suis pas surprise de voir Fieal le ramener à l'Académie et le chouchouter, puis le relâcher dans la forêt de nouveau. Même si je l'ai suivi tout ce temps-là, j'ai annulé le camouflage optique dans l'enceinte de l'Académie et me suis dissimulée par des moyens plus...conventionnels, puis l'ai réactivé sur le chemin.

    Alors qu'il prend le chemin du retour, j'apparaît soudainement devant lui et il sursaute :

    Fieal : Maître Talik ?
    Moi (avec un sourire amusé) : Quelle est donc cette manie des padawans de m'appeler "maître" alors que je suis seulement chevalier ?
    Fieal : Euh, désolé...
    Moi : Ne t'excuse pas, je faisais pareil à une époque. Revenons plutôt à ton entraînement.
    Fieal : Vous m'avez espionné ?
    Moi : Espionné, quel vilain mot ! Disons que je me faisais discrète pour ne pas te perturber.
    Fieal : Mais...comment ?
    Moi : Ne sous-estime jamais les armures des Mandaloriens, Fieal. Elles ont des fonctionnalités autres que protéger (j'ai un petit rire en voyant son expression stupéfaite). Alors, qu'as-tu ressenti en entrant en contact avec ce squall ?

    Il m'explique et je dois dire que je suis moyennement satisfaite. Entrer en contact avec un squall est à la portée de n'importe quel aspirant un tant soit peu capable et comme j'ai confiance en Fieal, je décide de lui donner un but un peu plus difficile à atteindre.

    Moi : Tu as réussi la première étape. Par contre, pratiquer l'empathie sur un être plus complexe est bien plus difficile et plus utile aussi... Que dirais-tu d'essayer de ressentir mes émotions ? Je ne garantis pas le succès, et tu n'as pas intérêt à fouiller trop loin, mais...ce serait intéressant.

    Fieal : Le post n'est pas mauvais en lui-même, c'est le vrai procédé empathique (de "je me concentrai" à "je ressentis un fort pincement au coeur") qui est très réduit par rapport au reste du post qui n'est en somme toute que du remplissage. De plus, tu n'as presque pas mentionné la Force lorsque tu es entré en contact avec le squall, ce qui est rédhibitoire. Je ne valide pas en l'état, j'attends plus d'approfondissement pour la "seconde tentative"

    Ce message a été modifié par Kinsa-Talik le dimanche 15 janvier 2017 - 18:25

    dimanche 15 janvier 2017 - 12:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar Aynor

    Aynor

    9450 Crédits

    Zokuron – Entraînement N°3 : Télékinésie

    Un exercice très plaisant à lire. L'apprentissage y est justement retranscrit comme un processus itératif (essais/erreurs) sans que cela paraisse rébarbatif.  Même si on nous montre parfois des exemples d'auto-apprentissage fulgurants (Non non, je ne pense pas du tout à l'épisode 7 … ), j'aime à penser que devenir un Jedi ça demande du temps et des efforts. Je retrouve ça dans ce que tu écris ici.
    Et plus qu'un simple exercice on assiste à un morceau de vie de ce personnage qui est en train de devenir un Jedi.

    Exercice validé avec mention très bien (ce qui te donne seulement le droit à l'éloge ci-dessus:p)

    Zadyssa – Entraînement N°12 : Art du mouvement.

    Voilà un domaine où tu sembles plus à l'aise. Quelques remarques tout de même :

    - Zadyssa anticipe via le sens du danger les obstacles. Mais comment distingue t-elle précisément la nature des fils de nylon ?
    - Tu écris « Si c'était un entraînement à l'Art du Mouvement, autant ne pas me ménager. » Effectivement c'est un entraînement et dans ce cadre on peut se permettre d'y investir toute son énergie. En situation réelle on s'imagine plutôt qu'un Jedi aura le plus souvent intérêt à s'économiser. L'Art du Mouvement c'est la science, si j'ose dire, du déplacement efficace. La rapidité (et non pas la précipitation) peut être une des composantes de cette efficacité. La dextérité et l'analyse du terrain en sont d'autres.

    Ton entraînement est quoi qu'il en soit agréable à lire et bien réalisé, je valide !

    Kinsa – Art du Mouvement.

    Tu fais appel à tes souvenir et ton expérience, tu te remets en question (rapport à l'utilisation de ton armure notamment ^^). Cela offre une belle expérience de lecture. Le parcours dans sa conception est presque une formalité pour toi. Tu es Chevalier Jedi, cela ne surprend pas (dommage?!). L'exercice est bien accomplit, aucun souci pour te le valider =)

    Ilan – Entraînement N°5 : Désactivation de droïde.

    Attention à la conjugaison et à certaines tournures de phrase.
    Exemple : « Je me concentrais pour pouvoir percevoir l'intérieur de ses circuits. Je réussi malgré tout à y parvenir. »

    L'emploi de « malgré tout » laisse penser que Ilan a rencontré des difficultés. Mais elles ne sont pas évoquées. C'est dommage. Il s'agit pour toi de décrire l'apprentissage de ton personnage, et pour moi de le juger, il est donc important de bien présenter les difficultés qui se présentent à Ilan.
    Tu nous dis que c'est un exercice qui te correspond alors je suis certain que tu sauras mettre en ordre tes idées pour le second essai. ;)

    FiealRost – Entraînement N°3 : Empathie de Force.
    Kinsa, en tant que Chevalier Jedi, a donné son avis et je partage avec elle l'avis sur l'opportunité de recommencer l'exercice afin de l'étoffer un peu.


    Entendons nous bien, ton post était sympathique et on devine que tu as compris la notion d'empathie, qui est une notion bien réelle dans notre monde. En revanche on aimerait ressentir un peu plus à travers tes mots cette perception des émotions ainsi que l'intervention de la Force dans ce processus.

    A mon avis tu peux reprendre ton post et essayer de développer certains points.
    - Comment Fieal perçoit-il l'inquiétude du squall ?
    - Fieal se concentre longuement. Que ressent-il, éventuellement que voit-il, durant ce laps de temps ?


    Ellyne - Entraînement N°1 : Télékinésie.

    Pour un premier entraînement ce n'est pas mal. Je rejoint Kinsa, il aurait fallu développer davantage sur le lien de ton personnage avec la Force. A mon avis il aurait surtout été préférable de commencer par les trois exercices primaires du Sens de la Force. Que l'on peut tout à fait envisager de regrouper en un seul exercice, s'il est bien fait.


    Comme il s'agit de ton premier exercice, je te valide le pouvoir. 

    Allez hop, on travaille son sens de la Force !

    Ce message a été modifié par Aynor le dimanche 15 janvier 2017 - 19:05

    dimanche 15 janvier 2017 - 18:42 Modification Admin Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Evénements

D23 2019

23 août 2019 - 25 août 2019

Ciné Concert Star Wars : Le Retour du Jedi

11 sept. 2019 - 14 sept. 2019

Comic Con Antwerp 2019

14 sept. 2019 - 15 sept. 2019

Japaniort 2019

28 sept. 2019 - 29 sept. 2019

Triple Force Friday

04 oct. 2019

Paris Manga et Sci-Fi Show 28ème édition

05 oct. 2019 - 06 oct. 2019

Star Wars IX

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2019 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide