Cantina de Bestine V.7 (page 8)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    24107 Crédits

    La Corellienne bâilla outrageusement et regarda l’heure qui défilait sur son comlink.
    Il n’y avait pas de retard, pas pour le moment.
    Elle fit un signe de la main à Jeannette et son regard le plus avenant. Elle hocha la tête et lui ramena une nouvelle bouteille de Brandy qu’elle eut la délicatesse d’ouvrir. Elle remplit le verre de Solo et lança une œillade interrogatrice au second, vide.

    Ange, avalant le contenu cul sec : Je m’en charge. Ne t’en fais pas.
    Jeannette, avec un clin d’œil : Je t’en prie, Ange.

    Il y avait toujours autant de monde, toujours.
    Le contraire eut été étonnant, d’ailleurs.
    Elle observait un Jawa et un Neimoidien en train de jouer aux fléchettes. Dès que l’un d’entre eux ratait la tête du Gungan placardée contre l’un des murs, ce dernier engloutissait un gigantesque verre d’une seule traite et retirait un vêtement. Rien d’inhabituel, en somme à l’exception du fait qu’on lui offrait peut-être la possibilité de savoir ce qu’abritait une bure de Jawa…

    Une voix : A l’heure !
    Ange, tournant son attention vers le nouveau venu : J’ai failli attendre. (Elle marqua une pause.) Tu peux t’asseoir.

    Il s’exécuta.

    Ange, en servant le deuxième verre : Bois. Tu vas en avoir besoin.

    Son novice la dévisagea et, méfiant, tourna insidieusement la tête à droite puis à gauche.

    Ange, fronçant les sourcils : Il n’y a pas de piège.
    Cole : Je n’ai pas insinué ça… disons que…
    Ange, se penchant un peu plus sur la table : que… ?
    Cole, coupant court à la conversation en avalant le verre : Rien.

    Elle sourit et se détendit, s’affalant un peu plus sur sa chaise.

    Ange, devenant sérieuse : Ecoute, j’ai bien réfléchi. Je dois bien avouer que lorsque j’ai accepté ta formation, je n’étais pas franchement emballée… Ton délire des Irrécupérables… sans parler de ton odeur… Je ne parle même pas du demi-fiasco sur Corellia… Bref… M’occuper de ma fille, de la Guilde et de ta Tronche cornue n’a pas été de tout repos mais… en dépit de tout cela, t’as quand même su montrer que malgré ta propension à trop anticiper ou, devrais-je dire, à faire mouliner ta cervelle dans le vide au lieu d’attendre qu’on te donne les clefs qu’on t’a promis qu’on te donnerait, tu as prouvé que tu appartenais à cette famille…

    Il eut à ce moment-là des cris.
    Solo tourna la tête et afficha une mine de déception.
    Le Jawa n’avait pas gagné mais des « A poils, Chantal ! » étaient repris à tue-tête dans la Cantina tandis que son adversaire essayait de gagner du temps afin d’éviter l’inévitable.

    Ange, reportant son attention sur son novice : Et que malgré les…

    De nouveaux hurlements festifs.

    Une voix : SOLOOOOOOOOO ! Ta bénédiction !

    Elle lâcha un soupir sonore. Elle se leva, monta sur la table, attrapa le reste de la bouteille de Brandy et la vida sans autre forme de procès. Une fois finie, elle balança le cadavre sur le sol. Il eut alors des acclamations et le Neimoidien envoya valdinguer par-delà le comptoir le dernier de ses sous-vêtements sous un tonnerre d’applaudissements.

    Ange, comme si de rien n'était : ... et que malgré les conflits d’intérêts que tu as pu rencontrer depuis que tu es rentré à la Guilde, tu as su montrer où allait ta loyauté. On est des criminels. Mais on a des principes, des principes qui font ce que nous sommes. Des valeurs, en somme, sans quoi, on n’a pas de contrat. (Elle lui adressa un sourire.) Tout ça pour te dire que je suis fière de toi.

    Elle posa sa main sur son épaule et monta une nouvelle fois sur la table en compagnie de son verre encore plein qu’elle tenait dans son autre main.

    Ange, en hurlant : Cole vient de passer Expérimenté !

    Cris, des applaudissements, des verres cassés.

    Ange, à pleins poumons : TOURNEE GENERALE !

    Cris, des applaudissements, des verres cassés.
    Et des décibels plus marquées.

    Cole, ouvrant la bouche et ne sachant trop quoi répondre : Vous…
    Ange, jetant son verre vide par terre : Raaaaaah ! Et cesse de me vouvoyer à la fin ! J’ai l’impression d’être ta mère ! Bois ! Et je t’interdis de quitter cette Cantina sans coma éthylique ou gueule de bois !


    jeudi 18 mai 2017 - 17:20 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2024 Crédits

       Cole ne savait comment réagir. Il était sincèrement touché d'une telle attention pour célébrer son passage de rang. Mais trop de gens, trop de bruit et une promiscuité qui le mettait mal à l'aise.

       Et il ressentait déjà les effets de l'alcool qui se  disputait dans son estomac avec son cocktail de jouvence.  Et Cole craignait que la bataille navale ne se change en raz-de-marée. Gueule de bois et coma éthylique ?
    Pas question !

       _ Merci Ange mais je m'arrêterai là....
       Le Leader lui fit les gros yeux :
       _ On a préparé cette fête exprès pour toi, alors tu vas me faire le plaisir de boire !
       _ Je ne veux pas être malade !
       Les yeux de la Corellienne passèrent au rouge. Elle se baissa et depuis la table, saisit Cole Pr'Col par le col coloré puant l'alcool et le percolateur colmaté. La crevette d'un mètre soixante cinq souleva le Gotal d'un mètre quatre vingt huit à son niveau (elle avait piqué les implants de Céno ou quoi ? Pourvu qu'il ne vienne pas les réclamer ! Les Guildeurs ne seraient plus ivres morts, mais morts tout court !) et lui plaqua son DL-44 sous le menton.

       _ Cette cantina possède tous les poisons possibles et imaginables de cette galaxie ! Alors nomme-le, n'importe lequel  et bois avec nous !
       Le nouvel explorateur, paniqué, cria la première chose qui lui passa par la tête.
       _ N'importe lequel ! Euh pardon ! Un jus de carotte !

       Ange lâcha Cole, un sourire machiavélique aux lèvres et héla :
       _ Carla ? Un client pour toi !
       _ Oouuuiiii ???
       Et la très accorte danseuse exotique venue spécialement du Nova de Corellia apparut avec un grand sourire et ses yeux naïfs émerveillés par tout et tout le monde.  Avec un costume de lapin sexy, avec pompon en bas du dos, serre-tête oreilles de lapins et ... un autre diadème imitant des cornes de Gotal. De TRES grosses cornes...

        Le reste de la soirée est laissé à votre imagination dépravée et concupiscente, bande de fripons !

    vendredi 19 mai 2017 - 18:33 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Arehel

    Arehel

    622 Crédits

    La fête en l'honneur du passage de Cole de novice à expérimenté battait son plein mais cher lecteur, je vous propose de retourner quelque temps en arrière pour éclaircir un passage de l'histoire de la cantina qui reste dans l'ombre : que se passe-t-il après que le détonateur thermique ai explosé au milieu des cultistes Gamoréens et que les deux groupes de spéléologues amateurs se retrouvent ?

    Ange - Qui est la dingue qui a cru bon de nous balancer un détonateur thermique dessus ?!

    Evaan - Techniquement c'est le gotal, moi je me suis conten...

    Ange - J'ai vu qui avais le détonateur dans la main, ne fais pas la maligne ! Explosa-t-elle.

    C'est ce moment que choisit une petite forme humanoïde pour dépasser le groupe en courant.

    Mara - Mais où vas-tu ?

    Sam - A la poursuite du lapin blanc !

    Le groupe d'adultes se mit donc en course pour rattraper la gamine et du même coup, le lepi ou lapin, enfin on ne sait plus vraiment. Ange dépassa rapidement la contrebandière et lui fit un magnifique croche-patte qu'elle ne put éviter et se retrouva par terre.

    Ange - C'est pour le détonateur ! Si tu nous rattrapes pas avant qu'on récupère Sam tu nettoieras le bar de la Cantina avec un de tes débardeurs blancs fétiches !

    La chandrilienne boostée par le risque de devoir sacrifier un de ses précieux débardeurs pique un sprint et réussit à atteindre le groupe au moment où l'enfant s'arrête devant une intersection.

    Sam - Oh non ! On l'a perdu !

    Cole - Je peux t'assurer par mes cornes qu'il est parti par la gauche.

    Mara - Dans un labyrinthe on doit tout le temps aller à droite. 

    Ange - C'est débile comme raisonnement !

    Mara - C'est Evie qui m'a expliqué ça ! S'empressa t-elle d'ajouter.

    Evann - Heum, bon ! On y va ou on attend que le lepi disparaisse vraiment ?

    Après un moment de course, Mara décide de poser la seule question qu'il faut poser dans ce genre de cas : pourquoi on le course ce lepi en fait ?

    Sam et Evann à l'unisson - Parce que !

    Après une dizaine de minutes de course dans un dédale de couloirs et d'intersections, le groupe mené par les compétences de traqueur du gotal arrive dans une pièce remplie de meubles et de caisses, possédant une porte fermée avec une grosse serrure rouillée. Après un bref balayage visuel de la pièce le petit groupe décide de fouiller dans les caisses et autres meubles à la recherche de la clé. Après un petit moment un grincement se fait entendre.

    Tyria - Sans vouloir être méchante, c'était ouvert, il fallait juste tourner la poignée.

    Ange - Mais qui m'a filé une équipe de branque pareille...

    Evann - Je tiens à signaler que tu cher...

    Cole - Elle voulait dire que tu avais raison, Meilleure Leader.

    Le groupe passe donc la porte et aperçoit le pompon blanc du lepi - lapin, sortir par une trappe au-dessus d'eux. Ange n'eut même pas à donner le moindre ordre pour qu'Evaan et Cole se mettent à quatre pattes et Mara leur grimpe dessus pour faire la courte échelle à leur cheffe. Après un bref instant tout le monde se retrouve à l'étage du dessus et voit le l'animal filer à vive allure. Ange est attirée par une bâche noire contre une des parois et la soulève pour laisser apparaître un speeder. Tout le monde saute à l'intérieur tant bien que mal et Ange démarre l'engin qui... ne démarre pas.

    Evann - Au bruit c'est les répulseurs antigravité. Deux secondes je m'occupe de ça !

    La contrebandière saute au bas du speeder et s'engouffre sous l'engin. Après quelques étincelles douteuses et la vision pour le reste de l'équipage du vol de certaines pièces qui semblent pourtant essentielles à des propulseurs antigravité, l'engin démarre en trombe ne laissant pas le temps à la mécanicienne de fortune de sauter sur le speeder.

    Mara - C'est pas sympa de l'avoir laissé sur place !

    Ange - J'ai rien fait ! Il a démarré tout seul. J'arrive pas à l'arrêter !

    Le comlink de l'espionne reçoit une transmission. C'est la voix de d'Evann qui en sort : J'ai pratiqué ce que l'on appelle un "pontage d'Antilles" ça donne un puissant coup de boost au véhicule par contre impossible de le faire ralentir ou s'arrêter pendant quelques minutes après l'opération parce que j'avais pas le temps de tout rebrancher correctement si on veut pouvoir attraper ce lepi ! Je vous rejoins quand je peux.

    Ce message a été modifié par Arehel le mardi 02 janvier 2018 - 23:27

    mardi 02 janvier 2018 - 23:24 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    24107 Crédits

    Et ce fut ainsi, très chers et potentiels lecteurs, que la question de la vraisemblance de toute cette histoire vous frappa soudainement à l’esprit ! En effet, en voyant ce speeder foncer à toute allure dans les tréfonds de la Cantina dont la taille était proportionnelle au nombre de conquêtes du Leader de la Guilde, une seule et unique question s’imposait – s’il était toutefois possible de faire fi de la pertinence de la comparaison précédente ou, tout du moins, de la motivation intrinsèque qui animait son auteur – c’est-à-dire moi-même – à nous préciser un fait aussi évident que la galaxie – unanimement – ou à l’unisson – avec acclamations, cris et clameurs – lui décernerait le titre de pléonasme le plus évident que la galaxie n’ait jamais connu.

    Pourquoi, ô grand pourquoi, n’y avait-il qu’une Réserve de la Réserve ?!
    Tant d’espaces gâchés pour si peu de fûts !
    O Rage, ô désespoir !

    Malgré cette interrogation métaphysique et essentielle qui nous intéressait bien plus que l’ensemble de cette aventure secondaire et banale – il fallait bien se l’avouer ! –, il était essentiel de mettre un terme aux divagations de cette équipe de bras cassés – au sens figuré, précisons-le si certains n’avaient pas suivi ou loupé un épisode ayant pour cause un cas de force majeur visant à assouvir un besoin tout aussi vital que nécessaire dont nous aurons toutefois la pudeur – contrairement à une certaine Corellienne – de passer sous silence – afin de nous consacrer à une activité plus lucrative, essentielle et plaisante.

    Bref.
    Continuons.

    Avec une habilité aussi légendaire que son nom, Solo s’efforçait de suivre l’ami à quatre pattes de Sam à la vitesse de l’éclair.

    Evaan : La vache nabienne ! Ça court sacrément vite cette bestiole ! Qui aurait cru qu’un truc aussi petit pouvait être aussi vif !
    Tyria, avec un sourire qui en disait long : Ne jamais sous-estimer un truc petit et agile ! C’est ce que dirait Ange ! HEIN ? ANGE ?!

    Pour toute réponse, la Corellienne enchaîna avec un violent virage à droite qui n’eut pour seul résultat que de mélanger bras, corps et jambes de l’ensemble des passagers à l’exception de sa personne.

    Cole : Mara, si tu avais la gentillesse de bien vouloir ôter ton pied de ma figure.
    Mara, en s’extirpant du mieux qu’elle pouvait : Désolée. Evy, tu peux enlever ta main ?
    Evaan : C’est pas la mienne.
    Tyria : Ni la mienne.
    Cole : Ni la mienne.
    Sam : Ni la mienne.
    Ange : Ni la mienne.

    Un frisson désagréable parcourut l’ensemble de l’assemblée.

    Mara : Je commence un peu à flipper là.
    Tyria, haussant les épaules : Plus que cette idée de savoir que nous sommes dans un speeder allant vers nulle part – encore qu’il s’agisse tout de même d’un endroit, même si celui-ci est nul – sans moyen de pouvoir s’arrêter et avec Solo aux commandes ? (Elle fit une pause.) Remarque, ça pourrait être pire : si c’était moi qui tenais le manche à balai, par exemple. Ange, elle s’y connait en manches à balai. HEIN ?! ANGE ?!

    Nouveau virage à gauche.
    Nouvelle secousse.
    Nouveau bordel de bras, de jambes, de cornes, de bras.

    Ange, avec un sourire sadique : Prochaine remarque et vous serez TOUS de corvée pour les deux cents années à venir ! Vous réparerez le bordel que vous avez foutu dans MA Cantina !

    Mara ouvrit la bouche pour protester concernant la potentielle exactitude temporelle de cette menace que Cole lui donna un puissant coup de coude dans l’estomac.

    Cole : Oui, Best Leader Ever !
    Ange, avec un sourire satisfait : Y en a au moins un moins stupide que les autres !
    Evaan, à voix basse : Fayot…
    Tyria, après un instant de réflexion : Et ça inclut les sévices corporels ?
    Ange : Tu veux vraiment que je réponde ?
    Tyria, en montant Ange du doigt : Je vous assure que niveau sévices corporels, elle s’y connait !
    Ange, dévoilant ses dents de nexu : N’en dis pas trop, tu pourrais leur gâcher la surprise.
    Sam, avec un regard interrogateur : Tata, c’est quoi des sévices corporels ?
    Ange, caressant les cheveux de la fillette : Demande à ta mère, ma puce.
    Tyria : ou à Tata Mara…
    Mara : ou à Tonton Cole…
    Cole : ou à Tata Evy…
    Evy : ou à… à… le lapin blanc ! Le lapin blanc doit savoir !

    La gamine hocha sérieusement la tête, convaincue par cette réponse ou la nécessité nécessaire d’arriver à saisir le possesseur de ce pompon blanc qui virevoltait sous leurs yeux.


    Ce message a été modifié par AngeSolo le mardi 20 mars 2018 - 22:23

    dimanche 18 mars 2018 - 17:56 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2024 Crédits

    Mara –Tu as raison Evy… Evy ???! Je croyais que tu n’avais pas pu monter avec nous et que tu nous rattraperais ? Comment as-tu fait ?
    Evaan – Ah !  Hum… Ben… J’ai crié « Scotty, téléportation ! » ?
    Tous la regardèrent, intrigués.

    Tyria, alarmée – Ange, regarde la route, regarde la route ! Freeeiiinnne !
    La Corellienne écrasa la pédale de frein, persuadée que ça ne servirait à rien.
    Bien sûr le speeder décida à ce moment de fonctionner au mieux de ses capacités.
    Les autres parvinrent par miracle à se retenir, mais Ange fut éjectée hors de son siège. Elle dépassa le panneau de sens interdit qui avait motivé l’exclamation de la Jedi et passa par-dessus la falaise qui suivait le virage à angle droit après le fatidique panneau. Elle se rattrapa de justesse d’une main au rebord rocheux, suspendue à 18795 mètres au-dessus du sol.
    Tyria – Quand il s’agit de s’envoyer en l’air, celle-là…
    Cole – Je crois que c’était le deuxième effet kiss cool…
    Sam – Elle n’a même pas dit au-revoir, snif !

    Tranquillement, tous descendirent du speeder, soulagés que l’infernale course se fut achevée.
    Sam – Tatie Mara, regarde sur ton siège, il y avait bien une main !
    En effet, une main, sans bras, aux doigts totalement écartés et un peu aplatis était écrasée sur la banquette arrière.
    Lentement, elle se redressa et s’épousseta suscitant les cris effrayés de l’assistance.
    Cole – Je… Je crois qu’elle s’est trompée de film…
    La main lui répondit par un geste obscène.

    Ange – Dites, ça vous embêterai de me donner un coup de main ?
    Mais personne ne fit attention à elle. Surtout pas la susnommée.
    Un portail scintilla juste au-dessus d’elle au bord de la falaise et un Ceno en sortit. Un Ceno sans casque, avec des tifs en brosse et des lunettes de soleil.
    Ceno, tendant la main Viens avec moi si tu veux vivre.
    Ange, irritée - Je n’ai pas besoin de toi boîte de conserve.
    Et aiguillonnée par sa fierté, avec l’aide de sa volonté d’acier et d’un peu de Force, elle se rétablit sur la falaise. Le cyborg s’éloigna et sortit d’on ne savait où un énorme blaster.
    Ceno – Hasta la vista, baby !
    Décochant une ruade à émasculer un rancor, la Corellienne le projeta à nouveau dans le portail.
    Ange – Je t’ai dit de me f* la paix !
    Ceno, disparaissant et le portail avec lui I’ll be back !

    Mara, gênée Mais alors, c’est toi qui m’a touché les fesses !
    La main fit un geste de dénégation avant de désigner… Evaan.
    Mara, en colère Evy…. !
    Mais à ce moment une seconde Evaan arriva près de leur groupe… juchée sur un balai…
    Evaan n°2 – Ah vous êtes là ! Super je croyais vous avoir perdus ! Heureusement que j’avais ça –elle tapota le manche du balai rouge. Je l’ai fauché à un petit binoclard qui se battait avec un Trandoshan bizarre. Ils avaient de super blasters ! On aurait dit des baguettes !
    « C’est qui, moi ? Je veux dire, elle ? »
    Evaan n°1 – Zut, je suis repéré. Je veux reprendre ma vraie forme, je veux reprendre ma vraie forme !
    Les contours de la fausse Evaan se brouillèrent pour laisser la place à un adolescent chétif aux  oreilles pointues et aux cheveux dressés comme une flamme.
    Changelin, à Mara - Je faisais juste des études anatomiques pour améliorer mes compétences de transformation… Bon sur ce, je crois que je vais aller retrouver Amanite, Petit Panda et Pipistrelle…
    Mais la main ne l’entendait pas de cette oreille, et bon pied, bon œil, elle se saisit d’un bâton au bord de la route et s’en alla bastonner Changelin.

    Sam – Oh la main est partie,
    Cole - Elle a pris ses jambes à son cou...
    Sam - j’aurai bien voulu jouer avec elle.
    Tyria – Je suis sûr que Tata Ange aussi aurait bien voulu jouer avec elle, hein Ange ?
    La Corelliene qui revenait vers le groupe l’incinéra du regard avant de déclarer :
    Ange -  Cinq tampons sur la carte de fidélité.
    Tyria – Bon, bon ça va ! De toute façon, jeux de mains, jeux de vilains.
    Ange, songeuse Tu ne crois pas si bien dire…
    Evaan -
    Jeux de nains ?
    "Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On reprend le speeder ?"
    Cole, sur un ton concentré, mystérieux Mes cornes… Mes cornes m’indiquent que le lapin est parti par cette grotte !
    Il y avait en effet une caverne s’enfonçant dans la montagne non loin d’eux. Des inscriptions étaient gravées au-dessus du linteau.

    Mara, déchiffrant « Vous qui entrez ici, perdez tout espoir »
    Evaan – Super, qu’est-ce qu’on attend ?
    Cole –
    Tu as réussi à lire ça ?
    Mara – Oui, c’est du klingon.
    Cole – Du quoi ?
    Mara –
    Du klingon. La langue imaginaire la plus parlée de la galaxie, tu ne savais pas ?
    Et elle laissa sur place le Gotal quelque peu dubitatif…
    Cole, au bout d’un moment Mais en fait, c’est QUOI un klingon ?

    Il rattrapa le groupe qui évoluait dans une immense caverne et s’apprêtait à descendre un escalier étroit taillé à même la roche, contre la paroi. Une sinistre leur jaune soufre émanait des profondeurs.
    Tyria – Dante ! Ce n’est vraiment pas très accueillant ! En tout cas ce n’est pas très bien gardé.
    Ange – Oui, ça manque de Virgile…

    Arrivé à un palier, Evaan avisa une sculpture à demi-dissimulée dans une niche creusée dans le flanc de la montagne.
    Evaan – Oh ça a l’air ancien ! Y’a plein de pierres précieuses dessus.
    Ange – Pur produit Céréen, - 300 BBY, je dirais !
    Evaan – Ca doit valoir une fortune ! On l’emporte ?
    Mara – Je ne crois pas que ce soit une bonne idée, Evy…
    Comme pour appuyer cette déclaration, une voix sépulcrale, venue des profondeurs, déclara, impérative :
    ? - Sa place est dans un musée !

    Après un bon quart d’heure de descente, ils arrivèrent enfin au bas des marches, sur les rives d’un fleuve duquel émanait des vapeurs nauséabondes. La cavernes était éclairée de lueurs tremblotantes passant d’un vert malsain à un jaune maladif.
    Une grande barque, au rebord haut d’à peine quelques centimètres semblait les attendre. Une silhouette encapuchonnée agrippait une faux d’une main squelettique et tendit l’autre vers eux.
    Charon- Une obole pour passer le Styx…
    Tyria – Vous prenez les crédits républicains ?
    Charon – Non…
    Tyria – Alors dégage !
    Et la Jedi (?) décocha un coup de pied à la silhouette qui tomba dans le fleuve.
    Mara – Tyria, enfin !
    Tyria – Du calme ! Il a pied. Et même plus besoin de jouer à « ce ne sont pas ces oboles là que vous recherchez » .
    Ange – Cole ! A la manœuvre.

    Le Gotal soupira, se saisit d’une grande perche et éloigna la barge du rivage. Avisant, inquiet, les profondeurs du fleuve, il déclara :
    Cole – Je crois qu’il nous faudrait un plus gros bateau…

    Vingt minutes plus tard, ils abordèrent l’autre rive. Peu à peu le paysage rocheux se fit plus organique, les murs et les parois se couvrirent d’une matière spongieuse et gluante…
    Tyria – On dirait la chambre d’Ange après une org… soirée particulièrement animée.
    Ange, soupirant Trois points…
    Apparurent alors d’étrange bulbes sortant -ou déposés ?- sur le sol. Ca ressemblait un peu à des choux fleurs ou…

    Cole s’approcha et se pencha au-dessus d’un des œufs à moitié ouverts… Et quelque chose lui sauta au visage.
    Cole, s’agitant en tout sens - Aaaah ! Elle va me pondre un oeuf dans le corps, elle va me pondre un œuf dans le corps !
    Mara – Ca, ça m’étonnerait…
    Et elle décrocha l’adorable boule de poils du visage du Gotal pour la déposer dans les mains de Sam toute contente. Cole était tellement embarrassé que sa peau d’onyx vira au carmin.

    La créature dans les mains de la petite fille se mit aussitôt à fredonner
     ? - Toooodooo DoudouDou Dooooo…
    Evaan – Ah ! Je sais ce que c’est ! Alors, il faut l’exposer à la lumière, lui faire prendre un bain tous les jours et surtout, surtout, toujours lui donner à manger après minuit… !
    Ange – Sam ! N’écoute jamais cette imbécile.
    Evaan – Méééheuuu ! Je ne parlerai qu’en présence de mon avocat !!
    Tyria – Eh bien, ça nous fera des vacances.

    Cole - Le lapin ! Il est droit devant !
    Ils se mirent à courir jusqu’à aborder une immense caverne (oui, encore!).
    Sam – Maintenant, le lapin blanc, il est tout vert…
    Mara – Et il a piqué une crise de croissance, on dirait !  

    En effet, le lapin, comme tout géant de quinze mètres qui se respecte, était passé au vert et s’amusait à détruire une ville souterraine, faisant s’écrouler les immeubles, rugissant tous les trois pas, terrorisant les habitants (appartenant à une race inconnue…). Il ne manquait qu’une Ange affublée d’un costume de lapine pour achever le cauchemar….

    Cole – Il faut que quelqu’un aille lui parler !
    Cinq paires d’yeux lui retournèrent son regard avec une expression éloquente…

    Exaspéré, Cole s’avança vers le rongeur dopé aux hormones de croissance.
    Cole - Noble représentant de ton espèce réputée, nous souhaitons te parler au nom de la Guilde qui possède tous les droits d’exploitation de la présente Cantina !
    Le grandes-oreilles interrompit son carnage et abaissa son museau au niveau du Gotal :
    Lapin – Es-tu un dieu ?
    Cole – Bah euh… Non ?

    Le lapin se releva, une lueur bleue remonta sa colonne vertébrale du bout de sa queue jusqu’à la pointe de ses oreilles, il inspira bruyamment avant d’exhaler sur le groupe un nuage pestilentiel.

    Tous tentèrent tant bien que mal d’échapper aux vapeurs nauséabondes.
    Mara – Pouah ! C’est pire que quand Cole oublie son eau de toilette pendant une semaine !
    Cole – Mééheuu…
    Evaan – Cole ! Cole… La prochaine fois qu’on te demande si tu es un Dieu, tu réponds « Oui » !

    Ce message a été modifié par Cole_PrCol le mercredi 21 mars 2018 - 09:55

    mardi 20 mars 2018 - 16:10 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar xeniamnleo

    xeniamnleo

    2190 Crédits

    Des péripéties dans ses explorations, il en avait connu le Xeniam. Pourtant un coup de marteau comme celui-là l'avait assommé pour de bon : vingt années passées dans un trou de ver, perdu dans l'espace et presque enterré par la Guilde. Il était revenu d'entre les morts pour ainsi dire et quoi de mieux pour fêter ça que de pousser les portes, ou plutôt les corps d'ivrognes les bloquant, de la cantina de Bestine. Une soif de vingt ans ça pouvait pas s'éponger avec de l'eau. Alors l'explorateur se dirigea vers ce bar, ce foutu bar qui avait vu tellement de bagarres et de rires, patiné avec un mélange de sang et d'alcool et derrière lequel s'affairaient toujours des employés pleins de bonne volonté mais pas forcément prêts pour le déluge qu'engendrait toujours ce genre de réunion de malfrats. Surpris du peu de changements de la carte, Xeniam commanda un cotyg, plus par habitude que par réel désir de goûter à nouveau ce breuvage. Remerciant le Bith lui apportant son verre, il amorça un mouvement de recul, mais stoppa net lorsque son regard fût attiré par quelques lignes sur un petit panneau holographique presque caché sur le mur, derrière le bar : l'inventaire de la cantina... Celui-là même qu'il avait dressé plus de vingt ans auparavant lors de sa rencontre avec...


    Ange: Tiens, tiens, tiens mais qui voilà ? Alors on disparait et on laisse en plan la vaisselle ?


    Xeniam posa un regard abasourdi sur celle qui l'avait accueilli dans la Guilde, même si l'accueil se résumait souvent à de l'exploitation dans ce même bar. Elle n'avait pas changé, ni physiquement ni dans cette façon d'imposer à son interlocuteur un sentiment de respect mêlé de crainte. La patronne des lieux était bien là


    Ange: Tu croyais que j'allais oublier tire-aux-flancs ? C'était ça ton plan, disparaître pour me faire faux-bond ? Mais t'inquiète pas mon p'tit bonhomme, ton boulot t'attends toujours...


    Ni une ni deux, elle saisit Xeniam par le bras et l'entraina derrière le bar, puis poussa une porte de service pour se retrouver en cuisine. L'explorateur ne pouvait protester, encore sous le choc de cette improbable rencontre, choc qui s'amplifiait tandis qu’Ange agissait comme si son absence n'avait duré que quelques jours. Ils s'arrêtèrent devant un imposant évier rempli à ras bord d'assiettes et de verres crasseux, formant des tours immondes de plus d'un mètre et dont se dégageait l'odeur écoeurante propre à la nourriture moisie.


    Ange: Tu connais la musique.

    Xeniam: Mais je... Attends ***censuré*** je viens d'arriver et j'étais...

    Ange: Ouais je sais: le trou de ver, vingt ans, perdu, tout ça tout ça... Tu raconteras tes exploits aux minettes du bar après. D'ailleurs dépêche-toi si tu veux un dernier verre avant la fermeture...


    Sur ces mots, la Corellienne tourna les talons et disparut en refermant la porte derrière elle. Un discret clic trahit la manipulation du verrou et Xeniam comprit que, comme la cuisine, le sort de sa soirée était scellée. Il poussa un long soupir et prit une assiette où des bouts de panses de Reek avaient engendré un formidable écosystème de moisissures et de petits vermisseaux. 


    Xeniam: Xeniam, on est à la maison...

    Ce message a été modifié par xeniamnleo le samedi 16 mai 2020 - 00:12

    samedi 16 mai 2020 - 00:11 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Cole_PrCol

    Cole_PrCol

    2024 Crédits

    La Cantina dans la Cantina

       Face au colossal rongeur vert de quinze mètres, la consternation dominait.

       Sam – Mais pourquoi est-il aussi méchant ?
       Tous les autres en choeur - Parce queee !

       Tyria, dégainant son blaster – On donne tout contre lui !
       Cole, l’imitant N’oubliez pas : ne croisez pas les effluves !
       Ange – Comment veux tu croiser des tirs de blaster, ‘bécile !
       Evaan – Je préfère croiser les doigts…

       Devant les volées de plama, le monstre recula, recula, avant d’exploser en une multitude de lapins de toutes les couleurs
       Mara - Oh la belle bleue !
       Sam – Mais où est passé le lapin blanc ?
       Comme pour répondre à sa question, et au ravissement de la petite fille, une boule de fourrure blanche atterrit dans ses bras.
    Cette fois, il s’agissait d’un rongeur ordinaire.

       Elle le calinna, le chouchouta…

    amour animal

          … Et s’approcha de sa mère :
       Sam – Dis maman, je peux le garder ?
       Tyria hésita…
       La petite fille prit un regard implorant avec des yeux que n’aurait pas rejeté un chat de cape et d’épée.
       Sam – Ss’il te plaaaîîît ??
    (Note du narrateur : oui cette histoire est pleine d’animaux anthropomorphiques de contes de fées : le lapin d’Alice, le Chat botté, Cole Pr’Col…
    Cole, grognon J’chuis pas un animal…)
       La Jedi se laissa fléchir et Sam sauta     de joie.

       Mara – Bon maintenant, il faudrait songer à sortir d’ici…
       Cole – Je crois que c’est par là…
       Evaan – Ce sont tes cornes qui te le disent ?
       Cole – Oh, non. C’est juste une intuition.
       Et il se dirigea vers la porte qu’indiquait un panneau de huit mètres de haut tout en néons clignotants, portant la mention « EXIT ».

       En poussant la porte, ils se retrouvèrent enfin dans la Cantina, la vraie. Jetant un regard en arrière, ils s’aperçurent que le panneau portait la mention « W.C. ». Plus que les déboires éthyliques, cela expliquait certaines disparitions inexpliquées des dernières décennies…
    En parlant de disparus…

       Ange – Tiens, tiens, mais qui voilà ? Installez-vous, je reviens tout de suite.
       Et elle se dirigea vers un jeune Guildeur qu’elle entraîna dans la partie réservée au personnel en le tirant par l’oreille.
       Tyria – Quoi ? Elle est déjà en manque ?
       Ange, la voix assourdie par la distance Tyria… ! Trois points !

       Tous s’installèrent, soulagés d’être enfin revenus à une certaine même si toute relative, normalité…
       Mara – Alors Sam, comment tu vas l’appeler ton gentil lapin ?
       La bestiole grignotait des rondelles orangées servant d’apéritif.
       Sam – Il aime les carottes… Ce sera Kaardounet !

       A ce moment, Ange, revint, débonnaire.
       Ange – C’est bon les gars ! Commandez ce que vous voulez ! Evaan, tu peux garder tes débardeurs ! Xeniam s’occupe de la vaisselle !… Et de la cuisine ! Et du ménage…

       Tous se détendirent enfin. La vie s’annonçait belle. Du moins pour quelques heures.
       Mais après quelques minutes, un groupe hétéroclite entra dans la Cantina.
       Ils annonçaient des problèmes.
       De gros problèmes.
       La pire bande de la Galaxie.
       Il ne leur manquait qu'un raton-laveur.
       Déjà, ils étaient entrés par la porte WC

       Ensuite le groupe était constitué d’une Corellienne, d’une Nabienne, d’une humaine de Chandilar, d’une Epicanthix, d’une petite fille et d’un Gotal…

    To be Continued… (Ou pas...)

    dimanche 17 mai 2020 - 14:07 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar Ordo

    Ordo

    18994 Crédits Modo

    Le Mandalorien voulait pénétrer dans l'endroit comme s'il avait s'agit de sa première fois mais son pas trahissait son appréhension.

    Cera - Hmmm ça sent pas bon ici.
    Cole - C'est pas moi.
    Ange - Tu sens les odeurs à travers ton casque ?
    Cera - Je peux activer une fonction febreze au besoin.

    Ce qu'il fit. Il hésita à avancer plus en avant dans la Cantina. Il regardait partout, il ne semblait pas tranquille.

    Cole - Qu'est-ce qu'il a ?
    Ange - Il cherche peut-être les toilettes.
    Cole - Vaudrait mieux ne pas y aller pour le moment.
    Cera - Je m'assure que Mimi n'est pas là.
    Cole - Pourquoi ça ?
    Cera - La dernière fois ses chiens-chiens m'ont pété les genoux.
    Ange - Ha oui, voilà la facture pour la reconstruction de la façade que tu as détruit.

    Il aurait voulu rétorquer
    "c'est une plaisanterie?" mais se contenta d'approcher de leur table et de prendre la note avec dédain.

    Cera - 1000 crédits ? Pour un bout de mur en torchis ?
    Ange - Confectionné à base d'une matière première dont la provenance reste secrète.
    Cera - ... J'aime mieux pas l'savoir.

    Il continuait à regarder dans tous les coins, pour voir si un Aven sauvage n'allait pas lui tomber sur le coin de la truffe, mais apparemment les toutous de Montesinos n'étaient pas présents. Avec une extrême précaution il s'engagea vers le bar et commanda un premier shot. Il s'apprêta à découvrir son visage en rétractant son casque, quand une main attrapa la sienne pour l'arrêter avant le drame.

    Ange - Hop hop hop ! Tu voudrais pas faire fuir la clientèle quand même ?
    Cera - Mais... C'est pas très sympa ça, et comment j'fais pour boire ?
    Ange - Chais pas, sois inventif un peu.
    Cera - . . .

    Il fut condamné à rétracter la moitié du casque, pour découvrir uniquement sa bouche, ce qui lui donna un air ridicule, faisant rire toute l'assemblée. De tous temps et dans n'importe quelles circonstances, il semblait que ce lieu maudit s'acharnait sur son sort. Il pleura intérieurement de ne pas pouvoir entrer dans la moindre cantina sans être systématiquement raillé ou montré du doigt. Il aurait voulu prouver aux Guildeurs qu'il avait plus en commun avec eux qu'avec la papauté Jedi, alors il se tourna vers un type qui le regardait de travers et, croyant bien faire, lui asséna une grosse droite par surprise, ce qui mit le mec au tapis. Dans sa tête, un Guildeur c'était comme un Mando, l'honneur en moins. Mais au vu de l'air menaçant que lui lança aussitôt Ange Solo, cela ne sentait pas très bon pour lui, encore une fois.

    Ange - Tu joues à quoi là ?
    Cera - Je... cherche juste à m'adapter aux us et coutumes de la Guilde...  (cherchant de l'aide auprès de Pr'Cole)  C'est pas comme ça qu'on fait ? Non ?


    Ce message a été modifié par Ordo le lundi 18 mai 2020 - 13:56

    lundi 18 mai 2020 - 13:51 Modification Admin Réaction Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    24107 Crédits

    Ange lui lança un regard incrédule que le commun des mortels aurait sans doute pu traduire par un « Toi, ça doit faire un sacré bail que tu n’as pas enlevé ton casque, hein ? » avant que le Gotal assis non-loin d’ici se rapprochât de tout ce beau monde – enfin, beau… ayant le mot juste, très chers lecteurs… belle aurait sans doute été plus adéquat dans la situation présente.

    Cole : Alors, techniquement, selon le Code de conduite des Guildeurs, article 38, alinéa 24, il faut attendre d'être insulté avant de cogner.
    Cera, qui chercha l’assentiment de la personne qui NORMALEMENT aurait été la plus à même de lui donner : Y a un Code de conduite des Guildeurs ?
    Ange, avalant un nouveau verre et faisant signe à Jeannette d’apporter une nouvelle bouteille de brandy : Me regarde pas comme ça, j’en sais fichtrement rien !
    Cole : Hmm... Oui... Même si apparemment, je suis le seul à me souvenir qu'il existe...

    Pour toute réponse, Solo maugréa un muet gnagnagnagna en imitant la posture du Gotal.
    Jeannette arriva, fut remerciée d’un sensuel clin d’œil par la patronne et Ange servit un nouveau verre à son invité.

    Cera : Tu veux vraiment que je continue à être ridicule ?
    Ange : C’est toi qui as choisi d’être ridicule à partir du moment où tu as préféré d’habiller chez WilliamSaur’1 plutôt que chez HarMan’Ni. Moi, dans mon illustrissime grande bonté, je te permets juste d’oublier ce désastre vestimentaire – et de profiter, soit-dit en passant.

    Le Mandalorien but un autre verre, puis un autre quand le menu morceau de peau visible commença à sensiblement changer de couleur et à devenir aussi avariée que le Gotal.

    Cole : Hé !
    Le narrateur : Chut ! C’est moi qui raconte l’histoire ! Bref, j’en étais où ? Ah oui…
    Cera, glissant le doigt dans le col de son armure : Dis-moi, Solo, y aurait pas un truc bizarre dans ce brandy…
    Ange, haussant les épaules : Qu’est-ce que t’insinues au juste ? Que je droguerai mon propre brandy ? T’es dingue !
    Cera : Je ne sais pas… Y a comme quelque chose de… pas très net… comme si…

    Il ne finit par sa phrase, vraisemblablement trop concentré à garder le contenu de son estomac intact.

    Ange, plissant les yeux, d’un air énigmatique : Hum… Je vois…

    Ce fut alors que les lumières s’éteignirent, que la Corellienne disparut pour réapparaître sous l’éclat du seul et unique projecteur qui s’était allumé. Assise, les jambes croisées, sur le comptoir, elle fumait une pipe d’épices, portait un deerstalker et tout aussi peu de vêtements que d’ordinaire à ceci près qu’ils étaient à carreaux.

    Angelock Holmes, sous un nuage de fumée de plus en plus dense : C’est un mystère qu’il me faut donc éclaircir… Coleson, viens par ici !

    Bien évidemment, le dénommé Coleson ne savait pas encore qu’il était le dénommé Coleson.
    Ange lâcha un soupir, claqua des doigts et le dénommé Coleson devint le dénommé Coleson.
    Celui-ci se leva et prit place à proximité de sa patronne, montre à gousset en main et casquette à deux trous au sommet du crâne.

    Angelock Holmes, visiblement satisfaite : Parfait ! Il ne manque plus que Mrs DiCapriSon. Mrs DiCapriSon, tu es attendue !

    Encore une fois, le manège se répéta à ceci près que le nouveau venu, bien qu’en cuisine jusqu’alors, n’avait pas perdu une miette de la conversation quand il débarqua dans son tablier aussi large que long qui s’apparentait plus à une robe qu’à autre chose.

    Mrs XeniamnleoDiCapriSon¸ en râlant, une éponge à la main : Pourquoi, c’est moi la logeuse ?!
    Angelock Holmes : Parce que tu étais en cuisine au moment du drame ! Là n’est pas le problème… Tu nous fais perdre le fil de l’histoire.
    Mrs XeniamnleoDiCapriSon¸ balançant son éponge à la foule en délire – enfin, c’est ce que j’imagine : Ouais… J’arrive… J’arrive…

    Et il prit place là où il était attendu.


    Angelock Holmes : Mon cher Coleson, rappelle-nous les faits, je te prie…
    ColeSon, se touchant son bouc-fourrure : Alors que l’ambiance battait son plein à la Cantina Bestine et que les joyeux lurons buvaient, riaient, se battaient, chantaient, dansaient, se canardaient, bâfraient, éructaient, pissaient, et j’en passe… et que le Mandalorien ici présent…

    Un nouveau spot s’illuminait pour éclairer le susnommé.

    ColeSon : … ingurgitait le contenu de son troisième verre, une teinte verdâtre colora subrepticement le bas de son visage…
    Angelock Holmes, applaudissement lourdement : C’est vrai mais ce mystère n’en est pas franchement hein…
    Mrs XeniamnleoDiCapriSon, goguenard : J’ai dû mal laver le verre, en fait…
    Angelock Holmes¸ lui souriant méchamment : Et qui est-ce qui va être enfermé une journée supplémentaire dans la cuisine…? 
    Mrs XeniamnleoDiCapriSon : Tu m’enfermes toujours dans la cuisine, Solo.
    Angelock Holmes, opinant du chef : C’est vrai.

    Elle tira sur sa pipe et recracha la fumée.

    Angelock Holmes, solennelle : Si je vous ai tous conviés ce soir, mes chers acolytes, c’est pour résoudre un mystère, une énigme, que dis-je, une insondable et obscure interrogation qui jusqu’alors est restée sans réponse… Y a-t-il vraiment un tatouage en forme de cœur sur la fesse droite de Cenovii ?! 
    Cera¸ qui se tenait le casque, désabusé : On ne peut pas passer à autre chose.
    Angelock Holmes, sautant de son perchoir : Bien sûr que non, enfin !
    Cera, se levant : Je vais vous laisser à vos petits délires de Guildeurs…

    Et alors… alors… les portes de la Cantina se scellèrent comme par enchantement.

    Cera : Qu’est-ce que c’est ce que bordel, encore ?
    ColeSon : Personne ne sortira tant que le mystère ne sera pas résolu, Patron ?
    Angelock Holmes, crachant une nouvelle salve de fumée : Elémentaire, mon cher ColeSon !

    Ce message a été modifié par AngeSolo le lundi 18 mai 2020 - 22:25

    lundi 18 mai 2020 - 17:45 Modification Admin Réaction Permalien



Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...

Discord

Discutons :)

263 fans connecté(s)

Evénements

Star Wars Celebration 2020

27 août 2020 - 30 août 2020

Celebration

Encyclopédie

PSW v8 - Mentions Légales - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2020 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide