Le Temple Jedi 6 (page 14)

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27084 Crédits

    Si Solo s’était abstenue de faire le moindre commentaire quant aux émotions contradictoires qui s’étaient dressées dans son esprit les unes en face des autres, terribles et victorieuses, telles deux colonnes rangées impeccablement avant de s’élancer corps et âmes sur le champ de bataille, elles s’immisçaient pourtant avec une telle force et une telle vigueur dans la moindre parcelle de son cerveau qu’il lui était désormais impossible d’ignorer les effets antinomiques de la présente situation.

    Son esprit, poussé par un étrange mécanisme de sauvegarde, s’était alors scindé en deux.

    Pendant qu’une partie d’elle défendait, à voix haute et avec véhémence, une position idéologique à laquelle elle croyait et pour laquelle s’était battue de longues années durant alors qu’elle était encore à la tête de la Guilde et qu’elle comptait abuser de son statut de magnat du syndicat du crime pour assainir les pratiques les plus dissolues et condamnables auxquelles se livraient un nombre toujours plus croissant de malfaiteurs, l’autre s’horrifiait de la tournure qu’étaient en train de prendre les événements.

    Il serait vraisemblablement faux d’affirmer qu’Ange doutait de ses capacités de tenir tête à un membre effectif de l’Ordre jedi, quand bien même elle se voyait déchue de cet appui de poids qu’était la Force, ou que la mort la plongeait dans un état cataleptique la rendant inapte à livrer un combat. Elle était terrifiée, terrifiée par l’identité de l’adversaire qui se tenait en face d’elle et qui l’avait contraint, bien malgré elle, à dégainer cette armée si particulière, cette arme qui signifiait à la fois le début et la fin. Le pommeau qu’elle tenait fermement dans sa main représentait tout ce pourquoi elle était encore en vie, toutes les valeurs qui avaient guidées ses pas et qu’elle continuait à servir – elle ne pouvait le nier – seulement sous un jour plus obscur et discutable. Ce n’était pas un jouet que Tyria l’avait contrainte à dégainer mais une arme mortelle qu’elle, privée de la Force comme elle le demeurait, ne pourrait se permettre de quitter des yeux un seul instant sans prendre le risque d’y laisser sa peau.

    Ange ne comprenait pas comment elle en était arrivée là, sa lame allumée, répondant aux premiers assauts, machinalement, instinctivement, de la jeune femme qui se trouvait à quelques centimètres d’elle, à peine, et qui, deux jours plus tôt se trouvaient à rire aux éclats à côté d’elle dans cette atmosphère de Servacos, délicieusement chargée d’épices. La voie qu’empruntait Tyria lui nouait la gorge, elle prenait de nouveau la mesure avec cette ligne de conduite qui l’avait menée sur une si dangereuse pente des années auparavant. Toutefois, la Corellienne ne pouvait s’accorder le luxe de laisser divaguer son esprit sur des considérations qu’elle savait pour le moins capitales. Ce constat lui donnait la nausée.

    Solo était fatiguée.
    Se retrouver son ancienne lame à la main lui permettait d’échapper à tout ce que la réalité avait de sensible. Le péril de mort lui offrait ce délectable privilège de ne plus pouvoir penser, de ne plus pouvoir s’inquiéter sur l’état d’esprit de son adversaire mais, surtout, de se focaliser sur cette douleur lancinante qui menaçait d’heure en heure de faire flancher sa raison. Une fois de plus, elle fuyait la plus importante de ses responsabilités, elle le savait mais elle ne pouvait – et ne voulait – faire autrement.

    Ange, sur la défensive, para le faisceau violet de Sarkin qui s’apprêtait à s’abattre sur son visage, bloqua et repoussa violemment la seconde lame d’un moulinet intérieur qui laissa momentanément le flanc de la Kuati plus à découvert qu’il ne l’était l’instant d’avant.

    La Corellienne eut tout juste le temps de s’apercevoir qu’elle ne parviendrait pas à esquiver le prochain revers si elle choisissait de délaisser sa posture précédente pour une beaucoup plus offensive. Elle s’y tient donc et eut ainsi tout le luxe d’arrêter le nouvel assaut de la lame jaune qui se dressait pour fendre son crâne en deux. Elle bondit sur sa gauche et désaxa la lame violette qui s’abattait non loin de sa jambe droite. La lame jaune siffla de nouveau, lui laissant tout juste les secondes nécessaires pour éteindre son sabre et effectuer un flip arrière. Elle se remit aussitôt en garde, para la lueur mortelle qui s’abattit devant puis derrière. Elle orienta sa lame argentée à la verticale, Sarkin venant de bondir dans dos, lui assénant une nouvelle combinaison de coups encore plus audacieuse. Solo effectua un pas de côté, se retourna et effectua un demi arc de cercle en parant la nouvelle attaque de la Kuati.

    Des perles de sueur s’échappèrent de ses tempes, d’autres glissèrent dans son dos, signalant à l’ancienne jedi qu’il ne lui serait pas possible de garder un rythme aussi soutenu. Si sa condition physique était plus excellente, elle ne pouvait pourtant pas rivaliser avec son adversaire qui, certes, avait la Force mais qui, surtout, n’était pas une débutante.

    Coups et parades se remirent à pleuvoir, Tyria virevoltant autour de la Corellienne, elle, les pieds bien ancrés dans le sol poussiéreux de la mine, anticipant au maximum les attaques qu’elle s’évertuait à mener avec efficacité. Ange nota une faille aussi inespérée que furtive dans la redoutable posture de son adversaire. Elle savait qu’elle n’aurait que peu d’opportunités à saisir. Il lui fallait juste attendre le moment propice, celui qui lui permettrait de glisser entre les deux lames de la Kuati mais qui, inévitablement, la forcerait à exposer une partie de son corps. Il ne lui restait qu’à déterminer laquelle.

    Pour la seconde fois, Sarkin s’aida de ses aptitudes télékinésiques et projeta son sabre violet au loin. Solo l’évita de justesse en se propulsant au sol, non pas en arrière, mais en avant, à quelques centimètres seulement de la position où se trouvait Tyria. Elle entendit la lame venir se heurter contre la paroi située au-delà de son champ de vision, lui signalant qu’elle avait peu de temps pour agir mais que l’opportunité tant attendue était arrivée.

    Elle se relevant, Ange lança une nouvelle poignée de sabre en direction des pupilles de la Kuati qui ne se fit pas avoir deux fois. Sarkin pivota sur elle-même, évita la projection et dégagea la lame de Solo qui s’abattait verticalement à quelques centimètres au-dessus de sa tête et la repoussa, permettant néanmoins à la Corellienne de lui administrer un puissant coup de pied dans les côtes. Sarkin laissa échapper un hoquet de surprise, le souffle coupé. Puis, effectuant un salto arrière, elle récupéra le sabre qu’elle venait de rappeler à elle et qui fusait maintenant droit sur elle. Elle fondit sur Solo, plus rapide encore, effectuant deux moulinets en sens contraires, réduisant l’assaut offensif d’Ange à néant.

    Respirant bruyamment, Ange parvient à bloquer la totalité des coups qui s’enchainaient mais perdait du terrain : Sarkin la contraignait à reculer. Elle sentait une des parois de la grotte se rapprocher dangereusement de sa nuque. Elle devait se dégager ou elle se retrouverait coincée. Elle ne pouvait pas céder, elle ne pouvait pas se voir le dos au mur, impuissante. Elle sentait presque ces deux lames lui mordre la chair, abrégeant, sans doute, cette fatigue emmagasinée depuis des mois et cette souffrance liée à… Tony

    Contre toute attente, Ange changea de tactique. Téméraire, elle s’efforçait de regagner un peu de terrain sur Tyria, s’exposant plus que de raisonnable à de nouveaux coups qu’elle n’évita que par chance ou par adresse, on ne savait trop. La mort devenait soudainement une alliée. Le goût du risque ne pouvait ne pouvait se solver, quelques en soit l’issue, par une victoire : sa fin ou empêcher Tyria de réitérer ces mêmes erreurs commises par le passé.

    Y penser fut cependant de trop, Ange évita de justesse la lame violette qui l’aurait décapitée si elle ne s’était pas baissée mais ne fut pas assez rapide pour anticiper l’autre lame qui s’abattait sur elle. Elle n’eut pas le temps de relever son sabre pour parer le second coup : elle se contenta de l’esquiver mais trop lentement. Le sabre sectionna net la manche de son léger chemisier, brûlant au passage une partie de son épiderme. Elle lâcha un juron, libérant la vive douleur qui suivit le coup tandis que, reculant, son talon se heurta à la paroi de la mine.

    Tyria profita de l’avantage que son coup lui avait fourni et logea sa lame sur le flanc droit de Solo tout en figeant la pointe de son pied dans l’épaule encore fumante de la Corellienne. Ange tituba. La cause lui sembla alors si perdue qu’instinctivement elle activa le second bouton de son sabre laser. Sa lame changea de couleur et de longueur, la lueur argentée cédant le pas à celle dorée et la lame de dimension conventionnelle doubla. Elle balaya rageusement l’espace situé juste devant elle, se dégageant ainsi du mur. Sarkin évita la mortelle menace en effectuant deux successifs sauts périlleux arrières et se remit en garde, esquivant de justesse la lame, de nouveau couleur argent, de la Corellienne.

    Ange souffrait. Elle ne savait au juste ce laquelle de ces blessures la torturait le plus : son bras meurtri ou savoir que Sarkin ne reculerait devant rien pour libérer les esclaves.

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 05-07-2015 11:58

    jeudi 02 juillet 2015 - 17:11 Modification Admin Permalien

  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieu : Planéte Aervey systéme Grillad

    Le chasseur impérial sortit de l'hyperespace, juste au dessus de la planéte gazeuse, non loin un croiseur affilié au même camp pointait le bout de son nez. Sur le pont, la venue de cette appareil fut aussitôt remarquer par les opérateurs, le plus proche du capitaine informa son supérieur qui lui demmanda son identifiant sous peine de faire feu. La transmition en aurekbesh surpris le responsable, qui autorisa le TIE à venir se poser dans le hangar, puis il contacta le commandant du Vaillant qui était en train de se raser dans son cabinet. Au bout de plusieurs bips sonores émanant de son comlink, ce dernier s'empara de ce dernier assez frustré, la mousse encore visible sur le coté droit. Mais c'est sur un ton calme et posé qu'il répondit à son second..

    "J'espére que vous ne me déranger pas pour des broutilles."
    "Non monsieur, mais nous avons reçu le signal d'un des notres."
    "Avez vous suivit la procédure habituel, quel est le nom du pilote ?"
    "Nous avons identifié le code de Waren Horn."

    L'officier supérieur se mordit la lévre inférieur, cet homme était un contrebandier, ancien membre de la guilde censé être mort et travaillant pour le Moff Musselier. Ce pourrait t'il que ce dernier ai simulé son décés pour pouvoir effectué quelques manoeuvres sournoises pour l'empreur Fel ? Il répondit de faire patienter la vermine dans une des salles d'interrogatoire du vaisseau puis racrocha pour finir son rasage, tandis que Waren finissait son amarrage dans le grand hangar du Vaillant, tout en essayant de chasser l'odeur des épices de carubaa dans le cockpit sous les yeux des techniciens situé derriére la vitre en duracier. Une fois les clanches vérouillés, deux stormtroopers et un sergent arrivérent sur la passerelle, accompagnés de blasters.

    vendredi 03 juillet 2015 - 06:02 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27084 Crédits

    Elle éteignit son sabre et laissa son bras retomber, impuissante, le long de son corps tandis que l’immense machine disparaissait de son champ de vision, encore sous le coup de cette information nouvelle que son cerveau venait d’intégrer. Sa mâchoire se crispa douloureusement. Tout cela n’avait été qu’une mascarade. Elle n’avait rien vu. Mais, pis encore, elle se sentait profondément trahie.

    En cet instant, Ange comprit qu’elle serait irrémédiablement seule, seule dans cette caverne, seule dans cet univers, totalement seule. La mine, prodigieusement silencieuse désormais, lui renvoyait, par un jeu d’échos ou, plutôt, par son absence d’échos, cette solitude qui pesait un poids de plus en plus lourd et qui devenait de plus en plus difficile de soutenir. Il n’y avait donc plus rien à attendre de Sarkin, plus rien, plus rien.

    Si en d’autres circonstances, Solo aurait pu éprouver de l’admiration quant au fait qu’une des rares personnes figurant dans très succincte échelle d’estime serait parvenue à la berner, la situation, aujourd’hui, l’en empêchait. La Kuati s’était, en effet, attelée à suivre une voie condamnée par avance par la Corellienne et - c’était ce qui blessait profondément Solo - elle le savait. A cette pensée la gorge d’Ange se noua, la forçant à se pencher hâtivement vers le sol. Le contenu de son estomac s’y déversa. Elle ferma les yeux et se redressa.

    Ses pensées s’embrouillèrent en un amas confus de traits contradictoires qu’elle ne parvenait plus à comprendre et organiser. La colère coulait dans ses veines, contre elle, contre son impuissance mais contre cette femme qu’elle croyait à tort son amie. Elle sentait cette étouffante rancœur s’installer dans chacune de ses cellules sans qu’elle ne puisse exercer sur elle le moindre contrôle. Instinctivement, elle fit appel à la Force. Elle se focalisa sur cette partie de son esprit plus sereine que les autres, cet espace de paix intérieure qui lui avait procuré plus d’une fois ce réconfort dont elle avait besoin pour continuer, pour continuer et s’abstenir de sombrer dans ce marais où se languissait dangereusement ses plus bas instincts. Elle se concentra, se concentra, et… n’y rencontra que du vide… Le néant : voilà toute l’aide dont elle bénéficiait à présent.

    Ange s’évertua à figer son esprit sur un moment heureux de son existence, un moment en deçà de tout tourment, de toute pensée négative mais, là encore, elle n’y parvenait pas. Ce n’était que des instants, des instants trop rapidement balayés par cette vie si mouvementée.

    Tu sais bien que je ne suis pas du genre à te faire des cachotteries.

    Les jointures de ses doigts se resserrèrent sur la poignée de son sabre-laser.
    Elle hésita.
    En ne savait plus si la tournure que prenait cette mission sur Servacos relevait de ce qu’elle estimait être son devoir ou si elle pouvait s’accorder le droit de tirer un trait sans jamais se retourner.

    Ne fais pas cette tête.

    Devait-elle tout plaquer maintenant ou finir ce qu’elle avait commencé afin de mettre les voiles la conscience tranquille ? Et après ?

    Je ne t’ai jamais rien caché.

    Il n’y avait plus d’après.
    Ange s’abandonna corps et âme à son instinct, courant à la suite du tunnelier qui cheminait vers la surface. Suant à grosses gouttes dans sa course effrénée, elle taisait sa raison. Elle entendait les gardes aboyés en tous sens, après l’infernal engin, après sa personne qui bondissait sans leur prêter la moindre attention. Elle assomma un des geôliers au moyen de son sabre dont elle se servit comme d’une matraque et s’empara de ce qui ressemblait à un speeder bike monté sur des patins répulseurs. Son véhicule, plus maniable et plus léger, rattrapa rapidement le tunnelier. Ni une, ni deux, Ange sauta sur la carlingue, s’agrippant à ce qu’elle pouvait pour ne pas tomber et escalada rageusement l’engin jusqu’à atteindre un endroit un tant soit peu plus stable. Il lui fallait arrêter le tunnelier et cette idée désastreuse qui avait germé dans l’esprit de Tyria…

    Elle déglutit péniblement et poursuivit son ascension, plus haut, toujours plus haut et se hissa finalement sur une longue plateforme horizontale où se dressaient trois têtes foreuses d’une taille impressionnante et une paire de bottes qu’elle reconnut instantanément. La Corellienne se remit sur ses deux jambes et dégaina son sabre.

    Ange, l’air mauvais : Sarkin ! Tu m’as menti !
    Tyria, l’air jovial : Tu tires des conclusions hâtives…
    Ange, hurlant : Des conclusions hâtives ? As-tu seulement conscience de ce que tu es en train de faire !
    Tyria : Si tu veux mon avis, tu surréagis.
    Ange, agacée : Moi, je surréagis ? Tu comprends rien, Sarkin... T'as jamais rien compris...
    Tyria : Euh… Est-il toujours question de moi, là ?

    Sans trop comprendre ce qui venait de se passer ni pourquoi elle venait d’allumer sa lame, Ange se jeta sur Sarkin, bien décidée à clore une fois pour tout ce chapitre devenu un tantinet trop long à son goût.

    dimanche 05 juillet 2015 - 17:39 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    27084 Crédits

    Violemment projetée en arrière, Solo se contenta d’avoir le réflexe de conserver son sabre-laser dans sa main et de le lâcher quand elle sentit une poigne invisible lui enserrer la gorge. Instinctivement, elle porta son unique main valide tout contre son cou tandis que ses pieds quittaient le sol sans qu’elle n’y puisse rien. L’air lui manquait, elle voyait son champ de vision s’amenuiser, des tâches noires danser devant ses yeux. Elle ne put que deviner les contours indistincts de la Kuati qui avançait, déterminée, dans sa direction.

    Ses bottes s’agitaient dans le vide, essayant désespérément s’influer, en vain, sur le cours de la situation. Son oxygène s’épuisait et les traits de plus en plus durs de Sarkin s’approchaient de son visage dont la teinte révélait l’avancée de son étouffement.

    Ca y est. C’était la fin. Si Ange avait imaginé bien des scénarios où sa vie lui glissait en train les doigts, celui-ci n’en faisait pas parti. Elle ne s’était jamais attendue à mourir des mains de la jeune femme qui se trouvait en face d’elle et surtout pas de cette manière. Néanmoins, elle se sentit comme soulagée. Tout allait enfin finir. Elle allait enfin pouvoir dormir, dormir d’un sommeil éternel, dormir et rattraper tous ces derniers mois à fixer pendant des heures ces plafonds des chambres qui l’avaient accueillie. Seule la douleur de ses poumons qui s’enflammaient ternissait ce curieux tableau final.

    Ses paupières s’alourdissaient, Ange se délectait de ce sentiment de fin. Parmi ses dernières pensées, un grand nombre d’entre elles s’adressèrent à ceux qu’elle avait déjà perdus et qu’elle allait bientôt rejoindre, à Tony… L’image de la veille lui vint en mémoire et lui broya davantage sa trachée. Non. Elle ne pouvait pas mourir maintenant. Il lui restait encore une chose à accomplir après, après elle pourrait partir.

    Les solutions qui s’offraient alors à la Corellienne pour sortir de cette situation pour le moins funeste étaient plus que limitées. Surtout, Ange manquait de temps. Il lui était impossible d’élaborer à la va-vite un plan de secours. Non. Elle ne pouvait être plus démunie… Il ne lui restait plus qu’à… Il ne lui restait plus qu’à… Cette pensée l’épouvantait mais, mourir, mourir sans s’acquitter de cet ultime devoir la terrifiait davantage.

    Ange se concentra sur cette partie de son esprit qu’elle avait mis tant d’années à façonner, tant d’années à consolider et à ne rien laisser ni sortir, ni entrer. Le temps n’était plus à l’hésitation. Elle s’attela à desceller, les uns après les autres, ces sceaux qui lui permettaient de tenir à distance la Force, la Force et tout ce que cela impliquait. A plusieurs reprises, elle manqua de défaillir mais tint bon. Quand elle arriva à la dernière de ses barrières mentales, elle sut qu’elle n’aurait que quelques instants pour agir : se projeter et se préserver de la vague morbide qui s’emparerait d’elle à la seconde où la Force recoulerait dans ses veines.

    Elle leva le sceau.
    Elle leva le sceau et le monde se déchaina.
    Elle se projeta autant qu’elle le put dans l’esprit de Sarkin, déversant dans le sien toutes ces émotions, les siennes, ceux des autres, toutes ces voix qui hurlaient en même temps. Elle se focalisa sur celle de Tony, sur la manière dont elle avait vécu les événements, sur ce qu’elle avait ressenti, sur ce qu’elle s’était interdit de ressentir. Elle se revit face à cette boite, cette tête sans vie qui la contemplait, ce comlink qui s’était mis à sonner, qu’elle avait dû extraire et la voix qui lui avait parlé.

    Solo parvint à aspirer une bouffée d’air. L’étreinte se desserrait mais pas encore suffisamment pour qu’elle puisse s’en extraire. De nouveau, elle se concentra sur son propre ressenti et ceux des spectres qu’elle devinait tout près d’elle, ici et ailleurs dans la galaxie. Elle tâcha se minimiser son implication, essayant de ne devenir qu’un médium, son corps et son esprit ne servant que de relai apte à canaliser mais surtout renvoyer l’obscurité de la face humaine.

    Elle tomba sur le sol. A quatre pattes, face contre terre, elle respira à plein poumon, n’osant regarder Sarkin qu’elle n’entendait pas bouger à quelques centimètres elle. Elle ramassa son sabre, releva la tête et la vit les deux mains plaquées sur ses oreilles, immobile, les lèvres formant un angle intéressant. La plaisanterie avait assez duré. Ange expira longuement, se força à se calmer et, consciencieusement, remis en place ces sept sceaux qui la maintenaient éloigné de… ça… Elle était en vie, ce seul fait complait, le reste n’avait aucune importance.

    Loin d’avoir purgé ses passions, ce petit intermède n’avait fait que raviver cette rage alors mis sous silence tant que sa vie était menacée, tant que la Force l’en avait détournée. La Corellienne alluma son sabre et s’élança sur la Kuati, déterminée à mettre hors d’état de nuire cet adversaire qui l’avait poussé dans ses plus sombres retranchements. Si elle en voulait à Sarkin de lui avoir menti, de l’avoir trahi, maintenant, s’ajoutait le reproche de l’avoir forcée à se reconnecter bien malgré elle à la Force.

    Sarkin, en parant le premier coup que portant la Corellienne sur sa droite, entama la sortie de sa torpeur. Ange avançait dangereusement, enchainant des coups toujours plus vicieux. D’un moulinet de la main droite, elle abattit sa lame non loin de l’oreille de Tyria qui la bloqua d’une main beaucoup moins assurée que précédemment. Solo hurlait et la contraignait à reculer. Les yeux de la Kuati sortaient du brouillard, ses membres ne répondaient que par réflexes. Elle n’attaquait plus mais se défendait.

    Solo, parfaitement lucide quant au risque auquel elle s’exposait, sacrifia ce qu’il restait de sa prothèse gauche en désarmant Sarkin de son premier sabre. Un éclair passa alors dans le regard de cette dernière puis elle bascula en arrière : Ange venait de lui administrer un puissant coup de talons juste au-dessus de sa rotule. Un léger crac s’en suivit, indiquant que l’articulation venait de se déboiter. La Corellienne en profita pour lui ôter son autre lame et apposer la sienne à quelques millimètres de sa carotide.

    Sans trop savoir ce qui la retenait de mettre un terme définitif à ce combat, Ange hésita, le regard dans le vague. Elle respirait bruyamment, ses épaules se soulevant au rythme de chacune de ses inspirations. Il lui suffisait de laisser glisser la lueur argentée et tout était fini. Tout.

    Au loin, elle entendit une voix l’appeler. Elle n’y prêta aucune attention, se concentrant sur le sang qu’elle voyait pulser le long de cette si délicieuse artère. Mais la voix insistait. Les quatre lettres qui formaient son prénom reprenaient du sens. Il fallait redevenir Ange, il fallait ramasser, rassembler, tout ce non-sens, toute cette colère qui lui avait échappée. Elle ne pouvait pas perdre le contrôle. Elle n’en avait pas le droit. Rien ne lui ferait oublier. Rien, pas même cela.

    Elle ferma les yeux.
    Tout ne pouvait pas finir ainsi, maintenant.
    Cette rancune ne pouvait pas s’exprimer. Ce n’était pas à elle de juger, ce n’était pas à elle de décider : cette vie ne lui appartenait pas. Ce n’était pas à elle de payer, elle n’y était pour rien. Ce qu’elle avait fait… Non, pour cela non plus elle ne méritait pas ça… Il fallait se calmer… Refouler… Ranger tout cela dans un recoin de son esprit et… oublier… La Force n’était plus… Elle devait le faire seule. Elle l’avait déjà fait seule, ce n’était pas la première fois.

    Elle ouvrit les yeux et dévisagea ces deux pupilles qui la fixaient.

    Tyria, la voix tremblante : Ange ? Est-ce que ça va ?
    Ange, après un long silence : Je ne sais pas… Je ne crois pas…

    Voyant le regard non serein de la Kuati la fixer sans relâche son sabre qui n’avait pas bougé d’un iota, elle l’éteignit. Triste. Elle était… si triste. Sarkin se redressa comme elle le put, en serrant les dents.

    Tyria : Tu…
    Ange : Je… Tony est mort…
    Tyria, dans un souffle : Je sais…


    mardi 07 juillet 2015 - 00:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar Bencenovii

    Bencenovii

    14850 Crédits


    Aux confins de la bordure extérieure, L'YT-1930 baptisé Arrow continue de tracer son sillon dans l'hyperespace. Ses occupants: pas moins de huit Jedi. Ils forment une équipe de secours envoyée en mission spéciale pour défendre l'enclave secrète de Jakku. Comment le maléfique Spencer l'a découvert reste un mystère, mais tout porte à croire qu'une attaque est imminente. Dans la cabine principale de l'Arrow, les jedi se tiennent en cercle autour d'un holoprojecteur duquel émane l'image du Chevalier Yota. Ce-dernier, comme à son habitude, ne mâche pas ses mots, et délivre un rapport inquiétant à sa manière.

    Yota - Franchement ça sent la grosse bouse de bantha ici... Et je m'y connais, si je dis que ça sent la bouse, c'est que ça sent bien bien la grosse bouse.
    Ka-Tu-Un (déconcerté) - Tu ne peux pas être plus explicite?
    Yota - J'vois pas comment?!
    Ceno - Estimation du nombre d'unités ennemies.
    Yota - Un paquet! Il y a du mouvement partout autour de l'enclave!
    Keller - Ils les encerclent...
    Ceno - Estimation de vos capacités défensives.
    Yota - Tu te fous de moi? Il n'y a qu'une poignée de padawans en couches-culottes ici! Seuls deux chevaliers sont présents en plus de moi.
    Aynor - C'est la cible idéale pour Spencer, j'ai un très mauvais pressentiment.
    Yota - Oui c'est une façon plus polie de dire que ça sent la bouse à mort! Envoyez un maximum de monde!
    Ceno - Nous arrivons.
    Aynor - Tiens bon!
    Yota - Magnez-vous le BrzZzZz... crois que TchHhHhH .... les fils de BzZzzZt ....
    Aynor - Yota!! Tu nous reçois?!
    Yota - TchHhH oupe les commKzzZzzZ... ....attaquent l'encla... BBbzt... Qu'est-ce que?! CHhHhHHhhhhhh...

    L'holoprojection vacillante de Yota disparaît devant les mines inquiètes des huit Jedi. Tous tentent de garder leur sang froid malgré l'urgence de la situation. La tâche est plus ardue pour Aynor et Ceno, proches de Yota, qui ont décelé dans sa dernière expression une vision d'horreur. Encore trois heures pour atteindre Jakku, chacun sait que le temps est compté, mais que pour l'heure ils ne peuvent rien faire. Moram Chak et Syl'Ans s'esquivent furtivement vers le cockpit tandis que Keller rassure Eckmül, resté blème après la coupure des communications. Kinsa se rapproche des trois Maîtres Jedi qui continuent d'échanger autour de l'holoprojecteur.

    Kinsa (inquiète) - ... Et si on arrivait trop tard...?
    Aynor - Kinsa...
    Ka-Tu-Un - Nous devons avoir confiance en Yota, ils défendra les padawans jusqu'au bout.
    Ceno - Préparez-vous.

    Cenovii s'en retourne dans sa cellule de régénération non sans avoir demandé à ses padawans de méditer afin de concentrer la Force, ils en auront besoin. Si vraiment Spencer et les Sith sont là-bas, le Mando-Jedi fera tout pour qu'ils n'en réchappent pas une nouvelle fois. L'Ultime bataille va bientôt commencer.

    -------------------------------------
    Cyber-Mando-Jedi

    Ce message a été modifié par: Bencenovii le 11-07-2015 00:30

    samedi 11 juillet 2015 - 00:26 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar waren

    waren

    15400 Crédits

    Lieu : Salle d'interrogatoire de l'ISS Vaillant - pavillon Impérial
    Orbite de la planéte Aervey Systéme Grillad

    L'officer impérial observait le contrebandier à travers une vitre sans teint, entouré par deux stormtroopers, alors que ce dernier fixait l'enseigne chargé de son interogatoire. Armé d'une tablette et d'un stilet, ainsi que son mug dédicacé par Roan Fell, le Zeltron ne lachait pas le trafiquant corelien. Cela ne pouvait être lui. Waren Horn était censé être mort, le non humain tenta de découvrir la vérité en utilisant ses phéromones.

    Enseigne - "Les êtres humains sont censés vivre leurs vie comme des supernova, aprés leurs destinée, il ne dois plus rien rester que des poussiéres d'étoiles. Vous ne pouvez être Waren Horn."

    Waren - "Clone ? Faux cadavre ? Ah je sait.. Le Grand Moff Moutarde dans le palais impérial avec le chancelier suprême. Non, c'est pas cela ? Zut, je séche, non sérieusement si vous pouviez laisser voir votre commandant.."

    Enseigne - "Vous lutter contre les efluves Zeltrones..
    Vous transpirez, dans quelques temps vous direz votre identité et
    comment vous vous êtes attribuer les codes du TIE."

    Waren - "Non c'est juste le kebab cosmique qui passe pas, j'aurais jammais m'arrêter sur Nar Shadda, il faut toujours écouter les docteurs. Mais bon, lui sortait d'une boite bleu, ça me semblait louche."

    Le haut parleur résonna dans la cellule, la voix du commandant grésilla..

    Commandant - ''Je.. Viens d'avoir le grand Moff Musselier, c'est bien Waren Horn, il travaille directement pour le compte de l'empreur Fel. C'est sa Main.''

    Enseigne - "Quoi, ce type, cette crapule fait partie du SRI ?"

    Waren - "Non je ne collecte pas d'informations mon mignon, disons que je me contente de gérer les conflicts galactiques et politique, de façon à ce que ces derniers servent les interets de certains. On me paye assez bien pour cela, la Guilde m'as beaucoup aidé un temps, mais je me suis lassé. Par contre, maintenant tu en sait beaucoup trop mon petit."

    Waren ouvrit la bouche et une boule de feu emplit la salle, comme lors du combat entre Spencer et le Jedi Cenovii, le corelien utilisait la même technique. Celui qu'on nonmait le dragon fit voler au eclat la vitre qui séparait le corps calciné du Zeltron tenant sa tasse du commandant.

    Waren - "Ma seconde poche abdominale contient encore assez d'alcool de Selonia pour cramer votre équipage, alors on parle ou je me fait une grillade sauce gribiche ?"

    Hj - Dédicace à super matou et à Vinz...
    Tout les trois c'est la super classe qu'on vise.

    lundi 13 juillet 2015 - 14:54 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kinsa-Talik

    Kinsa-Talik

    12819 Crédits

    Trouille monstre. J'ai une trouille monstre. Nous voilà coincés dans un vaisseau à trois heures de notre destination et je crains que nous n'arrivions trop tard. Cette perspective me terrifie.  Sitôt Ceno parti méditer en nous ordonnant de faire de même,  je me laisse tomber sur un siège. Mon esprit est tellement embrouillé que, même si je le voulais, je ne pourrais pas méditer. J'enfouis ma tête entre mes mains et tente désespérément de penser à autre chose que l'enclave de Jakku.

    Aynor: Ça va ?
    Moi : Non, ça va pas du tout.
    Aynor : Tu me sembles tourmentée. Qu'est ce qui te travaille ?
    Moi : Ben... J'adore Ceno, sincèrement, mais il est vraiment lourd des fois. C'est pas avec lui qu'on va beaucoup discuter, on va dire. Les autres sont plus bavards. Et vu qu'on est souvent en première ligne, puisqu'il est Sabre des Jedi, on a la pression tout le temps et c'est un peu dur...
    Aynor : Je comprends. Ceno a toujours été un peu spécial dans son caractère.  Le mieux, c'est d'essayer de parler à d'autres personnes.
    Mpi : Je sais mais il ne donne des conseils qu'au beau milieu des combats, alors qu'on est concentrés sur autre chose et après, il nous envoie méditer. C'est un super maître, mais...voilà

    Du coin de l'oeil, je vois Eckmül acquiescer en silence. Je lui souris.

    Aynor: Ce n'est pas facile, je l'accorde. Maintenant, tout le monde se sent nerveux à cause de Spencer. Ceno aussi. Ce qu'il faut faire, c'est se respirer à fond, faire confiance à la Force et le moment venu, se serrer les coudes.

    Nous entendons soudain des bruits de pas. Si c'est Ceno, il a médité très très vite ! Il fait irruption dans la pièce.

    Ceno :Je croyais vous avoir demander de méditer.
    Eckmül : On allait le faire, y a pas l'feu.
    Ceno :J'aimerais que vous m'obéissiez immédiatement quand je vous donne un ordre, cela vaut pour les situations de terrain comme pour en dehors.
    Moi (bas à Aynor ) :Vous voyez ce que j'veux dire?
    Aynor[/b] (bas me répondant):Tout à fait...
    Ceno: Que signifient ces messes basses?
    Moi :Rien du tout Maître... Des trucs de filles.
    Ceno :. . . Au lieu de papoter, vous feriez mieux de vous préparer.

    Il repart dans sa cellule après avoir un peu secoué Keller pour qu'il donne l'exemple. Est-ce qu'il a entendu notre conversation? Il pourrait mal le prendre. Je décide finalement d'aller méditer, si le maître est tendu c'est qu'il y a une bonne raison, Jakku est peut-être attaquée en ce moment même.



    Ce message a été modifié par: Kinsa-Talik le 18-07-2015 21:07

    samedi 18 juillet 2015 - 09:14 Modification Admin Permalien

  • Avatar baaaaaaal

    baaaaaaal

    8033 Crédits

    Se retenir d'écraser la face de ce miraluka est une des choses les plus difficiles que j'ai eu à faire depuis longtemps. Mais à voir la réaction des autres dans la pièce je ne semble pas être le seul. Il ne faut absolument pas que je me mette ce forban de Roujonma Kaarrr à dos, ça me fait mal de le dire mais j'ai besoin de lui.

    Kaarrr: Et ne t'en fais pas Haru'n, il y aura droit, entre autre chose. Ce n'est pas tout les jours qu'on revoit un ami au bout de cent ans. Allez, vieille chose, tu me parlera de tes besoins quand tu sera présentable.

    Le Seigneur Sith sembla soulagé, pour autant qu'il pouvait le laisser paraitre.
    Après un vrai bon bain chaud, un passage chez le coiffeur et un bouteille de brandy le Sith avait enfin un visage acceptable, et Kaarrr le retrouva dans une chambre qui lui avait été alloué.

    Kaarrr: Aaaah, vieille fripouille, ça fait du bien de te revoir comme au bon vieux temps, ta vrai bonne face lisse comme personne ne l'aime.

    Le Sith qui s'était rasé de près et coupé les cheveux cours acquiesça.

    Baaaaaaal: Au moins je ne suis pas aussi fripé que ta salle tête. Tu m'avais presque manqué depuis toutes ces années. J'ai même entendu que tu étais mort.

    Kaarrr: Et j'ai entendu que tu étais mort aussi, on est quitte.

    Le Whiphid explosa de rire et flanqua une bonne tape dans le dos de son ami.

    Baaaaaaal: Désolé de gacher l'ambiance, mais j'ai besoin de toi. Il faut que je parcours la galaxie, et je dois faire profil bas, profil très très bas. Il faut que tu me prête le javelot.

    Kaarrr: Rien que ça ? Ne t'en fait pas, il n'y a qu'une condition, je t'accompagne, hors de question que je te laisse seul dans mon bijou.


    Salut à tout les fans des trainards :x

    lundi 20 juillet 2015 - 18:04 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    [Jingle musical]
    Voix Off: Holonews Flash d'information Live!

    Présentateur: Nous sommes en direct des usines de pâtisseries Roger Rabbit avec un événements exceptionnel ! Je passe la main immédiatement a notre journaliste sur place, Charlie Jones. Charlie ?

    [L'image du présentateur disparaît pour une image de l'usine, avec le présentateur en premier plan et des lasers – sabres et blasters – un peu partout]

    Charlie : Oui, Patrick, cette information va faire l'effet d'une bombe ! En effet, l'ancien Chancelier, Gaius Mahan, est là ! Nous l'avons retrouvé ! Mais voila, les ravisseurs n’était autre qu'une faction menée par le « Maitre Jedi » Kaarde Nabery et ses alliés !!

    [Le présentateur se pousse et montre le duel entre Kaarde et Gaius, à grand coup de blasters que Kaarde renvoi partout la ou il n'y a personne]

    Charlie : C'est Gaius Mahan lui même qui le hurle depuis le moment. Il a du réussir a s’échapper mais Kaarde tente de le capturer. C'est grâce a notre travail d'investigation de haut vol qu nous sommes la et que nous pouvons vous montrer cette scène en direct !!

    [L'image bouge vers un autre coin de la salle]

    Charlie : Les deux padawans qui accompagnent Kaarde sur l’enquête, sûrement ses complices, eux affrontent celle que nous estimons avoir tenté de libérer Gaius Mahan. Nul autre que Mirax Terrik ! Elle affronte en ce moment les deux morveux de Weedge Terrik, son propre fils adoptif et le padawan de Aynora'Lask, l'ambassadrice Jedi au Senat, et Galak, le padawan de Kaarde.

    [L'image montre le duel aux sabres entre les deux padawan et la fausse Mirax]

    Charlie : Nul doute que l'ambassadrice Aynora'Lask est aussi impliquée, ou elle aurait ressentie la dualité de son padawan depuis longtemps. Ceci nous permet de conclure que le sénat est depuis longtemps corrompu ! Oui, mes amis Coruscanti, le gouvernement central de notre galaxie est manipule depuis longtemps !

    [L'image revient sur Kaarde et Mahan]

    Charlie : Cet homme, Kaarde Nabery, sûrement à l'image de Sheev Palpatine, voulait sûrement prendre le pouvoir de façon subtile en utilisant la démocratie contre elle, mais grâce à ces événements et aux journalistes, son plan de conquête de la galaxie est maintenant réduit a néant !

    [L'image revient sur le journaliste]

    Charlie : Mes amis, c'est un retournement énorme ! Certains Jedi sont des traites a la République ! En qui pouvons nous avoir confiance, Patrick ? Je vous rend l'antenne.

    [Retour sur le présentateur]

    Patrick : Mais quelle nouvelles ! Nous reprendrons l'antenne si un nouveau développement se présente ! A vous les studios !

    mardi 21 juillet 2015 - 01:57 Modification Admin Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    840 Crédits

    Dark Vicious continue de jauger ses adversaires en attaquant assez violemment.

    Avec le piratage de l'Holonet et toutes les images d'archive qu'il a pu réunir il avait bien étudié l'attitude en combat de Mirax et avait passé beaucoup de temps à s'entrainer à maitriser la forme trois dans le but d'une rencontre de ce type, tout comme il avait analysé les deux lépis...

    Les jeunes se battent bien, il doit le reconnaître mais quelque chose cloche, il le sent dans la force, leurs styles n'ont pas l'air de tout à faire correspondre à leur personnalité.

    "Ils veulent jouer, jouons !", pensa t'il.

    Tout à coup, il pare les deux attaques des garnements dans le plus pur style de Mirax, une technique de combat tout en défense et pris exactement la même pause de garde que la véritable jedi corellienne. Son entrainement intensif n'y était pas étranger.

    "Voyons calmez vous ! Vous n'avez toujours pas compris ce que Kaarde mijote ?"

    Elle rengaine son sabre en gage de bonne foi.

    Les deux gosses, Pollux et Weedge d'après les informations qu'il a pu recueillir, sont les deux fils et clone de fils adoptifs de Mirax, parurent décontenancés par cette posture si proche de celle de l'originale et par cette petite pique placée exactement au moment opportun.

    Il va profiter de ce court laps de temps pour passer à la véritable partie de son plan.

    Mirax se tourne vers Kaarde.

    "Comment as tu pu ?, après toutes les aventures que nous avons vécues, toutes les souffrances (Mirax passe la main devant son visage en surjouant légèrement) que nous avons endurées ! Tous ces efforts (elle appuie bien sur ce mot en faisant encore de grands gestes avec ses mains) pour combattre la haine (toujours ces gestes à destination de Kaarde) pour continuer à œuvrer pour le bien de la galaxie ! Et maintenant tu veux TUER (encore ces mouvements de bras) Mahan ? Est tu vraiment la menace Sith ( Un dernier pour la route se dit "Mirax"), ce nouveau Seigneur émergeant qui veut nous anéantir ? Nous, les Jedi, ta famille ?"

    "Il est juste à point", se dit Dark Vicious.

    Les journalistes ne perdent pas une miette du discours de Mirax plein de boulversitude ! Les deux mioches ? apathiques après un tel coup de massue.

    Kaarde ne dis rien, garde le visage baissé, les caméras braquées sur lui mais quelque chose vient de se produire au plus profond de lui-même... La COLERE !

    mardi 21 juillet 2015 - 22:21 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Okand Hol --- Hol Okand était l’un des membres de l’Escadron Or lors de la Bataille de Yavin. Comme tous les pilotes de cet escadron il ne survécut pas à l’attaque de l’Etoile Noire. (Personnages - Rebelles)
  • X-Wing T-65AC4 --- Une dizaine d'année après la bataille de Yavin, il s'avéra que les vénérables X-Wing T-65B et T-65C A2 encore utilisés par la Nouvelle République étaient totalement surpassés par les dernières générations de chasseurs impériaux, tandis que leur suprémacie au sein même des rangs républicains était mise à mal par l'apparition de chasseurs rapides et modernes tels que le E-Wing ou l'intercepteur A-9 Vigilance. (Vaisseaux - Chasseurs)
  • Ibian --- C'était une espèces assez longiligne, comme un lézard. Il était indigène aux points d’eau de la planète Tatooine. Les ibians consommaient des insectes et des acariens qu’ils trouvaient dans la poussière de la planète sableuse. (Espèces & Civilisations - Animaux)
  • Académie Jedi de Yavin IV --- Lorsque Luke Skywalker décida de restaurer l’Ordre Jedi pour défendre la Nouvelle République, en l‘an 11 après la Bataille de Yavin, il reçut l’autorisation, grâce à l’intervention de sa sœur Leia, de s’installer sur la quatrième lune de Yavin, dans les antiques Temples Massassi qui abritèrent des années auparavant la base secrète de l’Alliance Rebelle durant la célèbre bataille de Yavin. (Planètes & Lieux - Bâtiments)
  • Shlecho Newt --- Cette créature était originaire de la planète natale des Yuuzhan Vong. (Espèces & Civilisations - Animaux)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide