Le Temple Jedi 6

  Votre navigateur Internet Explorer n'est pas compatible avec Planete-StarWars.com.
Vous n'allez pas voir toutes les sections du site ni même les actualités de la page d'accueil. Merci d'utiliser un autre navigateur comme Safari ou Chrome. Merci pour votre compréhension.
  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    26738 Crédits

    Les deux pieds posés sur ce qui était son bureau provisoire maintenant depuis près d’un an, Solo regardait songeuse l’enregistrement d’holonet qui tournait en boucle devant ses yeux et dans sa tête, depuis un temps presque tout aussi long. Elle soupira à grand bruit et figea l’image sur le gros plan réalisé sur le visage de Lving Bommbassa, accusant l’actuel Gouverneur du secteur corellien d’encourager mais surtout de sympathiser avec ce qu’il nommait – ce mot fit crisser les dents d’Ange – la vermine locale.

    Elle frissonna.

    Jamais, par la Force, cet homme n’avait encensé la vermine locale, bien au contraire, même. Malgré les références explicites que suggérait son patronyme, Jaster Sal-Solo s’était toujours tenu à bonne distance des dérives peu scrupuleuses qui incombaient généralement à une personne aussi impliquée sur le devant de la scène politique. Comme beaucoup de Corelliens, Ange respectait beaucoup Sal-Solo et admirait son acharnement à vouloir souder plus encore les différentes espèces présentes dans le système. Grâce à lui, Sélonia n’était plus aussi en retrait que par le passé, sa population ne vivait plus repliée sur elle-même en prenant un soin tout particulier à fermer les yeux sur ce qui pouvait arriver au-delà de ses limites géographiques.

    Solo ne savait trop quoi penser objectivement de Lving Bommbassa et de sa campagne médiatique peu scrupuleuse… S’agissait-il d’un simple jeu politique de discrédit ordinaire mais particulièrement virulent ou ce procédé dissimulait-il vraiment quelque chose ?

    Cette absence de verdict avait contraint Ange à remédier à ce problème d’une manière radicale. Depuis de nombreux mois désormais, elle entendait bien en apprendre davantage sur ce personnage et, si cela était possible et qu’elle ne se trompait pas, faire tomber son masque d’aristocrate délicat et maniéré.

    Installée confortablement dans les quartiers très prisés de la planète-capitale, cette dernière était parvenue à prendre ce gros poisson dans ses filets par un jeu de devantures et de façades qui jouissaient d’une réputation prestigieuse et qui étaient fréquentées plus qu’elle ne l’avait espérée. Patiemment, elle attendait que l’homme commette le faux-pas qu’elle attendait tant et qu’elle saurait reconnaître et exposer au grand jour.

    Son comlink la sortit de sa rêverie.

    Tony lui indiqua que ses deux invitées venaient de passer la porte d’entrée et seraient dans son bureau d’une minute à l’autre. Son estimation se révéla juste. Ange eut tout juste le temps de défroisser ses vêtements qu’un faible toc-toc lui confirma la présence de ceux qu’elle s’attendait à recevoir de l’autre côté du mur.
    Elle se leva pour les accueillir.

    Ange, tout sourire : La ponctualité s’améliore à ce que je vois… On va pouvoir faire quelque chose de toi, en fin de compte.
    Tyria, faisant la moue : Bonjour, oui, comment ça va ? Très bien et toi ? Merci, moi aussi… Chez d’autres, la politesse, c’est toujours superflu…
    Ange : Moi aussi, je suis contente de te voir. Où est…

    La Corellienne ne put finir sa phrase. Une petite marée blonde s’était jetée dans ses bras et y grimpait déjà.

    Ange, ravie : Salut, gamine. Prête à passer un après-midi du tonnerre ?
    Sam, gaiement : Oh oui ! Tu m’as promis que…

    Elle jeta un œil dans la direction de sa mère et se tut.

    Tyria, intriguée : Sam ?
    Sam : C’est un secret…
    Ange, se défendant : T’as entendu ce qu’a dit la p’tite, non ?
    Tyria, se raclant la gorge : J’espère que le secret en question ne va pas pervertir la moralité de ma fille, hein ?
    Ange : Non, tu me connais…
    Tyria, entre ses dents : Justement…
    Ange, piquée au vif : Hey ! Tu sais très bien que je ne fais rien d’insensé et de moralement controversé quand il s’agit de l’éducation des enfants… Regarde ma fille, elle s’en est plutôt sacrément bien sortie !
    Tyria, railleuse : Ta fille est actuellement à la tête de la Guilde.
    Ange : C’est ce que je suis en train de dire ! Ce n’est pas parce que je travaille dorénavant dans un night-club que ta fille verra nécessairement l’envers du décor…
    Tyria, menaçante : T’as plutôt intérêt, Solo…

    L’intéressée se mit à rire bruyamment.

    Ange : T’es vraiment trop mignonne quand tu essaies de me balancer Le Regard, tu sais ?
    Tyria : Mouais… Kaarde devrait passer chercher Sam en fin d’après-midi.
    Ange : Ca me va…

    La mère enlaça sa fille et prit la direction de la sortie avec une sérénité qui en disait long sur la confiance qu’elle accordait à celle qui détenait désormais sa fille entre ses bras.

    mercredi 12 novembre 2014 - 21:03 Modification Admin Permalien

  • Avatar Mirax_Terrik

    Mirax_Terrik

    7045 Crédits

    Quelques heures avant que Tyria ne dépose Sam chez Ange Solo.

    Un Jedi ne fait pas de cauchemars...
    Il n'y a pas d'émotion, seulement la paix...


    Foutaises que tout cela !!!

    Une fois de plus je venais de m'éveiller en sursaut, couverte de sueur. Depuis combien de nuits n'avais-je pas dormi sereinement. Depuis combien de temps ces songes terrifiant assaillaient mon esprit ? J'avais perdu le compte.

    Le feuilleton de ma vie n'avait-il pas été assez cruel sans que mon esprit ne me l'impose à nouveau chaque nuit?

    Je rejetais les draps trempés, enfilait une tunique et me dirigeait vers l'unique fenêtre de ma Chambre du Temple Jedi. Machinalement j'activais le synthétiseur de boisson qui me coula un chocolat chaud.

    Il y a quelques années en arrière, c'est sans hésiter que je serai monté sur la plus haute tour du Temple pour aller méditer... Mais à présent, à quoi bon? Il y avait des lustres que mes méditations ne me menait plus à rien.

    Je me sentais vide... Incapable de ressentir la moindre émotion. Cela avait commencé au retour des Régions inconnues.

    Je n'avais jamais été partisane d'une utilisation intensive de la Force. Je préférais être à son écoute, ressentir ses plus infimes fluctuations, c'était pour ça que mes perceptions étaient aussi aiguisés... et mes boucliers mentaux si faibles. Pour ça que j'étais une excellente guérisseuse, car je laissais le flux de la Force couler en moi.

    Mais tout cela était du passé. Peu à peu, je m'étais isolée de mes plus proches amis, et même de mes fils. Personne ne devait savoir. Je m'étais concentré de toute mes forces sur mes tâches au sein du Conseil Jedi et la restauration du Temple. Il fallait sauver les apparences et garder la tête froide.

    Je suis Mirax Terrik, Maître Jedi Guérisseuse, Membre du Conseil des Jedi.... Et je ne parviens plus à utiliser la Force...

    mercredi 12 novembre 2014 - 22:06 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17311 Crédits Modo

    Moi. - J'ai comme un mauvais pressentiment...

    Polux. - Pardon ?

    Je revenai brusquement à moi, assis en tailleur face à un adolescent zabrak, Polux, en plein jardin du Temple Jedi de Coruscant. Il me fallut quelques instants pour me rappeler que le jeune Chevalier et moi avions débuté un exercice de méditation auparavant.

    Moi. - Euh... excuse-moi, Po, qu'est-ce qu'on disait ?

    Polux. - Tu m'as demandé de méditer dix minutes puis de te décrire l'expérience, mais quand je suis revenu à moi tu étais en transe... et là, ça fait quinze minutes que j'attends. Tu as eu une vision du futur ?

    Moi. - Hum !...

    Je me levai et étirai mon dos ankylosé. Mes jambes aussi étaient lourdes. Mais plus que tout j'avais envie de contempler dans son ensemble la vision idyllique et apaisante du jardin pour me débarrasser du sentiment d'abattement déprimant qui venait de me saisir.

    Moi. - Hélas non ! Ça fait des années que les Jedi n'arrivent plus à sonder l'avenir et, contrairement à ce que j'espérais, la mort de Baaaaaaal n'a rien arrangé. Enfin bon, je n'ai jamais été un très bon voyant... peut-être que toi tu peux en devenir un !

    Cela faisait déjà un an et demi que je supervisais Polux, revenu d'entre les morts dans le corps sans vie d'un jeune de son espèce. Il était toujours Chevalier Jedi, et je n'avais théoriquement qu'à m'assurer qu'il ne se mette pas en danger. Mais hors du Temple nous apparaissions officiellement comme un maître et son padawan, rôles que nous jouions souvent même à l'intérieur puisque Polux avait manifesté un vif désir d'être entraîné à l'apprentissage de tous les aspects possibles de la Force elle-même, autres que les applications télékinétiques. Il était tellement avide en la matière qu'il n'avait jamais pris le temps de se construire un nouveau sabre laser.
    Cette soif d'études était préoccupante, et je devais souvent avoir recours aux conseils de Tyria et Mirax pour pousser Polux à s'amuser un peu, alors qu'une de nos premières craintes avait été de le voir replonger dans les travers de son ancienne vie.

    Tyria. - Encore en train d'emmerder les grandes personnes, le mioche ?

    Tyria fit justement irruption dans son dos. Elle aussi avait réintégré l'Ordre depuis un an et demi après une longue absence.

    Polux. - Hé, je te rappelle que tu parles à ton ex et que, contrairement à certaines adultes dissipées et... et, euh...

    Moi. - Écervelées ?

    Polux. - C'est ça, merci !... et que, contrairement à certaines adultes dissipées et écervelées, je m'applique dans mes missions et ma formation tout en mobilisant tous mes efforts et ma volonté à offrir une vie correcte au corps que j'ai hérité de Galak. Je suis à la lettre toutes les instructions de Kaarde et, contrairement à son ancienne padawan, je ne lui cause aucun soucis ! Tu penses toujours que c'est moi qui emmerde les grandes personnes ?

    Tyria. - Blouge.

    Polux. - Quoi, blouge ?

    Tyria. - C'est bien, blouge. Ni bleu ni rouge.

    Polux. - Non, mais est-ce que tu m'écoutes, au moins ?

    Moi. - Po, est-ce que tu peux reprendre l'exercice de méditation ? Je crois que tu as besoin de retrouver un peu de sérénité.

    Po. - Humpf, oui oui !

    Le zabrak eut à peine tourné le dos et fait dix pas pour s’asseoir sous un arbre que Tyria me filait un coup de poing dans le bras gauche.

    Moi. - Aïeuuh !

    Tyria. - Ça, c'est pour « Écervelées » ! Comment tu t'en sors avec Po ?

    Moi. - Plutôt bien, grâce à tes conseils, même s'il semble encore se sentir une dette envers le défunt Galak. En tout cas nous commençons à former un bon lien. Et toi avec Sam et Lara ?

    Tyria. - Plutôt bien, surtout que j'ai Mirax, Ange et toi pour me seconder.

    Moi. - Tu reviens du night-club d'Ange, là ?

    Tyria. - Oui et je repars tout de suite ! Au fait ça tient toujours, pour tout-à-l'heure ? Sam sera ravie de te voir.

    Moi. - Oui oui, je passe la chercher en fin d'après-midi et je l'emmène faire un tour. Tu peux me redire pourquoi tu dois t'absenter, déjà ?

    Tyria. - Hum... un rendez-vous important. Mais toi, tu m'as l'air bien soucieux dis-donc ! Des problèmes ?

    Moi. - Ne détourne pas la conversation.

    Tyria. - Je suis sérieuse ! Tu n'avais pas de cernes sous les yeux lorsque je suis sortie tout-à-l'heure !

    Moi. - Pfff ! J'ai profité de la méditation avec Polux pour tenter de sonder l'avenir et... et je crois que nous ne sommes toujours pas en mesure de sonder l'avenir. En guise de vision je n'ai reçu qu'une très nette impression de... de danger, de malheur. Je t'avoue que ça m'inquiète.

    Tandis que je faisais part de mes mauvais pressentiments j'accompagnai Tyria vers la sortie du Temple.

    Tyria. - Peut-être que tu devrais battre le rappel des troupe, si tu es si inquiet. Surtout que nous sommes encore peu nombreux. Où est le Sabre des Jedi ?

    Moi. - Depuis qu'il est passé Maître, Ceno est toujours en mission dans les régions visitées par le Vol d'Exploration. Pour l'instant c'est là-bas qu'il est le plus utile. Il escorte en ce moment avec ses padawans un diplomate sur Grilamen, une planète encore contrôlée par le Creuset donc encore pro-esclavagiste. Ces négociations sont très importantes.

    Tyria. - Peut-être pas autant que le fait que les Jedi se servent moins bien de la Force, tu me diras. Penses-y !

    Moi. - Promis ! Que la Force soit avec toi !

    Et elle bondit dans un speeder qu'elle conduisit vers son rendez-vous, la Force seule savait où, en me laissant songeur. La compagnie de Tyria avait été un bon remède au marasme laissé par mes mauvais pressentiments, mais je ne pouvais m'empêcher d'être encore soucieux. Contrairement à ce que je pensais il y a un an et demi, notre avenir ne me paraissait plus dénué de nuages.
    Quelques heures plus tard je prenais à mon tour les commandes d'un speeder pour aller chercher Sam au Night Club d'Ange Solo.


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 13-11-2014 00:39

    jeudi 13 novembre 2014 - 00:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar ProjetT

    ProjetT

    6493 Crédits

    Les derniers 18 mois furent une alternance de voyages entre Coruscant, Yavin IV, et un peu partout dans la Galaxie, accompagnant mon maitre Aynor dans certains de ces voyages diplomatiques – elle tentait de m'apprendre cet art qui m’échappait un peu – il faut dire qu'elle à des... Atouts que je n'ai pas.

    Je rendais visite régulièrement à ma mère, mais elle était très occupée par ses activités au Conseil et pour la restauration du Temple. De fait, nos rencontres était généralement très courtes et dans un couloirs entre deux réunions ou travaux... Elle me semblait assez… renfermée sur elle même, ses émotions difficile à cerner. Et fatiguée. Mais je mettais ça sur la lourde tache qu'elle s'imposait pour le bien des Jedi et pour laquelle elle semblait dépenser une énergie incommensurable.

    Je croisais aussi – un peu plus régulièrement, mon grand ? petit ?… frère Polux, qui semblait avide de connaissance et jouait le padawan avec Kaarde. J'apercevais Lara, Sam avec Tyria de temps à autre (cette dernière qui m'adressait toujours un regard suspicieux quand les filles étaient présentes). Les deux petites grandissaient très vite – elle était toujours plus grandes à chaque fois que je les apercevais.

    Mon Maitre me surveillait d'assez prés – craignant toujours une résurgence de cette présence obscur qui logeait au fond de mon esprit. Nous nous entrainions souvent pendant les long trajet hyperspatiaux pour que je garde le contrôle. Il n'y a eu que peu d'incidents – toujours de nuit – si bien qu'elle prenait toujours ses précautions afin que ces incidents restent bénins.

    Aujourd'hui, mon Maitre était en session au Sénat. Elle m'avait laissé quartier libre – ce qui se résumait à rester au Temple et de ne pas entreprendre de sieste.

    Je me promenais donc et trouvais mon frère en pleine méditation dans les Jardins du Temple...

    Ce message a été modifié par: ProjetT le 13-11-2014 18:16

    jeudi 13 novembre 2014 - 02:28 Modification Admin Permalien

  • Avatar DocBeldom

    DocBeldom

    5633 Crédits

    Un an et demi était passé depuis son retour au sein de l'Ordre Jedi. Un an et demi à voyager de planète en planète en évitant Coruscant comme si la planète était pestiférée. Seul dans son YT-2000 réparé, Doc avait re-déclanché un réseau de renseignement qu'il avait créé quand il était membre du Conseil.
    Certaines périodes avait été très compliquées, quand il avait dû traverser des foules pour rencontrer certains contacts méfiants.
    18 mois, plus de 78 semaines... Et il continuait à se sentir mal à l'aise dès qu'il y avait plus de cinq personnes autour de lui. Il avait l'impression que n'importe laquelle n'allait pas tarder à l'agresser et était particulièrement tendu.
    Pourtant, il lui fallait retourner sur Coruscant, au moins pour donner de ses nouvelles. S'il n'était plus particulièrement attaché à l'Ordre Jedi en tant que tel, il ne voulait pas laisser sa famille et ses amis sans nouvelles trop longtemps. A force, on allait vraiment le croire mort.

    Voix : Contrôle de Coruscant. Veillez décliner votre identité et la raison de votre venue.
    Doc : Jedi Terrik, en visite pour le Temple Jedi.
    Voix : Jedi Terrik, cette identité n'est pas suffisante pour vous identifier.
    Doc : Je suis Ace Beldom Terrik, fils de Mirax Terrik. Est-ce suffisant ?
    Voix : Merci Maître Terrik. Posez-vous dans la zone FIG-4023.
    Doc : En FIG ? C'est de l'autre côté de la planète par rapport au Temple...
    Voix : Nous ne pouvons pas prendre de risque. Veuillez vous poser en FIG-4023.

    L'instinct de Doc s'était mis en marche et tandis qu'il pilotait adroitement son transport sur la zone indiquée, il vérifiait la présence de ses sabres dans leurs rangements. Une fois le vaisseau posé, il se dirigea vers la porte de la soute, récupérant au passage quelques petits surprises supplémentaires.
    Lorsque la porte s'ouvrit, il jeta un oeil vers l'extérieur, ne voyant a priori que des gardes officiels de l'astroport. Mais un uniforme pouvait s'acheter. Gardant les mains sur ses sabres, le Jedi sortit, prêt à se défendre.

    Voix : Bienvenue à Coruscant Maître Terrik. Excusez-nous pour la gène occasionnée, mais suite aux derniers évènements, nous devons nous montrer prudent et votre vaisseau présente des particularités... Qui ne sont habituellement pas associées aux Jedi.
    Doc : Je présume que je comprends. Maintenant que vous êtes rassurés, je peux aller me poser plus près du Temple ?
    Voix : Si vous le souhaitez. Mais vous irez aussi vite par le train.
    Doc :Par... Le train... Oui... Je présume... Mais... J'ai des coffres à déposer au Temple. Ce sera plus pratique si je pose mon vaisseau à proximité.

    Devant le signe d’acquiescement de l'officier, Doc referma la porte de son YT. Il s'adossa quelques minutes pour reprendre son calme. Tout était normal et pourtant il avait vraiment cru qu'il était en danger. Son instinct qui le servait si bien en combat était complètement faussé dès qu'il y avait du monde autour de lui.
    Quelques instants plus tard, l'YT se posait non loin du Temple et le Jedi en sortait, essayant de ne pas s'inquiéter de tout. Cela irait mieux dans le Temple. Il le fallait bien. Et puis il pourrait peut être parler un peu à sa mère. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas de nouvelles. Il lui faudrait également voir si Kaarde avait besoin d'un coup de main. Tant qu'on ne lui demandait pas de calmer des foules...
    -------------------------------------
    Ace "Doc" Beldom Terrik.
    Maître d'Arme Jedi. Il parait.

    Ce message a été modifié par: DocBeldom le 13-11-2014 15:08

    jeudi 13 novembre 2014 - 15:07 Modification Admin Permalien

  • PSW
  • Avatar poluxhornterrik

    poluxhornterrik

    3602 Crédits

    J’ai toujours trouvé que les arbres étaient les êtres vivants les plus intéressants et les plus importants. Quand on regarde Coruscant, on ne voit qu’une planète malade. Elle est sale, vicié et grouille d’une population à peine consciente de sa précarité. C’est une planète qui n’est plus naturelle. Sa vie biologique natale a été depuis longtemps détruite. Et elle est devenue à force de mutation forcée ou accidentelle, un marasme purulent. Depuis que la Force m’a rendue à la vie, j’ai pris conscience de la chance que j’avais eue de vivre a travers elle pendant 16 ans.

    Pour me calmer de cette énième altercation avec Tyria, j’avais décidé de médité sous un arbre que je commençais à connaitre. On ne pouvait pas à proprement parler de connaitre un arbre. La relation est spéciale entre un Zabrack et un être organique, figé, sans conscience propre. Mais toute être vivant avait son empreinte dans la Force. Et l’empreinte de cet arbre avait sur moi un effet des plus tranquillisants. Dans la plénitude qui m’envahissait, je sentis mon frère approcher.

    Weedge : Euh dit moi frangin, ça t’arrive de ne pas médité ?

    Po (exaspéré par cette question récurrente): Bien, je n’ai pas passé une journée sans depuis mon retour.

    Weedge (d’un ton calme, mais qui faisait ressortir son trouble) : Mais tu sais que tout le monde s’inquiète. Tu passe ton temps dans la pratique intensive de la Force, et tu ne fait plus rien d’autre.

    Po (en levant les sourcils) : Je viens de passer 16 ans dans la Force, crois tu que je puisse faire autre chose. C’est devenu un besoin vital.

    Weedge : oui mais tu pourrais essayer de t’amuser. La journée tu travaille avec Maitre Kaarde, et le soir tu… Tu fais quoi d’ailleurs le soir ?

    Po (intéressé de partager avec son frère) : Si je te le dit, il faudra que tu me promettes de ne rien dire à personne.

    Weedge (dans l’expectative) : Euh d’accord.

    Po (d’un ton de professeur): Il nous reste une heure avant le couché du soleil. Alors assis toi et écoute se que j’ai à te dire. Tu vois cet arbre au dessus de nous ? Regarde-le à travers la Force. Sens-tu cette ligne vitale qui s’échappe de lui vers le néant. Si tu la remonte tu trouveras des impressions venant de cet être vivant. Et je suis sur qu’avec beaucoup de pratique, je serais capable de comprendre ce qu’a vécu cet arbre. Et la je te parle d’un arbre. Mais je suis sur que c’est possible, avec tous être vivant dans cette galaxie.

    Weedge (plus étonné que jamais): Ils t’on fait quoi dans la Force ? Ou alors c’est les épices qui ont cramé le peu d’esprit que tu avais.

    Po (abattu): J’en étais sur ! Ecoute Weedge, la Force n’est ni obscure, ni lumineuse. Mais si nous ne l’équilibrons pas elle se dégrade. Et ses utilisateurs s’en trouvent bouleversés. C’est la même chose pour son utilisation intensive.

    Weedge : D’accord, mais tu fais quoi la nuit ?

    Po : Je médite. Me perdre dans les voies de le Force, sans l’utiliser est un vrai bonheur.

    Weedge : Par contre, je me demande ? Tu dors quand ?

    Po (avec un grand sourire) : Jamais !

    Weedge (étonné) : Tu te moque de moi ?

    Po (sur le ton de la confidence) : Je n’ai pas dormis depuis que tu m’as drogué à l’infirmerie lors de mon retour.

    Weedge (passablement énervé) : T’es malade, pourquoi tu fais ça ?

    Po (avec une tristesse et une souffrance presque palpable dans son regard) : Tu crois que j’ai le choix ? Mais désoler je ne te dirais pas pourquoi je ne dors plus. Maitre Kaarde se doute de quelque chose, mais il ne dit rien. (En changeant de ton) Bon mon frère je vais devoir te laisser. La Force m’attend et je commence à être fatigué.

    Je pris mon frère dans mes bras pour lui dire au revoir et je partis prés de la cascade pour me reposer.

    -------------------------------------
    -Vous êtes sans doute très doué pour la soupe au lard ou le clafouti. Mais les soins magique, c'est autre chose que de casser deux œufs dans un bol

    Ce message a été modifié par: poluxhornterrik le 13-11-2014 18:53

    jeudi 13 novembre 2014 - 18:37 Modification Admin Permalien

  • Avatar Dark-Spencer

    Dark-Spencer

    2443 Crédits


    Dark Spencer, à bord de son infiltrateur sith arrive bientôt aux abords du blocus de Dagoba. Avec un H.

    Seul un pilote l'accompagne, un évadé Kel'dor, ancien chef d'escadron de Dorin et opposant à la République, baptisé Gueule d'ange par le sith à crinière.

    Ga - Système de camouflage activé, mise à jour des coordonnées vectorielles, cap sur Yoda City, j'amorce l'approche.

    Le visage des marécages n'a pas beaucoup changé. A l'atterrissage au milieu de cette jungle, la masse végétale et la faune locale semblent vouloir accueillir le vaisseau du Cathar, une résonance dans la Force entre Dark Spencer et le côté obscur le fait sourire, la planète tout entière viens de vibrer, le fils prodigue est de retour.

    Dark Spencer - Bien Gueule d'ange, tu m'attends et tu me préviens en cas d'imprévu.
    Et ne t'endors pas, le retour risque d'être plus mouvementé.

    Ga - A vos ordres.

    D'un pas nonchalant, la mine enjouée, le sith quitte l'infiltrateur et s'avance dans l'ancienne académie sith. « C'est parfait, personne n'a découvert l'académie gnéhéhé le trésor doit encore être là, il est à moi désormais, à môaaahahah »

    Au fonds des quartiers de Ba7l se trouve une porte que nul n'a franchi. Il disait qu'il y avait derrière, un trésor, son trésor, et il n'en n'a jamais dévoilé plus.
    Mais sa mort change la donne, l'isolement de l’académie aura préservé ses secrets, Spencer sait très bien où chercher, l'entrée dans l'arbre pour atteindre les appartements sous-terrain de Ba7l est en état de marche, le félidé descend et se dirige vers l’objet de ses désirs. La fameuse porte interdite est évidemment scellée mais le matou a tôt fait de la défoncer... émotion, certains souvenirs remontent, il se rappel les merveilleux moments passé avec son maître à boire son enseignement ou à l'admirer faire preuve de cynisme et de cruauté, mais il doit se contrôler pour ne pas troubler à nouveau la Force.

    Encore trois pas avant de franchir le seuil, dans quelques instants Dark Spencer aura dans ses pattes le fabuleux butin du seigneur Ba7l...

    Le Cathar fait le tour de la pièce, au premier coup d’œil il n'y a là qu'un bureau, une armoire, des tapis au sol, des vieilles photos et de la poussière...
    Il ne prend même pas la peine de regarder les images accrochées partout aux murs, pour lui cela n'a aucun intérêt, le grand sith poilu recherche quelque chose ayant une valeur monétaire ou guerrière.
    Il ouvre les tiroirs du bureau, il n'y trouve que des souvenirs, encore des clichés, que des femelles, des bambins, des sourires, quelle horreur, des illustrations de bonheur !
    Il ne sait pas très bien s'il doit rire ou vomir devant ce qui semble être le passé de son ancien maître, un passé apparemment heureux et ampli d'amour.
    Il délaisse le bureau, se précipite sur l'armoire et lorsqu'il l'ouvre il déchante à nouveau...
    Toujours pas de magots mais une réserve de spiritueux en tout genre. Au vu du nombre de bouteilles et de leurs millésimes, il y en a pour du fric, mais bien trop peu pour enrichir son effort de guerre.
    Le psykosith perd patience, il commence à s'énerver, il soulève les tapis un par un espérant dénicher une trappe cachée, mais rien, encore et toujours rien...

    Quelle déception, ni armes, ni plans, ni crédits, le fameux trésor de Ba7l n'a de valeur que pour ce dernier...

    Tout ses visages enjoués, toutes ces scènes de moments de joie immortalisés sur papier l'écoeur et la colère due à sa désillusion lui donne envie de tout brûler ; mais son arrivée sur la planète a déjà créé un trouble dans la Force, s'il se laisse aller il risque de se faire repérer... il est grand temps pour lui de déguerpir.

    vendredi 14 novembre 2014 - 15:58 Modification Admin Permalien

  • Avatar AngeSolo

    AngeSolo

    26738 Crédits

    L’après-midi s’était déroulé sans encombre. Solo avait passé une grande partie de son temps à jouer avec la fillette, traitant ses affaires personnelles entre deux leçons de sabaac personnalisées et simplifiées prodiguées à cette dernière. Sam s’était révélée adorable et à l’écoute du moindre son qui émanait des cordes vocales de la Corellienne qui s’était vue obligée de surveiller le moindre de ses faits, mots et gestes.

    La gamine l’avait complètement épuisée et, bien qu’elle n’osât se l’avouer, elle était bien contente que Kaarde vienne la récupérer avant le début de son service du soir. Elle avait perdu l’habitude de s’occuper d’enfants depuis que sa fille avait pris son indépendance. Ses novices n’avaient jamais été aussi jeunes que pouvait l’être Sam. Prendre soin de la gosse de Sarkin lui rappelait sa jeunesse ou lui en apportait une deuxième ; elle ne savait trop comment se positionner face à cette situation qui faisait remonter à la surface de ses pensées des réflexions quant à son âge véritable et son apparence qui le trahissait.

    Quand son comlink personnel se mit à biper pour la seconde fois de la journée, Ange comprit que le messie venait d’arriver. Constatant l’aspect bariolé de fillette qui se prenait encore pour un nexu, elle se dit qu’il était sans doute plus sage de lui redonner un aspect humain avant de la retourner à sa mère

    Elle prit son appareil de communication afin de répondre à l’appel.

    Ange, à Tony : Kaarde vient d’arriver ?
    La voix de Tony : Tout à fait. Je le vais venir ?
    Ange : Tu peux le faire patienter un peu ? Je dois rendre Sam plus… présentable…

    Les éclats de rire se firent entendre.
    Les vociférations de la gamine, toujours dans son rôle, les accentuèrent davantage.

    Ange, se raclant la gorge : Ouais… Je pense que je n’ai pas besoin de te faire un dessin. Tu peux dire à Naberry qu’il risque d’attendre un peu. Offre-lui un verre.
    Tony : Ange… Tu as vu l’heure ? Les clients ne vont pas tarder à se pointer.
    Ange : Arf… Offre-lui quand même un verre et dis-lui bien de ne pas faire attention à la faune locale !

    Coupant la communication, elle se retourna et fit face au lutin chamarré qui la regardait avec attention.

    Ange, tout sourire : A nous deux, jeune fille ! Il est temps de rentrer chez toi !

    Comme il fallait s’y attendre, la gamine crut que cette séance de maquillage n’était qu’un jeu de plus dans la succession de ceux auxquels elle avait joués tout l’après-midi. Ne se laissant pas attraper si facilement, elle se mit à courir au sein de la pièce de long en large, se cachant derrière le bureau, les meubles, l’ensemble des affaires disposées en vrac ça et là tandis que Solo, à bout de patience, tâchait de la saisir d’une manière ou d’une autre. Quand elle y parvint et qu’elle réussit à défaire le visage de la petite des zébrures de l’animal, de très longues minutes s’étaient écroulées.
    De nouveau, sa fréquence privée laissa la voix de Tony s’exprimer.

    Tony : Ange ? (Silence.) Ange ? T’es là ?
    Ange, Sam dans une main, l’appareil dans l’autre : Oui… Oui… Je sais, je sais…
    Tony, lui coupant la parole : On a un problème.
    Ange, répétant la formule bêtement : On a un problème. (Saisissant le propos.) On a un problème ? Qu’est-ce qui se passe ?
    Tony : Kaarde. Passe sur l’holocam 7.

    La Corellienne repassa dans son bureau, la fille de Sarkin sur ses talons.
    Ce qu’elle découvrit la laissa sans voix quelques instants.

    Ange, reprenant ses esprits : Par l’Etoile noire ! Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?
    Tony : C’est justement pour ça que je t’appelle.
    Ange : T’as vu ce qui s’est passé ? Pourquoi il est dans cet état ?
    Tony : J’en sais rien. Je l’ai juste vu discuter avec Carla et j’ai été donner un coup de main à Zev à l’entrée pour évincer un type un peu trop étrange… Tu peux regarder les holocams ?
    Ange, se mettant à rire : Il est sérieux, là ? Je l’aurais jamais cru capable de ça !
    Sam, sautant pour voir ce qui se tramait : Moi aussi, je veux regarder !
    Ange, à la gosse : Mauvaise idée, ma poupée. Tu veux pas aller t’asseoir sur le fauteuil là-bas.
    Sam : Nan, ça a l’air plus drôle ici.

    Lui adressant Le Regard, la gamine comprit aussitôt qu’il était plus que vain de discuter.

    Ange, à Tony : On peut pas le laisser comme ça… J’ai trop de scrupules mais je vais précautionneusement faire des copies de cet enregistrement pour mes longues soirées d’hiver… Je vais essayer de contacter Tyria ou quelqu’un d’autre au Temple pour venir le chercher. Tu peux venir garder la petite ?
    Tony : Ca marche.

    Tandis qu’elle se repassait les vingt dernières minutes qui précédaient ce spectacle auquel se livrait le si vénérable maître jedi, la Corellienne composa la fréquence de Tyria qui ne tarda pas à répondre.

    Tyria : Oui ? Tu sais, Solo, passer un appel à une heure pareille alors que tu es censée avoir confié ma fille à Kaarde est loin de me rassurer…
    Ange, l’interrompant : On a un problème.
    Tyria, menaçante : Solo, s’il est arrivé quelque chose à ma fille, je peux t’assurer que plus aucun endroit de cette galaxie ne pourrait te paraître sûr !
    Ange : Oh ! On se calme. C’est pas Sam, le problème… C’est Kaarde.
    Tyria : Kaarde ?

    Solo ne put s’empêcher d’échapper un bruyant éclat de rire.

    Ange : Hum… Non… C’est Kaarde… A ce que je vois, il se prend pour une de mes filles… Rectification, pour un Lepi qui serait une de mes filles. C’est très étrange mais terriblement fun !
    Tyria, après un bref silence : Ok ! Filme en attendant que j’arrive !
    Ange, riant de plus belle : C’est déjà fait… C’est magique !
    Tyria : Tu m’expliqueras comment tu as fait ton compte ?
    Ange, les yeux rivés sur l’holocam : Pour une fois, je ne suis absolument pas responsable ! Je suis en train de visionner les enregistrements que j’ai sous les yeux. (Elle marqua une pause) Je crois que je viens de comprendre…Carla l’a suffisamment faire perdre ses esprits pour qu’il prenne le verre du type d’à côté et, si tu veux mon avis, notre très cher maître jedi est tout bonnement épicé !

    -------------------------------------
    Leader de la Guilde à la retraite
    Ministre de la Perversité et maît... euh... Secrétaire du Président

    "Vous désirez ? Un soda ? Un coca ? Moi ?"

    Ce message a été modifié par: AngeSolo le 14-11-2014 17:55

    vendredi 14 novembre 2014 - 17:44 Modification Admin Permalien

  • Avatar yanfzoul

    yanfzoul

    840 Crédits

    Borléias, en voilà un cible qu'elle est bonne ! Dark Vicious passa en mode...vicious.

    Il pris un vaisseau de voyage vers la planète du système de Pyria, se noyant dans la foule exotique qui le peuplait.

    Lors de son passage à la douane, le Sith se servi de la "suggestion" pour ne pas avoir de désagréments, puis se dirigea vers le centre de maintenance de l'Holonet de Borléias en empruntant une navette de transport commune.

    Une fois sur place, il se plaça sur un banc pour tâter le terrain, analysant chaque aller et venue. Des employés portant l'uniforme immaculé marqué du slogan de l'Holonet "Holonet c'est chouette !" au niveau du cœur, vaquaient à leurs occupations. Son attention fût tout particulièrement attirée par un employé qui s'assit à côté de lui. Un homme d'âge moyen, aux tempes grisonnantes et bien portant.

    L'employé : "Eh bien! Encore une dure journée labeur qui s'apprête à commencer !"

    Le Sith, sous l'apparence d'un gentil vieillard à la barbe fournie, répondit.

    Dark Vicious, Avec une voix de vieillard chancelante : "Oh vous savez, je suis passé par là quand j'avais votre âge !"

    L'employé, avenant : "Je m'appelle, Derhe Bily, enchanté."

    Dark Vicious : "Mabaet Hobing..."

    Les deux nouveaux "amis" discutèrent de tout et de rien, la vie, la famille, Dark Vicious était extrêmement inventif dans ce domaine.

    Dark Vicious : "Permettez moi de vous offrir un petit verre avant de commencer à travailler...Vous serez plus inspiré !"

    Derhe, ravi : "Avec plaisir mon cher!"

    Les deux comparses se dirigèrent vers un petit bar miteux situé à deux pas du centre de maintenance de l'Holonet.

    L'employé descendit cul sec deux trois verres de whisky correllien, pendant que le Derhe l'alcoolique s'en jetait un dernier, l'obscur forceux en profita pour lire dans son esprit vacillant.
    - Début du travail dans 15 minutes.
    - Mot de passe si demandé : l'Holonet ça fouette ! ... va savoir pourquoi.
    - Objectif de la journée : remplacer des vieux transmetteurs sur le Holo-Satellite de Borleias.

    Derhe s’apprêtant à payer : "Bon sur ce je vais y aller !"

    Dark Vicious : " Je vous en prie, la note est pour moi ! Permettez moi de vous raccompagner."

    Le Sith vit de la gratitude dans ses yeux vitreux, paya la note et ils sortirent tous les deux du bar.
    En discutant sur le retour, Dark Vicious se plaça en un éclair devant son compagnon.

    Dark Vicious, passant sa main devant lui : "Un nouveau a fait le boulot à ta place aujourd'hui...Tu t'occupais de le superviser."

    Derhe, avec un voix de zombie ivre :"Un nouveau a fait le boulot à ma place aujourd'hui. Je m'occupai de le superviser."

    Dark Vicious, continuant son petit manège : "En rentrant tu t'es fait attaquer et detrousser."

    Derhe : "En rentrant je me suis fait attaquer et detrousser."

    Dark Vicous, un sourire aux lèvres : "Bonne nuit."

    Et il lui flanqua un direct du droit qui le coucha dans la seconde.

    Très vite, il enleva ses vêtements, les jeta dans une poubelle proche et prit ceux du pauvre bougre. Vu le coup et le degré d'alcool dans son sang il allait dormir la journée.

    Le sith se concentra légèrement, puis son corps se redressa, sa barbe disparue, son regard devint plus vif, ses tempes grisonnantes. Il ressemblait trait pour trait à Derhe.

    Il plaça le technicien de maintenant de l'Holonet derrière la poubelle à l'abri des regards indiscret puis se mis en route pour le centre de maintenance...

    Ce message a été modifié par: yanfzoul le 15-11-2014 13:04

    vendredi 14 novembre 2014 - 22:51 Modification Admin Permalien

  • Avatar Kaarde

    Kaarde

    17311 Crédits Modo

    Comme je m'y attendais, j'allais devoir attendre. Je venais à peine de remettre mon sabre laser au droïde de sécurité de l'entrée et de m'annoncer que Tony revenait derrière le comptoir me demander d'attendre.

    Tony. - Sam est en train de... s'arranger, il va falloir patienter un peu.

    Moi. - Pas trop longtemps, j'espère.

    On était à quelques minutes de l'heure d'ouverture du Nova et, pas plus que Tyria, je ne tenais pas à ce que Sam croise de près la clientèle habituelle du Night Club d'Ange Solo.

    Tony. - Il faudra être patient et faire attention à la clientèle. Luciole t'offre un verre.

    Luciole était le pseudonyme utilisé par Ange auprès du personnel et des clients. J'acceptai de bon cœur un jus de juris sans alcool et m'accoudai au comptoir en surveillant l'arrivée des premiers consommateurs, ruminant mes mauvais pressentiments.
    J'étais déjà entouré de plusieurs buveurs lorsqu'une main fine caressant mon épaule me tira rapidement de mes réflexions.

    ???. - J'aime bien la bure, ça fait très Jedi. Très... pieu !

    Une très belle jeune femme blonde et humaine se tenait à côté de moi. Sans doute une habituée du Nova fascinée par le nouveau venu que j'étais. Un rapide examen de la Force m'apprit qu'elle n'avait aucune malveillance à mon égard, au contraire, et ne se doutait certainement pas d'avoir affaire à un vrai Jedi.

    ???. - Ça vous va bien, franchement, ça ne vous vieillit pas... vous avez quel âge ?

    Moi. - Euh, quarante-cinq ans à peu près.

    ???. - Oooh, alors vous devez être très expérimenté !

    Moi. - Hum... Je suis Kaarde, et vous ?

    ???. - Je m'appelle Carla. (se collant à moi) Tu viens souvent au Nova ?

    Moi. - Non, pas souvent. Ce n'est pas vraiment mon... mon genre d'endroit.

    Carla. - Mmmmh, on devrait s'échanger nos fréquences de comlinks, alors, tu ne crois pas ? On pourrait boire un verre un autre jour, là où tu seras plus à l'aise.

    Moi. - Eh bien, euh... oui, pourquoi pas ? Profitons déjà de ce verre-ci, chère Carla. Santé !

    Il me fallut une seconde pour attraper mon verre, deux secondes pour trinquer avec Carla en lui servant mon plus beau sourire, une seconde pour vider mon verre, et enfin une demi-seconde pour me rendre compte que je n'avais pas bu de jus de juris et sans doute ingurgité par erreur la boisson de mon voisin de gauche.
    Après je n'avais déjà plus aucune notion du temps.

    Moi. - Tiens, c'est très, très étrange...

    Et pour cause ! Pour la première fois de mon existence je remarquai que mes mains n'étaient pas telles que je les imaginais. Voir seulement maintenant qu'elles étaient recouvertes de fourrure verte était déjà étrange en soit, mais la présence de quatre doigts au lieu de cinq et de petits coussinets sur les paumes n'aurait pas dû être une surprise.

    Moi. - Mais... mes oreilles !

    Là où je m'attendais à retrouver une figure humaine au cheveux bruns sur le grand miroir derrière le comptoir, je me découvrais de longues oreilles pendantes partant du commet du crâne, vertes elles aussi, des dents de devant proéminentes, un magnifique museau à fourrure blanche, et les plus belles, fines et longues moustaches que j'avais jamais vues.
    Jamais auparavant je n'avais été aussi fier de mon apparence !

    Moi (heureux). - Ça alors, pourquoi personne ne m'a jamais dit... que j'étais un Lopi !

    Carla. - Euh, tu ne dois pas être dans ton assiette. Je t'offre quelque chose ?

    Moi (enthousiaste). - Oooh, oui !

    Carla (charmée). - Quoi donc ? Demande-moi. Tu auras tout ce que tu voudras !

    Moi. - Une carotte !

    Carla. - … !

    C'est vrai qu'une carotte aurait été la bienvenue, j'avais tellement faim ! Et moi, je n'étais pas assez fort pour creuser et manger du permabéton ! J'avais tellement envie d'une bonne petite carotte bien juteuse !
    Je fis alors appel à la Force et à tout mon flair de mammifère lagomorphe pour me mettre en quête de ma nourriture. Comment avais-je pu ignorer un besoin si vital pendant tant et tant d'années ?!

    Carla. - Euh, une carotte comment ?

    Moi. - Des rondelles de carottes, dans un rôti de carottes...

    Carla. - Euh, d'accord, alors...

    Moi. - … ou dans une purée de carottes ! Avec une salade de carottes !

    Carla. - Mais... !

    Moi. - Et un gâteau de carottes ! Avec une sauce à la carotte ! Et une glace à la carotte ! Et un jus de CAROOOOTTE !!!

    Ma voix couvrait déjà toutes les conversations du Night Club. Parfait ! J'allais pouvoir demander de l'aide. Aidé par la Force, j'abandonnai ma bure à Carla et effectuai des bonds gracieux et agiles que m'auraient envié tous les autres Lepis, allant de client en client.

    Moi. - Vous n'auriez pas une carotte ? S'il-vous-plaît ! Non ? Une petite carotte pour moi ? Même une toute petite carotte !

    Mes bonds me menèrent à une position privilégiée et dominante : une barre métallique verticale située au milieu de la salle et en plein feu des projecteurs. Là je pourrais me faire entendre !
    Je m'y agrippai des deux mains et tournoyai agilement autour en scrutant les alentours. Je fini par beaucoup m'amuser à cet exercice et à oublier quelque peu ma faim.
    Finis, les mauvais pressentiments !

    Moi. - Carooootte ! Wouihiiiiii ! Et zou ! Et zou ! Et zouuuuu ! Houhouhouuu !

    ???. - Euh, Kaaaaarde ?

    J'arrêtai mon jeu pour découvrir une amie apparemment très préoccupée, et habillée de façon à ce qu'on comprenne qu'elle avait TRES peur d'avoir chaud. La pauvre. Moi aussi j'avais chaud à force de tourner. Mais j'avais un peu de mal à la regarder dans les yeux.

    Moi. - Hé, Luciole ! Tu n'as pas une carotte sur toi ? Même une tout petite ? Même là, cachée entre les melo... !

    Luciole. - Hopopop, pas touche ! Viens dans mon bureau ! Tout de suite !

    Moi. - J'aurai des carottes ?

    Luciole. - Oui, tu auras des carottes.

    Cinq minutes plus tard j'étais trahis, tombé dans un piège infâme à la cruauté digne de Baaaaaaal. Il n'y avait pas de carottes ! Et je me trouvais enfermé dans un bureau moche, plus désespéré que jamais.

    Moi. - Désormais je déteste les lucioles ! Tek tek beurk !

    Heureusement la porte s'ouvrit bientôt, poussée par une fille blonde que je connaissais. Très jolie, et très, très gentille. Je m'élançai sur elle bras ouverts, de toute la force de mes puissantes pâtes de Lopi.

    Moi. - Elle eeest de retour ! Elle chante la vie, oh oui ! Câlin KOALAAA !!!


    -------------------------------------
    I've a baaad feeling about this !
    Consultez l'ENCYCLO JDR du site !

    Ce message a été modifié par: Kaarde le 15-11-2014 00:42

    samedi 15 novembre 2014 - 00:36 Modification Admin Permalien

  • PSW


Merci de vous connecter grâce au formulaire ci-dessous ou de vous inscrire afin de participer aux discussions...


Evénements

Star Wars Celebration Europe 2023

07 avril 2023 - 10 avril 2023

Celebration

Encyclopédie

  • Crondre --- Crondre était une planète plutôt petite recouverte de glace. Malheureusement ce climat ne favorisa pas la prolifération des races et il n'y avait donc pas d'espèce native sur cette planète et très peu d'habitants (environ 2800). De plus, le climat obligeait le port de masque à oxygène. (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Kiffu --- Kiffu était la planète « sœur » de Kifex située dans le système Azurbani, se trouvant au delà de la Bordure Extérieure. Les habitants de la planète étaient les Kiffar, qui ont maintenus la cohésion sur la planète par une main sévère. Kiffu était la planète mère et Kifex était sa jumelle bien plus petite. C’était sur cette planète qu'étaient exilés les criminels, surveillés par les Gardiens. Pendant les dernières heures de l’Ancienne République, Kiffu fut gérée par les Gardiens, ils maintenaient la planète libre des séparatistes et effectuaient des rondes autour de Kifex qui servait alors de planète prison. (Planètes & Lieux - Planètes)
  • Croiseur Demolisher --- Bien qu’ayant perdu son quasi-monopole de la construction de vaisseaux de bataille au profit de KDY et SFS sous l’empire, Rendili Star Drive n’en a pas moins conçu différents types de vaisseaux relativement intéressants. (Vaisseaux - Vaisseaux capitaux)
  • Yosh Calfor --- Yosh Calfor était un homme, membre de l'Alliance Rebelle (Personnages - Rebelles)
  • Battle Droides - --- Créés par les ateliers Baktoid, les Battle Droids ou droides de combat de la fédération du commerce ont été conçus originellement pour la défense de ses cargos, mais après la conférence d’Eradiu, ils furent modifiés pour des fins réellement guerrières. Ces droides restent fidèles à leur créateur, ne posent pas de question quand on leur donne un ordre, se commandent sans difficulté et sont courageux, et étant donné qu’ils coûtent peu cher, une production en masse de droides de combat a été lancé par la Fédération, malgré sa célèbre avarice… (Droïdes & Transports - Droïdes militaires)

PSW v8 - Mentions Légales - Vos choix de cookies - Contact - Rejoignez-nous !
© 1999-2022 STEREDENN / AW / PSW
© & ™ Lucasfilm Ltd. © Disney


Aide